Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des Européennes en situation coloniale

 | 
Claudine Robert-Guiard

Introduction

Texte intégral

Table des sigles

  • ANOM Archives nationales d’outre-mer

  • BnF Bibliothèque nationale de France

  • CDHA Centre de documentation de l’histoire de l’Algérie

  • CFDT Confédération française du travail

  • CFTC Confédération française des travailleurs chrétiens

  • CGT Confédération générale du travail

  • GAMT Généalogie Algérie, Maroc, Tunisie

  • GGA Gouverneur général d’Algérie

  • SFIO Section française de l’internationale ouvrière

  • UFCS Union féminine civique sociale

  • UFFM Union féminine franco-musulmane

  • UFSF Union française pour le suffrage des femmes

***

1L’histoire de l’Algérie coloniale a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais aucune étude spécifique n’a été consacrée, à ce jour, aux Européennes qui ont vécu en Algérie durant la période de la colonisation. Pourtant, lors du dernier recensement par sexe réalisé en Algérie avant l’indépendance, la population féminine non musulmane représentait plus de la moitié de la population européenne d’Algérie.

  • 1 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne au point de vue du (...)
  • 2 Dr R. Ricoux, La démographie figurée de l’Algérie, étude statistique des populations européennes qu (...)
  • 3 V. Demontès, Le peuple algérien, essai de démographie algérienne, Alger, GGA, 1906.
  • 4 L. de Baudicour, Histoire de la colonisation de l’Algérie, Paris, Lecoffre, 1856.
  • 5 Les références de ces ouvrages ainsi que des études universitaires concernant les populations europ (...)

2Il est vrai que l’histoire du peuplement européen dans son ensemble fut longtemps négligée. Durant la colonisation, l’intérêt pour la population européenne fut essentiellement d’ordre démographique. Les études publiées par les docteurs Foley et Martin1 ainsi que le Docteur Ricoux2 et Victor Demontès3 en sont les meilleurs exemples. Tout au plus peut-on trouver sous la plume de Louis de Baudicour4 ou dans certains ouvrages de Victor Demontès quelques remarques relatives aux conditions de vie de certaines populations européennes. Mais ce n’est qu’à partir des années 1980 que les conditions d’immigration et de vie de la plupart des communautés européennes qui se sont établies en Algérie durant la colonisation commencèrent à être étudiées. Christian Flores et Jean-Jacques Jordi se sont interessés aux Espagnols, les Italiens ont retenu l’attention de Georges Crespo et les Maltais de Marc Donato, tandis que Jean-Maurice Di Costanzo a travaillé sur l’émigration allemande en Algérie5. Mais seulement quelques lignes ou pages sont réservées aux femmes. Jean-Jacques Jordi constate toutefois que « l’on a tendance à minimiser leur rôle, voire à l’oublier ». Pour autant, pour l’essentiel, quand l’histoire de ces populations cesse d’être asexuée, c’est pour s’intéresser particulièrement à l’histoire des émigrés de sexe masculin.

3Est-ce parce que la colonisation est une affaire d’hommes qu’aucune étude spécifique n’a été menée sur les femmes européennes ? C’est le constat de cette dernière lacune qui fut à l’origine de cet ouvrage.

Manque d’études concernant les Européennes d’Algérie

4On peut avancer trois explications à cette carence :

  • l’une tient à l’histoire troublée de l’Algérie coloniale ; les problèmes politiques et militaires ont monopolisé l’attention des historiens durant la période coloniale,

  • la seconde est due au caractère encore récent de l’histoire des femmes.

5Les recherches historiques portant spécifiquement sur les femmes n’ont débuté en France qu’à partir des années 1970, décennie marquée par les revendications du mouvement féministe. Or l’Algérie française avait cessé d’exister en 1962, et les conditions dramatiques de l’indépendance et du départ des Pieds-noirs ont occulté, durant presque vingt ans, toute autre histoire que celle liée à la guerre d’Algérie et au mouvement national algérien.

  • 6 Voir l’introduction de l’ouvrage L’Histoire des femmes en situation coloniale, A. Hugon (dir.), Par (...)

