Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des compagnes, des épouses, des mères

Les épouses

Texte intégral

L’importance numérique des mariages

Des mariages dès les lendemains de l’expédition d’Alger

  • 1 Acte de mariage fourni par ses descendants dans le n° 6 de la revue généalogiste du GAMT au CDHA d’ (...)

Aujourd’hui dix-neuf octobre Mil huit cent trente et un, jour de mercredi à deux heures de relevée à Alger, devant nous Jean-Baptiste abadie, Chevalier de la légion d’Honneur, Capitaine officier… au premier Bataillon de Zouaves, se sont présentés Libéral breuil, âgé de vingt-neuf ans, né à Brive, département de la Corrèze, Maître Cordonnier au premier Bataillon de Zouave […] et Demoiselle Élisabeth Appoline garcin, âgée de vingt et un ans, née à Marseille, Département des Bouches-du-Rhône, habitant avec son père à Alger, fille majeure d’Honoré Joachim garcin, boulanger, et de feue Rose Antoinette jouve1

  • 2 Le premier acte de mariage répertorié aux ANOM date du 3 mars 1832.
  • 3 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.
  • 4 Ce qui est confirmé par l’annuaire statistique de 1850-1852.

1Élisabeth Appoline garcin fut, sinon la première, comme l’affirment ses descendants, du moins une des premières Françaises à être mariée en Algérie. Les premiers actes de mariage conservés par les archives nationales d’outre-mer datent seulement de l’année 18322. Mais selon les docteurs Foley et Martin3 les mariages débutèrent à Alger dès 1831 et trois couples convolèrent cette année-là4. La progression, par la suite, est rapide : 14 nouveaux mariages en 1832, 38 en 1833, 41 en 1834. À Oran le premier mariage intervint en 1832, mais le démarrage est lent : deux mariages en 1833, six en 1834, neuf en 1835. Ce n’est qu’à partir de 1836 que les deux chiffres sont atteints avec 18 mariages. À Bône, les premiers mariages eurent lieu en 1833 au nombre de quatre. C’est en 1839 qu’un premier couple s’unit légalement à Philippeville, et Constantine enregistre ses quatre premiers mariages en 1840.

  • 5 Pour Oran, les actes d’état civil microfilmés aux ANOM ne concernent, pour les mariages, que la pér (...)

2Dans un premier temps, les autorités militaires furent chargées de procéder aux cérémonies de mariage, mais très vite, à Alger dès 1832, des maires ou leurs adjoints leur succédèrent dans cet office. Beaucoup de ces premières mariées épousèrent des militaires. La moitié exactement des époux qui convolèrent à Alger en 1832 et à Bône en 1833 appartenaient à l’armée d’après les premiers actes de mariage consultés. On ignore si ce fut aussi le cas des premiers couples formés à Oran car, pour cette ville, les archives ne possèdent pas les premiers actes d’état civil5.

3Toujours est-il qu’à côté de couples vivant en concubinage, on trouve aussi en Algérie dès les premières années de la colonisation des couples qui manifestèrent leur volonté d’officialiser leur union.

Des mariages rapidement nombreux

Évolution des taux de nuptialité

4L’importance et l’évolution de la nuptialité ont été étudiées par le docteur Ricoux pour la période allant de 1830 à 1876, et par Victor Demontès pour les années suivantes jusqu’en 1914.

5Le docteur Ricoux note que de 1830 à 1835 la matrimonialité est faible, du fait du manque de femmes, mais qu’elle augmente d’un bond à partir des années 1840 avec l’accroissement numérique des femmes. Il fournit, par période de trois à onze ans, le taux de mariage pour 10 000 habitants.

Tableau relevé dans l’ouvrage du docteur Ricoux, Démographie figurée de l’Algérie

  • 6 Crise économique de 1847 et épidémie de choléra en 1849 puis en 1854 et 1867, famine et typhus entr (...)

