Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Éducation et contestation

Éducation et contestation

Texte intégral

1Réunir éducation et contestation peut paraître à la fois évident et paradoxal. L’éducation doit, en effet, permettre de mieux comprendre le monde et peut, de ce fait, fournir des armes contre les préjugés. En ce sens, elle est libératrice. Mais l’éducation est aussi un outil, plus ou moins voulu et efficace, de conditionnement à certaines valeurs sociales, politiques ou religieuses. Dans le cas des filles, ce conditionnement fut, pendant longtemps, particulièrement délibéré. L’éducation des filles n’avait-elle pas comme principal objectif d’apprendre aux filles la soumission à l’ordre familial et à la morale de l’Église, de façon à empêcher toute velléité de contestation ? Les filles étaient élevées pour le foyer et la vie conjugale. Il s’agissait de les former aux tâches domestiques et de les maintenir dans le domaine privé auquel elles appartenaient, soi-disant, par nature.

2Le siècle des Lumières et la Révolution française ne remettent pas en cause le modèle traditionnel de l’éducation féminine. L’État ne commence à s’intéresser à l’enseignement primaire des filles qu’à partir du milieu du XIXe siècle avec les lois Falloux de 1850 et Duruy de 1867 avant que Jules Ferry ne rende l’instruction des filles comme des garçons obligatoire.

3Les lois scolaires s’appliquèrent aux trois départements algériens comme à tous les départements français. Mais scolariser et éduquer la population européenne d’Algérie présentait des problèmes spécifiques. La population était d’origine ethnique diverse ce qui signifiait des langues mais aussi des mentalités différentes. Tout était à construire en Algérie et pas seulement les écoles. Aussi peut-on à juste titre se demander si la scolarisation des jeunes Européennes d’Algérie fut identique à celles des garçons et à celle des filles de Métropole. D’autant que la conception méditerranéenne du rôle social des femmes pouvait être source de tension entre l’instruction dispensée par l’État et l’éducation familiale.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 370k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540