Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du monde et des hommes

 | 
Jacques Paul

Le contraste culturel entre le Nord et le Midi en France au Moyen Âge*

Texte intégral

  • * Communication publiée pour la première fois dans le volume : Église et culture dans le Midi, Cahie (...)

1Le contraste culturel entre le Nord et le Sud est une évidence qui s’impose à tous ceux qui sont un tant soit peu au fait des différents de problèmes l’histoire médiévale. Faut-il évoquer quelques cas pour prendre la mesure de la question ? Il y a un enseignement de qualité à Reims dès le Xe siècle et à Chartres dès le XIe. Il y a des écoles dans de nombreuses autres villes, à Tours, à Poitiers par exemple. Abélard, né près de Nantes, arrive à Paris pour y faire des études vers 1100 et y fait la carrière que l’on sait. On pourrait multiplier les exemples. Il n’y a, à l’évidence, rien de comparable dans le Midi à la même date. Dans le Nord, autour des évêchés importants et des grandes abbayes qui en sont proches, l’activité littéraire est souvent continue. C’est le cas à Reims, à Liège, puis à Chartres et à Paris. Certaines abbayes plus isolées, comme Fleury sur Loire, jouissent longtemps d’une réputation flatteuse grâce aux nombreux écrivains qui s’y sont succédés. Il vient des écoles comme du cloître une production variée : des traités de grammaire et de rhétorique, des œuvres historiques plus ou moins originales, des vies de saints, des commentaires bibliques et des traités de théologie. On cherche en vain des indices sûrs d’une activité comparable dans le Midi. La seule œuvre écrite dans l’illustre monastère de Saint-Victor de Marseille pendant cette période est une Vie de l’abbé Isarn. C’est évidemment bien peu. Bref, avant même de se livrer au moindre commentaire, il faut enregistrer le fait. Il y a un contraste culturel entre le Nord et le Midi en France médiévale qui se marque longtemps par une certaine faiblesse de la production littéraire dans cette dernière région.

  • 1 Ch. Trottmann, La vision béatifique, des disputes scolastiques à sa définition par Benoît XII, Rom (...)

2Pour fixer les idées il convient de prendre en considération la situation aux XIVe et XVe siècles. On se gardera bien de contester la primauté de l’université de Paris, tant elle est évidente et tant elle est revendiquée. Il n’empêche que le Midi fait moins mauvaise impression. Tout compte fait la situation y paraît peut-être comparable à celle qui prévaut dans le Royaume de France, en dehors de la capitale. Le Midi tire même un certain bénéfice de son éloignement de Paris, car il y a des universités dans les villes importantes et tout d’abord à Montpellier et à Toulouse. Les religieux mendiants entretiennent des centres d’études dans leurs couvents. On prêche. On écrit. Mieux même, au temps où la papauté réside à Avignon, il y a une activité intellectuelle, inhabituelle certes, à cause des controverses doctrinales qui divisent la chrétienté. Les méridionaux n’y font pas mauvaise figure. Armand de Belvézer, originaire de Millau, dominicain, lecteur en théologie au couvent de Montpellier, puis maître du Sacré Palais, s’oppose aux vues de Jean XXII sur la vision béatifique dans deux questions disputées. Géraud du Pasquier, un franciscain qui enseigne le droit canon à l’université de Toulouse, à qui le pape a fait parvenir un des recueils d’autorités rassemblées sur ce sujet, ne se prive pas non plus de critiquer ces thèses1. Certes, ces menus faits ne peuvent être tenus pour une démonstration. Ils donnent quelque crédit à une opinion bien différente de la précédente, même si on ne tient pas le Midi pour pionnier. À cette date les méridionaux n’ont peut-être pas beaucoup à envier aux autres, en dehors des grands centres intellectuels de la chrétienté.

  • 2 P. Glorieux, Répertoire des maîtres en théologie de Paris au XIIIesiècle, Paris 1933, p. 155.
  • 3 P. Péano, Olieu, Dictionnaire de Spiritualité, t X, c 751-762, Paris 1982.

3Ces quelques exemples posent des questions qu’il serait facile de multiplier, ils donnent du crédit à une impression et suscitent divers soupçons. Il est vrai qu’on ne peut en rester là. Il faut essayer d’explorer ce domaine imprécis autant que faire se peut, et d’abord pour formuler plus exactement le problème. Aussi, convient-il pour commencer de s’assurer que la vie culturelle dans le Midi, aux XIVe et XVe siècles, est bien au niveau de ce qui se fait partout dans la chrétienté, à l’exception des lieux majeurs comme Paris, Oxford ou Bologne. Cette première analyse est primordiale. Il est indispensable de montrer que dans les différentes disciplines les techniques du savoir répondent aux mêmes critères, que ceux qui les enseignent ont reçu des formations comparables et qu’ils peuvent sans dommage aller d’un pays à l’autre. Il y a, dès le XIIIe siècle d’ailleurs, des exemples de maîtres méridionaux qui ont enseigné pendant un temps à l’université de Paris. C’est le cas, par exemple, de Bernard de Trille. Né à Nîmes, il a reçu sa formation intellectuelle dans les couvents dominicains du Midi et a été, pendant peu de temps, prieur provincial de Provence2. Tel autre, comme Pierre Jean Olieu, franciscain né près de Béziers, paraît l’emporter pour l’acuité intellectuelle sur presque tous ses contemporains3. Il y a donc des indices certains d’une mise à niveau. Une certaine unité culturelle se perçoit, dès la deuxième moitié du XIIIe siècle, à l’échelle de la chrétienté, mais demande à être confirmée. S’il en allait autrement, même pour une région ou pour une discipline particulière, car on ne peut entièrement écarter cette hypothèse, il y aurait là un phénomène remarquable qui demanderait plus amples explications.

4Sur ces questions, l’intérêt de la chronologie n’échappe à personne. Si l’on prend pour hypothèse qu’il y a un moment où les clercs et les intellectuels méridionaux, prenant modèle sur leurs voisins, se mettent à l’unisson du reste de la chrétienté, il n’est pas indifférent que ce soit un peu plus tôt ou un peu plus tard. La date, si elle peut être déterminée, peut mettre sur la piste, non des raisons, mais des circonstances. On ne peut oublier que la vie du Languedoc est marquée par l’influence de plus en plus déterminante des Français et du Capétien. Que tel ou tel phénomène soit antérieur ou non à la paix de Meaux-Paris ou à l’arrivée d’Alphonse de Poitiers et de ses clercs peut avoir un sens. Rien n’assure enfin que la chronologie de cet alignement sur les méthodes en vigueur ailleurs soit identique pour toutes les disciplines.

5Les agents d’une telle tendance à l’unification sont certainement nombreux, car infléchir la vie intellectuelle d’une région ne peut être le résultat de l’action de quelques personnes seulement. C’est le fait de tous ceux qui, même à un niveau relativement modeste, contribuent à un climat général. On devine cette masse, sans être en mesure de l’identifier. On est, par contre, à la recherche des personnalités plus marquantes dont les œuvres ou l’enseignement peuvent avoir joué un rôle important sinon déterminant. La documentation, même si elle ne subsiste qu’à l’état fragmentaire, devrait permettre de connaître leurs entreprises, même si la personne échappe largement aux investigations. C’est la logique même de la recherche historique que de mettre en évidence ces acteurs essentiels. S’il advenait qu’on ne puisse en trouver ni en nombre suffisant ni d’un niveau tel qu’on puisse leur attribuer à coup sûr une influence certaine, il faudrait alors se poser d’autres questions. Car, dans cette tendance à l’unification, l’impulsion peut venir d’ailleurs, de lieux proprement créateurs. Il n’en manque pas dans la chrétienté. Le Midi serait, dans ce cas, une terre de diffusion, comme beaucoup d’autres régions dans la chrétienté d’ailleurs, ce qui n’a rien de déshonorant. Dans ce genre d’hypothèse, on pense très spontanément aux ordres mendiants qui véhiculent jusque dans les couvents les plus reculés une pensée élaborée dans les centres d’études les plus importants de la chrétienté. Leur capacité à implanter les nouvelles normes de la vie intellectuelle est certaine et il y en a la preuve. Mais ils ne sont pas seuls. On peut apprendre les principes du droit à Bologne, grand centre d’études s’il en est, et faire usage de ce savoir ailleurs, contribuant ainsi au changement, sans pour autant faire une carrière éclatante.

6Ce premier pan de la réflexion est le plus directement accessible sur la base de la documentation habituelle. Il n’est pas certain que l’on puisse aller bien au-delà. Or, les questions vraiment délicates viennent après. Si l’on repère une certaine tendance à l’unification parce que l’on traite en Languedoc des mêmes questions que dans le reste de la chrétienté en utilisant les mêmes méthodes de raisonnement et que l’on forme le personnel intellectuel de la même façon, force est de se préoccuper de ce qu’il en était auparavant. Si l’on estime que le Midi est à l’unisson à partir d’une certaine date qu’il faut vraisemblablement chercher dans le courant du XIIIe siècle, on ne peut éviter une question sur la période précédente.

