Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès

 | 
Christine Peyrard
, 
Michel Vovelle

Vie et mort de la « Commission Jaurès »

La création de la Commission ou l’œuvre de Jean Jaurès

Texte intégral

  • 1 Les Archives de la Commission d’Histoire de la Révolution française font partie, au CARAN, du fond (...)

1Retracer, ne serait-ce qu’en grandes lignes, à partir des sources archivistiques1, l’histoire de la Commission, c’est bien sûr, d’abord, rappeler l’œuvre de Jaurès historien et homme d’État.

2C’est l’homme d’État qui défend le 27 novembre 1903 son projet de résolution devant la Chambre des députés dont il est, pour une année, le Vice-président. Derrière l’homme d’État, il y a bien sûr l’historien qui publia son Histoire socialiste de la Révolution française, en fascicules à bas prix à partir de 1900, puis en 4 gros volumes de 1901 à 1903. Le dernier tome fut mis en vente en décembre 1903.

  • 2 A. Aulard, « Le projet Jaurès », La Dépêche de Toulouse, 9 décembre 1903.
  • 3 J. Jaurès. Histoire socialiste de la Révolution française. T VI. Le Gouvernement révolutionnaire, (...)

3On sait que « plusieurs écrivains socialistes se sont associés pour raconter au peuple l’histoire de France depuis 1789 jusqu’à nos jours et faire ce qu’ils appelaient une Histoire socialiste (...) Ce titre semblait annoncer une histoire tendancieuse, partiale, un pamphlet politique, et on craignait que M. Jaurès ne s’y montrât plus orateur et plus philosophe qu’historien. Eh bien ! quiconque a lu l’ouvrage de M. Jaurès a senti s’évanouir en lui, s’il est sincère, toutes ces préventions, et même les adversaires du socialisme ont admiré non seulement la noble impartialité et la belle ordonnance de ce livre, mais la sûreté, la variété et la richesse de l’érudition, l’art consommé avec lequel l’auteur, se révélant maître historien dès son coup d’essai, a su appliquer les règles si difficiles de la méthode historique (...) »2. On sait que c’est en 1898 que l’éditeur Rouff proposa ce travail historique à Jaurès qui venait d’échouer aux élections à cause de son engagement dreyfusard et que « c’est en pleine lutte qu’(il a) écrit cette longue histoire de la Révolution jusqu’au 9 thermidor »3 – et Jaurès, dans sa conclusion, d’évoquer le combat contre les ennemis du socialisme, de la République et de la démocratie et le combat entre les socialistes eux-mêmes à l’époque du bloc des gauches.

  • 4 Cf. les études réunies par Alain Boscus et publiées dans Jaurès, historien de la Révolution frança (...)
  • 5 Madeleine Rébérioux. « Jaurès : Histoire socialiste de la Révolution française », dans Jaurès, his (...)

4À la suite d’Alphonse Aulard, titulaire de la chaire d’Histoire de la Révolution française à la Sorbonne depuis 1886, tous les maîtres des études révolutionnaires au cours du XXe siècle ont souligné l’importance de l’œuvre scientifique de Jaurès4. « Premier historien social de la Révolution » selon Ernest Labrousse, Jaurès étudie avec une grande finesse les forces sociales et leur dynamique de 1789 au 9 thermidor. Dans une tradition d’interprétation sociale classique, c’est une nouvelle histoire de la Révolution française que le militant socialiste propose en valorisant les faits économiques et sociaux. Cette conscience d’ouvrir des voies nouvelles a été soulignée par Madeleine Rébérioux qui a parlé de son « indéniable obstination » en citant Jaurès, que ce soit en étudiant la Constituante : « La vie économique et sociale de la Révolution n’a pas (encore) été mise en pleine lumière (...). Bien des textes connus prennent un sens tout nouveau et révèlent des faits jusque là insoupçonnés quand on les lit avec la préoccupation des questions économiques », ou la Convention : « Je tiens à répéter ici que j’ai fait effort pour tirer des documents relatifs à la vie économique de la Révolution le plus grand parti possible »5.

  • 6 Cité par M. Rébérioux. art. cit., p. 164. Cf. également James Frigugljetti, Albert Mathiez, histor (...)

5Dès 1901, Jean Jaurès a sollicité Alphonse Aulard, faisant alors paraître son Histoire politique de Révolution française. Origines et développement de la démocratie et de la République (1789-1804) et maître incontesté des études révolutionnaires, de joindre « ses efforts aux nôtres pour obtenir que l’État, les ministères, la Société d’Histoire de la Révolution française, la ville de Paris procèdent enfin à la publication des documents d’ordre économique qui intéressent la Révolution »6.

  • 7 J. Jaurès, Histoire socialiste... TVI, p. 394.

6La résolution de Jaurès, en novembre 1903, est donc profondément méditée. Avant même que ne paraisse le dernier tome de son œuvre historique – dans lequel il écrivait notamment : « Le jour où il sera possible, par la publication des immenses documents d’archives relatifs au Maximum qui ont à peine été explorés encore, de creuser l’histoire économique de la Révolution...7 –, le Vice-président expose son projet aux députés :

Extraits du discours de Jaurès à la Chambre des députés, le 27 novembre 1903

  • 8 Journal Officiel de la République française, 17 novembre 1904.

« Le fond de l’histoire ne consiste pas dans le développement extérieur des formes politiques. Il est bien certain que c’est le jeu des intérêts économiques, des forces sociales qui détermine le mouvement de l’histoire et qui lui donne un sens. Or, tandis que, pour l’histoire de la Révolution française, c’est-à-dire pour l’histoire des origines mêmes du monde moderne... les publications de documents d’ordre politique se sont multipliées, qu’il y a déjà des collections du plus haut intérêt scientifique et historique, comme les publications relatives à la Commune de Paris, dont notre ancien collègue M. Sigismond Lacroix a la direction, comme les publications de M. Aulard sur la société des Jacobins, il n’y a sur les documents qui intéressent la vie économique et sociale profonde de la Révolution française aucune collection de documents.
Ces documents sont dispersés dans les archives ; ils ne sont même pas classés, et fussent-ils classés, il serait impossible à un travailleur isolé d’en prendre connaissance. Voilà pourquoi il faut que l’État, par une publication d’ensemble, mette au service des historiens qui veulent aller jusqu’au fond des choses les moyens nécessaires de travail.
Je ne reprends que d’un mot – car il y aurait beaucoup à dire, mais ce n’est vraiment pas le lieu ou le moment – l’énumération rapide que j’ai donnée dans mon projet de résolution.
Il est bien certain, par exemple, qu’au point de vue des cahiers, dans lesquels s’est formulée d’abord la pensée de la France nouvelle, il y a eu déjà des publications. Nos archives parlementaires contiennent des documents importants ; mais elles se sont arrêtées presque toujours aux cahiers des districts, c’est-à-dire aux cahiers revus, corrigés, simplifiés, mutilés. Il n’y a qu’un très petit nombre de documents, comme ceux par exemple relatifs au diocèse d’Autun, qui aillent jusqu’aux cahiers des paroisses, c’est-à-dire jusqu’à l’expression originelle et originale de la pensée du paysan lui-même, et il y aura en ce sens un très grand effort de recherches et de documentation pour retrouver jusqu’à sa source la pensée révolutionnaire de la France moderne.
De même, pour tout ce qui touche aux biens nationaux, à leur vente, aux procédés financiers par lesquels cette vente a été rendue possible, il y a déjà quelques publications sur le transfert des biens de l’Église, des émigrés et des nobles aux classes nouvelles de possédants. Vous savez, messieurs, combien longues ont été sur cet objet les controverses des partis...
Il y a eu quelques études résumées très intéressantes, mais qui ne s’appliquent qu’à un petit nombre de régions. Il faut que pour chaque département nous ayons le tableau statistique de la vente des biens nationaux pour pouvoir faire la ventilation entre les diverses classes, déterminer avec exactitude s’il y a eu morcellement ou simplement transfert en bloc, d’une classe à une autre, pour ces innombrables créations de billets de secours, de billets de confiance, qui ont donné alors aux prédécesseurs de M. Rouvier tant d’embarras, tant de difficultés, vu l’insuffisance du nombre des assignats, surtout des petits assignats – car, à l’origine, on n’avait créé que des assignats d’une valeur élevée. Pour faire face aux besoins de la circulation, de la consommation courante, les villes, les communes, les municipalités, les districts avaient créé des billets de confiance, mais qui avaient entraîné toutes sortes de difficultés, de complications.
Nous n’aurons sur tous ces points des documents authentiques que lorsque l’État voudra bien ouvrir ses archives et les mettre à la disposition de tous les chercheurs »8.

