Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Des Européennes rapidement nombreuses

Les premières migrantes (1830-1840)

Texte intégral

  • 1 M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998. Opinion de Marie‑Rein (...)

1De tous temps et quelle que soit la destination, les femmes émigrent moins volontiers que les hommes. Les moyens de transport, le manque d’information et le poids des traditions rendaient cette réalité encore plus vraie au XIXe siècle qu’aujourd’hui. Émigrer, à cette époque, pour une femme, c’était comme pour un homme affronter l’inconnu, rompre avec l’environnement familier. Mais c’était aussi transgresser la tradition, remettre en question la place qui lui était impartie, sortir de l’espace qui lui était assigné, celui du foyer, de la famille. « Une femme ne doit pas sortir du cercle étroit tracé autour d’elle »1.

  • 2 Pour les grandes phases de la conquête se reporter à la carte placée en tête de partie.

2Les femmes partent plus volontiers en famille ou pour rejoindre des parents ou amis déjà installés. La distance par rapport au pays d’origine a aussi une influence. La séparation d’avec le milieu familier est ressentie comme moins définitive s’il est possible d’envisager un retour rapide et pas trop coûteux. Pour les peuples du pourtour de la Méditerranée, l’Algérie offrait cette commodité. Mais ce pays n’avait pas bonne réputation auprès des Européens et surtout des Européennes. C’était la terre fantasmée des Barbaresques, des pirates qui enlevaient les femmes pour les vendre et les enfermer dans des harems. L’Algérie resta, pendant une bonne partie du XIXe siècle et malgré la conquête française, un pays peu accueillant et présentant une forte insécurité. Si la ville d’Alger fut facilement prise par les Français en juillet 1830, il n’en fut pas de même pour le reste de l’Algérie. La guerre fut longtemps incessante. L’Algérie ne fut totalement conquise, Sahara excepté2, qu’après la campagne menée par le Général Randon en Kabylie, en 1857, ce qui ne signifiait pas intégralement soumise. En témoignèrent la grave insurrection de 1871 et les révoltes de 1876-1879 dans la région des Aurès, sans compter d’autres insurrections sporadiques qui expliquent la présence constante en Algérie de contingents militaires plus ou moins importants.

3Et pourtant des femmes partirent y vivre et y mourir, et cela dès les premières années qui suivirent la conquête d’Alger alors qu’aucun plan de colonisation n’avait encore été décidé et que la situation était particulièrement troublée.

L’Algérie des années 1830

4La reddition d’Alger dans les jours suivant le débarquement des Français à Sidi Ferruch, le 14 juin 1830, débouche sur une période de grande incertitude politique qui dura dix ans. Ce n’est qu’en 1841, avec la nomination de Bugeaud comme gouverneur général, que la France décide la conquête totale de l’Algérie et s’engage dans une politique de colonisation par des mesures d’encouragement à l’immigration et de mise en valeur du territoire.

  • 3 Un Gouvernement général des possessions françaises dans le Nord de l’Afrique est créé, le 22 juille (...)

5Mais, dans un premier temps, la monarchie de juillet ne sut que faire du « legs » algérois de Charles X. Durant les quatre premières années de son règne, Louis Philippe, aux prises avec des difficultés intérieures et extérieures soulevées par la révolution belge, laisse l’armée décider pratiquement du sort des régions conquises. Les généraux gouverneurs qui se succèdent déterminent leur politique en fonction de leurs opinions, ambitions et tempéraments. En 1834, la Monarchie de Juillet finit par se prononcer pour une politique d’occupation restreinte limitée aux zones portuaires d’Alger, d’Oran, Bougie, Bône et leurs environs immédiats3. Mais le général Clauzel tente, lors de sa seconde nomination de juillet 1835 à février 1837, de ne pas tenir compte des choix de Paris et d’imposer par des expéditions « guerroyantes » son souhait d’occupation totale. L’échec désastreux de l’armée française aux portes de Constantine en novembre 1836 entraîna son départ et l’application effective par ses successeurs de la politique d’occupation restreinte.

6Les hésitations de l’État français, les initiatives divergentes des gouverneurs et la résistance tribale des populations indigènes créent durant cette période, une situation anarchique et extrêmement confuse.

7Des villes et des territoires sont occupés puis évacués pour être repris ensuite. En 1833, la France contrôlait plus ou moins Alger, le Sahel, la Mitidja jusqu’à Blida et Bône, et à l’ouest Oran, Arzew et Mostaganem. Mais le reste du pays lui échappait totalement. Les Turcs d’Oranie s’offraient à collaborer tandis que ceux du Constantinois résistaient, non sans louvoyer et négocier. L’ancien Dey Hussein ne désespérait pas de reprendre Alger grâce à l’appui des Anglais. Les chefs et les notables indigènes cherchaient une direction pour mettre fin à l’anarchie qui submergeait le pays. Certains offraient leurs services pour renverser les Turcs et menaient ensuite la guerre sainte contre les envahisseurs chrétiens. Il y avait ceux qui firent appel au sultan du Maroc et ceux qui espéraient dans le sultan de Constantinople.

8En 1834, deux pouvoirs finissent par émerger et s’affirmer contre la France : à l’est, celui du bey Hâjj Ahmed qui s’était maintenu et se prétendait le successeur du dey et à l’ouest celui du jeune marabout Abd el-Kader qui s’était fait reconnaître comme « sultan des arabes » par quelques tribus de la région de Mascara et prêchait la guerre sainte. Des traités de paix furent signés avec Abd el-Kader en 1834 et 1837 pour être remis en question par ce dernier en 1839.

9En 1841, les territoires officiellement sous autorité française étaient ainsi décrits :

  • 4 L. Veuillot, Souvenirs d’un voyage fait en Algérie en 1841, Tours, Mame, 1845.

