Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès

 | 
Christine Peyrard
, 
Michel Vovelle

Vie et mort de la « Commission Jaurès »

D’une guerre mondiale à l’autre, et de leurs lendemains, ou le poids des circonstances

Texte intégral

  • 1 J. Godechot, art. cit., p. 320.

« La Commission fonctionna sans rencontrer de difficultés jusqu’en 1914. Mais la guerre devait avoir pour elle de graves conséquences. Le premier mort de la guerre fut, en effet, son président, Jean Jaurès, assassiné le 31 juillet. Il fut remplacé par Louis Barthou. Mais la mobilisation enleva à la Commission et aux comités départementaux la plupart de leurs chercheurs »1.

L’entre-deux guerres

  • 2 Les trois premiers cahiers ont été remis par les soins de Marc Bouloiseau au ministère de l’Éducat (...)

1Les séances de la Sous-commission sont un bon indice de la diminution de son activité. On peut distinguer plusieurs périodes dans son histoire, à partir des registres de procès-verbaux2.

2Au cours des quatre premières années de son fonctionnement, de 1905 à 1908, la Sous-commission tenait de 20 à 27 séances annuelles ; ce rythme s’est quelque peu ralenti de 1909 à 1913, avec une moyenne de 13 séances, pour s’étioler de 1914 à 1918 à moins de 5 réunions annuelles en moyenne. En dépit de l’année 1919, et de ses 9 séances (qu’on retrouve en 1925), la Sous-commission va adopter un nouveau rythme et tenir 6 à 7 séances pendant l’entre-deux guerres. La seconde guerre mondiale impose sa loi avec plus de force : en dépit de l’année 1941, où les membres peuvent se rencontrer 6 fois, aucune réunion n’a lieu en 1943. Les lendemains de guerre ne sont pas du tout euphoriques, puisque se maintiennent les 3 séances annuelles jusqu’en 1950 où la sous-commission ne tient plus qu’une seule séance. Les années de crise sont bien la décennie des années 50 : au mieux, il y a une réunion annuelle, mais en 1952, 53, 54, 56, 58, il n’y a même plus cette séance symbolique. Un renouveau s’amorce au début des années 1960, avec 4 séances cette année-là, mais désormais, et pour les décennies suivantes, il n’y a plus globalement que 2 réunions annuelles. D’autres paramètres sont alors en prendre compte, notamment l’élargissement de la Commission, non seulement au plan quantitatif, mais aussi au plan géographique. La Sous-commission n’est plus dirigée exclusivement par des Parisiens, surtout, bien sûr, à partir de la présidence de Jacques Godechot.

3Par ailleurs, celui-ci a signalé l’aspect budgétaire. La subvention, attribuée à la Commission, resta la même en 1918 qu’en 1914. Or, ces 60 000 F d’après-guerre, payés en francs-papiers, ne représentèrent rapidement que le cinquième de la valeur d’avant guerre : « Il fut donc impossible de maintenir le rythme des publications », écrivait J. Godechot. Ainsi, par exemple, le second volume de l’ouvrage cité de Lefebvre ne fut publié qu’en 1921. Dès le 25 juillet 1919, le principe de la rédaction d’une note destinée au journal Le Temps, pour dire l’impossibilité où se trouve la Commission de continuer son œuvre, faute de crédits suffisants, est adopté par les membres de la Sous-commission.

4Il convient, donc, de faire le point sur les crédits attribués à la Commission, à l’aide des procès-verbaux des séances de la Sous-Commission. Le budget, ramené à 55 000 F dès 1923, comprend plusieurs postes qui, étudiés sur 5 années de 1922 à 1926, s’établissent proportionnellement comme suit : 67 à 80 % des crédits vont aux imprimeurs ou, plus exactement, aux frais d’impression des ouvrages ; 9 à 13 % sont destinés aux comités départementaux ; 5 à 10 % sont réservés aux droits d’auteurs ; 2 % sont attribués au secrétaire ; 1 à 2 % permettent d’accorder des indemnités aux commissaires des publications ; enfin, 1 % est attribué aux membres qui justifient leur présence aux réunions.

5Plus d’un commentaire peut être fait sur l’enveloppe et la répartition de ces crédits ; mais nul doute que les auteurs d’aujourd’hui, d’une part, qui ne reçoivent aucun droit d’auteur comme dans toutes publications universitaires et, d’autre part, tous ceux qui ont assumé bénévolement le secrétariat de la Commission, apprécieront diversement cette situation budgétaire qui, malgré la dévaluation du franc, restait malgré tout enviable.

  • 3 M. Bouloiseau, art. cit., p. 61.

6Conséquence à la fois des difficultés financières et des changements d’optique, M. Bouloiseau pouvait écrire : « Sans être close, l’ère des Recueils était en nette régression ; on les réservait avant tout à la diffusion des instruments généraux de travail. Ainsi apparurent les Procès-verbaux du Comité des Finances (C. Bloch), de la Commission des subsistances (P. Caron) et les textes législatifs concernant les biens nationaux (P. Caron). D’autre part, plutôt que d’engager à l’aveuglette des « fabricants de Recueils », la Sous-Commission se transforma en jury de concours. Elle s’efforça de distinguer dans les travaux qui lui étaient signalés, ceux qui méritaient de recevoir sa caution et son aide financière. Des mémoires d’Études supérieures et de l’École des Hautes Études, des thèses de doctorat, des communications aux sociétés savantes furent retenus. Il ne s’agissait plus de compilations et de simples copies, mais de travaux élaborés. À la place du Bulletin, on créa, en 1930, une collection de « Mémoires et Documents » qui s’enrichit rapidement »3. Doit-on conclure que la Sous-Commission a fait sienne les idées de Mathiez, alors même que Pierre Caron et Camille Bloch y font, en quelque sorte, figure de permanents, aux côtés de Charles Schmidt et de Georges Bourgin, et qu’ils excluent, de fait, le meilleur historien de la Révolution ?