7Faut-il parler simplement de retard ? Pour des raisons évidentes, il faut tenir que les disciplines qui ont fait la force des écoles des grandes cités épiscopales du royaume de France, grammaire, rhétorique, dialectique, ont été également pratiquées dans le Midi. Comment pourrait-il en être autrement ? Le fait paraît assuré mais à une moindre échelle, pour un public plus étroit et avec moins de rigueur et de capacité d’innovation. Les performances sont moindres, c’est ce que l’on peut constater. Encore faut-il, parmi les diverses raisons avancées comme autant d’hypothèses, savoir laquelle contribue le mieux à expliquer la situation méridionale. L’enquête est sur ce point délicate et le résultat incertain. Cette lecture des faits, qui met en évidence un retard dans le développement des disciplines intellectuelles, n’a rien d’extravagant ou d’impossible, puisqu’on en a la preuve dans d’autres domaines. Arles, capitale dans l’Antiquité et archevêché prestigieux, installe sur la façade de la cathédrale Saint-Trophime un portail sculpté roman, dans la deuxième moitié du XIIe siècle, entre 1152 et 1180. À cette date, l’art gothique connaît déjà une diffusion générale en France royale. Le fait est par lui-même bien connu. On ne juge pas ici de la qualité de la réalisation artistique, ce n’est pas le débat, mais on souligne simplement que cette œuvre magnifique échappe aux influences novatrices de l’art de l’Ile de France contemporain. Pourquoi ne pas imaginer que les forces qui ont conduit à un choix de ce type en architecture ne se feraient pas sentir dans le domaine de la culture littéraire ? L’attachement aux traditions peut être un fait spirituel général, dépassant largement le domaine du décor sculpté.

8L’hypothèse d’un retard sous-entend une comparaison entre la culture méridionale et celle du Nord, modèle en fin de compte accepté et reçu avec retard. L’alignement s’est imposé à partir d’une certaine période. On le constate lorsqu’il est accompli. Par exemple, on cherche en vain, dans des récits du début de la deuxième moitié du XIIIe siècle, comme les Vitae fratrum de Gérard de Frachet, des traits qui permettraient de caractériser des attitudes propres aux religieux méridionaux. Le modèle dominicain s’impose à tous, de façon uniforme.

9Si la recherche retient le retard, au moins à titre d’hypothèse, il convient de scruter les milieux méridionaux où il y a obligation statutaire et religieuse d’un minimum de vie intellectuelle. La grammaire, la rhétorique et la dialectique sont indispensables dans le monde monastique et surtout dans les chapitres de chanoines. Le besoin de clercs formés y est certain, puisqu’il est général dans l’Église. Toutefois, il n’est pas ressenti partout avec la même urgence et la même acuité. Il y a certainement des raisons à de pareilles discordances. Aussi, resterait-il à savoir pourquoi après avoir appris les rudiments, car il y a de fortes raisons de penser qu’ils les connaissent, les clercs méridionaux ne jugent pas utile de poursuivre, en se lançant dans une expression littéraire et intellectuelle plus élaborée, à la manière de ce qui se fait dans le Nord.

10Même si un retard peut être constaté, il ne fournit pas pour autant toute l’explication d’un tel contraste. Une autre hypothèse doit être avancée et mérite d’être étudiée. À côté du modèle littéraire et ecclésiastique du savoir, bien connu et bien défini, dont l’origine est carolingienne, il peut y avoir une culture orientée différemment où d’autres sciences plus liées à la vie profane tiendraient plus de place. La particularité du Midi pourrait découler d’une autre organisation de la vie donnant un rôle différent à chacun des acteurs principaux : comte, évêque, chanoine, juriste, notaire. Il s’agirait, dans ce cas, de mettre en évidence des indices sérieux sur un phénomène culturel qui s’estompe, à mesure que l’alignement sur le modèle général se fait. On entend souvent crier à la civilisation disparue sur la base de quelques chansons courtoises et de catharisme. C’est peut-être excessif, car ces phénomènes sont géographiquement circonscrits et ne concernent pas la totalité du Midi ni toute la population. Ce n’est pas là que se noue le problème intellectuel analysé dans cette recherche. Il s’agit ici de savoir si les méridionaux entretiennent avec le savoir médical, le droit et l’écrit lui-même, des rapports différents de ceux que l’on connaît en France du Nord et si le statut des personnes qui pratiquent ces arts, à titre professionnel, est identique ou non. Est-on en mesure de répondre réellement à d’aussi délicates questions ?

Un retard culturel certain

11Il paraît judicieux et enrichissant d’explorer au mieux les impressions définies précédemment. Comme toujours, l’analyse d’un retard et d’un certain vide est particulièrement ardue et demande des précautions. Pour ne pas être confronté aux problèmes de l’hérésie et à son rôle dans la différence entre le Nord et le Midi, question capitale mais dont l’importance occulterait complètement la recherche présente, il a semblé préférable de prendre appui sur des sources provençales qui sont sans rapport avec la dissidence religieuse. C’est certes négliger des pans entiers de la discordance entre le Nord et le Midi, mais il faut faire ce choix, si l’on veut mettre en évidence un problème bien défini, concernant les disciplines intellectuelles proprement dites. La documentation utile est, au demeurant, bien éditée et facilement accessible.

12L’articulation de la culture littéraire et de la vie religieuse se fait habituellement autour de l’évêque et du chapitre. C’est au moins le cas en France capétienne au XIIe siècle. Il y a donc possibilité de prendre la mesure, pour le Midi, des préoccupations de ces milieux ecclésiastiques dans ce domaine, à travers les actes qui les concernent. Il faut reconnaître d’emblée que la gestion des intérêts matériels a laisse plus de traces dans les textes que la vie de l’esprit. Sur plus d’un siècle, de 1150 à 1260 environ, la récolte en ce qui concerne la culture est des plus mince. La démonstration cependant mérite d’être faite.

  • 4 J. H. Albanès et U. Chevalier, Gallia Christiana Novissima, Histoires des archevêchés, des évêchés (...)
  • 5 P. Amargier, « Évêques et prévôts languedociens de l’Église de Marseille », Cahiers de Fanjeaux. t (...)
  • 6 Gallia Chris. Nov. Marseille, c. 122-123.
  • 7 Ibidem, c. 132 et sq.

13Dans le diocèse de Marseille, les premiers statuts visant à réformer le chapitre datent de 12304. Ils sont l’œuvre de Benoît d’Alignan, évêque venu du monde monastique, puisqu’il était auparavant abbé de La Grasse5. Les motifs invoqués sont le relâchement de la vie des chanoines, ce qui n’a rien d’extraordinaire, et la volonté du cardinal légat Romain de Saint-Ange. Le texte se préoccupe essentiellement de l’accomplissement des devoirs religieux, ce qui est louable et digne d’attention. Il y est question de deux messes quotidiennes chantées, l’une pour le peuple, l’autre pour la communauté canoniale. Les statuts exigent la présence des chanoines aux matines et aux vêpres, au moins les dimanches et jours de fête. En cas de nécessité évidente, ils doivent se faire remplacer par leurs vicaires. Tous les autres clercs de la cathédrale doivent être présents, chaque jour, à tous les offices. Le statut traite également des vêtements et de la tonsure, il interdit de jouer aux dés, de fréquenter des personnes suspectes et de participer à des conjurations. Une seule formule concerne peut-être la vie intellectuelle. Les chanoines doivent faire preuve du plus grand zèle in officiis ecclesiasticis et aliis bonis studiis et operibus. L’étude est recommandée à l’égal des bonnes œuvres, à moins qu’il ne s’agisse que du zèle à bien faire. Cette dernière hypothèse paraît trop réductrice du sens du terme. C’est, à l’évidence, un souhait. Compte tenu de la nature des diverses interdictions énoncées par ce statut, il y a tout lieu de penser que les exigences ne vont pas très loin. La même année, l’évêque impose la tenue d’un chapitre hebdomadaire6. Il y a de nouveaux statuts en 1235, dans un climat de crise où l’évêque reconnaît qu’il ne peut exercer son devoir pastoral de correction des clercs et du peuple. Ce nouveau texte a les mêmes préoccupations que le précédent7.

  • 8 Ibidem, c. 157 et sq.
  • 9 Ibidem, c. 174-186.

