Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des femmes actives

Femmes des champs et femmes des villes

Texte intégral

Les femmes des champs

1Nombreuses furent les femmes qui, à divers titres, vécurent et travaillèrent dans les campagnes algériennes : femmes de colons, de fermiers, métayers ou employés agricoles et plus rarement chefs d’exploitation ou salariées.

Les femmes de colons

2Il ne faut pas compter sur les registres officiels de colonisation pour les connaître. Dans les états de peuplement des villages de colonisation, la présence de femmes n’est signalée que par un chiffre dans la colonne qui leur est impartie, suivant celle donnant le nom du chef de famille, et avant celle fournissant le nombre d’enfants de la famille. Les veuves font exception ; dans la mesure où elles deviennent chef de famille, elles sont nominalement désignées et ont une identité personnelle officielle.

Les débuts difficiles des femmes des premiers colons

3Les conditions de vie et de travail des colons, femmes comme hommes, évoluèrent, avec le temps. Les premières générations d’immigrés connurent pour la plupart, dans les villages de colonisation, des conditions d’installation particulièrement éprouvantes.

4Rappelons brièvement que, même dans le cas de la colonisation organisée des convois de 1848 et 1849 comme plus tard, en 1871, les maisons promises ne furent construites qu’au bout de plusieurs mois. La plupart des familles de colons de 1848-1849 trouvèrent d’abord refuge sous des tentes, puis durent partager, à plusieurs, des baraques en bois, dont les cloisons mal jointes ne permettaient pas à chaque famille de s’isoler. Les maisons, une fois bâtes, se révélèrent exiguës (deux simples pièces pour les couples avec des enfants de plus de douze ans, quel que soit le nombre, une pièce pour les autres familles), et souvent mal construites (tuiles mal jointes, pas de plafond et sol battu). Les premières habitations, dans lesquelles durent vivre les femmes des colons venus spontanément, étaient sans doute aussi sommaires.

  • 1 Pr E. Bruch, Hygiène et assistance en Algérie, Présentation de l’immigration spontanée à l’Exposit (...)

La première demeure est constituée par une baraque en planches ou bien par l’habitation usitée en pays indigène : le gourbi. Si tout se passe bien, à la première récolte, il (le colon) commence à construire sa maisonnette en maçonnerie1.

  • 2 Récit d’A.-M. Absalon, écrit sur un cahier d’écolier à la fin de sa vie alors qu’elle était partie (...)

5Mal logés, hommes comme femmes doivent faire face à de nombreux dangers : attaques de tribus rebelles ou de pillards mais aussi de nombreux animaux prédateurs. « Il y avait beaucoup de serpents et de bêtes sauvages, beaucoup de chacals, des hyènes et même quelques lions.2 »

  • 3 L’Akhbar, mai-juin 1864, La première citation est tirée du n° 3858 et la deuxième du n° 3865 du jo (...)

6Mais des femmes pouvaient aussi avoir à affronter le harcèlement sexuel de certains militaires chargés de l’administration des premiers villages de colonisation. Cela exista même s’il faut se garder de généraliser. Au cours des mois de mai et juin 1864, le quotidien algérois, L’Akhbar raconte, sous forme de feuilleton, « l’Histoire d’un colon de 18483 ». Or ce colon rapporte que les officiers, directeurs du camp dont il dépendait, enfermaient facilement les maris des jolies femmes peu accommodantes et ne libéraient les hommes qu’après avoir obtenu les faveurs de ces épouses récalcitrantes. « Heureux ceux qui, alors, avaient de jolies femmes ou filles, conclut-il. On a vu des colons commencer de cette manière à gagner les faveurs administratives dont ils ont joui par la suite ».

7Ces premières femmes de colons devaient assumer, comme leurs maris, un travail particulièrement pénible.

  • 4 ANOM Algérie, F 80 1424, Les colonies agricoles du Constantinois des années 1848-1850.
  • 5 ANOM Algérie, F 80 1424, Rapport d’inspection des colonies du Constantinois en 1849 par le Général (...)

8La participation des femmes à la mise en valeur des terres est très peu reconnue par les autorités. Officiellement on attend des femmes qu’elles entretiennent le foyer et soutiennent le moral du colon. Le travail des femmes appartient au non-dit. Les rapports des inspecteurs des centres de colonisation n’évoquent que discrètement et indirectement la contribution des femmes à la mise en valeur des terres. « Il faudrait des pantalons de toile pour les hommes et des cotonnades peu coûteuses pour les robes des femmes dont les effets sont détériorés par les jujubiers et les épines quand elles travaillent aux côtés des hommes »4. Et le général Herbillon reproche aux femmes de colons d’avoir trop d’enfants « pour pouvoir faire autre chose que s’occuper de leur ménage »5.

9Le gouvernement compte en effet sur les femmes pour un certain nombre de travaux agricoles. Il va jusqu’à préciser les tâches qu’il attend d’elles dans le programme éducatif des jeunes orphelines donné aux religieuses des établissements hospitaliers.

  • 6 ANOM, Annuaire statistique de l’Algérie de 1843-1844, Établissements hospitaliers. Conseils du gou (...)

Outre les genres de travaux auxquels les femmes peuvent se livrer tels que couture, ravaudage, repassage, blanchissage (industrie très lucrative à Alger), on les exercera aussi à tous les travaux de la campagne, vacherie, laiterie, soin des étables et de la basse-cour, éducation des vers à soie, cuisine, boulangerie, etc. (sic)6.

  • 7 ANOM, Tableau de la situation des Établissements français, 1850-1851. (Une nopalerie est une plant (...)
  • 8 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie, Ses éléments, chapitre IV, Les orphelins, op. cit.

10Et ces conseils furent entendus. Les pensionnaires de tous les orphelinats féminins étaient assujetties au XIXe siècle à des travaux agricoles. À Mustapha, « elles passent tour à tour aux différentes fonctions de la cuisine, de la buanderie, de la basse-cour, de la boulangerie et de la nopalerie7 ». À Bône, « elles cultivent 11 hectares en plantation de tabac, de coton et élèvent des vers à soie »8.

11Les concessionnaires qui recevaient un lot de terre vierge de toute culture, envahi par les plantes sauvages, ne pouvaient guère compter, dans un premier temps, du fait du manque de ressources de la plupart d’entre eux, que sur leur famille pour la mise en valeur de leur exploitation.

  • 9 A.-M. Absalon, voir n. 2.
  • 10 Biographie de Marianne Hein rapportée par le journal Les femmes algériennes, dans son numéro d’avr (...)

12Les témoignages attestant du dur labeur des femmes aux côtés des hommes ne manquent pas. « Les femmes aidaient leur mari à défricher les terres couvertes de broussailles, de lentisques et de palmiers nains dont les racines atteignaient au moins un mètre de profondeur. C’était bien pénible car la terre était beaucoup plus dure qu’en France. »9. Une femme de colon de 1871 rapporte que « levée tôt, elle laisse ses enfants à la garde de l’aînée […] et part avec son mari travailler dans les champs, défricher, piocher, semer, faucher ou moissonner »10. Un homme rend un vibrant et rare hommage aux femmes des premiers agriculteurs européens.

  • 11 P. Bellat, Un vieux m’a dit, Cent ans d’Algérie, Alger, Librairie Chaix, 1948 (recueil de souvenir (...)

Elles ont joué un rôle éminent dans le développement de la colonisation, le défrichement de la brousse […] Qui a plus souffert, que les femmes de nos travailleurs et de nos colons des misères initiales ? Au fardeau des enfants et de la maison s’ajoutaient mille travaux accessoires dont les nouvelles souches ne peuvent avoir une idée. À la ferme, la femme pétrissait son pain, fabriquait la charcuterie, salait les jambons et les épaules de porc, farcissait les saucisses, emplissait les boudins, confectionnait les conserves de tomates, lavait les lessives, travaillait comme dix servantes, exerçait sur les gourbis dépendant de l’exploitation une autorité douce et ferme, soignant les malades, épouillant les enfants ! J’en ai vu sarcler les choux et les céleris, cueillir les pois, conduire la charrue, traire les vaches et les chèvres11.

  • 12 ANOM Algérie, série F 80 1392, Incidents de voyages, plaintes et réclamations (1848-1852) Mondovi, (...)

13Dans le meilleur des cas, c’est à la femme qu’incombait la corvée d’eau et de bois. Or, à certaines époques de l’année, du fait de la sécheresse il fallait parfois parcourir des kilomètres pour trouver un puits alimenté. Quant au bois, il fallait non seulement le rapporter mais aussi le couper. « Les femmes vont à l’eau et au bois. Aussi, je vous engage à vous procurer des outils tels que scies à fendre, cognées, serpes et rabots »12 peut-on lire dans une lettre d’un colon de Mondovi à une amie qui doit le rejoindre.

Des conditions de vie très diverses à partir de la fin du XIXe siècle

  • 13 M. Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie de 1830 à 1914, op. cit.

14À mesure que l’on avance dans le XIXe siècle, on commence à trouver en Algérie, à côté de nouveaux concessionnaires démunis, des colons de la deuxième ou même de la troisième génération. Pour ceux qui ont réussi, les conditions de vie se sont améliorées. Vers la fin du siècle, « les maisons des grands viticulteurs n’ont rien à envier aux meilleures maisons rurales de Métropole »13. Pour les femmes de ces colons nés en Algérie il n’était plus question de travailler dans les champs.

15Mais, pendant tout le XIXe siècle, et même parfois au début du XXe siècle, des femmes de nouveaux colons continuaient à travailler dans les champs aux côtés de leur mari. Des concessions furent en effet accordées jusqu’au cours des années 1920 d’où un décalage certain des conditions de vie des colons, même quand les concessions étaient de même valeur.

  • 14 N. Barthe-Hugon, Récits de vie des agriculteurs français d’Algérie, 1830-1962, Montpellier, Africa (...)

16Les récits de vie d’agriculteurs14 confirment le dur labeur assumé par certaines femmes de colon au début du XXe siècle. « Ma grand-mère allait aux champs avec mon grand-père. C’était une grande et forte femme. On disait au village que parfois mon grand-père lui faisait tirer la charrue pour ne pas déplacer un cheval qui se trouvait par ailleurs aux champs » déclare un des agriculteurs interrogés. Et parlant de sa grand-mère une femme raconte : « Mariée bien jeune, elle a travaillé dur, montant les meules de paille mieux qu’un homme. Elle allait au lavoir avec un panier lourd sur la tête ; elle travaillait dur, elle aidait aux travaux des champs (piocher, déchausser la vigne) ».

