Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des compagnes, des épouses, des mères

Le choix du conjoint ou de la conjointe

Texte intégral

Les limites de ce choix

Le manque de femmes européennes au XIXe siècle

1Trouver une femme n’était sûrement pas facile au début de la colonisation pour les hommes qui avaient l’imprudence de tenter l’aventure algérienne sans être accompagnés d’une épouse ou d’une compagne. Rappelons que trente ans après la prise d’Alger on ne trouvait encore en Algérie que sept femmes pour dix hommes. Et le déséquilibre entre célibataires masculins et féminins était encore plus marqué.

2Pour pallier à cette situation, le gouvernement décida que les célibataires candidats à l’obtention d’une concession ne pourraient obtenir qu’une fiche d’admission à titre provisoire. Ces colons devaient s’engager par écrit à se marier dans un délai de six mois, à défaut de quoi ils acceptaient leur éviction sans indemnité.

3Aussi certains préféraient-ils se marier avant de partir en Algérie ou bien repartaient au pays pour se trouver une compagne. D’autres cherchaient à faire venir une amie ou une relation restée en France, quitte à embellir la réalité algérienne.

  • 1 ANOM, GGA, carton F 80 1392, Incidents de voyages, plaintes et réclamations (1848-1852) Commission (...)

Les Arabes nous apportent du beurre, des œufs, des poulets et tout cela pas très cher ; du reste si vous voulez vous monter une basse-cour et avoir des chèvres vous n’avez qu’à apporter des mouchoirs, des indiennes à bon marché et des glaces rondes, vous leur donnerez ces objets et en échange vous aurez ce que vous voudrez1.

  • 2 Note d’un agent du service du recensement en 1843 à propos des 187 orphelines recueillies par les s (...)

4D’autres encore comptaient sur les orphelinats pour se procurer une épouse. Cette attitude était encouragée par l’administration qui estimait que les orphelinats pouvaient fournir de bonnes épouses. « D’honnêtes ouvriers, des colons même, sont déjà venus en demander en mariage. Les femmes manquent en Algérie. Cette maison peut former avec le temps une pépinière de jeunes ménages »2.

  • 3 La biographie succincte d’Émilie Sliman est rapportée dans un numéro de mars 1937 de l’hebdomadaire (...)

5Les religieuses recueillaient des filles de colons décédés mais aussi parfois de jeunes musulmanes orphelines qu’elles convertissaient à la religion catholique, et qui, baptisées d’un nom chrétien, pouvaient passer pour des Européennes. Ces petites musulmanes ne furent sans doute pas nombreuses, car le gouvernement interdisait tout prosélytisme religieux, les ressources des sœurs étaient limitées, et les subventions qui leur étaient accordées, pour chaque pensionnaire, étroitement surveillées. Il y eut cependant quelques cas. Émilie Sliman en est un exemple. Née en 1856, elle fut recueillie, après la mort de ses parents musulmans, par les religieuses de Saint Vincent de Paul qui l’élevèrent à l’orphelinat du Foudouck. Convertie, elle se maria à un garçon de ferme d’origine italienne, naturalisé français, dont elle eut six enfants3.

  • 4 Source orale : Suzette S. Il s’agit d’une de ses ascendantes par alliance.

6Les pensionnaires des orphelinats étaient tellement recherchées que certains immigrés trouvaient plus prudent de les retenir à l’avance. Un Maltais né en 1826 « fit mettre de côté une jeune orpheline d’une dizaine d’années, née en 1843 à Lugano, en Suisse italienne, venue en Algérie avec ses parents et placée à leur mort à l’orphelinat de Bône. Il l’épousa dès qu’elle eut quinze ans trois mois, âge légal du mariage pour les filles.4 »

  • 5 M. Riche-Muller, Quand partent les cigognes, chez l’auteur, 1991. Il s’agit de son grand-père.

7Est-ce aussi le manque de femmes, ou plus simplement l’amour, qui fut responsable d’unions qui devaient surmonter les barrières linguistiques ? Un Alsacien arrivé en Algérie en 1871 à l’âge de vingt ans pour s’installer comme colon avec son frère, n’hésita pas à se marier avec une jeune Maltaise de quinze ans, dont les parents pêcheurs étaient venus du temps des Turcs. « Elle était chrétienne mais ne parlait que l’arabe et le maltais et lui le dialecte alsacien […] C’est quand ses enfants allèrent à l’école qu’elle apprit par eux, vraiment, à s’exprimer en français.5 »

8Il est probable qu’au début, par suite du manque de femmes, les règles familiales qui régissaient les mariages des sociétés européennes du XIXe siècle furent peu respectées. À mesure qu’une société européenne s’organisait en Algérie, les différences d’origine ethnique et sociale devinrent plus sensibles et le choix du conjoint fut de nouveau la grande affaire des familles. Si, jusqu’aux années 1880, le choix de la conjointe pour les hommes était avant tout limité, par le manque de femmes, par la suite, et surtout à partir du XXe siècle, d’autres contraintes pouvaient restreindre le libre choix des femmes et des hommes.

Les barrières ethniques6

  • 6 Le qualificatif ethnique est à prendre dans son sens littéral de « groupe humain de structure famil (...)
  • 7 M. Cardinal, Au pays de mes racines, op. cit.

9« Les unions étaient graves. Il ne devait pas y avoir de mélanges, pas de greffes possibles » écrit Marie Cardinal à propos de sa famille, durant la période de l’entre-deux-guerres7.

10L’étude des mariages des Européens d’Algérie est un bon révélateur des clivages ethniques qui existaient, non seulement entre Européens et autochtones, mais aussi à l’intérieur de la communauté européenne. L’évolution des types de recensement, les commentaires de ces recensements faits par les démographes officiels algériens qu’étaient le docteur Ricoux et Victor Demontès, les souvenirs rapportés par certains Pieds-Noirs sont autant de témoignages de la virulence des oppositions communautaires et de l’importance des enjeux familiaux, mais aussi politiques, que représentaient les mariages dans l’Algérie coloniale du XIXe et du début du XXe siècle. L’appropriation des femmes par chaque groupe ethnique était l’objet de ces enjeux.

11L’administration et les familles distinguaient deux types de « mélanges » par mariage : les unions entre Européens et indigènes israélites ou musulmans, qualifiés de mariages mixtes et les unions entre Français et étrangers d’origine Européenne, dits mariages croisés.

Condamnation des mariages mixtes

12La condamnation implicite des unions légales avec les populations autochtones a existé dès le début de la colonisation.

13Les mariages entre Européens et musulmans étaient socialement condamnés et se heurtaient à de nombreux obstacles.

  • 8 Sujet abordé en quatrième partie de cet ouvrage.
  • 9 Elles étaient 8562 en 1938 d’après l’Annuaire statistique de l’Algérie, année 1838.

14Le premier résidait dans la difficulté mutuelle de se connaître. Européens et musulmans se côtoyaient sans guère avoir d’occasion de pouvoir s’apprécier. Dans l’enseignement primaire, seul niveau où la mixité filles/garçons pouvait exister, bien que souvent l’école fût mixte mais non les classes, une minorité d’élèves indigènes fréquentait les classes ouvertes aux Européens car la plupart étaient scolarisés dans des classes spéciales ou des écoles indigènes8. Le nombre de fillettes musulmanes scolarisées avec les Européennes avant la seconde guerre mondiale était dérisoire9.

  • 10 A. Montero, Rio Salado, Toulouse, Éditions Privat, 1980. Il s’agit ici des souvenirs de sa scolarit (...)

Point de musulmanes sur nos bancs ; vers sept, huit ans elles étaient déjà cloîtrées dans leur courette de roseaux aidant leur mère ; par contre leurs frères s’égaillaient déjà dans les cours de l’école des garçons10.

15La religion pouvait également représenter un obstacle. Il n’existait pas à proprement parler d’interdit ni de la part de l’Église catholique ni de l’islam. Mais l’inquiétude concernait les enfants nés de cette union. Pour les musulmans, la religion du père s’imposant aux enfants, l’union d’un musulman avec une chrétienne ou une juive ne posait pas de problème au vu du Coran. Il en allait différemment pour une musulmane épousant un Européen où un juif puisque ses enfants risquaient d’être élevés dans une religion étrangère à la sienne. Les familles musulmanes étaient donc opposées au mariage de leurs filles avec un non musulman, et chrétiens ou juifs n’acceptaient guère mieux une union de leurs filles avec un homme d’une autre religion que la leur.

  • 11 Bien que Français par le Sénatus-consulte de 1865, les musulmans ne sont pas admis à la jouissance (...)

16La législation musulmane attachée au statut personnel11 des musulmans pouvait aussi poser problème dans le cas du mariage d’une Européenne avec un musulman. Une Française épousant un musulman d’Algérie conservait sa nationalité française, puisque, les indigènes algériens étaient français. Mais, selon le régime matrimonial choisi, ses droits étaient fort différents. Si le mariage était conclu devant un officier de l’état civil français, l’épouse conservait tous les droits accordés par le code français mais si le mariage était contracté devant les autorités musulmanes, la femme se voyait appliquer le statut musulman.

  • 12 M. Meylan, Les mariages mixtes en Afrique du Nord. Effets sur les personnes et les biens, thèse de (...)
  • 13 Dr H. Marchand, Les mariages franco-musulmans, Alger, Vollot-Debacq frères, 1954.