6Pour le docteur Ricoux les variations à la baisse du taux de nuptialité qui interviennent après 1845 sont dues aux calamités6. Malgré ces aléas, selon lui, on se marie davantage en Algérie qu’en Europe.

  • 7 La nuptialité de 1874 à 1903 est étudiée dans Le Peuple algérien, essai de démographie algérienne, (...)

7Victor Demontès fournit pour la période suivante des taux de nuptialité nettement inférieurs à ceux du docteur Ricoux même s’ils ont tendance à progresser durant la période précédant la Grande Guerre7. Il relève qu’à partir de 1876 les taux de matrimonialité se régularisent. Pour lui, on se marie plutôt moins en Algérie qu’en France, à la fin du XIXe siècle.

8Les études menées par ces deux auteurs appellent plusieurs remarques :

  • d’une part, les taux de nuptialité fournis pour une période presque identique (1873-1876 pour Ricoux et 1874-1878 pour Demontès) sont sensiblement différents : 111 dans le premier cas et 79 dans le second cas ;

    • 8 Il comptabilise 46 548 mariages alors que le recensement en dénombre 51 209.

    d’autre part, le nombre annuel de mariages relevé par Victor Demontès pour la période de 1905 à 1913 est bien inférieur à celui fourni par l’administration8. La vérification des taux de nuptialité a donc paru nécessaire.

9Le taux de nuptialité fourni est le taux brut qui est une approche fort imparfaite de la réalité puisqu’il est obtenu en rapportant le nombre de mariages au total d’une population donnée sans tenir compte de la répartition par âge de la dite population. Or la composition par âge d’une population immigrée est fort différente de celle d’une population « normale ». Mais les données fournies ne permettaient pas de faire autrement.

10Il a été établi à partir de la population civile de l’ensemble du territoire (territoire civil et militaire). Or un certain nombre de femmes épousèrent des militaires.

11Jusqu’en 1856, le taux annuel de la nuptialité européenne a pu être régulièrement établi puisque, de 1833 à 1856, un recensement annuel de la population et du nombre de mariages était effectué. Par la suite, lors des recensements quinquennaux, les mariages ne sont pas toujours comptabilisés, et le dénombrement par sexe est parfois également omis. Les renseignements fournis ont néanmoins permis d’établir les taux bruts de nuptialité pour 1 000 habitants à peu près régulièrement jusqu’en 1921, puis en 1936 et 1938. Ce qui a rendu possible une représentation graphique à la fois de l’évolution du nombre de mariages sous forme d’un histogramme et de l’évolution du taux brut de nuptialité sous forme de courbe.

12Que le nombre de mariages ait régulièrement et fortement augmenté au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle ne peut surprendre puisque la population connaît une croissance constante durant cette période.

  • 9 A. Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1971, p. (...)

13Globalement de 1837 à 1856, le taux de nuptialité est élevé puisque la moyenne annuelle pour 1 000 est de 9,76 soit un taux annuel de 19,5 nouveaux époux alors qu’en Métropole le taux annuel moyen de nouveaux mariés était, pour la période correspondante, de 15,89.

14La courbe du taux de nuptialité confirme en partie les données établies par le docteur Ricoux.

Évolution du nombre de mariages et du taux de nuptialité des Européens pour 10 000

Évolution du nombre de mariages et du taux de nuptialité des Européens pour 10 000
  • 10 Moyenne française établie à partir des données fournies dans A. Armengaud, La population française (...)

15La conclusion du docteur Ricoux d’un taux de nuptialité supérieur à celui de la Métropole s’avère exacte pour cette période. Mais le taux de matrimonialité à deux chiffres qu’il donne pour les années 1873 à 1876 n’a pas été retrouvé. À partir de 1866, le taux brut de nuptialité diminue et se régularise, et il ne reviendra à deux chiffres qu’exceptionnellement en 1921. De 1866 à la veille de la première guerre mondiale la moyenne brute annuelle de nuptialité est de 7,72 pour 1 000, légèrement inférieure à celle donnée par Victor Demontès. Cette moyenne a été établie sans tenir compte des rapports obtenus les années où le recensement comptabilise l’armée avec la population civile européenne, car les taux de nuptialité calculés à partir d’une population plus nombreuse plongent, logiquement, à chaque fois. Le taux moyen annuel de nouveaux mariés pour cette période correspond à celui de la France métropolitaine, soit 15,4 pour 1 00010.

