Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du monde et des hommes

 | 
Jacques Paul

Le manteau couvert d’étoiles de l’empereur Henri II1

Texte intégral

  • 1 Communication publiée pour la première fois dans l’ouvrage : Le soleil, la lune et les étoiles, Cah (...)

1Fondation de l’empereur Henri II qui choisit ainsi que sa femme d’y élire sépulture, la cathédrale de Bamberg reçut de ces souverains, en dotation originelle puis par legs testamentaire, des livres liturgiques, des pièces d’orfèvrerie et les divers ornements qui donnent aux cérémonies du culte l’éclat requis.

  • 1 Cf. la description de S. Freiherr von Pölnitz, Die Bamberger Kaisermântel, Weissenhorn, 1973.

2Sans enfant, empereur et l’impératrice pouvaient puiser presque sans retenue dans le trésor royal. Plus encore, ils pouvaient remettre à cet établissement qu’ils chérissaient plus qu’aucun autre tous leurs effets personnels. Il y a, à Bamberg, une collection de manteaux, de chapes et de tuniques, unique au monde par la qualité et l’ancienneté, reliques d’un empereur rangé parmi les saints1. Ces pièces longuement utilisées comme ornements liturgiques sont aujourd’hui au musée diocésain de Bamberg, ensemble précieux entre tous dans un trésor fabuleux.

3Un de ces manteaux porte un ciel étoilé et dans ce cas, à l’attrait qu’exerce une œuvre d’art, vient s’ajouter l’intérêt historique que suscite un objet chargé de signification. On connaît l’identité de celui qui l’a offert et l’occasion. On discute encore de sa provenance et de la date exacte de la réalisation. Ces questions, importantes sans doute pour 1’érudition et l’histoire de l’art, le sont moins cependant pour l’historien que toutes celles que peut poser le manteau lui-même et sa symbolique.

4Cette chape était destinée au sacre impérial, même s’il faut apporter la preuve que Henri II en était bien revêtu, à Rome, pour cette cérémonie. Qu’il se soit présenté ainsi devant le clergé, l’aristocratie et le peuple ne peut passer pour dépourvu de toute intention. Les liturgies du pouvoir sont trop réfléchies au Moyen Âge pour qu’il en aille autrement. Il reste toutefois à comprendre en quoi la représentation du ciel concourt à exprimer l’élévation de Henri II à l’empire.

  • 2 Ibid, p. 10. Dessins du XVe siècle représentant les manteaux impériaux, ceux de l’impératrice Cunég (...)
  • 3 Cf. G. Duby, Adolescence de la chrétienté médiévale, Genève, 1967, p. 19.

5Or ce manteau, retaillé en forme de chape liturgique par les chanoines, était à l’origine un habit circulaire, avec un trou au centre pour y passer la tête2. Aussi l’empereur était-il entouré de tous côtés par des étoiles et des constellations. Il était comme l’axe de la voûte céleste qui se développait autour de lui. Une telle vision était sans aucun doute très suggestive. Faute de récit, bien hardi qui pourra dire les sentiments qu’elle éveillait chez ceux qui ont été présents à cette cérémonie ! Un pareil décor a été délibérément choisi par les clercs de la chapelle impériale qui en mesuraient très certainement la portée. Leurs intentions se laissent deviner à travers ces signes, choisis précisément pour les exprimer. Tous ces symboles demandent une lecture exacte. Toutefois, c’est le sacre impérial dans son ensemble qui développe les grands thèmes idéologiques. Aussi, le manteau étoilé, pièce importante de ce système, doit-il recevoir une signification en accord avec tous les autres détails de la cérémonie. Nul doute enfin que cette liturgie, expression d’un programme de gouvernement, n’illustre très exactement une volonté politique. Encore faut-il entendre le message contenu par le manteau couvert d’étoiles de Henri II. Or, plusieurs interprétations sont possibles. Les clercs entendaient-ils affirmer par là le pouvoir universel de l’empereur sur tous les peuples et sur toutes les provinces ? S’efforçaient-ils de lui faire reconnaître un pouvoir religieux à caractère cosmique ? Ce vêtement peut-il, éventuellement, avoir une signification moindre que celle qu’il laisse entrevoir3 ? On ne peut en décider sur une simple impression.

6Cette chape couverte d’étoiles est enfin une figuration du ciel, aussi sommaire qu’elle puisse paraître. On y reconnaît des constellations familières qui sont ordonnées les unes par rapport aux autres. Tant en ce qui concerne l’illustration que la disposition, le manteau de Henri II peut se comparer aux cartes du ciel des manuscrits astronomiques et apporter à ce titre quelques éléments de réflexion.

Histoire

7Le manteau de l’empereur Henri II porte une broderie au fil d’or sur un fond violet foncé à l’origine. En 1502-1503, les motifs ont été transportés sur un autre tissu, consolides et fixés avec des fils de soie blanche. Cette restauration explique peut-être quelques-unes des petites anomalies que l’on relève dans les inscriptions. On peut, semble-t-il, exclure l’hypothèse d’un bouleversement complet de la disposition, parce que les divers médaillons n’ont pas la même dimension au centre et sur les côtés, en haut et en bas. Un changement de la mise en place ferait disparaître tout l’équilibre de la composition. Aussi paraît-il improbable, d’autant plus que cette pièce était déjà, au début du XVIe siècle, une relique prestigieuse.

  • 4 Les lettres manquantes et les mots bouleversés sont restituées entre parenthèse. Usye, c’est l’ousi (...)

8Les chanoines de la cathédrale de Bamberg qui reçurent le manteau après la mort de Henri II firent ajouter deux inscriptions. L’une au centre près du Christ dans la mandorle : Sup(er)ne usye sit gratu(m) hoc Caesaris donum, (qu’au Dieu suprême soit agréable ce don de César)4. Une autre sur le bord externe : O decus Europae Cesar Henrice beare angeat impreium (imperium) ibti (tibi) rex qui re(g)na(t) wne (in evum), (O décor de l’Europe, César Henri, qu’augmente ta puissance le roi qui règne éternellement). Il n’y a donc aucun doute sur l’origine de la pièce.

9Deux inscriptions originales concernent plus directement l’histoire du manteau. On peut lire, à gauche et en bas : Descriptio tocius orbis, (description du monde entier). La formule donne ouvertement le sens de l’œuvre. En bas et à droite, on lit : Pax Ismaheli qui hoc ordinavit, (Paix à Ismaël qui a commandé cette pièce), ce qui identifie le donateur.

10Ismaël est effectivement un personnage bien connu : Melo de Bari, dont on sait qu’il a fait exécuter ce manteau pour l’offrir à Henri II. On ne sait exactement à quelle communauté ethnique il appartenait. Son nom et celui de son fils, Argyr, sont grecs. Celui de sa femme, Maralda, est lombard. Les événements montrent qu’il entretient des liens assez étroits avec les papes Serge IV et Benoît VIII, de la maison de Tusculum et avec les princes lombards chez qui il trouve refuge après son échec. Bref, on aurait bien tort, sur la foi de la seule onomastique, d’en faire un grec, alors que toutes ses sympathies sont en Occident.