6– enfin, d’une façon générale, le croisement entre l’histoire coloniale et celle des femmes ou du genre n’a guère commencé à susciter des études qu’à partir des années 1990 et les études concernant l’Empire français sont encore aujourd’hui peu nombreuses6.

7Durant la période coloniale, les seules femmes jugées dignes d’être connues, particulièrement au XIXe siècle, sous l’influence du courant orientaliste mais aussi peut-être, pour des raisons politiques, furent des femmes musulmanes : Kabyles, Targuies, Chaouias ou nomades du Sahara. L’iconographie elle-même a essentiellement représenté en peinture ou cartes postales des femmes musulmanes.

  • 7 Dr É. Duchesnes, De la prostitution dans la ville d’Alger depuis la conquête, Paris 1853. Beaucoup (...)
  • 8 M. Emerit, Pauline Roland et les déportées d’Afrique, Alger, Éditions de l’Empire, 1945.
  • 9 J.-M. Peraud, La femme médecin en Afrique du Nord, thèse de médecine, Bordeaux, 1931.
  • 10 A. Dore-Audibert, Des Françaises d’Algérie dans la guerre de libération : des oubliées de l’histoir (...)

8Certaines catégories d’Européennes ont, toutefois, suscité quelques enquêtes : les prostituées d’Alger ont été étudiées dés 1853 par le docteur Duchesnes7 ; les déportées en Algérie du coup d’état du 2 décembre 1851 et particulièrement Pauline Roland ont été évoquées par Marcel Emerit8 en 1945, et Jeanne-Marie Peraud9 s’est intéressée aux femmes médecins d’Afrique du Nord. Après l’indépendance, seules les Françaises qui s’étaient engagées dans la guerre d’indépendance et qui étaient restée en Algérie après 1962 suscitèrent une certaine curiosité10.

  • 11 Révérend Père Testas, Vie militante de la bienheureuse Mère Émilie de Vialar, Marseille, Publirac, (...)
  • 12 E. Charles-Roux, Un désir d’Orient : jeunesse d’Isabelle Eberhardt (1877-1899), Paris, Grasset, 199 (...)
  • 13 Ce terme n’a commencé à être utilisé pour désigner les Européens d’Algérie qu’à partir de la guerre (...)

9Avant comme après l’indépendance, quelques figures mythiques ont inspiré des auteurs. La vie de la mère supérieure Émilie de Vialar a été racontée par le père Testas11. Surtout, les destins fabuleux d’Aurélie Picard et tragique d’Isabelle Eberhardt ont retenu l’attention, la dernière biographie parue étant celle qu’Edmonde Charles-Roux12 a consacré à Isabelle Eberhardt. Mais ces femmes, ne serait-ce que par leur notoriété, ne sont guère représentatives de la masse des femmes pieds-noires13.

  • 14 A. Helie-Lucas, Les institutrices européennes laïques en Algérie (1874-1949), DEA, Université de Pr (...)

10En fait, une seule catégorie d’Européennes a vraiment fait l’objet d’une étude universitaire spécifique : il s’agit des institutrices laïques qui ont été étudiées de 1874 à 194914.

11La quasi totalité des ouvrages consacrés aux Européennes vivant aux colonies ne recèle pas davantage de traces des femmes pieds-noires. L’Algérie est exclue du champ d’étude de ces écrits, car divisée en départements français dès 1848, elle n’est pas, administrativement parlant, une colonie. Aussi, seules les Françaises installées dans l’Empire français, en Afrique noire ou en Asie, à la rigueur au Maroc ou en Tunisie, sont concernées. Par un curieux paradoxe, la population européenne féminine la plus nombreuse à être installée dans un territoire français hors de Métropole est donc ignorée.

  • 15 CHEE, le CRHSE et l’IHPOM, La femme dans les sociétés coloniales, parution de ce colloque dans le n(...)
  • 16 S. Clapier-Valadon, J. Poirier, P. Raybaud, Approche biographique, réflexions épistémologiques sur (...)

