Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du monde et des hommes

 | 
Jacques Paul

Pays et peuples dans la correspondance d’Alcuin*

Texte intégral

  • * Communication publiée pour la première fois dans l’ouvrage Peuples du Moyen Âge, problèmes d’identi (...)

1Aller d’Italie dans la vallée du Rhin et de là dans les îles Britanniques comporte un dépaysement certain, plus accentué autrefois qu’aujourd’hui, selon toute vraisemblance. Nombreux sont les pèlerins, les missionnaires ou les simples voyageurs qui ont fait des trajets de cette sorte, dès le VIIe siècle, dans un sens ou dans un autre, ne serait-ce qu’à l’occasion d’une visite à Rome. Or, les différences ! Celles qui s’imposent à la vue, sans qu’il soit nécessaire de faire preuve d’une attention particulière, ne constituent pas un thème de préoccupations chez ceux qui, ayant accompli des déplacements de ce genre, ont écrit sur des sujets très divers. La preuve en est que les remarques, brèves ou allusives, demeurent rares. La carence est évidente et elle concerne les pays aussi bien que les peuples.

2Aussi, n’est-il pas facile d’aborder une étude sur la perception des différences. Les indications élémentaires qui pourraient nourrir une réflexion sur ce sujet font le plus souvent défaut. Si, à force de ténacité, une telle étude apportait quelques conclusions significatives, ce qui est très souhaitable, il ne faudrait pas oublier la pauvreté générale des sources écrites sur de tels sujets. Car l’accumulation de détails ne suffit pas à donner le change. Il ne faut pas confondre un thème général, illustré avec abondance dans de nombreux textes, et quelques indications qui viennent en sourdine infléchir la perception commune.

3À vrai dire, la question la plus intéressante se formulerait de façon négative : pourquoi les hommes du Moyen Âge, plus soumis à l’ordre naturel du monde que ceux du XXe siècle, font-ils dans leurs écrits si peu de place aux particularités géographiques et ethniques ? Répondre à un problème formulé de cette manière n’est pas, peut-être, de la compétence de l’historien. Il peut bien sûr constater une lacune et même une absence qui n’est pas simplement accidentelle. Il n’est plus dans son rôle s’il s’aventure à interpréter ce silence. Certes de bonnes raisons peuvent être avancées, mais elles relèvent de disciplines différentes. Il n’est pas sans intérêt d’interpréter, à condition de bien mesurer le risque et de ne pas tout attendre de la rhétorique ou de la philosophie.

  • 1 E. Sereni, Storia del paesaggio agrario italiano, Bari, 1961.
  • 2 Le premier paysage réaliste de l’histoire de la peinture occidentale est La pêche miraculeuse de C (...)

4L’absence de références concrètes aux paysages a été relevée depuis longtemps dans les textes médiévaux. La littérature, sur ce point, ne diffère pas sensiblement de la peinture1. Les formules stéréotypées d’une part, les représentations symboliques servant de signes pour définir les lieux d’autre part, suffisent à donner les indications nécessaires à la compréhension du cadre d’une action. L’identification par des traits précis et exacts, ayant rapport avec la réalité, ne parait pas avoir été une véritable préoccupation2.

  • 3 Cf. les chapitres concernant le paysage virgilien dans E. R. Curtius, La littérature européenne et (...)
  • 4 Isidore de Séville, Étymologies, Livre IX, Les langues et les groupes sociaux, éd.M. Reydellet, Pa (...)

5Il est difficile de ne pas voir dans ce que l’on peut appeler une lacune, un legs de l’Antiquité. Le paysage virgilien est devenu une vision idéale, somme des éléments qui composent le cadre naturel des bords de la Méditerranée, sans retenir pour autant le moindre trait particulier. Ce formalisme éveille éventuellement la sensibilité, mais n’offre aucun contenu concret de connaissances3. Cette tradition, les clercs du Moyen Âge la connaissent bien et en usent abondamment dans leurs œuvres poétiques. Elle n’est, par contre, d’aucun secours dès qu’il s’agit de comprendre ou d’analyser. Bref, la lacune constatée peut s’interpréter ainsi : il y a un envahissement de la littérature par la formule virgilienne et en contrepartie une absence de tout autre modèle pour une approche plus concrète. L’appréhension des pays et des peuples est donc difficile, car le seul schéma rhétorique connu est impropre et inopérant. Les références utiles, il est vrai, se trouvent chez les historiens : César et Tacite par exemple, dans les œuvres géographiques grecques traduites en latin et dans les ouvrages encyclopédiques où les mots et les choses se côtoient, offrant ainsi une facilité supplémentaire. Isidore de Séville fait la somme de tout ce que les clercs du Moyen Âge peuvent désirer connaître sur ces sujets. C’est un relais évident entre l’Antiquité et le Moyen Âge sur les noms de lieux et les caractéristiques des peuples4.

6Arrivé à ce point, il parait possible dans une recherche sur les pays et les peuples, d’éviter la tyrannie du paysage virgilien, au prix d’une absence de description et donc d’une certaine pauvreté. Par contre, il est bien évident que les clercs dépendent étroitement de l’érudition de l’Antiquité. Comment d’ailleurs ignorer le fait quand les noms de montagnes, de fleuves et de pays sont les mêmes !

7Vérifier la qualité de l’érudition d’un savant du Moyen Âge est un travail tout à fait intéressant. Toutefois ce n’est pas celui qui est poursuivi ici. Ce qui importe, c’est la perception des pays et des peuples, étant entendu qu’elle ne peut se passer du vocabulaire emprunté à un monde intellectuel antérieur.

8On peut donc préciser la problématique. Sur la base de termes dont l’origine et le caractère sont à étudier, les clercs du Moyen Âge parviennent à s’exprimer avec plus ou moins d’exactitude et de pertinence. Or les réalités ne sont plus celles de l’Antiquité, pour les peuples au moins. L’hiatus est certain. Il peut très bien être camouflé par l’érudition ou l’approximation. Il peut aussi être très apparent. Cette plus ou moins grande adéquation entre la tradition intellectuelle et les réalités est un des points importants de cette recherche. Il faut en plus se demander si derrière cette manière de dire et d’écrire, il y a des façons de penser, de percevoir ou de voir tout court. Car, en ce domaine encore, l’incertitude est grande. Les réalités peuvent s’imposer, à moins que l’érudition n’infléchisse la perception. Bref, c’est la qualité de la vision du monde qui mérite de retenir l’attention de l’historien, mais on ne l’atteint qu’à travers des formes d’expression qui ont leur poids de tradition.

9Le choix de la Correspondance d’Alcuin pour conduire une telle enquête n’est pas le fait du hasard. Il faut une œuvre assez vaste, car les indications utiles ne sont pas très nombreuses et pour avoir une signification les mentions doivent être en nombre suffisant. Il est nécessaire de s’en tenir à un seul auteur pour éliminer toutes les particularités qui tiendraient au style. Une telle recherche ne peut se faire sur une œuvre théorique, traitant de problèmes généraux et sans rapport avec la vie du monde.

10Les lettres d’Alcuin sont des missives adressées à des destinataires réels quel que soit le sujet abordé. Dans ce cas, l’auteur a l’obligation de se faire comprendre de son correspondant. Dès lors, les formes de l’expression, aussi soignée que soit la rhétorique, doivent être usuelles jusqu’à un certain point au moins. À l’intérieur du cercle assez restreint d’intellectuels capables de lire le latin ou de se le faire traduire, les propos doivent être choisis mais normaux. On peut même estimer que les formules les plus laconiques qui traduisent mal les différences, sont suffisantes pour les interlocuteurs de l’époque de Charlemagne.

11Alcuin a aussi le mérite d’être un anglo-saxon installé en pays franc. Il a gardé des relations avec son pays d’origine et il est probablement mieux au fait que quiconque de toutes les différences qui peuvent singulariser les uns et les autres en cette fin du VIIIe siècle. C’est sur ces connaissances réelles des royaumes et des princes qu’il convient de l’interroger, car il n’est pas question de vérifier 1 exactitude de ses références érudites à Isidore de Séville et à Bède. Il ne s’agit pas de faire la somme de ce que Alcuin connaît, mais de savoir ce qu’il écrit dans des lettres réelles sur des sujets dont il a une certaine expérience.

  • 5 La correspondance d’Alcuin est citée d’après l’édition de Ph. Jaffé, Monumenta Alcuiniana, Bibliot (...)

12La correspondance d’Alcuin, qui est écrite de 783 à sa mort, est adressée à des correspondants que les historiens ont assez facilement identifiés. Il s’agit presque toujours de membres de la haute aristocratie. Alcuin écrit à l’Empereur, à sa sœur l’abbesse de Chelles, à sa fille Rothrude, aux divers familiers comme Angilbert. Il est en rapport épistolaire avec les archevêques et les évêques comme Ricbod, Riculf, Paulin d’Aquilée et surtout avec Arn. Il a gardé des correspondants dans les Îles Britanniques, rois, princes et évêques. On trouve encore des lettres à des abbés comme Benoît d’Aniane ou à divers disciples5. Ce milieu est à vrai dire assez étroit. Il a accès au latin directement le plus souvent ou par intermédiaire lorsqu’il s’agit de grands laïcs. Ces divers personnages qui ne vivent pas tous dans l’Empire ont en fait la même culture puisque celle du continent s’est largement inspirée de celle des Îles. Seul Elipand de Tolède représente un monde quelque peu différent. Ils sont tous enfin assez haut placés pour avoir une connaissance exacte des grands problèmes religieux et politiques. Ce dernier fait semble exclure les discours didactiques, ce qui est un bien, mais peut aussi limiter le propos à de simples allusions. Tout n’est pas forcément à écrire entre grands personnages qui se connaissent très bien.

13La correspondance d’Alcuin n’est pas d’abord une œuvre politique. Les événements y apparaissent, selon la qualité de l’interlocuteur et les circonstances. Les récits sont rares. Le ton général de la réflexion est moralisateur. Certaines lettres ne contiennent aucune référence à des faits précis. Elles exhortent tel ou tel disciple à une vie plus religieuse ou à un comportement plus chrétien. Il n’y a bien sûr rien à tirer pour le présent propos de généralités sur la sobriété ou sur l’amour de Dieu. Par contre certaines missives aux rois et aux princes traitent de problèmes politiques concrets : meurtres, guerres civiles, successions qui se déroulent dans des conditions où le cadre géographique et ethnique se trouve évoqué plus ou moins complètement. Ces lettres ne sont pas très nombreuses mais véhiculent une bonne partie de la matière. Les lettres d’amitié comme celles adressées à Arn ont pour principal intérêt de fixer le vocabulaire d’usage courant pour parler des lieux et des hommes.

Les régions et les peuples

14Les noms propres utilises par Alcuin pour désigner les diverses parties du monde connu sont assez nombreux ce qui témoigne d’une bonne connaissance du vocabulaire. Il a ainsi à sa disposition les moyens lexicaux de définir les espaces, quelles que soient les dimensions géographiques ou la situation politique.

  • 6 Epist. 14, p. 166. Sed heu pro dolor, quod idem maledicti Saraceni, qui et Aggareni, tota dominant (...)
  • 7 Ibidem: Miserante Deo, sancta ejus Ecclesia in partibus Europe pacem habet profïcit et crescit.

15Pour les continents, Alcuin connaît l’Africa, l’Asia Major et l’Europe6. L’emploi de ces trois termes est de toute rareté. Ils ne sont utilisés, en même temps, que dans une seule et même lettre adressée à un maître anglais et qui est une réflexion générale sur la situation du monde et de l’Église. L’abbé de Saint-Martin de Tours y déplore que les Sarrasins occupent toute l’Afrique et la plus grande partie de l’Asie Majeure. À la page précédente, dans la même lettre, il avait souligné que dans les régions de l’Europe, l’Église jouissait de la paix et se développait7.

  • 8 Salluste, De bello jugurthino, XVIII, 1: Africa initio habuere Gaetuli et Libyes.
  • 9 Isidore de Séville, Étymologies, Livre IX, 2,119.
  • 10 Une comparaison avec les mappemondes des manuscrits du Beatus n’est pas sans intérêt. Dans le Ms. (...)

16Ce vocabulaire vient manifestement de l’Antiquité. Il reste à savoir s’il est utilisé judicieusement, compte tenu qu’il s’agit d’espaces immenses dont Alcuin n’a pas l’expérience. Africa c’est d’abord la province romaine du même nom, c’est-à-dire la Tunisie d’aujourd’hui ou encore, et par extension, l’Africa nova qui englobe le littoral jusqu’à la Cyrénaïque. Dans le vocabulaire latin classique la partie ouest du continent est désignée sous le nom de Maurétanie. Or Alcuin écrit Africa tota, ce qui suppose une inflexion de sens. On comprend sans peine, compte tenu de l’expansion arabe, qu’il désigne ainsi toute l’Afrique du Nord. Cet emploi n’est pas sans précédent. Le terme Africa est pris dans un sens plus large par Salluste qui explique qu’elle a d’abord été la possession des Gétules puis des Libyens8. Isidore de Séville cite presque exactement ce texte9. Bref, la formule d’Alcuin rompt avec le vocabulaire administratif, pour adopter celui de l’histoire et de l’origine des peuples. L’adjectif tota qui vient compléter sa pensée, explique que tout l’espace où se sont installés les peuples nommés par ces auteurs est aujourd’hui entre les mains des Sarrasins. Les faits étant relativement récents, l’opinion est plus précise qu’il n’y paraissait10.

