Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des Européennes rapidement nombreuses

Des immigrées recherchées

Texte intégral

  • 1 Le nombre de femmes est de 9835 pour 21564 civils du sexe masculin.

1Le 31 décembre 1842, année du premier plan de colonisation, on ne trouve en Algérie même pas une femme pour deux hommes1. Aussi, la venue de femmes européennes est-elle jugée nécessaire au projet de colonisation.

Pas d’implantation coloniale durable sans femmes

2Toutes les autorités sont conscientes du risque d’échec de la colonisation officielle en cas de manque de femmes.

  • 2 Bugeaud (Maréchal), Le Peuplement français de l’Algérie par Bugeaud d’après les écrits et discours (...)

3« Si contre mon attente, nos soldats ne trouvaient pas de femmes, mon système serait sapé à la base ; il faudrait y renoncer », note Bugeaud2.

4En Métropole comme en Algérie, l’écho est le même partout. Le service des Affaires algériennes du Ministère de la guerre fait remarquer au Gouverneur général de l’Algérie à propos de la colonisation civile :

  • 3 ANOM Algérie, F 80 1425, Instructions relatives à l’admission d’anciens militaires dans les coloni (...)

L’homme qui a passé sa journée à défricher ou à cultiver son champ a besoin en rentrant chez lui d’y retrouver une compagne ne serait-ce que pour lui préparer ses aliments […] [Il est ajouté au crayon dans la marge] : S’il ne trouve pas chez lui les services, les consolations ou les distractions, ces stimulants si favorables à la société, il va les chercher ailleurs ; le travail, la propreté, le bien être de tous, la morale, tout en souffre3.

5Ce qui indique clairement le rôle imparti aux femmes : repos du guerrier, gardiennes du foyer et de la morale publique. Un médecin est du même avis :

  • 4 Dr J.-F. Cabrol, De l’Algérie sous le rapport de l’hygiène et de la colonisation, Strasbourg, 1863 (...)

C’est dans le sanctuaire conjugal que l’homme puise journellement le courage et la force indispensables à la continuation de ses travaux qui seraient arrêtés par le découragement si la famille n’était là comme but constant de sa laborieuse existence. Point de colon sans la femme, point de colonisation sans la famille4.

  • 5 ANOM, F 80 1386.

6Les directeurs de colonies agricoles déplorent le trop grand nombre d’hommes célibataires civils ou anciens militaires qu’on leur envoie : l’un se plaint d’avoir déjà 19 célibataires pour 30 chefs de famille, l’autre en a 18 pour 27 familles5. Ils considèrent que ce grand nombre de célibataires masculins risque de poser rapidement problème.

7En effet, contrairement à l’Afrique noire, à l’Asie ou à l’Amérique du Sud, contrées dans lesquelles les Européens trouvèrent sur place un certain nombre de compagnes, en Algérie les relations avec les femmes autochtones sont beaucoup plus difficiles. Connaître des femmes musulmanes n’est pas chose aisée dans un pays où ces femmes, au XIXe siècle, sont constamment sous l’étroite surveillance de toute la famille et cloîtrées au foyer dès l’âge de 12 ans. En outre, les autorités militaires, pour éviter d’envenimer les relations franco-algériennes, entendent respecter la religion et les mœurs des populations algériennes. La venue d’Européennes paraît donc nécessaire à la survie de la colonie naissante avant d’être indispensable à son développement.

Tentatives d’organisation d’une immigration féminine

8Trois projets d’organisation d’une immigration spécifiquement féminine sont proposés durant les premières décennies de l’occupation de l’Algérie.

La « solution » de Bugeaud

9Bugeaud n’était favorable qu’à une colonisation militaire ; d’anciens soldats libérés travaillant en commun, groupés en légions colonisatrices lui semblaient constituer la meilleure forme de colonisation. Entre 1842 et 1847, il présenta, dans ce but, trois projets ambitieux à la Chambre des députés, projets qui furent tous rejetés. Il tenta aussi de démontrer le bien fondé de son système de colonisation en créant trois colonies militaires entre 1844 et 1847 dans le Sahel et la Mitidja ; la première et la plus connue fut celle d’Aïn Fouka.

