Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des femmes actives

Les enseignantes laïques

Texte intégral

1Les enseignantes laïques ont été essentiellement des institutrices. Mais il faut distinguer les enseignantes laïques du privé et celles du public, celles qui enseignaient dans des établissements ouverts à tous les enfants et celles qui enseignaient dans des écoles spéciales « indigènes ». Ces diverses catégories d’institutrices se côtoyèrent dans des rapports numériques divers pendant toute la période de l’Algérie coloniale.

Les premières institutrices de 1830 au début des années 1850

Les premières écoles privées laïques

2On est surpris par le grand nombre de femmes qui ouvrirent une école de filles en Algérie, spécialement à Alger, dès les premières années de la colonisation. Et les laïques précédèrent les religieuses.

  • 1 Un arrêté en date du 9 septembre 1846 plaça chaque établissement d’instruction primaire sous la su (...)
  • 2 Les établissements destinés aux jeunes musulmans continuent à dépendre du ministère de la guerre j (...)

3Comme aucune mesure d’ensemble n’avait été prise pour l’organisation de l’instruction publique en Algérie, c’est par des décisions ponctuelles, au fur et à mesure des besoins, que cette organisation se forma en s’inspirant autant que possible de l’enseignement métropolitain1. Mais la date décisive dans l’histoire de l’organisation de l’enseignement en Algérie est 1848. À cette date, le service de l’Instruction publique passe sous l’autorité du ministère de l’Instruction publique et l’académie d’Alger est créée. C’est le Recteur de cette Académie qui est désormais à la tête de l’éducation en Algérie2. Autant dire qu’avant 1846-1848, l’ouverture des premières écoles se fit, sans guère de surveillance, à l’initiative de personnes fort diverses : notables, agents de l’administration, responsables de l’Église comme Monseigneur Dupuch, ou de simples individus de sexe masculin ou féminin.

  • 3 Feuillets d’El Djezaïr, Souvenirs divers, par M. Klein, secrétaire général du Comité du vieil Alge (...)

4Dès 1832 trois écoles privées s’ouvrirent à Alger : une pour les garçons européens, une pour les garçons juifs, et une pour les fillettes européennes. L’année suivante vit à la fois la création de la première école mutuelle pour garçons et d’« une école de jeunes filles où s’enseignait entre autres choses la belle écriture »3.

5Par la suite, de nombreuses femmes créèrent des écoles. Un état de l’enseignement à Alger, publié en 1836, mentionne, en plus de l’école des Sœurs de Saint-Joseph, six établissements privés pour filles dont un pour les jeunes filles juives. À l’exception de l’école des sœurs qui recevait 166 élèves en 1838, ces écoles de filles réunissaient peu d’élèves, une quarantaine au maximum, mais certaines, même pas dix. Dans un local leur appartenant en général, des femmes de bonne volonté ou attirées par l’espoir d’un pécule donnaient des cours à quelques fillettes réunies dans une pièce.

  • 4 Ces noms sont fournis par Monsieur Béquet, op. cit.

6La plupart de ces premières institutrices laïques semblent avoir rapidement abandonné l’enseignement. En effet, en 1848, toujours à Alger, si les institutions privées laïques pour filles sont encore plus nombreuses qu’en 1836, on ne retrouve à la tête de ces établissements aucune des femmes qui avaient ouvert les premières écoles algéroises4. Des raisons budgétaires semblent être à l’origine de la fermeture de beaucoup de ces premiers cours privés.

Difficultés financières des premières institutrices

7Les maitresses des écoles privées comme celles des écoles publiques qui furent peu à peu ouvertes gagnaient difficilement leur vie. Du fait de leur pauvreté, peu de familles des premiers migrants étaient capables de verser à l’institutrice une rétribution suffisante. Aussi, pour pouvoir survivre, les institutrices des écoles privées devaient-elles tenter d’obtenir des subventions du gouvernement ou bien elles choisissaient de ne recevoir que les fillettes dont les parents pouvaient payer une rétribution jugée par elles convenables.

  • 5 ANOM Algérie, F 80 1565, Écoles, Alger.

8Ce dernier comportement est critiqué par l’inspection de l’instruction publique dont l’objectif était la scolarisation du plus grand nombre d’enfants européens. À Médéa, « les demoiselles Leclère et Germa, qui tiennent les deux écoles privées de la ville en 1846, ne reçoivent que les filles capables de payer 5 ou 6 F par mois. Il résulte que les pauvres ne sont pas instruites »5. À Arzew, la maison d’éducation pour filles est également dénoncée pour ses tarifs discriminatoires.

  • 6 ANOM Algérie, F 80 1566, Écoles, Oran.

Elle ne reçoit que les jeunes demoiselles dont les parents s’engagent à payer 10 F par mois. Aussi n’en a-t-elle que cinq. Je crois qu’elle n’a nullement l’intention de recevoir les enfants indigents. Or il y a dans la commune au moins quarante petites filles en âge de fréquenter l’école6.

9Aussi le gouvernement est-il amené à verser des subventions à nombre de ces premières écoles privées pour permettre leur maintien ou à les transformer en écoles communales. Une école des faubourgs d’Oran est transformée en avril 1847 en école communale à la suite d’un courrier de l’institutrice au lieutenant général de la province annonçant qu’elle ne pourra continuer son travail car,

  • 7 Ibid.

elle reçoit 120 élèves dont 40 en dessous de l’âge de 7 ans et la subvention de 300 F qui vient de lui être allouée ainsi que la somme de 20 à 25 F par mois qu’elle reçoit des quelques élèves, appartenant à des familles un peu aisées, sont insuffisantes pour pouvoir rester dans cette localité comme institutrice privée7.

  • 8 ANOM Algérie, F 80 1564, Écoles privées. La subvention de 600 F correspond précisément au traiteme (...)

10Parfois les autorités locales décident spontanément la transformation de l’école privée en école publique quand elles s’aperçoivent que la subvention accordée correspond au traitement d’une institutrice. C’est le cas pour l’école de Douera en août 1847 car « trente enfants sont admis gratuitement dans l’école privée pour jeunes filles et que, de ce fait, c’est plutôt une école publique que privée, car cette école ne saurait subsister sans la subvention de 600 F allouée à l’institutrice »8.

  • 9 ANOM Algérie, F 80 1565.

11Les maîtresses du public n’étaient pourtant pas non plus à l’abri des fins de mois difficiles. Le traitement qui leur était alloué était de 200 F inférieur à celui de leurs collègues masculins. En réalité, la différence de revenu était plus grande. En effet, avant la législation de Jules Ferry, les maîtres recevaient 800 F de la commune et une contribution variable payée par les familles aisées. Quand le revenu annuel des instituteurs, contribution des élèves comprise, n’atteignait pas 1 500 F, une subvention compensatrice était ajoutée au traitement, ce qui fait que le revenu des maîtres des écoles communales était de 1 500 F minimum mais il pouvait être supérieur. Pour les institutrices, rien de tel n’avait été prévu jusqu’en 1847. Cette inégalité est dénoncée par le chef de bureau de l’Instruction publique9. Il recommande de porter le salaire des enseignantes de 600 à 800 F, ce qui ne sera pas accepté, et de leur accorder, si la rétribution mensuelle des élèves aisées est insuffisante, une indemnité complémentaire portant leur revenu à 1 200 F Cette dernière demande est retenue. Leur revenu garanti est néanmoins de 300 F inférieur à celui de leurs collègues masculins. L’administration justifie cette différence par les habitudes de vie des femmes : « la femme est généralement plus sobre et plus économe que l’homme et elle a plus de moyens de pourvoir elle-même à son entretien et de diminuer ses dépenses » peut-on lire sous la plume du directeur de cabinet du ministre chargé de répondre au chef de bureau de l’Instruction publique.

Caractères de ces premières institutrices laïques

  • 10 ANOM Algérie, série F 80 1564, Écoles privées, F 80 1565, Écoles, Alger, F 80 1566, Écoles, Oran e (...)
  • 11 À la fin des années 1840, les institutrices laïques qui avaient pu se maintenir dans l’enseignemen (...)

12Les fiches de renseignements succincts, qui accompagnaient toute demande de subvention faite par des institutrices privées, et les rapports d’inspection permettent d’avoir quelques informations sur 19 institutrices en fonction entre 1846 et 184810. Ce qui parait correspondre au nombre d’enseignantes laïques de l’Algérie de l’époque11.

  • 12 La loi Guizot fut applicable aux filles avec retard, simplement en 1836, mais il n’y avait pas obl (...)

13L’état civil de ces femmes est en général fourni. Neuf sont mariées, deux sont veuves et huit sont célibataires. Les femmes dont l’âge est noté ont de trente à quarante ans. L’origine sociale de ces premières institutrices n’est pas donnée, si bien que nous ne pouvons faire que des hypothèses à ce sujet. À cette époque, même en Métropole, peu de femmes recevaient un minimum d’instruction12. C’était un privilège réservé à des femmes d’un milieu relativement aisé. Mais la profession d’enseignante avait plutôt une image négative. Ce sont donc souvent des revers de fortune qui poussaient des femmes ayant quelque instruction, appartenant soit à la noblesse désargentée soit à la bourgeoisie, à devenir institutrices.

  • 13 Feullets d’El Djezaïr, Souvenirs divers par H. Klein, op. cit.

14Il est possible que certaines femmes obligées de travailler pour vivre aient préféré le faire loin de leur famille et relations. Ce fut, peut-être, la réaction de certaines veuves ou de célibataires sans ressources. Des femmes devenues veuves en Algérie, pour peu qu’elles aient un minimum de connaissances, cherchèrent aussi à gagner leur vie en enseignant. La veuve d’un juge de paix de Mostaganem obtint l’autorisation d’ouvrir une école privée13.

