Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Relire l'histoire

La Cité des femmes

Christine Bard

Texte intégral

L’auteure remercie Catherine Marand-Fouquet qui a très amicalement relu et synthétisé ce texte.

  • 1 Le conseil d’administration est composé de Christine Bard, Corinne Bouchoux, Jean-Christophe Coffi (...)

1Née en janvier 2002, l’association la Cité des femmes souhaite créer un espace culturel dédié à l’histoire des femmes et du genre1, qui associerait en un même lieu un musée, une bibliothèque, des espaces réservés à des animations culturelles et des espaces conviviaux. Ainsi pourrait-t-on montrer des œuvres, des objets et des documents qui exposent la contribution des femmes à la culture, à la vie sociale et politique et à la vie quotidienne.

Rendre les femmes visibles

2Dans les musées d’art et d’histoire français, les expositions consacrées aux femmes ou au genre sont rares. Les musées (qui pouvaient les emprunter) et la critique ont ignoré les belles expositions de ce type réalisées à l’étranger. L’index du site de l’Association internationale des musées d’histoire ne mentionne ni femmes ni genre.

  • 2 Segalen Martine, « Here but invisible : The presentation of women in French ethnography museums », (...)

3Comme le constate Martine Segalen, les musées d’ethnographie manquent totalement de perspective féministe2. Leurs fondateurs, folkloristes de la fin du XIXe siècle, tentaient de sauver les traces d’une V civilisation en voie de disparition, des traditions populaires et rurales. À l’instar des hommes, les femmes étaient sont vues comme membres d’une maisonnée et comme productrices. La mise en scène flattait l’éternelle répartition des rôles. L’intérêt pour les costumes, porté par les mannequins des dioramas, assurait une présence féminine. Sous l’influence de Claude Lévi-Strauss s’ouvrit une autre ère, exigeante sur le plan scientifique. Les femmes disparurent des vitrines… ainsi que les hommes, simplement suggérés par des objets, des vêtements concentrant l’attention, pour eux-mêmes.

4Tournées vers une vision patrimoniale du passé, les institutions culturelles (y compris les écomusées, étendant pourtant la notion de patrimoine à des activités autrefois négligées) sont restées indifférentes à la contestation féministe des années 1970. Les femmes sont d’ailleurs très minoritaires dans le milieu des conservateurs de musées de société, bastion masculin, selon Martine Segalen, conceptrice de l’exposition pionnière : Mari et femme dans la France rurale traditionnelle qui résonne comme un défi, en 1972, au Musée national des arts et traditions populaires. Il faut attendre 1986 pour que le Musée de l’Homme réalise Côté-femmes, sous la direction de Françoise Cousin, et montre la richesse et la diversité des rôles féminins dans de nombreuses civilisations.

Pourquoi une Cité des femmes ?

5L’histoire des femmes suscite une vive curiosité dans le grand public et dans les médias. La demande sociale existe, tout comme les besoins des publics scolaires. Les débats sur la parité, sur la pénalisation des discriminations fondées sur le sexe ou la sexualité stimulent la réflexion sur les rôles sexuels et leur évolution.

6La création d’un musée d’histoire des femmes pourrait combler les attentes des femmes en contact à titre militant ou professionnel avec la question des femmes. Il ferait aussi découvrir à un très large public cette histoire grâce à des visites collectives, dans un cadre scolaire ou associatif. Le musée doit attirer particulièrement les jeunes et les enfants. Un service pédagogique, en liaison avec l’Éducation nationale, pourrait proposer une salle réservée aux activités (encadrées) adaptées aux classes d’âge et aux programmes.