7Après le discours de son vice-président, la Chambre des députés vote le projet de résolution suivant :

« La Chambre invite le Gouvernement à proposer, dans le budget du futur exercice, le crédit nécessaire pour commencer le classement et la publication des documents d’archives relatifs à la vie économique de la Révolution française (assignats, vente des biens d’Église et des biens des émigrés, subsistances, maximum, manufactures, partage des communaux, etc.) ».

8Suite à ce vote unanime du Parlement, le ministère de l’Instruction publique, des Beaux-Arts et des Cultes constitue, le 21 décembre 1903, une « Commission chargée de rechercher et de publier les documents d’archives relatifs à la vie économique de la Révolution », près le CTHS. Sont nommés, alors, 28 membres de cette Commission autour de Jaurès qui en est le président : 3 sénateurs (Guillemaut, Pradal et Rivet), 3 députés (Barthou, Clémentel et Deville), des universitaires – historiens et juristes – (Aulard, professeur à la faculté des lettres de l’université de Paris, Boissonade, professeur d’histoire à l’université de Poitiers, Esmein, professeur à la faculté de droit de l’université de Paris, Faure, professeur à la faculté de droit de l’université de Paris, Gide, chargé de cours à la faculté de droit de l’université de Paris, Glasson, membre de l’Institut, doyen de la faculté de droit de l’université de Paris, Lavisse, membre de l’Académie française, professeur à la faculté des lettres de l’université de Paris, Levasseur, membre de l’Institut, président de la section des sciences économiques et sociales du comité des travaux historiques et scientifiques, administrateur du collège de France, Sagnac, professeur adjoint d’histoire moderne à l’université de Lille, Sée, professeur d’histoire à l’université de Rennes, Seignobos, maître de conférences d’histoire à l’université de Paris) des archivistes (Caron, archiviste aux archives nationales, Dejean, directeur des archives, Servois, directeur honoraire des archives) ainsi que Brette, publiciste, Seligman, avocat, membre de la Commission des missions scientifiques et littéraires, Sigismond Lacroix, ancien député, et des représentants du ministère de l’Instruction publique (Bayet, directeur de l’enseignement supérieur, Liard, vice-recteur de l’académie de Paris, De Saint-Arroman, chef du 5e bureau de la direction de l’enseignement supérieur, et de Bar, rédacteur au 5e bureau).

  • 9 Signalons l’existence de dossiers individuels, constitués de lettres d’acceptation ou d’excuses, s (...)

9Par divers arrêtés du 25 janvier au 7 mars 1904, vont être adjoints à la Commission : Camille Bloch, inspecteur général des bibliothèques et des archives, Bouton, sous chef au 5e bureau de la direction de l’enseignement supérieur, S. Charléty, professeur d’histoire à l’université de Lyon, A. Debidour, inspecteur général de l’Instruction publique, Deschamps, professeur à la faculté de droit de l’université de Paris, A. Dubost, sénateur, Ferdinand-Dreyfus, avocat, ancien député, Cl. Perroud, recteur de l’académie de Toulouse, B. Prost, inspecteur général des bibliothèques et des archives9.

  • 10 Voir Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes de France, Paris, CTHS, (...)

10La naissance de cette Commission s’inscrit dans un héritage. Un héritage qui est, d’abord, révolutionnaire (la conception de la Révolution sur l’Instruction Publique, la création et l’œuvre des Comités d’Instruction Publique sous l’Assemblée Législative et la Convention nationale), avant d’être repris par la Monarchie de Juillet (à l’origine de création du Comité des travaux historiques et scientifiques qui siège au ministère de l’Instruction publique)10 et développé sous la troisième République.

11Par arrêté du 28 novembre 1881, avait été créée une « Commission de recherche et de publication des documents historiques relatifs à l’histoire de l’Instruction Publique de 1789 à 1808 », sur la proposition de F. Buisson, inspecteur général et directeur de l’enseignement primaire au ministère de l’Instruction publique et des cultes, afin « d’honorer l’œuvre immortelle de la Révolution » car « il ne faut pas que nous arrivions au centenaire de 1789 sans avoir donné à la mémoire de nos pères cette marque de respect ». Cette Commission que présidait le ministre et dont Mignet eut la présidence d’honneur et F. Buisson le secrétariat, était notamment composée de Louis Blanc, Carnot père, A. Challamel, E. Charavay, L. Delisle, A. Dide, E. Hamel, Henri Martin, Gabriel Monod, C. Pelletan, Dreyfus-Brissac...

  • 11 A.N. F 17/2922.

12Elle fut rattachée à la section des sciences économiques et sociales du CTHS par arrêté du 25 septembre 1885 et devint, par arrêté du 4 décembre 1886, la « Commission de publication des documents historiques inédits relatifs à la révolution de 1789 ». Cette Commission a étendu son champ d’études – on l’appelle aussi Commission de la Révolution – et compte de nouveaux membres, parmi lesquels Aulard, Charavay, Chassin, Sorel... Elle va publier non seulement les Procès-verbaux des Comités d’Instruction publique de la Législative et de la Convention de J. Guillaume, mais aussi le Recueil des Actes du Comité de Salut Public avec la correspondance des Représentants en mission d’Aulard ou encore La Vendée patriote de Chassin. Mais la Commission a cessé de se réunir depuis longtemps : les procès-verbaux de ses séances s’achèvent, en effet, en 189111.

La presse française et l’annonce de l’institution de la Commission

13La création de la Commission Jaurès a suscité diverses prises de position dont nous pouvons donner quelques exemples.

14Sous un titre éloquent : « Les étrennes de M. Jaurès », La République française du 23 décembre 1903 s’interroge sur l’intérêt de cette « Commission exceptionnelle » pour critiquer le cadeau du gouvernement à Jaurès (à savoir, « le bloc de la Révolution française qu’il veut refondre sur les fourneaux de la République ») et finalement pour conclure que « cette entreprise absurde est heureusement sans danger ».

15Le rédacteur écrit notamment :

« (...) M. Jaurès a formé le projet vaste et puéril de faire entrer la Révolution française dans le cadre moderne du socialisme collectiviste. Il sait l’immense puissance des mots et le merveilleux prestige de la grande Révolution. Il a senti, bien des fois, l’inconvénient d’avoir, contre lui, ce prestige résistant. On lui oppose communément la Révolution pour toute réplique à ses discours ; et cela suffit souvent pour détourner de lui l’auditoire qui allait se donner. Il y a comme cela quelques millions de Français qui ne peuvent se décider à renier la Révolution ; ils en ont l’âme encore pleine ; ou mieux, ils l’ont, comme on dit, dans le sang. Après avoir tenté ce projet icarien de réfuter la Révolution française, M. Jaurès a pensé qu’il serait plus commode de la déformer. Il s’est fait faire à sa mesure une commission de députés, jacobins et socialistes comme lui, de fonctionnaires dociles et de professeurs ambitieux. À tous ensemble, entre amis, ils vont entreprendre de démontrer que les géants qui ont donné au monde la liberté, ne l’ont peut-être pas fait exprès, et qu’à tout prendre ils pourraient être considérés comme les précurseurs, les pères du collectivisme. C’est surtout dans la « vie économique » qu’on pourrait trouver des traces de ce socialisme inconscient (...) »

16Bien sûr, La Dépêche de Toulouse, consacre de nombreux articles en première page à informer ses lecteurs d’une autre manière. Dès le 9 décembre 1903, Alphonse Aulard rend compte du « projet Jaurès » en rappelant qu’il est le résultat de la publication de l’Histoire socialiste :

