Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Norton Cru

 | 
Marie-Françoise Attard-Maranchini
, 
Roland Caty

1919

Texte intégral

« Je continue mes conférences et j’ai fait hier ma 124e […]. Je parle de la Guerre, de l’Après-guerre, de la Reconstruction, the Morale of Labor, le besoin d’Entente et d’Union et de bien d’autres sujets. » (Washington, 23 fév. 1919).

  • 1 Williams College où Norton Cru enseignait avant-guerre.
  • 2 Allusion à la prohibition. A Washington, les boissons alcoolisées sont prohibées de 1917 à 1934.
  • 3 « trop affreuse pour en parler ».

1Sur papier à lettres à en-tête du Haut Commissariat de la République Française aux États-Unis.
Washington, Dimanche 23 févr. 1919.
Ma chère Hélène,
Aujourd’hui je n’ai pas de conférence et je suis venu ici dans les bureaux déserts pour écrire tranquillement. Je n’en peux plus, j’ai trop écrit : tant de lettres en retard. Je viens par exemple d’écrire à Marie Charra et une lettre à mon ami de tranchées Senouillet que j’ai négligé pendant huit mois et qui malgré cela m’a toujours écrit avec constance. Pour regagner le temps perdu, je lui ai écrit une lettre si longue que j’en suis épuisé.
J’ai là ta lettre du 10 janvier, adressée chez Paul et je voudrais y répondre longuement. Mais mieux vaut un mot qu’un renvoi indéfini. Les bonnes intentions ne valent rien quand il s’agit de lettres à écrire… et j’en suis coupable. Je suis démobilisable début de février et Williams1 voulait m’avoir à tout prix. D’autre part la Hte Com. m’avait presque fait promettre de rester à son service au moment où le personnel diminuerait par suite des retours en France. J’ai tâché d’arranger les choses, ni Williams ni la Com. ne voulaient me lâcher. Je me suis trouvé un remplaçant pour Williams, un M. Lebert, interprète venu avec moi en sept., un de mes anciens élèves de Biesles, ancien prof. de français à Madison (Univ. of Wisconsin). J’ai tout lieu de croire que Williams en sera satisfait. Honnête, consciencieux, simple ; ce n’est pas l’homme qui nuira à notre situation ou qui nous jouera un tour. Me voici donc à la Com. conférencier pour un temps indéfini, 4 mois ? 6 ? En sept. je compte reprendre mes cours avec Albert. President Garfield a fait dire à Albert qu’il revienne avec son bachot et profite des mois à venir jusqu’à l’été pour passer son examen. Cette question de diplôme semble devenir sérieuse.
Je continue mes conférences et j’ai fait hier ma 124e (sans compter celles du Liberty Loan) pour le Washington birthday. Je parle surtout sous les auspices du Y.M.C.A., c’est-à-dire aux soldats. Mais je parle aussi pour tous ceux qui me demandent à notre bureau. Il y a trois jours j’ai parlé dans une école élémentaire de Washington sur les enfants et les écoles de France. La semaine dernière dans une Église Catholique nègre (prêtre blanc) sur les Noirs de France et d’Amérique dans la guerre. Cette semaine je vais aller parler les 26 et 27 fév. à Albany et Troy, à l’Alliance Française. Je parlerai en Français. Je l’ai déjà fait deux fois : à Washington (au cercle des Précieuses Ridicules) et à Norfolk (Virginie du sud) à l’Alliance Fr. Je rencontrerai Rose à Troy et nous passerons au moins deux jours ensemble. À mon retour je compte m’arrêter à N. Y. pour voir Paul avec qui j’ai à parler. Tu vois que mon temps est bien pris, mais je sens combien le besoin d’information est grand, combien il y a d’ignorances dangereuses et je fais de mon mieux. Rose m’approuve entièrement d’avoir préféré la Com. à Williams : deux devoirs, j’ai choisi le plus essentiel. D’ailleurs j’y trouve mon profit. J’ai diverses indemnités et j’arrive à vivre économiquement. Je peux mettre de côté et envoyer à Rose. Ce n’est pas le Pérou, mais c’est mieux que Williams.
