Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Éducation et contestation

Une faible contestation

Texte intégral

Contestation quasi-inexistante de l’ordre colonial

Préambule

1On entend généralement par ordre colonial les rapports politiques, économiques et humains engendrés par la colonisation.

  • 1 Les musulmans pouvaient, toutefois, devenir des citoyens français à condition d’en faire individuel (...)
  • 2 Ce n’est qu’en 1919 qu’un corps électoral musulman est créé mais il est extrêmement réduit (100 000 (...)

2Cet ordre colonial distinguait en Algérie trois communautés : les Français, les étrangers et les indigènes. Si les juifs établis en Algérie avant 1830 et les étrangers nés en Algérie étaient devenus collectivement citoyens français, réciproquement en 1870 et 1889, ce n’était pas le cas de la population musulmane. Le sénatus-consulte de 1865 avait fait de tout musulman d’Algérie un sujet français mais pas un citoyen français1. Il pouvait occuper des emplois civils, servir dans l’armée mais il ne pouvait pas voter et n’avait pas tous les droits attachés à la citoyenneté2. Sa vie privée restait régie par la loi coranique. En fait, il était hors de question de considérer les musulmans comme des Français à part entière. En tant que sujets français, les musulmans étaient soumis au Code pénal français, mais le code de l’Indigénat créé en 1881 ajoutait, pour eux, des interdits et des infractions.

3Cette situation juridique établissait une nette partition entre la communauté française et la communauté musulmane dite indigène. D’autant que cette division s’accompagnait d’une grande inégalité socio-économique qu’elle entretenait.

4À l’égard de l’ordre colonial, il ne saurait être question au XIXe siècle et même jusqu’à la seconde guerre mondiale de contestation, au sens propre du terme, de la part des Européens en général et en particulier des femmes européennes. Aussi, s’agit-il plutôt de rechercher les sentiments, les réactions que pouvaient avoir les femmes européennes face au sort réservé aux musulmans. Il faut d’abord rappeler que l’anticolonialisme était non seulement proscrit par les autorités, mais, aussi, difficilement pensable par la population européenne. La très grande majorité des Européens du XIXe siècle, et même d’une partie du XXe siècle, y compris en Métropole, était persuadée de faire œuvre civilisatrice en Afrique ou en Asie. En outre, l’extrême pauvreté des premières générations d’immigrants, la dureté de leur vie quotidienne, les épidémies et les dangers auxquels ils devaient faire face rendaient les Européens sans doute peu sensibles au sort réservé aux indigènes. Ces derniers furent longtemps vus comme des adversaires à abattre ou à soumettre.

5Traiter des sentiments que les femmes européennes d’Algérie purent avoir à l’égard de la population musulmane n’est pas chose aisée. Les témoignages écrits, antérieurs à la guerre d’Algérie, ne sont pas nombreux. Et peu de Pieds-Noirs, hommes ou femmes, acceptent aujourd’hui de s’exprimer sur ce sujet par méfiance et rancœur. Le domaine du ressenti est, en outre, d’ordre tellement individuel qu’il faut se garder de généraliser, d’autant qu’il paraît évident que les rapports colonisateurs et colonisés n’ont pu rester statiques durant les cent trente ans de domination française de l’Algérie. Mais il est difficile de consacrer une étude aux Européennes d’Algérie sans n’aucunement évoquer le regard, l’attitude que ces femmes eurent à l’égard des populations colonisées.

Acceptation quasi générale de l’ordre colonial

Une attitude globalement identique des Européens et Européennes

6L’attitude des Européens à l’égard des musulmans était davantage déterminée par leur condition sociale et leur date d’arrivée en Algérie que par l’appartenance au sexe féminin ou masculin.

  • 3 ANOM Algérie, F 80 1392, Incidents de voyages, plaintes et réclamations (1848-1852). Extraits de le (...)
  • 4 G. Schürer, Les Hautes Plaines, Paris, Le Pré aux clercs, 1990. Roman écrit à partir d’archives fam (...)

7Au XIXe siècle une distinction peut être faite entre les immigrés sans ressources et de fraîche date, et les Européens installés en Algérie depuis plusieurs années, et même une ou deux générations, en se rappelant que l’immigration européenne s’est prolongée pendant à peu prés un siècle. Malgré les affrontements, on a l’impression que durant les premières décennies de la conquête, alors que l’autorité française était encore disputée, malgré la peur, sans doute réciproque existant entre Européens et musulmans, les Européens traitaient avec moins de condescendance les musulmans qu’ils le firent par la suite. Les relations devaient être des plus rares, mais il y en eut. Dans les lettres écrites à leur famille, certains colons de 1848 font allusion aux rapports qu’ils avaient avec la population arabe, et il s’agit parfois de relations entre femmes européennes et musulmanes. « Ma femme n’a pas peur des Arabes, nous sommes pour quelques jours dans une maison où il y a une femme mauresque avec laquelle elle fait très bon ménage »3. Un auteur raconte les relations établies entre son aïeule venue en Algérie dans les années 1850 et une musulmane d’un douar voisin4. Les deux femmes échangeaient, malgré la barrière de la langue, des recettes de plantes médicinales et de gâteaux.

  • 5 Cf. les dénombrements de mariages franco-musulmans fournies par les annuaires statitiques de l’Algé (...)

8Les pauvres immigrés qui devaient lutter chaque jour pour arracher à la terre de quoi faire vivre leur famille pouvaient difficilement traiter avec arrogance leurs frères de misère qu’étaient la plupart des musulmans. Qu’ils les aient craints, sûrement, mais qu’ils les aient méprisés est moins probable. Comment expliquer autrement qu’il y eut relativement plus de mariages mixtes, même s’ils furent peu fréquents, au XIXe siècle, et surtout avant 1870, qu’au XXe siècle ? D’autant que l’explication d’ordre démographique ne peut être retenue puisque les unions entre musulmans et femmes européennes sont, au XIXe siècle, légèrement plus nombreuses qu’entre Européens et femmes musulmanes5.

9À partir de la fin du XIXe siècle, la population d’immigrés fait place peu à peu à une population coloniale installée qui entend profiter seule de la mise en valeur de l’Algérie et de l’amélioration de ses conditions de vie, qu’elle considère ne devoir qu’à son travail.

10Les communautés européenne et musulmane apprennent à vivre côte à côte. « Côte à côte » mais pas « avec ». Une Pied-Noire reconnaît :

  • 6 M. Vidal-Domerc, Vérandas et Moucharabiehs, Jean Curutchet, 1999.

J’ai passé vingt-huit ans en Algérie dans l’inconscience et l’insouciance collective. J’aurais dû apprendre l’arabe, j’aurais dû connaître des Arabes, c’est-à-dire leur parler dans leur langue pour pénétrer leur pensées, mieux comprendre leurs sentiments, leurs passions, leur religion6

11Les rapports entre communautés sont limités, de surface et essentiellement d’ordre économique. Pas ou très peu de relations privées. Si des familles musulmanes invitaient parfois des Européens à des fêtes données à l’occasion de mariages, la réciprocité n’existait guère. Seuls, certains notables musulmans pouvaient être reçus de temps à autres dans certaines vieilles familles européennes, le plus souvent sans leurs femmes, en raison des traditions islamiques.

12Les lieux de rencontre sont multiples mais impersonnels.

  • 7 M. Hirtz, Contacts de civilisation et politique culturelle en Algérie, CHEAM (Centre de hautes étud (...)

Européens et indigènes se frôlent, se côtoient se frottent le museau comme disait Lyautey, à l’école, dans les bus, les trams, les cinémas, les marchés, les chantiers et les champs de bataille […] Les relations de bon voisinage sont fréquentes mais les relations d’amitié pure sont rares […] La grande majorité des Européens d’Algérie ignore les indigènes et se bornent à nourrir à leur endroit des préjugés fondés sur les apparences et des généralisations de cas accidentels7.

13Comme au début de la conquête française, les difficultés matérielles pouvaient, cependant, rapprocher des immigrés récents et pauvres, souvent de nationalité étrangère, et des musulmans. Selon une étude menée en 1940, c’est uniquement,

  • 8 Ibid.

dans la basse Kasbah ou la Marine à Alger, où exceptionnellement toutes les races cohabitent, que la promiscuité imposée par les logements étriqués suscite des contacts plus étroits. On se rend des services, il arrive que pour Noël ou l’Aïd-el-Kebir, on s’asseye à la même table, sans que ce soit général […] Dans les beaux quartiers, la séparation des communautés est quasi absolue et dans les faubourgs des villes, même quand on est voisin ou colocataire dans la même maison, ce qui était rare, on s’ignore sur le plan privé8.

14Au XXe siècle, entre les deux guerres, une relative sécurité existe en Algérie, les Européens ne craignent plus les musulmans mais ils s’en méfient et sont le plus souvent indifférents à leur misère. Ils trouvent des raisons pour justifier le manque de relations existant entre les communautés européenne et musulmane.

  • 9 Mme Nail, En passant par la Lorraine, souvenirs dactylographiés déposés au CDHA d’Aix-en-Provence.

Le problème de racisme n’est pas vraiment une affaire de race mais de religion. Les étrangers chrétiens se sont vite assimilés. Pour les Maghrébins, c’est différent ; leur mode de vie choque et dérange les autres, ils sont bruyants de nature et parlent fort9.

  • 10 A. Berenguer, En toute liberté - Entretiens avec Geneviève Dermenjian, Paris, Centurion, 1994, p. 2 (...)
  • 11 J.-P. Einaudi, Un rêve algérien, Vie de Lisette Vincent, op. cit., p. 50.

15Le racisme à l’égard des Arabes est le plus souvent nié par les Pieds-Noirs, pas tant, semble-t-il, par refus conscient de reconnaître une réalité désagréable que par impossibilité de voir cette réalité. Comment, en effet, mettre en doute la bonne foi du père Bérenguer10, qui prit fait et cause pour l’indépendance de l’Algérie et choisit de rester jusqu’à sa mort dans ce pays, quand il confie que, dans son enfance à Lourmel, en Oranie, il n’avait jamais vu de la part des Français ou d’Espagnols, le moindre relent de racisme à l’égard des Arabes, alors qu’il reconnaît l’existence de l’antisémitisme ? Il est vrai que le racisme à l’égard de la population musulmane était plus feutré qu’à l’égard de la population juive et donnait moins lieu à des invectives. Les juifs étaient peu nombreux et, en tant que citoyens français, avaient les mêmes droits et pouvaient ambitionner les mêmes fonctions que n’importe quel Français. Ils pouvaient, donc, comme en Europe être les boucs émissaires privilégiés de toutes les frustrations. Les musulmans n’existaient pas en tant que citoyens et, durant les années de l’entre-deux-guerres, ils ne menaçaient pas les intérêts européens. Aussi le racisme à leur égard s’exprimait-il le plus souvent sous la forme du paternalisme ou d’une méprisante occultation. Les Arabes faisaient partie du décor dans lequel Européens et Européennes étaient installés, simples silhouettes visibles ou invisibles selon les circonstances. Sans qu’il y ait de ségrégation organisée, ils étaient tenus à l’écart du champ social européen. Une fille de colon d’Oranie, née en 1908, traduit sans doute bien les relations intercommunautaires existant entre les deux guerres, quand elle déclare que, pour ses parents comme pour les colons français de son village de Saint Cloud : « Les Arabes n’existaient pas, les Espagnols ne se fréquentaient pas et les juifs étaient désignés comme des ennemis »11.

Sentiments et comportements plus spécifiquement féminins

  • 12 P. Nora, Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 1961, p. 175.

16Pour Pierre Nora « Les femmes française […] sont généralement plus racistes que les hommes et contribuent à interdire le contact entre les deux sociétés »12. Ce jugement extrêmement sévère est conforté par le racisme virulent exprimé par la mère de Jules Roy. Ce dernier rapporte :

  • 13 J. Roy, Adieu ma mère, adieu mon cœur, Paris, Albin Michel, 1996, p. 120 et 125.

Ma mère disait en parlant des arabes : ce sont des sauvages. Ils jouissent de voir le sang coulé, ils ne pensent qu’à ça. C’est une sale race. Si c’est dieu qui les a fabriqués, il doit s’en repentir […] ils ne sont que vice et méchanceté […] c’est comme ça que nous les avons trouvés, c’est comme ça qu’ils sont restés. Nous avons eu tort de leur ouvrir nos écoles dans l’espoir de leur enseigner la civilisation. Ils nous haïssent et nous couperont le cou dès qu’ils pourront13.

17Et il ajoute : « la plupart des femmes parlaient comme toi. Elles avaient peur ».

18Le racisme était-il, vraiment plus fort chez les femmes que chez les hommes européens ? Rien n’est moins sûr. Mais si le racisme est une forme d’expression de la peur de l’autre, de l’étranger, de l’inconnu, les femmes s’autorisaient peut-être davantage à verbaliser cette peur que les hommes.

  • 14 Articles de L’Écho d’Oran du 14 décembre 1901 et du 12 octobre 1902.
  • 15 M. Baroli, La vie quotidienne de Français en Algérie, op. cit., p. 175.

19Cette peur avait, il est vrai, des raisons d’exister au XIXe siècle. Jusqu’à la veille de la guerre de 1914-1918, des bandes de voleurs pouvaient s’attaquer aux fermes isolées et aux voyageurs. Les journaux du début du XXe siècle relataient encore fréquemment des récits de femmes assassinées par des voleurs profitant de l’absence des hommes à la ferme14. D’après Marc Baroli, le sentiment d’insécurité dans les campagnes ne devait s’atténuer qu’après la première guerre mondiale15.

20Les petites filles ont été longtemps élevées dans la peur des Arabes, de leurs regards, des viols possibles. Le sort que la civilisation musulmane réservait aux femmes pouvait être une raison supplémentaire de crainte. Enfin, les femmes européennes avaient très peu l’occasion de connaître vraiment des musulmans. Le musulman était, pour beaucoup d’entre elles, l’Arabe qu’elles côtoyaient dans la rue, dont elles évitaient le regard, de peur de voir ce regard fixé sur elles. Il était l’inconnu d’autant plus effrayant qu’ignoré. Ce sont toutes ces peurs qu’exprimait la mère de Jules Roy et sans doute la plupart des femmes qui, comme elle, étaient nées au XIXe siècle.

  • 16 Terme venant de l’arabe msâkin (pauvre) utilisé par les Européens pour désigner des miséreux qui, n (...)
  • 17 J. Roy, Adieu ma mère, adieu mon cœur, op. cit., p. 73.