Quand on parle de colonisation de l’Afrique il ne peut être question que des essais tentés dans la Mitidja. Je les ai vus entre Alger et Blidah et je serai sincère : Alger sort de son enceinte et se répand des deux côtés de faubourgs neufs […] Si l’armée cessait un moment de couvrir ces enclos de son ombre, ils n’existeraient plus. À deux lieues d’Alger, on trouve la colonisation vantée de Dély-Ibrahim. C’est en réalité un village de charretiers et de cabarets. Que l’armée se retire ou soit simplement forcée de s’éloigner quelques jours et tout est anéanti. J’y ai vu une pauvre femme pleurant son enfant enlevé par les Arabes4.

  • 5 G. Esquer, Correspondance du Maréchal Clauzel, Paris, Larose, 1948.
  • 6 Tribus rebelles.

10C’est donc dans un territoire en guerre, aux limites mal définies et à l’avenir des plus incertains que vinrent s’installer les premiers immigrés européens. Hommes et femmes pouvaient être tués par les Arabes ou décimés par les fièvres, mais les femmes avaient en plus à redouter viols et enlèvements. Le maréchal Clauzel5 note que le 2 novembre 1836 l’Émir Abd el-Kader envoya à l’empereur du Maroc, en reconnaissance de ses nombreuses bontés, un certain nombre d’animaux, deux petites caisses d’argent, et « quatre Européennes : la femme Lanternier, sa fille et deux Allemandes toutes prises à Dely-Ibrahim à l’époque des foins par un parti hadjoute »6.

Caractères démographiques de l’immigration féminine

Une immigration précoce mais réduite

  • 7 ANOM, Tableau de la situation des Établissements français en Algérie, 1833 à 1841.
  • 8 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne au point de vue du (...)

11Les relevés de population réalisés à la demande de l’Intendant civil de la Régence en 1831, les dénombrements annuels de la population7 effectués par la suite, ainsi que les renseignements fournis pour la ville d’Alger par les docteurs Foley et Martin8 révèlent la présence de femmes européennes en Algérie dès la première année de la conquête.

  • 9 À savoir les pourtours de quelques villes côtières, voir supra p. 15.

12Ces premières venues sont certes peu nombreuses. À la fin de l’année 1830, les docteurs Foley et Martin relèvent à Alger la présence de 66 femmes, chiffre minime, les hommes étant 439. On a donc un rapport de 15 femmes pour 100 hommes. Mais dès 1833-1834, les femmes représentent plus de 30 % de la population masculine pour l’ensemble des territoires sous contrôle français9 et dépassent 40 % pour la seule ville d’Alger.

13Le rapport numérique des sexes, à Alger d’une part et pour l’ensemble du territoire sous contrôle français d’autre part s’établit ainsi :

Nombre de femmes pour 1 000 hommes du 31 décembre 1830 au 31 décembre 1841

Nombre de femmes pour 1 000 hommes du 31 décembre 1830 au 31 décembre 1841

Tableau réalisé à partir des données fournies pour Alger, par les docteurs Foley et Martin et pour l’Algérie par les annuaires statistiques des années citées

14La population féminine augmente légèrement plus vite que la population masculine. Pour la seule période de 1833 à 1839 les femmes voient leur nombre multiplié par trois et les hommes par deux et demi environ.

15Durant ces débuts de l’immigration européenne, la population féminine reste, toutefois, nettement inférieure. Mais le nombre de femmes est loin d’être insignifiant. Dans les trois ans qui suivent la conquête, on a déjà presque une femme pour trois hommes et, dix ans après, en 1842, presque une femme pour deux hommes. Ce rapport est une moyenne pour l’ensemble du territoire.

16En fait les données statistiques montrent que la population féminine reste, plus encore que la population masculine, concentrée dans deux villes, Alger et Oran.

Étude comparative du rapport numérique par sexe des Européens en 1833 et 1838 en chiffres absolus et nombre de femmes pour 100 hommes

Étude comparative du rapport numérique par sexe des Européens en 1833 et 1838 en chiffres absolus et nombre de femmes pour 100 hommes

Chiffres fournis par Les Tableaux de la situation des Établissements français en Algérie, ANOM

17Il existe toutefois une légère érosion de cette concentration, dans ces deux cas, en 1838 par rapport à 1833. En 1833, Alger et Oran réunissent 94 % de la population féminine et 85 % de la population masculine. En 1838, ces deux villes abritent encore 83 % de la population féminine et 78 % de la population masculine de l’Algérie.

18La comparaison des différences de pourcentage et des taux de progression d’une ville à l’autre n’a pas grande signification. L’effectif des villes de Bougie et de Mostaganem est encore trop faible pour qu’on puisse apprécier valablement l’évolution du niveau de féminisation de la population. L’arrivée de quelques femmes supplémentaires suffit, dans ces conditions, à modifier fortement les rapports. Mais dans toutes les villes le nombre de femmes progresse légèrement plus vite que celui des hommes.

  • 10 Le choléra fait de nombreuses victimes en 1832, 1835 et 1837.

19Malgré les guerres et les épidémies10, des femmes osèrent donc venir en Algérie alors que rien ne pouvait encore présager de la pérennité de la présence française dans ce territoire.

Des migrantes de diverses nationalités

Population civile d’Alger en 1831 et en 1841

Population civile d’Alger en 1831 et en 1841

Chiffres relevés dans « État de la population civile d’Alger de novembre 1831 et dans l’annuaire de 1840 ». * La population donnée comme anglaise est surtout originaire de Malte, d’où la disparition des « Maltais » en 1841

20Dès la fin de l’année 1831, des Européennes de différentes nationalités se trouvent, déjà, en Algérie. Les Françaises sont alors largement majoritaires. Elles constituent 61 % de l’ensemble des femmes présentes en Algérie. Viennent ensuite les Espagnoles 28 %, les quelques européennes appartenant à d’autres nationalités n’intervenant que pour 11 %.

21Les femmes sont minoritaires dans tous les groupes ethniques. Mais seules les Françaises et les Espagnoles sont, en fait, réellement représentées : dans le groupe français on a 35 femmes pour 100 hommes et pour les Espagnols les femmes représentent près de 32 % des hommes.