11Son nom apparaît pour la première fois en 1009, en même temps que celui de son frère Datto, à l’occasion d’une révolte des Pouilles contre les Byzantins. Ils soulèvent les villes de Trani, Bitonto et Bari. L’entreprise échoue et Melo doit s’enfuir entre 1011 et 1012. De 1012 à 1015, il est en Germanie auprès de Henri II qui le reçoit comme vassal, en fait un duc des Pouilles et lui mesure chichement l’aide militaire nécessaire. Melo fait une nouvelle tentative contre les Byzantins en 1016 et 1017 et échoue de nouveau. En 1018, il est en Germanie où il meurt en 1020. Ce duc des Pouilles est enterré dans la cathédrale de Bamberg.

  • 5 Les diverses positions prises sur ce point sont sommairement résumées dans Alle sorgenti del romani (...)

12La carrière agitée de ce personnage allant de l’Italie du sud en Germanie, permet de soutenir avec beaucoup de bons arguments que le manteau couvert d’étoiles a été exécuté dans l’une ou dans l’autre de ces contrées. À vrai dire, le monde savant se partage entre les deux opinions. Tout a été pris en compte : les caractéristiques paléographiques et les influences byzantines5. Rien ne paraît tout à fait décisif.

  • 6 Apuliam a Graecis diu possessam Romano Imperio recuperavit et eidern provinciae Ismahelem ducem pra (...)
  • 7 A. Boeckler, Ars Sacra, Kunst desfrühen Mittelalters, Munich, 1950, p. 93, trouve des rapports avec (...)

13On peut toutefois mettre en évidence une particularité des textes. Melo de Bari n’est jamais appelé Ismaël dans les chroniques d’Italie du Sud où son nom est correctement écrit, Meles ou Mel. Les Annales de Bari, l’année de la rébellion de Melo connaissent celle d’un autre chef, appelé lui Ismaël et qui est battu par les Grecs à Montepeloso, près de Matera. Les sources historiques locales ne parlent plus de ce personnage. Melo de Bari, par contre, est appelé Ismaël dans les textes écrits par les clercs allemands relativement mal renseignés sur les affaires de la péninsule. Ainsi fait Adalbert dans sa Vita Henrici II6. On peut donc en conclure que le manteau a plus d’affinité avec les sources allemandes, ce qui donne un avantage certain à la thèse de l’origine germanique. Melo aurait fait exécuter cette broderie, en Bavière, dans la région de Ratisbonne7.

14Il reste à préciser la date d’exécution. Celle de 1020 qui accompagne certaines reproductions est toute théorique. C’est le terminus ad quem, puisque Melo est décédé cette même année. Une date tardive paraîtrait assez surprenante. C’est avant son expédition de 1016 que Melo a besoin de l’aide de Henri II et non après son échec. On comprendrait bien qu’un tel don ait été fait lorsque Melo, devenu vassal, sollicite l’appui du souverain.

  • 8 P. E. Schramm, «Lo Stato post-carolingio e i suoi simboli del potere», Iproblemi communi dell’Europ (...)

15Une date tardive se justifie mal également du cote du bénéficiaire. On sait qu’un manteau représentant le monde est un vêtement d’apparat pour un sacre impérial8. Henri II est élevé à l’empire en 1014. Il paraîtrait pour le moins curieux que Melo ait commandé cette broderie, la cérémonie passée. La vraisemblance fait pencher pour une commande pendant le premier séjour de Melo en Germanie, en 1012-1013.

  • 9 Adhémar de Chabannes, Historiarum librii III, ch. 37, MGH. SS. t. IV, p. 133. Adalbert ne fait état (...)

16À vrai dire, il n’est pas assuré cependant que ce manteau couvert d’étoiles a été porté par Henri II le jour de son sacre. Adhémar de Chabannes raconte que 1’empereur, pendant son voyage de retour fit présent au monastère de Cluny de son sceptre d’or, de sa sphère d’or, de son vêtement impérial en or, de sa couronne d’or, de son crucifix d’or qui pesait cent livres9. Certains ont pensé que c’était le manteau du sacre et qu’il a été donné au monastère bourguignon. S’il en était ainsi, celui de Bamberg ne serait pas authentique. Ce serait un double, un cadeau fait après et venu en dehors du contexte. Il est bien certain que ce texte a semé le doute. Il explique les incertitudes des historiens sur la date et pour une part sur le lieu d’origine. Le récit d Adhémar n’est pas décisif, car le vêtement impérial en or n’est peut-être pas le manteau du sacre proprement dit. Il apparaît surtout, après les études de P. E. Schramm, que la représentation du ciel est si caractéristique du sacre impérial depuis Otton Ier, qu’il paraît difficile d’envisager qu’un tel vêtement ait été exécuté dans un autre contexte.

Le symbolisme du sacre

  • 10 P. E. Schramm, «Gli imperatori della casa di Sassonia alla luce della simbolistica dello Stato», At (...)

17Un sacre impérial n’est pas une cérémonie commune. En confrontant les récits historiques et l’ordo liturgique aux quelques objets subsistants tels que la couronne impériale et la chape, il est possible d’en connaître les principaux aspects. De minutieuses recherches ont montré que le rituel s’est fixé avec l’élévation d’Otton Ier à l’empire, en 96210. Ses successeurs semblent s’en tenir aussi strictement que possible à ce qui a été mis au point à cette occasion. Cette liturgie, juxtaposition de symboles recherchés, exprimait l’idéologie du pouvoir impérial dans ses principales caractéristiques. Sans revenir sur les détails qui ne sont pas tous nécessaires à la compréhension du manteau étoilé, il est bon de montrer quelles intentions se profilent derrière les objets et les gestes.

  • 11 Les cornes de la mitre se portaient à gauche et à droite et non sur le front et l’occiput.
  • 12 Lévitique XXIX, 6. Ecclésiastique XLV, 14.

18La couronne impériale, faite de huit plaques émaillées ne comportait qu’un étrier allant du front à la nuque. Il en était ainsi dès Otton Ier. Cet arc unique avait été choisi à dessein pour laisser passer de part et d’autre les cornes de la mitre impériale. L’empereur portait pour son sacre la coiffe d’un évêque11. La couronne venait par-dessus. Ainsi, le souverain pouvait passer pour un docteur, fonction qu’on lui reconnaît traditionnellement. En outre, il imitait dans son costume le grand prêtre de l’Ancien Testament qui portait la couronne d’or sur la mitre12.

  • 13 In veste.... totius erat orbis terrarum, Livre de la Sagesse XVIII, 24.

19Le manteau impérial exprimait la même intention symbolique. Dans le Livre de la Sagesse l’habit du grand prêtre comportait la figuration de toute la terre13. À son exemple encore, la chape de l’empereur était vraisemblablement bordée d’une rangée de clochettes. Et il en allait de même pour toutes les pièces de vêtement de cette cérémonie.

20Bref, l’ensemble est cohérent, mitre, couronne, manteau, clochettes, etc., toutes les références sont à l’Ancien Testament et au grand prêtre. La signification est dès lors sans mystère. Otton Ier et son entourage d’évêques et de clercs entendent faire comprendre que la mission et la vocation de l’empereur sont à la fois celles des armes et du grand prêtre. Tout cet accoutrement tend à accréditer par la liturgie la théorie du prince rex et sacerdos. Jamais on a poussé aussi loin la confiscation des insignes sacerdotaux au profit du pouvoir. Jamais la mission presque épiscopale de l’empereur n’avait été exprimée aussi vigoureusement.

