Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des Européennes rapidement nombreuses

Une répartition inégale des sexes

Texte intégral

Répartition régionale et communale

1C’est le cadre régional qui a été essentiellement retenu pour cette étude. Les renseignements fournis par les recensements de 1856 et 1931 ont, toutefois, permis de rechercher, à ces dates, la répartition par sexe existant dans quelques communes.

2Là aussi il faut tenir compte de l’évolution des modes de recensement.

  • 1 Le décompte au niveau régional n’est donné que pour les années 1866, 1886, 1891, 1896 et 1948. Entr (...)

3Jusqu’en 1857 le dénombrement par sexe ne concerne que les adultes, et le cadre géographique est la province. À partir de 1866, le dénombrement par sexe intègre les enfants, mais il ne s’effectue pas régulièrement et des modifications de recensement se produisent1.

Répartition régionale de la population européenne par sexe de 1843 à 1948

Répartition régionale de la population européenne par sexe de 1843 à 1948

Répartition des femmes en %

Répartition des hommes en %

4La représentation graphique de la répartition régionale des sexes donne l’impression, au premier abord de grandes similitudes d’implantation des hommes et des femmes.

5Le département le moins prisé par l’ensemble de la population est de très loin et constamment le Constantinois. On peut même noter que le poids démographique de ce département par rapport à la population totale va en diminuant à partir de la fin du XIXe siècle. L’Algérois est pendant longtemps la région la plus peuplée mais dès la fin du XIXe siècle cette prééminence lui est disputée par l’Oranais, et un équilibre finit par s’établir entre ces deux départements. La désaffection à l’égard du Constantinois comme le succès de deux autres départements concernent les deux sexes et l’explication est d’ordre général : conquête plus ou moins précoce et surtout différences de relief et de richesse des terres agricoles.

6Une étude plus attentive des chiffres et des graphiques permet cependant de noter quelques différences d’implantation des sexes.

7Les femmes sont plus réticentes encore que les hommes à s’installer dans le Constantinois. De 1843 à 1948, en poids respectif de chaque sexe, le pourcentage de femmes est toujours inférieur à celui des hommes. Inversement les femmes affectionnent davantage que les hommes l’Algérois.

8Le département d’Oran est également apprécié par les hommes et les femmes. En pourcentage relatif à chaque sexe, l’Oranais représente toujours le même poids à partir de 1847, poids qui augmente régulièrement d’un recensement à l’autre passant de 28 % à 40 % pour les hommes comme pour les femmes.

9Le graphique, représentant l’évolution du rapport numérique des sexes par région de 1843 à 1948, confirme ces différences d’implantation régionale des hommes et des femmes.

10Dès 1851, l’Algérois compte plus de 800 femmes pour 1 000 hommes. À partir du recensement de 1866, le rapport hommes/femmes de l’Oranais tend à rejoindre celui de l’Algérois pour atteindre, en 1891, 900 femmes pour 1 000 hommes dans ces deux départements. Le Constantinois est le département où le nombre de femmes par rapport au nombre d’hommes est constamment le plus faible. Le déficit de femmes par rapport aux hommes est donc plus ou moins marqué selon les régions.

11Mais à la fin du XIXe siècle, ces différences s’estompent, et par la suite, quelle que soit l’importance totale du peuplement, l’équilibre des sexes est à peu près établi dans chaque département. La part croissante du mouvement naturel dans la croissance globale de la population explique cette évolution.

12Par contre, tant au début de l’histoire de l’Algérie française qu’à la veille de la seconde guerre mondiale, le choix des hommes et des femmes dans chaque région ne se porte pas tout à fait sur les mêmes communes.

  • 2 ANOM Algérie, F 80 709.

13Les dénombrements par commune effectués pour l’année 18562 permettent de connaître les types de communes ayant la préférence des femmes à une époque où le courant migratoire l’emporte encore sur le mouvement naturel.

