Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des compagnes, des épouses, des mères

Les compagnes

Texte intégral

Un grand nombre d’unions libres

La liberté de mœurs des débuts de la colonisation

  • 1 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 364.
  • 2 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit., p. 59.

1Compagnes de quelques mois ou d’une vie, nombreuses furent les Européennes d’Algérie, surtout au début de la colonisation, à tenir ce rôle sans jamais accéder au statut officiel d’épouses. La plupart des auteurs, qui évoquent les débuts de la société européenne, insistent sur ces mœurs très libres, « même dissolues », selon Victor Demontès1. « Dans la population d’Alger, comme dans celle de toute colonie naissante, les unions illégitimes sont nombreuses » notent les docteurs Foley et Martin en 18412.

  • 3 L. Vian, L’Algérie contemporaine, Paris, 1863. Il rapporte ici les impressions de voyage de Paul d’ (...)
  • 4 P.-F. Vellard, Mémoires de P.-F. Vellard, Algérie, 1854-1885, CEF Nice, 1988.

2Vingt ans après, la situation n’a guère changé : « La famille n’existe pas ; pourquoi se mettre en ménage dans un pays où l’on ne veut pas rester3. » Et en 1865 un père fait part de son inquiétude de voir sa fille aînée toujours sans prétendant à 23 ans. « Je ne vois personne pour elle. On ne se marie pas à Oran, les jeunes gens préfèrent avoir des maîtresses. Singulières mœurs que celle de la société algérienne4. »

  • 5 Dr R. Ricoux, La population européenne en Algérie durant l’année 1884, étude statistique, op. cit.
  • 6 Le docteur Ricoux, médecin de Philippeville, était chef de travaux de la statistique démographique (...)

3Le grand nombre d’enfants naturels atteste aussi de l’importance du concubinage. « Tous les peuples ont en Algérie des enfants illégitimes dans une proportion supérieure à celle de leur pays d’origine »5 écrit le docteur Ricoux6.

4Si le rapport entre le nombre d’enfants légitimes et illégitimes ne peut être considéré comme un reflet totalement fidèle du rapport numérique des couples légitimes et illégitimes, il traduit, toutefois, les mœurs d’une société à un moment de son histoire et permet d’en mesurer l’évolution. Une forte mortinatalité peut aussi apparaître suspecte surtout si elle concerne particulièrement les enfants naturels.

Enfants illégitimes et mortinatalité

  • 7 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

5Toutes les études de démographie historique de la société française d’Algérie dénoncent l’importance des naissances illégitimes. Les docteurs Foley et Martin relèvent à Alger 7 980 naissances légitimes pour 2 193 naturels entre janvier 1831 et décembre 1847, soit « un rapport pour 1 000 naissances de 784 légitimes pour 216 naturelles. En France, pour 1 000 naissances, on a 72 naturelles et 928 légitimes, donc trois fois plus d’enfants naturels qu’en France.7 »

6Trente ans plus tard le docteur Ricoux compare également l’illégitimité en France et en Algérie. Et ces rapports sont repris et complétés en 1906 par Victor Demontès.

Taux d’enfants illégitimes pour 1 000 naissances

Taux d’enfants illégitimes pour 1 000 naissances

Tableau relevé dans Le peuple algérien, essai de démographie algérienne, Alger, 1906

7Les dénombrements de naissances légitimes et illégitimes effectués par l’administration permettent de vérifier les rapports établis par ces auteurs.

Rapport numérique des enfants légitimes et illégitimes nés vivants en Algérie

Rapport numérique des enfants légitimes et illégitimes nés vivants en Algérie

Document établi à partir des chiffres de recensement relevés dans les annuaires statistiques de l’Algérie des années correspondantes

8Ces données, tout en étant proches de celles de Victor Demontès, présentent un taux d’illégitimité généralement plus élevé. Mais les années de référence, bien que voisines, ne sont pas tout à fait les mêmes.