10Très conscient de la nécessité de donner des compagnes à ses soldats-colons, il envisagea successivement plusieurs possibilités.

11Il pensa, d’abord, aux maisons de repentir et aux orphelinats.

  • 6 Extrait du Mémoire sur notre établissement dans la province d’Oran, écrit par Bugeaud en juillet 1 (...)

Dans les maisons de repentir, il y a des femmes qui ne sont pas dégradées. Souvent une seule erreur les y a conduites ; celles-là pourraient encore être de bonnes mères de famille. Les enfants trouvés pourraient aussi leur en fournir. Ainsi, si les colonies militaires réussissaient, on pourrait trouver là l’écoulement des femmes et des enfants qui sont à charge de la société6.

12Il semble, toutefois, abandonner cette solution dans la présentation de son troisième projet de colonisation militaire à la Chambre, en 1847. Il se montre, alors, délibérément optimiste et compte sur l’esprit avisé des femmes.

  • 7 Bugeaud (Maréchal), Le peuplement français de l’Algérie d’après les écrits et discours…, op. cit., (...)

On doute que ces colons militaires se procurent des femmes en nombre suffisant pour les suivre. Je ne partage pas cette crainte. Quelle est la villageoise sans fortune ou qui refuserait d’épouser un propriétaire terrien de 10 hectares ? […] Les femmes sont en général aventureuses ; et du reste s’il arrive des difficultés à faire les premiers mariages, il me paraît certain qu’une fois l’exemple donné les obstacles disparaîtront et qu’on trouvera autant de femmes qu’on voudra. Elles s’entraîneront les unes les autres7.

13Bugeaud croyait-il à ses affirmations ? On peut en douter. Il s’agit surtout de persuader les députés de lui accorder les subsides nécessaires à la réalisation de son plan de colonisation militaire.

  • 8 Ce nom a été donné à ce projet par des journalistes en raison de son caractère rocambolesque et pa (...)
  • 9 V. Demontès, La colonisation militaire sous Bugeaud, op. cit., supra n. 6.

14Tel était déjà sa préoccupation quand il eut recours, en 1842, aux mariages arrangés, qualifiés de « mariages au tambour » par la presse parisienne8. Sans attendre l’autorisation et les subsides de l’État, Bugeaud avait créé, en décembre, la colonie du Fouka. Il voulait démontrer au gouvernement que cette expérience pouvait réussir. Or, faute de femmes pour retenir ses colons militaires, les défections se multipliaient. Il fallait donc trouver rapidement une solution. Bugeaud écarta toute possibilité d’union avec des filles se trouvant déjà en Algérie. Les indigènes furent les premières repoussées : les musulmanes en raison de la difficulté des alliances, et les juives par suite de l’opinion peu favorable qu’il avait des Israélites. Mais il écarta aussi les Espagnoles, Italiennes et Maltaises car il considérait qu’« il n’est pas prudent d’augmenter l’importance de ces éléments étrangers en leur demandant de fournir des femmes à nos soldats »9.

  • 10 Ibid., rapport écrit au ministre le 10 juillet 1842.

15En juillet 1842, Bugeaud demanda au Maire de Toulon, un ancien général, de lui trouver « des filles modestes et laborieuses à choisir soit parmi de jeunes personnes élevées à l’hospice soit dans des familles honnêtes d’artisans et de cultivateurs »10.

16Victor Demontès fait le récit du déroulement de l’opération. La fille d’un ami du Maire, est chargée de trouver des postulantes. Elle les choisit parmi les domestiques de maisons bourgeoises de Toulon sur lesquelles elle obtient de bons renseignements. La plupart sont catholiques et françaises. Un agent de la marine est chargé de recevoir les vingt soldats choisis par Bugeaud comme les plus méritants et auxquels une prime de 500 francs avait été promise pour l’installation du ménage. De son côté, le conseil municipal de Toulon s’était décidé, sur la prière instante de Bugeaud, à voter une somme de 4 000 F à distribuer entre les vingt jeunes filles. La rencontre entre les postulants fut organisée dans un hôtel de la ville. « Nous avons laissé les filles se prononcer » dit l’agent, « elles choisissaient ceux de ces hommes qui leur convenaient et, après, on consultait les individus. Quand il y avait accord, on les laissait causer ensemble afin de se connaître. » Dix-sept mariages furent conclus de cette façon et trois soldats préférèrent finalement aller chercher des épouses dans leurs villages d’origine.