  • 11 Pour le XXe siècle les données proviennent de l’ouvrage de Mme J. Beaujeu-Garnier, La population fr (...)

16Dans les années suivant la fin de la guerre de 1914-1918, le taux de nuptialité s’élève brutalement comme en Métropole bien qu’à un degré moindre (10,7 en Algérie pour 12,9 en France). C’est le phénomène de « rattrapage d’après guerre ». Par la suite, en Algérie comme en Métropole, on retrouve le taux moyen du début du siècle d’environ 15 à 16 nouveaux couples par an pour 1 000 habitants. Et, en 1938, à la veille de la seconde guerre mondiale, on constate le même effondrement de la matrimonialité (6,6 en Algérie pour 6,5 en Métropole11).

Facteurs d’évolution de la nuptialité

17Cette évolution des taux de nuptialité traduit l’évolution de la croissance démographique et de la composition de la population européenne d’Algérie. Le taux de nuptialité étant un rapport entre le nombre de mariages et le nombre d’habitants, l’incidence d’un nombre même limité de mariages sur une population restreinte peut être importante. Mais d’autres facteurs ont joué un rôle positif ou négatif. Dans une population immigrée le pourcentage de jeunes adultes en âge de se marier est plus grand que la normale, ce qui favorise le taux de nuptialité. Mais les hommes ont été pendant longtemps beaucoup plus nombreux que les femmes. Si bien que le nombre de mariage a été sans doute limité par la difficulté pour les hommes de trouver une conjointe.

  • 12 Jusqu’en 1843, on ne compte, même pas 500 femmes pour 1 000 hommes.

18Le taux impressionnant de la matrimonialité féminine (45 pour 1 000 de 1836 à 1843), plus du double de celle des hommes, correspond à la période où le rapport numérique des sexes était particulièrement défavorable aux femmes12. Le taux de nuptialité féminin est constamment supérieur à celui des hommes jusqu’au recensement de 1911 où les deux taux s’équilibrent dans les mariages comme dans la population. Et à mesure que l’écart entre les taux de nuptialité masculine et féminine se réduit le nombre de mariages augmente.

19La matrimonialité des Européens d’Algérie a donc été jusqu’au début du XXe siècle en grande partie dépendante du nombre de femmes.

20Le rapprochement progressif des taux de nuptialité de l’Algérie et de la France confirme, qu’à partir du XXe siècle, la population européenne d’Algérie devient plus homogène et présente les caractères d’une population en quelque sorte normale.

L’âge des mariées

Un grand nombre de jeunes mariées au XIXe siècle

  • 13 Dr R. Ricoux, Démographie figurée de l’Algérie, op. cit. et V. Demontès, Le peuple algérien…, op. c (...)

21Le docteur Ricoux et Victor Demontès13 ont mis l’accent sur le jeune âge des mariées. Le docteur Ricoux a calculé l’âge moyen des époux de 1854 à 1873 en fonction du lieu de naissance et de la nationalité. Pour lui les hommes et les femmes nés en Algérie se marient plus tôt que ceux nés en Europe ; l’âge moyen au mariage des épouses algériennes était précoce, vingt ans au plus. C’est dans le cas des Espagnoles et des Allemandes que la différence entre l’âge moyen du mariage, selon le lieu de naissance, était la plus marquée. Victor Demontès confirme l’âge précoce des jeunes épousées pour la période de 1874 à 1903. Mais pour lui, toutes les Européennes, qu’elles soient nées en Algérie ou sur le continent, se marient plus jeunes qu’en Métropole : 29 % des épouses ont moins de 20 ans le jour de leur mariage en Algérie, alors que pour la même période, en Métropole, elles ne sont que 21 % dans cette tranche d’âge.

