Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des Européennes rapidement nombreuses

Progression numérique des Européennes

Texte intégral

Caractères des sources démographiques

Des sources abondantes

  • 1 Les résultats des divers recensements démographiques effectués par les autorités militaires et civi (...)

1Les données quantitatives démographiques ne manquent pas aux Archives nationales d’outre-mer car l’administration française était soucieuse de suivre les variations de population1.

  • 2 Pour les populations indigènes, le premier dénombrement officiellement publié date de 1856.

2Le premier dénombrement de l’effectif, de la composition et de l’évolution de la population européenne a été réalisé au cours de l’année 18312. Puis, de 1833 à 1857, des bilans annuels sont régulièrement effectués.

  • 3 En Métropole, le premier recensement a lieu en 1822.

3À partir de 1836, l’administration procède, en outre, comme en Métropole3, à des recensements quinquennaux, qui ne concernent d’abord que les Européens, et sont étendus aux indigènes à partir de l’année 1857. Le dénombrement de ces deux catégories de population fait toujours l’objet d’une présentation bien distincte.

  • 4 Insurrection de la Kabylie à l’appel des frères Moqrani.

4Les recensements sont régulièrement effectués, à quelques exceptions près : le recensement de 1871 a été reporté en 1872, par suite de l’insurrection d’El Moqrani4, et les dénombrements de 1916 et de 1941 ont été supprimés, comme en Métropole, du fait des guerres mondiales.

Des sources nécessitant une lecture attentive

  • 5 V. Demontès en fait la remarque, dès 1906 dans Le peuple algérien, essai de démographie algérienne (...)

5L’exploitation de ces données commande la prudence en raison du caractère contestable de certains chiffres, relevé d’ailleurs par de nombreux auteurs5 mais aussi du fait de la variabilité des conditions et méthodes de recensement :

    • 6 Pensionnaires des maisons d’arrêt et des bagnes, des maisons de correction, des asiles et des hospi (...)

    modifications du système de dénombrement appliquées à certaines catégories de population. Ainsi, jusqu’en 1872, les militaires et la population dite en bloc6 sont comptabilisés globalement et à part du reste de la population. Par la suite, à l’exception des années 1891 et 1948, ces populations sont incluses dans l’ensemble de la population exploitée ;

    • 7 ANOM Algérie, annuaire statistique de 1948.

    exécution plus ou moins réglementaire des dénombrements. Les textes, valables en Métropole, exigeant le respect de quelques grands principes, tels que recensement à jour fixe et utilisation d’imprimés modèles identiques pour l’ensemble du territoire, ne sont applicables à l’Algérie qu’à partir de 1886. Mais selon l’administration7, jusqu’en 1906, date à laquelle les méthodes de recensement sont rationalisées et le dépouillement centralisé, les préfets et les maires décidaient souvent des méthodes à appliquer et des renseignements importants à fournir.

6D’autres variables doivent être également prises en compte :

    • 8 La Grande Kabylie est conquise de 1856 à 1861, le Mzab et Ouargla en 1882, les autres oasis saharie (...)

    Le territoire auquel s’appliquent les données démographiques diffère et s’étend selon les grandes étapes de la conquête8.

  • En octobre 1870, le décret Crémieux donne la nationalité française aux juifs d’Algérie, ce qui fait qu’à partir du recensement de 1872 la population européenne intègre les israélites et se trouve augmentée brutalement d’environ 35 000 personnes.

Problèmes particuliers du recensement démographique par sexe

7Les annuaires statistiques fournissent des relevés réguliers du dénombrement de la population en fonction du sexe qui permettent d’étudier les rapports d’évolution des hommes et des femmes. Mais, d’une année à l’autre, les critères de recensement varient. Si bien que l’étude par sexe de la population commande une vigilance particulière.

  • Le fait que l’armée ne soit pas toujours décomptée à part du reste de la population européenne a un impact certain sur le rapport des sexes. L’intégration des militaires, lors de certains recensements, dans le dénombrement de la population civile a pour effet de gonfler artificiellement le chiffre de la population masculine. Or la plupart des militaires n’étaient qu’en garnison en Algérie.

  • Jusqu’en 1857, les enfants sont globalement comptabilisés à part, le dénombrement par sexe ne prend donc en compte que la population adulte.

