Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Éducation et contestation

Une instruction française

Texte intégral

Des filles massivement scolarisées en primaire élémentaire

Scolarisation précoce et forte de tous les enfants européens

1Les autorités administratives comptent sur l’école pour intégrer les diverses populations d’Algérie.

  • 1 ANOM Algérie, série F 80 174, Lettre du gouverneur de l’Algérie à messieurs les préfets, en date du (...)

La grande préoccupation du gouvernement est d’arriver à la fusion des populations d’origines et de races différentes qui habitent ce pays. C’est par l’enfance et l’école que ce travail doit commencer et s’accomplir. Je ne saurais trop vous engager à employer tous vos efforts pour que les communes de votre département entrent dans cette voie1.

  • 2 Seules les familles ayant quelques ressources étaient amenées à participer aux frais de scolarité d (...)
  • 3 ANOM, annuaire statistique de l’Algérie, année 1853.

2La population étant fort pauvre, peu de parents auraient pu envoyer leurs enfants dans des écoles payantes, d’où la nécessité d’ouvrir le plus possible d’école gratuites. Tous les centres européens de population furent donc rapidement dotés d’une ou plusieurs écoles primaires. En 1853, on trouvait en Algérie 282 écoles primaires et salles d’asile. Et contrairement à la Métropole, à la même époque, la grande majorité de ces écoles étaient des écoles communales dites publiques et donc entièrement gratuites pour la plupart des enfants2 (247 écoles publiques pour 35 privées3).

3Évoquant la situation scolaire dans l’Algérois et le Constantinois en 1868 un journaliste rapporte que :

  • 4 L’Écho d’Oran, 22 octobre 1868.

Toutes les écoles et les salles d’asile sont aujourd’hui entièrement gratuites dans ces provinces. Le même résultat pourrait être prochainement annoncé pour la province d’Oran4.

  • 5 A. Prost, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Colin, 1979, p. 94.
  • 6 Pourcentage établi à partir des données chiffrées fournies par l’annuaire statistique de 1873.

4Alors qu’en Métropole, en 1872, la gratuité de l’enseignement ne concernait que 54 % des écoles primaires5, en Algérie c’était déjà le cas en 1873 de 78 % des établissements primaires et salles d’asile6. La gratuité de l’enseignement primaire, comme sa laïcisation, était donc largement réalisée en Algérie avant qu’elle ne fût rendue obligatoire par la législation Jules Ferry.

  • 7 Annuaire statistique de 1873-1875, Instruction primaire des Européens. En 1870, la population scola (...)

5Cette gratuité précoce est, sans doute, une des causes de la forte scolarisation des enfants européens car l’Algérie a aussi précédé la France dans le pourcentage d’enfants scolarisés. Selon une étude menée par les agents de l’administration concernant la situation de l’enseignement primaire de l’ensemble de l’Algérie en 1874 : « La population française d’Algérie envoie dans nos écoles publiques et libres un enfant sur 5,6 ou 18 sur 100 habitants7 ». La législation scolaire de Jules Ferry n’a fait qu’accentuer l’avance prise par l’Algérie en matière de scolarisation primaire, si bien que

  • 8 P. Boyer, L’évolution de l’Algérie médiane de 1830 à 1916, Paris, 1960.

Dix ans après l’application des lois scolaires de 1883, la scolarisation des Européens d’Algérie est supérieure à celle de la France métropolitaine : 1/7e de la population européenne est scolarisée contre 1/9e en métropole8.

Scolarisation des filles longtemps supérieure à celle des garçons

  • 9 A. Prost, op. cit., p. 103.
  • 10 J. N. Luc a montré dans son ouvrage La statistique de l’enseignement primaire 19e-20e siècle le man (...)

6Dans son étude sur l’histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Antoine Prost fait remarquer que les Français du XIXe siècle considéraient que l’école était pour les filles un luxe inutile et dangereux car elles n’avaient besoin d’apprendre que les soins du ménage et leurs mères pouvaient fort bien s’acquitter de cet apprentissage. Aussi « c’est une fois la masse des garçons scolarisés qu’on s’intéresse à l’instruction des filles »9. Et effectivement les données chiffrées qu’il fournit à l’appui de cette affirmation dénoncent le retard en Métropole de la scolarisation des filles par rapport à celle des garçons10.

Pourcentages de filles scolarisées par rapport à l’ensemble des enfants inscrits en primaire élémentaire en Métropole à partir des chiffres fournies dans l’ouvrage d’Antoine Prost, cité en note

Pourcentages de filles scolarisées par rapport à l’ensemble des enfants inscrits en primaire élémentaire en Métropole à partir des chiffres fournies dans l’ouvrage d’Antoine Prost, cité en note

7En Métropole, le rapport numérique des élèves masculins et féminins ne correspond à celui des sexes qu’à partir de 1881, c’est-à-dire avec l’école obligatoire pour tous les enfants de 6 ou 7 ans.

8En Algérie, il en va différemment. Dans l’annuaire de 1873-1874 il est noté que le « nombre de filles scolarisées est à celui des garçons dans un rapport de 12 à 11 tandis qu’en France il est sensiblement inférieur à celui des garçons. » Mais cette réalité n’est apparente que si le comparatif filles/garçons ne prend en compte que les élèves européens. En effet, même si la scolarisation des enfants musulmans a été pendant longtemps réduite, les garçons ont été plus précocement scolarisés que les filles. Toute statistique globale de scolarisation primaire fait donc apparaître plus de garçons que de filles. Ce qui n’est pas le cas si on ne comptabilise que les Européens.

9L’étude du dénombrement statistique des élèves européens inscrits en primaire révèle que, dès 1850 et jusqu’au début des années 1880, les filles furent plus nombreuses à être scolarisées que les garçons.

Pourcentage de filles européennes scolarisées en primaire élémentaire par rapport à l’ensemble des élèves européens inscrits dans ces classes en Algérie

Pourcentage de filles européennes scolarisées en primaire élémentaire par rapport à l’ensemble des élèves européens inscrits dans ces classes en Algérie

Pourcentages établis à partir des données chiffrées relevées dans les annuaires correspondant aux dates. En caractère gras les pourcentages supérieurs à ceux de la Métropole aux mêmes dates

10Le rapport de scolarisation des filles et des garçons est donc inversé entre la Métropole et l’Algérie. Jusqu’aux lois Jules Ferry, les filles sont relativement moins nombreuses à être scolarisées que les garçons en Métropole et plus nombreuses en Algérie.