21La signification de la description du monde entier que porte le manteau impérial découle de ces références bibliques. Elles imposent le grand prêtre comme modèle. L’imiter pour revendiquer ses fonctions paraît primordial. La représentation du ciel que porte le manteau ne semble pas d’abord choisie pour elle-même, mais parce qu’elle figurait sur ce vêtement de l’Ancien Testament. Le contexte idéologique est celui de l’affirmation du pouvoir religieux de l’empereur et non de son autorité universelle ou de sa domination sur le cosmos. Le propos est à l’origine plus circonscrit que prévu.

  • 14 P. E. Schramm, Sphaira, Globus, Reichapfel, Stuttgart, 1958.

22La mise en évidence d’un sens direct assez limité n’exclut pas des significations supplémentaires. Car les symboles s’ajoutent, sans se contredire. Aussi, le manteau céleste peut-il signifier beaucoup plus, puisque Henri II a reçu du pape Benoît VIII le globe impérial. Depuis l’Antiquité c’est le symbole d’un pouvoir sans limite14. Les souverains sont souvent représentés avec cet attribut. Rien ne prouve, toutefois, qu’ils l’aient reçu lors d’un couronnement. Le fait n’est attesté que pour Henri II. Or, dès le Xe siècle, les représentations du Christ comme roi des rois comportent de plus en plus souvent une sphère, signe de son pouvoir universel. On ne peut dès lors que souligner la correspondance entre l’empereur et son modèle céleste. Le globe, instrument du sacre, renvoie à un autre registre symbolique, à la fois cosmique et divin. Bref, en ce qui concerne l’élévation de Henri II à l’Empire, ce que le manteau suggère par sa forme circulaire et par son décor d’étoiles est directement affirme par la sphère. En dépit des références bibliques qui en limitaient la portée, la signification de cette représentation du ciel s’élargit, à cause de la présence du globe. Un léger glissement du sens de la cérémonie du sacre n’est pas à exclure en un demi-siècle, de 962 à 1014.

Le monde divin

23Dans cette chape, deux zones différentes apparaissent au premier coup d’œil. Au centre et en haut, sur le dos de l’empereur vêtu, un espace particulièrement saint où le monde céleste est proprement divin Toute la périphérie par contre est occupée par des constellations et des étoiles. Il s’agit là d’un céleste cosmique.

  • 15 Les numéros renvoient au croquis qui permet de localiser et d’identifier les motifs du manteau. Le (...)

24Dans le premier secteur, la place de choix est occupée par un carré (n° 1), qui comporte un Christ en majesté dans une mandorle en forme de huit15. Dans les écoinçons, les Évangélistes sont figurés selon le mode symbolique habituel. Un rinceau de palmettes encadre l’ensemble. De part et d’autre de ce carré se lisent les lettres α et ω. Elles font référence au Christ de façon directe et évidente. Elles comportent en outre une allusion au commencement et à la fin du monde. Ces lettres permettent un premier passage discret du céleste divin au cosmique. Au-dessous (n° 2 et 3) un séraphin et un chérubin, dans deux médaillons identiques, complètent cet univers. Cette mise en page n’appelle pas de remarques particulières Au-dessus, de part et d’autre du Christ en majesté, le soleil et la lune signalés par une inscription (Sol, Luna) (n° 10 et n° 11). Le soleil sur un char tiré par des chevaux, la lune sur une génisse et portant un croissant sur la tête, dérivent manifestement de modèles iconographiques antiques. La présence de ces astres dans le secteur divin peut poser un problème. On sait que le soleil et la lune apparaissent dans les crucifixions où leur présence a un rôle symbolique. On peut estimer que leur représentation autour du Christ en majesté répond aux mêmes préoccupations.

Manteau de de l’empereur Henri II.
Bamberg, Musée diocésain

25Au-dessus encore, deux personnages tenant des objets à la main dont l’un paraît une coupe ou un calice (n° 8). Ce sont des saints portant un nimbe. On peut y voir deux évêques ou mieux deux vieillards, petit reste de tous ceux que l’Apocalypse place à la cour céleste. Les six personnages, allongés le long de la bordure étaient en réalité droits lorsque l’empereur portait le manteau (n° 9). Ils n’ont ni le même geste ni la même posture que les précédents. Ils paraissent assis et dans la position des docteurs qui enseignent. Ils portent eux aussi un nimbe. Ces six pourraient être des évêques. Avec eux, on est au Paradis, tout en s’éloignant de la partie divine du ciel.

  • 16 Hermann Contractus : Séquence pour l’Assomption, Antiennes de la Vierge, Godchau de Limbourg, In As (...)
  • 17 Évangile selon Matthieu XI, II.

26Au-dessous du chérubin et du séraphin, il y a deux médaillons que des inscriptions permettent d’identifier (n° 4 et n° 5). S(an)c(t)a Maria Stella maris inclita, (Sainte Marie, illustre étoile de la mer). La formule peut se comparer avec le premier vers de l’Ave, maris Stella, poème concernant Marie et datant du IXe siècle. La formule maris Stella se rencontre sous la plume de Hermann Contractus et de Godchau de Limbourg dont les œuvres sont de quelques années postérieures au manteau impérial16. La formule est déjà traditionnelle et elle est encore reprise peu après. On perçoit immédiatement les raisons qui ont fait choisir ces quelques mots. Marie est ici présente au titre du divin. Elle fait en plus transition avec les constellations et le monde cosmique à travers cette dénomination comme étoile de la mer. La poésie assure la cohérence entre les deux secteurs du céleste. Il est inutile d’insister sur ce que ce procédé peut avoir d’artificiel. Il montre toutefois que la nécessité d’un passage a été perçue. À côté, saint Jean Baptiste est désigné par une formule elliptique : sa(nctu)s Johanes qui et gr(ati) (a) D (e) i. On ne saurait exactement compléter la phrase dont on devine qu’elle souligne le caractère privilégié du précurseur. Sa présence à côté de Marie tient probablement aux propos de Jésus sur la grandeur du Baptiste17 Dans ce ciel divin, il représente la sainteté acquise dans une vie charnelle et rien ne le rattache, même artificiellement, au cosmique.

  • 18 Apocalypse, I, 29.

27En haut et à gauche, deux médaillons illustrent encore cet univers spirituel. L’Agneau de Dieu est entouré de l’inscription : Agne D(e)i dele crimina ndimv (mundi), (Agneau de Dieu efface les péchés du monde). L’Agneau de la vision de l’Apocalypse est céleste et sa représentation comme figure divine est commune dans les miniatures dès l’époque carolingienne. Par contre l’évocation des péchés du monde renvoie plus à l’Évangile de Jean qu’au monde céleste18 (n° 6). La représentation suivante, une jeune femme figurant de nouveau Marie, est commentée par 1’inscription : virginitas pap(ro)bate (approbate) mire mere (approuvez la virginité pleinement et merveilleusement), (n° 7). Du côté droit, ce sont des constellations qui font le pendant. Aussi, la représentation du céleste divin s’en trouve-t-elle déséquilibrée. Il n’y a de symétrie que dans la partie centrale. Devant une pareille constatation il convient de faire preuve de plus de prudence encore. Rien ne prouve que es commanditaires de l’œuvre, entre 1112 et 1114, aient voulu distinguer le divin du cosmique. Une telle idée leur est probablement étrangère.