9Quelles que soient les sources utilisées, les naissances illégitimes eurent tendance à baisser régulièrement au cours du XIXe siècle pour toutefois remonter dans la dernière décennie, comme en Métropole du reste, mais d’une façon plus accentuée. Le rétablissement du divorce en 1884 et la progression de l’urbanisation ont pu favoriser une certaine libération des mœurs dans un premier temps, ou bien les services de recensement étaient simplement plus performants.

10Dans la première moitié du XXe siècle, on assiste, comme partout en Europe, à un effondrement du nombre d’enfants naturels sans doute en raison d’une meilleure connaissance du cycle féminin et des règles de procréation, ce qui permet de limiter les risques de grossesses non désirées. Toutefois, il faut attendre l’entre-deux-guerres pour que le taux d’illégitimité de l’Algérie rejoigne celui de la Métropole. Au début du siècle, alors que l’illégitimité en Métropole est de 87 pour 1 000, elle est en Algérie encore bien supérieure à 100.

11La mortinatalité suit à peu près la même évolution.

  • 8 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

12Elle est particulièrement élevée durant les premières années de l’installation des Français. Les docteurs Martin et Foley relèvent, à Alger « un mort-né sur 11,4 naissances, proportion considérable puisqu’à Paris, la proportion est de 1 pour 17,7 et à Berlin de 1 pour 19,8. Donc un tiers de mort-nés en plus qu’à Paris et le double des huit capitales européennes »8.

  • 9 Dr R. Ricoux, Démographie figurée de l’Algérie, Paris, Masson, 1880, p. 132-142.

13Pour eux la forte illégitimité existant à Alger est responsable de ce taux élevé de mortinatalité. « L’illégitimité triple, d’une façon générale, le rapport des mort-nés aux naissances ». Le docteur Ricoux9 ne partage pas ce point de vue. Pour lui, le mauvais état de santé des mères souffrant de malaria et de dysenteries est davantage à mettre en cause que les unions illégitimes, du moins pour les premières décennies de la colonisation. Il fait, en effet, remarquer que la mortinatalité illégitime était alors inférieure à la mortinatalité légitime et cela pour les deux sexes. De 1841 à 1870, il note pour 100 naissances un taux de 2,6 mort-nés légitimes pour les garçons et 1,6 pour les filles, alors que le taux de mort-nés illégitimes est de 1,3 pour les garçons et 1,1 pour les filles. Il ajoute qu’à la même époque en France la mortinatalité illégitime était deux fois plus importante que la mortinatalité légitime et encore plus forte chez les filles. Pour le docteur Ricoux, en Algérie, « contrairement à ce qui se passait en Europe, les filles mères n’avaient aucune honte à avouer leur faute et souvent trouvaient un mari pour adopter les enfants et régulariser leur situation ».

  • 10 La Seybouse, Journal de l’Est algérien puis de la seule région de Bône, Paris, BnF.

14Il est vrai, qu’au début, la société algérienne était particulièrement tolérante et les femmes, en nombre très minoritaire, ne manquaient pas de prétendants. La Justice elle-même faisait preuve de compréhension à l’égard des filles mères. En octobre 1849, un journal10 rapporte la condamnation pour infanticide d’une jeune femme en précisant que « le Procureur de la République flétrit dans son réquisitoire les hommes, qui appartenant à une position plus élevée que les pauvres filles dont ils abusent, poussent au plus révoltant des crimes le malheureux objet de leur caprice d’un jour ».

  • 11 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 65.

15Il en va différemment à partir de la fin du XIXe siècle. La mortinatalité devient sélective à mesure qu’elle régresse. Elle se rapproche de celle de l’Europe, soit 4 à 5 mort-nés pour 100 naissances11 mais les mort-nés sont plus nombreux, comme en Métropole, en cas de naissances illégitimes et les victimes de sexe féminins sont majoritaires. À mesure que le nombre de femmes augmentait, que la société s’organisait, les mœurs devenaient plus sévères et l’enfant naturel était moins bien accepté.