11Autrement dit l’obligation scolaire a profité, en Algérie, aux garçons, et, en Métropole, aux filles. On ne peut que s’interroger sur cette inversion de situation, d’autant que la population en majorité d’origine méditerranéenne de l’Algérie devait être, au XIXe siècle, particulièrement attachée au modèle traditionnel d’éducation féminine.

Facteurs de la forte scolarisation élémentaire des filles

12Les motivations qui poussaient les parents à envoyer leurs filles plutôt que leurs fils à l’école, en l’absence d’obligation scolaire, devaient varier selon les familles.

Facteurs socio-économiques

  • 11 Ce n’est qu’en 1892 que la législation française fixe à 13 ans l’âge du travail des enfants.
  • 12 Ch. Desprez, L’hiver à Alger, op. cit., le terme « Algérien » est à l’époque réservé aux Européens (...)
  • 13 Annuaire statistique de 1843-1844, L’instruction publique.

13Des facteurs économiques ont pu avoir une influence. Au XIXe siècle, les enfants travaillaient très jeunes dès l’âge de 8 à 10 ans11. C’était aussi le cas en Algérie selon un chroniqueur parisien ayant effectué un voyage à Alger en 1861. « Les Algériens doivent au climat une précocité remarquable. Vous verriez dans la rue des enfants de 8 à 10 ans, fillettes servir de bonnes, garçons porter de lourds fardeaux.12 » Le garçon pouvait aussi aider son père, aux champs ou à l’atelier. Mais les places de bonnes ne devaient pas être nombreuses à cette époque hors de quelques grandes villes où existait, dès le XIXe siècle, une certaine bourgeoisie. C’est peut-être pour cette raison que, selon les statistiques de 1843-1844, la seule ville d’Algérie où les filles à cette date étaient moins scolarisées que les garçons était la ville d’Alger13.

14Peu de travail, en général, pour les petites filles. Aussi quand la mère était obligée de travailler, et que les grands parents n’étaient pas là pour assurer la garde des enfants, des familles devaient préférer confier leurs filles à l’école plutôt que de les laisser livrées à elles-mêmes, sans surveillance, toute la journée.

Un grand nombre d’écoles gratuites

  • 14 ANOM Algérie, série F 80 1564, Écoles privées.
  • 15 Annuaire statistique, année 1843-1844.

15Le gouvernement et les communes manifestent très tôt leur intérêt pour l’éducation des filles. L’administration compte sur l’éducation des filles pour moraliser la future société algérienne. La société européenne des premières décennies de la colonisation comprenait, en effet, à côté de familles attirées par des promesses de terre ou de travail, des hommes et des femmes « sans foi ni loi ». Au sein du foyer, la femme est traditionnellement la gardienne des vertus familiales. Si les mères ne peuvent transmettre ces valeurs morales à leur fille, l’école doit le faire. « L’instruction de la femme influe plus que celle des hommes sur l’intérieur des familles » fait remarquer le chef de bureau de l’instruction publique au gouverneur en 184714. Les témoignages d’intérêt des autorités pour l’instruction des filles ne manquent pas. Dans le rapport annuel sur la situation des établissements français d’Algérie, le ministère de la guerre insiste dès 1843 sur l’importance de l’éducation des filles15.

16Mais l’éducation des filles est également jugée importante pour l’intégration des populations étrangères et surtout de leurs enfants. Victor Demontès écrit à propos de la naturalisation des étrangers :

  • 16 Bulletin de la Société de géographie d’Alger, année 1899. V. Demontès, La colonie espagnole, p. 559

A-t-on réfléchi que les qualités ethniques, les sentiments nationaux et particularistes, les traditions populaires se conservent surtout par les femmes et qu’en les transmettant à leurs enfants, les mères étrangères rendent la naturalisation de l’époux factice et superficielle […] Quand il s’agit de la transformation morale d’un peuple, il faut d’abord et surtout agir sur l’esprit et les caractères des femmes16.

  • 17 Pourcentages établis à partir des données chiffrées relevées dans l’annuaire de 1853.
  • 18 ANOM Algérie, série S 2 S 1, Rapports trimestriels du recteur d’Alger au Gouvernement général (1860 (...)

17Aussi, dès le début, les écoles de filles sont-elles en nombre presque identique à celles des garçons. En 1853, en comptabilisant les écoles primaires publiques et privées, on dénombre 107 établissements pour garçons pour 99 pour filles et 23 écoles mixtes. Et, à cette date, les écoles publiques primaires et salles d’asile accueillent 91 % des enfants scolarisés, filles comme garçons17. Qui plus est, en 1865 : « les 8/9e des filles fréquentant les écoles publiques sont reçues gratuitement contre 46 % en France, et les cours sont suivis en moyenne par les filles sept mois et demi par an »18.

Des écoles publiques tenues par des religieuses

  • 19 Voir 3e partie, chapitre 12. En 1853, sur les 7 757 petites filles inscrites dans un établissement (...)

18Le fait que la plupart des écoles publiques de filles étaient tenues jusqu’aux années 1870-1880 par des religieuses19 a dû aussi favoriser la scolarisation des filles. L’école religieuse pouvait apparaître comme le meilleur garant de la préservation de la vertu des filles. Elle apprenait aussi aux filles à être de bonnes chrétiennes en leur enseignant la soumission, la modestie, le dévouement, toutes qualités appréciées pour former de bonnes épouses et de bonnes mères. Il est probable que l’existence en Algérie de ce type d’enseignement ait incité beaucoup de familles à placer leurs filles à l’école plutôt qu’à les garder au foyer. Car il s’agit, semble-t-il, pour certaines familles d’un placement, d’une sorte de gardiennage.

Une école « gardiennage »

19Les petites filles confiées par leurs mères aux salles d’asile sont nettement plus nombreuses, surtout au XIXe siècle, que les garçons. Et comme l’obligation scolaire ne s’applique pas aux classes enfantines cette situation perdure jusqu’aux années 1920.