21Au XXe siècle, et surtout entre les deux guerres, les motifs objectifs de peur n’existaient plus guère, mais il en restait des traces qui se perpétuaient de mère en fille et fils. La présence de l’Arabe n’était plus vraiment inquiétante mais elle était dérangeante, comme la pauvreté est dérangeante. Il est, d’ailleurs, curieux de constater combien les références à la pauvreté des musulmans sont rares dans les témoignages écrits ou oraux de Pieds-Noirs. Et quand cette misère est telle qu’elle ne peut plus être occultée, c’est une agression tellement insupportable qu’elle peut déclencher parfois, contre les malheureux, la colère en place de la compassion. Est-ce un sentiment de culpabilité que cache la violence verbale de la mère de Jules Roy, à l’égard des « meskines »16 descendus du douar voisin pour mendier de la nourriture ? « Ils n’ont que ce qu’ils méritent, dit-elle à son fils. Pourquoi ne seraient-ils pas dans la misère ? Ils ne font rien. Les Arabes sont une race de mendiants, de paresseux et d’ignorants… »17.

  • 18 Témoignage oral de Suzette S.
  • 19 P. Husset, « Elles et nous », Femmes de demain, n° 23, 1er octobre 1936.

22Si la pauvreté est rarement évoquée, la saleté l’est souvent, peut-être parce qu’elle est moins culpabilisante et qu’elle permet de justifier le racisme. Et ce sont les femmes qui reprochent le plus souvent aux Arabes leur saleté. « Je n’aurais jamais confié mes enfants à une femme arabe car la plupart étaient sales »18. Beaucoup de mères interdisaient à leurs enfants de jouer à l’école avec les petits Arabes car ces derniers étaient soupçonnés d’avoir des poux19.

  • 20 A. Job-Querzola, Le cornet de jujubes, Paris, Seguier, 2001.

23Très tôt, une image de l’Arabe était dessinée dans l’esprit du jeune Pied-Noir. L’Arabe était à la fois familier, et même, dans certain cas, aimé quand il s’agissait de serviteurs ou de petits camarades de jeux, et, en même temps, perçu comme un étranger, appartenant à un autre monde qu’on ne pouvait fréquenter sans danger. C’est toute petite fille qu’une Pied-Noire prit conscience dans l’Oranais d’avant la seconde guerre mondiale, de la distance séparant les Européens et les Arabes. « Il ne faut pas être arabe, elle le sait » déclare la petite fille. « Tous ceux qu’elle voit dans le quartier ont l’air pauvres, sales. Elle ne les regarde jamais de près, elle a peur qu’ils sentent mauvais. Les autres, ailleurs, elle ne les connaît pas. »20.

24Et Marie Cardinal a su également très tôt par sa mère que « Nous étions le bien, les Arabes étaient le mal ». Même si ce jugement devait être rarement exprimé en ces termes, c’est l’image simpliste que durent intégrer de nombreux enfants pieds-noirs. En ce sens, les mères ont été les vecteurs, en quelque sorte privilégiés, du racisme ambiant.

  • 21 M. Stora, Constantine-Sartrouville (1818-1993). Récit de vie paru dans la revue Esprit, mars 1993.

25Il est vrai que les occasions de rencontre entre femmes des deux communautés étaient plus rares qu’entre hommes. « Je n’ai pas eu d’amie musulmane », confie une Pied-Noire qui parlait pourtant l’arabe21. « Les filles se voilaient à douze ou treize ans et on ne les voyait plus. » Si quelques amitiés, nées sur les bancs des écoles, lycées et université, pouvaient parfois se prolonger à l’âge adulte ou s’établir dans le travail entre Européens et musulmans, cela n’était guère possible entre Européennes et musulmanes. Peu de filles musulmanes sur les bancs des écoles primaires jusqu’aux lendemains de la seconde guerre mondiale, quasiment pas de femmes musulmanes travaillant aux côtés d’Européennes dans ateliers ou bureaux. Les espaces de rencontre entre femmes des deux communautés étaient réduits.

26Dans la majorité des cas, les seules femmes musulmanes auxquelles les Européennes avaient l’occasion de parler appartenaient à la domesticité. Et même dans le cas de rapports chaleureux, ces rapports restaient limités par le cadre social hiérarchique dans lequel ils s’inscrivaient. Globalement, la distance entre femmes européennes et musulmanes paraît plus grande au XXe qu’au XIXe siècle. La nette amélioration des conditions de vie des premières, l’indépendance affichée par certaines d’entre elles, la scolarité obligatoire des Européennes rendent les échanges de plus en plus difficiles.

  • 22 R. Lenoir, Mon Algérie tendre et violente, Paris, Plon, 1994.

27Aussi, y eut-il sûrement peu d’exemples d’amitié comparable à celle établie entre une certaine Zohra et la mère d’un fonctionnaire né en Algérie22. Cet homme ignore comment ces deux femmes s’étaient connues. Il se souvient que Zohra arrivait dans son haïk immaculé. Il aimait, enfant, la voir enlever son voile et il les regardait parler, assises sous la véranda.

28Si les amitiés pures furent exceptionnelles entre femmes, des rapports cordiaux pouvaient parfois s’établir entre des Européennes et leurs femmes de ménage musulmanes. Et ces rapports, quand ils existaient, pouvaient être plus intimes qu’entre Européen et musulman car ils s’établissaient dans le cadre du foyer, et surtout parce que le discours des femmes concerne davantage la sphère privée et les problèmes de la vie quotidienne. Au-delà des différences sociales et ethniques, la vie des femmes reste rythmée par un même destin biologique. Des confidences pouvaient ainsi s’échanger de femme à femme. Des instants de connivence identitaire pouvaient s’établir qui ne remettaient pas pour autant en cause ni la distance sociale qui séparait patronne et domestique ni le regard porté sur la communauté musulmane dans son ensemble.

  • 23 Lady Herbert, L’Algérie contemporaine, op. cit.

29Cette distance entre les êtres n’empêchait pas des emprunts de civilisation. Ces mêmes Européennes qui dénigraient les Arabes adoptèrent une partie de leur cuisine, à commencer par le fameux couscous, dont elles apprirent auprès de femmes arabes à rouler le grain. Quand un malheur les frappait, certaines Européennes n’hésitaient pas à utiliser les pratiques de sorcellerie locale ou à s’adresser au marabout voisin. Une Anglaise voyageant en Algérie dans les années 187023 raconte avoir assisté dans une grotte à ce qui était appelé le sacrifice des négresses. C’était en fait l’égorgement d’une volaille dont le sang était répandu sur la cliente par une Arabe qui récitait des incantations. Or elle avait rencontré la cliente européenne le matin même à la cathédrale d’Alger. Cette femme était venue prier pour la guérison de son petit garçon, comme elle tentait d’obtenir dans cette grotte la suppression du mauvais sort dont son fils était victime.

  • 24 A. Berenguer, En toute liberté. Entretiens avec G. Dermenjian, op. cit., p. 123.

30Et au XXe siècle, ces pratiques étaient loin d’avoir disparu. Le prêtre chargé de la paroisse de Montagnac en Oranie, au début des années 1950, rapporte que sa voisine, une infirmière française, pratiquait la sorcellerie en usant de magies différentes selon la religion des personnes24. Pour Marie Cardinal,

  • 25 M. Cardinal, Au pays de mes racines, op. cit., p. 42.

la sorcellerie se mêlait à la raison de manière à créer une atmosphère intense qui envoûtait autant qu’une religion. Les rêves, chaque jour se discutaient, s’interprétaient. Les servantes aidaient à l’interprétation, en mêlant les mythes islamistes et africains aux mythes judéo-chrétiens et européens25.

31Un certain syncrétisme religieux existait également. Andrée Montero en témoigne :

  • 26 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

Si l’on apercevait quelques musulmanes monter à la basilique de Santa-Cruz, au dessus du port d’Oran, on voyait plus de catholiques entrer dans les marabouts pour y faire brûler des cierges. J’ai un souvenir très net de ma mère ôtant ses chaussures pénétrant dans ces monuments religieux, y disposant, y allumant des bougies26.

  • 27 M. Marciano, Destin et souvenirs d’une enfant d’Algérie, op. cit. Elle note avoir été, quelquefois, (...)

32C’étaient, le plus souvent, des femmes européennes, et non des hommes, qui adhéraient ainsi à certaines croyances des musulmans. Quelques Européennes pouvaient aussi fréquenter les bains maures, le jour réservé aux femmes27.

Le regard différent de quelques Européennes

Des femmes cherchant à améliorer la vie des musulmanes

33Il ne s’agit pas d’évoquer ici les nombreuses œuvres caritatives qui fournissaient une aide ponctuelle aux colonisés et entretenaient la bonne conscience de la majorité des colonisateurs. Mais certaines femmes initièrent, nous l’avons vu, des programmes éducatifs ou sanitaires ayant pour but d’améliorer plus durablement le sort des femmes et des fillettes musulmanes. Elles voulaient soulager les souffrances des musulmanes en les faisant profiter de la médecine européenne, ou faire accéder ces femmes à une petite autonomie matérielle en leur apprenant à coudre et à tisser dans les ouvroirs et à vendre leur production. Ces femmes, religieuses ou laïques, n’avaient aucunement l’intention de mettre en cause l’ordre colonial, mais elles tentèrent d’amender le cadre colonial existant. Ces Européennes eurent sur les femmes musulmanes un autre regard. Loin de les mépriser, elles les jugèrent dignes d’intérêt. Et par là même, inconsciemment, elles contestèrent modestement les rapports sociaux existant.

Regard de femmes écrivains sur la société musulmane

  • 28 Cette très rapide étude des écrivains femmes s’étant intéressées à l’Algérie a été rendue possible, (...)

34Des romancières, des essayistes ou journalistes françaises s’intéressèrent aux populations musulmanes. Les premières femmes qui consacrèrent des écrits à l’Algérie entre 1900 et 1919 n’étaient pas nées en Algérie. Il faut attendre la période de l’entre-deux-guerres pour que s’expriment des Françaises d’Algérie28.

  • 29 J. Voisin d’Ambre, née en 1927 à Montagney (Doubs) a séjourné une grande partie de sa vie en Algéri (...)
  • 30 J. Faure-Sardet est née en 1877 dans une famille établie en Algérie depuis deux générations. Elle é (...)

35Il est curieux de constater combien le colonisateur est absent dans quasiment tous les écrits, romans ou essais qui évoquent les mœurs et la culture des indigènes. Et quand Français ou Françaises apparaissent dans des romans aux côtés de musulmans, c’est pour raconter, en général, les amours contrariés ou difficiles entre officier français et femme musulmane ou juive. C’est le cas, entre autres, de Joséphine Voisin d’Ambre29, dans La fille du Rabbin et Un drame à Alger, et de Jeanne Faure-Sardet30 qui narre les déboires de couples mixtes, dans Hélia, une Française en Algérie et dans Fille d’Arabe. On peut toutefois distinguer deux grands types d’écrivains : les orientalistes et les non conformistes.

  • 31 E. Rhaiss, de son vrai nom Leila Boumendi, de père arabe et de mère juive se fit passer en France p (...)
  • 32 M. Boisnard née à Orange en 1882 suivit enfant ses parents en Algérie où elle mourut en 1945.

36Beaucoup de romans, dont ceux cités ci-dessus, sont à rattacher à la vague orientaliste qui commence au début du siècle et se continue entre les deux guerres. L’œuvre d’Elissa Rhaïs31, qui connut un grand succès en France, est sûrement le meilleur exemple du courant orientaliste féminin. Elle ne montre que l’aspect exotique de la vie des populations arabes et juives. Le parti pris de Magali Boisnard32 est tout autre. Dans ses romans historiques, elle fait sortir de l’oubli quelques pages prestigieuses du passé berbère et arabe pour rappeler que l’histoire des indigènes d’Algérie ne commence pas avec la conquête française. Mais les personnages héroïques décrits dans Le roman de la Kahéna ou Le roman de Kaldhoun, sont trop éloignés de la réalité algérienne pour qu’un lien puisse être établi avec la population colonisée. D’autres écrivains cherchèrent à faire connaître la civilisation musulmane existant réellement en Algérie ou la vie quotidienne de certains de ses habitants. Quelques romancières, et c’est le cas de deux femmes déjà citées, Magali Boisnard et Joséphine Voisin-d’Ambre, ont laissé des écrits tantôt d’inspiration orientaliste, tantôt de type non-conformiste.

37Les romans ou essais dits non conformistes traduisent une orientation politique. Sensibles aux problèmes posés par la présence en Algérie de deux communautés ayant religion, traditions et conditions de vie différentes, certaine écrivaines françaises se déterminent, comme certains collègues masculins, pour une des trois positions suivantes : l’identification, l’assimilation, et le rêve de fraternité.

38Isabelle Eberhardt choisit très nettement l’identification. Mais elle est la seule femme à représenter ce courant littéraire. Elle tombe complètement sous le charme du pays et de la population musulmane au point de se convertir à l’islam. Pour elle, une seule civilisation a sa place en Algérie, c’est la civilisation musulmane. Mais ce n’est pas tant la société coloniale qu’elle critique que le caractère moderne de cette société qui détruit la société musulmane traditionnelle. Dans une de ses nouvelles, Yasmina, jeune musulmane rejetée tour à tour par son amant français, par sa famille et son peuple, elle montre plus le caractère inconciliable des civilisations musulmane et européenne que le rejet de la colonisée par le colonisateur.

  • 33 Cité supra n. 28.

39Joséphine Voisin d’Ambre a une opinion tout aussi radicale mais opposée. Pour elle c’est la civilisation musulmane qui est à proscrire. Sous le nom de Pierre Cœur, elle fit paraître une petite étude intitulée L’assimilation des indigènes d’Algérie, dans laquelle elle prône une assimilation complète des indigènes à la fois politique, sociale et religieuse : mêmes droits et mêmes devoirs, hommes et femmes, pour tous les habitants de l’Algérie, francisation totale y compris des noms, conversion au christianisme. Pour Jean Dejeux33, elle fait partie de ces écrivains français de droite qui, effrayés par l’essor démographique de la population arabe, pensent que la France ne pourra se maintenir en Algérie qu’à la condition de l’assimilation complète des indigènes. Pour elle, il y a, face à un peuple civilisé, un peuple barbare qu’il faut assimiler ou détruire.

40Finalement, la majorité des écrits féminins critiques à l’égard de la politique coloniale se rattachent au courant du rêve de fraternité ou plutôt de sororité, car ils s’intéressent aux conditions de vie des femmes musulmanes. En tant que femmes, un certain nombre de romancières ou essayistes se préoccupent du sort de leurs sœurs musulmanes. Elles considèrent qu’il est de leur devoir de mieux les faire connaître et de participer à leur émancipation. Aussi s’attachent-elles à montrer, qu’au delà des apparences, des ressemblances existent entre le destin des musulmanes et des Européennes, et elles militent pour l’instruction des femmes indigènes.

  • 34 H. Auclert, militante féministe connue pour avoir créé en France, en 1876, le premier groupe suffra (...)
  • 35 M. Bugeja, « Nos sœurs musulmanes », Revue des Études littéraires, 1921.
  • 36 M. Bugeja, Visions d’Algérie, Alger, Baconnier Frères, 1929.