17L’article 165 du code civil obligeait tacitement tout musulman épousant une Française, devant un officier d’état civil français, à renoncer à son statut personnel au profit des obligations de la loi française. Mais cet engagement ne liait le musulman qu’à l’égard de son épouse française. Or les mariages entre musulmans étaient prononcés devant le cadi, ce qui rendait toujours possible un second mariage avec une musulmane. Et comment savoir si le fiancé musulman souhaitant épouser une Française n’avait pas déjà pris femme devant le cadi ? Certes, selon la loi du 23 mars 1882, tout mariage prononcé devant un cadi devait, être déclaré dans les trois jours par les époux, ou par des témoins, auprès du maire ou de l’administrateur de la commune. Mais ces prescriptions n’étaient pas toujours observées, les municipalités semblant faire preuve d’une grande indifférence en ce qui concernait l’état civil des indigènes12. Il en était de même pour les divorces13.

  • 14 Puisque le seul mariage valable ne pouvait être contracté que devant l’officier d’état civil frança (...)

18Ce n’est qu’à partir de 1930 que les cadis durent envoyer mensuellement au maire ou à l’administrateur un état des actes des mariages, divorces ou répudiations, dressés par eux. Une épouse française ne pouvait pas être répudiée selon la loi coranique mais elle n’avait pas la certitude d’être la seule épouse. Et les enfants ayant la nationalité du père étaient automatiquement français de statut musulman. Dans le cas d’une musulmane épousant un Français, les difficultés étaient moindres14. On voit donc que la double législation existant en Algérie ne facilitait pas les unions, surtout entre Européennes et musulmans.

  • 15 V. Demontès, Les populations algériennes, op. cit., p. 221.

19Aussi bien, la plupart des Européens d’Algérie considéraient que, du fait des différences de religion et de coutume, ces unions ne pouvaient être vouées qu’à l’échec. Et c’est la conscience de cet échec qui aurait été, selon Victor Demontès, le motif essentiel du petit nombre de mariages entre les communautés européenne et musulmane d’Algérie15.

  • 16 Dr J.-L. Cabrol, De l’Algérie sous le rapport de l’hygiène et de la colonisation, Strasbourg, 1863, (...)

20Il semble d’ailleurs que même les quelques partisans du rapprochement des deux communautés craignaient que les femmes européennes ne soient victimes de ces unions. Un médecin de l’armée se disait en 1863 « favorable aux mariages mixtes avec les Arabes, mais surtout entre Européens et femmes indigènes. Pour les musulmans, il faut qu’ils soient jeunes et déjà façonnés par notre éducation depuis longtemps »16. Et Marie Bugéja, évoque aussi la difficulté des unions entre musulmans et Européennes.

  • 17 M. Bugeja, Nos sœurs musulmanes, Paris, Éditions des Études littéraires, 1921, p. 160. Femme de let (...)

La femme française ou européenne peut, certes, user de son influence personnelle pour modifier le milieu dans lequel elle est appelée à vivre, mais ce sera une lutte de tous les instants qui rendra insupportable la vie commune17.

21Pour d’autres observateurs, c’était le sentiment de supériorité qu’avait la majorité des Européens à l’égard des populations musulmanes qui fut le vrai responsable du très petit nombre d’unions qui existèrent, en 130 ans de présence française en Algérie, entre les communautés européenne et musulmane. C’est du moins ce qui ressort des quelques témoignages qui se sont exprimés à cet égard.

22Un journaliste et homme de lettres français écrit au retour d’un voyage en Algérie en 1861 :

  • 18 B. Gastineau, Les femmes et les mœurs de l’Algérie, Paris, Hertzel, 1861.

L’opinion des villes d’Afrique acquitte les peccadilles d’amour ; elle est impitoyable pour les mésalliances de race à race. À Oran, au milieu d’une fête de nuit une dame espagnole surprise sous les orangers en conversation intime avec un caïd des Hachems dut quitter la ville, tant le scandale fait autour d’elle fut grand18.

23Il semble qu’en 1930 les mentalités avaient peu changé.

  • 19 Dr H. Marchand, Les mariages franco-musulmans, op. cit., p. 54.

L’Européen, le Français, regarde les couples franco-musulmans réguliers avec malaise ; il n’est pas loin de se sentir humilié par eux. En Afrique du nord, les premiers couples mixtes ont été raillés, mis à l’index, rejetés à la fois par les deux groupes ethniques et le fait, quoique atténué, disons très atténué dans les villes au moins, persiste à l’heure actuelle19.

24En fait, pour la quasi-totalité des Européens d’Algérie, se marier avec un « Arabe » était inenvisageable. L’opinion exprimée par Marie Cardinal est à cet égard sans ambigüité.

  • 20 M. Cardinal, Les Pieds-Noirs, Paris, Belfond, 1988, souvenirs personnels en préface d’un ouvrage co (...)

Jamais je n’ai entendu parler d’une Française chrétienne d’Algérie qui ait épousé un Français musulman d’Algérie. L’interdit était tellement absolu qu’il était inutile de l’exprimer ; ça coulait de source […] Quant aux rapports entre une musulmane et un Roumi, ils étaient encore plus impensables20.

  • 21 A. Hoor-Segura, Du plus loin que je me souvienne, Helette, Jean Curutchet, 1998, p. 44.

25Dès leur plus jeune âge, les enfants pieds-noirs ne pouvaient avoir qu’une profonde conscience de l’existence en Algérie de deux types d’humanités : les Européens d’un côté, et les Arabes, de l’autre. D’un côté les maîtres et les vainqueurs, de l’autre côté les vaincus et les serviteurs. Comment dans ces conditions, des Français d’Algérie auraient-ils pu songer à s’unir avec un Arabe ? Aussi quand l’impensable se produisait, quand un Arabe osait demander la main d’une Européenne d’Algérie, l’intéressée ne pouvait avoir qu’une violente réaction d’indignation et de peur. Une Française d’Algérie raconte dans ses mémoires21, qu’un jour où elle se promenait toute seule dans les environs de la propriété paternelle, elle fut accostée par une indigène qui lui remit un billet transmettant une demande en mariage de la part de son frère. Ce dernier a beau être un voisin, connu pour sa richesse, sa puissance et sa séduction, elle n’a qu’une pensée, éloigner l’importune.

26« Ne m’en dis pas plus, quelle horreur, quelle frayeur ! Va-t-en […] Va-t-en ! Et ne reviens jamais », crie-t-elle à la sœur du postulant. Au delà de la peur soulevée par la seule perspective de risquer d’être l’épouse d’un musulman, la demande semble, en elle-même, représenter un affront, portant atteinte à son honneur et à celui de sa famille. Elle ajoute en effet : « Maman ne doit pas entendre et elle n’en saura rien, c’est son angoisse ».

27Les mariages entre juifs et Européens se heurtaient sensiblement aux mêmes difficultés, même si la condamnation des familles et de la société était moins violente.

  • 22 Informations tirées de l’ouvrage Les juifs d’Algérie, ouvrage collectif sous la direction de Jean L (...)

28Contrairement aux musulmans qui conservaient, avec leur religion, leurs anciens droits et coutumes, les juifs d’Algérie acceptèrent très tôt la législation et la juridiction française. De ce fait, l’assimilation culturelle et sociale des juifs fut rapide. La scolarisation des enfants fut d’abord encouragée par les juifs de France. Dès 1840, de jeunes garçons juifs fréquentaient à Alger et Oran des écoles françaises. À partir du décret de Jules Ferry, la scolarisation des filles comme des garçons, dans des établissements français, fut quasi complète, puisqu’à cette époque les juifs étaient Français et que l’école était obligatoire pour tous les jeunes Français. Cette scolarisation leur ouvrit les voies de l’ascension sociale et des professions libérales, même si la majorité d’entre eux continuèrent à tirer leurs revenus du petit commerce et de l’artisanat22.

  • 23 Opinion rapportée dans l’ouvrage cité ci-dessus, p. 24.
  • 24 G. Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905). L’antisémitisme dans l’Algérie coloniale, (...)

29Toutefois, bien que devenus des citoyens français à part entière en 1870, les juifs restèrent pour la majorité des Européens d’Algérie des indigènes colonisés. L’ethnologue Joëlle Bahloul parle d’antisémitisme systématique et culturellement enraciné de la société coloniale23. Il est vrai que le décret Crémieux fut très mal accepté par la plupart des Pieds-noirs et que les réactions antisémites furent nombreuses. La crise la plus grave eut lieu au cours des années 1897-189824, mais l’antijudaïsme était relancé lors de chaque élection législative, du moins jusqu’à la seconde guerre mondiale.

30Aussi, même si les études et la vie sociale rapprochaient peu à peu les communautés juive et européenne, les mariages entre ces populations étaient considérés comme peu souhaitables.

Des mariages croisés plus ou moins tolérés

31Les mariages croisés entre Européens furent souvent, jusqu’à la seconde guerre mondiale, plutôt tolérés que véritablement souhaités par les familles.

32Les relations furent longtemps tendues entre Français et étrangers du fait du nationalisme qui déchirait l’Europe. Les Espagnols, les Maltais et les Italiens, sans compter les Belges et les Allemands qui débarquent en Algérie dans les années suivant la conquête d’Alger, ont l’esprit encore marqué par la période napoléonienne, dont ils ont plus ou moins souffert. Les Espagnols sont loin d’avoir oublié l’occupation napoléonienne de leur pays, d’autant qu’après une résistance de six ans et des milliers de morts, ils ont été les premiers à obtenir la capitulation d’une armée française. La France conserve au XIXe siècle en Europe l’image d’une nation révolutionnaire et impérialiste, ennemie de la religion.

