Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des femmes actives

Tentatives d’appréciation du taux d’activité des européennes

Texte intégral

À partir des actes d’état civil du XIXe siècle

  • 1 L’état civil des Européens d’Algérie déposé aux anom a été très incomplètement microfilmé. L’état c (...)

1Cinq cent vingt huit actes de mariage ont été étudiés. Ils concernent les quatre principales villes d’Algérie, à savoir Alger, Oran, Constantine et Bône, mais aussi quelques communes de moindre importance situées dans chaque département à l’intérieur des terres telles que Blida dans l’Algérois, Souk-Ahras dans le Constantinois et Mascara et Mostaganem dans l’Oranais. Cette enquête a été menée à des dates diverses, réparties, dans la mesure du possible1, sur trois à quatre décennies pour chaque ville.

  • 2 Dans le Larousse Universel en deux volumes de 1928, le terme de ménagère désigne à la fois la serva (...)

2Une des activités féminines notées dans ces actes de mariage, a posé problème : celle de « ménagère ». Aujourd’hui ce terme désigne familièrement une femme au foyer, donc sans activité reconnue. Il n’est pas sûr qu’il en fût toujours de même au XIXe siècle2. Dans les actes d’état civil d’Algérie du XIXe siècle, on trouve à côté d’emplois de domestiques et de journalières, des femmes dites ménagères. Mais comme beaucoup de femmes sont dites sans profession, on peut supposer que le qualificatif de « ménagères » pouvait être utilisé pour désigner un emploi extérieur rémunéré. Par prudence, toutefois, nous avons effectué pour chaque commune deux décomptes du taux d’activité féminine au moment du mariage : l’un avec, et l’autre sans les « ménagères ».

3Le classement des femmes par les agents d’état civil, mais, aussi, par elles-mêmes ou par leur famille, dans une activité professionnelle, était souvent affaire d’interprétation, tant le travail féminin était vu comme une activité ponctuelle, complémentaire et, même inavouable, car considérée comme contre-nature. En outre, la population européenne d’Algérie étant d’origine diversifiée, les mêmes termes traduits en Français ne recouvraient pas toujours la même réalité.

  • 3 Les informations relevées ainsi que les tableaux réunissant ces informations sont donnés dans la th (...)

4Bien qu’il soit très difficile de tirer des conclusions de ces quelques sondages, de notables différences de taux d’activité des femmes lors de leur mariage apparaissent entre les différentes communes étudiées, avec une évolution dans le temps parfois inversée3.

5À Alger et Constantine, les femmes étaient apparemment nombreuses à travailler dès le début de la conquête. C’était le cas d’environ 70 % des Européennes qui se marièrent à Alger en juillet 1845 et à Constantine en 1844. Par la suite, dans ces deux villes, la moitié des femmes continuaient à avoir une activité avant le mariage avec toutefois une baisse sensible en fin de siècle à Constantine.

6Bône, située le long du littoral oriental de l’Algérie, et Blida, localisée à l’intérieur de la Mitidja, connaissent un taux féminin d’activité stable de l’ordre de 30 %, sans tenir compte des ménagères, mais plus élevé, en fin de siècle, si on inclut ces dernières. Souk-Ahras, commune rurale du Constantinois située à 100 km de la mer, connaît à peu près ce même taux, sauf en fin de siècle où seules 5 % des jeunes mariées déclarent travailler.

7À Oran et Mostaganem, établies le long du littoral, mais à l’ouest de l’Algérie, les actes de mariage font apparaître une activité féminine réduite et même nulle en fin de siècle. À Oran, aucune des femmes qui se sont mariées en janvier 1894 et janvier 1897 ne travaillait, et à Mostaganem, il en de même au début de l’année 1885. Il ne s’agit pas d’oubli de la part des agents d’état civil, puisque l’on trouve inscrit, dans chaque acte de mariage, la notation « sans profession ».

8D’une façon générale, d’après ces sondages d’état civil, les femmes semblent avoir été plus nombreuses à travailler avant le mariage dans les grandes villes que dans les petites. C’est du moins le cas dans l’Algérois et le Constantinois. Plus une ville est importante, plus elle offre de débouchés. Il en est ainsi à Alger en tant que capitale et Constantine, chef lieu de département. On peut également lier l’augmentation du taux d’activité des jeunes épousées de Bône dans le Constantinois et de Blida dans l’Algérois au développement de leur population et des activités offertes au cours du XIXe siècle.