41Magali Boisnard annonce ce courant dans Les endormies ou nos sœurs musulmanes. Hubertine Auclert34 dans Les femmes arabes en Algérie reproche aux autorités françaises de ne pas avoir rendu l’école obligatoire pour les filles musulmanes. Toute l’œuvre de Marie Bugeja manifeste un ardent militantisme en faveur des femmes musulmanes35. Elle tenta de rapprocher femmes européennes et musulmanes en montrant que ces dernières ressentaient les mêmes joies, les mêmes espoirs, les mêmes inquiétudes, les mêmes douleurs que n’importe quelle femme confrontée à la maternité ou à la perte d’un enfant. Elle prit position en faveur de l’éducation des jeunes filles musulmanes, éducation qui devait aller de pair avec celle des garçons pour éviter une différence de niveau culturel des couples musulmans. « Ce fut une faute de dire : instruisons avant tout les garçons, les filles viendront ensuite à notre enseignement36. » Elle craignait, en effet, que les musulmans instruits ne cherchent à épouser des Européennes plutôt que des musulmanes. Or, elle ne croyait guère à la réussite des mariages mixtes et s’inquiétait pour les femmes musulmanes, qui risquaient de ne plus trouver d’époux dans leur communauté. Jeanne Faure-Sardet milite aussi pour l’émancipation des femmes musulmanes mais dans le respect de la civilisation musulmane car, elle aussi, se méfie des unions mixtes.

42Toutes ces femmes critiquent le comportement machiste des autorités coloniales, mais pas les rapports coloniaux, et encore moins le colonialisme, puisqu’elles comptent sur la colonisation pour améliorer le sort des femmes musulmanes.

43Lucienne Favre est une romancière non conformiste qui ne peut trouver place dans la typologie retenue. Elle n’essaie pas, en effet, de chercher une solution aux problèmes coloniaux, elle se contente de dénoncer la misère existant à Alger. Son discours est essentiellement social. Elle décrit les clivages géographiques et sociaux des populations européenne et musulmane mais s’intéresse aussi aux laissés-pour-compte du colonialisme, aux petites-gens tant européens que musulmans. La pauvreté domine la vie quotidienne aussi bien des familles espagnoles de Bab-el-oued que de la famille musulmane de la Casbah décrite dans L’Orientale. Le rêve colonial fait place à la dure réalité. Mais est-ce le machisme méditerranéen, le colonialisme ou le capitalisme qui est le principal responsable de la dureté de la vie des femmes des quartiers populaires d’Alger, quelle que soit leur origine ethnique ? Elle laisse le lecteur en décider. Elle subit comme beaucoup de romancières de l’entre-deux-guerres, l’influence du mouvement féministe. Mais elle est une des rares femmes écrivains à s’intéresser aux catégories sociales défavorisées et à montrer que la société algérienne ne se résume pas à un face à face entre colonisés et colonisateurs. Toutefois, son discours autant féminin et social que politique, tend à rapprocher plutôt qu’à opposer le sort des colonisés et de certains colonisateurs.

Attitude de la presse féminine d’Algérie

44Dans la presse féminine, seul l’hebdomadaire féministe Femmes de demain, édité à Alger de 1935 à 1937, se préoccupe de la condition socio-politique de la population musulmane. En tant que journal féministe, Femmes de demain cherche à faire connaître à ses lectrices européennes la vie de ces femmes.

  • 37 Articles consacrés à « La femme du Tell, la kabyle, la Targuie, la Nomade, la Chaouia », Femmes de (...)

45En 1935, cet hebdomadaire consacre une série d’articles aux différents types de femmes indigènes pour exposer la diversité de mœurs et de vie des femmes musulmanes selon les régions37. Certains articles font preuve de jugements nuancés, montrant que les femmes musulmanes ont des conditions de vie le plus souvent difficiles mais que celles qui doivent ajouter aux tâches domestiques celles des champs, telles les Chaouias et les Kabyles, jouissent souvent d’une plus grande liberté dans leur foyer.

  • 38 « La Nomade », Femmes de demain, le 28 novembre 1935.
  • 39 « La Kabyle », Femmes de demain, le 4 janvier 1935.

46Mais il s’agit, aussi, d’établir une forme de hiérarchie parmi les femmes musulmanes en fonction des possibilités plus ou moins grandes d’assimilation à la civilisation européenne. Ainsi, la nomade est jugée « rebelle à toute évolution, sa passivité, son indolence jugulent toute tentative d’assimilation »38. Par contre, « le milieu kabyle est plus accessible que tout autre à notre propagande et se prête admirablement aux efforts que nous devons tenter dans ce sens »39. Les bons sentiments laissent apparaître la bonne conscience et la soumission à la politique coloniale française ainsi que le mythe kabyle. De même, quand en mars 1936, en conclusion de ces articles, Lucienne Jean-Darrouy, directrice de Femmes de demain, demande que le gouvernement français rende obligatoire l’instruction primaire des filles indigènes c’est « pour éviter que mari comme enfants soient obligés à converser dans leur dialecte et retardent ainsi notre mission civilisatrice ».

  • 40 Projet de loi visant à accorder progressivement l’égalité politique aux musulmans sans abandon du s (...)

47Lucienne Jean-Darrouy considère, comme la plupart des Français d’Algérie, qu’il faut civiliser les musulmans. Elle veut une francisation des musulmans mais, contrairement à la majorité des Pieds Noirs, elle souhaite que les musulmans soient des citoyens français à part entière. En 1937, elle est favorable au projet Blum-Viollette40.

  • 41 Allusion au mouvement nationaliste de Messali Hadj.
  • 42 « Le projet Blum-Viollette », Femmes de demain, 15 janvier 1937.

Nous sommes pour tout ce qui assimile, contre tout ce qui dissocie, pour la Nation française contenant les indigènes d’Algérie, contre la Nation Algérienne41, (ce qui est une importation politique mal digérée), la représentation indigène au Parlement serait souhaitable42.

48Lucienne Jean-Darrouy voyait dans le projet Blum-Viollette un moyen de contrer le développement du mouvement nationaliste algérien.

49Somme toute, les écrits féminins les plus engagés de l’époque, essais, romans ou articles qui militent pour l’amélioration du sort des femmes algériennes ne remettent pas en cause le bien fondé de la colonisation française et évitent même de critiquer le comportement des Français d’Algérie à l’égard des musulmans. La plupart mettent en accusation la civilisation musulmane et ne relient pas les difficultés matérielles de la vie de ces femmes à la situation misérable de la plus grande partie des colonisés. Ces femmes écrivains ou journalistes ne voient pas ou ne veulent pas voir que l’inégalité sociale et civique existant entre colonisés et colonisateurs ne permet guère la promotion des femmes musulmanes.

Quelques très rares critiques du comportement colonial

50À cette époque, les critiques féminines, non contre le système colonial mais simplement contre certains de ses aspects, étaient extrêmement rares.

  • 43 Op. cit.

51Marie Bugeja fut une de ces femmes. Dans Visions d’Algérie43, elle fait remarquer en parlant des femmes indigènes arabes ou kabyles :

Si nous étions sorties ensemble, elles, avec leur costume oriental, moi, avec le mien, nous aurions été le point de mire de tous les passants européens et notre réputation eut reçu de grosses éclaboussures.

52La journaliste Paule Husset rend les Françaises responsables du manque de relation existant entre les communautés française et musulmane :

  • 44 Femmes de demain, n° 23, 1er octobre 1936.

Peu de Français, peu de femmes françaises surtout, écrit-elle, et nous allons nous frapper la poitrine pour cela, fréquentent des indigènes, les considèrent comme leurs semblables. En toute femme indigène, on voit la fatma qui fait le ménage et qu’on peut traiter sans ménagement. On oublie qu’il y a des rangs sociaux chez les musulmans et que l’on se comprendrait, au moins aussi bien, entre femmes de la même classe et de races différentes, qu’entre femmes de classes différentes et de même nationalité44.

53C’est d’ailleurs dans le but de créer entre Européennes et musulmanes des relations de type égalitaire que fut formée à Alger l’Union féminine franco-musulmane. Pour la première fois en Algérie des « coloniales » et des colonisées décidèrent de s’unir, pour organiser en commun l’assistance aux plus déshéritées et, aussi, pour mieux se connaître.

54L’Union féminine franco-musulmane, comprenait lors de sa création en avril 1937, trente-six femmes : dix-huit Européennes et dix-huit musulmanes. Le premier rapport moral rend compte de l’esprit qui animait ses créatrices.

  • 45 Documents Algériens, Synthèse de l’activité algérienne, année 1948. L’Union franco-musulmanes des f (...)

L’UFFM est un rapprochement entre les femmes européennes et musulmanes, groupes jusqu’ici distants […] Le premier pas fait, nous avons constaté que nous n’étions pas impénétrables, et que des préoccupations matérielles, familiales ou sociales, nous étaient communes […] Beaucoup de choses nous sont révélées : la délicatesse et la générosité peuvent partout s’exprimer, et, en dépit des circonstances matérielles capables d’écraser la dignité humaine, dans de pauvres gourbis par exemple, la propreté reste maîtresse, là où il nous paraîtrait impossible de la maintenir45.

  • 46 Cette initiative reçoit le soutien du journal féministe Femmes de demain.
  • 47 Documents algériens, année 1948, op. cit., p. 238.

55On ignore le nombre de femmes des deux communautés adhérentes de cette association, à la veille de la guerre de 1939-1940. Elles étaient sûrement très peu nombreuses. Mais même si c’était le fait de quelques féministes46 voulant montrer que les femmes pouvaient faire œuvre originale, cette expérience de rapprochement communautaire est intéressante par la volonté manifestée de reconnaissance des valeurs pouvant exister dans la civilisation musulmane. L’UFFM se distinguait des autres associations féminines par sa gestion communautaire et par ses activités qui n’étaient pas limitées à des dispensaires et à des ouvroirs. Elle organisa la projection de films égyptiens dans des salles de cinéma d’Alger et plusieurs conférences ayant pour but « de faire connaître les valeurs traditionnelles de l’islam ignorées par une grande partie de la population féminine d’Alger47. » Par leur attitude en rupture complète avec l’indifférence et souvent le mépris affiché, ces femmes montrèrent une volonté de changer les rapports coloniaux.

56Il faut toutefois reconnaître que l’UFFM était trop détachée de la réalité ambiante pour avoir une quelconque influence. Les quelques femmes européennes et musulmanes qui s’y rencontraient devaient être, socialement et culturellement, très peu représentatives de la masse des femmes des deux communautés vivant en Algérie. L’intention généreuse de ces femmes bien loin de changer les mentalités coloniales fut assimilée à celle des autres dames patronnesses et utilisée à des fins publicitaires par le gouvernement qui aida l’UFFM dans l’organisation de ses manifestations culturelles.

  • 48 J.-L. Einaudi, Un rêve algérien, op. cit.
  • 49 J.-P. Lledo, Lisette Vincent, une femme algérienne, Film tourné en 1997, dans lequel Lisette Vincen (...)
  • 50 Ouvrage de J.-L. Einaudi, ibid., p. 82.

57Rarissimes furent les femmes pieds noires qui, avant la seconde guerre mondiale, prirent nettement position contre l’ordre colonial. Le seul exemple nominatif que nous ayons pu trouver fut celui de Lisette Vincent. L’histoire de Lisette Vincent est bien connue puisqu’elle a fait l’objet à la fois d’un livre48 et d’un film49. Lisette Vincent, née en Oranie en 1908 au sein d’une famille de colons, vécut, dit-elle, jusqu’à une vingtaine d’années, dans l’inconscience totale des conditions de vie des Arabes. C’est l’indifférence du maire et du médecin de Fleurus face à une vieille femme arabe, hurlant de douleur dans un fossé, écrasée sous un tonneau, qui lui fit prendre conscience de l’iniquité de la société coloniale. Elle adhéra au syndicat des instituteurs et adopta les méthodes d’enseignement de Freinet. Or Célestin Freinet était accusé « d’allumer la flamme rouge dans les régions » et le syndicat des instituteurs était qualifié par Le Petit Oranais « d’école révolutionnaire50 ». Surtout elle s’attira les foudres du maire de Misserghin, où elle enseignait comme institutrice, en osant aider, avec son frère membre de la SFIO d’Oran, un ouvrier arabe blessé et en l’encourageant à attaquer son employeur devant les prud’hommes. Elle eut alors à faire face à un déferlement de haine. Si bien qu’elle préféra fuir momentanément l’Algérie pour entrer dans les Brigades internationales en Espagne.

L’attitude des militantes communistes

58À la suite du Congrès de Tours, la très grande majorité des socialistes d’Algérie avaient adhéré à l’Internationale communiste qui condamnait le colonialisme. Donc, en principe, les communistes, femmes comme hommes, auraient dû immédiatement prendre position en faveur de l’indépendance de l’Algérie. Or il n’en fut rien.

  • 51 Ch.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., t. 2, p. 381.

59La plupart des communistes d’Algérie partageaient, en 1920, à l’égard des Arabes, l’opinion des autres Européens d’Algérie et ne voyaient sans doute pas l’Algérie comme une colonie, ce qui était d’ailleurs administrativement exact. Il fallut l’Appel de l’Internationale de 1922 en faveur de la libération de l’Algérie puis l’engagement du parti communiste français au côté des insurgés dans la guerre du Rif de 1924, pour ouvrir les yeux des communistes d’Algérie sur l’ambiguïté de leur militantisme. Les effectifs du parti communiste algérien s’effondrèrent alors : 250 membres en 1927, 131 en 193251. Une petite minorité est anticolonialiste mais la majorité se rallie, en 1936, au sein du Front populaire aux thèses du parti socialiste favorables à l’intégration politique des musulmans. Ce choix politique et la montée du fascisme expliquent la reprise des adhésions dans les années d’avant-guerre. Durant cette période, on évite dans les réunions publiques de débattre de la colonisation de l’Algérie. Les réunions ont pour thème la crise économique, le capitalisme et le fascisme.

  • 52 Ibid.

60Parmi les militants communistes d’Algérie, il y avait des femmes et des jeunes filles. Ces dernières étaient regroupées dans l’Union des jeunes filles d’Algérie, selon le modèle de l’Union des jeunes filles de France. Lors du meeting, organisé à Alger le 11 février 1939 à l’occasion de la venue de Maurice Thorez et Jeanne Vermeersch, des délégations à la fois des femmes communistes et de l’Union des jeunes filles d’Algérie faisaient partie du comité d’accueil52. D’après un rapport de police, presque un millier de femmes européennes étaient présentes à ce meeting. Il y eut, sans doute, une mobilisation massive de tous les militants et sympathisants d’Algérie, car le même rapport note qu’environ 10 000 personnes, dont environ un millier d’indigènes assistaient à cette réunion. Il est vrai que l’objet de la réunion était la guerre que tout le monde sentait prochaine.