14Le pourcentage de femmes est d’autant plus élevé que les communes sont importantes et proches de la mer. Alger et Oran, seules communes atteignant ou dépassant 20 000 habitants européens, situées toutes deux sur le littoral, réunissent le plus grand nombre de femmes. On peut noter au passage que dès 1856, on parvient à un équilibre hommes/femmes à Alger et un quasi-équilibre à Oran (96,5 % de femmes).

15La mer, ou plutôt la côte, n’est pas, toutefois, en 1856, le pôle attractif essentiel. Il semble que l’importance de la commune l’emporte sur la distance par rapport à la mer en ce qui concerne l’implantation féminine. Ainsi, Médéa, commune plus éloignée de la mer que Miliana mais plus importante, a un pourcentage de femmes plus élevé. De même, Batna, à 150 km de la côte, a une population à 53 % féminine alors que les femmes ne représentent que 40 % de la population masculine à Souk-Ahras, petite commune n’abritant même pas 500 Européens située presque à la même distance de la côte à vol d’oiseau que Constantine, à une soixantaine de kilomètres. Mais d’autres facteurs peuvent intervenir. Tlemcen à 50 km de la Méditerranée comme Mascara, mais plus éloignée d’Oran, avec une population européenne globale plus importante, a cependant un pourcentage de population féminine moindre. La distance de la capitale régionale a semble-t-il aussi une incidence.

16Le recensement de 1931 fournit le chiffre de population féminine et masculine des trois agglomérations algériennes.

Répartition par sexe des Européens en 1931 dans les trois agglomérations d’Alger, Oran et Constantine

Sexe masculin

Sexe féminin

Nombre de F./1 000 H.

Agglomération algéroise

109 504

112 803

1 033

Agglomération oranaise

63 810

69 698

1 092

Agglomération constantinoise

25 008

24 426

978

Total

198 022

206 927

1 044

Document réalisé à partir de renseignements fournis par l’annuaire statistique du GGA de 1931

17Ce document confirme la nette préférence des femmes pour les grandes villes ou leur proximité. Ces trois agglomérations rassemblent 45 % de la population féminine européenne d’Algérie puisqu’en 1931 cette population s’élevait à 459 478 pour l’ensemble du territoire.

18La féminisation de la population est particulièrement forte puisque globalement pour ces trois agglomérations, le rapport des sexes est de 1 044 femmes pour 1 000 hommes, alors qu’à la même époque, pour l’ensemble de l’Algérie, le rapport hommes/femmes n’est, officiellement du moins, que de 992 femmes pour 1 000 hommes, (les militaires étant dénombrés avec les civils lors de ce recensement). C’est dans l’agglomération oranaise que les femmes sont les plus nombreuses par rapport aux hommes (1 092 femmes pour 1 000 hommes) et le pourcentage de femmes de l’agglomération constantinoise reste inférieur à la moyenne générale du pays.

Répartition des sexes par communauté européenne

19Étudier l’évolution du rapport numérique hommes/femmes par communauté ethnique européenne présente une série de difficultés.

Complexité de l’étude

20Les nationalités d’origine pouvaient, en effet, être changées du fait des lois de naturalisation et pour les femmes des mariages.

  • 3 Jusqu’à cette date, le principe de naturalisation, défini par la constitution de l’An VIII qui rend (...)
  • 4 De 1865 au 31 décembre 1893 la qualité de citoyen français fut ainsi accordée à 17 458 Européens, A (...)

21La première mesure de naturalisation applicable à l’Algérie fut le sénatus-consulte du 15 juillet 18653. Le sénatus-consulte de 1865 facilite la naturalisation des étrangers en Algérie puisqu’il suffit de résider trois ans dans un département français pour avoir le droit de déposer une demande de naturalisation. La naturalisation reste cependant un acte volontaire et est soumise à enquête4. Les hommes sont toujours plus nombreux que les femmes à solliciter et obtenir ce type de naturalisation individuelle. Ainsi le recensement de 1876 relève que 2 723 hommes avaient obtenu la citoyenneté française pour 1 197 femmes (1,93 % des Français et 1,30 % des Françaises).

22La naturalisation volontaire ne recueillit pas le succès qu’en attendait l’administration française. Or les autorités françaises craignaient de voir les étrangers supplanter peu à peu en nombre les Français. D’où le recours à des formes collectives de naturalisation.

