Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du monde et des hommes

 | 
Jacques Paul

Sur quelques textes concernant le son et l’audition*

Texte intégral

  • * Communication publiée pour la première fois dans l’ouvrage : Jérôme de Moravie, un théoricien de l (...)

1Dans le cadre de l’histoire des sens, l’ouïe mérite de retenir l’attention à bien des titres. Il est vrai qu’une civilisation où l’oral tient une place primordiale offre en principe un champ d’étude exceptionnel. Il est, à vrai dire, pour le moins délicat. La nature du son, sa transmission dans l’air et l’audition posent aux savants du Moyen Âge des problèmes difficiles. Ils sont confrontés à une situation classique : ils ont une expérience auditive dont ils s’efforcent de rendre compte, alors qu’ils n’ont pas les éléments nécessaires à la compréhension de ces phénomènes. Ils sont privés de ce lot de connaissances élémentaires, si familières aujourd’hui que nul n’y prête plus attention. Si l’historien fait un instant abstraction de ce qu’il a appris par la science moderne et contemporaine et qu’il imagine ce qu’il serait en mesure d’avancer sur un pareil sujet, en usant seulement de sa capacité à observer et à analyser en suivant les règles de la logique, il serait soudain pris de vertige. Or, les lettrés et savants du Moyen Âge font un réel effort pour expliquer ce dont ils ont l’expérience et leurs propositions ne sont pas toutes fantaisistes. La complexité de leurs propos est telle qu’il est souvent difficile de reconstituer le cheminement de leur pensée et d’apprécier exactement leurs théories. La distance qui sépare leur perception de celle d’aujourd’hui est si grande qu’elle nuit à la compréhension même de leurs analyses.

  • 1 L’influence du De Anima d’Aristote sur les doctrines acoustiques et les théories musicales a été l (...)

2Les textes concernant le son et l’audition, au XIIe siècle, ne sont pas très nombreux. Savants à l’esprit particulièrement délié ou simples compilateurs, les divers auteurs développent un schéma originel identique dans ses grandes lignes. Il y a dans leurs écrits des traits caractéristiques qui interdisent de les confondre avec nul autre. Cette parenté évidente peut être tenue pour le signe d’une opinion commune, au moins au niveau le plus haut de la réflexion. Il semble que les moyens d’analyse manquent à ceux qui voudraient approfondir cette question. Par contre, la connaissance des textes d’Aristote, en particulier celui du de Anima, oriente dans une toute autre direction les recherches des philosophes et des théologiens au XIIIe siècle1. Le changement est radical. C’est un cas précis où l’on peut mesurer l’importance intellectuelle de l’utilisation des traductions des œuvres antiques. Il y a, dès lors, autant de considérations sur le son que de commentaires sur ce traité. Les développements sont copieux, car le texte du Philosophe est long et argumenté. Le crédit d’Aristote est immense et ses analyses sont minutieusement examinées. Or, ses théories ne sont pas particulièrement aptes à favoriser la compréhension du phénomène sonore et conduisent à des impasses que le Stagirite n’a ni vues ni explorées. Méthodiques, les savants du XIIIe siècle ne passent pas à côté de ces problèmes. Il se trouve que ces conceptions sur le son et l’audition n’ont pas éliminé celles venues d’autres écoles philosophiques. Les hommes du XIIIe siècle qui en ont connaissance par divers auteurs qui servent souvent d’intermédiaires, se trouvent devant des suggestions en principe incompatibles avec la théorie aristotélicienne. Ils en tiennent compte remarquablement. Cette harmonisation a quelque chose d’exceptionnel. Elle illustre leur étonnante capacité à raisonner pour trouver la meilleure solution.

Sur quelques particularités communes à plusieurs auteurs du XIIe siècle

  • 2 M. Wittmann en cite et en analyse quelques uns empruntés à Adélard de Bath, Pierre Abélard, Guilla (...)

3Les textes retenus ne sont pas extraits des traités sur la musique, mais des ouvrages développant une réflexion générale, philosophique ou théologique, sur les problèmes du monde et de l’homme. C’est à la littérature savante non spécialisée que ces considérations sont empruntées parce qu’elle est susceptible de développer directement quelques aperçus fondamentaux. Dans ce registre, les textes explicitement consacrés au son et à l’audition sont de toute rareté2. La consultation des auteurs les plus connus fait le plus souvent apparaître une lacune. Il en résulte un malaise indiscutable, car une absence est en elle-même déjà difficile à mettre en évidence. Il est encore plus hasardeux de chercher à la commenter. Dans ce cas cependant, il y a une argumentation raisonnable à faire valoir. Dans l’analyse des cinq sens, un auteur ne peut se dispenser de quelques bonnes paroles sur l’audition. Dès lors, si le développement qui lui est consacré est peu significatif, embarrassé ou tout simplement anormalement maigre, force est de convenir qu’il a éprouvé des difficultés.

  • 3 Guilelmus de Sancto Theodorico, De natura corporis et animae, M. Lemoine, Paris, 1988. La dispropo (...)

4Tel semble être le cas de Guillaume de Saint-Thierry. Dans le Livre I du De natura corporis et animae, il traite explicitement des sens. Curieusement, l’ordre est différent de celui que l’on rencontre habituellement. L’ouïe est en troisième position, après la vue et l’odorat. Il apparaît surtout que le déséquilibre entre les paragraphes traitant de chaque sens est considérable. Le passage exposant la théorie de la vision est matériellement dix fois plus important que celui concernant l’audition. Le développement sur l’odorat est trois fois plus abondant. Bref, l’ouïe est rangée parmi les sens inférieurs qui ne méritent pas de retenir longuement l’attention et elle est traitée comme le goût et le toucher, légèrement moins bien que ces derniers d’ailleurs3. Une telle disproportion mérite réflexion, sinon explication. Chez Guillaume de Saint-Thierry et d’une façon plus générale chez les auteurs du XIIe siècle, ce qui touche à la vue est privilégié. On pourrait enregistrer le fait, sans s’en étonner et considérer qu’il va de soi. La prédominance du visuel dans les civilisations contemporaines inciterait à passer outre, sans autre considération. Il n’est pas certain qu’il faille aller aussi vite en besogne. Car, tout au long du Moyen Âge, l’oral joue un rôle plus important qu’aujourd’hui. La parole a plus de place dans la vie quotidienne que l’écrit qui est rare et réservé aux spécialistes. Ceux qui savent lire sont peu nombreux. À un autre niveau, la prépondérance de la parole est également éclatante. Dans le christianisme, la vie terrestre est le temps de la promesse et de la parole. La vision est réservée aux élus, dans le ciel.

  • 4 Le De Anima d’Aristote a été traduit en latin par Jacques de Venise et il n’est connu, en France, (...)

5Dans ce contexte, difficile à saisir, on peut estimer que cette surévaluation de la vue dans les œuvres théoriques est un legs de la tradition philosophique antique plus que le fait de l’expérience. Effectivement, un ouvrage comme les Catégories d’Aristote, dont le rôle est fondamental pour l’apprentissage de la dialectique dans les écoles, véhicule des analyses, celle de la blancheur par exemple, qui sous-entendent une activité visuelle. Inversement, le son et la parole se révèlent difficiles à analyser. Les ouvrages philosophiques qui en traitent restent longtemps inconnus4. L’expérience est multiple. Elle intéresse le grammairien comme le musicien. Le son déroute puisqu’il ne s’agit ni d’une chose, ni d’une qualité. On s’interroge encore plus sur son origine et sur sa transmission. L’audition elle-même reste une énigme.

6Trois auteurs parmi ceux qui ont abordé ce phénomène sont retenus parce que les remarques succinctes qu’ils ont faites sur le son et la parole paraissent à l’analyse avoir quelque parenté. Ils sont tous les trois morts au milieu du XIIe siècle et représentent trois aspects différents de la culture de cette fin de la première moitié du XIIe siècle. La convergence de leurs analyses pose à l’évidence la question de leurs sources et des raisons qui les conduisent à faire ces emprunts.

  • 5 Honorius Augustodunensis, Clavis physicae, éd. P. Lucentini, Rome, 1974.

7Honorius Augustodunensis consacre à l’audition un paragraphe entier de la Clavis physicae. L’œuvres est, on le sait, une compilation, où l’on trouve beaucoup d’emprunts faits à saint Augustin d’une part et à divers traités des Pères grecs dans des traductions de Jean Scot Erigène5. Le plan général de l’ouvrage est assez déroutant et la succession des paragraphes provoque parfois quelques surprises. Le passage sur l’audition se situe dans une longue suite de petits chapitres groupés d’après les jours de la Création. Il est rangé dans l’œuvres du cinquième jour. Il y est question de la vie, de la mort, de l’âme humaine, ce qui se comprend assez bien puisque l’apparition de la vie est la caractéristique principale de cette étape de l’œuvres créatrice. Les paragraphes sur la vue et l’ouïe surgissent au milieu de ces développements. C’est dire que ces puissances sensitives sont indispensables à l’âme, laquelle est le fondement même de la vie ! Il paraît légitime de trouver ce raisonnement assez biscornu.

8Il reste que la démarche intellectuelle est, dans le détail, sans mystère. Honorius aborde successivement la vue, l’ouïe, l’âme humaine. Le parallélisme entre la vision et l’audition assure qu’il s’agit bien des sens et non de considérations générales sur l’esprit humain. Un paragraphe entraîne l’autre, ce qui n’est pas sans intérêt.