  • 53 ANOM Algérie, Préfecture de Constantine, B 3576, Syndicalisme (1916-1938).

61D’une façon générale lors de conférences ou réunions organisées à Alger par le parti communiste, au cours des années 1934 à 1938, le nombre de femmes oscillait, selon les rapports de police, de quinze à trente. De nombreux cartons d’archives du Constantinois réunissent des rapports policiers de surveillance des réunions ou des activités du parti communiste de ce département. Or un seul rapport concerne des femmes53. Il s’agit de deux militantes qui, ayant organisé à Philippeville une colonie de vacances au profit d’une cinquantaine de jeunes filles musulmanes, sont soupçonnées de pénétrer par ce biais le milieu musulman, aux fins de propagande. Il leur est aussi reproché de se dépenser sans compter dans un ouvroir où elles accueillent quotidiennement des fillettes musulmanes pour leur apprendre l’art de la broderie et des travaux de ménage.

  • 54 ANOM Algérie, Département d’Alger, série F 407, Communistes (1934-1936).

62La même année, à Alger, un rapport de police signale qu’une dame dirige une école de propagande destinée aux enfants de 8 à 12 ans. Mais le préfet refuse cette interprétation. Cette dame, écrit-il se contente « de distraire un groupe d’enfants et cette activité aurait paru suspect du seul fait de son appartenance à une association communiste nommée’Secours ouvrier international et soutien de l’enfance’ »54.

63Quelques femmes communistes ont donc cherché comme un certain nombre d’autres Européennes à éduquer des fillettes musulmanes ou à les distraire. Rien ne prouve qu’elles contestaient ainsi le principe de la colonisation de l’Algérie.

Une contestation réduite mais parfois violente de l’ordre social européen

64D’une façon générale, les sources relatives au mouvement ouvrier algérien rapatriées aux archives nationales sont peu nombreuses. Les archives des grandes centrales syndicales françaises détiennent également peu de documents relatifs à l’Algérie avant 1939. Le seul fond intéressant que nous ayons pu consulter est le fond personnel de François Fraudeau, secrétaire général de la CFTC en Algérie, déposé au centre confédéral de la CFDT à Paris. Aussi ne pouvons-nous donner qu’un aperçu de la participation des femmes européennes au mouvement ouvrier à partir de quelques exemples.

La participation d’Européennes aux mouvements de grève

65A priori, la participation de femmes européennes aux grèves qui eurent lieu en Algérie durant la colonisation semblait peu probable : peu de femmes salariées dans l’industrie et une entrée réelle des Européennes dans le secteur tertiaire qu’à partir des années 1920. De plus, la grève porte en elle une image de violence peu compatible avec celle de la femme. En France métropolitaine, les femmes ont longtemps hésité à se mettre en grève ou plutôt à décider elles-mêmes d’une grève, car, quand le personnel des entreprises était mixte, il était malvenu pour les ouvrières de ne pas se joindre aux ouvriers en grève.

66En Algérie, il était d’autant plus difficile pour les Européennes de manifester qu’elles apprenaient très jeunes à avoir une tenue « exemplaire » face aux indigènes. Les seules manifestations de rue autorisées pour les femmes étaient les processions religieuses, en particulier celles du mois de Marie.

67Et pourtant, des femmes européennes osèrent participer à des grèves en Algérie. Elles furent même à l’origine de deux grandes grèves.

Deux grandes grèves féminines : décembre 1899 et mai 1905

68À un an près, le XIXe siècle se termine en Algérie avec l’irruption d’un événement stupéfiant, qui fait, en première page, le grand titre de La Dépêche algérienne du 11 décembre 1899 : une grève féminine. Pour la première fois, en Algérie, des Européennes se mettent en grève. Ce sont des cigarières. En cette fin du XIXe siècle, le tabac est le seul secteur d’emploi industriel très largement féminisé, et les ouvriers indigènes n’y sont pas encore embauchés.

  • 55 Synthèse de divers documents (rapports du préfet, articles de journaux) contenus dans le carton arc (...)

69La grève de décembre 1899 est donc une grève uniquement féminine. Elle ne concerne qu’une manufacture algéroise celle de M. Melia à Bab-El-Oued, mais elle aboutit à la formation du premier syndicat féminin d’Algérie55. Comme souvent dans les grèves féminines, c’est une grève totalement inorganisée, conséquence d’une poussée subite de colère, qui jette à la rue les 200 ouvrières de la manufacture de cigares et de cigarettes Melia. La cause déclenchante est la meurtrissure de la main d’une jeune ouvrière par une machine. Mais un fort mécontentement régnait dans la manufacture depuis l’installation de deux machines à rouler le tabac et les premiers licenciements qui s’ensuivirent. Les cigarières manifestèrent leur colère devant les portes de la manufacture aux cris de « À bas les machines ». Elles furent bientôt rejointes par leurs maris, leurs frères et des ouvrières de deux usines voisines. Il fallut l’intervention de la police et l’arrestation de trois cigarières pour mettre fin à la manifestation.

  • 56 ANOM Algérie, F 80 1728, « Grève des ouvrières des tabacs », L’Express algérien du 12 décembre 1899 (...)
  • 57 L’Akhbar rapporte qu’en novembre 1888, lors d’une grève touchant les usines Bastos, des ouvrières q (...)

70Pour autant, les ouvrières refusèrent de reprendre le travail. Elles voulaient être assurées qu’aucune sanction ne serait prise contre elles, et émettaient trois revendications : le renvoi du comptable, la suppression des amendes et la liberté de rentrer à l’Union qui leur plaisait. Les deux premières réclamations sont des plus classiques, car les femmes à cette époque, protestaient, en général davantage contre une discipline trop dure et arbitraire ou des licenciements, que pour des salaires trop faibles auxquelles elles étaient habituées. Mais la troisième revendication est plus intéressante. Il est possible que l’attitude méprisante de leur patron qui avait refusé de recevoir leurs déléguées en déclarant « qu’il préférait aller planter des pommes de terre à sa ferme plutôt que de donner satisfaction à un ramassis d’étrangères »56, ait poussé les grévistes à se faire reconnaître comme syndiquées. Et est-ce l’attitude des ouvriers dans d’autres conflits57 qui leur fit préférer la création d’un syndicat féminin que l’adhésion à une Union existante ?

  • 58 La Dépêche algérienne, 11 décembre 1899.

71Toujours est-il, que pour répondre aux vœux des cigarières, le secrétaire général de la Bourse du travail d’Alger dut demander télégraphiquement des statuts à Paris pour la formation d’un syndicat féminin, aucun syndicat de ce type n’existant encore en Algérie58. Dès sa fondation, ce syndicat reçut 500 adhésions sur les 2 000 ouvrières que comptait alors Alger. Et la grève commencée le 11 décembre se termina le 14, les déléguées ayant finalement obtenu satisfaction sur tous les points litigieux.

  • 59 Outre Bastos, les grèves touchent les manufactures Dahan, Baumela, Donate, Jorro et Martinez, soit (...)
  • 60 Le Libéral d’Alger, 14 juin 1899.

72Lors de la grève de 1905, les femmes ne sont plus seules, quelques hommes les appuient, mais elles restent très largement majoritaires, car il s’agit encore d’un mouvement de grève affectant pour l’essentiel les manufactures de tabac. Et cette fois, il s’agit d’une grève générale et violente. Commencée à Oran le 25 mai dans un atelier des usines Bastos, la grève gagne, début juin, le personnel de tous les ateliers de tabac d’Oran59. À partir du 14 juin « l’ensemble du monde des cigarières est en révolution d’un bout à l’autre de l’Algérie »60. Le 15 juin, la grève générale des ouvriers du tabac est votée à la bourse du Travail d’Alger. La grève fut déclenchée par des ouvrières menacées de renvoi suite à la décision, prise par les frères Bastos, de remplacer les paqueteuses syndiquées par de jeunes apprenties. Elles furent immédiatement soutenues par les autres ouvrières de la manufacture aux fins d’obtenir la suppression de cette mesure.

73Très vite les revendications se multiplièrent concernant tant les salaires que les conditions de travail, le manque de liberté syndicale, les vexations et tout un système de retenues et punitions. On apprend ainsi que pour 12 heures de travail, les ouvrières ne touchaient que 1 F pour 1 000 cigarettes. Or, la représentante du syndicat des ouvriers des tabacs déclare à la Bourse du travail d’Alger,

  • 61 ANOM Algérie, F 80 1728, « Grève des cigarières », et Les Nouvelles du 15 juin 1905.

La majorité des ouvrières n’arrivant à faire que 1 500 à 2 000 cigarettes par jour, elles ne peuvent gagner au maximum que 1,50 F à 2 F, et, quand le tabac est sec, elles ne peuvent plus faire que 1 000 à 1 200 cigarettes réduisant d’autant leur salaire61.

74Aussi est-il demandé que le salaire pour 1 000 cigarettes soit porté à 1,50 F.

  • 62 Le Libéral d’Alger, 14 juin 1905.

75Davantage encore que les salaires insuffisants, les retenues sur salaires indignent les ouvrières. À Oran, les ouvriers et ouvrières de l’usine Bastos demandent la suppression de la contribution qu’ils doivent payer pour la location de leur place dans l’atelier, pour l’éclairage, pour l’eau potable, pour le nettoyage des cabinets d’aisance et le balayage des salles. Ce qui ferait, d’après le journal l’Union républicaine, un prélèvement par ouvrier de 0,50 centimes par semaine. À Alger, on retrouve ce même grief d’un prélèvement de quelques sous sur chaque paie. Mais certaines revendications dépassent de beaucoup les intérêts pécuniaires de la profession. Des ouvrières se plaignent d’être l’objet de multiples formes d’humiliation ou même de brutalités. Elles demandent « de ne pas être fouillées avant d’aller aux toilettes comme on a coutume de le faire »62.

  • 63 Les Nouvelles, 16 juin 1905.

76Les grèves s’accompagnent de manifestations de rue, de réunions de grévistes, tant à la Bourse du travail d’Oran qu’à celle d’Alger. Dans ces deux villes, des barrages de police sont mis en place pour empêcher les grévistes d’occuper les usines. Des échauffourées ont lieu. À Alger, le 16 juin, « les ouvrières de la Maison Turqui bousculées par la police s’enfuient échevelées et se font voir mutuellement les bleus qu’elles ont sur tout le corps »63. Mais la situation à Alger n’atteignit jamais le déchaînement de violence qui eut lieu à Oran, durant deux jours, les 7 et 8 juin 1905.

77À Oran, le 7 juin, une manifestation tourne à l’émeute.

  • 64 L’Écho d’Oran, 8 juin 1905.

Une file interminable, bigarrée où la présence de femmes suivant la bannière rouge de la fédération des syndicats, en chantant des mélopées espagnoles, fait plutôt songer à une procession qu’à une manifestation populaire. Par moments, quelques cigarières, peu familiarisées avec la langue de Voltaire, entonnent à tue-tête un refrain où nous distinguons ces mots : c’est la « lune » finale (sic) […] Mais, devant les usines Bastos, le cortège de grévistes, formé des cigarières, mais aussi de curieux et d’ouvriers carrossiers en grève, comprend environ 2 000 personnes et l’effervescence gagne peu à peu64.

78Le quotidien Les Nouvelles note de son côté : « Le service d’ordre est renforcé par des gendarmes accourus en toute hâte et M. Bastos, entouré de quatre Arabes armés de gourdins, se poste à l’entrée de la fabrique ». De violentes échauffourées opposent alors les grévistes aux agents qui établissent des barrages autour de l’usine.

  • 65 Les Nouvelles, 8 juin 1905.

Les manifestantes frappent à coups d’aiguilles à tricoter ; des pierres et des objets de toutes sortes sont envoyés contre les agents à partir des toits des maisons, tandis que des ouvriers et ouvrières grévistes parcourent la ville en brisant les vitres des ateliers de carrosserie65.

79Des zouaves sont même désarmés par les manifestants. Le maire d’Oran essaie, en vain, de s’entremettre. Les bagarres se prolongent une partie de la nuit et reprennent le lendemain matin.

  • 66 L’Écho d’Oran, 8 juin 1905.

80Il fallut l’intervention des gendarmes à pied et à cheval, de détachements de tirailleurs montés et de chasseurs pour rétablir le calme. Plusieurs arrestations furent opérées et l’interdiction de réunions à la Bourse du Travail fut proclamée. La Bourse était devenue « un véritable foyer d’agitation d’où partaient des attroupements considérables qui, bannière déployée, parcouraient la ville en chantant l’Internationale »66. Aussi, quand les cigarières d’Alger déclarèrent la grève générale et commencèrent, à leur tour, à manifester en chantant l’Internationale, les patrons préférèrent négocier.

81Le 14 juin à Oran, et le 16 juin à Alger, toutes les manufactures de tabac, à l’exception de celles des frères Bastos, acceptèrent de payer les cigarettes à 1,20 F le mille et supprimèrent les contributions prélevées pour entretien et chauffage des locaux. Tous les ouvriers et ouvrières grévistes furent repris et la liberté syndicale fut accordée. Les frères Bastos finirent par céder dans les jours suivants.

  • 67 Les Nouvelles, 15 juin 1905.

82Ces grèves montrent que des poussées de violence sociale pouvaient opposer les Européens entre eux, sous les yeux des colonisés. Elles révèlent aussi, qu’en ce début du XXe siècle, les conditions de travail des Européens d’Algérie n’étaient pas meilleures que celles des ouvriers métropolitains. La législation du travail semble même être encore moins bien appliquée qu’en Métropole. Les ouvrières se sont insurgées contre les maigres salaires et les multiples vexations, mais non contre la longueur de la journée de travail qui était pourtant de 12 heures, alors qu’en France elle avait été légalement réduite à 10 heures depuis 1904. Mais, il est vrai que les cigarières étaient encore payées à la tâche. De même, il semble que la loi de 1892, repoussant à 13 ans l’âge minimum d’embauche des enfants, n’était toujours pas appliquée au début du XXe siècle puisque un journal67 note que des fillettes d’une dizaine d’années travaillent dans l’industrie du tabac. Il signale aussi que « les inspecteurs du travail n’existent pas en Algérie, mais qu’il revient à l’administration des mines de veiller que les lois applicables en Algérie soient respectées ». Et il semble que l’administration des mines exerçait une médiocre surveillance.

  • 68 L’Écho d’Oran du 9 juin 1905.