12Pour la même raison, la table ronde organisée par plusieurs centres universitaires15 en 1982 sur le thème de La femme dans les sociétés coloniales ne retient pas le cas de l’Algérie. La méthodologie des récits de vie établie par Suzanne Clapier-Valadon, Jean Poirier et Paul Raybaud16 et les souvenirs recueillis ne concernent pas davantage l’Algérie. Toutes ces études ne s’intéressent, en effet, qu’aux Françaises établies dans un territoire de l’Empire français.

13Une exception, toutefois, l’ouvrage d’Yvonne Knibiehler et Régine Goutalier La femme au temps des colonies paru en 1985. Certes, les références essentielles concernent la Tunisie et le Cameroun. Mais on y trouve aussi des exemples tirés de l’histoire algérienne dans quelques chapitres, particulièrement ceux consacrés aux pionnières, aux missionnaires et aux soignantes. Et surtout, cet ouvrage fort riche, prenant en compte non seulement les colonisatrices mais aussi les colonisées, suscite de nombreuses directions de recherche.

14Quoi qu’il en soit, malgré l’intérêt des nombreux ouvrages cités, aucune étude de fond n’a été menée, à ce jour, sur les Européennes d’Algérie, et les études antérieures, relatives à certaines de ces Européennes ou à certains aspects de leur vie, sur lesquelles on peut s’appuyer, sont en nombre dérisoire.

15Pourtant toute étude centrée sur les femmes, loin d’être réductrice, traduit souvent davantage la réalité sociale d’une population qu’une étude asexuée, dans la mesure où tout naturellement ce travail prend en compte la division sexuelle de l’humanité. Parler des femmes c’est aussi parler des hommes, des identités sociales assignées aux unes et aux autres, des rapports de pouvoir particulièrement révélateurs du niveau de développement économique, politique et culturel d’un pays. C’est aborder une période où un thème sous un angle permettant parfois un éclairage historique différent.

Intérêt du sujet

16Dans le cas de l’Algérie, l’étude des femmes présente un intérêt particulier. L’Algérie était une colonie de peuplement. Ces deux termes, colonie et peuplement, ont chacun leur importance. La venue en Algérie de nombreux immigrés européens a permis la création d’une société européenne dans laquelle femmes et hommes avaient une place essentiellement déterminée par leur identité sexuée. Mais l’Algérie n’était pas uniquement terre d’immigration, c’était aussi un territoire colonial. Les Européennes d’Algérie étaient donc à la fois des femmes et des colonisatrices. Or coloniser c’est conquérir, imposer, soumettre, c’est détenir une autorité considérée comme éminemment masculine. La conciliation de ces deux identités ne fut peut-être pas évidente.

17La conquête de l’Algérie a été, en outre, longue et difficile. La guerre y régna pendant longtemps. Les femmes ont dû se faire une place dans un univers particulièrement masculin. Jusqu’en 1870, le territoire dépendait des autorités militaires, et des troupes furent maintenues en Algérie jusqu’à l’indépendance ; or l’ordre militaire fait encore moins de place aux femmes que l’ordre civil. Les Européennes ont dû, aussi, s’imposer en tant que femmes et européennes dans une terre musulmane, c’est-à-dire dominée par une civilisation réduisant l’espace féminin à celui du foyer, permettant la polygamie et la soumission des femmes à l’autorité entière du père, du frère ou du mari. Ces diverses circonstances n’étaient donc pas particulièrement favorables à l’installation de femmes européennes.

18L’intérêt majeur du sujet est la rencontre de deux thèmes historiques importants :

  • celui des femmes ;

  • celui de la colonisation.

  • 17 L. Boïa, Pour une histoire de l’imaginaire, Paris, Les Belles Lettres, 1998. L’altérité est selon c (...)