  • 4 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie. Ses éléments, op. cit., p. 169.

9Mais comment expliquer le peu de femmes travaillant au moment de leur mariage dans l’Oranais et entre autre à Oran, ville importante, sans s’interroger sur la fiabilité des renseignements fournis. La population oranaise était majoritairement d’origine espagnole. Pour les populations méditerranéennes, plus encore que pour les populations du nord de l’Europe, l’homme devait assurer la survie matérielle de la famille. « Si toutes les cérémonies religieuses sont l’occasion de fêtes, notait Louis de Baudicour en 1856 à propos des femmes espagnoles, le mariage attendu par la fiancée, parfois durant des années, est un triomphe »4. Comment dans ces conditions reconnaître que la mariée est domestique, servante ou femme de ménage ?

10L’étude des activités féminines aux décès a été plus succincte. Seuls 281 actes de décès ont été vus et ils ne concernent que trois villes : Alger, Bône et Oran. L’objectif était uniquement de vérifier si les différences constatées à propos des taux d’activité féminine déclarée dans ces villes lors des mariages se retrouvaient lors des décès.

11Pour Alger et Bône les taux d’activité féminine aux décès et aux mariages sont très proches. À Alger, les femmes dites actives étaient particulièrement nombreuses ; plus de 65 % des femmes avaient une activité lors de leur décès en 1841 et en 1850. À Bône, le pourcentage de femmes ayant une profession à leur décès augmente à mesure que l’on avance dans le XIXe siècle, (43 % en 1895) comme pour les mariages.

12Pour Oran, en 1871, l’étude des professions relevées dans les actes incite à la prudence. Les « ménagères » représentent 75 % des activités déclarées. Il semble que pour les Espagnoles, le terme de « ménagère » désigne, sans ambiguïté, une femme mariée qui tient son ménage. En effet, les « ménagères » disparaissent dans les actes de décès d’Oran de 1894, après les lois de naturalisation. La terminologie officielle française, qui consiste à noter sans profession toute femme assurant l’entretien de son foyer, s’impose.

13Dans ces conditions on peut supposer que toute activité professionnelle fournie correspond à une réalité. Par contre certaines femmes pouvaient travailler d’une façon ponctuelle ou non officielle, tout en étant déclarée « sans profession » ou « ménagère », ce dernier terme devant, sans doute, être interprété différemment suivant les époques et les régions d’Algérie. La prise en compte des activités déclarées au mariage ou au décès ne peut aboutir qu’à une sous évaluation de la réalité.

14Les activités professionnelles des femmes fournies, lors de leur mariage, par les statistiques officielles pour l’ensemble de l’Algérie ne doivent guère être plus fiables, puisque ces statistiques étaient le résultat des notations portées dans l’ensemble des actes de mariage des Européens.

À partir des annuaires statistiques du XXe siècle

15Les premiers recensements du XXe siècle, à savoir ceux de 1906, 1910 et 1911 permettent de connaitre les activités des femmes et des hommes au moment de leur mariage. Par la suite, l’administration s’intéresse aux emplois de l’ensemble de la population.

Taux d’activité des Européennes en 1911 - 1936 - 1948

16Le pourcentage de femmes ayant déclaré une activité professionnelle au moment du mariage est faible. C’est le cas d’un peu plus de 8 % d’entre elles en 1906, 6 % en 1910 et 5 % en 1911. Il est vain de rapprocher ces pourcentages de ceux fournis précédemment. Nous sommes au XXe siècle. Une grande partie de la population européenne est maintenant installée et les filles sont, peut-être, de ce fait, plus nombreuses à pouvoir être entretenues par leur famille jusqu’à leur mariage.

  • 5 L’administration du recensement en 1948 a pris comme référence la population active de plus de 14 a (...)

17À partir de 1911, on dispose de données chiffrées concernant la totalité de la population active européenne de l’Algérie. L’annuaire statistique de l’Algérie de 1948 fournit le nombre d’actifs comptabilisés lors des recensements de 1911, 1936 et 1948 à la fois en Algérie et en Métropole5, ce qui permet de calculer et comparer les taux d’activité des femmes à ces dates.