83On a donc affaire en juin 1905 à une grève générale des manufactures de tabac décidée par des femmes, dirigée par des femmes, et en grande partie faite par des femmes, même si des hommes y participèrent. Ce furent, en effet, les trente sept ouvrières d’un des ateliers de la manufacture Bastos d’Oran qui décidèrent d’arrêter de travailler et d’appeler les autres ouvriers à manifester à leurs côtés. À Alger comme à Oran des femmes se battent dans la rue, se réunissent dans les Bourses de travail. Plusieurs furent arrêtées. À Oran, les noms de certaines d’entre elles sont cités dans la presse68 : Marie Cohen, Alice Touboul, Rosaria Penafield, Joséphine Garcia, Marie Crespo. Ce qui permet de voir que les cigarières, même à Oran, n’étaient pas toutes d’origine espagnole. Enfin, c’est une femme, Françoise Picot, qui fut chargée, en tant que représentante du syndicat des ouvriers et ouvrières du tabac, de négocier les conditions de la fin de grève avec les manufacturiers en tabac d’Alger.

84Par la suite les femmes n’eurent plus jamais un rôle aussi important dans un mouvement social. Il est vrai que, dans les années précédant la Grande Guerre, les indigènes commencèrent à prendre dans les manufactures les emplois sans qualification et peu payés occupés antérieurement par des femmes européennes. Ce qui explique qu’en 1936, les Européennes qui travaillaient dans l’industrie étaient très peu nombreuses. Des femmes participèrent cependant aux grèves, mais elles ne firent qu’appuyer des mouvements essentiellement masculins.

Les grèves mixtes de 1936 et de 1937-1938

Les grèves de 1936

  • 69 ANOM Algérie, Cabinet du GGA, Gouverneur Georges Lebeau, grèves 1936-1938, carton 31 3 cab.

85La victoire du Front populaire fut suivie dans les départements algériens comme dans tous les départements français par des grèves avec souvent des occupations des lieux de travail. Les grèves eurent lieu, en Algérie, avec un décalage d’environ trois semaines par rapport à la Métropole, puisque les premières grèves débutèrent à Alger le 14 juin pour se terminer durant la première semaine de juillet. Le mouvement social gagna rapidement toute l’Algérie. Le 24 juin, 9 000 grévistes environ sont signalés à Alger, 7 000 à Oran et les villes de Bougie, Philippeville, Bône et Constantine sont touchées aussi par des grèves. Le 25 juin le nombre des grévistes est de 11 000 à Alger et 9 500 à Oran69.

  • 70 ANOM Algérie, dép. d’Alger, 1 k 6, Grèves de 1936.

86Il est difficile de savoir précisément quelle fut la participation des femmes à ces grèves. L’annuaire statistique de 1936 fournit le nombre de grévistes par secteur d’activité, les revendications et les résultats obtenus, mais le sexe des grévistes n’est pas donné. Il en est de même dans les rapports de préfecture au gouvernement général d’Algérie. L’origine ethnique des grévistes préoccupe bien davantage les autorités que leur sexe. Les décomptes différencient les grévistes européens et indigènes. On ne peut donc savoir si l’absence de notation de femmes a pour origine le manque d’intérêt de la police pour le sexe des grévistes ou l’absence réelle de femmes. Ce n’est qu’au niveau des rapports de police70 envoyés aux préfets que le sexe des grévistes est parfois noté.

87Aussi n’a-t-on que des renseignements ponctuels. On apprend, par exemple, que 39 des 61 employés de la biscuiterie Fabreguette d’Alger qui cessèrent le travail le 15 juin 1936 étaient des femmes et fillettes européennes. Des femmes sont également citées dans des rapports de police concernant les fabriques d’espadrilles. Le 13 juin, 200 femmes sont présentes parmi les 3 500 grévistes du bâtiment et de la chaussure réunis au foyer civique du champ de manœuvre pour réclamer la journée de 8 heures et les congés payés. Des femmes font également partie des grévistes de la Bouchonnerie Borgeaud.

88On sait, d’autre part, que les grands magasins, les merceries, les blanchisseries, employaient en majorité des femmes. Or, parmi les 89 établissements d’Alger ayant connu des grèves avec occupation des locaux, sont citées des blanchisseries et plusieurs merceries, parmi lesquelles la mercerie Schebat dont les 43 employés sont en grève. Quant aux huit grands magasins d’Alger, les patrons décidèrent d’appliquer le lock-out dès le début des grèves. Et ils restèrent fermés, pour la plupart du 16 juin jusqu’au 3 juillet.

89Certaines revendications spécifiquement féminines permettent de deviner la présence de femmes dans d’autres secteurs en grève. Ainsi à côté des réclamations, classiques à l’époque, de la journée de huit heures ou de la semaine de 40 heures, de la reconnaissance syndicale et des congés payés, le cahier de revendication des employés de banque demande :

  • 71 ANOM Algérie, Alger 1 k 6, cahier de revendication des employés de banques du 12 juin 1936.

l’application du principe pour les femmes d’un salaire égal à rendement égal, un congé de grossesse de 1 mois avant et un mois après l’accouchement et des allocations familiales facilitant la présence de la mère au foyer pour tout enfant de moins de 16 ans71.

  • 72 Rappelons que ce n’est qu’en 1945 qu’un congé de maternité, indemnisé à 50 % de 2 semaines avant et (...)

90Le cahier de revendication des services hospitaliers d’Alger réclame des congés de grossesse pendant les 6 semaines qui précèdent et qui suivent les couches72.

91Les Européennes d’Algérie comme les Françaises de Métropole ont donc tenté de se faire entendre lors des grèves de 1936. Dans certaines entreprises employant en majorité des femmes européennes et des indigènes, les salaires étaient, il est vrai, particulièrement faibles et la législation du travail toujours très mal appliquée.

  • 73 ANOM Algérie, Constantine, série continue, B 584, Conflits sociaux, grèves.
  • 74 ANOM, Alger 1 k 6, op. cit. En France, avant les augmentations de 1936, le salaire horaire le plus (...)

92Les plus mal payées obtinrent des augmentations conséquentes de salaires. Ainsi les foreuses des fabriques d’espadrilles Baumont de Bougie, qui travaillaient à la tâche et gagnaient 0,15 F par douzaine d’espadrilles73 furent désormais payées à l’heure à raison de 1,15 F. Dans la même ville, les trieuses de bouchons de la société de liège de Bougie passent de 0,45 F par heure à 0,70 F Mais les trieuses de bouchon des établissements Borgeaud d’Alger obtiennent à l’issue des grèves un salaire de 11 à 15 F par jour selon l’âge pour 8 heures de travail74. Les distorsions d’une entreprise à l’autre du même secteur d’activité restent importantes.

93L’acceptation de la législation du travail est parfois plus difficile à obtenir. Il fallut plus de quatre semaines d’occupation des locaux, la plus longue occupation de toutes les entreprises d’Alger, pour que la direction de la biscuiterie Fabreguettes accepte l’abandon du travail à la tâche et le repos hebdomadaire. On peut se demander si le fait que la main d’œuvre ait été en grande majorité féminine (39 employées sur 61) et que 15 des 22 employés masculins étaient musulmans, n’explique pas, à la fois, le peu de respect des lois sociales et la difficulté pour les grévistes à se faire entendre.

Les grèves des années 1937-1938

94La dévaluation du franc de septembre 1936 et l’inflation grignotèrent rapidement l’augmentation du pouvoir d’achat obtenu par les grèves de juin 1936. De plus, les différents acquis sociaux, tels que les 40 heures et les conventions collectives, furent plus ou moins respectés. Aussi les années d’avant-guerre furent marquées, en Algérie comme en France métropolitaine, par de nouveaux mouvements de grèves. Les fonds départementaux de l’Algérie comprennent plusieurs cartons relatifs aux grèves des années 1937-1938, mais la plupart de ces mouvements sociaux concernent surtout des secteurs d’activité n’employant pas de femmes, tels que les mines, la construction, les dockers ou les ouvriers indigènes travaillant dans l’agriculture.

95En 1937, à Alger, trois secteurs d’emplois, occupés en partie par des femmes européennes, furent cependant l’objet d’agitation sociale.

  • 75 ANOM Alger, 1 K 5, Grèves de 1937-1938.

96Des manifestations d’employés de magasins de chaussures conduites par l’épouse du secrétaire général de l’Union des syndicats du département d’Alger eurent lieu au printemps 193775. Les patrons de ces magasins considéraient que la loi de 8 heures n’était pas applicable en Algérie du fait de l’ouverture des magasins de chaussures à l’heure des repas. Pour concilier la législation et l’ouverture des magasins entre midi et quatorze heures, un « roulement » des employés fut finalement décidé, ce qui mit fin à l’agitation.

  • 76 ANOM Alger, 1 K 8, Syndicats divers 1937-1938, rapport de police.

97Aux Bouchonneries internationales d’Hussein Dey, en juin 1937, le renvoi d’une ouvrière qui était déléguée du personnel déclenche l’arrêt de travail, avec occupation des locaux, de tous les employés (250 indigènes hommes et 60 Européennes). La filiale de Maison Carrée est occupée, par solidarité, par les 120 Européennes et les 6 hommes indigènes qui y travaillaient. La réintégration de la déléguée ainsi qu’une augmentation des salaires de 15 % et la signature de la convention collective permettent la reprise du travail76.

  • 77 ANOM, 1 k 5, ibid.

98Enfin une grève importante touche les Galeries de France d’Alger du 8 au 14 octobre77. Les rapports de police précisent que 300 des 350 employés font grève dont 200 femmes environ et un indigène. La grève avait pour objet d’obtenir une indemnité de vie chère, ce qui fut accordé.

  • 78 ANOM Algérie, Constantine, série continue, B 3 93-94, Conflits sociaux, grèves et incidents. Il y a (...)

99En 1938, la baisse du pouvoir d’achat continua à provoquer une certaine agitation sociale. Les femmes travaillant dans les fabriques d’espadrilles des établissements Derrida d’Alger participèrent en mars 1938 à ces grèves. En fin d’année 1938, la grève du 30 novembre, organisée par la CGT pour protester contre les décrets-lois de Daladier-Reynaud permettant la semaine de travail de 42 heures et un système de réquisition des agents des services publics, n’eut par contre guère de succès78. Mais parmi les grévistes se trouvaient quelques postières et quelques institutrices, sans que l’on puisse déterminer le pourcentage des femmes en grève, ni par rapport à leurs collègues masculins grévistes, ni par rapport à leurs collègues féminines non grévistes.

La participation des Européennes à la vie syndicale

Les débuts du syndicalisme algérien

  • 79 Informations relevées dans l’annuaire statistique de l’Algérie des années 1885-1886 et 1887.

100La première association ouvrière fut créée en Algérie peu de temps après le vote de la loi Waldeck-Rousseau du 21 mars 1884 accordant aux ouvriers le droit de s’unir par profession. Le syndicat de la minoterie, de la boulangerie et des industries annexes vit, en effet, le jour le 10 mai 1884. D’autres unions suivirent puisqu’en 1887 34 associations professionnelles existaient en Algérie79. Aucun renseignement sur le sexe des adhérents syndiqués du XIXe siècle n’est donné à l’exception du syndicat féminin créé à Alger en 1899, après la grève des cigarières.

101D’une façon générale, le syndicalisme est encore moins l’affaire des femmes que les grèves. Être syndiqué exige une certaine disponibilité pour les réunions, et un véritable engagement socioprofessionnel. Or, la double journée de travail des femmes leur permet difficilement d’assister aux réunions syndicales. Le refus de nombre de syndicats de prendre en compte les revendications spécifiquement féminines pouvait aussi décourager certaines employées. De plus, la très grande majorité des femmes travaillaient alors non par choix mais par nécessité économique ; n’étant pas ou peu qualifiées, elles touchaient des salaires le plus souvent dérisoires. Le montant de l’adhésion syndicale pouvait être, de ce fait, prohibitif pour la plupart de ces femmes.

Un petit nombre de syndiquées au XXe siècle

102Les annuaires statistiques de 1926 et 1936 fournissent pour ces années le nombre de syndicats et de syndiqués européens, par sexe, pour l’ensemble de l’Algérie.

Années

1926

1936

Nombre de syndicats

373

525

Nombre d’hommes syndiqués

40 929

92 492

Nombre de femmes syndiquées

2 298

4 526

 % de femmes syndiquées/total des syndiqués

5,31 %

4,66 %

Décompte des syndiqués européens en 1926 et 1936

103Malgré une notable augmentation à la fois du nombre de syndicats et de syndiqués, non seulement le pourcentage de femmes parmi les syndiqués est très réduit mais il est même relativement en baisse en 1936 par rapport à 1926. Il est possible qu’au cours de ces dix ans un certain nombre d’emplois industriels non qualifiés dévolus aux femmes aient été peu à peu occupés par des indigènes ou par des Européens de sexe masculin en cas de mécanisation selon la tendance existante en Algérie à partir du XXe siècle.

104Le nombre de femmes syndiquées en Algérie par rapport aux femmes actives n’a pu être établi que pour l’année 1936 car un recensement professionnel par sexe des Européens n’a été effectué qu’à cette date, avant la seconde guerre mondiale. Les femmes européennes sont très peu nombreuses à être syndiquées puisque le taux de syndicalisation n’atteint même pas 7 % des actives contre presque 38 % pour les hommes.

  • 80 Pour Alger, informations trouvées dans le carton 1 K 15, déjà cité.

105Le taux de syndicalisation des femmes variait, en fait, fortement en fonction du secteur d’activité. Certains syndicats mixtes représentatifs de secteurs d’emploi en grande partie féminisés ont un nombre relativement important d’adhérentes féminines. Le syndicat cégétiste des employés des grands magasins et des finances comprenait à Alger, en 1937, environ 500 personnes dont 300 femmes. La réunion des adhérents du syndicat des tabacs d’Alger, organisée le 23 novembre 1938, rassemble 400 personnes, dont 300 femmes80. Les femmes sont également relativement nombreuses dans les syndicats du service de santé où, dans le Constantinois, en 1919, presque la moitié des syndiqués étaient des femmes, ainsi qu’aux PTT (190 femmes pour 400 hommes). Et, en 1926, toujours dans le même département, on trouve parmi les enseignants du primaire 400 femmes syndiquées pour 750 hommes.

106Mais, hors de ces syndicats, les femmes, quand elles sont notées, n’atteignent même pas le nombre de vingt. Elles sont totalement absentes d’un grand nombre de sections syndicales mais il est vrai qu’elles étaient aussi peu représentées dans les entreprises industrielles en dehors des manufactures de tabac.

107Il existait par contre quelques syndicats uniquement féminins. Le syndicat féminin des ouvrières d’Alger créé en 1899 à la suite de la grève des tabacs semble avoir rapidement disparu. À la CGT, les syndicats réunissaient hommes et femmes. Mais au sein de la CFTC deux syndicats féminins existaient entre les deux guerres.

L’activité syndicale des adhérentes de la CFTC

  • 81 Archives personnelles de François Fraudeau, secrétaire général de la CFTC en Algérie entre les deux (...)

