Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Jean Norton Cru

 | 
Marie-Françoise Attard-Maranchini
, 
Roland Caty

1914

Texte intégral

« Cette guerre vécue sera intéressante à raconter. Je vois par mon expérience que qui n’y a pas passé s’en fait [une] idée bien vague. » (Secteur de Saint-Mihiel, 3 nov. 1914).

  • 1 Alice Cru (1891-1959), l’aînée des deux sœurs de Norton Cru, en vacances dans la propriété familial (...)
  • 2 Albert Cru (1881-1949), frère de Norton, mobilisé.
  • 3 Saulce-sur-Rhône (Drôme), la gare la plus proche de Mirmande.
  • 4 Paul Demas, camarade de Norton et de ses frères qui mourra au front en 1915.

1Romans, le 28 août 1914.
Chère Alice
1,
C’est toi je crois qui a le plus de chances de me répondre, aussi je t’adresse ceci. Je suis arrivé trop tard : Albert
2 est parti dans la nuit. À 9 h. du soir un télégramme a demandé 600 hommes au dépôt, soit cent pris dans chaque compagnie. Ils sont partis en moins de deux heures. À Saulce3 je suis monté dans un train qui contenait la plupart des passagers du « Patria » de la Fabre Line, qui devait partir samedi 15 août avec nous et qui n’a quitté New York que le lendemain. Il est arrivé hier à Marseille. Mon vagon [sic] était plein de Suisses, surtout des Suisses Allemands. Ces gens rentrent vite pour défendre leur pays de l’invasion et ils payent tout leur voyage, espérant être remboursés. Plusieurs parlent à peine français et ils lisent des journaux de New York tels que l’« Americanische Schweitzer Zeitung » [sic] qui malgré leur forme allemande ont un fond très antigermanique.
À Valence j’ai appris que le train de Romans partait à 8 h. du soir, mais on m’a conseillé de prendre le tram à vapeur près de la gare. En route, des soldats m’ont appris le départ subit de 600 hommes. Aussi j’étais plein d’appréhension quand j’arrivai à la caserne Bon. Paul Demas
4 s’est avancé vers moi et m’a annoncé qu’Albert était parti, lui confiant ses effets (ce qu’il laissait). J’irai voir cela au café où il les a déposés.
Je suis allé à ma propre caserne. On m’a questionné avec intérêt, on m’a inscrit mais on n’a pas le temps de m’habiller avant demain. Je suis donc sorti en ville. Il paraît que le 110
e territorial est à Briançon, et il n’y a ici qu’un bataillon de dépôt. Ma compagnie, la 11e, étant à Briançon je suis donc versé ici à la 15e, dans une école ou couvent appelé le Sacré-Cœur. Écrivez-moi donc ainsi :
Caporal à la 15
e Cie du 110e Régt Terral au Sacré-Cœur, Bourg-de-Péage, Drôme. Les territoriaux vont être appelés pour former un camp retranché à Paris. 400 de mon régiment, pris à Briançon et ici doivent être prêts à partir. C’est parce qu’on s’occupait d’eux qu’on n’a pas pu m’habiller. C’est peut-être un on-dit.
Je n’ai rien pu trouver de mieux que cette affreuse plume.
Je vous embrasse toutes.
Norton.
Je serai moins libre demain. On est très tenu, on sort peu.

Image 10000000000003550000044783F595EA.jpg

Première lettre de Norton Cru. Sur papier à lettres à en-tête du Café des Messageries, à Romans (DV)

Image 100000000000012B000001B672FF229A.jpg

Jean Norton Cru avant 1914 (© Williams College)

  • 1 Toutes les cartes postales sont signalées par ce logo.

Image 1000000000000055000000315A8AB528.jpg1

  • 5 Loyalty Cru (1884-1944), frère de Norton, également à Mirmande en attendant d’être mobilisé. Sa fam (...)

2Romans, dimanche soir 30 août.
Cher Loyalty
5. – Hier matin la majorité des territoriaux a quitté la ville pour aller garder les voies sur la grande ligne. Nos casernements sont presque vides. Je me suis occupé à adapter mon uniforme. Je suis habillé tout de neuf, mais il m’a fallu faire beaucoup de couture car les tailleurs sont absents. J’ai cousu mes galons, des écussons au collet et au képi, des boutons, etc. Je suis ce soir au café où Albert a laissé ses effets. Je vais les emporter afin d’en faire un colis que je vous enverrai. Il faudra laver le linge et le tenir prêt pour l’envoyer à Albert car il doit se trouver à court. Je suppose qu’il est à Gray, on le dit, ou bien dans une garnison de la Bourgogne. Il est probable que son régiment le 275e de réserve se constitue à part de l’active. Que vais-je faire ? Selon toute probabilité je vais garder des prisonniers allemands qui vont arriver ici incessamment. L’ordinaire est très bon et je suis sûr de bien me porter. Nous logeons à un ancien couvent devenu École de garçons supérieure. Écrivez-moi à la 15e Cie du 110e territorial. Écrivez aussi à Albert.
Bien des choses à tous.
Norton.

  • 6 Paul Cru (1882-1967), autre frère de Norton. Frappé de paralysie dans sa jeunesse, il n’est pas mob (...)
  • 7 Rose Souquet (1891-1975), épouse de Norton Cru. Durant les années de guerre elle réside aux États-U (...)
  • 8 Madeleine Souquet, sœur de Rose et belle-sœur de Norton. Elle vit à Aubenas (Ardèche) auprès de sa (...)
  • 9 Jeunes recrues qui font leur première année de service militaire.
  • 10 Ces lignes sont écrites à la veille de la première bataille de la Marne, alors que l’armée allemand (...)