Comment apprécier le rôle des hommes dans l’histoire ?

7Rappelons que Louis Barthou qui avait accepté de succéder à Jaurès à la présidence de la Commission est, lui aussi, assassiné à Marseille en 1934. C’est Édouard Herriot, député du Rhône – mais aussi historien de la Révolution avec son ouvrage sur Lyon n’est plus. Jacobins et modérés – qui lui succéda.

  • 4 P.V. de la séance du 6 janvier 1927.

8Quant à la Sous-commission, plus que le remplacement de P. Caron par Ch. Schmidt au secrétariat en 1927 (Pierre Caron ayant exprimé « le désir dont il avait fait part au président dès 1923 et que des circonstances personnelles l’obligent à renouveler, d’être déchargé des fonctions de secrétaire qu’il remplit depuis 1904 »)4, la mort d’Aulard en 1928 marque un tournant. Octogénaire gaillard, Aulard présidait encore la séance du 7 juin 1928, même si elle avait été écourtée, et le mois précédent, il avait été désigné comme commissaire pour suivre une publication. Le 15 novembre, M. Cavalier, directeur de l’Enseignement supérieur, préside la séance pour rendre hommage au président disparu et pourvoir à son remplacement, en présence notamment de Bloch, Schmidt et Henri Hauser (dont la présence aux réunions apparaît à partir de 1919) : « Il est décidé que M. Cavalier demandera à M. Barthou, président de la Commission, s’il donnerait son agrément à la désignation de M. Coville ». Alfred Coville, directeur au ministère de l’Instruction publique, présida, donc, la Sous-commission et devint aussi, en décembre 1928, vice-président de la Commission.

9« Il faut cependant attendre la nomination de Georges Lefebvre à la Sous-commission, en 1938, pour assister à une reprise d’activité de la Commission », écrivait J. Godechot.

10Au delà de ce verdict sans appel, nous pouvons néanmoins signaler, par exemple, qu’au cours de la séance du 6 novembre 1930, la Sous-commission examine avec intérêt deux études de G. Lefebvre « l’une sur la crise agraire de l’an II, l’autre sur la Grande Peur de 1789 » et qu’elle demande, pour la première fois, à Mathiez de suivre deux autres publications.

11Par ailleurs, le 9 février 1933, elle reçoit une lettre de Philippe Sagnac, qui a succédé à Aulard à la Sorbonne. Il demande les ouvrages de la Commission pour le nouveau centre d’études de la Révolution. Ce qui deviendra l’Institut d’histoire de la Révolution française reçoit donc les ouvrages qui sont encore disponibles. Lors de l’assemblée plénière du 17 mars 1934, parmi les conférenciers, Sagnac expose « l’objet du centre d’études de la Révolution à la Sorbonne ».

12Signalons aussi que le 4 avril 1935, la Sous-commission soutient l’impression du travail de Marc Bouloiseau sur les biens nationaux dans le district de Rouen ; que le 5 mars 1936, le président annonce qu’à partir du mois d’avril la Commission des documents économiques sera incorporée à la Caisse Nationale de la Recherche Scientifique (ainsi, un rédacteur délégué du CNRS assistera aux réunions).

13Au delà du travail habituel d’examen et du suivi des publications, quelle est la situation des comités départementaux dans les années trente ? L’établissement du budget de 1935 nous en offre l’occasion. Les deux tiers des 57 000 F de crédit prévu, même s’il risque d’être diminué de 10 %, sont consacrés à l’Imprimerie nationale et aux imprimeurs privés ; si on enlève les frais d’auteur et les indemnités aux commissaires responsables des publication (7 %), il reste un petit tiers du budget pour les comités. Ces comités départementaux, à qui la Sous-Commission verse 1 000 ou 2 000 F sont les suivants : Charente-Inférieure, Côte-d’Or, Moselle, Orne, Sarthe, Seine-Inférieure, Seine-et-Oise, Haut-Rhin, Bas-Rhin, Vosges. La dotation du comité du Calvados est réservée, dans l’attente du jugement de C. Bloch sur l’intérêt de son projet de publication. Ainsi, la sélection opérée résulte de l’activité scientifique des comités.

  • 5 Précisons que l’auteur est Paul Mautouchet qui a soutenu une thèse sous la direction d’A. Aulard s (...)