  • 15 Vers 1900 pour les hommes et dans les années 1920 pour les femmes selon Michel Launey, Paysans alg (...)

17C’est seulement avec la généralisation de l’emploi peu coûteux des musulmans et des musulmanes15 dans l’agriculture, que les Européennes cessent d’aider leur mari ou leur père dans les travaux des champs.

  • 16 La mère de Georgette S., dont le mari était à la tête d’une exploitation céréalière et d’élevage d (...)
  • 17 Synthèse d’informations provenant de souvenirs écrits et oraux de pieds-noirs.
  • 18 Il s’agit de Georgette S. citée ci-dessus.
  • 19 L. Ropa, Le chant de la Noria, Paris, Albert Meissein, 1932, p. 35. Roman inspiré par la vie de se (...)

18À partir de la période de l’entre-deux-guerres, dans les campagnes de l’intérieur de l’Algérie, les femmes de colons de la deuxième ou troisième génération qui continuaient à résider sur la propriété, n’assuraient plus guère qu’un travail de surveillance de la domesticité chargée des tâches ménagères et de certains travaux de l’exploitation. Dans le cas d’une ferme, c’est à elles que pouvaient aussi revenir le comptage des bidons de lait après la traite et la surveillance de la fabrication du beurre dans la crémerie. Certaines allaient vendre elles-mêmes, au marché le plus proche, les produits de la ferme16. Suivant le type d’exploitation, le comptage des sacs de céréales après le battage ou celui des hottes de raisin à l’entrée du pressoir ou de l’entrepôt était parfois assuré par les maîtresses de maison17. Les femmes d’agriculteurs pouvaient également assumer la comptabilité de l’exploitation. Et cela dans des milieux fort différents. C’était le cas d’une femme de colon aisé18, mais aussi celui de l’épouse d’un fermier maltais qui louait une petite propriété maraîchère des environs de Bône19.

Les ouvrières agricoles et les femmes de métayer ou d’employé

19On pouvait trouver dans les campagnes algériennes des femmes de métayers, de fermiers ou d’ouvriers agricoles, mais les ouvrières agricoles européennes furent toujours peu nombreuses.

20Le recensement de 1936 chiffre à 8 776 le nombre d’Européennes employées ou ouvrières agricoles contre 38 152 Européens, soit presque cinq fois moins de femmes que d’hommes.

  • 20 G. Campos, Les palmiers d’Arzew 1849-1962, op. cit.
  • 21 M. Baroli, La vie quotidienne en Algérie des Français en Algérie, op. cit., p. 196.

21Du côté féminin comme masculin, avant d’être remplacés par des musulmans, la main d’œuvre agricole était en majorité d’origine espagnole. Beaucoup venaient comme saisonniers. Les femmes trouvaient plus difficilement à s’employer pour les travaux champêtres que les hommes. José Campos est embauché comme jardinier dès son arrivée d’Espagne en 1846 mais son épouse devient femme de ménage à Oran20. Toutefois, les vendanges étaient souvent assurées en Oranie par des femmes espagnoles ; ce travail étant peu rémunéré, les hommes le laissaient volontiers aux femmes21. Il semble en avoir été de même pour la cueillette du coton cultivé dans la plaine du Cheliff entre les deux guerres, bien qu’à cette époque c’était le plus souvent des ouvriers agricoles musulmans qui étaient chargés de ce travail. Les Françaises n’étaient pas totalement absentes du prolétariat agricole ; on peut trouver dans les convois et les actes de mariage du XIXe siècle quelques filles de ferme et jardinières françaises mais elles sont plus rares que les Espagnoles et quasiment absentes au XXe siècle.

22Quand certains de ces ouvriers agricoles devenaient métayers, fermiers et même parfois propriétaires, les femmes travaillaient souvent à leurs côtés.

23Les grands-parents d’André Montero, qui arrivèrent d’Espagne en 1875, eurent des débuts difficiles. Pendant que le grand-père, défrichait la dizaine d’hectares encombrés de broussailles épineuses, de lentisques de palmiers nains et de bambous roseaux, loués à un colon français, sa femme, et sa mère, faisaient du charbon avec les souches arrachées. Elles apprirent à confectionner une charbonnière efficace :

  • 22 A. Montero, Rio Salado, op. cit., p. 65.

Placées les unes sur les autres, les racines de lentisques et autres arbustes étaient montées en forme de dôme et recouvertes de boue épaisse ; peu à peu, le feu, allumé tout en bas et couvant à l’abri de cette carapace durcie, transformait ces souches en un combustible dur, noir, facilement inflammable22.

24La vente du charbon était le seul revenu de la famille en attendant les premières récoltes qui ne vinrent que six ans après.

  • 23 L. Ropa, Le chant de la Noria, op. cit., p. 55.

25Un autre auteur23 raconte les journées harassantes de sa mère d’origine maltaise qui aidait son mari à tenir la petite exploitation maraîchère qu’ils avaient en location au début du XXe siècle au pied de la colline d’Hippone. Quand elle a fini de nettoyer la maison, le jardin l’attend. Et lorsqu’elle s’attarde trop à l’intérieur, « son mari murmure : le ménage, ce n’est pas du travail, il ne rapporte pas de pain. ». Elle devait aussi veiller sur les animaux de la noria. Son fils ajoute que le pourtour des villes de la colonie était peuplé de ces familles de Maltais où les femmes s’occupaient des jardins, participaient à la culture et à la garde des chèvres.

  • 24 Selon Suzette S., durant la période de l’entre-deux-guerres, à Souk-Ahras, trois familles européen (...)

26Les Maltaises de la région de Bône ne furent sans doute pas les seules à connaître cette vie de labeur qui existait encore dans les années trente. Les Mahonnaises, dont les époux et les pères avaient des exploitations maraîchères autour d’Alger et beaucoup d’autres épouses de maraîchers, quelle qu’ait été leur nationalité, avaient sans doute une vie sensiblement identique. Autour de la plupart des villes de la côte, mais même de l’intérieur des terres, des familles européennes pratiquaient des cultures maraîchères, fruitières et même florales. Et les femmes travaillaient fréquemment aux côtés des hommes24.

Les femmes chefs d’exploitation agricole

27Pendant toute la période de l’Algérie française il y eut constamment un certain nombre de femmes à la tête de concessions agricoles. Ces femmes furent, certes, peu nombreuses. Sur les 25 411 Européens chefs d’exploitation agricole dénombrés en Algérie en 1936, 4 070 étaient des femmes.

  • 25 ANOM, série M colonisation. Classement par centre de colonisation.
  • 26 ANOM Algérie, série M colonisation, Oran 3 M 191, La Stidia.
  • 27 Listes des premiers concessionnaires de Souk-Ahras et des Trois marabouts dans les n° 36 et 53 de (...)

28L’existence de femmes possédant à titre personnel une concession est avérée dans les registres des concessionnaires25, comme dans les listes de concessionnaires établies pour certains villages par des généalogistes du GAMT. Sur les 235 concessionnaires de La Stidia, seize sont des femmes26. La liste des premiers concessionnaires de Souk-Ahras27 comprend 33 femmes sur 317 concessionnaires. Celle des premiers concessionnaires des Trois Marabouts inclut huit femmes parmi les 151 concessionnaires.

29La plupart de ces concessions sont reçues en héritage par les femmes, les filles ou les sœurs d’un colon défunt.

  • 28 P. Bellat, Un vieux m’a dit, op. cit.
  • 29 ANOM Algérie, F 80 1170, Rapports des inspecteurs des colonies, (1854-1858).

30La concession d’un colon revient logiquement à sa mort à sa veuve, surtout quand les enfants sont encore mineurs. Or « énorme fut la quantité de veuves qui chargées d’enfants mineurs durent assumer toute la besogne de l’homme »28. Les états nominatifs des concessionnaires ruraux établis par les inspecteurs des colonies agricoles fournissent à cet égard de précieux renseignements. Sur les 96 concessionnaires ayant obtenu une terre dans la banlieue d’Aumale, en 1857-1858, six sont des femmes dont cinq veuves29. La situation des femmes restant seules à la tête d’une concession est évoquée dans plusieurs rapports d’inspection.

  • 30 ANOM Algérie, F 80 1386, Colonies agricoles, Province de Constantine. Rapport du capitaine directe (...)

Six femmes veuves sont encore présentes à la colonie qui ne sont pas comprises dans ce tableau, deux seulement ont l’intention bien arrêtée de faire travailler leur concession, les quatre autres ne cherchent à rester que pendant la mauvaise saison30.

31Certaines semblent avoir quelques chances de réussite, telle celle dont il est dit qu’« elle possède des ressources aisées et son mari avait commencé des travaux de prairies et de défrichement » ou pour une autre « elle a commencé une construction qui paraît devoir être importante et a établi un beau jardin ». D’autres sont en grande difficulté, comme cette veuve « ayant plusieurs enfants et des ressources très minimes qui vit principalement, depuis la mort de son mari, de secours et subventions ». Certaines de ces veuves multipliaient les petits boulots pour pouvoir conserver leur concession.

32Des filles et des sœurs de colon pouvaient aussi hériter de concessions familiales. Sur les seize femmes concessionnaires de La Stidia, si onze sont des veuves, on trouve aussi les noms de trois épouses et de deux célibataires. Sur les 33 femmes concessionnaires notées à Souk-Ahras pour la période 1859-1862, neuf seulement étaient des veuves, seize étaient des femmes mariées et 8 étaient en apparence célibataires.

  • 31 B. Gastineau, Les femmes et les mœurs en Algérie, Paris, Michel Lévy frères, 1861.

33En ces temps où la mortalité masculine était particulièrement forte, certaines femmes pouvaient se voir accorder la concession non seulement de leur mari mais, à défaut d’héritier mâle, elles pouvaient, parfois, obtenir en héritage la concession d’un père ou d’un frère décédé. Un journaliste dit avoir rencontré, lors d’un voyage effectué en Algérie en 1860, deux « demoiselles » très âgées qui exploitaient, depuis vingt ans, dans le massif de l’Edough près de Bône, une concession donnée à leur frère par les princes d’Orléans. Il note « qu’elles vivent sans incident au milieu des Arabes et des bêtes féroces et bien qu’ayant commencé leur odyssée dans un magasin de mode de la rue Vivienne à Paris, elles disent s’être bien habituées aux rugissements du lion »31.