  • En 1852, apparaît un autre mode de dénombrement, ébauche d’un état civil, qui distingue quatre groupes : les hommes, les garçons, les femmes et les filles (enfants et célibataires étant regroupés selon leur sexe sous l’appellation de garçons ou de filles, quel que soit leur âge).

  • En 1852 et 1856, parallèlement aux types de dénombrement cités ci-dessus, la répartition en fonction simplement du sexe, quels que soient l’âge et l’état civil des intéressés, commence à être fournie.

  • Mais ce n’est qu’à partir du recensement de 1866 que le type de dénombrement uniquement par sexe s’impose et que les autres types de quantification disparaissent.

8Il est donc impossible, en raison des changements de modes de dénombrement, de mener une étude comparative continue de l’évolution des populations masculine et féminine pour toute la période de l’histoire de l’Algérie française.

Une année charnière : 1856

9Lors du recensement de 1856, le dénombrement des sexes est effectué de deux façons : d’une part selon la méthode traditionnelle en usage jusqu’à cette date, qui consistait à comptabiliser globalement à part les enfants et d’autre part en fournissant un dénombrement par sexe de toute la population européenne, enfants compris, mode de dénombrement qui s’impose par la suite.

10Ce double dénombrement permet de mettre en évidence des différences notables de rapport numérique selon le mode de recensement. Pour la même année 1856, dans le premier cas, le nombre de femmes pour 1 000 hommes est de 782, dans le deuxième cas le rapport s’établit à 821 personnes du sexe féminin pour 1 000 personnes du sexe masculin. Les deux sexes étant à peu près également répartis dans une population enfantine, ce qui n’était pas le cas de la population adulte d’immigrés, le déséquilibre numérique des sexes est, de ce fait, atténué.

11L’étude démographique a donc été scindée en deux périodes, de 1830 à 1856 d’une part, et de 1856 à 1954 d’autre part.

Croissance démographique des Européennes de 1833 à 1948

  • 9 ANOM, annuaires statistiques de l’Algérie (AOM 10001 et 1001) et série F 80 701 à 709.

12Pour mieux appréhender l’évolution de la population féminine et le rapport numérique des sexes, c’est sous forme graphiques que les données statistiques des recensements démographiques9 ont été fournies.

De 1833 à 1856

Évolution numérique de la population européenne civile de 1833 à 1856

Évolution numérique de la population européenne civile de 1833 à 1856

13Les tracés des courbes de croissance des hommes et des femmes sont quasiment parallèles et caractérisés par trois grandes phases :

  • une phase de croissance lente de 1833 à 1840 correspondant à la période d’incertitude et d’occupation restreinte ;

    • 10 À l’appel des confréries, la guerre reprend dans les régions « pacifiées ». Une série d’insurrectio (...)
    • 11 Cette crise, due à une spéculation exagérée sur les terrains et les constructions des villes, a pou (...)

    une phase de très forte croissance de 1841 à 1846 due à de forts courants migratoires encouragés par la décision de la conquête totale de l’Algérie, de la colonisation assistée, et l’ouverture de grands chantiers urbains. De 1841 à 1846, 61 635 immigrants débarquent en Algérie. Cette envolée est interrompue en 1846 par la reprise de la guerre10 et la crise financière de 184711 ;

  • une phase de croissance modérée, entre 1846 et 1856, par suite, peut-être, de la découverte en 1849 des gisements aurifères de Californie, qui détourne au profit des États-Unis un certain nombre d’émigrants européens, et aussi de trois années de sécheresse et de vols dévastateurs de sauterelles qui eurent pour effet de décourager certains colons.

14Deux traits caractérisent toutefois l’évolution numérique des femmes par rapport à celle des hommes durant cette période :

  • en valeur absolue de la population civile les femmes sont constamment moins nombreuses que les hommes ;

  • la croissance numérique des femmes est globalement plus forte que celle des hommes. Le nombre de femmes pour 1 000 hommes augmente rapidement. En 1833 on a 336 femmes pour 1 000 hommes alors qu’en 1856 les femmes sont au nombre de 782 pour 1 000 hommes ; on a donc plus qu’un doublement du rapport initial. La population masculine a été multipliée par 12, la population féminine par 28.

Nombre de femmes européennes pour 1 000 hommes de 1833 à 1856

Nombre de femmes européennes pour 1 000 hommes de 1833 à 1856

*« L’inflation féminine » de l’année 1840 est peu crédible. Du fait de la situation militaire très préoccupante, le recensement de 1840 n’a pu se terminer qu’au 1er trimestre 1841. Il est possible que des femmes venues se réfugier des communes de l’intérieur vers les grandes villes de la côte par sécurité aient été comptabilisées deux fois. Aucune explication n’est donnée par les démographes de l’époque ni par l’administration.