28Ces deux derniers médaillons reprennent des thèmes déjà illustrés. Dans cette partie du manteau, le Christ est présent deux fois, en majesté et en Agneau divin. Or, la tradition iconographique admet parfaitement que 1’Agneau immolé et glorieux soit au centre d’une scène céleste à la place du Christ. Certes, la figuration est différente, mais la signification est identique, ce qui comporte une redite. On peut faire la même remarque à propos de Marie, célébrée comme sainte Marie, étoile de la mer et comme Vierge, distinction qui n’en est pas une. Ces redondances dans la représentation posent un problème de composition. Mieux vaut reconnaître que la logique n’en paraît pas évidente. Les œuvres d’art du début du XIe siècle laissent en général une impression plus ferme.

Les constellations

29Le ciel cosmique appelle le même travail d’identification et de confrontation, afin de saisir quels sont les principes de la représentation et de la mise en ordre de ce secteur. À proximité immédiate du monde divin le ciel est représenté par deux cercles portant l’un et l’autre une bande transversale où l’on identifie assez facilement les signes du zodiaque (n 12 et n° 13). Sur la gauche et plus bas, on peut lire l’inscription qui se rapporte à cette illustration : descripo(t)io duorum semisperiorum, (description des deux hémisphères). Il s’agit, sous forme circulaire, de la carte du ciel. Cette figuration ne pose en elle-même aucun problème, puisqu’on n’a jamais cessé de représenter l’ensemble des étoiles de cette façon et qu’il en va ainsi aujourd’hui encore. Sur le motif de gauche, plus lisible on peut identifier plusieurs figures. On distingue facilement, dans cette bande incurvée qui donne l’illusion de la sphère, les signes du zodiaque : le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau, les Poissons. D’autres constellations apparaissent au-dessus et en dessous, occupant le reste de ce rond. Il y a, à droite, une représentation symétrique avec les autres signes du zodiaque. Avec ces deux cercles, le ciel est en principe complet, même s’il paraît un peu sommaire. Bref, ces deux hémisphères ont pour vocation de représenter l’ensemble du cosmos, alors que, dans le détail, les étoiles sont figurées, constellation après constellation, sur le reste du manteau. Il y a juxtaposition de deux types de figuration. Aussi, certains signes apparaissent-ils deux fois, dans l’un des hémisphères et ailleurs sur le manteau, comme la Vierge ou le Sagittaire. Il y a répétition, redite ou doublon. C’est une anomalie imputable à la conception même du programme décoratif, non à sa réalisation. Elle pose le même problème que précédemment.

Manteau de l’empereur Henri II. Hémisphère gauche.
Bamberg, Musée diocésain

  • 19 Les inscriptions appellent évidemment le commentaire, car il est difficile de les croire originales (...)

30Les autres médaillons du manteau s’identifient facilement, par eux-mêmes ou grâce à l’inscription. On peut les suivre en allant de gauche à droite19.

  • 20 Hygin, L’Astronomie, éd. A. Le Boeuffle, Paris, 1983, p. 57. Cf. la note complémentaire sur cette l (...)

31Pégase est accompagné de la notice eq(us) musi(s) consecratus, (Pégase, cheval consacré aux muses), (n° 14). Plus à gauche et en réalité au-dessous, on identifie le Bélier (n° 15). On lit Aries, minis(t)er frixe et helli. La formule est passablement énigmatique. Elle est à rapprocher d’un texte de Hygin : Aries. Hic existimatur esse qui Phrixum transtulisse et Hellen dictus estper Hellespontum. (C’est, pense-t-on, celui qui, selon la légende, transporta Phrixos et Hellé sur l’Hellespont)20. Le Bélier est donc le serviteur de ces deux personnages. Frixe et Helli sont des mots trop rares pour que leur présence en même temps dans une inscription concernant cette constellation ne soit pas un renvoi à ce texte. Minister par contre n’apparaît pas dans ce passage de l’Astronomie. On comprend qu’il y a une dépendance par rapport à Hygin, mais elle n’est pas forcément directe.

  • 21 Hunc nos Aurigam latine dicimus, nomine Erichthonium, ut Eratosthenes monstrat. Hygin, L’Astronomie (...)
  • 22 Dans la Bible de Vivien, Paris B.N. ms. lat. n° 1, il y a également cette fusion des deux signes du (...)
  • 23 Quam propter diligentiam et aequitatem Justitiam appelatam. Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 68.

32Plus au centre, le Cocher est signalé par son nom : Eri(ch)thonius (n° 16). Hygin qui appelle cette constellation Auriga donne aussi son nom grec, utilisé sur le manteau21. Le médaillon suivant représente un homme marchant sur un scorpion (n° 17). L’astronomie moderne lui a donné le nom grec d’Ophiuchus, le manteau lui conserve une dénomination latine : Serpentarius dicitur Arciepius (Asclepius) medicus, (le médecin Asclepius est appelé Serpentaire). Plus à gauche la Vierge, signalée par l’inscription : Virgo justa que et libra voca(tur), (la Vierge juste qui est appelée Balance), (n° 18). L’inscription et le médaillon fusionnent en une seule représentation deux signes du zodiaque. On devine un personnage tenant dans la main une balance. Ce n’est pas à proprement parler une innovation iconographique puisqu’il y a des précédents22 De ce fait, le nombre des signes du zodiaque se trouve réduit à onze, ce qui, dans un système marqué par la tradition, ne peut passer inaperçu. Cette initiative a probablement une origine lointaine. À propos de la Vierge, Hygin écrit : en raison de son dévouement et de son équité on l’appela Justice23. Si la Vierge est appelée Justice, on entrevoit qu’elle puisse en prendre les attributs : la Balance.

  • 24 Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 61. La notice fait en outre état de l’enlèvement d’Europe et menti (...)

33À proximité du centre du manteau l’Aigle avec la mention : Aquila p(ro)pt(er) velocitate(m) volatus i(n)ter astra positus, (l’Aigle rangé parmi les étoiles à cause de la rapidité de son vol), (n° 19). La Baleine est signalée par un simple mot mare (n° 20). Près du bord extérieur, Persée tenant la tête de la méduse et la formule : caput absidiens (n° 21). Dans ce secteur sont en outre représentées, hors médaillons, deux constellations : le Serpent et le Petit Chien (n° 22 et n° 23). Le Capricorne, à proximité, facilement identifiable, n’est accompagné d’aucun texte (n° 24). Le Taureau appelle un commentaire copieux : Taurum imitatorem Juris legimus inter astra coliocatum, (le Taureau, imitateur de Jupiter dont nous lisons qu’il a été rangé parmi les astres), (n° 25). Le legimus confirme que les inscriptions du manteau dérivent d’une littérature. Dans le cas du Taureau, le chapitre de L’Astronomie s’ouvre par la formule Taurus. Hic dicitur inter astra esse constitutus, qui n’est pas très éloignée de celle de la broderie24.