  • 25 Cette expression se répand à la fin du XIXe siècle chez les Français originaires de Métropole par o (...)

33Les relations entre communautés européennes vont peu à peu se détendre, mais des quartiers distincts continuèrent longtemps à abriter, dans les grandes villes, chaque ethnie et à la séparer ainsi des autres. Face aux autochtones et surtout aux musulmans, la conscience d’appartenir à une même communauté européenne et chrétienne rapproche peu à peu Espagnols, Italiens, Maltais et Français. Pour autant les divisions subsistent. Il suffit de voir l’accueil fait par les Français « d’origine »25 à la loi de naturalisation automatique des étrangers de 1889. Après avoir craint d’être submergés par les étrangers, les Français « d’origine » ont une autre peur : celle d’être dirigés par ces néo-Français qui ont le droit de vote comme eux.

  • 26 Rio Salado, op. cit.

34La prééminence française s’imposait en outre à tous. L’Algérie étant colonie française, le Français s’affirmait et était perçu, comme le maître, non seulement par les populations autochtones, mais aussi les étrangers européens. « J’ai souvent senti chez ma grand mère une espèce de déférence vis-à-vis de ces Français d’alors qui me choquait. Même quand bon nombre d’étrangers accepteront de changer de nationalité, quelque chose de ce sentiment d’infériorité subsistera » note Andrée Montero26.

35Le conditionnement colonial était tel qu’une fois devenues françaises, certaines familles d’origine étrangère avaient tendance à se fermer aux alliances avec d’anciens compatriotes. Selon un Français d’origine espagnole,

  • 27 G. Campos, Les palmiers d’Arzew, 1849-1962, Aix-en-Provence, Spéraced, 1989.

Le pied-noir d’origine espagnole par ses ancêtres, que les Français ont baptisé « escargot » par dérision, en arrive à être complexé à un point tel que lorsqu’il acquiert la nationalité française il manifestera à son tour « l’ostracisme » à l’égard de ses semblables restés espagnols aux yeux de la loi. Combien en ai-je connu de ces « complexés » dans ma jeunesse, qui s’opposaient au mariage de leur fille avec un ressortissant ibérique27.

36La distance entre Français et étrangers européens n’était pas seulement d’ordre politique, elle était aussi d’ordre racial. Au XIXe siècle l’évolutionnisme et le colonialisme contribuèrent à affirmer l’existence d’une hiérarchie entre populations et civilisations plus ou moins avancées, et à répandre l’idée de races inférieures et supérieures. Les Européens considérèrent d’abord comme races inférieures les populations colonisées avant que le nationalisme ne crée une hiérarchie entre peuples européens. Les Européens d’Algérie échappèrent d’autant moins à ce conditionnement général des esprits qu’ils vivaient dans un régime colonial. Pour la majorité des Français, la domination coloniale française démontrait la supériorité de la « race » française.

  • 28 Annuaire statistique de 1844-1845.
  • 29 V. Demontès, Le peuple algérien. Essai de démographie algérienne, op. cit., p. 232.

37L’inquiétude exprimée très tôt par l’administration et certains auteurs à propos des mariages croisés est nettement d’ordre racial. « Ils finiront à la longue par amener la fusion en une seule race des diverses nationalités » note avec regret un agent du recensement en 184528. Au début du XXe siècle Demontès craignait pour « la pureté de la race française : les enfants de ces étrangères (espagnoles surtout) auront puisé dans ses bras, très jeunes encore, les sentiments d’Espagnole et d’Italienne auxquels son âme est ouverte »29. Par la suite, ses motifs d’inquiétude diminuèrent car :

  • 30 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 413.

cette étrangère se transforme elle aussi sous l’influence de son mari […] Et puis ses enfants, après avoir subi son influence, subissent celle de son mari, celles de l’école et de la caserne ; leur caractère se modifie ; il se rapproche de celui du Français d’origine. Le sang des races se diffuse30.

38Cet auteur reconnu et quasi officiel, ne remet en question ni la notion de race ni la supériorité de la race française sur les autres races européennes présentes en Algérie, et auxquelles le Français s’allie. Mais c’est le langage de l’époque y compris en France.

  • 31 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

39Aussi, même si dans la vie quotidienne, les fréquentations entre Européens semblaient obéir aux critères socio-économiques habituels, pour les mariages, l’origine ethnique pouvait aussi être prise en considération. « Un garçon plus fortuné que moi, mais à coup sûr plus sot, avait laissé entendre qu’il était dommage que je fusse d’origine espagnole, donc point de mariage, car je lui plaisais beaucoup » raconte une femme pied-noire31.

  • 32 Source orale. Georgette S. née en Algérie en 1926.

40Et pour certaines familles françaises d’origine, la réussite sociale ne pouvait effacer complètement l’origine étrangère. Une Française d’Algérie dont la famille installée depuis 1849 sur les Hauts plateaux ne comprend « d’un côté comme de l’autre que des Français, » déclare « ce n’était pas un hasard mais le résultat d’une volonté de ne se marier qu’entre Français ». Elle reconnaît qu’il y eut « une exception, une de ses tantes se maria avec un riche Espagnol mais la fille de ce couple, sa cousine lui confia qu’elle avait toujours ressenti un recul par rapport à tout le reste de la famille portant un nom français ». Elle conclut : « On se fréquentait avec les Européens non français mais on ne se mariait pas ; de la même façon qu’on n’aurait jamais pensé à se marier avec un de ces avocats kabyles connus »32. Ce témoignage fait preuve d’une belle franchise, car d’autres Français d’Algérie, se vantant volontiers de n’avoir eu dans leur famille aucun ancêtre d’origine étrangère, en rendent responsable le hasard.

41Et pourtant il y eut de nombreux mariages entre conjoints de nationalités européennes différentes, et cela dès le début de la colonisation de l’Algérie. Il faut donc admettre que les barrières ethniques attestées par de nombreux témoignages avaient une réalité plus ou moins grande suivant les milieux et les époques. Il est possible que les mariages croisés aient été mieux acceptés dans les villes que dans les campagnes ne serait-ce qu’en raison d’un brassage ethnique plus poussé. En milieu rural, les concessions de terre ayant été pratiquement réservées aux Français, l’Espagnol fut pendant longtemps, le plus souvent, ouvrier agricole, fermier ou métayer, et pouvait rester de ce fait aux yeux des Français, et à ses propres yeux, le subalterne au service du maître français, même quand il devenait propriétaire.

  • 33 De nombreux exemples de généalogies sont fournis dans la revue de généalogie du GAMT et quelques un (...)

42L’étude de quelques généalogies montre que les mariages croisés semblent plus fréquents dans les familles dans lesquelles, dès la première génération, un Français se marie avec une étrangère, le plus souvent espagnole. Il paraît logique que la présence dans une famille d’une grand-mère étrangère donne de l’étranger une autre vision. Mais ce n’est pas toujours le cas. Quelques familles françaises, ayant eu une très lointaine aïeule étrangère à leur arrivée en Algérie dans les années 1830-1840, semblent avoir évité par la suite tout autre croisement. D’autres généalogies présentent au contraire des unions entre les quatre principales communautés européennes présentes en Algérie33.

  • 34 G. Schurer, Les Hautes Plaines, op. cit.
  • 35 Il existait toutefois un orphelinat protestant.

43On pourrait aussi s’interroger sur l’influence de l’origine régionale des immigrés français dans les unions croisées. Les Français originaires des départements méridionaux se sont-ils plus volontiers mariés avec des étrangers ou étrangères issus pour l’essentiel du bassin méditerranéen que les Français venant du reste de la France ? La religion protestante d’immigrés de l’est de la France peut, dans certains cas, être un élément d’explication du refus de mariages croisés, Espagnols, Italiens et Maltais étant de confession catholique. Une Française d’Algérie rapporte34 qu’une jeune protestante amoureuse d’un soldat bordelais est renvoyée immédiatement dans sa famille en Suisse quand son père apprend que le jeune homme est de religion catholique. Et elle note que les Suisses ne pouvaient pas espérer trouver une compagne dans les orphelinats car ces dernières étaient « catholiques ou musulmanes mais pas ou peu de protestantes »35.

Les clivages sociaux

44À mesure que la société algérienne s’organise, des classes sociales se forment. Aux clivages ethniques s’ajoutent des clivages sociaux. Un étranger riche est plus proche d’un Français qu’un pauvre. Une bourgeoisie à la fois urbaine et rurale se crée.

Dans la bourgeoisie

45Comme dans la bourgeoisie métropolitaine de l’époque, les mariages font l’objet de calculs et d’interdits car ils peuvent être un enjeu majeur de promotion sociale.

46C’est dans les milieux des gros colons que la pression familiale paraît avoir été la plus pesante : en même temps que des familles, ce sont des terres qui s’unissent, ce qui n’excluait pas forcément l’amour. Des filles de colons évoquent les règles qui commandaient les relations sociales et les unions.

  • 36 A. Montero, Rio Salado, op. cit. Rio Salado est le nom du vaste et riche domaine agricole acquis en (...)

Dans notre village comme dans tous les villages du monde, la notion de caste (chez nous de différences de fortune) ne venait que vers treize ans. Il y avait les colons riches, les colons pauvres et les ouvriers, mais il y avait aussi les Espagnols et les Français36.

  • 37 Georgette S., déjà citée, dont les parents avaient une propriété sur les Hauts-Plateaux.