14En 1936, pour un crédit qui ne s’élève plus qu’à 52 400 F, 9 comités départementaux sont retenus : Creuse, Meurthe et Moselle, Orne, Sarthe, Seine-Inférieure, Seine-et-Oise, Bas-Rhin, Vosges. Les sommes varient : de 500 F pour la Creuse à 3 500 F pour le Puy-de-Dôme, les autres recevant 800, 1 000 ou 2 000 F. Ainsi, le comité départemental de la Sarthe, constamment présent et actif, mais toujours doté plus faiblement que d’autres, demande une subvention de 2 000 F pour l’année 1937, « destinée à permettre l’impression du recueil des Actes des représentants en mission dans la Sarthe »5. Mais à la séance du 1er avril 1937, la Sous-commission décide de ne lui accorder que ses 1 000 F habituels, quitte à lui accorder un complément de subvention si les crédits le permettent – ce qui sera effectivement le cas.

  • 6 Dans le budget de 1938, si l’Yonne reçoit 1 000 F. l’archiviste de la Vienne se voit refuser sa de (...)

15Toutefois, la Chambre du Front populaire n’améliore pas la dotation de la Commission qui établit son budget en 1937 sur la base de 47 400 F. Les comités départementaux qui reçoivent une dotation sont le Calvados (1 500 F), la Creuse (500 F), la Moselle (1 000 F en tout), l’Orne (1 000 F), la Sarthe (2 000 F au total), la Seine-et-Oise (1 000 F), le Bas-Rhin (500 F), le Haut-Rhin (1 500 F) et les Vosges (1 000 F)6.

16Relevons aussi en 1937, non seulement la communication à l’assemblée plénière de Georges Lefebvre sur « un épisode de la révolte agraire : le meurtre du comte de Dampierre, le 22 juin 1791 », mais surtout l’entrée dans la Commission de Marc Bloch, Émile Coornaert, F. Braesch, Ernest Labrousse, R. Picard, R. Maunier et du sénateur J. Philip (en remplacement de M. Clémentel).

Le rôle de Georges Lefebvre : de la célébration du 150e anniversaire de la Révolution à la restructuration d’après-guerre

17À la séance du 6 janvier 1938, il est décidé que Georges Lefebvre, « professeur à la Sorbonne, président de l’Institut de la Révolution, sera adjoint à la Sous-commission ». Précisons que, dès sa nomination à Tourcoing en 1906, Lefebvre a été membre du Comité départemental du Nord et qu’il est entré à la Commission en 1921 (avec Édouard Herriot et Paul Boncour, notamment). C’est lors de l’assemblée plénière du 16 mars 1938, qu’il présente, au nom de la Sous-commission, un rapport sur la commémoration du 150e anniversaire de la Révolution.

18La préparation d’un Congrès, à Paris, « peut-être à la Pentecôte », occupe désormais les séances. Il est prévu d’envoyer le texte définitif du programme, notamment, aux inspecteurs d’académie, aux archivistes départementaux, aux sociétés savantes, de le diffuser dans les principales revues historiques et de le recommander individuellement à l’attention des érudits. Dans le budget de 1938, qui ne s’élève toujours qu’à 47 400 F, une somme de 1 000 F est attribuée à l’impression de la circulaire relative au Congrès de 1939.

19Les comités départementaux, scientifiquement actifs, sont toujours les mêmes, à savoir la Creuse (500 F), la Moselle (2 000 F), l’Orne (1 000 F), le Bas-Rhin (1 500 F), le Haut-Rhin (1 500 F), la Sarthe (1 000 F), la Seine-et-Oise (1 000 F), et les Vosges (1 000 F).

20Ce n’est que le 5 janvier 1939 que la Sous-Commission fixe les dates du « Congrès de la Pentecôte », à savoir « trois jours de séances d’études (les 30-31 mai et 1er juin) et une séance de clôture, le 1er juin dans la soirée ». Relevons, aussi, pour l’anecdote simplement, qu’en l’absence du secrétaire en février et en avril, pour soutenances de thèse et deuil personnel, aucun procès-verbal n’est consigné et que la séance du 10 mai 1939, « consacrée à l’organisation de l’assemblée générale des 30 mai-1er juin », ne donne lieu qu’à cette simple phrase...

21Le compte rendu de la séance du 15 juin 1939, à laquelle étaient présents seulement Coville, Bourgin, Lefebvre, Schmidt, de Bar et la représentante du CNRS, n’est guère plus loquace :

« La Sous-commission décide la publication des communications les plus importantes, faites à l’assemblée générale de Pentecôte. Le choix sera fait par les présidents des séances (MM. Lefebvre, Hauser, Caron, Bourgin. Coornaert et Schmidt). Les fonds nécessaires seront passés par M. Cain et prélevés sur les crédits du 150e anniversaire de la Révolution.
La Sous-commission décide qu’en principe une assemblée générale de la Commission et des Comités des départements aura lieu tous les 5 ans. Chaque année, au Congrès des Sociétés savantes, les questions relatives à la vie économique de la Révolution seront mises au programme, mais il n’y aura plus lieu de prévoir une section spéciale du Comité ».

22Il est précisé, en outre que :

« M. Lefebvre voudra bien s’entendre » avec le représentant du Comité des Travaux Historiques, « pour indiquer les questions à traiter et donner une courte bibliographie de ces questions », avant de faire réexaminer, sur la demande des auteurs, Roussier et Maurel, l’intérêt d’une publication sur « la culture coloniale à Saint-Domingue ».

  • 7 Il faudra attendre les dernières années du siècle et, disons-le clairement, la décennie de Michel (...)

