Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Héritages de la Révolution française à la lumière de Jaurès

 | 
Christine Peyrard
, 
Michel Vovelle

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Le CTHS, fondé en 1834, a son siège auprès du ministère de l’Éducation nationale. L’arrêté de sa c (...)

1Parmi les institutions républicaines, la Commission d’Histoire de la Révolution française, au sein du Comité des Travaux historiques et scientifiques1, dite plus sobrement ou plus familièrement « Commission Jaurès », a tenu une place singulière dans la recherche historique consacrée, en France, à la Révolution française.

Une place singulière, à divers titres

2D’abord, par sa longévité. Son existence est, en effet, quasi séculaire : 1904-2000. Une existence, surtout, qui révèle les liens étroits unissant la Révolution française à la République française. Ce dont témoignent, bien sûr, la création de la Commission à l’initiative de Jean Jaurès, vice-président de l’Assemblée nationale en 1903, mais encore le choix de Louis Barthou ou d’Édouard Herriot comme président de la Commission pendant la première moitié du XXe siècle.

3Ensuite, par la multiplicité de ses activités : réunions pluriannuelles à Paris, renouvellements périodiques des membres de la Commission, conférences à caractère historique, liens étroits avec les comités départementaux, puis comités régionaux, participation régulière aux congrès annuels des sociétés savantes...

4Enfin, par la richesse de son catalogue de publications. Il est évident que ce catalogue, consacré à l’histoire de la Révolution française, classe la Commission Jaurès au tout premier plan de l’édition érudite. Cet héritage scientifique a, notamment, au milieu des années 1980, lors de la modification des statuts de la Commission Jaurès au sein du CTHS, fait l’objet d’une vive polémique dont plusieurs annexes de ce livre offrent le témoignage.

  • 2 M. Bouloiseau, « De Jaurès à Georges Lefebvre. La Commission d’Histoire économique de la Révolutio (...)

5Au point de départ de cette enquête sur l’histoire de la Commission Jaurès, s’inscrit l’invitation du CTHS, faite à chaque Commission ou Section, de se pencher sur leur propre histoire. Aussitôt, la Commission d’Histoire de la Révolution française décidait de consacrer l’un de ses Bulletins annuels à réunir les matériaux pour retracer les étapes de cette histoire. D’une part, il existait une tradition en ce domaine avec les contributions de Marc Bouloiseau et de Jacques Godechot2 ; et, d’autre part, notre Commission avait d’importantes archives dont les secrétaires successifs de la Commission ont été les dépositaires ou, si l’on veut, les gardiens vigilants – les plus anciennes se trouvent aux Archives nationales où elles ont été déposées, par les soins de P. Caron et de M. Bouloiseau.

6Les analyses et les textes que nous proposons aux lecteurs (ceux de Ch. Peyrard, de M. Vovelle et de Cl. Mazauric) sont ceux qui devaient figurer dans le Bulletin de la Commission d’histoire de la Révolution française, ou Bulletin n° 2 de la nouvelle formule éditoriale, consacré à cette histoire, qui devait paraître à l’automne 1999.

7Or, ce bulletin a fait l’objet d’une « censure », pendant l’été 1999, de la part des instances dirigeantes du CTHS : la Commission centrale du Comité des Travaux historiques et scientifiques, dépendante du ministère de l’Éducation nationale et de la Recherche et de la Technologie, a en effet mis son veto et n’a pas autorisé la publication de ces textes. Les auteurs de cette histoire n’ont jamais pensé qu’ils publiaient un libelle incendiaire ou un livre « qu’on ne lit que d’une main », pour reprendre l’expression du dix-huitiémiste J. M. Goulemot, à propos de La Religieuse de Diderot ou de La philosophie dans le boudoir de Sade. Ce n’était, pour les auteurs, qu’une contribution à l’histoire d’une Commission du CTHS. Ainsi, donc, même après le Bicentenaire de 1789 et l’éclat qu’a su lui donner le président François Mitterrand, la Révolution française n’est toujours pas un objet mort, contrairement aux prédictions de grands intellectuels parisiens. Alors que tant de jeunes étudiants se passionnent, en licence, maîtrise et thèse, pour la Révolution française, pourquoi avoir censuré l’histoire de cette institution, née de l’initiative de Jaurès, alors même que le régime de Vichy n’avait pas cru utile de liquider cette Commission ?

