Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du monde et des hommes

 | 
Jacques Paul

La tapisserie de la Création. Étude sur la signification d’une œuvre d’art1

Texte intégral

  • 1 Article publié pour la première fois dans Provence Historique, t. XXXV, 1975.

1Le musée diocésain de Gérone compte parmi d’autres trésors une pièce unique : la tapisserie de la Création, broderie réalisée à la fin du XIe siècle ou plus vraisemblablement au début du XIIe siècle, pour servir de baldaquin à l’autel de la Sainte Croix, érigé dans la chapelle du Saint Sépulcre, construite sur le parvis de la cathédrale. Dans l’état actuel, c’est une pièce de 3,65 m sur 4,70 m. Il est évident qu’elle a subi d’importantes mutilations. Elle a été brodée au point de chaînette avec des laines de couleurs différentes sur un tissu grossier.

  • 1 P. de Palol, « Une broderie catalane d’époque romane, la Genèse de Gérone », in Cahiers archéologiq (...)

2Cette tapisserie a fait l’objet d’études détaillées et savantes qui ont traité essentiellement de ses aspects iconographiques, selon les méthodes de comparaison et d’explication propres à l’histoire de l’art1. Les résultats de ces analyses sont considérés comme acquis et le lecteur doit s’y reporter pour cet aspect du problème. L’étude présente utilise les conclusions de ces travaux.

3Le propos présent est tout différent. Il porte uniquement sur la représentation de la Création, c’est-à-dire sur la scène centrale de la composition, celle qui est délimitée par les deux cercles concentriques, à l’exclusion du calendrier du pourtour et de l’invention de la Croix. Une œuvre d’art de ce genre ne va pas sans une composition ou une certaine mise en page du sujet. C’est déjà un fait intellectuel qui illustre une certaine manière de comprendre une affirmation de la foi chrétienne. Cette illustration est d’une certaine manière un discours, c’est-à-dire une interprétation du dogme sur la création du monde par Dieu. Bref, la tapisserie du musée de Gérone n’est pas à analyser du seul point de vue de la permanence des formes et des influences artistiques, mais à confronter aux œuvres littéraires et théologiques qui donnent également une interprétation de la naissance du monde. Chaque discipline et chaque art utilisent un vocabulaire propre et suivent des méthodes particulières, mais l’enseignement qui s’en dégage peut être identique. On pourrait trouver dans la tapisserie un écho lointain, transmis par des intermédiaires, de commentaires sur le livre de la Genèse. Elle peut encore entretenir des rapports, précis ou vagues, avec des courants de pensées connus par d’autres livres. Une œuvre d’art comportant une figuration significative ne peut pas être séparée des réflexions proprement intellectuelles sur le même sujet. Rien n’interdit de confronter discours et représentation.

Description

  • 2 La formule Rex fortis n’est pas une citation déformée d’Isaïe IX, 5 Deus, fortis, à cause de la vir (...)
  • 3 Genèse, I, 3.
  • 4 Cf. le schéma ci-joint avec les cases numérotées.

4Au centre de la composition, dans la case n° 1 du schéma, un Christ imberbe, portant un nimbe cruciforme. Il a la main droite levée dans un geste de bénédiction ou plutôt de création. Dans la main gauche, il tient un livre ouvert, le livre de vie, où l’on peut lire Sanctus Deus. Sur le fond est écrit Rex fortis, roi fort, ce qui est un nom du Christ2. Autour du Christ, dans le bandeau, est brodé un verset de la Genèse : Dixit quoque Deus : fiat lux et facta est lux ; Dieu dit : que la lumière soit et la lumière fut3. Une croix marque le début de l’inscription, elle est, à main droite du Christ, à hauteur d’une ligne qui est pour celui qui regarde aujourd’hui horizontale. Cette croix donne une indication sur l’ordre de lecture des scènes figurées4. La suite de l’analyse le confirme, dans la mesure où l’on veut suivre dans la tapisserie l’ordre du récit de la Genèse.

  • 5 Genèse I, 2.

5Au-dessus du Christ, (n° 2), une colombe qui représente l’esprit de Dieu. On lit : Spiritus Dei ferebatur super aquas : l’esprit de Dieu était porté sur les eaux5. Les eaux sont figurées par des lignes ondulées. Le nimbe qui entoure la tête de la colombe fait comprendre qu’il s’agit, selon une interprétation et une représentation traditionnelle, du Saint-Esprit.

  • 6 Ibidem.

6À gauche, (n° 3), on lit Tenebrae erant super faciem abissi : Les ténèbres couvraient la face de l’abîme6. Les ténèbres sont figurées par un personnage portant une torche. Il s’agit sans aucun doute d’un ange, identification que confirme une comparaison avec la figurine symétrique. C’est donc l’ange des ténèbres et peut-être même Lucifer, à cause de ce flambeau tenu en main.

7À droite, dans une case identique à la précédente, (n° 4), on lit lux, lumière, mot isolé, tiré du verset 3 de ce chapitre 1 de la Genèse. On y voit également un personnage : l’ange de lumière.

  • 7 Ci-joint le texte des sept premiers versets de la Genèse selon la Vulgate, avec en italique les mot (...)