3Romans, samedi 5 sept. 14.
Cher Loyalty,
J’ai reçu tes deux cartes, la lettre d’Alice et la carte de Paul
6. Je vous ai envoyé le colis du linge d’Albert lundi soir 31 août. J’aimerais avoir ma brosse à dents et mon savon américain. Jusqu’à présent je n’ai pas reçu un mot de Rose7. Je sais qu’elle a dû m’écrire mais ses lettres ont dû aller à Briançon, où se trouve la onzième compagnie qui est celle où j’aurais dû être versé si je n’étais pas arrivé en retard. J’écris aujourd’hui au vaguemestre de la 11e pour qu’il m’envoie mes lettres ici. J’ai reçu une lettre de Madeleine8 qui me donne des nouvelles de son mari et de son frère, nouvelles déjà anciennes et bien vagues.
Ici nous menons la véritable vie de caserne pour le moment, exercices de service en campagne, marches, et service de faction. Il y a d’ailleurs peu de monde, il n’y a guère que le dépôt de la compagnie : les malades, les auxiliaires et la classe 1893. Je n’ai pas pu rencontrer Demas malgré mes recherches. Dans un moment comme celui-ci il est à peu près impossible de trouver un soldat dont on ne connaît pas la compagnie. D’autant plus que le seul moment où je pouvais le chercher était de 6 à 9 le soir, alors qu’il était sûrement en ville. Il est peut-être parti maintenant car la réserve vient de fournir un détachement de 1 200 hommes qui sont partis cette nuit pour le nord. Les bleus
9 vont prendre leur place, il en est déjà arrivé un bon nombre hier. On a aussi débarqué dans la nuit environ 150 prisonniers. – Pour le moment je suis presque comme un coq en pâte : exercice modéré, bon ordinaire, beau logement, couchage confortable (excepté pour les puces). Nous sommes 4 compagnies au Bourg. Deux au clos des Maristes, et deux au Sacré-Cœur. Ces bâtiments étaient jadis de belles écoles congréganistes ; le Sacré-Cœur sert maintenant d’école élémentaire et supérieure laïque. Après divers changements de logis, nous sommes six caporaux qui avons réussi à nous réserver une chambre (salle de classe) et nous y sommes très bien. J’ai d’abord été assez mal les premiers jours, je n’avais pas un coin pour écrire et voilà pourquoi écrivant en ville dans un café j’étais obligé de me servir de timbres. J’ai parfois beaucoup à faire pour encourager mes collègues et pour les empêcher de perdre tout espoir. La vie que nous menons ici est bien faite pour détremper les énergies ; j’en vois beaucoup qui auraient besoin d’aller au feu pour se guérir le moral. On est trop comme à la caserne, on oublie trop vite que nous sommes en guerre et l’espèce des tire-au-flanc pullule. Pour moi je n’ai jamais été plus confiant, plus plein de ce courage à froid qui est autant de la foi que de la ténacité et qui doit me venir de mes ascendants anglais. Tenir, tenir toujours et malgré tout, tel un pugiliste qui en est à la 20e reprise après avoir évité le Knock-out et qui espère user son adversaire10.
Bien des choses à tout le monde.
Affectueusement à toi.
Norton.

4Belleville-sur-Saône (Rhône). Mardi 8 sept. 1914.
Cher Loyalty,
Me voici appelé à d’autres fonctions : celles de la garde des voies au nord de Lyon sur la ligne de Dijon. J’étais de garde de dimanche à lundi et je ne rêvais pas qu’un changement pourrait venir si vite. Je rentre de garde hier à dix heures du matin pour voir plus de cinquante hommes de la compagnie prêts à partir. On m’annonce que cinq caporaux sont désignés pour partir avec eux. Je m’empresse de faire mes paquets, d’emballer ma musette et à midi le train partait avec un détachement d’environ 250 hommes. Nous prenons la place des gardes-voies de 45 à 48 ans qui ont assuré le service depuis le début de la mobilisation et que l’on relâche maintenant, provisoirement du moins. Écrivez-moi ainsi : J. N. Cru caporal garde des voies ferrées à Belleville-sur-Saône poste n° 4, Rhône. Nous serons certainement mieux nourris ici et mieux logés qu’à la caserne. On occupe divers postes. Le nôtre est à la gare même et nous logeons dans l’immeuble hangar d’un marchand de fourrage tout près de la voie. On couche sur la paille mais elle est bien plus abondante et plus agréable qu’à Romans. Nous sommes 30 hommes et en arrivant ici j’étais le seul caporal, mais sur place nous avons trouvé un autre cap., un sergent et un adjudant. Nous recevons 50 sous par jour et avec cela nous devons nous nourrir. Il n’est pas question de faire la popote car nous n’avons aucun matériel pour cela, mais un restaurateur se charge de nous nourrir pour 30 sous par jour. Le café, sucre, vin sont en supplément. Je suis en ce moment très fatigué parce que j’ai passé deux nuits sans sommeil, la 1
ère étant de garde, la 2e de Lyon – ici. Nous sommes partis de Lyon à minuit et demi après un long arrêt où nous avons vu de nombreux trains d’émigrés fuyant l’invasion.
Excuse cette lettre si courte, j’ai beaucoup à faire ce matin, puis je tâcherai de dormir un peu.
Bien des choses à tout le monde.
Affectueusement à toi.
J. Norton Cru.

  • 11 Jules Payot (1859-1940), psychologue et philosophe qui s’est intéressé aux problèmes pédagogiques. (...)

Image 10000000000000530000002FCC58D3FA.jpg À sa sœur Alice.
Samedi 12 sept. 14. Lettre n° 2 (d’ici).
Je suis très heureux ici et me porte à merveille. Beau pays ce Beaujolais et bon vin. L’intérêt est le passage des trains qui sont fort nombreux : renforts, recrues, blessés, matériel, prisonniers, etc. Tous les trains s’arrêtent. Suis en quelque sorte un sous-chef de gare. Aucune nouvelle depuis mon arrivée. Ai écrit à vous, à Rose, à Albert. Avez-vous envoyé brosse à dents, savon à Romans ? Envoyez nouvelles si en avez reçu d’Albert ou d’autres. – On est très bien dans notre hangar : paille sans insectes, bon sommeil. À 48 kilom. nord de Lyon. Je crois que cette belle vie ne durera pas plus d’un mois. Irons sans doute plus haut. As-tu vu la destitution du recteur Payot ???
11
Bien des choses à vous tous.
Norton.

  • 12 Hélène Cru (1894-1980), seconde sœur de Norton, elle aussi en vacances à Mirmande.
  • 13 François Souquet (1893-1953), frère de Rose et beau-frère de Norton, alors mobilisé.

Image 10000000000000520000002E68E5656F.jpg À sa sœur Hélène12.
Belleville-sur-Saône, Poste n° 4, jeudi 17 sept. 1914.
Mardi 15 j’ai reçu ta carte du 13 et la veille j’ai eu 2 cartes, une d’Alice (5 sept.) et une de Maman (11 sept.), puis le même jour le savon et la brosse à dents. À l’instant on m’apporte la carte d’Alice du 15. Voulez-vous me faire un plaisir ? Écrivez-moi une lettre contenant la copie in extenso de la correspondance d’Albert depuis son départ de Romans. La moindre virgule m’intéresse plus que tout ce que vous pouvez me dire d’autre, sauf ce qui concerne les gens qui vont à la guerre. Je fais la même demande à Madeleine au sujet des lettres de François
13. Je n’ai encore qu’une lettre de Rose, du 25 août. Je suis assez pris ces jours-ci, mais le métier est bon. L’activité des voies est énorme. On en voit passer des choses et des gens ! Vu hier l’Afrique (turcos, spahis, goumiers). Je vais écrire encore à Albert.