17Asia Major est connue des auteurs latins par opposition à Asia Minor qui désigne chez eux la province d’Asie. Par cette formule Alcuin désigne la partie de l’Asie qui est sous la domination des musulmans. Or, à cette date, l’ancienne province d’Asie et ce que l’on appelle aujourd’hui encore l’Asie Mineure sont sous domination byzantine et ne peuvent être attribuées aux Sarrasins. Asia Major, permet une certaine répartition géographique, approximative il est vrai. L’adaptation du vocabulaire aux réalités est néanmoins assez surprenante. La précision toutefois n’est pas bien grande. Il semble suffisant d’éviter une erreur manifeste. À vrai dire quelle image de ces contrées lointaines Alcuin peut-il bien avoir ?

18Dans cette même lettre au maître anglais Colcu, Alcuin parle du développement de l’Église dans les diverses régions de l’Europe. Dans le paragraphe qui suit, il explique cette affirmation et fait état de la conversion des Frisons et des Saxons, des campagnes de Charlemagne contre les Slaves et de combats contre les Grecs, les Avars et d’une reconquête dans la région côtière de l’Espagne. Bref, il s’agit là de ce que l’on appelle autrement la Dilatatio Regni. Pourquoi dès lors parler des partes Europae ? L’emploi du vocabulaire géographique là ou une expression plus politique comme Regnum Francorum aurait pu faire l’affaire est à relever. L’explication demeure de l’ordre de l’hypothèse. La plus simple est d’y voir une manière de s’adapter à un correspondant anglais, maître de surcroît, à qui cette désignation est plus familière.

  • 11 Epist. 24, p. 191: Tota pene Europa Gothorum vel Hunorum gladiis evacuata et flammis.

19On rencontre un deuxième emploi d’Europe dans une lettre à Higbald, évêque de Lindisfarne, où Alcuin parle des grandes invasions. Les Goths et les Huns ont dévasté l’Europe entière par le fer et le feu11. Dans ce cas le terme paraît d’autant plus approprié qu’on ne voit pas à quel autre il pourrait faire appel pour décrire une situation ancienne sur une aussi longue durée.

20Le vocabulaire désignant les très vastes étendues n’est pas inconnu d Alcuin et il est compris de ses correspondants. Il est d’un usage rare. Qu’il s’agisse de 1 Afrique, de l’Asie ou de l’Europe, il est employé lorsqu’il s’agit de présenter une situation globale, fruit d’une histoire. La géographie dispense des détails, ainsi que de trop abondants récits. Dans tous ces cas Alcuin fait preuve d’une véritable sagacité, car il sait ployer un vocabulaire antique à une analyse contemporaine. L’approximation qui en découle est le fait le plus remarquable.

21Alcuin connaît et emploie également les termes qui permettent de définir les grandes régions géographiques de l’Europe tels que Italia, Britannia, Hispania, Germania, Gallia. Il s’agit d’un vocabulaire emprunté à l’Antiquité et dont la pertinence pour traiter des affaires de la fin du VIIIe siècle n’est pas entièrement assurée. L’usage de chacun de ces noms de pays doit être considéré à part, car la discordance entre les réalités politiques et l’expression géographique traditionnelle est plus ou moins grande.

  • 12 26 mentions de Britannia, plus Britanicae partes.
  • 13 Epist. 217, p. 715. C’est une lettre adressée aux moines irlandais. C’est une exhortation morale, (...)
  • 14 Epist. 276, p. 847: Luceat lux vestra in medio nationis perbarbarae.
  • 15 Epist. 58, p. 290.

22Britannia revient sans cesse sous la plume d’Alcuin, ce qui n’a rien de surprenant puisqu’il est resté très attaché à sa patrie et à ses habitants. Les événements qui affectent les divers royaumes et l’Église sont une source d’inquiétude et de préoccupations graves. Certaines années il écrit beaucoup aux rois, aux évêques et aux moines12. Il y a de 1’attachement pour les siens dans l’intérêt qu’il porte à tout ce qui concerne la Bretagne. Par contre il ne s’occupe guère des pays voisins. L’Hibernia est mentionnée dans une lettre où il est question du temps où les maîtres allaient d’Irlande en Gaule, en Angleterre et en Italie13. Ses sentiments apparaissent clairement dans une autre circonstance ! Alcuin écrit aux moines de Mayo, une abbaye anglo-saxonne fondée autrefois par l’évêque de Lindisfarne, dans le nord-ouest de l’Irlande et les engage à faire briller leur lumière au milieu d’une nation très barbare14. Le propos n’est pas particulièrement charitable ! Scotia qui semble désigner 1’Écosse d’aujourd’hui est utilisé une fois dans un sens strictement géographique15.

  • 16 Epist. 74, p. 338: Tempora periculosa sunt in Brittania et mors regum miseriae signum est.

23Britannia est une dénomination qui vient de l’Antiquité et qui désignait alors une province au sens administratif du terme et un espace géographique. À la fin du VIIIe siècle ce pays est divisé en plusieurs royaumes et il n’y a plus de réalité politique correspondant à, ce vocabulaire. Or l’usage qui en est fait suggère que le mot n’a pas qu’un sens géographique. Ainsi Alcuin écrit à Eanbald II, archevêque de York, que les temps sont pleins de dangers en Bretagne et que la mort des rois est signe de calamités16. Certes, Ethelred, roi de Northumbrie, a été assassiné et Offa roi de Mercie vient de décéder, cette même année 796. Le retentissement des événements est à l’échelle de la Bretagne entière qui n’a pourtant pas d’unité politique, comme si un cadre implicite demeurait, au-dessus des royaumes.

  • 17 Epist. 22, p. 181: Numquam talis terror prius apparuit in Brittania velut modo a pagano gente perp (...)
  • 18 Ibidem: Locus cunctis in Brittania venerabilior. Ibidem p. 183: In qua tanta luminaria totus Britt (...)
  • 19 Epist. 28, p. 202: Cogita quales haberes antecessores: doctores et lumina totius Brittaniae.

24Le sac de Lindisfarne, en juin 793, confirme cette dimension imprescriptible de l’idée. Jamais une telle terreur n’est apparue jusqu’ici en Bretagne où nous sommes opprimés par les païens17. La même lettre explique que le siège épiscopal de saint Cuthbert était le plus vénérable de toute la Bretagne et que dans cette église reposaient les corps d’un grand nombre de saints qui avaient été des lumières de toute la Bretagne18. Le thème revient sans cesse. Il n’est pas simplement attaché à Lindisfarne. Alcuin emploie le même vocabulaire et le même cadre de références pour parler des prédécesseurs de l’archevêque de Canterbury19.

  • 20 Epist. 28, p. 206 : La lettre est adressée à Ethelhard, archevêque de Canterbury. Patres itaque no (...)
  • 21 Epist. 61, p. 297 : La lettre est adressée aux évêques de toute la Bretagne. Adtendite diligenter (...)

25Il faut donc comprendre que l’idée d’unité de la Bretagne demeure comme un fait d’histoire ancienne, encore présent par ses suites. Les corps des saints qui ont illustré Lindisfarne et qui sont gages de bénédictions, y sont demeurés jusqu’au saccage de l’église par les païens. L’archevêque de Canterbury est le successeur d’une lignée de docteurs et il a pour mission d’en prolonger l’enseignement. Les vertus d’autrefois doivent revivre en lui. Bref il y a un passé qui se prolonge, spirituellement souvent et quelquefois de façon plus concrète. C’est la continuité d’une action historique qui assure l’unité de la Bretagne beaucoup plus que la simple géographie. L’Église elle-même n’en rend pas compte puisqu’il y a deux archevêques et deux provinces ecclésiastiques. D’ailleurs, cette perception de l’unité de la Bretagne chez Alcuin ne date pas de la christianisation. Elle est antérieure comme le montrent de nombreux passages de sa correspondance. Nos pères, avec la grâce de Dieu, bien que païens, ont possédé cette patrie par la force de leurs armes. Quel opprobre ce serait si nous chrétiens nous perdions ce qu’eux païens ont gagné20. La même idée s’exprime en prenant en considération les générations qui viennent. Soyez très attentifs à ce que la patrie que nos parents ont reçue par un don de Dieu, soit donnée, par bénédiction céleste, à nos petits-enfants21.

26C’est en fait une véritable philosophie de l’enracinement d’un peuple dans un pays qui est à la base de ces affirmations. La transmission se fait de génération à génération, par hérédité, et la conversion au christianisme n’a pas de sens particulier dans cette histoire. Même si la province romaine de Bretagne a disparu, même si son territoire est divisé en plusieurs royaumes, le peuple qui y demeure à titre permanent comme dans sa patrie assure l’unité. L’enracinement traditionnel est plus fondamental que les péripéties politiques. Les royaumes peuvent passer. La Britannia demeure un cadre, celui dans lequel vit un peuple qui a un droit sur le pays. La géographie est largement débordée.

  • 22 On rencontre gens Anglorum ou Anglorum tout simplement lorsque la phrase le permet. Epist. 10, p. (...)
  • 23 Epist. 28, p. 206: Legitur vero in Libro Gildi Brettonum sapientissimi quod idem ipsi Brettones pr (...)

27Or, au moment où Alcuin écrit, au terme Britannia ne correspond aucun nom de population qui pourrait être mis en comparaison. Dans la correspondance il est question de la gens Anglorum22, Bref, il ne fait aucun doute que les habitants de la Bretagne sont des Anglais. Le vocable de Breton est employé deux fois par Alcuin dans des passages tout à fait caractéristiques. Dans une lettre, il cite de manière expresse Gildas dont il dit qu’il est le plus savant des Bretons et retient de cet auteur que ses compatriotes ont perdu leur patrie à force de vices23. Dans une deuxième lettre, il tient les mêmes propos avec moins de détails. Il use de cet exemple pour exhorter les évêques à contraindre les rois et le peuple à plus de moralité. Le châtiment que le sac de Lindisfarne fait entrevoir est la perte de la patrie, menace qui est explicitement évoquée dans les lettres des années 793-796.

28Britannia, sous la plume d’Alcuin, désigne la Bretagne, c’est-à-dire la Grande-Bretagne d’aujourd’hui et correspond à l’ancienne province romaine dont le nom s’est conservé. Le sens n’est pas simplement géographique, car, en dépit de la multiplicité des royaumes, il y a un peuple, la gens Anglorum, dont c’est la patrie. Les divisions politiques ou ecclésiastiques n’altèrent pas cette unité fondamentale. Les Anglais ont fait la conquête de ce territoire alors qu’ils étaient encore païens et les Bretons l’ont perdu, par la volonté de Dieu à cause de leurs vices. C’est ainsi que Alcuin résume l’histoire des siens et explique leur installation dans un pays qui leur appartient. Les réalités contemporaines découlent de la période des grandes invasions et le vocabulaire de l’Antiquité permet encore de les désigner. La discordance entre le nom du peuple et celui de la terre est parfaitement assimilée. L’usage est ici un fait acquis qui n’a besoin qu’exceptionnellement d’une justification par 1 histoire.

29Britannia n’est pas un vocable unique en son genre. Italia, Gallia et même Germania et Hispania posent exactement le même problème. Ces noms venus de l’Antiquité ne peuvent être utilisés comme autrefois tant le monde a connu de changements. Il n’en demeure pas moins qu’ils sont toujours en usage, c’est-à-dire qu’ils sont toujours compris et que ce qu’ils désignent est suffisamment identifié. Alcuin toutefois n’a pas avec ces différentes régions du monde les mêmes rapports qu’avec les îles Britanniques. Les habitants lui sont moins proches et il n’a pas à leur égard le même engagement sentimental qu’envers les siens.

  • 24 Huit emplois, un peu plus du quart des mentions de Britannia.
  • 25 Epist. 112, p. 457.

30L’Italie est certes connue. Comment pourrait-il en être autrement. Les mentions sont toutefois assez rares24. Il y a un royaume qui porte ce nom où Pépin, fils de Charles et correspondant d’Alcuin, exerce le pouvoir. Il n’en est jamais question. Pavie est citée une fois, à l’occasion d’un bref récit où Alcuin fait état d’une dispute où s’est illustré le maître de grammaire que Charlemagne a fait venir au palais. C’est un souvenir de jeunesse bien localisé, rien de plus25. La Lombardie est également ignorée. Ce constat n’a rien d’alarmant. Il n’y a pas d’affaire concernant cette région qui ait retenu l’attention d’Alcuin.

  • 26 Epist. 189, p. 665.
  • 27 Epist. 4, p. 148, Epist. 14, p. 166.
  • 28 Epist. 289, p. 872.
  • 29 Epist. 156, p. 584, Epist. 165, p. 605.