19Ces deux thèmes ont en commun d’avoir, pendant longtemps, nourri un imaginaire masculin particulièrement fort, d’avoir été plus ou moins refoulés du domaine historique et d’appartenir encore aujourd’hui aux zones d’ombre de l’histoire malgré l’intérêt certain suscité depuis ces dernières années. Pour l’homme européen qui a écrit l’histoire pendant des siècles, dans le cas des femmes comme des populations colonisées, il s’agit de reconnaître des identités différentes de la sienne et de les accepter néanmoins comme des acteurs à part entière de leur destinée et de l’histoire. On est donc, dans les deux cas, dans l’imaginaire de l’altérité17, composante majeure de l’organisation de systèmes hiérarchiques. Une société coloniale est, par essence, hiérarchisée et les femmes s’inscrivent aussi dans un rapport hiérarchique à l’intérieur de la famille. Aussi, même si la hiérarchie des pouvoirs dans une société coloniale n’est pas spécifiquement le sujet de cette étude, il est difficile de ne pas s’interroger sur la place de ces femmes européennes dans l’articulation des rapports coloniaux. Ces Européennes ont, en effet, un positionnement social particulier en tant que femmes-colonisatrices.

20Les questions posées par la présence de femmes européennes en Algérie sont donc particulièrement nombreuses : questions relatives aux circonstances de leur venue, aux rôles attendus et remplis, à la place occupée dans la colonisation et par là même à leur influence possible mais aussi au regard porté par ces colonisatrices sur leurs sœurs colonisées.

21L’étendue et les limites du sujet ont fait l’objet, comme il se doit, d’une réflexion préalable.

22Le terme d’Européennes a été préféré à celui de Françaises car il s’agissait d’étudier l’histoire d’immigrées européennes participant à la colonisation de l’Algérie. Or cette immigration ne fut pas que française. Fallait-il pour autant exclure de cette étude toute femme dont les aïeux n’étaient pas européens mais devenue française, soit par décret comme ce fut le cas de la communauté juive d’Algérie, soit par mariage pour quelques musulmanes ? Cela semblait impossible puisque, toute Française étant réputée européenne, l’acquisition de la citoyenneté française faisait de ces femmes, logiquement, des Européennes. Aussi bien, l’accès à la nationalité française, en leur donnant les mêmes droits, leur permit une intégration, y compris culturelle, relativement rapide.

23Le champ temporel d’étude retenu est vaste puisqu’il couvre la période allant de la conquête de 1830 à la veille de la seconde guerre mondiale en 1939. L’histoire des femmes, laissant peu de traces, ne peut s’inscrire que dans la durée. L’étude a été toutefois limitée à 1939 : à cette date, et même dès 1914, existe en Algérie une société européenne bien constituée, et que notre objectif était de connaître la participation des femmes à la construction du pays et de sa société. Mais les revendications féminines ayant commencé à se faire entendre en France durant la période de l’entre deux guerres, il semblait difficile de ne pas prolonger ce travail jusqu’à la veille de la seconde guerre mondiale.

Le problème des sources

24La difficulté majeure du sujet fut, bien entendu, la question des sources. Qu’il existe un problème de sources inhérent à l’histoire des femmes est maintenant bien connu. Les différents ouvrages qui ont été écrits sur les femmes depuis les années 1970, insistent sur le « silence des archives ».

25Les archives publiques ne retiennent, comme le nom l’indique, que les documents d’ordre public relatifs surtout à la politique et à l’économie, domaines dont les femmes ont été pendant longtemps exclues. Dans ces conditions, les femmes n’apparaissent dans ces archives que dans la mesure où elles font irruption dans ce champ : silhouettes légendaires ayant acquis la notoriété par l’exemplarité de leurs vies ou de leurs travaux, ou femmes indignes ayant transgressé la loi. Elles défraient aussi, parfois, la chronique en participant aux luttes sociales du monde ouvrier à partir de la fin du XIXe siècle, mais elles ne font guère nombre et, ayant, là encore, peu de responsabilités, elles n’existent qu’en tant qu’entité sociale.

26Quant aux archives privées, elles présentent en ce qui concerne les femmes une série de problèmes : tant que l’enseignement n’était pas obligatoire, les femmes capables d’écrire étaient peu nombreuses. Par la suite, beaucoup d’écrits féminins n’ont pas été jugés dignes d’être conservés, soit par leurs descendants lors des successions, soit par leurs auteurs mêmes, parce qu’ils ne concernaient que leur vie privée et quotidienne, tant la force idéologique de l’insignifiance de la vie quotidienne des femmes conditionnait les esprits des femmes comme ceux des hommes. Ces généralités sont bien évidemment valables pour les sources concernant l’Algérie.