15En calculant le taux de progression moyen annuel d’une part des hommes et d’autre part des femmes durant les 23 années qui séparent 1833 de 1856, on trouve pour les hommes le chiffre de 11,38 %, alors que pour les femmes cette progression est de 15,54 %.

16On a donc un écart de progression moyen annuel de 4,16 % pour toute la période au profit des femmes.

De 1856 à 1948

  • 12 Le recensement de 1871 a été reporté en 1872 par suite de l’insurrection kabyle de Moqrani et de ce (...)
  • 13 Pas de recensement par sexe en 1861, 1881, 1901, 1906, 1921 et 1926.

17Durant cette période le suivi de la population féminine devient difficile du fait d’un dénombrement par sexe plus rare et plus complexe. Les recensements sont dans l’ensemble régulièrement effectués12 tous les 5 ans mais pas toujours par sexe13.

Progression par sexe de la population européenne de 1852 à 1954

Progression par sexe de la population européenne de 1852 à 1954
  • 14 L’effectif de l’armée au 31 décembre 1876 était de 50 598, et 41 405 si on soustrait les troupes de (...)

18L’intégration des populations dites en bloc et de l’armée à partir du recensement de 1876, les années 1891 et 1948 exceptées, gonfle artificiellement le nombre d’hommes, ainsi que le montre la courbe d’évolution de la population masculine. La forte progression de la population masculine entre le recensement de 1872 et celui de 1876 est due au dénombrement en 1876 des militaires et de la population en bloc avec les civils14. Inversement, la courbe de la population masculine accuse une déclivité certaine en 1891 et en 1948 par suite d’un dénombrement par sexe n’englobant pas les militaires.

19L’intégration des juifs à la population européenne à partir du recensement de 1872 ne perturbe pas le rapport des sexes ; les deux sexes devaient être sensiblement équilibrés dans cette population d’autochtones et les juifs n’étaient guère nombreux (34 574 selon les démographes).

20Le trait dominant de la période est une lente évolution de la population européenne vers un équilibre numérique des sexes.

Nombre de femmes pour 1 000 hommes de 1852 à 1954

Nombre de femmes pour 1 000 hommes de 1852 à 1954

21Entre 1856 et 1948, deux années dont les recensements ne comptabilisaient pas l’armée ni la population en bloc avec la population civile, la population européenne connaît une très forte croissance puisqu’elle a été multipliée par presque six. Mais le taux de croissance des femmes reste supérieur à celui des hommes.

22De 1856 à 1948 la population féminine a été multipliée par 6,75 alors que la population masculine était multipliée seulement par 5,10.

23Le taux moyen annuel de croissance des deux sexes s’établit, en effet, ainsi : Pour les hommes, il est de 1,80 % alors qu’il est de 2,1 % pour les femmes.

24Ce taux de croissance constamment supérieur des femmes a pour résultat une égalité numérique hommes-femmes autour de 1900.

25Il est difficile de préciser à quelle date les femmes sont devenues aussi nombreuses que les hommes. Officiellement, si on se réfère aux chiffres officiels des recensements, cet équilibre numérique entre les sexes se serait produit entre les deux guerres. En effet, le premier recensement qui indique un dépassement de la population masculine par la population féminine est celui de 1936 avec un rapport de 1 031 femmes pour 1 000 hommes. Le dénombrement précédent par sexe, en 1911, note une parité presque établie puisqu’il donne 999 femmes pour 1 000 hommes.

26Mais comme les militaires avaient été comptabilisés avec la population masculine civile lors de ce recensement, on peut supposer que l’équilibre numérique des hommes et des femmes était déjà atteint antérieurement.

  • 15 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit.

27Victor Demontès, quant à lui, pense, sans le démontrer, que « dès 1901, l’équilibre numérique entre les sexes a été réalisé suivant toute vraisemblance […] bien que le dénombrement ne permette pas de constater ce fait »15.

  • 16 Même si la population comptée en bloc n’était pas constituée que de militaires et que ces derniers (...)