5Belleville-sur-Saône, Poste 4. Lundi 28 sept. 1914.
Ma chère Maman,
Il y a aujourd’hui juste un mois que je suis soldat et qu’Albert est parti de Romans. Je commençais à être bien inquiet pour Albert et pour François. Je suis bien bien heureux d’avoir reçu de leurs nouvelles : Loyalty m’a envoyé la lettre d’Albert du 11 et Alice une copie de sa carte du 15. Puis hier Madeleine m’a envoyé copie d’une lettre de François qu’on venait de recevoir : il est sain et sauf, gai et plein d’espoir. Il déclare à sa bonne grand’mère : Pas de nouvelles, bonne
[s] nouvelles. « Qu’on ne prenne pas, dit-il, inutilement une mine de deuil, alors que tout marche pour le mieux et que tout Français doit se sentir le cœur plein d’espoir. »
Je vous ai un peu négligées récemment. Il faut dire que j’ai beaucoup écrit à Rose pour l’encourager à rester en Amérique et pour la tranquilliser. J’écris aujourd’hui à Loyalty.
Je m’endurcis à ce métier. Quand c’est mon tour d’être de service la nuit, je dors sur un banc de jardin tout en bois : autrefois je me serais levé avec des courbatures, maintenant je me sens reposé et dispos après une nuit sur le banc. Dans la paille on arrive à être bien au chaud. Il y a une petite rivière bien tranquille et lente à 2 kilomètres d’ici. Je suis allé m’y baigner et m’y savonner hier après-midi. Il est probable que nous ne resterons pas très longtemps ici. Les vieux de la réserve de la territoriale que nous avons remplacés vont revenir. Quand ? – On leur donne à peu près un mois de congé pour les vendanges et pour régler leurs affaires. Ils avaient dû partir les 1
ers à la mobilisation. Et nous irons alors vers le nord. Probablement dans les forteresses, peut-être là où l’on aura besoin de réserves derrière les lignes de combat. Je n’en parle pas à Rose pour ne pas l’inquiéter. Elle le saura toujours à temps. Ici les trains passent sans cesse, de longs trains qui vont tous à la même allure, entre celle d’un omnibus et celle d’un express. Les uns sont vides et vont faire nettoyer à Vaise des vagons [sic] pleins de litière où ont voyagé les chevaux ou le bétail. D’autres sont pleins de blessés avec quelques prisonniers. Ceux de montée contiennent des troupes et du matériel. Nous avons déjà vu passer plusieurs régiments de territoriale. Je vais parfois rendre visite à un jeune sergent blessé de l’armée active qui est ici chez ses parents. Il vient des Vosges de la région où se trouvent les régiments d’Albert et de François. Il n’a pu voir que le début des opérations car il a été blessé le 14 août par un éclat d’obus à la jambe. C’est un miracle que sa jambe ne soit pas perdue car l’éclat était très gros. J’ai lu dans deux journaux que le sergent Espiard, professeur à Cherbourg a été blessé et cité à l’ordre du jour. De même j’ai lu que le sergent Pignol a été tué, il est professeur d’anglais au collège de Villefranche Rhône et avait passé le Certif. en 1911 avec Alice et moi. C’est la 1ère victime que je connaisse. – Alice doit être bientôt partie n’est-ce pas ?
Ma chère Maman, je t’embrasse bien tendrement.
Norton.

6Belleville, mercredi soir 30 sept. 1914.
Ma chère Maman,
Je reçois la lettre d’Alice d’hier contenant le texte du télégramme et de la dernière carte d’Albert. Il n’y a pas de doute qu’il est blessé mais j’ose espérer que c’est peu grièvement car la majorité des blessures sont dans ce cas. Je crois deviner la raison de sa demande d’argent : il veut sans doute envoyer un câblogramme à sa femme, soit pour lui annoncer sa blessure et la tranquilliser en même temps, soit pour lui dire de venir de suite. Je désire bien que ce soit le premier cas parce que cela prouverait qu’il n’est blessé que légèrement. Vous n’allez pas tarder à recevoir des nouvelles de lui, soit de sa main, soit par l’intermédiaire de sa nurse. J’aimerais tant que vous me communiquiez ces nouvelles le plus vite possible.
Il a fait partie de ces troupes que l’on a enlevé
[es] de l’aile droite (Vosges et Voëvre) pour les transporter à l’aile gauche (Oise et Aisne) où se faisait un grand effort. J’avais vu ce mouvement dans les journaux et je m’étais demandé si le 75e en ferait partie. La conséquence c’est qu’Albert se trouve à Laval, trop loin pour que nous allions le visiter, tandis que sans ce mouvement on l’aurait envoyé à Lyon, Valence ou dans la région.
Je me presse pour attraper le courrier du soir.
J’ai reçu ce matin une lettre de Rose, la 4
e.
Ma chère Maman, aie bon courage, ce mauvais temps passera et j’espère que nous nous retrouverons encore une fois tous ensemble.
Je t’embrasse bien tendrement.
Ton fils qui t’aime bien.
Norton.

  • 14 Elle est professeur d’anglais au collège de jeunes filles d’Avignon.

Image 10000000000000520000002BBE59CB26.jpg À sa mère.
Belleville-sur-Saône. Samedi 3 octobre 5h du soir.
Nous partons de Belleville dans une heure et nous allons à Romans où nous serons demain matin. Il faut donc m’écrire là-bas. Je viens de recevoir la carte de Paul et une d’Alice (d’Avignon)
14. Toutes deux citent la carte d’Albert écrite du train (le 26 sept.). Je suis bienheureux de savoir que ce n’est pas trop sérieux. J’ai été bien inquiet.
Je vous embrasse de tout mon cœur.
Norton.

  • 15 Jean-Paul Cru, fils de Norton et Rose Cru, est né à Clavelle (Mirmande) en 1911 et décède à La Forc (...)

Image 10000000000000540000002F2D6860AB.jpg À sa sœur Alice.
Bourg-de-Péage, dimanche 4 oct. 1914.
Ma chère grande sœur. – À mon arrivée ici ce matin après 25 jours sur les voies je reçois une avalanche de lettres dont 2 d’Albert : une datée du 10 sept. et une carte écrite du train sanitaire : « Pour mon jour de naissance les Boches m’ont envoyé un pruneau dans la cuisse gauche. Ce n’est rien, j’en aurai pour une quinzaine de repos. J’ai attrapé ça dans la Somme pendant le grand coup au milieu des champs de betteraves. Les gens à toutes les gares nous criblent de friandises. » – Aussi une lettre de François du 9 sept. Au feu depuis le 13 août son régiment a beaucoup souffert. « Malgré tout et malgré la fatigue nous conservons le cœur joyeux ». Il a été si heureux d’une longue lettre de moi que je vais lui en envoyer encore de pareilles pour lui donner du cœur au ventre. Cher François ! C’est un homme brave après avoir été un brave homme. Deux lettres de Rose des 11 et 15 sept. Jean-Paul
15 va très bien et pense à son papa. – Pour le moment nous restons ici.
Je t’embrasse de tout mon cœur.
Norton.

  • 16 Clavelle, propriété familiale à 2,5 kilomètres de Mirmande où réside la mère de Norton Cru. Lui-mêm (...)
  • 17 Nona E. Blake (1880-1967), épouse de Loyalty Cru et belle-sœur de Norton. Elle se trouve alors à Cl (...)