8À gauche et au-dessous, (n° 5), on aperçoit un cercle entouré de lignes ondulées, identifiées précédemment comme les eaux. Au milieu du cercle une inscription : Fecit Deus firmamentum in medio aquarum : Dieu fit un firmament au milieu des eaux. C’est encore une citation de la Genèse, mais qui prend quelques libertés par rapport au texte de la Vulgate. En fait tous les mots de la formule de la tapisserie se trouvent dans les versets 6 et 7, mais leur disposition a subi un arrangement minime7. Le cercle représente donc le firmament.

  • 8 Cf. P. de Palol, (n. 1).

9À droite, en face, (n° 6), il y a le même cercle avec deux médaillons circulaires. À gauche, un personnage masculin dont la tête est entourée de flammes : le soleil, qu’un mot, sol, permettrait à lui seul d’identifier. À côté, une tête féminine surmontée d’un croissant avec l’inscription luna. Les étoiles ne font pas défaut et le mot abrégé firm(amentum) les désigne suffisamment. Rejetées sur les bords de la composition, les lignes ondulées qui représentent les eaux. Entre elles une légende : Ubi dividat Deus aquas ab aquis : Lorsque Dieu divisa les eaux d’avec les eaux. Là encore la tapisserie ne suit pas exactement le texte de la Vulgate, verset 6, puisqu’elle ajoute ubi. Cette modification est précieuse, car ubi se rencontre dans les textes en usage en Espagne8. Ce serait donc la marque d’une influence proprement hispanique dans la tapisserie. L’ensemble de la scène combine la division des eaux, en eaux supérieures et inférieures du verset 6, et la création des luminaires des versets 14-17.

Tapisserie de la Création, partie centrale.
Gérone, Musée diocésain

  • 9 Genèse, I, 21.

10Au-dessous du Christ, le grand quartier qui est au bas de la composition, (n° 7), illustre le thème de la création des oiseaux du ciel et des poissons. La grande liberté imaginative de la représentation s’accompagne de deux courtes inscriptions explicites : volatilia coeli, et cete grandia, les grands monstres marins. Volatilia coeli n’est pas, contrairement à cete grandia, une citation, mais une adaptation de mots qui se trouvent effectivement dans le texte de la Vulgate9.

  • 10 Le texte est : Adae vero non inveniebatur adjutor similis ejus, Genèse, II, 20.
  • 11 La Vulgate est légèrement plus développée : immisit ergo Dominus Deus soporem in Adam ; cumque obdo (...)

11À droite du cercle, (n° 8), Adam donne leur nom aux animaux dans un décor paradisiaque symbolisé par un tapis de fleurs. La légende Adam non inveniebatur similem sibi : Adam ne rencontrait personne de semblable à lui, est une légère adaptation du texte de la Vulgate10. À gauche et en face, (n° 9), Ève naît du côté d’Adam dans le même jardin du paradis évoqué par un arbre désigné comme lignum pomiferum. On lit sur le fond l’inscription : Immisit Dominus soporem in Adam et tulit unam de costis ejus : Dieu fit tomber un profond sommeil sur Adam et prit une de ses côtes, ce qui est une contraction du texte de la Genèse11. En fin de compte, la création de l’homme et de la femme occupe ces deux derniers quartiers, disposés de façon symétrique dans la partie inférieure du cercle. Avec eux s’achève la mise en images du récit, puisque c’est la dernière œuvre de Dieu, avant le repos du septième jour. Pourtant les légendes de ces dernières scènes ne renvoient pas à ce premier récit où la création est accomplie pendant la semaine originelle, mais au second qui commence au verset 4 du chapitre II. Cette deuxième version, plus imagée, ne modifie pas l’architecture de l’ensemble de la composition qui reste issue du premier. Il ne faut y voir qu’un désir plus grand d’illustration anecdotique.

  • 12 Psaume XCVI, (95), 11. Actes des Apôtres, IV, 24 et XIV, 15.

12Le grand cercle de la Création est entouré d’une inscription où l’on peut lire In principio creavit Deus celum et terram mare et omnia quae in eis sunt et vidit Deus cuncta que fecerat et erant valde bona : Au commencement Dieu créa le ciel et la terre, la mer et tous ceux qui les habitent, et Dieu vit tout ce qu’il avait fait et c’était très bon. On identifie sans peine le premier verset de la Genèse dans les premiers mots de cette légende. On reconnaît aussi le verset 31 de ce premier chapitre dans : et Dieu vit... qui est la conclusion de l’œuvre du sixième jour et donc de ce récit de la Création. Mare et omnia quae in eis sunt est un ajout qui s’intègre sans peine dans le contexte. C’est une formule biblique que l’on rencontre dans les Psaumes et dans les Actes des Apôtres12. Une croix, sur la même ligne horizontale, à droite du Christ, marque le début du texte. Cette longue inscription qui enveloppe toute la représentation de la Création en résume tout le sens, puisqu’elle combine le début, avec le premier verset, et la conclusion, après l’œuvre du sixième jour. Elle signifie bien que tout ce qui est figuré à l’intérieur du cercle est justement ce qui a été accompli du commencement jusqu’à l’instant final qui précède le repos de Dieu. Faite de citations combinées, fruit d’un effort de réflexion, cette légende globale assure à elle seule que l’intention est bien d’illustrer le premier récit de la Création.