  • 11 V. Demontès, extrait de la lettre de Soult au gouverneur du 18 avril 1843, citée dans La colonisat (...)

17L’expérience ne fut pas renouvelée. Le ministre de la guerre Soult, déjà peu favorable aux projets de colonisation militaire de Bugeaud, apprécia peu la publicité faite autour de ces mariages. Il considérait « bien plus naturel et préférable de coloniser avec des familles toutes faites… »11.

  • 12 Ch.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 237.

18Pourtant il semble que ces mariages n’aient pas tous abouti à l’échec annoncé et rapporté par la presse, voire par certains historiens12. D’après Victor Demontès, qui a consulté le recensement nominatif de la colonie de Fouka en 1844, toutes les familles créées par ces mariages toulonnais continuaient à exister dans le village à l’exception de deux ou trois ; presque toutes avaient des enfants. D’après lui, l’ivrognerie d’un des couples et la conduite légère de deux autres femmes furent à l’origine de la mauvaise réputation prêtée aux femmes de Toulon et de la légende de l’échec de ces unions. La presse s’empara de l’information en la dénaturant et en généralisant l’accusation d’inconduite des femmes.

La proposition de l’abbé Coural

  • 13 ANOM, F 80 1647.

19Un autre projet fut élaboré sensiblement à la même époque par un certain abbé Coural, aumônier d’une Maison religieuse fondée à Montpellier en 1841 pour recueillir et aider des jeunes filles sortant de prison. Cette institution placée sous la direction des Sœurs de Marie-Joseph portait le nom de « Solitude de Nazareth »13. Très vite le problème du financement de l’œuvre est posé puisqu’aucune rétribution n’était demandée aux pensionnaires. Pour obtenir des subsides, l’abbé Coural fait alors éditer une brochure d’information sur son œuvre qu’il adresse, en juillet 1842, aux différents préfets de France et au gouverneur d’Algérie.

20Bugeaud voit de suite l’intérêt que peut présenter l’existence de « La Solitude de Nazareth » pour la réalisation de ses projets de mariage pour ses colons militaires et écrit à l’abbé Coural :

  • 14 Dossier référencé en note précédente - Minute de la lettre adressée par Bugeaud à l’abbé Coural le (...)

Si parmi les filles que leur séjour dans votre établissement a ramenées dans la bonne voie il s’en trouvait qui eussent assez complètement oublié leurs égarements passés pour donner des garanties de bonheur à un ménage, nous pourrions encourager cette institution d’une manière efficace en offrant à celles d’entre elles que vous désigneriez des maris pris parmi les colons qui commencent à peupler nos villages militaires et autres14.

21La proposition enthousiasme immédiatement l’abbé Coural qui répond que les jeunes filles devraient être confiées, une fois arrivées en Algérie, à un établissement religieux où des sœurs les aideraient à s’adapter au pays avant d’être appelées au mariage. « Avec les deux établissements, nous vous promettons non pas quelques filles mais des centaines de filles » écrit-il le 29 août 1842. C’est donc une transplantation collective de jeunes femmes qui paraît être envisagée.

  • 15 ANOM Algérie, F 80 1647.