14En 1259, une affaire assez grave met en émoi le chapitre et l’évêque. Les neveux du prévôt décédé se sont emparés des livres du chapitre et refusent de les rendre, pendant un temps au moins. Le contexte montre vite qu’il s’agit des recueils de chartes et autres textes concernant les droits et les biens du chapitre et de rien d’autre8. On prend des dispositions pour éviter le renouvellement d’un tel incident. Enfin, les statuts de 1271 qui sont une refonte générale des précédents, en 64 articles mis en bon ordre et de façon fort rationnelle, ne font état ni d’enseignement, ni d’école, ni de bibliothèque. Le bilan est donc médiocre9.

  • 10 Ibidem, c. 87-88 et Gallia Chris. Nov. Toulon, c. 61-62.

15Est-ce à dire que la vie intellectuelle est absente de Marseille et des villes voisines ? Il ne le semble pas. Pour s’en convaincre, il faut relever les titres portés par ceux qui apparaissent comme témoins dans les divers actes. Les listes sont longues, car elles portent sur plus d’un siècle, mais assez significatives par la présence permanente de quelques personnes formées intellectuellement. Un exemple peut être révélateur d’autant que, le même jour, les mêmes se trouvent présents à deux actes différents passés en un même lieu, sur les mêmes problèmes. L’un est conservé par le diocèse de Marseille, l’autre figure parmi les pièces concernant Toulon10. En 1174, l’évêque de ce diocèse est à Montrieux, avec l’évêque de Toulon, pour régler un différent opposant les chartreux et les hommes de Méounes. Les présents sont énumérés dans un ordre bien établi. En tête le prieur de Montrieux et 8 moines, désignés par leur nom. L’un d’eux a rédigé, puis lu, l’acte résultant de cet arbitrage. Viennent ensuite 9 convers et 4 donats. C’est ensuite le tour des laïcs du siècle, laicis vero seculi, dit le texte, qui sont au nombre de 11. Les noms et les lieux d’origine laissent penser qu’il y a des personnages considérables : Bertrand de Marseille, Guillaume de Vaubelle, Guillaume du Beausset etc. Après quoi est cité Didier, prieur de la chartreuse de la Verne, Geoffroi prévôt du chapitre de Toulon et Pierre Bonet chanoine du même diocèse. Il y a ensuite Hugues de Trets, médecin, Colombe et Arnaud, chanoines de Marseille. La liste s’achève avec Barnier chapelain d’Evenos, Guillaume Rostaing, juriste et Pons de Saint-Gilles. Il y a deux personnes ayant des capacités intellectuelles reconnues et dépassant le niveau du moine rédacteur de l’acte. Il s’agit d’un médecin et d’un juriste. Hugues de Trets est nommé en même temps que les chanoines de Marseille et fait vraisemblablement partie de l’entourage de l’évêque de cette cité. On ne peut conclure de cette énumération à sa qualité de chanoine. À la réflexion le fait paraît improbable. Le juriste, compte tenu de sa place parmi les présents, semble toulonnais. On ne sait rien de son statut. L’un et l’autre ont assez de prestige pour être présents à un acte de ce genre. Leurs qualités intellectuelles et professionnelles sont reconnues. Dans ces deux actes, nulle autre compétence n’est prise en considération.

  • 11 Gallia Chris. Nov. Marseille, c. 94-95, c. 98, c.112.
  • 12 Ibidem, c. 105, c. 108, c. 112, c. 123.
  • 13 Ibidem, c. 157, c. 169.
  • 14 Ibidem, c. 76, c. 156.

16En 1197, à Montrieux également, le même évêque est entouré de deux clercs dont l’un, Bérenger, est qualifié de magister. On retrouve le même personnage, avec le même titre, dans un acte de 1211. Il est alors chanoine de Marseille et reçoit pour le chapitre une donation du vicomte Roncelin. Il apparaît encore, avec son grade, comme préchantre, en 122311. En 1215 et en 1217 on trouve un Guillaume, magister, parmi les clercs de Marseille, en 1223, Jean Baussan, archidiacre, est maître et, en 1230, il y a parmi les chanoines un magister du nom de Martin12. En 1259, dans le statut qui suit l’affaire des livres du chapitre, il y a un maître Victor, physicus, médecin et clerc de Marseille. Il apparaît également en 126613. N’entrent pas dans cette liste, axée sur la culture du clergé, les avocats, juristes et notaires qui sont à l’évidence au service des puissances temporelles, villes ou comte. Ce rapide relevé enfin ne tient pas compte de deux personnages cultivés, difficiles à situer humainement et géographiquement : le grammaticus Helisiarus, témoin dans une enquête qui a lieu à Saint-Cannat, en 1157, et Raymond de Lavenne, legum professor qui apparaît dans un arbitrage qui a lieu à Saint-Remy, en présence du sénéchal, des évêques de Fréjus et de Nice, du chapelain du comte et de bien d’autres14.

  • 15 Ibidem, c. 701.

17Le titre de magister désigne une formation qui n’est pas définie. Il peut s’agir des lettres ou du droit ou des deux à la fois, de façon plus ou moins indistincte. La séparation des disciplines est tardive à Bologne. Il faut exclure la théologie selon toute vraisemblance. Certes, tous les clercs savants de Marseille n’apparaissent pas dans ces actes, mais seuls ceux qui sont témoins. Il y en a d’autres certainement ! Tous les savants qui apparaissent à ces occasions ne sont pas membre du clergé de Marseille. Ce pinceau de lumière est à compléter et à corriger. En 1198, dans une lettre, le prévôt du chapitre de Marseille, Raymond de Capella, est qualifié par Innocent III de virum litterarum, providum et honestum. Or, c’est un sous-diacre de l’Église romaine, subdiaconum nostrorum, dit le texte, et non un Provençal15. D’autres clercs lettrés sont mentionnés, ils appartiennent à d’autres diocèses, car les affaires traitées concernent rarement le seul diocèse de Marseille, ou viennent de la cour comme les chapelains du comte. Parmi les laïcs seuls les médecins, les avocats, les juristes et les notaires sont désignés par leur profession. Les fonctions de médecin et de notaire sont les mieux identifiées, ce qui donne à ces disciplines une reconnaissance explicite qui tranche sur l’imprécision de la désignation des magistri. Parmi les chanoines et les clercs sans grade, certains sont désignés comme scriptores, rédacteurs du texte de l’arbitrage auquel ils assistent. Ils ne sont pas, eux non plus, sans formation. Bref, un milieu cultivé existe, il paraît étroit et ses contours sont flous.

  • 16 Gallia Chris. Nov. Toulon, c. 127-133.

18À Toulon dont les archives ont été largement amputées par les destructions, la réforme du chapitre date de 1268. Elle fixe le nombre des chanoines à 12 auxquels viennent s’ajouter 10 clercs. L’acte détermine les biens et revenus affectés à chaque prébende. Il engage les chanoines à remplir leurs devoirs religieux du mieux qu’ils peuvent et leur interdit, sous menace de sanctions, quelques actes malencontreux comme rester hors de l’église, sur la place, à bavarder avec des laïcs pendant la grand’messe. L’enseignement n’apparaît pas et reste pour le moins une préoccupation secondaire. Toutefois, à l’occasion de cette réforme, parmi les chanoines absents ayant donné leur voix à un confrère, il y a un maître Raymond Rostaing, qui tient le prieuré d’Evenos et qui demeure aux écoles, in scolis morabatur16. Le terme de maître peut faire penser qu’il enseigne, sans que l’on sache où. Il peut également être maître es arts et faire des études de droit ou de théologie ! Il ne faut pas voir en lui le régent d’une quelconque école de Toulon, car son absence lors du chapitre ne pourrait alors se justifier. D’autre part la formule demeurer aux écoles semble bien indiquer une résidence lointaine et durable. Le nom enfin, très fréquent dans la région, semble faire de ce personnage un clerc local et non un étudiant ayant reçu une prébende par provision pontificale pour financer ses études.

  • 17 Ibidem, c. 63.
  • 18 Ibidem, c. 87.

19Il y a, en outre, deux actes concernant des livres. Le prêtre Thomas qui a été capturé par les Maures, en 1178, donne ceux qu’il a achetés de ses deniers à l’Église de Toulon, c’est-à-dire au chapitre. Sa lettre a été copiée sur le premier feuillet d’un volume comportant le Nouveau Testament et les Prophètes. C’est à ce fait qu’elle doit d’avoir été conservée. Il n’est pas certain qu’il n’a laissé que ce manuscrit, puisqu’il emploie le pluriel. Les chanoines s’engagent à faire de lui un membre du chapitre, s’il sort vivant de cette aventure. Ces indications, anecdotiques certes, suscitent un certain intérêt, sans qu’il soit nécessaire d’insister17. De même, dans son testament qui date de 1223-1224, l’évêque de Toulon, Étienne, donne aux chartreux de Montrieux deux livres : une Bible qu’il a achetée à Bologne et une Somme appelée Abécédaire, composée par le cardinal Pierre de Capoue. Ce dernier ouvrage est en fait un cycle de sermons. C’est l’œuvre d’un contemporain ou presque, puisque ce personnage a été légat d’Innocent III pendant la IVe croisade18.