31Italia n’a, semble-t-il, qu’un sens géographique. Dans une lettre à Arn, il parle du retour de l’archevêque et de sa suite, de Italia revertentibus26. D’autres exemples confirment cette lecture. Dans une lettre où il se plaint de rester seul, Alcuin énumère les régions dans lesquelles ses disciples se sont rendus. Damoétes est en Saxe, Homère en Italie, Candide en Bretagne. Ailleurs il explique que les Grecs sont venus en Italie avec une flotte27. Il en va de même dans tous les autres cas. Un seul mérite un peu plus d’attention. Dans une lettre d’un ton très familier, pleine de conseils moraux élémentaires, Alcuin est amené à donner son sentiment sur l’Italie où se trouve un de ses disciples. Italia infirma est patria et escas generat noxias. Il s’ensuit des recommandations sur le bon usage des mets et des boissons28. Force est de traduire L’Italie est un pays malsain qui produit des nourritures nuisibles. Il s’agit de considérations géographiques et alimentaires. Il resterait toutefois à savoir si, à cette occasion, patria a perdu son sens de mère patrie au profit d’une signification plus générale et plus vague. Si la connotation originelle demeurait, il faudrait en conclure que l’Italie a la capacité d’être une patrie. Ce n’est certes pas celle d’Alcuin, mais d’autres peuvent la revendiquer. Il reste qu’il n’y a pas non plus de peuple pour prétendre que ce territoire est le sien. Du moins Alcuin n’en fait pas mention. À vrai dire la possibilité existe, vaguement, à un niveau plus modeste. Dans les deux lettres où il est question de l’expédition conduite en Italie du sud, Alcuin écrit Beneventana patria. Il s’agit du pays au sens géographique du terme, mais rien n’exclut la présence d’un peuple29.

32L’Italie est un territoire où l’on va et d’où l’on revient. Le sens géographique ne soulève aucune difficulté, même si on ne peut en fixer exactement les limites. Alcuin en parle d’ailleurs avec méfiance, qu’il s’agisse de l’air pestilentiel ou de la nourriture. En dehors des Romains, les habitants n’ont droit à aucune mention. Bref, c’est un pays réel, topographiquement identifiable.

  • 30 Epist. 217, p. 715: Igitur antiquo tempore doctissimi solebant magistri de Hibernia Brittaniam, Ga (...)

33On ne peut en dire autant de la Gaule. Gallia n’est employé que deux fois et dans un contexte qui en limite singulièrement la portée. Il en est question dans cette lettre aux moines d’Irlande dans laquelle Alcuin explique qu’autrefois les maîtres les plus savants avaient quitté cette île pour aller en Bretagne, en Gaule et en Italie. Il situe certainement les faits très loin dans le temps, puisqu’il use de l’expression antiquo tempore qui renvoie habituellement plus à l’époque romaine qu’à celle de Colomban. Gallia est dans ce contexte parfaitement en situation, car c’est le nom que portait alors un territoire qui est aujourd’hui le royaume des Francs30.

  • 31 Epist. 238, p. 755: Non immerito sanctum Christi confessorem omnis Gallia attolebat.
  • 32 M. Lugge, Gallia und Francia im Mittelalter, Bonn, 1960, p. 20 et sq.

34L’autre emploi se rencontre dans une lettre à Charlemagne au sujet de la vie de saint Riquier. Alcuin écrit qu’il a eu connaissance, dans l’abbaye du même nom, d’un récit plus long comportant un plus grand nombre de miracles. Il ajoute : c’est à bon droit que toute la Gaule a tenu pour saint ce confesseur du Christ31. Omnis Gallia ne peut pas être une désignation de la Neustrie ou d’une province proche par simple opposition au pays des Francs, comme on peut le trouver dans des textes datant de l’époque mérovingienne et quelquefois plus tardifs32. C’est une formule qui renvoie au passé, au temps où le nom en usage était réellement la Gaule.

35Gallia correspond à un univers géographique ancien qui n’a plus cours. Alcuin le sait et ne s’y trompe pas. Il en use avec exactitude quand il s’agit d’affaires qui renvoient aux anciens. Gallia décrit une situation archaïque, c’est un mot d’archéologue. Bref, l’utilisation de ce terme n’est pas comparable à celle faite pour les autres provinces.

  • 33 Epist. 119 p. 487: Dulcibus Germaniae sedibus.

36Germania ne se rencontre qu’une seule fois dans la correspondance d’Alcuin, dans la lettre à Charlemagne où il s’excuse de ne point l’accompagner en Italie pendant le voyage de l’an 800. Il évoque les querelles romaines qui forcent le souverain à quitter les doux séjours de Germanie33. Il s’agit bien sûr des résidences et palais du roi franc dans cette région. Les agréments de ces lieux, qu’ils soient réels ou rhétoriques, sont en contraste saisissant avec les turbulences de la Ville éternelle. Il est bien évident que Germanie a dans ce cas un sens strictement géographique.

  • 34 M. Lugge, Gallia und Francia im Mittelalter, Bonn, 1960, p. 37 et sq.

37La rareté de cet emploi alors qu’il s’agit de lieux proches, sinon familiers, ne va pas sans poser des questions auxquelles on ne peut répondre que par des hypothèses. La Germanie n’a pas d’existence politique et elle est plus ou moins entièrement absorbée par le royaume franc34. Elle n’a de réalité que géographique, au sens topographique du terme, puisqu’on ne trouve pas de peuple qui puisse en représenter la substance. Il s’agit alors d’un cadre démesuré, bien trop vaste s’il s’agit de parler des lieux et des gens. Alcuin qui connaît le pays est susceptible d’employer un vocabulaire qui cerne mieux les contours des abbayes, des évêchés, des palais et des comtés. Le terme ne vient pas sous sa plume parce qu’il n’est ni assez précis ni assez évocateur.

  • 35 Epist. 14, p. 167, Epist. 93, p. 387, Epist. 115, p. 477, Epist. 140, p. 540, Epist. 217, p. 715. (...)
  • 36 Epist. 14, p. 167: Multam partem Hispaniae tulerunt a Saracenis. Il s’agit de l’expédition de Char (...)
  • 37 Epist. 115, p. 477. Plusieurs emplois à la suite.
  • 38 Epist. 101, p. 428.

38Hispania, par contre, revient plus souvent, à vrai dire principalement dans les lettres qui concernent la querelle de l’adoptianisme35. Il s’agit une fois encore d’un terme emprunté à l’Antiquité et auquel ne correspond plus d’entité politique. Ce pourrait être une simple aire géographique désignée de loin et en gros. Un certain nombre d’exemples viennent à l’appui de cette lecture. Il y est question, sans autre précision, des partibus Hispaniae, ce qui n’a pas d’autre prétention que de désigner de manière vague telle ou telle région36. Par contre la controverse théologique permet d’évoquer Isidore de Séville, lumière de l’Espagne, les grands docteurs de ce même pays et les autres traditions37. La référence est alors historique. Dans ces derniers cas, comparaison serait à faire avec l’usage de Britannia. Les différences sont évidentes. Il n’y a pas d’Espagnols et les Goths sont installés en Septimanie. Il n’y a pas de peuple assurant l’unité et la continuité. Hispania ne désigne pas une patrie. Ce n’est pas non plus un terme passé de mode et proprement archéologique comme Gallia. L’Espagne est bien une aire géographique qui est désignée par Hispania et il ne semble pas qu’il y ait un autre vocabulaire. C’est si vrai qu’une des formes prise par ce mot, Spania, laisse supposer un usage courant entraînant cette déformation38.

  • 39 Epist. 93, p. 385, Epist. 140, p. 538, Epist. 141, p. 542.
  • 40 Epist. 94, p. 394: Nunc iterum antiquus serpens de dumis hispanici ruris et de spetuncis...
  • 41 Epist. 101, p. 428: Adhuc se tota Spania erravit in adoptione.

39On relève enfin, dans la correspondance d’Alcuin, l’emploi d’un adjectif, hispanicus, qui vient le plus souvent qualifier les croyances adoptianistes qui deviennent ainsi les hispanici errores39. L’hérésie étant toujours la même et œuvres de Satan, Alcuin voit l’antique serpent surgir des grottes et des champs broussailleux espagnols40. Toutes ces formules sont lourdement chargées de rhétorique. Transformer les erreurs d’Elipand de Tolède et de Félix d’Urgel en erreurs espagnoles, c’est aller vite en besogne. L’Espagne n’y est pour rien, sinon occasionnellement. Alcuin toutefois estime que toute l’Espagne erre dans l’adoptianisme41. Point de vue contestable à l’évidence. L’image du serpent sorti des grottes dit une fois de plus que l’hérésie se dissimule et qu’elle hait la lumière autant que la vérité. Les champs broussailleux sont ceux qui ne donnent pas de bons fruits et l’adoptianisme est à ranger parmi les productions de ces maigres contrées.

40Cette rhétorique qui généralise et transporte l’erreur humaine sur un terroir a quelques conséquences claires. Le mal n’est pas dans le pays des Francs, il est ailleurs. Il vient d’une région vouée au démon et à l’erreur. Il n’y a là que des généralisations tout à fait sommaires. On imagine mal Alcuin user de pareils procédés à l’égard des siens ! Il apparaît aussi que cette rhétorique assez inhabituelle sous sa plume trahit l’ignorance. Il ne sait pas grand chose de l’Espagne, en juge à travers les œuvres théologiques et adopte le ton de la polémique anti-hérétique.

41Pour revenir une dernière fois sur ce vocabulaire désignant les grandes régions géographiques et les anciennes provinces romaines, Alcuin, il faut le souligner, sait en faire un usage différencié, c’est-à-dire adapté aux circonstances. Gallia n’est plus d’actualité, Britannia recouvre une réalité humaine consistante et précise, Italia et Germania sont des expressions géographiques. Hispania est un cas à part, car la rhétorique cache mal le manque d’expérience. En fin de compte c’est le caractère opportun des emplois faits par Alcuin qui est le phénomène le plus saillant.

42On rencontre dans la correspondance d’Alcuin une deuxième série de noms propres qui paraissent mieux adaptés aux réalités géographiques et ethniques contemporaines : Saxonia, Francia, Avaria, Gothia, Bavaria, Belgica. Les noms de peuples ne correspondent pas exactement. On rencontre des Saxons, mais pas de Francs. Il y a des Avars et des Huns, des Danois, des Frisons, des Slaves. À vrai dire les mentions sont souvent très peu nombreuses. Il n’y a que la Saxe et les Saxons d’une part et le pays des Avars avec les Huns de l’autre qui permettent une analyse.

  • 42 Epist. 4, p. 148, Epist. 35, p. 254, Epist. 36, p. 256, Epist. 89, p. 376, Epist. 91, p. 381.
  • 43 Epist. 13, p. 165, Epist. 64, p. 302, Epist. 67, p. 307, Epist. 69, p. 321, Epist. 71, p. 327, Epi (...)

43Saxonia a toujours un sens géographique. Il est question du départ de Charlemagne avec une armée pour dévaster ce pays. On apprend que le roi s’y attarde ou qu’il compte y retourner cette même année42. Le point de vue est manifestement extérieur et en plus tient compte implicitement de l’état de guerre. Le peuple, les Saxons, sont l’objet de mentions encore plus nombreuses. Le plus souvent les remarques leur sont hostiles, ce qui s’explique sans peine, et le ton est celui de la morale. Par contre, Alcuin emploie à leur propos les termes de gens et de populus43. C’est dire qu’il en conçoit parfaitement la cohésion ethnique. En fin de compte, la perception n’est pas très différente de celle qui prévalait pour la gens Anglorum. Les Saxons habitent le pays qui porte leur nom, ce qui n’est pas le cas dans les Îles Britanniques, car les Anglais ont hérité d’un cadre géographique préexistant et de son nom. Saxonia, chez Alcuin, est la patrie de ce peuple saxon. C’est un pays où 1’on va pour leur faire la guerre. Le lieu géographique est perçu de 1’extérieur. La vraie réalité c’est le peuple.

  • 44 Epist. 70, p. 323 : Quid in Avaria gestum est. Epist. 101, p. 428 : Quid Avaria faciat vel credit. (...)

44Des remarques presque identiques peuvent être faites à propos du pays des Avars et des Huns. Avaria est employé une seule fois comme un toponyme. Dans un autre cas le pays remplace les habitants. Quant aux Huns, c’est un peuple et une armée. Alcuin se préoccupe du succès des campagnes militaires et de l’évangélisation44.

  • 45 Epist. 35, p. 255, Epist. 78, p. 346, Epist. 78, p. 348, Epist 110 p 449 Epist. 184, p. 648.
  • 46 Epist. 35, p. 255: Non enim auri avaritia, testis est cognitor cordis mei, Franciam veni nec reman (...)

45L’analyse de Francia fait apparaître quelques infléchissements dont la signification n’est pas toujours évidente. Le sens géographique est bien établi et ne prête pas à discussion45. Une formule mérite de retenir plus longuement l’attention. Alcuin écrit : Je ne suis pas venu en Francie et je n’y suis pas resté pour des raisons d’avarice. Celui qui connaît mon cœur m’en est témoin, mais à cause des nécessités de l’Église, pour y confirmer les fondements de la foi46. La traduction de Francia ne pose aucun problème. Il n’en va pas de même pour le choix du ternie. Alcuin fréquente essentiellement les résidences royales, le palais, la cour. On le rencontre dans les abbayes qu’il a reçues du souverain. Demeurer en Francie, c’est concrètement aller d’un de ces lieux dans l’autre. Cette forme d’expression est satisfaisante. Quelle autre serait meilleure pour rendre compte de cette pluralité ? L’espace géographique de la Francie se réduit aux sites que le roi fréquente.

  • 47 Epist. 165, p. 605, Epist. 184, p. 650.