  • 14 ANOM Algérie, F 80 1564, Écoles privées.

15Parmi ces premières enseignantes, on trouvait quelques femmes que la profession de leur mari semblait mettre à l’abri du besoin telle l’épouse du receveur des douanes d’Arzew, fille d’un chef d’escadron de l’État major14.

  • 15 Ces dossiers d’inspection se trouvent dans la série F 80 1853. La synthèse des renseignements four (...)
  • 16 Le programme comprenait l’instruction morale et religieuse, la lecture, l’écriture, la grammaire e (...)
  • 17 L’une avait déjà enseigné dans le Jura et l’autre avait obtenu un brevet de capacité de l’académie (...)

16Très peu de ces femmes sont diplômées. Dans les dix dossiers de rapport d’inspection15, l’instruction est le plus souvent jugée « élémentaire » ce qui signifie peut-être simplement que les enseignantes avaient la capacité d’enseigner dans les classes primaires dites élémentaires, niveau reconnu par un brevet de capacité élémentaire qui fut organisé pour la première fois en France le 28 juin 183616. Une commission d’examen équivalente fut établie à Alger, en 1846, pour délivrer sur place les brevets de capacité de l’enseignement primaire. On ne sait si les exigences étaient les même qu’en Métropole. Toujours est-il que la plupart de ces premières institutrices n’avaient pas ce brevet en arrivant en Algérie. Deux seulement étaient déjà institutrices brevetées17, cinq furent brevetées devant la commission d’Alger. Les autres enseignaient sans brevet.

  • 18 ANOM, F 80 1564, Écoles privées.
  • 19 ANOM, F 80 1566, Écoles, Oran, colonie agricole de Saint-Louis.

17La bonne éducation, appréciée au vu de la tenue et du milieu familial, pouvait faire office de passeport pour l’enseignement. Bien que n’ayant pas le brevet, la fille d’un officier, obtint ainsi « une dérogation à titre exceptionnel en raison de ses aptitudes particulières et des services (militaires) rendus par le père »18. Une jeune fille est chaudement recommandée par le capitaine directeur de la colonie de Saint Louis, où elle vit avec ses parents, en raison de « son caractère doux et patient qui la rend apte à l’emploi d’institutrice »19. Sa famille est, en outre, qualifiée de « bonne ».

18Un certificat de moralité signé par le maire ou les autorités militaires accompagnait tout acte de candidature. Et dans les rapports d’inspection, si les progrès des élèves sont appréciés, l’évaluation des enseignantes paraît dépendre davantage de leurs qualités morales et humaines que de leur niveau d’instruction. Le caractère de l’institutrice est pris en compte, la qualité des rapports humains qu’elle entretient avec ses supérieurs et inférieurs et sa tenue.

  • 20 ANOM Algérie, Oran, série continue, série S, enseignement primaire, 1 S 35.

19Toutefois, le manque d’enseignantes incitait à faire parfois preuve d’arrangements même avec la morale. En janvier 1850, le recteur d’Alger signale qu’une Française s’est établie à Oran comme institutrice privée, sans le brevet de capacité exigé par le règlement, qu’elle ne s’est pas présentée devant la commission des examens et qu’elle souhaite une prorogation. L’enquête demandée par le recteur fait savoir que cette personne est une ancienne actrice et souffleuses du Théâtre d’Oran et qu’elle a donné lieu à de nombreuses plaintes de pères en raison des femmes et filles qu’elle recevait chez elle. Or, le préfet, tout en reconnaissant que sa moralité est « équivoque » se contente de demander son déplacement dans une commune de la banlieue et de l’autoriser à représenter le brevet de capacité « car ces communes dénuées de moyens d’instruction présentent trop peu d’avantages pour qu’il y ait chance de voir des établissements privés s’y établir »20.

  • 21 Les conclusions des rapports d’inspection portaient, cependant, toujours sur le niveau des élèves (...)

20À partir de 1848, avec la mise en place d’un début d’organisation de l’enseignement en Algérie, les autorités scolaires deviennent peu à peu plus soucieuses des capacités pédagogiques des enseignantes21. Mais durant les premières années de la colonisation l’enseignement féminin n’échappe, pas plus que les autres domaines, aux improvisations, aux projets plus ou moins fumeux, aux aventurières intéressées comme aux femmes cherchant simplement à vivre grâce à l’exploitation de leurs quelques compétences. Dans laquelle de ces catégories faut-il placer madame Allix-Luce ?

Le cas de Madame Allix-Luce

21Madame Allix se distingua des autres institutrices en créant une école non pour les jeunes Européennes mais pour les jeunes musulmanes.

  • 22 Selon les recherches menaient actuellement par Rebecca Rogers.
  • 23 Y. Turin, Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale, 1830-1880, Paris, Maspero, 1971, p. 53

22Née en 1804, Madame Allix arriva en Algérie en 1832, fuyant semble-t-il son mari22. Elle y rencontra monsieur Luce, maître de musique du 35e régiment d’Afrique qu’elle épousa en 1846 après la mort de monsieur Allix. Elle avait commencé par ouvrir une école pour jeunes filles européennes quand elle y renonça pour s’intéresser à l’éducation des jeunes musulmanes23. Bien introduite dans la société européenne, elle parvint à être recommandée par Monseigneur Dupuch et jouissait de la faveur de l’inspecteur Lepescheux, et même, au début, de celle du comte Guyot, directeur algérien de l’Intérieur. Elle ne manquait pas d’arguments pour obtenir des appuis en faveur de son projet d’école de filles musulmanes et connaissait les termes à utiliser pour se faire entendre :

  • 24 ANOM Algérie, série F 80 1732, École de Madame Allix, brochure à l’intention des membres du consei (...)

dans les conditions actuelles de la société arabe, la famille est tout, et le seuil de la famille est resté jusqu’ici infranchissable […] Les jeunes filles musulmanes « régénérées par l’éducation » deviendront les intermédiaires de la civilisation qui les a conquises et les mères d’une génération nouvelle qui nous appartiendra par le cœur et l’esprit24.

  • 25 C’est l’école maure-française organisée sur le modèle de l’école juive-française créée pour les ga (...)

23Il fallait de l’audace pour oser proposer à Alger un enseignement dirigé vers les jeunes filles musulmanes alors qu’en France, à la même époque, l’instruction des jeunes Françaises divisait encore la population. La femme indigène présentait, il est vrai, aux yeux des autorités, un intérêt particulier : elle apparaissait comme un relais important de civilisation. Or l’atmosphère était profondément « civilisatrice ». On rêvait de rapprocher les cultures, et, surtout, de convertir les indigènes à la civilisation française. Après avoir créé en 1833, sans guère de succès, trois écoles d’enseignement mutuel pour garçons, devant mêler Européens, musulmans et juifs, une école spéciale pour les jeunes musulmans avait été ouverte à Alger en 183625. C’est également en 1836 qu’une école pour les jeunes filles juives vit le jour.

  • 26 ANOM Algérie, F 80 1732, École de Madame Allix.

24Il est possible que ces exemples aient donné à Madame Allix l’idée de créer une école pour les jeunes filles musulmanes. D’autant que toutes ces écoles « spéciales » étaient subventionnées. Madame Allix ouvrit, toutefois, son école à l’aide de ses seules ressources personnelles26. Le comte Guyot, avait, en effet, autorisé le 10 juillet 1845, Madame Allix à créer cette école « à ses risques et périls ».

25Madame Allix embaucha deux sous-maîtresses indigènes, l’une pour l’enseignement de l’arabe et du Coran et l’autre pour les ouvrages de couture et broderie, ainsi qu’une « négresse » pour faire la cuisine. Son objectif était de donner à des fillettes musulmanes des notions d’écriture, de lecture et de calcul, et de leur apprendre les principaux travaux d’aiguilles. Pour attirer des élèves, elle promit deux francs par mois aux familles qui enverraient leurs petites filles à son école. En décembre 1845, elle avait 13 élèves, en janvier entre 18 à 46. Les chiffres fluctuent considérablement d’une lettre de demande de subvention à une autre. Très vite, en effet, l’argent manque. Mme Allix multiplie les appels, écrivant au gouverneur de l’Algérie, au conseil supérieur de l’administration, au ministre de la guerre et même à la reine.

26Appuyée par les autorités scolaires, elle finit par obtenir des aides. Le 25 avril 1846, le recteur de l’académie fait un rapport des plus élogieux au ministre de la guerre.

  • 27 ANOM Algérie, F 80 1566, État sur la situation des écoles en 1847 en Algérie.

L’école compte 137 élèves dont une centaine présentes. On leur enseigne à lire, écrire, calculer et à coudre. Les plus avancées écrivent passablement sous la dictée de Madame Luce. Le budget de l’école s’élève à 15 200 F, dont 1 500 F de traitement pour la directrice, et 1 200 F d’indemnité pour la même, à raison de 1 F par élève. Les traitements des sous-maîtresses sont de 800 F chacune et 600 F pour les deux négresses chargées du service de cuisine, 1 200 F pour les secours en vêtements et 8 300 F pour la nourriture. [Et il conclut] Nulle dépense ne saurait être plus profitable27.

  • 28 ANOM Algérie, F 80 1732, Écoles de Madame Allix.