  • 5 La loi ne concerne que les Israélites nés en Algérie depuis l’occupation française ou nés de parent (...)
  • 6 Le recensement de 1886 donne le chiffre de 216 468 étrangers européens pour 302 908 Français, israé (...)

23Déjà, le décret Crémieux du 24 octobre 1870 avait ouvert la voie d’une politique de naturalisation collective et automatique des juifs5. Mais en 1886, la colonie étrangère européenne représente encore presque la moitié de la population européenne d’Algérie6. Aussi le gouvernement décida-t-il d’imposer la nationalité française aux étrangers européens par les lois du 26 juin 1889 et 22 juillet 1893.

24Ces lois accordèrent automatiquement la nationalité française à tous les enfants nés en Algérie de parents étrangers domiciliés dans ce territoire. Elles établissaient, toutefois, une distinction entre les enfants nés de parents étrangers nés eux-mêmes en Algérie qui devenaient, de ce fait, immédiatement français, et ceux dont les parents étaient nés à l’étranger qui n’étaient déclarés français que dans l’année suivant leur majorité s’ils n’y renonçaient pas formellement. Or cette renonciation nécessitait la constitution d’un dossier complexe et coûteux et peu y eurent recours. Les étrangères furent sans doute encore moins nombreuses que les étrangers à faire ces démarches à leur majorité. Certains garçons pouvaient, en effet, être incités à renoncer à la nationalité française pour éviter le service militaire.

  • 7 La loi du 10 août 1927 permit aux femmes, qui le souhaitaient, de conserver leur nationalité d’orig (...)

25Pour les hommes, la législation seule permet le changement de nationalité et dans le cas de l’Algérie ce changement va toujours dans le sens de la perte de sa nationalité d’origine au profit de la nationalité française. La population masculine étrangère connaît donc une érosion pure et simple. Mais pour la population féminine les choses sont plus complexes. Le changement de nationalité peut se faire non seulement par des mesures de naturalisation mais aussi par mariage puisque, selon la législation française, la femme en se mariant perd sa nationalité au profit de celle de son mari7. Des étrangères devinrent ainsi Françaises mais des Françaises perdirent aussi sans doute leur nationalité au profit de la nationalité de leur époux.

26Le petit nombre de recensements qui ont procédé à un décompte par sexe des nationalités accroît la difficulté de l’étude de la nationalité des femmes.

  • 8 Le recensement effectué en 1841 a été étudié dans le premier chapitre.

27Seuls les recensements de 1876, 1886, 1891 et 1896, c’est-à-dire les recensements qui encadrent la loi de naturalisation de 1889, fournissent une situation détaillée de la population féminine et masculine des diverses nationalités, révélant ainsi les préoccupations de l’administration à l’origine de cette loi. Auparavant les recensements de 1866 et 1872 se contentent de distinguer, selon le sexe, la communauté française de la communauté étrangère8. Par la suite, les dénombrements par sexe effectués en 1911, 1931, et 1936 ne concernent que les Français et les indigènes. Bien qu’il y ait toujours un certain nombre d’étrangers en Algérie, il faut attendre le recensement de 1954 pour savoir la composition par sexe des Européens de nationalité étrangère.

Évolution du nombre de femmes françaises et étrangères de 1866 à 1896

  • 9 Les données fournies par les annuaires du GGA, ANOM.

28Des graphiques permettent de visualiser, en nombre et pourcentage, l’évolution des communautés française et étrangère en fonction du sexe entre 1866 et 18969.

Évolution numérique par sexe des communautés française et étrangère

Évolution numérique par sexe des communautés française et étrangère

29On constate une majorité grandissante de Françaises et de Français.

  • 10 Pour la seule année 1866, pour 77 Françaises qui perdirent leur nationalité en épousant un étranger (...)