23Notons que la première présence féminine dans la Sous-commission date du 6 janvier 1938. Avec la création de la « Caisse », puis « Centre » national de la Recherche Scientifique, une femme – successivement Mmes Lamastre, Petit, Boy – va être déléguée auprès de la Sous-commission. Est-ce parce que la Commission d’histoire économique de la Révolution présente peu d’intérêt pour les instances scientifiques nationales ou bien parce que le fameux ministère de Léon Blum en 1936 a confié à des femmes des responsabilités gouvernementales ?7.

24Au delà de « l’incontestable réussite de cette manifestation » à la Sorbonne, « le rapport général présenté par G. Lefebvre dans la séance de clôture marque une orientation nouvelle dans l’activité de la Commission et dans la conception générale de l’Histoire économique », soulignait Marc Bouloiseau. « Mais – ajoutait Jacques Godechot – trois mois après cette manifestation, la deuxième guerre mondiale devait porter un nouveau coup à la Commission ».

  • 8 M. Bouloiseau, art. cit., p. 64.

25Au lendemain de la guerre, Georges Lefebvre, entouré toujours de G. Bourgin, C. Bloch, Ch. Schmidt, Pierre Caron, est nommé vice-président, alors même que « la situation paraissait sans issue », selon Bouloiseau. En 1948, seuls cinq comités départementaux donnent signe de vie : le Gers, la Moselle, la Sarthe, la Seine-et-Oise et l’Yonne. Puis, « après la disparition de G. Bourgin, de Pierre Caron, de Ch. Schmidt, G. Lefebvre, demeuré seul, assuma le travail avec le secrétaire Soboul ; mais de 1951 à 55 la Sous-commission, ainsi réduite, ne se réunit plus »8.

26La recherche de crédits mobilise l’énergie du vieux professeur. La Commission, après avoir été rattachée au CNRS, était redevenue tributaire de la Direction de l’Enseignement supérieur en 1941 et disposait de 45 000 F seulement. Le combat de Lefebvre aboutit à l’augmentation de la subvention portée à 75 000 F en 1945, 80 000 F en 1946, 100 000 F en 1948, et 200 000 F en 1949. Mais M. Bouloiseau soulignait qu’une telle somme s’avérait encore insuffisante pour publier un seul volume de 200 pages par an.

27À la séance du 29 juin 1950, où participe Ernest Labrousse, on constate que la publication du travail de Soboul sur les papiers des sections va absorber un crédit de 75 000 F et on exprime le désir de voir augmenter la subvention pour « revenir au rythme des publications d’autrefois ». À celle du 14 mars 1951, Lefebvre souhaite voir repris le travail sur les Archives parlementaires.

28Le 25 février 1955, la Commission (représentée par G. Lefebvre, Schmidt, Labrousse, Weisberger, Soboul, Bourgin étant excusé) reprend ses travaux après 4 ans d’interruption :

« (...) La discussion s’engage sur la nécessité de rétablir les comités départementaux ; des négociations avec les autorités préfectorales sont engagées pour les départements de Seine-Inférieure et du Tarn-et-Garonne. M. Lefebvre expose ensuite les démarches qu’il a entreprises pour rétablir la Commission dans son état primitif et lui restituer son autonomie financière. Il a adressé dans ce but un mémoire au président Herriot ; il a eu une entrevue avec son secrétaire. M. Herriot a obtenu l’accord du président de la Commission de l’Éducation nationale. Mais aucun résultat n’a pu être atteint. Une discussion générale s’instaure sur cette question. La Commission décide de renouveler le vœu qu’elle avait émis en 1951, en lui donnant un caractère d’urgence. Le dernier point abordé concerne la continuation de la publication des Archives parlementaires. M. Lefebvre expose les démarches effectuées auprès du président Herriot. La Commission est unanime sur la nécessité de poursuivre les efforts en vue de reprendre la publication ».

29Mais la séance suivante (avec Labrousse, Lefebvre, Reinhard, Soboul et Mme Chassé) n’a lieu qu’en 1957. Dans cette séance de réorganisation du 18 juillet, où Marc Bouloiseau succède à Albert Soboul au secrétariat, Georges Lefebvre expose que satisfaction entière n’a pas été obtenue pour l’inscription du budget : « la Commission sera inscrite au budget comme « sous-titre » du chapitre du CTHS, pour 300 000 F », que 500 000 F seront demandées en rappelant qu’avant 1914, elle était inscrite au budget pour 50 000 F or. Quant aux comités départementaux, Marc Bouloiseau signale la constitution du comité de Seine-Inférieure, les négociations en cours avec M. Vidalenc pour le Calvados et l’Eure, le rôle de M. Godechot pour redonner vie au comité de Haute-Garonne, de M. Ligou pour le Tarn-et-Garonne, et les possibilités en Vendée et Haute-Saône. Si les démarches auprès de la présidence de l’Assemblée nationale pour les Archives parlementaires n’ont pas abouti, en revanche le CNRS a inscrit leur publication dans son plan quinquennal de recherches, avec un crédit de 600 000 F accordé pour le paiement des vacations. Enfin, le décès du président Herriot fait désigner comme successeur « un grand administrateur », Julien Cain, et non plus par tradition un « homme politique » (le nom de Daladier a été évoqué). En fait, la Commission proprement dite (et non la Sous-commission, ou Commission permanente, ou comité permanent) n’a jamais été convoquée depuis 1939.