34Mais des concessions furent aussi accordées à des femmes, à titre personnel.

  • 32 Souvenirs de Suzette S., « la concession est en fait un jardin autour de la maison », source orale

35Certaines étaient déjà établies dans des villages de colonisation. Aux Trois Marabouts, comme à Souk-Ahras, certaines familles paraissent avoir été particulièrement favorisées. Des membres d’une même famille, femmes comme hommes, reçoivent en effet, tous une concession. Mais la loi pouvait aussi expliquer certaines concessions accordées à des femmes. À Souk-Ahras en 1861, une épouse de gendarme obtint à titre personnel une petite concession32. De par sa fonction, son mari ne pouvait avoir un lot de colon qu’à sa retraite. Il semble, donc, que certaines femmes ont pu obtenir une concession, du vivant de leur mari, en quelque sorte, en place de leur mari qui en était empêché par suite d’une fonction au service de l’État. Certaines concessions de village n’étaient d’ailleurs que des jardins sur lesquels une construction était permise.

36Par contre, quand une femme ambitionnait d’obtenir une concession à titre personnel dans un village où elle n’était pas résidente, elle devait être veuve. C’est du moins ce que l’étude des dossiers de demandes de concession permet de supposer.

  • 33 ANOM Algérie, série L colonisation, 4 L 40 Mesloug. Il s’agit respectivement des veuves Delestan, (...)

37Ainsi des concessions furent accordées à des veuves qui n’habitaient pas des centres de colonisation, ni même l’Algérie. À côté des nombreuses demandes émanant d’Algérie ou de Métropole déposés par des hommes, on trouve celles de plusieurs femmes. Toutes sont des veuves. À chaque fois sont notés, outre le nom et l’état civil, la composition de la famille et des renseignements divers. Ainsi, parmi les demandes de femmes relevés dans la série L colonisation, on peut voir, dans les années 1880, celle d’une veuve, mère de deux enfants, qui habitait l’Algérie depuis trente ans mais dont le mari n’était pas colon, ou de deux habitantes de Constantine dont l’une, veuve de militaire avait deux enfants, et l’autre, veuve de magistrat, un enfant33.

  • 34 J. Canteau, Le Feu et la pluie de l’Atlas, Vie quotidienne d’une famille de colons français, Paris (...)

38Aucune des femmes candidates à l’obtention d’une concession n’a plus de deux enfants. Le nombre limité d’enfants était, semble-t-il, une condition nécessaire ou, au moins, favorable. Le fait d’être veuve d’un militaire ou d’un magistrat était aussi un avantage. C’est en tant que veuve d’un officier français mort au Tonkin en 1908 qu’une Française put obtenir, selon un de ses descendants, la concession qui fut à l’origine du domaine familial34.

  • 35 ANOM Algérie, série M, La colonisation, 3 M 655, Demande de concessions de métropolitains (Dossier (...)

39Ces demandes de concession émanant de femmes continuent jusque dans les années vingt. Mais il semble qu’à cette époque, la préférence ait été accordée à des cultivatrices de profession. Ainsi, en 1920, il est bien noté dans le dossier d’une métropolitaine, souhaitant obtenir une concession dans le centre de Slissen en Oranie, que la postulante est veuve de guerre, son mari ayant été tué à Arras en décembre 1914. Mais il est aussi précisé qu’elle est établie comme fermière à Cavaignac, dans le Lot depuis 1903 et qu’elle possède 6 000 F en espèces et 24 200 F de matériel agricole35.

40Parmi les veuves demandant une concession, certaines mettent comme condition d’être dispensées de résidence C’est le cas surtout des quelques métropolitaines qui ambitionnent l’obtention d’une concession en Algérie. Il s’agit pour elles comme pour certains hommes, d’obtenir une terre non pour l’exploiter personnellement mais pour la louer et en tirer un revenu.

  • 36 A. Montero, Rio Salado, op. cit., p. 76.

41Rares furent les femmes qui devinrent propriétaires agricoles en achetant des terres grâce au fruit de leur travail comme le firent certains hommes. Andrée Montero rapporte, cependant, la réussite d’une femme espagnole qui, peu de temps après la conquête, s’enrichit en faisant le commerce de l’alfa qu’elle achetait aux Arabes pour le revendre à des exportateurs européens. Avec le bénéfice tiré de ce commerce, elle acquit des centaines d’hectares de terres « perdus dans la montagne » en Oranie, dont personne ne voulait à l’époque, qu’elle revendit, par la suite, à bon prix. Elle se constitua ainsi une des fortunes les plus conséquentes de l’époque36.

  • 37 Angelini, Le livre d’or des colons algériens, Alger, chez l’auteur, 1903.
  • 38 Ch. A. Clarac, Chroniques familiales au Maghreb (1830-1962), op. cit. Il s’agit d’une de ses aïeul (...)

42Beaucoup de femmes renonçaient à exploiter la terre reçue en héritage ou obtenue à titre personnel de l’État, abandonnant leur propriété ou la confiant à un gérant. Toutefois certaines décidèrent d’assurer la gestion de leur exploitation et quelques unes parvinrent à faire fructifier leur patrimoine. Dans le livre d’or des colons algériens, édité en 1903 à Alger37, trois veuves sont citées pour leur vaillance et leur réussite. Une d’entre elles s’était trouvée à la mort de son mari en 1886 à la tête d’une propriété en partie ruinée par le phylloxéra. Elle substitua, à la vigne, des céréales et des primeurs puis reconstitua un vignoble de 25 hectares. Une autre exploita avec succès un moulin isolé. « Sa clientèle était essentiellement constituée d’indigènes et elle gagna par son courage la sympathie de la reine des Zibau, chef de la puissante tribu des Ben Gana de Biskra38. »

43Dans des conditions le plus souvent difficiles, des femmes acceptèrent donc de suivre les hommes à la campagne, de travailler à leurs côtés ou même de les remplacer. Elles participèrent ainsi, au sens le plus complet du terme à la colonisation de l’Algérie et jouèrent non seulement par leur présence mais aussi, bien souvent, par leur travail, un rôle important dans la mise en valeur des terres de concession. Toutefois, ce n’est pas la terre qui occupa en Algérie la majorité des femmes européennes.

Les femmes des villes

Les métiers du chiffon

  • 39 L. de Baudicour, La colonisation. Ses éléments, op. cit., p. 146.

44Les métiers du chiffon englobent les métiers de l’aiguille : couturières, modistes, culottières, giletières, brodeuses, tricoteuses mais aussi les métiers de l’entretien du linge : blanchisseuses, lingères, repasseuses. Couturières, lingères étaient avec les filles de ferme et les dévideuses de cocons des professions jugées nécessaires à l’implantation en Algérie d’une colonie de peuplement39. Aussi dès 1846, des circulaires furent envoyées, par le ministre de la guerre aux préfets de Métropole pour susciter des candidatures au départ avec promesse de passage gratuit.

  • 40 ANOM, 109 Miom 56 et 109 Miom, état civil d’Alger, juillet 1845 et juillet 1865.
  • 41 ANOM, GGA, 50 S 1, Liste de pétitionnaires en faveur du maintien des religieux et religieuses dans (...)

45Au XIXe siècle, en Algérie comme en Métropole, les femmes confectionnent et réparent les vêtements pour elles et leur famille et tirent, au besoin, un revenu de leur savoir faire en la matière. Couturière est l’activité la plus fréquemment notée pour les épouses dans les actes de mariage. Pour 34 femmes s’étant mariées à Alger en juillet 1845, dont 24 avaient déclaré une profession, 14 étaient des couturières. Vingt ans plus tard, toujours à Alger, les couturières représentent 62 % des jeunes mariées actives40. Et en 1871, dans une liste de pétitionnaires algéroises, malgré une plus grande variété de métiers féminins, la profession la plus fréquemment citée est toujours, pour les femmes, celle de couturière41. Trente quatre pour cent des femmes de cette liste sont des couturières.

  • 42 Selon Suzette S., sa bisaïeule, fut embauchée à son arrivée en Algérie, comme couturière dans la f (...)

46La plupart des couturières, dans les premières années de la colonisation, travaillent chez elles, à façon, pour une clientèle modeste. Mais quelques-unes sont employées à temps complet ou partiel pour des familles très aisées42.

  • 43 Tous ces métiers sont notés dans la liste des pétitionnaires algéroises de 1871. Le qualificatif d (...)

47On assiste dans le dernier tiers du XIXe siècle à une certaine spécialisation et aussi à une parcellarisation des tâches de couture qui peut faire supposer l’existence de quelques ateliers. Giletières, culottières, tailleuses, piqueuses et mécaniciennes43 pouvaient, comme en Métropole travailler à domicile pour un manufacturier ou être réunies dans un même local.

48Les actes de mariage et de décès ainsi que le registre de pétition de 1871 donnent l’impression que la profession de couturière a été pratiquée, au moins au XIXe siècle, par des Européennes de toutes nationalités. À côté de couturières espagnoles, on trouve de nombreuses Françaises, des Italiennes, des Maltaises et même quelques Allemandes et Suisses.

  • 44 Actes de mariages et de décès, et liste de pétitionnaires algéroises, sources déjà citées.

49Les métiers d’entretien du linge : blanchisseuses, laveuses et repasseuses semblent également avoir été exercés par des Européennes de diverses nationalités avec toutefois une répartition inégale44.

50Ainsi, dans la liste des pétitionnaires algéroises de 1871, les blanchisseuses et repasseuses sont plutôt de nationalité française ou italienne alors que les laveuses sont surtout espagnoles. Les laveuses se déplaçaient au domicile de leurs clients. Ce travail particulièrement pénible fut un des premiers qui vit le remplacement d’Européennes par des musulmanes.

Les emplois familiaux

51Ce n’est que depuis une période relativement récente que les historiens ont commencé à s’intéresser au monde de la domesticité.