16Le recensement de 1896 permet d’établir la proportion de mort-nés par rapport aux naissances légitimes et illégitimes et en fonction du sexe de l’enfant.

Proportion de mort-nés selon la légitimité et le sexe pour les années 1894 à 1896

Nombre d’enfants nés vivants

Nombre de mort-nés

Taux de mortinatalité

Légitimes- garçons

22 288

918

3,95

Légitimes- filles

21 330

680

3,08

Illégitimes – garçons

3 229

178

5,22

Illégitimes- filles

3 075

145

4,50

Tableau réalisé à partir des données de naissances européennes des années 1894, 1895, 1896

17Globalement la mortinatalité touche davantage les garçons que les filles. Mais la mortinatalité est plus forte chez les enfants illégitimes quel que soit le sexe. Et le rapport entre la mortinatalité légitime et illégitime est légèrement plus défavorable encore pour les filles, ce qui peut rendre suspects certains décès.

Des enfants naturels souvent reconnus

18Si les enfants naturels sont nombreux, beaucoup sont reconnus.

  • 12 Drs L. E. Foley et V. Martin, op. cit.

19Dès 1851, les docteurs Foley et Martin12 notaient que sur les 2 193 enfants naturels, nés à Alger entre 1831 et 1847, 1 373 avaient été reconnus, soit 626 pour 1 000, et ils ajoutaient qu’à Paris le rapport était seulement de 205 reconnus pour 795 non reconnus. Pour les années suivantes, le taux de reconnaissance est le suivant :

Nombre et pourcentages d’enfants naturels européens, nés vivants, reconnus et non reconnus

Nombre et pourcentages d’enfants naturels européens, nés vivants, reconnus et non reconnus

Document établi à partir des données statistiques fournies par les annuaires des années correspondantes

20De 1873 à 1910, plus de la moitié des enfants naturels sont reconnus, et ce taux progresse régulièrement. À la veille de la seconde guerre mondiale, par contre, la proportion est inférieure à 50 % mais l’union libre est à cette époque moins bien acceptée par la société.

21Beaucoup d’hommes vivant en concubinage reconnaissent donc leurs enfants sans épouser les mères.

22La reconnaissance des enfants parait, en outre, indépendante de leur sexe alors que traditionnellement la reconnaissance d’enfants mâles, pour des questions de lignage, était en général plus fréquente, en particulier chez les méridionaux.

Document établi à partir des données fournies par les annuaires statistiques du GGA

23Le taux important de reconnaissance d’enfants naturels, indifféremment du sexe, est l’indice de l’existence de couples constitués vivant en concubinage pour des raisons diverses plutôt que le signe d’une société aux mœurs légères. Tous les migrants et migrantes n’avaient pas une moralité irréprochable mais il ne faut pas généraliser à partir des taux d’illégitimité.

Des circonstances favorables au concubinage

24Que le concubinage ait été plus courant en Algérie qu’en France métropolitaine paraît indéniable. Il faut toutefois relativiser l’importance de ce constat et nuancer les conclusions tirées du simple rapport des chiffres.

Une population bien plus urbanisée qu’en France

  • 13 Ch. R. Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1990, p. 52.
  • 14 G. Duveau, t. IV, de 1848 à nos jours, Histoire du peuple français, L. H. Parias (dir.), Paris, Nou (...)

25En 1840 Alger abrite 60 % des Européens ; en 1846, malgré la progression démographique des villes d’Oran et Bône, Alger rassemble encore presque 45 % de la population européenne d’Algérie. Par la suite, malgré l’effort de la colonisation rurale assistée, la population européenne d’Algérie a été constamment en majorité urbaine. En 1872, à l’époque où la colonisation rurale est particulièrement importante, 60 % des Européens d’Algérie sont des citadins, ils sont 65,4 % en 1910 et 71,4 % en 192613. Pour la même période, en Métropole, les citadins représentent 31 % de la population en 1871, 44 % en 1911, 47 % en 1926 et ce n’est seulement qu’au recensement de 1931 que la population urbaine devient majoritaire avec 52 %14.