  • 6 Auditus quoque est subtilissimus quidam tinnitus, qui ex pulmonum spiritu primum procedens sur sum (...)

Qu’est ce que l’ouïe ?
L’audition est un certain tintement très subtil. Il procède en tout premier lieu du souffle des poumons qui s’élevant vers la partie susdite de la tête, se précipité vers l’extérieur par des passages cachés et se répand jusqu’aux conques des oreilles. Il se mêle aux différentes parties de l’air, proche ou plus lointain. Tout ce qui résonne est alors recueilli, sans tarder, avec empressement. Ces parties subtiles du corps, voisines des organes respiratoires, tirent leur origine de masses intérieures d’une grande densité. À l’extérieur, s’étirant plus longuement, elles se séparent les unes des autres. La vue est propre à recevoir les formes colorées des choses visibles, l’ouïe les accents des voix et des autres sons libérés par la percussion de l’air. Les formes et les couleurs des sons, nous estimons qu’elles doivent être représentées en elles-mêmes6.

9Il vaut mieux reconnaître que ce texte est passablement obscur et que certaines propositions sont si inconsistantes qu’elles paraissent incapables de supporter une analyse tant soit peu rigoureuse. Certains termes mériteraient une analyse lexicographique pour déterminer leur affinité éventuelle avec telle ou telle œuvres jouant le rôle de source. Il reste que l’ouïe est décrite de cette façon et qu’il faut s’efforcer de comprendre le sens de ces diverses affirmations.

10Il faut remarquer d’abord que l’expérience à laquelle Honorius se réfère est celle de la voix humaine. On ne peut s’y tromper puisqu’il est question des poumons. Il s’agit principalement de la manière dont l’homme émet un son. L’auteur fait la description de la formation du souffle et de son passage vers l’extérieur. Plus loin, il s’efforce de caractériser le phénomène sonore à chacune de ses étapes : dans les organes intérieurs, ses différentes parties sont tassées, à l’extérieur elles s’éparpillent.

11Chez Honorius, il y a une théorie de la voix et de l’émission d’un son, plus que de l’audition proprement dite, car s’il ne s’agissait que de ce dernier phénomène, n’importe quel bruit ferait l’affaire. Le choix de la voix humaine comme base de l’analyse introduit un élément de complexité supplémentaire dont on ne voit pas le caractère indispensable, s’il s’agissait seulement de traiter de l’ouïe et du son. C’est un point caractéristique de cette conception et il faut évidemment en chercher la raison.

12Or, le texte d’Honorius comporte une remarque importante sur la transmission du son. Il se propage en se mêlant à l’air. Le verbe paraît banal, inexpressif même, si l’on n’y prête pas suffisamment d’attention. Or, cette formule dit avec beaucoup d’exactitude que le son n’est pas autonome, mais diffus dans un support, avec lequel il entre en composition de manière transitoire. Le son de la voix, porté par le souffle venu des poumons, peut justement se répandre dans l’air extérieur, parce qu’il est véhiculé par cet élément qui est de même nature. Mélange n’est plus alors une simple métaphore, mais le terme exact pour décrire cette fusion entre le son et l’air par l’intermédiaire du souffle. Dans ce contexte, le recours à la voix humaine pour traiter du son s’explique. Elle assure l’insertion du phénomène sonore dans l’air. Sur cette base, il n’est plus impossible de s’interroger sur le genre de présence que le son peut avoir dans l’espace.

13Dans la Clavis physicae, l’auteur s’efforce d’apporter des précisions sur le lien que le son entretient avec le souffle des poumons et l’air extérieur, puisqu’il passe de l’un à l’autre. Une formule particulièrement obscure oppose les deux états successifs de la voix et éclaire pour une part sa nature. Elle est faite de parties subtiles du corps. C’est dire qu’elle a la consistance d’une chose, aussi légère, aussi fine et aussi spirituelle qu’elle soit. Corps subtil s’emploie pour tout ce qui ne paraît pas matériel au sens des médiévaux. C’est un domaine où les formes, les couleurs et les quantités disparaissent, sans que soit aboli pour autant l’être lui-même. Dans le cas de la voix, ces parties subtiles ont pour origine une masse intérieure dense et comprimée sur elle-même pourrait-on dire. Projetées à l’extérieur et répandues au loin, ces parties se séparent les unes des autres. Elles s’étirent, dit le texte. On devine sans trop de peine à quelle expérience concrète ces propos font allusion. Aussi longtemps qu’un cri ou qu’une parole sont contenus dans les organes humains, ils peuvent donner cette impression de masse et de densité. La parole proférée donne à l’inverse une perception de la fragmentation et de l’éparpillement sonore. La formule d’Honorius rend compte de cette expérience simple en opposant deux états successifs d’une chose unique. Répandu à l’extérieur, le son ne serait que la dispersion de ces parties subtiles, de ces particules ou de ces poussières, si l’on veut. L’ensemble fait penser aux doctrines atomistes antiques dont on se demande comment elles auraient pu parvenir jusqu’au XIIe siècle.

  • 7 Vox est aer ictus, sensibilis auditu, quantum in ipso est, Donat, Ars Grammatici. Cf. L. Holtz, Do (...)
  • 8 Wittmann, p. 63 et sq.

14Honorius entend encore décrire la propagation du son. C’est à l’évidence un fait d’expérience dont un savant doit rendre compte. Il fait état d’une transmission des parties proches de l’air vers les plus lointaines. Le comparatif longius introduit l’idée d’un mouvement qui se perpétue, aussi sommaire qu’il soit. Le mécanisme est celui du mélange, déjà évoqué précédemment. Le vocabulaire ne paraît pas ici utilisé au hasard, car le mode de diffusion de la voix, de proche en proche, tient bien à sa nature. Les fragments de corps subtil, capables de concentration et d’éparpillement, se propagent comme le ferait un fluide, un flot de poussières ou toute autre réalité capable de se mêler à l’air. Bref, le rapprochement de tous les éléments suggestifs de cette description fait apparaître une certaine cohérence. Le rappel, en fin de passage, de la définition de la voix comme percussion de l’air n’introduit pas, en dépit des apparences, un point de vue trop éloigné des réflexions précédentes7. Ce choc tient au mélange du souffle et de l’air. Dès l’Antiquité, le mouvement issu de ce coup est connu et il est interprété de manière différente. Conceptions formelle et matérielle se partagent d’ailleurs les faveurs des philosophes8. Compte tenu des théories développées tout au long de son propos, Honorius tient pour une diffusion matérielle. Ce sont des parties subtiles qui se propagent dans l’air.

  • 9 La Philosophia Mundi est éditée parmi les œuvres de Honorius Augustodunensis, P. L. 172 c. 39-102. (...)
  • 10 Sur la datation des œuvres de Guillaume de Conches, cf. Glosae super Platonem, éd. E. Jeauneau, in (...)

15Guillaume de Conches traite de l’audition dans plusieurs œuvres qui sont, dans l’ordre chronologique le plus probable : la Philosophia Mundi, les Glosae super Platonem, et le Dragmaticon9. Ce dernier ouvrage est daté des années 1144-114910. Dans la Philosophie du Monde, le paragraphe concernant l’audition est inséré entre les considérations sur la vue et l’âme. Bref, l’enchaînement des paragraphes est le même que chez Honorius, sans qu’il y ait pour autant de contact littéraire dans les doctrines concernant l’âme.

  • 11 Auditus autem contingit: cum aer naturalibus instrumentis percussus, foramina vocis acceperit, exi (...)

L’audition se fait ainsi. Lorsque l’air frappé par les instruments naturels a emprunté les orifices de la voix, en sortant, il donne à la première partie de l’air qu’il rencontre une forme identique à la sienne. Celle-ci fait de même pour la suivante jusqu’à ce que le son parvienne aux oreilles. Celles-ci, qui sont sèches et concaves a la manière d’un tambourin, se mettent à résonner et mettent en branle l’esprit animal. Par divers nerfs, celui-ci descend jusqu’aux oreilles et y revêt une forme identique aux précédentes. Ainsi modelé, il retourne à la cellule logistique où l’audition a lieu. Les autres sens opèrent de manière identique. Le même esprit animal vient du cerveau par les nerfs jusqu’aux organes correspondants11.

16L’expérience initiale est une fois encore celle de la voix ; La formation du son et son émission sont évoquées. Aussi le point de départ paraît-il identique à celui de la Clavis physicae. L’un et l’autre texte font mention des orifices empruntés par le souffle, avec un vocabulaire différent cependant. Guillaume traite ensuite de la transmission du son, de proche en proche, d’une partie de l’air à l’autre. Il y a analogie dans le mode de diffusion puisqu’il s’agit d’un mouvement allant du proche vers le plus lointain. Il ne s’agit pas d’un mélange de parties d’un corps, mais de la réception d’une forme. L’auteur traite ensuite de l’audition proprement dite.

17La parenté des deux textes est évidente : même point de départ, même allusion aux organes vocaux, même propagation dans l’air. La différence toutefois est claire. Guillaume de Conches a recours à une théorie de la forme. La référence à la philosophie antique ne fait aucun doute, car il emprunte plus encore à Platon qu’à Aristote. Pour Honorius, la voix est une série de fragments d’un corps subtil qui se mêlent à l’air, pour Guillaume une forme qui imprime sa marque et se transmet dans l’espace extérieur. Bref, les deux auteurs abordent les mêmes questions, dans le même ordre, mais les solutions qu’ils proposent dépendent directement de leurs idées sur la nature de la voix : parties d’un corps subtil ou forme immatérielle.

