Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Éducation et contestation

Une éducation familiale méditerranéenne

Texte intégral

  • 1 M. Cardinal, Au pays de mes racines, op. cit.

1« Nous étions tous différents les uns des autres, mais nous avions en commun le fait d’être ici et d’ailleurs »1.

2Malgré l’origine diversifiée des migrants, la société européenne d’Algérie est une société méditerranéenne, tant par la composition majoritaire de sa population que par son implantation géographique et, de ce fait, du climat, des paysages, en un mot de l’environnement qui intervient, concurremment à l’histoire, dans la constitution de toute civilisation. Or les sociétés méditerranéennes, qu’elles soient juives, musulmanes ou chrétiennes, présentent, du moins jusqu’à la guerre de 1939, nombre de caractères communs : la famille est la valeur essentielle et la répartition des rôles entre hommes et femmes est nettement définie, plus encore qu’en Europe. Les identités sexuées sont particulièrement marquées.

Une éducation à fin de mariage

3Les sources concernant l’éducation familiale des filles européennes d’Algérie avant 1939 sont très peu nombreuses : les ouvrages de mémoires décrivent rarement les rapports familiaux, et les quelques témoignages recueillis concernent uniquement la période de l’entre deux guerre. Aussi, même en ne retenant que les opinions les plus fréquemment exprimées, cette étude ne peut-elle avoir qu’une valeur qualitative.

L’éducation familiale des filles

4La petite fille doit apprendre très tôt les qualités attendues d’une bonne épouse et d’une bonne mère :

  • 2 M. Cardinal, ibid., p. 23.

Un jour, tu auras un mari et tu devras le servir. Un jour tu auras une maison et tu devras la tenir, un jour, tu auras des enfants, et tu devras les éduquer, tu auras des domestiques et tu devras les commander […] Pendant tout le temps de mon enfance, les lois et les règles des méditerranéennes qui m’entouraient sont entrées dans ma tête et dans mon corps2.

  • 3 Il s’agit de Gilberte Molinard qui nota, à la fin de sa vie, sur un cahier d’écolier quelques souv (...)

5On ne plaisantait pas avec l’obéissance. Une Française d’Algérie née en 18963 rapporte que sa grand-mère fut enfermée dans un placard jusqu’à ce qu’elle consentit à accepter le mari choisi par sa mère. Sa mère, née en 1876, n’ayant pas desservi rapidement la table du repas, reçut sur la tête le plat qu’elle devait emporter. Et elle fut, quant à elle, confinée dans un tonneau toute une journée pour avoir désobéi à un ordre paternel. Mais ces méthodes draconiennes d’éducation étaient davantage caractéristiques d’une époque que proprement algériennes.

6Comme en Métropole, mais avec une insistance particulière dans toute l’Europe méridionale, y compris le midi de la France, l’importance accordée au comportement et à la tenue des filles se retrouve en Algérie, avec un contrôle qui s’accentue avec l’âge.

  • 4 M.-R. Vitale, La terrasse du bonheur, souvenirs dactylographiés, déposés au CDHA d’Aix-en-Provence
  • 5 Georgette S., source orale.

7L’âge de raison marque la première étape. Il s’agit de freiner la vitalité de la petite fille et de commencer à la façonner pour sa future vie de femme. Plus question de courir et de crier comme les garçons. Une Française d’Algérie née en 1928 rapporte que le jour de ses sept ans, on lui dit « maintenant ma fille, tu as atteint l’âge de raison, tu ne dois plus faire de bêtise ; tu dois être une grande demoiselle raisonnable »4. Les poupées, les gestes dégingandés et sans mesure, les rires sonores, les courses effrénées avec les chiens, la compagnie des livres d’images d’Épinal lui furent alors interdits. « Il me fallut étudier mes gestes, mes paroles, mes pensées et mes actes en fonction de cet âge de raison ». Une autre femme5 souligne que « Les compliments étaient, désormais, à proscrire pour les filles pour éviter l’orgueil et la suffisance ».