8Libre à chacun d’apprécier cette « censure » ou ce « veto », bref ce refus de publier le texte du président d’honneur de la Commission d’Histoire de la Révolution française, en l’occurrence Michel Vovelle, relative à la décennie majeure du Bicentenaire de 1789 ; les documents, annotés et présentés par Claude Mazauric, portant sur des extraits de sa correspondance avec le doyen Godechot à l’époque où celui-ci présidait la « Commission Jaurès » ; et, enfin, la contribution de Christine Peyrard, pour les décennies précédentes, montrant la spécificité de cette Commission d’Histoire de la Révolution française, créée par Jean Jaurès, au sein du CTHS.

9Au delà de la démission de Michel Vovelle du CTHS, il nous paraissait important d’informer, dans un premier temps, la communauté scientifique de l’« incident » ou de l’« événement » qui se produisait à Paris : le refus – historique, en un siècle d’existence – de publication d’un Bulletin de la Commission d’Histoire de la Révolution française.

  • 3 Signalons, seulement, quelques colloques tenus à l’Université de Provence, dans le cadre du Centre (...)

10Ainsi, une journée d’études a été consacrée, le 8 mars 2000 – dans le cadre de l’Unité Mixte de Recherche 6570, dirigée par le professeur Gérard Chastagnaret, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme d’Aix-en-Provence – au thème suivant : « La Révolution française : un héritage institutionnel ». Il existe, en effet, depuis fort longtemps, à Aix-en-Provence, une tradition d’enseignement et de recherche relative à la Révolution française3. La séance du matin, présidée par le professeur Bernard Cousin, a permis d’entendre les communications, relatives à la Commission d’histoire de la Révolution française au sein du CTHS ou « Commission Jaurès », de Ch. Peyrard (De Jean Jaurès à Georges Lefebvre), Claude Mazauric (L’époque de Jacques Godechot) et de Michel Vovelle (Les années du Bicentenaire). La séance de l’après-midi, présidée par le professeur émérite Monique Cubells, a été consacrée à la communication de Bernard Vinot (La maison de Saint-Just à Blérancourt) – sinon à celle d’Anna-Maria Rao (Les institutions culturelles italiennes et la Révolution française) et de Pierre Villard (Sur le portrait d’Albert Mathiez, peint par Laure Isaac), excusés ce jour-là – et à la table ronde, animée par le professeur Jean-Marie Guillon, responsable du programme d’études d’histoire politique au sein de l’UMR Telemme, à laquelle ont participé, notamment, Régis Bertrand, Maryline Crivello, Jacques Guilhaumou et Martine Lapied.

11Dans un second temps, la publication de ces textes nous semblait devoir être offerte au public des lecteurs, spécialistes de la Révolution ou simples citoyens.

12Précisons que les auteurs de ce livre ont tenu à offrir le texte fidèle du manuscrit – analyses et documents – qui n’a pas été publié. Toutefois, nous avons ajouté pour cette publication sous forme de livre, et non plus de bulletin, des textes et documents nouveaux.

13Au delà de la vie politiquement mouvementée de cette Commission officielle et, à coup sûr, emblématique, il conviendrait toutefois de ne pas oublier l’existence d’autres institutions qui ont eu, ou ont toujours, pour champ d’études ou d’intérêt la Révolution française.

  • 4 Ce sont, par exemple. Les élections et les cahiers de Paris en 1789, par Ch. L. Chassin. 1888-1889 (...)

14Initialement, d’autres Commissions ont dirigé la publication de diverses collections. C’est, par exemple, la « Commission de recherches sur l’Histoire de Paris pendant la Révolution française et l’histoire contemporaine » qui, soutenue par le Conseil municipal de Paris à la fin du XIXe et au début du XXe siècle et siégeant à l’Hôtel de Ville de Paris, a fait paraître de très grands livres qui constituent des références incontournables aujourd’hui encore4.