27Mais les archives publiques de l’Algérie posent un problème supplémentaire. Seules les archives politiques et d’administration générale ainsi que les archives de la colonisation concernant les ressortissants français (villages et lots de colonisation, concessions accordées) ont été rapatriées. Les archives de gestion sont restées en Algérie, à savoir les documents financiers et économiques ainsi que les archives concernant l’administration locale. Or, c’est davantage dans ce type d’archives « plus modestes », évoquant de plus près la vie quotidienne, que les femmes sont repérables. Pour différentes raisons, ces sources n’ont pas été interrogées. Cette étude est donc une première approche globale des Européennes d’Algérie à partir des documents consultables en France.

Méthodologie de recherche et sélection des sources

28Il fallut d’abord réunir de nombreux ouvrages de documentation : ouvrages traitant de l’histoire de l’Algérie et de son peuplement, ouvrages concernant l’histoire des femmes et de la famille en France et en Occident au XIXe et XXe siècle, ouvrages fournissant des renseignements sur le système éducatif français, la législation du travail, l’évolution des activités féminines, les grèves et le syndicalisme en France.

29Puis vint le temps de la sélection des sources proprement dites concernant le sujet. Le vrai problème d’une recherche portant sur le thème des femmes n’est pas tant, en effet, le manque absolu d’informations que la dispersion de ces informations. On ne peut pas espérer trouver dans les Archives des cartons spécifiques. La bibliographie traitant directement du sujet étant quasiment inexistante, il fallut rassembler toutes les sources susceptibles de contenir quelques informations.

30Or les documents concernant l’Algérie sont très nombreux, l’espace temporel dans lequel s’inscrit cette étude est vaste, et des données concernant les femmes pouvaient se trouver éparpillées dans des dossiers forts divers. Il était impossible de tout voir.

31La sélection a été établie en fonction des exigences suivantes :

  • pour les thèmes, tous les documents évoquant le peuplement, la société, la religion, les rapports sociaux ou culturels ont été retenus ;

  • pour les domaines, ont été privilégiés ceux dans lesquels s’inscrit traditionnellement la vie des femmes : le foyer, les lieux d’activité probables, sans négliger le champ politique lors d’événements importants (guerres ou crises) ;

  • pour les types de sources, la préférence, comme il se doit, a été accordée aux documents de première main : archives, enquêtes ou études anciennes et témoignages directs.

32Il fallait, toutefois, retenir le plus grand nombre possible de documents, car, à défaut d’une documentation spécifique, c’est uniquement en regroupant, rapprochant, comparant les faibles données éparpillées dans de nombreuses sources que l’histoire des femmes pieds-noires pouvait être reconstituée.

33Pour cette raison, les sources étudiées sont fort diversifiées : documents d’archives, publications et ouvrages officiels, journaux et monographies édités durant la période coloniale, récits de vie et romans d’inspiration biographique concernant la vie des Européens avant 1940, fiches microfilmées d’état civil, revues de généalogie, cartes postales et photos, journaux et sites web pieds-noirs et quelques témoignages oraux de rapatriées.

34Les sources d’archives sont fournies pour l’essentiel par le Centre des archives nationales d’outre-mer établi à Aix-en-Provence. Les archives de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille, du département des Bouches-du-Rhône, du Ministère des Affaires étrangères et de l’armée de terre ont été consultées mais sans grand succès. Les archives parisiennes de la CFDT conservent, par contre, quelques traces des femmes adhérentes à ce syndicat en Algérie.

  • 18 Centre de documentation de l’histoire de l’Algérie d’Aix-en-Provence, bibliothèque constituée de dé (...)

35Pour les sources imprimées, la consultation du fond bibliographique des ANOM, de la BnF et du CDHA18 a permis de retenir cinq catégories de documents pouvant livrer quelques traces de la présence de femmes européennes en Algérie.

36Ces types de documents sont les suivants :

37– Des documents édités par le Gouvernement général d’Algérie.