Une composition significative

13La disposition de ces différentes figurations fait apparaître un souci de symétrie par rapport à un axe vertical qui n’est d’ailleurs ni indiqué ni même esquissé. C’est ainsi que les cases 3 et 4 ; 5 et 6 ; 8 et 9 ; se répondent de part et d’autre du cercle, par leurs dimensions comme par leurs thèmes. Les numéros 1, 2 et 7 sont uniques et définiraient cette ligne théorique si leur forme s’y prêtait. Cette composition est cohérente et centrée sur elle-même. Si on compare la Genèse de Gérone avec une œuvre qui a quelque parenté avec elle parce qu’elle est ronde : la mosaïque de la Création dans le narthex de la basilique Saint-Marc, une évidence s’impose. À Venise, les scènes se suivent comme dans un jeu de l’oie, ce qui donne le sentiment d’un déroulement ou d’une progression. Dans la tapisserie de Gérone, c’est bel et bien l’inverse. L’illustration de l’œuvre des six jours est disposée dans un cercle, selon un ordre synthétique et non successif, au point qu’il faut établir un sens de lecture et numéroter les quartiers pour suivre le texte biblique. Cette mise en page brise l’impression de temps. Il y a comme une vue instantanée de la Création. L’interprétation est presque intemporelle.

  • 13 Ecclésiastique, XVIII, 1 : Qui vivit in aeternum creavit omnia simul.
  • 14 Cf. Grégoire de Nysse, La création de l’homme, éd. J. Laplace et J Daniélou Paris, 1944.
  • 15 Bède, Hexaemeron, PL, t. 91 c. 10-14 passim.
  • 16 Fuit mora in creando? — in ictu oculi, id est quam cito possis oculum aperire — Creavit per partes? (...)

14Faut-il évoquer à ce propos la création en un instant ? C’est une doctrine bien connue qui a pour origine un verset du livre de l’Ecclésiastique : Celui qui vit éternellement a créé tout ensemble13. Les Peres et les docteurs, commentateurs du livre de la Genèse, rencontrent ce problème et leurs explications sont complexes et divergentes. Ils hésitent assez souvent entre la création en un instant et celle en six jours. Grégoire de Nysse adopte la première solution14. Dans l’église latine on adopte souvent des thèses plus élaborées. La création a été faite en un instant, mais s’organise en six jours symboliques. Bède imagine une première étape où est créée une matière élémentaire dont tout le reste dérive15. Au début du XIIe siècle, la doctrine de la création en un clin d’œil est assez commune pour figurer dans un ouvrage de haute vulgarisation comme l’Elucidarium d’Honorius Augustodunensis16. Certes, on ne peut pas prouver que la tapisserie de Gérone a voulu illustrer cette doctrine, car c’est lui prêter une intention qu’aucun texte ne peut confirmer. Par contre, de toutes les représentations connues, c’est celle qui répondrait le mieux à cette théorie de la création en un instant. Or, cette forme circulaire est inusitée dans les manuscrits byzantins et latins qui comportent des miniatures sur la Création. En dehors de Saint-Marc de Venise, il n’y a pas d’autre composition de cette forme sur ce sujet. Si l’on compare ce caractère unique à l’abondance des emprunts iconographiques relevés, on peut penser qu’il y a là un parti pris de composition. Le choix d’une disposition originale pour la broderie de Gérone comporte-t-il une référence à une doctrine ? C’est au moins une question.

15Le récit biblique, celui du chapitre premier de la Genèse, se développe selon un plan évident que le texte lui-même souligne en faisant état des matins et des soirs. L’œuvre s’est accomplie en une semaine et s’achève par le repos de Dieu. La Création prend six jours et cette division est bien connue depuis l’Antiquité chrétienne, comme le prouvent les traités In Hexaemeron. Cette disposition du récit est à comparer à la composition de la broderie pour en faire ressortir les particularités.

cases

1er jour : Création du ciel et de la terre, l’esprit de Dieu plane sur les eaux, création de la lumière et séparation d’avec les ténèbres.

2, 3 et 4

2e jour : Création d’un firmament au milieu des eaux et séparation des eaux

5 et 6

3e jour : Apparition de la terre et de la mer et verdissement de la terre.

Pas de figuration

4e jour : Création des luminaires, du soleil et de la lune.

6

5e jour : Pullulement des poissons et des oiseaux.

7

6e jour : Création de l’homme et de la femme.

8 et 9

16L’importance donnée à l’œuvre de tel ou tel jour est très variable dans la tapisserie. C’est une évidence. Le fait le plus remarquable est l’absence totale de l’œuvre du troisième jour. Cette omission n’est pas le fait du hasard et il faut la tenir pour significative. Car l’élimination du verdissement de la terre a pour conséquence de mettre à la suite l’une de l’autre : la création du firmament au milieu des eaux, la séparation des eaux inférieures et supérieures, ainsi que la création au milieu du firmament des deux luminaires. Dans la case n° 6 sont groupés des éléments qui proviennent du deuxième et du quatrième jour. Cette unification marque la continuité de ces phénomènes célestes en dépit du récit biblique qui les sépare. On ne peut s’empêcher de trouver fort raisonnable cette disposition de la tapisserie, puisqu’elle traite en même temps des phénomènes de même nature. À titre de comparaison, le verdissement de la terre, le troisième jour, apporte indiscutablement un élément de rupture dans la mosaïque de Saint-Marc, à Venise. Au milieu de scènes où dominent le bleu et le rouge parce qu’il s’agit des astres, vient se placer une représentation où le brun et le vert l’emportent, parce que c’est la terre.