Pourcentages de fillettes inscrites en salles d’asile et maternelles par rapport à l’ensemble des élèves européens fréquentant ces classes

Pourcentages de fillettes inscrites en salles d’asile et maternelles par rapport à l’ensemble des élèves européens fréquentant ces classes

Pourcentages établis à partir des données chiffrées relevées dans les annuaires des années citées

20La seule hypothèse que l’on peut avancer est que les mères confiaient plus facilement leurs filles que leurs fils à l’école, comme elles abandonnaient plus facilement leurs filles dans les orphelinats. Toujours cette préférence, surtout en terre méditerranéenne, pour le garçon jugé plus valorisant pour la famille et qui doit être l’objet de plus d’attention maternelle.

Une volonté de se démarquer des musulmans

21Il se peut aussi qu’il y ait eu chez les Européens la volonté de se démarquer des musulmans en montrant à l’égard de leurs filles un comportement différent. Les Européens sont persuadés de représenter le progrès et la civilisation. Comment dans ces conditions conserver leurs filles à la maison comme le font les musulmans et considérer, comme eux, que l’école ne présente un intérêt que pour les garçons ? L’image à donner des filles et des femmes européennes a dû poser plus d’un problème à l’inconscient collectif masculin européen. Comment maintenir les filles et les femmes à leur place, c’est-à-dire dans le rôle de femmes au foyer, tout en leur accordant en apparence une certaine importance sociale ? La scolarisation des filles pouvait jouer ce rôle. Mais à condition que cette éducation ne les détourne pas de leur mission de mères et d’épouses et fasse une grande place à l’apprentissage de leurs futures tâches domestiques. Aussi, ce n’est pas tant la scolarisation des filles qui posa problème aux parents que le contenu de l’enseignement.

Un enseignement pas toujours apprécié par les familles

22L’auteur de l’article paru dans L’Akhbar le 5 juin 1864 exprime sans doute à la fois l’inquiétude et l’attente de beaucoup de parents en matière d’éducation féminine. Il déplore « qu’on ne fasse apprendre aux filles de nos écoles tout excepté ce qu’elles devraient connaître », et demande :

  • 20 H. Roussel, « L’éducation des filles de colons européens et des arabes », L’Akhbar, 5 juin 1864, n° (...)

qu’on enseigne aux filles des arabes domiciliés dans le territoire civil, et aux filles de colons, les soins journaliers à donner aux animaux, qui sont du ressort de la femme du ménage, y compris ceux des oiseaux de basse-cour, les soins à donner à la laiterie et la confection du beurre. Donnons-leur des conseils sur la cuisine, sur la tenue du ménage en général, sur celle des bergeries, sur l’habitation des gens de l’exploitation. Que leurs institutrices leur parlent de l’entretien et de la confection du linge, de son blanchissage20

23Ainsi, en matière d’éducation, le vœu de certains Européens serait de mettre filles européennes et musulmanes à la même école puisqu’elles sont destinées plus tard à assumer les mêmes tâches.

24Cet article doit toutefois être replacé dans le contexte algérien de l’époque qui était de trouver et de former des femmes de colons. C’était aussi le temps des écoles arabes-françaises y compris pour les filles. Et l’auteur de l’article ne pouvait l’ignorer. L’objectif de ce journaliste, en évoquant l’éducation commune à donner aux filles musulmanes et européennes, est de rappeler que le rôle des femmes établies à la campagne est identique, quelle que soit la communauté d’origine de ces femmes. Aussi les quelques notions de lecture, d’écriture et de calcul qui étaient enseignées dans ces premières écoles de filles sont-elles jugées inutiles et même dangereuses, du moins pour de modestes filles de la campagne.

25Il fallut, sans doute, du temps pour faire accepter aux familles une instruction primaire élémentaire identique pour les filles et les garçons. Il faudra encore plus de temps pour que les familles européennes accordent à l’éducation de leurs filles la même importance qu’à celle de leurs fils.

26À la veille de la seconde guerre mondiale, bien qu’étant légèrement plus nombreuses que les garçons à être inscrites en primaire, les filles sont moins nombreuses à obtenir le certificat d’études.

Nombre d’élèves européens et de certificats d’études primaires obtenus par eux en 1937-1938

Nombre d’élèves

Nombre de certificats d’études

 % de certificats

Filles

65206

3 576

5,48 %

Garçons

63876

4 790

7,50 %

Annuaire statistique de l’Algérie de l’année 1937-1938

27Comment expliquer les moins bons résultats des filles au certificat d’études ? Les filles sont-elles aussi nombreuses que les garçons à être présentées par les enseignants au certificat d’études ? Certains parents jugeaient-ils inutile, encore à cette époque, la présentation publique de leurs filles devant un jury pour un diplôme jugé par beaucoup sans intérêt pour une femme ? Ou bien les petites filles s’investissaient-elles moins dans leurs études que les garçons, ayant conscience que les critères sociaux d’appréciation des filles et des femmes ne dépendaient pas de leur niveau d’étude ? Toutes les hypothèses sont permises.

Scolarisation tardive et limitée dans l’enseignement post-élémentaire

28En Algérie comme en France métropolitaine, un enseignement secondaire et un enseignement primaire complémentaire et supérieur furent parallèlement organisés pour les enfants qui continuaient leurs études au delà des classes primaires élémentaires. Or si les jeunes Européennes furent précocement et massivement scolarisées dans les classes primaires élémentaires, ce ne fut pas le cas dans l’enseignement post-élémentaire.

La scolarisation des filles dans le secondaire

Création tardive des établissements secondaires

29Comme en Métropole, ce fut avec retard qu’un enseignement secondaire pour jeunes filles fut organisé en Algérie. Le premier collège de garçons s’ouvrit à Alger en avril 1835 et devint treize ans plus tard le lycée national d’Alger.

30La loi Camille Sée du 21 décembre 1880, qui institua en France des établissements secondaires laïques pour jeunes filles, n’eut pas de retombées immédiates en Algérie. L’initiative de la création à Alger d’une école secondaire de jeunes filles en 1882 revient à la Ligue française de l’enseignement et non au gouvernement. Le premier établissement secondaire de filles fut donc un établissement privé laïc. La première école secondaire publique fut ouverte à Constantine en 1884, suivie en 1885 par la création d’écoles secondaires de jeunes filles à Philippeville et Oran, ce dernier établissement étant transformé en 1887 en collège. Un cours secondaire s’ouvrit par la suite à Bône en 1889.