30Ce n’est qu’à la séance suivante – le 5 février 1959 –, la dernière présidée par Lefebvre, que la Commission transmet son vote à Julien Cain. La Commission dispose alors d’un crédit annuel de 450 000 F – insuffisant pour publier tous les ouvrages de la longue après-guerre si, selon M. Bouloiseau, « G. Lefebvre ne s’était assuré l’appui du CNRS et si, dans les départements, les Conseils généraux n’avaient consenti à lui apporter leur concours ». Par ailleurs, la réalisation d’un inventaire de toutes les publications de la Commission (plus de 100 titres) et la récupération de son stock d’ouvrages, qui du dépôt aux Presses universitaires a été entreposé à l’annexe de la BN à Versailles, permettront, avec une réévaluation des prix des ouvrages et la diffusion de son catalogue éditorial, d’accroître les disponibilités financières de la Commission.

31Quand Georges Lefebvre meurt, le 28 août 1959, il est effectivement – comme l’écrivait M. Bouloiseau – « parvenu, en dépit des circonstances, à maintenir dans sa forme valable, l’institution de Jaurès », à « reconstituer la Sous-commission et préparer la renaissance de la Commission centrale », à défaut – ajouterons-nous – de pouvoir vivre ces années plus heureuses.

32À sa mort, Julien Cain, directeur général des Bibliothèques de France, le remplace : la nouveauté que représente ce cumul des fonctions marque, d’une certaine manière, l’importance réelle du Comité permanent et l’effacement de la double structure. En 1960, la Commission abrège son titre et s’intitule, désormais, « Commission d’Histoire économique et sociale de la Révolution française ».

L’infatigable Marc Bouloiseau

33Si un secrétaire de la Commission a joué un rôle majeur dans cette histoire séculaire, c’est bien Marc Bouloiseau. Et j’espère que Claude Petit-frère et Jean-Paul Bertaud qui, eux aussi, ont beaucoup donné à la Commission Jaurès souscriront à ce jugement.

34Les historiens de demain ne manqueront pas de sources pour approfondir le rôle joué pendant tant d’années par Marc Bouloiseau, disparu en 1999, l’année même où il livrait sa dernière contribution à la Commission Jaurès ou, plutôt, aux publications du CTHS. Sur ce point nous nous abstiendrons de tout commentaire pour rester dans notre rôle de chroniqueuse.

35La correspondance que Bouloiseau, secrétaire général de la Commission Jaurès, a entretenue avec les savants pendant deux décennies est impressionnante, même si nous savons – grâce à Georges Fournier qui a eu l’amabilité de nous donner un aperçu du fonds Jacques Godechot déposé aux archives de Toulouse – que Marc Bouloiseau n’a pas conservé les lettres, de caractère plus privé, dans les archives de son long secrétariat. Citons, parmi ses correspondants M. Baudot, Paul Bois, André Bouton, F. Braudel, Y. Castan, Vital Chomel, Jean Deprun, Jean Egret, J. Godechot, Paul Gonnet, Daniel Guérin, Pierre Guiral, Béatrice Hyslop, R. Jouanne, E. Labrousse, Pierre Léon, C. Mazauric, Claude Mesliand, J-C. Perrot, M. Rébérioux, A. Soboul, M. Taillefer, L. Trénard, J. Vidalenc... Car M. Bouloiseau a pris très au sérieux, à partir de la fin des années 50, notamment le rôle de médiateur auprès des comités départementaux, dont Georges Lefebvre l’avait chargé.

36En octobre 1957, il écrit à tous les archivistes départementaux pour relancer l’activité des Comités. Et, en 1959, il se rend lui-même en mission dans un certain nombre de départements : sa présence est attestée, dans les archives de certains comités départementaux, ainsi à Nice (avec Hildesheimer, Guiral...), au Mans (Paul Bois, François Domic, l’abbé Girault...), à Poitiers (Castellan, Egret...). Dans le Bulletin de 1959-60, toutes les indications utiles pour la constitution d’un comité départemental vont figurer, ainsi que l’enquête démographique lancée par M. Reinhard.

37Ainsi, Marc Bouloiseau va s’attacher, pendant de longues années, à relancer l’activité des comités départementaux et, d’abord, à les reconstituer. Les réponses à ses sollicitations semblent varier en fonction de l’intérêt que portent à la Révolution française les archivistes et les universitaires, ou les professeurs d’histoire dans le secondaire qui sont doctorants.

38Voici la liste des départements pour lesquels Bouloiseau a constitué un dossier : Alpes-Maritimes, Aude, Bouches-du-Rhône, Calvados, Côte-d’Or, Eure, Gers, Haute-Garonne, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Maine-et-Loire, Manche, Marne, Moselle, Nord, Oise, Orne, Pas-de-Calais, Pyrénées-Orientales, Rhône, Sarthe, Savoie, Seine-et-Oise, Seine-Maritime, Somme, Tarn-et-Garonne, Vaucluse, Vienne, Haute-Vienne, Yonne.