17Cette exclusion du troisième jour est un choix réfléchi qui répond au parti pris qui a présidé à la composition. Il n’est pas difficile de mettre en évidence le principe de cette organisation. Toutes les scènes de la partie supérieure du cercle sont célestes, toutes celles de la partie inférieure sont terrestres. La ligne horizontale, où s’inscrivent les croix qui marquent le début des légendes circulaires, divise la représentation en deux parties. La répartition en six du texte biblique n’est pas respectée, elle est remplacée par une autre division plus simple. Le sens ne fait guère de doute. Il s’agit ici de marquer la distinction entre le ciel et la terre, entre le monde supérieur et le monde inférieur. Cette dualité donne la clé de la composition de la broderie de Gérone.

  • 17 In hoc igitur principio fecit Deus coelum, id est spirituales, qui coelestia meditantur et querunt, (...)
  • 18 Quot creaturas rationales condidit Deus? — Duas : angelos et homines et coelum angelis et terram ho (...)
  • 19 Coelum, creatura spiritualis, ab exordio perfecta et beata. Terra corporalis materies adhuc imperfe (...)

18Ce choix d’un type de représentation est à l’évidence pensé, car la transformation est trop profonde et trop logique pour qu’il en soit autrement. Cette vue de la Création peut trouver sa raison dans le texte biblique lui-même. Le premier verset de la Genèse affirme : Au commencement Dieu créa le ciel et la terre. La dualité illustrée par la tapisserie est donc déjà présente. Or, cet aspect est rarement développé par les Pères et docteurs dans leurs commentaires sur la Genèse. Cette division les retient peu. Isidore de Séville écrit sur ce premier verset : Dans le Christ, qui est principe, Dieu fit le ciel, c’est-à-dire les êtres spirituels qui méditent les réalités célestes et les cherchent, il fit aussi, dans le même principe, les êtres charnels, qui n’avaient pas encore engendré l’homme terrestre17. Il y a bien dualité, mais elle porte surtout sur l’ange et sur l’homme, ce qui n’est pas exactement le propos. Il y a une affirmation proche dans le dialogue d’Alcuin sur la Genèse. Combien de créatures rationnelles Dieu a-t-il fait ? – Deux, les anges et les hommes, le ciel est la demeure des anges et la terre celle des hommes18. La Glose ordinaire, témoin précieux de la tradition, ignore cette doctrine, sauf en ce qui concerne Alcuin. Elle résume et transforme les opinions de ce dernier. Le ciel, c’est la créature spirituelle, parfaite et bienheureuse dès l’origine, la terre, la matière corporelle toujours imparfaite19. Ce dernier texte est celui qui se rapproche le plus de la tapisserie, sans convenir tout à fait, car il ne s’agit pas à proprement parler de l’opposition de la terre et de tous ses habitants avec le monde céleste, astres et anges. La dualité ciel terre de la Création de Gérone conserve donc quelque chose d’original et de particulier, car le firmament, avec le soleil et la lune, n’est pas uniquement celui des anges comme dans les commentaires bibliques.

L’Ange de lumière et l’Ange des ténèbres

  • 20 Hoc est beatissimis angelorum agminibus impletum est quos in principio cum coelo et terra conditos (...)
  • 21 Coelum non visibile firmamentum, sed empyreum, id est igneum, vel intellectuale, quod non ab ardore (...)

19La description a mis en évidence, dans les cases n° 3 et 4, deux figures d’anges dont l’un représente la lumière et l’autre les ténèbres qui couvrent la face de l’abîme. Dans ces deux scènes, il est question de la création des anges, que la lettre du récit de la Genèse n’évoque pas, mais qu’une interprétation allégorique permet de trouver facilement, pour satisfaire une conviction acquise par ailleurs. C’était déjà le sens de la création du ciel dans les textes d’Isidore de Séville et d’Alcuin, cites précédemment. C’est aussi l’opinion de Bède le Vénérable qui, commentant ce premier verset de la Genèse sur la création du ciel, le voit rempli d’une armée d’anges bienheureux qui ont été créés, au commencement, avec le ciel et la terre20 La glose ordinaire reprend ces dernières affirmations et ajoute que le ciel n’est pas le firmament visible mais l’empyrée, c’est-à-dire un ciel de feu on un ciel intellectuel, non pas à cause de sa chaleur mais de sa splendeur parce qu’il fut aussitôt rempli d’anges21.

  • 22 Quod autem in primis conditionibus dixisti: fiat lux, et facta est lux non incongruenter hoc intell (...)
  • 23 Et facta est lux, id est angelica et coelestis substantia, in se temporaliter sicut erat in sapient (...)
  • 24 Y. Lefèvre, (n. 16), p. 366.