47L’appréciation de la fortune dépendait non seulement de l’étendue du domaine mais aussi de la qualité et du type de production des terres. « Les filles de colons riches épousaient des colons riches. Sur les Hauts Plateaux, il fallait avoir au moins 1 000 hectares. Dans la plaine, avec 60 hectares de vignes on était riche.37 »

48La bourgeoisie urbaine, formée de membres de professions libérales et des serviteurs importants de l’État, surveillait tout autant le mariage de ses enfants. Dans les années vingt, au seuil de l’adolescence, une fille d’un administrateur de commune mixte qui avait pour grand père un notaire d’Alger, était déjà consciente de l’avenir qui l’attendait.

  • 38 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis ou l’Algérie d’enfance, Versailles, Atlanthrope, 19 (...)

Quand nous en aurions l’âge, on nous marierait avec un homme « de notre monde » inclus dans la catégorie des professions agréées, un médecin, mais pas un dentiste, un professeur mais pas un instituteur. Et si je ne l’aime pas, disais-je agressivement à une dizaine d’années ? Mon enfant, répondait maman, une honnête femme aime toujours son mari38.

Les classes moyennes

  • 39 Les seuls numéros détenus par la BnF.

49Les classes moyennes n’échappent pas non plus aux alliances à fondement économique et social. En août 1904, à une époque où l’équilibre des sexes commence à exister en Algérie, paraît à Alger, le premier numéro du Journal du Mariage, spécial à l’Algérie et à la Tunisie, journal semi hebdomadaire d’annonces matrimoniales. La consultation des trois premiers numéros39, montre du côté masculin comme féminin un grand souci de la sécurité matérielle.

  • 40 21 ont moins de trente ans, 11 ont entre 30 et 40 ans et 7 de 40 à 50 ans, 15 de ces femmes travail (...)

50Pour les 39 femmes et les 36 hommes qui passèrent une annonce en août et septembre 1904, aucune indication concernant les goûts, les caractères possédés ou recherchés, guère de détails physiques, tout au plus trois femmes précisent-elles la couleur de leurs cheveux. Plus surprenant, aucune indication de nationalité n’est fournie, mais il est noté en introduction du premier numéro que le journal contrôle, on ne sait comment, les renseignements fournis par les candidats au mariage. Les femmes donnent leur âge, leur profession40 et indiquent le type d’époux recherché. Les hommes ne donnent pas leur âge et les femmes n’ont pas d’exigences à cet égard. Mais hommes et femmes précisent, pour la plupart, les professions ou les revenus qu’ils souhaiteraient trouver chez leur futur conjoint ou conjointe.

51Les femmes recherchent avant tout un candidat exerçant une profession qui soit gage de sécurité. À part les trois commerçantes qui veulent épouser des commerçants, les autres femmes, qu’elles soient institutrices, couturières, sages-femmes ou sans profession, recherchent pour la plupart des fonctionnaires, des employés d’administration, ou des sous-officiers ou gendarmes à la retraite. Trois de ces candidates au mariage demandent des propriétaires terriens et trois autres souhaitent un époux ayant une bonne situation. Les hommes, quant à eux, insistent tous sur la nécessité d’un avoir ou d’un métier.

  • 41 Les annonces matrimoniales du Chasseur français du début du siècle sont rédigées de la même façon e (...)

52À l’évidence, on se marie non pas tant pour rompre sa solitude ou partager à deux les joies ou difficultés de l’existence que pour conforter ou améliorer son niveau de vie. Mais c’est le reflet d’une époque, et non un comportement propre à l’Algérie41.

Les recensements matrimoniaux et leur lecture

53Les données statistiques fournies par les annuaires du GGA sont nombreuses mais plus ou moins précises. Durant la première décennie, les relevés manquent de fiabilité. Il n’est pas sûr que tous les mariages d’étrangers soient recensés car les Espagnols qui s’unissaient dans les consulats, sont parfois comptabilisé à part.

54Les mariages européens et les mariages indigènes font toujours l’objet de décomptes distincts. Les juifs, malgré leur naturalisation par le décret Crémieux de 1870, continuent à être classés séparément par l’administration du recensement jusqu’en 1911. Un relevé des mariages entre Français et étrangère, d’une part, et entre étranger et Française, d’autre part, est effectué à chaque recensement jusqu’en 1921. Mais la nationalité des étrangers européens n’est donnée, lors de leur mariage, qu’entre 1893 et 1910. Certaines années, des bilans de la situation matrimoniale des Européens sont établis.

  • 42 L’origine ethnique des époux notée dans les annuaires de 1906 et 1910 donne naissance à des relevés (...)

55Ces recensements traduisant une forte xénophobie. Jusqu’aux lois de naturalisation « automatiques » de 1886 et 1889, dans les mariages croisés entre Européens, la nationalité des étrangers importe peu à l’administration, c’est le nombre de mariages croisés entre Français et étrangers par rapport aux mariages entre Français qui compte. Le refus de reconnaître les Néos comme des Français se manifeste par l’intérêt subit de l’administration à partir de 1894 pour la nationalité des époux étrangers puis, les étrangers se faisant plus rares, par la recherche de la nationalité d’origine des Français lors des recensements de 1906 et 1910. Époux et épouses françaises sont classés alors en quatre catégories principales : Français d’origine par le père seulement ou par les deux parents, Français par naturalisation et Français par mariage de la mère42.

56Après la première guerre mondiale, la naturalisation des étrangers n’est plus remise en cause, et on revient à partir de 1921 à la classification d’origine des époux : Français, étrangers européens, et indigènes. Mais le décompte se fait par sexe, et non par type d’unions, ce qui rend impossible la connaissance des couples formés.

  • 43 Dr R. Ricoux, La démographie figurée de l’Algérie, 1880 et La population européenne en Algérie pend (...)
  • 44 Étude menée dans Le Peuple algérien, essai de démographie algérienne, paru en 1906, et dans L’Algér (...)

57Les docteurs René Ricoux43 et Victor Demontès44 se sont intéressés aux mariages européens mais seuls les mariages croisés retiennent leur attention.

  • 45 Communication de M. de Solliers sur « La fusion des races européennes en Algérie dans les mariages (...)

58Comme d’autres auteurs de l’époque coloniale ils se passionnent pour ce qu’ils nomment la fusion des races européennes45. Dans ce contexte, les études menées sur les mariages sont plus ou moins polémistes. Il s’agit de rechercher les gains et les pertes de nationalité française dans les mariages croisés. Aussi l’endogamie a-t-elle peu retenu l’attention de ces auteurs et l’importance des mariages croisés a été surestimée. Or l’endogamie fut particulièrement forte.

Une forte endogamie de chaque communauté européenne

Nombre de Français et d’étrangers européens se mariant entre eux pour 1 000 conjoints français et 1 000 conjoints étrangers de 1931 à 1921. Graphique réalisé à partir des données des recensements fournies dans les annuaires de 1831 à 1921

59Jusqu’aux années 1890, l’endogamie est forte tant chez les étrangers que chez les Français mais elle est particulièrement élevée dans la communauté française (86 % en moyenne) et cela même durant les deux premières décennies alors que les étrangers étaient légèrement plus nombreux que les Français. À partir de 1895, l’endogamie des étrangers tend à diminuer tandis que celle de Français continue à progresser (entre 1915 et 1921 92 % des Français se marient entre eux et seulement 50 % des étrangers font de même) L’explication est à mettre au compte des lois de naturalisation automatique qui vident peu à peu la communauté étrangère au profit de la population française. Dès 1911, les Français sont trois fois plus nombreux que les étrangers. La probabilité d’épouser un étranger ou une étrangère plutôt qu’un Français ou une Française diminue considérablement. En effet, si des motivations sociales, culturelles, et même psychologiques, peuvent expliquer la propension des individus à épouser leurs semblables, encore faut-il avoir ce choix. L’importance numérique de chaque communauté intervient dans la probabilité de rencontre.

60La rapide progression de la population française et l’équilibre des sexes font que la très forte endogamie française du XXe siècle n’a pas la même signification que celle du XIXe siècle.

Caractères spécifiques de l’endogamie française

61L’endogamie française concernait encore davantage les femmes que les hommes. Durant toute la période de la colonisation plus de 92 % des Françaises épousaient des Français. Il est vrai qu’il y eut pendant longtemps un déséquilibre numérique au profit des hommes et que de ce fait il était plus facile pour une Française d’épouser un concitoyen.

  • 46 M. Raucaz, Les Asphodèles de la Plaine, op. cit. Elle rapporte que ses ancêtres arrivèrent de Savoi (...)

62Il paraît probable que, dans les premiers temps de la colonisation, dans un pays ressenti comme une terre étrangère, il y ait eu une tendance, entre Français à fréquenter de préférence des « pays » parlant le même dialecte, et ayant les mêmes coutumes. En Métropole, au XIXe siècle, existait encore une forte endogamie régionale, et Auvergnats ou Bretons immigrés à Paris reconstituaient des terroirs. La colonisation agricole assistée en rassemblant des immigrés venant de mêmes régions favorisa parfois une endogamie régionale. Des centres de colonisation furent ainsi créés pour les Parisiens et les Alsaciens transportés par convois. Des rassemblements régionaux pouvaient se faire aussi spontanément ; certains immigrés, une fois installés, faisaient venir des pays ou retournaient chercher une femme dans leur région d’origine46.

63Par la suite, il semble que les Français d’Algérie se différenciaient surtout selon leur lieu de naissance, en France, en Algérie, ou à l’étranger pour les naturalisés. Le docteur Ricoux affirme que les Français, nés ou non en Algérie, préféraient épouser des jeunes femmes nées en Algérie plutôt qu’en Métropole.