7Cervières, Hautes-Alpes, vendr. 9 octobre 1914.
Chère Maman,
Nous sommes partis de Romans mardi soir 6 à 8 heures et après deux longs arrêts à Valence et Livron, nous sommes arrivés à Briançon mercredi à minuit. On a couché dans une usine transformée en caserne, puis hier jeudi nous sommes partis sac au dos pour monter ici. Cervières est un village alpin près de la frontière, composé d’un groupe de maisons couvertes en bois et occuppé
[sic] par un bataillon du 120e territorial. Dès maintenant nous appartenons au 120e et nous quittons tout à fait notre ancien régiment. Le dépôt du 120e est à Pont-St-Esprit et ses soldats sont originaires du Gard et de la Basse-Ardèche. Demain nous quittons Cervières, nous redescendons sur Briançon et nous continuons sur St-Chaffrey à 5 ou 6 kil. de Briançon. Nous allons rester assez longtemps à St-Chaffrey et tu pourras m’y adresser des vêtements. Sur l’argent que j’ai encore à Clavelle16, prends de quoi acheter 2 caleçons d’hiver (coton) et deux fortes chemises de coton flanelle, aussi 2 paires de chaussettes de laine. Il fait froid dans ces hautes vallées, tous les matins il y a une forte gelée blanche. Mais c’est encore trop tôt pour mon « sweater » ; je crains qu’il m’embarrasse dans mes bagages, mais si j’ai un tricot plus mince envoie-le. J’en ai un mais j’ai oublié si je l’ai apporté d’Amérique. Je suis donc maintenant dans un nouveau régiment, le 120e et mon adresse est : Cru, caporal, 120e Territorial, 1ère compagnie, à Briançon, Htes -Alpes (on fera suivre à St-Chaffrey). Ici je suis le seul territorial de la classe 1899 (ceux de 35 ans). Cela c’est parce que je suis arrivé un mois en retard. En effet tous ceux de 35, 36 et 37 ans ont été envoyés pour être exercés dans des camps, puis ils ont monté vers Paris et maintenant ils doivent être au feu, ayant été mis avec les réservistes. La plupart de mes camarades ont 40 et 41 ans et quelques-uns ont de 38 à 40 ans. Quel beau spectacle que ces grandes montagnes ! Au-dessus de nous s’élève une masse rocheuse à 1 100 mètres au-dessus du village. C’est gigantesque. Les beaux pins ! les beaux torrents ! Un ciel bleu, bleu et un air si parfumé. À cause de mes déplacements je vais rester assez longtemps sans lettres. Aussi je compte sur vous pour me renseigner sur les autres. Je vous embrasse bien tendrement chère Maman et chère petite Hélène. Mes meilleures amitiés à Nona17.
Norton.

Image 10000000000000520000002C861C3AEE.jpg Gare d’Avignon – mercredi 14 oct. 2 h. du matin.
Ma chère Alice – En 9 ou 10 jours je suis allé de Belleville à Romans, puis de là à Briançon (avec séjour dans les villages alpestres de Cervières et de St-Chaffrey) ; puis de Briançon à Nîmes où nous avons passé la journée d’hier. J’étais au 110
e Terral, puis je fis partie d’un détachement versé au 120e (Briançon) et enfin d’un détachement de ce dernier dispersé dans divers régiments de réserve du Midi (Antibes, Toulon, Marseille, Nîmes). Je fus de ceux envoyés à Nîmes au 240e régiment d’infie, dont le régiment d’active correspondant est le 40e. On nous a fourni tout ce qui nous manquait pour faire campagne (1 caleçon d’hiver, un tricot coton-laine, des molletières, etc.). Puis on nous a mis en route. Où allons-nous ? On dit que notre train se dirige sur Bricon (près du camp de Châlons). En tout cas me voilà rajeuni, je suis réserviste et non plus territorial. Et je suis le plus jeune de tous les partants. Je donnerai mon adresse plus tard ; je n’ai pas encore de compagnie. On pourra m’envoyer de Clavelle les chemises et chaussettes dont j’aurai besoin. Cela s’expédie très bien sur la ligne de feu. – J’aurais bien voulu te voir ici, mais je ne savais rien.
Je t’embrasse de tout mon cœur.
Norton.

Image 1000000000000336000002177759A876.jpg

Carte postale du 14 octobre 1914 expédiée par Norton Cru (DV)

Image 100000000000004800000027882A2792.jpg Samedi 17 octobre 14. Quelque part dans le département de la Meuse.
Chère Maman. – Il ne me sera pas bien facile d’écrire aussi je te demande de communiquer mes nouvelles à Alice et à Loyalty. Quant à Rose je lui écrirai une lettre que je t’adresserai à Clavelle et tu n’auras qu’à modifier l’adresse. Partis mardi soir nous avons passé à Lyon mercredi vers midi, à Dijon dans la nuit, à Chaumont jeudi matin et nous avons quitté le train à midi à une ville principale. Là des camions auto. nous ont transporté
[s] à l’arrière de la ligne où se voyait tout le pittoresque des équipages et des ravitaillements. Nous avons passé la nuit dans un petit bois et sans abri. Trop froid pour dormir un brouillard très dense. Passé mon temps assis sur mon sac, puis à battre la semelle. Vendredi matin (hier) nous sommes partis à pied pour venir ici sur le front. On est assez tranquille pour le moment : c’est la grosse artillerie qui marche : elle tonne sans discontinuer tout près de nous semble-t-il. On n’entend pas la réplique de l’ennemi. L’infanterie agit peu en ce moment, elle se terre dans les tranchées et ceux dont ce n’est pas le tour d’y être, sont cachés dans l’immense forêt qui couvre le pays. Je vais vivre plusieurs jours peut-être plusieurs semaines dans ces bois, sous des abris de branchage. Je me sens très bien ; malgré la puissante canonnade je ne puis me convaincre que ce soit pour de bon. Mais quelle vie ! Pas moyen de laver mains ou linge. Il faudra que tu songes à m’envoyer chaussettes et sweater. Grosses chaussettes tricotées car on vit et on dort dehors et on couche par terre. Voici mon adresse : Cru caporal 240e régt d’infie 23e Compagnie, 75e division de réserve. Bureau Central Militaire. Paris. Maintenant tout passe par ce bureau et cela va plus vite. – J’écris ceci debout dans un fourré, sur mon porte-feuille avec l’encre d’un de mes hommes. Quand tu m’enverras des effets ajoute un crayon, 1 petit carnet (même vieux). Depuis le 4 oct. (arrivée à Romans) je n’ai reçu aucune lettre. Elles ont dû me suivre dans mes étapes et peut-être se sont égarées. N’oublie pas les caleçons d’hiver. Je les remplace pour le moment en portant 2 pantalons le rouge et 1 en toile que j’ai réussi à apporter de Romans.
Je vous embrasse tous à la maison et ailleurs. Norton.

Image 10000000000000520000002C552FFAB2.jpg À sa mère.
Même endroit, mercr. 21 oct. 14.
Depuis notre arrivée au front il y a six jours, il ne s’est rien passé de nouveau. Toujours la canonnade avec quelquefois pendant la nuit la fusillade dans les tranchées. Nous sommes au repos dans notre forêt, avec quelques alertes de nuit pour nous tenir en haleine. Brouillard dense qui tombe en grosses gouttes. Depuis six jours le feuillage ruisselle et il pleut sur cette carte que j’écris dans notre hutte de branches. Je ne me suis lavé ni mains ni visage depuis Nîmes. Point d’eau. Je me porte très bien et pour le moment je ne manque de rien. Peut-être pourriez-vous retarder le colis. Il ne me faut que des chaussettes grosses. J’attends encore un peu avant d’écrire à Rose ; pas besoin de l’alarmer trop tôt. Les paquets arrivent bien : tous les jours on en distribue. Il y a des soldats qui en reçoivent plusieurs : linge, provisions et même du beurre. Je suis sans lettres depuis le 4 oct. Je vous embrasse bien tendrement. Norton.