« (...) Ce livre est une histoire générale de la Révolution considérée dans l’ensemble de son évolution, dans toute son ampleur sociale, et surtout dans les idées, dans les faits qu’on appelle (d’un terme médiocre) économiques. La documentation, à ce point de vue plus proprement économique, est excellente, et les vieux routiers de l’histoire de la révolution admirent l’habileté avec laquelle M. Jaurès a su trouver, réunir, en si peu d’années, une telle masse de documents, dont beaucoup sont neufs et qui, tous, sont utiles.
Mais si remarquable que soit cette documentation, elle est, elle devrait être insuffisante, non par la faute de l’auteur, mais par la faute des circonstances. En histoire politique, en histoire administrative, il y a de grands recueils, achevés ou en cours. Il y a des bibliographies, des répertoires, de bons instruments de travail, au moins pour quelques époques et quelques parties.
Pour l’histoire économique de la Révolution, il n’y a rien ou presque rien. Imprimés ou manuscrits, les documents de cette histoire ne se trouvent classés presque nulle part, et ces documents aussi nombreux qu’indispensables se dérobent plutôt qu’ils ne s’offrent au public dans le chaos des Archives, soit nationales, départementales, municipales, particulières ou dans d’autres dépôts.
On ne pourra écrire une véritable et complète histoire sociale de la Révolution que le jour où l’ensemble de ces documents aura été mis à la portée des travailleurs. Jusqu’à ce moment-là il n’y aura que des esquisses. Celle que M. Jaurès nous a donnée est admirablement ample et vigoureuse, mais ce n’est tout de même qu’une esquisse.
C’est l’auteur lui-même qui, avec la modestie d’un savant, le proclame une fois arrivé au terme de son travail et voulant que ses successeurs puissent un jour transformer cette esquisse, non par un tableau définitif (il n’y a rien de définitif en histoire), mais en un tableau plus complet, il a eu la généreuse idée de préparer, par la résolution du 27 novembre, le classement et la mise en œuvre des documents où notre démocratie puisera, avec la connaissance de son passé récent et déjà oublié, la conscience de ses forces, le sentiment du possible et comme l’organisation scientifique de ses espérances.
Il s’agit, donc, d’inventorier, de classer et de publier cette masse de documents. Dans cet ordre d’idées, presque tout est à faire : ainsi, croirait-on qu’au budget de l’État, il n’y a pas un centime de crédit pour la publication des inventaires de ces séries des Archives départementales où sont enfouis, inconnus et inabordables, les essentiels éléments de notre histoire nationale ? Mais il n’y a pas que les Archives départementales. Les plus humbles archives municipales contiennent parfois des trésors pour l’histoire économique de la France. Les archives notariales sont plus riches encore en cette matière. Il faut inventorier toute cette richesse.
Pour cet inventaire, ni l’État, ni les fonctionnaires ne suffiront, même avec le zèle des professeurs de lycée et de collège et des instituteurs. Ce ne sera pas trop que toute une partie du peuple français s’occupe de cette besogne, si utile à l’émancipation de sa personnalité, à la formation de sa conscience, à l’élaboration de son avenir. M. Jaurès, à la dernière page de son Histoire socialiste exprime le vœu que la Société de l’histoire de la Révolution dirige l’œuvre : elle en pourra au moins diriger une partie, associer les initiatives particulières aux efforts de l’État. (...)
Il faut convier toutes les bonnes volontés à cette besogne qui n’est pas seulement savante, mais civique. D’ailleurs, la mise en œuvre du projet Jaurès va être préparée, m’assure-t-on, par une Commission que M. Chaumié s’occupe à instituer auprès du ministère de l’Instruction publique, sous la présidence de Jaurès lui-même qui, je l’espère, trouvera le temps d’être présent de sa personne et n’abandonnera pas son œuvre aux routines officielles et à l’enlisement des paperasseries. »

L’organisation des travaux de recherche et de publication

17La réunion inaugurale de la Commission, plus brièvement appelée Commission de l’histoire économique de la Révolution, a lieu le 28 janvier 1904.

18Présidée par Jaurès, celle-ci complète son bureau en nommant comme vice-présidents Aulard, Barthou et Sigismond Lacroix et, comme secrétaires, Gabriel Deville, Clémentel et Caron.

19La Commission s’attache, d’abord, à déterminer les moyens pratiques d’action pour s’acquitter de « sa mission civique ». Ainsi, elle propose que soient créés, par arrêtés ministériels, des Comités départementaux qui comprendraient, à côté de l’inspecteur d’académie et de l’archiviste du département, un nombre variable de personnes « qualifiées par leur situation et leur compétence pour organiser et mener à bien l’enquête préliminaire et pour y assurer dans les meilleures conditions la mise à jour des documents recueillis ». Ces Comités recevraient de la Commission des instructions et lui rendraient compte de leur exécution. L’utilité de leur action serait amplifiée par le nombre de leurs correspondants dont ils pourraient guider la recherche. Enfin, les Universités, considérées comme les « tutrices-nées du travail provincial » et les professeurs « comme maîtres de méthode dans les Comités », ont un rôle de premier ordre à jouer et doivent y jouir « de l’influence scientifique à laquelle ils ont droit ».

20Ensuite, la Commission se préoccupe d’établir le cadre, la nature et la forme de ses travaux. Si les dates de 1789 et l’an VIII délimitent le domaine de son activité, elle ne s’interdit pas de remonter avant 1789, pour expliquer l’état des choses au moment de la convocation des États Généraux, et de dépasser la fin de la Révolution, pour l’étude de la vente des biens nationaux par exemple. Le champ d’études est jugé immense, même en laissant de côté l’histoire de l’Instruction publique et en négligeant la vie de la société et des mœurs. Les axes sont : « l’état économique de la France en 1789, surtout d’après les cahiers des provinces, des corporations etc. ; les associations professionnelles et les compagnonnages, la liquidation des communautés d’arts et métiers ; les droits féodaux, leur persistance et leur abolition graduelle ; les inventaires des biens nationaux, actif et passif, leurs ventes, les assignats et les billets de confiance ; l’état et les transformations de la production et des échanges ; l’agriculture ; l’industrie et les mines ; le commerce intérieur et extérieur, les douanes, les compagnies privilégiées ; les progrès de l’outillage industriel et agricole et les procédés techniques ; le paiement de l’impôt ; les subsistances et le maximum ; le régime et le partage des communaux ; le mouvement de la population dans les villes et les campagnes ; l’application et les effets des lois révolutionnaires sur la transmission de la propriété foncière et sur le régime hypothécaire ; les taux et variations des salaires et traitements, les coalitions ; les mesures d’assistance, etc. ».

21Pour assurer l’activité de recherche, première tâche de la Commission, il convient d’abord d’établir des inventaires sommaires des fonds d’archives révolutionnaires qui, hors de Paris, sont peu avancés. La Commission attend donc beaucoup des Comités départementaux et de leurs correspondants pour établir un état, même très général, des sources archivistiques. « Si ces états une fois centralisés forment, comme il est à prévoir, une masse telle qu’on ne puisse provisoirement songer à les publier, du moins seraient-ils par la conduite du travail, des guides très précieux ».

  • 12 A.N. F 7/17165. Voir aussi La Révolution française, t. XLVI (1904), p. 57-63, 66-67, 174-175 ; t. (...)

22Tout en poursuivant ce vaste recollement des archives, la Commission souhaite mettre sous presse, dès la première année, des publications qui sont prêtes (des cahiers de paroisse dans la Charente, le Loiret, la Marne et la Vienne ; les biens nationaux dans le Rhône, tant « l’importance des faits d’ordre économique et social est frappante dans l’histoire de Lyon... » ; les procès-verbaux du Comité d’Agriculture et de Commerce (...) du 2 septembre 1789 au 28 vendémiaire an IV, car « c’est une des sources essentielles de l’histoire économique... »). Elle demande donc l’ouverture d’un crédit de 100 000 F, représentant les indemnités à verser pour la recherche et le classement des documents dans 86 départements, le coût de l’impression des ouvrages, les droits d’auteur et les frais de correspondance12.

Les comités départementaux

23Ceux-ci se mettent en place rapidement puisque 79 départements ont constitué leur bureau au cours de cette même année (seuls manquent l’Aveyron, les Côtes-du-Nord, le Doubs, le Nord, le Pas-de-Calais et la Somme).

24Le rapport sur la composition de leurs bureaux, présenté par Camille Bloch en décembre 1904, est fort intéressant. Le nombre de leurs membres varie de 2 seulement (soit un président et un secrétaire, c’est le cas dans les Basses-Alpes, la Manche et le Maine-et-Loire) à 10 maximum (la Haute-Saône a un président d’honneur, un président, 3 vice-présidents, 1 secrétaire-général, 3 secrétaires adjoints et un correspondant à Paris), la majorité des comités départementaux ayant un bureau composé de 4 ou 5 membres.

25Ces 374 membres d’un comité sont, en 1904, selon le classement de C. Bloch : archivistes départementaux (80, soit 21,3 %), inspecteurs d’académie (55, soit 14,7 %), professeurs de lycée ou de collège (51, soit 13,6 %), hommes politiques (43, soit 11,4 %), professeurs de faculté (17, ou 4,5 %), bibliothécaires (16, 4,2 %), membres de sociétés savantes (12, ou 3,2 %), avocats (9), médecins (9), magistrats (9), conseillers de préfecture (6), membres d’administrations diverses (6), préfets (5), publicistes (5), recteurs (4), archivistes municipaux (4), instituteurs (4), employés de préfecture (4), sans désignation (4), notaires (3), officiers (3), pasteurs (3), proviseurs et principaux (3), conservateurs de musée (2) ; et il y a un secrétaire général de préfecture, un sous-préfet, un directeur de l’enseignement primaire, un inspecteur général, un membre de l’Institut, un commis d’inspection académique, un professeur de l’École navale, un inspecteur, un directeur d’école primaire supérieure, un professeur d’école professionnelle, un archiviste-paléographe, un avoué et un curé.