Les domestiques

52En Algérie, le seul recensement fournissant le nombre de domestiques attachés à la personne est celui de 1936. Encore les domestiques ne forment-ils pas à eux seuls une catégorie puisqu’on trouve dans le même groupe « personnes assurant des soins personnels, domestiques », ce qui laisse supposer que les nourrices mais aussi les infirmières à domicile pouvaient rentrer dans ce dénombrement.

  • 45 Pour se conformer aux témoignages de l’époque qui font tous la distinction entre Européennes et ju (...)
  • 46 « Je n’employai pas de musulmane dit une Pied-Noire appartenant à ce milieu et interrogée à propos (...)

53Dans ce groupe, 13 106 femmes européennes sont comptabilisées, soit presque trois fois plus de femmes que d’hommes. Ces chiffres montrent que le monde de la domesticité attachée à la personne était en grande majorité féminin, ce qui n’est pas une surprise, et qu’il était encore relativement important à une date où les musulmanes commençaient à être employées dans les familles européennes. Il y eut toujours un certain nombre de domestiques européennes ou juives45 et cela jusqu’en 1962 dans certaines familles de la haute bourgeoisie46.

  • 47 Rapporté par une de ses descendantes Andrée Coulin dans un document dactylographié de souvenirs fa (...)
  • 48 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

54L’origine sociale des domestiques européennes travaillant en Algérie paraît fort proche de celle des domestiques de Métropole dont beaucoup venaient de la campagne. En Algérie, les jeunes Européennes, qui devenaient domestiques, étaient, souvent, des filles ou femmes de petits concessionnaires ou d’ouvriers agricoles. Une jeune Alsacienne fut immédiatement placée comme servante dans une famille française de Mustapha alors que ses parents et ses frères et sœurs rejoignaient leur concession en 183747. En Oranie, les filles, les sœurs et les femmes d’employés agricoles espagnols assuraient fréquemment le service domestique des vignerons et de quelques membres de professions libérales48.

  • 49 Rappelons que l’âge du travail des enfants n’est fixé, en France, à treize ans, qu’à partir de 188 (...)
  • 50 Témoignage de Geneviève K., source orale. Il s’agit d’une de ses aïeules.

55La plupart des domestiques étaient des jeunes filles qui s’employaient avant le mariage, certaines avec l’espoir de se constituer une dot, d’autres simplement pour pouvoir vivre ou aider leur famille. Elles commençaient souvent très jeunes. Au XIXe siècle elles pouvaient être employées dès l’âge de douze ans ou même encore plus jeunes49. Dans les années 1830, un colon allemand débarquant à Alger avec sa famille plaça une des ses filles âgée de 10 ans comme domestique dans une famille algéroise avant de rejoindre sa concession à Dely Ibrahim50.

  • 51 Femmes de demain, article du 1er février 1937 consacré à Oran. « Élevées pour l’oisiveté, écrit un (...)

56Ces jeunes domestiques devaient probablement abandonner leur emploi lorsqu’elles se mariaient. Dans les actes de décès d’Alger de 1845 ou de 1850, comme dans la liste des pétitionnaires de 1871, on ne trouve pratiquement pas d’épouse, ce qui peut s’expliquer par le fait que les bonnes devaient coucher le plus souvent chez l’employeur, ce qui était rarement accepté par les maris. Par contre, on trouve quelques veuves obligées sans doute de s’assumer51.

57Des Européennes de toutes nationalités ont servi comme domestiques. Les annonces de décès de 1841 et 1850 ainsi que la liste des pétitionnaires de 1871 tendent à montrer, qu’à Alger, Françaises et Espagnoles étaient également embauchées comme bonnes ou comme femmes de ménage.

58Dans les actes de mariage de Bône on peut trouver quelques Italiennes. Et une Française d’Algérie confiait :

  • 52 C. Brac de la Perrière, Derrière les héros… les employées de maison, op. cit.

J’ai employé des Françaises, des Autrichiennes, des Espagnoles, des juives… En fait, on a eu plusieurs Autrichiennes ; elles étaient très nombreuses, les unes venaient attirées par les autres, des célibataires. Elles sont toutes parties au moment de la seconde guerre mondiale. Après nous avons eu une Espagnole52.

59Les Espagnoles semblent avoir, toutefois, supplanté toutes les autres nationalités européennes dans le service domestique. Dans les ouvrages de souvenirs, comme dans les guides de voyage, les journaux et les romans, quand il est question de domestiques européennes, il s’agit presque toujours d’Espagnoles.

  • 53 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie, Ses éléments, op. cit., p. 169.
  • 54 Guide Joanne, Alger-Tunisie, 1898.

60Dès 1856, Louis de Baudicour rapporte, que « partout les filles espagnoles se mettent au service des particuliers »53 et on peut lire dans le guide Joanne de 1898 à propos des Mahonnaises : « Elles sont bien connues à Alger où elles sont domestiques ou nourrices »54. Jusque durant la période de l’entre-deux-guerres des jeunes filles débarquaient d’Espagne pour se placer comme bonnes.

  • 55 L. Celerier, Six générations en Algérie, Avignon, Presses Universitaires, 1978.

Il y a un arrivage d’Espagne, disait-on, quand on voyait débarquer une vingtaine de jeunes filles espagnoles en groupes de cinq ou six, toujours chaperonnées par une duègne, la tilla ; elles venaient se placer comme bonnes à tout faire […] Elles vivaient économiquement, amassaient sou par sou et repartaient chez elles quelques mois plus tard55.

  • 56 Femmes de demain, Supplément en 1937, article du 15 février 1937.

61La proportion d’Espagnoles dans la domesticité variait suivant les régions. Elles étaient particulièrement nombreuses dans l’Oranais où leur remplacement par des musulmanes fut aussi plus tardif. « Il y a environ une Française pour dix domestiques à Oran. La plupart sont des Espagnoles » note un périodique en 193756.

62Et jusqu’aux lendemains de la guerre de 1939-1945, on pouvait encore trouver du personnel domestique espagnol en Oranie.

  • 57 A. Job-Querzola, Le cornet de Jujubes, op. cit. L’auteur née à Sidi Bel Abbès, durant la seconde g (...)

Josépha c’est la laveuse. Carmen, Paquita, Alice sont les bonnes de la maison. Toutes des espagnoles, comme mémé, les tantes et la mère de la petite fille. Elles habitent le quartier et viennent travailler le matin à la maison. Mais les courses, la cuisine, c’est sa mère57.

63Dans toute l’Algérie, à l’exception du Constantinois, les Espagnoles étaient les Européennes les plus nombreuses à servir comme domestiques. La plupart de ces femmes, qui arrivaient en Algérie en connaissant à peine le français, ne pouvaient, en effet, guère espérer qu’une place de bonne ou d’ouvrière.

  • 58 Femmes de demain, article du 15 février 1937.

64Comme en Métropole à la même époque, les conditions de travail des employées de maison dépendaient essentiellement de leur patron. En 1937, on pouvait lire dans un article consacré au sort des domestiques à Oran58 :

Si certains patrons leur accordent une heure ou deux l’après midi et même parfois le dimanche, ailleurs, elles se lèvent le matin à 5, 6 ou 7 heures et travaillent le soir jusqu’à 10, 11 ou 12 heures, voire 2 ou 3 heures du matin. Celles-ci (Il s’agit d’Espagnoles) ne parlent pas le français, sont payées n’importe comment et acceptent tous les traitements.

65Dans certaines familles de la grande bourgeoisie française d’Algérie, on ne se donnait même pas la peine de retenir le prénom des domestiques espagnoles comme ce sera souvent le cas par la suite avec les musulmanes dénommées le plus souvent « Fatma » ou « Zohra ». Une Française d’Algérie rapporte le comportement à cet égard de sa grand-mère.

  • 59 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis, op. cit. Le grand-père était notaire à Alger.

Ma fille, disait notre grand-mère, quand elle embauchait une femme de chambre, comment vous appelez-vous ? Consuelo, Assomption, Incarnation ? C’est un nom impossible, déclarait péremptoirement notre aïeule, puisque vous serez femme de chambre vous vous appellerez Marie et pour les cuisinières, l’impétrante était rebaptisée Maria59.

66Durant les années trente, on assiste en Algérie à une crise de la domesticité européenne. L’entrée des musulmanes dans les emplois familiaux entraîna une désaffection des Européennes d’Algérie pour ce corps de métier. Le nombre d’Européennes d’Algérie acceptant de se placer comme domestiques devint de ce fait insuffisant pour répondre à la demande de la grande bourgeoisie qui n’entendait pas employer une musulmane. Et le Gouvernement général d’Algérie fut obligé de faire appel à un recrutement de domestiques à l’étranger.

  • 60 Exposé de la situation générale de l’Algérie en 1931, par Jean Carde gouverneur de l’Algérie, Alge (...)

Trois cents domestiques couchant en place ou femmes de chambre ont été recrutés en Autriche, en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Espagne et en Italie pendant l’année et ont été placés à Alger et dans plusieurs localités des trois départements [peut-on lire dans l’exposé du gouverneur général de l’Algérie, en 1931, qui conclut :] La crise de la domesticité s’est sensiblement atténuée. Le recrutement à l’étranger a donné des résultats assez satisfaisants pour être poursuivis60.

  • 61 Femmes de demain, article paru le 15 février 1937.
  • 62 A. Montero, Rio Salado, op. cit., p. 52.

67Jusqu’à la guerre de 1914 et à un moindre degré jusqu’à celle de 1939, seule une minorité de la population européenne d’Algérie pouvait s’offrir les services d’une ou plusieurs domestiques européennes. Rentraient dans cette catégorie les colons aisés, certains membres de professions libérales, des hauts fonctionnaires et de gros commerçants. Avec, parfois, des exigences particulières quant à l’origine ethnique du personnel de service. « Dans l’aristocratie oranaise nationaliste, on préfère les Autrichiennes et les Suisses bien stylées »61. Mais, selon une fille de colon, les colons avaient plutôt tendance à faire appel à des Européennes déjà établies en Algérie, « les nurses anglaises ou suisses étaient rares dans le milieu des colons ; c’était plutôt le fait des hauts fonctionnaires ou des grands commerçants de la ville »62. Quand c’était possible, les familles de colons donnaient la préférence aux domestiques du même pays ou de la même province qu’eux. C’était entre autre le cas de certaines familles alsaciennes.