46Les Francs n’apparaissent que dans la formule traditionnelle où il est question du roi et du royaume47. Cette particularité ne mériterait pas d’être relevée, si ce n’était le seul cas où le peuple est relié à son roi L’institution apparaît ici, alors qu’elle fait défaut ailleurs. Pour s’en tenir au commentaire le plus succinct, Alcuin a pour le moins une vision différenciée des pays et des peuples.

47Au terme de ces analyses, il apparaît que l’emploi des mots et des noms obéit à une assez stricte logique. La perception capitale est celle du peuple. Alcuin se préoccupe des gentes. C’est l’attitude religieuse et les capacités humaines qui retiennent l’attention aussi bien pour les Anglais que pour les Saxons. Alcuin paraît assez indifférent aux institutions, sauf lorsqu’il s’agit du roi des Francs. Les noms de pays dérivés de celui du peuple sont habituellement utilisés au sens purement géographique du terme. Le plus souvent, il s’agit d’une considération très extérieure et en fait assez banale. Il convient de souligner que la perception d’Alcuin est assez fortement subjective. Sa qualité d’observateur privilégié pour ce qui est de la Bretagne et de la France infléchit le point de vue.

48Là où existe un vocabulaire venu de l’Antiquité, les emplois sont particulièrement complexes. Le nom peut recouvrir le peuple ou le pays. Le cas de la Britannia est éloquent. Dans les autres cas, le vocabulaire peut avoir un sens purement géographique s’il n’y a pas de peuple identifié dominant cet espace. On sait enfin que des termes qui n’ont plus cours peuvent être employés pour décrire une situation ancienne comme Gallia. La complexité du système est celle de l’usage et donc de l’histoire.

La désignation des lieux

49Le cadre d’une région ou d’une province est bien trop vaste pour permettre d’exprimer exactement une situation géographique concrète. Les lieux où se passe la vie sont plus étroits et doivent être désignés par des termes qui les identifient de plus près. À vrai dire, à chaque niveau de préoccupation et d’activité correspond un horizon. Celui du paysan n’est pas celui de l’évêque. Alcuin, bien sûr, a une vision d’ensemble du royaume des Francs et de la Bretagne. De ces pays, il ne peut parler en étranger, comme de l’extérieur. Lorsqu’il s’adresse à des correspondants, il doit nommer les lieux, qu’il s’agisse de ceux où il réside, de ceux où il se rend, ou de ceux où se trouvent ses amis. Les noms propres ont leur intérêt, moins toutefois que la nature du site, surtout s’il est exactement identifié. Il peut s’agir d’une villa, d’un bourg, d’une ville, d’un sanctuaire ou d’un monastère. Dans chaque cas c’est un point de repère, commun à lui-même et à ses correspondants, qui est indiqué. Il n’est pas indifférent de savoir à quel type de lieux remarquables Alcuin fait référence avec prédilection.

50Le choix d’un type de point de repère, surtout s’il s’agit d’un fait d’usage oriente les grands traits de la perception de l’espace familier. Si la référence essentielle était aux civitates la permanence physique ou intellectuelle de l’Antiquité paraîtrait prédominante. Si les sanctuaires ont le rôle éminent, il faudrait conclure en sens inverse. Le monde d’Alcuin est jalonné de ces points remarquables qu’il faut caractériser, si l’on veut entrer dans son système de perception qui est très subjectif. L’analyse ne peut aller bien au-delà, car les toponymes utilisés sont trop peu nombreux pour constituer un véritable réseau. Ils ne permettent pas de donner une vue continue et cohérente de l’espace, faute d’indications. Cette fragmentation du monde qui n’est pas propre à Alcuin, mériterait à elle seule une réflexion.

  • 48 Epist. 132, p. 531.

51Alcuin emploie quelquefois le terme de civitas juxtaposé au nom d’une ville. Il peut d’ailleurs s’agir d’une simple formule de style : Parisiaca civitas remplace le nom propre, assurant à la phrase une fluidité qu’elle n’aurait pas sans cela48. D’une manière générale l’utilisation de l’adjectif dérivé du nom d’une ville est très fréquente et vient qualifier un évêque ou une église. C’est avec civitas que la combinaison est la plus rare. Il est bien évident que dans une telle rhétorique l’auteur n’entend pas insister sur le caractère urbain du lieu qu’il désigne. C’est une prise de conscience minimale, au point de vue géographique et administratif.

52Or, de la reconnaissance du caractère urbain d’une agglomération à la simple expression rhétorique à très faible signification la distance est longue ! L’emploi de civitas ne paraît pas uniforme, c’est le moins que l’on puisse en dire. Si l’on veut juger de la valeur de la ville comme point de repère dans la perception de l’espace, force est d’analyser les différents cas et d’évaluer la portée de chacun d’entre eux.

  • 49 Epist. 153, p. 581: Qui visitavit plebem suam et elegit civitatem Hierusalem.
  • 50 Epist. 159, p. 596: De legatione honesta Sanctae Civilatis.
  • 51 Epist. 145, p. 542 : De Cordoba civitate.

53Dans une lettre au patriarche de Jérusalem, Alcuin écrit : Béni soit N.-S. Jésus-Christ... qui a visité son peuple et qui a choisi la cité de Jérusalem49. De même, s’adressant à la sœur de Charlemagne, à propos des événements romains de la Noël de l’an 800, il fait état de la légation venue d’Orient, de la Cité Sainte50. Or, l’auteur de ces deux passages n’a, à l’évidence, aucune expérience réelle de la Judée et en parle en suivant la tradition biblique. Le vocabulaire n’est pas faux. Il y a, pour le moins, un écran historique et littéraire entre cet usage et la réalité géographique ! On peut simplement conclure que la cité est un élément constitutif du paysage administratif et visuel de l’Empire Romain. On doit faire des remarques presque identiques à propos de la cité de Cordoue. Alcuin la désigne, dans une lettre à l’évêque Leidrade, comme le lieu d’origine de l’adoptianisme51. La ville est connue des auteurs anciens. Il n’y a pas là une indication proprement géographique, mais une simple référence savante. Dans ces cas, civitas a un goût prononcé de renaissance carolingienne. Il est évident qu’elle fait partie d’un paysage à l’antique.

  • 52 Epist. 148, p. 561, Epist. 262, p. 925.

54Lorsque la ville n’est pas évoquée pour elle-même, mais à cause d’une personne qui y exerce des fonctions, en fait un évêque, la portée géographique de l’expression reste faible. On ne voit pas de différence entre l’emploi direct du nom propre et de ce même nom accolé à civitas. Rémi qui est évêque de Coire en 800, est évêque de la cite de Coire en 80452. Les deux mentions apparaissent dans l’adresse de chacune des lettres et n’induisent aucune différence, sinon rhétorique.

  • 53 Epist. 141, p. 542.
  • 54 Epist. 10, p. 155.

55Ailleurs civitas s’allie avec un adjectif dérivé du nom de la ville. Lorsque l’expression désigne une personne sa signification comme point de repère est des plus faibles. Ainsi, Alcuin parle d’Elipand, évêque, de nom bien qu’indigne, de la cité Tolédane53. On ne peut rien conclure d’un tel usage. Il est à comparer avec celui plus redondant concernant la ville d’York, bien connue d’Alcuin. Il s’agit d’Eanbald archevêque de la sainte Église de la cité d’York54. On relève dans ce cas l’accumulation d’Ecclesia et de civitas qui se complètent pour parler, une fois de plus, d’une personne. Habituellement, ces termes ne s’additionnent pas. À vrai dire, dans le cas d’Elipand, civitas ne paraît pas très éloigné d’Ecclesia. De Tolède à cité tolédane et à église de Tolède les glissements de sens sont minimes. Dans le cas d’Eanbald, la redondance souligne que les mots ne mettent pas en évidence le même aspect des réalités. Il y a donc au moins une nuance. De toute façon ces expressions désignent en fin de compte des personnes ce qui a pour conséquence de limiter la signification géographique.

  • 55 Epist. 137, p. 532.
  • 56 Epist. 160, p. 597.

56On retrouve civitas avec un adjectif dérivé d’un nom de ville dans des passages où il est bel et bien question d’un lieu. C’est le cas de Paris où peut se rendre sans obstacle majeur un porteur de lettres55. Une autre année, il faut faire parvenir une missive par un courrier rentrant de Saxe. Il doit la porter jusqu’au Trecasinae civitatis sacrum sacellum. De là, par les mains des serviteurs d’Alcuin, elle volera jusqu’au Turonicae civitatis templum venerandum56. Les lieux précis sont ici Saint-Loup de Troyes et Saint-Martin de Tours. La cité inclut le monastère désigné par du vocabulaire élégant, antiquisant de surcroît. Le point de référence n’est pas la ville, mais l’abbaye. La rhétorique explique ces usages.

  • 57 Epist. 22, p. 182.
  • 58 Epist. 156, p. 584: Similiter et pro atrio intra muros civitatis unde fratribus Sancti Petri habit (...)
  • 59 Epist. 180, p. 633, Epist. 181, p. 641.

57Quelques emplois ont une portée géographique certaine. Alcuin s’interroge sur la signification de la pluie de sang tombée, pendant la Quadragésime, sur la cité d’York. On comprend que le phénomène a touché le toit des maisons et des églises de l’agglomération57. Une ville est clairement désignée pour elle-même. Dans une autre lettre, Alcuin sollicite Charlemagne pour que les Frères de Saint-Pierre obtiennent un atrium à 1 intérieur des murs de la cité pour y construire une honnête maison58. L’affaire concerne Tours et la cité est, dans ce cas, 1’agglomération qui est à l’intérieur des remparts. Deux autres mentions, identiques il est vrai, conduisent aux mêmes constatations. Il est question, dans ces deux lettres, du tumulte provoqué par la petite troupe envoyée par l’évêque d’Orléans pour récupérer un fugitif. Le bruit se répandit qu’elle était arrivée devant la cité pour profaner le sanctuaire de Saint-Martin59. Sans être clairement définie, la topographie urbaine est évoquée et en particulier ses murailles. Le monastère n’est pas bien loin et il est directement concerné par l’affaire. La géographie prime avec ses limites et ses bâtiments remarquables.

  • 60 Epist. 159, p. 574

58Deux emplois encore concernent Tours. Ils sont toutefois beaucoup moins précis. La cité a un pasteur dont les qualités morales et intellectuelles méritent des éloges. Dans un dernier cas, il est question d’un envoi de vin, à Alcuin, maître de banquet de la cité de Tours, qui remercie en truffant sa lettre d’allusions fines au miracle de Cana60.

59Il importe maintenant de tirer quelques conclusions de si longues analyses. Seuls quelques emplois de civitas, quatre en tout, ceux où il est question d’York et de Tours, concernent véritablement une agglomération, car il y est question des murailles, de l’intérieur de la ville, des habitations, de façon allusive, il est vrai. La perception est concrète, topographique et non administrative. Il s’agit là de deux cités bien connues d Alcuin et dont il ne peut parler en étranger. Dans quelques cas, forts rares, les villes servent de point de repère sur un trajet ou permettent de situer un monastère. La perception géographique existe, mais elle est sommaire et très extérieure. Civitas n’apporte aucune signification supplémentaire, le nom propre ferait tout aussi bien si la rhétorique n’avait pas ses exigences. Quant aux villes lointaines, leur qualification de cité semble dériver de la tradition littéraire. Bref, le rôle de l’agglomération urbaine dans la perception de l’espace et des lieux parait très limité. C’est un point de repère peu utilisé. La place qui revient à la désignation des personnes par le lieu où elles exercent leurs fonctions montre bien que la géographie n’a rien d’essentiel.

60Il existe une autre possibilité de désigner les lieux par une référence à l’église. Ecclesia peut désigner le diocèse à partir du nom de la cathédrale. Il s’agit là d’une circonscription. Église peut désigner également un bâtiment portant le nom du saint titulaire. Il est alors question d’un lieu bien défini. La comparaison avec les sens de civitas ne serait pas sans intérêt puisque l’un et l’autre terme peuvent avoir un sens abstrait et un autre concret. Il est bien évident qu’une référence à une église est de mise dans un pays christianisé. Il y a là un vocabulaire d’usage courant qui n’a aucune saveur antiquisante. Il est normal qu’il soit plus fréquent sous la plume d’Alcuin.

  • 61 Epist. 10, p. 159.

61À la lecture la plus superficielle de la Correspondance, il apparaît que les noms des différentes églises viennent préciser les lieux où les évêques exercent leurs fonctions. Eanbald est, par la grâce de Dieu archevêque de la sainte église d’York61. C’est en fait le même système que pour civitas, il est toutefois plus justifié compte tenu de la nature des fonctions épiscopales. L’usage est si fréquent qu’il ne mérite pas d’être décompté. Les mêmes formules sont utilisées pour les membres des communautés régulières et parfois même pour tel clerc particulier qui est fils d’une église bien définie. Il est bien aventureux de prendre ces mentions qui concernent des personnes pour des considérations sur un pays. Bref, seuls importent les autres emplois.

  • 62 Epist. 88, p. 374: Omni congregationis in ecclesia Sancti-Andreae Deo servientium. Epist. 139 p. 5 (...)
  • 63 Epist. 170, p. 616: Inter fratres, in ecclesia Sancti-Martini Deo fideliter servientes, vivere vel (...)