  • 21 Renseignements relevés dans les annuaires statistiques correspondant aux années citées.
  • 22 À cette date, on pouvait dénombrer 32 établissements secondaires pour garçons répartis dans les pri (...)
  • 23 Voir p. 146 de l’annuaire statistique de l’Algérie, 1937-1938. L’école secondaire de La Ligue de l’ (...)

31Il faut attendre les années précédant la première guerre Mondiale pour voir la création des lycées de filles d’Oran, Alger et Constantine. En 1926 s’ajouta un cours secondaire à Blida21. En 1938, les établissements secondaires pour jeunes filles étaient donc au nombre de six dont trois dans le Constantinois et un seul dans l’Oranais22. Aucun établissement secondaire privé, laïque ou congréganiste, n’existait alors pour les filles23.

Une fréquentation réduite des établissements secondaires

32Comme en Métropole, les jeunes filles d’Algérie furent, pendant longtemps, peu nombreuses à suivre les cours d’un établissement secondaire.

  • 24 Les pourcentages ont été calculés à partir des données numériques fournies par les annuaires statis (...)

Pourcentage de jeunes filles européennes inscrites dans un établissement secondaire par rapport au nombre total d’élèves européens du secondaire24

Pourcentage de jeunes filles européennes inscrites dans un établissement secondaire par rapport au nombre total d’élèves européens du secondaire24

33Malgré une progression certaine, les filles ne représentent même pas un tiers de l’ensemble des élèves en 1938.

34Et, être inscrite dans un établissement secondaire ne signifiait pas pour autant y suivre des études de second cycle. Certaines élèves ne suivaient que l’enseignement primaire de ces établissements. C’était vrai aussi pour les garçons. Mais pendant longtemps il y eut beaucoup plus de filles que de garçons à n’être inscrites que dans les classes primaires des établissements secondaires. Les parents inscrivaient leurs filles dans un établissement secondaire davantage pour des raisons de proximité que pour leur faire suivre des études secondaires. En 1900, seule la moitié des filles inscrites dans un établissement secondaire allaient au-delà des classes primaires de ces établissements.

  • 25 Pour 63 876 garçons européens inscrits en primaire, 11 222 fréquentent un établissement secondaire. (...)

35Les filles inscrites dans les classes primaires d’un établissement secondaire avaient cependant plus de chance de continuer leurs études au delà des classes primaires que celles qui suivaient l’enseignement primaire dans une simple école. C’était le cas de 70 % d’entre elles en 1938. Mais globalement à la même date, seulement 6,40 % des filles continuaient leur instruction au delà du primaire élémentaire contre 17,50 % des garçons25.

36À la veille de la seconde guerre mondiale, en 1938, guère plus de 4 000 jeunes filles étaient inscrites dans un établissement secondaire.

Des études secondaires souvent écourtées

37En 1902, un rapport rectoral sur la situation de l’enseignement secondaire en Algérie précise que :

  • 26 ANOM Algérie, 2 S 4, Rapports et études d’instruction publique (1907-1942).

si un certain nombre de filles s’arrêtent au brevet élémentaire, d’autres poursuivent jusqu’au brevet supérieur mais peu arrivent jusqu’au diplôme de fin d’études secondaires. L’année dernière vingt seulement se sont présentées et dix huit ont été reçues26.

  • 27 Feuillets d’El Djezaïr, 1920, op. cit. En Métropole la pionnière fut Julie Daubié en 1861.

38Le diplôme de fin d’étude secondaire était en ce début du XXe siècle le diplôme le plus élevé que pouvait espérer obtenir les jeunes Européennes d’Algérie comme de Métropole. Les collèges et cours secondaires féminins créés par la loi Camille Sée ne préparaient pas les filles au baccalauréat ni à l’Université. Les matières indispensables pour s’y présenter, à savoir le latin, le grec et la philo, n’étaient pas enseignées dans les établissements féminins. Quelques femmes parvinrent cependant dès la fin du XIXe siècle, en suivant des cours privés et par dérogation, à présenter le baccalauréat. En Algérie ce fut le cas de Mlle R. qui passa le baccalauréat es lettres en juillet 186627.

39Le journal « Les Nouvelles » note qu’en 1916, une jeune fille est reçue à Alger au baccalauréat littéraire, et 20 jeunes filles ont obtenu le diplôme de fin d’études secondaires, tandis que 230 avaient passé avec succès le brevet élémentaire. Une minorité présente le diplôme de fin d’études secondaires et les bachelières sont exceptionnelles.

40En 1919 le baccalauréat féminin est créé en France et les jeunes filles reçoivent donc désormais une préparation à cet examen. Mais ce n’est qu’en 1924 que les programmes enseignés aux filles et aux garçons sont unifiés, ouvrant ainsi aux filles la possibilité de présenter les mêmes examens que les garçons et d’avoir accès à l’Université. Le baccalauréat progresse alors aux dépens du certificat d’études secondaires.

  • 28 Guide Joanne, Itinéraire de l’Algérie et de la Tunisie, Paris, Hachette, 1885.

Le certificat d’études secondaires est de moins en moins recherché par les jeunes filles ; un tiers seulement des élèves le présentent, note le recteur en 1926. Mais il reste, ajoute-t-il, très en faveur à Oran28.

41Toujours ce décalage culturel concernant les femmes entre l’Oranais, particulièrement marqué par l’empreinte espagnole, et le reste de l’Algérie. À partir de la fin des années 1920, les jeunes Européennes d’Algérie sont de plus en plus nombreuses à se présenter et à être reçues à la première partie du baccalauréat. En 1929, 167 jeunes filles se présentent et 99 sont reçues soit 59 %. Mais peu de jeunes filles osent affronter les jurys universitaires qui accordent la seconde partie du baccalauréat ; elles ne sont que 47 en 1929.

42Au cours des années Trente, les candidates se présentant aux deux parties du baccalauréat deviennent plus nombreuses et certaines sont reçues au baccalauréat scientifique. En 1936, 195 jeunes filles s’inscrivent aux épreuves de la seconde partie du baccalauréat. Les candidats masculins sont 388, cette même année, soit près de deux fois plus. Mais la brochure éditée par le gouvernement général sur l’instruction publique en Algérie à l’occasion du centenaire l’Algérie note que les succès aux examens étaient proportionnellement plus élevés dans les établissements secondaires de filles que de garçons. Question de motivation, sans doute, pour ces bachelières qui n’avaient peut-être pas obtenu sans mal de pouvoir s’inscrire au baccalauréat. D’autant que les parents qui acceptaient à l’époque une scolarisation de leurs filles au delà de l’école primaire élémentaire préféraient, pour la plupart, une poursuite de leurs études dans un établissement d’enseignement primaire supérieur plutôt que dans un établissement d’enseignement secondaire.