  • 63 En 1937, toujours selon Femmes de demain « certaines mauresques travaillent toute une journée pour (...)

68Quoiqu’il en soit le choix ou non de l’origine ethnique du personnel domestique ne se posait pas pour la majorité des familles européennes d’Algérie. D’après Femmes de demain, en juillet 1937, du fait de la crise de la domesticité, une bonne à tout faire européenne, nourrie, logée pouvait gagner, selon ses capacités, de 100 à 500 F par mois, c’est à dire autant qu’une vendeuse de magasin ou une secrétaire63.

Les nourrices

  • 64 « Recherche sur les causes de la mortalité des enfants à Alger », L’Akhbar, 6 juillet 1842.
  • 65 « Les carences de l’Assistance publique », Femmes de demain, hebdomadaire féminin algérien, 1er no (...)

69Au XIXe siècle et jusqu’à la guerre de 1914-1918 au moins, les nourrices font également partie du paysage familial, en Algérie comme en Métropole. Certaines femmes européennes prenaient des enfants en nourrice à leur domicile. C’était le plus souvent des orphelins qui leur étaient confiés au XIXe siècle par les religieuses qui avaient en charge les orphelinats64. Au XXe siècle l’assistance publique avait recours à des nourrices indigènes65. Mais ces femmes ne font pas partie du personnel domestique.

70Il y eut aussi en Algérie des nourrices employées par des familles, pour nourrir et élever, pendant leur petite enfance, les enfants du foyer. Dans les sources consultées, quand il est question de femmes européennes faisant profession de nourrice, il s’agit presque toujours d’Espagnoles.

  • 66 J.-J. Jordi, Les Espagnols dans l’Algérois, op. cit., p. 149.
  • 67 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis, op. cit.

71Un historien rapporte qu’à la veille de la première guerre mondiale, « on entendait encore des Espagnoles d’Alicante et de Dénia crier : « Se anem a criar à Alger, nous allons élever les enfants à Alger ! »66. Ce qui est confirmé par une Française d’Algérie. « En Algérie, l’usage était alors de faire allaiter les enfants par des femmes venues d’Espagne, soit que les jeunes mères aient perdu un bébé, soit qu’elle l’ait laissé en garde à une parente ou une amie capable de le nourrir… »67.

72Plus encore que les domestiques, l’emploi de nourrices à domicile était réservé à une petite minorité de familles européennes très aisées, du moins tant que ces nourrices étaient elles-mêmes européennes.

  • 68 B. Sasso, « Naissance et petite enfance à Stora », Mémoire vive, n° 4, décembre 1996, magazine du (...)
  • 69 Marie A., rapatriée d’origine espagnole, source orale.

73Dans la majorité des foyers pieds-noirs, quand une femme ne pouvait pas allaiter son enfant, elle avait recours, semble-t-il, à la générosité d’une voisine jeune accouchée. « À Stora, les nourrices étrangères au village n’existaient pas. Si le lait de la mère n’était pas assez nourrissant ou si celle-ci était morte en couches, l’une des femmes du village réputée pour l’abondance de son lait suppléait bénévolement à la mère défaillante ou disparue68 ». Et quand ce n’était pas possible, on pouvait faire appel, à partir de l’entre-deux-guerres, à des musulmanes. « J’ai été élevée ainsi que mes cinq frères et sœur par des nourrices arabes, et fait allaiter ma fille par une musulmane69 ».

Les métiers du commerce et de l’hôtellerie

Une quantification impossible

  • 70 Ce n’est qu’en 1982, en France, que les femmes d’artisans ou de commerçants travaillant avec leur (...)

74Au recensement de 1936, 12 797 Européennes travaillaient officiellement dans des emplois liés au commerce et à l’hôtellerie. Elles représentaient 24 % des actifs de ces secteurs. Mais on ignore si les agents du recensement ont comptabilisé toutes les femmes travaillant dans le commerce et l’hôtellerie, à savoir non seulement les femmes propriétaires ou salariées dans ces activités mais aussi les femmes de commerçant ou d’hôtelier travaillant aux côtés de leur mari70. Le travail invisible des femmes a toujours été particulièrement important dans le commerce et l’hôtellerie.

75On ne peut quantifier la participation des femmes aux métiers du commerce et de l’hôtellerie. Seules les femmes européennes détenant à titre personnel des commerces en Algérie sont comptabilisées, ce qui exclut déjà toutes les femmes mariées en raison de la législation.

  • 71 Comme cette marchande de fruits se mariant à 43 ans à Mostaganem en février 1865, ou cette veuve, (...)
  • 72 Revue du GAMT n° 43, 45, 48, 55, 56 et 57. Villes de Bône, Constantine, Relizane et quartier d’El (...)

76Leur existence est rarement attestée dans les actes de mariage ; il faut, en effet, avoir accumulé un certain pécule pour ouvrir un commerce, ce qui était rarement le cas des mariées, pour la plupart très jeunes. Aussi trouve-t-on très peu de jeunes filles tenant un commerce avant leur mariage, c’était plutôt le cas de femmes se mariant tardivement71. Les commerçantes sont plus nombreuses dans les actes de décès. L’existence de commerçantes européennes est aussi avérée par des annonces de presse ou des publicités commerciales, par la liste des pétitionnaires d’Alger de 1871 déjà citée, ainsi que par les relevés effectués pour le GAMT des activités des Européens en 1900 par localité ou par rue pour quelques villes72.

77Les commerces détenus à titre personnel par des femmes appartiennent pour la plupart à trois catégories d’activité commerciale : des commerces liés à l’habillement, surtout féminin, des débits de tabac, et des commerces en rapport avec « le gîte et le couvert ». Somme toute, à l’exception du tabac, les femmes restent cantonnées dans l’univers domestique qui leur est familier : habillement, nourriture et logement.

Des boutiques de mode et merceries

78Dès les premières années de la conquête, des femmes ouvrent à Alger des boutiques de mode ou de nouveautés. Il suffit de feuilleter L’Akhbar de l’année 1841 pour y trouver de nombreuses annonces émanant de femmes. L’une informe sa clientèle de la réception d’un réassortiment de broderies, une autre de l’arrivée de chapeaux de paille suisse, d’autres, encore, annoncent le transfert d’un magasin d’articles de modes de Paris ou l’ouverture d’une boutique de nouveautés.

79Dans les relevés nominaux des personnes, avec l’indication de leur activité, effectués pour l’année 1900 à partir des annuaires de grandes villes par le GAMT, beaucoup de femmes continuent à tenir à titre personnel un magasin lié à l’habillement ou à la couture. On peut citer à Alger des merceries, des boutiques de broderie, ou de mode féminine détenues par des femmes. Il en est de même à Bône et Constantine.

Des débits de tabac

  • 73 ANOM Algérie, Préfecture de Constantine, B 1 8 ter, Correspondances diverses 1900-1902.
  • 74 Ibid.

80On trouve aussi, dans ces relevés du GAMT, de nombreuses femmes tenant des débits de tabac. Les débits de tabac étaient, en Algérie, comme en Métropole, concédés par les préfets de préférence à des veuves de fonctionnaires n’ayant pas droit à une pension de retraite. Ils étaient parfois joints à une recette de contributions indirectes ou de vente de poudre. Aussi les dossiers de candidatures73 de veuves de cadres coloniaux étaient-ils nombreux : veuve d’un médecin colonial, veuve d’un receveur des douanes, veuve d’un secrétaire des Ponts et Chaussées… Dans la plupart des cas, les demandes étaient satisfaites, dès que le directeur des contributions diverses avait reconnu que la veuve était « digne de la sollicitude de l’administration ». Le remariage ne supprimait pas obligatoirement la concession du débit accordé par la régie. Ainsi le préfet de Constantine accorde à une veuve remariée « titulaire d’un débit de la régie à Bône rapportant annuellement 1 200 F, la confirmation de la concession du débit jusqu’à la majorité de ses filles, après enquête sur les revenus de son nouvel époux »74.

Des commerces en rapport avec le gîte et le couvert

81La troisième catégorie d’établissements commerciaux fréquemment détenus par des femmes comprenait des épiceries, des cafés, débits de boisson, des auberges et des meublés ou garnis, plus rarement des hôtels et des restaurants. C’est du moins ce qui semble ressortir de l’étude, il est vrai restreinte, des relevés du GAMT. Tous les hôtels et les restaurants d’El Biar, de Relizane, de Bône, de la rue Damrémont à Constantine, de la rue de Constantine à Alger étaient détenus en 1900 par des hommes à une exception près l’hôtel du Midi à Bône. En général les femmes seules, veuves, séparées ou célibataires géraient des établissements plus modestes.

Une participation invisible à beaucoup d’autres activités commerciales

82Plus nombreuses sûrement étaient les femmes de commerçants qui participaient au négoce de leur mari. Ces femmes ne sont pas répertoriées comme commerçantes dans les relevés d’annuaires mais elles apparaissent dans la liste des pétitionnaires algéroises de 1871. Face à leur nom, ce sont les femmes elles-mêmes qui ont indiqué leur activité. Cette pétition était ouverte aux hommes comme aux femmes ce qui fait qu’on peut y trouver les signatures de couples de commerçants ; époux et épouse sont alors notés séparément et l’activité de la femme est reconnue comme celle du mari, ce qui fait apparaître la bouchère aux côtés du boucher, et la cordonnière près du cordonnier. Qu’elles soient ou non patronnes d’un commerce, elles se déclarent commerçantes quand elles participent à l’activité commerciale de leur mari.

83On peut ainsi noter plusieurs cordonnières, des pâtissières, des boulangères, des épicières, et de nombreuses débitantes, sans qu’il soit précisé le type de débits tenu : boisson ou tabac. Les femmes étaient largement présentes à Alger en 1871 dans de nombreux types de commerce, même si la boutique était officiellement la propriété unique de leur mari.

84Certaines se déclarent marchandes de légumes, de fruits, de poisson, de farine, de charbon ou de vin. Ces marchandes devaient posséder simplement une charrette ou un étal au coin d’une rue. À côté de ces marchandes qui animaient les rues par les appels à la clientèle, existaient en Algérie comme en Métropole des métiers des rues plus silencieux : laitières portant le lait chaque matin au domicile, ou ces chaisières qui souvent devant leur porte rempaillaient des sièges. Toutes ces petites activités apparaissent dans la liste des pétitionnaires et, si elles ne sont pas l’apanage des femmes, certaines Européennes les exerçaient.