22Dix ans après, en 1841, de nouveaux rapports apparaissent :

  • Une communauté se distingue des autres par la supériorité numérique des femmes : c’est celle des Espagnols constituée à 54 % de femmes alors que pour le groupe français, les femmes ne représentent que 37 %.

  • Les Françaises restent globalement les plus nombreuses. Mais elles ne sont plus majoritaires : 55 % des Européennes sont des étrangères.

  • La population féminine est davantage issue du bassin méditerranéen que la population masculine. C’est le cas de 52 % des Européennes contre 47 % des Européens.

23On constate donc l’arrivée massive de populations issues du bassin méditerranéen entre 1831 et 1840 et, dès cette époque, une composition ethnique des hommes et des femmes légèrement différente.

Des femmes quasiment ignorées des historiens

  • 11 Abandonnés sur les quais du Havre par l’agent d’émigration qui devait les emmener en Amérique, ils (...)

24Selon les historiens une nuée d’hommes de proie et de pauvres hères s’abattit sur Alger à la recherche de gains fructueux ou de survie, dès les premiers mois de la conquête. Aux côtés de trafiquants de toutes sortes : hommes d’affaires, banquiers, boutiquiers mais aussi magistrats, fonctionnaires et officiers spéculant sur les propriétés à acheter et vendre, débarquent à Alger des ouvriers recrutés hâtivement sur les pavés de Paris ou Marseille, et des colons allemands11. C’est l’époque, aussi, des aristocrates romantiques, légitimistes qui préfèrent s’exiler plutôt que servir la monarchie orléaniste.

  • 12 ANOM, Tableau de la situation des Établissements français en Algérie, années 1842-1843.

25Quand les archives s’intéressent à ces premiers migrants, que ce soit pour les dénigrer ou pour reconnaître le mérite de certains, comme les Mahonnais qualifiés d’« intelligents, sobres, matelots agiles et cultivateurs laborieux et par conséquent, bons soldats »12, il s’agit d’éléments masculins ou de population migrante de sexe non défini.

  • 13 P. de Reynaud, Annales algériennes années 1836-1839, Paris, Ancelin, 1840, vol. 2, p. 342.

26Les notations concernant spécifiquement les femmes immigrées sont extrêmement rares. Pélissier de Reynaud a évoqué les « soirées indiennes » organisées par de gros fermiers européens de Beni-Mouça au cours desquelles des courtisanes nues leur versaient « l’infusion de moka et les liquides flammes du punch »13. Cette anecdote bien connue accrédita, avec quelques autres, l’idée que la population féminine européenne était à cette époque essentiellement constituée de courtisanes et de prostituées. Une étude plus approfondie de sources diversifiées révèle une réalité plus complexe.

Typologie des premières Européennes

Quelques Européennes déjà présentes

27Les Européennes qui débarquèrent à la suite de la conquête française n’étaient pas les premières Européennes à aborder ce territoire. Quelques Européennes vivaient déjà en Algérie avant 1830.

Des femmes ou filles de consuls et de commerçants

28L’existence d’une société européenne formée par les consulats résidant à Alger depuis des années est attestée par un médecin qui accompagna les premières troupes françaises en Algérie.

  • 14 Dr J.-P. Bonnafont, Douze ans en Algérie, 1830-1842, Paris, E. Dentu, 1880.

La société anglaise était représentée par son consul général M. S. John, par le vice consul M. Tulin avec quatre ou cinq filles et par un médecin anglais le Dr Baven avec ses cinq filles ; enfin par le consul général de Naples, le chevalier de Giraldi, avec ses trois filles qui rivalisaient avec succès par leur beauté et leur amabilité avec les originaires des bords de la Tamise14.

  • 15 Henryhanne, Souvenirs d’une aïeule algérienne, 1830-1927, Alger, s. éd., 1927.

29Une descendante du vice-consul d’Angleterre précise que les parents de ce dernier étaient établis à Alger depuis 1802 et que ses cinq filles épousèrent toutes des Français15. L’Angleterre et Naples n’étaient pas les seuls états européens à avoir des représentants à Alger avant l830. Il en était de même pour tous les pays qui commerçaient avec les Turcs. La France, l’Espagne, la Suède, le Danemark et la Hollande avaient également des consuls qui demeuraient avec leur famille en Algérie.

  • 16 P. Boyer, Vie quotidienne à Alger à la veille de l’intervention française, Paris, Hachette, 1963.
  • 17 Dr J.-P. Bonnafont, op. cit.

30Une vie mondaine à l’européenne existait donc à Alger avant 1830, faite de bals, de comédies de salon, et de concerts amateurs16. Mais ces familles mirent longtemps à se mêler aux réunions de la colonie française après 183017.

  • 18 Ch. Desprez, Les ouvroirs musulmans, Alger, 1863, Le courrier de l’Algérie, 44 p. Il s’agit de Mme (...)

31Pouvaient également se trouver en Algérie quelques femmes ou filles de commerçants européens et particulièrement marseillais installés, au moins temporairement, en Algérie. La maison Paret de Marseille avait rétabli des relations cordiales avec les Algériens à partir de 1822. La direction d’Alger avait même installé un régisseur à Bône et ouvert une succursale à Constantine. Une des premières Françaises à créer un ouvroir à Alger était née dans cette ville, ses parents y étaient venus pour y faire du commerce18.

Des Européennes enlevées par des Barbaresques

32Se trouvaient aussi en Algérie quelques Européennes enlevées très jeunes par les Barbaresques sur les côtes d’Europe ou sur des navires en Méditerranée.

  • 19 M. Dopigez, Souvenirs de l’Algérie et de la France méridionale, Douai, 1840.

33Dans un livre de souvenirs, un aumônier de l’armée d’Afrique19, raconte, en 1840, la triste histoire d’une jeune Française, demoiselle de compagnie d’une comtesse napolitaine, qui prit une tartane grecque pour rejoindre sa maîtresse à Livourne et fut faite prisonnière par le capitaine qui se livrait au commerce d’esclaves pour l’Afrique. « Elle fut ainsi conduite à Tunis avec d’autres compagnes d’infortune, jeunes filles grecques, vénitiennes et andalouses et fut achetée par un riche algérien. Il l’épousa mais l’autorisa à rester française, catholique, et à élever ses enfants dans la religion de ses parents ». On peut mettre en doute la crédibilité de cette dernière affirmation.