30En 1841 la population française, féminine comme masculine, était moins nombreuse que la population étrangère européenne. En 1866, 1re année de référence de cette étude, la population féminine est à 56 % française. C’est le cas aussi des Français qui sont passés de 47 % à 56 % de l’ensemble de la population masculine. Or en 1866 aucune loi de naturalisation n’a pu encore faire sentir ses effets. La politique de colonisation officielle, débutant en 1841, est sans doute la grande responsable de la venue en Algérie de nombreuses familles françaises. Il faut aussi tenir compte, pour les femmes, du changement de nationalité par mariage qui profitait surtout à la communauté française10.

31De 1866 à 1896, la communauté française est toujours plus importante que la communauté étrangère. Mais entre 1876 et 1886 le nombre d’étrangers augmente un peu plus vite que le nombre de Français, alors que, pour les femmes, on constate une stabilité du rapport entre Françaises et étrangères, toujours en faveur des Françaises. À partir de 1891 mais surtout en 1896, le poids des Français dans la communauté européenne d’Algérie s’accentue aux dépens des étrangers. La loi dite de naturalisation automatique des étrangers de 1889 commence à faire sentir ses effets. De 44 % en 1866, les étrangères ne représentent plus, en 1896, que 37 % des Européennes d’Algérie.

32Si globalement les Français sont les plus nombreux, la communauté étrangère est caractérisée, semble-t-il, par une plus forte féminisation.

Nombre de femmes pour 1 000 hommes suivant les communautés

Nombre de femmes pour 1 000 hommes suivant les communautés

*En 1876, 1886 et 1896 le recensement a comptabilisé les militaires avec les civils d’où un gonflement de la population masculine mais certains militaires ne résidaient pas vraiment en Algérie.

33En 1841 les femmes étaient au nombre de 625 pour 1 000 hommes dans la population étrangère et seulement de 585 femmes pour 1 000 hommes dans la population française. De 1866 à 1896, les étrangères ont constamment, sauf en 1886, un taux supérieur à 800 pour 1 000 hommes.

34Si l’on se réfère aux chiffres fournis par les recensements le rapport numérique des sexes paraît constamment le plus faible pour les femmes de la communauté française. Mais le mode de recensement est à l’origine d’une sous-estimation du taux de Françaises.

  • 11 L’annuaire de 1876 chiffre à 39 000 l’effectif des seuls régiments français.

35Rappelons, en effet, que l’intégration de l’armée à la population civile augmente sensiblement la population masculine française car la majorité des troupes étaient française11. Or en 1896, comme d’ailleurs en 1876 et 1886, l’armée avait été comptabilisée avec les civils et on peut constater que c’est à chaque fois que l’armée est comptée avec la population civile que les Françaises sont les moins nombreuses par rapport aux hommes. A contrario, en 1872 comme en 1891, alors que l’armée n’intervient pas dans le décompte, les Françaises sont respectivement 888 pour 1 000 hommes et 900 pour 1 000 hommes, soit des scores comparables à ceux de la communauté étrangère. (887 en 1872 et 865 en 1891).

36On peut donc estimer qu’à partir de 1872, la féminisation de la communauté française était proche de celle de la communauté étrangère européenne considérée dans sa globalité.

37Pour les étrangers d’origine européenne, le taux de féminisation des trois nationalités principales est très divers.

Composition en % de la communauté féminine étrangère

Composition en % de la communauté féminine étrangère

38La communauté étrangère féminine est composée à plus de 70 % d’Espagnoles et, chose remarquable, ces femmes sont relativement de plus en plus nombreuses, constituant en 1896 plus des 2/3 des étrangères européennes. Cette croissance s’explique par l’augmentation en valeur absolue des femmes espagnoles alors que les femmes des autres communautés diminuent à partir de l’application de la loi de 1889. Le nombre d’Espagnoles continue à croître ; de 1886 à 1896 les Espagnoles passent de 63 063 à 81 506 alors que les Italiennes passent de 16 305 à 14 905 et les Anglo-Maltaises de 6 915 à 6 201. Les femmes espagnoles sont donc seules responsables de la résistance de la communauté étrangère féminine aux lois de naturalisation.