39Certains de ses dossiers sont, hélas, vides (Nord, Rhône, mais pour ce dernier, voir la Savoie). D’autres ont répondu négativement à son enquête (Aude, Eure, Loir-et-Cher, Maine-et-Loire, Manche, Marne, Orne, Pas-de-Calais, Savoie, Seine-et-Oise, Somme, Vaucluse).

40Incontestablement, trois départements ont eu une très grande activité : la Haute-Garonne, la Sarthe et la Seine-Maritime. Pour Toulouse, on connaît l’appréciation d’Aulard et la vieille tradition universitaire et républicaine de la ville rouge ; pour Rouen, il faut bien sûr parler, d’abord, de l’influence personnelle de Marc Bouloiseau qui s’y serait taillé « un fief » selon l’expression de Pierre Léon ; pour Le Mans, constamment présente depuis les origines, il y a le rôle indéniable joué par l’archiviste Julien L’Hermitte de 1906 jusqu’à sa mort en 1947, entouré d’une pléiade d’historiens – de Paul Mautouchet à Paul Bois – dans une ville qui n’était pas alors une ville universitaire, mais profondément républicaine. La Sarthe est, sans conteste, le département qui a le plus valorisé le « projet Jaurès », avec notamment la publication de son Bulletin trimestriel depuis sa création jusqu’à l’Occupation.

41Signalons, toutefois, l’intérêt que présentent d’autres dossiers départementaux, même si les archives sont moins importantes. Le département des Alpes-Maritimes, d’abord, cher aussi à Marc Bouloiseau. Le comité est créé en février 1959 (mais il rappelle l’existence d’un projet en 1908) et ses réunions sont consignées jusqu’en 1976 au moins. Les Bouches-du-Rhône, grâce au professeur aixois Pierre Guiral qui réunit les membres fondateurs à son domicile en novembre 1958 et propose de rayonner sur les Basses-Alpes, le Var et le Vaucluse. La Côte-d’Or qui était en activité en 1947, avec Pierre de Saint-Jacob. Signalons aussi le comité d’Indre-et-Loire qui a su, à nouveau, honorer sa grande période de 1906 à 1918 ; de la Moselle, malgré la destruction totale des séries L et Q en 1944 ; ou encore la création, en janvier 1960, d’un comité pour la Vienne, les Deux-Sèvres et la Vendée. Quant aux Pyrénées-Orientales, un Comité émerge, enfin, en 1967, sous l’impulsion de l’archiviste qui n’est pas catalan ; il tient sa première assemblée générale le 12 mai 1968 et Marc Bouloiseau participera à la réunion du 8 novembre 1973 à Perpignan.

42Lors de sa séance du 11 décembre 1967, la Commission nationale considère, non sans humour, qu’après cette « période d’euphorie, marquée par la reconstitution d’une vingtaine de Comités départementaux, l’année 1967 a consacré, sur le plan national, la reprise normale de nos travaux » puisque « quatre d’entre eux continuent à se réunir régulièrement et se consacrent à des enquêtes collectives : Côte-d’Or, Haute-Garonne, Indre-et-Loire et Seine-Maritime, ce qui représente à peu de choses près la situation en 1912 et 1920 ». Elle ajoute, toutefois, ceux des Pyrénées-Orientales et de l’Yonne et, surtout, que « plusieurs à Aix, Caen, Lille, Nice, Poitiers, Strasbourg continuent leurs tâches dans les limites de la région, en accord avec celles des Universités, ainsi que le suggérait notre circulaire du 16 mai 1960. » Par ailleurs, elle se félicite du rythme de publications, une moyenne de trois ouvrages par an, en plus du Bulletin.

43Le bilan que dresse Marc Bouloiseau en 1969 – dix ans après la mort de Lefebvre et année qui marque le début de la réédition de l’Histoire socialiste de Jaurès, mise à jour par Soboul, préfacée par Labrousse et publiée par les Éditions Sociales – mérite de larges citations :

« La Commission d’Histoire économique et sociale de la Révolution a fourni depuis dix ans tant de preuves de sa vitalité qu’on cesse désormais, en France et à l’étranger, de la classer parmi les institutions moribondes. Ses ouvrages se vendent, et les publications qui lui sont proposées risquent d’épuiser rapidement ses crédits (...) Néanmoins, ce serait mal interpréter notre rôle que de le réduire à celui d’un éditeur privilégié. Nos collections sont constituées d’ouvrages élaborés avec notre accord et sous la direction effective de nos membres (...) ».

44Après s’être félicité du renforcement des contacts entre la Commission et les archivistes, de la progression rapide du classement des séries révolutionnaires et de la rédaction des inventaires, il ajoute :