27Si on ne peut se prononcer sur les résultats scolaires réels obtenus par Madame Allix, il est certain qu’au vu de la part du budget consacrée à des secours en argent, vêtements et nourriture donnés aux élèves, l’école de Madame Allix paraît s’apparenter davantage, comme l’avait pressenti le comte Guyot, à un établissement de bienfaisance qu’à une école. Dans un de ses nombreux courriers sur la situation financière de son école, Madame Allix avait d’ailleurs reconnu en décembre 1845 à propos de ses élèves, « qu’à l’exception de deux, dont les familles étaient aisées, les autres lui avaient été amenées déguenillées dans un état de saleté et de misère à repousser le contact le moins délicat. Plusieurs étaient orphelines »28.

  • 29 Y. Turin, Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale, op. cit., p. 268.

28La quasi-totalité des fillettes qui fréquentèrent l’école de Madame Allix appartenaient, semble-t-il, à des milieux particulièrement misérables et étaient davantage attirées par l’aide qu’elles pouvaient recevoir que par le souci d’obtenir une éducation. De riches, comme le dit Yvonne Turin29, il n’y en avait pas l’ombre et l’expérience était, à l’évidence, prématurée. Dès 1863, un jugement sévère est porté sur cette école.

  • 30 Ch. Desprez, Les ouvroirs musulmans, Alger, 1863, brochure publiée par le Courrier de l’Algérie.

Très vite les musulmans n’en voulurent plus – il nous faut, disaient-ils, des femmes et non des cadis pour épouses. Nos colons ne leur firent pas meilleur accueil, tant elles étaient loin encore de posséder les qualités par eux requises de compagnes ou de ménagères. Les pauvres jeunes filles furent alors dans une situation pire que celle dans laquelle madame Luce les avait prises30.

  • 31 Celle d’Alger recevait 70 à 80 élèves, celle de Bône, 34.
  • 32 ANOM Algérie, F 80 1566, État sur la situation des écoles en 1847.

29Madame Allix était-elle pour autant « la femme habile et sans scrupule » décrite par Yvonne Turin. Habile elle le fut, et acharnée à défendre son œuvre. Mais il n’est pas sûr qu’elle ait été uniquement soucieuse de profit et de notoriété. Dans les deux écoles pour garçons musulmans qui existaient à la même époque31, les élèves étaient également, en quelque sorte, payés pour venir étudier puisqu’ils recevaient chacun un à deux francs suivant l’âge. Or les deux maîtres de ces écoles, dont les traitements étaient de 2 000 F chacun, n’ont pas été considérés comme des ambitieux intéressés. Et pourtant le recteur de l’académie d’Alger dans son rapport sur les écoles musulmanes en 1847 note que si « ces instituteurs sont compétents, ils font preuve de moins de zèle que Madame Luce »32.

30Madame Allix-Luce n’était sans doute pas désintéressée, mais elle semble avoir profondément cru en sa mission civilisatrice. Comment expliquer autrement l’acharnement qu’elle mit à créer son école sur ses fonds personnels, et à la défendre par la suite, même quand elle fut peu à peu transformée en simple ouvroir, et quand elle devint, en 1870, une institution privée continuée par sa petite fille Madame Luce Ben Aben. Son expérience, comme celle des écoles maures pour garçons, eut au moins le mérite de montrer que les musulmans étaient encore loin d’accepter un enseignement plus ou moins calqué sur celui des Européens, surtout quand il s’agissait d’offrir cet enseignement à leurs filles.

Un nombre croissant d’enseignantes et de types d’écoles

Des institutrices de plus en plus nombreuses

  • 33 Antérieurement à cette date, les statistiques donnent le nombre d’élèves fréquentant les écoles pu (...)
  • 34 A. Helie-Lucas, « Les institutrices européennes laïques en Algérie (1874-1949) », mémoire de DEA, (...)
  • 35 ANOM Algérie, Oran série continue, 1 S 31, Personnel 1846-1886. Dans l’Oranais toutes les directri (...)

31Il est pratiquement impossible de connaître le nombre précis d’institutrices laïques avant les années 189033. Les chiffres fournis par les archives avant cette date doivent, en effet, être interprétés avec prudence. En 1875, d’après l’étude d’une historienne34, 105 des 162 écoles spéciales de filles étaient tenues par des religieuses. Si cette information indique l’importance de la primauté des établissements religieux sur les établissements laïques pour filles, on ne peut pas pour autant en déduire qu’il y avait 105 religieuses pour 57 laïques. Les religieuses, contrairement aux institutrices laïques, étaient souvent deux ou même trois par école. Mais, à contrario, on pouvait trouver des laïques travaillant dans des écoles congréganistes. En effet, sans doute pour tenter de contrer les premières mesures de laïcisation prises au cours des années 1870, des écoles congréganistes se dotèrent de directrices laïques35.

  • 36 ANOM Algérie, 1 S 31 Oran, Rapport sur l’état de l’instruction primaire en Algérie au ministre par (...)

32Le seul dénombrement précis des institutrices laïques et religieuses antérieur à l’application des lois de Jules Ferry concerne le Constantinois36. Pour l’année 1878-1879, sur les 190 enseignantes, qui tenaient dans le Constantinois des écoles primaires ou des salles d’asile publiques, 81 étaient des institutrices laïques. Même si les religieuses étaient encore majoritaires à cette date, la sécularisation était déjà bien avancée.

  • 37 Ces renseignements ont été tirés de données chiffrées relevées dans divers annuaires statistiques (...)

33Par la suite, la laïcisation du personnel enseignant progresse très vite. En 1896, les laïques représentent 68 % du personnel européen féminin des écoles primaires et maternelles de l’ensemble de l’Algérie. En 1900, 70 % des enseignantes sont des laïques, 87 % en 1910 et en 1938, quasiment toutes les écoles primaires et maternelles publiques et privées, européennes et indigènes, tenues par des femmes, sont entre les mains d’institutrices laïques37. En quelques décennies, le contrôle de l’éducation primaire des filles est passé des mains de l’Église dans celles de l’État.

  • 38 ANOM, Annuaire statistique de l’Algérie, 1938.
  • 39 F. Battagliola, « En France à la veille de la seconde guerre mondiale les femmes représentent 66 % (...)

34En même temps que le corps enseignant du primaire se laïcise, il se féminise. Le premier décompte précis, par sexe, du personnel enseignant laïc est celui de 1896. À cette date, toutes catégories confondues, les femmes sont déjà plus nombreuses que les hommes. Pour 1095 institutrices, adjointes, monitrices, on ne trouve que 910 instituteurs, adjoints et moniteurs, soit un rapport de 55 % de femmes pour 45 % d’hommes. En 1938, les femmes représentent 67 % des personnels enseignants laïcs des écoles primaires publiques et privées, européennes et indigènes38. Le corps enseignant du primaire est légèrement plus féminisé qu’en Métropole39.

35Le recrutement vint, d’abord, essentiellement de Métropole, comme pour les hommes, mais dès la fin du XIXe siècle, de nombreuses jeunes Françaises d’Algérie commencèrent à rentrer dans l’enseignement si bien que l’Algérie couvrit rapidement ses besoins en institutrices.

  • 40 Annuaires statistiques de l’Algérie des années 1878-1879, 1889-1890, 1909-1910, 1920-1921, 1937-19 (...)
  • 41 A. Prost, L’enseignement en France (1800-1967), op. cit., p. 379. Ce n’est qu’au delà de 1895 que, (...)

36À partir de 1888-1889, les écoles normales féminines ont plus d’élèves que leurs équivalentes masculines40. L’Algérie précède légèrement la Métropole41 en ce domaine. L’administration française d’Algérie reconnaît d’ailleurs que :

  • 42 Algeria, avril 1935, n° 26, Article sur l’enseignement primaire des Européens. « En 1889, sur 28 é (...)

Le recrutement a toujours été facile pour les écoles normales d’institutrices, alors que pendant longtemps les candidats algériens n’ont pas suffi pour les écoles normales d’instituteurs […] Cette situation ne s’est modifiée qu’avec le développement de l’enseignement primaire supérieur.42

  • 43 ANOM Algérie, série S Alger 9 S 1, Correspondance 1909-1914, Candidature de métropolitaines.

37Dans les années précédant la première guerre mondiale, on a l’impression d’une certaine saturation des besoins en institutrice de l’Algérie. Toutes les demandes de candidature à un poste d’institutrices émanant de femmes de Métropole sont repoussées43. Les motifs de refus font ressortir que l’Algérie a un recrutement local de qualité largement suffisant. Et ceci, quel que soit le département. « L’inspecteur d’académie d’Oran sera dans l’impossibilité de faire appel, avant longtemps, aux postulantes de France. » est-il répondu à une candidature en direction du département d’Oran en mai 1910. « Je dispose d’un nombre considérable de postulantes munies d’un brevet supérieur et du certificat d’aptitude pédagogique » écrit l’inspecteur d’académie de Constantine. « Quant au département d’Alger, il est difficile de s’y faire nommer, même quand on est déjà en poste dans un autre département algérien ». En l’espace de cinquante ans, on est passé d’une situation d’insuffisance à une situation de pléthore d’institutrices laïques. Et cela, alors que les établissements scolaires se multipliaient.

38Mais avant d’aller plus loin dans la connaissance des institutrices laïques d’Algérie et de leur rôle, il semble nécessaire d’évoquer rapidement l’organisation scolaire dans laquelle s’inscrivait leur activité.

Grand traits de l’organisation scolaire d’Algérie

39Deux types d’établissements furent peu à peu créés en Algérie : d’une part des établissements français et d’autre part des écoles spéciales indigènes.

