Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Norton Cru

 | 
Marie-Françoise Attard-Maranchini
, 
Roland Caty

Retour à Verdun

Texte intégral

1Sur papier à lettres à en-tête de la Maison de l’Institut de France à Londres (Fondation Edmond de Rothschild).

  • 1 Cette lettre a été en grande partie transcrite par Hélène Vogel dans l’article qu’elle a consacré (...)
  • 2 La gare Victoria à Londres.
  • 3 Depuis janvier 1922, Raymond Poincaré est président du Conseil avec le portefeuille des Affaires é (...)
  • 4 Son fils Jean-Paul est alors auprès d’Hélène qui l’a pris en charge.
  • 5 Théodore Vogel qui épousera Hélène en 1935.
  • 6 « Papa passe un bon moment avec oncle Loyalty. Comment va le lapin blanc ? Mon affection à Jean-Pa (...)

2Mercredi 9 août 19221.
Ma chère Hélène,
Il y a près d’une semaine que je suis parti et j’ai trouvé le moyen de ne rien vous envoyer. Si j’avais eu le temps de penser à tout j’aurais préparé à Clavelle des cartes timbrées et adressées et j’aurais pu écrire un mot au crayon n’importe où je me trouvais. Jusqu’à ce matin je n’ai fait que courir sans m’arrêter. Juge un peu : j’ai bien fait mes affaires à Lyon et je suis arrivé à Paris vendredi de grand matin. Là j’ai vu que puisque j’avais un bon train pour Verdun à 7 h. il valait mieux partir tout de suite. J’ai donc voyagé de 7 h. à midi et longtemps avant d’arriver à Verdun j’ai pu voir du vagon [sic] l’arrière des lignes où j’avais souvent passé dans les relèves, de Meaux à Château-Thierry et à Épernay, tout le long de la Marne jusqu’à Châlons. Et surtout après cela, la Champagne sèche : Suippes, etc. jusqu’à Ste-Menehould, la traversée de l’Argonne et les villages d’Aubréville, Parois, Dombasle qui commencent à être reconstruits. Enfin Verdun ! et du 1er coup d’œil la ceinture de collines fameuses aux lignes si connues. J’ai trouvé un hôtel convenable et après dîner je suis parti aussitôt à pied. J’ai fait trois excursions : vendredi après-midi (rive droite, région près de Verdun) samedi toute la journée (rive gauche, 304, Mort-Homme, Malancourt, Montfaucon) et dimanche toute la journée (rive droite de nouveau : partie éloignée de Verdun, en avant des forts : Bezonvaux, Ornes, Louvemont, Bras). Mon impression ? Indicible, énorme, incroyable, cela dépasse tout ce que j’aurais pu imaginer. Et c’est unique, rare, car s’il y a des foules de touristes français et étrangers à Verdun, ils font tous le tour classique en autocar, sur la belle route créée le long de la ligne des forts. Mais je suis allé au-delà, où la bataille reste figée dans ses ruines, sur un terrain couvert de ronces métalliques et végétales, encombré de toutes les épaves du combat, pleines d’obus non éclatés, de grenades prêtes à exploser… personne n’y va, c’est la brousse épaisse, traîtresse, cachant des trous d’obus énormes, pleins d’eau. Il y règne un silence de mort… soudain interrompu par le brusque éclatement d’un obus, puis d’un autre, et encore un autre, accompagné du sifflement des éclats qui se dispersent. Je me demandais si dans cette résurrection des souvenirs d’un passé mort, bien mort, je n’étais pas sujet à une hallucination. Non, les obus sont réels. Dans certains ravins déserts, une petite équipe du génie cherche les obus non éclatés, les jette dans un entonnoir assez grand et les fait exploser à l’aide d’un pétard à la mélinite. Toute cette partie en avant est telle qu’on l’a laissée à l’armistice. Les villages de Fleury, Vaux, Louvemont, Ornes, Douaumont, Cumières ne seront pas reconstruits. Le terrain est exproprié. Non seulement il ne reste rien des villages mais le terrain est détruit. Avant de construire, avant de déblayer il faudrait pouvoir créer une surface du sol artificielle, je ne peux l’expliquer autrement, il faut le voir pour le comprendre. Et le plus fort c’est que c’est précisément ce que les visiteurs ne voient pas. Pour le voir il faut faire ce que j’ai fait, partir à l’aventure bien qu’on connaisse bien le terrain, se méfier des traquenards, pousser à travers une jungle impossible, s’imposer des fatigues énormes, se passer de manger pour arriver enfin dans le vrai Verdun, celui de la bataille, celui qui parle encore par mille signes de tout ce que fut l’année 1916.
J’ai passé à Esnes que l’on reconstruit peu à peu. Les braves vieux ont quitté le pays. Mais leur fille y est et elle m’a montré un album de photo. des soldats qui avaient logé chez eux. Et là j’ai vu ma photo. la même que nous avons.
Au bout de trois jours j’étais épuisé de fatigue. J’avais forcé mon corps à donner tout ce qu’il pouvait, j’avais parcouru de grandes distances, et certaines distances très courtes m’avaient demandé de longues heures d’efforts. Mais j’avais ressenti des émotions uniques. Je m’étais nourri de mûres, de ces petites mûres rampantes. Certaines zones à Verdun en sont couvertes et elles sont plus grosses que chez nous. Je m’en suis rassasié. Mes ongles en sont encore tachés. Et je n’ai pas pensé que ce fût un sacrilège. Les morts m’excusent, ils savent que je fus jadis l’un des leurs et je pouvais manger des mûres sur le sol où ils sont tombés. Dimanche soir je suis parti pour Paris où je suis arrivé près de minuit. Lundi j’ai pu faire toutes mes affaires, y compris la visite à Mme Souquet et à Yvonne à Levallois. Je suis parti de Paris lundi soir par Calais-Douvres, une mer aussi plate qu’un lac et hier à 10 h. du matin j’arrivais à Victoria2 où Loy. m’attendait. La journée d’hier a été remplie. Poincaré et sa suite sont venus visiter la maison3. [Loyalty] lui a dit que je venais de Verdun. Le soir nous sommes allés souper chez le général comte de la Panouse, attaché militaire de l’ambassade de France : des gens charmants.
J’ai eu le grand plaisir de recevoir ta carte et les nouvelles de J. -P. m’ont bien satisfait4. Je vois que tu t’occupes beaucoup de lui et que tu l’as initié en peu de temps à bien des choses. Je trouve merveilleux que tu aies pu lui apprendre à scier.
J’aurais voulu t’écrire plus à loisir, mais il faut toujours se précipiter quand on fait un voyage comme le mien. Ah il aura été bien empli mon petit mois en France, et toutes les évocations de Verdun y tiendront une bien grande place.
Rappelle-moi au souvenir de Mlle Nicole et de Th. V.5.
Je vous embrasse toutes trois.
Norton.
Father is having a good time with uncle Loyalty. How is the white rabbit ? My love to Jean-Paul6.