15Par ailleurs, il y eut les sociétés savantes. La première société parisienne à se consacrer à l’étude de la Révolution française a été la « Société de l’histoire de la Révolution ». Fondée en 1888, à l’approche du Centenaire de 1789, elle avait pour but « de faire prévaloir la méthode scientifique dans les études sur la Révolution française ; d’offrir un point de ralliement aux personnes qui, à Paris et dans les départements, s’occupent de l’histoire de France depuis 1789 ; de publier des textes inédits ou rares et des œuvres originales touchant l’histoire de France depuis 1789 ». La Société a publié une revue, La Révolution française (qui paraissait depuis 1881) et une collection de livres. Cette Société, animée notamment par Alphonse Aulard, premier titulaire de la chaire d’Histoire de la Révolution française à la Sorbonne, créée par la municipalité radicale de Paris, a vu l’émergence et, finalement, subi la concurrence d’une autre Société, promise à une plus durable longévité.

  • 5 Aux côtés d’A. Mathiez (1874-1932), alors professeur d’histoire dans l’enseignement secondaire et (...)
  • 6 Les publications de la Société, notamment dans la collection « Bibliothèque d’Histoire révolutionn (...)

16Brillant élève d’Aulard, Albert Mathiez, a, en effet, créé en 1907 la « Société des Études robespierristes »5. Celle-ci a publié une nouvelle revue, à partir de 1908, Les Annales révolutionnaires, devenue ensuite les Annales Historiques de la Révolution française, ainsi que de très nombreuses publications, en commençant par l’édition des Œuvres complètes de Maximilien Robespierre6. De Georges Lefebvre à Michel Vovelle, en passant bien sûr par Albert Soboul, cette société savante a été dirigée par les grands maîtres de l’histoire de la Révolution, titulaires de la chaire d’Histoire de la Révolution française à la Sorbonne, en associant souvent à la direction de la Société des universitaires provinciaux. Faut-il croire à la détestation prétendue jacobine des femmes, surtout quand elles sont professeurs des universités et, notamment, directrice de l’Institut d’Histoire de la Révolution française, toujours est-il qu’elles ont été récemment exclues – en bloc – des nouvelles instances dirigeantes ? Mais il est possible, à coup sûr, d’objecter la réalité de l’élection d’Anna-Maria Rao et de Lynn Hunt. En tout cas, l’histoire de cette société et de cette revue mériterait une étude scientifique, d’autant plus que – comme disait naguère Jules Michelet à propos de tout autre chose – il y a « eu un grand changement » dans cette Société, lors de l’année de la commémoration du bicentenaire du coup d’État du 18 Brumaire.

17Il serait injuste d’oublier, dans cette recension rapide, la « Société d’Histoire contemporaine », fondée en 1890, qui a consacré diverses publications relatives à la Révolution française, au même titre que la « Société d’histoire moderne », fondée en 1901, ou encore la « Société de l’histoire du protestantisme français », fondée en 1852, comme d’ailleurs les sociétés qui ont leur siège dans d’autres départements que celui de la Seine. Mais atteindre l’exhaustivité de ce champ d’études n’est pas l’objet de ce livre.

18Toutefois, en troisième lieu, il convient de mentionner les centres de recherche universitaires. Et, d’abord, bien sûr, l’Institut d’Histoire de la Révolution française à l’Université de Paris I, doté d’une admirable bibliothèque. Ce centre de recherches a été fondé par Philippe Sagnac en 1933. Georges Lefebvre lui a donné une telle légitimité scientifique que nombreux sont ceux qui croient que l’auteur des Paysans du Nord, de La Grande Peur, des Questions agraires au temps de la Terreur, etc. a fondé le centre d’études révolutionnaires à la Sorbonne que Marcel Reinhard a eu à cœur d’animer. Pour la suite, Albert Soboul et Michel Vovelle en ont élargi l’audience, notamment au plan international ; sans oublier le nombre considérable de sollicitations, pendant les années du Bicentenaire, pour une direction de thèse de doctorat auprès de M. Vovelle. Quant à Catherine Duprat, qui a succédé à M. Vovelle, elle a eu la tâche la plus périlleuse : celle de sauver l’existence même de l’IHRF, tant au plan matériel qu’au plan scientifique, et d’obtenir la poursuite d’une association avec le CNRS, dans le cadre d’une UMS.