  • 25 Hygin a propos du cercle arctique écrit : Cepheus autem pectore suo circulum jungit, L’Astronomie, (...)
  • 26 Hygin utilise des termes proches de ceux du manteau : Serpens. Hic vasto corpore ostenditur inter d (...)
  • 27 Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 22. Plus loin, op. cit. p. 31, il donne d’Hercule une description (...)

34Dans la partie centrale du manteau, quelques médaillons de plus grande dimension semblent occuper une place privilégiée immédiatement au-dessous du ciel divin. Les Gémeaux dont la représentation est accompagnée d’une notice : Gemini (Gemini) Castor et Pollux curiale(s) divi, (Castor et Pollux, serviteurs divins), (n° 26). Au-dessous, Céphée qui tient le quatrième cercle arctique, Cepheus quartum ar(c)ticum (t)enet circulum, (n° 27). Dans l’astronomie antique, le ciel était divisé en sept ou en quatre cercles. Hygin cite : l’arctique, l’antarctique et celui que l’on appelle lacté. Céphée tient le quatrième cercle, celui de l’arctique. C’est donc une notation sur la position de cette constellation dans le ciel25. Dans cette même zone est également représenté le Dragon, (n° 28). La notice en fait une description sommaire en décrivant sa situation entre la Grande Ourse et la Petite Ourse : Inter ambas arcturos sinuoso fl(e)ctitur corpore serpens. La broderie et l’inscription laissent entendre que ce médaillon illustre tout une part du ciel circumpolaire. Le vocabulaire utilisé n’est pas sans rapport avec celui d’Hygin26. Au-dessous, Andromède est simplement désignée par son nom (n° 29). Se rattachent à cet ensemble deux représentations de même dimension situées plus à droite. Hercule dont la notice dit qu’il tue le serpent gardant les pommes d’or, Hercules serpentent occidit aurea mala servantem, (n° 30). Cette formule n’est pas sans rapport avec ce que Hygin écrit du Dragon : qui dicitur aurea mala Hesperidum custodisse et ab Hercule interfectus. Cassiopée tout à côté, est signalée par la mention : Casiepia carminum vates, (n° 33)27.

  • 28 Hygin évoque le rôle de Mercure dans la découverte de la Lyre, quod initio a Mercurio facta de test (...)
  • 29 L’Astronomie, op. cit. p. 36.

35En allant vers la partie droite du manteau de l’empereur, on retrouve des constellations représentées par des médaillons comparables en tout à ceux de la partie gauche. On identifie facilement les Poissons dont le nom est indiqué, (n° 31). Lira Mer(curii), désigne la Lyre dont Mercure passe pour l’inventeur, (n° 32)28. Le Cygne provoque un jeu de mot : signu(m) cigni, (n° 36). Le terme habituel est olor. Hygin écrit : Olor. Hunc Cygnum Graeci appellant29. Ce terme n’est pas attesté pour cet usage dans la littérature latine classique. C’est un emprunt significatif. Plus près du bord, le Sagittaire avec une notice assez énigmatique Sagittarius Tauro o(cci)dit Orion manus, (n° 34). En remontant vers le haut et le centre du manteau, le Bouvier avec 1’inscription : Bootes arcturi custos, puisqu’il est gardien des ours, (n° 35).

  • 30 Aquarius. Hunc complures Ganymedem esse dixerunt, L’Astronomie, op. cit. p. 72.

36Au centre et près de la bordure droite, le Cancer avec un appel à la prudence : Astrologus hic sit cautus, (n° 37). Au-dessous le Triangle sous une forme tout à fait inhabituelle, puis le Lion qui n’appelle aucune explication, (n° 38, n° 39). À proximité le Verseau qui est identifié à Ganymède par Hygin, après beaucoup d’autres : Aquarius qui et Ganimedes, (n° 40)30. Le Scorpion dont il est dit : Scorpio du(m) orit(ur) mortalitas ginnitur (genitur), (lorsque le Scorpion apparaît commence la mortalité), (n° 41). On identifie sans peine enfin la Grande Ourse et la Petite Ourse dont les noms sont brodés sur le manteau : Major Arcturus et Minor Arcturus, (n° 42 et n° 43).

Le Dragon et les Ourses.
Détail du manteau de l’empereur Henri II

Le Dragon et les Ourses : détail de la carte du ciel du ms. Clm. 210 fol. 113, Staatsbibliotek, Munich

Le Dragon et les Ourses détail de la carte du ciel.
Ms. 6, fol. 92 v. Burgo de Osma, Archives de la cathédrale

Une tradition

  • 31 Le catalogue de l’exposition Puglia XI secolo cite à tort les Aratea comme source d’inspiration, op (...)

37Les médaillons sont, en règle générale, accompagnés d’une inscription. Après inventaire, il apparaît bien qu’il n’y a aucune uniformité. Dans un cas il n y a que le nom, dans un autre un écho de légendes de la mythologie antique, parfois une remarque astronomique. Ce dernier cas est le plus rare. Aussi l’origine de ces textes est plus à chercher du côté des mythographes que des astronomes, pour autant qu’on les distingue. Il n’y a aucune influence perceptible des Aratea. Plusieurs constellations ne portent pas le même nom dans le poème et sur le manteau, ce qui est décisif. Bref pour connue que soit cette œuvre, elle paraît tout à fait hors de cause31. L’Astronomie de Hygin fournit par contre quelques points de comparaison pour les textes ainsi que pour les représentations. Pour les inscriptions, il y a comme un air de famille, car quelques mots semblent empruntés à des formules plus développées repérables dans ce traité. Au terme de minutieuses comparaisons, il se dégage une impression d’ensemble : celle d’un fil qui va de l’ouvrage de Hygin au manteau de l’empereur. À vrai dire les simples contacts de vocabulaire fonderaient une opinion incertaine si on ne relevait la présence de termes rares comme Phrixos et Hellé ou encore Cignum. À eux seuls, ils tranchent la question. Il ne faut pas pour autant en conclure à une dépendance directe, comme si les commanditaires de la broderie avaient le traité de Hygin sous les yeux. Il y a trop d’inscriptions qui n’ont aucun rapport avec ce texte et trop de mots différents. Il faut imaginer que de résumés en manuels, de manuscrits illustrés en catalogue d’étoiles, certaines formules se sont élaborées à partir de ce texte de l’Antiquité. Il ne fait pas de doute que d’autres intermédiaires sont à chercher sur ce parcours.

38La figuration des étoiles comporte également des formes, des dessins, des illustrations. Il n’y a pas non plus grande originalité en ce domaine. Ce conformisme va de soi. Sans lui, il serait impossible d’identifier les constellations privées de notices. Or il n’en est rien. Les plus lisibles n’exigent aucun effort d’imagination, tant la figuration paraît traditionnelle. Celles qui pourraient en demander ne résistent pas longtemps à 1a recherche, car les termes de comparaison ne manquent pas. Les formes retenues dans le manteau de l’empereur Henri II utilisent un vocabulaire graphique qui se rencontre dans d’autres cartes du ciel. Il faut admettre cependant que le style et 1a matière imposent quelques différences d’aspect.