20Il y a également une autre tradition sur la création des anges, celle qui les fait naître au moment où Dieu dit Fiat lux. Ils sont la lumière bienheureuse et inaccessible, mais pas le ciel. Cette interprétation est celle de saint Augustin. Quant à cette parole que Vous avez prononcée au début de la Création : que la lumière soit, et la lumière fut, je l’applique non sans vraisemblance à la créature angélique, qui était déjà vie en quelque manière puisqu’elle recevait votre lumière22. Le De Genesi ad litteram expose la même doctrine : Que la lumière soit, c’est-à-dire la substance angélique et céleste, qu’elle existe en elle-même temporellement, comme elle existait éternellement dans la sagesse, en son immutabilité23. Cette doctrine se répand rapidement. On la rencontre dans la Glose ordinaire avec une référence à saint Augustin. Elle est retenue également par Honorius Augustodunensis dans cet ouvrage de compilation de doctrines établies qu’est l’Elucidarium24. Elle est au début du XIIe siècle tout à fait commune. Cette deuxième opinion repose sur la conviction que seule la parole de Dieu crée. Or dans le récit de la Genèse, la première expression de la volonté de Dieu est justement : que la lumière soit. Ce troisième verset porte un ordre qui est suivi d’effet, tandis que le premier sur le ciel et la terre faisait simplement un récit.

21C’est incontestablement à l’interprétation augustinienne que la tapisserie de Gérone emprunte ses caractéristiques. La légende lux qui caractérise l’ange de lumière suffirait à elle seule à trancher le débat, car le Fiat lux est ici réalisé sous la forme d’un ange. Rien ne peut être plus clair. C’est pourquoi on peut lire dans l’anneau qui entoure le Christ créateur. Dixit quoque Deus fiat lux et facta est lux. Ce troisième verset du récit de la Genèse est la première parole créatrice de Dieu. Si l’on s’en tient à l’interprétation augustinienne, elle marque le début effectif de la Création et elle fonde les hiérarchies angéliques, brièvement représentées de part et d’autre de l’Esprit Saint.

  • 25 Prima et nobilior creatura fuit angelus qui cecidit, Grégoire le Grand, Moralia in Job, XXXII, ch. (...)

22L’ange qui couvre la face de l’abîme, celui des ténèbres, est lui évoqué non par le Fiat lux, mais dans le verset 2 : Or la terre était vague et vide, les ténèbres couvraient l’abîme et l’esprit de Dieu planait sur les eaux. La tapisserie inverse dans sa représentation l’esprit et les ténèbres. Elle place, pour des raisons de convenance évidentes, l’esprit de Dieu, devenu le Saint-Esprit, dans le lieu le plus digne, en haut de la composition, dans une case qui ne peut recevoir aucune figuration symétrique. Les ténèbres de ce même verset, représentées par une figure d’ange, font le pendant de l’ange de lumière. Il est donc impossible d’y voir autre chose qu’un ange, celui des ténèbres, c’est-à-dire celui du mal ou plus exactement les anges déchus et probablement Lucifer lui-même. Dans ce contexte de représentation de la Création, cette image signifie que Dieu a créé les mauvais anges et, si l’on prend garde à l’ordre du récit de la Genèse, comme à celui de la représentation, il les a fait avant l’ange de lumière qui représente les bons anges. Les Pères de l’Église ne sont pas très éloquents sur ce thème. Grégoire le Grand est probablement le plus explicite lorsqu’il écrit : La première et la plus noble créature fut l’ange qui est tombé25. Le thème n’est donc pas inconnu.

  • 26 Non sunt audiendi qui reprehendendo dicunt Deum prius creasse tenebras quam lucem W. Strabon, PL, t (...)
  • 27 Nullas in aqua vel aere fecit tenebras; sed distincto ordine providentiae prius aauas cum coelo cre (...)

23Les commentaires sur le livre de la Genèse font par contre apparaître une nette réticence à interpréter ainsi les ténèbres qui couvrent la face de l’abîme. La Glose ordinaire qui reprend presque exactement un texte de Bède écrit : Il ne faut pas écouter ceux qui, critiquant Dieu, disent qu’il a créé les ténèbres avant la lumière26. Puis, citant exactement Bède, elle ajoute : Dieu n’a pas créé les ténèbres, ni dans l’eau ni dans l’air, mais selon l’ordre de sa providence, il a créé d’abord les eaux avec le ciel et la terre, puis il a voulu les embellir par la grâce de la lumière27.

  • 28 Primam materialis gratiam lucis donavit: Bède, Hexaemeron, PL, t. 91, c. 16.

24L’opinion de Bède est parfaitement cohérente. Pour lui, la création des anges a eu lieu lorsque Dieu fit le ciel et la terre, ainsi que le dit le premier verset de la Genèse. Le Fiat lux, du troisième verset, ne donne naissance qu’à la lumière proprement dite, dont il souligne un peu lourdement le caractère matériel28. Il ne l’oppose aux ténèbres qu’à ce niveau. Il refuse d’y voir autre chose qu’une ombre ou qu’une privation parce que justement la lumière n’était pas créée. À tout prendre, l’ordre du récit lui donne raison. L’allusion à ceux qui critiquent Dieu, pour avoir créé les ténèbres avant la lumière, laisse penser qu’il existait des explications moins littérales et moins lénifiantes. En effet, ceux qui, comme saint Augustin, ont vu dans le Fiat lux l’acte de fondation des hiérarchies angéliques n’ont que de très faibles raisons pour soutenir que les ténèbres ne sont qu’ombres et carence. L’interprétation symbolique de la création de la lumière semble entraîner en toute logique celle des ténèbres. Il faut alors comprendre que Dieu a créé le mal et qu’il a fait les mauvais anges avant les bons. Il y a alors matière à critiquer Dieu !