18Guillaume de Conches poursuit avec l’analyse de l’audition proprement dite pour laquelle il utilise encore la théorie de la forme et de sa transmission. La cohérence du propos est évidente. Enfin, le mécanisme qui assure le passage de la sensation jusqu’au cerveau relève des conceptions générales de l’âme humaine. Rien ne permet de distinguer les explications données pour l’ouïe de celles concernant la vue. C’est cette capacité à fournir une explication d’ensemble qui donne sa force à l’argumentation de la Philosophia Mundi.

  • 12 Homo ergo arteriis spiritum et aera attrahit : quem iterum emittens percutit eum in ore naturalibu (...)

19Les Gloses sur le Timée confirment les doctrines précédentes. Quelques références anatomiques supplémentaires rendent le texte plus concret. Il y est question de la langue, des dents, du palais et des lèvres. De cette attention plus grande à la physiologie découle une légère précision. La forme que prend la voix s’élabore dans la bouche, avant de se transmettre à l’air extérieur. Dans ce contexte, elle est presque synonyme de phrase articulée. Jamais l’influence de la grammaire n’a été si proche12.

  • 13 Le passage du Dragmaticon est cité par M. Wittmann, p. 176-177. les quelques extraits ci-joints su (...)

20Dans le Dragmaticon, le passage concernant l’audition est plus copieux. Sa forme dialoguée lui permet d’admettre les nuances et de faire une place aux incertitudes. La théorie de fond est toujours la même. Elle s’aligne sur celle des Gloses sur le Timée. La voix reçoit sa forme dans le palais de celui qui parle et se transmet de proche en proche jusqu’aux oreilles de celui qui entend. Le disciple pose alors une question qui inverse une des données. Il ne s’agit plus d’émettre un son en expectorant l’air, mais de siffler en l’aspirant. Or, il y a toujours audition. On voit quel point de la démonstration précédente cet argument vient ruiner. Le début de la réponse de Guillaume est d’une grande élégance. Le sifflement provoque une aspiration de l’air extérieur qui, de proche en proche, va jusqu’à l’oreille de celui qui écoute et l’attire. La suite paraît moins sûre. Cet air venu de l’oreille va jusqu’à la bouche de celui qui siffle et y reçoit la forme requise. Il y a alors audition13.

  • 14 Nullum est corpus tam solidum, quod non poros habeat infinitos, per quos aer subtilitate sua penet (...)

21Le disciple développe une autre objection. Le son passe à travers une paroi de fer. La réponse de Guillaume est assez déroutante. Il explique que toutes les matières comportent des pores et que l’air est assez subtil pour s’y frayer un chemin. Bref, Guillaume n’a pas idée que le son peut se passer de l’air. Cela ne signifie pas pour autant qu’il renonce à considérer la voix comme une forme et qu’il y ait un retour à des doctrines proches de celles d’Honorius où le son est matière subtile. Par une allusion à la lumière, le disciple montre qu’il n’est pas complètement convaincu par cette argumentation14. Le même passage traite de l’écho et propose une explication qui met en jeu une fois de plus la théorie de la forme et de sa transmission.

22Le point de départ de la réflexion de Guillaume de Conches n’est pas différent de celui d’Honorius Augustodunensis, puisque dans la Philosophia Mundi et dans les Gloses sur le Timée, il traite des mêmes problèmes, dans le même ordre, en y apportant des solutions fondées sur d’autres principes philosophiques. Avec le Dragmaticon, le discours est devenu plus abondant et il s’est enrichi de quelques thèmes supplémentaires : le bruit de l’aspiration de l’air, le passage de la voix à travers une paroi, l’écho. Il s’agit moins de questions nouvelles que d’un prolongement critique sur les considérations précédentes. C’est toujours la voix humaine et sa diffusion qui est au centre des débats. Les interrogations du disciple sont autant d’objections à la théorie de la transmission mise au point par Guillaume. C’est le seul dénominateur commun à ces trois arguments. Aussi, n’est-il pas nécessaire de supposer que l’auteur ait disposé de nouveaux textes concernant l’audition. C’est au même lot de connaissances qu’il se réfère dans ses différentes œuvres.

23Guillaume de Saint-Thierry consacre quelques lignes à l’audition dans le De natura corporis et animae. Il y a de bonnes raisons de penser que l’ouvrage a été écrit pendant qu’il était à l’abbaye de Signy et de fixer sa composition entre les années 1138 et 1145. L’ouïe est traitée en même temps que les autres sens, à la fin du Livre premier concernant le corps. L’ordre des développements qui n’a pas d’affinité avec les divers traités précédemment étudiés, n’apporte aucune information.

  • 15 Vox autem est aer ictus. Tactus ergo vel ictus aeris ad aures venit, et intrando paulatim alternat (...)

La voix est de l’air frappé. Le toucher ou le choc de l’air parvient aux oreilles et en y entrant il s’y transforme peu à peu. Le toucher ébranle la partie la plus proche de l’air voisin et celui-ci la suivante. Au terme de ce mouvement successif, il pénètre dans les oreilles jusqu’à ce qu’il parvienne à l’enveloppe extérieure des nerfs, déjà mentionnée. Là, par nature, ce revêtement prend les caractéristiques de l’ébranlement de l’air. Car ce sont des semblables qui relèvent tous les deux de l’air. Cette modification est transmise par les nerfs à l’esprit. Là s’opère le discernement sur la nature de la voix introduite. Ainsi se fait l’audition15.

24Le point de départ est, une fois encore, la voix humaine. La définition donnée est celle fournie par la tradition grammaticale venue de Donat. Guillaume ne s’interroge pas sur son émission, ni sur les organes vocaux. Il se distingue sur ce point de ses contemporains. La transmission du son de proche en proche est exactement décrite, mais avec un vocabulaire différent. Il est impossible de savoir si l’auteur a opté pour une conception matérielle ou formelle de la diffusion. Le mécanisme de l’audition est évoqué. La voix parvient jusqu’à l’enveloppe des nerfs. Arrivé à ce point, Guillaume utilise à deux reprises dans le même membre de phrase et à quelques mots d’intervalles le terme de natura. Le mot n’a pas le même sens dans l’un et l’autre cas, ce qui mérite une précision. C’est par nature, dit l’auteur, que la voix provoque une transformation de cette couverture extérieure des nerfs. Cela signifie simplement que le phénomène de l’audition est mis en branle et qu’il s’agit là d’un processus normal, naturel donc. C’est une évidence, née d’une longue expérience. Il n’y a aucune tentative d’explication.

25La voix humaine transmet aux nerfs la nature de la touche imprimée à l’air. Nature désigne alors les caractéristiques propres du son émis, ce qui permet à l’esprit de l’identifier et de l’entendre. Il s’agit d’abord d’une constatation. Là où Guillaume de Conches expliquait qu’il s’agissait du transfert d’une forme, celle de la voix, vers un organe, ce qui est en toute rigueur de terme une explication philosophique sur les modalités de l’audition, Guillaume de Saint-Thierry remarque simplement que le processus est naturel. Il s’avance un peu plus en soutenant que la couverture des nerfs et la voix sont toutes deux des réalités qui relèvent de l’air. Leur parenté permet le transfert de la touche imprimée à l’air par la voix. De l’air à l’oreille il y a cette continuité que l’on rencontrait de la voix à l’air chez Honorius. Avec le même argument qui justifie l’action de l’un sur l’autre, Guillaume de Saint-Thierry explique l’audition. Honorius se préoccupait plutôt de la diffusion du son. Au-delà les nerfs transmettent à l’esprit. Guillaume est très discret sur ce phénomène. Bref, alors que Honorius Augustodunensis et Guillaume de Conches s’étaient aventurés, l’un et l’autre, dans des explications sur la nature du son, corps subtil ou forme, et sur la manière dont sa diffusion se fait dans l’air, Guillaume de Saint-Thierry s’en tient à la simple influence du semblable sur le semblable qui permet de transmettre jusqu’à l’esprit les caractéristiques de la voix.

  • 16 M. Lemoine cite les textes parallèles de Constantin l’Africain dans l’édition du De natura corpori (...)

26Cette réserve de Guillaume de Saint-Thierry confirme le malaise entrevu précédemment. On la comprend mieux encore lorsqu’il apparaît que ces quelques lignes rapides et sans argumentation spécifique sont une citation littérale d’un texte de Constantin l’Africain. Le recours à une œuvres médicale dans le domaine de l’audition n’a rien d’exceptionnel16. L’ensemble laisse penser que l’auteur ne maîtrise pas réellement la réflexion sur un tel sujet. Au terme de ces considérations quelques évidences s’imposent. Les trois auteurs étudiés abordent le problème de la même façon. Les questions qu’ils posent dérivent de la prise en considération de la voix humaine, de sa transmission dans l’air et de son arrivée jusqu’à l’oreille. On ne peut ni admettre une dépendance, car le vocabulaire est trop dissemblable, ni croire à l’autonomie complète des textes. Il faut au moins conclure, compte tenu de cette évidente parenté, à l’existence d’une tradition intellectuelle à ce sujet.

  • 17 E. Jeauneau dans les notes des Glosae super Platonem donne des références à Boèce, De interpretati (...)