  • 75 A. Montero, Rio Salado, op. cit., p. 115.

85Dès la fin du siècle ces petits commerces ambulants commencent, semble-il, à être assurés par des musulmans. Les premières épiceries tenues par des musulmans s’ouvrent durant les années précédant la guerre de 1914. Au début des années 1880, la grand-mère d’Andrée Montero possédait une épicerie dans une des pièces de sa maison. Outre des légumes, de la farine, des figues sèches et des dattes, elle y vendait de la pierre de sel, du café vert ainsi que de la mercerie et des vêtements et chaussures. Elle vendait « tout ce qu’une génération après sera vendu par les arabes dans leur rhânout »75. Dans le secteur commercial, c’est donc dans les petits commerces alimentaires, tenus souvent par des femmes européennes, que l’on assiste en premier au remplacement des Européens par des musulmans.

86Cependant, entre les deux guerres, et même jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, des Européennes continuèrent à tenir des commerces.

Les ouvrières

  • 76 En 1936, les musulmanes étaient essentiellement employées dans l’industrie textile et surtout dans (...)

87En 1936 le secteur secondaire employait 21 813 Européennes et seulement 2 725 musulmanes76. Les Européennes représentent, donc, la très grande majorité des femmes qui travaillaient en Algérie dans ce secteur. Mais les emplois féminins étaient peu nombreux.

88La Négrita, un des personnages de Musette, l’auteur des aventures de Cagayous résume, dans le langage pittoresque des quartiers populaire d’Alger, les difficultés du marché du travail féminin à Alger, au début du XXe siècle.

  • 77 Musette (A. Robinet), Le mariage de Cagayous, p. 171, achevé en 1906, Alger, Méditerranée vivante, (...)

À présent je travaille pour faire des couronnes en perles ; mais comme c’est venu la morte saison, je fais la grève forcée. – Et la fabrique ça vaut rien ? demande Cagayous – C’est tout plein de machines qu’on vous lève le pain. La moitié des cigarières elles sont dessus le pavé. À la cartoucherie, c’est bourré et pour rentrer il faut la recommandation. À la fabrique de tapis, y a plus de cent filles qu’on s’attend la place. Dedans les autres maisons qu’on fait les pantalons, les guêtres et les effets soldat, faut qu’on se connaît à le coupeur et à le contremaître qui commandent plus qu’à les patrons. Les Apolitaines elles vous sort tout le travail77.

89Deux des trois secteurs essentiels d’emplois industriels ouverts aux femmes sont évoqués ici : l’industrie du tabac, de la poudre et des allumettes d’une part, l’industrie textile et la confection d’autre part. Le troisième secteur d’emploi relativement important pour les femmes, qui se développe surtout après la guerre de 1914-1918, est le secteur alimentaire.

  • 78 Annuaire statistique de l’Algérie de 1936.

90En 1936, l’industrie textile, l’industrie du tabac et les industries alimentaires sont les trois seuls secteurs offrant, chacun, du travail à plus de mille femmes européennes78.

L’industrie textile

91L’industrie textile proprement dite, filature et tissage, était très peu présente en Algérie en 1936 puisqu’elle employait environ 1 200 Européennes et guère plus de musulmanes. Mais plus de 15 000 Européennes travaillaient dans la catégorie dénommée « habillement et travail des étoffes ». C’était de loin le premier secteur secondaire d’emploi féminin. La plus grande partie de la confection était assurée par des couturières travaillant à domicile. Il existait cependant quelques ateliers de fabrication de toiles et de confection.

92Lucienne Favre décrit un atelier de fabrication et de réparation de bâches et de toiles de tente vers 1900.

  • 79 L. Favre, Bab-el-oued-Paris, La table ronde, 1946, p. 39.

Une salle rectangulaire au plafond bas, où le jour pénètre par des petites fenêtres aux vitres encrassées […] Des planches posées sur des tréteaux, s’alignent en double rang. De chaque côté de ces tables rustiques, tous les deux mètres, il y a une femme qui coud très vite et qui, de temps en temps, se redresse pour étirer son dos las puis se penche de nouveau et se dépêche davantage et cela au milieu d’une poussière acre qui pique les yeux et fait tousser79.

93Les Espagnoles formaient la majorité des femmes travaillant dans ces ateliers. Mais Lucienne Favre évoque aussi la présence d’une Italienne et d’une Parisienne.

L’industrie du tabac

  • 80 L’Écho d’Oran du 31 mars 1901, L’industrie algérienne.

94Selon un journaliste d’Oran l’industrie du tabac était au début du XXe siècle la seule industrie digne de ce nom existant en Algérie car elle faisait vivre, « des milliers et des milliers de familles et « les mères de famille de la classe ouvrière tendent, toutes, à faire de leurs filles et fillettes des cigarières »80. Un quotidien d’Alger confirme l’importance de cette industrie en 1905 :

  • 81 Les Nouvelles du 15 juin 1905, article sur les grèves des ouvrières du tabac.

L’industrie du tabac est très développée et un millier d’ouvrières de tout âge, depuis la fillette d’une dizaine d’années jusqu’à la mère de famille fournissent tous les jours un labeur écrasant pour un minime salaire81.

  • 82 J.-J. Jordi, Juan Bastos, une trajectoire originale de réussite coloniale, article paru dans le n° (...)
  • 83 Parmi les plus importantes, on peut citer les usines Parlier à Alger et Jobert à Mostaganem.

95La première manufacture de tabac fut créée en 1838, à Oran, par un Espagnol, Juan Bastos. Ses enfants firent de la modeste entreprise familiale une des principales industries d’Algérie employant surtout un personnel féminin et espagnol82. Les usines Bastos étaient les plus importantes fabriques de cigares et cigarettes mais elles n’étaient pas les seules83.

  • 84 Étude manuscrite anonyme sur le tabac en Algérie en 1926, faite d’après une enquête administrative (...)
  • 85 Exposé de la situation générale de l’Algérie en 1928 par le Gouverneur général Pierre Bordes, p. 1 (...)

96Dans les années 1920, une cinquantaine de fabriques de tabac existaient en Algérie, dont 21 dans la région d’Alger. Elles employaient en 1926, 2 088 hommes et 2 862 femmes84. La production était très diversifiée : tabac à priser, tabac à mâcher en poudre, tabac à mâcher en feuilles, cigares et cigarettes85.

  • 86 L. Dachot, La fabrication du tabac en Algérie, Alger, Mustapha, 1900.
  • 87 Lonchampt, inspecteur du travail, Les nouveaux salaires en Algérie selon les catégories. Mise à jo (...)

97Au début du siècle, les feuilles de tabac étaient roulées à la main, sur la cuisse, avec un tablier de cuir, sans l’aide d’aucun moule, par des hommes ou des femmes, les femmes étaient chargées particulièrement du collage et de l’empaquetage des cigarettes86. Durant la période de l’entre-deux-guerres, on assiste à une mécanisation et à une parcellisation des tâches dans l’industrie du tabac. Du fait de la mécanisation, des hommes travaillent de plus en plus nombreux aux côtés des femmes, mais les emplois diffèrent selon le sexe. Les femmes n’occupent que les emplois dits de 4e et 5e catégorie. Elles sont tout au plus conductrices de machines : machines à cigarettes, machines à paquets, à cigares, machines à cellophaner, mais la plupart sont mouilleuses et trieuses de cigares, monteuses-garnisseuses de boîtes de cigares ou bien ramasseuses, approvisionneuses, ouvreuses de tabac, écoteuses, presseuses. La dernière catégorie d’emploi comprenait les femmes de déchets et les femmes de peine87.

Les industries alimentaires

  • 88 A. Helie-Lucas, Les institutrices européennes laïques en Algérie, 1874-1949, DEA, Aix-Marseille, 1 (...)
  • 89 M. Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie, 1830-1914, op. cit.

98Les premières usines alimentaires qui ouvrirent leurs portes dès la fin du XIXe siècle furent des usines liées à la pêche. Elles étaient assez nombreuses dans la région de Philippeville, et, particulièrement, dans le village de pêcheurs de Stora. Mais des conserveries de poisson existaient dans beaucoup d’autres ports de pêche. À Cherchell, une sardinerie employait des ouvrières saisonnières qui préparaient les sardines, les faisaient cuire puis les mettaient en boîte88. Au Sud de Castiglione, à Chiffalo les femmes et les filles de pêcheurs trouvaient du travail dans un atelier de salaisons d’anchois et de sardines qui s’était créé en 1889. Dans tous les petits ports de pêche, à l’arrivée du poisson, les usines hissaient le pavillon et les femmes accouraient89.

99À ces conserveries s’ajoutèrent, au début du XXe siècle et surtout après la guerre de 1914-1918, des fabriques de pâtes alimentaires et de biscuits. Une quarantaine de fabriques de macaronis, nouilles et vermicelles étaient réparties dans les trois départements d’Algérie. Ces fabriques employaient, aux côtés des hommes, un certain nombre de femmes européennes. Si certaines ouvrières participaient à la fabrication des pâtes, il semble que beaucoup étaient cantonnées à l’emballage des produits.

Une participation diffuse de femmes dans d’autres industries

  • 90 ANOM, Alger, Série 1 k 6 Dérida était la principale fabrique de chaussures d’Alger et pour les bou (...)
  • 91 La Femme Algérienne, mars 1937, biographie de Mme Surin racontée par le journal pour le concours f (...)

100Le recensement professionnel de 1936 dénombre des femmes dans presque toutes les catégories d’entreprises industrielles existant en Algérie. Elles participaient aux côtés des hommes à la fabrication de chaussures et d’espadrilles, et elles étaient employées comme trieuses de bouchons dans les bouchonneries90. On trouvait même quelques Européennes travaillant les métaux ou dans des entreprises de construction. Certaines femmes étaient employées dans des briqueteries, soit dans des petits ateliers avec leur mari, soit en tant qu’ouvrières ; dans la liste des pétitionnaires d’Alger de 1871 on trouve deux briquetières, et à Relizane en 1900 une veuve tenait une des cinq briqueteries de la commune. Quelques femmes, après le décès de leur mari, continuaient l’activité artisanale de ce dernier. Ainsi, la veuve d’un ferblantier d’Alger continua seule cette activité. Elle avait douze enfants, dont deux seulement en âge de travailler. Elle fournissait surtout les quincailliers fabriquant, entre autres, des arrosoirs. En 1910 elle s’installa à Bouïra, ayant appris qu’aucun ferblantier ne se trouvait dans la région, et y créa un nouvel atelier91.