  • 14 Quatre cent soixante-douze actes de mariage ont été étudiés durant des années choisies dans trois d (...)
  • 15 Émilie Rambert n’avait pas encore 15 ans quand elle épousa en juin 1840 à Alger le vicomte de Saint (...)

22L’étude des actes de mariage d’un certain nombre de communes d’Algérie au cours du XIXe siècle oblige à nuancer ces affirmations14. Beaucoup de femmes se mariaient effectivement très jeunes. L’âge légal de 15 ans n’est même pas toujours respecté15. Mais ces actes révèlent aussi de notables différences d’une ville à l’autre et d’une décennie à l’autre.

Pourcentage d’épouses de moins de 20 ans, d’une part, et de 30 ans et plus, d’autre part, de 1840 à 1895 dans quelques communes

Pourcentage d’épouses de moins de 20 ans, d’une part, et de 30 ans et plus, d’autre part, de 1840 à 1895 dans quelques communes

Pour chaque décennie et chaque ville une année a été arbitrairement choisie et les relevés effectués concernent un mois, un trimestre ou une année suivant l’abondance des actes
*Les premiers actes de mariage d’Oran microfilmés et déposés aux ANOM datent de l’année 1863.

23L’évolution de l’âge au mariage des femmes varie, en fait, suivant les départements et l’importance des villes.

24Dans le Constantinois, le pourcentage de jeunes épouses de moins de 20 ans augmente au cours du XIXe siècle, pour être au plus haut niveau dans les années 1880-1890. Mais durant les premières décennies de la colonisation, les mariées de 30 ans et plus sont deux fois plus nombreuses que celles de moins de 20 ans. Pour les communes de l’Algérois et de l’Oranais étudiées, c’est durant les décennies 1860 et 1870 que le taux de jeunes mariées de moins de 20 ans est le plus élevé, pour diminuer par la suite. Mais l’âge au mariage est bien plus précoce en Oranie. À Oran en 1863, 42 % des mariées ont moins de 20 ans et à Mascara, en 1870, c’est le cas de 72 % d’entre elles. À la fin du siècle, Alger, Blida et Oran présentent un taux d’épousées de moins de 20 ans nettement plus faible que les autres communes.

Évolution de l’âge du mariage au XXe siècle

25Pour la période de 1894 à 1938, les recensements fournissent l’âge au mariage des Européens pour l’ensemble de l’Algérie.

26Jusqu’en 1900, le pourcentage de 29 % de jeunes épouses de moins de 20 ans trouvé par Victor Demontès est confirmé. Par la suite ce pourcentage diminue : en 1910 on ne trouve plus que 20 % de mariées de moins de 20 ans et en 1938, elles sont 21 %, comme en Métropole. C’est toujours entre 20 à 24 ans que les femmes sont les plus nombreuses à se marier mais le pourcentage des épousées de plus de 25 ans, et même de plus de 30 ans, augmente régulièrement.

27Les hommes sont de plus en plus nombreux à se marier entre 25 et 30 ans. Victor Demontès considérait que c’était le cas de 38 % des jeunes époux pour la période de 1874 à 1903, ils sont 43 % en 1910, et 42 % en 1938 à choisir de se marier entre 25 et 30 ans.

28Sur l’ensemble de la période, on constate donc une inversion d’évolution de l’âge au mariage des hommes et des femmes. Les hommes se marient plus tôt en 1938 qu’en 1894 et les femmes plus tard. En 1894, 73 % des femmes se marient avant 25 ans et 63 % des hommes avant trente ans alors qu’en 1938 on ne trouve plus que 58 % des femmes à se marier avant 25 ans pour 67 % des hommes à se marier avant trente ans.

Facteurs explicatifs de l’évolution de l’âge des mariées

29L’évolution de l’âge au mariage des femmes reflète l’histoire démographique de l’Algérie.

  • 16 Dans les actes de mariage étudiés pour la décennie 1840-1850, les plus de trente ans représentent, (...)