La scolarisation des filles dans le primaire supérieur

43En Métropole cet enseignement fut d’abord pensé pour les garçons, en Algérie il commença par s’adresser aux filles puisque la première école primaire supérieure fut l’école de filles de Bône en 1880 et qu’une école similaire ne fut créée à Alger pour les garçons que trois ans plus tard.

44Cet enseignement était dispensé dans les écoles primaires supérieures et les cours complémentaires. Le brevet élémentaire pouvait être obtenu au bout de trois années d’études dont deux années de spécialisation. Certaines écoles supérieures avaient une quatrième année préparant à divers concours dont celui d’admission à l’école normale primaire. C’était le cas de toutes les écoles de filles. Cinq écoles de filles avaient, en outre, dans les années d’entre deux guerres, une cinquième et même une sixième année d’étude conduisant au brevet primaire supérieur. Ce qui permettait aux jeunes filles d’avoir un nombre d’années d’études post-élémentaires équivalant à celui de la première partie du baccalauréat dans les établissements secondaires, à ceci près qu’elles ne pouvaient présenter que le brevet supérieur ou des concours administratifs mais le brevet primaire supérieur ne permettait pas l’accès à l’Université.

  • 29 Elle était située à Constantine. L’école primaire supérieure de Bône créée en 1880 avait été transf (...)
  • 30 Pourcentages établis à partir des données chiffrées fournies par les annuaires de l’Algérie des ann (...)

45Les écoles primaires supérieures eurent, comme en Métropole, du mal à s’implanter en Algérie. Au début du siècle, une seule école pour filles existait29. Ces écoles ne devinrent plus nombreuses qu’à partir des années précédant et surtout suivant la première guerre mondiale. La progression du nombre d’écoles comme du nombre d’élèves fut, alors, spectaculaire. En 1934-1935, les garçons disposaient de 18 écoles primaires supérieures et les filles de 11 ; entre 1929 et 1934, le nombre d’élèves augmenta de 40 %30.

  • 31 Ces renseignements chiffrés ainsi que les suivants proviennent de la brochure sur L’instruction pub (...)

46Le succès des cours complémentaires avait été plus précoce. En 1900, 15 cours complémentaires existaient déjà en Algérie et, en 1934, on en décomptait 107, dont 56 pour les filles, 35 pour les garçons et 16 mixtes. Mais seuls les cours complémentaires publics annexés à des écoles primaires françaises interviennent dans ces dénombrements. S’il n’y avait pas alors en Algérie d’école primaire supérieure privée, 47 écoles primaires élémentaires privées avaient des cours complémentaires dont 14 tenues par des congrégations31. Tous ces cours complémentaires privés à l’exception de deux étaient destinés aux jeunes filles.

47En Algérie presque 60 % des garçons qui poursuivaient des études post-élémentaires le faisaient dans un établissement secondaire contre seulement 43 % des filles. La proportion filles/garçons est pratiquement inversée dans l’enseignement primaire supérieur (57 % des filles contre 41 % environ des garçons).

48L’enseignement primaire supérieur était davantage choisi par les familles pour les filles que pour les garçons.

Les parents face à la poursuite des études des filles

Facteurs généraux

49Diverses motivations poussaient les parents à inscrire leurs filles plutôt dans un cours d’enseignement primaire supérieur que dans un lycée.

50Les écoles primaires supérieures et les cours complémentaires étaient plus nombreux et plus largement répartis sur l’ensemble du territoire que les établissements secondaires. En Algérie, pour six établissements d’enseignement secondaire pour filles, on trouvait, dans les années de l’entre-deux-guerres, onze écoles primaires supérieures de filles et plus de 100 cours complémentaires. Cette meilleure offre scolaire régionale, permettant un moindre investissement des familles pour la poursuite des études de leurs filles, a sans doute favorisé l’enseignement primaire supérieur au détriment de l’enseignement secondaire mais elle correspondait aussi aux vœux de l’état et de la population.

51Les objectifs affichés de l’enseignement primaire supérieur, à savoir l’acquisition de connaissances utiles à une maîtresse de maison ou permettant un débouché professionnel à court terme répondaient parfaitement au modèle éducatif de l’idéal féminin. Dans tous les milieux entre les deux guerres quand une jeune Européenne continuait des études après le certificat d’étude, elle s’arrêtait le plus souvent au brevet. Ensuite, en général, elle se mariait ou elle travaillait, si nécessaire, en attendant de se marier. Des variantes existaient, toutefois, en fonction des classes sociales.

L’attitude des classes populaires

52Quand les parents autorisaient leurs filles à continuer des études au-delà du certificat d’étude, le cours professionnel était en général choisi. À côté du brevet d’études générales existaient des brevets professionnels qui étaient obtenus le plus souvent dans des cours privés. Ces cours bien que payants étaient particulièrement appréciés par les familles espagnoles modestes. Les parents de nationalité espagnole d’une jeune pied-noire refusèrent de lui faire continuer des études d’enseignement général dans un cours complémentaire, ce qu’elle aurait souhaité.

  • 32 Marie A., source orale. Selon elle, beaucoup de familles espagnoles modestes faisaient de même, Et (...)

Car pour les filles, il fallait leur donner une formation utile, c’est à dire la couture ou des cours d’enseignement ménager, bagage lui permettant d’être appréciée, plus tard par son mari ou de trouver du travail au cas où elle resterait célibataire32.

53Aussi, fut-elle inscrite dans un cours privé de couture.

L’attitude des classes moyennes

  • 33 Suzette S., source orale.