64Surtout, il semble que les « naturalisés » mirent longtemps à être acceptés dans certaines familles françaises « d’origine » selon le terme utilisé par l’administration. Les recensements discriminatoires auxquels se sont livrés les agents de l’administration à l’égard des époux français de 1904 à 1914 permettent de voir comment se sont opérées les unions des diverses catégories de Français répertoriés. Victor Demontès avait utilisé ces données pour démontrer que les mariages croisés étaient en réalité beaucoup plus nombreux qu’ils n’apparaissaient. Pour Demontès, il y avait, en effet, mariage croisé dès qu’un Français (se) d’origine épousait, non seulement un étranger ou étrangère, mais aussi un Français (ou Française) naturalisé.

  • 47 17,6 % des unions de Néos sont des mariages croisés contre 6 % pour les Français d’origine.

65Ces relevés ont été repris pour rechercher l’importance des unions entre des Français d’origine et des Français naturalisés dans les premières générations des Néos. Ils montrent que le brassage par mariage entre Français d’origine et Français naturalisés était loin d’être effectif durant les dix ans précédant la première guerre mondiale. Pour 51 211 mariages célébrés entre 1904 et 1914, 13 % seulement unissent des Français et Françaises d’origine à des Françaises et Français naturalisés. La plupart des Français naturalisés, se marient entre eux, comme le font, de leur côté, les Français d’origine. Mais c’est encore plus vrai pour ces derniers (80 %) alors que les Français naturalisés se sont mariés entre eux à hauteur de 61 %. Les Néos se marient presque trois fois plus avec des étrangers que ne le font les Français d’origine47.

66Et les Françaises, quelles soient « d’origine » ou naturalisées font encore davantage que leurs compatriotes le choix de conjoint français « d’origine ». Les Françaises naturalisées sont même presque deux fois plus nombreuses à se marier avec un Français « d’origine » que les naturalisés de sexe masculin à épouser une Française « d’origine ».

67Les chiffres vérifient donc les témoignages cités de l’existence de barrières ethniques entre Européens, barrières perpétrées par les nouveaux ressortissants français. La distinction entre Français d’origine et Français naturalisés n’était pas qu’administrative.

  • 48 G. Campos, « Très peu de noms à consonance espagnole parmi les fonctionnaires, les professions libé (...)

68À une époque où la seule promotion sociale possible pour les femmes, à quelques exceptions près, dépendait de leur mariage, épouser un Français et de préférence un Français d’origine était vu comme un gage de reconnaissance sociale. C’était aussi, bien souvent, une garantie de sécurité de vie. Pour être officier, fonctionnaire, agent des diverses administrations locales, il fallait avoir la nationalité française. Même naturalisés, peu de ces nouveaux Français accédaient, avant la seconde guerre mondiale, à ces professions qui pouvaient faire d’eux des notables48.

Complexité de l’endogamie des étrangers

69L’endogamie des étrangers ne présentait guère d’intérêt pour l’administration française. Il s’agissait surtout de comptabiliser les mariages croisés. Peu importait la nationalité de l’étranger ou de l’étrangère. Aussi, pendant les premières décennies de la colonisation, tout Européen non Français est-il recensé au moment de son mariage uniquement sous le terme d’étranger. Ce n’est qu’à la fin du XIXe siècle que démographes et agents du recensement commencent à préciser la nationalité des étrangers rendant ainsi possible l’étude des unions au sein des différentes communautés étrangères.

Proportion des époux de même nationalité pour 1 000 mariés de chaque nationalité

Années

Maltais/Maltaise

Espagnol/Espagnole

Italien/Italienne

1884

666

825

630

1894 à 1900

548

711

521

Les chiffres de 1884 ont été relevés dans l’ouvrage du Dr Ricoux, Les populations de l’Algérie pendant l’année 1884. Ceux de la période 1894 à 1900 ont été calculés à partir des données des recensements

70Globalement toutes les communautés étrangères ont tendance à s’unir de préférence avec un conjoint de même nationalité. Cette tendance est toutefois plus marquée chez les Espagnols que chez les Italiens ou les Maltais. Les Espagnols ont, en 1884, un taux d’endogamie ethnique très proche de celui des Français (825 ‰ pour les Espagnols, 842 ‰ pour les Français). On note un effritement certain de cette tendance à partir de 1894 par rapport à 1884.

71Le choix du partenaire est en rapport avec l’importance numérique de chaque communauté nationale. L’endogamie ethnique des Espagnols était favorisée par leur nombre. Plus un groupe ethnique est disséminé au milieu d’une autre population, plus il est assimilable, tant sans doute au niveau culturel que matrimonial. Or les Italiens et les Maltais ne formaient que des minorités dans la plupart des villes, et même le long du littoral oriental de l’Algérie, leur poids dans la population européenne n’avait rien à voir avec le nombre d’Espagnols établis en Oranais et aussi dans l’Algérois.

72La communauté espagnole particulièrement forte dans l’Oranais est sûrement responsable d’une endogamie étrangère supérieure dans ce département à celle de l’ensemble de l’Algérie et même à celle de la communauté française.

73La moindre endogamie de toutes les communautés étrangères à partir de 1894 est une des conséquences de la naturalisation automatique des étrangers. En réduisant le nombre d’étrangers les lois de 1889-1893 rendent plus difficile la rencontre d’un partenaire de même nationalité.

Caractères des mariages croisés entre Européens

Des unions précoces, constantes mais en nombre surestimé

  • 49 L’un avec une jeune Allemande de 17 ans, et l’autre avec une Espagnole de 24 ans. État civil d’Alge (...)

74Dès les lendemains de la conquête, les Européens commencèrent à s’unir entre eux. Sur les quatorze mariages qui furent célébrés à Alger en 1832, deux des époux français s’unirent avec des étrangères49.

75Les données démographiques utilisées pour calculer les taux d’endogamie des Français et des étrangers permettent aussi d’établir l’importance numérique des mariages croisés.

Nombre de mariages croisés pour 1 000 unions d’Européens de 1831 à 1921

Nombre de mariages croisés pour 1 000 unions d’Européens de 1831 à 1921
  • 50 Estimations du Dr R. Ricoux, La démographie figurée de l’Algérie, op. cit., p. 91 et de V. Demontès (...)
  • 51 G. Crespo, Les Italiens en Algérie (1830-1960), Avignon, Éditions Gandini, 1999.

76De 1831 à 1914 les mariages croisés ont représenté en moyenne 16 % des mariages européens, avec des variations ne dépassant pas 3 %. Un mariage sur six environ était une union entre un Français et un autre Européen. Ce qui est très loin des estimations les plus couramment avancées, qui tendent à considérer que les mariages croisés intervenaient pour un quart des unions européennes célébrées50. Gérard Crespo parvient, d’ailleurs, à ce même rapport d’un mariage croisé pour six, en procédant au décompte des 176 mariages célébrés à Guyotville entre 1880 et 1900, et il note : « Ce qui modère l’enthousiasme de Demontès quant à une fusion complète des races en trois générations »51.

Plus de Français que de Française, moins d’étrangers que d’étrangères

  • 52 Dr R. Ricoux, La démographie de l’Algérie, op. cit., p. 112.
  • 53 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 40.

77À ce propos, les conclusions des auteurs algériens s’avèrent exactes. Pour les années 1876 à 1878, le docteur Ricoux relève que « Si 335 femmes perdent leur nationalité française, 925 filles étrangères deviennent françaises52 ». Et Victor Demontès note à propos des mariages des Français de 1830 à 1877 : « Les hommes (5 073) se croisent plus volontiers que les femmes (1 808). Il faut donc se féliciter de ce résultat ; nous avons seulement perdu 1808 membres de notre nationalité française »53.

78Les chiffres officiels indiquent effectivement que les mariages de Français avec des étrangères étaient presque trois fois plus nombreux que ceux de Françaises avec des étrangers.

Pourcentage de mariages Français/étrangères et d’étrangers/Françaises par rapport à l’ensemble des mariages croisés de 1831 à 1921

Pourcentage de mariages Français/étrangères et d’étrangers/Françaises par rapport à l’ensemble des mariages croisés de 1831 à 1921

Document réalisé à partir des données fournies par les annuaires des années citées

  • 54 V. Demontès, « Le problème étranger et effets des lois de naturalisation », Questions diplomatiques (...)

79Les raisons de ces disparités sont nombreuses. Le rapport numérique des sexes et des communautés a dû jouer un rôle. Les Françaises ont été pendant longtemps moins nombreuses que les Français. Le problème de la perte ou de l’acquisition de la nationalité française par mariage a pu également avoir une influence dans la forte inégalité de participation des Français et des Françaises dans ces mariages croisés. Compte tenu de la hiérarchie ethnique coloniale existant en Algérie, se marier avec un Français pouvait être considéré par certaines femmes étrangères comme une forme de promotion sociale. Inversement la perte de sa nationalité pouvait être mal acceptée par certaines Françaises. Victor Demontès affirme que « les Françaises, dans la plupart des cas, ne contractaient ces unions avec des étrangers que sur promesse formelle du mari de se faire naturaliser, ou de naturaliser ses enfants54 ».

80On constate une baisse particulière des mariages entre Françaises et étrangers entre 1915 et 1921. Les étrangers se font rares, et peut-être du fait de la guerre de 1914-1918, les Françaises sont plus réticentes à renoncer à leur nationalité.