  • 29 Saint Augustin, Confessions, XIII, III, 3.

25La lecture des commentaires des Pères sur la Genèse révèle qu’ils s’efforcent toujours d’entendre les ténèbres au sens matériel, même s’ils ont adopté une interprétation symbolique de la création de la lumière. Ce refus qui comporte quelque incohérence se trouve chez saint Augustin et chez tous ceux qui suivent son interprétation29. On peut estimer qu’ils font un grand effort pour écarter les conclusions, logiques pourtant, de leurs opinions. La tapisserie de Gérone fait preuve de moins d’inconséquence puisqu’elle représente l’ange des ténèbres, Lucifer, et à sa place, avant l’ange de lumière.

  • 30 Non enim malas intelligendum arbitror potestates, quod Dominus earum malitiam creaverit, saint Ambr (...)
  • 31 Ubi igitur tenebrae nequitiarum spiritualium locum habere potuerunt cum augustae hujus decorem figu (...)
  • 32 Sed ea ex nobis orta, non a creatore Deo condita, morum levitate generatur, non ullam creaturae hab (...)
  • 33 Sed haec opinio ferialis eorum qui perturbandam Ecclesiam putaverunt Hinc Marciones, hinc Valentini (...)

26La portée du refus de l’interprétation symbolique des ténèbres est clairement exposée dans un passage de l’In Hexaemeron de saint Ambroise. On sait qu’il s’agit de sermons réellement prononcés, ce qui explique le caractère quelque peu diffus du texte qui comporte des digressions et des redites. Saint Ambroise d’autre part s’en tient à une explication aussi littérale que possible de la Genèse et son commentaire sur les premiers versets ne fait aucune allusion à la création des anges. De ce point de vue, son œuvre est assez différente de toutes celles rencontrées jusqu’ici. Saint Ambroise commente le verset 2 du premier chapitre de la Genèse et assure que le défaut de lumière explique la présence des ténèbres. Il écrit alors : il ne faut pas les prendre, à mon avis, pour les puissances du mal, sous prétexte que Dieu aurait créé leur capacité au mal30. Un argument proprement philosophique appuie son opinion : le mal n’est pas une substance. Ambroise revient encore au même problème après un long paragraphe consacré à l’esprit de Dieu. Il fait état alors de la création des éléments qui sont à la base de la physique de l’Antiquité et ajoute : où donc les ténèbres des esprits du mal pourraient trouver place puisque le monde a revêtu la beauté de ces éléments ? Est-ce que Dieu a créé le mal en même temps31 ? Il répond à cette question sur le mal qu’il vient lui-même de poser : Il est né de nous et n’a aucun fondement en Dieu créateur, il vient de la légèreté de nos mœurs et il n’a aucune des prérogatives des créatures ni l’autorité d’une substance naturelle32. Ambroise se refuse à inscrire au compte de Dieu la création des puissances mauvaises. La conclusion de ce paragraphe est révélatrice. Cette opinion bestiale est celle de ceux qui ont entendu perturber l’Église. Les Marcionites, les Valentiniens et ces pestiférés de Manichéens ont tenté d’introduire cette funeste épidémie dans l’esprit des saints33. Le discours se poursuit encore longuement sur le fond pour prouver que Dieu, bon, ne peut être l’auteur du mal. Saint Ambroise conclut enfin que les ténèbres et l’abîme sont à entendre simplement et matériellement.

  • 34 Basile de Césarée, Homélies sur l’Hexaemeron, éd. S. Giet, Paris, 1950, p. 155 et sq.

27Ce sermon est plein d’enseignement. Lorsque les Pères refusent d’entendre les ténèbres autrement que matériellement, c’est qu’ils ne veulent pas attribuer à Dieu la création du mal ou des esprits mauvais. Leur unanimité cache une opinion contraire qui est hérétique et qu’Ambroise attribue aux gnostiques d’une part, et aux manichéens de l’autre. La tapisserie de Gérone comporte donc une figuration qui, prise pour ce qu’elle est, fait référence à une doctrine qui est hétérodoxe. Il se trouve que tout le développement de saint Ambroise analysé ci-dessus est un emprunt direct et évident à la deuxième homélie de saint Basile sur l’Hexaemeron. Le Père grec attribue ces mêmes opinions aux Marcionites, aux Valentiniens et aux Manichéens dans un mouvement de phrase qui est très comparable à celui d’Ambroise. Il discute également ces affirmations et n’admet pas que le mal ait son origine en Dieu parce que rien de contraire ne vient de son contraire. Le mal n’est pas une nature, ni un être, il vient de nous. Bref, tout ce que saint Ambroise développe est déjà, pour le fond et pour certains aspects caractéristiques de la forme, dans les homélies de saint Basile34. L’évêque de Milan est coutumier de ces emprunts à des auteurs grecs. Le fait n’a donc rien de surprenant.