30Dans un premier temps les femmes sont rares et toutes, ou presque, sont des immigrées. Parmi les femmes célibataires ou veuves se trouvaient un certain nombre de jeunes filles, ou jeunes femmes, qui avaient accompagné leurs parents, et qui vivaient avec eux, comme l’indiquent certains des actes de mariages étudiés, mais il y avait aussi des femmes venues seules qui n’étaient pas toutes de première jeunesse. À côté de très jeunes mariées de 16 ou 17 ans, on trouvait aussi des femmes de plus de trente ans, si bien que l’âge moyen au mariage des premières épousées est de 26 à 27 ans16. C’est particulièrement vrai pour le Constantinois, département où la population féminine était encore moins nombreuse qu’ailleurs.

31Graduellement le nombre de femmes augmente, mais, surtout, à côté des immigrées, on trouve désormais en Algérie des descendantes d’immigrés, les « Algériennes », chaque année plus nombreuses. Ce sont elles, d’après le docteur Ricoux, qui se mariaient précocement.

  • 17 Par Européennes, le Dr Ricoux entend des femmes nées en Europe par opposition aux Européennes nées (...)

À trente ans, toutes les jeunes « Algériennes » sont casées, car de trente à quarante ans on ne trouve plus que des « Européennes »17. Ce sont donc les mariages précoces de ces jeunes « Algériennes » qui seraient responsables du fort pourcentage de jeunes épousées de moins de 20 ans.

32Et cette situation perdure jusqu’au début du XXe siècle.

33Par contre, à partir de 1910, on ne trouve plus que 20 % d’épouses de moins de vingt ans, et l’âge moyen au mariage des femmes se rapproche de celui de la Métropole. Or c’est autour de 1900 que l’équilibre des sexes s’établit. On peut supposer que tant que les femmes étaient en nombre inférieur, les hommes qui souhaitaient se marier n’hésitaient pas à épouser de très jeunes filles, par crainte, peut-être, de ne plus trouver d’épouses par la suite. Au XXe siècle, les femmes deviennent peu à peu plus nombreuses, surtout après la guerre de 1914-1918, elles trouvent plus difficilement à se marier, et certaines, désireuses d’acquérir une autonomie matérielle, prolongent leurs études d’où des mariages un peu plus tardifs comme en Métropole.

34Pour affiner ce commentaire, il faut aussi prendre en compte les structures familiales existantes dans le bassin méditerranéen. Dans cette région, encore plus qu’ailleurs, la femme ne se réalise pleinement que dans la maternité. Or l’âge au mariage a un rapport étroit avec la maternité et la procréation. Les Italiennes et les Maltaises se mariaient presque aussi jeunes dans leurs pays qu’en Algérie. Les Espagnoles nées en Algérie se mariaient, par contre, beaucoup plus jeunes qu’en Espagne ou même quand elles étaient nées en Espagne.

35On peut aussi se demander si l’exemple des très jeunes épousées musulmanes n’a pas eu une influence sur l’âge précoce de nombreuses jeunes mariées européennes d’Algérie au XIXe siècle.

Peu de femmes célibataires mais de nombreuses veuves

Un nombre réduit de femmes restant célibataires

36La connaissance des taux de nuptialité de l’Algérie ne reflète que médiocrement l’importance de la matrimonialité de ce territoire, puisque la majorité des femmes qui émigrèrent en Algérie étaient des femmes mariées qui partaient avec leur mari ou pour le rejoindre. Même si cette réalité concerne davantage le XIX e siècle que le XXe siècle, du fait de la diminution de la part de l’immigration dans la population totale, il n’en reste pas moins que, parmi les immigrées, les célibataires de sexe féminin sont toujours moins nombreuses que les épouses, sauf peut-être pour les femmes espagnoles. Et, pendant longtemps en Algérie, les femmes, parce que moins nombreuses, se sont proportionnellement mariées plus que les hommes.