27En dehors de Guillaume de Saint-Thierry qui dépend étroitement de Constantin l’Africain, il ne semble pas que l’on puisse identifier actuellement une source unique et directe pour chacun de ces textes. Les références à Donat ou à Boèce expliquent seulement certains aspects des doctrines et surtout quelques particularités du vocabulaire17. Le dessein d’ensemble n’apparaît pas.

28À vrai dire, la réflexion sur le son et l’audition n’a pas été poussée très loin en cette première moitié du XIIe siècle. Il semble même qu’elle ait été engagée dans une direction qui permettait de faire l’économie de quelques questions difficiles. Car c’est bien ainsi qu’on peut interpréter le choix de la voix humaine comme point de départ de toutes ces analyses. Les auteurs ne semblent faire aucune distinction entre la voix et le son. Ils se trouvent ainsi associés au souffle humain dès le point de départ. Ces deux réalités paraissent si naturellement liées qu’il n’y a pas de place pour le bruit, né du choc d’un objet contre un autre. Bref, à travers la voix, l’insertion du son dans l’air est un fait acquis et son mode de présence, qui est discuté, n’est pas un problème crucial. Le fait apparaît bien lorsque Guillaume de Conches traite du passage d’un élément sonore à travers une paroi. Il n’imagine pas qu’il puisse y avoir un autre medium que l’air. La transmission acoustique dans l’eau n’est jamais évoquée. Si bien que la formule de Guillaume de Saint-Thierry expliquant l’audition par l’influence du semblable sur le semblable apparaît comme la conséquence de ce choix initial. Du souffle humain à l’air, puis à l’appareil auditif, il s’agit toujours d’un substrat de même nature. Certes, l’air, élément primordial comme l’eau, le feu et la terre, entre dans la composition de toutes les substances et de tous les êtres. Pour cette raison, son domaine est beaucoup plus complexe et beaucoup plus vaste qu’on ne le croit. Le propos sur l’action du semblable sur le semblable n’est pas vide du point de vue de la physique. Il n’en reste pas moins que les savants n’ont pas eu à s’interroger de manière radicale sur ce qu’est un son. On prend ainsi la mesure des facilités qu’ils s’accordent en prenant appui sur la voix humaine pour toutes leurs analyses.

29Pour finir sur ces textes du XIIe siècle on relèvera que la réflexion sur la voix et sur l’audition est au carrefour de deux préoccupations assez différentes concernant l’ouïe et la parole. D’un côté, les philosophes cherchent à fournir une interprétation plausible d’une activité sensorielle. Il s’agit, ni plus, ni moins, que d’offrir des explications physiques comparables à celles données sur la vue. Un tel programme est inévitable chaque fois qu’il est question des sens. Par contre lorsqu’ils traitent de la voix, les savants qui la lient à l’audition, ne peuvent prendre appui sur aucun phénomène semblable du côté de la vision. Leurs propos prennent alors une autre orientation et empruntent aux spéculations sur la parole. La définition vox est aer ictus vient du grammairien. Cette origine laisse quelque incertitude sur la portée physique exacte de la formule. Ainsi, la transmission de la voix par sa forme, telle qu’elle apparaît dans les textes de Guillaume de Conches, porte peut-être la marque du discours grammatical. La double orientation de l’analyse qui hésite entre la diffusion matérielle des parties d’un corps subtil et la propagation formelle d’un coup est le résultat d’une certaine incapacité à aborder le phénomène sonore pour lui-même.

Le son et l’audition au XIIIe siècle

30Au savoir restreint, mal maîtrisé et incertain de la première moitié du XIIe siècle, il est facile d’opposer les développements philosophiques copieux et riches du XIIIe siècle. La réflexion s’est approfondie, tous les textes le montrent. Ce changement est évident et s’impose de lui-même à l’attention. Seule une minutieuse analyse permet d’en prendre la mesure et d’en connaître les raisons et les modalités.

31Dès les dernières années du XIIe siècle ou les toutes premières du XIIIe, les savants ont plus largement recours à des textes inconnus de leurs prédécesseurs. Ils ont accès au De Anima d’Aristote dans la traduction latine donnée par Jacques de Venise au milieu du XIIe siècle. Ce traité n’avait connu jusque là qu’une diffusion restreinte et il suscite l’intérêt des lettrés, tardivement, en même temps que les œuvres du Philosophe consacrées à la nature. Le fait s’inscrit dans le mouvement général de découverte de l’aristotélisme. Dans le courant du siècle d’autres textes viennent enrichir les connaissances. C’est le cas de grands ouvrages traduits de l’arabe comme le De Anima d’Avicenne et le commentaire d’Averroès sur le De Anima d’Aristote. Guillaume de Moerbeke donne enfin une nouvelle traduction du traité d’Aristote ainsi que de ses commentateurs grecs, en particulier de la paraphrase de Thémistius.

32D’une manière ou d’une autre, ces traités prennent appui sur l’œuvres du Stagirite. Elle impose ses grandes orientations et dans le cas des paraphrases ou des commentaires elle fournit la structure des développements, la problématique et le vocabulaire.

33Le De Anima s’ouvre par l’étude des principales doctrines philosophiques concernant l’âme humaine. C’est une analyse historique et critique propre à faire place nette. Au Livre II, Aristote aborde avec ses propres méthodes la définition de l’âme et l’examen de ses différentes fonctions. Celle qui retient le plus longuement son attention est sa capacité à recevoir diverses sensations. Le Philosophe consacre un chapitre particulier à chaque sens, avant même d’élaborer une théorie générale de la sensation. C’est ainsi que le Chapitre VIII traite du son et de l’audition. Dans ces quelques pages, le propos est plus réfléchi et plus argumenté que dans tout autre ouvrage. La lecture de ce texte est de nature à modifier les idées sommaires qui avaient cours jusque là.

34À partir des premières années du XIIIe siècle, les commentaires sur le De Anima deviennent nombreux. Sans prétendre établir une liste complète, il paraît utile de signaler les principales œuvres :

  • 18 Johannes Blund, Tractatus De Anima, éd. D. A. Callus et R. W. Hunt, Londres, Auctores Britannici M (...)

35Jean Blund, Tractatus De Anima18.

  • 19 Pedro Hispano, Obras filosoficas, III, Expositio Libri De Anima, éd. P. M. Alonso, Madrid, 1952. C (...)

36Pseudo-Pierre d’Espagne, Expositio libri De Anima19.

  • 20 Pedro Hispano, Obras filosoficas, II, Commentario al De Anima de Aristoteles, éd. P. M. Alonso, Ma (...)

37Pierre d’Espagne, Commentarium in librum De Anima20.

  • 21 Anonymi Magistri artium, Lectura in librum De Anima, éd. R. Gauthier, Grottaferrata, 1985.

38Maître anonyme ès arts, Lectura in librum De Anima21.

  • 22 Albertus Magnus, De Anima, éd. C. Stroick, Alberti Magni opera omnia, 5, Munster i. W., 1968.

39Albert le Grand, De Anima22.

  • 23 Thomas d’Aquin, Commentarium in Aristotelis libros De Anima, éd. Léon. t. XLV, 1.

40Thomas d’Aquin, Commentarium in Aristotelis libros De Anima23.

41À ces œuvres strictement liées au texte même d’Aristote, il conviendrait d’ajouter tous les traités, toutes les sommes et toutes les questions disputées qui, d’une manière ou d’une autre, abordent le problème de la sensation comme une des puissances de l’âme Un inventaire même sommaire de la production du XIIIe siècle, sans compter les inédits, ferait apparaître le nom de presque tous les maîtres.

  • 24 E. H. Wéber, L’homme en discussion à l’Université de Paris en 1270, Paris, 1970.

42Cette soudaine abondance mérite quelques explications. On sait que les conceptions de l’âme humaine sont au cœur du débat universitaire autour des années 127024. Il y a une foule d’œuvres où il est question de l’intellect agent, de l’unité de l’âme forme de l’homme, de l’individuation, de l’immortalité et de quelques autres principes fondamentaux de l’anthropologie. Ces querelles sur l’âme se situent au niveau des principes généraux. La sensibilité n’est évoquée qu’à titre accessoire, comme un des éléments de réflexion permettant d’illustrer tel ou tel aspect de l’argumentation. La théorie de l’audition n’est pas concernée et encore moins celle du son. Bref, les polémiques universitaires nées de l’adoption par certains maîtres de positions empruntées à l’œuvres d’Averroès, quel qu’en soit l’intérêt, n’entrent pas dans le champ de recherches défini présentement. Il n’y a aucun intérêt à mélanger les questions et il vaut mieux éviter d’user des textes trop liés à ce débat.

43Dans ces recherches sur le son et l’audition, il faut d’abord savoir avec exactitude ce que le texte du De Anima d’Aristote apporte aux savants du XIIIe siècle. Le commentaire est ici un instrument de choix On sait que dans ces œuvres, issues d’un enseignement réel ou composées sur le modèle d’une leçon, l’auteur s’efforce d’abord d’expliquer le texte. À ce niveau, si les propos sont assez abondants et si la méthode est assez rigoureuse, il est possible de se faire une idée de la compréhension des analyses du Philosophe par les maîtres du XIIIe siècle. Le commentateur tente de lever les ambiguïtés et d’harmoniser les propositions. Il confronte les théories concernant un point particulier avec l’ensemble de la doctrine et introduit parfois une cohésion qui n’existe pas dans l’œuvres même. Enfin, le travail du maître n’est pas complet si l’explication n’aboutit pas à poser des questions, à en débattre et à proposer diverses solutions. Le commentaire débouche alors sur un prolongement de l’œuvres reçue qui est plus ou moins personnel.