On remarque l’annotation d’Hélène Cru sur l’enveloppe (DV)

« Norton, Rose, Madeleine, Suzanne devant [la] maison de Williamstown. Juin 1946 », peu avant le retour définitif en France. Photographie légendée par son auteur (coll. Sivirine)

Notes

1 Cette lettre a été en grande partie transcrite par Hélène Vogel dans l’article qu’elle a consacré à Norton Cru, paru dans les Annales de la Faculté des Lettres et Sciences humaines d’Aix (t. XXXV, 1961, p. 50-51).

2 La gare Victoria à Londres.

3 Depuis janvier 1922, Raymond Poincaré est président du Conseil avec le portefeuille des Affaires étrangères. De passage à Londres, il se rend à la Maison de l’Institut de France (Fondation Edmond de Rothschild) que dirige Loyalty Cru.

4 Son fils Jean-Paul est alors auprès d’Hélène qui l’a pris en charge.

5 Théodore Vogel qui épousera Hélène en 1935.

6 « Papa passe un bon moment avec oncle Loyalty. Comment va le lapin blanc ? Mon affection à Jean-Paul. »

Table des illustrations

Légende On remarque l’annotation d’Hélène Cru sur l’enveloppe (DV)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende « Norton, Rose, Madeleine, Suzanne devant [la] maison de Williamstown. Juin 1946 », peu avant le retour définitif en France. Photographie légendée par son auteur (coll. Sivirine)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7015/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 240k

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540