  • 18 Ph. Aries et G. Duby (dirs), Histoire de la vie privée, t. 4, Paris, Éditions du Seuil, 1999, p. 27 (...)

37En Métropole, c’était le contraire. Malgré la force normative que représente dans la France du XIXe et de la première moitié du XXe siècle le modèle familial du couple marié et la quasi-exclusion, de ce fait, des hommes mais encore davantage des femmes restant célibataires, de nombreuses femmes ne se mariaient pas, soit par choix, soit par impossibilité. D’après Michelle Perrot, « ce surcroît de solitude des femmes est, en Europe occidentale, une constante démographique depuis le Moyen-âge18 ». Le taux de femmes restant célibataires au-dessus de cinquante ans est constamment supérieur à celui des hommes : en 1851 comme en 1896, il est de 10 % pour les hommes et de 12 % pour les femmes.

38En Algérie, certains recensements permettent de connaître la répartition de la population selon l’état civil. Le tableau fourni par l’Annuaire statistique de 1954, fait une synthèse de ces renseignements pour les années 1856 à 1954. Mais ce document n’a qu’un intérêt réduit pour la connaissance du nombre de femmes restant célibataires, car les enfants sont comptabilisés avec les adultes ce qui accroît d’autant le nombre de célibataires. Les célibataires de sexe féminin sont, toutefois, de 1856 à 1948 constamment moins nombreuses que ceux de sexe masculin.

  • 19 Annuaire statistique de l’Algérie de 1931.

39Au bout du compte, combien de femmes restaient célibataires après cinquante ans ? Plus ou moins qu’en Métropole ? Un seul dénombrement de la répartition matrimoniale de la population européenne par tranche d’âge et par sexe a été trouvé. Il a été effectué en 1931 et ne concerne que les trois agglomérations d’Alger, d’Oran et Constantine19. Mais ces trois agglomérations regroupaient 44 % de la population européenne en 1931. Au total, pour les trois agglomérations algériennes, les célibataires représentent 7,7 % des femmes européennes de plus de cinquante ans. Les femmes restant célibataires sont donc beaucoup moins nombreuses qu’en Métropole. Encore ce pourcentage est-il établi au XXe siècle, alors que les femmes étaient légèrement plus nombreuses que les hommes et ne concerne que les plus grandes villes d’Algérie ; or, on sait qu’en Métropole, les célibataires de sexe féminin étaient en général plus nombreuses dans les grandes villes, en raison des emplois de service offerts. La dimension de la ville semble avoir une incidence sur le taux de femmes célibataires de plus de cinquante ans puisque ce taux passe de 8 % à Alger, à 7,3 à Oran et seulement 6,6 % à Constantine.

40On peut supposer qu’au XIXe siècle, pour l’ensemble de l’Algérie, le pourcentage de femmes restant célibataires à plus de cinquante ans était bien plus faible. En 1931, toujours dans ces trois agglomérations, le taux de célibataires masculins de plus de cinquante ans était aussi inférieur à celui existant en France, et à celui des Européennes d’Algérie puisqu’il était de 6,58 %, mais la différence de taux de célibat entre hommes et femmes à plus de cinquante ans était moindre qu’en Métropole.

Un grand nombre de veuves et des divorcées

  • 20 M. Cardinal, Au pays de mes racines, Paris, Grasset, 1980.

41Je viens d’une famille de femmes. chez nous, les maris mouraient jeunes ou s’en allaient. Mon arrière-grand-mère était veuve à 24 ans, ma grand-mère un peu plus tard, ma mère était une divorcée de 28 ans [écrit Marie Cardinal20].

Pourcentage d’hommes et de femmes veuves pour 10 000 habitants de 1856 à 1936

Pourcentage d’hommes et de femmes veuves pour 10 000 habitants de 1856 à 1936

Tableau réalisé à partir des données fournies par le recensement de 1948

42Le grand nombre de veuves se trouvant en Algérie, s’explique par la surmortalité masculine et l’immigration de veuves, rejoignant de la famille déjà installée, ou venant seules. Les veuves furent, constamment, au moins deux fois et demi à trois fois plus nombreuses que les veufs. En 1936, les veuves sont même quatre fois plus nombreuses, du fait, comme en Métropole, de la guerre de 1914-1918.