« L’utilisation des documents recensés exige une main d’œuvre que fournissait autrefois le personnel de l’enseignement primaire et secondaire. Désormais, l’érudition ne le tente plus guère et notre effort pour y intéresser les élèves-maîtres des Écoles normales n’a pas produit les résultats escomptés. Malgré toute la compréhension dont firent preuve les Inspecteurs d’Académie, il fallut abandonner l’espoir caressé par Jaurès d’entraîner les jeunes instituteurs vers l’histoire locale par le biais de nos Comités départementaux. Si certains d’entre eux, à Rouen, à Dijon, à Tours, à Toulouse et à Nice se réunissent régulièrement, si un autre s’est récemment constitué à Perpignan, leur efficacité dépend du dynamisme de leurs promoteurs et des loisirs de quelques retraités. Plusieurs manifestent fort heureusement à l’égard du passé de leur région un intérêt et une compétence auxquels il convient ici de rendre hommage. Avec les procédés anciens de la recherche, copiant et annotant sans se lasser, ignorant la saturation et la fatigue, ils ont réalisé des œuvres solides et appréciées. Ils persévèrent toujours, mais leur nombre décroît et, pour nos entreprises, l’on n’en compte guère en France qu’une dizaine.
La relève nécessaire fut assurée par les Universités et leurs étudiants de Diplôme. Lorsqu’un spécialiste de la Révolution française occupa une chaire d’Histoire moderne et contemporaine, sa collaboration nous fut aussitôt acquise, et l’installation d’Instituts de recherches la rendit très bénéfique. Disposant d’appareils de photocopies, de moyens mécanographiques, de dessinateurs, la mise en œuvre des résultats fut accélérée, en même temps que se constituèrent de véritables équipes. Cet incontestable progrès se mesure par la douzaine de mémoires dont la valeur avait été reconnue et qui parurent sous notre égide. De plus en plus, notre activité se lia étroitement avec l’Enseignement supérieur et l’on peut se demander dans quelle mesure la mutation qu’il subit actuellement ne nous atteindra pas nous-mêmes.
La création des diplômes de maîtrise a provoqué, depuis l’an dernier, un afflux inaccoutumé de mémoires érudits dont la substance est souvent plus riche que celle des anciens DES. Pour la seule chaire d’Histoire de la Révolution à la Sorbonne. on a distribué cette année plus de 40 sujets qui devraient fournir la matière de plusieurs publications originales. Cette promotion de la recherche se fait aussi sentir en province, et nous devons nous en réjouir. De même, la multiplication et la décentralisation des Universités ne peuvent que nous être favorables ; l’expérience l’a déjà prouvé à Rouen et Tours (...) ».

45Dans le contexte post-soixante-huitard et celui de la réforme des Universités, M. Bouloiseau parle, ensuite, d’interdisciplinarité, de la place de l’Histoire dans les sciences sociales et cherche de nouvelles perspectives pour la Commission :

  • 9 L’Histoire sociale. Sources et méthodes, colloque de l’ENS de Saint-Cloud, 1965, Paris, PUF, 1967, (...)
  • 10 Intervention de R. Mousnier, dans Niveaux de culture et groupes sociaux, au colloque de l’ENS de S (...)

« Depuis longtemps déjà, nous avons déploré le cloisonnement de la recherche et préconisé, puis encouragé des options nouvelles devant aboutir à une compréhension plus large des hommes de la Révolution et des forces qu’ils subissaient. Si Jaurès mit en lumière les dominantes d’ordre économique, il ne délaissa pas pour autant les individus et les masses. Lorsque notre intitulé devint « économique et social » nous ne l’avons pas trahi. Nous n’avons d’ailleurs jamais cessé d’accorder une part importante aux phénomènes de crise, aux fluctuations des prix et à l’évaluation du profit en y appliquant, avec E. Labrousse, les méthodes statistiques de l’analyse moderne. De même, lorsque M. Reinhard et ses disciples insistent sur le rôle des facteurs démographiques et sur l’étude conjointe des subsistances, il invite à une pratique rétrospective de l’analyse sociologique. On s’aventura plus loin encore avec Georges Lefebvre qui, dès 1955, convia au dénombrement des groupes socioprofessionnels et à l’analyse des structures sociales. Il quêtait aussi la réflexion des biologistes, des médecins, des philosophes et des juristes, soucieux d’une histoire qui s’élargirait aux mentalités, aux niveaux de culture, aux mouvements d’idées. En 1965, Albert Soboul réaffirma la nécessité d’une étude de la psychologie collective9 et, depuis lors, cette démarche a été largement suivie.
Peut-on nous reprocher d’être demeurés à l’écart de préoccupations qui n’ont cessé de demeurer nôtres, très profondément ? Peut-on accepter sans attendre davantage les déclarations selon lesquelles les travaux de G. Lefebvre ne résisteraient pas à « une véritable analyse sociologique » et que « nous serions obligés bientôt de récrire toute l’histoire de la Révolution française »10 ? Pourquoi non, d’ailleurs ? L’auteur de La Grande Peur n’en eut certainement pas pris ombrage. Depuis sa mort, la quête de documents s’est enrichie et la machine est venue secourir l’artisan ; les sillons que Jaurès et lui ont tracés attendent donc de nouvelles récoltes. Nous revendiquons ce double héritage et les travaux que nous avons engagés témoignent de notre poursuite continue vers l’histoire totale, chère à Lucien Febvre (...) ».

46À cette époque, non seulement le secrétaire général dresse le rapport d’activité, mais encore c’est lui qui demande une augmentation de la subvention à la Commission centrale du CTHS comme en 1970, par exemple, pour qu’elle passe de 49 000 F à 80 000 F ; la Commission dispose également dans son budget de reliquats et de recettes qui s’élèvent en 1968 à 37 000 F ou à 45 000 F en 1970.