Taux d’activité des femmes en Algérie et en Métropole aux recensements de 1911, 1936 et 1948

Désignation

1911

1936

1948

 % de femmes actives parmi les plus de 14 ans en Algérie

8,9 %

22,25 %

19,6 %

 % de femmes actives parmi les plus de 15 ans en Métropole

55,1 %

46, 7 %

48 %

 % de femmes actives dans la population européenne active en Algérie

9,12 %

22,70 %

21,86 %

 % de femmes actives dans la population totale active en Métropole

36,2 %

30,6 %

32,3 %

Tableau réalisé à partir des données chiffrées fournies par l’Annuaire statistique de l’Algérie, année 1948 et pour la France par l’ouvrage Le travail en France de 1800 à 2000 de O. Marchand et C. Thélot, « Essais et Recherches », Paris, Nathan, 1998

18Ces données suscitent immédiatement deux remarques : l’une concerne la forte progression de la population active féminine en Algérie entre le recensement de 1911 et celui de 1936, l’autre touche à l’activité réduite des Européennes d’Algérie par rapport aux métropolitaines.

  • 6 Les agents du recensement font d’ailleurs remarquer qu’en 1936 la population féminine agricole avai (...)

19Le triplement de la population active féminine en Algérie entre 1911 et 1936 peut être dû au changement de critères de recensement de la population active agricole entre ces deux recensements6. En 1936 comme en 1948, en Algérie comme en Métropole, tous les membres de la famille d’un exploitant, sous réserve d’être en âge de travailler et ne déclarant pas d’autre profession, sont considérés comme actifs du secteur agricole. C’était déjà le cas en 1911 pour la Métropole mais pas pour l’Algérie.

  • 7 Annuaire statistique de l’Algérie de 1936, Population active européenne, tableau VI, op. cit. et po (...)
  • 8 32 % dans le primaire, 34 % dans le secondaire et 35 % dans le tertiaire.
  • 9 Rapports établis à partir des données chiffrées relevées dans l’annuaire statistique de l’Algérie, (...)
  • 10 M. Launey dans Paysans algériens, la terre, la vigne et les hommes, Paris, Seuil, 1923, rapporte qu (...)

20Le moindre taux d’activité des Européennes d’Algérie par rapport aux Françaises de Métropole aux mêmes périodes est, par contre, indéniable, même si la population active féminine d’Algérie a été sous évaluée en 1911 et surévaluée en 1936. Mais la situation de l’Algérie est, au niveau des emplois, difficilement comparable à celle de la Métropole. La répartition des grands secteurs d’activité est fort différente7. La structure économique de la population active de la Métropole est, en 1936, quasiment équilibrée entre les trois secteurs8. En Algérie, cette même année, le secteur tertiaire occupe plus de la moitié des actifs européens (45,60 %) tandis que 23,78 % se trouvent dans le secteur primaire et 30,62 % dans le secteur secondaire9. À cette date, en Algérie, une partie de la main d’œuvre agricole et industrielle est déjà largement musulmane10.

21Les changements de nomenclature, intervenant entre les recensements, et les différences de structures économiques rendent donc difficile toute comparaison dans le temps, comme dans l’espace, entre la population active de l’Algérie et de la France.

22Les renseignements fournis par l’annuaire statistique de l’Algérie de 1936 permettent d’avoir une vision plus précise des grands secteurs d’emploi des femmes européennes.

Répartition professionnelle des actives en 1936

  • 11 Commentaire des agents du recensement donné dans l’annuaire statistique de 1948.

23En dehors de l’agriculture, domaine pour lequel le dénombrement des actives (13 000 environ) a été jugé peu fiable par le service du recensement lui-même11, trois secteurs font travailler chacun plus de 10 000 femmes : il s’agit du travail des étoffes, des soins personnels domestiques, et du commerce-hôtellerie, qui font l’objet d’une même rubrique.

24Le travail des étoffes, les soins domestiques et l’agriculture emploient au total 41 446 Européennes, soit plus de la moitié (53,52 %) des femmes recensées comme actives en 1936. Si l’on ajoute les emplois fournis par le commerce et l’hôtellerie, on trouve 73 % des femmes actives occupées dans ces quatre groupes d’emploi.

25Les professions ouvertes aux femmes sont peu nombreuses. Encore est-on au XXe siècle, et de nouveaux emplois féminins commencent à s’ouvrir dans l’industrie, l’administration et les banques.

26Autre remarque : la plupart des femmes sont des employées. Le travail des étoffes est la seule catégorie professionnelle où l’on trouve une majorité de patronnes, chefs d’établissement, mais une couturière où une modiste, avec une ou deux employées, pouvait être considérée comme chef d’établissement. Aussi bien, ce manque de responsabilité dans l’économie n’est pas propre à l’Algérie.