81Quoiqu’il en soit, durant un siècle, il y eut constamment plus d’étrangères à devenir Françaises par mariage que de Françaises à perdre leur nationalité, ce qui fait qu’il y eut plus souvent, dans les familles françaises, une grand-mère ou une mère étrangère qu’une aïeule française dans les familles étrangères naturalisées ou non.

82Mais il faut se garder de généraliser et rappelons que les mariages croisés n’ont jamais représenté que 16 à 17 %, des unions européennes. Toutefois sur plusieurs générations, ces mariages croisés finirent par entraîner une certaine fusion des diverses communautés européennes existant en Algérie, dans des proportions difficiles à déterminer. Si bien que rares sont les familles de Pieds-noires établies en Algérie depuis au moins quatre générations n’ayant dans leur généalogie aucun ancêtre étranger. Et cette fusion se fit constamment au profit de la communauté française.

Une participation variable des communautés étrangères

83En 1884, le docteur Ricoux avait fait une recherche détaillée des taux de participation des diverses ethnies européennes dans les mariages croisés, ce qui permet d’établir une comparaison. Les conclusions du docteur Ricoux étaient les suivantes :

  • 55 La population européenne en Algérie pendant l’année 1884, op. cit., tableau 4 de l’ouvrage.

Ce sont les époux français qui interviennent le plus souvent dans ces unions : 55 %, suivis par les Italiens : 17 %, les Espagnols : 8 % et les Maltais : 7 %. Par contre, pour les femmes, les Espagnoles viennent en première position : 42 %, puis les Françaises : 22 %, les Italiennes : 17 %, les Maltaises : 9 %55.

Participation des différentes nationalités européennes pour 100 mariages croisés en 1894

Participation des différentes nationalités européennes pour 100 mariages croisés en 1894

Document réalisé à partir des données relevées dans l’annuaire de 1894-1896

84En 1894, comme en 1884, même si les proportions ont changé, les Français pour les époux et les Espagnoles pour les épouses viennent toujours en tête, ce qui est des plus logique puisque les civils français constituaient à eux seuls presque 60 % de la totalité de la population masculine européenne à ces époques, et que les femmes espagnoles étaient de très loin les étrangères européennes les plus nombreuses (70 % en 1884 et 75 % en 1894).

  • 56 45 % des mariées italiennes et 33 % des mariées maltaises épousent en 1894 un Français alors que ce (...)

85Dans toutes les communautés étrangères les femmes interviennent davantage que les hommes. La participation des Italiennes et des Maltaises dans ces unions est relativement forte en 1894 comme en 1884. Par rapport au nombre de mariages dans lesquels elles interviennent, ce sont les Italiennes et les Maltaises qui se mariaient relativement le plus hors de leur communauté, puisque 58 % des Italiennes et 55 % des Maltaises ont épousé un étranger à leur communauté, le plus souvent un Français56. Ce fait est d’autant plus surprenant que la communauté italienne offrait à cette époque, la plus forte inégalité numérique dans le rapport hommes/femmes : 700 femmes pour 1 000 hommes alors que les femmes espagnoles étaient en plus grand nombre que les hommes.

86On voit donc que la contribution de chaque nationalité aux mariages croisés n’est pas strictement en rapport avec l’importance numérique de chaque communauté européenne.

87Il n’en reste pas moins que dans l’absolu, ce sont les Français et les Espagnols qui interviennent le plus souvent dans les mariages croisés. Pour cinq Français qui se mariaient avec une étrangère, trois épousaient une Espagnole. Et dans un cas sur deux, dans les mariages croisés des Françaises, le partenaire était un Espagnol.

Les mariages entre Européens et autochtones

Les mariages entre Européens et musulmans

  • 57 Dr H. Marchand, Les mariages franco-musulmans, Alger, Vollot-Debacq frères, 1954. Les deux autres s (...)

88Trois ouvrages ont traité spécifiquement ce sujet, durant la période coloniale57. Mais seul celui écrit par le docteur Marchand peut être retenu pour cette étude.

89Le peu d’intérêt soulevé par les mariages européano-musulmans trouve sans doute son explication dans le petit nombre de ces unions et la difficulté à rassembler des renseignements statistiques à leur propos. La population européenne et la population indigène faisaient l’objet de recensements distincts. Or, parfois, le décompte des musulmans était global par douar et la nationalité des époux n’était pas précisée.

  • 58 Dr R. Ricoux, La démographie figurée de l’Algérie, étude statistique des populations européennes qu (...)
  • 59 Le Dr Marchand a relevé le nombre de mariages franco-musulmans dans les registres d’état civil d’Al (...)

90De 1830 à 1900, des statistiques sont disponibles, fournies par le docteur Ricoux58 pour la période allant de 1830 à 1877 et par les annuaires gouvernementaux entre 1867 à 1900. Mais pour le XXe siècle, les seules données officielles concernent les années 1936 et 1938. On dispose par ailleurs des renseignements relevés par le docteur Marchand dans les listes de mariages de quelques grandes villes59. Et selon ce médecin, ce ne fut pas toujours facile, car « si des bonnes volontés se sont d’emblée manifestées, il y a eu également à constater, sporadiquement, des manques évidents d’enthousiasme ».

91De 1830 à 1877, le docteur Ricoux a comptabilisé 120 mariages entre Européens et musulmans, ce qui donne un rapport de 2,67 pour 1 000 mariages européens. De 1878 à 1900, le rapport moyen s’élève à 3 pour 1 000 avec une tendance à la baisse en fin de siècle. C’est entre 1878 et 1884 que les mariages entre Européens et musulmans ont été les plus nombreux, mais ils n’ont jamais dépassé le chiffre de 15 unions par an. Donc un nombre très réduit de mariages.

92Au XXe siècle, les années 1930 ont été marquées par une légère augmentation des unions franco-musulmanes. Le recensement de 1936 donne 67 mariages européano-musulmans pour toute l’Algérie, ce qui correspond au taux de 10 pour mille mariages européens, c’est à dire pour la première fois un score à deux chiffres, et en 1938 le rapport atteint 13 pour mille. Mais il faut relativiser l’importance de ces scores. En 1936, la population européenne est environ de 900 000 et la population musulmane est d’au moins 5 millions. L’augmentation des unions est toutefois sensible.

Évolution du nombre total de couples mixtes

Évolution du nombre total de couples mixtes

Tableau réalisé à partir des relevés annuels des mariages fournis par les annuaires

93On dénombre régulièrement un nombre plus grand d’unions entre musulman et Européenne qu’entre Européen et musulmane.

94Il était peut-être plus facile pour un musulman de connaître une Européenne que pour un Européen de rencontrer une musulmane. En outre, pour un musulman, épouser une femme européenne ne posait aucun problème religieux puisque dans la tradition islamique les enfants ont la religion du père.

  • 60 Il relève 47 mariages entre musulmans et Européennes et 17 entre Européens et musulmanes.

95Cette primauté des couples musulman/Européenne, relativement minime dans le dernier tiers du XIXe siècle, s’accentue dans les années 1930. L’étude menée par le docteur Marchand pour les villes de Constantine et Bône de 1932 à 1939 confirme cette situation60. Selon une journaliste de cette époque :

  • 61 Communication d’Hélène Célarié en 1931 aux États généraux du féminisme dans le cadre de l’expositio (...)

La plupart des mariages entre un indigène et une Française ont été contractés ou ébauchés en France. La femme, une ouvrière, une domestique, parfois une employée de magasin a connu un indigène, presque toujours un kabyle, venu travailler en France61.

96À quelles nationalités appartenaient ces Européens et Européennes qui osèrent braver les interdits de la société algérienne en épousant une musulmane ou un musulman ?

  • 62 Durant la période de l’entre-deux-guerres, les étrangers sont peu nombreux du fait des lois de natu (...)

97Dans les années trente ce sont essentiellement des Françaises62, qui s’unissaient à des musulmans, mais au XIXe siècle, des Européennes de toutes nationalités participaient à ces unions. Le docteur Ricoux relève, entre 1830 et 1877, 32 étrangères européennes et 32 Françaises. Par la suite, selon Victor Demontès, pour la période de 1905 à 1914 les étrangères auraient été plus nombreuses (pour 28 Françaises, il relève 18 Espagnoles, 7 Italiennes et 26 appartenant à diverses nationalités européennes).

  • 63 Acte de mariage no 175, 1845, état civil d’Alger, ANOM, 109 MIOM 56.
  • 64 Acte no 158 de Louis Adrien Berbrugger et Zohor Mohammed El Ouali, ANOM, 109 MIOM 54.
  • 65 Marc Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie, 1830-1914, Genève, Famot, 1978, p. 227.

98Le milieu social auquel appartenaient ces couples mixtes est plus difficile à connaître. La consultation sur microfilm des actes de mariages d’Alger de 1833 à 1845 permet de fournir une réponse partielle pour les tout débuts de la colonisation. Trois couples mixtes, tous formés d’un Français et d’une musulmane, se sont unis à Alger durant cette période. Bien que ces mariages ne rentrent guère dans le cadre du sujet, il n’est pas sans intérêt de les connaître. Ces Français ont en commun d’avoir dépassé la trentaine et d’appartenir au milieu très restreint des immigrés aisés. Le mariage en 1845 d’un traducteur à l’État major de l’armée a déjà été évoqué. Cette même année, un entrepreneur de 36 ans épouse une jeune veuve musulmane de 20 ans63. Tous deux vivaient déjà en concubinage avec leur future femme et leur mariage permit de légitimer des enfants. Le premier mariage franco-musulman célébré à Alger en novembre 1841 fut celui de la fille d’un ex-janissaire décédé du Pacha d’Alger avec le conservateur de la Bibliothèque d’Alger, chevalier de la légion d’honneur et membre correspondant de l’Institut et de la Société scientifique de l’Algérie64. Il avait 40 ans, elle 19, et bien que ne vivant pas officiellement ensemble, selon l’acte de mariage, le mariage a pour effet de légitimer une petite fille. Le conservateur de la bibliothèque d’Alger était un saint-simonien et selon certains auteurs65, il n’aurait pas été le seul à mettre en pratique le credo d’Enfantin.