  • 19 Ibidem, c. 74.
  • 20 Ibidem, c.78.
  • 21 Ibidem, c. 91.
  • 22 Ibidem, c. 102.
  • 23 Ibidem, c. 104, c. 107.
  • 24 Ibidem, c 104, c. 107.
  • 25 Ibidem, c. 132 et sq.

20Du côté des fonctions et titres attribués aux chanoines et aux clercs de Toulon, témoins dans les différents actes, la récolte est assez faible, mais significative. En 1212, il y a un magister Guillaume, médecin, clerc de Toulon19. Le titre de maître peut définir un grade dans cette profession, cette mention serait très précoce, ou avoir un sens plus général. On ne peut pas préciser plus. En 1220, dans un acte concernant la Chartreuse de la Verne apparaissent 6 chanoines dont aucun ne paraît avoir reçu les grades et un prêtre qui est magister20. En 1224, assistent à une concession aux Templiers, l’évêque de Toulon, le prévôt, quelques chanoines. Il y a dans cette énumération un jurisperitus dont on ne peut définir le statut et un prêtre qui est maître21. En 1234, lorsque Guillelmette, femme du seigneur de Toulon, fait établir son testament22 sont présents : l’évêque, 4 chanoines dont l’un est jurisperitus. Il y a également à cette occasion, Hugues Ottobono, operarius, qui est en charge de l’œuvre de la cathédrale. Il porte le titre de magister, sans que l’on puisse dire quelles études il a poursuivies et si ce titre est en rapport avec sa fonction. Rien n’autorise à en réduire le sens à celui d’architecte. On retrouve le même personnage dans de nombreux actes où il assume la même fonction. Il devient par la suite chanoine de Toulon23. Dans ce même testament de Guillelmette, il y a un magister Jean, médecin, dont on ne peut affirmer qu’il appartient au clergé. L’acte lui-même est rédigé par Gaufred de Vaubelle qui est à la fois chanoine et notaire public de Toulon. Ce cumul est unique. Dans les années qui suivent le prévôt du chapitre, Martin, qui apparaît à plusieurs reprises est qualifié du titre de maître, ainsi que son clerc24. Enfin, dans le statut de 1268 où apparaissent tous les chanoines, seuls sont gradués le prévôt, Jean d’Albignac, absent parce qu’il effectue une mission en France et maître Raymond Rostaing qui est aux écoles. À son retour, deux mois après environ, le prévôt proteste contre ce qui a été fait en son absence25. Il y a, également, comme témoins dans ces actes, des juristes et des avocats qui n’appartiennent pas au clergé. Certains de ces personnages ne sont pas de Toulon.

21Le diocèse de Toulon laisse une impression d’incertitude qu’il faut se garder de dissiper. Il n’y a pas trace d’une école, mais il y a quelques livres achetés par ceux qui les possèdent. Le plus remarquable est sans doute la présence de clercs qui exercent une profession, qu’ils soient juristes ou médecins. Le cas du chanoine notaire public de la ville paraît extraordinaire. Ces personnages ne se distinguent des professionnels des mêmes arts qui sont probablement des laïcs que parce qu’ils sont rangés parmi les clercs.

  • 26 Gallia Chris. Nov. Arles, c. 277-279.
  • 27 Ibidem, c. 344-346.

22Les textes concernant l’archevêché d’Arles rendent approximativement le même son, non sans quelques différences cependant. La mention du titre de magister se fait plus rare, ce qui tient à la rédaction des actes, on peut le prouver, beaucoup plus qu’à une situation différente. Le chapitre vit très tôt selon la règle de saint Augustin. Une prescription de l’archevêque Gibelin, en 1112, impose aux chanoines un réfectoire commun. Cette situation, somme toute assez satisfaisante, semble se dégrader à la fin du XIIe siècle, puisqu’une lettre d’Innocent III adjure les chanoines de continuer à pratiquer la vie commune26. Dans les années qui suivent les signes de crises se multiplient. Un acte de 1221 fait état des difficultés qu’ont les chanoines à remplir leur office par manque de moyens27. Enfin, l’affrontement entre la ville d’Arles et l’archevêque Jean Baussan, dans le contexte très troublé des années 1230-1250 n’arrange rien. Bref, la première moitié du XIIIe siècle paraît très difficile, comme à Marseille d’ailleurs, pour des raisons politiques et militaires voisines ou identiques.

  • 28 Ibidem, c. 169, c. 175, c. 211.
  • 29 Ibidem, c. 274.
  • 30 Ibidem, c. 306.

23On n’est pas surpris de relever dans ces documents le terme de capiscol. Il y en a un dès l’époque de Raimbaud de Reillane. Un chanoine porte ce titre dans le courant du XIIe siècle. On le rencontre plus particulièrement dans des actes de 1186 et de 1188-118928. Deux autres textes, légèrement postérieurs, concernent cette fonction. Dans le premier, l’archevêque Imbert d’Aiguières, qui procède à la restauration du chapitre, confirme au capiscol tout ce qu’il avait auparavant29. Le propos est assez décevant par sa brièveté dans un acte assez long où les biens et droits des divers chanoines sont énumérés en détail. Le second, en 1204, comporte une définition précise des fonctions des différents membres du chapitre ; Caput scole curam habeat tocius ecclesiastici officii generalem et omnia ad nutum ejus et dispositione in ecclesia fiant et nullus de ejus officio se intromitaf30. Le commentaire de cette formule ne permet pas de faire la moindre place à une activité scolaire. Ecclesiastici officii cura est une charge concernant la récitation de l’office. C’est, selon toute vraisemblance, une responsabilité liturgique où peut intervenir la direction d’une chorale. La suite confirme ce point de vue, puisque le capiscol dispose d’un pouvoir discrétionnaire dans l’église. Il ne s’agit pas d’une école. Bref, l’enseignement n’entre pas dans les préoccupations habituelles de l’archevêque et du chapitre.

  • 31 Ibidem, c. 239.
  • 32 Ibidem, c. 292-298 et 330-331.

24Les autres indices d’une vie intellectuelle sont de toute rareté. Le plus curieux découle d’une simple mention topographique. Un acte de 1166 où sont nommés 14 chanoines est passé à côté de la tour où l’archevêque a l’habitude de lire31. Il est réconfortant de savoir que le fait est coutumier et on se gardera bien de le mettre en doute. Par contre, à cette date et à Arles, on ne sait quel sens donner exactement à legere. L’archevêque lit-il pour son propre compte ou donne-t-il un enseignement ? Il ne paraît pas opportun d’échafauder des hypothèses sur cette simple mention trop rapide. Les testaments des archevêques, celui d’Imbert d’Aiguières, mort en 1202, et celui de Michel de Mouriez, mort en 1217, comportent des aumônes, des fondations de messes et diverses dispositions pieuses32. Aucune ne concerne des livres ou les études. Les chanoines ne sont pas plus nombreux qu’ailleurs à porter le titre de magister et il y a quelques clercs et quelques prêtres qui semblent plus savants qu’eux.

  • 33 Gallia Chris. Nov. Avignon, c. 146-148.
  • 34 Ibidem, c. 154.
  • 35 Ibidem, c. 167.

25Les documents de l’évêché d’Avignon laissent globalement la même impression que ceux de l’archevêché d’Arles, toutefois ils ne comportent ni règlement intérieur ni disposition réformatrice permettant de savoir comment se déroulait la vie du chapitre. Faute de mieux, il convient de s’intéresser à la qualité des personnes. De 1185 à 1261, les magistri paraissent peu nombreux parmi les chanoines. Lorsque les actes les font apparaître avec leur nom et leur fonction, il arrive que l’un d’entre eux porte ce titre. Ainsi, dans un texte de juin 1227, il y en a un seul, alors que 12 chanoines sont nommés. Or, en juillet de la même année, 5 autres, absents précédemment, viennent ajouter leur souscription. Aucun d’eux n’a de grade, ce qui réduit encore la proportion33. En 1232, il y a un magister sur 1034. En 1239, sur une liste de 21 chanoines, il n’y en a plus aucun35. Dans ce dernier cas, le silence peut être le fait d’une simple négligence, mais c’est peu probable. Bref, le milieu canonial compte peu de savants, la constatation n’est pas neuve. Il ne faut pas pour autant conclure que toute formation intellectuelle est absente, car c’est à proprement parler impensable.

  • 36 Ibidem, c. 202.
  • 37 Ibidem, c. 203.