  • 20 Abbé Suchet, Lettres édifiantes et curieuses, Tours, 1840.
  • 21 Père Testas, Vie militante de la bienheureuse Mère Émilie de Vialar, op. cit.

34Un autre prêtre20 écrit qu’à son arrivée à Constantine il trouva « quatre Européennes (deux Espagnoles et deux Italiennes), toutes femmes de musulmans, enlevées de leur pays ou d’Oran et se glorifiant d’être chrétiennes », ce qui ne veut pas nécessairement dire qu’elles pouvaient suivre leur religion mais signifie, sans doute, qu’elles avaient été baptisées. Le père Testas21, quant à lui, note que dès la conquête de Constantine, une des femmes légitimes du bey Hajj Ahmed se plaça sous la protection de l’armée française en déclarant qu’elle avait été enlevée très jeune par des pirates sur la côte italienne et vendue au marché d’esclaves.

35Ces récits sont suffisamment nombreux pour attester de l’existence d’épouses ou compagnes européennes de riches Algériens. Il n’en reste pas moins que leur présence est anecdotique dans l’histoire du peuplement européen.

Quelques femmes espagnoles en Oranie

  • 22 Ch. Florès, Un siècle de colonisation hispanique en Oranie française, 1830-1930, mémoire de maîtris (...)

36Il en est de même des quelques femmes espagnoles restées aux côtés de leurs compatriotes entre Oran et Mers El Kebir, après l’abandon de ces villes par le Gouvernement espagnol en 1791. D’après un historien22, 80 familles espagnoles étaient ainsi restées sur place.

37Il est évident que le nombre d’Européennes se trouvant en Algérie avant 1830 était infime. Les Européennes vinrent essentiellement après l’occupation française, mais on se devait de rappeler cette réalité.

Des femmes en marge de la société

Des prostituées

38Des traces de ces femmes se trouvent dans des articles de chronique mondaine, dans des enquêtes menées par l’administration ou dans quelques ouvrages de mémoires.

  • 23 Dr J.-P. Bonnafont, op. cit.

Les femmes étaient rares et la qualité laissait encore à désirer […] Ce fut le premier noyau de la société algérienne composé de cinq dames, et pendant plusieurs mois on se demandait discrètement si leurs noms (Madame de Ci, de Là […]) étaient bien orthodoxes. Mais on avait envie de s’amuser et surtout de danser […] Un petit scandale éclata, quand la véritable maîtresse de la maison d’un haut fonctionnaire débarqua à Alger alors que les honneurs d’une réception étaient faits par une jeune dame fort gracieuse23.

39Que l’immigration spontanée féminine ait compté dans ses rangs, durant les premières années de la conquête, un certain nombre de professionnelles de l’amour vénal ne peut surprendre : courtisanes accompagnant certains notables mais surtout prostituées que les armées traînaient toujours dans leur sillage.

40Il est impossible de connaître le nombre exact de femmes qui se livraient à la prostitution à cette époque à Alger. Seule la prostitution officielle est connue.

Nombre et nationalité des prostituées d’Alger

Nombre et nationalité des prostituées d’Alger

Tableau élaboré à partir de renseignements relevés dans la série F 80 725 pour l’année 1834 et les annuaires statistiques de l’Algérie des années 1838, 1839, 1840 et 1841 édités par le Ministère de la guerre

  • 24 Dr É. Duchesnes, De la prostitution dans la ville d’Alger depuis la conquête, Paris, Baillères, 185 (...)
  • 25 P. Boyer, Vie quotidienne à Alger à la veille de l’intervention française, op. cit.
  • 26 ANOM Algérie, série F 80 668/1.

41Les indigènes, composées surtout d’Arabes mais aussi de juives, de Mulâtres et de Négresses, sont de très loin les plus nombreuses durant cette période. Il est vrai que du temps des Turcs, Alger passait pour être un centre important de prostitution. Les chiffres diffèrent fortement selon les sources. Un médecin24 rapporte que, selon le capitaine d’État-major Rozet, le nombre de filles publiques à Alger lors de la conquête aurait été d’environ 3000. L’historien Pierre Boyer25 estime leur nombre à « un demi millier ». Les archives26 donnent le chiffre plus modeste encore, mais annoncé sans garantie, de 166 filles publiques.

  • 27 Les femmes étaient enfermées dans des maisons particulières, divisées en diverses classes, dont cha (...)

42Sous la Régence, la prostitution était placée sous le contrôle de « mezouars ». Ces hommes passaient avec le gouvernement turc un contrat de fermage les autorisant à percevoir sur chaque fille une taxe mensuelle d’un montant défini, à condition de reverser au dey d’Alger une somme dont la quotité était fixée lors de chaque renouvellement de contrat27. L’administration française prit en quelque sorte la suite de la gestion officielle de la prostitution à Alger.

43Par souci de la santé des troupes, un dispensaire fut créé dès août 1830. Obligation fut faite aux prostituées de s’inscrire à ce dispensaire, de s’y présenter une fois par semaine, d’avoir un livret de signalement et de payer à l’agent comptable une rétribution mensuelle de cinq francs. La surveillance des prostituées fit l’objet d’une organisation modifiée à plusieurs reprises durant les premières années de l’occupation française.

44Filles et dispensaires furent d’abord placés sous l’autorité du maire qui rétablit plus ou moins le système de fermage antérieur puisque, jusqu’en 1835, le prélèvement de la taxe sur les prostituées fut confié par le maire à des adjudicataires moyennant une somme à payer par eux à la mairie. Puis l’arrêté du 28 novembre 1835 plaça les filles sous le contrôle du commissaire de police d’Alger. Les prostituées furent alors « encartées » et durent désormais verser, chacune, une contribution mensuelle de 10 F. directement à l’économe du dispensaire dont elles dépendaient pour la surveillance de leur santé. À partir du 1er janvier 1838 le service des filles publiques fut confié à un contrôleur placé sous l’autorité exclusive du maire. Cette organisation connut peu de changements par la suite.