Carte du ciel du ms. Clm. 210, fol.113, Staatsbibliotek, Munich

Carte du ciel.
Ms. 6, fol. 92 v. Burgo de Osma, Archives de la cathédrale

  • 32 Ms. Clm. 210, Staatsbibliothek, Munich, fol. 113, édité dans D. Bullough, Le siècle de Charlemagne, (...)
  • 33 Cicéron, De rhetorica cum commentariis Macrobii, Burgo de Osma, archives de la cathédrale, n° 6, fo (...)
  • 34 Cologne, Dombibliothek, col. 83, fol. 165 v. La confrontation avec les miniatures du manuscrit des (...)

39En mettant côte à côte le manteau de l’empereur et une carte du ciel carolingienne des évidences s’imposent. Les signes du zodiaque se ressemblent étrangement : les Gémeaux, le Cancer, le Lion, etc. Les noms imposent l’iconographie et le résultat ne surprend pas. La fidélité sur quelques points particuliers mérite une plus longue attention. Ainsi le Dragon est représenté entre 1a Grande Ourse et 1a Petite Ourse sous une forme identique qui ne peut pas tromper puisque dans un cas comme dans l’autre les deux mammifères sont portés par le reptile. De même, le Serpent véhicule un petit animal qui fait une protubérance32. Dans un manuscrit du XIIe siècle, très différent par le style, on relève les mêmes particularités : le Dragon porte les Ourses et le Serpent a des animaux parasites. Il en va de même pour les constellations plus classiques qui répondent à un véritable canon d’illustration. On peut invoquer d’autres exemples33. Telle représentation d’Hercule venant d’un manuscrit carolingien est identique à celle que porte le manteau de l’empereur34.

40La tradition antique est également présente par toutes les fables mythologiques qui inspirent ces représentations. Le Taureau, le Bouvier, Céphée, Cassiopée, Hercule etc. mettent en scène les dieux et les héros de l’Olympe. Le récit et 1a figuration correspondent quelquefois avec une surprenante exactitude. C’est le cas en ce qui concerne la constellation d’Hercule. Hygin explique qu’en affrontant le serpent qui garde le jardin des Hespérides, le héros tenait une massue dans 1a main droite et portait une peau de lion sur le bras gauche. Hercule fléchissait le genou, alors que le reptile dressait la tête. Il est bien évident qu’en dépit de quelques anomalies, la représentation suit exactement le texte. Ce contact littéraire ne prouve pas que les réalisateurs du manteau de 1’empereur ou les miniaturistes de l’époque carolingienne aient eu le texte d’Hygin sous les yeux, mais seulement qu’une figuration inspirée par ce récit est parvenue jusqu’à eux.

  • 35 Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 31.

41Cette parenté dans la figuration entre le manteau de l’empereur Henri II et les cartes du ciel des différents manuscrits ne peut s’expliquer par des contacts directs entre ces différentes œuvres. Il y a trop d’obstacles matériels à de tels rapports. Par contre, toutes ces représentations dérivent de modèles identiques qui, sans cesse recopiés, transmettent, de proche en proche, les mêmes motifs. Il se crée ainsi une tradition à la fois intellectuelle et artistique. Or, la concordance relevée entre la figuration et les textes littéraires incite à reporter dans l’Antiquité les débuts de cette tradition iconographique, à un moment où elle est dans son contexte culturel. La fidélité graphique relevée par la suite ne s’explique que par une imitation très attentive des modèles transmis35. En Europe occidentale, les traités d’Antiquité tardive, ornés de dessins et surtout de miniatures illustrant les diverses constellations, ont été recopiés avec beaucoup de soin et beaucoup de goût à l’époque carolingienne. Le modèle utilisé pour la réalisation du manteau de Henri II date vraisemblablement de cette époque, surtout s’il s’agit d’une broderie exécutée dans la région de Ratisbonne. La reproduction des motifs y est si fidèle que le manteau entretient des rapports de cousinage avec toutes les cartes du ciel des siècles précédents. Il ne peut y avoir de doute sur l’inspiration proche.

42Bref, au terme de ces analyses, il est raisonnable d’affirmer que les médaillons du manteau de l’empereur Henri II copient aussi exactement que possible des modèles anciens connus vraisemblablement par un intermédiaire. Ce travail est aussi exact que possible puisqu’il respecte les détails. Cette figuration dérive des récits mythologiques dont L’Astronomie de Hygin donne un résumé significatif. Les notices qui accompagnent ces médaillons paraissent prendre leur inspiration dans cette œuvre, mais supposent de nombreux intermédiaires.

Une carte du ciel

43Représenter le ciel, c’est disposer les étoiles les unes par rapport aux autres pour les mettre en un ordre qui ait une signification astronomique. De ce point de vue, le manteau de 1’empereur Henri II est à comparer aux miniatures carolingiennes et aux textes susceptibles d’avoir une influence sur cette broderie.

Hercule et le Serpent.
Détail du manteau de l’empereur Henri II

Hercule et le Serpent.
Ms. 83 fol. 165 v. Cologne Dombibliothek

  • 36 Dans le ms. Clm. 210, comme dans l’Harleianus 647, la Vierge et la Balance sont représentées à part (...)
  • 37 Les signes du zodiaque sont aux n° 15, 25, 26, 37, 39, 18, 34, 24, 40, 31. L’ordre est celui des si (...)

44La carte du ciel carolingienne fait apparaître clairement le cercle du zodiaque et ses douze signes36. Dans l’ordre, ces constellations sont : le Bélier, le Taureau, les Gémeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons. Dans le manteau tous les signes se retrouvent à l’exception de la Balance représentée en même temps que la Vierge. Toutefois, si l’on se reporte à la disposition des médaillons, il n’y a pas d’ordre ou peu s’en faut. Sont côte à côte, selon la succession prévue par le zodiaque, le Taureau et les Gémeaux d’une part, le Cancer et le Lion d’autre part, si l’on fait abstraction du Triangle. Tous les autres signes paraissent placés de manière arbitraire. Même si l’on imagine le manteau sur les épaules de l’empereur et formant, sinon une sphère, du moins une surface circulaire sans limite, aucun ordre n’apparaît non plus. Faire correspondre la bordure droite et la bordure gauche n’apporte rien de plus37. Le Bélier est à côté de la Vierge qui est elle-même séparée du Capricorne par Persée. Bref, sur ce point l’enquête est manifestement décevante, car rien ne vient exprimer un souci de respect de l’astronomie.

  • 38 Les étoiles circumpolaires sont représentées dans les médaillons n° 14, 19, 27, 28, 29, 32, 33, 36, (...)

45On peut renouveler l’expérience sur les étoiles circumpolaires : Petite Ourse, Grande Ourse, Dragon, Cassiopée, Pégase, Andromède, le Cygne, la Lyre, l’Aigle, Céphée et le Bouvier. Ces constellations apparaissent toutes au centre de la carte du ciel carolingienne servant de comparaison. Elles se retrouvent toutes sur le manteau de l’empereur Henri II. Si le Dragon, Andromède et Céphée sont à proximité, il n’en va pas de même pour l’Aigle, le Cygne et la Lyre. On peut faire la même remarque sur les autres. Bref, on ne peut retrouver une mise en page qui corresponde à un ordre astronomique38.

46Cette lacune est confirmée par la mise en évidence de deux anomalies de la représentation.