22Dans un premier temps, Bugeaud ne donne pas suite à ce courrier. Les moqueries suscitées dans la Presse par les « Mariages au tambour » de Toulon et, surtout, la condamnation de ces mariages par le ministre de la guerre Soult l’incitent à faire preuve de prudence. Mais il ne renonce pas à ses espoirs de colonisation militaire et reprend contact avec l’abbé Coural au printemps 1845. Les ANOM détiennent deux lettres de l’aumônier de « la Solitude de Nazareth »15, en réponse au courrier du gouverneur. Le 7 mai 1845, l’abbé Coural précise les conditions de transfert des jeunes filles repenties vers l’Algérie :

Il suffirait d’avoir un établissement en Algérie et d’en avoir plusieurs en France placés sous la direction d’une même corporation religieuse […] Quand elles auraient donné des garanties suffisantes pour effacer les souillures de leur passé, on les enverrait en Afrique, toujours sous la conduite de plusieurs religieuses chargées de les surveiller. Arrivées en Algérie, ces jeunes filles seraient amenées aussitôt à l’établissement de la colonie, où elles achèveraient de se rendre dignes du titre de chrétiennes, d’épouses et de mères sous la direction des sœurs du même institut.

  • 16 Le guide du Voyageur en Algérie de Gomot, de l’année 1844 affirme que Bugeaud fit venir quelques j (...)

23Bugeaud est pressé et ne pouvait envisager des frais supplémentaires. Les objectifs de Bugeaud et de l’abbé Coural divergeaient trop pour pouvoir aboutir. Pour le premier il s’agissait de trouver rapidement des compagnes pour ses colons, pour le second il s’agissait de mener à bien la « rédemption » de nombreuses femmes. Le plan de l’abbé Coural perdit d’ailleurs tout intérêt pour Bugeaud, après le rejet par la Chambre de son deuxième projet de colonisation militaire16.

24Après cet échec, l’idée de transporter en Algérie des femmes de Maisons de repentir est abandonnée et ne sera jamais reprise.

Les projets de transfert d’orphelins et d’orphelines

  • 17 Y. Turin, Enfants trouvés, colonisation et utopie, Revue historique, n° 496, octobre-décembre 1976

25Le transfert en Algérie d’orphelins et d’enfants abandonnés de Métropole nourrit les imaginations pendant une partie du XIXe siècle. On manque de bras en Algérie alors qu’en France, la diminution de la mortalité, les changements des conditions de vie liés à la révolution agricole et au début de l’industrialisation sont responsables de l’augmentation du nombre d’enfants abandonnés. Le rapport de Watteville17 au ministre de l’Intérieur, donne pour 1833 le chiffre de 129 699 enfants trouvés. De quoi alimenter bien des projets.

  • 18 ANOM, GGA L 5, Immigration de France, correspondances, adressées au ministère de la guerre en janv (...)

26Des projets émanent de membres du clergé, de sénateurs, de commissions de l’Assemblée législative, de maires de communes et même de particuliers18. Seuls les projets qui concernaient à la fois des filles et des garçons ont été retenus. Les filles n’ont fait l’objet d’aucun projet spécifique.

27Du côté des autorités civiles françaises, il s’agit avant tout de se débarrasser de ces enfants considérés comme des vagabonds en herbe ou futurs trublions de l’ordre public. Aussi de vastes projets sont envisagés pour transférer la quasi-totalité de ces orphelins dans des établissements agricoles d’Algérie. En 1851, certains projets parlent d’envoyer dans ces colonies agricoles, chaque année, six mille enfants trouvés des deux sexes ; d’autres prévoient l’installation en Algérie de 86 colonies des filles et des garçons orphelins et enfants trouvés.

  • 19 M. Triphong, président du sénat et le comte de Portalis.
  • 20 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie, ses éléments, chap. VIII, Les orphelinats, Paris, L (...)

28Le projet le plus ambitieux fut préparé par des sénateurs19 à la demande de l’Empereur. Il prévoyait la création immédiate en Algérie de 22 établissements de 500 enfants chacun devant accueillir 100 000 orphelins de moins de 12 ans. Chaque colonie agricole d’enfants devait comprendre deux établissements, un pour les garçons et un pour les filles20.