7La rotation des expositions favorise le renouvellement des publics. Femmes et genre sont des thèmes transversaux qui permettent d’aborder un nombre presque infini de sujets. L’évolution des vêtements masculins et féminins intéresse autant l’amateur de modes que le sociologue. La participation des femmes à la Résistance retient tous les publics. L’actualité peut susciter une recherche traduite dans une exposition sur le port du voile dans les différentes religions. L’espace art contemporain attirerait un public spécifique qui n’est pas nécessairement friand d’expositions historiques. La polyvalence du lieu devrait permettre aux différentes fonctions de se renforcer les unes les autres : salle d’étude, conférence, film suivi de débat, salon de thé.

8Qu’un tel musée manque en France signale, entre autres, les réticences opposées par les institutions, depuis une trentaine d’années, aux recherches féministes. En revanche, les États-Unis et l’Europe du Nord comptent déjà plusieurs musées consacrés aux femmes. Il faudrait d’emblée envisager un développement en liaison avec eux. La Cité des femmes accueillerait des expositions étrangères, travaillerait en partenariat avec des musées étrangers, tout en exportant ses propres réalisations.

Un acte politique attendu

9Créer un tel espace sera un acte politique important. La connaissance du passé des femmes est décisive pour le présent et l’avenir. Il faut aux femmes et aux hommes du XXIe siècle, aux petites filles comme aux petits garçons, une représentation plus juste du passé pour qu’elles et ils puissent envisager leurs rapports autrement, de manière égalitaire. En se perpétuant, les idées reçues (« les femmes ne travaillaient pas, elles ne faisaient pas de politique, elles ne créaient pas »), légitiment aujourd’hui encore l’infériorisation des femmes. Il s’agit donc, par cette création, de lutter contre les discriminations fondées sur le sexe.

10Le musée montrerait que le genre a beaucoup varié selon les époques et les civilisations ; il ferait apparaître les normes, leurs évolutions, les contestations dont elles sont l’objet. Les représentations artistiques suggèrent l’infinie variété des représentations de soi (voir l’exposition Masculin féminin réalisée au Centre Pompidou). Prouver la non fixité des genres aide à combattre le sexisme et l’homophobie.

  • 3 El Yazami Driss et Schwarz Rémy, Rapport pour la création d’un Centre national de l’histoire et des (...)

11Cet enjeu politique nous rapproche de la démarche qui guide le projet de Centre national de l’histoire et des cultures de l’immigration. Il s’agit pour celui-ci de « mettre en valeur le rôle de l’immigration dans le développement économique, social et culturel de notre pays3 ». Les auteurs du projet soulignent les deux incitations majeures qu’ils ont su prendre en compte : le besoin de mémoire porté par des associations et le dynamisme de la recherche historique.

Un outil pédagogique

12Les travaux récents de la Commission de réforme des programmes des collèges et des lycées n’ont pas permis d’avancées significatives pour enseigner l’histoire des femmes. Les manuels d’histoire lui consacrent au mieux un dossier, voire quelques pages. Le sexisme est pourtant dénoncé. De nombreux enseignants organisent des activités autour de la question des femmes (expositions sur les femmes dans la vie et l’histoire locale, par exemple, débats avec des Résistantes, telle Lucie Aubrac) ; ils invitent des historiennes spécialistes de ces sujets. Les travaux personnels encadrés en classes de première et terminale invitent à de nouvelles pratiques pédagogiques et poussent à la confection de dossiers personnels et à la visite de musées. Enfin l’éducation civique, juridique et sociale au lycée repose sur l’apprentissage théorique et pratique de la citoyenneté. Un tel lieu fournirait un outil pédagogique idéal pour les enseignants en proposant des publications spécifiques pour les scolaires.

Recherche et musée : pour un apport mutuel

13Ce sont les milieux de la recherche en histoire des femmes qui prennent l’initiative de ce projet. Leur force assure, pour les expositions, un vivier d’idées et de personnes-ressources. L’association porteuse du projet peut collaborer avec la revue Clio. Histoire, femmes et sociétés, avec Mnémosyne (Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre), avec Archives du féminisme, avec l’Association nationale des études féministes et avec les laboratoires de recherche universitaires.