26La qualité des membres qui relèvent plus ou moins directement de l’instruction publique est d’environ 67 %, selon C. Bloch. Si la République mobilise ses fonctionnaires – car d’après le souhait d’Aulard et la circulaire du 24 mars, sont membres de droit l’inspecteur d’académie et l’archiviste du département –, relevons aussi la proportion significative de trois pasteurs pour un curé.

27La présidence d’honneur dans ces comités revient dans deux-tiers des cas aux hommes politiques ; la présidence est confiée à l’inspecteur d’académie dans une proportion de 40 % (16 % à des députés, 9 % à des archivistes, etc.) ; les archivistes départementaux l’emportent pour la vice-présidence (devant les inspecteurs et les hommes politiques) et, surtout pour le secrétariat (42,4 %, tandis que 30,8 % sont professeurs du secondaire). Le rapporteur note que les fonctions les plus actives sont réparties surtout entre les inspecteurs d’académie, les archivistes du département et les professeurs de lycée et de collège. Il ajoute que dans toutes les villes universitaires, sauf à Marseille (sic) et Poitiers, les professeurs de faculté figurent dans le bureau.

28Avant même l’élection des membres du bureau de ces comités, Alphonse Aulard faisait remarquer, quant à lui, dans La Dépêche de Toulouse du 29 janvier 1904 :

« Il y a des départements où la formation du comité d’études a été très facile. Ce sont ceux où il existe une vie intellectuelle, un passé d’études historiques. Ainsi, dans la Haute-Garonne, il n’y a eu que l’embarras du choix, d’autant plus que l’histoire de la Révolution y est particulièrement en honneur (...). Ailleurs, presque tout faisait défaut, hommes, traditions, mouvement antérieur d’études ou d’opinion. Il y a plus d’un département où l’archiviste et l’inspecteur d’académie ont dû ajouter à la liste trop courte des compétences une ou deux bonnes volontés inexpérimentées. Tels qu’ils sont, ces comités départementaux représentent assez bien l’élite de ceux des travailleurs en histoire moderne et contemporaine qui n’ont pas mis toute leur activité au service de l’Église catholique ou des partis de droite (...) ».

29Le titulaire de la chaire d’Histoire de la Révolution française à la Sorbonne faisait part, non seulement de ses opinions radicales, mais aussi des rêves de ceux qui ont participé et défendu « Le projet Jaurès » :

« À côté de ces sociétés savantes ou prétendues telles, dont les unes éliminent délibérément de leur domaine l’histoire de la Révolution, et dont les autres ne cherchent dans cette histoire que des armes contre l’esprit démocratique et laïque, à côté de ces petites coteries qui, sauf exception, ne sont que le groupement des ci-devant chefs locaux des partis monarchiques, les comités départementaux donneront l’exemple du travail historique inspiré par l’esprit moderne, dirigé par une méthode scientifique, et offriront à l’avenir de la démocratie les leçons du passé. Il est même permis d’espérer qu’un jour viendra peut-être où ces comités, améliorés peu à peu dans leur personnel, ayant fait leurs preuves, étendront leur activité au delà de l’histoire économique d’une période et deviendront vraiment les sociétés savantes de la République (...) »

30Le journaliste, chargé du long papier sur « La Révolution. L’histoire économique et la Révolution française » paru dans L’Éclair du 14 novembre 1904, dit les choses autrement :

« (...) Associer librement toutes les compétences, tel est le principe qui a guidé le ministère de l’Instruction publique dans la composition des comités, laquelle d’ailleurs n’est pas immuable. Notons aussi qu’aucun appel direct n’est fait aux sociétés savantes de province, en tant que sociétés. Et cela découle du même principe. Les sociétés savantes de province ne doivent pas restreindre le domaine de leurs études aux étroites limites chronologiques que nous avons vues : leur idéal est de mettre en lumière toute l’histoire de leur province. Les amener aux comités départementaux, c’eût été risquer de les détourner de leur but véritable ; un appel à elles adressé eût pu paraître une tentative d’accaparement. Si, dans une de ces sociétés, un savant s’intéresse spécialement à la période révolutionnaire, on s’adresse à ses lumières ; mais la société, elle, continue son action parallèle et distincte ».

31Il ajoute :

« Point d’exception, même pour la plus grande des sociétés savantes de chaque province, pour l’Université. L’Université n’entre pas en bloc et officiellement dans les comités départementaux. Non que l’on prétendre exclure les universitaires de la grande enquête qui commence ; ce serait paradoxal et dangereux. À mesure que Paris exerce sur les étudiants professionnels une attraction de plus en plus forte, nos Universités provinciales trouvent leur grandeur et leur raison d’être à s’affirmer comme tutrices du travail provincial, comme les foyers de la décentralisation scientifique. Experts par leur métier dans la découverte et dans l’interprétation des textes, les universitaires seraient, selon l’heureuse expression de la commission, des maîtres de méthode pour les savants bénévoles.
Mais là doit se borner leur supériorité ; ils entrent dans les comités départementaux au même titre que les autres membres, sans plus. Peut-être, nous trompons-nous, mais il semble que cette nouvelle organisation promet d’opérer une fusion plus complète entre le savant officiel et le savant privé qui, trop souvent (et ce n’est pas toujours leurs fautes) se regardent comme des rivaux, l’un considérant l’exercice de la science comme son privilège, l’autre tout ce qui a trait à sa chère province, comme une chasse gardée. Ni l’un ni l’autre n’y gagne, et la science y perd assurément.
Ainsi se sont formés les comités départementaux. On y trouve des professeurs, des bibliothécaires, des instituteurs, des maires, des érudits indépendants (...) ».

32Plus tard, le 18 décembre 1905, à propos de la circulaire de la Commission sur la vente des biens nationaux, La République française, publiera un article, sous une autre signature qu’en 1903, pour signaler que « l’histoire locale de la Révolution est très peu connue », notamment en ce qui concerne « le fonctionnement des organes locaux et la répercussion des événements politiques qui se déroulèrent à Paris », et pour préciser que « c’est pour remédier à cette lacune que furent créés les comités départementaux qui s’organisèrent sous la présidence des préfets et des hauts fonctionnaires des départements. Ils commencèrent aussitôt leurs travaux, en faisant appel aux lumières des archivistes, des sociétés d’archéologie, des érudits locaux, aux instituteurs, pour dépouiller les archives communales, en un mot à toutes les compétences et aux initiatives individuelles ».

33Et d’ajouter :

« On ne peut s’empêcher de faire certains rapprochements avec des événements similaires plus près de nous. Il est certain, d’abord, que la Révolution française ne présenta pas dans les provinces le caractère anarchique que nous offre en ce moment la révolution russe. Un grand esprit de civisme et de patriotisme régnait dans le pays, le gouvernement central, exercé en réalité par les Assemblées (et qui fut très fort, très énergique de la Constituante à la Convention) fut, dans la grande généralité du pays, écouté et respecté (...) ».