Des emplois mal rémunérés

  • 92 Nouveau guide du voyageur, 1865, op. cit.
  • 93 Lonchampt, Les nouveaux salaires en Algérie, op. cit.

101D’une façon générale, dans l’industrie, les emplois féminins faisaient partie, comme nous l’avons vu pour le tabac et les industries alimentaires, des dernières catégories du classement professionnel. Elles étaient souvent cantonnées dans le conditionnement de présentation des produits. Et, quand les emplois hommes/femmes étaient identiques, les salaires étaient toujours inférieurs à ceux des hommes. Dans les usines de filature et de tissage de coton, de laine et même de soie, qui existaient en Oranie au XIXe siècle, les salaires des hommes étaient en 1865 en moyenne de 2,50 F par jour et celui des femmes pour le même travail de 2 F92. En 1945, dans une fabrique d’allumettes d’Alger, un aide machiniste de sexe masculin pouvait recevoir de 20,80 F à 22,90 F par jour, alors qu’une femme occupant le même emploi ne pouvait espérer obtenir qu’entre 14,50 F à 16,30 F93.

102Au début du siècle, les conditions de travail en Algérie étaient au moins aussi dures qu’en Métropole, si ce n’est plus. La législation de 1892, interdisant le travail de nuit pour les femmes et limitant la journée de travail à 10 heures, n’était pas toujours respectée dans certains ateliers de confection en 1901.

  • 94 L’Écho d’Oran, 15 juin 1901, article intitulé Celles qui travaillent. La législation de 1892 avait (...)

À Alger, quelques ateliers sont bien organisés, il n’y a pas de surmenage dans tous mais, dans beaucoup, nous demandons aux patrons, la fermeture de tous les ateliers le dimanche, la diminution de la journée de travail, avec repos de 2 heures pour le repas de midi et la suppression absolue des heures de travail de nuit94.

  • 95 L’ouvrier algérien, 8 avril 1906.

103En 1906, un hebdomadaire95 dénonce la mauvaise application des lois sur les accidents du travail.

En Algérie, l’aide financière qui est versée en France par le patron à l’ouvrier s’il est estropié ou à sa veuve en cas d’accident mortel est, dans le cas d’un ouvrier français, aléatoire et réduite, dans des proportions telles qu’elle est sans effet. Et pour les étrangers elle n’existe pas.

Les employées « en col blanc » des secteurs privé et public

104Comme en Métropole, à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, de nouveaux métiers s’ouvrirent pour les femmes.

Les demoiselles de magasin

  • 96 ANOM Algérie, Série 1 k 6, grèves de 1936 à Alger.
  • 97 Les Nouvelles, année 1900.

105Les « demoiselles de magasin » se devaient d’être jeunes, célibataires de préférence et avenantes. Chaque grande ville d’Algérie avait son grand magasin de mode ou d’articles en tous genres, plus ou moins important. À Alger, en 1936, 992 employés, en majorité des femmes, travaillaient aux Galeries de France, au Gagne Petit, aux Deux Magots, au Bon Marché et à Monoprix96. Les places de vendeuses étaient recherchées et les postulantes étaient souvent très jeunes. « Jeune fille de 16 ans instruite et de très bonne tenue, demande place de demoiselle de magasin ou de caissière » était le type d’annonces passées dans la presse quotidienne97. Mais à partir de 1900 des demandes d’emploi de dactylo commencent à paraître.

Les employées de bureau

  • 98 Femmes de demain, 18 janvier 1936, article : « Que faire de nos filles ? ».

106C’est surtout après la guerre de 1914-1918 que les emplois de bureau se féminisent en Algérie. En 1936 presque la moitié des employés de banques, d’assurance et de gestion d’entreprises sont des femmes européennes (3 445 femmes pour 7 561 hommes travaillent dans ces secteurs). Ce même recensement dénombre 7 748 femmes travaillant dans les services publics, dont une partie des emplois offerts devait être des postes de secrétaires ou autres emplois de bureau. L’hebdomadaire Femmes de demain, dans un article encourageant les filles à se former pour un emploi, présente comme première profession féminine envisageable celle de secrétaire sténodactylographe98.

Les employées des postes et télégraphes

107L’entrée des femmes dans l’administration des postes et télégraphes date, comme en Métropole, de la fin des années 1870. L’annuaire général de l’Algérie de l’année 1880 signale la présence de femmes dans plusieurs bureaux de poste de l’Algérois. Mais les femmes ne sont pas affectées aux mêmes emplois que les hommes.

  • 99 Synthèse de renseignements fournis par l’Annuaire général de l’Algérie, Gounod, 1880.

108Les bureaux importants d’Alger ont tous une direction masculine. C’est le cas aussi des bureaux de distribution-entrepôts ainsi que des bureaux télégraphiques Par contre, tous les petits bureaux de simple distribution de l’Algérois sont sous la responsabilité de femmes (trois veuves et cinq célibataires). On constate cette même division sexuelle des emplois à l’enregistrement. Les bureaux de recette de l’enregistrement d’Alger n’emploient que des hommes mais, sur les six postes de distribution de papiers timbrés d’Alger, cinq sont attribués à des femmes99.

109Dans les bureaux de poste des petites communes, les dames ou demoiselles des PTT pouvaient être amenées à jouer un rôle qui dépassait celui lié à leur fonction. Ainsi à Berrouaghia sur les hauts plateaux de l’Algérois, au lendemain de la première guerre mondiale,

  • 100 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis, op. cit.

au bureau de poste, le jour de marché, on faisait la queue. Les paysans arabes se pressaient pour toucher ou envoyer un mandat. La postière devenait, alors, conseiller d’affaires, écrivain public et interprète en sabir, car, si sa clientèle ignorait la lecture et un français correct, la préposée ne savait guère que quelques mots d’arabe100.

  • 101 L’Écho d’Oran, 5 mai 1901, titre de l’article : « Les Héroïnes de Margueritte ». Il s’agit de la r (...)

110Et quand elles n’étaient pas employées en titre des PTT, mais simplement épouses d’un agent des postes, certaines femmes devaient seconder leur époux dans leurs tâches, au point de le remplacer en cas de besoin. Lors de l’incident de Margueritte, quand, le 26 avril 1901, le village fut investi par une centaine de musulmans révoltés, « le receveur des PTT ayant été enlevé, ce fut sa femme qui donna l’alerte en le remplaçant pour télégraphier dans toutes les directions »101.

111La féminisation des emplois offerts par les PTT s’accroît à mesure qu’on avance dans le XXe siècle. En 1925, les femmes employées des PTT sont, en Algérie, presque aussi nombreuses que les hommes, puisque le nombre d’agents pour l’ensemble des services est de 3 163 hommes pour 2 393 femmes. Il est vrai qu’à cette époque, les postes de télégraphistes et téléphonistes, jugés au début trop techniques pour être attribués à des femmes, étaient souvent occupés par ces dernières. Au central téléphonique d’Alger à la veille de la seconde guerre mondiale, les standardistes étaient quasiment toutes des femmes.

Notes

1 Pr E. Bruch, Hygiène et assistance en Algérie, Présentation de l’immigration spontanée à l’Exposition universelle de 1900, Alger, Mustapha, 1900.

2 Récit d’A.-M. Absalon, écrit sur un cahier d’écolier à la fin de sa vie alors qu’elle était partie de Lorraine en 1849. Ses descendants ont déposé ce cahier au CDHA d’Aix-en-Provence.

3 L’Akhbar, mai-juin 1864, La première citation est tirée du n° 3858 et la deuxième du n° 3865 du journal.

4 ANOM Algérie, F 80 1424, Les colonies agricoles du Constantinois des années 1848-1850.

5 ANOM Algérie, F 80 1424, Rapport d’inspection des colonies du Constantinois en 1849 par le Général Herbillon.

6 ANOM, Annuaire statistique de l’Algérie de 1843-1844, Établissements hospitaliers. Conseils du gouvernement aux sœurs de Saint-Vincent-de-Paul en 1843.

7 ANOM, Tableau de la situation des Établissements français, 1850-1851. (Une nopalerie est une plantation de figuiers).

8 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie, Ses éléments, chapitre IV, Les orphelins, op. cit.

9 A.-M. Absalon, voir n. 2.

10 Biographie de Marianne Hein rapportée par le journal Les femmes algériennes, dans son numéro d’avril 1937.

11 P. Bellat, Un vieux m’a dit, Cent ans d’Algérie, Alger, Librairie Chaix, 1948 (recueil de souvenirs de plusieurs personnes âgées).

12 ANOM Algérie, série F 80 1392, Incidents de voyages, plaintes et réclamations (1848-1852) Mondovi, Lettre du sieur Mercier du 8 mars 1849 à Mme veuve Parent du Charclen.

13 M. Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie de 1830 à 1914, op. cit.

14 N. Barthe-Hugon, Récits de vie des agriculteurs français d’Algérie, 1830-1962, Montpellier, Africa Nostra, 1987. Témoignages de M. W. et de Mme H. concernant le début du XXe siècle.

15 Vers 1900 pour les hommes et dans les années 1920 pour les femmes selon Michel Launey, Paysans algériens, la terre, la vigne et les hommes, op. cit.

16 La mère de Georgette S., dont le mari était à la tête d’une exploitation céréalière et d’élevage de 300 hectares, allait vendre au marché du vendredi à Aïn Bessem les pains de beurre qu’elle avait empaquetés auparavant dans des feuilles de vigne. Source orale.