38Les annuaires statistiques publiés chaque année de 1838 à l’indépendance fournissent toutes sortes de renseignements chiffrés sur l’état de la population et du pays : données démographiques, économiques, mais aussi des renseignements concernant les établissements hospitaliers et scolaires et leur fréquentation, ainsi que quelques tableaux de statistiques professionnelles. Un certain nombre d’ouvrages officiels édités à partir de l’entre deux guerres, contiennent aussi quelques articles dans lesquelles les femmes sont présentes.

  • Des monographies écrites durant la période de l’Algérie coloniale. Parmi ces ouvrages de qualité et de genre fort divers (témoignages, rapports, études thématiques), tous ceux pouvant avoir un rapport avec le sujet : colonisation, population, enseignement, hygiène, religion, prostitution, voyages […] ont été consultés pour n’y trouver le plus souvent que quelques lignes se rapportant aux Européennes d’Algérie.

    • 19 Tous les numéros de l’Algérianiste, de Mémoire Vive et de Pieds-Noirs d’hier et d’aujourd’hui ont é (...)

    Des récits de vie et romans concernant la vie des Pieds-Noirs avant 1939, écrits avant la seconde guerre mondiale ou ultérieurement. La vie quotidienne des femmes y est malheureusement très peu décrite et l’histoire familiale est le plus souvent réduite à un récit de type généalogique. Certains de ces écrits ont été, cependant, d’un apport documentaire très précieux. Parfois, ces récits de vie ont simplement fait l’objet d’articles parus dans des revues éditées actuellement par des Pieds-Noirs, telles que l’Algérianiste, Mémoire Vive ou la revue généalogique Le GAMT19.

39La distinction à faire entre récits de vie et certains romans est souvent minime. En effet, les romans retenus font référence, d’après leurs auteurs, à des histoires réelles, ou s’appuient sur des documents d’archives publiques ou privées. En outre, dans un cas comme dans l’autre, la part de l’imaginaire est évidente, qu’elle s’affirme comme telle ou qu’elle participe au tri inconscient des souvenirs, à leur déformation ou à leur remodelage involontaire.

  • Un certain nombre de journaux ont été aussi sélectionnés : tous les journaux féminins, certains numéros de quotidiens d’Algérie évoquant des événements importants de l’histoire algérienne ou française pour repérer la participation éventuelle des femmes à ces événements. La presse syndicale et des revues ont été aussi dépouillées pour y rechercher des traces des Européennes d’Algérie.

  • Des documents d’état civil et relevés généalogiques.

40L’état civil des Pieds-Noirs d’Algérie antérieur à 1891, qui est consultable aux ANOM sous forme de microfilms, s’est révélé riche de renseignements, particulièrement les actes de mariage. Il en a été de même de certains travaux de recherche généalogique menés par des rapatriés d’Algérie. Le mensuel du GAMT fournit une partie de ce travail sous forme de listes d’émigrés, de concessionnaires ou de données généalogiques.

41Pour compléter cette documentation écrite, nous avons recherché les traces laissées par ces femmes dans les images photographiques ou filmées et dans les mémoires de leurs descendants.

42– Si les femmes sont souvent présentes dans les collections privées de photos familiales, l’intérêt de ces photos est toutefois limité pour notre étude dans la mesure où les femmes apparaissent à l’occasion de cérémonies ou de réunions familiales et non dans leurs activités quotidiennes. D’une façon générale, elles sont peu présentes dans les cartes postales et, quand c’est le cas, elles sont photographiées endimanchées, de loin, dans une rue. Des photos de classes et quelques gravures dans des revues de l’entre-deux-guerres sont les seules formes de représentation de filles et de femmes, hors du champ familial, que nous ayons trouvées.

43La filmographie s’est révélée particulièrement décevante. Les films documentaires ou à intrigues, tournés en Algérie durant la période coloniale, sont à classer dans l’orientalisme cinématographique (décors exotiques au service d’une mythologie romanesque). Quant aux films ou téléfilms tournés depuis l’indépendance de l’Algérie, outre le fait qu’on ait affaire à des reconstitutions plus ou moins tardives, ils ont, pour la plupart, comme sujet ou décor, soit la seconde guerre mondiale, soit la guerre d’Algérie, soit les problèmes de départ d’Algérie ou d’installation en Métropole des Pieds-Noirs. Les films familiaux, les plus anciens que nous ayons pu voir, datent des années 1950 et sont tournés à l’occasion de réunions familiales ou de vacances passées en France ou en Algérie.