  • 21 Ce n’est qu’à partir de 1884 que le divorce, aboli en 1816, est rétabli. Mais la séparation de corp (...)

43Si les femmes divorcées étaient également plus nombreuses que les hommes, le rapport de divortialité en fonction du sexe n’est que du simple au double. Il fallut, comme en Métropole, un certain temps pour que le divorce entre dans les mœurs, d’autant que la loi Naquet21 qui rétablit le divorce en 1884 n’admettait que le divorce pour faute grave à prouver par le requérant. Il y eut, cependant, deux divorces en Algérie dès 1884, et l’année suivante 112 divorces furent prononcés. Mais, par la suite, jusqu’à la fin du siècle le nombre annuel de divorces n’atteint même pas le chiffre de 125. Un mariage sur 32 à 35 se termine par un divorce.

  • 22 Annuaire statistique du GGA, 1936.

44Comme en Métropole, le taux de divorce double pendant la période de l’Entre-deux-guerres, tout en restant encore modéré, puisqu’en 1936, en Algérie, un mariage sur 10 se termine par un divorce22. Légèrement plus, toutefois qu’en France, puisqu’en 1937, il y aurait eu un divorce pour 11 mariages.

Les remariages

  • 23 Selon Michelle Perrot le remariage des veuves était rare, Histoire de la vie privée, op. cit., t. 4 (...)

45En Métropole, au XIXe siècle, et encore au début XXe, les veuves et les divorcées étaient bien souvent condamnées à la solitude pour le restant de leur vie23. Quant aux divorcées, le discrédit qui les frappait était tel que dans les petites annonces matrimoniales du Chasseur Français, en 1930, les femmes mentionnaient « divorcée, profit » ce qui indiquait que le divorce avait été prononcé à leur profit et qu’elles n’étaient donc pas fautives.

46En Algérie, l’administration du recensement s’intéressant essentiellement à la nationalité des époux, ce n’est que ponctuellement et seulement à partir de 1884, que des données chiffrées concernant l’état civil des époux lors de leur mariage sont fournies.

47En 1884 et en 1897, les femmes sont plus nombreuses à tenter une nouvelle union que les hommes. Plus de 10 % des femmes, qui se marient ces années-là, sont des veuves ou divorcées. Nous sommes au XIXe siècle et les Européennes sont moins nombreuses que les hommes. On peut supposer qu’antérieurement à 1884, le pourcentage de remariages féminins devait être encore plus important, et particulièrement dans les petites villes éloignées du littoral moins appréciées des femmes et dont le nombre de femmes était, de ce fait, réduit. Ainsi, l’étude des actes de mariage de Souk-Ahras, petite ville du Constantinois, révèle qu’en 1869 et 1870, plus de la moitié des mariages sont des remariages de veuves.

48Par contre, à partir de 1910, et plus encore en 1936, les remariages masculins l’emportent. En 1936, plus de 12 % des époux sont des veufs ou divorcés alors que les veuves et divorcées ne représentent que 9,64 % de l’ensemble des épouses. Dans la mesure où le nombre de célibataires de sexe féminin augmente, les hommes semblent leur donner la préférence. Et les femmes divorcées sont préférées aux veuves.

49Les probabilités de remariage des veuves sont d’une pour 99 en 1911 et d’une pour 173 en 1936. Pour les divorcées, les chances de remariage sont nettement plus importantes et vont, contrairement aux veuves, en augmentant à mesure que le divorce rentre dans les mœurs : une divorcée sur 20 se remarie en 1900 et une sur 16 en 1936. Leur moyenne d’âge sans doute moins élevée doit favoriser leur remariage.

50L’Algérie a donc bien été à la fois le pays des épouses et des veuves.