Je parle de la Guerre, de l’Après-guerre, de la Reconstruction, the Morale of Labor, le besoin d’Entente et d’Union, et de bien d’autres sujets. Ce n’est pas difficile de parler quand on se rend compte de ce que le public ignore et qu’il aurait avantage à savoir. Je vois parfois des énormités dans les journaux. Je ne m’en choque pas, je ne crie pas à la propagande allemande. Je note le fait et cela m’aide à savoir que dire. Nous n’avons pas à blâmer les Am. Notre ignorance sur eux est encore plus grande que la leur sur nous. Il [faut] les informer et je le fais à toute heure du jour, au restaurant, dans le train, partout où je trouve un auditeur qui en vaille la peine. – J’ai visité l’Université Catholique à Wash., j’y ai trouvé 2 prêtres professeurs qui sont nés en France : un prof. de syriaque, arabe et copte et un prof. de musique. Ils m’ont invité à déjeuner. Repas présidé par l’évêque de Baltimore (pas l’archevêque Gibbons), l’évêque Sheehan, recteur de l’Université. Il y avait Monsignor Ceretti, archevêque, envoyé du St -Siège. J’eus là le meilleur repas que j’ai [sic] eu de longtemps avec du vieux vin (Wash. est dry depuis longtemps)2. Ces prêtres savent bien vivre, la bonne chère est leur fort, même dans ce pays où elle est inconnue.
Tu vois que je roule partout, et j’apprends bien des choses. Les affaires du monde m’inquiéteraient si je n’avais rien à faire, mais c’est comme au printemps dernier quand mes travaux à Biesles m’empêchèrent de me faire du souci sur l’offensive allemande. À quoi sert le souci ? Il fait renforcer son effort, ce n’est qu’ainsi qu’on peut aider à quelque chose. La situation en Russie est tragique : too awful for words3, et c’est vraiment la plus grosse de toutes les énigmes qui nous entourent. Cette semaine j’ai entendu une causerie par un Amér. Polonais d’origine, représentant ici du gouvert de Paderewski en attendant un véritable ambassadeur. Il m’a surpris en disant que la nouvelle Pologne serait un des grands États de l’Europe : plus de trente millions d’hab. Il a parlé de la question juive, tchèque, ukrainienne.
J’avais compté écrire à François, car je ne lui ai écrit qu’une fois, il y a un peu plus d’un mois. Mais voici que je t’écris plus que je n’avais pensé. Il faut que j’écrive à François. Si seulement je pouvais écrire demain autant qu’aujourd’hui.
Je suis heureux d’être ici, de faire ce que je fais, mais j’aimerais tant voir cette France d’après-guerre… je ne sais rien. Les revues françaises dans les bibliothèques arrivent avec un grand retard. Et j’aimerais tant voir François, lui parler, lui faire sentir que je comprends tout ce qu’il a éprouvé, lui permettre de se soulager de certaines confidences. Il parle d’entrer au chemin de fer pour le moment, mais c’est à l’agriculture qu’il songe pour l’avenir. Lui aussi cherche sa voie, comme tu dis dans ta lettre concernant notre famille. J’espère qu’il pourra trouver sa voie pour lui et Madeleine. En tout cas, ils ne sont pas seuls au monde, nous les connaissons et les aimons et nous sommes là en cas d’accident.
Je suis trop fatigué ce soir pour penser et répondre à ta lettre comme tu m’y parles. Si je passe près de Pittsburgh, j’irai voir Mlle Simone Potartier… on ne sait jamais. Je n’aurais pas cru pouvoir rencontrer Marie Charra et cependant ce fut facile. Je suis si heureux qu’Albert ait écrit à Barton. Je me reprochais tant de ne l’avoir pas fait encore. J’ai mal à la tête, mais je suis bien content d’avoir tant écrit. J’ai la conscience plus légère. J’espère pouvoir continuer.
Je t’embrasse, bien affectueusement ma petite sœur, bon courage et aie confiance en toi. Ton frère Norton.