54Dans la petite et moyenne bourgeoisie, l’enseignement primaire supérieur était souvent préféré au secondaire parce qu’il préparait à l’école normale d’institutrice et à divers concours administratifs. Or, être institutrice, secrétaire, comptable, ou agent des PTT faisait partie, après la guerre de 1914, des professions envisagées par les jeunes filles qui désiraient avoir une certaine indépendance financière, et ces professions commençaient à être acceptées par les familles. Mais bien des réticences ou des refus continuaient à exister quand il s’agissait d’envisager un avenir professionnel pour les filles. Dans les années 1920, ce ne fut qu’au bout d’un mois de supplications et de harcèlement, jusque dans la quincaillerie familiale, qu’une jeune fille de Souk-Ahras obtint de son père la signature des documents nécessaires à son inscription au concours d’entrée à l’école normale d’institutrice de Constantine33. D’une façon générale, avant la seconde guerre mondiale, la plupart des jeunes Européennes d’Algérie qui souhaitaient continuer des études débouchant sur une profession devaient faire preuve de constance et de volonté.

L’attitude des classes aisées

55Dans la bourgeoisie riche ou aisée et en particulier dans les familles de gros colons, entre les deux guerres, les femmes étaient encore moins destinées à travailler que dans les autres milieux sociaux.

  • 34 Les Pieds-Noirs, ouvrage collectif, préfacé par M. Cardinal, Paris, Belfond, 1988, p. 26.

Nous n’étions pas destinées à avoir un métier. Notre destin était de nous marier, de mettre des enfants au monde déclare Marie Cardinal34.

  • 35 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

56On ne s’attachait donc pas aux diplômes. Il s’agissait, essentiellement, après le certificat d’études, de placer les jeunes filles dans un établissement, privé de préférence, capable de leur donner de « bonnes manières » et un certain vernis culturel et surtout de les garder à l’abri de toute tentation sexuelle en attendant l’âge du mariage. Le cours complémentaire privé, si possible tenu par des religieuses, était le choix préféré des parents entre les deux guerres. Selon Andrée Montero35,

Les colons faisaient de grands sacrifices pour instruire leurs fils, car il fallait que plus tard ces derniers en imposent à leurs subalternes. Pour les filles, il en était autrement. Le certificat d’étude, un an ou deux dans un quelconque pensionnat religieux où l’on enseignait des rudiments de savoir vivre, de cuisine, de ménage et un brin de culture ; cela suffisait largement. Il ne restait plus qu’à les marier dans les meilleurs délais ; l’instruction chez ces demoiselles ne pouvant engendrer que pédanterie et soucis pour tous.

  • 36 « Il me suffira que vous soyez des femmes sérieuses, bonnes maîtresses de maison et instruites dans (...)

57La femme d’un administrateur de commune mixte avait fait le même choix pour ses filles36. Et durant toute leur scolarité, elle signa sans les lire leurs carnets de notes hebdomadaires.

58Ce même désintérêt et cette même méfiance pour la scolarité des jeunes Européennes se retrouve dans le témoignage d’une autre Française d’Algérie. Parlant de sa mère et de ses amies, toutes nées autour de 1900, elle dit :

  • 37 Georgette S., source orale.

elles ont toutes fait le même parcours, elles ont toutes été à l’école primaire, puis le brevet, filles de colons ou filles d’ingénieurs, ensuite, elles continuaient chez les sœurs, au besoin pensionnaires à Alger, quand il n’y avait pas d’établissements privé sur place. Pas par conviction religieuse, mais c’était la formation des jeunes filles pour perfectionner leur éducation et se retrouver entre filles du même milieu. Et le plus souvent d’origine française37.

59Il est à remarquer que ces trois témoignages sont fournis par des femmes qui firent néanmoins des études universitaires : études de droit pour les deux premières et de lettres pour la troisième. Elles insistent toutes les trois sur le fait que dans leur génération et dans leur milieu peu de filles allaient jusqu’au baccalauréat et encore moins au delà.

Les premières étudiantes

Des élèves sages-femmes au XIXe siècle

60Il n’est pas facile de connaître le nombre d’étudiantes inscrites à l’université d’Alger. En effet, antérieurement à 1915, quand les annuaires statistiques fournissent le nombre d’étudiants, c’est sans distinction de sexe ni de nationalité. Pourtant, des jeunes filles, dès les années 1870, fréquentaient l’école de médecine, pour y préparer le diplôme de sages-femmes.

  • 38 Rappelons que l’école de médecine fut la première école supérieure ouverte à Alger en 1859, qu’elle (...)

61Que les premières étudiantes aient été des élèves sages-femmes n’a rien d’étonnant en raison, à la fois, de l’antériorité de l’école de médecine par rapport aux autres écoles universitaires38, des besoins de l’Algérie en sages-femmes, et aussi parce que la préparation au diplôme de sages-femmes ne nécessitait pas le baccalauréat. En 1910, on apprend, toujours dans les annuaires statistiques de l’Algérie, que 32 jeunes filles s’étaient présentées à l’examen de sages-femmes, et que 27 avaient été reçues.

La progression des autres étudiantes au XXe siècle

  • 39 Information fournie par le n° de 1920 des Feuillets d’El-Djezaïr consacré à L’Enseignement à Alger (...)

62La présence de jeunes filles préparant, entre la fin XIXe et le début XXe siècle, un autre diplôme supérieur que celui de sage-femme, devait être exceptionnelle puisque, pour les autres études, le premier diplôme universitaire était le baccalauréat. Il y en eut toutefois quelques unes, telle Dorothée Chellier qui obtint son diplôme de médecine en 1895 et Mlle Bercher qui fut la première licenciée es Lettres de l’université d’Alger en 190539.

  • 40 Elles représentent 16 % des étudiants en 1920 et 29 % en 1938, selon C. Baudelot, R. Establet, Alle (...)

63À partir de 1915, les renseignements se font moins rares et plus précis. Épisodiquement, les annuaires statistiques de l’Algérie fournissent le nombre d’étudiants par sexe et leur répartition dans les diverses facultés. On apprend ainsi que de 133 en 1915, les étudiantes sont au nombre de 550 en 1938, soit presque quatre fois plus nombreuses. Au lendemain de la guerre de 1914-1918, en 1920, 14 % des étudiants sont des étudiantes ; à la veille de la seconde guerre mondiale, en 1938, les étudiantes représentent 26 % du corps étudiant. La progression est réelle, mais les jeunes filles sont encore très peu nombreuses : ¼ seulement des étudiants sont du sexe féminin. Elles sont même relativement moins nombreuses que les jeunes métropolitaines40.

