Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des Européennes rapidement nombreuses

Motifs d’immigration des Européennes

Texte intégral

Difficultés particulières de cette étude

Manque flagrant de sources traditionnelles

1Il n’est pas facile de connaître les motifs qui conduisirent des milliers de femmes de France, mais aussi d’Espagne, d’Italie ou de Malte, à faire un jour leur bagage ou leur baluchon et à prendre bateau ou balancelle pour rejoindre l’Algérie.

  • 1 Quelques familles ont conservé des archives familiales leur permettant de connaître les motifs d’é (...)

2La plupart des témoignages oraux ou écrits évoquent, au mieux, la région d’origine des migrants et, dans le cas des convois de 1849 ou de 1871, les causes historiques de ces départs ; les mémoires sont plus floues quand il s’agit de fournir les causes individuelles de départ1. En général, on suppose que la misère ou des difficultés économiques furent à l’origine de la décision d’émigration de l’aïeul, du bisaïeul ou du trisaïeul suivant les cas. Il est à remarquer que les récits concernent le plus souvent le départ d’un couple ou d’un ancêtre venu seul et qui se marie ensuite en Algérie ou avec une payse qu’il va rechercher. Que le plus lointain ancêtre venu en Algérie ait été une femme seule est exceptionnellement rapporté, sans doute en raison de la rareté de cette situation ou de la volonté d’occultation familiale d’un passé estimé douteux. Ces témoignages peuvent illustrer cette étude mais non lui servir de fondement. Leur intérêt est purement qualitatif.

  • 2 Seules les demandes de concessions se trouvent aux Archives.

3Les ANOM ne fournissent quelques renseignements que sur les émigrés transportés de France en Algérie par convois en 1849 et 1871. Aucune trace des autres migrants dans les dossiers d’archives2 à l’exception de quelques cas d’immigrés politiques. La Chambre de commerce et d’industrie de Marseille ne possède pas davantage les listes des passagers vers l’Algérie.

Le recours au travail des généalogistes pour les Françaises

4Les relevés des généalogistes constituent une source importante de renseignements pour l’immigration d’origine française. Les adhérents de l’association de généalogistes du GAMT ont effectué un travail colossal de relevés de noms de candidats au départ pour l’Afrique du Nord à partir des demandes de passages gratuits, de secours de route ou de passeports, conservées dans diverses archives départementales. Ces registres de relevés couvrent, à l’heure actuelle, presque tous les départements français et ont été, pour la plupart, déposés aux ANOM.

5La durée de la période couverte par les relevés et l’importance des informations fournies nous ont conduit à sélectionner comme fondements de cette étude les registres de la Drôme, du Gers, des Pyrénées-Orientales, de la Haute-Marne et de la Vienne. Pour ces cinq départements, ont été consultés les dossiers établis au nom d’une femme ou des dossiers familiaux dans lesquels des femmes sont inscrites.

Très peu de renseignements concernant les étrangères

  • 3 Avant que les lignes commerciales soient établies vers l’Algérie, Maltais, Espagnols ou Italiens d (...)
  • 4 ANOM, Fonds ministériels du gouvernement général d’Algérie, série F 80 716, Mortuaire des Espagnol (...)

6Il est beaucoup plus difficile d’obtenir des renseignements concernant les Européennes d’origine étrangère, surtout les plus nombreuses, celles des pays méditerranéens, car, pendant longtemps, les passages se faisaient par des moyens personnels et sans contrôle3. Les seules sources de renseignements trouvées sont les mortuaires des hôpitaux conservés aux ANOM pour les décennies 1840 et 18504. Ces mortuaires ne permettent de connaître l’état civil des migrants qu’au moment de leur décès et non de leur arrivée en Algérie. En outre, ils ne concernent que les tout premiers migrants venus lors du début de la période française.

7Les relevés des listes d’émigrants ainsi que les mortuaires nous permettent d’émettre, dans la plupart des cas, tout au plus des hypothèses concernant les facteurs d’immigration des Européennes. Selon qu’une femme est mariée, veuve ou célibataire, selon qu’elle est âgée ou jeune, qu’elle travaille ou non, ses motivations de départ sont vraisemblablement différentes.

L’immigration forcée des déportées

8Quelques femmes furent déportées pour motifs politiques en Algérie. Même si elles ne firent, pour la grande majorité d’entre elles, qu’un court séjour en Algérie et que leur nombre est infime par rapport à celui des autres migrantes, on se doit de les évoquer.

9Sur les trois déportations qui eurent lieu en Algérie, en répression des soulèvements de 1848, 1851 et du coup d’état d’Orsini en 1859, seule celle de 1851 concerna des femmes.

  • 5 M. Émerit, Pauline Roland et les déportées d’Afrique, Alger, Éditions de l’Empire, 1945.
  • 6 F. Rude, Bagnes d’Afrique : 3 déportés après le coup d’État du 2 décembre 1851, Lettres de Pauline (...)

10L’ouvrage essentiel pour connaître l’histoire de ces déportées est celui de Marcel Emerit5. Mais ont été aussi utilisées les lettres de Pauline Roland, la plus célèbre des prisonnières, réunies par François Rude6.

11Le coup d’État du 2 décembre 1851 fut suivi d’une tentative de résistance populaire à l’appel de députés républicains, à Paris, mais aussi en province dans une quinzaine de départements du centre, du Sud-Est et dans l’Hérault où les républicains étaient nombreux. La répression fut immédiate et sévère ; 26 800 personnes furent arrêtées dont un certain nombre de femmes, mais la plupart furent seulement mises en résidence surveillée. Les autorités cherchèrent à leur éviter la déportation en les incitant à demander leur grâce, pour empêcher, sans doute, de donner l’image peu flatteuse d’un régime qui commençait son règne en internant des femmes.

12Mais certaines refusèrent de faire cette demande, si bien que dix-huit femmes furent finalement déportées en Algérie et une à Cayenne. Huit venaient du midi de la France et dix de Paris. Comme les hommes, elles étaient divisées en deux catégories, l’une appelée Algérie avec le signe « + » correspondait à un emprisonnement dans un camp ou un fort, l’autre appelée Algérie avec le signe « - » permettait de choisir son lieu de résidence en Algérie.