44La quête de souvenirs conservés dans les mémoires des survivants n’a pas été très riche. Les femmes déjà adultes avant la seconde guerre mondiale, sont aujourd’hui peu nombreuses. Ce sont donc plutôt des souvenirs d’enfance qui ont été rapportés. Sur la vingtaine de femmes interrogées, six d’entre elles avaient des souvenirs suffisamment précis de leur enfance ou de leur adolescence pour mériter d’être inclus dans ce travail à titre d’illustration.

45L’étude des sites web pieds-noirs, malgré l’intérêt de certains, s’est révélée particulièrement décevante pour notre thème de recherche. Beaucoup de ces sites ne fournissent que des renseignements purement généalogiques. Les autres présentent des photos de villes ou villages, des photos de classes et quelques récits de la vie en Algérie dans les années suivant la seconde guerre mondiale.

46En résumé les sources utilisables en France pour cette étude sont plus numériques que littéraires ou iconographiques. Les données chiffrées sont abondantes car l’essentiel des sources officielles est constituée de dénombrements et de bilans comptables. Le gouvernement général d’Algérie avait à cœur de connaître la constitution de la population européenne, le nombre de femmes, d’hommes et d’enfants européens établis en Algérie, les naissances et les décès, les écoles, les enseignants et les élèves, le personnel soignant. Par contre il s’intéresse médiocrement aux conditions de vie des ressortissants européens. Et les témoignages officiels ou non sur la vie des Européennes ayant vécu en Algérie sont relativement peu nombreux.

47Aussi ce travail reflète-t-il les caractères de cette documentation. L’importance accordée aux statistiques est la conséquence de l’abondance des données chiffrées par rapport aux autres types de sources. De nombreux aspects de la vie féminine tels que la pratique religieuse ou la vie des femmes au foyer ont été à peine abordés faute de renseignements fiables et précis en l’absence des archives municipales et de gestion restées en Algérie.

Le plan

48Le plan traduit aussi les caractères de toute étude centrée sur des femmes. La discontinuité et la modestie des interventions féminines dans le récit historique traditionnel expliquent le choix d’un plan thématique. Les traces légères et éparpillées dans divers domaines laissées par les Européennes d’Algérie permettaient difficilement un regroupement trop synthétique, d’où un grand nombre de chapitres.

49Commencer ce travail par une étude démographique paraissait nécessaire car aucune étude spécifique de la croissance de la population européenne par sexe pour l’ensemble de la période traitée n’existait. Le rapport numérique des sexes est encore plus déterminant dans une colonie de peuplement que dans une société lentement façonnée au cours des siècles, surtout quand ce peuplement, comme c’était le cas en Algérie, est constitué de communautés ethniques différentes possédant chacune sa culture et son imaginaire.

50La deuxième partie est consacrée à l’étude des rôles traditionnels des femmes, à savoir : compagnes, épouses et mères. Le fait que l’Algérie ait été une colonie de peuplement donne à ces rôles une importance particulière puisque l’échec ou la réussite d’une colonie de peuplement dépend de la constitution de familles. Malheureusement les sources statistiques utilisées ne permettent guère qu’une approche austère et froide de ces fonctions féminines.

51Rechercher ensuite la part prise par les femmes au développement économique et culturel de l’Algérie coloniale paraissait logique. La dernière partie a pour thème l’éducation et la contestation. L’éducation donnée aux filles participe à la fois à la place et à l’image des femmes dans une société. Il était donc important d’en parler. Il pouvait paraître logique d’évoquer l’éducation des filles dans le chapitre consacré aux mères mais les élèves auraient, alors, été étudiées avant les maîtresses. Surtout, il semblait impensable de faire une étude des Européennes d’Algérie sans s’interroger sur la participation de ces femmes aux mouvements de contestation de l’époque de l’entre-deux-guerres. Or le développement de l’éducation et celui de la contestation féminines sont en grande partie liées et s’épaulent mutuellement.