40Il y eut bien aussi une tentative de création d’établissements offrant aux Européens et musulmans un enseignement mêlant les deux cultures. Ce furent les écoles maures-françaises, évoquées précédemment, ouvertes dès les premières années de la colonisation d’abord à titre expérimentale puis officiellement instituées par le décret du 6 août 1850, sous l’appellation d’écoles arabes-françaises. Ces écoles ne recueillirent guère de succès auprès des musulmans, elles furent boycottées par la majorité des Européens et disparurent dès la fin des années 1870 ou se transformèrent, pour les filles, en ouvroirs.

  • 44 « En 1900, 9 066 garçons arabes ou berbères et 715 filles fréquentaient une classe primaire. En 19 (...)

41Les établissements français s’imposèrent rapidement. L’organisation de l’enseignement français du primaire au supérieur, avaient été calquée sur le modèle métropolitain : règlements, formation des enseignants, méthodes d’enseignement, cursus scolaire, examens, programmes quasi identiques, et enseignement donné par des Français en français. Ils avaient pour but d’éduquer mais aussi d’assimiler. Dès le début, tous ces établissements furent ouverts à tous : Français, étrangers européens, juifs et musulmans. Mais il fallut longtemps pour vaincre la méfiance et l’hostilité des musulmans qui voyaient, dans ces écoles « une sorte de piège pour leur enlever leur culture et leur religion ». Et quand il s’agissait des filles, à la méfiance s’ajoutait l’incompréhension. Pourquoi apprendre à lire et écrire à des filles dont la destinée était de rester à la maison au service des enfants et des hommes ? Ce ne fut qu’après la seconde guerre mondiale que les musulmans envoyèrent massivement leurs enfants à l’école primaire44.

  • 45 Dans ces écoles, le français continuait à avoir une place prépondérante, et les connaissances à ac (...)

42Mais les musulmans pouvaient aussi choisir d’envoyer leurs enfants dans des écoles spéciales indigènes45. Ces écoles furent créées pour étendre aux enfants indigènes l’instruction primaire rendue obligatoire par le décret de 1883 aux enfants européens, Le décret de 1892, qui organise méthodiquement cet enseignement des musulmans, rappelle toutefois que « les enfants musulmans sont admis au même titre que les enfants français dans les écoles primaires publiques de tout degré et qu’inversement aucune école spécialement destinée aux indigènes n’est fermée aux élèves français ou étrangers qui désirent la fréquenter ».

  • 46 Les écoles-ouvroirs et les ouvroirs étaient le plus souvent privés, dépendant de congrégations ou (...)

43Si le principe d’écoles indigènes de filles fut pris à la même date, la progression de ces écoles fut plus lente, et les connaissances à acquérir plus modestes. Trois articles seulement du décret de 1892 concernent l’enseignement des filles musulmanes et l’un d’entre eux stipule que « les élèves consacrent la moitié du temps des classes à la pratique des travaux d’aiguilles et de ménage ». En fait, à côté de cours dans lesquels on enseignait le français, le calcul et quelques rudiments de grammaire et de géographie, on faisait acquérir aux élèves un enseignement ménager pratique et des notions d’hygiène. C’était donc, à la fois, une petite école ménagère en même temps qu’une école primaire élémentaire. Mais ces écoles ne doivent pas pour autant être confondues avec les écoles-ouvroirs et ouvroirs46 de filles indigènes, ni avec l’enseignement professionnel qui pouvait être annexé aux écoles indigènes sous forme de cours complémentaires de broderie, de tissage ou de dentelle, donnés dans des ateliers.

  • 47 Les informations réunies dans ce paragraphe proviennent de la synthèse de renseignement fournis pa (...)

44Quatre types d’écoles de filles indigènes virent donc peu à peu le jour en Algérie : les écoles primaires spéciales de filles, les écoles-ouvroirs, les écoles d’apprentissage et les écoles professionnelles. Mais la progression de ces écoles fut très lente. En 1920, il n’existait que 19 écoles de filles indigènes, et aucune dans les douars. Par la suite, leur augmentation est plus rapide puisqu’en 1938, elles sont au nombre de 43 qui reçoivent environ 22 000 élèves47.

La place des femmes dans l’enseignement européen

45La place des femmes françaises fut primordiale dans l’enseignement primaire. L’enseignement primaire européen comprenait, comme en France, deux divisions : les classes primaires élémentaires et les salles d’asile qui devinrent, en 1881, les classes maternelles ou enfantines. À ces deux catégories essentielles, s’ajouta par la suite un enseignement primaire supérieur.

46Les salles d’asile ou classes maternelles, ainsi que les écoles spéciales de filles européennes, étaient prises en charge, en totalité, par des femmes. Mais il existait aussi des écoles mixtes. Au début, les classes primaires élémentaires furent le plus souvent mixtes et dans les petites communes, où une seule école était suffisante, les classes mixtes subsistèrent plus longtemps.

  • 48 ANOM Algérie, Oran, série continue, S 33, Rapports d’inspection 1844-1880.
  • 49 À sa sortie de l’école normale, Mlle Suzette S. eut pour sa première classe, à Gambetta, en 1937, (...)

47Or, dans les rapports d’inspection de 1864, ces classes mixtes étaient le plus souvent tenues par des institutrices. « Sur 30 écoles mixtes, 12 sont confiées à des instituteurs et 19 à des institutrices48 ». Dix ans plus tard, la situation est inchangée. Des institutrices étaient chargées de 33 des 63 écoles mixtes du département d’Oran. Après la première guerre mondiale, du fait du manque d’instituteurs, elles se voient souvent confier, dans des petites communes, une classe mixte de filles et garçons européens et comprenant aussi de jeunes musulmans49. Le Gouvernement général de l’Algérie, reconnaît en 1927 que toutes les écoles mixtes, à l’exception de 8, étaient données à des institutrices.

  • 50 Revue Algéria, avril 1935, l’enseignement primaire des Européens.

48Des institutrices devaient aussi prendre parfois en charge des classes, dites européennes, de garçons, comprenant à la fois Européens et musulmans. Aucun instituteur ne se voit confier une école de filles, alors que les institutrices sont nombreuses à enseigner dans des classes de garçons. En 1935 pour 1 580 classes primaires élémentaires de garçons, 461 de ces classes, soit 30 %, étaient tenues par des institutrices50.

  • 51 Exposé du GGA sur la situation générale de l’Algérie, Alger, Heintz, 1932, p. 356.

49Ajoutons que, durant la période de l’entre-deux-guerres, les écoles primaires supérieures et les classes d’enseignement primaire complémentaires de filles étaient toutes confiées à des institutrices, et que des classes d’enseignement supérieur de garçons étaient aussi tenues par des femmes. En 1927, sur 95 emplois de professeurs ou directeurs d’écoles primaires supérieures de garçons, « 22 étaient confiés à des professeurs femmes qui n’ont pas toutes le titre de professeurs mais sont, comme beaucoup de leurs collègues masculins, des professeurs adjoints ou des institutrices déléguées »51.

50Les femmes avaient donc en charge la majeure partie de l’enseignement primaire européen qu’il soit élémentaire ou supérieur.

51La féminisation du personnel enseignant du secondaire fut plus lente et les renseignements officiels font défaut jusqu’à la première guerre mondiale

52Pourtant, dès l’ouverture des premiers lycées et collèges de filles, au début des années 1880, des femmes furent nommées professeurs dans ces établissements. On peut supposer qu’elles vinrent, en majorité, pendant longtemps, de Métropole. Comme en Métropole, on assiste, durant la guerre de 1914-1918, au remplacement partiel des hommes par des femmes. Au grand lycée de garçons d’Alger, en 1917, plusieurs cours étaient assurés par des femmes. Au lendemain de la guerre, la pénurie de professeurs masculins subsiste. Le Gouvernement d’Alger note en 1930 que :

  • 52 GGA, Exposé de la situation générale de l’Algérie en 1930, Alger, Heintz, 1931.

le recrutement du personnel pour les établissements secondaires de jeunes filles n’offre pas les mêmes difficultés que pour les lycées et collèges de garçons. [Mais il reconnaît] qu’on ne trouve pas encore aisément de professeurs de lettres : latin, grec et même français. Même dans les lycées, il faut, pour ces disciplines, recourir à des professeurs hommes ou bien en confier l’enseignement à des certifiées ou licenciées d’histoire, de philosophie ou de langues vivantes52.

53L’enseignement secondaire comme primaire s’est donc rapidement féminisé, même si la féminisation du corps professoral des établissements de jeunes filles est loin d’être complète, à la veille de la seconde guerre mondiale.

La place des femmes dans l’enseignement féminin « indigène »

  • 53 Pourcentage établi à partir des données chiffrées fournie par l’Exposé de la situation générale de (...)

54Les femmes avaient l’exclusivité de tous les types d’enseignement créés pour les fillettes et jeunes filles indigènes : écoles spéciales élémentaires, ouvroirs laïques, cours complémentaires professionnels annexés aux écoles spéciales. Mais elles avaient aussi fréquemment en charge les petites classes des écoles spéciales pour garçons indigènes, particulièrement quand leur mari y était nommé. Elles se voyaient alors confier la partie théorique de l’enseignement des plus jeunes élèves. En 1938, plus de 40 % du personnel français des écoles spéciales indigènes de garçons était féminin53.

  • 54 Il s’agit à Constantine de l’ouvroir de Mme Aguiré et à Alger celui de Mme Barroil.
  • 55 S. Illio, L’enseignement des métiers féminins en Algérie, thèse de droit à l’université de Paris, (...)
  • 56 ANOM Algérie, F 80 1727, Les ouvroirs.