62Ils ne sont pas, à vrai dire, très nombreux, moins d’une douzaine en tout. Dans cette série, on relève quelques formules proches des précédentes où la référence aux personnes n’est pas loin. Il en va ainsi lorsqu’il est question de toute la congrégation qui sert Dieu dans l’Église de Saint-André ou de tous les autres clercs qui demeurent dans le territoire du diocèse d’Urgel62. Cette dernière façon d’écrire sépare un peu plus les lieux des gens qui y sont attachés, sans que pour autant le cadre géographique soit vraiment pris en compte. Dans 1’un et 1’autre cas, c’est le cadre administratif qui retient l’attention. Une affirmation plus personnelle infléchit le sens et fait sauter le pas. Alcuin écrit à Charlemagne je désire vivre et reposer parmi les frères qui servent Dieu fidèlement dans l’église de Saint-Martin63. Certes, les hommes sont présents et Alcuin veut demeurer parmi eux, mais ils résident dans une église qui n’est pas simplement mentionnée pour les identifier.

  • 64 Epist. 22, p. 181: Ecce ecclesia Sancti-Cudberti sacerdotum Dei sanguine aspersa; Epist. 22, p. 18 (...)
  • 65 Epist. 37, p. 258.

63Dans les autres cas, les personnes s’estompent, et les bâtiments et les lieux revêtent plus d’importance. Alcuin engage ses correspondants à craindre de recevoir le même châtiment que l’Église de Lindisfarne. Il évoque l’église de Saint-Cuthbert maculée de sang, à la suite du sac. Mêmes menaces, à York, où l’église Saint-Pierre, chef de tout le royaume, est en danger64. Une fois seulement Ecclesia est prise au sens d’une entité morale et il s’agit alors de l’évêché. Après la mort d’Eanbald, Alcuin rappelle à ses correspondants que le choix d’un archevêque s’est toujours fait sans simonie65. Ce sens institutionnel, sans référence à une personne, est important à relever car il comble une lacune dans l’usage.

  • 66 Epist. 180, p. 632; Epist. 181, p. 641.
  • 67 Epist. 58, p. 291.

64Les autres emplois d’Ecclesia concernent Saint-Martin de Tours, et la panoplie de sens paraît identique. Dans certains cas, il s’agit de la basilique ou de ses abords. Il en va ainsi lorsque le fugitif venu d’Orléans trouve asile dans l’église ou lorsque la troupe qui vient le rechercher provoque un tumulte dans l’église et dans son atrium66. Parfois le sens est plus abstrait. Alcuin explique que le gouvernement de 1’église de Saint-Martin lui a été donné en raison des nécessités et sur le conseil de beaucoup. Il s’agit cette fois de la charge abbatiale et cet emploi confirme la capacité du terme à signifier une entité morale67.

  • 68 Epist. 68, p. 345: Per tecta Sancti-Martini sanctarum mello scripturarum satago.
  • 69 Epist. 92, p. 382 ; Epist. 183, p. 645 ; Epist. 194, p. 678,

65La référence à Saint-Martin de Tours fait apparaître d’autres manières de s’exprimer. L’église n’est pas le seul bâtiment d’une grande abbaye et d’autres mots peuvent également convenir. Alcuin explique qu’il fait beaucoup d’efforts pour répandre le miel de la sainte Écriture sous les toits de Saint-Martin68. Il emploie également, dans trois lettres envoyées à Arn, une expression plus familière in domo Sancti-Martini qu’il s’agisse de l’arrivée d’un courrier ou d’un élève apprenant la grammaire69. Bref, dès qu’il s’agit d’un lieu bien défini, Ecclesia peut laisser la place à un autre vocabulaire. C’est bien la preuve que ce terme n’a pas valeur de référence.

66L’usage du terme Ecclesia conduit à quelques remarques générales. Ire plus souvent il sert à 1’identification des personnes et la géographie n est évoquée que de façon indirecte. Alcuin a encore recours à ce vocable pour désigner un diocèse ou une abbaye, qu’il s’agisse de la circonscription ou de l’entité morale. Force est de reconnaître que cet usage est rare et peu significatif géographiquement. Enfin, les références à des lieux bien définis et à des bâtiments se rencontrent, même si ce n’est pas avec abondance. Dans ce domaine, Ecclesia n’est pas un terme exclusif. En ce qui concerne ces dernières mentions, il faut relever que Alcuin ne fait état que de monuments qu’il connaît bien : Lindisfarne, la cathédrale d’York, Saint-Martin de Tours. Bref, les références concrètes se résument à ce cercle de l’expérience visuelle, passée ou présente.

67Entre civitas et Ecclesia un parallèle est facile à dresser. Alors que ces deux termes désignent, l’un au civil, 1’autre au religieux, une circonscription territoriale, son centre et la personne morale qui en est l’expression, Alcuin les utilise peu à ces usages. L’aspect géographique est le plus négligé. Dès qu’il s’agit de références concrètes aux différents aspects d’une ville ou à des bâtiments, l’emploi se restreint à la Northumbrie et à Tours. Certes, on sait qu’il faut faire la part de la littérature et de l’héritage classique dans les textes d’Alcuin. Il est plus inattendu de conclure au rôle de la connaissance personnelle directe, dès qu’il s’agit de donner des indications concrètes sur des lieux. Bref l’usage du vocabulaire institutionnel, civitas, Ecclesia paraît peu concluant pour fournir le cadre de référence de la perception de l’espace. Le caractère tout à fait particulier des indications concernant les villes familières invite à une dernière analyse sur les formes les plus élémentaires de la perception géographique de l’auteur.

  • 70 Epist. 126, p. 509; Epist. 127, p. 511.
  • 71 Epist. 101, p. 428 ; Epist. 149, p. 564.
  • 72 Epist. 102, p. 430 ; Epist. 127, p. 512 ; Epist. 147, p. 558.

68On peut encore localiser les personnes et les objets par un simple adverbe suivi d’un toponyme. Alcuin écrit sans autres fioritures apud Sanctum-Martinum, ad Sanctum-Lupum. Des expressions un peu plus complexes peuvent avoir la même signification ou peu s’en faut. Ainsi, circa limina Sancti-Martini... discurrens dit bien que l’abbaye est un ensemble territorial cohérent autour duquel il est facile d’aller et de venir. Ad patrocinia Sancti-Martini venire fait du sanctuaire un point de convergence de nombreux visiteurs70. On rencontre également des formules telles que ad palatium ou in cella Sancti-Stephani71. Les indications proprement topographiques restent rares. On en relève un tout petit nombre dans lequel Alcuin précise les distances. On lit à environ huit milles du monastère de Saint-Martin ou encore dans une petite maison de Saint-Martin, à quatre lieues de Saint-Amand72. L’exactitude peut être au rendez-vous, mais elle n’est pas habituellement d’usage.

69Toutes ces formules réduisent la perception du lieu au minimum, en le dépouillant le plus souvent de ses caractéristiques. Il devient un point de repère par rapport auquel on peut éventuellement se situer. Ce mode d’expression est commode et ne s’embarrasse d’aucune considération administrative. C’est de la géographie à l’état pur, dans sa forme la plus élémentaire.

  • 73 Les noms qui font référence aux personnes sont toujours éliminés.

70L’espace réel se réduit à ce tissu de points remarquables mentionnés dans la Correspondance. La série de toponymes que l’on peut dresser permet de savoir à quel genre de lieux Alcuin fait habituellement référence73. Le pays est jalonné par ces points qui en donnent la définition et comme la mesure. Cette somme de notations, aussi longtemps qu’il s’agit de lieux concrets et non de titres concernant les personnes, permet de délimiter le pays qui est familier à Alcuin et à ses correspondants. Rien ne garantit que cette vue de l’espace soit cohérente, régulière ou complète. À vrai dire, il suffit qu’elle ait une raison.

  • 74 Saint-Martin représente à lui tout seul près d’un tiers des mentions de lieux.

71Saint-Martin de Tours est, de tous les lieux, celui qui revient le plus souvent sous la plume d’Alcuin. À vrai dire les mentions se font de plus en plus nombreuses au fil des années. Résidence habituelle d’Alcuin, abbaye est devenue le point à partir duquel il organise son activité Il y a nécessité de faire mention de Saint-Martin chaque fois qu’une affaire le concerne. Si subjectivité il y a, c’est dans un sens très particulier qui n’a aucune connotation psychologique74. C’est l’ordre des faits par rapport à un auteur qui impose cette référence.

  • 75 Rome et le palais sont mentionnés trois fois moins que Saint-Martin.

72Beaucoup moins nombreuses sont les mentions de Rome, comme d’un but de voyage. Le palais a approximativement la même importance dans ses lettres75. Pour ce qui est des autres toponymes, seul le monastère de Saint-Amand est cité de façon significative. Les autres lieux ne sont mentionnés que d’une à trois fois.

73Cette première analyse géographique aboutit à des conclusions d’une effroyable banalité. Les préoccupations d’Alcuin vont du palais à Rome. Ses correspondants, compte tenu de leur qualité, partagent les mêmes soucis, dictes par la vie politique et ses diverses conséquences. Saint-Martin n’est dans ce circuit que parce qu’Alcuin y réside et qu’il prend part aux affaires. On remarque toutefois une disproportion manifeste entre les mentions de Rome, du palais et de 1’abbaye tourangelle. Force est de penser que Saint-Martin n’est pas simplement à l’écoute des intérêts de l’Empire.

74Les autres toponymes cités, en tête desquels vient Saint-Amand, sont : Saint-Loup de Troyes, Saint-Josse sur mer, la cella de Saint-Etienne à Choisy-au-Bac près de Compiègne, Saint-Pierre de Ferrières Chelles, Nivelles, Nogent sur Marne, Quentovic, Gondreville, Saint-Riquier, Corbie, deux villas l’une près de Toul, l’autre près d’Arras Lérins, Urgel, Saint-Robert de Salzbourg, Pavie.

  • 76 Epist. 110, p. 448 ; Epist. 110, p. 452.

75Les derniers noms de la liste s’expliquent par des circonstances particulières. Pavie est nommée parce que Alcuin évoque un souvenir personnel. Urgel apparaît dans une correspondance concernant la crise de l’adoptianisme. Les moines de Lérins reçoivent une lettre où il est brièvement question de leur île. Saint-Robert de Salzbourg est cité dans une correspondance avec Arn. Il n’y a là rien d’exceptionnel. Par contre tous les autres toponymes se trouvent dans l’espace traversé par les différentes routes qui permettent d’aller de Tours à Aix-la-Chapelle. C’est le plus souvent dans des lettres où il est question de divers déplacements que ces noms apparaissent. Ces jalons et ces points de repères sont pour l’essentiel des monastères. Ces conclusions peuvent être confirmées par quelques mentions de fleuves, la Loire et la Moselle et par l’évocation de la campagne poussiéreuse de Belgique76.

  • 77 Epist. 133, p. 522.

76Les monastères cités ne le sont pas au hasard des itinéraires, mais parce qu’ils ont pour Alcuin ou pour son correspondant un intérêt très évident. On sait que Arn, archevêque de Salzbourg, était depuis 782 abbé de Saint-Amand. Il n’y a pas à chercher beaucoup plus loin les raisons de la présence de ce monastère parmi les lieux nommés avec plus d’insistance. C’est à Saint-Amand que ces deux hommes éminents ont projeté de se rencontrer. De son côté, Alcuin est abbé de Saint-Pierre de Ferrières, de Saint-Josse sur mer. On sait qu’il est question de Nogent-sur-Marne parce qu’il tient, à proximité, une petite curtis77. La cella de Saint-Étienne près de Choisy-au-Bac est selon toute vraisemblance une de ses possessions. Les autres monastères sont entre les mains de ses correspondants : Angilbert, Gisèle, sœur de Charlemagne. Bref, cette géographie combine les nécessités des itinéraires entre Tours et Aix-la-Chapelle avec la liste des biens tenus par Alcuin et ses amis. Pour intéressante que soit cette conclusion, elle n’apporte rien sur la perception de l’espace.

77Il convient de faire le bilan global de cette analyse sur la désignation des lieux. C’est à l’évidence une préoccupation secondaire. Alcuin s’intéresse d’abord aux personnes. Le vocabulaire lié aux circonscriptions territoriales qu’elles soient civiles ou religieuses est connu, mais peu utilisé. Ni la ville ni l’évêché ne sont des cadres de référence. Quand il fait une remarque concrète, Alcuin parle de lieux qu’il connaît. Pour le reste, le mode de désignation est banal. Le choix des points de repère privilégie les monastères, mais les raisons en restent obscures. Les noms propres qui viennent sous sa plume sont ceux de ses propres possessions. Il connaît aussi les abbayes de ses amis. La somme des maisons familières ne peut être tenue pour une perception géographique réelle, car c’est une vue très étroite de l’espace. Bref, dans le cas du vocabulaire institutionnel comme dans le choix des toponymes, c’est en fin de compte le caractère personnel des propos d’Alcuin qui surprend. L’homme a plus de sens concret et d’expérience qu’on ne pouvait le penser. Certes, une correspondance réellement échangée fait apparaître l’individu. C’est la loi du genre. On aurait tort de s’en plaindre. On se gardera toutefois de penser que les lettres d’amitié, même entre très hauts personnages, et la préoccupation des biens possédés fondent une perception du pays.