Des actives peu nombreuses ou invisibles ?

Peu d’emplois salariés

27En schématisant, on peut dire que c’est par la révolution industrielle que les femmes ont acquis en Europe, en étant ouvrières salariées, la visibilité au travail qu’elles n’avaient pas ou peu auparavant.

  • 12 Documents algériens, Synthèse de l’activité algérienne, année 1947, bilan officiel, Alger, Imprimer (...)

28Or, l’Algérie, terre de colonisation agricole, échappe totalement à l’industrialisation au XIXe siècle. Si les grands chantiers de construction de bâtiments, de routes, de voies ferroviaires, de canalisation d’eau, attirent en Algérie une main d’œuvre masculine importante, ils n’offrent pas de travail aux femmes. Le premier plan d’industrialisation de l’Algérie date de 1947 et le dossier de présentation de ce plan note en introduction que « dans les années précédant la guerre, l’Algérie faisait encore figure d’un pays presque exclusivement agricole »12. Très peu d’industries existaient alors et surtout peu d’industries offrant des emplois féminins.

  • 13 Une exception : l’industrie du tabac qui débute fin XIXe siècle.

29Au XIXe siècle le secteur d’emploi féminin était pratiquement limité aux petits métiers qui assuraient, à l’extérieur, une continuité des tâches domestiques13. Mais, en Algérie, les femmes de la bourgeoisie ayant les moyens de se faire aider dans leurs charges de maîtresses de maison étaient, au XIXe siècle, peu nombreuses. À quelques exceptions près, les migrants étaient sans argent, et certains le restèrent longtemps.

30Les emplois féminins étaient donc rares et essentiellement concentrés dans les grandes villes, où se trouvaient, en plus grand nombre, des familles d’officiers ou de cadres administratifs ou judiciaires, des hommes célibataires suffisamment fortunés pour s’offrir les services de domestiques, de couturières ou de blanchisseuses. Est-ce à dire que les Européennes d’Algérie étaient réellement peu nombreuses à travailler ? Sûrement pas. Mais la plus grande partie du travail féminin était « invisible ».

De nombreuses formes de travail invisible

  • 14 Ce n’est qu’en 1938 que la loi supprime l’incapacité civile relative à la personne pour les femmes (...)

31Travail invisible que celui des femmes de colons aidant leur époux à exploiter la terre de leur concession ; travail invisible que celui des femmes tenant l’épicerie, l’hôtel ou le café dans les grands centres, comme dans les moindres bourgades, aux côtés de leur mari. Le veuvage rendait brutalement cette activité visible mais que ces veuves se remarient, et elles étaient de nouveau socialement invisibles, car seul le chef de famille avait un statut social14.

  • 15 F 80 1392, Plantes et réclamations. Rapport de la commission des colonies agricoles au ministre de (...)

32Même avec l’autorisation de son époux, une femme ne pouvait pas avoir une activité qui était l’apanage du chef de famille. Ainsi, au début de la colonisation, il était défendu aux femmes de colons de tenir un commerce. Les colons, dont les femmes avaient ouvert un commerce, généralement une épicerie, devaient restituer la plus grande partie de leur terre, les bestiaux, les instruments aratoires et les semences qui leur avaient été remis. Officiellement le commerce, tenu par l’épouse, appartenait au mari. De ce fait, ce dernier rentrait dans la catégorie des colons dits industriels ou commerçants qui ne pouvaient recevoir qu’un lot de jardin15. Il est possible que cette situation ait été une des causes, parmi beaucoup d’autres déjà relevées, de l’importance du concubinage existant en Algérie au XIXe siècle.

  • 16 Le législateur Jules Simon allait jusqu’à déclarer en 1860 « qu’une femme qui se met à travailler n (...)

33Le champ du travail invisible des femmes pouvait aussi s’étendre, du moins pour les statistiques, à certaines activités rémunérées. Tous les petits métiers indépendants, caractéristiques de l’emploi féminin au XIXe siècle, n’étaient pas forcément déclarés aux agents d’état civil soit parce que c’étaient des activités ponctuelles, soit parce que travailler hors de chez soi était jugé déshonorant, car signe de pauvreté16. C’était, comme nous l’avons vu, encore plus vrai pour les immigrés originaires de pays méditerranéens dont la structure sociale était dominée par un fort patriarcat.