Carte postale. Église épiscopale St. Johns, Williamstown (coll. Charrière)

  • 4 « Maintenant que nous avons battu l’Allemagne à plate couture pour eux… ».
  • 5 William Taft, président républicain des États-Unis de 1909 à 1913, est battu par le démocrate Wood (...)
  • 6 Un an plus tard, en mars 1920, le Sénat américain refusera de ratifier le traité de Versailles.
  • 7 Lorsqu’il abandonne volontairement le pouvoir en 1796, le président George Washington adresse un « (...)

2À sa sœur Alice.
Sur papier à lettres à en-tête du Haut Commissariat de la République Française aux États-Unis.
Washington D. C., 8 mars 1919.
Tu sais que ma démobilisation est retardée jusqu’à une époque non définie. J’ai été déclaré indispensable et je continue mon métier de Speaker. Je reprendrai mes fonctions à Williams à la rentrée de sept. Cet arrangement n’est pas désagréable à Rose, ni à moi. Il retarde notre réunion, c’est vrai, mais jusqu’à présent nous nous sommes vus à peu près chaque mois pendant 5 ou 6 jours. Nous comprenons que ce travail est de la plus haute importance et d’ailleurs mes diverses indemnités me permettent de mettre de côté. Si nous avions eu à remonter notre ménage maintenant nous aurions été gênés. Il y aura à acheter des meubles, ustensiles, etc. Nous avons besoin de nous faire une avance. Au début, j’ai eu de grosses difficultés à me faire payer et j’ai dû vivre sur mon avance, mes économies de Biesles. Enfin tout s’est arrangé, mais on ne m’a pas encore payé tout mon retard. À Williams, si j’avais pris mon service en février, on m’aurait donné 1 700 dollars. Le gouvernement français me donne ici des indemnités mensuelles qui montent presque au double de ce que j’aurais touché à Williams. D’autre part j’ai droit à d’autres indemnités, irrégulières celles-là, et venant du côté américain, qui peuvent arriver à me faire un total de 3 fois ce que je gagne à Williams. En outre j’ai trouvé le moyen, dans cette ville où tout est si cher, à vivre pour très peu. Depuis plus de deux mois le Y.M.C.A. me donne une bonne chambre pour rien. Pour mes repas, la majorité ne sont pas [sic] à mes frais. Ainsi je peux mettre de côté presque tout ce que je gagne.
Tu comprends alors pourquoi Rose et moi nous prenons notre parti de cette situation. Nos ressources étaient asséchées et voici quelques bons gains et dont il faut profiter car ils ne dureront que quelques mois. Tu sais que ce n’est pas l’appât du gain qui m’attire ordinairement, et dans ce cas l’amour pour mon travail compte pour beaucoup dans mon plaisir à rester ici.
Rose avait depuis longtemps l’envie de revoir les siens. Le retour de François a intensifié ce désir, et notre vie présente où elle est séparée de son fils et de son mari, semble présenter une occasion qui ne se représentera plus, pour qu’elle parte seule en voyage. Nous en avons parlé pendant notre dernière entrevue la semaine dernière. Il est probable qu’elle partira dans le courant de mai. Ne divulgue pas le secret car Rose ne veut pas créer des déceptions si, après tout, elle ne part pas.
À ma dernière visite à Rose j’ai vu Paul à N. Y. et il m’a fait lire ta dernière lettre à lui. Cela m’a fait du bien. Que je suis heureux que nous soyons quelques-uns dans la famille à pouvoir vivre ainsi dans une intimité de pensée. Je regrette tant de n’avoir pas sacrifié certaines choses depuis 5 mois afin de pouvoir continuer à t’écrire comme jadis. Oh que cela m’a manqué ! Enfin cette semaine j’ai reçu ta lettre du 6 février et une d’Hélène du 10.
Tu parles de l’armistice et de ce que tu as souffert en voyant les appétits de conquête soudain dévoilés. J’ai senti cela aussi, mais j’étais plus loin et d’ailleurs la guerre m’avait déjà fait souffrir de la même façon et j’étais un peu blasé. Cela prouve combien on est presque tous inconsciemment hypocrites. Tous ces honnêtes gens qui invoquaient les nobles principes, notre idéal, n’avaient pas vraiment la foi, et, le moment venu, ils laissent tomber ce vêtement et se montrent pratiques, opportunistes, réalistes… Ce revirement est venu tard chez les civils. Au front je l’ai vu dès le début. Dès 1914 j’ai souffert terriblement du cynisme presque général : « Justice ! Équité ! mots creux, appât pour les pauvres diables que l’on envoie se faire crever la peau afin que les riches préservent leurs capitaux et gagnent les mines de l’Alsace. » – Pendant 4 ans, dans les moments les plus terribles, j’entendais cette froide, cruelle logique (car cela a bien les apparences de la logique) au moment où j’avais tant besoin de foi, d’idéal, de déclaration de principes nobles. J’avais cela en moi, mais j’aurais voulu le sentir chez les autres. Au front on était cynique parce qu’on était face à face avec de terribles réalités. Pendant ce temps à l’arrière le mot d’ordre semblait : un noble idéalisme, chez les meilleurs au moins. Mais le moment venu, ils n’ont pas été longs à s’en dépouiller.