Notes

1 Acte de mariage fourni par ses descendants dans le n° 6 de la revue généalogiste du GAMT au CDHA d’Aix-en-Provence.

2 Le premier acte de mariage répertorié aux ANOM date du 3 mars 1832.

3 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

4 Ce qui est confirmé par l’annuaire statistique de 1850-1852.

5 Pour Oran, les actes d’état civil microfilmés aux ANOM ne concernent, pour les mariages, que la période allant de 1863 à 1897.

6 Crise économique de 1847 et épidémie de choléra en 1849 puis en 1854 et 1867, famine et typhus entre 1864 et 1869 et enfin variole de 1871-1872.

7 La nuptialité de 1874 à 1903 est étudiée dans Le Peuple algérien, essai de démographie algérienne, p. 202, 405, t. 2, L’Algérie économique, pour la période de 1905 à 1913, op. cit.

8 Il comptabilise 46 548 mariages alors que le recensement en dénombre 51 209.

9 A. Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1971, p. 29 et 37.

10 Moyenne française établie à partir des données fournies dans A. Armengaud, La population française au XIXe siècle, op. cit., p. 37 et p. 48.

11 Pour le XXe siècle les données proviennent de l’ouvrage de Mme J. Beaujeu-Garnier, La population française, Paris, Armand Colin, 1969.

12 Jusqu’en 1843, on ne compte, même pas 500 femmes pour 1 000 hommes.

13 Dr R. Ricoux, Démographie figurée de l’Algérie, op. cit. et V. Demontès, Le peuple algérien…, op. cit.

14 Quatre cent soixante-douze actes de mariage ont été étudiés durant des années choisies dans trois décennies différentes et concernant des communes d’importance diverse, réparties dans les trois départements : Alger et Blida pour l’Algérois, Oran et Mascara pour l’Oranais, Bône, Constantine et Souk-Ahras pour le Constantinois.

15 Émilie Rambert n’avait pas encore 15 ans quand elle épousa en juin 1840 à Alger le vicomte de Saint Fargeau qui était de 28 ans son aîné. À Constantine, en 1873, c’est une jeune Française née à Alger qui se marie à 14 ans. Et à Mascara en 1870, une jeune veuve de 16 ans se marie pour la seconde fois.

16 Dans les actes de mariage étudiés pour la décennie 1840-1850, les plus de trente ans représentent, sauf à Alger, plus de 30 % des épouses.

17 Par Européennes, le Dr Ricoux entend des femmes nées en Europe par opposition aux Européennes nées en Algérie, qualifiées d’Algériennes.

18 Ph. Aries et G. Duby (dirs), Histoire de la vie privée, t. 4, Paris, Éditions du Seuil, 1999, p. 274.

19 Annuaire statistique de l’Algérie de 1931.

20 M. Cardinal, Au pays de mes racines, Paris, Grasset, 1980.

21 Ce n’est qu’à partir de 1884 que le divorce, aboli en 1816, est rétabli. Mais la séparation de corps était admise antérieurement.

22 Annuaire statistique du GGA, 1936.

23 Selon Michelle Perrot le remariage des veuves était rare, Histoire de la vie privée, op. cit., t. 4, p. 274.

Table des illustrations

Légende Tableau relevé dans l’ouvrage du docteur Ricoux, Démographie figurée de l’Algérie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Évolution du nombre de mariages et du taux de nuptialité des Européens pour 10 000
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Pourcentage d’épouses de moins de 20 ans, d’une part, et de 30 ans et plus, d’autre part, de 1840 à 1895 dans quelques communes
Légende Pour chaque décennie et chaque ville une année a été arbitrairement choisie et les relevés effectués concernent un mois, un trimestre ou une année suivant l’abondance des actes*Les premiers actes de mariage d’Oran microfilmés et déposés aux ANOM datent de l’année 1863.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Pourcentage d’hommes et de femmes veuves pour 10 000 habitants de 1856 à 1936
Légende Tableau réalisé à partir des données fournies par le recensement de 1948
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540