19Hors de Paris, il existe depuis un temps plus ou moins long des centres d’études, comme à Toulouse, Aix-en-Provence, Rouen ou Clermont-Ferrand – marqués par le rôle joué par J. Godechot, G. Fournier, M. Vovelle, M. Cubells, G. Lemarchand, C. Mazauric ou A. Soboul. Mais, là encore, c’est oublier bien d’autres universités françaises, en se limitant même à l’hexagone.

20Les universités françaises n’étaient pas, à l’époque de Jaurès, les lieux privilégiés du travail scientifique. Dans une vieille tradition jacobine, c’étaient des érudits « citoyens », amants de la Révolution et de la République, qui ont été sollicités par la Commission Jaurès pour faire des recherches historiques dans les archives et proposer des publications d’ouvrages. Aux comités départementaux de la première moitié du XXe siècle, mis en place pour coordonner la recherche historique, ont succédé ensuite des comités régionaux d’Histoire de la Révolution française, et qui étaient directement liés à la Commission Jaurès.

21En quatrième point, il est nécessaire d’évoquer les musées d’histoire de la Révolution française. S’ils sont peu nombreux, s’ils n’offrent pas aux visiteurs des objets de culte, si la capitale n’en abrite aucun, après l’abandon des projets (c’est le cas, en particulier, du Musée Carnavalet) dans les années précédant le Bicentenaire de 1789, néanmoins, des musées ont vu le jour pendant cette période.

22Il convient de faire une place au Musée de la Révolution française, inauguré au cours de ces années, à Vizille, dans le site historique du château de Périer. Dès 1973, Vital Chomel, l’archiviste du département de l’Isère, a joué un rôle majeur tant auprès de Robert Chagny, spécialiste de l’époque révolutionnaire à l’Université de Grenoble, qu’auprès de la Commission Jaurès et des responsables politiques départementaux et régionaux – en l’occurrence, Louis Mermaz, par ailleurs, ancien assistant d’A. Soboul, et M. Couetou, responsable de la Culture auprès du Conseil Général de l’Isère. À partir de 1983, dans le cadre de la préparation du Bicentenaire, le musée de Vizille est un des chantiers dont s’occupe la Commission Jaurès. Le 11 octobre, était réuni le comité scientifique du musée où assistaient, pour la Commission, J. Godechot, Cl. Petitfrère, J.-R. Suratteau et M. Vovelle – ce dernier devenant, pour plusieurs années, président de ce comité. Séance au cours de laquelle « ont été étudiés les dossiers des travaux nécessaires à la réalisation du Musée de la Révolution dans l’ancien château de la famille Périer et débattu les projets de colloques et d’expositions, ainsi que l’idée d’implanter à Vizille une iconothèque et un centre de documentation sur l’histoire de la Révolution française qui pourrait, éventuellement, abriter la bibliothèque d’Albert Soboul ». Il est clair que la création et les activités du musée mériteraient leur historien, sans oublier l’importance du centre de documentation avec le legs des ouvrages de la bibliothèque d’A. Soboul, puis de J. Godechot et de J.-R. Suratteau.

23Dans cet héritage patrimonial, on signalera, bien sûr, le musée de Blérancourt, installé dans la maison familiale de Saint-Just, grâce à l’infatigable activité de Bernard Vinot. Mais sur ce point je me permets de renvoyer le lecteur à la contribution de B. Vinot dans cet ouvrage.

  • 7 Cf. les actes du Congrès mondial pour le Bicentenaire de la Révolution, tenu à la Sorbonne, du 6 a (...)

24Enfin, il importe de ne pas oublier d’autres institutions, universitaires ou éditoriales, hors de France. Car il ne conviendrait pas d’ignorer que les recherches sur la Révolution française sont, depuis longtemps, internationales. Est-ce la faute à Rousseau ou à Voltaire, ou encore à Victor Hugo ou à Jean Jaurès ? De fait, ce champ d’études historiques est investi par les historiens du monde entier7.