29Ce gigantesque projet effraya même les personnes les plus favorables à l’envoi d’orphelins en Algérie. La commission du Sénat chargée de l’étudier le réduisit à un placement de 6 000 garçons et 1 500 filles dont l’arrivée en Algérie devait être échelonnée. Les enfants ne devaient partir qu’à l’âge de 12 ans. Les dépenses devaient être partagées entre les hospices, les communes, les départements et l’État. Ce projet fut jugé encore trop onéreux et abandonné.

30Les propositions émanant d’ecclésiastiques furent aussi nombreuses.

31Monseigneur Dupuch, évêque d’Alger, semble avoir été le premier à penser en 1843 à une colonisation de l’Algérie à partir d’orphelins de Métropole. L’évêque d’Alger souhaitait un peuplement offrant des garanties d’avenir par son adaptation au pays et ses qualités chrétiennes. Aussi, le 16 octobre 1843, il écrit à Bugeaud :

  • 21 ANOM Algérie, F 80 1644.

En France et dans chaque département, qu’on nous permette de choisir cent garçons et cent filles ; qu’on nous donne ici une vraie maison et qu’on nous aide à agrandir un peu celle des orphelines à Mustapha. Mariés les uns aux autres et mariés par nous, ils formeront des familles religieuses, honnêtes, véritablement et uniquement françaises, n’ayant d’autre avenir que l’Afrique française21

32Bugeaud ne semble pas avoir donné suite. Là encore c’était un projet qui s’inscrivait dans la durée et ne réglait pas rapidement le problème des colonies militaires du Maréchal.

33Les projets présentés par la suite par des ecclésiastiques mettent en avant l’intérêt à la fois de la colonie et des enfants. Pour autant, ils sont loin d’être philanthropiques. Faire venir des enfants abandonnés de France, c’est obtenir, pour chacun d’eux, un financement public, mais c’est surtout l’espoir de se voir attribuer une concession agricole ou d’en augmenter l’étendue puisque les établissements d’accueil devaient permettre l’apprentissage de ces futurs colons. Aussi, les responsables de plusieurs établissements d’orphelins en Algérie vont‑ils tenter d’obtenir des enfants orphelins ou abandonnés de France aux fins de démontrer que les terres concédées étaient insuffisantes.

  • 22 L. de Baudicour, op. cit.

34C’est le cas du Père Brumauld de la Compagnie de Jésus, chargé depuis 1842 des orphelins d’Alger. Il avait acquis deux grands domaines agricoles pour abriter ses 399 pensionnaires en 1851, celui de Ben-Aknoun et celui de Bouffarik Il souhaitait davantage de bras et d’argent pour développer ses exploitations22. C’est également le projet de l’abbé Landman qui avait installé quinze orphelins dans l’ancien camp de Medjez-Amar près de Guelma et en espérait d’autres.

35L’abbé Abram qui avait obtenu en 1849 la concession de Misserghim pour abriter les orphelins d’Oranie est aussi à la recherche de nouveaux pensionnaires. Il propose, en 1851, un vaste projet annexant à chaque hospice départemental français une « succursale agricole » en Algérie formée d’établissements séparés pour les garçons et les filles. Il envisage le transfert de vingt-cinq mille enfants des deux sexes dans ces colonies agricoles.

36Dans tous les cas, la charge financière de chaque orphelin venant de Métropole devait continuer à être assurée par son département de tutelle.

  • 23 ANOM Algérie, F 80 1639 - Règlements, projets divers du ministère de la guerre. En France les enfa (...)

37Les départements consultés répondirent par une fin de non recevoir car, en France, les orphelins ne coûtaient pas la moitié du prix des orphelins d’Algérie23. Mais certains de ces projets purent, néanmoins, très partiellement aboutir.

  • 24 L. de Baudicour, op. cit. Une vingtaine d’orphelins de la région de Saintes aurait aussi rejoint l (...)

38Le ministère de l’Intérieur pressé par le père Brumauld consentit à faire un essai. Il obtint de l’Administration des hospices de Paris de confier au Père Brumauld l’éducation de 200 enfants. En y ajoutant quelques enfants que les autres responsables de colonies agricoles purent se procurer, les grands projets de transfert d’orphelins se soldèrent par l’envoi de moins de 250 enfants, tous de sexe masculin24.