13Sur les dix-huit femmes déportées en Algérie, quinze dont les dix parisiennes furent condamnées à une peine d’« Algérie + ». Les huit prisonnières du midi partirent les premières ; embarquées à Sète, trois furent dirigées vers Bône (les Algérie -) et les cinq autres, condamnées à l’internement, prirent la direction d’Alger où elles arrivèrent le 26 juin 1852. Les Parisiennes, embarquées au Havre le 23 juin 1852 les rejoignirent le 13 juillet. Comme il n’existait pas à cette époque de prison pour femmes en Algérie, elles furent enfermées au couvent du Bon Pasteur. La supérieure de ce couvent, consacré au relèvement moral de prostituées, accepta de recevoir ces prisonnières politiques moyennant une rétribution et la construction d’une salle. Une pièce fut, en effet, édifiée qui permettait juste d’abriter cinq grabats et une table.

  • 7 Il s’agit d’Hélène Gaussin en raison de son état de santé et Joséphine Bras qui avait laissé en Fr (...)

14Le sort de ces prisonnières s’est progressivement différencié selon l’appréciation de leur attitude par les religieuses. Celles-ci semblent avoir entrepris immédiatement, à l’égard de ces pensionnaires particulières, la même action de « relèvement » moral qu’à l’égard des anciennes prostituées qui leur étaient confiées : elles cherchèrent à les convertir au catholicisme et à obtenir d’elles des signes de repentance. Elles eurent quelques succès avec six d’entre elles qui acceptèrent de se confesser et de communier. Deux de ces prisonnières furent ainsi rapidement renvoyées en France à la demande des religieuses7. Mais la mère supérieure dut reconnaître que neuf déportées refusaient de manifester tout signe de repentance. Cinq d’entre elles quittèrent rapidement le couvent pour être éparpillées dans différentes villes d’Algérie, non par clémence mais pour séparer « l’ivraie du bon grain ».

  • 8 F. Rude, op. cit.

15Tel fut le cas de Pauline Roland, indomptable saint-simonienne, qui fut très vite jugée par la mère supérieure comme « une incurable révoltée contre Dieu et le catholicisme »8, pouvant avoir une mauvaise influence sur les autres femmes. Elle fut envoyée au bout d’un mois et demi à Sétif à la demande des religieuses. Elle resta dans cette ville jusqu’à la mi-octobre, libre sous réserve de se présenter chaque jour à la gendarmerie. Étant sans ressources, elle dut, pour survivre, devenir cuisinière et laveuse de vaisselle dans un hôtel. Bien que malade elle refusa de signer toute demande de grâce. Ce furent les pressions exercées auprès du gouvernement français par sa famille et ses amis qui lui valurent d’être finalement graciée sans condition. Elle croupissait alors dans la casbah de Bône, terrassée par les fièvres. Embarquée fin novembre pour Marseille, elle ne put atteindre Paris, et mourut, en cours de route, dans une maison de santé de Lyon, le 15 décembre 1852. Victor Hugo la fit passer à la postérité en lui consacrant un poème commençant par ces vers :

  • 9 Poème 11 du livre v des Châtiments.

Elle ne connaissait ni l’orgueil, ni la haine ;
Elle aimait ; elle était pauvre, simple et sereine9

  • 10 Il s’agit de Louise Allemand, déportée parisienne, originaire de Nîmes, qui, après avoir voyagé en (...)

16Une seule de ces déportées décida, après sa grâce, de revenir en Algérie10.

  • 11 F. Koerner, « Le Puy-de-Dôme a-t-il été allergique à la colonisation ? (1844-1877) », Revue de l’O (...)

17Les déportations furent aussi à l’origine de la venue en Algérie d’un certain nombre d’épouses de déportés condamnés à « l’Algérie - » qui décidèrent d’accompagner leurs maris dans leur exil. Elles furent en quelque sorte des « déportées volontaires ». Les noms de quatre d’entre elles sont cités dans un article sur les déportés de 1852 du Puy-de-Dôme11. Des passages gratuits leur furent accordés, les autorités étant, semble-t-il, trop contentes de se débarrasser de témoins gênants de la répression des émeutes de décembre 1851. Les listes départementales établies par le GAMT contiennent également des noms de femmes partant rejoindre leur époux interné politique. Il y eut au moins autant, si ce n’est plus, de femmes « déportées volontaires » que de femmes déportées d’office.

Le non-choix des épouses

La situation juridique des femmes mariées

  • 12 Article 214 du code civil de l’époque.

18Le choix du domicile familial dépendait légalement, à cette époque, de la seule décision du mari12. Ce dernier pouvait obliger sa femme à le suivre partout où il jugeait bon de résider. Et, même lorsqu’en 1938, la puissance maritale fut supprimée, l’époux conserva néanmoins le droit d’imposer le lieu de résidence. Si bien que le choix de partir ou de rester n’existait pas pour les femmes mariées.

Une migration plus ou moins imposée

19L’attitude des époux paraît différer selon les types de migration mais les quelques témoignages recueillis vont presque tous dans le sens de départs décidés par les hommes sans guère tenir compte, bien souvent, de l’opinion de leur femme.

  • 13 M. Rasteil, Le calvaire des colons de 1848, Paris, Eugène Foguière, 1930. Il s’agit du départ de l (...)

20Dans le cas des migrations organisées et particulièrement des départs en convois, les délais d’inscription étaient souvent courts. Un dossier devait être rempli par le chef de famille et il semble que fréquemment le mari prenait seul la décision du départ. La famille se trouvait ainsi engagée. Un quotidien bônois13 rapporte, en 1930, le récit du départ en 1848 des parents d’un jeune Parisien. Ce dernier qui n’avait que huit ans en 1848 se souvenait des larmes de sa mère. « C’est en vain, dit-il, que ma mère et mes sœurs tentent de détourner le père de son projet ; pendant des jours elles utilisèrent tour à tour larmes, prières, remontrances, la mère alla jusqu’à menacer de ne pas partir. » Finalement, le père annonçant que dans ce cas il partirait avec son fils, toute la famille s’embarqua.

21Les aïeules de deux Françaises d’Algérie connurent le même déchirement lors de leur départ en 1848 et la décision fut prise par leur mari avec la même brutalité.

  • 14 G. Quillery, Jusqu’à vingt ans… Souvenirs d’une fille de colon, Casablanca, 1930.