17 Synthèse d’informations provenant de souvenirs écrits et oraux de pieds-noirs.

18 Il s’agit de Georgette S. citée ci-dessus.

19 L. Ropa, Le chant de la Noria, Paris, Albert Meissein, 1932, p. 35. Roman inspiré par la vie de ses parents.

20 G. Campos, Les palmiers d’Arzew 1849-1962, op. cit.

21 M. Baroli, La vie quotidienne en Algérie des Français en Algérie, op. cit., p. 196.

22 A. Montero, Rio Salado, op. cit., p. 65.

23 L. Ropa, Le chant de la Noria, op. cit., p. 55.

24 Selon Suzette S., durant la période de l’entre-deux-guerres, à Souk-Ahras, trois familles européennes, deux d’origine italienne et une d’origine française, vivaient du travail de leur jardin et vendaient, sur le marché, légumes, fruits et fleurs, source orale.

25 ANOM, série M colonisation. Classement par centre de colonisation.

26 ANOM Algérie, série M colonisation, Oran 3 M 191, La Stidia.

27 Listes des premiers concessionnaires de Souk-Ahras et des Trois marabouts dans les n° 36 et 53 de la revue du GAMT déposées au CDHA d’Aix-en-Provence.

28 P. Bellat, Un vieux m’a dit, op. cit.

29 ANOM Algérie, F 80 1170, Rapports des inspecteurs des colonies, (1854-1858).

30 ANOM Algérie, F 80 1386, Colonies agricoles, Province de Constantine. Rapport du capitaine directeur de la colonie de Gastonville en novembre 1849.

31 B. Gastineau, Les femmes et les mœurs en Algérie, Paris, Michel Lévy frères, 1861.

32 Souvenirs de Suzette S., « la concession est en fait un jardin autour de la maison », source orale.

33 ANOM Algérie, série L colonisation, 4 L 40 Mesloug. Il s’agit respectivement des veuves Delestan, Marie Modéna, Victorine Loubignac.

34 J. Canteau, Le Feu et la pluie de l’Atlas, Vie quotidienne d’une famille de colons français, Paris, L’Harmattan, 1997. (Histoire romancée de la famille de l’auteur). Il s’agit du domaine des Toures.

35 ANOM Algérie, série M, La colonisation, 3 M 655, Demande de concessions de métropolitains (Dossier Sentenac).

36 A. Montero, Rio Salado, op. cit., p. 76.

37 Angelini, Le livre d’or des colons algériens, Alger, chez l’auteur, 1903.

38 Ch. A. Clarac, Chroniques familiales au Maghreb (1830-1962), op. cit. Il s’agit d’une de ses aïeules Marie Virginie Begot, veuve à 38 ans, en 1891.

39 L. de Baudicour, La colonisation. Ses éléments, op. cit., p. 146.

40 ANOM, 109 Miom 56 et 109 Miom, état civil d’Alger, juillet 1845 et juillet 1865.

41 ANOM, GGA, 50 S 1, Liste de pétitionnaires en faveur du maintien des religieux et religieuses dans les écoles communales d’Alger, en 1871.

42 Selon Suzette S., sa bisaïeule, fut embauchée à son arrivée en Algérie, comme couturière dans la famille du consul de France à Bône.

43 Tous ces métiers sont notés dans la liste des pétitionnaires algéroises de 1871. Le qualificatif de mécanicienne est donné au XIXe siècle aux ouvrières utilisant une machine à coudre.

44 Actes de mariages et de décès, et liste de pétitionnaires algéroises, sources déjà citées.

45 Pour se conformer aux témoignages de l’époque qui font tous la distinction entre Européennes et juives bien que ces dernières soient pour la plupart, officiellement, françaises et donc européennes.

46 « Je n’employai pas de musulmane dit une Pied-Noire appartenant à ce milieu et interrogée à propos de la période de la guerre d’Algérie […] ça ne s’est pas présenté et ça ne se faisait pas beaucoup dans notre milieu ; pour les lessives peut-être. », témoignage de Mme C., une des sources orales de C. Brac de La Perrière, op. cit., p. 307.

47 Rapporté par une de ses descendantes Andrée Coulin dans un document dactylographié de souvenirs familiaux déposé au CDHA sous le titre : La famille Zitel.

48 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

49 Rappelons que l’âge du travail des enfants n’est fixé, en France, à treize ans, qu’à partir de 1882.

50 Témoignage de Geneviève K., source orale. Il s’agit d’une de ses aïeules.

51 Femmes de demain, article du 1er février 1937 consacré à Oran. « Élevées pour l’oisiveté, écrit un journaliste en 1937 à propos des Oranaises, lorsque la misère arrive, mari au chômage ou décédé, elles ne savent rien faire et se placent comme domestiques ».

52 C. Brac de la Perrière, Derrière les héros… les employées de maison, op. cit.

53 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie, Ses éléments, op. cit., p. 169.

54 Guide Joanne, Alger-Tunisie, 1898.

55 L. Celerier, Six générations en Algérie, Avignon, Presses Universitaires, 1978.

56 Femmes de demain, Supplément en 1937, article du 15 février 1937.

57 A. Job-Querzola, Le cornet de Jujubes, op. cit. L’auteur née à Sidi Bel Abbès, durant la seconde guerre mondiale évoque son enfance et se souvient des femmes que ses parents employaient.

58 Femmes de demain, article du 15 février 1937.

59 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis, op. cit. Le grand-père était notaire à Alger.

60 Exposé de la situation générale de l’Algérie en 1931, par Jean Carde gouverneur de l’Algérie, Alger, Solal, 1932, p. 544.

61 Femmes de demain, article paru le 15 février 1937.

62 A. Montero, Rio Salado, op. cit., p. 52.

63 En 1937, toujours selon Femmes de demain « certaines mauresques travaillent toute une journée pour 40 sous et un morceau de pain ».

64 « Recherche sur les causes de la mortalité des enfants à Alger », L’Akhbar, 6 juillet 1842.

65 « Les carences de l’Assistance publique », Femmes de demain, hebdomadaire féminin algérien, 1er novembre 1936.

66 J.-J. Jordi, Les Espagnols dans l’Algérois, op. cit., p. 149.

67 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis, op. cit.

68 B. Sasso, « Naissance et petite enfance à Stora », Mémoire vive, n° 4, décembre 1996, magazine du CDHA.

69 Marie A., rapatriée d’origine espagnole, source orale.

70 Ce n’est qu’en 1982, en France, que les femmes d’artisans ou de commerçants travaillant avec leur mari obtinrent le statut de conjoint collaborateur.

71 Comme cette marchande de fruits se mariant à 43 ans à Mostaganem en février 1865, ou cette veuve, débitante de boissons, se remariant à 37 ans à Souk-Ahras en 1870.

72 Revue du GAMT n° 43, 45, 48, 55, 56 et 57. Villes de Bône, Constantine, Relizane et quartier d’El Biar à Alger.

73 ANOM Algérie, Préfecture de Constantine, B 1 8 ter, Correspondances diverses 1900-1902.

74 Ibid.

75 A. Montero, Rio Salado, op. cit., p. 115.

76 En 1936, les musulmanes étaient essentiellement employées dans l’industrie textile et surtout dans des manufactures de tapis. Caroline Brac de la Pérrière, étudiant une période plus tardive, celle de la guerre d’Algérie op. cit., rapporte qu’en 1954, pour beaucoup de musulmanes, l’usine apparaissait encore comme un lieu de perdition, parce que lieu public où l’on côtoie des hommes, et où l’on mène une vie d’hommes, c’est-à-dire sans relation directe avec le foyer, la famille, les enfants.

77 Musette (A. Robinet), Le mariage de Cagayous, p. 171, achevé en 1906, Alger, Méditerranée vivante, édition de 1949.

78 Annuaire statistique de l’Algérie de 1936.

79 L. Favre, Bab-el-oued-Paris, La table ronde, 1946, p. 39.

80 L’Écho d’Oran du 31 mars 1901, L’industrie algérienne.

81 Les Nouvelles du 15 juin 1905, article sur les grèves des ouvrières du tabac.

82 J.-J. Jordi, Juan Bastos, une trajectoire originale de réussite coloniale, article paru dans le n° 5 d’avril 1997 de la revue du CDHA, Mémoire Vive.

83 Parmi les plus importantes, on peut citer les usines Parlier à Alger et Jobert à Mostaganem.

84 Étude manuscrite anonyme sur le tabac en Algérie en 1926, faite d’après une enquête administrative et déposée au CDHA d’Aix-en-Provence.

85 Exposé de la situation générale de l’Algérie en 1928 par le Gouverneur général Pierre Bordes, p. 135, brochure du GGA, Alger 1929.

86 L. Dachot, La fabrication du tabac en Algérie, Alger, Mustapha, 1900.

87 Lonchampt, inspecteur du travail, Les nouveaux salaires en Algérie selon les catégories. Mise à jour de 1945, Alger, Messager, 1946.

88 A. Helie-Lucas, Les institutrices européennes laïques en Algérie, 1874-1949, DEA, Aix-Marseille, 1988.

89 M. Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie, 1830-1914, op. cit.

90 ANOM, Alger, Série 1 k 6 Dérida était la principale fabrique de chaussures d’Alger et pour les bouchons on peut citer la Bouchonnerie internationale d’Hussein Dey et les Établissements Borgeaud.

91 La Femme Algérienne, mars 1937, biographie de Mme Surin racontée par le journal pour le concours français des monographies du Congrès de la mère au Foyer.

92 Nouveau guide du voyageur, 1865, op. cit.

93 Lonchampt, Les nouveaux salaires en Algérie, op. cit.

94 L’Écho d’Oran, 15 juin 1901, article intitulé Celles qui travaillent. La législation de 1892 avait interdit en France, le travail de nuit aux femmes de tous âges, limité la journée de travail à 10 heures et rendu obligatoire une journée hebdomadaire de repos.

95 L’ouvrier algérien, 8 avril 1906.

96 ANOM Algérie, Série 1 k 6, grèves de 1936 à Alger.

97 Les Nouvelles, année 1900.

98 Femmes de demain, 18 janvier 1936, article : « Que faire de nos filles ? ».

99 Synthèse de renseignements fournis par l’Annuaire général de l’Algérie, Gounod, 1880.

100 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis, op. cit.

101 L’Écho d’Oran, 5 mai 1901, titre de l’article : « Les Héroïnes de Margueritte ». Il s’agit de la révolte de la tribu des Rhiga, due officiellement à une explosion de fanatisme, mais un rapport reconnaît que cette tribu avait été victime de spoliations, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. II, op. cit., p. 67 à 69.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540