25La contribution d’Anna-Maria Rao sur les institutions culturelles italiennes analyse l’intérêt profond et durable qui existe hors de France. S’il n’est guère possible d’approfondir ce chantier en l’élargissant à d’autres pays, sinon à d’autres républiques-sœurs, néanmoins nous ne pouvons pas ne pas mentionner le rôle de la Commission internationale d’Histoire de la Révolution française. En effet, au sein du Comité international des Sciences historiques – fondé en 1923 au Congrès des Sciences historiques à Bruxelles (après les Congrès de Paris en 1900, de Rome en 1903, de Berlin en 1908, de Londres en 1913) et définitivement constitué à Genève en 1926 – il existe depuis le Congrès de Stockholm (1960) une Commission d’Histoire de la Révolution française, présidée successivement par Jacques Godechot, puis par Michel Vovelle (depuis le Congrès de Stuttgart en 1985) et, aujourd’hui (depuis le Congrès d’Oslo en août 2000), par Anna-Maria Rao, professeur à Naples. Cette présence des historiens de la Révolution française – de France, d’Europe, d’Amérique ou d’Asie – témoigne indiscutablement du rayonnement international de ce champ d’études. Dans ce tour d’horizon, inévitablement superficiel, mais suggestif, comment appréhender la place de la Commission Jaurès ?

26Au delà de son acte de décès officiel, par arrêté ministériel, est-elle, désormais, un lieu de mémoire, pour reprendre l’expression célèbre de Pierre Nora ? Ou peut-elle constituer un cadre de mémoire, selon la belle formule de Maurice Halbawchs ? Si l’héritage républicain et l’enjeu politique sont toujours récupérables – offrant matière à diverses stratégies sur lesquelles les auteurs de ce livre n’ont pas voulu épiloguer, laissant ainsi la porte ouverte sur la possibilité d’un avenir radieux – il y a, tout simplement, une histoire de l’histoire.

27Ce livre offre, pour la première fois, un parcours dans une vieille culture républicaine française, où naturellement se croisent et s’entremêlent l’histoire et la mémoire. Il présente, avec l’histoire de la Commission Jaurès, une étude de cas dans toutes ses dimensions, historiographique, certes, politique, évidemment, civique ou « citoyenne » comme on dit aujourd’hui, sans aucun doute.

28Aux jeunes historiens d’un nouveau siècle et d’un nouveau millénaire, de bâtir une autre histoire ou de valoriser d’autres héritages, en espérant que ce livre leur fournira matière à réflexion sur une aventure de longue haleine, née au début du XXe siècle, de l’initiative de Jean Jaurès.

Notes

1 Le CTHS, fondé en 1834, a son siège auprès du ministère de l’Éducation nationale. L’arrêté de sa création, le 18 juillet 1834, signé de Guizot, ministre secrétaire d’État au département de l’Instruction publique, est ainsi rédigé : « Article premier. Il est formé, près le ministère de l’Instruction publique, un comité chargé de concourir, sous la présidence du ministre, à la direction et à la surveillance des recherches et publications qui doivent être faites, à l’aide des fonds votés au budget de l’exercice 1835, sur les documents relatifs à l’histoire de France ».

2 M. Bouloiseau, « De Jaurès à Georges Lefebvre. La Commission d’Histoire économique de la Révolution ». Annales Historiques de la Révolution Française, 1960. p. 57-66 ; J. Godechot, « La Commission d’Histoire économique et sociale de la Révolution change de titre : bilan de 80 ans d’activité ». Annales Historiques de la Révolution Française, 1984. p. 314-323. Sans oublier, le Manuel pratique pour l’étude de la Révolution française, de Pierre Caron, qui, grâce à ses éditions successives de 1911 à 1947, offre de précieuses informations.