Heureux les naïfs dans ces cas-là, et nous sommes des naïfs, toi et moi et quelques autres. C’est ce que Jésus voulait dire : Heureux les simples en esprit. Trop de gens sont sophistiqués, croyant être sages, profonds, avisés. Mais je conserve l’espoir car en ce moment nous voyons la plus grande coalition d’idéalisme qui n’ait jamais été vue. L’idéalisme américain vient à la rescousse de l’idéalisme français et anglais. Les idéalistes seront les plus forts car leur but est le même : faire naître une nouvelle société parmi les nations, avec le mot d’ordre de Justice. Les réalistes sont faibles car leurs buts égoïstes sont en conflit. Réalistes italiens et réalistes yougo-slaves [sic], réalistes français et réalistes anglo-saxons… Je vois ici les buts des réalistes américains. Ils disent : Voyez ces appétits de conquêtes en Europe ! Allons-nous sacrifier notre République en l’immisçant dans ces affaires ? Nous, nous ne voulons pas de conquêtes. Restons chez nous et laissons-les se débrouiller… Now that we have licked Germany for them4… Et c’est là un appétit de conquêtes aussi misérable que le nôtre. L’Amérique a assez de colonies ; elle veut avoir les mains libres dans le Nouveau Monde, agir à sa guise dans l’A. du Sud, la conquérir économiquement. Mais cela ne m’alarme pas outre mesure, leur égoïsme est visible aux honnêtes gens d’ici, il fait le pendant du nôtre, et engage les Américains à ne pas trop s’offusquer de nos appétits, puisqu’ils en ont autant. On me dit de bien belles choses, je vois des sympathies si chaudes, si éclairées, je sens que nous ne serons pas délaissés par l’Amérique en dépit des politiciens véreux et des financiers. Je suis certain que l’Amérique ne pourra pas revenir au statu quo ante. Elle a pris part à la guerre mondiale et désormais il lui est impossible de se désintéresser des affaires du monde. Au milieu de la politique aveugle des partis ennemis, démocrate et républicain, on voit le Rép. Taft se lever et se mettre aux côtés du Dém. Wilson pour défendre la Société des Nations5. Mais dans ce pays, le Congrès n’est pas la Nation, et l’opinion publique est plus généreuse que les politiciens ; elle est plus puissante aussi, et il faudra que le Congrès se décide au silence quand la Nation parle. Il est connu qu’il n’a fait la guerre qu’à contrecœur, poussé par l’Opinion, et il a voté tous les crédits parce qu’il n’a pas osé refuser. Il est vieux jeu, pacifiste, mercenaire, nationaliste, jaloux de ses prérogatives, jaloux de la dictature de guerre de Wilson6. Même les meilleurs ont la superstition de la Constitution, de la doctrine de Monroë, du Farewell Address de Washington sur le splendide isolement loin des « entangling alliances »7. Le public en majorité n’a pas ces superstition[s] des traditions, il croit au progrès, à l’évolution des institutions et des principes directeurs.
Connais-tu le texte du Farewell Address ? Il te faut le lire. Je l’ai souvent lu et commenté à Biesles, il est dans toutes les éditions du World Almanack. Il faut le connaître pour comprendre l’attitude de ce pays depuis 1914.
Tu peux t’imaginer combien je suis attaché à mes conférences, combien je me passionne pour mon apostolat dans une période comme celle-ci, avec quel accent je parle d’union, de coopération.
Tu seras peut-être partie d’Avignon quand tu recevras ceci. Puisses-tu trouver un terrain propice à Marseille. J’ai foi en toi et en Hélène. Vous êtes deux forces et je souhaite que votre champ d’action s’élargisse toujours plus. J’ai écrit à Barton au sujet d’Hélène et j’attends sa réponse. Je voudrais bien voir Hélène ici, où elle ferait tant de bien, mais je voudrais qu’elle soit à la bonne place. – J’ai le poignet fatigué, voici ma 3ème lettre aujourd’hui.
Écris-moi comme tu sais écrire. Tu sais si je l’aime.
Je t’embrasse de tout mon cœur.
Ton grand frère. Norton.
Écris-moi chez Paul, car je ne sais où je serai bientôt.