55Les premiers ouvroirs laïques résultèrent d’initiatives féminines. Ce fut le cas de l’ouvroir de Mme Allix-Luce succédant à son école-ouvroir. Un établissement du même genre fut ouvert à Constantine en 1851 puis un autre ouvroir fut créé à Alger en 1861 par une autre Française54. Par la suite, ces ouvroirs laïques se multiplièrent. Tous les premiers ouvroirs tels que ceux de Koléa, de Bédrabine, de Jemmapes, de Morsott, de la Kasbah d’Alger et de Tlemcen furent créés sur initiative privée puis subventionnés, à partir de la période de l’entre-deux-guerres, par la direction des affaires indigènes55. Ils étaient destinés à initier les fillettes indigènes au tissage, à la fabrication de dentelles, broderies et tapis. L’objectif de ces ouvroirs était d’aider les familles pauvres et de permettre une approche des femmes musulmanes. L’œuvre des ouvroirs indigènes du département d’Alger comptait en 1903, à Alger, 481 élèves dont 266 femmes mariées et dans le reste du département 200 autres élèves56.

56En 1898, le gouvernement décida de créer pour les filles indigènes, comme c’était déjà le cas pour les garçons, un enseignement professionnel spécifique. Des cours complémentaires furent annexés peu à peu aux principales écoles de filles indigènes. En 1937, sur les 43 écoles de filles, 22 étaient dotées de cours complémentaires professionnels. Les élèves maîtresses qui se destinaient à cet enseignement devaient avoir une connaissance suffisante de l’arabe et du berbère ainsi que des dispositions pour les travaux manuels et artistiques.

  • 57 Brochure sur L’instruction publique en Algérie, éditée par la GGA à l’occasion du centenaire de l’ (...)

57Toutes ces enseignantes étaient des Françaises. Selon des sources officielles57, on aurait en vain tenté de former, entre 1893 et 1897, des institutrices indigènes dans un cours spécial d’école Normale à Thadert-Oufella en Kabylie. En 1938, il n’y avait toujours aucune jeune fille musulmane dans les écoles normales d’institutrices.

Des conditions de vie et de travail longtemps difficiles

Des traitements longtemps inférieurs à ceux des instituteurs

58Comme en Métropole, ce n’est qu’à partir de 1919 que l’égalité des traitements hommes/femmes est instituée dans la fonction publique. Avec un an d’avance, il est vrai, par rapport aux instituteurs d’origine « indigène » qui n’obtinrent l’égalité de salaires avec les Européens qu’en septembre 1920.

  • 58 Les traitements minimaux garantis ne concernèrent pendant longtemps que les instituteurs et non le (...)

59Auparavant, un décalage constant au détriment des femmes existait dans les traitements des enseignants. Qui plus est, l’écart de rémunération entre hommes et femmes augmentait en cours de carrière58.

  • 59 ANOM Algérie, Annuaire statistique de 1876-1878. Le traitement d’un adjoint débutant était de 1 20 (...)

60Le décret du 27 mars 1878, fixant le traitement minimum des enseignants, fait apparaître cette double différence de traitement et de carrière. Les instituteurs titulaires comme adjoints profitent d’un échelon de plus que les institutrices titulaires et adjointes. Les instituteurs titulaires sont divisés en quatre classes, et les traitements s’échelonnent de 1 500 à 2 100 F. La carrière des institutrices titulaires ne connaît que trois classes, et les traitements vont de 1 200 F à 1 500 F. Autrement dit, une institutrice titulaire n’avait droit en fin de carrière qu’au salaire minimum d’un instituteur débutant. Pour les adjointes, la situation était pire, puisqu’elles terminaient avec un salaire inférieur de 100 F à celui de son collègue débutant59.

  • 60 ANOM Algérie, 1 S 31 Oran, Personnel en 1876, Les institutrices des écoles congréganistes ont un t (...)

61Les institutrices laïques étaient toutefois mieux payées que les religieuses. Quand une laïque touchait 1 000 F, la religieuses ne recevait que 600 F, la vie communautaire des religieuses devant, selon l’administration, permettre une économie d’échelle. Mais les laïques qui travaillaient dans des écoles congréganistes, même dans le cas d’écoles publiques, étaient rétribuées comme des religieuses60.

Classes surchargées et hétérogènes

62Dans le primaire élémentaire, les circulaires du XIXe siècle assignaient aux enseignants un grand nombre d’élèves puisque le dédoublement de classe n’était prévu qu’en cas d’effectif supérieur à 80 enfants. Il est vrai que l’enseignement n’étant pas encore obligatoire, la présence constante de la totalité des élèves inscrits était rare. Le nombre d’élèves autorisés par classe diminua peu à peu avec l’obligation scolaire mais, entre les deux guerres, il était encore environ de 40 élèves dans les écoles européennes et dépassait largement ce seuil dans les écoles indigènes.

  • 61 M. Ferrière, Archives du Sud…, op. cit.
  • 62 Y. Beaud-Gille, Mon école de Misserghin, souvenirs rapportés dans le bulletin annuel des anciennes (...)

63Les écoles spéciales pour les indigènes, ainsi que certaines classes d’écoles françaises de village, regroupaient le plus souvent un grand nombre d’enfants, d’origines et de niveaux forts divers. Or les institutrices assumaient non seulement l’enseignement de toutes les filles mais aussi parfois celui des jeunes garçons. Une institutrice est chargée, en 1921, à Aboukir, d’une école de garçons formée d’une classe unique de 45 élèves, divisés en 3 à 4 sections61. Une autre rapporte que sa première classe en 1939, à Misserghim, regroupait 68 élèves, tous musulmans, venant des deux villages voisins et des douars environnants. Elle devait y assumer trois cours : un cours d’initiation pour les enfants ne parlant pas le français, un cours préparatoire et un cours élémentaire62.

64Enseigner dans des classes nombreuses, regroupant des enfants de niveaux scolaires et d’origine ethnique diversifiés, n’était pas l’apanage des seules femmes. De nombreux instituteurs eurent également affaire à ces types de classes. Mais deux types de classes particulièrement difficiles à gérer étaient attribués, uniquement, à des institutrices : les classes maternelles et les classes d’initiation, qui étaient des sortes de classes passerelles entre les classes enfantines et le cours élémentaire normal.

  • 63 H. Le Bourgeois (délégué dans les fonctions d’inspecteur général de l’instruction publique en 1880 (...)
  • 64 Source orale de Suzette S.

65Les premières accueillant les tout petits enfants entre deux et six ans étaient particulièrement chargées, car la fréquentation des élèves était supposée être bien inférieure au nombre des inscrits. Au XIXe siècle ces maternelles, d’abord appelées salles d’asile, pouvaient être bondées jusqu’à l’absurde. Ainsi, l’inspecteur général de l’Algérie rapporte, qu’en 1880, « Les deux salles d’asile de Bône rassemblent 865 enfants, celle de Philippeville en possède 517, entassés dans un préau mal abrité, où 40 élèves seraient à peine à l’aise63 ». On peut supposer que cette situation était exceptionnelle. Mais le cas de salles d’asile recevant au minimum une centaine d’enfants devait être courant au XIXe siècle, puisqu’au XXe siècle, plus de 70 enfants pouvaient encore être inscrits dans une classe maternelle. Pour sa première nomination à Tebessa en 1936, une jeune institutrice eut une classe maternelle comprenant 72 enfants inscrits, dont 60 étaient le plus souvent présents, garçons et filles européens et garçons indigènes64.

  • 65 J. Sutra, Algérie, mon amour. Souvenirs d’une institutrice pied-noire, op. cit.

66Les classes d’initiation incombaient aussi en totalité aux institutrices. Ces classes regroupaient de jeunes enfants d’âge primaire, étrangers ou indigènes, qui parlaient et comprenaient insuffisamment le français pour suivre immédiatement une scolarité primaire normale. La première classe d’une jeune institutrice en 1940, au Kroub, près de Constantine comprenait 40 petits garçons qui ne parlaient pas un mot de français65.

67Ce furent donc des femmes qui initièrent à la langue française des générations de jeunes Espagnols, Italiens, Maltais, juifs et musulmans.

L’isolement de certains postes

68Les jeunes institutrices, comme leurs collègues masculins, pouvaient être envoyées dans le bled à la sortie de l’école normale.

  • 66 G. Mené, « La vie d’une institutrice en Algérie », article paru dans le Bulletin annuel des ancien (...)

69Certes, l’administration essayait de nommer les nouvelles enseignantes dans des villages pas trop éloignés de leur famille, ou bien dans des établissements tenus déjà par un couple d’instituteurs, mais ce n’était pas toujours possible. Une jeune institutrice de 21 ans, reçut sa première nomination en octobre 1941, à El Ousseukh « dont, dit-elle, je soupçonnais à peine l’existence, village situé sur la route de Tiaret-Aflou, en direction de Lagouath […] La population se composait essentiellement de commerçants musulmans et juifs originaires du Mzab »66. Elle est seule à enseigner à une quarantaine d’enfants de 6 à 14 ans. Mais à la veille de la seconde guerre mondiale, une jeune femme pouvait vivre seule en Algérie, même au milieu de populations musulmanes, sans s’exposer à plus de dangers que dans un village métropolitain à la même époque. Il n’en fut pas toujours de même.

70Au XIXe siècle ce n’était sûrement pas sans crainte que certaines institutrices, résidant seules dans le logement de l’école, devaient voir la nuit tomber, surtout si leur école n’était pas dans le centre du village. Une jeune institutrice fait part de son inquiétude à l’administrateur de sa commune et demande l’autorisation de loger chez elle le facteur rural et son épouse.

  • 67 ANOM Algérie, Commune mixte d’Ain Témouchent, série R, Instruction publique, R 2. Dossier Souchon.(...)