22L’une14 raconte qu’« Un matin le grand-père vint dire à sa femme de s’habiller convenablement ainsi que les enfants pour paraître devant la commission d’examen présidée par Lamartine, chargée de vérifier les papiers et d’examiner la santé des familles. Sa grand-mère, interdite, se récria et pleura inutilement ».

  • 15 M. Ferrières, Archives du Sud, un album de famille, 1844-1964, L’Isle-sur-la-Sorgue, Éditions Scri (...)

23L’autre histoire15 est presque identique. Le père se laisse séduire par les promesses d’une maison et d’une terre en Algérie. « La mère est beaucoup plus circonspecte et se méfie du gouvernement qui envoie en Algérie dans un pénitencier les hommes arrêtés sur les barricades ». Les filles prennent parti pour la mère. Mais le père inscrit néanmoins toute sa famille.

  • 16 Récit d’Anne-Marie Absalon transcrit à la fois dans le n° de juillet et d’août 1983 de Gé-Magazine (...)

24Toutefois, quand la misère était particulièrement grande, un consensus en faveur de l’émigration pouvait exister entre époux. Il en fut ainsi pour une femme qui fit partie avec son mari, sans travail, du dernier convoi de 184916. « Le curé du village fit passer une circulaire du gouvernement disant qu’on envoyait du peuple en Algérie à qui on donnait des terres. On demandait des volontaires. Nous nous sommes décidés aussitôt. »

25Dans le cas d’émigration non organisée, dite libre, la décision de partir était parfois l’aboutissement d’une longue réflexion. Souvent les hommes partaient d’abord seuls, en repérage, avant d’inviter au besoin leur famille à les suivre. Les femmes avaient, par là même, le temps de se préparer psychologiquement à leur éventuel départ. Certaines pouvaient peut-être parvenir à retarder leur exil.

  • 17 L. Ropa, Le chant de la noria, Albert Meissein, Paris, 1932. Il s’agit de la mère de l’auteur qui (...)

26Une Maltaise17 dit avoir hésité, « avant de quitter son île pour l’Afrique terre des fièvres. Ce n’est qu’après deux années de séparation entrecoupées par deux voyages de Lazaro, son mari, qu’elle accepta de le rejoindre. » Il est vrai qu’à chaque voyage il lui avait fait un enfant et ce qu’il lui envoyait pour vivre n’était peut-être plus suffisant.

  • 18 P.-F. Vellard, Mémoires de P.-F. Vellard en Algérie, 1854-1885, Nice, CEF, 1988.

27Certains hommes avaient conscience du sacrifice que représentait pour leur femme le fait de quitter leur famille et leur cadre de vie. « Je redoutais, écrit un colon18 quand il eut pris sa décision de profiter d’un héritage pour s’installer en Algérie en 1854, d’amener ma femme à consentir à me suivre en Algérie !… Pour elle, c’était l’inconnu, l’inconfort, l’insécurité et nous avions deux jeunes enfants ». Mais cet homme issu de la bourgeoisie prend, néanmoins, seul la décision du départ, et ne met pas un instant en doute l’acceptation finale de son épouse.

  • 19 En 1938, les femmes se voient accorder le droit, non seulement de se faire établir seule un passep (...)

28Dans certains cas, le mari faisait le choix d’émigrer en laissant sa famille au pays. La législation permettait aussi aux hommes d’empêcher leur femme de les accompagner ou de les rejoindre en Algérie. En effet, les femmes avaient besoin de l’autorisation écrite de leur époux pour obtenir des papiers d’identité. Or ces documents étaient requis pour aller en Algérie. En France, le code civil de 1804 est très explicite : selon l’article 213, la femme mariée est frappée d’incapacité juridique totale ; elle est placée sous la dépendance complète de son époux. Ce n’est qu’en 193819 qu’elle obtient le droit de se faire établir un passeport sans l’autorisation de son mari. Ce qui était valable pour la France l’était aussi pour les autres pays latins ou méditerranéens.

  • 20 ANOM Algérie, F 712.

29À en juger par les multiples demandes de recherche adressées au ministère de la guerre ou au gouvernement général de l’Algérie par des femmes, mais aussi des parents, les Français qui choisissaient l’Algérie pour commencer une nouvelle vie étaient nombreux. Et la plupart des demandes aboutissent à un résultat négatif20. L’Algérie a dû faire aussi des « veuves blanches », comme on disait des épouses « oubliées » en Italie par leurs maris partis en Amérique.

L’importance numérique des épouses parmi les migrantes françaises

  • 21 Ces listes peuvent être consultées dans le texte intégral de la thèse.
  • 22 Les dossiers des religieuses n’ont pas été comptabilisés, à la fois parce que leur nombre aurait p (...)

30Cette recherche a été menée à partir des relevés départementaux des demandes de départ pour l’Algérie effectués par des adhérents du GAMT. Les listes21 des cinq départements retenus, réunissent presque 4 000 demandes d’émigration. Des femmes sont identifiées dans 718 demandes22.

  • 23 Le solde migratoire français n’a été que de 16 %. de 1895 à 1904. Pourcentage établi à partir des (...)

31Les dossiers masculins sont donc presque six fois plus nombreux que les dossiers féminins. Beaucoup d’hommes partaient pour des travaux saisonniers ou ponctuels en laissant leur femme en France, ou bien allaient en éclaireurs et revenaient parfois sans donner suite à leur projet23. Il se peut, aussi, que certaines femmes accompagnant leur mari n’aient pas été nominalement notées. Des fiches de départ devaient être en principe remplies pour chaque adulte de la famille. Mais ce n’était pas toujours le cas, semble-t-il.

32Seuls les dossiers notifiant clairement la motivation conjugale de la demande de départ ont été retenus afin d’éviter toute ambiguïté sur la cause d’émigration de ces femmes, quitte à avoir une certaine sous-estimation du pourcentage de femmes partant pour accompagner ou rejoindre leur mari.

33Mais même ainsi, le dépouillement de ces dossiers met en évidence le pourcentage important d’épouses dans les dossiers d’émigration de femmes.

Importance numérique des femmes partant en Algérie avec ou pour rejoindre leur époux

Importance numérique des femmes partant en Algérie avec ou pour rejoindre leur époux

34Dans quatre départements sur cinq, la majorité des femmes partirent en Algérie pour suivre ou rejoindre leur mari. L’immigration conjugale fut particulièrement forte pour la Haute-Marne (75 %) en raison, peut-être, du dénuement de certaines familles du plateau de Langres.