  • 15 A. Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1971.
  • 16 Ph. Aries, G. Duby, Histoire de la vie privée, t. 5, Éditions du Seuil, p. 244.

26Or, en Métropole, au XIXe siècle, les naissances illégitimes étaient beaucoup plus nombreuses dans la population urbaine que dans la population rurale : 4 en moyenne pour 100 naissances dans les campagnes entre 1851 et 1883 contre 10,1 à 12,2 pour la même période dans les villes15. Et plus les villes sont importantes, plus le taux d’illégitimité est élevé. Ainsi au milieu du XIXe siècle, les enfants illégitimes représentent 30 % des naissances à Lyon, 32 % à Paris, 35 % à Bordeaux ; ces pourcentages étant encore respectivement de 21 %, de 24 % et de 26 % à la Belle Époque16. L’anonymat de la ville, spécialement des grandes villes, le déracinement du milieu d’origine des migrants ruraux vers les villes pouvaient être des facteurs culturellement déstructurants, favorisant le concubinage.

  • 17 Entre 1831 et 1847, le taux d’illégitimité d’Alger a été chiffré à 21,6 % par les Drs L. E. Foley e (...)

27On trouve donc, dans les grandes villes françaises, un taux d’illégitimité beaucoup plus élevé qu’en Algérie à la même époque17. Or même si les grandes villes d’Algérie étaient moins peuplées que les principales villes françaises, la population européenne d’Algérie était en majorité citadine. Et le déracinement des immigrés devait être plus profond.

Une population masculine nombreuse et instable

28Plusieurs hypothèses ont été avancées pour expliquer l’importance du concubinage existant en Algérie au début de la colonisation.

  • 18 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 364.
  • 19 Drs L. E. Folley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit., p. 59

29Pour Victor Demontès, la responsabilité en revient à « un élément militaire nombreux et l’action d’un climat chaud qui avive les désirs sexuels »18. Les docteurs Foley et Martin mettent en cause l’émigration. « Loin de la patrie, loin de la famille, dans un pays tout nouveau […] les unions se forment facilement et se rencontrent très communément, protégées qu’elles sont par l’absence de contrôle public »19.

30Mais plus encore que la prépondérance de l’élément masculin civil ou militaire, c’est la grande mobilité de cette population masculine qui, peut, en partie, expliquer les nombreuses unions illégitimes. Beaucoup d’hommes ne venaient en Algérie que le temps d’une campagne ou d’un chantier et ne songeaient nullement à s’engager pour la vie. Il était facile, quand on passait d’un continent à un autre, de partir sans laisser d’adresse à la personne séduite.

31À cette cause fondamentale et durable, s’ajoutent, durant au moins les trois premières décennies de la présence française en Algérie, d’autres causes ponctuelles qui expliquent que, durant ces années, le taux d’enfants illégitimes ait été particulièrement élevé, alors que, par la suite, il eut tendance à baisser et à se rapprocher de celui de la Métropole.

La méconnaissance par certains étrangers du mariage civil français

  • 20 ANOM GGA série F 80 710, état civil 1848-1858, Législation et instructions générales. Note confiden (...)

32Des couples illégitimes se formèrent, au début, chez les étrangers par méconnaissance ou refus de la législation française. En Espagne seul le mariage religieux existait, et il faudra plus de vingt ans à l’administration française pour faire accepter à certains étrangers, Espagnols, mais aussi Maltais, l’obligation du mariage civil qui était le seul à être reconnu par l’état français. Durant les années 1850, de nombreuses administrations civiles françaises se plaignent au Gouvernement général d’Algérie d’unions célébrées par des prêtres espagnols ou maltais peu soucieux de la législation française en matière de mariage. Dans le Constantinois, les infractions aux lois sur le mariage étaient le fait de membres de la compagnie de Jésus20. Deux missionnaires sont cités à plusieurs reprises. Il fallut plusieurs rappels de l’article 199 du code pénal, interdisant à tout ministre d’un culte de procéder aux cérémonies religieuses d’un mariage sans qu’ait été préalablement justifié le mariage civil pour que ces Jésuites consentent à modifier leur attitude.