34Le travail invisible des femmes, durant les premières décennies de la colonisation devait être particulièrement important. Du fait de l’absence d’ateliers de confection et du manque d’artisans, c’étaient les femmes, plus encore que sur le continent, qui, à domicile, confectionnaient les vêtements de leur famille, faisaient le pain et la charcuterie.

Aucune aide ménagère musulmane avant le XXe siècle

  • 17 M. Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie, Paris, Hachette, 1967, p. 196.
  • 18 L. Celerier, Six générations en Algérie, Paris, PUF, 1978.

35Pendant tout le XIXe siècle et le début du XXe siècle les tâches ménagères étaient en totalité assumées par les Européennes. Pour Marc Baroli, c’est vers 1900 que « les femmes arabes commencent à sortir des quartiers indigènes pour s’employer comme femmes de ménage chez les Européens de condition moyenne qui ne peuvent avoir de bonnes comme les bourgeois, et chez qui les juives ont peur d’aller. »17 Mais c’est le seul témoignage d’une intervention si précoce de femmes de ménage musulmanes que nous ayons. Certes, il était déjà possible, au début du siècle, de trouver dans un certain nombre de fermes, une famille indigène attachée au service domestique dans le sens le plus large du terme : la femme pour le ménage et la cuisine, l’homme comme palefrenier et les soins du bétail18. À l’intérieur des terres et en particulier dans le Sud, là où la main d’œuvre féminine était introuvable, l’entretien de la maison pouvait même être confié à un musulman, le chaouch.

  • 19 J. Sutra, Algérie mon amour. Souvenirs d’une institutrice pied-noire, Versailles, Atlanthrope, 1979
  • 20 Suzette S. et Georgette S., sources orales.
  • 21 Annuaire statistique de l’Algérie, 1936, tableau VI, p. 26, op. cit.
  • 22 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

36Mais dans les villes ou les villages, c’est plutôt à partir de l’entre-deux-guerres que les musulmanes commencèrent à remplacer les Européennes dans le service domestique. Tous les témoignages vont dans ce sens. « En 1936 ma mère rompant avec les traditions familiales des domestiques européennes avait pris une musulmane »19. C’est sensiblement à la même époque, respectivement à la fin des années vingt et au début des années trente, qu’à Souk-Ahras et Aumale les parents de deux autres femmes pieds-noires font de même20. On trouve, d’ailleurs, encore beaucoup de domestiques européennes. Le recensement professionnel de 1936 chiffre à 14 539 le nombre de domestiques musulmanes, c’est-à-dire guère plus que les Européennes (12 972)21. Beaucoup d’Européens semblent réticents à employer des domestiques musulmanes ou bien les musulmans acceptent encore mal ce placement de leurs femmes ou filles. Et dans certains villages d’Oranie il faut attendre les années 1942, 1943 pour voir les musulmanes pénétrer dans les maisons européenne22.

  • 23 C. Brac de La Perrière, Derrière les héros, les employées de maison musulmanes en service chez les (...)

37En fait, c’est après la seconde guerre mondiale que les musulmanes vont massivement remplacer la domesticité européenne ou juive dans les foyers européens. Mais, dès l’entre-deux-guerres, on assiste à la relève progressive du personnel domestique européen par des musulmanes, et ce mouvement commence peut-être même légèrement avant à Alger. Dans un premier temps, on confie aux femmes musulmanes les gros travaux : ménage et lavage. Mais pour la cuisine et le repassage, par crainte ou par méfiance, les Européennes s’en remettent à elles-mêmes et encore bien après la seconde guerre mondiale. Une Française d’Algérie, interrogée à propos de la femme de ménage musulmane qu’elle employait dans les années 1950, répond « faire ma cuisine, jamais ». La réponse d’une autre Européenne interviewée est identique : « Pas faire ma cuisine […] non jamais chez nous […] Et le repassage ça toujours été nous, ou alors on prenait une Européenne pour repasser »23.

38Quoiqu’il en soit, l’image de la coloniale ayant à son service une « fatma » ne commence à devenir réalité qu’à partir des années précédant la seconde guerre mondiale.

39Chez elles ou à l’extérieur, fournissant un travail gratuit ou rémunéré, les immigrantes européennes semblent avoir, pour la plupart, été particulièrement actives, surtout jusqu’à la guerre de 1914-1918. Le taux minime d’Européennes actives fourni par le recensement de 1936 ne reflète donc que partiellement la réalité de la période de l’entre-deux-guerres et il ne doit en aucun cas être étendu au XIXe siècle.