47La constellation du Dragon occupe le centre du dispositif polaire et le médaillon comporte la Grande Ourse et la Petite Ourse, reposant sur le corps du reptile selon une iconographie fournie par la tradition. Une inscription, relevée plus haut, vient corroborer le dessin et nul ne peut ignorer que le Dragon s’insère entre les deux autres constellations. Or, la Grande Ourse et la Petite Ourse sont représentées à part et pour elles-mêmes dans deux médaillons qui se trouvent à droite du manteau, (n° 42 et n° 43). Il y a donc redoublement de la représentation ce qui du point de vue astronomique n’a aucun sens.

48On peut faire exactement la même constatation à propos des deux hémisphères, (n° 12 et n° 13). Ces deux figures circulaires représentent tout le ciel et on y perçoit distinctement le Zodiaque. On y identifie facilement, même si les dessins sont de petite taille, le Sagittaire le Capricorne, le Verseau et les Poissons, (n° 12). Dans le cercle lui-même on reconnaît sans peine Hercule, l’Aigle et le Cygne. Dans l’autre qui est un peu moins lisible, on reconnaît le Serpent. Bref, si ces deux cercles n étaient si petits et si les motifs n’étaient pas si peu nombreux c’est tout le ciel qui apparaîtrait. On pourrait identifier toutes les étoiles une seconde fois. Il s’agit une fois encore d’un redoublement de la représentation, ce qui, astronomiquement, n’a aucun sens.

49Bref, la mise en ordre des étoiles les unes par rapport aux autres apparaît déficiente et la preuve en est fournie deux fois. La représentation elle-même, fidèle dans la reproduction d’une figure, n’a aucun sens astronomique puisque à deux reprises il y a redoublement de 1’illustration. De telles bévues montrent que ceux qui ont disposé ce semis d’étoiles sur cette soie bleu nuit étaient tout à fait dénués de connaissances astronomiques. Ils sont capables de copier des modèles, ils ne savent pas assez ce qu’ils signifient pour éviter des non-sens.

Conclusion

50Œuvre de circonstance et œuvre d’art, le manteau de l’empereur Henri II s’impose à l’attention par la splendeur un peu froide de ce bleu nuit semé d’étoiles et par sa symbolique évocatrice et peu explicite Rechercher la signification de l’œuvre c’était la confronter à son contexte et à ses sources. L’enquête pour complexe qu’elle ait été se révèle positive et riche. Elle conduit surtout à des conclusions nuancées et même subtiles qui, tout en précisant le sens, laissent encore une marge de suggestions et de rêve.

  • 39 La couronne impériale comporte des références à la royauté en Israël cf. P. E. Schramm, op. cit.

51Cadeau plein de sous-entendus politiques, le manteau couvert d’étoiles est destiné à une liturgie de sacre dont le rituel est fixé depuis trois générations. Ce décor céleste a été choisi, en 962, par les clercs de la chapelle impériale pour illustrer la vocation religieuse et christique de l’empereur. Le contexte primordial est celui de la doctrine du rex et sacerdos avec toutefois, en arrière plan, des références plus chaleureuses au salut et au Christ lui-même. La politique tient moins de place peut-être que le sacré. C’est la grandeur du dessein impérial qui est illustrée par cette référence au grand prêtre de l’Ancien Testament, figure d intercesseur plus religieuse que celle de David ou de Salomon39. Les aspects cosmiques de la royauté restent secondaires, à peine suggérés démentis dès que les références bibliques fournissent les explications nécessaires. Les savants de la chapelle impériale brident ainsi une imagination qu’ils ont contribuée à déchaîner, par le choix d’un décor dont ils donnent une explication très restreinte. Le poids propre de la symbolique devait emporter ailleurs les esprits.

Les signes du zodiaque et la Vierge Balance.
Bible de Vivien, Paris, B.N. ms. Lat. n° 1 fol. 8

52La représentation du ciel est à l’évidence une entreprise qui demande réflexion, recherche et choix. Il y a, à l’arrière-plan de cette broderie, des modèles de constellations. Il est manifeste que la reproduction a été aussi fidèle que possible. De ce point de vue la grammaire figurative est traditionnelle. Il ne pouvait d’ailleurs en être autrement. Un manteau de sacre impérial n’est pas une esquisse se prêtant à des expériences et des innovations. L’iconographie est ici sûre et ancienne, émouvante de ponctualité.

53La mise en ordre ou la disposition du ciel appellent des remarques toutes différentes. La capacité de comprendre le monde et une certaine intelligence de l’univers se situent au niveau de la conception, et non à celui des brodeuses et de l’exécution. Il faut convenir que le parti pris pour le manteau de Henri II est astronomiquement incohérent. Un ciel divin cohabite avec une représentation cosmique, ce qui peut avoir un sens idéologique, mais ne peut en avoir aucun au point de vue de la description du monde. La transition que représente la Stella maris inclita, pour sympathique qu’elle soit, révèle l’incompétence. Elle met en évidence que l’auteur de la composition se meut dans un monde littéraire et poétique et non dans celui du savoir. De même, la disposition des constellations sur le manteau et le redoublement de plusieurs représentations sont la preuve d’une certaine ignorance. L’auteur du manteau ne perçoit pas exactement la portée de ce qu’il fait exécuter.

54Le contraste entre l’exactitude de la figuration et l’incapacité à articuler la composition selon une disposition significative conduit à émettre une hypothèse sur les sources de cette carte du ciel. Il est bien évident qu’il y a un modèle et suivi de près. Il s’agit vraisemblablement d’un manuscrit d’époque carolingienne. Il suffit de supposer qu’il comportait non pas une seule et unique carte du ciel, mais un véritable catalogue avec les constellations figurées à part, les étoiles remarquables, ainsi que les deux hémisphères. Le modèle est recopié sans que l’on se préoccupe du sens astronomique exact de toutes ces miniatures ce qui explique les redondances. On sait qu il existe des manuscrits de haut luxe, copiés sur des traités venant de l’Antiquité tardive, qui sont des catalogues. L’ancêtre le plus proche serait parmi ces ouvrages celui où la Vierge et la Balance sont représentées ensemble.

Notes

1 Cf. la description de S. Freiherr von Pölnitz, Die Bamberger Kaisermântel, Weissenhorn, 1973.

2 Ibid, p. 10. Dessins du XVe siècle représentant les manteaux impériaux, ceux de l’impératrice Cunégonde, à vrai dire.

3 Cf. G. Duby, Adolescence de la chrétienté médiévale, Genève, 1967, p. 19.

4 Les lettres manquantes et les mots bouleversés sont restituées entre parenthèse. Usye, c’est l’ousia des philosophes. Ce vocabulaire porte la marque d’une influence grecque, alors que cette inscription est réalisée en Germanie.

5 Les diverses positions prises sur ce point sont sommairement résumées dans Alle sorgenti del romanico, Puglia XI secolo, Bari, 1975, p. 128-130. Il s’agit d’un catalogue d’une exposition de la pinacothèque de Bari, juin-décembre, 1975.

6 Apuliam a Graecis diu possessam Romano Imperio recuperavit et eidern provinciae Ismahelem ducem praefecit, Vita Henrici II imperatoris, MGH. SS. t. IV, p. 805.

7 A. Boeckler, Ars Sacra, Kunst desfrühen Mittelalters, Munich, 1950, p. 93, trouve des rapports avec les scriptoria de Ratisbonne.