33Pour régulariser leur union, ces étrangers devaient aussi disposer des papiers nécessaires à leur mariage civil.

Des documents d’état civil parfois difficiles à réunir

34La quantité de documents exigés par l’administration française a pu rendre difficile le mariage de certains immigrés. Les futurs époux devaient présenter : leur acte de naissance ou, à défaut, un acte de notoriété dressé par le juge de canton de leur domicile algérien, le consentement écrit du ou des parents absents, et cela même quand les fiancés étaient majeurs, les actes de décès des parents défunts ou, à défaut, déclaration sous serment de l’ignorance du lieu de décès des parents.

  • 21 L’existence aux ANOM de cartons, rassemblant des lettres demandant des informations sur des enfants (...)
  • 22 Anonyme, Société charitable de Saint Jean-François-Régis, Alger, Éditions Besancenez, 1846.

35Il est probable que nombre d’immigrés devaient être dans l’incapacité de réunir l’ensemble de ces documents. Ce devait être le cas d’Espagnols ou de Maltais débarquant sans papiers mais acceptés car on manquait de bras. Des Français ou des étrangers pouvaient aussi avoir égaré leurs papiers, parfois volontairement, quand, mariés, ils avaient fui le foyer conjugal21. Les hommes ou femmes déjà mariés dans leur pays d’origine ne pouvaient vivre qu’en concubinage. D’autres, vivant dans l’indigence ou totalement incultes, étaient dans l’incapacité d’écrire dans leurs pays d’origine pour se faire envoyer leurs actes de naissance. Il semble que durant les premières années de la conquête, beaucoup de personnes se trouvaient dans cette situation, puisque la Société charitable de Saint Jean-François-Régis22 fut constituée, en 1844, par l’évêque d’Alger, pour favoriser le mariage civil et religieux des pauvres. L’article 1 du règlement de cette société déclare : « Le but de la Société est de procurer gratuitement aux indigents les papiers nécessaires pour se marier civilement et religieusement et pour légitimer leurs enfants naturels. » Un an après sa création, dans son rapport d’activité, elle s’enorgueillit « d’avoir tiré du concubinage ou mis en état d’en sortir immédiatement pour les élever à la dignité d’une famille, quatre-vingt-dix ménages et légitimé les enfants ».

  • 23 M. Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie, 1830-1914, Famot, Genève, 1978, p. 201.

36Cette société, animée par des Jésuites, semble encore exister à la fin du XIXe siècle23. Ce qui accrédite l’idée que certaines unions ne purent être officialisées, uniquement par défaut des documents nécessaires.

37Pour les militaires, un document supplémentaire devait être fourni ; c’était un certificat de non-opposition des autorités de l’armée, ou permission de mariage, exigée par les textes du décret du 16 juin 1808. Si bien que l’armée, en s’opposant à certains mariages, pouvait être responsable d’unions illicites et d’enfants illégitimes. Les motifs de refus pouvaient être d’ordre ethnique, social ou financier.

  • 24 Acte de mariage n° 152 de l’année 1845, union de Pierre Roufseau avec la demoiselle Ourida Tahar be (...)

38La note inscrite sur l’acte de mariage d’une jeune musulmane avec un interprète attaché à l’État-major, précisant que « les interprètes de l’armée n’ont pas besoin d’autorisation pour contracter mariage »24 fait supposer que l’origine arabe de la fiancée aurait pu être un empêchement si le futur époux avait fait partie de l’armée.

  • 25 Archives privées de la famille C.