64Par contre, la répartition des jeunes filles dans les différentes facultés est à peu près semblable à celle qui existe dans les universités métropolitaines. En Algérie, comme en Métropole, les études de Droit étaient peu appréciées des jeunes filles, (6 % d’étudiantes en 1920 et 13 % en 1938). La majorité des étudiantes étaient inscrites en Lettres. La faculté de Lettres est la seule faculté où un équilibre entre les sexes s’établit dès les années 1930. En médecine-pharmacie, le pourcentage d’étudiantes augmenta régulièrement jusqu’à atteindre 34 % du corps étudiant, alors qu’en sciences le taux d’étudiantes resta en dessous de 25 %.

  • 41 R. Fery, Le docteur Renée Antoine - Missionnaire de l’ophtalmologie au Sahara, Saint Estève, Atlant (...)

65L’enseignement supérieur n’échappe donc pas au genre : les lettres pour les filles, les sciences et le droit pour les garçons. Mais ce n’est pas spécifique à l’Algérie. Il faut pour les filles, des études « propres » qui ne choquent pas la sensibilité et la fragilité des femmes. Ainsi, ce ne fut pas sans mal qu’une jeune Algéroise put devenir médecin dans les années 1920. Elle dut combattre les réticences de son père qui « la jugeait trop fragile, craignait pour elle le surmenage, les sorties nocturnes et l’ambiance malsaine du milieu hospitalier et se demandait si la médecine était bien un métier pour femme »41.

Des étudiantes issues des classes aisées

66En Algérie, plus encore qu’en Métropole, les études supérieures étaient réservées à une minorité sociale. Il est vrai qu’une seule université existait en Algérie, que le territoire algérien était vaste, et que de ce fait, les études universitaires représentaient, pour tous les parents ne résidant pas à Alger, un coût financier important. La grandes majorité des étudiants étaient issus de la bourgeoisie riche ou au moins aisée.

  • 42 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis, op. cit. Elle parle ici de l’époque de l’entre-deu (...)

67Ce qui était vrai pour les garçons l’était encore bien davantage pour les filles. Beaucoup de parents étaient réticents à voir leurs filles quitter leur foyer avant le mariage. Et de longues études paraissaient plutôt un handicap qu’un avantage pour l’avenir des filles. « Pour la bourgeoisie de l’époque, les femmes cultivées étaient des bas bleues, celles qui ne plaisaient pas trop aux hommes42 ». Combien d’étudiantes durent abandonner leurs études pour se marier ? Selon l’une d’entre elles :

  • 43 A. Montero, Rio Salado, op. cit. Elle abandonna ses études de droit un an avant l’obtention de la l (...)

Lors de mon mariage, monsieur le curé, qui avait un nom bien français (ceci pour souligner que cette opinion était partagée de tous), crut bon de dire dans son sermon que j’avais agi en fille avisée, préférant un mari à une licence43.

  • 44 Témoignage oral de Georgette S.
  • 45 A. Montero, op. cit.

68Cependant, à en juger par les quelques témoignages recueillis, certaines mères favorisèrent la poursuite des études de leurs filles. C’est grâce à sa mère qu’une fille de colon put devenir professeur de lettres. « Elle tenait, à donner à ses filles une situation, à les rendre autonomes »44. La mère d’Andrée Montero voulait procurer à ses enfants, filles comme garçons, le maximum de chances dans le domaine de l’instruction. « L’instruction les aidera toujours, l’argent s’en va bien plus vite qu’il ne vient45 ».

  • 46 Souvenirs de Lisette Vincent racontés par elle-même, à la fin de sa vie, dans un film qui lui a été (...)
  • 47 R. Fery, op. cit.

69Les pères étaient, semble-t-il, plus réticents. Et cela, à tous les niveaux d’études. En plus des cas déjà cités à propos du prolongement des études primaires post-élémentaires, citons celui du père de Lise Vincent46, véritable tyran familial, qui enferma sa fille sans nourriture dans sa chambre pendant huit jours pour la décourager, en vain du reste, de poursuivre ses études au collège. Le père du docteur Renée Antoine profita de son rappel sous les drapeaux en 1917 pour lui demander d’interrompre ses études de médecine afin de s’occuper de sa mère. Et par la suite, elle ne put reprendre ses cours que grâce à l’intervention d’un professeur qui l’avait remarquée lors d’un stage en ophtalmologie47.

Notes

1 ANOM Algérie, série F 80 174, Lettre du gouverneur de l’Algérie à messieurs les préfets, en date du 14 octobre 1867.

2 Seules les familles ayant quelques ressources étaient amenées à participer aux frais de scolarité de leurs enfants avant l’application des lois de Jules Ferry.

3 ANOM, annuaire statistique de l’Algérie, année 1853.

4 L’Écho d’Oran, 22 octobre 1868.

5 A. Prost, Histoire de l’enseignement en France de 1800 à 1967, Paris, Colin, 1979, p. 94.

6 Pourcentage établi à partir des données chiffrées fournies par l’annuaire statistique de 1873.

7 Annuaire statistique de 1873-1875, Instruction primaire des Européens. En 1870, la population scolaire variait de 6 à 12 % de la population totale.

8 P. Boyer, L’évolution de l’Algérie médiane de 1830 à 1916, Paris, 1960.

9 A. Prost, op. cit., p. 103.

10 J. N. Luc a montré dans son ouvrage La statistique de l’enseignement primaire 19e-20e siècle le manque de fiabilité des statistiques officielles sur l’enseignement primaire qui ont été utilisées par divers historiens dont Antoine Prost. Nous avons cependant choisi de les retenir pour cette étude comparative de l’enseignement entre la Métropole et l’Algérie pour les raisons suivantes :
– les statistiques de l’Algérie sont sans doute aussi relatives que celles de la France métropolitaine ;
– J. N. Luc ne fournit que des estimations d’erreurs fort intéressantes mais difficilement utilisables pour une étude comparative sur plusieurs siècles ;
– il considère que si le nombre d’élèves des deux sexes a été vraisemblablement sous estimé durant la première moitié du XIXe siècle, ce nombre a plutôt été légèrement surestimé en particulier pour les filles jusqu’aux années 1880 par la prise en compte des élèves des institutions de jeunes filles et de certains ouvroirs. La différence au profit de l’Algérie serait donc encore plus marquée d’autant que les élèves des ouvroirs ne sont pas comptabilisés puisqu’indigènes.