45Mais quel que soit le lieu ou l’époque, il est bien connu qu’une partie plus ou moins importante de la prostitution échappe au repérage officiel : courtisanes protégées par des officiers ou des fonctionnaires, femmes ou filles se livrant occasionnellement à la prostitution pour survivre faute de travail ou pour compléter de maigres revenus.

Des femmes cherchant à survivre

46Les femmes comptant sur leurs charmes pour vivre ou survivre devaient être nombreuses dans les premiers temps de la conquête, notamment parmi les Espagnoles et les Françaises qui étaient les Européennes les plus nombreuses. La communauté espagnole était même représentée par un plus grand nombre de femmes que d’hommes. Certaines devaient donc s’assumer ou trouver rapidement un homme pour les prendre en charge. Et ce n’était sans doute pas trop difficile à en juger d’après le récit suivant.

  • 28 Dr J.-P. Bonnafont, op. cit.

Le 3 janvier 1832, une tartane entra en rade. À peine amarrée, on vit apparaître et bientôt courir sur le pont des jeunes femmes qui venaient des îles Baléares rejoindre soi-disant leurs compatriotes, tous maraîchers. La police fit demander aux maraîchers de ces îles s’ils pouvaient utiliser, nourrir et loger ces nouvelles et jeunes recrues. Les maraîchers crurent qu’on se moquait d’eux et répondirent en riant que ces colons ne venaient pas pour cultiver mais pour manger. La police n’accorda la descente de chaque colis qu’à condition de lui trouver un protecteur ; les protecteurs affluèrent. On vit, alors, chacun d’eux après avoir donné son nom et sa demeure au commissaire, entrer sur le bateau, y prendre ou choisir le colis qui lui convenait28.

47Transportées sur des bateaux de marchandises, les femmes sont distribuées, tels des objets, au plus rapide ou au plus offrant, comme le laisse supposer les termes de « colis » et de « convenance ».

  • 29 J. Montupet, La Fontaine rouge, Paris, Laffont, 1953. Francesca est l’héroïne de ce roman historiqu (...)

48Les tartanes livrant d’Espagne ou des Baléares des cargaisons de femmes furent sûrement nombreuses. Toutes ces femmes n’étaient pas forcément des prostituées mais, poussées par le dénuement le plus total, elles acceptaient d’être des femmes « à tout faire » : servantes, aides agricoles, compagnes des hommes qui les prenaient en charge à l’arrivée. Certaines, comme la jeune « Francesca »29, finissaient par se faire épouser.

49Les Françaises étaient également nombreuses à tenter seules l’aventure algérienne durant cette période.

Dénombrement professionnel des passagères inscrites sur les navires arrivant de France ou quittant l’Algérie pour la France entre début août et fin décembre 1839

Arrivée de France

Départ d’Algérie

Rentières

8

16

Propriétaires

9

Religieuses

7

1

Femmes avec leur mari

3

2

Demoiselles sans profession

2

6

Veuves

3

Marchandes

7

7

Artistes

2

2

Autres professions*

5

13

Total

43

50

Tableau réalisé à partir des renseignements relevés dans le journal d’Alger L’Akhbar entre le 3 août et le 27 décembre 1939
*Il s’agit de couturières, lingères, modistes repasseuses, ménagères.

  • 30 Les renseignements fournis ne concernent que la fin de la période étudiée ici car L’Akhbar ne comme (...)

50On constate la grande mobilité de la population féminine française, infiniment moindre toutefois que celle des hommes. En août 1839, les femmes représentent seulement 19,50 % des passagers en partance et 14 % des arrivées30.

51Durant les cinq mois pris en compte dans ce tableau, le nombre de migrantes venant de France n’est pas très important puisqu’il est de 43 pour cinq mois. Il est vrai que la fin de l’année 1839 fut marquée par la reprise de la guerre sainte par Abd el-Kader. Mais les départs ne furent qu’au nombre de 50. La situation militaire n’entraîna donc pas d’exode.

52Un grand nombre de femmes voyageaient seules. Sans compter les 7 religieuses, 33 des 36 femmes ayant débarqué de France et 48 des 50 femmes en partance, au cours de la seconde partie de l’année 1839, étaient seules. Certaines de ces femmes pouvaient, toutefois, rejoindre ou quitter un compagnon se trouvant en Algérie.

53Trois catégories sont bien représentées : les rentières (8 à l’arrivée et 16 au départ), les propriétaires, au nombre de 9 à l’arrivée, et les marchandes (7 à l’arrivée, 7 au départ).

  • 31 Cette mesure avait été prise par le duc de Rovigo en raison du grand nombre d’immigrés qui débarqua (...)

54Plus de la moitié des femmes ayant débarqué en Algérie en 1839 étaient donc officiellement rentières, propriétaires ou marchandes. On est en droit de s’interroger sur les types de rentes, de commerces ou de propriétés possédés par ces femmes. Certes, tout petit revenu non salarié, au XIXe siècle, portait le nom de rente et, depuis 1832, obligation était faite à tout immigré de déclarer ses moyens de subsistance31, mais les charmes de certaines de ces passagères constituaient, peut-être, l’essentiel de leurs rentes. Les inscriptions de « demoiselles sans profession et demoiselles rentières » devaient dissimuler nombre d’authentiques prostituées.

  • 32 C. Chivas-Baron, Les femmes françaises aux colonies, Paris, Éditions Larose, 1929.
  • 33 ANOM, État-civil d’Alger de 1832, acte de décès de Marie Boyer.