78Les problèmes de gouvernement sont souvent traités dans la correspondance d’Alcuin. Des lettres entières y sont consacrées. Il y est question des personnes et éventuellement des pays. Les lieux, même les plus remarquables, n’ont pas la capacité de fixer une politique. L’horizon d Alcuin est plus large. Certes, des centres d’intérêts apparaissent à travers l’évocation de Rome ou à travers celle du palais. Or, ces lieux ne peuvent être tenus pour le cadre unique de sa réflexion, car c’est alors faire bon marché de son expérience personnelle.

La patrie

79Alcuin ne cesse d’employer le terme de patria, principalement dans les lettres qu’il adresse aux rois et aux évêques de Bretagne. Il est bien évident qu’il parle alors de son pays natal. Il est tout à fait en droit de le faire puisqu’il est né, vers 730, en Northumbrie. Sans être subjectif au sens moderne du mot, patria n’a pas d’autre raison de figurer dans cette correspondance. Le terme d’ailleurs est de toute rareté, dès qu’il n’est plus question de la Bretagne. Bref, il définit la relation entre Alcuin et son pays. Ce n’est pas la première fois que les événements évoqués dans la Correspondance mettent Alcuin en évidence, comme personne ayant des attaches humaines. Cette dimension apparaît bel et bien dans cette manière de s’exprimer. La perception du monde qui en découle garde alors un caractère presque individuel. Une réflexion sur sa patrie ne peut être identique à celle que l’on a sur un autre pays.

  • 78 Ce point de vue est exposé par E. H. Kantorowicz, The King’s two Bodies, Princeton, 1957, p. 232 e (...)

80Le sens exact du mot patria est discuté. Pour le Haut Moyen Âge, on a écrit qu’il désignait le pays natal au sens le plus étroit du terme. L’horizon ne dépasserait pas les limites d’une petite contrée qui en fin de compte n’est qu’un pays, un pagus. Par contre, on refuse à patrie un sens plus général impliquant une dimension politique. La patrie n’est plus 1’expression d’un État, comme au temps de l’Empire Romain et n’a aucune capacité à exiger le moindre sacrifice78. Le terme s’emploie encore dans 1’expression patrie céleste, il s’agit là d’un tout autre registre.

  • 79 Epist. 79, p. 350: Ideo diligentius admone regem vestrum vel etiam nostre patrie.
  • 80 Epist. 58, p. 290: Ego vero paratus eram cum muneribus redire ad vos et patriam reverti. Sed meliu (...)
  • 81 Epist. 15, p. 169.
  • 82 Epist. 28, p. 206: Patres itaque nostri, Deo dispensante, licet pagani, hanc patriam, bellico virt (...)
  • 83 Epist. 61, p. 297 (cité note 21).

81On ne rencontre aucune difficulté à montrer que pour Alcuin patria désigne son pays natal. Il reste à en préciser les limites et les dimensions. Dans une lettre au patrice Osbert du royaume de Mercie, Alcuin écrit avertissez avec encore plus de diligence votre roi et également celui de notre patrie79. Patria désigne ici le royaume de Northumbrie au sens précis du terme. Dans un certain nombre de cas ce sens restreint est confirmé. Ainsi, dans une lettre au roi Offa, il écrit j’étais disposé à revenir vers vous avec des cadeaux et à retourner dans ma patrie. Il m’a paru meilleur, pour la paix de mon peuple, de demeurer en pèlerinage, ne sachant que faire parmi eux80. Cette formulation un peu complexe ne doit pas tromper. Même si Alcuin se propose de se rendre auprès du roi de Mercie, son peuple et sa patrie sont en Northumbrie. Dans d’autres cas patria s’applique aussi à la Mercie. Il fait savoir qu’il est resté fidèle aux amis restés dans sa patrie et il s’agit du roi Offa81. Enfin, il peut s’agir aussi de toute la Bretagne. Ainsi, Alcuin écrit à l’archevêque de Canterbury : nos pères, grâce à Dieu, bien que païens, ont par leur valeur militaire possédé d’abord cette patrie82. De même, dans une lettre à l’ensemble des évêques, il revient sur le même thème en disant : veillez avec diligence à ce que la patrie que nos pères ont reçue par un don de Dieu, soit transmise à nos petits-enfants83. Dans un cas comme dans l’autre, il ne peut pas s’agir de la seule Northumbrie.

  • 84 G Dupont-Ferrier, « Le sens des mots patria et patrie en France au Moyen Âge et jusqu’au début du (...)
  • 85 Epist. 79, p. 351.
  • 86 Th. Eichenberger. Patria. Studien zur Bedeutung des Wortes im Mittelalter (6-12 Jahrhundert), Sigm (...)

82Si l’on revient sur le sens du mot patria, il apparaît qu’il prend sous la plume d’Alcuin des sens plus ou moins élargis. Le caractère souple de ce terme a déjà été relevé84. Il désigne d’abord la Northumbrie où Alcuin a vu le jour. Le cadre institutionnel du royaume n’est pas ignoré, même s’il est le plus souvent sous-entendu85. Patrie s’applique également au royaume voisin de Mercie. Le fait est évident dans les lettres adressées aux plus hautes autorités de ce pays. La rhétorique n’est peut-être pas absente de ces propos. Être de la même patrie permet des libertés, pour commencer celle de donner des conseils. Or Alcuin, compte tenu des circonstances, ne s’en prive pas. On ne sait à quel titre il est en droit de prendre cette initiative. Il ne fait pas de doute non plus que la Bretagne tout entière reçoit également le nom de patrie. C’est un phénomène d’élargissement de l’horizon. Il se justifie parce que, sous la plume d Alcuin, il y a de nombreuses références à un passé au cours duquel la Britannia a été occupée par la gens Anglorum. Cette histoire commune, réelle ou mythique, justifie cette dernière dénomination. Bref, patrie n’est pas seulement la contrée natale au sens étroit du terme. Alcuin perçoit le monde autrement, par cercles successifs, répondant plus ou moins exactement à la définition. Le plus large n’exclut pas le plus étroit La Northumbne est sa patrie et la Bretagne l’est aussi. Patrie, dans 1’Antiquité était un concept politique qui engendrait pour les citoyens un certain nombre d’obligations. Ces dernières culminent avec le devoir de défense et comportent le sacrifice suprême. Il est certain qu’avec le déclin de la citoyenneté, le sens de la patrie s’amenuise. Or, en ce domaine, la correspondance d’Alcuin apporte une brassée d’informations. Qu’il écrive aux rois ou aux évêques son souci majeur est le salut de la patrie. De ce point de vue le contenu politique du mot patrie existe bel et bien86. Par contre, il est pris dans un contexte religieux nouveau qui en modifie indiscutablement la portée. La philosophie politique et les exigences morales qui en découlent paraissent originales. Alcuin a eu, semble-t-il en ce domaine un rôle fondateur.

  • 87 Epist. 22 p. 180: Longeva prosperitate patriam divinam nobis conservare misertcordiam quant gratui (...)
  • 88 Epist. 87, p. 372: Ut Deus omnipotens, misericordia custodia custodiat nobis patriam quam parentib (...)

83Sa préoccupation principale est manifestement la prospérité et le salut de la patrie. Il a l’occasion de développer ses idées dans les lettres écrites sous le choc du sac de Lindisfarne. Il exprime son sentiment dans les premières lignes d’une longue lettre au roi Ethelred de Northumbrie tout entière consacrée à ce thème. Je désire, écrit-il, que la miséricorde divine conserve dans une prospérité durable la patrie que nous avons reçue autrefois par sa grâce dans un don généreux87. Plus loin, dans la même lettre, la destruction de Lindisfarne lui inspire ce propos : qui ne pleure ce malheur comme une chute de la patrie. Dans une lettre à 1’archevêque de Canterbury, il l’engage à prêcher la parole de Dieu : pour qu’Il nous garde la patrie qu’il a donnée gratuitement à nos parents. Plus loin, il lui demande de faire tout son possible pour libérer la patrie88.

84Tout ce vocabulaire est caractéristique. Il y a une rhétorique du salut de la patrie empruntée à la Bible et à l’Antiquité. Quelques infléchissements sont perceptibles. Le désastre militaire est évoqué par la chute de Lindisfarne. Toutefois conserver ou garder la patrie est le fait de la volonté de Dieu. Il ne s’agit pas d’être vainqueur sur un champ de bataille, mais d’éviter que le pays ne passe en d’autres mains. C’est le thème de la permanence du même peuple dans un même pays qui est essentiel. La référence est plus à la Bible et à l’exil des enfants d’Israël qu’à la victoire de Scipion sur les Carthaginois. Il est plus question du don de Dieu que de valeur militaire.

  • 89 Epist. 23 p. 189.
  • 90 Epist. 22 p. 181: Pro hujusmodi peccatis reges regne et populos patriam perdidisse.

85La lecture moralisatrice des événements va de soi et c’est le point où Alcuin rompt avec le discours antique. La chute de Lindisfarne est à la fois un châtiment et un avertissement. Il faut craindre le fouet qui s’est déjà abattu sur la Northumbrie. Alcuin remarque d’ailleurs les signes d’une catastrophe imminente. Il y a péril89. Il lui est très facile d’expliquer les événements par les péchés des rois et du peuple. De longs passages évoquent l’injustice des princes, la débauche des clercs, l’avidité des rois, l’impiété, le crime et les désordres de toutes sortes. La conclusion est inexorable : pour de tels péchés les rois perdent leur royaume et les peuples leur patrie90.

  • 91 Epist. 23, p. 198: Regis bonitas totius est gentis prosperitas, Victoria exercitus, aeris temperie (...)

86De tous, le roi est le principal responsable. On lit, sous la plume d’Alcuin, cette déclaration générale assez surprenante : La bonté du roi fait la prospérité du peuple, la victoire de l’armée, le calme des éléments, la fertilité de la terre, l’abondance des fils, la santé des gens91. On aurait bien tort de ne voir dans cette énumération que des métaphores. Alcuin tient ces propositions pour autant de vérités fortes et intangibles. Aussi, la moralité devient-elle une affaire d’État. C’est la condition de survie des royaumes et dans ce cas du maintien de la gens Anglorum dans le pays qu’elle a reçu. Les exhortations aux évêques pour qu’ils accomplissent les devoirs de leur charge, les appels à la tempérance et à la justice sont, compte tenu de ces théories, un programme de salut de la patrie.

  • 92 Epist. 28, p. 206: Legitur vero in libro Gildi Brettonum sapientissimi quod idem ipsi Brettones pr (...)

87Cette imbrication de l’immoralité et de la perte par un peuple du pays qu’il habite légitimement est pour Alcuin un fait historique. Des événements de ce genre ont déjà eu lieu. On lit, écrit-il, dans le livre de Gildas, le plus savant des Bretons, que ces mêmes gens ont perdu leur patrie à cause des rapines et de l’âpreté de leurs princes à cause de l’iniquité et de l’injustice de leurs juges, à cause de l’indolence et de la paresse à prêcher des évêques, à cause de la luxure et des mauvaises mœurs du peuple92. La suite de ce raisonnement est sans faille Il faut prendre garde à ce que les mêmes vices ne s’installent pas de nouveau afin que Dieu conserve en état de parfaite prospérité la patrie qu’il a donnée aux Anglais.

  • 93 Th. Eichenberger (Patria, Studien zur Bedeutung des Wortes im Mittelalter Sigmaringen, 1991) emplo (...)

88Arrivé à ce point, il paraît difficile de refuser au terme patria un contenu politique puisqu’il s’agit du destin d’un peuple, sur un territoire donne, dont on affirme qu’il est le sien. Certes, ces conceptions ne doivent plus grand chose aux idées de l’Antiquité sur l’État. Alcuin fait plus facilement référence à la providence ou à la volonté de Dieu qu’aux forces humaines qui assurent la cohésion d’une société. L’ordre est divin, ce n’est pas pourtant le royaume de Dieu à proprement parler93. Les peuples ont toujours tendance par leurs dérèglements à perturber le cours des événements. Les royaumes sont toujours au bord du chaos et les rois ont pour mission de redresser sans cesse la situation Ils ont le pouvoir de contraindre et de punir pour arracher le péché. La moralité a ici plus d’importance que la valeur militaire. La société n’en a pas moins ses lois et ses règles.

  • 94 Epist. 28, p. 206 (supra n° 20).

89Cette théologie politique est complétée par cette référence à l’histoire qui est un exemple. Elle comporte pour Alcuin une douloureuse énigme qui fait peser une cruelle menace sur sa patrie. Il n’ignore pas que la gens Anglorum a fait la conquête du pays sur les Bretons : Nos pères, avec la grâce de Dieu, bien que païens, ont possédé cette patrie par la force de leurs armes94. C’est à vrai dire la seule occasion où la valeur militaire est prise en compte. Alcuin qui ne peut attribuer les vertus morales à des païens, se doit de trouver d’autres qualités humaines, inférieures mais réelles, susceptibles d’expliquer ce succès. Les chrétiens quant à eux doivent se tenir à un niveau supérieur, celui de la moralité et de la piété qui leur assurent les bénédictions de Dieu.

  • 95 Epist. 26, p. 195.