11 Ce n’est qu’en 1892 que la législation française fixe à 13 ans l’âge du travail des enfants.

12 Ch. Desprez, L’hiver à Alger, op. cit., le terme « Algérien » est à l’époque réservé aux Européens d’Algérie par rapport aux « indigènes ».

13 Annuaire statistique de 1843-1844, L’instruction publique.

14 ANOM Algérie, série F 80 1564, Écoles privées.

15 Annuaire statistique, année 1843-1844.

16 Bulletin de la Société de géographie d’Alger, année 1899. V. Demontès, La colonie espagnole, p. 559.

17 Pourcentages établis à partir des données chiffrées relevées dans l’annuaire de 1853.

18 ANOM Algérie, série S 2 S 1, Rapports trimestriels du recteur d’Alger au Gouvernement général (1860-1870).

19 Voir 3e partie, chapitre 12. En 1853, sur les 7 757 petites filles inscrites dans un établissement public, 84 % l’étaient dans une école communale congréganiste. Ce n’était le cas que de 18 % des garçons.

20 H. Roussel, « L’éducation des filles de colons européens et des arabes », L’Akhbar, 5 juin 1864, n° 3855.

21 Renseignements relevés dans les annuaires statistiques correspondant aux années citées.

22 À cette date, on pouvait dénombrer 32 établissements secondaires pour garçons répartis dans les principales villes d’Algérie dont, il est vrai, 16 établissements libres.

23 Voir p. 146 de l’annuaire statistique de l’Algérie, 1937-1938. L’école secondaire de La Ligue de l’enseignement était devenue lycée de filles d’Alger en 1913.

24 Les pourcentages ont été calculés à partir des données numériques fournies par les annuaires statistiques. Ils ont été établis par rapport au nombre total d’élèves inscrits dans des établissements publics et privés, à l’exception toutefois de l’année 1931 où seuls les élèves du public ont été pris en compte par les statistiques. En 1938, les statistiques n’ont pas permis de distinguer les élèves européens des autres élèves inscrits, dont un certain nombre de musulmans de sexe masculin, d’où une baisse relative du % de filles.

25 Pour 63 876 garçons européens inscrits en primaire, 11 222 fréquentent un établissement secondaire. Pour les filles, le nombre est de 65 206 en primaire pour 4 161 dans un établissement secondaire. Chiffres relevés dans l’annuaire statistique de l’Algérie de l’année 1938.

26 ANOM Algérie, 2 S 4, Rapports et études d’instruction publique (1907-1942).

27 Feuillets d’El Djezaïr, 1920, op. cit. En Métropole la pionnière fut Julie Daubié en 1861.

28 Guide Joanne, Itinéraire de l’Algérie et de la Tunisie, Paris, Hachette, 1885.

29 Elle était située à Constantine. L’école primaire supérieure de Bône créée en 1880 avait été transformée en cours secondaire en 1889.

30 Pourcentages établis à partir des données chiffrées fournies par les annuaires de l’Algérie des années 1929 et 1934.

31 Ces renseignements chiffrés ainsi que les suivants proviennent de la brochure sur L’instruction publique en Algérie éditée par le GGA à l’occasion du centenaire de l’Algérie et d’un article sur « L’enseignement primaire des Européens » paru dans le n° 26 de l’hebdomadaire Algéria, d’avril 1935.

32 Marie A., source orale. Selon elle, beaucoup de familles espagnoles modestes faisaient de même, Et c’était aussi fréquent parmi certains Français d’origine espagnole.

33 Suzette S., source orale.

34 Les Pieds-Noirs, ouvrage collectif, préfacé par M. Cardinal, Paris, Belfond, 1988, p. 26.

35 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

36 « Il me suffira que vous soyez des femmes sérieuses, bonnes maîtresses de maison et instruites dans les arts d’agrément dont vous prendrez des leçons plus tard » Il s’agit de la mère de S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudi ou l’Algérie d’enfance, op. cit.

37 Georgette S., source orale.

38 Rappelons que l’école de médecine fut la première école supérieure ouverte à Alger en 1859, qu’elle fut immédiatement autorisée à délivrer des diplômes de médecine et de sages femmes. Il faut attendre la loi du 20 décembre 1879 pour que les écoles d’enseignement supérieur de droit, de lettres et de sciences soient créées à leur tour. La transformation de ces quatre écoles en facultés aboutit à la création de l’université d’Alger en janvier 1901.

39 Information fournie par le n° de 1920 des Feuillets d’El-Djezaïr consacré à L’Enseignement à Alger depuis la conquête, Comité du Vieil Alger, op. cit.

40 Elles représentent 16 % des étudiants en 1920 et 29 % en 1938, selon C. Baudelot, R. Establet, Allez les filles !, Paris, Seuil, 1992, p. 12.

41 R. Fery, Le docteur Renée Antoine - Missionnaire de l’ophtalmologie au Sahara, Saint Estève, Atlanthrope, 1989, p. 35.

42 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis, op. cit. Elle parle ici de l’époque de l’entre-deux-guerres.

43 A. Montero, Rio Salado, op. cit. Elle abandonna ses études de droit un an avant l’obtention de la licence.

44 Témoignage oral de Georgette S.

45 A. Montero, op. cit.

46 Souvenirs de Lisette Vincent racontés par elle-même, à la fin de sa vie, dans un film qui lui a été consacré par Jean-Pierre Lledo.

47 R. Fery, op. cit.

Table des illustrations

Titre Pourcentages de filles scolarisées par rapport à l’ensemble des enfants inscrits en primaire élémentaire en Métropole à partir des chiffres fournies dans l’ouvrage d’Antoine Prost, cité en note
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7082/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Pourcentage de filles européennes scolarisées en primaire élémentaire par rapport à l’ensemble des élèves européens inscrits dans ces classes en Algérie
Légende Pourcentages établis à partir des données chiffrées relevées dans les annuaires correspondant aux dates. En caractère gras les pourcentages supérieurs à ceux de la Métropole aux mêmes dates
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7082/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Pourcentages de fillettes inscrites en salles d’asile et maternelles par rapport à l’ensemble des élèves européens fréquentant ces classes
Légende Pourcentages établis à partir des données chiffrées relevées dans les annuaires des années citées
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7082/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Pourcentage de jeunes filles européennes inscrites dans un établissement secondaire par rapport au nombre total d’élèves européens du secondaire24
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7082/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540