Notes

1 L’état civil des Européens d’Algérie déposé aux anom a été très incomplètement microfilmé. L’état civil de certaines communes manque totalement ; pour d’autres, certaines années font défaut, ou bien seuls les actes de naissance ont été rapatriés à l’exclusion des actes de mariage et de décès. Dans le meilleur des cas, les dernières années microfilmées de l’état civil sont celles de 1895, 1896 ou 1897.

2 Dans le Larousse Universel en deux volumes de 1928, le terme de ménagère désigne à la fois la servante qui fait le ménage et la femme au foyer. Le terme de femme de ménage qui apparaît entre les deux guerres a pu supplanter celui de ménagère dans le sens d’un travail ménager, payé à la journée ou à l’heure, par opposition à celui, fourni par la bonne ou la domestique, rémunéré à la semaine ou au mois.

3 Les informations relevées ainsi que les tableaux réunissant ces informations sont donnés dans la thèse qui a permis cet ouvrage.

4 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie. Ses éléments, op. cit., p. 169.

5 L’administration du recensement en 1948 a pris comme référence la population active de plus de 14 ans, car, à partir de 1936, l’âge légal du travail est de 14 ans, ce qui n’était pas le cas en 1911 puisqu’il était encore de 13 ans, âge fixé depuis 1881. Antérieurement il évolue de 10 ans en 1841 à 13 ans en 1881.

6 Les agents du recensement font d’ailleurs remarquer qu’en 1936 la population féminine agricole avait été grossie par un classement trop systématique, comme actif agricole, de toute personne en âge de travailler appartenant à la famille d’un agriculteur. Annuaire statistique de l’Algérie, année 1954, p. 55.

7 Annuaire statistique de l’Algérie de 1936, Population active européenne, tableau VI, op. cit. et pour la France l’ouvrage de O. Marchand et C. Thélot, Le travail en France de 1800 à 2000, Paris, Nathan, 1998, p. 45.

8 32 % dans le primaire, 34 % dans le secondaire et 35 % dans le tertiaire.

9 Rapports établis à partir des données chiffrées relevées dans l’annuaire statistique de l’Algérie, 1948.

10 M. Launey dans Paysans algériens, la terre, la vigne et les hommes, Paris, Seuil, 1923, rapporte que : « C’est seulement vers 1900 que l’on a commencé à employer les indigènes et c’est seulement en 1927-1928 qu’on a commencé à employer les femmes indigènes pour défricher et moissonner ».

11 Commentaire des agents du recensement donné dans l’annuaire statistique de 1948.

12 Documents algériens, Synthèse de l’activité algérienne, année 1947, bilan officiel, Alger, Imprimerie du GGA, p. 99.

13 Une exception : l’industrie du tabac qui débute fin XIXe siècle.

14 Ce n’est qu’en 1938 que la loi supprime l’incapacité civile relative à la personne pour les femmes mariées. Antérieurement selon la législation française, dans un couple officiellement constitué, l’homme devenait automatiquement chef de famille, et l’épouse était considérée comme une mineure sous la dépendance de son mari.

15 F 80 1392, Plantes et réclamations. Rapport de la commission des colonies agricoles au ministre de la guerre faisant référence aux instructions données par le gouverneur général de l’Algérie, juillet 1850. Plusieurs exemples de colons dépossédés sont donnés.

16 Le législateur Jules Simon allait jusqu’à déclarer en 1860 « qu’une femme qui se met à travailler n’est plus une femme », Histoire des femmes en Occident, Le XIXe siècle, op. cit., p. 480.

17 M. Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie, Paris, Hachette, 1967, p. 196.

18 L. Celerier, Six générations en Algérie, Paris, PUF, 1978.

19 J. Sutra, Algérie mon amour. Souvenirs d’une institutrice pied-noire, Versailles, Atlanthrope, 1979.

20 Suzette S. et Georgette S., sources orales.

21 Annuaire statistique de l’Algérie, 1936, tableau VI, p. 26, op. cit.

22 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

23 C. Brac de La Perrière, Derrière les héros, les employées de maison musulmanes en service chez les Européens à Alger pendant la guerre d’Algérie, Paris, L’Harmattan, 1986.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540