55Mais à côté de prostituées professionnelles, il y avait sûrement beaucoup de ces femmes hardies et peu farouches, habituées depuis l’enfance à ne compter que sur elles pour survivre, « ces manières de hasarde-tout », selon un auteur de l’époque32. Elles étaient les seules femmes avec les vivandières à suivre les conquérants lors des expéditions coloniales, peu différentes, des joyeuses et secourables ribaudes médiévales. Vendeuses de vin, de tabac et à l’occasion d’amour, elles arrivaient alors qu’aucune autre femme n’avait la témérité de le faire. Dès qu’elles le pouvaient, elles achetaient des gargotes ou des hôtels miteux, essentiels pour l’accueil des hommes esseulés, telle, peut-être, cette veuve d’un menuisier, tenancière d’un hôtel garni, morte à 62 ans en 183233. Était-elle venue seule en Algérie placer ses quelques économies dans un garni, espérant ainsi s’assurer des revenus pour sa vieillesse ou bien, partie avec son mari et devenue veuve, avait-elle décidé de continuer à tenter en solitaire l’aventure algérienne ?

  • 34 ANOM, état civil d’Alger, 1836.

56Dans les villes, et davantage encore dans les villages de colonisation, ces femmes surent, peut-être, recréer un décor familier et aider les hommes à s’accoutumer à ces territoires étrangers. Elles ont ainsi domestiqué l’environnement. Certaines ont pu devenir d’irréprochables épouses. À moins qu’incapables de se fixer, elles aient terminé leur vie à l’hôpital, alourdies par les ans, comme ces quatre femmes apparemment seules, dont l’âge s’échelonne entre 54 et 77 ans, mortes au cours des mois de juillet et août 1836 et signalées sans domicile précis dans leurs actes de décès34.

Des femmes socialement intégrées

Cantinières et vivandières

57Vivandières ou cantinières suivaient traditionnellement les troupes, leur vendant vivres et boissons. Le titre de cantinière était en principe réservé aux vivandières qui accompagnaient officiellement l’armée.

  • 35 Capitaine Rozet, Relations de la guerre d’Afrique dans les années 1830 et 1831, Paris, Anselin, 183 (...)

58Celles qui étaient attachées aux régiments de zouaves ou de turcos portaient un pittoresque uniforme formé d’un cotillon court sur un pantalon bouffant, chéchia sur l’oreille, ainsi qu’un tonnelet d’eau en bandoulière ; elles partageaient parfois le destin des hommes qu’elles accompagnaient. Un officier évoque la mort horrible d’une cantinière massacrée aux côtés de soldats près de Boufarik en novembre 1830. Elle fut retrouvée « pendue par les pieds au tronc d’un palmier, elle avait le ventre ouvert et les entrailles arrachées ; les seins, le nez, les oreilles avaient été coupés et jetés dans l’abdomen »35.

  • 36 Ibid.

59Ces cantinières étaient en général très populaires et leurs mérites étaient parfois reconnus par les officiers. Ainsi, le Maréchal Perrégaux sollicite du Ministre de la guerre, en mai 1837, pour une blanchisseuse vivandière au 3e Régiment de ligne, « une médaille d’honneur en récompense du courage et dévouement dont elle a fait preuve pour soutenir les hommes fatigués et blessés »36.

Des religieuses

  • 37 Ch.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, PUF, 1986.

60Les terres de colonisation étant considérées par l’Église comme terres de mission, prêtres, aumôniers et religieuses suivaient aussi fréquemment les troupes coloniales. Dans le cas de l’Algérie, l’interdiction, dès les premiers temps de l’occupation, de tout prosélytisme par crainte de troubles et peut-être aussi par conviction voltairienne d’une partie de l’armée37, limita fortement l’activité missionnaire.

61Dès 1835, des religieuses vinrent en Algérie pour soigner les malades et faire la classe aux petits enfants. Ces religieuses appartenaient à la Congrégation de Saint-Joseph-de-l’Apparition, ordre récemment fondé en 1832 à Gaillac par Émilie de Vialar. Cette dernière vint d’abord accompagnée de trois religieuses. Mais pour faire face à la terrible épidémie de choléra qui sévissait alors à Alger, elle fit rapidement venir d’autres sœurs. Une quarantaine de religieuses étaient établies en Algérie, à Alger mais aussi à Bône, et Constantine et certaines étaient prêtes à partir à Oran en 1839, quand Monseigneur Dupuch évêque d’Alger s’y opposa :

  • 38 Père Testas, op. cit.

Monseigneur Dupuch entendait être reconnu comme supérieur général de toute l’Église d’Algérie. Or Émilie de Vialar tenait à son indépendance. Elle considérait que sa congrégation ne pouvait dépendre que de l’archevêque d’Albi puisque la maison mère se trouvait toujours dans ce diocèse38. D’où un long conflit qui se termina par le départ d’Algérie des sœurs de Saint-Joseph-de-l’Appartion en 1842. Monseigneur Dupuch avait fini par obtenir de Louis-Philippe en février 1842 un décret de remplacement de la congrégation d’Émilie de Vialar par d’autres religieuses qu’il espérait plus dociles.

62Des religieuses vinrent donc en Algérie dès le début de la conquête, antérieurement à tout ordre masculin.

Des épouses et des femmes actives

  • 39 Les ANOM ne possèdent que les actes de décès de quelques mois de ces deux années : juillet, août et (...)

63Dés le début, on trouve aussi en Algérie, des familles constituées et des femmes travaillant comme couturières, blanchisseuses ou journalières. Les actes de naissance de 1832 et les actes de décès féminins des années 1832 et 1836 d’Alger39 en portent témoignage.

64Sur les 15 enfants nés à Alger en septembre 1832, 13 sont issus d’unions légales, et la plupart de ces couples paraissent d’origine française. Seuls, deux enfants, sont nés de mères célibataires. Dès 1832, un certain nombre de couples étaient donc officiellement constitués. La liste des femmes décédées à Alger de juillet à septembre 1832 confirme ce fait : sur les 7 femmes décédées, on trouve 5 épouses et une veuve.