  • 6 M. Cardinal, « La puberté venue, il n’a plus été question d’organiser des enterrements de petits c (...)

8La puberté entraînait d’autres interdits. Finis les jeux entre garçons et filles européens et musulmans, qui pouvaient exister dans les fermes, les rues des quartiers populaires des grandes villes, et les faubourgs des petites communes, où les diverses communautés se côtoyaient6. La surveillance, non seulement des parents, mais aussi du quartier et même de l’institutrice, qu’elle soit laïque ou religieuse, s’exerçait sur toute la vie de l’adolescente.

  • 7 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat-jeudis, op. cit., citation de la mère de l’auteur s’adres (...)

9Ce contrôle concernait, entre autres, les lectures à la maison. Les livres étaient, d’une façon générale, estimés inutiles pour les filles. « Je ne souhaite pas que vous deveniez des femmes savantes qui souffrent d’avoir trop lu »7 dit à ses filles, au début du XXe siècle, la femme d’un administrateur de commune mixte.

  • 8 Témoignage oral de Marie A. d’origine espagnole.

10Dans les milieux populaires, la lecture était, en outre, considérée comme une perte de temps. « Dès que je lisais, on me donnait un travail à exécuter. J’étais obligée de me cacher pour lire. Je lisais le soir dans mon lit sous les draps »8.

11La méfiance était de règle même chez les mères les plus favorables aux études de leurs filles, entre les deux guerres.

  • 9 Témoignage de Georgette S., fille de colon, qui put continuer ses études grâce à l’appui de sa mèr (...)

Les livres étaient proscrits, c’était la chose mauvaise et je pense que c’était le cas dans beaucoup de familles. Pour lire, j’étais obligée ainsi que ma sœur de me cacher dans les toilettes. Quel que soit le type de livre, c’était perdre son temps, pour ma grand-mère en particulier. On se méfiait particulièrement des romans, de tout ce qui pouvait faire rêver. Les journaux étaient mieux acceptés9.

  • 10 « Former des Filles, des sœurs, des épouses, et des mères dévouées, leur inspirer l’amour de Dieu, (...)

12Les parents préféraient abonner leurs filles à des journaux écrits spécialement pour elles, racontant des histoires à message moral tel Lisette au XXe siècle et le Journal des demoiselles au XIXe siècle. Ce journal édité en France proposait des objectifs éducatifs10 qui convenaient sans doute parfaitement aux familles d’Algérie car il eut un tel succès qu’à partir de 1850 les abonnements purent être pris directement à Alger.

13Ce souci du contrôle des lectures des filles n’était, certes, pas propre à l’Algérie. Il en était de même des leçons de comportement et d’apprentissage des tâches ménagères qui faisaient partie de l’éducation des jeunes Algériennes. Selon Marie Cardinal,

  • 11 Bouillon du couscous.
  • 12 M. Cardinal, Les Pieds-Noirs, op. cit., p. 27.

Cela allait de la connaissance approfondie et respectueuse de la psychologie masculine jusqu’au tri des lentilles, en passant par la nutrition des petits, l’instruction des garçons, l’éducation des filles, l’encaustiquage des meubles, le reprisage, les confitures et aussi savoir faire sécher les figues et les raisins, savoir rouler le couscous et épicer la marga11, savoir faire briller les carreaux du parterre, diagnostiquer les maladies. En ce qui me concernait, ajoute-t-elle, puisque j’étais née chez de grands bourgeois, il fallait également que je sache diriger les domestiques, asseoir les invités dans un ordre convenable12

Des jeunes filles étroitement surveillées

14Les familles contrôlaient particulièrement les sorties et les fréquentations de leurs filles. Au lendemain de la guerre de 1914-1918, c’était sous bonne escorte que les filles pouvaient être autorisées à « faire le cours » en fin d’après-midi, surtout le dimanche, cours Bertagna à Bône, rue d’Isly et rue Michelet à Alger, lieu de promenade que possédaient toutes les villes et villages d’Algérie.