34Une autre vision de l’histoire est donnée par La Liberté. Journal de Paris le 5 janvier 1906, sous le titre « Commission en détresse », un rédacteur écrit :

« (...) La commission a abouti à un fiasco à peu près complet ; et M. Jaurès, lui-même, s’en est complètement désintéressé, abandonnant ce fauteuil présidentiel avec moins de regrets que l’autre. Il s’agissait de faire une grande enquête sur l’histoire économique et locale de la Révolution et de publier, aux frais de l’État, de nombreux documents pour permettre, disait-on tout bas, à certains historiens de la Sorbonne de faire leurs travaux sans avoir à fouiller les archives départementales et communales. Or la commission s’est heurtée partout à l’indifférence générale. Depuis bientôt deux ans qu’elle est constituée, les travaux n’ont pas avancé d’un pas en dépit de nombreuses circulaires.
La commission avait décidé d’abord, par une circulaire du 24 mars 1904, la création de comités départementaux dont feraient partie de droit l’archiviste et l’inspecteur d’académie. Ces deux fonctionnaires, dans la pensée de la commission, devaient être les chevilles ouvrières des comités. Or il arriva que presque partout l’inspecteur d’académie, généralement incompétent et d’ailleurs très occupé par ses fonctions, se fit remarquer par une prudente abstention. Les archivistes, de leur côté, estimant que les recherches allaient être faites par des personnes incompétentes, boudèrent une enquête qui empiétait, croyaient-ils, sur leurs attributions. Dans plusieurs endroits, ils déclarèrent qu’on ne trouverait rien dans le département. Les préfets prirent la direction du mouvement et composèrent les comités à un point de vue électoral, éliminant toutes les personnalités compétentes suspectes d’être « réactionnaires », et s’aliénant ainsi les sociétés locales historiques et archéologiques dont le concours eût été précieux. Comme correspondants, on choisit les instituteurs qui, en leur qualité de secrétaire de mairie (ils le sont presque partout), étaient, pensait-on, les mieux placés pour fouiller les archives communales. N’était-il pas excessif de demander ce travail énorme, sans aucune rémunération, à de petits fonctionnaires qui ont déjà suffisamment à faire à l’école, sans parler de leurs travaux de mairie et du surcroît de besogne que leur avait créé dans certaines localités l’agence de la rue Cadet ? Beaucoup d’entre eux, pour se débarrasser de cette corvée, répondirent simplement que dans les archives de leurs communes, il n’y avait pas de documents relatifs à la Révolution (...) ».

35Et de conclure ainsi :

« La "grande pensée" de M. Jaurès semble définitivement éteinte ».

36Indiscutablement, l’existence de « la Commission Jaurès » reste un enjeu des luttes politiques et la personnalité de son fondateur, au centre de toutes les attaques. L’époque n’est pas uniquement marquée par la séparation de l’Église et de l’État, faisant resurgir le spectre de la franc-maçonnerie, mais aussi par la création de L’Humanité.

37À « la Une » de L’Humanité du 31 janvier 1906, le journal socialiste quotidien que dirige Jean Jaurès publie, sous le titre « L’Histoire économique de la Révolution », une « Lettre de M. Aulard au citoyen Jaurès », datée de la veille :

« Mon cher président,
L’œuvre de la Commission de l’Histoire économique de la Révolution, à laquelle je suis heureux de collaborer sous votre présidence, n’est peut-être pas suffisamment connue ni comprise du grand public.
La Commission poursuit sa tâche dans le silence qui convient au travail scientifique. Pourtant, elle risque ainsi d’être taxée d’inertie, et de devenir l’objet de critiques malveillantes dans certains milieux où ses efforts vers la vérité et la lumière n’inspirent que de médiocres sympathies. Peut-être un aperçu rapide de nos travaux présentera-t-il quelque intérêt pour vos lecteurs. C’est à la fin de 1903 que la Commission a été créée ; l’année 1904 s’est passée à organiser, dans tous les départements, des comités correspondants, à fixer le programme de recherches, à rédiger les premières circulaires, à dresser la liste des premières publications. Moins d’un an après sa formation, la Commission était en état de produire : les collaborateurs nécessaires étaient recrutés, la besogne distribuée, plusieurs recueils prêts pour l’impression. Mais l’argent manquait. On l’attendit six mois. C’est seulement en mai que fut voté le budget de 1905 et seulement en juin que purent être donnés les premiers ordres d’impression. Vinrent ensuite les vacances. Depuis octobre dernier, le travail a été repris : il est aujourd’hui en pleine activité. Sans doute, nous sommes exposés – nous le serons toujours – à des retards : maladies d’auteurs, lenteurs d’imprimeurs surmenés, questions de méthode, parfois très importantes, à régler à chaque instant, durant cette période de début et comme d’apprentissage, tout cela était inévitable. Un gros effort n’en a pas moins été fourni et la Commission peut dire qu’elle n’a pas perdu son temps. Quelques précisions vont permettre d’en juger. Nous avons actuellement huit volumes sous presse : cinq volumes de cahiers de paroisses de 1789 (cahiers du bailliage d’Orléans par Camille Bloch, cahiers du bailliage d’Angoulême et du siège royal de Cognac, par P. Boisssonnade, cahiers des bailliages de la Manche, par M. Bridrey, cahiers des bailliages de la Lorraine et des Trois-Évêchés par Ch. Étienne, cahiers des bailliages de la Marne par M. Laurent) et trois volumes divers : tome 1er des procès-verbaux du Comité d’Agriculture et de Commerce de la Constituante, de la Législative et de la Convention, par MM. Gerbaux et Schmidt, le tableau dressé par M. Charléty de la vente des biens nationaux dans le département du Rhône, un recueil de MM. Caron et Sagnac sur l’abolition du régime seigneurial de 1789 à 1793. De ces huit volumes, quatre vont paraître d’ici à deux mois, deux autres dans le courant de l’été, les deux derniers à la fin de l’année. Au cours de la dernière séance plénière, nous avons adopté quatre nouvelles propositions de publications : Cahiers de paroisses du bailliage de l’Aube, par M. Vernier, Cahiers de paroisses du bailliage de Blois et Romorantin, par M. Maillard, Cahiers (qui constituent un ensemble unique) des corporations de la ville de Marseille en 1789 ; enfin, un recueil, établi par M. Labande, de documents sur l’industrie dans le département de Vaucluse de 1789 à 1800. Nous ne sommes pas exposés, comme on dit, à manquer de copie ; nous serons plutôt gênés, dès cette année, par « l’abondance des matières ».
Des attaques ont été dirigés contre nos comités départementaux : on a critiqué leur composition, mis en doute leur compétence, leur bonne volonté. Que dans tous les départements, les comités fissent preuve tout de suite de la même activité, l’on ne pouvait raisonnablement y compter. Dès aujourd’hui la plupart travaillent ; quelques-uns même travaillent beaucoup et très bien, et la Commission a déjà eu plusieurs occasions d’adresser des félicitations méritées aux comités de Meurthe-et-Moselle, des Bouches-du-Rhône, de la Haute-Marne, du Rhône, du Nord, de la Charente, de l’Orne – pour ne citer que ceux-là à titre d’exemple. Ils ont, non seulement organisé des enquêtes, envoyé (dans 17 départements) des circulaires à leurs correspondants locaux, élaboré des plans de recueils, mais encore ils ont, dans certains cas, suggéré à la Commission centrale, embarrassée par des questions de méthode, des solutions judicieuses. Partout, sauf dans un département de l’Ouest, où s’est produit un conflit (qui d’ailleurs sera bientôt réglé), les archivistes ont prêté aux comités un concours empressé, et mis à leur disposition leurs inventaires et les ressources de leurs archives. Bref, une collaboration réelle et intime existe entre la Commission et ses comités. Au point de vue des publications, le zèle des comités départementaux s’est produit jusqu’ici par le dépôt de 42 propositions, dont plusieurs sont acceptées, quelques unes écartées, d’un commun accord, après mûr examen, et les autres soumises actuellement à un supplément d’enquête. Sur ces 42 propositions, 25 concernent les Cahiers de paroisses, les 17 autres des sujets divers.
Ces « sujets divers » ont particulièrement attiré l’attention de la Commission. Si en effet, elle attache un grand prix à la constitution d’une série monumentale consacrée aux Cahiers de paroisses, elle n’entend pas pour cela négliger les autres parties de son programme ; il y a un mois, elle faisait paraître une circulaire sur la publication de dossier de la vente des biens nationaux : prochainement une circulaire générale qui sera complétée par des circulaires spéciales, déterminera le type des recueils de documents sur l’industrie, l’agriculture, le commerce, etc. ; deux projets relatifs aux subsistances dans le département de la Charente et de la Haute-Marne sont à présent retenus ; le plan d’un recueil de délibérations municipales intéressant l’histoire économique, et à établir par districts, est étudié par le comité départemental de l’Orne.
Pour se mettre en contact plus étroit avec ses comités départementaux, la Commission vient de décider la création de son Bulletin trimestriel qui contiendra des instructions sur des points de méthode, des documents, des études originales, une chronique détaillée de l’activité des comités. Le nouvel organe permettra à la Commission de mettre à jour les plus intéressantes de ces monographies ou pièces inédites que les comités départementaux lui adressent fréquemment et dont il fallait auparavant se borner à accuser réception. En somme, ceux-là seuls qui ignorent ou veulent ignorer les difficultés d’organisation d’un travail scientifique collectif, d’un travail collectif de cette ampleur surtout, peuvent s’étonner des retards apportés à la publication de nos premiers volumes ; ils oublient aussi que, pendant un an et demi, la Commission a été privée de moyens d’action. En tout cas, on ne peut lui reprocher de manquer de zèle. Elle se réunit presque chaque mois.
La Sous-commission permanente qu’elle a chargée de préparer ses séances et que j’ai l’honneur de présider, se réunit à peu près chaque semaine. Son zélé secrétaire, P. Caron, lui apporte un précieux concours ; et si, dans ses rapports avec l’administration centrale, elle a rencontré quelques difficultés, ces difficultés semblent devoir s’aplanir grâce au bon vouloir de M. le ministre de l’Instruction publique, grâce aussi au dévouement de M. de Saint-Arroman, chef du 5ème Bureau de l’Enseignement supérieur.
Ce sont là, mon cher président, des faits qu’il était bon, je crois, de dire ou de rappeler. La Commission a pris à cœur la vaste tâche que lui a confiée un vote unanime du Parlement, et cette tâche, elle l’accomplira en dépit des obstacles tenant à la nature des choses ou à l’esprit de dénigrement, surtout si le crédit qui lui est alloué est un peu augmenté.
Ainsi, elle n’aura pas seulement élucidé un ensemble de questions capitales pour l’histoire de la Révolution : elle aura, en même temps, et par là un effort peut avoir une portée vraiment très large – formé dans les départements, à côté de ces sociétés savantes si souvent paralysées par des tendances politiques rétrogrades, des groupements de travailleurs consciencieux, actifs, armés pour tout étude sur l’histoire moderne de la France.
Et permettez-moi, en terminant, de vous remercier, de vous féliciter, mon cher président, de votre heureuse initiative, à laquelle nous devrons tout un grand et fécond mouvement historique, utile à la science, utile à la démocratie.
Votre cordialement dévoué, A. Aulard ».