3 Signalons, seulement, quelques colloques tenus à l’Université de Provence, dans le cadre du Centre méridional d’Histoire sociale, des mentalités et des cultures, dirigé successivement par Michel Vovelle, Philippe Joutard et Bernard Cousin : « L’événement » en septembre 1983, « L’espace et le temps reconstruits : la Révolution française, une révolution des mentalités et des cultures ? » en février 1989, « Les fédéralismes. Réalités et représentations (1789-1874) » en septembre 1993, qui ont été publiés, respectivement en 1986, 1990 et 1995, aux Publications de l’Université de Provence. Mais il conviendrait, un jour, d’élargir la recherche en mentionnant d’autres travaux, inédits ou publiés – en partie, déjà, signalés dans le Guide des sources régionales pour l’histoire de la Révolution française de C. Badet, R. Bertrand, B. Cousin, P. Santoni, préface de Ph. Joutard, Publications de l’Université de Provence, 1987, 317 p.

4 Ce sont, par exemple. Les élections et les cahiers de Paris en 1789, par Ch. L. Chassin. 1888-1889. 4 volumes ; La Société des Jacobins. Recueil de documents pour l’histoire du club des Jacobins de Paris, par Alphonse Aulard. 1889-1897, 6 volumes ; Les Assemblées électorales de Paris (de novembre 1790 à frimaire an II), par Etienne Charavay, 1890-1905, 3 volumes ; Les clubs contre-révolutionnaires. Cercles, comités, salons, réunions, cafés, restaurants et librairies, d’Augustin Challamel. 1895 ; Les Actes de la Commune de Paris pendant la Révolution, publiés et annotés par Sigismond Lacroix. 1894-1909. 15 volumes ; Paris pendant la réaction thermidorienne et sous le Directoire. Recueil de documents pour l’histoire de l’esprit public à Paris, par A. Aulard. 1898-1902, 5 volumes : Les volontaires nationaux pendant la Révolution, par Ch. L. Chassin et L. Hennet, 1899-1906, 3 volumes ; la Musique des fêtes et cérémonies de la Révolution française. Œuvres de Gossec, Chérubini, Lesueur, Méhul, Catel, etc., recueillies et transcrites par Constant Pierre, 1899 ; l’Histoire des édifices où ont siégé les assemblées parlementaires de la Révolution française et de la première République, par Armand Brette. 1902 ; Les hymnes et chansons de la Révolution. Aperçu général et catalogue, avec notices historiques, analytiques et biographiques, par Constant Pierre. 1904, etc.

5 Aux côtés d’A. Mathiez (1874-1932), alors professeur d’histoire dans l’enseignement secondaire et historien de la Révolution, soucieux de réhabiliter Robespierre, qui va présider la Société jusqu’à sa mort, il y avait, en 1907, Charles Vellay (auteur notamment des Œuvres complètes de Saint-Just, secrétaire, puis trésorier de la Société avant sa démission en 1909), Arthur Chuquet (directeur de la Revue critique, qui offre comme siège social à la Société l’immeuble de sa revue, le libraire Ernest Leroux, qui démissionne en 1909, en désavouant les attaques de Mathiez contre Aulard), Georges Renard (ancien communard, professeur de sociologie au Collège de France, rédacteur de la Révolution de 1848). Ferdinand Buisson (député et dirigeant de la Ligue des Droits de l’Homme), Célestin Bouglé (professeur de philosophie sociale à l’Université de Toulouse), Édouard Herriot (maire radical de Lyon et docteur es lettres), et d’autres personnalités encore, parfois descendants de Conventionnels montagnards et, plus généralement, des publicistes, spécialistes de la Révolution, français ou étrangers.

6 Les publications de la Société, notamment dans la collection « Bibliothèque d’Histoire révolutionnaire », sont tout à fait remarquables et trop nombreuses pour être citées.

7 Cf. les actes du Congrès mondial pour le Bicentenaire de la Révolution, tenu à la Sorbonne, du 6 au 12 juillet 1989, publiés la même année en 4 volumes par Pergamon Press, à Paris, Oxford. New York. Francfort, Sydney et Tokyo, sous le titre L’image de la Révolution française, s. d. M. Vovelle.

© Presses universitaires de Provence, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540