  • 13 M. Marciano, Destin ou Souvenirs d’une enfant d’Algérie, Paris 1983. Auteur née en 1904.

À notre époque, (au lendemain de la guerre de 1914-1918), une jeune fille ne sortait jamais sans chapeau, ni surtout sans escorte. Je donnais le bras à ma sœur Yvonne et nous allions faire le Boulevard en fin d’après midi sur la place Gambetta. Les filles et les jeunes gens en faisaient tout autant sur une des allées13

15Lieu de parade autorisé et surveillé, lieu de rencontre platonique où garçons et filles, marchant séparément, pouvaient s’apercevoir, se jauger et s’exercer à la séduction, ces promenoirs n’étaient pas propres à l’Algérie mais existaient aussi bien en Espagne qu’en Italie ou en France méridionale et continuèrent d’exister sous des formes très proches jusqu’aux années 1960. Il s’agit pour les filles de se montrer, de séduire sans risquer de se compromettre.

  • 14 Georgette S., source orale.

Les jeunes Espagnoles étaient encore plus surveillées que les Françaises, souvent les pères ne voulaient pas autoriser leurs filles à faire des sorties avec les institutrices et leurs amies de classe, et ce n’était pas pour des raisons financières, mais les filles devaient rester, avant leur mariage, sous le regard des pères14.

  • 15 Gilberte P., source orale.
  • 16 Marie A., source orale.

16Une jeune Espagnole15 rapporte qu’aux fêtes de village son père était toujours derrière elle. Une Française16 d’origine espagnole ne put sortir, jusqu’à son mariage, qu’escortée par un membre de sa famille, généralement sa mère, et encore était-ce uniquement au cimetière ou à l’hospice des vieux. Les rares fois où elle fut autorisée à « faire le boulevard » ce fut accompagnée de sa petite sœur, son grand-père étant derrière elles avec sa canne.

  • 17 Suzette S., source orale, C’est l’impression que lui donna son père quand elle se fiança à 18 ans.
  • 18 Marie A., femme d’origine espagnole, source orale.

17Quand ces jeunes filles étaient fiancées, le fiancé prenait la relève, puis parfois le mari. Au XIXe siècle, particulièrement dans les familles espagnoles, filles et garçons étaient souvent promis très jeunes par les parents. Au XXe siècle, l’influence des parents n’était plus déterminante dans le choix du futur mari. Aussi les fiançailles étaient-elles pour certains parents un véritable soulagement17, le fiancé étant désormais responsable de sa future épouse. Mais il ne fallait pas se tromper sur le promis, être sûr qu’il irait jusqu’au mariage. Les parents d’une jeune fille demandée précocement en mariage, à dix sept ans, attendirent qu’elle eût 20 ans pour accepter le fiancé. Ils voulaient « être sûrs que c’était le bon, car en cas de rupture de fiançailles, elle aurait eu par la suite le plus grand mal à se marier, ayant déjà fréquenté. ». Le mariage eut lieu six mois après les fiançailles18.

  • 19 Georgette S., source orale.

18Les familles dites d’origine française étaient jugées plus libérales, car, à partir de l’entre-deux-guerres, elles permettaient à leurs filles de sortir seules dans la rue. Elles exerçaient, toutefois, une surveillance particulière des lieux de rencontre autorisés entre jeunes gens. Ces jeunes filles ne pouvaient aller sans accompagnement parental à une fête de village ou à une surprise-partie. Et en cas d’études supérieures, bien que moins surveillées, elles n’étaient pas toujours autorisées à participer aux sorties organisées dans le cadre des cours universitaires parce que ces cours étaient mixtes19.

19Le contrôle familial était tel que, même quand elles pouvaient sortir seules, les jeunes filles continuaient à se sentir sous surveillance.

  • 20 M. Cardinal, Les Pieds-Noirs, op. cit.

Nous ne portions ni haïk, ni hadjar, nous avions le droit de sortir, d’aller ou bon nous semblait, mais cette apparente liberté était en réalité une prison dont les barreaux étaient faits de principes, de peurs, de menaces, de tabous et de préjugés. Et c’étaient les femmes qui nous plantaient tout cela en tête, profond, très profond à coups de sermons, de raclées, d’histoires, de fables merveilleuses ou terrifiantes20.