35Le département des Pyrénées-orientales fait exception. On peut supposer que la responsabilité en revient à la période tardive étudiée (1880-1910). La colonisation organisée qui favorisait l’immigration conjugale est, à cette époque, presque terminée. Par contre, les femmes sont plus nombreuses à voyager seules entre l’Algérie et la France, ne serait-ce que pour des raisons familiales. La part de l’immigration de type conjugal semble donc avoir diminué à mesure que l’on avance dans l’histoire de l’Algérie française.

36Les âges de ces femmes ont été diversement relevés ou notés dans les dossiers, d’où un nombre de données inégales suivant les départements.

Répartition des épouses en fonction de leur âge et pourcentage de femmes actives

Répartition des épouses en fonction de leur âge et pourcentage de femmes actives

37Quand il est fourni, l’âge moyen des épouses oscille entre 33 et 39 ans, donc un âge relativement tardif pour commencer une nouvelle vie. À cela sans doute trois raisons.

  • 24 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie. Ses éléments, Paris, Challamel.

38D’une part la volonté du gouvernement d’éviter l’émigration vers l’Algérie de familles chargées de jeunes enfants, en raison de leur fragilité, mais aussi parce qu’ils empêchaient les mères de travailler. Antérieurement à 1846 et même à 1848, le gouvernement ne délivrait pas de permis de passage aux ouvriers qui avaient des enfants âgés de moins de 12 ans sauf s’ils s’engageaient à les laisser en France avec leurs mères24. C’était exclure nombre de jeunes couples. Par la suite, l’obligation de posséder un pécule d’au moins 1 200 F pour pouvoir espérer obtenir une concession dut empêcher aussi la candidature de jeunes mariés.

39On peut enfin supposer, du moins pour la première période de la colonisation, lors des décennies 1840 et 1850, que l’émigration était, bien souvent, la dernière solution envisagée face aux difficultés matérielles.

  • 25 Pour la Drôme, entre 1842 et 1885, 25 % seulement des couples et épouses obtiennent la gratuité du (...)

40L’âge des migrantes semble avoir été en diminuant à mesure que l’on avance vers le XXe siècle. Les relevés de la Haute-Marne se rapportant aux années 1845 à 1864 indiquent que la moyenne d’âge des femmes atteignait presque 40 ans. Par contre, plus de 45 % des épouses qui émigrent des Pyrénées orientales à la fin du XIXe siècle ont moins de trente ans. Le départ pour l’Algérie n’était plus, alors, une aventure périlleuse et il semble que le gouvernement accordait plus généreusement la gratuité du passage maritime à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle25.

41Très peu d’épouses avaient une activité reconnue ou du moins notée. La Drôme fait exception mais toutes les épouses de cultivateurs sont données comme étant elles-mêmes « cultivateurs », ce qui était sûrement aussi valable pour les épouses de cultivateurs des autres départements, pour lesquelles rien n’est inscrit.

Les épouses étrangères d’origine européenne

42Les seuls documents disponibles aux ANOM pour la connaissance des immigrés étrangers étant leurs mortuaires, il est évident que les informations fournies ne permettent pas de connaître le nombre de femmes ayant immigré et, encore moins, le pourcentage, parmi ces femmes, d’épouses accompagnant leurs maris. La grille d’analyse doit donc être différente.

43C’est le nombre relatif de décès féminins par rapport aux décès masculins et les différences constatées d’état civil de ces femmes d’un pays à l’autre qui peuvent être sources d’informations. On ne peut donc aboutir qu’à une étude comparative de l’importance des épouses étrangères d’une communauté à l’autre.

  • 26 Ces actes étant classés par ordre alphabétique, nous avons retenu arbitrairement ceux correspondan (...)

44Les Mortuaires des Italiens et des Maltais ont été intégralement dépouillés. Pour les Espagnols, compte tenu de l’importance de leur mortuaire, 433 actes seulement ont été retenus26. Certains actes étant établis en double ou même triple exemplaires ont été retranchés lors des décomptes.

45Ces mortuaires regroupant les décès intervenus entre 1846 et 1854 ou 1858 suivant les pays concernés, un certain nombre de femmes ont pu se marier ou devenir veuves après leur arrivée en Algérie. Mais la probabilité de changement d’identité des femmes étant proche d’un pays à l’autre, nous avons décidé de ne pas en tenir compte dans notre étude comparative.

Répartition en fonction de l’âge et de l’état civil (1846-1858)

Répartition en fonction de l’âge et de l’état civil (1846-1858)

Tableau réalisé à partir des données relevées dans les actes de décès féminins des mortuaires de l’Espagne, de l’Italie, de Malte et de l’Allemagne

46L’immigration féminine espagnole semble différer de celles des autres nationalités étrangères. Les femmes sont relativement plus nombreuses que dans les autres communautés mais elles ne sont pas parties, semble-t-il, majoritairement pour suivre leur mari. L’âge moyen des épouses espagnoles particulièrement avancé (41 ans) pourrait inciter à penser que les femmes mariées n’accompagnaient, pour la plupart, leur mari qu’une fois leurs enfants élevés.

47L’étude plus précise des âges montre une réalité plus complexe. Parmi les épouses décédées se trouvent de nombreuses jeunes femmes, puisque les moins de trente ans représentent plus de 34 % dont la moitié est constituée de très jeunes épouses de moins de 25 ans ou de même pas 20 ans. C’est la présence à leurs côtés de quelques épouses âgées (plus de 65 ans et même une de 91 ans), qui est responsable de la moyenne d’âge élevée des épouses espagnoles. En fait, la moitié des épouses décédées avaient moins de 40 ans. Les Espagnoles partaient jeunes, mariées ou non, car certaines ont pu se marier en Algérie, ou bien âgées, avec ou pour rejoindre de la famille.

48Le taux réduit de femmes constitue l’originalité du groupe italien. Les femmes représentent 11 % des décès d’adultes. De nombreux Italiens devaient venir seuls. Parmi les hommes mariés, beaucoup devaient laisser leurs femmes au pays avec l’intention, pour la plupart, de revenir, ce qui ne se fit pas toujours et plus d’une femme a dû passer sa vie à attendre, année après année, le retour de l’époux.