28L’opinion de Victor Demontès paraît fondée. En effet, le recensement de 1896 comptabilise seulement 39 000 hommes de plus que de femmes. Or en 1896, les militaires d’origine européenne sont dénombrés avec la population civile et cette même année la population comptée en bloc, armée comprise est chiffrée à 69 84316.

  • 17 ANOM, année 1931, population comptée à part de 83 553 personnes dont 39 204 européens.

29Toujours est-il qu’en 1911, le sexe féminin est suffisamment représenté pour que les femmes soient quasiment à égalité, malgré l’intégration de l’armée à la population masculine civile lors de ce recensement. Et en 1931, en soustrayant les 39 204 militaires européens17 de la population masculine civile, on a, sans doute, déjà, une population féminine supérieure à la population masculine. On aboutit, alors, à un rapport de 1 084 femmes pour 1 000 hommes et non de 992, chiffre donné par l’administration du recensement.

30En l’espace de moins d’un siècle on a donc une inversion du rapport numérique des sexes.

Facteurs de cette évolution démographique

Incidences des mouvements naturel et migratoire

  • 18 ANOM AOM 1001, annuaire statistique du GGA, année 1954, tableau de l’évolution de la population non (...)

31L’administration chargée du recensement a cherché à déterminer en 1954 la part des apports nets de l’immigration et du mouvement naturel dans l’accroissement de la population européenne depuis 183318.

32Pour la période allant de 1833 à 1856 l’immigration est seule responsable de l’augmentation de la population mais on ignore comment se répartissent les sexes dans le solde migratoire positif comme dans le solde naturel négatif. Il n’y a, à priori, aucune raison de croire que cette répartition était équilibrée. La croissance de chaque sexe est le résultat du rapport entre ces deux mouvements. Si le solde naturel, bien que négatif pour les deux sexes, l’est moins pour un des sexes, ce sexe connaît de ce fait une croissance naturelle supérieure.

33À partir de 1861 le mouvement naturel devient positif et le reste constamment à l’exception des recensements de 1872 et 1921 en raison des guerres de 1870 et 1914.

34Mais la part de l’immigration reste prépondérante jusqu’au début du XXe siècle. Après 1901, l’immigration se ralentit et le courant s’inverse, d’autant qu’au début du Premier conflit mondial, beaucoup d’étrangers rentrent dans leurs pays. De 1921 à 1939, la population européenne ne reçoit pas d’apports extérieurs importants sauf après la crise économique des années trente. L’évolution de la population est donc surtout conditionnée par le mouvement naturel ; l’excédent des naissances sur les décès reste en valeur absolue et relative très élevé.

Une migration féminine moindre mais plus souvent définitive

35Les annuaires ne fournissent pas de décompte par sexe des flux migratoires. Aussi ne peut-on donner que des informations ponctuelles et limitées sur l’importance de l’immigration féminine.

  • 19 En 1849, l’État prit en charge le transport par convois d’émigrés surtout formés d’ouvriers parisie (...)

36L’étude de la composition des convois de 1849 et de 1871 permet de fournir quelques renseignements sur le rapport des sexes existant dans le cadre de l’immigration assistée19.

  • 20 Le décompte par sexe n’est pas donné pour tous les convois de 1849.

Composition par sexe de quelques convois de 184920

Composition par sexe de quelques convois de 184920

Document réalisé à partir des renseignements fournis par le carton F 80 1320 des ANOM. Seuls les adultes des deux sexes ont été pris en compte

37Nous constatons que 57 % des adultes transportés dans ces convois sont des hommes pour 43 % de femmes.

38Les relevés par sexe des départs de Métropole fournis par les services français du contrôle de l’émigration du ministère de l’Intérieur confirment le fait de la moindre émigration des femmes quelle que soit la destination.

Émigration française de 1859 à 1862 (comprise)

Émigration française de 1859 à 1862 (comprise)
  • 21 AD des BdR, série M, 4 M 2146, contrôle de l’émigration.

Document réalisé à partir des relevés d’émigration vers les différentes parties du Monde effectués par les services français du contrôle de l’émigration du ministère de l’Intérieur entre 1859 et 186221

39Les hommes représentent 67 % des migrants. Mais pour l’Algérie, ce déséquilibre au profit de l’élément masculin est légèrement moindre puisque on a 57 % d’hommes et 43 % de femmes, le même rapport que dans les convois de 1849. Les femmes étaient moins réticentes à partir pour l’Algérie que pour une autre destination, (33,13 % des émigrantes se dirigent vers l’Algérie contre 21,63 % des émigrants). La proximité du territoire et son caractère français, expliquent peut-être ce comportement. Et elles hésitent moins à y partir accompagnées d’enfants ; l’Algérie absorbe à elle seule 42 % des enfants qui émigrent.