  • 21 Georgette S., ibid.

20Cette affirmation de Marie Cardinal est corroborée par une autre Française d’Algérie21 : « On nous apprenait très tôt la peur des hommes et cela pouvait peser sur toute une vie. » Selon cette femme, l’arrivée des Américains en 1942 marqua le début d’une certaine libéralisation de l’éducation des jeunes Européennes d’Algérie, avec des nuances suivant les milieux.

  • 22 M. Cardinal, ibid.

21Cette surveillance avait pour but de préserver la vertu des filles. Car « la vertu des filles était quelque chose, ce n’était pas de la rigolade ! Et pas seulement pour les musulmanes. Pour les catholiques et les juives, c’était pareil »22.

22Pour avoir quelque chance de trouver un époux, toute fille devait rester vierge jusqu’au mariage. Or une Méditerranéenne n’existait vraiment que par son mariage.

  • 23 M. Cardinal, ibid.

La virginité c’était dans le ventre en haut des jambes, c’était convoité, parce que c’était précieux et c’était difficile à défendre. Les mères veillaient. Les pères et les mères gardaient. Notre pucelage nous donnait une grande importance. Une importance si grande que pour beaucoup d’entre nous cette virginité à perdre ou à offrir était, à la fois, notre trésor, et le seul véritable problème de notre jeunesse, plus grave que les études, le métier, plus grave que tout23

  • 24 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat-jeudis, op. cit.
  • 25 Georgette S., ibid.
  • 26 Marie A., source orale.
  • 27 Affirmation de Georgette S. qui passait ses vacances en Métropole au lendemain de la guerre et com (...)

23Toutes les Françaises d’Algérie tiennent le même discours. « Les femmes devaient se présenter vierges au mariage, faute de quoi elles auraient eu grand mal à trouver un époux » dit l’une24. « Notre virginité devait être préservée » déclare une autre25. Et si elle ne l’était pas ? La jeune fille pouvait être rendue à sa famille le lendemain du mariage26. Les jeunes filles pieds-noires étaient, selon une Française d’Algérie27, bien plus étroitement surveillées que les jeunes Métropolitaines.

On disait, qu’il fallait préserver les filles du débordement des Arabes. On craignait les viols, mais, c’était une peur qui n’avait plus de raison d’être entre les deux guerres, une peur provenant des générations passées. Il s’agissait plutôt de la part de la communauté européenne d’une volonté de donner l’exemple, de se faire respecter.

Des filles et femmes vouées à l’exemplarité

24Les femmes européennes devaient être d’autant plus exemplaires que, contrairement à leurs sœurs musulmanes, elles sortaient sans voile protecteur, exposées aux regards de tous. Même s’il était entendu qu’Européens et musulmans avaient chacun leur civilisation, que la civilisation européenne était nettement supérieure à celle des musulmans, qu’aucun point de comparaison ne pouvait être établi entre les femmes européennes et les femmes musulmanes, il est difficile de croire que, durant cent trente ans de colonisation, le comportement des Européens à l’égard des femmes n’ait été aucunement influencé par celui des musulmans.

25Au début du XXe siècle on peut trouver sous la plume d’un journaliste algérois des propos révélant un mélange détonnant d’orgueil et d’amertume non dénuée d’une certaine envie. Comparant le comportement des Européens et des indigènes à l’égard de leurs femmes, il écrit :

  • 28 « L’Européen et l’indigène », Le Turco (journal réactionnaire et antisémite), n° 37, 21 novembre 1 (...)

Ils peuvent entretenir des concubines dans le domicile conjugal et nous sommes condamnés à l’emprisonnement quand nous prenons cette liberté. Les femmes indigènes montrent volontiers ce que les nôtres cachent avec soin et cachent leurs visages que les nôtres aiment à montrer. Les femmes musulmanes sont esclaves et maltraitées, les nôtres sont libres et honorées. Les musulmans sont polygames et nous monogames. Ils achètent une femme et nous exigeons une dot28.