49Le cas des Maltaises est fort proche (16 % de femmes). Même si elles étaient un peu plus nombreuses que les Italiennes à accompagner les hommes, le déséquilibre des sexes dans les décès est aussi très marqué.

50La majorité des Italiennes et presque la moitié des Maltaises décédées sont des femmes mariées. Il en est de même pour les Allemandes.

51On constate donc une immigration féminine très différente entre les Espagnoles et les autres communautés étrangères. L’immigration de type familiale semble avoir joué un rôle moins important pour les Espagnoles.

Les motifs de départ des autres femmes

52Les sources utilisées, conduisent, comme précédemment, à distinguer le cas des Françaises de celui des autres Européennes.

Les Françaises

53L’étude des dossiers départementaux permet de distinguer quatre catégories de femmes qui ne sont pas notées comme accompagnant ou rejoignant leur mari. On peut, en effet, distinguer des veuves, des célibataires, et deux groupes de femmes posant problèmes en raison de notations incomplètes soit des motifs de départ soit d’état civil.

Relevé des femmes qui n’accompagnent pas ou ne rejoignent pas un époux

Relevé des femmes qui n’accompagnent pas ou ne rejoignent pas un époux

Tableau réalisé à partir des renseignements fournis dans les listes de dossiers départementaux cités précédemment notifiant des demandes de passages ou de passeports

54Toutes ces femmes ont en commun d’avoir choisi de partir en Algérie, même si des motifs économiques ou affectifs, quand ce n’était pas les deux, rendaient parfois ce choix presque obligatoire. Contrairement aux femmes accompagnant en Algérie leur mari, la majorité de ces immigrées déclarent avoir une activité.

55Les renseignements fournis permettent de distinguer quatre catégories d’immigrées en fonction de l’état civil déclaré.

Les veuves

56À elles seules, les veuves représentent plus de 10 % du total des femmes visibles dans les relevés, ce qui est loin d’être négligeable. Le gouvernement facilite parfois le départ de veuves en leur accordant le transport gratuit quand elles sont sans ressources. Le motif de leur départ n’est pas toujours noté. Les autres informations fournies peuvent dans certains cas permettent de faire des hypothèses.

57Presque la moitié des veuves qui partent en Algérie ne vont pas s’y installer seules puisqu’elles accompagnent des enfants adultes ou bien rejoignent de la famille déjà établie.

58Les veuves qui partent avec des enfants adultes ou pour rejoindre leurs enfants sont, bien sûr, des femmes d’un certain âge, alors que le groupe de veuves, qui rejoint en Algérie des frères et sœurs ou leurs parents, est composé de femmes plus jeunes qui peuvent espérer trouver un nouveau compagnon en Algérie. Certaines veuves de ce groupe n’ont même pas vingt-cinq ans.

59D’après les listes départementales de référence, il reste 56 % de veuves dont la motivation de départ n’est pas apparemment d’ordre familial ou, du moins, aucune indication ne permet d’aboutir à cette conclusion.

60Qu’elles partent seules ou avec des enfants pour rejoindre ou non de la famille, ces veuves ont en majorité une activité, ce qui signifie qu’elles devaient financièrement s’assumer ou tenter de le faire. Les relevés de la Drôme comprennent des veuves âgées de plus de 60 ans ayant une activité, même une veuve de 80 ans est donnée comme cultivatrice. Il est vrai que beaucoup de femmes, qui dépendaient matériellement de leur mari, se trouvaient dans l’obligation de travailler, du fait de leur veuvage. Peut-être, certaines d’entre elles pensaientelles trouver plus facilement un emploi en Algérie et même, pourquoi pas, pour les plus jeunes, un nouvel époux.

61Dans le groupe des veuves sans enfant se trouvent quelques concessionnaires qui ont hérité de la concession de leur mari ou obtenu une terre à titre personnel. Certaines partent avec l’intention de la vendre, d’autres avec l’intention de la mettre en valeur avec l’aide d’une famille qu’elles accueillent. Quelques veuves partent occuper une place de domestique dans une famille. Mais pour la majorité de ces veuves qui sont, pour la plupart, quand elles travaillent, ménagères, cuisinières ou couturières, l’objectif du voyage n’est pas fourni.

Les célibataires

62Elles représentent le groupe le plus important après celui des épouses qui partaient avec leur mari ou pour le rejoindre. Plus de 18 % des femmes notées dans nos listes d’émigrées sont identifiées comme célibataires, et cela sans tenir compte des religieuses.

  • 27 C’est le cas d’une institutrice suisse qui partit comme gouvernante des enfants du maire de Clarmo (...)
  • 28 C’est pour échapper à un mariage imposé par sa famille qu’Élisabeth Rieger, originaire de l’État d (...)

63La majorité de ces femmes travaillent. Il est vrai que la moyenne d’âge des migrantes célibataires est proche de la trentaine ou la dépassant ce qui, au XIXe siècle, classait ces femmes dans la catégorie fort dépréciée des « vieilles filles ». La majorité d’entre elles ne partent pas pour accompagner ou rejoindre un parent ou du moins aucune notation ne le précise. Quelques célibataires allaient peut-être retrouver un fiancé27, d’autres pouvaient vouloir échapper à un mariage28. Certaines femmes sont des mères célibataires. Vont-elles rechercher les pères de leurs enfants ou pensent-elles que leur situation sera mieux acceptée en Algérie qu’en France ? On peut supposer que quelques célibataires, espéraient, comme certaines veuves, trouver en Algérie non seulement du travail mais aussi un époux.

64Mais à côté de femmes qui partent en Algérie pour des raisons sentimentales, on trouve aussi des femmes demandant à émigrer, poussées par d’impérieuses nécessités matérielles. Le grand nombre de femmes actives répertoriées parmi les célibataires, la moyenne d’âge de ces émigrées incitent à penser que la recherche d’emploi fut pour beaucoup d’entre elles le motif de départ vers l’Algérie.

  • 29 ANOM Algérie, Fonds ministériels, GG, série F 1425, Petits Bourgs, Mettray, Orphelins, nourrices, (...)