Image 10000000000001A0000001067ED1F160.jpg

Le Dauphiné, Voiron. Carte postale du 21 octobre 1914 expédiée par Norton Cru (DV)

Image 10000000000000520000002C068ECD24.jpg À sa mère.
Dimanche 25 oct., région de la Meuse.
Je n’ai pas grand’chose à dire si ce n’est que je me porte très bien et que rien n’est changé à notre situation. Nous sommes restés en réserve tout le temps ; d’ailleurs il n’y a pas eu d’engagement depuis notre arrivée. C’est le duel d’artillerie à longue distance qui continue jour et nuit. Les gros obus français et allemands passent au-dessus de nous et nous savons les reconnaître à leur bruit spécial : les nôtres ronflent, les leurs sifflent. – Je crois que tu peux encore retarder l’envoi du « sweater » car le temps s’est adouci et d’ailleurs j’ai reçu des vêtements chauds du régiment : 1 paire chaussettes laine, 2 tricots légers, 1 caleçon en tricot léger, 1 ceinture flanelle. Nous ne savons rien sur le lendemain, mais le bruit court que nous partons demain pour aller un peu plus en arrière où l’on nous vaccinera contre la typhoïde. Ceci est peut-être un canard. Je me suis débarbouillé hier, cela ne m’était pas arrivé depuis Nîmes : onze jours ! ! J’en étais réduit avant à me frotter les mains avec de la glaise humide puis à la faire partir avec des feuilles. Il m’est dur de rester si longtemps sans lettres : depuis le 4, cela fait 21 jours sans lettres. Je crains que celles de Rose ne me parviennent pas, du moins celles du mois d’octobre. Nous sommes sans nouvelles de la guerre, on vit au jour le jour, toujours prêts. Je suis resté une semaine jour et nuit sans quitter mes souliers et mes molletières. J’espère que vous avez reçu la lettre que j’ai écrite pour Rose avant-hier.
Je vous embrasse bien affectueusement.
Norton.

  • 18 (Saint-Mihiel), mention portée ultérieurement par Norton Cru. Cette agglomération est située sur la (...)

8Vendredi 30 octobre 1914 (Saint-Mihiel)18.
Chère Maman,
Nous sommes toujours au même endroit et c’est la même chose depuis 15 jours. Le temps humide continue et il a plu deux jours. Nos rustiques logis ont été inondés mais heureusement le mien est resté étanche grâce à l’habileté de mes hommes. Maintenant je dors au sec et au chaud grâce à nos efforts pour améliorer le petit « home ». Dehors, il y a une boue telle que je n’en ai jamais vue. J’ai le bonheur d’avoir 2 paires de grosses chaussures et je tâche d’en mettre une à sécher. Le tonnerre du canon est perpétuel et les gros obus continuent leur vol musical au-dessus de nous. Même en dormant je les entend
[s] passer. Ma santé est bonne et je me sens bien, mais je ne pense plus. On devient une mécanique. J’ai maigri je crois, mais c’est tout naturel. Bonne nourriture. Envoie cette carte à Rose car je n’ai guère de quoi écrire. Je ne pourrais d’ailleurs lui donner plus de détails car c’est défendu.
Je vous embrasse tous à Clavelle et à Williamstown.
Norton.

Image 10000000000000310000001BF1254A49.jpg À sa mère.

9Je vais bien.
J’ai reçu votre lettre du 24 oct.
Lettre suit à première occasion.
dimanche 1
er nov. -14.
J. Norton Cru.

Image 100000000000011700000178867A5D89.jpg

Carte militaire (verso) du 1er novembre 1914 (DV)

  • 19 Obus (argot militaire).
  • 20 Abréviation de caporal.
  • 21 « Les lettres soulignées ci-dessus donneront le nom du lieu où nous nous tenions ou plutôt assiégio (...)

10Mardi 3 nov.
Cher Albert,
J’ai eu le grand plaisir hier de recevoir un lot de 5 lettres datées du 26 et 27 oct. Elles me v
iennent de toi, Loyalty, Alice, Hélène et Madeleine ma belle-sœur. Hormis une lettre d’Hélène reçu[e] le 31 je suis resté sans nouvelles pendant 27 jours. Je te remercie beaucoup pour ton offre. Je n’en aurai pas besoin : j’ai peu d’argent mais au front on fait des économies car il n’y a rien à acheter. Depuis hier je ne suis plus au front. On a relevé toute la division et nous sommes venus cantonner à Pierrefitte où l’ennemi n’a jamais passé. Quelle surprise de ne plus entendre le canon, de ne plus trembler d’être aperçus par les aéros. et d’être repérés par les mortiers lanceurs de marmites19 ! Je ne sais ce que nous allons faire mais au moment de quitter le front nous commencions à être initiés au danger. Sur plus de 2 000 nous sommes 1 600 territoriaux et la plupart bien plus âgés que moi. Samedi nous avons passé la nuit à recevoir des balles sans répondre, mais creusant avec ardeur une longue tranchée à 150 m. des tranchées allemandes. Ce qui est étonnant c’est qu’on a fait cela presque sans pertes, mais on avait les nerfs assez agacés. Le lendemain nos huttes de branches ont reçu des marmites. On s’est réfugié dans les trous profonds que nous avions préparés. Sans cette précaution, qu’est-ce qu’on recevait ? On est heureux de revenir à la vie civilisée. Je me suis procuré un bidon de vin au prix de quelles peines et grâce à quel piston ! Je me suis débarbouillé chose qui m’est arrivée avant cela qu’une fois en 3 semaines, et c’était dans un village bombardé et fumant où je conduisais une corvée d’eau. 2 heures après un cabot20 qui se lavait au même endroit fut tué par un éclat d’obus. The letters underlined above will form the name of the place where we have [been] staying or rather besieging the enemy21. Remercie Ernest pour le passe-montagne. Si le temps est moins beau que de ton temps, en revanche on est plus gâté : on distribue avec l’ordinaire, des chemises chaudes, chaussettes, tricots, etc., provenant de dons particuliers. Il n’y a que 2 ou 3 objets par section mais on en reçoit souvent et il n’y a personne qui soit aussi dépourvu que tu l’étais. Ta lettre m’a fait un plaisir énorme. Cette guerre vécue sera intéressante à raconter. Je vois par mon expérience que qui n’y a pas passé s’en fait [une] idée bien vague. Je suis très inquiet pour François, il reste bien peu d’espoir qu’il soit sauf. Aucune nouvelle de Rose depuis le 9 sept., il y a presque 2 mois. Bien affectueusement à toi.
Ton frère Norton.