26Une lettre d’Alexandre IV, du 11 décembre 1255, donne à l’évêque d’Avignon le pouvoir d’absoudre les clercs, les laïcs et les étudiants qui auraient encouru des sentences d’excommunication pour avoir porté la main sur le personnel ecclésiastique. Les bulles de ce type sont assez communes et peu originales36. On ne peut donc en conclure de façon absolue à l’existence d’écoles, même si le fait paraît probable. Par contre, le testament de l’évêque Zoen Tencarari, en 1257, tranche sur l’indifférence habituelle puisqu’il se préoccupe de la formation de quelques membres du clergé d’Avignon dans un centre intellectuel prestigieux de la chrétienté37.

27Zoen Tencarari lègue aux évêques d’Avignon qui lui succéderont des biens personnels situés dans l’évêché de Bologne dont il est originaire, afin qu’ils entretiennent en permanence dans cette ville universitaire 8 clercs qui doivent y faire des études, pendant 5 ans au moins. 3 sont à prendre parmi les chanoines, 2 parmi les clercs séculiers d’Avignon, 2 parmi les clercs de Noves, possession des évêques et 1 parmi les clercs des autres lieux du diocèse. De minutieuses dispositions permettent de faire face aux divers empêchements possibles. Si l’évêque négligeait de désigner les étudiants, d’autres le feront à sa place : les clercs de l’église de Saint-Michel de Bosco ou et à défaut le chapitre. S’il ne peut y avoir de candidats idoines parmi les chanoines ou parmi les clercs de Noves, on choisira d’autres clercs pourvu qu’ils soient d’Avignon et du diocèse. Si les études cessaient à Bologne, l’évêque devrait vendre les biens affectés à l’entretien des étudiants et les installer dans un autre lieu d’étude.

28Le testament de Zoen Tencarari fonde un collège, œuvre de piété bien attestée en Languedoc au XIVe siècle et à Paris dès la fin du XIIe siècle. Or, l’initiative vient d’un clerc italien, qui est légat du pape dans le Midi, avant même d’être évêque d’Avignon. On ne peut pas y voir l’expression de l’intérêt que les évêques méridionaux porteraient aux études et à la formation du clergé. De plus, la difficulté éventuelle à trouver des candidats aptes parmi les chanoines ou les clercs de Noves laisse planer un doute, impossible à commenter. Enfin, le choix de Bologne parce que c’est la ville dont est originaire le fondateur, ne permet pas d’affirmer que ces étudiants feront des études de droit. C’est toutefois très probable.

29Il faut faire le bilan de cette série d’analyses. Les milieux qui, ailleurs, portent le savoir et donnent naissance aux écoles urbaines, à savoir l’épiscopat et les chapitres, ne semblent pas avoir ce souci dans la province ecclésiastique d’Arles. Lorsqu’un mouvement de réforme se fait jour, à Toulon, à Marseille et ailleurs dans une moindre mesure, il a pour but le rétablissement des observances régulières, l’accomplissement des devoirs religieux et la bonne tenue générale de la communauté. La formation intellectuelle et l’enrichissement culturel n’entrent pas dans ce programme. De même, la piété, avec ses messes funéraires et ses aumônes, demeure la préoccupation exclusive des évêques avant leur trépas. Le testament de Zoen Tencarari, dont la première disposition concerne une fondation scolaire, tranche sur ces coutumes et par mode de contraste met en évidence une lacune.

30Il n’est pas judicieux pour autant de tenir les chanoines du Midi pour des illettrés et des incultes. Il y a, de temps à autre, un magister parmi eux, c’est-à-dire quelqu’un qui a poursuivi des études, dans un centre scolaire reconnu, jusqu’au plus haut niveau. Le fait est suffisant, même si on ne sait presque rien du reste du personnel ecclésiastique. Quelques indices, ici ou là, minimes il est vrai, incitent à admettre une petite présence de la culture. Dans le Midi provençal, du milieu du XIIe siècle jusque vers 1260, on est très loin du niveau de la France du Nord. En outre, les initiatives pieuses en faveur de la formation intellectuelle des clercs paraissent très en retard, comme le montre le caractère nouveau et proprement inédit de la principale disposition testamentaire de Zoen Tencarari.

  • 38 Cf. A. Gouron, La science du droit dans le Midi de la France au Moyen Âge, Londres, 1984.

31Les textes ne disent pas où les magistri qui apparaissent parmi les chanoines et les clercs méridionaux ont acquis leur grade ni dans quelle discipline ils ont suivi un enseignement. Dans quelques cas il y a des indications suffisantes pour le deviner. On a relevé dans les diocèses de Marseille et de Toulon des juristes parmi les chanoines et les clercs et quelques médecins, mais en nombre réduit. Par contre, il n’y a rien d’utile sur ce point pour Arles et pour Avignon. Aucun indice ne laisse penser que la logique et la théologie ont été pratiquées par les magistri. Dans ce contexte il est normal de penser que le droit et la médecine sont les deux sciences les plus cultivées. Pour les lieux, on est réduit aux hypothèses et au vraisemblable. La province ecclésiastique d’Arles est liée à l’Empire, ce qui inciterait à privilégier Bologne, au moins jusqu’à une date assez avancée du XIIIe siècle38. On peut également penser à Montpellier pour la médecine d’abord, pour le droit beaucoup plus tardivement. Paris est géographiquement plus loin et on y enseigne surtout la logique et la théologie. De plus, le contexte politique et juridique ne paraît pas favorable à des études en France avant le milieu du XIIIe siècle. Ce bref tour d’horizon s’avère suffisant, car le grade de magister ne se donne pas n’importe où !

32Il y a des juristes parmi les clercs et quelques médecins également. Le chanoine notaire public de Toulon paraît un cas exceptionnel, unique en tout cas dans cette documentation. Ce dernier exerce sa profession, puisque c’est à ce titre qu’il apparaît dans le testament qu’il rédige. Il en va de même pour les médecins, sinon il n’y aurait aucune raison de faire mention de cette capacité. Les chanoines magistri et spécialistes de droit sont-ils simplement des conseils pour leur Église ou remplissent-ils une fonction devant les tribunaux ecclésiastiques ou civils, ce qui leur donnerait un métier ? On ne saurait dire exactement et encore moins généraliser. Or, ces différentes professions sont également exercées par des laïcs qui sont nombreux parmi les témoins des différents actes. Quel sens faut-il donner à ce face à face entre les uns et les autres ? Faut-il penser que le clergé a subi l’attirance de ces disciplines profanes et qu’il est en concurrence de prestige avec des laïcs ayant acquis le même savoir ?

Une certaine différence

33Divers signes, difficiles à établir et plus encore à analyser, suscitent une impression globale dont il faut essayer de rendre raison. La différence culturelle qui se constate entre le Nord et le Midi ne se résume pas à un simple retard chronologique et à de moindres performances intellectuelles. Il y a aussi et principalement peut-être, des orientations différentes. Les disciplines les plus prisées en France royale, la grammaire, la rhétorique et la dialectique prennent dans les écoles, à Reims, à Chartres puis à Paris, un essor exceptionnel. Elles développent une capacité à raisonner, abstraite et souvent tout à fait théorique qui, appliquée aux données de la foi chrétienne, engendre un savoir théologique construit et démonstratif. Le quotidien est rejoint, si besoin en est, au terme de débats profonds et de hautes considérations morales. Dans ce domaine l’Université de Paris est au XVIIIe et au XIVe siècle sans égale. Nul n’en doute. Or, les mêmes disciplines de base qui fondent ce haut savoir sont pratiquées dans le Midi. On ne peut pas s’affranchir de la grammaire et dans une moindre mesure des autres arts du trivium, puisqu’on y écrit le latin. Or, la pratique de ces disciplines ne provoque pas un puissant mouvement spéculatif, même dans les plus grandes villes. En fait, d’autres considérations sur la vie marquent le comportement intellectuel dans les sociétés méridionales. Il y a, pour les différentes sciences, une autre échelle des valeurs.

34Dans le Midi, la recherche du savoir paraît s’orienter d’abord vers des disciplines plus séculières remplissant une fonction civile reconnue de tous. Le droit et la médecine semblent avoir un rayonnement inégalé, jouer un rôle social de premier plan et imposer ainsi leur marque à toute la culture. Ces disciplines qui régissent les rapports humains et qui donnent lieu à des activités professionnelles lucratives, attirent les meilleurs esprits. Si le prestige est lié à l’activité d’avocat, de notaire ou de médecin, on comprend sans peine que beaucoup s’y consacrent de préférence à toute autre profession. L’édifice intellectuel s’en trouve modifié, en pratique sinon en théorie. On est loin de la France du Nord où la théologie est la science reine et où celui qui la pratique en tire honneur et considération.

35Disciplines séculières, le droit civil et la pratique notariale définissent les rapports entre les hommes en se référant à un code de lois dont le caractère normatif est certain. Il y a des cas où on ne peut se passer de la consultation d’un juriste ou de la mise au net d’un acte par une écriture authentique. De même, la précarité de la vie fait que le recours au médecin devient nécessaire. Un testament qui règle la dévolution des biens est un écrit. Certes, des préoccupations religieuses peuvent apparaître à ces occasions, mais elles peuvent aussi garder un caractère oral. Bref, le droit et la médecine sont des disciplines autonomes. Il y a un savoir profane qui, dans le Midi, paraît reconnu pour lui-même.