Carte postale. Williamstown avant 1914 (coll. Charrière)

  • 8 Vassar College est situé dans la vallée de l’Hudson, à une centaine de kilomètres au nord de New Y (...)
  • 9 Collège universitaire pour jeunes filles ouvert à Northampton (Massachusetts) en 1875.
  • 10 « métro ».

3Sur papier à lettres à en-tête du Haut Commissariat de la République Française aux États-Unis.
New York. Le 25 avril 1919.
Ma chère Alice,
Je viens de voir M. Galland qui est à la Commission chargé des affaires universitaires. Il engage des prof. en France pour les Univ. d’ici et il est en relation avec les Présidents. Il a le plus grand désir que tu ailles à Vassar8. Il n’y aura pas de Française là l’année prochaine si tu ne viens pas. Mlle Robin n’y reste pas, elle n’a pas su s’adapter, elle a des préjugés. Ce serait pour toi un devoir patriotique d’accepter. La situation la 1ère année sera de 1 500 à 1 800 dollars. La vie n’est pas chère. M. Galland va écrire à M. Petit-Dutaillis à ton sujet. On te procurera les facilités de voyage – aller et retour si tu ne restes pas – réduction de prix sur les bateaux. Ton temps à Vassar comptera pour ton avancement. Tu seras soutenue, car on a le plus grand désir de maintenir un élément français à Vassar. Je crois que tu peux faire beaucoup de bien et réussir là où d’autres n’ont pas su. Tu connais l’Am., tu as du tact, tu es exempte de préjugés, tu as la force, la vaillance, l’enthousiasme. Comme j’espère qu’Hélène pourra s’entendre avec Smith College9, il serait bien désirable que nous soyons en famille dans cette même région des É.-U. 3 frères et 2 sœurs dans les 2 états de New York et Mass. J’ai écrit à Vassar pour te proposer, j’attends la réponse et nous avons le temps d’échanger plusieurs lettres en attendant que ta réponse vienne.
Paul est décidé à rester à N. Y. quoi qu’il arrive. Il a plusieurs cordes à son arc et se fait connaître. Loy. ne reviendra pas (c’est encore un secret ici) mais il nous a avertis. Je crois que nous serons tous heureux ici, nous pourrons nous voir et nous aurons tous la satisfaction de faire du bon travail. Le champ est vaste et les bons moissonneurs rares. Je me sens plein d’activité, et je sais qu’à mon retour à Williams je vais conserver mes habitudes de propagande, conférences, action élargie, en dehors de mon travail de classe. Considère bien la situation. Nulle part tu ne trouveras un champ d’action comparable à celui des États-Unis en ce moment. On veut tant connaître la France. Si j’avais le temps je te dirais comment je parle de la France partout, en toute occasion, sur la plate-forme de conférencier, dans la rue, dans le train, dans le subway10… partout je trouve des gens qui m’abordent et me demandent des choses sur la France. Hier je me promenais le soir dans les rues, dans le nord de New York. J’ai été arrêté, on m’a interpellé, hissé sur une plateforme où j’ai parlé 10 minutes à la foule. De là on m’a mis dans une auto. qui m’a conduit à un grand Cinéma où pendant un entr’acte j’ai encore parlé. Puis on m’a reconduit chez Paul. Tout cela impromptu, simplement parce que mon uniforme annonce que je suis Français, et aussi parce que je peux parler sans préparation, n’importe quand et devant n’importe quel auditoire. Je te quitte à la hâte. Il faut que je prenne le train pour aller parler ce soir à Newburgh, rive droite de l’Hudson, en face de Beacon.
Je t’embrasse de tout mon cœur.
Ton grand frère qui t’aime bien. Norton.
Je t’adresse ceci à Avignon ne sachant si tu es vraiment allée à Marseille.