65Les ANOM conservent des lettres de nombreuses femmes demandant à partir comme sages-femmes dans les colonies agricoles29. La plupart des auteurs de ces lettres sont des veuves mais on peut aussi trouver des femmes séparées ou des célibataires souhaitant être attachées à des colonies agricoles avec appointements pendant deux à trois ans pour, disent certaines, « faire des accouchements sans avoir à réclamer une rétribution à des colons qui la plupart du temps sont des personnes indigentes ». Elles tiennent à l’assurance d’un revenu régulier. La préférence est donnée aux femmes de colons ou aux sages-femmes partant avec un convoi de colons comprenant des parents pouvant les prendre en charge. Mais certaines, partant seules, peuvent se voir accorder un permis de passage gratuit et une habitation dans une colonie.

  • 30 C’est la loi Naquet de 1884 qui autorisa le divorce en France.

66C’est le cas d’une sage-femme inscrite comme femme séparée. Son autorisation de départ date de 1849 à une époque où le divorce n’existe pas30. Avec elle, nous abordons le cas de femmes mariées qui ne partent pas en Algérie pour rejoindre un époux. La lettre adressée par cette candidate à l’émigration pour obtenir un poste de sage-femme permet de bien connaître son état civil et ses motivations de départ. Les dossiers départementaux de demande de départ sont rarement aussi explicites.

Des femmes à l’identité ou aux motifs de départ incertains

67Dans les relevés des cinq départements sélectionnés, deux catégories de femmes posent problème.

68Ce sont d’une part des femmes, apparemment mariées, puisque possédant un nom civil différent de leur nom patronymique, qui partent seules ou avec un ou même plusieurs enfants, mais qui ne paraissent pas rejoindre un époux.

69L’autre catégorie comprend des femmes dont l’identité est incomplète, dans la mesure où seul leur nom civil est fourni, ce qui ne permet pas de savoir si elles sont célibataires ou mariées. Ces femmes peuvent être seules ou accompagnées d’enfants.

70Au total ces femmes représentent pour les cinq départements plus de 15 % de l’ensemble des demandes de départ féminins répertoriées.

71Pour une minorité d’entre elles (un peu plus d’un tiers) le motif de départ est indiqué. Il s’agit de femmes qui vont rejoindre en Algérie un membre de leur famille ou un ami. Certaines de ces femmes sont mariées et ont un engagement comme domestique ou employée. D’autres ont une identité incomplète, soit qu’on ait affaire à une négligence administrative ou à des mères célibataires.

  • 31 L’une par un facteur, une autre par un certain Pouzet, une troisième, cultivatrice partant avec tr (...)

72Certaines femmes qui demandent à rejoindre un parent ou un ami se voient opposer un refus d’hébergement et doivent alors renoncer à leur départ. Mais d’autres femmes sont apparemment attendues31. Pour deux jeunes épouses qui souhaitent rejoindre leurs parents, le motif de départ est nettement exprimé : l’une a été battue et abandonnée par son mari et l’autre a été abandonnée par son époux en Espagne. Pour certaines femmes, l’Algérie apparaît donc comme un refuge.

73Aucun motif de départ n’est fourni pour presque la moitié de ces femmes apparemment mariées. Il en est de même pour vingt-neuf femmes d’identité incomplète.

74Pour toutes ces femmes les seuls éléments notés, pouvant nous permettre d’établir des hypothèses, quant aux motifs les ayant incitées à émigrer, sont la présence ou non d’enfants à leurs côtés et, parfois, l’activité exercée par elles.

75La moitié de ces femmes, qu’elles soient ou non identifiées comme mariées, sont accompagnées d’enfants et sont nombreuses à travailler : plus de 60 % pour les femmes mariées, 72 % pour les autres femmes, ce qui tendrait à prouver que beaucoup de ces femmes devaient s’assumer elles-mêmes. Parmi ces femmes devaient se trouver un certain nombre de célibataires, mères célibataires même pour certaines et des femmes séparées officiellement ou non. Des raisons économiques ont pu inciter certaines à émigrer.

76Parmi les femmes mariées ou non qui émigrèrent seules en Algérie, certaines pouvaient avoir laissé des enfants en France, avec plus ou moins l’intention de venir les reprendre une fois un travail ou un compagnon trouvé. La réponse du maire de Combrailles en décembre 1851 à une de ces mères est à cet égard particulièrement révélatrice de l’attitude de certaines femmes.

  • 32 F. Koerner, « Le Puy-de-Dôme…, op. cit.

Eh bien voici quelle a été la position de votre fille depuis votre séparation indigne d’avec elle ; je dis indigne car je ne peux comprendre comment une mère puisse laisser son enfant chez une sœur misérable, sans s’inquiéter si elle peut lui donner du pain […] Eh bien depuis votre départ de Combrailles, à l’époque où vous faisiez la grande Dame, votre fille a couché dans les granges et étables, demandant un morceau de pain aux personnes charitables qui s’en privaient souvent pour lui en donner, tant elle faisait pitié […] Après cela, votre sœur l’a placée chez un maître à Mérinchal où elle gagne six francs par an et quelque peu d’entretien32.

Une migration majoritairement familiale

77Si on regroupe toutes les Françaises, quelque soit leur état civil, qui partent avec un époux ou un enfant adulte ou bien pour rejoindre un époux, des enfants ou des parents, on parvient à la conclusion que ce type de migration concerne presque 74 % des femmes répertoriées dans nos listes départementales de référence. La plupart des Françaises ne partaient donc pas l’aventure.

  • 33 ANOM, Fonds ministériels du gouvernement général d’Algérie, F 80 1727.

78Mais il y eut sûrement aussi des femmes qui partirent avec l’espoir, comme certains hommes, de rompre tout lien avec le passé et de commencer en Algérie une vie nouvelle. Les demandes de recherche adressées au gouvernement de l’Algérie33 n’émanent pas seulement de femmes restées sans nouvelles de leur mari. Des hommes essaient aussi d’obtenir des informations sur des femmes dont ils sont sans nouvelles parfois depuis des années.

Les étrangères d’origine européenne

79Il est bien difficile de deviner à partir des quelques renseignements fournis dans les actes de décès les motifs de migration des femmes n’étant pas données comme épouses. Nous ne pouvons guère percevoir que le caractère plus ou moins familial de leurs conditions de vie au moment de leur décès en croisant à la fois l’âge et le taux d’activité de ces femmes avec leur état civil.