90La position d’Alcuin ne va pas sans un certain angélisme. Il écrit à un prêtre échappé des mains des Vikings qu’il doit exhorter les autres à faire confiance à la protection de Dieu et à l’intercession de saint Cuthbert notre père. Ce n’est pas dans le vacarme des armes ni dans le jet de masses de pierres, mais dans un mur de piété qu’ils fonderont l’espoir d’une défense céleste95. Il est certes difficile de conseiller à un clerc de prendre les armes. Les propos d’Alcuin sont donc à nuancer compte tenu du destinataire. Sa pensée paraît toutefois, pour le fond, spécifiquement religieuse.

  • 96 Epist. 22, p. 181.

91Or, l’histoire recommence et les païens sur le territoire de la Bretagne l’emportent sur les chrétiens. Le sac de Lindisfarne est un sérieux coup de semonce : Voilà bientôt trois cent cinquante ans ou presque que nous et nos pères sommes les habitants de cette belle patrie. Jamais une telle terreur n’est apparue en Bretagne auparavant, car maintenant nous sommes oppressés par un peuple païen96.

92La réflexion sur les événements infléchit progressivement le discours d’Alcuin. La patrie est le pays qui appartient légitimement à un peuple par droit héréditaire. Cette certitude est le fondement d’un droit et d’une politique. Or, la confrontation armée fait apparaître d’autres réalités qui se superposent à cette donnée. La gens Anglorum est devenue un peuple de chrétiens. Alcuin fait appel au sens religieux et moral des fidèles de l’Église pour que, dans un effort de conversion, ils retrouvent les bénédictions du ciel. Le salut temporel de la patrie est à ce prix. Or, la piété n’est pas le fait d’une gens, mais de baptises. En face, l’oppression et la violence sont exercées par des païens. Alcuin sait peu de chose sur eux, mais incontestablement plus que ne le dit ce seul vocable. Bref, à une rhétorique du peuple et de la patrie qui engendrait une philosophie politique de l’enracinement et de la permanence dans des lieux, se substitue une vision plus dramatique née de la confrontation armée. En dépit des propos non belliqueux d’Alcuin, deux camps s’affrontent. L’opposition chrétiens-païens prend ici le dessus. C’est une autre perception des peuples, très réductrice, puisque toutes les différences autres que religieuses s’abolissent.

93L’apparition du couple d’antagonistes, païens-chrétiens, précisément dans les lettres concernant les événements de Northumbrie, montre que le raisonnement d’Alcuin sur les pays et les peuples intègre des données très différentes selon les nécessités. L’articulation sur ce point précis est la moralité, condition indispensable au salut. Elle assure le passage d’un niveau de perception à un autre.

  • 97 Epist. 27, p. 193: Contra paganos qui apparuerunt circa terminos maritimae habitationi. Vos mariti (...)

94L’affrontement entre chrétiens et païens est un schéma simple qui permet une lecture superficielle mais efficace des événements. C’est ainsi qu’Alcuin perçoit le conflit entre les Vikings et les Anglais. Les envahisseurs n’apparaissent jamais comme un peuple et le vocabulaire qui les désigne les prive de cette dignité élémentaire. Une lettre aux moines de deux monastères côtiers de Northumbrie témoigne de cette exclusion. Pensez, écrit Alcuin qui développe toujours les mêmes idées, au défenseur que vous avez contre les païens qui sont apparus aux confins de vos habitations près des mers. Vous habitez, ajoute-t-il, les rivages où cette peste a lancé un premier assaut. Le voleur a envahi diverses régions du Nord de notre île97. Qu’il s’agisse de latro, de pestis ou de paganus, il n y a pas là un vocabulaire approprié pour parler d’un peuple. Certes, au moment du sac de Lindisfarne, les incursions des Vikings sont une nouveauté comme Alcuin lui-même l’écrit. Ces adversaires sont certainement mal connus et peut-être même non identifies. Ils sont en fin de compte désignés sous le nom générique de païens. Il en va ainsi dans toute la correspondance d’Alcuin et de nombreuses lettres en témoignent.

95Une telle vision tranchée des conflits humains pourrait être étendue à l’Europe entière, sinon au monde. La Dilatatio Regni carolingienne comporte aussi un affrontement avec des païens qu’il s’agisse des Saxons ou des Avars. Il est important de savoir si ces peuples que les missionnaires francs christianisent difficilement sont eux aussi pour Alcuin des païens. On pourrait encore se demander si la perception de l’opposition entre chrétiens et païens est générale et universelle et si elle est de ce fait le critère définitif de l’identification des peuples. Bref, le monde d’Alcuin est-il peuplé principalement de Francs, de Saxons, d’Anglais et d’Aquitains ou de chrétiens et de païens ?

  • 98 Epist. 77, p. 342 : On rencontre encore le terme dans Epist. 69, p. 329, paganorum populus, ou Epi (...)

96L’emploi de Paganus en dehors du contexte des îles Britanniques se rencontre lorsqu’il est question de l’Antiquité bien sûr. C’est le cas également d’une lettre au roi Pépin d’Italie, à qui Alcuin conseille d’être terrible avec les païens98. Le contexte est général et ne permet pas de désigner un adversaire. Bref, en dehors des Vikings, le terme est peu ou pas utilisé. Le vocabulaire habituel d’Alcuin est celui des peuples, même si ce qu’il en dit est sévère. Les Saxons sont infâmes et leur conversion ne se fait pas sans de grandes difficultés. Toutefois il s’agit bien d’une gens et d’un populus. Ils ne sont jamais désignés brutalement et sans autres formalités sous le nom de païens. Il en va de même pour les Avars.

97Il est possible maintenant de tirer quelques enseignements généraux de ces dernières constatations. L’emploi habituel du terme païen pour parler des Vikings est un phénomène tout à fait à part et qui traduit certainement l’ignorance dans laquelle les lettrés se trouvent à leur sujet. La brutalité de leur action y est peut-être pour quelque chose. Sont-ils plus sauvages que les autres ? C’est un horizon ultime, lointain et violent et en fait sans nom. Leur anonymat les rejette hors du cercle de l’accessible. Les Saxons, les Avars et les autres peuples des confins de l’Empire ont un autre statut, puisqu’on peut les nommer et entreprendre leur christianisation.

98Il faut donc admettre que la dichotomie païens-chrétiens n’est pas la catégorie la plus générale de classement des peuples chez Alcuin. La perception fondamentale est bien définie par les termes de gens et de populus accompagnés par un nom propre. Le monde est une série de peuples qui, dans le meilleur des cas, habitent leur patrie. Il en résulte une certaine fragmentation du paysage humain qui est tout à fait de mise en Europe du nord et du centre où les grandes invasions ont laissé des traces perceptibles. Cette façon de voir est inadaptée à l’Italie ou à l’Espagne et pour une part à la France méridionale où la fusion des civilisations est largement avancée et où les cadres territoriaux l’emportent sur les références à des peuples. Alcuin ne comprend pas les pays méridionaux et ne les aime pas, comme le montrent diverses remarques. Il reste que toute cette population doit aussi recevoir un nom et qu’il faut dépasser le cadre des ethnies. Le terme de populus christianus semble jouer un rôle notable. Ce n’est pas du tout l’équivalent de chrétien dans le sens ou Alcuin l’opposait à païen. C’est une dénomination générale qui désigne tous ceux qui ont reçu le baptême et qui sont fidèles à l’Église. Il conviendrait de se demander si ce terme n’est pas en fin de compte celui qui définit le mieux la situation d’un sujet de Charlemagne ou qu’il demeure. Dans un espace presque aussi vaste que la partie latine de l’Empire Romain, c’est la seule catégorie générale. Ce que le terme de citoyen pouvait exprimer sous le Bas Empire ne peut plus s’exprimer autrement que par cette référence religieuse. Ces chrétiens qui forment la masse de ce populus christianus ont remplacé les Romains, mais il ne s’agit à vrai dire que d’une dénomination.

Conclusion

99Il y avait, pour le moins, deux manières d’aborder une recherche sur les pays et les peuples. L’une donne un avantage à la connaissance, l’autre à l’expérience, même s’il est difficile de séparer l’une de l’autre. Lorsqu’on se préoccupe de savoir quelle perception réelle un lettre carolingien peut avoir en ce domaine, il faut d’abord se dégager de l’érudition antiquisante. Le choix de la Correspondance d’Alcuin permet d’y parvenir, pour une part au moins. Il ne s’agit pas d’un ouvrage théorique, mais d’une série de lettres où l’usage l’emporte.

100Dans le cadre ainsi défini, la recherche s’est attachée à un domaine fuyant et passablement incertain. Les pays et les peuples ne sont désignés qu’à l’occasion des événements, de façon brève et avec un vocabulaire courant. Il faut donc comparer entre elles un grand nombre de notations pour en tirer un enseignement qui fait simplement apparaître la tendance qui prévaut. Il faut ensuite interpréter cette donnée, ce qui est à proprement parler le travail de l’historien.

101Il faut enfin remarquer que les lettres d’Alcuin concernent des sujets très divers, qu’elles s’adressent a de nombreux correspondants et qu’elles s’étalent sur une période d’environ vingt ans. Dans ces conditions des variations dans le vocabulaire et dans les idées sont probables. Il en existe. Elles ne sont pas telles qu’elles puissent remettre en cause les conclusions d’ensemble. On perçoit surtout un changement dans les centres d’intérêt. Les lettres des années 793 et suivantes traitent souvent des problèmes concernant l’Angleterre. Celles des années 800, écrites à Saint-Martin de Tours ont d’autres préoccupations. Les éléments que l’on y glane sur les pays et sur les peuples paraissent complémentaires.

102Pour ce qui est des pays, c’est-à-dire de la géographie pratique et simplifiée, Alcuin utilise un vocabulaire venu de l’Antiquité. Le fait ne cause aucune surprise. Par contre, il fait preuve d’une capacité d’adaptation aux réalités contemporaines qui surprend. Le vocabulaire territorial est employé dans des conditions différentes suivant qu’il s’agit d’un mot ou d’un autre. De même la correspondance entre les noms de peuples et ceux des pays fait apparaître une sagacité qu’on ne peut attribuer qu’à l’expérience. Alcuin paraît remarquable par son exactitude dans l’usage.

103La désignation des lieux avait la valeur d’une contre-épreuve. Le vocabulaire institutionnel est connu et il n’est utilisé qu’avec parcimonie. Les points de repère sont indiqués par des toponymes. Ils sont trop peu nombreux pour former un véritable réseau définissant un espace. Leur qualité n’est pas assez marquée pour dire que le pays est perçu par référence à tel type de site particulier. Par contre les préoccupations privées d’Alcuin et de ses amis apparaissent à cette occasion, car les lieux les plus cités leur appartiennent. Enfin, dans les cas les plus intéressants, Alcuin se trouve dans la situation du témoin ou de l’observateur. C’est à ce moment précis que les indications sur les divers endroits évoqués prennent un caractère spécifique. Cette mise en situation d’Alcuin est le fait le plus remarquable, car il ne parle pas de York ou de Saint-Martin de Tours comme de n’importe quelle autre ville ou quel autre monastère.

104La recherche sur les lieux fait apparaître, sans doute possible, que la préoccupation première d’Alcuin a trait aux personnes et aux peuples. Gens et populus sont les mots clés de cette manière de voir le monde. Patria est très employé quand il s’agit de 1 Angleterre, ce qui indique qu’il se met en situation de témoin et d’acteur. Un peuple est lié à une patrie qui est son pays d’installation héréditaire. Alcuin développe une conception politique générale dominée par l’enracinement. Il explique bien ce phénomène pour les Îles Britanniques dont il est originaire et qui lui tiennent à cœur. Les autres peuples paraissent susceptibles d’avoir eux-mêmes leur propre patrie.

105Une telle situation n’est pas fixée définitivement. Les événements historiques font que cette adéquation entre un pays et un peuple peut être modifiée. Alcuin connaît un précédent, l’invasion de la Bretagne par les Anglo-Saxons. Or, au moment même où il écrit, des événements identiques s’annoncent. De nouveaux envahisseurs se pressent sur les rivages de Northumbrie. Le sac de Lindisfarne est le signe annonciateur de cette catastrophe.

106L’affrontement avec les Vikings fait apparaître au grand jour une opposition entre chrétiens et païens. L’analyse montre que ces catégories n’ont qu’une incidence limitée sur la pensée d’Alcuin. Au-delà de ces événements, cette dichotomie n’apparaît presque pas. Les circonstances expliquent ce phénomène surprenant. Les Vikings sont des inconnus qui n’ont même pas la qualité de peuple. Les désigner comme des païens c’est pire encore que de les traiter de sauvages. Bref, c’est bel et bien le peuple qui est le centre de la perception du monde chez Alcuin.

107Les ethnies bien connues apparaissent dans sa correspondance : les Anglais, bien sûr, les Saxons, les Avars, les Francs, les Aquitains. Pourtant la cohésion propre à chaque peuple tend à s’estomper avec leur intégration dans le royaume franc. La perte d’identité est certaine. Il suffit de remarquer qu’il y a une réelle incapacité à donner des noms aux habitants de l’Italie. Le terme de populus christianus prend le relais et désigne tout ce qui ne peut pas l’être autrement.

108Le passage des différentes ethnies au peuple chrétien n’apparaît pas comme crucial chez Alcuin. Il raisonne dans l’un et l’autre registre sans éprouver la moindre difficulté. Cette aisance est peut-être le fait d’un usage déjà établi qui permet d’utiliser tel ou tel vocabulaire selon les circonstances. De plus la christianisation et ses exigences morales contribuent à faire des différentes gentes un peuple de fidèles de l’Église. Il y a donc superposition des noms et non exclusion. À vrai dire, Alcuin emploie la désignation ethnique chaque fois qu’elle a une justification.