Je ne puis rester seule dans ce logement, surtout la nuit, au milieu des broussailles, et lors même que j’aurais une bonne comme j’en ai l’intention, l’enfant que je prendrai ne sera pas une garantie suffisante pour ma sécurité67.

71Mais les règlements en usage en Algérie en matière de logement des fonctionnaires sont ceux qui s’appliquent en Métropole. Aussi, l’administrateur se contente-t-il de lui rappeler que, les instituteurs et institutrices, leur famille et serviteurs, peuvent seuls loger dans les bâtiments scolaires. L’inspecteur primaire donna finalement l’autorisation à titre exceptionnel « car la maison d’école est isolée ».

Un rôle important

72En Algérie comme en Métropole, la profession d’institutrice plutôt méprisée au XIXe siècle se valorise peu à peu avec l’obligation scolaire et surtout l’égalité des salaires hommes/femmes au lendemain de la première guerre mondiale.

Des compétences reconnues

73Mais que faut-il entendre par institutrice compétente ? Pour naïve que puisse paraître cette question, les raisons de la poser existent. Instruire et éduquer sont les deux missions des enseignants mais, suivant les époques, le poids respectif de chacune de ces missions a évolué en même temps que l’image du maître et de la maîtresse d’école.

  • 68 ANOM Algérie, Oran, S 33, Rapports d’inspection, 1844-1880.

74Au XIXe siècle, en Algérie, les instituteurs et, plus encore, les institutrices doivent être avant tout des éducateurs. L’institutrice en tant que femme paraît être l’éducatrice privilégiée des petits enfants et des filles. Elle sait, naturellement, pense-t-on, parler aux enfants, car toute femme est ou peut être mère. On attend d’elle des qualités maternelles de douceur et de compréhension. L’image des enseignants est très sexuée au XIXe siècle, le genre est particulièrement marqué, si bien que suivant l’attente des parents, la préférence pour les classes mixtes est donnée à l’instituteur ou à l’institutrice. En 1864, un inspecteur réclame un maître pour une école mixte et selon lui les parents partagent son point de vue68. En 1869, une pétition de pères de familles d’Aboukir réclame une maîtresses plutôt qu’un maître, pour l’école mixte, car :

  • 69 Pétition citée par A. Helie-Lucas dans son mémoire de DEA, op. cit.

une institutrice apprend également, comme un instituteur, les principes élémentaires, mais dans nos colonies, nos filles ont besoin d’apprendre aussi les travaux de couture, et de s’instruire dans les soins du ménage. L’avenir de nos enfants et de nos villages consiste en grande partie dans l’esprit d’ordre. Or une institutrice dans une école mixte atteint parfaitement ce but69.

75Le genre féminin pondère, en quelque sorte, le caractère « dérangeant », pour certains, de l’instruction. L’institutrice apparaît comme un guide moral capable d’apprendre aux enfants à gérer les problèmes de la vie quotidienne. Il faut aussi rappeler qu’au XIXe siècle beaucoup de pères de famille étaient encore réticents à confier leurs filles à des instituteurs, alors que l’éducation des petits garçons par des femmes était conforme aux traditions et conventions. Quoiqu’il en soit, au XIXe siècle, l’institutrice est, avant tout, appréciée pour ses qualités morales.

76Le niveau d’instruction moyen des institutrices comme des instituteurs reste relativement faible durant les premières années de la scolarisation obligatoire. Brevet de capacité à enseigner ou certificat d’étude sont les diplômes les plus couramment possédés par les enseignants du primaire jusqu’aux années 1880-1890. D’après les statistiques, en 1886, un cinquième seulement des institutrices étaient détentrices du brevet élémentaire. Mais certains mérites étaient reconnus aux femmes.

  • 70 ANOM Algérie, Rapport sur l’état de l’instruction primaire en Algérie au ministre par Henri Le Bou (...)

Institutrices comme instituteurs sont convaincus qu’ils n’ont plus rien à apprendre quand ils ont obtenu tant bien que mal le brevet obligatoire ; la tenue d’un journal de classe leur paraît une de ces exigences administratives qui dépasse toutes les limites. Mais chez les institutrices le dévouement, la persévérance suppléent souvent à l’absence de méthode et produisent des résultats que ne donnerait pas toujours plus d’instruction unie à moins de bonne volonté70.

  • 71 Une école normale d’instituteurs avait été ouverte à Alger en 1865. La première École Normale d’in (...)
  • 72 Annuaire statistique de l’Algérie de l’année 1898-1899.

77Avec l’ouverture des écoles normales71 le niveau d’instruction des maîtres progresse rapidement. À la fin du XIXe siècle, même pas 1 % des institutrices, comme des instituteurs laïques, enseignent sans brevet. Trente six pour cent des institutrices laïques possèdent même le brevet supérieur (41 % pour les instituteurs)72.

  • 73 Pourcentages établis à partir des données chiffrées relevées dans L’exposé de la situation général (...)

78En 1927, selon le gouverneur général, les institutrices possédant le brevet supérieur étaient proportionnellement plus nombreuses que les instituteurs. En 1938, grâce sans doute à l’ouverture en 1933 d’une troisième école normale masculine, on constate un rééquilibrage des possesseurs du brevet supérieur entre les deux sexes. Soixante dix neuf pour cent des instituteurs et soixante dix huit pour cent des institutrices possèdent à cette date un brevet supérieur, diplôme de sortie des écoles normales73.

Un rôle majeur dans l’éducation des filles musulmanes

79Ce sont des femmes européennes qui furent à l’origine de l’enseignement des filles musulmanes.

80Mme Allix, et les autres femmes qui ouvrirent des écoles-ouvroirs dans les années 1850-1860 osèrent défier le tabou de l’ignorance, ignorance réputée légitime des femmes indigènes. Elles ont eu, les premières, le mérite de montrer que l’éducation devait concerner tous les enfants d’Algérie, et qu’il fallait adapter l’enseignement aux besoins et aux mœurs des musulmans. Avec, certes, des tâtonnements et des maladresses, elles ont su, peu à peu, faire venir vers leurs écoles ouvroirs un certain nombre de jeunes filles musulmanes. Elles ouvrirent ainsi la porte d’un enseignement, qui, de purement pratique, deviendra peu à peu plus théorique avec la prise en charge de l’enseignement des filles indigènes par l’État en 1892.

  • 74 Documents algériens, année 1947, Étude de l’enseignement primaire des musulmans de 1830 à 1946. Pé (...)

81Il fallut, certes, du temps pour apprivoiser ces jeunes filles, et surtout leurs parents. En 1907, pour la première fois, des notables musulmans d’une ville importante, celle de Bône, reconnaissent l’intérêt d’un enseignement féminin en demandant la création d’une école spéciale de filles indigènes. Ils précisent, toutefois, que « dans cette école sera donné de préférence un enseignement professionnel et ménager »74, mais le rôle de la femme dans la société musulmane commence à être perçu différemment.

  • 75 Ibid., p. 360.

82Sans cesser d’apprécier l’enseignement ménager et pratique donné dans les écoles indigènes, certains musulmans en viennent à donner de l’importance à l’instruction et en particulier à l’enseignement du français. En 1923, l’Association des Instituteurs d’origine indigène formule le vœu que des écoles de filles soient créées partout où il existe déjà des écoles de garçons parce que : « l’enseignement primaire des indigènes, déjà insuffisamment distribué aux garçons, restera à peu près sans effet tant qu’il ne sera pas donné, au moins partiellement, aux filles… »75.

  • 76 Souvenirs de Mme Dufrenne, rapporté par Des enseignants d’Algérie se souviennent 1830-1962, ouvrag (...)
  • 77 Ibid., p. 303.

83Cette opinion est, toutefois, à cette époque, très minoritaire. Quand l’institutrice de Condorcet, dans la région de Batna, reçut en 1925 l’ordre du recteur d’Académie de favoriser l’enseignement des filles indigènes elle parvint, le premier jour, à faire venir quatre fillettes du douar voisin. Mais aucune ne revint les jours suivants et un père lui expliqua qu’il ne tenait pas à voir sa fille devenir plus « dégourdia » que lui76. Pourtant, au cours des années vingt, les mentalités changent doucement. En 1930, le bulletin de l’enseignement des indigènes de l’Académie d’Alger remarque, dans l’enseignement public des filles, un renversement du rapport entre enseignement général et enseignement professionnel77.

84Cette évolution des mentalités musulmanes a été rendue possible par des générations d’institutrices laïques et religieuses qui cherchèrent dans des ouvroirs, dans des écoles-ouvroirs privées ou publiques, ou dans des cours complémentaires d’apprentissage à apprendre à des fillettes musulmanes des travaux manuels et quelques connaissances de français et calcul.

85Mais surtout ces institutrices firent prendre conscience à nombre de jeunes filles musulmanes qu’elles étaient dignes d’un enseignement et qu’elles étaient, autant que leurs frères, capables d’assimiler des connaissances.

Un rôle de conservatrices des arts mineurs indigènes

86Ce sont aussi ces femmes qui furent à l’origine de la conservation et même de la rénovation des arts « mineurs » traditionnels indigènes.

87Au lieu d’apprendre à leurs jeunes élèves, les broderies et travaux d’aiguille qui étaient enseignés en Europe, elles s’attachèrent à retrouver les points et procédés anciens de broderie, de tissage et de teinture qui pouvaient encore exister dans certaines régions et dans certaines familles, pour les diffuser dans leurs écoles. Les ouvroirs devinrent ainsi de véritables conservatoires des arts traditionnels indigènes mais aussi des écoles cherchant à améliorer la qualité des productions.

  • 78 Sa petite fille compléta, au début du XXe siècle, son œuvre en conservant des broderies anciennes (...)