65Le relevé des décès féminins de l’année 1836 à Alger corrobore l’existence de familles et fournit d’autres renseignements. La mortalité infantile, est particulièrement forte : 41 des 72 décès féminins concernent des petites filles qui n’ont, pour la plupart, même pas un an. Mais 29 de ces petites filles avaient des parents mariés et trois avaient des parents vivant maritalement.

66L’analyse des décès d’adultes de sexe féminin de l’année 1836 montre que les épouses sont plus nombreuses que les célibataires et la moitié des femmes décédées avaient un métier.

État civil

Âge

Professions

13 femmes mariées et 5 veuves

12 < 30 ans

7 couturières, 4 blanchisseuses

13 célibataires ou isolées

10 > 55 ans

1 cantinière - 1 journalière - 1 ouvrière

Document établi à partir des renseignements fournis par les actes de décès des 31 femmes adultes mortes à Alger entre le 4 janvier et le 3 octobre 1836

67En fait, les divers renseignements fournis par les annuaires statistiques comme par les actes de décès féminins révèlent que, dès le début de la conquête de l’Algérie, les migrations féminines se sont effectuées majoritairement dans un cadre familial ce qui n’exclut pas bien entendu la venue d’un certain nombre d’aventurières.

68Avant même que la décision de la colonisation de l’Algérie soit prise, une colonie de peuplement avait commencé à se constituer.

Des communautés plus ou moins familiales

  • 40 Des tableaux regroupant par nationalité les informations fournies par ces actes de décès sont donné (...)

69Le regroupement par nationalité des femmes décédées à Alger en 1836, de janvier à octobre40, et le relevé des informations fournies par les actes de décès de chacune de ces femmes, permet d’esquisser un comparatif des caractères majeurs des premières communautés européennes venues en Algérie.

  • 41 On entend par méditerranéennes des femmes venant d’Espagne, Italie et de Malte.

70Les actes de décès confirment ce que les statistiques de la population civile d’Alger avaient révélé pour la fin de l’année 1831 à savoir que si l’immigration féminine fut, au tout début, surtout française, les Méditerranéennes41 débarquèrent aussi très tôt. Les Méditerranéennes décédées en 1836 sont presque aussi nombreuses que les Françaises et ce sont les Mahonnaises qui constituent le groupe le plus important. L’immigration espagnole à Alger vint, en effet, d’abord des îles Baléares.

71La majorité de ces Méditerranéennes sont ou ont été mariées (10 sur 13). La présence d’un grand nombre d’épouses d’âge moyen et de deux femmes particulièrement âgées évoque une immigration surtout familiale. La couturière célibataire de 78 ans ou la veuve de 80 ans ont dû suivre des enfants ou neveux en Algérie. Et la notation, dans la liste des décès d’enfants de 1836, de cinq petites filles nées à Mahon et mortes à Alger, à un âge compris entre 7 mois et 6 ans, révèle que l’immigration méditerranéenne, et en particulier mahonnaise, a été très tôt une immigration familiale au sens large, puisque portant sur trois générations.

  • 42 Le Baron de Vialar, fut un de ces « colons en gants jaunes », aristocrates légitimistes refusant de (...)

72La liste de décès des Françaises évoque une population plus diversifiée. Les femmes mariées ou veuves ne constituent que la moitié des femmes décédées en 1836. Mais si on reprend l’étude des décès d’enfants, intervenus la même année, on s’aperçoit que 16 des 29 couples mariés ayant perdu une petite fille au cours de l’année 1836 étaient français. Des familles françaises ont donc émigré en Algérie, dès cette période. Certaines le firent, encouragées par les gouverneurs « colonistes » ardents tels que Clauzel, connu pour s’être mis en rapport avec des colons « en gants jaunes » qui réclamaient des hommes pour travailler les terres de leurs domaines42.

  • 43 Ce qui confirme les remarques faites à propos des types de passagères débarquant de France en 1839.

73Toutefois, c’est parmi les Françaises que l’on trouve le plus grand nombre de célibataires (7 sur 14). Et sur les six femmes mortes à l’hôpital, sans domicile connu ou fourni, cinq sont des Françaises. On peut également noter que la moitié des Françaises viennent des départements du nord-est de la France, où les villes de garnison étaient nombreuses. Trois sont nées à Nancy : certaines de ces femmes avaient peut-être suivi des troupes. Était-ce le cas de la jeune blanchisseuse décédée à l’hôpital à l’âge de 14 ans, sans domicile précisé ? La présence dans le groupe français d’une cantinière, d’une veuve rentière de 77 ans, d’une femme de 66 ans morte apparemment dans la rue, et d’une ouvrière de 58 ans décédée à l’hôpital sans domicile, montre que parmi les Françaises devaient se trouver un grand nombre de ces femmes qui se laissaient tenter par l’aventure des expéditions coloniales43.

  • 44 Renseignements fournis par le journal d’Alger L’Akhbar, années 1839 et 1841, ANOM.

74À partir de 1841, l’étude des mouvements des navires44 révèle l’arrivée en Algérie d’un plus grand nombre de femmes mariées, dont la plupart accompagnées de leurs époux (22 sur 59), sans compter les familles de colons à partir du mois de septembre. Les rentières, les marchandes et les propriétaires sont beaucoup moins nombreuses, elles ne représentent même pas un cinquième des passagères contre la moitié en 1839. Le type d’immigration venant de France évolue donc. Il est vrai qu’à partir de 1841, la décision d’une colonisation organisée a été prise, ce qui rend un peu moins hasardeux les départs en famille. Mais beaucoup d’hommes continuent à venir seuls.

Notes

1 M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 1998. Opinion de Marie‑Reine Guindorf, ouvrière saint-simonienne, p. 227.

2 Pour les grandes phases de la conquête se reporter à la carte placée en tête de partie.

3 Un Gouvernement général des possessions françaises dans le Nord de l’Afrique est créé, le 22 juillet 1834, pour défendre et administrer ces territoires sous le contrôle du Ministère de la guerre. Le reste du pays devait être placé sous l’autorité de cinq chefs indigènes vassaux de la France.