  • 22 ANOM, annuaire statistique de l’Algérie, année 1872.

40Le recensement de 187622 confirme indirectement la propension plus grande des hommes à émigrer. Ce recensement distingue parmi les Français « d’origine » ceux nés en Algérie, et ceux nés en dehors. Il fournit le chiffre de 87 545 « Français d’origine » nés en dehors de l’Algérie pour 42 715 Françaises. Certes l’effectif masculin se trouve grossi par un grand nombre de militaires puisque l’armée n’est pas décomptée à part en 1876. Mais, sans tenir compte des troupes de régiments indigènes et étrangers, l’effectif de l’armée était selon ce même recensement de 39 003 hommes. Le solde d’immigrés masculins civils dépasse encore de presque 6 000 individus le nombre d’immigrées féminines. Encore ne s’agit-il que des Français.

41Si les femmes émigrent toujours en moins grand nombre, l’émigration féminine est plus souvent définitive. Le graphique représentatif de la progression de chaque sexe en pourcentage d’une année à l’autre peut nous aider à comprendre les rythmes de migration en fonction des sexes entre 1833 et 1856.

42Les informations fournies ne sont que relatives. Il ne s’agit pas d’interpréter les fluctuations des courbes comme des indicateurs de diminution ou d’augmentation de la population d’une année à l’autre ; la baisse d’une courbe indique seulement une diminution du taux de progression représenté. Toutefois, quand le taux d’évolution devient négatif, on a affaire à une diminution de la population en valeur absolue. Il faut également se souvenir que les pourcentages d’augmentation sont relatifs à chaque sexe. De ce fait, il ne saurait être question de comparer entre elles l’amplitude des deux courbes. Seuls le mouvement général et les fluctuations de chaque courbe peuvent être pris en compte.

43Mouvement naturel et solde migratoire sont conjointement responsables de ces fluctuations d’une année à l’autre, mais le mouvement naturel de chaque sexe ne devant guère varier, les fluctuations trouvent surtout leur explication dans les flux migratoires.

44Le taux de progression d’une année à l’autre des hommes comme des femmes est extrêmement fluctuant surtout durant les premières années. Les fluctuations en pourcentage étant relatives à l’importance de la population présente, la diminution des taux d’évolution à mesure que l’on avance dans le temps et que la population augmente est un phénomène normal. De même, les femmes étant moins nombreuses que les hommes, il est logique que le même nombre de départs ou d’arrivées ait un impact plus grand sur leur taux de croissance. Hommes comme femmes connaissent une évolution négative à deux reprises en 1849 et 1852 mais, à chaque fois, et particulièrement en 1852, le solde négatif est plus marqué pour les hommes.

45Durant les premières années, il n’y a guère de cohérence entre les fluctuations des deux courbes, c’est l’époque de l’incertitude et de l’anarchie favorisant des courants migratoires complexes, sans compter le manque de fiabilité du dénombrement de 1840. Lors du début de la colonisation assistée qui s’accompagne de l’ouverture de grands chantiers de construction, un certain nombre d’hommes ont pu partir seuls, faisant venir leurs femmes les années suivantes d’où ce décalage dans les mouvements des courbes.

46À partir de 1844, les mouvements des deux courbes sont assez semblables. Toutefois, si épidémies, insurrections et difficultés économiques ont un impact négatif sur la progression des femmes comme des hommes, l’impact est plus marqué à chaque fois pour les hommes. Les vicissitudes matérielles, telles que les trois années catastrophiques pour l’agriculture entre 1848 et 1851 par suite de la sécheresse et de vols dévastateurs de sauterelles, semblent être à l’origine d’un départ massif d’hommes. La population masculine paraît plus mobile. Elle comprend davantage de célibataires et les saisonniers, mariés ou non, sont toujours plus nombreux parmi les hommes.

État civil de la population européenne par sexe en 1856

État civil de la population européenne par sexe en 1856

Renseignements relevés dans la série F 80 709, ANOM

47Les femmes, particulièrement quand elles sont mères, hésitent davantage à se déplacer. Or la progression des enfants est impressionnante, la courbe représentant leur évolution est régulièrement ascendante et dépasse celle des hommes et des femmes à partir de 1854.