28Rien ne prouve que le développement d’Ambroise ait été aussi adapté à la situation de l’Église de Milan qu’à celle de Cappadoce, un demi-siècle auparavant. Ces doctrines qui viennent des gnostiques paraissent assez fondamentalement grecques. Les propos d’Ambroise ont peu d’écho chez les divers auteurs ecclésiastiques successifs, comme si l’identité des hétérodoxes était sans importance. Les thèmes eux-mêmes subsistent, mais leur portée n’est pas toujours parfaitement saisie. Les spéculations sur la création des anges et le Fiat lux montrent que l’on ne voit pas les dangers d’une telle doctrine, ni l’incohérence de l’interprétation matérielle des ténèbres. La tapisserie de Gérone paraît, elle, plus raisonnée et mieux pensée que tous ces commentaires.

La signification de la tapisserie de Gérone

29Les analyses conduites jusqu’ici permettent de mettre en évidence trois thèmes particulièrement importants qui ont tous une signification intellectuelle :

30La Création en un instant et hors du temps.

31La séparation du monde terrestre et du monde céleste.

32La Création par Dieu des mauvais anges et avant les bons.

33Les deux premières propositions n’ont rien de particulièrement inquiétant. Plus exactement elles peuvent recevoir un sens très acceptable. La troisième est indiscutablement hétérodoxe. La vraie question est maintenant de savoir si ces trois propositions ne peuvent faire qu’une seule et même doctrine. Dans l’affirmative la cohérence de l’œuvre d’art serait encore plus forte et sa signification plus nette.

  • 35 S. Runciman, Le manichéisme médiéval, trad. française, Paris, 1949, ch. II passim.

34Il semble que ces doctrines ne soient pas sans lien. Elles soulignent le caractère spirituel de la partie céleste de la Création et le caractère terrestre et matériel de la partie inférieure. Il y a dualisme, puisque le ciel et la terre sont si bien distingués. La composition qui met en évidence cette division élimine aussi toute référence au déroulement du temps. La conception de la Création prend alors un caractère intemporel et philosophique, ce qui n’est pas biblique. L’ange des ténèbres renvoie aux spéculations gnostiques sur la lutte cosmique du bien et du mal. Toutes ces propositions paraissent trop générales pour qu’on puisse y voir une doctrine spécifique et bien définie. D’ailleurs Basile et Ambroise attribuent les affirmations sur les ténèbres aux Marcionites, aux Valentiniens et même aux Manichéens, sans faire de distinction. C’est dire qu’il ne faut pas espérer les identifier beaucoup mieux. Il y a là probablement des opinions courantes qui ne relèvent d’aucune école particulière. Saint Basile ne paraît pas spécialement bien informé. L’attribution aux Manichéens de cette doctrine de la création des forces du mal confirme ce que l’on sait sur les emprunts faits à Marcion par Mani35. Les propositions retenues n’ont cependant ni la verve, ni la puissance, ni l’extravagance des doctrines gnostiques. S’il y a dans la tapisserie un écho des idées dualistes et gnostiques, il est assagi et christianisé.

35Les modèles iconographiques qui ont servi à la réalisation de la tapisserie sont antiques et grecs, comme le prouvent tous les médaillons du calendrier et les figures des deux cercles de la Création. Les textes qui servent de légende sont empruntés à une version hispanique de la Vulgate et pour cette raison il paraît vraisemblable que la broderie a été exécutée en Espagne. Il paraît, par contre, peu probable que les spéculations gnostiques plus encore que manichéennes qui trouvent place dans la tapisserie aient été pensées communes et courantes en Espagne à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle. Si l’on en jugeait autrement il faudrait prouver par des faits historiques ou des textes, que de telles doctrines ont été réellement professées, à cette date, en Catalogne. À défaut de cette preuve, il faut supposer que le modèle grec qui a servi à la composition de la tapisserie était très proche de l’œuvre que l’on voit aujourd’hui. Dans cette hypothèse, la broderie de Gérone inclut dans sa figuration, innocemment probablement, quelques filets de croyances hétérodoxes.

Notes

1 P. de Palol, « Une broderie catalane d’époque romane, la Genèse de Gérone », in Cahiers archéologiques, t. VIII, 1956, p. 175-214, p. 219-251. Cf. également M. Mentré, Création et Apocalypse, Paris, 1984.

2 La formule Rex fortis n’est pas une citation déformée d’Isaïe IX, 5 Deus, fortis, à cause de la virgule. On rencontre la formule Deus fortis dans II Reg. XXII, 3, Ex. XX, 5, Ps. XLI, 3, mais pas Rex fortis. Ce n’est pas une citation biblique au sens précis du terme, mais une formule qui en dérive.

3 Genèse, I, 3.

4 Cf. le schéma ci-joint avec les cases numérotées.

5 Genèse I, 2.

6 Ibidem.

7 Ci-joint le texte des sept premiers versets de la Genèse selon la Vulgate, avec en italique les mots et expressions utilisés par la tapisserie : 1. In principio creavit Deus coelum et terram. 2. Terram autem erat inanis et vacua et tenebrae erant super faciem abyssi et Spiritus Dei ferebatur super aquas. 3. Dixitque Deus : fiat lux et facta est lux. 4. Et vidit Deus lucem quod esset bona et dividit lucem a tenebris. 5. Appellavit lucem diem, et tenebras noctem : factumque est vespere et mane, dies unus. 6. Dixit quoque Deus : fiat firmamentum in medio aquarum et dividat aquas ab aquis. 7. Et fecit Deus firmamentum, divisitque aquas quae erant sub firmamento ab his quae erant super firmamentum. Et factum est ita.