  • 66 ANOM, état civil de Souk-Ahras, 109 MIOM, année 1961, acte de mariage n° 11.

99Les actes de mariages unissant une Européenne à un musulman sont plus difficiles à trouver. Dans les grandes villes, les états civils des communautés européenne et musulmane, communs durant les premières années, sont très vite séparés, et seul l’état civil des Européens a été rapatrié, et encore incomplètement, suivant les localités. Dans les petites villes, l’état civil reste plus longtemps collectif pour toutes les communautés. Aussi est-ce dans celui de Souk-Ahras de l’année 1861, qu’on peut trouver l’acte de mariage d’une Européenne avec un musulman66. Venue de Lorraine avec ses parents qui s’étaient établis à Mondovi, près de Bône, Catherine était âgée de 24 ans et sans profession, quand elle épousa Mohammed ben hadj Mustapha ben Kerim, propriétaire à Souk-Ahras, en 1861, âgé de 35 ans. Les parents des deux époux, bien qu’ayant accordé leur consentement au mariage, n’étaient pas présents lors de la cérémonie et un contrat de mariage avait été établi par un notaire de Bône, plus de deux ans avant, ce qui pourrait indiquer que le mariage ne se fit pas sans difficulté.

100Il semble bien que les premiers exemples furent donnés, du moins pour les époux européens, par la bourgeoisie. Il est probable aussi que les premières Européennes qui épousèrent des musulmans ne choisirent pas les plus pauvres. Par la suite, ces mariages se diversifièrent sur le plan social, mais ces unions concernaient plutôt de nouveaux immigrés que des Européens nés en Algérie.

Mariages entre Européens et juifs

101Ces mariages n’ont inspiré aucune étude spécifique sans doute pour les mêmes raisons que les mariages entre Européens et musulmans : mariages guère plus nombreux, et sources peu fiables.

102Les recensements portent la marque de l’antisémitisme ambiant. Les mariages des juifs, en tant qu’indigènes, sont d’abord décomptés à part, comme ceux des musulmans, et font donc l’objet dans les annuaires de relevés séparés de ceux des Européens. Après le décret Crémieux, les agents du recensement s’obstinèrent à continuer à classer à part les juifs, au moins jusqu’à la guerre de 1914-1918. Qu’ils se marient entre eux ou avec des Européens, leurs mariages sont donc comptabilisés séparément ou bien leur ascendance juive est indiquée.

103L’adoption du décret de l’indigénat du 7 octobre 1871, obtenu sous la pression du fort courant antisémite existant en Algérie, avait d’ailleurs permis une application restrictive du décret Crémieux. Seuls les juifs établis en Algérie dans les territoires conquis avant 1870 pouvaient profiter pour eux-mêmes et leur descendance de la loi de naturalisation collective. Les Israélites du Sud, notamment ceux du Mzab, n’étaient pas concernés puisque ces territoires furent rattachés ultérieurement. Une distinction était, en outre, faite entre les juifs venus d’Espagne, censés vivre dans le Nord et dans les villes du Tell, et ceux du Sud, considérés comme des Orientaux dits Africains.

  • 67 Relevés comparatifs des données fournies chaque année dans les annuaires de 1894, 95 et 96, avec le (...)

104Aussi trouve-t-on dans certains annuaires, en particulier ceux de 1903 à 1910, une double classification des juifs entre juifs naturalisés et juifs indigènes. Mais dans d’autres décomptes de mariages, toutes les juives épousées par des Européens sont systématiquement notées comme juives indigènes, alors que dans les bilans récapitulatifs on revient au classement traditionnel67.

  • 68 ANOM, état civil d’Alger, 109 MIOM, année 1832, acte de mariage n° 2, mariage d’Eugène Combe.

105Un libraire d’Alger, âgé de 26 ans et originaire du département du Rhône fut, sans doute, le premier Européen en 1831 à s’unir avec une juive d’Algérie âgée de 17 ans68. Ce mariage précoce n’ouvrit pas pour autant la voie à beaucoup d’autres unions entre Européens et juifs. Et selon les données fournies par le docteur Ricoux pour les années 1830 à 1877, les mariages entre Européens et juifs furent encore moins nombreux que ceux entre Européens et musulmans.

Importance des mariages entre juifs et Européens

Années

Européens et juives

Juifs et Européennes

Rapport pour 1 000 mariages d’Européens

1830 à 1877

17

13

0,67

1891 à 1900

62

47

2,84

Document réalisé à partir des données fournies par le Dr Ricoux et l’annuaire de 1900

  • 69 En 1870, on a en Algérie environ 37 000 juifs pour presque 3 000 000 de musulmans.
  • 70 Dans la tradition juive c’est la mère qui transmet sa religion à ses enfants.

106Il est vrai qu’il n’y avait aucune commune mesure entre l’importance numérique de la communauté israélite et celle de la communauté musulmane69. Dans les années suivant la naturalisation des juifs, malgré l’antisémitisme vigoureux existant en Algérie, on assiste à une progression des unions entre juifs et Européens. De plus, contrairement à ce qui se passe dans les unions entre musulman et Européen, les mariages unissent davantage des Européens à des juives que des juifs à des Européennes70.

107Du fait de son petit nombre la communauté juive est plus atteinte par ces unions mixtes que les autres communautés. Mais, comme à la fin du XIXe siècle la majorité des Européens étaient français, et que la plus grande partie des juifs l’était également, l’appartenance à la communauté juive n’était plus qu’une affaire de confession religieuse.

  • 71 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 409.
  • 72 Il relève en 1911, plus de mariages contractés entre juives et Européens (319) qu’entre juifs et ju (...)

108Par la suite, d’après Victor Demontès, les unions entre Européens ou Européennes et juives ou juifs auraient encore progressé. « Ils étaient, autrefois, en petite quantité ; ils sont aujourd’hui, écrit-il en 1923, au contraire très fréquents »71. Mais il donne des chiffres qui paraissent difficilement crédibles72.

109Il est certain que les mariages entre Européens et juifs n’ont commencé à devenir notables qu’à partir du moment où, par leur naturalisation, les juifs devinrent des Français. Pourtant, il fallut du temps pour changer les mentalités des Européens. L’antisémitisme qui existait en Métropole, entre les deux guerres était encore plus virulent en Algérie. Il est probable que c’est seulement pendant la guerre d’Algérie que les juifs comme les Européens naturalisés français commencèrent à être considérés comme des Français. Et encore, pas dans tous les milieux…

Notes

1 ANOM, GGA, carton F 80 1392, Incidents de voyages, plaintes et réclamations (1848-1852) Commission des colonies algériennes. Lettre d’un colon de Mondovi écrite en mars 1849 à une certaine veuve Parent du Charclen. Toutes les autres lettres provenant de cette colonie sont des lettres de plainte sur la situation des colons.

2 Note d’un agent du service du recensement en 1843 à propos des 187 orphelines recueillies par les sœurs de Saint Vincent de Paul à Alger. Annuaire statistique de l’Algérie, année 1842-1843.

3 La biographie succincte d’Émilie Sliman est rapportée dans un numéro de mars 1937 de l’hebdomadaire féminin La Femme Algérienne, dans un article consacré à quatre vies de femmes.

4 Source orale : Suzette S. Il s’agit d’une de ses ascendantes par alliance.

5 M. Riche-Muller, Quand partent les cigognes, chez l’auteur, 1991. Il s’agit de son grand-père.

6 Le qualificatif ethnique est à prendre dans son sens littéral de « groupe humain de structure familiale, sociale homogène, de langue et de culture commune ».

7 M. Cardinal, Au pays de mes racines, op. cit.

8 Sujet abordé en quatrième partie de cet ouvrage.

9 Elles étaient 8562 en 1938 d’après l’Annuaire statistique de l’Algérie, année 1838.

10 A. Montero, Rio Salado, Toulouse, Éditions Privat, 1980. Il s’agit ici des souvenirs de sa scolarité durant la guerre de 1939-1945.

11 Bien que Français par le Sénatus-consulte de 1865, les musulmans ne sont pas admis à la jouissance des droits de citoyens français. Leur statut personnel continue à être régi par les droits et coutumes de la législation musulmane.

12 M. Meylan, Les mariages mixtes en Afrique du Nord. Effets sur les personnes et les biens, thèse de droit, Paris, 1933.

13 Dr H. Marchand, Les mariages franco-musulmans, Alger, Vollot-Debacq frères, 1954.

14 Puisque le seul mariage valable ne pouvait être contracté que devant l’officier d’état civil français. Le seul cas litigieux pouvait être la dissimulation d’un mariage antérieur contracté devant un cadi, mais le second mariage était, dans ce cas, frappé de nullité.

15 V. Demontès, Les populations algériennes, op. cit., p. 221.

16 Dr J.-L. Cabrol, De l’Algérie sous le rapport de l’hygiène et de la colonisation, Strasbourg, 1863, p. 54.

17 M. Bugeja, Nos sœurs musulmanes, Paris, Éditions des Études littéraires, 1921, p. 160. Femme de lettres et conférencière, Marie Bugeja milita, durant la période de l’entre-deux-guerres, pour la cause des femmes musulmanes.