  • 22 « Je suis son conseil. »

11Sans destinataire mentionné.
Mardi 3 nov. 14.
Samedi 31 octobre j’ai eu le grand plaisir de recevoir la 1
ère lettre depuis le 4 oct., c’est celle d’Hélène qui est si longue. Hier j’en ai reçu 5 à la fois et toutes datées du 26 et 27 oct. (1 d’Alice, d’Hél., de Loy., d’Albert, de Madeleine). Je suppose que toutes celles écrites avant sont égarées. Hier nous avons quitté nos cahutes de branches pour déménager. On est venu ici à Pierrefitte, dans le même départemt. Mais on est hors de portée de l’ennemi et pour la 1ère fois depuis le 15 oct. on n’entend plus le canon. Est-ce le repos promis au régimt depuis quelque temps ? Peut-être. Nous allons passer quelques jours ici. Après ? Avant de quitter la 1ère ligne nous avons, nous les territoriaux, reçu le baptême : samedi les balles et dimanche les obus. Pas grand mal. Je vous prie d’envoyer cette carte à Loyalty, pas une copie, mais la carte même. I follow his advice22. Je vous remercie pour ce que vous allez m’envoyer. Cela me sera très utile après cette période de repos. Je suis sans lunettes depuis 8 jours ; un verre étant cassé, elles sont en réparation à Barle-Duc, mais je crains bien de ne jamais les revoir. Je me porte très bien. En 3 semaines je me suis débarbouillé 2 fois, hier à notre arrivée ici, puis il y a 10 jours dans un village bombardé où j’étais allé conduire une corvée d’eau. Notre bois était sans eau absolument. Aucune nouvelle de François depuis le 20 sept. environ. C’est très inquiétant. La lettre d’Albert m’a fait grand plaisir. Il parle de choses vécues et qui ne me sont pas tout à fait étrangères. J’écrirai encore bientôt.
Je vous embrasse bien.
Norton.

  • 23 François Souquet a été blessé et fait prisonnier à Saint-Quentin. Dans une lettre à son épouse, don (...)
  • 24 Anne-Marie Mayard dite Nita, née en 1881, première épouse d’Albert Cru et belle-sœur de Norton. Ell (...)

Image 10000000000000510000002D05881976.jpg À sa sœur Alice.
Jeudi 12 nov. 1914.
Ma chère sœur,
J’ai reçu hier ton petit paquet. Merci beaucoup, il arrive très bien au moment où il me restait encore une barre du chocolat envoyé par Albert. Maintenant que les soldats sont à peu près montés en effets d’hiver, ce que l’on envoie le plus dans les colis ce sont les provisions : tomes, saucisson, chocolat, etc. Nous sommes abondamment pourvus de vivres pour les repas réguliers de 10 h. et 5 h., mais nous sommes très heureux d’avoir des provisions pour manger le matin avec le quart de café (qui se boit avant le jour) ou bien pour se donner des forces pendant une étape, car dans ce dernier cas il n’y a pas de repas tant que la marche dure. – Jusqu’au 1
er nov. j’ai été à une certaine partie du front. Depuis nous sommes venus ici, à l’ouest et au nord du 1er point, toujours même département. Hier nous sommes allés faire des tranchées bien en avant, près de l’ennemi, mais tout a été tranquille. Excuse-moi si je ne t’écris pas, j’espère bien qu’on te communique mes nouvelles de Clavelle. Nous sommes assez mal pour écrire ici, je t’écris dans un grenier très noir et il faut y rester quelque temps pour s’habituer à l’obscurité et y voir assez pour écrire. J’ai écrit une lettre à François à Paderborn, Westphalie23. Cela lui sera un grand plaisir. Tu pourrais essayer de m’envoyer des journaux anglais si tu peux en avoir. Je ne vois pas pourquoi ils ne me parviendraient pas. Toujours aucune nouvelle de Rose depuis sa lettre du 15 sept. reçue à Romans le 4 oct. J’ai de très vagues nouvelles plus fraîches par Albert via Nita24. J’ai reçu il y a 3 jours deux cartes de Loyalty du 29 oct. et 2 nov. et une carte d’Hélène même date.

12Lundi 23 nov. 1914.
Chère Hélène,
J’ai reçu il y a trois jours ta longue lettre avec copie de celle de Paul et maintenant j’ai ta carte du 14 nov. où tu mentionnes la mort du frère de Rosia. Je viens de passer une période de 4 jours dans les tranchées en face de l’ennemi. Ce fut bien calme mais le froid de ces hautes terres de Lorraine
[est] intense surtout la nuit. J’ai le bonheur d’avoir chaussettes, gants, etc. Mais il faut songer à l’avenir. Je voudrais que vous fassiez tricoter deux grosses paires de chaussettes. Les deux paires que je porte sont celles envoyées par Albert, assez minces. Les vôtres je ne les ai plus. Une paire se perdit dans le foin d’un grenier dans un départ de nuit. L’autre paire je l’ai donnée à un malheureux de mon escouade qui n’avait rien et qui souffrait du froid aux pieds. – Pendant ces 4 jours il y a eu des hommes qui ont eu les pieds gelés. Il faut donc être bien muni pour faire la guerre au froid. Je crois qu’il va devenir notre plus redoutable ennemi. C’est le moment de m’envoyer mon sweater. Il va me servir désormais tous les jours et je suis bien content de l’avoir. Depuis 5 jours il ne dégèle pas et la nuit la tempér. descend vite. Elle doit atteindre - 10° à mon avis et alors la vie devient difficile dans les tranchées. Je suppose qu’après 4 jours de répit nous allons y retourner. Je veux donc tâcher d’être muni. Cherchez s’il y a à la maison une paire de pantalons chauds, même rapiécés et que je pourrais porter sous mes pantalons rouges. Dans les tranchées on reste tranquilles et cachés le jour, puis la nuit l’activité commence : on nous apporte à manger de l’arrière et nous sortons de nos trous pour en creuser d’autres et placer de[s] fils de fer.
Mais cette longue immobilité dans ces fossés mal abrités cause un froid aux pieds terrible. Cette fois j’ai eu la veine d’avoir un vrai terrier, un trou en cul-de-sac, sans courant d’air et on s’est serré les uns contre les autres tous les six. Mais les autres ont enduré des souffrances terribles. Je viens d’écrire un peu longuement à Albert et je n’ai plus le temps.
Je vous embrasse bien toutes les deux.
Norton.

  • 25 Abréviation de North Adams, ville du Massachusetts située à une dizaine de kilomètres à l’est de Wi (...)