La Sous-commission d’Histoire économique de la Révolution

  • 13 A.N. F 17/17165. 3 cahiers de procès-verbaux de ses séances du 8 mai 1905 au 26 juillet 1906 ; du (...)

38Si la Commission est présidée par Jaurès, une Sous-commission permanente est vite chargée de préparer le travail et surveiller la marche des publications. Présidée par Aulard qui – rappelons-le, avait fait partie du jury pour la soutenance de la thèse de Jaurès en 1892 –, elle tient sa première séance le 8 mai 190513. Cheville ouvrière de la Commission, composée de 7 à 8 membres présents régulièrement aux séances, dont des représentants du ministère (de Bar et de Saint-Arroman, notamment), elle a été animée par Alphonse Aulard, son président, Camille Bloch (inspecteur général des bibliothèques et des archives), Armand Brette (qui a publié le Recueil de documents relatifs à la convocation des États généraux de 1789, 5 vol., Paris, 1894-1904) et Pierre Caron, son secrétaire, puis Charles Schmidt (archiviste également qui lui succède au secrétariat en 1927). N’oublions pas, toutefois, la participation de Ch. Seignobos avant-guerre, d’A. Tuetey et de G. Bourgin, à partir de 1914.

39Ce groupe restreint élabore les circulaires sur les projets de recherche, discute les propositions d’édition, désigne les commissaires responsables pour chaque publication en cours, attribue aux comités départementaux des subventions, propose des nominations dans ces comités, prépare l’ordre du jour de la Commission. Le secrétaire de la Sous-commission est parfois chargé d’écrire au président de la Commission pour l’informer de telle décision à propos du choix d’un imprimeur et, surtout, pour lui proposer la date de la séance plénière. Ainsi, le 9 novembre 1905 « sous réserve de l’approbation de M. Jaurès, la prochaine séance plénière de la Commission aura lieu le jeudi 30 novembre. Ordre du jour : lecture et approbation de la circulaire relative aux biens nationaux ; lecture d’un rapport d’ensemble sur l’activité des comités départementaux ; discussion de diverses propositions de publications », ou encore, le 11 janvier 1906 : « sur la proposition de M. Aulard, il est décidé que la prochaine séance plénière aura lieu le 27 janvier, sous réserve de l’assentiment de M. Jaurès ».

Quel rôle effectif a joué Jean Jaurès dans la Commission ?

  • 14 A. Mathiez. Annales révolutionnaires, 1913. p. 452.
  • 15 M. Rébérioux. « Jaurès, historien de la Révolution française ». La pensée socialiste devant la Rév (...)

40« Jaurès s’effaça devant les professionnels de l’histoire », selon Albert Mathiez14. « La présidence de Jaurès n’eut rien d’honoraire : il se comporta en véritable chef d’atelier historique, comme un professeur de Sorbonne qui serait lié en même temps à ses étudiants et aux organisations syndicales de la classe ouvrière », selon Madeleine Rébérioux15.

41Si Jaurès a assumé pleinement jusqu’à son assassinat les fonctions de président de la Commission, il est difficile de ne pas reconnaître avec Albert Mathiez, même si nos sources sont, il est vrai, incomplètes, que c’est l’équipe réunie autour d’Aulard qui avait le réel pouvoir. D’autant plus que le professeur de la Sorbonne n’hésitait pas à prendre la plume pour ferrailler avec ses adversaires politiques que ce soit dans La Dépêche de Toulouse, dont il était le critique historique attitré, L’Humanité ou encore dans Le Siècle, comme c’est le cas le 15 août 1908 où, sur trois colonnes à la Une, il renouvelle son plaidoyer pour les comités départementaux (« véritables sociétés savantes, vraiment dignes de ce nom, et en même temps composés de citoyens imbus de l’esprit de la France moderne, amis de la démocratie ») et valorise la dernière publication de la Commission, en l’occurrence le travail toujours fondamental aujourd’hui de Georges Bourgin sur Le partage des biens communaux. Documents sur la préparation de la loi du 10 juin 1793. Dans ce compte rendu de l’ouvrage, après avoir expliqué l’importance de la loi montagnarde et exposé le plan de l’ouvrage, Aulard en expose, ainsi, l’intérêt :

« (...) Le volume qu’on nous donne est plein de choses. C’est comme un vaste magasin d’idées et de faits économiques sous la forme de témoignages contemporains. On y voit que les Français n’étaient pas du tout d’accord sur l’utilité du partage des communaux. La majorité semble être pour le partage ; mais il y a une forte minorité contre.
Un des principaux arguments contre, c’était la crainte que les indigents n’y perdissent ; ils seraient forcés de vendre leur lot, et tomberaient dans une misère plus complète. Un des principaux arguments pour, c’était l’espoir que ceux des biens communaux qui étaient cultivables seraient mieux cultivés. Il y avait des avis intermédiaires : les affermer ou les vendre.
Cependant les citoyens indigents réclament généralement le partage, et cela avec une ardeur naïve. Les démocrates insistent chaudement pour le partage et font l’éloge des pauvres, comme ce notaire de Rue (Somme) qui écrit à la Convention, le 24 janvier 1793, en la félicitant d’avoir fait exécuter Louis XVI, pour lui dénoncer une nouvelle noblesse, la « classe riche », qui a « asservi les malheureux à ses passions » et qui « les a rendus des machines qu’elle meut à son gré », – ou comme le curé de Dompierre (Vosges) qui, partisan d’un partage provisoire, écrit à la Convention, le 29 octobre 1793 : « Citoyens représentants, considérez qu’il y a plus de vertu à protéger le pauvre et à lui procurer des moyens d’entretenir sa famille et de l’élever, que de favoriser le riche propriétaire. Une grande fortune est ordinairement un attentat contre l’industrie des autres citoyens : c’est presque toujours une montagne de forfaits amoncelés des débris des autres fortunes ».
C’est d’un ton presque socialiste que la commune des Neuves-Maisons (Meurthe) réclame le partage, au nom de l’égalité, et parce que « tous les hommes sans distinction doivent trouver leur subsistance dans les fruits de la terre ».
Aux arguments tirés du sort que la suppression des communaux ferait à l’élevage du bétail, la direction du district de Corbeil oppose des arguments tirés du végétarisme : « La nature – dit-il – a-t-elle destiné l’homme à se nourrir de la substance des êtres sensibles ? Faut-il qu’il propage sa vie pour avoir le plaisir de la détruire et de se repaître des victimes qu’il immole à sa voracité ? Les fruits, les graines, le laitage sont les seuls aliments destinés à former la nourriture de l’animal-homme ».
On voit quelle variété de documents intéressants le recueil de M. Bourgin offre à l’historien, à l’économiste, au philosophe. Les idées, les mœurs, le parler, les gestes d’alors revivent dans ces témoignages authentiques. Il y a aussi là, sur la vie communale, des renseignements qu’on ne trouverait pas ailleurs. Ce sont des traits sûrs et précis qui serviront à reconstituer en partie le tableau de la société française, surtout rurale, à un moment très significatif de son évolution.
Par cet exemple, on voit quels services la Commission de l’histoire économique de la Révolution rend à la science historique et à la démocratie. Je crois qu’elle mérite pleinement l’intérêt que lui porte le Parlement ».