18 B. Gastineau, Les femmes et les mœurs de l’Algérie, Paris, Hertzel, 1861.

19 Dr H. Marchand, Les mariages franco-musulmans, op. cit., p. 54.

20 M. Cardinal, Les Pieds-Noirs, Paris, Belfond, 1988, souvenirs personnels en préface d’un ouvrage collectif, p. 32.

21 A. Hoor-Segura, Du plus loin que je me souvienne, Helette, Jean Curutchet, 1998, p. 44.

22 Informations tirées de l’ouvrage Les juifs d’Algérie, ouvrage collectif sous la direction de Jean Laloum et Jean-Luc Allouche, Paris, Éditions du Scribe, 1987.

23 Opinion rapportée dans l’ouvrage cité ci-dessus, p. 24.

24 G. Dermenjian, La crise anti-juive oranaise (1895-1905). L’antisémitisme dans l’Algérie coloniale, thèse, Histoire et perspectives méditerranéennes, Paris, L’Harmattan, 1986.

25 Cette expression se répand à la fin du XIXe siècle chez les Français originaires de Métropole par opposition aux Néos ou naturalisés.

26 Rio Salado, op. cit.

27 G. Campos, Les palmiers d’Arzew, 1849-1962, Aix-en-Provence, Spéraced, 1989.

28 Annuaire statistique de 1844-1845.

29 V. Demontès, Le peuple algérien. Essai de démographie algérienne, op. cit., p. 232.

30 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 413.

31 A. Montero, Rio Salado, op. cit.

32 Source orale. Georgette S. née en Algérie en 1926.

33 De nombreux exemples de généalogies sont fournis dans la revue de généalogie du GAMT et quelques unes dans la thèse dont cet ouvrage est issu.

34 G. Schurer, Les Hautes Plaines, op. cit.

35 Il existait toutefois un orphelinat protestant.

36 A. Montero, Rio Salado, op. cit. Rio Salado est le nom du vaste et riche domaine agricole acquis en plusieurs générations, à force de travail, par la famille de l’auteur.

37 Georgette S., déjà citée, dont les parents avaient une propriété sur les Hauts-Plateaux.

38 S. Publicani-Varnier, L’Algérie des quat’jeudis ou l’Algérie d’enfance, Versailles, Atlanthrope, 1992.

39 Les seuls numéros détenus par la BnF.

40 21 ont moins de trente ans, 11 ont entre 30 et 40 ans et 7 de 40 à 50 ans, 15 de ces femmes travaillent.

41 Les annonces matrimoniales du Chasseur français du début du siècle sont rédigées de la même façon et traduisent le même réalisme. Ce n’est qu’à partir du XXe siècle, qu’en Europe et aux États-Unis, le mariage cesse d’être une simple association d’intérêts communs pour devenir une union sentimentale.

42 L’origine ethnique des époux notée dans les annuaires de 1906 et 1910 donne naissance à des relevés fort complexe puisque les quatre catégories principales de Français sont subdivisées en de nombreuses sous catégories : nationalités des pères et des mères, et quand il y a eu naturalisation : naturalisation par mariage, par sénatus-consulte de 1864 ou par lois de naturalisation de 1889 ou de 1893.

43 Dr R. Ricoux, La démographie figurée de l’Algérie, 1880 et La population européenne en Algérie pendant l’année 1884, op. cit.

44 Étude menée dans Le Peuple algérien, essai de démographie algérienne, paru en 1906, et dans L’Algérie économique, t. II. Les Populations algériennes, paru en 1923 ainsi que dans un certain nombre d’articles. L’article essentiel sur ce sujet est celui écrit par Demontès et Mandeville, paru dans le n° 84 de la revue Questions diplomatiques et coloniales.

45 Communication de M. de Solliers sur « La fusion des races européennes en Algérie dans les mariages croisés, étude démographique et politique » au Congrès national des sociétés françaises de géographie, 20e session, 1899, Alger, Léon, 1900, p. 180-183.

46 M. Raucaz, Les Asphodèles de la Plaine, op. cit. Elle rapporte que ses ancêtres arrivèrent de Savoie en 1856 et que le neuvième des dix enfants de Joseph Raucaz, décida, quand il fut en âge de se marier, d’aller chercher une épouse au pays.

47 17,6 % des unions de Néos sont des mariages croisés contre 6 % pour les Français d’origine.

48 G. Campos, « Très peu de noms à consonance espagnole parmi les fonctionnaires, les professions libérales, les officiers de l’armée, les élus et parlementaires […] Il est vrai que peu faisaient des études prolongées », Les palmiers d’Arzew, op. cit.

49 L’un avec une jeune Allemande de 17 ans, et l’autre avec une Espagnole de 24 ans. État civil d’Alger ANOM, 109 MIOM, 13 et 49 pour année 1832.

50 Estimations du Dr R. Ricoux, La démographie figurée de l’Algérie, op. cit., p. 91 et de V. Demontès, L’Algérie économique. Les polpulations…, op. cit., p. 405.

51 G. Crespo, Les Italiens en Algérie (1830-1960), Avignon, Éditions Gandini, 1999.

52 Dr R. Ricoux, La démographie de l’Algérie, op. cit., p. 112.

53 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 40.

54 V. Demontès, « Le problème étranger et effets des lois de naturalisation », Questions diplomatiques et coloniales, n° 84.

55 La population européenne en Algérie pendant l’année 1884, op. cit., tableau 4 de l’ouvrage.

56 45 % des mariées italiennes et 33 % des mariées maltaises épousent en 1894 un Français alors que ce n’est le cas que de 27 % des mariées espagnoles.

57 Dr H. Marchand, Les mariages franco-musulmans, Alger, Vollot-Debacq frères, 1954. Les deux autres sont l’un une thèse de droit sur les conséquences juridiques de ces mariages et l’autre une brochure de 12 pages de la Fédération nationale des amis de la jeune fille la mettant en garde contre le danger de ces unions.

58 Dr R. Ricoux, La démographie figurée de l’Algérie, étude statistique des populations européennes qui habitent l’Algérie, op. cit.

59 Le Dr Marchand a relevé le nombre de mariages franco-musulmans dans les registres d’état civil d’Alger, d’Oran, de Constantine et de Bône pour les années précédant et suivant la seconde guerre mondiale. Mais seuls les relevés de Bône et de Constantine sont antérieurs à 1939.

60 Il relève 47 mariages entre musulmans et Européennes et 17 entre Européens et musulmanes.

61 Communication d’Hélène Célarié en 1931 aux États généraux du féminisme dans le cadre de l’exposition coloniale de 1931. Compte rendu dans une brochure éditée par Le conseil national des femmes françaises, Paris, 1931, p. 16.

62 Durant la période de l’entre-deux-guerres, les étrangers sont peu nombreux du fait des lois de naturalisation.

63 Acte de mariage no 175, 1845, état civil d’Alger, ANOM, 109 MIOM 56.

64 Acte no 158 de Louis Adrien Berbrugger et Zohor Mohammed El Ouali, ANOM, 109 MIOM 54.

65 Marc Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie, 1830-1914, Genève, Famot, 1978, p. 227.

66 ANOM, état civil de Souk-Ahras, 109 MIOM, année 1961, acte de mariage n° 11.

67 Relevés comparatifs des données fournies chaque année dans les annuaires de 1894, 95 et 96, avec les données fournies dans le tableau récapitulatif établi dans l’annuaire de 1891 à 1900, p. 80-81.

68 ANOM, état civil d’Alger, 109 MIOM, année 1832, acte de mariage n° 2, mariage d’Eugène Combe.

69 En 1870, on a en Algérie environ 37 000 juifs pour presque 3 000 000 de musulmans.

70 Dans la tradition juive c’est la mère qui transmet sa religion à ses enfants.

71 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 409.

72 Il relève en 1911, plus de mariages contractés entre juives et Européens (319) qu’entre juifs et juives (304). En fait, il semble n’avoir comptabilisé pour les mariages entre juifs que les mariages des juifs indigènes alors que pour les mariages mixtes, il aurait pris en compte l’ascendance juive des naturalisés. Victor Demontès précise, en effet, qu’il a considéré comme juive toute épouse d’un Européen ayant au moins un de ses deux parents juifs. Compte tenu qu’en 1900, d’après les statistiques officielles, plus de 98 % des juifs se mariaient avec une juive. On voit mal comment la progression aurait pu être si rapide.

Table des illustrations

Légende Nombre de Français et d’étrangers européens se mariant entre eux pour 1 000 conjoints français et 1 000 conjoints étrangers de 1931 à 1921. Graphique réalisé à partir des données des recensements fournies dans les annuaires de 1831 à 1921
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7071/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Nombre de mariages croisés pour 1 000 unions d’Européens de 1831 à 1921
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7071/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Pourcentage de mariages Français/étrangères et d’étrangers/Françaises par rapport à l’ensemble des mariages croisés de 1831 à 1921
Légende Document réalisé à partir des données fournies par les annuaires des années citées
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7071/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Participation des différentes nationalités européennes pour 100 mariages croisés en 1894
Légende Document réalisé à partir des données relevées dans l’annuaire de 1894-1896
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7071/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Évolution du nombre total de couples mixtes
Légende Tableau réalisé à partir des relevés annuels des mariages fournis par les annuaires
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7071/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540