39Pour les officiers, l’obtention de l’autorisation était plus difficile à obtenir, car la promise devait apporter une dot permettant au couple de mener le train de vie correspondant à son statut social. Il fallut beaucoup de persévérance à un lieutenant pour obtenir en mars 1879, après sept ans de demandes réitérées, l’autorisation d’épouser la fille d’un capitaine décédé, donc issue pourtant du milieu militaire. Mais les ressources de la fiancée étaient jugées insuffisantes par rapport au train de vie d’un officier. Un parent fortuné dut constituer une dot de 24 000 F à la future épouse. Plusieurs rapports furent établis pour contrôler la valeur réelle de la créance, l’intérêt annuel de la rente versée, la garantie de paiement par hypothèque sur des propriétés, et enfin le caractère réglementaire de cet apport, avant que l’autorisation de mariage fût enfin accordée25.

Une société permissive

  • 26 A. Maisonobe, Sur les pas d’Adrienne… de 1826 à 1962, récit dactylographié déposé aux ANOM en 1994.

40On peut aussi supposer que ces unions clandestines étaient mieux acceptées en Algérie, terre d’immigration coloniale, qu’en Métropole. Certains hommes ne voyaient pas la nécessité de passer devant le Maire ou l’administrateur civil responsable de la commune. C’est parfois seulement en fin de vie que des couples décidaient d’officialiser leur union. Dans ses mémoires, la lointaine descendante d’un de ces couples26 s’interroge sur les raisons du mariage tardif de ses aïeux, en 1887, à plus de soixante ans, après trente six ans de vie commune en Algérie, alors que tous deux étaient libres et que les quatre enfants, d’abord déclarés de père inconnu, avaient été finalement reconnus dix ans avant le mariage.

  • 27 ANOM, état civil d’Alger, 109 MIOM 56.
  • 28 ANOM, statistiques du Gouvernement général de l’Algérie, AOM A 1001, années 1867-1872.

41Cette histoire atteste de la pérennité de certaines de ces unions illégitimes. L’habitude, le temps, et aussi les enfants qui naissaient, tissaient entre les intéressés des liens aussi durables qu’un contrat de mariage. Parfois, la venue d’un enfant incitait à légaliser ces unions. Sur les trente actes de mariage conclus en juillet et août 1845 à Alger, qui ont été étudiés27, sept ont eu pour effet de légitimer un ou plusieurs enfants déclarés par les époux comme ayant été « procréés de leurs œuvres ». Pour 6 764 naissances illégitimes, intervenues entre 1867 et 1873, les agents de l’administration notent que 814 enfants ont été légitimés28, soit environ 12 % de mariages conclus après un certain nombre d’années de concubinage.

Répartition du concubinage selon les nationalités

42Le seul élément d’appréciation est le rapport existant, par nationalité, entre les enfants légitimes et illégitimes. Mais la composition communautaire des couples est difficile à connaître puisque dans le cas d’enfants légitimes ou reconnus c’est la nationalité du père qui s’impose et les enfants naturels non reconnus ont celle de la mère.

43Les recensements des trois premières décennies se contentent de distinguer deux catégories de parents : les Français d’une part et les Européens étrangers d’autre part.

  • 29 ANOM, Tableau des établissements français en Algérie, années 1847-1848-1849 et 1850-1852 - Les rele (...)

44De 1847 à 1851, les Français ont eu en moyenne 1 enfant naturel pour 4 enfants légitimes et les étrangers 1 enfant naturel pour 7, 23 enfants légitimes29. Le rapport est presque du simple au double entre les Français et les étrangers. L’importance de la religion catholique pour les méditerranéens, qui formaient la très grande majorité des étrangers peut être un élément d’explication du moindre taux d’illégitimité des étrangers. Mais il faut aussi penser au grand nombre de militaires français, dont certains restaient peu de temps en Algérie, ce qui favorisait des unions souvent passagères.

45Par la suite, de 1867 à 1873, les annuaires statistiques du Gouvernement général donnent la nationalité des étrangers et le nombre d’enfants reconnus parmi les enfants naturels, ce qui permet de préciser l’attitude des hommes à l’égard de leurs compagnes et des enfants issus de leur union suivant les communautés ethniques.