36L’histoire des études de médecine permet de se faire une idée assez précise de cette autonomie d’une discipline séculière. Le premier acte public concernant les écoles de Montpellier est un privilège de janvier 1181, octroyé par Guilhem VIII, seigneur de la ville. À cette date il ne s’agit pas de fonder des écoles, il y a des indices sûrs d’un enseignement de cette discipline dès 1135, mais d’accorder les libertés nécessaires à leur développement. L’initiative est princière. Ce fait n’est pas commenté comme il le devrait, car le privilège accordé à cette date reflète exactement les rapports entre pouvoir civil et écoles de médecine dans le Midi. Guilhem VIII est compétent et à titre exclusif, comme le texte le montre à suffisance. Nul autre n’a autorité en ce domaine. Il ne faut pas tenir cet acte unique, pour un texte curieux et quelque peu aberrant par rapport à tous ceux qui émanent par la suite des autorités ecclésiastiques. Il reflète un état de l’enseignement médical antérieur à l’intervention de l’Église.

  • 39 Cartulaire de l’Université de Montpellier, Montpellier, 1890, p. 179-180.

« Au nom de Notre Seigneur Jésus Christ, en l’année 1180 de son Incarnation, au mois de janvier, moi Guilhem, par la grâce de Dieu seigneur de Montpellier et fils de la duchesse Mathilde, de mon propre mouvement, spontanément, en toute bonne foi et sans fraude, je donne cette charte pour le bien public, l’intérêt commun, mon propre avantage, celui de tous les Montpelliérains et de toute ma terre. Par un engagement perpétuel, je concède au Seigneur Dieu, à vous mes prud’hommes de Montpellier, présents et à venir, et à tout le peuple que désormais quelles que puissent être les prières, le prix ou les sollicitations de diverses personnes, je ne donnerai aucune concession ni aucune prérogative à quiconque pour qu’il n’y ait qu’une seule personne qui enseigne ou qui dirige les écoles, à Montpellier, dans les disciplines médicales. Il est trop dur et contraire aux usages et à la piété de donner et de concéder à un seul le monopole d’un savoir si excellent. Puisque l’équité et la justice interdisent de le faire, je ne donnerai jamais dans l’avenir ce privilège à un seul. Je fais savoir, je veux, j’approuve et je concède qu’à perpétuité tous les hommes quels qu’ils soient ou de quelques lieux qu’ils viennent, sans aucun empêchement puissent être régents des écoles de médecine. Je leur en concède entière faculté, pleine liberté et tout pouvoir et ils ont pour l’avenir garantie de stabilité perpétuelle. Je confirme toutes ces dispositions, je les approuve irrévocablement et impose à tous mes successeurs de ne jamais y contrevenir dans l’avenir39.

37Le caractère proprement laïc de la médecine comme de l’autorité publique qui accorde le privilège se relève à quelques traits caractéristiques. Tous les hommes, quels qu’ils soient ou de quelques lieux qu’ils viennent peuvent être régents, c’est-à-dire diriger une école et y enseigner. Pour parler plus concrètement, Guilhem VIII accorde ce droit aux médecins juifs comme aux autres. Ils peuvent le faire même s’ils sont arrivés tout récemment, venant d’autres contrées. On sait d’ailleurs qu’ils sont nombreux à Montpellier. Nul examen ne vient limiter cette liberté d’ouvrir une école. Ce n’est pas une omission ou une inconséquence, mais la logique d’un système. Les étudiants payent eux-mêmes le maître dont ils suivent l’enseignement après l’avoir choisi. Il est de leur intérêt de se mettre en de bonnes mains. La réputation est, à l’usage, la meilleure référence. Qui échoue dans ses cures et traitements n’a pas de disciple. C’est la sanction normale et suffisante. Les écoles se développent et connaissent le succès, sans autre contrôle, pendant 40 ans. Bref, il n’y a, pendant toute cette période, aucun indice d’une autorité quelconque de l’Église sur cet enseignement. Comment d’ailleurs s’exercerait-elle sur des juifs ? Le détenteur des pouvoirs publics joue un rôle évident et indispensable, car les personnes qui fréquentent les écoles ne sont pas affranchies pour autant des autres obligations sociales. Bref, la profession médicale est exercée par ceux qui ont suivi un enseignement théorique et pratique, sans la moindre référence à un statut clérical. Si, dans ce cadre juridique, un clerc vient étudier la médecine à Montpellier, on peut estimer qu’il fait choix d’une activité quelque peu séculière.

  • 40 Ibidem, p. 180-183.

38En 1220, les statuts donnés par le cardinal Conrad de Porto, légat du Siège apostolique, transforment complètement le système, dans sa lettre comme dans son esprit40. Certes, ceux qui sont déjà régents et qui enseignent peuvent continuer à le faire. Toutefois nul ne sera désormais admis à diriger une école de médecine sans avoir subi un examen et avant d’en avoir été jugé apte par l’évêque de Maguelone, entouré de quelques maîtres régents. Cette première disposition, qui vient en tête de ce texte, a pour conséquence de faire passer les écoles de médecine sous l’autorité de l’Église. Si, pour cause d’examen, la possibilité d’ouvrir une école est à la discrétion de l’évêque, les pouvoirs civils perdent toute compétence, d’autant qu’ils ont accordé pleine et entière liberté. Dans ce cas, il y a un alignement sur le modèle parisien. Montpellier, il est vrai, est dans le royaume. Ce premier article souligne l’originalité du modèle méridional dans une discipline particulière et fait assister à sa fin.

39Le texte qui prend toujours exemple sur ce qui se fait à Paris, ajoute que nul ne peut être étudiant s’il n’est inscrit à l’école d’un maître bien défini. Cette disposition élimine une masse flottante d’étudiants incertains. Elle empêche tous les autres d’aller d’une école à une autre. Une fois reçu par un maître un élève demeure dans son école. Cette mesure permet, à terme, un contrôle de tous les étudiants, puisque les régents ne sont admis eux-mêmes qu’après examen. Elle s’accompagne de l’organisation d’une hiérarchie. Les maîtres désignent l’un d’eux qui joue le rôle de chancelier. La mise en ordre est complète.

40Le cardinal Conrad de Porto impose une mesure plus décisive encore. Désormais nul ne peut être maître ou étudiant s’il n’est clerc portant tonsure. Sont dispensés de cette obligation ceux qui sont dotés d’un bénéfice ecclésiastique ou qui ont reçu les ordres sacrés. En fait, ceux qui répondent à ces critères sont déjà clercs. De même, les réguliers qui viennent faire des études doivent porter l’habit de la congrégation dans laquelle ils ont fait profession. Certes, on devine derrière cet article, le souci de financer l’enseignement par les bénéfices ecclésiastiques. Il est certain qu’un maître disposant d’une confortable prébende ne devrait pas avoir besoin de se faire payer. Les clercs déjà pourvus de revenus d’Église peuvent poursuivre leurs études sans trop de difficultés. C’est ainsi que l’Église a favorisé l’accès des clercs aux études, qu’il s’agisse des lettres ou de la théologie. Les conséquences sur les études de médecine, à Montpellier, ne sont pas aussi bénéfiques. La cléricalisation, si l’on s’en tient au statut, est complète. Elle s’accompagne, vraisemblablement, sinon de la gratuité de la formation, du moins d’un moindre coût. Les médecins laïcs qui n’ont pas d’autres ressources que celles que leur procure l’enseignement et la pratique de leur art se trouvent éliminés, de droit par le statut et de fait par ses conséquences. Les médecins juifs se trouvent dans le même cas.

41Ces trois articles, parmi bien d’autres qui vont dans le même sens, changent complètement la nature des écoles de médecine de Montpellier. On passe d’une science profane qui forme à un métier à un savoir clérical, qui peut très bien d’ailleurs ne pas lui être inférieur du point de vue de la qualité. On ne sait, à vrai dire, ni comment ce statut a été appliqué, ni quel délai a été nécessaire pour qu’il s’impose à tous, ni même s’il a toujours été respecté.