Norton Cru avec sa fille Madeleine et son épouse Rose à Williamstown dans l’entre-deux-guerres (© Williams College)

Notes

1 Williams College où Norton Cru enseignait avant-guerre.

2 Allusion à la prohibition. A Washington, les boissons alcoolisées sont prohibées de 1917 à 1934.

3 « trop affreuse pour en parler ».

4 « Maintenant que nous avons battu l’Allemagne à plate couture pour eux… ».

5 William Taft, président républicain des États-Unis de 1909 à 1913, est battu par le démocrate Woodrow Wilson aux élections présidentielles de 1912. Il n’en soutient pas moins le traité de Versailles dans lequel le président Wilson s’implique entièrement par son programme de paix en « quatorze points » comme par sa participation à la Conférence de la paix qui se tient à Paris (janvier-juin 1919).

6 Un an plus tard, en mars 1920, le Sénat américain refusera de ratifier le traité de Versailles.

7 Lorsqu’il abandonne volontairement le pouvoir en 1796, le président George Washington adresse un « message d’adieu » (« farewell address ») à la nation dans lequel il défend une politique de neutralité des États-Unis vis-à-vis des puissances européennes, déconseillant de « s’empêtrer dans les alliances » (« entangling alliances »). Quant aux principes de non-intervention réciproque entre les États-Unis et l’Europe énoncés par le président Monroe en 1823, ils sont érigés en doctrine par ses successeurs qui considèrent la politique isolationniste des États-Unis comme une protection pour eux-mêmes et pour l’Amérique latine, et comme un moyen d’hégémonie sur le continent américain. Norton Cru oppose cette tradition de « splendide isolement » à la politique d’intervention de W. Wilson.

8 Vassar College est situé dans la vallée de l’Hudson, à une centaine de kilomètres au nord de New York.

9 Collège universitaire pour jeunes filles ouvert à Northampton (Massachusetts) en 1875.

10 « métro ».

Table des illustrations

Légende Carte postale. Église épiscopale St. Johns, Williamstown (coll. Charrière)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7014/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Légende Carte postale. Williamstown avant 1914 (coll. Charrière)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7014/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende Norton Cru avec sa fille Madeleine et son épouse Rose à Williamstown dans l’entre-deux-guerres (© Williams College)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/7014/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540