47Malgré « les lenteurs administratives qui indisposent ses collaborateurs et réduisent, du fait de l’inflation, le montant de ses crédits », la situation financière en 1972 permet d’envisager la publication de 5 ouvrages : « La Révolution dans le Puy-de-Dôme » s.d. A Soboul, « La vente des biens nationaux dans le district de Grasse » d’A. Coiffard, « Bourgeoisie et Révolution. Les Dupont de Nemours pendant la Révolution » de M. Bouloiseau, « Francs-maçons et ateliers parisiens de la Grande Loge de France » d’A. Le Bihan, « La féodalité au siècle des Lumières dans la région de Toulouse » de J. Bastier et le Bulletin 1971. À propos du Bulletin, on signale qu’« il paraît depuis 1969 avec une année de retard et que sa tâche d’information s’en trouve réduite. Actuellement celui de l’année 1970 est en épreuves et ne sortira sans doute pas avant Pâques 1972 ».

48Dans ces années 1970, il faut d’abord signaler que J. Godechot et A. Soboul entretiennent avec M. Bouloiseau une correspondance régulière et amicale. Par exemple, en 1974, A. Soboul, qui avait signalé « les difficultés auxquelles se heurtent l’Institut qu’il dirige à l’Université de Paris I et les études sur la Révolution française » à la séance du 18 octobre 1973, s’occupe de faire réserver la salle Liard pour que la Commission tienne son assemblée générale au moment du colloque Mathiez-Lefebvre, organisé par la Société d’histoire moderne et la Société des Études robespierristes, et pense envoyer la convocation à tous les membres de la Société fondée par Mathiez, parce qu’« il faudra remplir la salle Liard ! ». Ainsi, le secrétaire général n’est pas isolé au milieu de ce que « Marius », dans une de ses lettres à son « cher Marc », appelle la « f. bureaucratie ». Ensuite, il faut ajouter que la situation budgétaire est l’objet de préoccupations récurrentes, ainsi à la séance du 18 mai 1976 où Michel Vovelle intervient après le secrétaire général qui a exposé une situation peu encourageante et exprimé ses craintes sur l’avenir de la Commission.

49La Commission est alors présidée par le doyen Godechot et a été rajeunie avec l’entrée de Michel Vovelle. Une nouvelle époque se dessine désormais.

Liste des présidents et secrétaires de la Commission

Présidents de la Commission

50Jean Jaurès (1903-1914)

51Louis Barthou (1914-1934)

52Édouard Herriot (1935-1957)

53Julien Cain (1959-1974)

Présidents de la Sous-Commission, puis Commission

541904-1928 : Alphonse Aulard

551928-1945 : Alfred Coville

561945-1959 : Georges Lefebvre

571959-1974 : Julien Cain

581975-1986 : Jacques Godechot

591986-1996 : Michel Vovelle

601996-2000 : Jean Bart

Secrétaires

611904-1927 : Pierre Caron

621927-1951 : Charles Schmidt

631951-1957 : Albert Soboul

641957-1978 : Marc Bouloiseau

651979-1986 : Claude Petit-frère

661986-1996 : Jean-Paul Bertaud

671996-2000 : Christine Peyrard

Notes

1 J. Godechot, art. cit., p. 320.

2 Les trois premiers cahiers ont été remis par les soins de Marc Bouloiseau au ministère de l’Éducation nationale, direction des bibliothèques, le 20 juin 1960. Le quatrième cahier de la « Sous-commission d’histoire économique » ou « de recherche et de publication des documents d’archives relatifs à la vie économique de la Révolution » couvre la période du 17 janvier 1919 au 24 novembre 1978. Quant au cinquième cahier, celle de mai 1979 à mars 2000.

3 M. Bouloiseau, art. cit., p. 61.

4 P.V. de la séance du 6 janvier 1927.

5 Précisons que l’auteur est Paul Mautouchet qui a soutenu une thèse sous la direction d’A. Aulard sur Le Conventionnel Philippeaux, publiée à Paris en 1900 ; que ses travaux, à partir de 1914, comme Les comptes décadaires de l’agent national près le district du Mans en l’an II et en l’an III, ont été édités par La Révolution dans la Sarthe, un de ces remarquables Bulletins ou Revues, institué grâce au projet de Jaurès. Ajoutons que l’inventaire en question sera publié, lui aussi, dans le Bulletin du Comité départemental d’histoire économique de la Révolution française, et que le second volume des Actes des Conventionnels en mission dans la Sarthe. Les missions thermidoriennes, ne paraîtront, « sous les auspices de la Commission d’histoire économique de la Révolution française », qui n’a pas ménagé ses subventions, qu’en 1948 au Mans.

6 Dans le budget de 1938, si l’Yonne reçoit 1 000 F. l’archiviste de la Vienne se voit refuser sa demande de subvention.

7 Il faudra attendre les dernières années du siècle et, disons-le clairement, la décennie de Michel Vovelle pour que des femmes entrent dans la Commission comme historiennes, avec Marita Gilli et Monique Cubells, professeurs des Universités, puis Françoise Brunei et Catherine Duprat.

8 M. Bouloiseau, art. cit., p. 64.

9 L’Histoire sociale. Sources et méthodes, colloque de l’ENS de Saint-Cloud, 1965, Paris, PUF, 1967, p. 15.

10 Intervention de R. Mousnier, dans Niveaux de culture et groupes sociaux, au colloque de l’ENS de Saint-Cloud, 1966. Paris. Mouton, 1967, p. 170.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540