8 P. E. Schramm, «Lo Stato post-carolingio e i suoi simboli del potere», Iproblemi communi dell’Europa postcarolingia, Settimane di studio del centro italiano di studi sull alto Medioevo, t. II, Spolète, 1955, p. 149 et sq.

9 Adhémar de Chabannes, Historiarum librii III, ch. 37, MGH. SS. t. IV, p. 133. Adalbert ne fait état que du don d’une couronne d’or ornée de pierreries Vita Henrici II imperatoris, MGH. SS. t. IV, p. 809.

10 P. E. Schramm, «Gli imperatori della casa di Sassonia alla luce della simbolistica dello Stato», Atti della giornata internazionale di studio per il millenario Ravenne 4-5 nov. 1961, Faenza, 1963, p. 15 et sq.

11 Les cornes de la mitre se portaient à gauche et à droite et non sur le front et l’occiput.

12 Lévitique XXIX, 6. Ecclésiastique XLV, 14.

13 In veste.... totius erat orbis terrarum, Livre de la Sagesse XVIII, 24.

14 P. E. Schramm, Sphaira, Globus, Reichapfel, Stuttgart, 1958.

15 Les numéros renvoient au croquis qui permet de localiser et d’identifier les motifs du manteau. Le croquis reproduit celui de S. Freiherr von Pölnitz, Die Bambereer Kaisermäntel, Weissenhorn, 1973, p. 32.

16 Hermann Contractus : Séquence pour l’Assomption, Antiennes de la Vierge, Godchau de Limbourg, In Assumtione.

17 Évangile selon Matthieu XI, II.

18 Apocalypse, I, 29.

19 Les inscriptions appellent évidemment le commentaire, car il est difficile de les croire originales. La comparaison avec les traités astronomiques de l’Antiquité est difficile, car les broderies ne comptent que quelques mots, alors que les œuvres écrites sont copieuses. On ne relève aucun contact littéraire avec les Aratea dans la version de Cicéron et aucun non plus avec les Astronomica de Manilius. Les rapports avec Hygin, L’Astronomie, sont par contre indiscutables, car la présence de mots très rares sur le manteau et dans ce traité ne peut être le fait du hasard. Il reste qu’on n’a pas prouvé pour autant un contact direct, car des manuels, des résumés ou de simples représentations peuvent suffire à véhiculer ces quelques termes.

20 Hygin, L’Astronomie, éd. A. Le Boeuffle, Paris, 1983, p. 57. Cf. la note complémentaire sur cette légende, ibid. p. 167.

21 Hunc nos Aurigam latine dicimus, nomine Erichthonium, ut Eratosthenes monstrat. Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 39. Cicéron ne retient pas cette dénomination dans les Aratea.

22 Dans la Bible de Vivien, Paris B.N. ms. lat. n° 1, il y a également cette fusion des deux signes du zodiaque, dans la lettre D de la miniature qui orne la préfacé de Saint Jérôme au Pentateuque, fol. 8. Une telle rencontre ne peut être accidentelle. Or, il n’y a aucun passage direct d’une œuvre à l’autre.

23 Quam propter diligentiam et aequitatem Justitiam appelatam. Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 68.

24 Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 61. La notice fait en outre état de l’enlèvement d’Europe et mentionne Jupiter.

25 Hygin a propos du cercle arctique écrit : Cepheus autem pectore suo circulum jungit, L’Astronomie, op. cit. p. 123.

26 Hygin utilise des termes proches de ceux du manteau : Serpens. Hic vasto corpore ostenditur inter duas Arctos conlocatus, L’Astronomie, op. cit. p. 22.

27 Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 22. Plus loin, op. cit. p. 31, il donne d’Hercule une description qui correspond exactement à la représentation.

28 Hygin évoque le rôle de Mercure dans la découverte de la Lyre, quod initio a Mercurio facta de testudine, L’Astronomie, op. cit. p. 33.

29 L’Astronomie, op. cit. p. 36.

30 Aquarius. Hunc complures Ganymedem esse dixerunt, L’Astronomie, op. cit. p. 72.

31 Le catalogue de l’exposition Puglia XI secolo cite à tort les Aratea comme source d’inspiration, op. cit., p. 128-130.

32 Ms. Clm. 210, Staatsbibliothek, Munich, fol. 113, édité dans D. Bullough, Le siècle de Charlemagne, Paris, 1967, p. 129.

33 Cicéron, De rhetorica cum commentariis Macrobii, Burgo de Osma, archives de la cathédrale, n° 6, fol. 92 v. La carte céleste signée du moine Geruvignus qui orne un manuscrit des Aratea dans la traduction de Cicéron, Londres British Muséum, Harleianus 647, fol. 21 v. est un remarquable point de comparaison puisqu’elle date du IXe siècle et qu’elle est très proche de celle du manuscrit Clm. 210 de Munich.

34 Cologne, Dombibliothek, col. 83, fol. 165 v. La confrontation avec les miniatures du manuscrit des Aratea, ms. Univer. de Leyde, Voss. lat. Q 79, est instructive : sur fond de figurations proches le graphisme est très différent. Cf. R. Katzenstem et E Savage-Smith, The Leiden Aratea, J. Paul Getty Museum, Malibu, 1988.

35 Hygin, L’Astronomie, op. cit. p. 31.

36 Dans le ms. Clm. 210, comme dans l’Harleianus 647, la Vierge et la Balance sont représentées à part. Dans le ms. de Munich, la Balance est très effacée et ne se distingue pas à l’œil nu.

37 Les signes du zodiaque sont aux n° 15, 25, 26, 37, 39, 18, 34, 24, 40, 31. L’ordre est celui des signes en commençant par le Bélier.

38 Les étoiles circumpolaires sont représentées dans les médaillons n° 14, 19, 27, 28, 29, 32, 33, 36, 42, 43 ?

39 La couronne impériale comporte des références à la royauté en Israël cf. P. E. Schramm, op. cit.

Notes de fin

1 Communication publiée pour la première fois dans l’ouvrage : Le soleil, la lune et les étoiles, Cahiers du CUER MA n° 13, PUP, Aix-en-Provence, 1984. Le texte a été remanié.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Manteau de de l’empereur Henri II.Bamberg, Musée diocésain
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 688k
Légende Manteau de l’empereur Henri II. Hémisphère gauche.Bamberg, Musée diocésain
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Le Dragon et les Ourses.Détail du manteau de l’empereur Henri II
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende Le Dragon et les Ourses : détail de la carte du ciel du ms. Clm. 210 fol. 113, Staatsbibliotek, Munich
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Le Dragon et les Ourses détail de la carte du ciel.Ms. 6, fol. 92 v. Burgo de Osma, Archives de la cathédrale
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Carte du ciel du ms. Clm. 210, fol.113, Staatsbibliotek, Munich
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Carte du ciel.Ms. 6, fol. 92 v. Burgo de Osma, Archives de la cathédrale
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Hercule et le Serpent.Détail du manteau de l’empereur Henri II
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Hercule et le Serpent.Ms. 83 fol. 165 v. Cologne Dombibliothek
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Les signes du zodiaque et la Vierge Balance.Bible de Vivien, Paris, B.N. ms. Lat. n° 1 fol. 8
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7034/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540