Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des femmes actives

Des femmes actives

Texte intégral

1Étudier le travail rémunéré des femmes européennes ayant vécu en Algérie de 1830 à 1939 tient de la gageure à deux titres au moins.

2D’une part l’image dominante des Européennes d’Algérie est, encore aujourd’hui, celle de femmes ne travaillant pas, « femmes au foyer », ayant à leur service, pour les plus aisées de nombreux « indigènes », et pour les autres au moins une « fatma ».

3D’autre part, les données statistiques officielles sont quasi inexistantes et difficilement utilisables. Aucune étude des activités professionnelles des Européennes, et pas davantage des Européens, n’a été menée en Algérie pour la période antérieure à la première guerre mondiale. Les recensements de 1876, 1881, 1886 et 1891 fournissent un classement professionnel rudimentaire de la population mais ces dénombrements ne peuvent être utiles à cette étude car ils comptabilisent ensemble Européens et indigènes et sans tenir compte du sexe.

  • 1 Annuaire statistique du GGA, année 1910 (Recensement de 1911).
  • 2 En 1934 un classement par sexe des grandes catégories d’emploi des Européens est réalisé. Mais ce c (...)
  • 3 ANOM, annuaire statistique de l’Algérie, 1936, tableau VI. Encore faut-il noter, que si le travail (...)

4Au XXe siècle, les activités professionnelles des Européens font l’objet d’un questionnement en 1906 et 1910 à l’occasion des mariages.
En 1911, un dénombrement séparé, selon le sexe, de la population active musulmane et européenne est effectué mais le recensement par profession publié par l’administration réunit les deux communautés
1. Finalement, pour la période concernée par cette étude, le seul dénombrement complet2 de la population active, suivant le sexe, les groupes professionnels et la situation dans la profession, distinguant les Européens et les musulmans, a été réalisé lors du recensement de 19363.

5Aussi, pour compléter cette documentation des plus réduite, un certain nombre d’actes de mariage et quelques actes de décès ont été consultés pour le XIXe siècle. Ces actes ne peuvent fournir qu’une image imparfaite et, par là même, en partie faussée des activités féminines. Le mariage peut être la cause de l’abandon du travail rémunéré de certaines femmes ou au contraire de l’obligation de trouver un travail pour participer aux charges familiales. Les actes de décès, bien que prenant en compte toute la population féminine, ne permettent guère de mieux évaluer les activités féminines car avec l’allongement de l’espérance de vie au cours du XIXe-XXe siècle, l’âge au décès, à lui seul, peut être tenu pour responsable du manque d’activité de nombreuses femmes.

6Une fois de plus, les sources limitent et orientent cette étude. Pour le XIXe siècle, seules des comparaisons ponctuelles des taux d’activité au mariage et au décès peuvent être établies. Il est ainsi possible de voir l’évolution des types de métiers exercés par les femmes de 1830 à 1939 et d’étudier quelques activités féminines qui ont joué un rôle important dans la colonisation. Des livres de souvenirs évoquent aussi, parfois, le travail des ancêtres féminines, mais, là encore, l’apport est modeste. La presse algérienne s’est, également, peu intéressée au labeur des femmes. Trois activités féminines ont toutefois laissé des traces dans les archives. Il s’agit de celle des religieuses, des institutrices et des sages-femmes. Mais le plus souvent quelques lignes seulement leur sont consacrées dans des rapports éparpillés dans divers cartons.

Notes

1 Annuaire statistique du GGA, année 1910 (Recensement de 1911).

2 En 1934 un classement par sexe des grandes catégories d’emploi des Européens est réalisé. Mais ce classement ne concerne que les trois principales agglomérations d’Alger, Oran et Constantine.

3 ANOM, annuaire statistique de l’Algérie, 1936, tableau VI. Encore faut-il noter, que si le travail de dépouillement semble avoir été entièrement effectué pour l’Algérie du Nord, les résultats n’ont pu être réunis qu’au prix de grandes difficultés. Seuls ceux du département d’Oran ont, en effet, été publiés ; ceux des deux autres départements ont dû être revus, souvent complétés, parfois reconstitués.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540