42Il faut revenir aux quelques clercs médecins des diocèses provençaux et de façon plus générale à la présence de ces praticiens dans les actes. S’ils apparaissent dans les textes après les années 1230-1240 et, s’ils ont suivi un enseignement à Montpellier, ce qui est une hypothèse probable, ils ont été formés dans le cadre du statut du cardinal Conrad. Il n’y a rien d’important à en tirer pour le propos présent. Pour la période antérieure, la médecine est une discipline profane. S’ils ont été formés à Montpellier, ceux qui la pratiquent sont jugés aux résultats qu’ils obtiennent et non sur un examen. Si l’on revient à cet acte passé à Montrieux, en 1174, où apparaît Hugues de Trets, médecin : s’il est chanoine, le fait trahit le prestige de l’art médical sur le clergé et sa propension à des activités séculières, s’il n’est pas clerc, sa place parmi les présents, à côté des chanoines de Marseille, montre le prestige qui s’attache à la capacité de prescrire des remèdes et des cures. Il est alors le témoin d’une culture laïque autonome dont la valeur est reconnue. Chaque fois qu’un médecin figure dans un acte, il conviendrait de se demander pour quelle raison il est présent. Est-ce le physicus de l’évêque ou du malade qui fait son testament ?

43Le même acte de 1174 donne, un peu plus loin dans l’énumération des présents, le nom d’un juriste : Guillaume Rostaing. On ne sait pas non plus s’il est clerc ou laïc. Connaître sa qualité n’est pas décisif, car il suffit de parcourir les longues listes de personnes qui participent aux diverses transactions pour se convaincre qu’il y a des spécialistes du droit aussi bien au service des villes que des évêques. Certains sont clercs et chanoines, d’autres laïcs, c’est l’évidence. On pourrait certes imaginer que les uns sont canonistes et les autres civilistes. Il n’en est certainement rien, car c’est la loi écrite promulguée par les empereurs qui s’applique dans la province ecclésiastique d’Arles et les affaires dont font état les textes sont le plus souvent des litiges à propos de biens fonciers. Dès lors, les uns et les autres se réfèrent au droit civil, qu’ils contestent une possession ou qu’ils se défendent contre une revendication.

  • 41 Gallia Chris. Nov. Marseille, c. 126.
  • 42 Gallia Chris. Nov. Avignon, c. 98.
  • 43 Ibidem, c. 104, c. 107.
  • 44 Ibidem, c. 112, c. 115.
  • 45 Ibidem, c. 113, c. 123.
  • 46 Ibidem, c. 128, c. 139.

44Qu’il y ait possibilité d’une carrière sur la base de connaissances juridiques ne fait aucun doute. Il suffit d’analyser l’entourage de ceux qui exercent des fonctions importantes. Dans un arbitrage entre le comte de Provence et Marseille, en août 1230, la ville est représentée par un syndic et par un consul. Ils ont compétence pour agir en son nom. Or, ils sont accompagnés par quatre juges et par trois avocats et ils ont avec eux deux notaires41. Ces personnes sont présentes à titre de conseil pour leurs compétences. Un autre exemple, venu d’Avignon, montre qu’une seule et même personne peut se maintenir longtemps dans des charges de ce genre. Isnard Audiguier apparaît, en 1203, pour la première fois dans un acte, comme avocat, causidicus. Il est chargé, en même temps que l’évêque de trouver un compromis dans une querelle qui oppose le chapitre représenté par le prévôt et le prieur des hospitaliers de Saint-Gilles. Les parties s’en remettent à l’évêque Rostang assisté de cet homme de loi pour trouver une sentence arbitrale qu’ils s’engagent par avance à accepter42. L’avocat est retenu pour sa compétence juridique. Il est ainsi promu à un rang de respectabilité tout à fait remarquable. Le même personnage est, en 1206, juge d’Avignon. Il accompagne, en cette qualité, une délégation de consuls de la ville auprès du comte de Forcalquier43. Dans des actes de 1209 et de 1210, il exerce toujours les mêmes fonctions44. Un autre lui succède en 1212. Il est pendant ces années témoin dans divers actes45. Il est de nouveau juge en 1215 et l’est encore en 122146. En 1241, il est podestat d’Avignon, à moins qu’il s’agisse d’un autre personnage portant le même nom 47. Quoi qu’il en soit la carrière d’Isnard Audiguier est fondée sur la connaissance du droit. Alors qu’il ne figure pas parmi les notables d’Avignon, puisque son nom ne se trouve pas dans les nombreuses listes de consuls, sa compétence en fait un arbitre, puis un juge. C’est à l’évidence un laïc, car les fonctions de juge civil et criminel ne peuvent être exercées par un clerc. Bref, la culture juridique a quelques atouts pour s’imposer : elle fait accéder à la puissance.

45Une carrière de ce genre fait écho à celles que des personnages ayant la même formation peuvent faire en Italie où ils exercent également les fonctions de juge et celles de podestat. Le rapprochement n’est pas arbitraire dans la mesure où l’on soupçonne que ces juristes se sont formés à Bologne. On sait que les premiers textes qui y concernent les étudiants émanent de l’autorité impériale et que les maîtres qui y enseignent le droit civil sont réputés chevaliers. L’ambiance est celle d’écoles professionnelles laïques, ce qui n’exclut d’ailleurs ni la piété ni les interventions de plus en plus nombreuses de la papauté. Dans le Midi, la loi qui régit la vie civile est écrite et elle s’impose à tout le monde. Chacun doit s’y référer, y compris les clercs. Les juristes ont ici un avantage indiscutable sur tous ceux qui ont simplement appris à lire, à écrire et à raisonner.

46Une dernière catégorie de personnes, largement représentée dans tous ces actes, contribue au caractère professionnel et profane de la culture méridionale : les notaires. Leur rôle est de dresser un acte authentique, c’est-à-dire rédigé de telle manière qu’il puisse faire foi devant les tribunaux, en cas de litige. Avoir recours à leurs services est une bonne précaution, indispensable dès que l’affaire est délicate, l’accord complexe et les parties puissantes. Ces écrits, ayant fixé les solutions retenues, permettent d’échapper aux défaillances sélectives de la mémoire, de fonder un recours et d’aboutir si nécessaire à l’intervention des autorités supérieures. C’est tout un système de rapports humains fondé sur le droit et son application.

  • 47 Ibidem, c. 174.

47Les notaires sont constamment présents. Mieux même, au fur et à mesure que l’on avance vers le XIIIe siècle, leurs interventions sont plus nombreuses. Les actes rédigés par un simple clerc, confirmés par des témoins et revêtus du sceau de l’évêque se font de plus en plus rares. Le rôle des notaires est croissant47. Il est classique dans toutes les transactions concernant des biens fonciers. Dans un accord mettant en présence plusieurs parties, c’est le notaire de l’autorité la plus haute qui rédige et authentifie l’acte. Il y a entre eux une hiérarchie, suivant qu’ils tiennent leur office de l’évêque, de la ville, du comte, de l’empereur ou du pape.

  • 48 Gallia Chris. Nov. Marseille, c. 120.
  • 49 Ibidem, c. 123, c. 157-160, c. 169-172.

48On relève leurs interventions même là où ne l’attendrait pas. L’absolution donnée aux Marseillais, le 1er janvier 1230, par l’évêque Benoît d’Alignan, est rédigée par Guillaume de Beaumont, notaire public de la ville48. Passe encore, l’affaire intéresse tout un chacun et les différents portaient sur des droits beaucoup plus que sur des questions religieuses. On est un peu plus surpris lorsqu’un notaire est chargé de dresser un acte sur des affaires internes de l’Église, mettant en cause uniquement l’évêque et le chapitre. Les deuxièmes statuts de réforme que le même prélat promulgue en présence des chanoines, le 24 mai 1230, sont mis par écrit par maître Bertrand Fossigène, notaire public de Marseille. Ceux promulgués, en 1259, sont simplement confirmés par le sceau des présents. Par contre, ceux de 1267, sont également mis sous forme d’acte authentique par Hugues de Briançon, lui aussi notaire public de Marseille49. Les variations enregistrées d’un épisode à l’autre laissent penser qu’il y a là des cas extrêmes. Ces faits mettent néanmoins en évidence un certain état d’esprit sous-jacent aux données culturelles générales. Un acte de l’évêque, en présence du chapitre, dans un domaine qui paraît de sa compétence est établi par un notaire public qui tient sa fonction de l’autorité urbaine. C’est d’abord une constatation. D’ailleurs le fait n’est pas unique. On peut essayer d’en tirer les quelques suggestions qui peuvent s’en dégager. Dans ce cas, l’entreprise de l’évêque paraît si peu assurée d’une heureuse conclusion qu’il lui faut prendre des précautions au cas où les diverses dispositions seraient attaquées devant les tribunaux, qu’ils soient civils ou ecclésiastiques. C’est donc une pièce pour un procès éventuel. Plus modestement, la mise au net d’un texte authentique peut avoir pour but de rappeler éventuellement aux chanoines les engagements pris. Sa force de conviction morale est renforcée par la menace d’un recours. Un écrit de cette sorte est beaucoup plus contraignant. Le projet de réforme pourrait recevoir une forme authentique à fin de communication au légat ou à la curie romaine. C’est un simple travail de mise en forme. Aucune de ces hypothèses n’exclut l’autre. De toute façon une pareille procédure ne peut être sans raison.