26Concilier la fierté du colonisateur et le machisme méditerranéen ne devait pas être toujours facile pour certains Européens. Mais il était inconcevable pour un Européen d’avoir à l’égard de ses filles et épouse le comportement de l’indigène. Si influence il y eut, elle fut des plus discrètes. Dans la plus grande partie du bassin méditerranéen, en Espagne et en Italie, à la même époque, les filles étaient l’objet d’une surveillance aussi draconienne que celles des jeunes Pieds-Noires d’Algérie. Aussi peut-on tout au plus constater que l’influence méditerranéenne l’emportait sur l’influence métropolitaine en matière d’éducation des filles.

27Quoiqu’il en soit, autant la société européenne d’Algérie se faisait remarquer, durant les premières années de la colonisation, par ses mœurs libres et même dépravées dans certains milieux, autant cette même société, au XXe siècle, veut donner d’elle-même, à travers ses filles et ses femmes, une image de vertu sans faille.

28Ces filles éduquées à la soumission ont-elles, une fois adultes, parfois contesté l’ordre établi ? Ou furent-elles, face aux femmes voilées musulmanes, des femmes muettes ?

Notes

1 M. Cardinal, Au pays de mes racines, op. cit.

2 M. Cardinal, ibid., p. 23.

3 Il s’agit de Gilberte Molinard qui nota, à la fin de sa vie, sur un cahier d’écolier quelques souvenirs familiaux. Ce manuscrit d’une vingtaine de pages a été déposé au CDHA d’Aix-en-Provence.

4 M.-R. Vitale, La terrasse du bonheur, souvenirs dactylographiés, déposés au CDHA d’Aix-en-Provence.

5 Georgette S., source orale.

6 M. Cardinal, « La puberté venue, il n’a plus été question d’organiser des enterrements de petits chats avec les jeunes arabes de la ferme, encore moins d’aller à l’école ou au cinéma avec eux », Au pays de mes racines, op. cit.,, p. 25.

7 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat-jeudis, op. cit., citation de la mère de l’auteur s’adressant à ses filles au début du siècle.

8 Témoignage oral de Marie A. d’origine espagnole.

9 Témoignage de Georgette S., fille de colon, qui put continuer ses études grâce à l’appui de sa mère.

10 « Former des Filles, des sœurs, des épouses, et des mères dévouées, leur inspirer l’amour de Dieu, de leurs devoirs et de leur famille, leur enseigner à faire, riches ou pauvres, le bonheur et la gloire de leur maison, élever leur âme par de nobles et généreux exemples ; développer leur intelligence et en les initiant aux travaux, à l’économie, aux soins du ménage, tel est le but que s’est proposé ce journal », publicité parue dans L’Akhbar en 1847.

11 Bouillon du couscous.

12 M. Cardinal, Les Pieds-Noirs, op. cit., p. 27.

13 M. Marciano, Destin ou Souvenirs d’une enfant d’Algérie, Paris 1983. Auteur née en 1904.

14 Georgette S., source orale.

15 Gilberte P., source orale.

16 Marie A., source orale.

17 Suzette S., source orale, C’est l’impression que lui donna son père quand elle se fiança à 18 ans.

18 Marie A., femme d’origine espagnole, source orale.

19 Georgette S., source orale.

20 M. Cardinal, Les Pieds-Noirs, op. cit.

21 Georgette S., ibid.

22 M. Cardinal, ibid.

23 M. Cardinal, ibid.

24 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat-jeudis, op. cit.

25 Georgette S., ibid.

26 Marie A., source orale.

27 Affirmation de Georgette S. qui passait ses vacances en Métropole au lendemain de la guerre et comparait la vie des jeunes filles d’Algérie avec celle des jeunes Métropolitaines.

28 « L’Européen et l’indigène », Le Turco (journal réactionnaire et antisémite), n° 37, 21 novembre 1903.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540