  • 16 Signalons l’existence d’un dossier constitué pendant la guerre de 1914-18 avec des réponses à l’en (...)

42Mis à part ce souci de propager dans le grand public les ouvrages publiés par la Commission – sans oublier la chronique ouverte dans la revue historique la Révolution française –, l’activité majeure avant-guerre réside dans l’élaboration et la publication de circulaires, destinées à diriger la recherche des comités départementaux. Précisons que les circulaires de la Commission, rédigées par les soins de la Sous-commission, sont publiées au Journal officiel de la République française. Ces textes, d’une dizaine de pages environ, portent par exemple sur la publication des cahiers (5 avril 1905), la vente des biens nationaux (20 décembre 1905 et 10 juin 1908), les biens communaux (25 novembre 1915)16.

43Par ailleurs, de nombreuses démarches sont effectuées pour faciliter la communication des documents, que ce soit dans les archives départementales, communales et hospitalières pour « rapprocher les pièces d’archives des travailleurs et, surtout, des comités départementaux » (circulaire aux préfets de 13 mars 1905, après celle du 27 décembre 1904), ou auprès des ministères (Travaux publics, Agriculture, Finances, Marine, Affaires étrangères). Le souci « d’établir des rapports réguliers et une collaboration active entre les Comités et la Commission centrale » a donné naissance à un Bulletin trimestriel.

La critique d’Albert Mathiez

44Les plus fortes critiques à l’égard des travaux de la Commission sont venues de Mathiez, l’élève d’Aulard, et, sans doute, l’historien de sa génération dont les travaux ont été, après sa thèse, le plus influencé par l’œuvre de Jaurès.

  • 17 Cf. J. Friguglietti. Albert Mathiez, historien révolutionnaire..., Paris, 1974. p. 66-66.

45On sait que Mathiez, partageant avec son maître l’admiration pour l’Histoire socialiste, fut choisi comme membre du Comité départemental de la Commission du Calvados dont il fut nommé secrétaire, fonction qu’il assura jusqu’à son départ de Caen en 1906 ; qu’il publia un inventaire des registres du Bureau du Commerce, consulté dès 1899 et dont il se servit, beaucoup plus tard, en publiant en 1927, l’un des ses maîtres-livres : La vie chère et le mouvement social sous la Terreur17. On sait, aussi, que la rupture entre Aulard et Mathiez intervint, selon son principal biographe, sinon en décembre 1907, date de la fondation de la Société des Études Robespierristes – que Mathiez appelait la « sœur cadette » de la Société d’histoire de la Révolution, dirigée par Aulard –, mais en 1908, avec le premier numéro des Annales révolutionnaires.

46Ajoutons que Mathiez qui n’avait pas réussi à obtenir en 1923 la chaire d’Histoire de la Révolution française que détenait Aulard (laquelle revint à Philippe Sagnac), ne deviendra membre de la Commission (centrale) qu’en 1925 (en qualité de professeur à Dijon et président de la société des Études Robespierristes), à une époque où sa réputation d’historien de la Révolution était internationale et où, surtout, il venait d’achever la réédition en huit volumes de l’Histoire socialiste de la Révolution française de Jean Jaurès.

  • 18 La querelle débuta au sein de la Société d’Histoire moderne, à la fondation de laquelle Mathiez av (...)
  • 19 Voir, par exemple, son compte rendu de l’Assemblée générale de la Société de l’histoire de la Révo (...)

47Dès 1907, dans la Revue critique et, dès 1909, dans les Annales révolutionnaires, Mathiez se montre particulièrement viraient. Passons sur ses démêlés anciens avec Pierre Caron18, sur ses critiques acerbes à l’égard de Camille Bloch, secrétaire de la Société de l’histoire de la Révolution19, pour retenir son compte rendu du Congrès de l’histoire économique de la Révolution en 1913 :

  • 20 Annales révolutionnaires, t. VI, 1913, p. 452-454.

« (...) La commission centrale n’a pas su dès le début poser les questions décisives qui auraient orienté les recherches des comités locaux et des travailleurs isolés. Loin de donner l’impulsion, elle l’a reçue. Ses circulaires, incohérentes et contradictoires, ont trop souvent déconcerté au lieu d’organiser et d’instruire.
En faisant décider cette enquête, en faisant voter par le Parlement un crédit annuel de 60 000 F, M. Jaurès, homme politique avant tout, se disait que l’histoire politique n’étant que le reflet de l’histoire économique et sociale, le véritable caractère de la Révolution, qui tut la conquête de la bourgeoisie, ne manquerait pas d’apparaître avec une clarté aveuglante, et, en cela, il a vu juste. Si M. Jaurès avait osé ou avait pu prendre la direction de l’enquête, nul doute qu’il n’aurait posé, lui, les questions capitales à résoudre avec toute la netteté désirable. Mais il a dû s’effacer devant les professionnels de l’histoire. Il ne pouvait pas, dans l’intérêt même de sa cause, avoir l’air d’influencer l’enquête, de peser sur ses résultats par l’orientation même qu’il lui aurait donnée.
Les professionnels, hommes à petites vues, se sont représentés la besogne de la commission comme une besogne bureaucratique. On publierait des documents, beaucoup de documents, sous des rubriques variées. M. Armand Brette, publiciste sans idées générales et historien sans préparation, avait une marotte. Il rêvait de publier en un immense corpus tous les cahiers de paroisses et des corporations rédigés pour les États généraux de 1789. Il attribuait à ces cahiers une valeur absolue, il les considérait comme des textes sacrés. Des manuscrits aussi précieux n’avaient pas besoin de commentaires. Il n’y avait qu’à les publier tels quels. Cela suffisait. Et les premières circulaires de la commission centrale recommandèrent aux éditeurs de réduire leur annotation au maximum, autant dire à rien. Les éditeurs paresseux ou ignorants ne manquèrent pas de suivre les instructions qui facilitaient singulièrement leur tâche, mais les éditeurs consciencieux protestèrent, firent remarquer que les « cahiers » n’étaient intelligibles et utilisables que par un commentaire continuel, qu’il y avait lieu de vérifier l’exactitude de leurs affirmations, de faire connaître le milieu d’où ils étaient sortis, les influences dont ils étaient le reflet, c’était le bon sens. La commission centrale n’osa pas trancher le conflit, elle se croisa les bras, parce qu’elle ne pouvait donner tort à cette lumière qui a nom Camille Bloch, dont l’impression des cahiers de l’Orléanais avait ouvert la série. Le Congrès actuel a tranché la question dans le sens que j’avais indiqué dès le premier jour dans les comptes rendus que j’ai consacrés dans la Revue critique aux volumes de la collection (...).
Les publications les plus nombreuses de la commission centrale ont été les publications de cahiers. Si ces recueils, quand ils sont critiques, sont très utiles à l’histoire locale, car ils permettent d’atteindre non seulement les institutions et les coutumes de l’ancien régime, mais le personnel politique qui se préparait à agir en 89, on peut se demander s’ils ont fait avancer en quelque manière notre connaissance de l’histoire économique, s’ils ont apporté quelque chose d’essentiel et de nouveau à l’histoire générale, et on est bien obligé de répondre par la négative. Ils n’ont pas modifié sensiblement les résultats qui ressortaient de l’étude des cahiers des bailliages publiés depuis longtemps dans les six premiers volumes des Archives parlementaires.
La seule partie vraiment neuve, vraiment profitable de l’œuvre de la commission centrale a été la publications des recueils sur la vente des biens nationaux et, encore, faut-il ajouter que le plan et la méthode de ces recueils n’ont été déterminés avec précision qu’après l’apparition du livre de M. Marion. C’est seulement à ce moment qu’on s’est préoccupé non plus uniquement du côté statistique du sujet, mais de son côté moral et politique, qu’on s’est demandé à quelles classes sociales avaient profité surtout les ventes, quelles sommes étaient réellement entrées au trésor, quelle fut la part des spéculateurs, des bandes noires. Ici même, d’ailleurs, tous les éditeurs ne se sont pas astreints à élucider toutes les questions. L’impopularité du régime directorial vient pour une grande part du pillage des biens des émigrés par les spéculateurs qui trouvaient dans les politiciens d’affaires des auxiliaires et des complices. L’enquête sur ce point si intéressant est à peine commencée.
Il était difficile dans ces conditions aux dirigeants de l’entreprise, de triompher trop bruyamment. Ils ont modestement énuméré les 57 volumes in 8° qui ont paru depuis 9 ans et qui ont coûté à l’État quelque chose comme un demi-million.
On peut se demander si ce demi-million n’aurait pas été mieux employé par une organisation différente, si, au lieu de bureaucratiser l’enquête, on n’aurait pas eu un immense avantage à se borner, comme faisaient nos pères, comme on le fait encore dans ce conservatoire des traditions qu’est l’Institut, à mettre au concours, d’année en année, les questions à étudier et à encourager les travaux par des récompenses appropriées. Je suis très frappé que le livre décisif qui a fait avancer la question des biens nationaux soit sorti précisément d’un concours de l’Institut. Au lieu de monter ces rouages compliqués de la commission centrale et des comités départementaux, au lieu d’élaborer ces circulaires officielles qui sont déplaisantes en matière de recherche scientifique, au lieu de créer toute une bureaucratie qui coûte cher et qui tourne souvent à vide (les 4/5èmesdes comités départementaux sont mort-nés), on aurait eu, ce me semble, économie et avantage à mettre des questions à l’étude. La commission centrale aurait proposé les questions et distribué les prix. Les initiatives individuelles s’en seraient trouvées stimulées, et, à la place d’une bibliothèque de documents, nous aurions dès maintenant une bibliothèque de travaux ingénieux, vivants, solides. Quel est le député qui, au moment du vote du crédit, sera assez avisé et assez ménager des deniers publics pour présenter ces observations ? »20.