  • 23 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

48Il semble que les femmes qui partaient en Algérie étaient relativement plus nombreuses en pourcentage à y rester que les hommes. Les docteurs Foley et Martin notent d’ailleurs le caractère de stabilité de la population féminine « qui exprime la famille et ne saurait comporter les besoins de changements de l’industrie et des cultures, principales occupations de l’autre sexe »23.

  • 24 V. Demontès, Le peuple Algérien, essai de démographie algérienne, Alger, GGA, 1906.

49Ce comportement différent des hommes et des femmes perdure au cours du XIXe siècle puisque Victor Demontès note dans son commentaire des recensements de 1886 et 189624 :

Durant ces dix dernières années, on constate à la fois une diminution des hommes dans presque toutes les colonies étrangères et une augmentation du nombre des femmes. Bien des ouvriers célibataires quittent l’Algérie une fois les grands chantiers finis ; ceux qui y restent y attirent des femmes de leur nationalité.

50La moindre participation des femmes dans les flux migratoires d’arrivée mais aussi de départ d’Algérie est donc bien une constante.

Un taux plus faible de mortalité féminine

Estimation des taux de mortalité

  • 25 Annuaire statistique (1852-1854). En 1850-1851, les agents du recensement donnent un rapport de 1 d (...)

51L’administration du recensement ne fournit pas de taux de mortalité par sexe. Tout au plus, peut-on parfois trouver le rapport de mortalité homme/femme25. L’intérêt de ces rapports de mortalité est limité dans la mesure où la population adulte masculine est supérieure d’un bon quart à la population adulte féminine et que l’administration n’en tient pas compte dans ses calculs.

52Le nombre de décès par sexe est cependant fourni pour les années 1847, et 1852 à 1854. Mais calculer les taux de mortalité en rapprochant ces chiffres de ceux de la population recensée ces mêmes années n’est pas pour autant aisé car, jusqu’en 1856, le recensement par sexe de la population ne concerne que les adultes, les enfants étant comptabilisés en bloc à part. Il est, toutefois possible de faire une estimation des taux de mortalité par sexe.

  • 26 Ces estimations paraissent proches de la réalité puisque pour les années 1851 et 1852, l’administra (...)

53Les deux sexes étant à peu près également représentés dans une population enfantine, en distribuant les enfants par moitié entre les deux sexes en fonction des chiffres de recensement fournis pour les années de référence on peut estimer leur taux respectif de mortalité26.

Taux de mortalité pour 1 000 selon le sexe

Taux de mortalité pour 1 000 selon le sexe

54La surmortalité masculine est particulièrement impressionnante lors de l’épidémie de choléra de 1851-1852. Mais même en l’absence d’épidémie, le taux masculin de mortalité est supérieur de 10 points pour 1 000 à celui des femmes.

  • 27 L’administration française attribue cette moindre mortalité des Espagnols à une meilleure adaptatio (...)

55Le docteur Ricoux note que « chez tous les peuples, le sexe masculin est plus éprouvé […] La proportion est moins élevée chez les Espagnols qui se trouvent même au même niveau que les Israélites moins exposés.27 »

56Les annuaires statistiques fournissent le nombre de décès par sexe, militaires non compris, pour les années 1873 à 1896. Mais le calcul des taux de mortalité n’est pas pour autant évident, car, durant cette période, le dénombrement des Européens intégrait l’armée et la population dite en bloc, sauf pour l’année 1891.

  • 28 41 405 pour les militaires, régiments indigènes exclus, et 8 890 personnes en majorité de sexe masc (...)

57Les taux de mortalité approximatifs ont pu être calculés pour deux années 1876 et 1891. Pour 1891, il suffisait d’établir le rapport entre la population dénombrée et le nombre de décès par sexe. Le choix de l’année 1876 a été déterminé par le fait que les services du recensement ont fourni, pour cette année là, le nombre de militaires et de la population dite en bloc28 ce qui permettait de faire une estimation de la population masculine civile et d’établir ensuite le rapport de mortalité entre les deux sexes.

Dénombrement de la population et des décès européens en 1876 et 1891

1876

1891

Population masculine

170 132*

283 732

Population féminine

157 146

250 968

Décès masculins

5 704

7 523

Décès féminins

3 869

6 351

Taux de mortalité masculin %

33,52

32,57

Taux de mortalité féminin %

24,62

25,30

*estimation

58Le taux de mortalité masculine pour 1 000 dépasse de 9 points en 1876 et de 7 points en 1891 celui de la population féminine. La surmortalité masculine tend à diminuer par rapport aux années 1850 mais elle continue à exister.