44Il est bien évident que la théorie du son n’est pas la préoccupation primordiale des théologiens, surtout au moment où des sujets d’une autre gravité retiennent leur attention. Ainsi en va-t-il pour Thomas d’Aquin. Après avoir exposé la division du texte, c’est-à-dire son plan, il le commente sans trop s’appesantir. De fait, il s’en tient à la sententia, c’est-à-dire à l’explication de la pensée du Philosophe. Ce qu’il en écrit est d’ailleurs d’un grand intérêt, car ce qui restait elliptique chez Aristote devient parfaitement clair. Il ne semble pas cependant qu’il ait eu la volonté de discuter et d’approfondir l’argumentation.

45Il paraît plus opportun de s’attacher à un commentaire venu de la Faculté des Arts où le problème de l’audition est l’objet d’une attention spécifique. C’est l’intérêt porté à la question qui est ici déterminant. Rien n’interdit d’ailleurs, tout en utilisant comme fil conducteur ce texte de faire quelques rapprochements avec les solutions retenues par les prédécesseurs ou les successeurs. Il est, à vrai dire, impossible, dans le cadre d’un article, d’envisager la confrontation systématique de plusieurs commentaires sur le De Anima.

46La Lectura d’un maître ès arts resté anonyme est issue d’un enseignement réel donné dans les années 1246-1247. Le texte est connu par une reportatio, c’est-à-dire par les notes prises et mises en forme par un disciple. Le commentaire est copieux, bien organisé, solidement argumenté. On y distingue sans difficulté la sententia, qui comporte des explications détaillées et minutieuses des propos d’Aristote et les questions où l’auteur discute aussi radicalement que possible des thèses du Philosophe.

  • 25 Ce passage dans les versions latines du De Anima commence par : Vox autem.

47Le point de départ d’Aristote est le son lui-même et non pas la voix humaine à laquelle tous les principes qui sous-tendent l’analyse de l’univers sonore s’appliquent. Elle entre dans ce cadre général et ce qu’elle peut avoir de spécifique n’impose aucun aménagement dans l’argumentation. À un moment, à la suite d’Aristote, les commentateurs en traitent25. Les maîtres du XIIIe siècle suivent unanimement le Philosophe dans sa démarche et s’affranchissent ainsi du point de départ et du cadre de raisonnement du siècle précédent. Les conséquences de ce choix sont évidentes. Le son, libéré de la voix humaine, est dégagé de toutes les remarques qui venaient de la grammaire et de la rhétorique. Son analyse est une question de physique au sens propre du terme et Aristote utilise des principes généraux qui guident les élaborations faites dans le cadre de cette science. Effectivement il est question de mouvement, d’acte, de puissance, de milieu et de relation. Cet arsenal conceptuel est adopté au XIIIe siècle et permet une investigation plus radicale.

48L’abandon de la voix humaine comme modèle primordial servant de référence permet d’aborder de façon explicite le problème des rapports entre le son et l’air. Jusque là, la voix faisait supposer une certaine continuité naturelle rendant inutile ou presque l’analyse. Certes, le son se diffuse de façon privilégiée dans l’air, mais il est transmis également par l’eau. C’est-à-dire qu’il n’est pas naturellement hé à un élément propre. Aristote en fait la remarque, de manière passablement incertaine. Les commentateurs ne peuvent cependant l’ignorer. Dès lors, la question de la nature du son doit se poser de manière radicale et par voie de conséquence, il faut traiter de son mode de présence dans l’air.

  • 26 Causa autem hujus est quoniam simul est soni generatio et immutatio per ipsum, Maître anonyme, (n. (...)
  • 27 Sonus autem causatur ex motu et non habet esse fixum et quiescens in subjecto, sed in quadam immut (...)

49Dans le préambule de la Leçon 15, le Maître anonyme relève que le Philosophe ne traite pas de la même manière de la vue et de l’ouïe Il ne faut pas oublier que le Livre II du De Anima d’Aristote est un traité des sens. Son objet propre est d’expliquer comment ils reçoivent les impulsions venues de l’extérieur. Or, il est question de la naissance même du son, de sa première génération et pas seulement de la façon dont il met en branle l’audition. Lorsqu’il traitait de la vue, Aristote ne s’était pas occupé de l’origine des couleurs. Le Maître ès arts explique cette anomalie en affirmant que la naissance du son est concomitante à son action sur l’oreille26. Sous cette forme temporelle l’argument n’est pas très convaincant. Thomas d’Aquin, qui est confronté à la même question, dit, avec beaucoup plus de pertinence, que les couleurs et les odeurs ont une existence permanente dans des objets. On peut donc en traiter à part, en elles-mêmes. Le son qui est issu d’un mouvement n’est pas fixe et ne repose dans aucun sujet. Aussi ne peut-on en juger en séparant son origine de son action sur l’organe de l’audition27.

  • 28 In quadam immutatione consistit, ibid.

50La remarque du Maître anonyme s’appuie sur un renvoi, assez flou pour le moins, à un texte d’Aristote, difficile à identifier et qui n’a peut-être pas cette signification. Thomas d’Aquin se dispense de toute référence à une autorité. Il n’en reste pas moins que, dès le point de départ, le caractère spécifique du son se trouve mis en évidence. Il en découle quelques difficultés si Ton veut le soumettre à une analyse conduite selon les principes de la philosophie aristotélicienne. Le son consiste en une certaine mutation28. Une affirmation de cette espèce ne facilite pas l’interprétation du phénomène lorsque le monde est fait d’abord de substances et d’accidents ! C’est donc la nature même du son qui le rend rebelle à un classement selon les catégories coutumières. Les commentateurs médiévaux qui ont bien assimilé les principes mêmes de la philosophie du Stagirite et qui n’admettent pas que son œuvres puisse avoir quelques passages dominés par une logique inductive imparfaite se trouvent rapidement confrontés aux difficultés propres de la réflexion sur le son.

  • 29 Cf. Maître anonyme, (n. 21), p. 329.

51Aristote, à vrai dire, distingue d’abord le son en puissance et le son en acte. Dans un cas, il s’agit de la capacité des objets à émettre un son, s’ils reçoivent un choc, dans l’autre du son réellement existant. Cette distinction familière à tous ceux qui connaissent les principes mêmes de l’aristotélisme est admise par tous les commentateurs. Cette remarque permet d’expliquer que le déclenchement d’un son demande un choc et de préciser les conditions de sa génération. Trois intervenants sont nécessaires : le coup, l’objet sonore, le milieu dans lequel l’effet se propage. Plus sobrement le vocabulaire latin met en évidence la suite : percutiens, percussum, medium29. Ces trois principes ne jouent pas le même rôle. Aristote ne l’ignorait pas et la version latine du De Anima en usage au XIIIe siècle expliquait que le son était toujours alicujus, ad aliquid et in aliquo. Bref, il n’entretient pas avec chacun des éléments de sa production des rapports équivalents ou uniformes.

52Ces formulations sont unanimement acceptées. Le vocabulaire se retrouve dans les différents commentaires et cette division des rôles est le point de départ de la réflexion. Dès lors, se pose la question de la présence du son dans l’un ou l’autre des principes le percutiens, le percussum ou le medium ou même dans chacun d’entre eux. Dans le contexte d’un commentaire sur le De Anima, ce mode éventuel d’insertion est analysé selon les catégories du Philosophe, car les commentateurs en connaissent bien les différents aspects. Le son n’est pas une substance, puisqu’il n’a pas d’existence en lui-même. Le fait est si évident dans un cadre aristotélicien que les divers commentateurs n’ont même pas à le souligner. Par contre, il ne paraît pas illégitime de chercher à lui donner le statut d’accident, c’est-à-dire celui d’une qualité que peut avoir un objet, telle une couleur par exemple. En poussant l’analyse aussi loin que possible dans cette voie, le Maître anonyme voit évidemment les difficultés s’accumuler. Le son ne peut se trouver dans l’objet qui donne le coup, le percutiens, puisqu’il n’y est pas présent, même virtuellement. Le percussum, la chose frappée, aurait plus de titre à revendiquer la possession du son, puisqu’il vient d’elle. Or, il n’y demeure pas, il s’en échappe et se diffuse dans l’air. Un accident, telle une couleur sur un mur, demeure sur son support. Il n’en va pas de même pour le son qui ne peut entrer purement et simplement dans la catégorie d’accident telle que la définit Aristote. Quant à l’air, il est capable de véhiculer tous les bruits, mais il est par lui-même neutre, absonum, sans son.

  • 30 Le Maître anonyme aborde en même temps les questions qui découlent des leçons XV et XVI. La premiè (...)

53Toutes ces analyses sont sans faille et le Maître anonyme s’efforce de surmonter ces différentes difficultés à force de distinctions. Le son n’entretient pas avec chacun des éléments de la suite percutiens, percussum et medium, le même rapport. Il est donc possible de le lier à l’un ou l’autre par une cause particulière. Le son est materialiter, donc du point de vue de la causalité matérielle, issu de l’objet sonore. Pour ce qui est de sa forme, de sa species, elle est reçue et propagée par l’air. Elle délaisse l’objet sonore proprement dit, mais il n’en reste pas moins que, selon la vérité, le son est celui de l’objet dont il provient. Ces subtilités montrent une étonnante capacité à analyser. Ces prouesses dialectiques sont en fin de compte beaucoup trop complexes pour être parfaitement convaincantes30. Il n’en reste pas moins que la Lectura du Maître ès arts est le texte qui pousse le plus loin la recherche.