80Les actes de décès qui ne concernent pas des épouses permettent de distinguer deux types de femmes : d’une part, des veuves, et d’autre part, des femmes n’ayant qu’un nom patronymique, pour des raisons de célibat ou d’état civil incomplet.

Pourcentage, taux d’activité et âge moyen des veuves et célibataires par nationalité

Pourcentage, taux d’activité et âge moyen des veuves et célibataires par nationalité

81Le pourcentage de veuves est réduit sauf pour les Maltaises. La majorité des veuves est d’un âge avancé pour l’époque (plus de 50 ans et souvent plus de 60 ans). Une Italienne a même 100 ans. Nombre d’entre elles n’ont pas dû venir seules.

82La très grande majorité des veuves et célibataires maltaises et italiennes n’ont pas de profession notée sur leur acte de décès. Elles étaient donc en principe dépendantes matériellement de parents ou d’amis. Ajoutons que 26 % des Italiennes et 31 % des Maltaises sont décédées au domicile d’un parent. Si l’on ajoute les veuves et célibataires sans profession, mortes au domicile d’un parent, aux femmes mariées étudiées précédemment (53 % pour les Italiennes et 47 % pour les Maltaises), on aboutit à la conclusion que 77 % Maltaises et 73 % des Italiennes décédées entre 1846 et 1858 ont dû venir en famille.

83Il est difficile d’imaginer qu’il en fut de même pour les Espagnoles. Les célibataires qui représentent, tous âges confondus, 57 % des Espagnoles décédées, sont beaucoup trop nombreuses pour que l’on puisse supposer qu’elles accompagnaient toutes des parents. D’autant que presque la moitié de ces célibataires et 39 % des veuves travaillaient lors de leur décès.

84On ne peut, certes, en déduire que toutes ces femmes étaient parties seules ou vivaient seules. Mais le grand nombre de femmes appartenant à la classe des indigentes que l’on trouve dans le mortuaire des Espagnols (plus de 16 % de l’ensemble des femmes), permet de supposer que les Espagnols (hommes comme femmes), venus en Algérie durant les premières années de l’occupation française, émigraient souvent dans le dénuement le plus total. Pour certains ou certaines le départ en Algérie n’était pas tant motivé par l’espoir de mieux vivre que de simplement survivre. Ce qui explique sans doute que les femmes qui partaient seules étaient beaucoup plus nombreuses que dans les autres communautés de migrantes européennes. Un certain nombre de témoignages attestent de ce fait.

85Parmi les premières femmes espagnoles qui abordèrent seules le littoral algérien, beaucoup partaient à l’aventure, prêtes à accepter n’importe quel destin qui leur permettrait de survivre, ce qui ne veut pas dire que toutes étaient des aventurières dans le sens péjoratif du terme.

  • 34 L. Vallory, À l’aventure en Algérie, Paris, Hetzel, 1863.

86Une voyageuse rapporte de son séjour en Algérie, en 1863, le témoignage d’une immigrée espagnole34 :

Je m’appelle Madeleine. Mon père venait de mourir et laissait ma mère sans ressources avec quatre enfants à élever. Il y a vingt ans les femmes étaient rares en Afrique et beaucoup de pauvres filles d’Espagne y sont venues, comme moi, chercher fortune. J’avais treize ans, ma sœur dix ; une vieille femme d’Algésiras proposa à ma mère de nous emmener avec elle à Oran, où nous trouverions, soit un mari, soit une place de servante. Quand on est pauvre, Madame, et que le pain manque au logis, on cherche à échapper à la faim par toutes les portes qu’on vous ouvre […] Le choléra sévissait alors à Alger ; en débarquant, la vieille fut prise par l’épidémie et mourut en quelques heures… En ce temps-là, sitôt qu’un navire arrivait et amenait des Européennes, tous les hommes de la ville accouraient à bord ; et les capitaines faisaient véritablement la traite des blanches. Quand un colon avait choisi la pauvre fille qui lui plaisait, il finissait de payer son passage et l’emmenait chez lui. Un juif Manutchi, venu au bateau, comme tant d’autres, pour chercher femme, vit ma sœur et moi pleurant près du cadavre de la vieille qu’on allait jeter à la mer ; il nous offrit de nous faire souper en son logis ; c’était tout ce que nous demandions, un abri et du pain. Manutchi fit de moi sa femme et dit que l’un de ses frères épouserait ma sœur qui continua à demeurer avec nous.

87Ce récit, qui paraît se dérouler au début des années 1840, en dit long sur la misère qui incitait des femmes espagnoles de tout âge à abandonner famille et patrie, ou à faire partir des enfants vers une terre et un destin inconnus.

88Ce texte révèle aussi que les femmes pouvaient être embarquées sans avoir à payer la totalité de leur passage, ce qui facilitait grandement le départ des plus démunies, mais montre en même temps que les capitaines étaient sûrs de trouver preneurs pour leur cargaison. Et les Espagnoles n’étaient peut-être pas les seules à accepter d’être « vendues » à qui voulaient les prendre en charge, puisqu’il est question d’Européennes.

  • 35 Les activités des femmes espagnoles sont étudiées en troisième partie ainsi que le motif de venue (...)

89Par la suite, des femmes espagnoles continuèrent à venir seules en Algérie, mais dans des conditions très différentes. Ce ne sont plus des femmes « prêtes à tout pour survivre »35.

Notes

1 Quelques familles ont conservé des archives familiales leur permettant de connaître les motifs d’émigration de leurs ancêtres, pour d’autres ce sont des récits oraux transmis de génération en génération.

2 Seules les demandes de concessions se trouvent aux Archives.

3 Avant que les lignes commerciales soient établies vers l’Algérie, Maltais, Espagnols ou Italiens du Sud empruntaient des petits bateaux de pêche et les balancelles qui transportaient des marchandises. En cas de graves crises économiques, certaines familles vinrent même en Algérie en barque et à la rame.

4 ANOM, Fonds ministériels du gouvernement général d’Algérie, série F 80 716, Mortuaire des Espagnols, 717, Mortuaires des Allemands et des Italiens, 718, Extraits mortuaires des Maltais.

5 M. Émerit, Pauline Roland et les déportées d’Afrique, Alger, Éditions de l’Empire, 1945.

6 F. Rude, Bagnes d’Afrique : 3 déportés après le coup d’État du 2 décembre 1851, Lettres de Pauline Roland, Paris, Maspero, 1981. Les deux autres déportés sont Arthur Ranc et Gaspard Rouffet.