88L’initiative en revient, là encore, à Mme Allix-Luce. Ce ne fut peut-être pas de sa part, au début du moins, un choix délibéré. Elle embaucha pour les travaux d’aiguilles une maîtresse indigène qui enseigna ce qu’elle connaissait, à savoir la broderie algérienne. Mais il semble que très vite, Madame Luce se soit intéressée aux arts traditionnels du tissage et de la broderie car elle chercha à reconstituer des procédés anciens de teinture, et à la fin de sa vie, elle faisait travailler ses élèves, selon des techniques du passé sur des métiers perfectionnés78.

  • 79 Ibid.

89Beaucoup d’autres femmes s’intéressèrent spontanément à la rénovation et à la diffusion des arts mineurs traditionnels. Dès l’ouverture des premières écoles de filles indigènes, certaines directrices prirent l’initiative de faire exécuter à leurs élèves, à côté des exercices courants de couture et raccommodage, différentes techniques de tissage, de broderies et de dentelles en s’inspirant des arts locaux qui étaient encore pratiqués dans certaines familles musulmanes. Dès 1883, la directrice de l’école de filles indigènes de Constantine faisait exécuter à ses élèves de rutilantes broderies d’or et d’argent sur des soieries légères. La même année, une enseignante introduisit dans son école d’Aït-Hichem, en Grande Kabylie, le tissage des tentures berbères ; une autre, à Constantine, en 1890, retrouvait les procédés anciens de teinture de laine. Et c’est dans l’ouvroir laïc de Kalaa que les plantes tinctoriales de la région furent étudiées en 1895 et utilisées pour les tapis à points noués qui y étaient fabriqués79.

90C’est seulement à la fin du XIXe siècle début XXe que ces initiatives privées furent relayées par l’État et certaines communautés religieuses, en particulier celle des Sœurs Blanches. En 1898, le programme d’enseignement professionnel féminin est arrêté, et les recteurs Jeanmaire puis Ardaillon procèdent en 1903 à l’organisation d’un enseignement méthodique des tissages nord-africain dans les écoles d’apprentissage indigènes, en tenant compte des traditions locales de chaque région. Mais nul doute que la mise en place de cet enseignement ait été facilitée par le travail effectué spontanément par des femmes européennes dans leurs écoles ouvroirs.

Un rôle d’auxiliaires sociales pour les mères musulmanes

91Les écoles indigènes n’étaient pas que des centres d’enseignement, elles jouaient aussi le rôle de très modestes dispensaires. Elles étaient dotées de petites pharmacies permettant de soigner non seulement les petits bobos de l’enfance, mais aussi de lutter contre certaines affections courantes telles que le paludisme, le trachome, la teigne et diverses maladies de peau.

  • 80 G. Mené, « La vie d’une institutrice en Algérie », op. cit.
  • 81 Ibid.

92Instituteurs et institutrices apprenaient, lors de leur stage, à faire des pansements et à administrer des collyres. Mais sur le terrain, dans la répartition des tâches qui pouvait se faire entre collègues, c’était le plus souvent aux institutrices que revenait la charge de soigner les petits problèmes de santé des enfants de l’école. « Il me prenait ma classe pour le sport ; en échange je soignais le trachome de ses élèves. Chaque jour, j’avais 130 paires d’yeux à soigner après la classe80 ». Une institutrice81 rapporte que chaque matin, du fait d’une épidémie de teigne qui existait à Tiaret, elle badigeonnait les crânes rasés de ses élèves « d’huile de cade noire, grasse, épaisse à l’odeur très forte et instillait des gouttes de collyre dans leurs yeux. »

93Souvent l’action des institutrices comme des instituteurs s’étendait hors de la classe. On pouvait venir les consulter pour des problèmes de vie quotidienne. Mais les institutrices ne donnaient pas seulement des conseils sur le pas de la porte de l’école. Elles avaient l’avantage par rapport à leurs collègues masculins de pouvoir parfois pénétrer dans les foyers indigènes, domaine privé des femmes. Pour peu qu’un climat de confiance s’établisse, elles pouvaient transmettre des notions d’hygiène et de puériculture, indiquer les précautions à prendre en cas d’épidémie.

  • 82 Synthèse de renseignements fournis par S. Illio dans sa thèse sur L’enseignement des métiers fémin (...)

94Des liens plus profonds pouvaient s’établir entre maîtresses et élèves des cours complémentaires professionnels. Ces cours s’adressaient, en effet, à des élèves plus âgées, à partir de 12 ans, et certaines de ces jeunes filles une fois leur apprentissage terminé, pouvaient devenir ouvrières à domicile conseillées par une maîtresse visiteuse. La directrice ou les institutrices rendaient régulièrement visite aux ouvrières pour surveiller l’exécution de leur travail. Ce suivi du travail de la classe au domicile, parfois durant plusieurs années, pouvait créer des liens de confiance et même d’amitié et tout naturellement, en cas de problèmes rencontrés dans leur vie de femmes, certaines anciennes élèves demandaient conseil à leur ancienne maîtresse82.

95Il faut toutefois préciser que ces liens ne pouvaient s’établir qu’avec un nombre très réduit de jeunes filles, étant donné que jusqu’en 1939 les cours complémentaires avaient du mal à recruter des apprenties car beaucoup de jeunes filles étaient retirées de l’école dès douze ans. De plus, on ne consultait au besoin l’institutrice que sur des problèmes familiaux ou des maux concernant les femmes ou les enfants. Elle devait rester dans son rôle de femme. Rien à voir avec les conseils administratifs, médicaux ou professionnels qui pouvaient être demandés dans le bled aux instituteurs. L’institutrice n’a jamais joué un rôle aussi polyvalent puisqu’elles n’intervenaient qu’auprès des femmes musulmanes.

Une influence difficilement mesurable sur les mentalités

96Peut-on dire pour autant que l’influence des institutrices était moindre que celle de l’instituteur ? Sûrement pas. Même si on fait abstraction des connaissances qu’elles transmettaient, elles eurent, par leur seule présence, une influence certaine sur les mentalités. Car l’image de la maîtresse était plus dérangeante que celle du maître, qui restait pour les musulmans dans son rôle d’homme. Ce n’était pas le cas de l’institutrice qui, surtout si elle était célibataire, donnait une représentation de femme capable de s’assumer seule grâce à son travail et à son savoir, image en opposition complète avec celle de la femme musulmane. L’exemple de ces femmes, qui étaient souvent vénérées par certains enfants et parents et qui, tout en menant une vie indépendante, restaient dans le rôle traditionnel des femmes, puisqu’elles s’occupaient d’enfants, laissa, sans doute, des traces dans l’inconscient collectif de quelques générations d’élèves algériennes.

Notes

1 Un arrêté en date du 9 septembre 1846 plaça chaque établissement d’instruction primaire sous la surveillance d’un comité local composé du maire, du juge de paix, du curé ou pasteur et d’un ou plusieurs notables. Bequet (chef du bureau de la Direction des Affaires civiles à Alger), L’Algérie en 1848, Paris, Hachette, 1848.

2 Les établissements destinés aux jeunes musulmans continuent à dépendre du ministère de la guerre jusqu’en 1875, date à laquelle ils passent, comme les autres établissements scolaires sous l’autorité du Recteur.

3 Feuillets d’El Djezaïr, Souvenirs divers, par M. Klein, secrétaire général du Comité du vieil Alger, Alger, Fontana Frères, 1920.

4 Ces noms sont fournis par Monsieur Béquet, op. cit.

5 ANOM Algérie, F 80 1565, Écoles, Alger.

6 ANOM Algérie, F 80 1566, Écoles, Oran.

7 Ibid.

8 ANOM Algérie, F 80 1564, Écoles privées. La subvention de 600 F correspond précisément au traitement annuel versé aux institutrices des écoles communales publiques.

9 ANOM Algérie, F 80 1565.

10 ANOM Algérie, série F 80 1564, Écoles privées, F 80 1565, Écoles, Alger, F 80 1566, Écoles, Oran et F 80 1853, Les instituteurs de 1844 à 1849.

11 À la fin des années 1840, les institutrices laïques qui avaient pu se maintenir dans l’enseignement public ou privé n’étaient guère qu’une vingtaine, à en juger par les noms qui reviennent constamment dans les courriers et rapports.

12 La loi Guizot fut applicable aux filles avec retard, simplement en 1836, mais il n’y avait pas obligation pour les communes d’ouvrir une école spéciale pour les filles.

13 Feullets d’El Djezaïr, Souvenirs divers par H. Klein, op. cit.

14 ANOM Algérie, F 80 1564, Écoles privées.

15 Ces dossiers d’inspection se trouvent dans la série F 80 1853. La synthèse des renseignements fournis est donnée dans le vol. 3 de la thèse de l’auteur.

16 Le programme comprenait l’instruction morale et religieuse, la lecture, l’écriture, la grammaire et l’orthographe, la connaissance des quatre opérations en calcul ainsi que les travaux d’aiguille.

17 L’une avait déjà enseigné dans le Jura et l’autre avait obtenu un brevet de capacité de l’académie d’Aix-en-Provence en 1829.

18 ANOM, F 80 1564, Écoles privées.

19 ANOM, F 80 1566, Écoles, Oran, colonie agricole de Saint-Louis.

20 ANOM Algérie, Oran, série continue, série S, enseignement primaire, 1 S 35.

21 Les conclusions des rapports d’inspection portaient, cependant, toujours sur le niveau des élèves même avant 1848.

22 Selon les recherches menaient actuellement par Rebecca Rogers.

23 Y. Turin, Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale, 1830-1880, Paris, Maspero, 1971, p. 53.

24 ANOM Algérie, série F 80 1732, École de Madame Allix, brochure à l’intention des membres du conseil supérieur d’administration d’Alger, Alger, 1846.