Pourcentage d’enfants légitimes, reconnus et non reconnus par nationalité de 1867 à 1872

Pourcentage d’enfants légitimes, reconnus et non reconnus par nationalité de 1867 à 1872

Document relevé dans le volume des années 1867 à 1872 des statistiques du GGA

46En 1867-1872, comme en 1847-1851, c’est toujours la communauté française qui connaît le plus fort taux d’enfants naturels qu’ils soient ou non reconnus. C’étaient donc les Français qui épousaient le moins leurs compagnes.

47Mais ce document ne permet de connaître la nationalité des mères que dans le cas d’enfants naturels non reconnus.

48Les recensements plus précis de la fin du XIXe siècle fournissent la nationalité des mères, y compris indigènes ou de nationalité inconnue, ayant eu des enfants de pères européens, ou présumés européens.

Taux d’enfants naturels de pères européens par rapport au total des naissances et taux de reconnaissance des enfants naturels en fonction de la nationalité de la mère pour les années 1897 à 1899

Taux d’enfants naturels de pères européens par rapport au total des naissances et taux de reconnaissance des enfants naturels en fonction de la nationalité de la mère pour les années 1897 à 1899

Document établi à partir des données fournies par l’annuaire statistiques des années 1897 à 1899

49Les Françaises étaient relativement peu nombreuses à vivre en union libre surtout si on considère le grand nombre d’enfants légitimes français. Mais elles connaissent le taux d’enfants non reconnus le plus élevé (presque 46 % de leurs enfants naturels). Les Maltaises étaient les plus réticentes à vivre en concubinage, puisqu’elles sont les seules à avoir un taux d’enfants naturels inférieur à 10.

50Il est impossible de connaître l’importance des unions libres entre Européennes et musulmans car, en cas de reconnaissance par le père, les enfants naturels issus de ces unions étaient comptabilisés avec les naissances musulmanes qui faisaient l’objet d’un décompte à part. Seuls les enfants nés d’un père européen et d’une mère musulmane sont comptabilisés ici. Ils sont peu nombreux mais le pourcentage d’enfants naturels est élevé.

  • 30 V. Demontès, Le peuple algérien, de démographie algérienne, Alger, Impressions algériennes du Gouve (...)

51Selon Victor Demontès, au début du siècle, « les unions libres dans les couches les plus basses de la population sont assez fréquentes ; il est des quartiers de quelques villes où le mélange de la population indigène et européenne est en partie un fait accompli, et je ne parle pas seulement de la prostitution mais de ces unions des sens et de la misère »30.

  • 31 Dr H. Marchand, Les mariages franco-musulmans, Alger, Vollot-Debacq frères, 1954.

52Et pour le docteur Henri Marchand « le nombre de ces unions mixtes libres de musulman à Européenne ou d’Européen à musulmane est considérablement supérieur à celui des unions régulières »31.

53Mais ils n’apportent l’un comme l’autre aucune preuve à l’appui. Et, compte tenu des rapports sociaux existant entre les communautés européenne et musulmane, ces unions devaient être, pour la plupart, de caractère très éphémère, sans rapport avec le concubinage avéré et reconnu publiquement qui pouvait exister dans la société européenne.

Notes

1 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 364.

2 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit., p. 59.

3 L. Vian, L’Algérie contemporaine, Paris, 1863. Il rapporte ici les impressions de voyage de Paul d’Orly parti en Algérie pour obtenir une concession.

4 P.-F. Vellard, Mémoires de P.-F. Vellard, Algérie, 1854-1885, CEF Nice, 1988.

5 Dr R. Ricoux, La population européenne en Algérie durant l’année 1884, étude statistique, op. cit.

6 Le docteur Ricoux, médecin de Philippeville, était chef de travaux de la statistique démographique et médicale de l’Algérie. Il s’est particulièrement intéressé aux naissances et encore davantage aux mariages entre 1830 et 1884.