108Le fonds Fraudeau81, déposé aux archives de la CFDT, permet de préciser l’activité militante de quelques femmes syndiquées à la CFTC en Algérie dans les années 1930.

109Parmi les seize organisations syndicales affiliées à la CFTC existaient deux syndicats féminins : le Syndicat algérien des Dames employées du commerce, de l’industrie et employées de Bureau, ainsi que le Syndicat des Travailleuses de la Couture, respectivement créés en novembre 1928 et en février 1931. Le 25 avril 1936, une Centrale féminine des syndicats chrétiens s’ajoute aux deux organisations syndicales précédentes. Cette Centrale regroupe des représentantes des femmes se trouvant dans les diverses sections syndicales : banque, cheminots, services hospitaliers, couture, coiffure, et section des fonctionnaires, pour créer un cercle d’entraide et d’amitié.

  • 82 Selon les statuts, il fallait pour devenir membre de ce syndicat être présentée par deux adhérentes (...)
  • 83 Les divers mouvements chrétiens (Associations, syndicats) privilégiaient la famille. Sujet évoqué d (...)

110Le Syndicat algérien des Dames employées de commerce, de l’industrie et employées de Bureau paraît être une organisation relativement importante, puisque avec 490 adhérentes en mai 1936, il se place au 3e rang des syndicats de l’Union algérienne des Syndicats chrétiens82. Ce syndicat assure s’inspirer des principes chrétiens. Il affirme notamment : l’impossibilité naturelle de l’égalité absolue, l’attribution d’un juste salaire familial83 et la réprobation de la lutte des classes. Cette organisation syndicale comprenait en 1933 quatre sections en Algérie : deux à Alger et ses environs, une à Blida et une à Bône.

111Ce syndicat déployait une grande activité. Il avait créé une bibliothèque, un bureau de placement et une caisse de mutuelle permettant de fournir une allocation journalière en cas de maladie. Mais c’étaient surtout les nombreux cours professionnels donnés à ses adhérentes qui faisaient son succès. Des cours de Français, d’Anglais, de sténo, dactylographie, calcul, mode, coupe et tricot étaient organisés auxquels s’ajouta, en 1938, un service juridique. Lors des Assemblées générales annuelles, la présidente du conseil syndical note à plusieurs reprises le succès croissant de ces cours auquel elle attribue la plupart des inscriptions. Mais ce succès n’a pas les retombées syndicales escomptées. À l’Assemblée générale de 1935, la présidente déclare que

  • 84 Fonds Fraudeau, Assemblée générale du syndicat des employées de commerce et d’industrie du 6 avril (...)

peu nombreuses sont les travailleuses que le syndicat lui-même et les intérêts corporatifs attirent et retiennent. Les inscriptions atteignent cette année 520, mais si l’on consulte la liste des cotisantes au syndicat, ce nombre se réduit à 220. Qu’est-ce donc, quand on considère qu’il existe à Alger des milliers d’employées, isolées, ou affiliées à des syndicats cégétistes, ce qui est pire84

112Cette difficulté de recrutement incite la CFTC à organiser à Alger, à partir de juin 1936, des équipes de quartier. Trente et une équipes sont formées pour quadriller la ville avec pour mission de rappeler aux syndiqués les dates de réunion, le paiement des cotisations et montrer l’intérêt de l’action syndicale aux sympathisants. Pour former les équipes, la CFTC fait appel à l’ensemble des militants de ses divers syndicats. Or, plus de la moitié des équipiers sont des femmes, et l’équipe centrale chargée d’orienter le travail des équipes de quartier est formée pour moitié de femmes. Les femmes sont donc relativement nombreuses à s’engager dans ces actions militantes de base, puisqu’elles sont très largement minoritaires parmi l’ensemble des syndiqués CFTC. Ces équipes de quartier ne durent guère. Elles sont, en effet, supprimées en septembre 1937 et sont remplacées par des groupes spécialisés dans une fonction déterminée au niveau de la ville (groupe artistique, sportif, groupe de loisirs). Mais les femmes représentent toujours à peu prés la moitié des membres animateurs de ces groupes.

113La très grande majorité des femmes militantes des équipes de quartier, comme des groupes d’animation, étaient célibataires : une seule des 18 responsables d’équipe est mariée. Le conseil syndical du syndicat des Dames employées de commerce, d’industrie et de Bureau est formé, pour onze membres, de dix demoiselles dont la présidente. Ce qui montre bien la difficulté pour une femme mariée d’être militante syndicale. Depuis 1920, les femmes pouvaient officiellement adhérer à un syndicat sans avoir à obtenir l’autorisation de leur mari, il n’est pas sûr qu’elles osèrent revendiquer ce droit dès la période de l’entre-deux-guerres. Il est vrai, aussi, que beaucoup de femmes, à cette époque s’arrêtaient de travailler quand elles se mariaient.

Une faible contestation de l’ordre des sexes : le féminisme

Une émergence tardive

114L’expression publique d’une contestation des rapports de pouvoir entre hommes et femmes fut tardive en Algérie.

115La revendication d’un syndicat féminin, en 1899, peut certes être interprétée comme une remise en cause de la suprématie masculine existant dans le syndicalisme de l’époque et de la difficulté pour les femmes de s’y faire entendre, mais pour autant, dans les grandes grèves des manufactures de tabac du début du siècle, on ne voit apparaître aucune demande d’égalité des salaires. Il est vrai que les postes occupés par les femmes et les hommes européens étaient le plus souvent différents.

116Il faut attendre les années de l’entre-deux-guerres, et surtout les années Trente, pour voir apparaître en Algérie les revendications sociales et politiques exprimées depuis la fin du XIXe siècle par un nombre grandissant de femmes en Métropole. À travail égal, salaire égal, et le droit de vote constituent les demandes les plus fréquemment émises.

117L’émergence tardive du féminisme en Algérie ne peut surprendre. Il devait être particulièrement difficile à une Européenne d’Algérie de prendre conscience de son assujettissement légal au pouvoir masculin dans une société coloniale où elle se sentait valorisée en tant que femme européenne par rapport aux femmes musulmanes et même par rapport aux hommes musulmans.

118Dans la société coloniale algérienne, pour les femmes comme pour les hommes, l’identité ethnique était particulièrement forte, l’emportant même politiquement sur l’identité sexuelle. Un enfant était d’abord français, européen ou indigène, quel que fût son sexe, ce qui tendait à brouiller le principe de partition hiérarchique du genre. À défaut de la citoyenneté politique, les Françaises s’étaient vu reconnaître depuis la révolution de 1789 le titre de citoyennes civiles. Elles bénéficiaient donc de droits civils supérieurs à ceux de la population masculine musulmane. Elles paraissaient jouir d’une grande liberté par rapport aux femmes musulmanes. Et la propagande coloniale avait tendance à opposer l’image idéalisée des Européennes à celle des musulmanes « maltraitées par l’islam ».

Les porte-parole des revendications féminines

La presse féministe

119Une presse dite d’action civique et sociale féminine apparaît en Algérie au cours des années Trente. Deux journaux, La femme algérienne et Femmes de demain, affichent l’ambition de participer à l’amélioration du sort des femmes mais seul le second cherche à changer la place des femmes dans la société et mérite vraiment le qualificatif de féministe.

120La femme algérienne correspond davantage au courant du christianisme social que du mouvement féministe. Il trouve cependant sa place ici car il fut le premier journal, dit d’action sociale et civique, destiné aux femmes, créé en Algérie et il semble avoir rencontré un certain succès. Ce mensuel, dont le premier numéro date du 14 novembre 1933, paraît régulièrement jusqu’à la guerre de 1939-1945. Il s’adresse uniquement aux Européennes, ou plutôt aux chrétiennes, puisque la doctrine du journal, est-il écrit dans le premier numéro, s’appuie sur les principes chrétiens.

  • 85 C’est une des nombreuses associations de femmes catholiques, créées sous l’influence de l’encycliqu (...)

121C’est le porte-parole de l’Union féminine civique et sociale, association fondée en France en 1925 par Andrée Butillard et Aimée Novo et organisée à Alger à partir de 193185. La préoccupation essentielle de l’Union civique et sociale est la vie des femmes au foyer.

  • 86 Mlle Pasquier-Brouch, « Doctrine et principes du journal », présentés par la directrice du journal,(...)

122La femme algérienne condamne le travail des femmes à l’extérieur du foyer car « ce n’est pas hors du foyer, sur un pied d’égalité avec l’homme que la femme trouvera le vrai bonheur et la sécurité du lendemain »86. Cette conception de la place dévolue à la femme va à l’encontre des revendications du mouvement féministe.

123On peut toutefois parler d’un certain féminisme social dans la mesure où l’Union féminine civique et sociale valorise le rôle des mères en tant qu’éducatrices et demande pour les mères de famille nombreuse une retraite personnelle. L’UFCS secourait les femmes et jeunes filles isolées en les recueillant dans un foyer édifié à Alger en 1931. Surtout, tout en encourageant les femmes à rester au foyer pour élever leurs enfants, cette organisation s’intéressait néanmoins aux femmes obligées de travailler. Elle ouvrit à leur intention en 1934 une maison de repos à Médéa pour leur offrir des vacances et créa en 1937 un bureau de placement pour les ouvrières et employées.

  • 87 L. Jean-Darrouy était connue en Algérie, à cette date, pour deux romans : Mlle Cent hectares, et Au (...)
  • 88 « Objectifs du journal », Femmes de demain, n° 1, 14 novembre 1935.

124Le journal Femmes de demain est plus en accord avec les revendications des féministes. Créé d’abord en tant qu’hebdomadaire, le 14 novembre 1935, il devient bimensuel à partir de janvier 1936. Il est dirigé par Lucienne Jean-Darrouy87. Théoriquement, il s’adresse à toutes les femmes d’Algérie. Il prévoit, en effet, dans son premier numéro, de consacrer des articles aux conditions de vie des femmes musulmanes car « un journal, ayant le titre du nôtre et publié en Algérie, ne saurait paraître sans consacrer une place à la femme musulmane »88.

  • 89 Femmes de demain prend aussi position contre le fascisme en avril 1936, condamne le racisme anti-ju (...)

125Ce journal se veut d’action sociale et d’évolution féminine. Il est favorable au vote des femmes, à la formation professionnelle des filles, au développement du sport féminin et informe les femmes de leurs droits. Un avocat tient régulièrement une rubrique juridique pour faire connaître aux femmes les avantages et inconvénients des divers contrats de mariage, les conditions de dissolution de la communauté etc.89.

126Mais en raison de sa parution tardive, ce n’est pas Femmes de demain qui exprima en premier les revendications sociales et politiques des femmes.

Des militantes politiques ou syndiquées

127Dès le début des années Trente, le plus souvent à l’occasion de réunions publiques, des militantes réclament à côté du droit au travail, l’égalité des salaires et le droit de vote pour les femmes.

  • 90 ANOM Algérie, Cabinet du préfet, 2 cab. 11.

128Une militante de la SFIO, lors d’une réunion publique tenue à Alger en 1932 devant plus de 200 personnes dont une cinquantaine de femmes, « s’étendit longuement sur le rôle de la femme dans la société et déclara pour terminer que la doctrine socialiste veut que s’éteigne ce préjugé qui interdit aux femmes de s’occuper des affaires publiques »90.

129En fait la position de la gauche française est plus ambiguë. Au Congrès de Tours en 1920, la SFIO avait effectivement proclamé l’égalité des sexes mais elle avait aussi précisé que cette égalité ne pouvait exister que sous un régime socialiste. De ce fait, tout féminisme autonome était qualifié de bourgeois. Les femmes socialistes s’étaient alors opposées à leur parti et avaient créé le Groupe des femmes socialistes. L’émancipation des femmes était aussi l’objet de débats conflictuels au sein du parti communiste, les ouvriers étant majoritairement attachés aux valeurs familiales traditionnelles.

  • 91 C’est du moins ce qui ressort des documents d’archives consultés.

130Aussi est-ce, essentiellement, à l’occasion de réunions organisées par des sections féminines ou de la jeunesse des partis de gauche que les revendications féministes sont exprimées91.

131Lors d’une réunion du parti socialiste féminin à Bône le 3 avril 1936, une militante demande la parole pour réclamer le droit de vote pour les femmes. Le mois suivant, à Constantine, invitée par le comité de la jeunesse socialiste de la ville, une rédactrice préfectorale revendique pour les femmes des salaires égaux et le droit de vote. Au parti communiste, ce sont aussi des groupes de femmes ou de jeunes qui sont favorables à l’émancipation juridique des femmes.

132Un tract distribué à Constantine le 3 juin 1936 par deux organisations communistes, « Le groupe de défense de la jeunesse féminine de Constantine », et « Le groupe ouvrier de la jeunesse communiste » demande même l’égalité civique et civile pour l’ensemble des femmes d’Algérie, quelle que soit leur origine ethnique. Déplorant la triste situation de la jeune fille, il est en effet demandé :

  • 92 ANOM Algérie, Constantine, B 3 576, Syndicalisme (1916-1938) préfecture de Constantine, Rapport men (...)

pour toutes les jeunes filles, sans distinction de race, d’opinion ou de religion, employées, ouvrières ou étudiantes, entre autres choses : […] l’égalité entre les salaires des jeunes filles et des jeunes gens, des Européennes et de leurs sœurs israélites et indigènes, […]. l’émancipation civile et civique de la femme, qu’elle soit européenne, israélite ou indigène (droit de vote à 18 ans, accession aux emplois dirigeants, égalité de l’homme et de la femme dans tous les domaines)92.

133Ce tract se termine par un appel à la paix et contre le fascisme, fauteur de guerre.

134Les manifestations du premier mai peuvent aussi être l’occasion pour certaines femmes d’exprimer leurs revendications. Lors du meeting organisé le 1er mai 1937 par l’Union locale des syndicats de Philippeville, la porte-parole du Comité mondial des femmes contre la guerre, réclame l’ouverture de carrières jusqu’alors fermées aux femmes, l’égalité des salaires, la liberté d’opinion, le droit de vote et de participation au gouvernement.

135Mais à partir de 1938-1939, les thèmes essentiels des réunions politiques sont la guerre et le fascisme. Les femmes renoncent à leurs revendications personnelles pour réclamer avec les hommes le maintien de la paix.

  • 93 ANOM Algérie, B 3 592, Syndicalisme, 1937-1939. Rapport de la sûreté de Constantine.

136Aussi bien, quand les rapports de police fournissent le nombre de femmes assistant à ces diverses manifestations politiques, ce nombre dépasse rarement la cinquantaine. Le parti socialiste féminin de Bône, en avril 1936, ne comprenait qu’une cinquantaine d’adhérentes. Quant à la section féminine de Philippeville, elle est qualifiée de squelettique par sa présidente93.