  • 29 A. Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je », 1971.

59Dans le dernier tiers du XIXe siècle en France métropolitaine, le taux de mortalité moyen des deux sexes était de 22,329. La mortalité féminine, bien que plus faible que celle des hommes est en Algérie plus forte que celle de la moyenne des deux sexes en Métropole.

Facteurs de la moindre mortalité féminine

  • 30 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

60Les docteurs Foley et Martin30 remarquent la rapide adaptation des femmes au climat :

Les Européennes sont souvent frappées pendant la première année de leur séjour en Afrique par des perturbations de leurs règles soit plus fréquentes soit plus abondantes […] À part ces dérangements, les femmes paraissent généralement s’habituer mieux et plus vite au climat d’Afrique. [Mais ils ajoutent] qu’elles s’exposent moins que les hommes, par leur genre de vie, aux diverses maladies.

  • 31 Dr R. Ricoux, La population européenne en Algérie pendant l’année 1884. Étude statistique, Paris, M (...)

61Le docteur Ricoux met également en accusation la vie menée par les hommes : « Le sexe masculin est plus éprouvé et il faut attribuer ce fait aux occupations des hommes plus exposés par les travaux et surtout par la culture de la terre »31.

62L’alcool a été sûrement aussi responsable de beaucoup de décès masculins, particulièrement chez les Français. Les premiers récits concernant l’Algérie font tous allusion au grand nombre de débits de boisson et à leur importante fréquentation. Par ailleurs, assoiffés par la chaleur, quand ils travaillaient dans les champs, beaucoup d’hommes se désaltéraient, faute d’eau potable, en buvant de l’absinthe pour se protéger de la malaria. Les femmes, étant par leur mode de vie moins exposées, résistaient mieux aux épidémies.

63Quoiqu’il en soit, la pérennité au fil des années de la surmortalité masculine a été un élément déterminant du taux de croissance plus rapide de la population féminine.

Notes

1 Les résultats des divers recensements démographiques effectués par les autorités militaires et civiles sont fournis par :
- les annuaires statistiques de l’Algérie édités d’abord par les Ministères de la guerre et de l’Algérie de 1838 à 1866, puis par le gouvernement général de l’Algérie ;
- les cartons 1 33 de la série E du GGA et surtout, 701 à 710 ainsi que 1751 de la série F 80 des Fonds ministériels ;
- les études comparatives des recensements dirigées par le gouvernement général de l’Algérie à partir de 1926.

2 Pour les populations indigènes, le premier dénombrement officiellement publié date de 1856.

3 En Métropole, le premier recensement a lieu en 1822.

4 Insurrection de la Kabylie à l’appel des frères Moqrani.

5 V. Demontès en fait la remarque, dès 1906 dans Le peuple algérien, essai de démographie algérienne et G. Crespo et J.-J. Jordi commencent leur ouvrage sur Les Espagnols dans l’Algérois par une mise en garde relative à la fiabilité des chiffres proposés.

6 Pensionnaires des maisons d’arrêt et des bagnes, des maisons de correction, des asiles et des hospices, ainsi que les membres des communautés religieuses, les élèves des séminaires et les pensionnaires des établissements secondaires.

7 ANOM Algérie, annuaire statistique de 1948.

8 La Grande Kabylie est conquise de 1856 à 1861, le Mzab et Ouargla en 1882, les autres oasis sahariennes entre 1890 et 1900 et la pacification du Hoggar s’étale de 1902 à 1914, si bien que pratiquement le recensement 1906 est le premier à concerner toute la superficie de l’Algérie.

9 ANOM, annuaires statistiques de l’Algérie (AOM 10001 et 1001) et série F 80 701 à 709.

10 À l’appel des confréries, la guerre reprend dans les régions « pacifiées ». Une série d’insurrections gagna les Hautes plaines et l’Atlas derrière Bou Ma’za et Abd El-Kader qui se rendirent en 1847.

11 Cette crise, due à une spéculation exagérée sur les terrains et les constructions des villes, a pour effet de ruiner les spéculateurs, d’interrompre des travaux et d’entraîner le départ d’un certain nombre d’ouvriers.