Image 10000000000000530000002D4F5A87CF.jpg À son frère Loyalty.
Lundi 23 nov. 1914.
Reçu ta carte ce soir et j’allais demander à Albert de m’acheter des lorgnons. Tu feras mieux l’affaire. L’ordonnance du Dr Thompson de No. Adams
25 a dû s’égarer avec les lunettes envoyées en réparation à Bar-le-Duc. Ce sont des indications compliquées : 3 chiffres pour chaque œil et je ne m’en souviens pas. Je te conseille de m’acheter provisoirement des lorgnons de myope bon marché 2,50 à 4 fr., le n° 6 peut aller pour moi, ce sera bien mieux que rien. Je reviens de 4 jours dans les tranchées. Expérience nouvelle, dirait un Anglais. Le froid est terrible. Je suis déjà assez bien muni et je demande de nouveaux effets à Clavelle. Pourrais-tu trouver à Valence des chaussons très chauds et tenant peu de place dans le sac. Cela permet de se déchausser dans les cantonnements ou dans les tranchées quand on prend du repos. Je me suis déchaussé et j’ai plié mes pieds dans la couverture mais il y en a qui ont des chaussons et c’est mieux. J’aurais pu les demander à Clavelle mais tu as plus de choix à Valence. Bien affectueusement.
Norton.

13Dans la Meuse, 4. déc 1914.
Ma Chère Alice,
Je reçois ta lettre recommandée du 26 nov. contenant le billet de 5 fr. Bonne lettre ! réconfortant
[e] par son style et par l’argent qui sert ici au front. On peut parfois avoir un verre de café chaud chez l’habitant pour 5 sous. On achète de la bougie pour s’éclairer dans les tranchées, etc. Donc merci bien ! J’ai reçu aujourd’hui ton autre lettre contenant copie par Hélène de la lettre de Paul. Les nouvelles de Paul me causent un bien réel plaisir. Il se débrouille. Quelle chance pour lui ! À quelque chose malheur est bon. Je pars ce soir pour les tranchées. C’est la 3ème fois. Chaque fois on y reste 4 jours suivis de 4 jours de repos. Repos ! C’est-à-dire qu’on est un peu plus loin de l’ennemi dans un village où les obus pleuvent tous les jours, couchés une centaine dans une grange sur une mince couche de foin mouillé et pourri qui sert à la troupe depuis 4 mois. Dans les tranchées, je me trouve plus en sûreté qu’ici. On est près de l’ennemi, mais à peu près à l’abri. Seulement on ne dort pas de 4 jours, on ne s’étire pas, on prend des crampes et les fourmis dans les jambes sont à l’état perpétuel. Albert guérit lentement dis-tu ? Je le sais et je t’avoue que je ne puis m’empêcher de m’en réjouir. C’est peut-être de l’égoïsme familial – mais je redoute pour lui le moment où après avoir goûté les douceurs de l’hôpital il lui faudrait retourner à cette vie à laquelle on s’habitue par abrutissement mais qui serait terrible pour lui. Je crois qu’il a fait sa part, François aussi. Dieu veuille qu’ils en restent là ! Je ne me décourage pas, non, je suis endurci, racorni, mais c’est dur, très dur. On n’y pense pas, on vit, voilà. Je ne crois pas que je raconterai jamais à Rose le roman vécu par moi depuis que je suis au front. Le danger a beaucoup diminué depuis le temps d’Albert, mais on est peut-être moins civilisé depuis cette guerre souterraine où l’on vit comme le gibier des forêts. Je t’écris dans le noir, sous ce[tte] grange, debout contre un poteau encrassé de fumier. Le canon tonne sans cesse. Cette nuit on va se glisser en cachette jusqu’aux tranchées, sans se faire voir.
On m’appelle à la soupe.

  • 26 Francis Brown Barton, « instructor » en langues romanes à Williams College au cours des années 1911 (...)
  • 27 The Williams Record du 14 janvier 1915 publie en anglais une longue lettre de Norton Cru adressée à (...)

Image 10000000000000540000002F50728F25.jpg À son frère Albert.
10 déc.
J’ai reçu ta carte et les lunettes hier. Merci bien. Je reçois des nouvelles directes d’Amérique : 2 lettres de Rose et 1 de Barton
26. Nous sommes encore cantonnés au repos après notre 3ème période de tranchées. Cette période fut dure à cause de la pluie qui n’a pas cessé. Je suis resté mouillé les 4 jours. Et quelle boue ! Nos capotes valaient un coup d’œil. L’ennemi devient plus actif : on a eu diverses attaques aux tranchées voisines. En face de nous ils restèrent tranquilles et se contentèrent de nous aveugler de leurs fusées éclairantes. Ce repos est plus dangereux que les tranchées. Nous avons plus de pertes ici que là-bas ; car les obus arrivent chaque jour. La vie des tranchées est loin d’être le tableau idyllique que j’ai lu. Moi qui ne suis pas douillet, je la trouve très dure. On a besoin d’être stoïque27. Ma demande comme interprète n’a pas été transmise. C’est contre le règlement paraît-il. Il faut être demandé et non s’offrir soi-même. Merci pour tout ce que tu fais pour moi. Avant de partir pour les tranchées j’avais reçu ton colis de 3 paq. de tabac et de chocolat. Je t’embrasse.
Norton.

  • 28 Lieux où se trouvent divers membres de la famille de Norton : Alice (Avignon), Madeleine (Aubenas), (...)
  • 29 Elle est reçue à l’École normale supérieure.

1410 déc.
Chère Maman,
Je reçois bien toutes les lettres d’Hélène et aussi la tienne où tu parles du colis qui n’a pas pu partir. Il y a erreur car tous les soldats reçoivent des provisions et moi-même j’en ai reçu d’Avignon, d’Aubenas, d’Alençon et de Clavelle
28. Ma santé est bonne malgré le froid de novembre ou les pluies de décembre. Les 4 jours dans les tranchées sont durs à passer mais on n’est pas très exposé. Après-demain nous allons faire notre 4ème période dans les tranchées. J’ai le plaisir d’avoir des nouvelles directes d’Amérique : une lettre de Rose du 10 nov. et une du 20. Puis une lettre de Barton du 23. Je suis heureux de savoir Rose si active et si courageuse. Elle a des amis et elle ne se sent pas isolée. Jean-Paul fait une prière le soir pour que Dieu lui ramène son papa. J’ai appris par Alice qu’Hélène te quitte pour aller à Sèvres29. Albert vient de m’envoyer des lorgnons et Loyalty des chaussons. Qu’on est heureux d’avoir tant de gens qui pensent à vous ! Ma chère Maman ce n’est pas souvent que je t’écris mais c’est si difficile de trouver le moment et un coin pour le faire. Et puis il me faut écrire à mes frères, à ma femme. Le mari de Madeleine est aussi aux tranchées en Picardie et va bien. Albert m’a envoyé un paquet de journaux anglais. J’ai bon espoir de traverser cette dure période et de nous retrouver tous un jour. Je suis si heureux de voir que Dieu nous a conservé Albert et François qui ont couru tant de dangers. Je t’embrasse bien affectueusement ma bonne maman.
Ton fils.
Norton.