L’Union française pour le suffrage des femmes

137Cette Union, créée en France en 1909, fut la seule association de ce type à exister en Algérie, du moins jusqu’à la guerre de 1939-1945. Des groupes de cette Union s’étaient constitués dans les principales villes d’Algérie.

  • 94 Aucune trace par ailleurs aux ANOM. si ce n’est une allusion à son existence lors d’élections. On n (...)
  • 95 « Les conseillères municipales de Constantine », Femmes de demain, n° 15, du 15 au 30 avril 1936.

138Cette organisation est uniquement évoquée par le journal Femmes de demain94. Les groupes de l’Union française pour le suffrage des femmes interviennent lors des différentes élections à partir des années 1930. À en croire la présidente du groupe de Constantine interviewée en 193695,

  • 96 Rappelons qu’à plusieurs reprises à partir de 1914, le suffrage féminin est accepté par une majorit (...)

Les débuts furent difficiles […] Il y a quelques années, notre association ne comptait que cinq membres […] Aujourd’hui, on n’ose plus se déclarer antiféministe. Cependant les hommes ne veulent pas accorder le droit de vote à toutes les femmes ; ils le donneraient à certaines femmes supérieures en écartant la foule des femmes dites impulsives, frivoles ou mondaines de l’urne électorale96. On ne pourrait alors parler de suffrage universel et combien d’hommes indignes de jouir de ce droit…

Quelques actions féministes

139En Algérie, comme en Métropole, on trouve des féministes prêtes à se battre pour obtenir l’application des droits déjà acquis et le vote de nouveaux droits. Mais ces combats sont menés avec un certain retard par rapport à la France métropolitaine.

Les premières candidatures féminines aux Prud’hommes et aux conseils municipaux

  • 97 En 1907, les femmes sont autorisées à être électrices aux élections consulaires et elles eurent le (...)
  • 98 Article sur les élections consulaires à Alger dans le n° 11 de février 1936 de Femmes de demain.

140Pour la première fois en Algérie, en février 1936, une commerçante se porta candidate, comme l’autorisait la loi de 190897, à l’élection de la Chambre de commerce d’Alger. C’est la liste d’opposition du Front algérien du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat qui accepta de donner une place à cette femme98. Elle prit la tête de la liste, soutenue par l’Union française pour le Suffrage des Femmes.

  • 99 En Métropole, dès 1925, une conseillère municipale communiste siège au conseil municipal de Malakof (...)
  • 100 Ce sont souvent des adhérentes de l’UFSF qui sont présentées comme conseillères municipales.

141De même, c’est seulement lors du renouvellement des conseils municipaux d’avril 1936, qu’en Algérie, des femmes se portèrent candidates à des mandats municipaux99. Là encore, ces candidatures féminines furent soutenues et proposées le plus souvent par les groupes de l’UFSF100.

142Le groupe de Constantine présenta la candidature de neuf femmes au Conseil municipal de la ville. À en juger par la déclaration faite par la présidente de ce groupe de Constantine, ces candidatures auraient été particulièrement bien accueillies.

  • 101 L’emploi du masculin fait supposer que le groupe constantinois de l’UFSF comprenait non seulement d (...)
  • 102 « Les conseillères municipales de Constantine », Femmes de demain, n° 15, du 15 au 30 avril 1936.

Tous les partis représentés à la municipalité de Constantine sont non seulement favorables aux féministes mais aussi agissants. Nous avons été heureux101 de constater l’unanime approbation des indigènes et l’un deux a dit ceci : « nous ne pouvons pas refuser aux femmes françaises ce que nous réclamons pour nous »102.

  • 103 « Les premières conseillères municipales algériennes », Femmes de demain, n° 29, 1er janvier 1937.

143Il y eut effectivement des conseillères municipales à Constantine, mais aussi à Oran à peu près en même temps. Dans cette ville, quatre conseillères municipales furent choisies dont une musulmane. Par la suite, en 1936, mais aussi au début de l’année 1937, d’autres communes d’Algérie acceptèrent la collaboration de femmes à leurs conseils municipaux. Ce fut le cas d’Alger, de Tizi Ouzou et aussi de Dellys103.

144Ces premières conseillères municipales n’étaient pas des conseillères à part entière. Comme en Métropole, elles étaient appelées à collaborer aux affaires municipales avec voix consultatives et non délibératives. En outre, elles n’étaient pas élues mais désignées par le maire, en général à partir de deux listes, une établie par l’UFSF et l’autre par diverses associations féminines de bienfaisance.

  • 104 « Les élections municipales de Dellys », Femmes de demain, n° 31, 1937.

145La municipalité de Dellys fit, toutefois, exception. Elle accepta d’aider l’UFSF à organiser des élections. Toutes les femmes de la commune reçurent une carte d’électrice tamponnée par la Mairie et elles furent nombreuses à venir voter104. Les deux élues furent la présidente et la secrétaire de l’UFSF. Les candidates avaient pour projets : la réglementation des prix pour atténuer le coût de la vie, l’assistance à l’enfance et l’amélioration du sort de la femme indigène.

146Cette élection de Dellys représentait un succès certain pour les féministes d’Algérie, même si les hommes n’avaient pas été appelés à participer à cette élection. Elle fut la conséquence de la campagne menée par l’UFSF d’Algérie, au cours de l’année 1936, en faveur du droit de vote des femmes dont le moment fort avait été le referendum du 26 avril 1936.

Le referendum du 26 avril 1936 sur le suffrage féminin

147Les féministes profitèrent, comme à Paris et Marseille, des élections législatives du 26 avril 1936 pour organiser à Alger un référendum sur le principe du suffrage féminin.

  • 105 « Le référendum du 26 avril 1936 », Femmes de demain, n° 15, 1936.

148L’UFSF prit l’initiative d’inviter toutes les associations féminines existant en Algérie, apolitiques ou politiques pour créer un Comité de rassemblement105. Quatre associations seulement répondirent à cet appel : l’Entraide féminine laïque, l’Amicale des Dames employées de l’administration centrale, l’Association des veuves de guerre et le Comité mondial des femmes contre la guerre et le fascisme. Le groupe des femmes socialistes d’Algérie, comme celui des femmes communistes, ne s’y associèrent pas bien qu’étant favorables au suffrage féminin. La plupart des associations de bienfaisance, non plus. Il est probable que les adhérentes devaient être partagées sur ce sujet et les responsables préférèrent rester neutres. Les syndicats féminins de la CFTC, s’ils furent invités, ne vinrent pas.

149Les associations ou groupes catholiques étaient fortement opposées au féminisme égalitaire et individualiste. L’Union civique et sociale d’Algérie, comme l’Union française civique et sociale, organisations féminines catholiques, revendiquaient le vote familial en place du vote féminin. Le mensuel La femme algérienne, organe de presse de l’Union civique et sociale d’Algérie, précise d’ailleurs sa conception du vote familial.

  • 106 La femme algérienne, n° 5, mars-avril 1934.

Le suffrage familial doit comprendre le suffrage des deux chefs de famille (mari et femme), plus une voix supplémentaire pour le père à partir du troisième enfant, et pour la mère à partir du quatrième106.

150Le bulletin de vote est donc au service d’une politique nataliste s’inscrivant dans le cadre du mariage. Le vote familial exclut les femmes seules, mais aussi les filles mères.

151La Mairie d’Alger mit à la disposition du Comité de rassemblement pour promouvoir le vote des femmes vingt urnes dans les bureaux établis pour les élections législatives des première et deuxième circonscriptions. Les résultats furent les suivants :

Nombre d’hommes et femmes ayant participé au référendum du 26 avril 1936 (renseignements relevés dans le journal Femmes de demain n° 16 de la première quinzaine du mois de mai 1936)

152Une forte majorité des votants s’exprima en faveur du suffrage féminin. Mais on peut surtout noter la maigre participation des femmes à ce référendum. Indifférence, acceptation de la situation existante, peur de se faire remarquer en allant dans un endroit jusqu’ici réservé aux hommes, ou bien pression masculine… ou féminine de leur entourage ? On ne peut faire que des hypothèses. Quelques femmes se déplacèrent uniquement pour marquer leur refus de voter !…

  • 107 « Référendum du 26 avril 1937 », Femmes de demain, n° 15, 1937.

153Des arguments d’ordre historique et utilitaire avaient été employés par les féministes d’Alger durant la campagne électorale. « Les femmes ont répondu à l’effort de guerre de 1914-1918, elles ont fait l’apprentissage de la vie politique, elles sont plus averties que l’électeur de 1848 encore illettré, elles représentent un élément neuf et sain de la politique »107.

154Ces arguments ne sont en rien originaux, on les retrouve à partir des années Vingt dans tous les discours des suffragettes françaises. L’argumentation développée par une journaliste de Femmes de demain peut paraître plus inattendue :

  • 108 Femmes de demain, n° 15, Article de Jane Bagault sur le suffrage des femmes et le problème algérien

C’est pour que ma sœur musulmane n’enfante plus dans ce taudis où je l’ai vue mettre au monde deux jumeaux (sic) sur un misérable matelas, sans qu’elle ait pu s’allonger complètement, qu’il faut que la Française vote. C’est pour que les petits indigènes ne meurent plus au berceau, faute d’hygiène et de soins élémentaires qu’il faut que la Française vote. C’est, encore, pour que nos jeunes mauresques aient d’autres horizons que le visage bestial ou momentanément tendre de l’homme qui les convoite, qu’il faut que la Française vote108.

155Cette évocation est en réalité conforme au rôle spécifique que se donnaient les femmes européennes à l’égard des musulmanes.

Les féministes et le projet Blum-Viollette

156Le projet Blum-Viollette qui prévoyait d’accorder la citoyenneté française à l’élite algérienne (gradés, diplômés, fonctionnaires, au nombre d’environ 21 000 musulmans) réactiva le combat des Françaises d’Algérie en faveur du vote des femmes.

157Tout en étant favorable à ce projet, Lucienne Jean-Darrouy, directrice de Femmes de demain, revendique la priorité des femmes françaises.

  • 109 « Priorité aux femmes françaises », Femmes de demain, n° 30, 15 janvier 1937.

Les Françaises sont citoyennes depuis la naissance de la République […] Elles sont soumises comme les électeurs français à toutes les lois françaises. Pour ces raisons, elles ont le droit de participer au gouvernement de la France. Or, on va y appeler les simples sujets français. Et, je le répète, en y mettant les conditions et les modalités nécessaires, ce sera justice. Mais pourquoi le dossier « algérien » passe-t-il avant le dossier des femmes françaises ? Voulez-vous le savoir ? Ils sont une menace. Nous sommes inoffensives. La peur suffit à mettre des gouvernants en action. L’équité n’y suffit pas109.

  • 110 « Motion au président du Conseil », Femmes de demain, n° 33, 1er mars 1937.

158Dans la motion adressée au président du Conseil le 1er mars 1937, la fédération algérienne de l’UFSF justifie différemment l’ordre prioritaire des Françaises d’Algérie au droit de vote110.

Au moment où le gouvernement se préoccupe d’étendre dans de larges proportions le collège électoral en Algérie :
Considérant la part importante que les femmes françaises ont prise à la colonisation et à la prospérité de l’Algérie, (soit personnellement en tant qu’éducatrices, cultivatrices, médecins, mères de famille, soit en collaborant à l’activité de leurs maris),
Considérant qu’à plusieurs reprises, la Chambre des députés s’est prononcée en faveur du suffrage des femmes,
Croit opportun d’attirer l’attention sur la nécessité de leur accorder d’urgence et par priorité la totalité des droits civiques et politiques

159Ces deux documents sont particulièrement révélateurs de la position des féministes. Il était difficile de revendiquer le droit de vote pour les femmes européennes tout en le refusant à une minorité d’indigènes. Mais il était, aussi, impensable pour les féministes d’Algérie d’accorder à des musulmans un droit refusé à des femmes françaises. Aussi se contentent-elles de réclamer un droit prioritaire au suffrage, en tant que citoyenne française et en tant que coloniale. Tout en contestant l’ordre des sexes, elles entérinent ainsi l’ordre colonial et revendiquent leur participation à la colonisation.

  • 111 Nous n’avons pas trouvé trace dans les archives d’une quelconque réponse du président du Conseil.

160Ces revendications féministes ne faisaient qu’ajouter une difficulté supplémentaire à un projet déjà très débattu et ayant réuni contre lui de nombreuses oppositions. Aussi cette motion resta-t-elle sans réponse111.

Un combat de courte durée et très minoritaire

161Par la suite, la montée du fascisme et les menaces de guerre prirent le pas sur les revendications féministes. Ni les documents d’archives consultés, ni la presse ne se font plus l’écho du combat des femmes pour les droits civiques.

162Aussi bien, en Algérie, même si on constate la présence de féministes actives, l’adhésion aux thèses féministes semble avoir été le fait d’une petite minorité de Françaises appartenant à une élite de femmes cultivées, se trouvant essentiellement dans la capitale.

163Les femmes ayant répondu favorablement au référendum organisé en avril 1936 en faveur du suffrage féminin dépassaient à peine le chiffre de 5 000. Certes, ce référendum n’avait été organisé que dans deux des 38 circonscriptions de l’Algérois. Mais les hommes étaient deux fois plus nombreux à avoir accepté de participer à cette simulation de référendum.

164Les difficultés d’audience rencontrées par le journal féministe Femmes de demain constituent un autre indice du manque d’intérêt des Européennes d’Algérie pour le combat politique des femmes. Le tirage de ce journal n’est jamais fourni, pas plus d’ailleurs que celui de La femme algérienne. Mais, à peine deux ans après sa création, la directrice de Femmes de demain annonce le remplacement de ce journal par un nouvel hebdomadaire Libération, présenté comme un journal de culture et de lutte contre tous les préjugés, et devant s’adresser à un public plus large. Lucienne Jean-Darrouy reconnaît, par là même, que la clientèle de Femmes de demain n’était pas assez nombreuse pour un financement autonome. Il est vrai qu’elle avait pris des positions politiques contre le racisme qui pouvaient déplaire. Elle tenta, à partir de juillet 1937, de faire survivre Femmes de demain, sous la forme d’une page insérée, sous ce titre, dans Libération. Mais l’expérience dut être interrompue en février 1938. À cette date, la page consacrée aux femmes dans Libération disparaît au profit d’une chronique dirigée vers les jeunes.

165Par contre, La femme algérienne, organe de presse de l’Union civique et sociale d’Algérie, journal chrétien insistant sur la reconnaissance du rôle des femmes en tant que mères et femmes au foyer, continuait à exister quand la seconde guerre mondiale éclata. Dès le mois de mars 1938, ce journal commence à mobiliser les femmes pour recenser les bonnes volontés prêtes à se mettre au service du pays en cas de guerre.