Nombre de femmes étrangères pour 1 000 hommes selon la nationalité

Nombre de femmes étrangères pour 1 000 hommes selon la nationalité

39Le taux de féminisation de la communauté espagnole est constamment le plus élevé. Dès 1876 on trouve un rapport supérieur à 900 femmes pour 1 000 hommes, supérieur même à celui des Françaises, et ce rapport se maintient et même s’accentue, si l’on excepte l’année 1886. En 1896, c’est le seul groupe ethnique européen, français compris, dans lequel les femmes sont plus nombreuses que les hommes. Cela s’explique par le départ d’un certain nombre d’ouvriers espagnols venus travailler sur de grands chantiers de construction dans les années 1880 mais aussi par le flux continu d’immigrées espagnoles. Même quand les hommes repartent les femmes espagnoles restent et continuent à venir en Algérie.

40C’est dans la communauté italienne que les femmes sont toujours les moins nombreuses. La situation est inversée par rapport à la communauté espagnole, ce qui confirme l’étude des mortuaires. Beaucoup d’Italiens viennent seuls et repartent au pays ou, s’ils restent en Algérie, épousent des femmes appartenant à une autre communauté. Cependant le déficit de femmes italiennes va en diminuant puisque le rapport numérique des sexes passe de 592 femmes pour 1 000 hommes en 1876 à 722 en 1896 ; il est vrai que d’année en année le nombre d’Italiennes nées en Algérie augmentait comme dans les autres communautés et participait ainsi à un certain rééquilibrage des sexes.

Notes

1 Le décompte au niveau régional n’est donné que pour les années 1866, 1886, 1891, 1896 et 1948. Entre 1896 et 1948, quand un recensement régional par sexe existe, il réunit population indigène et européenne.

2 ANOM Algérie, F 80 709.

3 Jusqu’à cette date, le principe de naturalisation, défini par la constitution de l’An VIII qui rendait la naturalisation exceptionnelle, n’avait pas été fondamentalement modifié par les lois de mars et décembre 1849 ainsi que celle de février 1851 qui maintenaient l’autorisation préalable de séjour en France et l’obligation de résidence de 10 ans avant de pouvoir déposer une demande de naturalisation.

4 De 1865 au 31 décembre 1893 la qualité de citoyen français fut ainsi accordée à 17 458 Européens, ANOM Algérie, série A 1001, année 1891-1893.

5 La loi ne concerne que les Israélites nés en Algérie depuis l’occupation française ou nés de parents établis en Algérie avant 1830. Elle ne s’applique, en outre, qu’aux Israélites nés dans l’espace français de 1870. Les Israélites du Mzab ne profitent pas du décret Crémieux, puisque les territoires de Sud n’étaient pas encore français à cette date.

6 Le recensement de 1886 donne le chiffre de 216 468 étrangers européens pour 302 908 Français, israélites compris, mais le dénombrement intègre l’armée composée d’une majorité de Français. Au recensement de 1891 (sans l’armée) il y a 267 672 Français et 215 793 étrangers.

7 La loi du 10 août 1927 permit aux femmes, qui le souhaitaient, de conserver leur nationalité d’origine.

8 Le recensement effectué en 1841 a été étudié dans le premier chapitre.

9 Les données fournies par les annuaires du GGA, ANOM.

10 Pour la seule année 1866, pour 77 Françaises qui perdirent leur nationalité en épousant un étranger européen, 198 étrangères devinrent Françaises.

11 L’annuaire de 1876 chiffre à 39 000 l’effectif des seuls régiments français.

Table des illustrations

Titre Répartition régionale de la population européenne par sexe de 1843 à 1948
Légende Répartition des femmes en %
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7066/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Répartition des hommes en %
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7066/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Évolution numérique par sexe des communautés française et étrangère
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7066/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Nombre de femmes pour 1 000 hommes suivant les communautés
Légende *En 1876, 1886 et 1896 le recensement a comptabilisé les militaires avec les civils d’où un gonflement de la population masculine mais certains militaires ne résidaient pas vraiment en Algérie.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7066/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Composition en % de la communauté féminine étrangère
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7066/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Nombre de femmes étrangères pour 1 000 hommes selon la nationalité
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7066/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 67k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540