  • 31 Albertus, Summa de homine qu. 24, a.2, arg. 7 : Omnes auctores ita dicunt quod materia soni est ae (...)
  • 32 Thomas d’Aquin, Commentarium, L. II, L. XVI, 441: Propter hoc dicitur quod sonus in actu est medii (...)

54Les autres commentateurs ignorent le problème ou feignent de le résoudre en adoptant sans trop de réflexion une opinion assez commune qui situe le son dans l’air31. Thomas d’Aquin illustre avec beaucoup de sobriété et d’élégance cette attitude. L’air, dit-il, est mis en mouvement par un coup et c’est ainsi que les capacités sonores d’un objet sont dégagées. Pour cette raison, le son en acte appartient au medium, c’est-à-dire à l’air32. Il en va de même pour l’organe auditif qui le reçoit. En fait, Thomas d’Aquin appuie sa démonstration sur le fait que l’audition est la réception dans l’oreille d’une forme sonore qui était auparavant dans l’air. Le son en acte est successivement présent dans l’air et dans l’ouïe. Bref, il aborde la question du côté de la sensibilité, il constate un mécanisme et il ne semble pas désirer explorer plus avant l’origine du son et sa nature.

55Les longues analyses du Maître anonyme ont le mérite de vouloir plier le son aux exigences de la philosophie d’Aristote. L’entreprise paraît largement justifiée puisque les premiers éléments de réflexion viennent précisément du Stagirite. Or le résultat est passablement décevant puisqu’il révèle, en fait, le caractère impropre des concepts utilisés. Le son, à ce niveau, entre difficilement dans le cadre de l’aristotélisme.

56Il convient de prolonger cette première constatation et de la confirmer, s’il le faut, à propos d’autres aspects de la théorie du son. L’investigation se porte alors sur ses rapports avec le mouvement, évoqué si souvent dans toutes ces œuvres. Le De Anima livre à la réflexion quelques formules assez énigmatiques que les commentateurs se doivent de prendre en compte. Aristote expliquait déjà qu’il ne pouvait y avoir de son, sans qu’un coup soit porté sur un objet sonore. Ce choc initial ne pouvait aller sans un mouvement. D’une façon plus générale, mais sans autre explication, le Philosophe affirmait que le son était un certain mouvement de l’air. Il ne s’agissait plus de l’origine du phénomène, comme précédemment, mais de sa nature. À vrai dire, il est évident que le son se répand, s’éloigne et revient parfois sous forme d’écho. L’expérience suggère le mouvement.

  • 33 Maître anonyme, (n. 21), p. 345 et sq.

57Le Maître anonyme aborde le problème de front et le traite dans une question à part, bien distincte des éclaircissements qu’il donne sur le texte33. Il pose le problème pour lui-même et, à la manière scolastique, il développe les différentes argumentations opposées, avant de conclure. Il est évident qu’il n’accepte pas sans rectification ni infléchissement les propos d’Aristote.

58Le mouvement est, d’une manière ou d’une autre, l’objet commun de tous les sens. Si le son en était un, il devrait être perçu par tous et pas seulement par l’ouïe. Ce raisonnement par l’absurde n’est peut-être pas aussi spécieux qu’il y paraît, car les savants du XIIIe siècle ne disposent pas sur les formes du mouvement des connaissances d’aujourd’hui. Le maître poursuit en confrontant le son à tous les types de mouvements répertoriés chez Aristote. Le son ne s’accorde à aucun : ni à l’altération, ni au mouvement local, ni à la contraction et à l’expansion. Bref, l’investigation débouche sur un assez maigre résultat que le Maître consigne. Il ne peut s’agir d’un mouvement au sens propre du terme.

  • 34 Maître anonyme, (n. 21), p. 351 et sq.

59Allant plus avant dans sa recherche, le Maître traite du mouvement oscillatoire, à part, mais toujours dans ces questions. Il n’explique pas exactement les raisons qui le conduisent à aborder ce problème qui ne figure pas dans Aristote. Par comparaison avec d’autres commentaires, on peut admettre, sans risque d’erreur, qu’il y a là des propos qui font suite à diverses considérations sur l’écho et sur la réfraction des sons. Le Maître explique que le son modifie l’air par une dilatation de forme circulaire. Il compare le phénomène aux cercles faits dans l’eau après le jet d’une pierre. Il n’ignore pas les turbulences confuses nées de la concurrence de plusieurs oscillations différentes. Il en va de même, explique-t-il, lorsque plusieurs conversations sont tenues en même temps34. Le maître admet cette explication, par mode de comparaison plus que de démonstration. On comprend parfaitement son idée. Dans la mesure où les oscillations peuvent être considérées comme un mouvement, le son en est un.

  • 35 Boèce, De institutione musica, I, 14, PL 64 c. 1179.
  • 36 Thomas d’Aquin, Commentarium, L. II, L. XVI, 447-448.

60Or, le caractère ondulatoire de la diffusion du son n’est pas connu d’Aristote. Cette théorie vient d’une autre école philosophique. Les médiévaux en ont connaissance par le De institutione musica de Boèce et plus récemment par la Métaphysique d’Algazel et le commentaire d Averroes sur le De Anima35. Quoi qu’il en soit des sources exactes de la Lecturadu Maître, il apparaît qu’il a pris très au sérieux la proposition aristotélicienne sur le son comme mouvement. Mais, une fois de plus, après inventaire, il délaisse l’explication qui pourrait se réclamer de l’œuvres du Philosophe, car les formes de mouvement définies par le Stagirite ne conviennent ni à la diffusion du son ni à sa nature. Il s’arrête à une autre solution, sans se démarquer d’Aristote pour autant. Thomas d’Aquin, de son côté, adopte également la théorie ondulatoire de la propagation du son et en fait une minutieuse description. Il ne confronte pas toutefois le son à toutes les formes connues de mouvements36. Il s’en tient une fois encore à l’essentiel, sans chercher à explorer toutes les difficultés de la question.

61Dans le De Anima, Aristote signalait que certains objets pouvaient émettre un son, d’autres non. Il donnait alors, succinctement comme de coutume, quelques exemples et une brève explication. Une balle de plumes n’est pas en mesure d’engendrer un son, tandis qu’il suffit du moindre choc sur un vase d’airain. Les différents commentateurs recueillent ces propos et les développent. Ils sont, de proche en proche, conduits à diverses considérations sur les rapports entre le son et l’air. Confrontées les unes aux autres ces différentes remarques finissent par illustrer l’idée qu’ils se font de l’air, comme vecteur possible d’un bruit. À vrai dire, définir la nature de cet élément pour qu’elle soit compatible avec la génération et la transmission du son n’est pas pour eux une si simple affaire, car le mouvement ondulatoire, en ce XIIIe siècle, n’explique pas tout.

  • 37 Cum enim planum percutitur ad planum, vibrabit aeris divisio et propterea magnus sonus, pseudo-Pie (...)

62Le pseudo-Pierre d’Espagne expose que lorsqu’un corps plat heurte un objet de même configuration la division de l’air entre en vibration et il se produit un grand bruit. Par contre, lorsqu’il s’agit d’une éponge ou de poils, le contact ne se fait que sur un point ou une ligne et il n’y a pas de division suffisante de l’air pour obtenir un son37. Le même vocabulaire se rencontre dans le cas spécial où une badine fouetterait vigoureusement l’air lui-même. Le pseudo-Pierre d’Espagne explique que le mouvement est plus rapide que la division de l’air mis en mouvement, car, dit-il, l’air proche demeure indivisus, il résiste et se comporte comme un corps dur. Bref, le schéma initial : percutiens-percussum est rétabli, puisque l’air ne s’écoule pas aussi vite que la violence du coup le demanderait. Une autre comparaison illustre encore le même propos. Une pierre qui est jetée sur un tas de sable avec violence émet un son, si la pulsion qu’elle provoque est plus forte que la division du sable.

63Toutes les remarques du pseudo-Pierre d’Espagne sur la division de l’air n’ont pas la même signification. Quelques légères contradictions sont perceptibles. Toutefois, la division de l’air paraît être sa capacité à s’écouler, comme le sable de l’exemple. Lorsque cette division est insuffisante, il devient résistant et forme un obstacle. Il engendre alors un son par lui-même, ce qui n’est pas sa fonction première. La version latine du De Anima considère que l’air est fragile.

  • 38 Maître anonyme, (n. 21), p. 335 : Ipse non sonat, propter hoc quod de facili divisibilis est et se (...)

64Le Maître anonyme parle de la division de l’air exactement dans les mêmes conditions que le pseudo-Pierre d’Espagne. Ses propos toutefois sont plus cohérents. Il connaît l’exemple du bâton et de la pierre sur le tas de sable. Il résume son enseignement sur ce point dans une formule explicite qui a le mérite de la clarté. L’air lui-même n’est pas sonore, parce qu’il est très divisible et facilement et qu’il se retire toujours, sauf lorsque ce qui le percute est plat38. C’est dire que l’air lui-même ne peut habituellement constituer cette paroi dure susceptible de jouer le rôle de percussum.

  • 39 Pseudo-Pierre d’Espagne, (n. 19), p. 192 : et hoc quia aqua non est sono divisibilis et rarefactib (...)
  • 40 Maître anonyme, (n. 21), p. 330 : Propter hoc quod magis est corpulente aqua quam aer et minus rar (...)