39L’envoi en Algérie de filles provenant des hospices de France, fut envisagé mais aucun projet n’aboutit. Les filles à l’évidence ne présentaient pas le même intérêt pour l’entretien des terres des colonies agricoles d’Algérie et, de ce fait, on ne pouvait guère espérer obtenir une concession pour leur apprentissage. En outre, leur éducation était plus onéreuse car elles ne pouvaient pas être placées chez les colons dès l’âge de 15 ans, comme c’était fréquemment le cas pour les garçons.

La création à Paris d’une société d’émigration féminine

40À la fin du siècle, il y eut l’organisation, rappelée ici pour mémoire, d’une société d’émigration féminine dirigée vers les territoires d’outre mer dont l’Algérie. Ce fut une initiative privée et parisienne dont la nature et les objectifs étaient très différents de ceux des projets précédents. Il s’agissait de donner du travail aux femmes françaises qui étaient de plus en plus nombreuses à rechercher un emploi et qui n’en trouvaient pas en Métropole.

  • 25 Article du journal L’Éclair du 1er juin 1897 paru sous le titre Les Colonisantes. L’état actuel de (...)

41Les débuts de cette société furent prometteurs. « Des fermières, des employées de commerce partirent pour la Nouvelle Calédonie, des cuisinières, des femmes de chambre en Tunisie, des sages-femmes et des gardes-malades en Algérie.25 »

  • 26 4 à 500 au total d’après Y. Knibielher dans Les femmes au temps des colonies, Stock, 1985.

42En fait, peu de candidates se présentèrent26 et les emplois proposés étaient peu nombreux ou mal adaptés aux demandes. La plupart furent dirigées vers des territoires coloniaux qui, au début du XXe siècle, avaient davantage besoin de femmes européennes que l’Algérie.

43Le nombre de femmes qui partirent vers l’Algérie dans le cadre de programmes pensés uniquement pour elles fut donc dérisoire. Seules les dix-sept mariées de Toulon et peut-être quelques femmes attirées à la fin du siècle par la Société d’émigration furent dans ce cas.

44L’immigration féminine obéit aux mêmes conditions générales de migration que celle des hommes. La nationalité à cet égard l’emporte sur le sexe.

  • 27 La colonisation rurale qui avait pour but le contrôle et la mise en valeur des terres fut de loin (...)

45Seules ou en famille, les femmes espagnoles, italiennes ou maltaises ne furent pas plus aidées pour leur voyage et leur installation que leurs compagnons. L’assistance de l’état pour le transport et parfois pour l’habitation ne concerna que les Français qui profitèrent de la colonisation rurale et maritime organisée27. La majorité des Françaises comme des Français partirent dans le cadre d’une immigration libre et non assistée.

Notes

1 Le nombre de femmes est de 9835 pour 21564 civils du sexe masculin.

2 Bugeaud (Maréchal), Le Peuplement français de l’Algérie par Bugeaud d’après les écrits et discours du maréchal. Mémoire sur la colonisation de l’Algérie, 1847, Tunis, Éditions du Comité Bugeaud, s. d.

3 ANOM Algérie, F 80 1425, Instructions relatives à l’admission d’anciens militaires dans les colonies (1849-1851).

4 Dr J.-F. Cabrol, De l’Algérie sous le rapport de l’hygiène et de la colonisation, Strasbourg, 1863, p. 9.

5 ANOM, F 80 1386.

6 Extrait du Mémoire sur notre établissement dans la province d’Oran, écrit par Bugeaud en juillet 1837 et fourni par V. Demontès, La colonisation militaire sous Bugeaud, thèse, Alger, 1917, 634 p.

7 Bugeaud (Maréchal), Le peuplement français de l’Algérie d’après les écrits et discours…, op. cit., supra n. 2.

8 Ce nom a été donné à ce projet par des journalistes en raison de son caractère rocambolesque et par référence, peut-être, à une nouvelle d’Alexandre Dumas qui venait de paraître sous ce titre mais dont l’action se passait au XVIIIe siècle.