166Faut-il en déduire que les Européennes d’Algérie se reconnaissaient mieux dans le rôle de mères et acceptaient pleinement le rôle de collaboratrices dévouées, légitimant ainsi la différence de nature ? Peut-on mettre en cause l’origine méditerranéenne d’une grande partie de la population européenne d’Algérie ? La valorisation toute particulière de la fonction maternelle dans cette partie du monde peut être un élément d’explication. Mais le droit de vote fut accordé aux femmes en Espagne en 1930. Et en France métropolitaine le féminisme mit longtemps à être entendu.

Notes

1 Les musulmans pouvaient, toutefois, devenir des citoyens français à condition d’en faire individuellement la demande au Conseil d’État. Peu de musulmans profitèrent de cette mesure car ils devaient abandonner leur statut personnel qui s’appuyait sur la loi coranique, considérée par eux comme la loi divine.

2 Ce n’est qu’en 1919 qu’un corps électoral musulman est créé mais il est extrêmement réduit (100 000 électeurs pour les conseils généraux algériens).

3 ANOM Algérie, F 80 1392, Incidents de voyages, plaintes et réclamations (1848-1852). Extraits de lettre écrites par des colons à leur famille à Paris. Lettre d’un certain Beaucé du village de Zurich le 21 novembre 1848. Le terme arabe était utilisé pour désigner tout indigène supposé musulman vivant en Algérie.

4 G. Schürer, Les Hautes Plaines, Paris, Le Pré aux clercs, 1990. Roman écrit à partir d’archives familiales.

5 Cf. les dénombrements de mariages franco-musulmans fournies par les annuaires statitiques de l’Algérie de 1867 à 1900.

6 M. Vidal-Domerc, Vérandas et Moucharabiehs, Jean Curutchet, 1999.

7 M. Hirtz, Contacts de civilisation et politique culturelle en Algérie, CHEAM (Centre de hautes études d’administration musulmane), 1940.

8 Ibid.

9 Mme Nail, En passant par la Lorraine, souvenirs dactylographiés déposés au CDHA d’Aix-en-Provence.

10 A. Berenguer, En toute liberté - Entretiens avec Geneviève Dermenjian, Paris, Centurion, 1994, p. 22-24.

11 J.-P. Einaudi, Un rêve algérien, Vie de Lisette Vincent, op. cit., p. 50.

12 P. Nora, Les Français d’Algérie, Paris, Julliard, 1961, p. 175.

13 J. Roy, Adieu ma mère, adieu mon cœur, Paris, Albin Michel, 1996, p. 120 et 125.

14 Articles de L’Écho d’Oran du 14 décembre 1901 et du 12 octobre 1902.

15 M. Baroli, La vie quotidienne de Français en Algérie, op. cit., p. 175.

16 Terme venant de l’arabe msâkin (pauvre) utilisé par les Européens pour désigner des miséreux qui, n’ayant ni terre ni travail, en étaient réduits à la mendicité pour survivre.

17 J. Roy, Adieu ma mère, adieu mon cœur, op. cit., p. 73.

18 Témoignage oral de Suzette S.

19 P. Husset, « Elles et nous », Femmes de demain, n° 23, 1er octobre 1936.

20 A. Job-Querzola, Le cornet de jujubes, Paris, Seguier, 2001.

21 M. Stora, Constantine-Sartrouville (1818-1993). Récit de vie paru dans la revue Esprit, mars 1993.

22 R. Lenoir, Mon Algérie tendre et violente, Paris, Plon, 1994.

23 Lady Herbert, L’Algérie contemporaine, op. cit.

24 A. Berenguer, En toute liberté. Entretiens avec G. Dermenjian, op. cit., p. 123.

25 M. Cardinal, Au pays de mes racines, op. cit., p. 42.

26 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

27 M. Marciano, Destin et souvenirs d’une enfant d’Algérie, op. cit. Elle note avoir été, quelquefois, au bain maure avec sa mère, sa tante, ses sœurs et ses frères de moins de quatre ans.

28 Cette très rapide étude des écrivains femmes s’étant intéressées à l’Algérie a été rendue possible, non seulement par la lecture de quelques œuvres, mais aussi des fiches consacrées à la plupart de ces auteurs par Jean Dejeux dans la revue Parcours n° 15, par la lecture de l’ouvrage de Denise Brahimi, Femmes arabes et sœurs musulmanes et par l’audition d’un colloque littéraire consacré aux Regards des écrivains européens d’Algérie sur la société musulmane, les 27 et 29 novembre 2003, aux ANOM d’Aix-en-Provence.

29 J. Voisin d’Ambre, née en 1927 à Montagney (Doubs) a séjourné une grande partie de sa vie en Algérie auprès de son mari, commissaire civil.

30 J. Faure-Sardet est née en 1877 dans une famille établie en Algérie depuis deux générations. Elle était diplômée de langue arabe et appartenait à la société des gens de lettres d’Algérie.

31 E. Rhaiss, de son vrai nom Leila Boumendi, de père arabe et de mère juive se fit passer en France pour une Arabe ayant vécu dans des harems. On la disait illettrée. Il semble que ses romans aient été écrits par son neveu Raoul Tabet.

32 M. Boisnard née à Orange en 1882 suivit enfant ses parents en Algérie où elle mourut en 1945.

33 Cité supra n. 28.

34 H. Auclert, militante féministe connue pour avoir créé en France, en 1876, le premier groupe suffragiste, puis le journal La citoyenne, elle accompagna son mari nommé en Algérie en 1888 et ce séjour lui permit d’écrire à son retour en Métropole un essai : Les femmes arabes en Algérie, Paris, Société d’éditions littéraires, 1900.

35 M. Bugeja, « Nos sœurs musulmanes », Revue des Études littéraires, 1921.

36 M. Bugeja, Visions d’Algérie, Alger, Baconnier Frères, 1929.

37 Articles consacrés à « La femme du Tell, la kabyle, la Targuie, la Nomade, la Chaouia », Femmes de demain, 1935.

38 « La Nomade », Femmes de demain, le 28 novembre 1935.

39 « La Kabyle », Femmes de demain, le 4 janvier 1935.

40 Projet de loi visant à accorder progressivement l’égalité politique aux musulmans sans abandon du statut musulman. Ce projet fort discuté, déposé en décembre 1936, disparut sans être même examiné au parlement. Viollette était le vice-président du conseil sous le gouvernement Blum. Il avait été chargé par ce dernier des Affaires algériennes.

41 Allusion au mouvement nationaliste de Messali Hadj.

42 « Le projet Blum-Viollette », Femmes de demain, 15 janvier 1937.

43 Op. cit.

44 Femmes de demain, n° 23, 1er octobre 1936.

45 Documents Algériens, Synthèse de l’activité algérienne, année 1948. L’Union franco-musulmanes des femmes d’Algérie, p. 237.

46 Cette initiative reçoit le soutien du journal féministe Femmes de demain.

47 Documents algériens, année 1948, op. cit., p. 238.

48 J.-L. Einaudi, Un rêve algérien, op. cit.

49 J.-P. Lledo, Lisette Vincent, une femme algérienne, Film tourné en 1997, dans lequel Lisette Vincent, qui participa à la guerre d’Espagne, puis milita pour l’indépendance de l’Algérie, raconte elle-même sa vie.

50 Ouvrage de J.-L. Einaudi, ibid., p. 82.

51 Ch.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., t. 2, p. 381.

52 Ibid.

53 ANOM Algérie, Préfecture de Constantine, B 3576, Syndicalisme (1916-1938).

54 ANOM Algérie, Département d’Alger, série F 407, Communistes (1934-1936).

55 Synthèse de divers documents (rapports du préfet, articles de journaux) contenus dans le carton archivé dans la série F 80 des ANOM, F 80 1728, Grèves des ouvrières des tabacs.

56 ANOM Algérie, F 80 1728, « Grève des ouvrières des tabacs », L’Express algérien du 12 décembre 1899. De nombreuses cigarières étaient espagnoles ou d’origine espagnole.

57 L’Akhbar rapporte qu’en novembre 1888, lors d’une grève touchant les usines Bastos, des ouvrières qui s’opposaient à la grève furent rossées par des cigariers. Et il est bien connu qu’en France, au début du mouvement ouvrier, les femmes avaient du mal à faire entendre leurs revendications.

58 La Dépêche algérienne, 11 décembre 1899.

59 Outre Bastos, les grèves touchent les manufactures Dahan, Baumela, Donate, Jorro et Martinez, soit 1800 personnes, hommes et femmes.

60 Le Libéral d’Alger, 14 juin 1899.

61 ANOM Algérie, F 80 1728, « Grève des cigarières », et Les Nouvelles du 15 juin 1905.

62 Le Libéral d’Alger, 14 juin 1905.

63 Les Nouvelles, 16 juin 1905.

64 L’Écho d’Oran, 8 juin 1905.

65 Les Nouvelles, 8 juin 1905.

66 L’Écho d’Oran, 8 juin 1905.

67 Les Nouvelles, 15 juin 1905.

68 L’Écho d’Oran du 9 juin 1905.

69 ANOM Algérie, Cabinet du GGA, Gouverneur Georges Lebeau, grèves 1936-1938, carton 31 3 cab.

70 ANOM Algérie, dép. d’Alger, 1 k 6, Grèves de 1936.

71 ANOM Algérie, Alger 1 k 6, cahier de revendication des employés de banques du 12 juin 1936.

72 Rappelons que ce n’est qu’en 1945 qu’un congé de maternité, indemnisé à 50 % de 2 semaines avant et 6 semaines après est rendu obligatoire pour toutes les employées. En 1928 seule la fonction publique avait accordé un congé de maternité de 2 mois à plein traitement.

73 ANOM Algérie, Constantine, série continue, B 584, Conflits sociaux, grèves.

74 ANOM, Alger 1 k 6, op. cit. En France, avant les augmentations de 1936, le salaire horaire le plus bas était de 2,25 F, les ouvrières des tabacs gagnaient environ 33 F par jour.

75 ANOM Alger, 1 K 5, Grèves de 1937-1938.

76 ANOM Alger, 1 K 8, Syndicats divers 1937-1938, rapport de police.

77 ANOM, 1 k 5, ibid.

78 ANOM Algérie, Constantine, série continue, B 3 93-94, Conflits sociaux, grèves et incidents. Il y aurait eu 2588 grévistes contre 16 303 habituellement.

79 Informations relevées dans l’annuaire statistique de l’Algérie des années 1885-1886 et 1887.

80 Pour Alger, informations trouvées dans le carton 1 K 15, déjà cité.

81 Archives personnelles de François Fraudeau, secrétaire général de la CFTC en Algérie entre les deux guerres.

82 Selon les statuts, il fallait pour devenir membre de ce syndicat être présentée par deux adhérentes, être acceptée par le conseil et payer un droit d’entrée de 5 F puis par la suite une cotisation mensuelle de 2 F en 1929 ce qui correspondait au montant d’une à deux heures de travail.

83 Les divers mouvements chrétiens (Associations, syndicats) privilégiaient la famille. Sujet évoqué dans le paragraphe suivant concernant le féminisme.

84 Fonds Fraudeau, Assemblée générale du syndicat des employées de commerce et d’industrie du 6 avril 1935.

85 C’est une des nombreuses associations de femmes catholiques, créées sous l’influence de l’encyclique Rerum Novarum, ayant pour objectif de promouvoir l’action sociale dans le domaine familial.

86 Mlle Pasquier-Brouch, « Doctrine et principes du journal », présentés par la directrice du journal, La femme algérienne, n° 1, 14 novembre 1933.

87 L. Jean-Darrouy était connue en Algérie, à cette date, pour deux romans : Mlle Cent hectares, et Au pays de la mort jaune.

88 « Objectifs du journal », Femmes de demain, n° 1, 14 novembre 1935.

89 Femmes de demain prend aussi position contre le fascisme en avril 1936, condamne le racisme anti-juif en juillet 1936, se dit favorable au projet Viollette en janvier 1937, et participe à la création de l’Union féminine franco-musulmane en juillet 1937.

90 ANOM Algérie, Cabinet du préfet, 2 cab. 11.

91 C’est du moins ce qui ressort des documents d’archives consultés.

92 ANOM Algérie, Constantine, B 3 576, Syndicalisme (1916-1938) préfecture de Constantine, Rapport mensuel de la sûreté départementale de Constantine du 1er septembre 1936. On ignore la représentativité de ces deux organisations. Nous n’avons pu trouver aucune autre information en dehors de ce tract.

93 ANOM Algérie, B 3 592, Syndicalisme, 1937-1939. Rapport de la sûreté de Constantine.

94 Aucune trace par ailleurs aux ANOM. si ce n’est une allusion à son existence lors d’élections. On ne sait à quelle date cette organisation s’était implantée en Algérie, ni dans quelles villes elle existait, ni l’importance des militants et militantes.

95 « Les conseillères municipales de Constantine », Femmes de demain, n° 15, du 15 au 30 avril 1936.

96 Rappelons qu’à plusieurs reprises à partir de 1914, le suffrage féminin est accepté par une majorité de la chambre des députés mais repoussé par le sénat. Certains députés et sénateurs ne voulaient l’accorder qu’à quelques catégories de femmes, les veuves de guerre par exemple, mais surtout pas aux prostituées.

97 En 1907, les femmes sont autorisées à être électrices aux élections consulaires et elles eurent le droit d’être éligibles en 1908.

98 Article sur les élections consulaires à Alger dans le n° 11 de février 1936 de Femmes de demain.

99 En Métropole, dès 1925, une conseillère municipale communiste siège au conseil municipal de Malakoff.

100 Ce sont souvent des adhérentes de l’UFSF qui sont présentées comme conseillères municipales.

101 L’emploi du masculin fait supposer que le groupe constantinois de l’UFSF comprenait non seulement des femmes mais aussi des hommes.

102 « Les conseillères municipales de Constantine », Femmes de demain, n° 15, du 15 au 30 avril 1936.

103 « Les premières conseillères municipales algériennes », Femmes de demain, n° 29, 1er janvier 1937.

104 « Les élections municipales de Dellys », Femmes de demain, n° 31, 1937.

105 « Le référendum du 26 avril 1936 », Femmes de demain, n° 15, 1936.

106 La femme algérienne, n° 5, mars-avril 1934.

107 « Référendum du 26 avril 1937 », Femmes de demain, n° 15, 1937.

108 Femmes de demain, n° 15, Article de Jane Bagault sur le suffrage des femmes et le problème algérien.

109 « Priorité aux femmes françaises », Femmes de demain, n° 30, 15 janvier 1937.

110 « Motion au président du Conseil », Femmes de demain, n° 33, 1er mars 1937.

111 Nous n’avons pas trouvé trace dans les archives d’une quelconque réponse du président du Conseil.

Table des illustrations

Légende Nombre d’hommes et femmes ayant participé au référendum du 26 avril 1936 (renseignements relevés dans le journal Femmes de demain n° 16 de la première quinzaine du mois de mai 1936)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540