109Alcuin est à l’aise dans cette superposition de notions venant d’horizons différents. Le rôle qu’il fait jouer à la morale dans le destin des royaumes et des patries permet de les unifier. Il n’en reste pas moins que cet élément ethnique est au fond sa part d’originalité. On ne saurait dire s’il la doit au particularisme des Îles ou s’il a trouvé cette façon de voir dans la tradition chrétienne, chez Isidore de Séville par exemple.

110L’articulation entre la moralité et le destin des peuples qui doit beaucoup à la tradition augustinienne reçoit une illustration concrète et contemporaine. Il y a là une manière de formuler les programmes de gouvernement rigoureuse et exemplaire. La leçon est claire et utilisable. La philosophie politique carolingienne est très exactement définie.

Notes

1 E. Sereni, Storia del paesaggio agrario italiano, Bari, 1961.

2 Le premier paysage réaliste de l’histoire de la peinture occidentale est La pêche miraculeuse de Conrad Witz, (Musée de Geneve).

3 Cf. les chapitres concernant le paysage virgilien dans E. R. Curtius, La littérature européenne et le Moyen Âge latin, trad. franç., Paris, 1956.

4 Isidore de Séville, Étymologies, Livre IX, Les langues et les groupes sociaux, éd.M. Reydellet, Paris, 1984.

5 La correspondance d’Alcuin est citée d’après l’édition de Ph. Jaffé, Monumenta Alcuiniana, Bibliotheca Rerum Germanicarum, t. VI, Berlin, 1876. Les références sont données avec le n° de la lettre, puis la page. L’orthographe d’Alcuin est conservée.

6 Epist. 14, p. 166. Sed heu pro dolor, quod idem maledicti Saraceni, qui et Aggareni, tota dominantur Affrica et Asia Majore maxima ex parte.

7 Ibidem: Miserante Deo, sancta ejus Ecclesia in partibus Europe pacem habet profïcit et crescit.

8 Salluste, De bello jugurthino, XVIII, 1: Africa initio habuere Gaetuli et Libyes.

9 Isidore de Séville, Étymologies, Livre IX, 2,119.

10 Une comparaison avec les mappemondes des manuscrits du Beatus n’est pas sans intérêt. Dans le Ms. Madrid Vit 14-2, Africa est écrit là où le veut la tradition administrative romaine. Dans le Ms. Pierpont Morgan 644 Libia, en capitale, désigne toute l’Afrique du Nord. Africa est à sa place en petits caractères.

11 Epist. 24, p. 191: Tota pene Europa Gothorum vel Hunorum gladiis evacuata et flammis.

12 26 mentions de Britannia, plus Britanicae partes.

13 Epist. 217, p. 715. C’est une lettre adressée aux moines irlandais. C’est une exhortation morale, religieuse et intellectuelle qui ne comporte aucun élément concret.

14 Epist. 276, p. 847: Luceat lux vestra in medio nationis perbarbarae.

15 Epist. 58, p. 290.

16 Epist. 74, p. 338: Tempora periculosa sunt in Brittania et mors regum miseriae signum est.

17 Epist. 22, p. 181: Numquam talis terror prius apparuit in Brittania velut modo a pagano gente perpessi sumus.

18 Ibidem: Locus cunctis in Brittania venerabilior. Ibidem p. 183: In qua tanta luminaria totus Brittaniae requiescunt.

19 Epist. 28, p. 202: Cogita quales haberes antecessores: doctores et lumina totius Brittaniae.

20 Epist. 28, p. 206 : La lettre est adressée à Ethelhard, archevêque de Canterbury. Patres itaque nostri, Deo dispensante, licet pagani, hanc patriam bellica virtute primum pagani possederunt. Quant grande igitur opprobrium est, ut nos christiani perdamus.

21 Epist. 61, p. 297 : La lettre est adressée aux évêques de toute la Bretagne. Adtendite diligenter ut patria quam Dei dono nostri acceperunt parentes benedictione caelesti nostris servetur nepotibus. Cette même idée est développée dans une lettre au patrice Osbert, Epist. 79, p. 348 et sq., et dans la lettre aux clercs et au peuple de Canterbury, Epist. 86, p. 369.

22 On rencontre gens Anglorum ou Anglorum tout simplement lorsque la phrase le permet. Epist. 10, p. 155, Epist. 15, p. 168, Epist. 79, p. 349, Epist. 80, p 352 Epist. 86, p. 369, etc.

23 Epist. 28, p. 206: Legitur vero in Libro Gildi Brettonum sapientissimi quod idem ipsi Brettones propter rapinas et avaritiam principum, propter iniquitatem et injusticiam judicum,...patriamperdiderunt. Même idée: Epist. 86, p. 371.

24 Huit emplois, un peu plus du quart des mentions de Britannia.

25 Epist. 112, p. 457.

26 Epist. 189, p. 665.

27 Epist. 4, p. 148, Epist. 14, p. 166.

28 Epist. 289, p. 872.

29 Epist. 156, p. 584, Epist. 165, p. 605.

30 Epist. 217, p. 715: Igitur antiquo tempore doctissimi solebant magistri de Hibernia Brittaniam, Galliam, Italiam venire. Cf. M. Lugge, Gallia und Francia im Mittelalter Bonn, 1960.

31 Epist. 238, p. 755: Non immerito sanctum Christi confessorem omnis Gallia attolebat.

32 M. Lugge, Gallia und Francia im Mittelalter, Bonn, 1960, p. 20 et sq.

33 Epist. 119 p. 487: Dulcibus Germaniae sedibus.

34 M. Lugge, Gallia und Francia im Mittelalter, Bonn, 1960, p. 37 et sq.

35 Epist. 14, p. 167, Epist. 93, p. 387, Epist. 115, p. 477, Epist. 140, p. 540, Epist. 217, p. 715. Spania se rencontre Epist. 101, p. 428.

36 Epist. 14, p. 167: Multam partem Hispaniae tulerunt a Saracenis. Il s’agit de l’expédition de Charlemagne sur l’Espagne et de ses suites.

37 Epist. 115, p. 477. Plusieurs emplois à la suite.

38 Epist. 101, p. 428.

39 Epist. 93, p. 385, Epist. 140, p. 538, Epist. 141, p. 542.

40 Epist. 94, p. 394: Nunc iterum antiquus serpens de dumis hispanici ruris et de spetuncis...

41 Epist. 101, p. 428: Adhuc se tota Spania erravit in adoptione.

42 Epist. 4, p. 148, Epist. 35, p. 254, Epist. 36, p. 256, Epist. 89, p. 376, Epist. 91, p. 381.

43 Epist. 13, p. 165, Epist. 64, p. 302, Epist. 67, p. 307, Epist. 69, p. 321, Epist. 71, p. 327, Epist. 118, p. 483, Epist. 127, p. 511, Epist. 147, p. 559.

44 Epist. 70, p. 323 : Quid in Avaria gestum est. Epist. 101, p. 428 : Quid Avaria faciat vel credit. Les Huns sont cités : Epist. 13, p. 166, Epist. 24, p 19 1, Epist 64 p. 301, Epis. ? 67, p. 307, Epist. 76, p. 342, Epist. 127, p. 511.

45 Epist. 35, p. 255, Epist. 78, p. 346, Epist. 78, p. 348, Epist 110 p 449 Epist. 184, p. 648.

46 Epist. 35, p. 255: Non enim auri avaritia, testis est cognitor cordis mei, Franciam veni nec remansi in ea, sed ecclesiasticae causa necessitatis et ad confirmandam catholicae fidei rationem.

47 Epist. 165, p. 605, Epist. 184, p. 650.

48 Epist. 132, p. 531.

49 Epist. 153, p. 581: Qui visitavit plebem suam et elegit civitatem Hierusalem.

50 Epist. 159, p. 596: De legatione honesta Sanctae Civilatis.

51 Epist. 145, p. 542 : De Cordoba civitate.

52 Epist. 148, p. 561, Epist. 262, p. 925.

53 Epist. 141, p. 542.

54 Epist. 10, p. 155.

55 Epist. 137, p. 532.

56 Epist. 160, p. 597.

57 Epist. 22, p. 182.

58 Epist. 156, p. 584: Similiter et pro atrio intra muros civitatis unde fratribus Sancti Petri habitatio honesta construi potuisset.

59 Epist. 180, p. 633, Epist. 181, p. 641.

60 Epist. 159, p. 574

61 Epist. 10, p. 159.

62 Epist. 88, p. 374: Omni congregationis in ecclesia Sancti-Andreae Deo servientium. Epist. 139 p. 538.

63 Epist. 170, p. 616: Inter fratres, in ecclesia Sancti-Martini Deo fideliter servientes, vivere vel requiescere... desidero.

64 Epist. 22, p. 181: Ecce ecclesia Sancti-Cudberti sacerdotum Dei sanguine aspersa; Epist. 22, p. 182.

65 Epist. 37, p. 258.

66 Epist. 180, p. 632; Epist. 181, p. 641.

67 Epist. 58, p. 291.

68 Epist. 68, p. 345: Per tecta Sancti-Martini sanctarum mello scripturarum satago.

69 Epist. 92, p. 382 ; Epist. 183, p. 645 ; Epist. 194, p. 678,

70 Epist. 126, p. 509; Epist. 127, p. 511.

71 Epist. 101, p. 428 ; Epist. 149, p. 564.

72 Epist. 102, p. 430 ; Epist. 127, p. 512 ; Epist. 147, p. 558.

73 Les noms qui font référence aux personnes sont toujours éliminés.

74 Saint-Martin représente à lui tout seul près d’un tiers des mentions de lieux.

75 Rome et le palais sont mentionnés trois fois moins que Saint-Martin.

76 Epist. 110, p. 448 ; Epist. 110, p. 452.

77 Epist. 133, p. 522.

78 Ce point de vue est exposé par E. H. Kantorowicz, The King’s two Bodies, Princeton, 1957, p. 232 et sq.

79 Epist. 79, p. 350: Ideo diligentius admone regem vestrum vel etiam nostre patrie.

80 Epist. 58, p. 290: Ego vero paratus eram cum muneribus redire ad vos et patriam reverti. Sed melius visum est mihi propter pacem gentis meae in peregrinatione permanere, nesciens quidfecissem inter eos.

81 Epist. 15, p. 169.

82 Epist. 28, p. 206: Patres itaque nostri, Deo dispensante, licet pagani, hanc patriam, bellico virtute primum pagani possederunt.

83 Epist. 61, p. 297 (cité note 21).

84 G Dupont-Ferrier, « Le sens des mots patria et patrie en France au Moyen Âge et jusqu’au début du XVIIe siècle », Revue historique, 188,1940, p. 89-104.

85 Epist. 79, p. 351.

86 Th. Eichenberger. Patria. Studien zur Bedeutung des Wortes im Mittelalter (6-12 Jahrhundert), Sigmaringen, 1991.

87 Epist. 22 p. 180: Longeva prosperitate patriam divinam nobis conservare misertcordiam quant gratuite largitate per suam nobis olim contulit gratiam. Quis hoc quasi captam patriam non plangit.

88 Epist. 87, p. 372: Ut Deus omnipotens, misericordia custodia custodiat nobis patriam quam parentibus meis gratis perdonavit.

89 Epist. 23 p. 189.

90 Epist. 22 p. 181: Pro hujusmodi peccatis reges regne et populos patriam perdidisse.

91 Epist. 23, p. 198: Regis bonitas totius est gentis prosperitas, Victoria exercitus, aeris temperies, terrae habundantia, filiorum benedictio, sanitas plebis.

92 Epist. 28, p. 206: Legitur vero in libro Gildi Brettonum sapientissimi quod idem ipsi Brettones propter rapinas et avaritiam principum, propter iniquitatem et injustitiam judicum, propter desidiam et pigritiam praedicationis episcoporum, propter luxuriam et malos mores populi patriam perdiderunt.

93 Th. Eichenberger (Patria, Studien zur Bedeutung des Wortes im Mittelalter Sigmaringen, 1991) emploie le sous-titre dus karolingische Gottesreich qui paraît excessif. Son étude est concluante sur le sens politique de patria. Il cite et commente le texte d’Alcuin où il est question du récit de Gildas. C’est dire l’importance idéologique de cette position.

94 Epist. 28, p. 206 (supra n° 20).

95 Epist. 26, p. 195.

96 Epist. 22, p. 181.

97 Epist. 27, p. 193: Contra paganos qui apparuerunt circa terminos maritimae habitationi. Vos maritima habitatis, unde pestis prima ingruit. Latro boreales insulae nostrae partes invasit.

98 Epist. 77, p. 342 : On rencontre encore le terme dans Epist. 69, p. 329, paganorum populus, ou Epist. 119, p. 485, super paganos. Il s’agit toujours des païens en général et non d’un peuple particulier.

Notes de fin

* Communication publiée pour la première fois dans l’ouvrage Peuples du Moyen Âge, problèmes d’identification, Séminaire Sociétés, Idéologies et Croyances au Moyen Âge, dirigé par C. Carozzi et H. Taviani-Carozzi, PUP, Aix-en-Provence, 1996.

© Presses universitaires de Provence, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540