52L’ambition de cette étude est uniquement de donner un aperçu de la vie et de la place de ces femmes qui participèrent aux côtés des hommes à « l’aventure algérienne ».

Des Européennes rapidement nombreuses

Extension du territoire français en Algérie

Extension du territoire français en Algérie

Notes

1 Drs L. E. Foley et V. Martin, Histoire statistique de la colonisation algérienne au point de vue du peuplement et de l’hygiène, Paris, Baillère, 1851.

2 Dr R. Ricoux, La démographie figurée de l’Algérie, étude statistique des populations européennes qui habitent l’Algérie, Masson, Paris, 1880 ; La population européenne en Algérie pendant l’année 1884. Étude statistique, Paris, Masson, 1885.

3 V. Demontès, Le peuple algérien, essai de démographie algérienne, Alger, GGA, 1906.

4 L. de Baudicour, Histoire de la colonisation de l’Algérie, Paris, Lecoffre, 1856.

5 Les références de ces ouvrages ainsi que des études universitaires concernant les populations européennes sont données en bibliographie.

6 Voir l’introduction de l’ouvrage L’Histoire des femmes en situation coloniale, A. Hugon (dir.), Paris, Karthala, 2004.

7 Dr É. Duchesnes, De la prostitution dans la ville d’Alger depuis la conquête, Paris 1853. Beaucoup plus tard, en 2003, la prostitution a été étudiée dans un champ plus large par Ch. Taraud, La prostitution coloniale, Algérie, Tunisie, Maroc (1830-1962), Payot&Rivages, 2003.

8 M. Emerit, Pauline Roland et les déportées d’Afrique, Alger, Éditions de l’Empire, 1945.

9 J.-M. Peraud, La femme médecin en Afrique du Nord, thèse de médecine, Bordeaux, 1931.

10 A. Dore-Audibert, Des Françaises d’Algérie dans la guerre de libération : des oubliées de l’histoire, Paris, Karthala, 1995.

11 Révérend Père Testas, Vie militante de la bienheureuse Mère Émilie de Vialar, Marseille, Publirac, 1939.

12 E. Charles-Roux, Un désir d’Orient : jeunesse d’Isabelle Eberhardt (1877-1899), Paris, Grasset, 1993 ; Nomade j’étais : les années africaines d’Isabelle Eberhardt (1899-1904), Paris, Grasset, 1995.

13 Ce terme n’a commencé à être utilisé pour désigner les Européens d’Algérie qu’à partir de la guerre d’indépendance mais comme antérieurement les Européens étaient désignés par le terme « d’Algériens », pour éviter toute ambiguïté, nous avons décidé de reprendre parfois ce qualificatif.

14 A. Helie-Lucas, Les institutrices européennes laïques en Algérie (1874-1949), DEA, Université de Provence, 1988.

15 CHEE, le CRHSE et l’IHPOM, La femme dans les sociétés coloniales, parution de ce colloque dans le no 19 de la revue Études et Documents.

16 S. Clapier-Valadon, J. Poirier, P. Raybaud, Approche biographique, réflexions épistémologiques sur une méthode de recherche, Nice, CHH, 1983 ; Récits de vie, théorie et pratique, Paris, Le sociologue, 1993.

17 L. Boïa, Pour une histoire de l’imaginaire, Paris, Les Belles Lettres, 1998. L’altérité est selon cet auteur une des huit structures archétypales de l’imaginaire appliquées à l’évolution historique.

18 Centre de documentation de l’histoire de l’Algérie d’Aix-en-Provence, bibliothèque constituée de dépôts remis par des Pieds-Noirs.

19 Tous les numéros de l’Algérianiste, de Mémoire Vive et de Pieds-Noirs d’hier et d’aujourd’hui ont été dépouillés. Le GAMT ou Généalogie, Algérie, Maroc, Tunisie est l’une des principales associations de recherche généalogiste des Pieds-Noirs qui édite une revue du même nom. Son siège est établi à Aix-en-Provence.

Table des illustrations

Titre Extension du territoire français en Algérie
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7059/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 612k

© Presses universitaires de Provence, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540