12 Le recensement de 1871 a été reporté en 1872 par suite de l’insurrection kabyle de Moqrani et de ceux de 1916 et 1941 ne furent pas effectués du fait des guerres.

13 Pas de recensement par sexe en 1861, 1881, 1901, 1906, 1921 et 1926.

14 L’effectif de l’armée au 31 décembre 1876 était de 50 598, et 41 405 si on soustrait les troupes des régiments indigènes. Et la population en bloc au nombre d’environ 8 000 personnes était constituée, comme l’armée, d’une majorité d’hommes.

15 V. Demontès, L’Algérie économique. Les populations…, op. cit.

16 Même si la population comptée en bloc n’était pas constituée que de militaires et que ces derniers n’étaient pas tous européens, on peut considérer que l’équilibre des sexes était atteint, ou presque atteint, à la fin du XIXe siècle.

17 ANOM, année 1931, population comptée à part de 83 553 personnes dont 39 204 européens.

18 ANOM AOM 1001, annuaire statistique du GGA, année 1954, tableau de l’évolution de la population non musulmane de 1833 à 1954.

19 En 1849, l’État prit en charge le transport par convois d’émigrés surtout formés d’ouvriers parisiens. En 1871, il s’agit d’Alsaciens Lorrains voulant rester Français.

20 Le décompte par sexe n’est pas donné pour tous les convois de 1849.

21 AD des BdR, série M, 4 M 2146, contrôle de l’émigration.

22 ANOM, annuaire statistique de l’Algérie, année 1872.

23 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

24 V. Demontès, Le peuple Algérien, essai de démographie algérienne, Alger, GGA, 1906.

25 Annuaire statistique (1852-1854). En 1850-1851, les agents du recensement donnent un rapport de 1 décès féminin pour 1,73 masculin et, en 1853 : 1 décès féminin pour 1,68 masculin.

26 Ces estimations paraissent proches de la réalité puisque pour les années 1851 et 1852, l’administration fournit des pourcentages de décès des Français et des étrangers sans distinction de sexe très élevés : 6,45 % pour les Français et 3,93 % pour les étrangers en 1851, 5,56 % pour les Français et 4,03 % pour les étrangers en 1852.

27 L’administration française attribue cette moindre mortalité des Espagnols à une meilleure adaptation au climat et à une plus grande sobriété, voir Les Espagnols dans l’Algérois de G. Crespo et J.-J. Jordi, op. cit., p. 42 et p. 86. Mais l’équilibre ethnique était presque atteint chez les Espagnols, ce qui peut aussi expliquer la moindre différence de mortalité.

28 41 405 pour les militaires, régiments indigènes exclus, et 8 890 personnes en majorité de sexe masculin pour la population en bloc. Annuaire Statistique de l’Algérie, année 1876.

29 A. Armengaud, La population française au XIXe siècle, Paris, PUF, coll. « Que sais-je », 1971.

30 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne…, op. cit.

31 Dr R. Ricoux, La population européenne en Algérie pendant l’année 1884. Étude statistique, Paris, Masson, 1885.

Table des illustrations

Titre Évolution numérique de la population européenne civile de 1833 à 1856
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Nombre de femmes européennes pour 1 000 hommes de 1833 à 1856
Légende *« L’inflation féminine » de l’année 1840 est peu crédible. Du fait de la situation militaire très préoccupante, le recensement de 1840 n’a pu se terminer qu’au 1er trimestre 1841. Il est possible que des femmes venues se réfugier des communes de l’intérieur vers les grandes villes de la côte par sécurité aient été comptabilisées deux fois. Aucune explication n’est donnée par les démographes de l’époque ni par l’administration.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Progression par sexe de la population européenne de 1852 à 1954
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Nombre de femmes pour 1 000 hommes de 1852 à 1954
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Composition par sexe de quelques convois de 184920
Légende Document réalisé à partir des renseignements fournis par le carton F 80 1320 des ANOM. Seuls les adultes des deux sexes ont été pris en compte
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Émigration française de 1859 à 1862 (comprise)
Légende Document réalisé à partir des relevés d’émigration vers les différentes parties du Monde effectués par les services français du contrôle de l’émigration du ministère de l’Intérieur entre 1859 et 186221
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre État civil de la population européenne par sexe en 1856
Légende Renseignements relevés dans la série F 80 709, ANOM
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Taux de mortalité pour 1 000 selon le sexe
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7065/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 31k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540