  • 21 Art. cit., p. 59.

48À cette impitoyable critique du fougueux Mathiez, Marc Bouloiseau a apporté d’utiles correctifs. Avec le recul historique, il a porté au crédit de la Commission, notamment, la confection et la publication de plusieurs inventaires des séries L et Q, l’édition d’ouvrages de références (comme les Documents relatifs à l’histoire des subsistances dans le district de Bergites pendant la Révolution (1788-an V) de Georges Lefebvre, dont le premier tome parut en 1914), l’édition de Bulletins de grande qualité par certains comités départementaux (Côte-d’Or, Sarthe, Seine-et-Oise, Vosges...)21.

  • 22 Art. cit., p. 315.

49Quant à Jacques Godechot, il a tenu à souligner surtout le rôle novateur de la Commission dans le champ des études historiques : c’est « la première institution française qui se soit occupée d’histoire économique, vingt-six ans avant les Annales de Marc Bloch et Lucien Fèvre (...), cinq ans avant la création, en 1908 de la Revue d’Histoire des doctrines économiques et sociales, qui s’occupait, comme son titre l’indiquait, des doctrines plus que de l’économie et de la société »22.

50Signalons, enfin, qu’en 1910, a été instituée une « Commission de recherches sur l’histoire économique des territoires qui ont fait autrefois partie de la France » (arrêté ministériel du 2 juin). Le désir d’inclure dans le projet de recherche de la Commission les anciennes colonies, mais aussi les départements de la rive gauche du Rhin et, surtout, l’Alsace et la Lorraine, a été exprimé dès 1904 et, encore en 1905. Mais une organisation officielle ne pouvait pas patronner des recherches sur le passé des Alsaciens et Lorrains avant 1914 et le ministère des Affaires étrangères le fit clairement savoir à la Commission. Dès 1919, cette Commission a été réunie grâce à Charles Schmidt et Armand Brette. Par ailleurs, en 1920, les trois comités constitués en Alsace-Lorraine (Moselle, Bas-Rhin et Haut-Rhin) reçoivent une subvention, afin de lancer les travaux de recherche et de publication. Mais les difficultés d’après-guerre, et le peu d’activité de ces comités signalée en 1925, témoignent d’une autre époque, qu’il convient maintenant d’aborder.

Notes

1 Les Archives de la Commission d’Histoire de la Révolution française font partie, au CARAN, du fonds de la Division des Sciences et Lettres du ministère de l’Instruction publique. Cf. M.E. Antoine et S. Olivier, Inventaire des papiers de la Division des Sciences et lettres du ministère de l’Instruction publique (Sous-série F 17), Paris, 1973. Les archives les plus anciennes, dont les secrétaires successifs de la Commission ont été les dépositaires, sont classées aux Archives nationales sous les cotes F 17/17163 à 17171. Les archives les plus récentes nous ont été transmises, en mars 1999, par Jean-Paul Bertaud, et vont être déposées aux Archives nationales.

2 A. Aulard, « Le projet Jaurès », La Dépêche de Toulouse, 9 décembre 1903.

3 J. Jaurès. Histoire socialiste de la Révolution française. T VI. Le Gouvernement révolutionnaire, Paris, Messidor-Éditions sociales. 1986, p. 453.

4 Cf. les études réunies par Alain Boscus et publiées dans Jaurès, historien de la Révolution française, par le Centre national et musée Jean Jaurès, Castres, 1989.

5 Madeleine Rébérioux. « Jaurès : Histoire socialiste de la Révolution française », dans Jaurès, historien de la Révolution française, op. cit., p. 164.

6 Cité par M. Rébérioux. art. cit., p. 164. Cf. également James Frigugljetti, Albert Mathiez, historien révolutionnaire (1874-1931), Paris, Société des Études Robespierristes. 1974. note71, p. 65.

7 J. Jaurès, Histoire socialiste... TVI, p. 394.

8 Journal Officiel de la République française, 17 novembre 1904.

9 Signalons l’existence de dossiers individuels, constitués de lettres d’acceptation ou d’excuses, sur un grand nombre des membres de la commission jusqu’en 1937 (A. Aulard, Ch. Benoit, H. Berenger, R. Billecarel, C. Bloch. P. Boissonnade, G. Bourgin, E. Bourgeois, F. Braesch, F. Brunot, J. Cavalier, M. Bloch, P. Caron, Chapsal, S. Charléty, Chevreux, Clémentel, E. Coornaert, H. Courteault, A. Coville, A. Debidour, E. Dejean, Deschamps, G. Deville, A. Douarche, F. Dreyfus, F. Faure, Gerbaux, Ch. Gide, Guillemaut, H. Hauser, E. Herriot, J. Jaurès, E. Labrousse, E. Lavisse, G. Lefebvre, H. Lemery, Lesage, A. Lesort, E. Levasseur, L. Liard, Liesse, A. Mancel, M. Marion, G. Martin, A. Mater, A. Mathiez, R. Maunier, G. Perroud, J. Philip, R. Picard, Ch. Porée, G. Pradel, J. Reinach. Reveillard, G. Rivet, P. Roussier, Ph. Sagnac, de Saint-Arroman, H. Sée, Ch. Schmidt, F. Simiand).

10 Voir Jean-Pierre Chaline, Sociabilité et érudition. Les sociétés savantes de France, Paris, CTHS, 1998.

11 A.N. F 17/2922.

12 A.N. F 7/17165. Voir aussi La Révolution française, t. XLVI (1904), p. 57-63, 66-67, 174-175 ; t. XLVII (1905), p. 252-280.

13 A.N. F 17/17165. 3 cahiers de procès-verbaux de ses séances du 8 mai 1905 au 26 juillet 1906 ; du 13 octobre 1906 au 28 mars 1908 ; du 4 avril 1908 au 4 juin 1918.

14 A. Mathiez. Annales révolutionnaires, 1913. p. 452.

15 M. Rébérioux. « Jaurès, historien de la Révolution française ». La pensée socialiste devant la Révolution française, Société des études robespierristes-Clavreuil. 1966, rééd. dans Jaurès, historien de la Révolution française, op. cit., p. 51.

16 Signalons l’existence d’un dossier constitué pendant la guerre de 1914-18 avec des réponses à l’enquête sur les biens communaux (F 17/17166).

17 Cf. J. Friguglietti. Albert Mathiez, historien révolutionnaire..., Paris, 1974. p. 66-66.

18 La querelle débuta au sein de la Société d’Histoire moderne, à la fondation de laquelle Mathiez avait participé en 1901, à propos de la gestion financière de P. Caron. Cf. J. Friguglietti, op. cit., p. 83-84.

19 Voir, par exemple, son compte rendu de l’Assemblée générale de la Société de l’histoire de la Révolution en 1909, dans les Annales révolutionnaires. 1909. p. 313-314, ou encore sa chronique consacrée à « M. Camille Bloch et l’œuvre de la Commission de l’histoire économique de la Révolution », p. 159.

20 Annales révolutionnaires, t. VI, 1913, p. 452-454.

21 Art. cit., p. 59.

22 Art. cit., p. 315.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540