65L’air sert de medium dans l’audition, c’est son rôle essentiel, l’eau aussi, dans une moindre mesure. Aristote le signalait et les commentateurs s’efforcent d’expliquer pourquoi l’homme entend moins bien dans l’eau. La comparaison offre une fois de plus l’occasion de cerner leurs conceptions des éléments qui assurent la transmission du son. Le pseudo-Pierre d’Espagne reconnaît que l’eau ne peut se diviser et se raréfier en présence du son comme l’air, pour le recevoir dans son être immatériel39. Le Maître anonyme tient approximativement le même discours, de façon beaucoup plus claire. L’eau est plus grasse que l’air et moins légère et pour cette raison elle est moins en mesure de porter les sons40.

66Il n’est pas très facile de comprendre ce que ces auteurs veulent dire, non parce que leur formulation serait volontairement complexe, mais parce que les conceptions qui les fondent ne sont plus familières. Le son est plus ou moins bien reçu dans l’élément d’accueil qui assure sa diffusion, selon qu’il est plus lourd ou plus léger. Ce propos est assez accessible. Le son s’accorde mieux, selon le Maître, avec l’élément qui est le plus immatériel. C’est évident dans ce cadre. Les affirmations du pseudo-Pierre d’Espagne ne sont pas différentes pour le fond. La raréfaction dont il fait état est simplement cette capacité qui permet à l’air de recevoir le son mieux que l’eau. De même, le caractère divisible de l’air est à comprendre comme une propriété du même ordre. L’air se met en branle avec facilité, il s’écoule et transmet toute impulsion : le son tout spécialement. L’eau s’y prête dans une moindre mesure. On finit par entrevoir le sens des propos.

  • 41 Thomas d’Aquin, Commentarium, L. II, L. XVI, 446 : Sonus... contingit cum aer sua integritate mane (...)
  • 42 Ibid.: Si aliquid tardo motu tangat alterum non facit sonum, quia prius recedit aer et dissolvitur

67Thomas d’Aquin est confronté aux mêmes problèmes qu’il traite avec plus de rigueur en utilisant quelquefois le même vocabulaire. Il oppose, lorsqu’il s’agit de l’air, division et intégrité. Pour qu’un son soit émis, il faut, qu’avant le choc, l’air n’ait point été divisé. Il doit être unifie et continu41. Thomas d’Aquin fait remarquer que si un objet frappe un autre au terme d’un mouvement assez lent, l’air s’est écoulé et s’est retiré avant le contact entre les solides42. Il n’y a pas alors de son. Il faut un mouvement rapide qui prévienne justement la division de l’air.

68Tous les auteurs s’accordent à reconnaître à l’air une certaine fragilité qui se traduit par cette capacité à se diviser, à se fragmenter et à s’écouler. Curieusement, ils n’en tirent pas exactement les mêmes conséquences. Pour le pseudo-Pierre d’Espagne, comme pour le Maître anonyme, cette divisibilité assure la diffusion du son parce qu’elle permet de transmettre l’ébranlement. Les conceptions de Thomas d’Aquin sont exactement à l’opposé. La division de l’air qui en fait un élément qui cède à toutes les pressions, le rend impropre à la génération et à la transmission du son. Intégrité, unité et continuité de l’air sont les concepts spécifiques qui définissent cette autre version de la théorie du son.

69Ces différences incitent à une vue plus large. Le legs aristotélicien sur l’air et ses fonctions dans la propagation des sons est très elliptique. Les commentateurs héritent d’un terme : fragilité. Ils le conservent et en tirent l’idée de divisibilité. Ils reçoivent du Philosophe quelques remarques concrètes sur l’audition dans l’air et dans l’eau, sur le sifflement d’une badine dans l’air, sur les objets incapables de rendre un son. Sur cette base, ils élaborent les uns et les autres des théories qui intègrent tous ces éléments. Il y a chez eux, à y bien regarder, une grande capacité d’invention. Ils coordonnent toutes ces données et tiennent, à l’intérieur de leur propre commentaire, des discours le plus souvent cohérents. En fait, ils ne suivent déjà plus Aristote. Ils sont livrés à leurs propres forces.

70À vrai dire, ont-ils réellement la possibilité d’intégrer tous les éléments dont ils disposent : le mouvement ondulatoire du son, la divisibilité de l’air, la puissance et l’acte, le choc et le mouvement, la théorie de la substance, en une seule vue philosophique ? On peut en douter. Les divers membres de ces doctrines ne paraissent pas former un corps.

Conclusion

71Au terme de ces analyses, il convient de prendre la mesure du travail accompli aux XIIe et XIIIe siècles, dans ce domaine de réflexion.

72Le son est un phénomène surprenant, à la fois familier et rebelle à l’analyse, car on peut faire du bruit, parler et chanter, sans savoir quels mécanismes sont mis en jeu. Il est même possible de conduire une réflexion fragmentaire sur ces sujets, sans que pour autant les caractéristiques de l’univers sonore soient analysées au sens philosophique du terme. Or les clercs du Moyen Âge ont lu avec assiduité les œuvres grammaticales venues de l’Antiquité et ils y ont trouvé des définitions de la voix, de la parole et des mots dont la portée dépasse, et de beaucoup, le simple problème de la correction des énoncés. Ils ont également pratiqué les traités de musique et connaissent les principales règles de l’harmonie.

73Dans ce contexte, on comprend que les premiers balbutiements d’une théorie du son se fondent sur des considérations ayant trait à la voix. Il y a cependant un certain affranchissement par rapport à la grammaire dès que les sciences naturelles apportent quelques éléments de réflexion supplémentaires. C’est ce qui ressort de la pauvreté bien réelle des textes du XIIe siècle.

74L’introduction du De Anima d’Aristote donne une autre orientation aux investigations. L’analyse porte désormais sur le son proprement dit, dans toutes ses variétés et la voix humaine n’est qu’un cas particulier. Or Aristote fournit à la réflexion des savants du XIIIe siècle un point de départ tout à fait remarquable. Il met en évidence la suite percutiens-percussum-medium, il distingue la puissance et l’acte dans le monde sonore, il établit une distinction entre les objets capables de résonner et les autres. C’est un progrès décisif dans la compréhension.

75Les commentateurs qui reçoivent ces principes s’efforcent de les approfondir en les accordant aux autres doctrines d’Aristote. Ce faisant, ils accomplissent exactement leur travail. Or, très rapidement l’application des théories générales d’Aristote tourne court et aboutit à une impasse. Le grand mérite de la Lectura du Maître anonyme est précisément de pousser les analyses jusqu’au point où elles achoppent. Les diverses formes de mouvement répertoriées par Aristote ainsi que la théorie de la substance et de l’accident s’accordent mal avec le son. On ne peut rendre compte de sa nature et de sa diffusion qu’au prix d’une dialectique qui devient rapidement incertaine. Ceux qui s’en tiennent à une réflexion plus générale, comme Thomas d’Aquin, esquivent une partie des problèmes.

  • 43 Maître anonyme, (n. 21), p. 344: Calor naturalis in separatione partium causa est hujusmodi soni; (...)

76L’aristotélisme ne paraît pas une philosophie particulièrement apte à rendre raison des phénomènes acoustiques et sonores. Le De Anima établit brillamment quelques principes, mais ne va pas beaucoup plus loin. De fait, les commentateurs sont livrés à eux-mêmes. Or ils ont connaissance de thèmes venus d’autres horizons et d’autres disciplines. Ils ne peuvent ni les exclure, ni les intégrer avec efficacité dans le système aristotélicien. La théorie ondulatoire de la diffusion du son est reçue. Le Maître anonyme sait bien qu’il ne s’agit pas là d’un mouvement au sens propre du terme dans l’aristotélisme. La présence du son, en acte, dans l’air, dans le cadre de ces doctrines reste une énigme. On comprend dans ces conditions que la vigilance critique des maîtres puisse vaciller. Il y en a un exemple tout à fait surprenant chez l’Anonyme. Il s’attache au bruit que fait une branche en se détachant d’un arbre. Il explique que c’est la chaleur naturelle qui se dégage lors de la séparation qui est cause du son. Les parties de l’arbre se désolent à l’occasion de cette séparation43. Certes l’équivalence entre la percussion et la scission se rencontre dans de nombreux auteurs, mais pas dans ce contexte extravagant. Le Maître, qui a d’habitude plus de rigueur, est manifestement en défaut. Il y a fort à penser que cette faille tient de l’impossibilité réelle de faire face à l’ensemble des données diverses sur le son dans le cadre des doctrines d’Aristote.

Notes

1 L’influence du De Anima d’Aristote sur les doctrines acoustiques et les théories musicales a été l’objet d’une thèse de doctorat importante : M. Wittmann, Vox atque Sonus, Studien zur Rezeption der aristotelischen Schrift De Anima und ihre Bedeutung für die Musiktheorie. (Musikwissenschaftliche Studien, 4), Pfaffenweiler, 1987, 2 vol. Cette thèse est citée : Wittmann, suivi du n° de la page.

2 M. Wittmann en cite et en analyse quelques uns empruntés à Adélard de Bath, Pierre Abélard, Guillaume de Conches. On peut y ajouter les passages d’Honorius Augustodunensis et de Guillaume de Saint-Thierry dont il est question dans cet article.