Image 10000000000000530000002D54A428D6.jpg Au village. Le 26 déc. 1914.
Ma chère Maman,
Depuis dix jours nous avons à peine eu le temps de souffler et je n’ai pu écrire. Cependant j’ai beaucoup à répondre car on me fait la faveur de m’écrire de partout. Nous restons plus longtemps aux tranchées et moins longtemps au repos et encore dans ce repos on a à peine un moment à soi pour écrire un mot. Remarque bien ma nouvelle adresse et donne-la à Alice et à Hélène. Hélène m’a gentiment adressé le chocolat de son goûter. Et il est juste arrivé hier, jour de Noël, alors que nous n’avions presque rien à manger. Peux-tu me trouver encore de la saucisse ? C’est si commode dans les tranchées. Peut-elle se conserver cuite ? J’aimerais aussi beaucoup des
tomes pas trop fortes, pas trop faites. On a faim dans les tranchées et la cuisine est bien difficile à faire sous les obus qui tombent. Je vais bien toujours, mais je crains un rhume de poitrine pour avoir passé une nuit dans un boyau (fossé) plein d’eau. J’écris à Rose, à Loy. et à Albert. Je t’embrasse bien fort.
Norton.

Image 100000000000033700000224BD2486B5.jpg

Carte militaire, recto (1er nov. 1914) avec l’indication « Saint-Mihiel » portée par Norton Cru ultérieurement (DV)

Image 1000000000000335000001E86598F5DA.jpg

Carte postale « Belleville-sur-Saône. La gare », 3 oct. 1914 (DV)

Notes

1 Alice Cru (1891-1959), l’aînée des deux sœurs de Norton Cru, en vacances dans la propriété familiale de Mirmande (Drôme).

2 Albert Cru (1881-1949), frère de Norton, mobilisé.

3 Saulce-sur-Rhône (Drôme), la gare la plus proche de Mirmande.

4 Paul Demas, camarade de Norton et de ses frères qui mourra au front en 1915.

5 Loyalty Cru (1884-1944), frère de Norton, également à Mirmande en attendant d’être mobilisé. Sa famille utilise parfois le diminutif Loy.

6 Paul Cru (1882-1967), autre frère de Norton. Frappé de paralysie dans sa jeunesse, il n’est pas mobilisé et vit à New York.

7 Rose Souquet (1891-1975), épouse de Norton Cru. Durant les années de guerre elle réside aux États-Unis avec leur jeune fils, à Williamstown (Massachusetts) où son mari enseignait depuis 1908.

8 Madeleine Souquet, sœur de Rose et belle-sœur de Norton. Elle vit à Aubenas (Ardèche) auprès de sa grand-mère.

9 Jeunes recrues qui font leur première année de service militaire.

10 Ces lignes sont écrites à la veille de la première bataille de la Marne, alors que l’armée allemande se rapproche de Paris.

11 Jules Payot (1859-1940), psychologue et philosophe qui s’est intéressé aux problèmes pédagogiques. Nommé recteur de l’académie d’Aix-en-Provence en 1907, il est non pas destitué mais suspendu de ses fonctions pendant six mois en 1914 pour s’être absenté de son poste sans autorisation ministérielle. Réintégré, il demeure recteur de l’académie d’Aix jusqu’à sa retraite en 1923 (Bulletin officiel du ministère de l’Instruction publique, n° 2143 des 12-19-26 septembre 1914).

12 Hélène Cru (1894-1980), seconde sœur de Norton, elle aussi en vacances à Mirmande.

13 François Souquet (1893-1953), frère de Rose et beau-frère de Norton, alors mobilisé.

14 Elle est professeur d’anglais au collège de jeunes filles d’Avignon.

15 Jean-Paul Cru, fils de Norton et Rose Cru, est né à Clavelle (Mirmande) en 1911 et décède à La Force (Dordogne) en 1988.

16 Clavelle, propriété familiale à 2,5 kilomètres de Mirmande où réside la mère de Norton Cru. Lui-même, comme la plupart de ses frères et sœurs, est très attaché à cette demeure.

17 Nona E. Blake (1880-1967), épouse de Loyalty Cru et belle-sœur de Norton. Elle se trouve alors à Clavelle.

18 (Saint-Mihiel), mention portée ultérieurement par Norton Cru. Cette agglomération est située sur la Meuse, à une trentaine de kilomètres au sud de Verdun. En septembre 1914, les forces allemandes se portent dans la vallée de la Meuse en direction de Saint-Mihiel qui tombe le 24 septembre. La ligne de front forme alors le « Saillant de Saint-Mihiel » qui s’enfonce de plus de vingt kilomètres dans le dispositif français, condamne les voies de communication Nancy-Toul-Verdun et menace celles de Bar-le-Duc à Verdun. C’est pourquoi l’état-major allemand maintient coûte que coûte cette position qui est le théâtre de violents combats pendant quatre ans.

19 Obus (argot militaire).

20 Abréviation de caporal.

21 « Les lettres soulignées ci-dessus donneront le nom du lieu où nous nous tenions ou plutôt assiégions l’ennemi. » Il s’agit de Saint-Mihiel.

22 « Je suis son conseil. »

23 François Souquet a été blessé et fait prisonnier à Saint-Quentin. Dans une lettre à son épouse, dont des extraits sont traduits et publiés dans The Williams Record, le journal de Williams College, Norton Cru évoque la situation de son beau-frère et tient à rassurer sa femme : « Don’t be anxious about my fate. » (« Ne t’inquiète pas de mon sort. ») (The Williams Record, 14 déc. 1914, Arch. Williams College).

24 Anne-Marie Mayard dite Nita, née en 1881, première épouse d’Albert Cru et belle-sœur de Norton. Elle demeure durant la Grande Guerre à Williamstown où son mari était enseignant.

25 Abréviation de North Adams, ville du Massachusetts située à une dizaine de kilomètres à l’est de Williamstown.

26 Francis Brown Barton, « instructor » en langues romanes à Williams College au cours des années 1911-1912 et 1914-1915. Il traduit les lettres de Norton Cru qui sont publiées dans The Williams Record (Arch. Williams College).

27 The Williams Record du 14 janvier 1915 publie en anglais une longue lettre de Norton Cru adressée à F. B. Barton. Après avoir exprimé son plaisir de recevoir du courrier de Williams College, Norton Cru précise qu’il ne ressemble plus au professeur qu’il était. Il décrit son existence dans les tranchées près de Verdun, dans des huttes en forêt, une vie de sauvage, de barbare. « In this life of a savage, of a barbarian, that I live here… ». Il se félicite de résister grâce à son stoïcisme, raconte son travail nocturne et celui de ses hommes dans les tranchées sous le feu de l’ennemi, évoque les nuits terribles, les marmites, le ravitaillement difficile, le froid. « We suffer veritable tortures. We endured this from the 18th to the 22nd of November and not a few men had their feet frozen. » (« Nous avons subi de véritables tortures. Nous avons supporté cela du 18 au 22 novembre et plus d’un homme a eu les pieds gelés. ») (ArchV Williams College).

28 Lieux où se trouvent divers membres de la famille de Norton : Alice (Avignon), Madeleine (Aubenas), Albert (hospitalisé à Alençon), sa mère (Clavelle).

29 Elle est reçue à l’École normale supérieure.

Notes de fin

1 Toutes les cartes postales sont signalées par ce logo.

© Presses universitaires de Provence, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540