8 Cf. P. de Palol, (n. 1).

9 Genèse, I, 21.

10 Le texte est : Adae vero non inveniebatur adjutor similis ejus, Genèse, II, 20.

11 La Vulgate est légèrement plus développée : immisit ergo Dominus Deus soporem in Adam ; cumque obdormisset, tulit unam de costis ejus, Genèse, II, 21.

12 Psaume XCVI, (95), 11. Actes des Apôtres, IV, 24 et XIV, 15.

13 Ecclésiastique, XVIII, 1 : Qui vivit in aeternum creavit omnia simul.

14 Cf. Grégoire de Nysse, La création de l’homme, éd. J. Laplace et J Daniélou Paris, 1944.

15 Bède, Hexaemeron, PL, t. 91 c. 10-14 passim.

16 Fuit mora in creando? — in ictu oculi, id est quam cito possis oculum aperire — Creavit per partes? — Omnis simul et semel fecit,... puis le texte présente la distinction en six jours. Y. Lefèvre, L’Elucidarium et les lucidaires, Paris, 1954, p. 364.

17 In hoc igitur principio fecit Deus coelum, id est spirituales, qui coelestia meditantur et querunt, in ipso fecit et carnales, qui necdum terrenum hominem deposuerunt, Isidore de Séville, In Genesim, PL, t. 83, c. 209.

18 Quot creaturas rationales condidit Deus? — Duas : angelos et homines et coelum angelis et terram hominibus habitationem, Alcuin, Interrogationes et responsiones in Genesim, PL, t. 100, c. 517.

19 Coelum, creatura spiritualis, ab exordio perfecta et beata. Terra corporalis materies adhuc imperfecta. W. Strabon, PL, t. 113, c. 69.

20 Hoc est beatissimis angelorum agminibus impletum est quos in principio cum coelo et terra conditos esse..., Bède, Hexaemeron, PL, t. 91, c. 13.

21 Coelum non visibile firmamentum, sed empyreum, id est igneum, vel intellectuale, quod non ab ardore, sed splendore dicitur, quod statim repletum est angelis W. Strabon, PL, t. 113, c. 68.

22 Quod autem in primis conditionibus dixisti: fiat lux, et facta est lux non incongruenter hoc intellego in creatura spirituali, quia erat jam qualiscumque vita quam inluminares, saint Augustin, Confessions, XIII, III.

23 Et facta est lux, id est angelica et coelestis substantia, in se temporaliter sicut erat in sapienta quantum ad ejus incommutabilitatem aeternaliter, saint Augustin, De Genesi ad litt., I, 17.

24 Y. Lefèvre, (n. 16), p. 366.

25 Prima et nobilior creatura fuit angelus qui cecidit, Grégoire le Grand, Moralia in Job, XXXII, ch. XXIII, v. 14.

26 Non sunt audiendi qui reprehendendo dicunt Deum prius creasse tenebras quam lucem W. Strabon, PL, t. 113, c. 69.

27 Nullas in aqua vel aere fecit tenebras; sed distincto ordine providentiae prius aauas cum coelo creavit, et terra, et has cum voluit lucis gratia venustavit. W. Strabon, PL, t. 113, c. 69. Le texte de Bède est in PL, t. 91, c. 14. Raban Maur recopie lui aussi le texte de Bède, PL, t.107, c. 445.

28 Primam materialis gratiam lucis donavit: Bède, Hexaemeron, PL, t. 91, c. 16.

29 Saint Augustin, Confessions, XIII, III, 3.

30 Non enim malas intelligendum arbitror potestates, quod Dominus earum malitiam creaverit, saint Ambroise, Hexaemeron, I, VIII, PL, t. 14, c. 149.

31 Ubi igitur tenebrae nequitiarum spiritualium locum habere potuerunt cum augustae hujus decorem figurae mundus indueret? Numquid simul malitiam Deus creavit? Ibid., c. 150.

32 Sed ea ex nobis orta, non a creatore Deo condita, morum levitate generatur, non ullam creaturae habens praerogativam, nec auctoritatem substantiae naturalis..., saint Ambroise, ibid., c. 150.

33 Sed haec opinio ferialis eorum qui perturbandam Ecclesiam putaverunt Hinc Marciones, hinc Valentini, hinc pestes illae Manicheaeorum funesta sanctorum mentibus tentaverunt inferre contagia, saint Ambroise, ibid., c. 151.

34 Basile de Césarée, Homélies sur l’Hexaemeron, éd. S. Giet, Paris, 1950, p. 155 et sq.

35 S. Runciman, Le manichéisme médiéval, trad. française, Paris, 1949, ch. II passim.

Notes de fin

1 Article publié pour la première fois dans Provence Historique, t. XXXV, 1975.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Tapisserie de la Création, partie centrale.Gérone, Musée diocésain
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540