3 Guilelmus de Sancto Theodorico, De natura corporis et animae, M. Lemoine, Paris, 1988. La disproportion est plus évidente dans la vieille édition de la PL. L’œil est traite en 100 lignes, le nez en 35, l’ouïe en 10, le goût en 12, le toucher en 11, PL 180 c. 706.

4 Le De Anima d’Aristote a été traduit en latin par Jacques de Venise et il n’est connu, en France, qu’à l’extrême fin du XIIe siècle.

5 Honorius Augustodunensis, Clavis physicae, éd. P. Lucentini, Rome, 1974.

6 Auditus quoque est subtilissimus quidam tinnitus, qui ex pulmonum spiritu primum procedens sur sumque in predictam capitis partem consurgens, per suos occultos meatus in aurium cocleas diffusus foras erumpit, vicinis partibus aeris seu longius positis se miscens quicquid in eo sonuerit absque ulla tarditate recipere festinat. Hec partes corporis subtiles spiritalibusque naturis vicine ex interioribus spisse molis originem trahunt, foras porrecte longius separantur. Nam visus extenditur ad recipiendas visibilium rerum colorabiles species, auditus ad vocum seu aliorum sonitum percussione aeris erumpentium prosodias, quas formas coloresque vocum dicimus, in se imaginandas. Op. cit., p. 170. L’éditeur n’indique aucune source pour ce paragraphe. Le précédent sur la vue dépend essentiellement de saint Augustin. Bref, une suite aussi évidente que vision puis audition ne comporte aucune continuité dans les sources et les emprunts aux auteurs.

7 Vox est aer ictus, sensibilis auditu, quantum in ipso est, Donat, Ars Grammatici. Cf. L. Holtz, Donat et la tradition de l’enseignement grammatical, étude et édition critique, Paris, 1981, p. 603. La même formule est reprise par Isidore de Séville, Etymologiae, Lib. I chap. XV. PL 82, c. 89. Le contexte grammatical en limite la portée physique.

8 Wittmann, p. 63 et sq.

9 La Philosophia Mundi est éditée parmi les œuvres de Honorius Augustodunensis, P. L. 172 c. 39-102. Le passage sur l’audition est c. 97. Guillaume de Conches, Glosae super Platonem, éd. E. Jeauneau Paris, 1965. Le texte du Dragmaticon est cité par M. Wittmann, p. 176-177.

10 Sur la datation des œuvres de Guillaume de Conches, cf. Glosae super Platonem, éd. E. Jeauneau, introduction, p. 14 et sq.

11 Auditus autem contingit: cum aer naturalibus instrumentis percussus, foramina vocis acceperit, exiens primam partem aeris quam reperit, simili informat forma, et alia aliam donec ad aures perveniat, ad modum tympani, siccas et concavas, quibus resonantibus, excitatur ille spiritus animalis, descendensque ad aures, per quosdam nervos, informat se simili forma, sicque formatus ad logisticam cellulam revertens auditum operatur. Similiter nervos a cerebro descendente. PL 172 c. 97.

12 Homo ergo arteriis spiritum et aera attrahit : quem iterum emittens percutit eum in ore naturalibus instrumentis, lingua et palato, modulandoque quatuor principales dentes et labia, quandam formam illi imprimit, Glosae super Platonem, éd. E. Jeauneau, p. 255-256. La suite du texte est identique au précédent, à quelques termes près.

13 Le passage du Dragmaticon est cité par M. Wittmann, p. 176-177. les quelques extraits ci-joints suffisent à suivre l’argumentation : Boethius dicit auditum sic fieri : aer naturalibus instrumenté percussus, in ore loquentis formam quandam accipit... Le texte est comparable au précédent et éclaire quelque peu sur la nature de la forme dans les conceptions de Guillaume de Conches.
... Dum sibilamus, labia strigendo, aera attrahimus, qui attractus, alium sibi attrahit, et ille alium donec illum qui est auribus attrabit, qui secum praedictum instrumentum usque ad sibilanti os attrabit. Ibi forma ad animum revertitur, sicque sibilae auditur.

14 Nullum est corpus tam solidum, quod non poros habeat infinitos, per quos aer subtilitate sua penetrat. Op. cit., ibid.

15 Vox autem est aer ictus. Tactus ergo vel ictus aeris ad aures venit, et intrando paulatim alternatur. Tactus enim propinqui aeris propinquiorem percutit, ille succedentem sibi. Sicque alternando, aures penetrat donec perveniat ad operimentum nervorum de quo jam dictum est, ibique ipsum operimentum in naturam tacti aeris a natura transmutatur. Sunt enim similia, quia utraque aeria. Haec autem permutatio ad mentem ducitur per nervos, mens autem discernit naturam intromissae vocis, et sic fit auditus. Guillaume de Saint-Thierry, De natura corporis et animae, éd. M. Lemoine, p. 117-119. Pour la datation de l’œuvre et ses sources voir la même édition et l’introduction du même auteur.

16 M. Lemoine cite les textes parallèles de Constantin l’Africain dans l’édition du De natura corporis et animae. Sur le même sujet, M. Wittmann cite dans sa thèse les Salernitan questions, cf. p. 182 et sq.

17 E. Jeauneau dans les notes des Glosae super Platonem donne des références à Boèce, De interpretatione, PL 64, c. 420 A ; De musica 1, 3, PL 63, c. 1172 D-l 173 ; De musica 1,14, PL c. 1179. Priscien, Institutiones, I, 1.

18 Johannes Blund, Tractatus De Anima, éd. D. A. Callus et R. W. Hunt, Londres, Auctores Britannici Medii Aevi, 1970.

19 Pedro Hispano, Obras filosoficas, III, Expositio Libri De Anima, éd. P. M. Alonso, Madrid, 1952. Cette œuvre n’est plus attribuée à Pierre d’Espagne. On n en connaît ni l’auteur, ni la date.

20 Pedro Hispano, Obras filosoficas, II, Commentario al De Anima de Aristoteles, éd. P. M. Alonso, Madrid, 1944.

21 Anonymi Magistri artium, Lectura in librum De Anima, éd. R. Gauthier, Grottaferrata, 1985.

22 Albertus Magnus, De Anima, éd. C. Stroick, Alberti Magni opera omnia, 5, Munster i. W., 1968.

23 Thomas d’Aquin, Commentarium in Aristotelis libros De Anima, éd. Léon. t. XLV, 1.

24 E. H. Wéber, L’homme en discussion à l’Université de Paris en 1270, Paris, 1970.

25 Ce passage dans les versions latines du De Anima commence par : Vox autem.

26 Causa autem hujus est quoniam simul est soni generatio et immutatio per ipsum, Maître anonyme, (n. 21), p. 327.

27 Sonus autem causatur ex motu et non habet esse fixum et quiescens in subjecto, sed in quadam immutatione consistit : unde simul determinatur de eo secundum quod generatur in sua specie et secundum quod immutat sensum. Thomas d’Aquin, Commentarium, L. II, L. XVI, 439.

28 In quadam immutatione consistit, ibid.

29 Cf. Maître anonyme, (n. 21), p. 329.

30 Le Maître anonyme aborde en même temps les questions qui découlent des leçons XV et XVI. La première question concerne précisément le sujet du son (n. 21), p. 341 sq.

31 Albertus, Summa de homine qu. 24, a.2, arg. 7 : Omnes auctores ita dicunt quod materia soni est aer, éd. Borgnet, t. 35, p. 234 B.

32 Thomas d’Aquin, Commentarium, L. II, L. XVI, 441: Propter hoc dicitur quod sonus in actu est medii et auditus, non autem subjecti sonabilis.

33 Maître anonyme, (n. 21), p. 345 et sq.

34 Maître anonyme, (n. 21), p. 351 et sq.

35 Boèce, De institutione musica, I, 14, PL 64 c. 1179.

36 Thomas d’Aquin, Commentarium, L. II, L. XVI, 447-448.

37 Cum enim planum percutitur ad planum, vibrabit aeris divisio et propterea magnus sonus, pseudo-Pierre d’Espagne, (n. 19), p. 190.

38 Maître anonyme, (n. 21), p. 335 : Ipse non sonat, propter hoc quod de facili divisibilis est et semper cedit, nisi illud quod repercutitur sit planum.

39 Pseudo-Pierre d’Espagne, (n. 19), p. 192 : et hoc quia aqua non est sono divisibilis et rarefactibilis, sicut aer, ut sic possit recipere sonun in esse suo immateriali.

40 Maître anonyme, (n. 21), p. 330 : Propter hoc quod magis est corpulente aqua quam aer et minus rara, et ita potest minus deferri sonum per aquam.

41 Thomas d’Aquin, Commentarium, L. II, L. XVI, 446 : Sonus... contingit cum aer sua integritate manet, ut possit percuti, et non dividitur ante percussionem.

42 Ibid.: Si aliquid tardo motu tangat alterum non facit sonum, quia prius recedit aer et dissolvitur.

43 Maître anonyme, (n. 21), p. 344: Calor naturalis in separatione partium causa est hujusmodi soni; quia enim partes naturaliter unite sunt, ideo naturaliter condolent quando ab invicem separantur et plangunt se naturaliter; et sic generatur sonus ille.

Notes de fin

* Communication publiée pour la première fois dans l’ouvrage : Jérôme de Moravie, un théoricien de la musique dans le milieu intellectuel parisien du XIIIe siècle, sous la direction de M. Huglo et M. Pérès, Paris, Créaphis, 1992 (Collection Rencontres à Royaumont).

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540