7 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

8 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

9 Dr R. Ricoux, Démographie figurée de l’Algérie, Paris, Masson, 1880, p. 132-142.

10 La Seybouse, Journal de l’Est algérien puis de la seule région de Bône, Paris, BnF.

11 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 65.

12 Drs L. E. Foley et V. Martin, op. cit.

13 Ch. R. Ageron, Histoire de l’Algérie contemporaine, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1990, p. 52.

14 G. Duveau, t. IV, de 1848 à nos jours, Histoire du peuple français, L. H. Parias (dir.), Paris, Nouvelle librairie de France, 1953, p. 332.

15 A. Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je ? », 1971.

16 Ph. Aries, G. Duby, Histoire de la vie privée, t. 5, Éditions du Seuil, p. 244.

17 Entre 1831 et 1847, le taux d’illégitimité d’Alger a été chiffré à 21,6 % par les Drs L. E. Foley et V. Martin.

18 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit., p. 364.

19 Drs L. E. Folley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit., p. 59.

20 ANOM GGA série F 80 710, état civil 1848-1858, Législation et instructions générales. Note confidentielle du commissaire de police d’Alger au Gouvernement général le 30 octobre 1851.

21 L’existence aux ANOM de cartons, rassemblant des lettres demandant des informations sur des enfants mais aussi des maris, partis en Algérie et laissant leur famille sans nouvelles a été évoquée en première partie.

22 Anonyme, Société charitable de Saint Jean-François-Régis, Alger, Éditions Besancenez, 1846.

23 M. Baroli, La vie quotidienne des Français en Algérie, 1830-1914, Famot, Genève, 1978, p. 201.

24 Acte de mariage n° 152 de l’année 1845, union de Pierre Roufseau avec la demoiselle Ourida Tahar ben El Sheikh de Bouridi, état civil d’Alger mariages 1845, 109 MIOM 56.

25 Archives privées de la famille C.

26 A. Maisonobe, Sur les pas d’Adrienne… de 1826 à 1962, récit dactylographié déposé aux ANOM en 1994.

27 ANOM, état civil d’Alger, 109 MIOM 56.

28 ANOM, statistiques du Gouvernement général de l’Algérie, AOM A 1001, années 1867-1872.

29 ANOM, Tableau des établissements français en Algérie, années 1847-1848-1849 et 1850-1852 - Les relevés donnent. 10 963 enfants légitimes et 2 711 enfants naturels pour les Français et 9 613 enfants légitimes et 1 323 enfants naturels pour les étrangers.

30 V. Demontès, Le peuple algérien, de démographie algérienne, Alger, Impressions algériennes du Gouvernement général, 1906, p. 216.

31 Dr H. Marchand, Les mariages franco-musulmans, Alger, Vollot-Debacq frères, 1954.

Table des illustrations

Titre Taux d’enfants illégitimes pour 1 000 naissances
Légende Tableau relevé dans Le peuple algérien, essai de démographie algérienne, Alger, 1906
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Rapport numérique des enfants légitimes et illégitimes nés vivants en Algérie
Légende Document établi à partir des chiffres de recensement relevés dans les annuaires statistiques de l’Algérie des années correspondantes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7069/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Nombre et pourcentages d’enfants naturels européens, nés vivants, reconnus et non reconnus
Légende Document établi à partir des données statistiques fournies par les annuaires des années correspondantes
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7069/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Document établi à partir des données fournies par les annuaires statistiques du GGA
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7069/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Pourcentage d’enfants légitimes, reconnus et non reconnus par nationalité de 1867 à 1872
Légende Document relevé dans le volume des années 1867 à 1872 des statistiques du GGA
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7069/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Taux d’enfants naturels de pères européens par rapport au total des naissances et taux de reconnaissance des enfants naturels en fonction de la nationalité de la mère pour les années 1897 à 1899
Légende Document établi à partir des données fournies par l’annuaire statistiques des années 1897 à 1899
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7069/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540