25 C’est l’école maure-française organisée sur le modèle de l’école juive-française créée pour les garçons juifs dès 1832, chacune comprenant un maître français pour l’enseignement du français et un maître indigène pour l’enseignement de la religion et de la langue, soit arabe, soit juive, selon le cas.

26 ANOM Algérie, F 80 1732, École de Madame Allix.

27 ANOM Algérie, F 80 1566, État sur la situation des écoles en 1847 en Algérie.

28 ANOM Algérie, F 80 1732, Écoles de Madame Allix.

29 Y. Turin, Affrontements culturels dans l’Algérie coloniale, op. cit., p. 268.

30 Ch. Desprez, Les ouvroirs musulmans, Alger, 1863, brochure publiée par le Courrier de l’Algérie.

31 Celle d’Alger recevait 70 à 80 élèves, celle de Bône, 34.

32 ANOM Algérie, F 80 1566, État sur la situation des écoles en 1847.

33 Antérieurement à cette date, les statistiques donnent le nombre d’élèves fréquentant les écoles publiques et les écoles privées, ou, parfois, le nombre d’enfants des écoles publiques, en distinguant celles tenues par des enseignants laïcs ou par des congrégations, ou bien le nombre d’établissements confiés à des associations religieuses ou à des enseignants laïcs, sans d’ailleurs toujours distinguer les établissements de filles et de garçons et, quand le nombre d’enseignants religieux et laïques est donné, c’est sans distinction de sexe.

34 A. Helie-Lucas, « Les institutrices européennes laïques en Algérie (1874-1949) », mémoire de DEA, Aix-en-Provence, 1988.

35 ANOM Algérie, Oran série continue, 1 S 31, Personnel 1846-1886. Dans l’Oranais toutes les directrices des écoles communales congréganistes étaient des laïques.

36 ANOM Algérie, 1 S 31 Oran, Rapport sur l’état de l’instruction primaire en Algérie au ministre par Henri Le Bourgeois, délégué dans les fonctions d’inspecteur général de l’instruction publique en 1880.

37 Ces renseignements ont été tirés de données chiffrées relevées dans divers annuaires statistiques des années citées.

38 ANOM, Annuaire statistique de l’Algérie, 1938.

39 F. Battagliola, « En France à la veille de la seconde guerre mondiale les femmes représentent 66 % des enseignants du primaire public », Histoire du travail des femmes, Paris, La découverte, 2000, p. 68.

40 Annuaires statistiques de l’Algérie des années 1878-1879, 1889-1890, 1909-1910, 1920-1921, 1937-1938.

41 A. Prost, L’enseignement en France (1800-1967), op. cit., p. 379. Ce n’est qu’au delà de 1895 que, dans les écoles normales d’instituteurs, les filles l’emportent en nombre sur les garçons.

42 Algeria, avril 1935, n° 26, Article sur l’enseignement primaire des Européens. « En 1889, sur 28 élèves maîtres à nommer, l’Algérie n’en avait fourni que 7 ; il avait fallu en faire venir 21 de France. Dix ans plus tard, la Métropole devait encore en envoyer 10 sur 25 ; en 1908, 22 sur 46, et ainsi de suite jusqu’à la guerre ».

43 ANOM Algérie, série S Alger 9 S 1, Correspondance 1909-1914, Candidature de métropolitaines.

44 « En 1900, 9 066 garçons arabes ou berbères et 715 filles fréquentaient une classe primaire. En 1938, 19 444 jeunes musulmans et 8 562 jeunes musulmanes étaient scolarisées », Annuaire statistique de l’Algérie, 1938 - écoles publiques et privées. Mais cela ne représentait encore qu’une infime proportion des enfants.

45 Dans ces écoles, le français continuait à avoir une place prépondérante, et les connaissances à acquérir étaient proches de celles des écoles européennes, mais les méthodes d’enseignement étaient moins abstraites, plus vivantes et le programme comprenait un enseignement pratique de type professionnel.

46 Les écoles-ouvroirs et les ouvroirs étaient le plus souvent privés, dépendant de congrégations ou d’associations et l’enseignement pratique était essentiel.

47 Les informations réunies dans ce paragraphe proviennent de la synthèse de renseignement fournis par : un article sur l’enseignement primaire des musulmans de 1830 à 1946, paru dans la revue du gouvernement algérien Les Documents algériens de l’année 1947, par un article sur l’enseignement primaire des Européens paru dans la revue Algéria en avril 1935, par la brochure sur L’instruction publique en Algérie, éditée par le gouvernement, en 1930, à l’occasion d’un voyage en Algérie du président de la République, par la thèse de droit sur L’enseignement des filles indigènes en Afrique du nord de Zénaïde Tsourikof présentée à Paris en 1935, et la thèse de Sylvia Illo sur L’enseignement des métiers féminins en Algérie parue en 1937, et, enfin, des sources orales.

48 ANOM Algérie, Oran, série continue, S 33, Rapports d’inspection 1844-1880.

49 À sa sortie de l’école normale, Mlle Suzette S. eut pour sa première classe, à Gambetta, en 1937, des garçons et filles européens et garçons musulmans jusqu’à l’âge de 14 ans, source orale.

50 Revue Algéria, avril 1935, l’enseignement primaire des Européens.

51 Exposé du GGA sur la situation générale de l’Algérie, Alger, Heintz, 1932, p. 356.

52 GGA, Exposé de la situation générale de l’Algérie en 1930, Alger, Heintz, 1931.

53 Pourcentage établi à partir des données chiffrées fournie par l’Exposé de la situation générale de l’Algérie présenté par le gouverneur général, année 1938.

54 Il s’agit à Constantine de l’ouvroir de Mme Aguiré et à Alger celui de Mme Barroil.

55 S. Illio, L’enseignement des métiers féminins en Algérie, thèse de droit à l’université de Paris, 1937.

56 ANOM Algérie, F 80 1727, Les ouvroirs.

57 Brochure sur L’instruction publique en Algérie, éditée par la GGA à l’occasion du centenaire de l’Algérie en 1930, op. cit.

58 Les traitements minimaux garantis ne concernèrent pendant longtemps que les instituteurs et non les institutrices. L’article 51 de la loi Falloux précisait que les communes n’étaient tenues d’entretenir une école de filles que « si ses propres ressources lui en fournissaient les moyens ».

59 ANOM Algérie, Annuaire statistique de 1876-1878. Le traitement d’un adjoint débutant était de 1 200 F.

60 ANOM Algérie, 1 S 31 Oran, Personnel en 1876, Les institutrices des écoles congréganistes ont un traitement de 600 à 800 F (600 F le plus souvent), directrices laïques comprises.

61 M. Ferrière, Archives du Sud…, op. cit.

62 Y. Beaud-Gille, Mon école de Misserghin, souvenirs rapportés dans le bulletin annuel des anciennes élèves du lycée Stéphane Gsell d’Oran, n° 5, année 1985.

63 H. Le Bourgeois (délégué dans les fonctions d’inspecteur général de l’instruction publique en 1880), Rapport sur l’état de l’instruction. Brochure de 99 pages éditée par le GGA.

64 Source orale de Suzette S.

65 J. Sutra, Algérie, mon amour. Souvenirs d’une institutrice pied-noire, op. cit.

66 G. Mené, « La vie d’une institutrice en Algérie », article paru dans le Bulletin annuel des anciennes élèves du lycée Stéphane Gsell d’Oran, n° 5, année 1989.

67 ANOM Algérie, Commune mixte d’Ain Témouchent, série R, Instruction publique, R 2. Dossier Souchon. Lettre du 2 février 1883 à l’administrateur d’Ain Témouchent dont dépendait son école située dans le hameau Perret.

68 ANOM Algérie, Oran, S 33, Rapports d’inspection, 1844-1880.

69 Pétition citée par A. Helie-Lucas dans son mémoire de DEA, op. cit.

70 ANOM Algérie, Rapport sur l’état de l’instruction primaire en Algérie au ministre par Henri Le Bourgeois, délégué dans les fonctions d’inspecteur général de l’instruction publique en 1880, op. cit.

71 Une école normale d’instituteurs avait été ouverte à Alger en 1865. La première École Normale d’institutrices ne fut ouverte en Algérie à Miliana qu’en 1874.

72 Annuaire statistique de l’Algérie de l’année 1898-1899.

73 Pourcentages établis à partir des données chiffrées relevées dans L’exposé de la situation générale de l’Algérie par le GGA, année 1938, Alger-Heintz, p. 60-61.

74 Documents algériens, année 1947, Étude de l’enseignement primaire des musulmans de 1830 à 1946. Pétition des notables musulmans de la ville de Bône en 1907, p. 32.

75 Ibid., p. 360.

76 Souvenirs de Mme Dufrenne, rapporté par Des enseignants d’Algérie se souviennent 1830-1962, ouvrage collectif de l’Amicale des anciens instituteurs et instructeurs d’Algérie, Privat, p. 302 et 303.

77 Ibid., p. 303.

78 Sa petite fille compléta, au début du XXe siècle, son œuvre en conservant des broderies anciennes et en créant de nouveaux modèles. S. Illio, L’enseignement des métiers féminins en Algérie, op. cit.

79 Ibid.

80 G. Mené, « La vie d’une institutrice en Algérie », op. cit.

81 Ibid.

82 Synthèse de renseignements fournis par S. Illio dans sa thèse sur L’enseignement des métiers féminins en Algérie et par l’ouvrage de mémoire Des enseignants d’Algérie se souviennent, op. cit.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540