7 Il s’agit d’Hélène Gaussin en raison de son état de santé et Joséphine Bras qui avait laissé en France trois jeunes enfants.

8 F. Rude, op. cit.

9 Poème 11 du livre v des Châtiments.

10 Il s’agit de Louise Allemand, déportée parisienne, originaire de Nîmes, qui, après avoir voyagé en Angleterre et en Belgique, se fixa finalement à Oran.

11 F. Koerner, « Le Puy-de-Dôme a-t-il été allergique à la colonisation ? (1844-1877) », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, n° 43, 1er trim. 1987.

12 Article 214 du code civil de l’époque.

13 M. Rasteil, Le calvaire des colons de 1848, Paris, Eugène Foguière, 1930. Il s’agit du départ de la famille François. C’est à partir d’un manuscrit laissé par le fils et trouvé en 1908, que Rasteil a reconstitué ce récit pour Le Réveil Bônois, dont il était le directeur. La famille François est décrite comme vivant convenablement à Paris, le père étant charpentier et la mère blanchisseuse. Les deux filles aînées étaient l’une brodeuse sur métier et l’autre employée d’une fruitière.

14 G. Quillery, Jusqu’à vingt ans… Souvenirs d’une fille de colon, Casablanca, 1930.

15 M. Ferrières, Archives du Sud, un album de famille, 1844-1964, L’Isle-sur-la-Sorgue, Éditions Scriba, 1992.

16 Récit d’Anne-Marie Absalon transcrit à la fois dans le n° de juillet et d’août 1983 de Gé-Magazine et dans le livre de souvenirs d’un de ses descendants Jean Lenoir sous le titre de « Mon Algérie tendre et violente », Paris, Plon 1994. En 1865, Anne-Marie Absalon raconta, dans un cahier, exhumé d’un coffre par ses descendants, les circonstances et les conditions de son départ et de son installation en Algérie en 1849. Un recueil dactylographié reproduisant ce manuscrit a été déposé au CDHA d’Aix-en-Provence.

17 L. Ropa, Le chant de la noria, Albert Meissein, Paris, 1932. Il s’agit de la mère de l’auteur qui est l’héroïne de son roman sous le nom de Dora.

18 P.-F. Vellard, Mémoires de P.-F. Vellard en Algérie, 1854-1885, Nice, CEF, 1988.

19 En 1938, les femmes se voient accorder le droit, non seulement de se faire établir seule un passeport, mais aussi de s’inscrire en faculté et d’ouvrir un compte en banque personnel.

20 ANOM Algérie, F 712.

21 Ces listes peuvent être consultées dans le texte intégral de la thèse.

22 Les dossiers des religieuses n’ont pas été comptabilisés, à la fois parce que leur nombre aurait pu fausser le rapport épouses et femmes célibataires et parce qu’elles ne sont pas présentes dans toutes les listes.

23 Le solde migratoire français n’a été que de 16 %. de 1895 à 1904. Pourcentage établi à partir des chiffres donnés par le Comité Bugeaud dans La colonisation officielle de 1871 à 1895, Tunis, Éditions Bugeaud, 1928. La moyenne annuelle a été de 61 773 à l’arrivée et 56997 au départ.

24 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie. Ses éléments, Paris, Challamel.

25 Pour la Drôme, entre 1842 et 1885, 25 % seulement des couples et épouses obtiennent la gratuité du passage, alors que pour les Pyrénées-Orientales, à la fin du XIXe -début XXe siècle, cette gratuité est accordée à presque la moitié

26 Ces actes étant classés par ordre alphabétique, nous avons retenu arbitrairement ceux correspondant aux lettres A-B-C-F-G-et M. Le mortuaire des Allemands (lettres A à G) a été aussi partiellement étudié. Les listes constituées se trouvent dans le texte intégral de la thèse.

27 C’est le cas d’une institutrice suisse qui partit comme gouvernante des enfants du maire de Clarmont dans la région de Sétif pour retrouver un jeune boulanger qui lui avait promis le mariage. (G. Schurer, Les Hautes plaines, roman nourri de souvenirs familiaux, Paris, Le Pré aux clercs, 1990).

28 C’est pour échapper à un mariage imposé par sa famille qu’Élisabeth Rieger, originaire de l’État de Bade, décida de rejoindre au début du siècle son frère établi boucher à Alger. Elle ne parlait pas alors un mot de français. (G. Curot-Morla, Une femme et sa vie, les souvenirs de Madame Born, Alger, Baconnier, 1959).

29 ANOM Algérie, Fonds ministériels, GG, série F 1425, Petits Bourgs, Mettray, Orphelins, nourrices, sages-femmes (1848-1850).

30 C’est la loi Naquet de 1884 qui autorisa le divorce en France.

31 L’une par un facteur, une autre par un certain Pouzet, une troisième, cultivatrice partant avec trois enfants, va aider aux travaux agricoles une veuve, propriétaire sans doute d’une concession.

32 F. Koerner, « Le Puy-de-Dôme…, op. cit.

33 ANOM, Fonds ministériels du gouvernement général d’Algérie, F 80 1727.

34 L. Vallory, À l’aventure en Algérie, Paris, Hetzel, 1863.

35 Les activités des femmes espagnoles sont étudiées en troisième partie ainsi que le motif de venue en Algérie de certaines d’entre elles au XXe siècle.

Table des illustrations

Titre Importance numérique des femmes partant en Algérie avec ou pour rejoindre leur époux
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7064/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Répartition des épouses en fonction de leur âge et pourcentage de femmes actives
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7064/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Répartition en fonction de l’âge et de l’état civil (1846-1858)
Légende Tableau réalisé à partir des données relevées dans les actes de décès féminins des mortuaires de l’Espagne, de l’Italie, de Malte et de l’Allemagne
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7064/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Relevé des femmes qui n’accompagnent pas ou ne rejoignent pas un époux
Légende Tableau réalisé à partir des renseignements fournis dans les listes de dossiers départementaux cités précédemment notifiant des demandes de passages ou de passeports
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7064/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Pourcentage, taux d’activité et âge moyen des veuves et célibataires par nationalité
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7064/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 113k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540