9 V. Demontès, La colonisation militaire sous Bugeaud, op. cit., supra n. 6.

10 Ibid., rapport écrit au ministre le 10 juillet 1842.

11 V. Demontès, extrait de la lettre de Soult au gouverneur du 18 avril 1843, citée dans La colonisation militaire sous Bugeaud, op. cit.

12 Ch.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 237.

13 ANOM, F 80 1647.

14 Dossier référencé en note précédente - Minute de la lettre adressée par Bugeaud à l’abbé Coural le 17 août 1842.

15 ANOM Algérie, F 80 1647.

16 Le guide du Voyageur en Algérie de Gomot, de l’année 1844 affirme que Bugeaud fit venir quelques jeunes filles de cette Institution. Mais les archives et la presse n’en parlent pas et les relevés des généalogistes qui ont travaillé sur les demandes de départ de Montpellier ne font pas apparaître des départs de jeunes filles ou femmes seules en nombre pour les années 1844-1845. Aussi peut-on penser que l’auteur du guide a confondu le projet et sa réalisation.

17 Y. Turin, Enfants trouvés, colonisation et utopie, Revue historique, n° 496, octobre-décembre 1976.

18 ANOM, GGA L 5, Immigration de France, correspondances, adressées au ministère de la guerre en janvier 1852 d’Auguste Bourel-Roncière. Un ancien notaire de Rouen édite une brochure portant le titre de « Réflexions sur la colonisation de l’Algérie à l’aide des enfants trouvés et abandonnés » ; un secrétaire, au Congrès agricole de St Brieuc envoie une adresse au ministère de la guerre pour le placement dans des familles de colons bretons d’Algérie d’enfants abandonnés de départements français.

19 M. Triphong, président du sénat et le comte de Portalis.

20 L. de Baudicour, La colonisation de l’Algérie, ses éléments, chap. VIII, Les orphelinats, Paris, Lecoffre, 1856.

21 ANOM Algérie, F 80 1644.

22 L. de Baudicour, op. cit.

23 ANOM Algérie, F 80 1639 - Règlements, projets divers du ministère de la guerre. En France les enfants étaient placés à la campagne et le prix de pension cessait d’être payé au plus tard à 12 ans alors qu’en Algérie, ils restaient en apprentissage jusqu’à 15 ans et même parfois 18 ans dans les colonies agricoles.

24 L. de Baudicour, op. cit. Une vingtaine d’orphelins de la région de Saintes aurait aussi rejoint la colonie de l’abbé Landmann et Baudicour considère que l’augmentation rapide du nombre d’orphelins de l’abbé Abram (de 60 en 1851 à 180 en 1854) pourrait être due à l’envoi d’orphelins de Métropole.

25 Article du journal L’Éclair du 1er juin 1897 paru sous le titre Les Colonisantes. L’état actuel de la société d’émigration des femmes, Bibliothèque Marguerite Durand, Paris.

26 4 à 500 au total d’après Y. Knibielher dans Les femmes au temps des colonies, Stock, 1985.

27 La colonisation rurale qui avait pour but le contrôle et la mise en valeur des terres fut de loin la plus importante. Pour la favoriser deux moyens furent utilisés : la concession de terre soumise à des conditions variables suivant les époques et le transport gratuit par bateau des ports français du littoral méditerranéen aux ports algériens. Les Parisiens en 1849 et les Alsaciens-Lorrains en 1871 profitèrent d’une assistance plus complète. Ils furent convoyés de Paris, Lyon ou Strasbourg jusqu’aux villages de colonisation et des maisons leur furent offertes ainsi que des secours divers pour faciliter leur installation. Des Suisses et des Allemands et quelques rares Espagnols purent aussi obtenir des concessions.
La colonisation maritime fut tentée à deux reprises, en 1846-1848 et à la fin du XIXe siècle. Une maison avec jardin et du matériel de pêche étaient accordés à ces colons. Mais la concurrence italienne était rude et cette forme de colonisation n’eut guère de succès.

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540