  • 50 Ibidem, c. 110-112.

49Agir ainsi a pour conséquence de soumettre les uns et les autres, en l’occurrence l’évêque et le chapitre à un texte. Le fait n’a rien d’extraordinaire en lui-même puisque l’Église universelle accepte l’autorité des Écritures et des canons. Dans ce cas cependant il s’agit d’un accord contractuel, même s’il est fondé en droit et le texte est rédigé par un notaire public. Il y a une différence considérable. C’est beaucoup concéder à l’écrit et à celui qui le rédige. Il doit y avoir nécessité. On peut essayer d’évaluer le prestige que de telles interventions confèrent aux professionnels des actes authentiques. Ils formulent ce qui devient de droit. Ce qu’ils écrivent fait foi devant les tribunaux. La clef est là, car il y a exemple de demandes refusées parce que non fondées sur un texte avec intervention d’un notaire. Il y a un ordre civil défini par la loi et dont la justice est garante. La culture professionnelle dont les notaires sont dépositaires permet de traiter les affaires en suivant la règle et les hommes d’Église ne s’affranchissent ni de leurs services ni de leur tutelle. Pour ce qui est de l’ordre public, ils adhèrent à la loi et s’y soumettent. Celui qui rédige un acte dispose d’un pouvoir considérable. On comprend sans peine, qu’en 1223, dans un contexte d’empiétement des Marseillais sur la ville épiscopale, Pierre de Montlaur, évêque, ait décidé de révoquer Guillaume Arnaud dont ses concitoyens avaient essayé de faire un notaire. Il est vraisemblable qu’il s’agissait d’une usurpation. Tous ses actes sont cassés50.

Conclusion

50La différence culturelle entre la France du Nord et le Midi est d’abord un fait constaté et que l’on ne peut éluder. C’est l’absence presque totale d’œuvres littéraires de langue latine dans cette région à un moment où elles sont nombreuses ailleurs. C’est la faible place qu’y prend la réflexion logique dans l’élaboration intellectuelle, alors qu’elle fonde la science ailleurs.

51On a proposé d’y voir, du milieu du XIIe siècle au milieu du XIIIe un retard manifeste. Il convient de maintenir cette appréciation parce qu’au début du XIVe siècle le Midi semble, culturellement, tenir son rang à l’intérieur de la chrétienté, à condition qu’on veuille bien ne pas le comparer à Paris. Les différents aspects de ce retard peuvent s’apprécier à partir de la documentation qui concerne la province ecclésiastique d’Arles. On y note une absence générale de préoccupation intellectuelle à l’occasion de la réforme des chapitres. Il n’est pas fait mention d’école. Il est rarement question de livres. Les testaments des évêques ne retiennent pas les fondations scolaires comme œuvre de piété. Or les mêmes textes interdisent de dire que le Midi est illettré parce qu’on y écrit le latin et parce qu’apparaissent dans les actes de nombreux magistri ainsi que des médecins.

52Un certain nombre d’explications peuvent être avancées pour rendre compte de ce retard. Il est évident que les pays méridionaux ont moins participé à la Renaissance carolingienne qui lie si fortement culture littéraire et vie religieuse, assurant ainsi la promotion de la rhétorique, de l’histoire et de l’hagiographie. De même, la réforme de l’Église n’y a pas provoqué de grands débats intellectuels. Elle y est, peut-être, restée superficielle. Enfin, la réflexion logique n’y prend pas grand essor. Faute d’approfondir les disciplines littéraires, elle ne conduit pas à une science.

53À ces explications générales à la fois évidentes et communes, il semble important d’en ajouter une autre qui s’est dégagée progressivement de l’analyse de cette documentation. La culture littéraire et théologique est en retard dans le Midi parce qu’elle s’y heurte à un autre modèle culturel dominant qui est fort différent.

54Les pays méridionaux paraissent plus attachés à une culture professionnelle où le droit civil et la médecine et le notariat ont une place de choix. Ces sciences et ces arts sont profanes. Ils s’acquièrent dans des écoles qui relèvent longtemps des princes et ne sont pas réservées au personnel de l’Église. Dans le Midi, les clercs et les laïcs participent essentiellement à une seule et même culture reposant sur ces sciences, dont l’aspect pratique dans la régulation de tous les actes de la vie humaine est évident. Le savoir littéraire et théologique est si peu répandu qu’il ne fait pas concurrence. Il a si peu d’utilité concrète qu’il ne jouit que d’une chétive considération.

55La présence de juristes aussi bien dans les rangs du clergé que parmi les hommes qui servent les villes et les princes donne un certain sentiment d’unité culturelle. Il en va de même pour la médecine, puisqu’il y a très tôt des clercs qui connaissent cet art et qui l’exercent. Les médecins jouissent d’une grande autorité. L’exemple du chanoine de Toulon, notaire public de la ville, exceptionnel semble-t-il, montre que Ton peut en même temps exercer une fonction profane et être membre du clergé, sans que les autorités y trouvent à redire. Une telle convergence culturelle repose en fin de compte sur l’existence d’un droit écrit et à travers lui sur un ordre public.

56Une culture littéraire et théologique peu présente, une vie organisée autour du droit, de l’écrit et de la médecine, c’est assez pour fonder un système différent.

Notes

1 Ch. Trottmann, La vision béatifique, des disputes scolastiques à sa définition par Benoît XII, Rome, 1995, p. 680 et sq.

2 P. Glorieux, Répertoire des maîtres en théologie de Paris au XIIIe siècle, Paris 1933, p. 155.

3 P. Péano, Olieu, Dictionnaire de Spiritualité, t X, c 751-762, Paris 1982.

4 J. H. Albanès et U. Chevalier, Gallia Christiana Novissima, Histoires des archevêchés, des évêchés et des abbayes de France : Marseille, Valence, 1899 ; Arles, Valence, 1900 ; Toulon, Valence, 1911 ; Avignon, Valence 1920. Les références sont données : Gallia Chris. Nov. suivi du nom du diocèse et du n° de la colonne. Gallia Chris. Nov, Marseille, c. 120-121.

5 P. Amargier, « Évêques et prévôts languedociens de l’Église de Marseille », Cahiers de Fanjeaux. t. VII, Les évêques, les clercs et le roi, Toulouse, 1972, p. 147 et sq.

6 Gallia Chris. Nov. Marseille, c. 122-123.

7 Ibidem, c. 132 et sq.

8 Ibidem, c. 157 et sq.

9 Ibidem, c. 174-186.

10 Ibidem, c. 87-88 et Gallia Chris. Nov. Toulon, c. 61-62.

11 Gallia Chris. Nov. Marseille, c. 94-95, c. 98, c.112.

12 Ibidem, c. 105, c. 108, c. 112, c. 123.

13 Ibidem, c. 157, c. 169.

14 Ibidem, c. 76, c. 156.

15 Ibidem, c. 701.

16 Gallia Chris. Nov. Toulon, c. 127-133.

17 Ibidem, c. 63.

18 Ibidem, c. 87.

19 Ibidem, c. 74.

20 Ibidem, c.78.

21 Ibidem, c. 91.

22 Ibidem, c. 102.

23 Ibidem, c. 104, c. 107.

24 Ibidem, c 104, c. 107.

25 Ibidem, c. 132 et sq.

26 Gallia Chris. Nov. Arles, c. 277-279.

27 Ibidem, c. 344-346.

28 Ibidem, c. 169, c. 175, c. 211.

29 Ibidem, c. 274.

30 Ibidem, c. 306.

31 Ibidem, c. 239.

32 Ibidem, c. 292-298 et 330-331.

33 Gallia Chris. Nov. Avignon, c. 146-148.

34 Ibidem, c. 154.

35 Ibidem, c. 167.

36 Ibidem, c. 202.

37 Ibidem, c. 203.

38 Cf. A. Gouron, La science du droit dans le Midi de la France au Moyen Âge, Londres, 1984.

39 Cartulaire de l’Université de Montpellier, Montpellier, 1890, p. 179-180.

40 Ibidem, p. 180-183.

41 Gallia Chris. Nov. Marseille, c. 126.

42 Gallia Chris. Nov. Avignon, c. 98.

43 Ibidem, c. 104, c. 107.

44 Ibidem, c. 112, c. 115.

45 Ibidem, c. 113, c. 123.

46 Ibidem, c. 128, c. 139.

47 Ibidem, c. 174.

48 Gallia Chris. Nov. Marseille, c. 120.

49 Ibidem, c. 123, c. 157-160, c. 169-172.

50 Ibidem, c. 110-112.

Notes de fin

* Communication publiée pour la première fois dans le volume : Église et culture dans le Midi, Cahiers de Fanjeaux, t. 35, Toulouse, 2000.

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540