4 L. Veuillot, Souvenirs d’un voyage fait en Algérie en 1841, Tours, Mame, 1845.

5 G. Esquer, Correspondance du Maréchal Clauzel, Paris, Larose, 1948.

6 Tribus rebelles.

7 ANOM, Tableau de la situation des Établissements français en Algérie, 1833 à 1841.

8 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne au point de vue du peuplement et de l’hygiène, Alger, Dubost, 1851.

9 À savoir les pourtours de quelques villes côtières, voir supra p. 15.

10 Le choléra fait de nombreuses victimes en 1832, 1835 et 1837.

11 Abandonnés sur les quais du Havre par l’agent d’émigration qui devait les emmener en Amérique, ils furent transportés en Algérie pour y créer les deux premiers villages de colonisation de Dély Ibrahim et de Kouba, où la plupart furent rapidement décimés par les maladies et les tribus voisines.

12 ANOM, Tableau de la situation des Établissements français en Algérie, années 1842-1843.

13 P. de Reynaud, Annales algériennes années 1836-1839, Paris, Ancelin, 1840, vol. 2, p. 342.

14 Dr J.-P. Bonnafont, Douze ans en Algérie, 1830-1842, Paris, E. Dentu, 1880.

15 Henryhanne, Souvenirs d’une aïeule algérienne, 1830-1927, Alger, s. éd., 1927.

16 P. Boyer, Vie quotidienne à Alger à la veille de l’intervention française, Paris, Hachette, 1963.

17 Dr J.-P. Bonnafont, op. cit.

18 Ch. Desprez, Les ouvroirs musulmans, Alger, 1863, Le courrier de l’Algérie, 44 p. Il s’agit de Mme Barroil qui créa un ouvroir au cours des années 1850.

19 M. Dopigez, Souvenirs de l’Algérie et de la France méridionale, Douai, 1840.

20 Abbé Suchet, Lettres édifiantes et curieuses, Tours, 1840.

21 Père Testas, Vie militante de la bienheureuse Mère Émilie de Vialar, op. cit.

22 Ch. Florès, Un siècle de colonisation hispanique en Oranie française, 1830-1930, mémoire de maîtrise, Université d’Angers, 1980.

23 Dr J.-P. Bonnafont, op. cit.

24 Dr É. Duchesnes, De la prostitution dans la ville d’Alger depuis la conquête, Paris, Baillères, 1853.

25 P. Boyer, Vie quotidienne à Alger à la veille de l’intervention française, op. cit.

26 ANOM Algérie, série F 80 668/1.

27 Les femmes étaient enfermées dans des maisons particulières, divisées en diverses classes, dont chacune avait ses prix.

28 Dr J.-P. Bonnafont, op. cit.

29 J. Montupet, La Fontaine rouge, Paris, Laffont, 1953. Francesca est l’héroïne de ce roman historique.

30 Les renseignements fournis ne concernent que la fin de la période étudiée ici car L’Akhbar ne commence à paraître qu’à partir des derniers jours de juillet 1839. Il est probable que les femmes qui débarquèrent dès les lendemains de la conquête ne devaient guère être différentes, compte tenu d’une situation politique et militaire encore plus incertaine.

31 Cette mesure avait été prise par le duc de Rovigo en raison du grand nombre d’immigrés qui débarquaient sans aucunes ressources et posaient rapidement problème à l’administration.

32 C. Chivas-Baron, Les femmes françaises aux colonies, Paris, Éditions Larose, 1929.

33 ANOM, État-civil d’Alger de 1832, acte de décès de Marie Boyer.

34 ANOM, état civil d’Alger, 1836.

35 Capitaine Rozet, Relations de la guerre d’Afrique dans les années 1830 et 1831, Paris, Anselin, 1832 ; ANOM, série X, GGA, Dons et acquisitions, 18 X 74 ou 31 mi 25, dossier Sauquet.

36 Ibid.

37 Ch.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, PUF, 1986.

38 Père Testas, op. cit.

39 Les ANOM ne possèdent que les actes de décès de quelques mois de ces deux années : juillet, août et septembre pour 1832, et de janvier à octobre pour 1836. Les naissances intervenues au cours du mois de septembre 1832 ont été également relevées et fournissent des renseignements complémentaires Les données fournies par ces actes ont été relevées dans le texte intégral de la thèse, dont cet ouvrage est issu.

40 Des tableaux regroupant par nationalité les informations fournies par ces actes de décès sont donnés dans la thèse dont cet ouvrage est issu.

41 On entend par méditerranéennes des femmes venant d’Espagne, Italie et de Malte.

42 Le Baron de Vialar, fut un de ces « colons en gants jaunes », aristocrates légitimistes refusant de servir la monarchie de juillet, qui s’installèrent dans le Sahel sur de vastes domaines et qui fit venir des Languedociens.

43 Ce qui confirme les remarques faites à propos des types de passagères débarquant de France en 1839.

44 Renseignements fournis par le journal d’Alger L’Akhbar, années 1839 et 1841, ANOM.

Table des illustrations

Titre Nombre de femmes pour 1 000 hommes du 31 décembre 1830 au 31 décembre 1841
Légende Tableau réalisé à partir des données fournies pour Alger, par les docteurs Foley et Martin et pour l’Algérie par les annuaires statistiques des années citées
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Étude comparative du rapport numérique par sexe des Européens en 1833 et 1838 en chiffres absolus et nombre de femmes pour 100 hommes
Légende Chiffres fournis par Les Tableaux de la situation des Établissements français en Algérie, ANOM
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Population civile d’Alger en 1831 et en 1841
Légende Chiffres relevés dans « État de la population civile d’Alger de novembre 1831 et dans l’annuaire de 1840 ». * La population donnée comme anglaise est surtout originaire de Malte, d’où la disparition des « Maltais » en 1841
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Nombre et nationalité des prostituées d’Alger
Légende Tableau élaboré à partir de renseignements relevés dans la série F 80 725 pour l’année 1834 et les annuaires statistiques de l’Algérie des années 1838, 1839, 1840 et 1841 édités par le Ministère de la guerre
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540