14Le musée doit en effet refléter les avancées historiographiques des études sur les femmes et le genre. La notion de genre a permis de travailler sur la construction sociale du féminin et du masculin et d’interroger les identités sexuelles. C’est pourquoi, après avoir envisagé dans un premier temps un musée d’art et d’histoire des femmes tel qu’il aurait pu exister dans les années 1970 — temps pionnier de l’histoire des femmes, trop souvent limitée à l’épiphanie des rebelles, des héroïnes et des victimes — nous avons préféré ouvrir le champ à la question du genre qui implique une démarche comparative. Par exemple, pour le domaine artistique, s’il est toujours nécessaire de favoriser la découverte d’artistes trop peu connues, il est aussi souhaitable de mettre en parallèle des œuvres de femmes et d’hommes sur des thèmes donnés.

  • 4 Audouin-Rouzeau Stéphane, « Musée d’histoire et recherche » ; Joly Marie-Hélène, Compere-Morel Thom (...)

15Un musée performant ne se contente pas d’exposer ou de vulgariser des savoirs déjà constitués, il peut stimuler de nouvelles recherches, surtout lors de la préparation des expositions4. Le patrimoine mis en valeur pourra inspirer ou réorienter la recherche en rendant accessibles et/ou en constituant des collections qui sont autant de sources de connaissance. La pertinence d’une telle démarche est évidente pour les archives les plus classiques : l’écrit. Elle est vitale pour des formes moins courantes de la documentation comme les objets ou les œuvres — non plus commentées du simple point de vue esthétique mais pour leur valeur informative. Or la culture matérielle renseigne utilement l’histoire des femmes, utilisatrices et productrices d’objets. Les enregistrements audio ou audiovisuels de témoignages complètent ces sources, pallient leurs lacunes. L’iconographie, enfin, si décisive dans les musées où l’on regarde plus qu’on ne lit, permet de comprendre les représentations des femmes et des hommes.

16En insistant d’emblée sur l’importance du lien entre le musée et la recherche, nous souscrivons aux propos de Jean-Jacques Aillagon qui, pour le Musée national d’art moderne (Beaubourg), recommande la

  • 5 « Un dialogue entre le Louvre et Beaubourg. Les musées en crise », Le Nouvel Observateur, 28 mars (...)

relance, autour du musée, d’une grande politique documentaire et scientifique. Un grand musée n’est pas seulement une grande collection. C’est aussi des archives, une documentation de référence, des recherches conduites avec l’université, des publications5.

Un patrimoine à valoriser et à compléter

17Aux côtés du musée, la bibliothèque Marguerite Durand constitue un centre de ressources primordial. Cette bibliothèque spécialisée de la Ville de Paris, fondée par Marguerite Durand en 1931, est unique en France : elle hérita lors de sa création des collections que sa fondatrice réunissait depuis 1897 lorsqu’elle lança le quotidien féministe La Fronde. Elle possède des archives imposantes sur les mouvements féministes et féminins tout comme sur des personnalités (artistes, écrivaines, femmes politiques, sportives, etc.), et 35 000 ouvrages anciens et contemporains. La collection des périodiques anciens et contemporains compte un millier de titres, de La Femme libre, organe des saint-simoniennes de 1833 aux revues actuelles. Elle tient à jour des dossiers biographiques et thématiques (4500). Le fonds iconographique compte 3 500 cartes postales anciennes et modernes, 4 000 photographies et plus de 1 000 affiches ; la plus ancienne est un placard d’Olympe de Gouges (1792).

18En dépit des efforts de sa conservatrice Annie Metz, la BMD manque de moyens. Les fichiers de bois aux fiches jaunies sont pleins de charme, mais la bibliothèque n’est ni informatisée ni présente sur Internet. Le manque de place en magasin et le manque de personnel pour classer et inventorier de nouveaux fonds d’archives ont provoqué en 2000 la création à Angers d’un Centre des archives du féminisme. Il faut développer la BMD. Longtemps installée sous les combles de la mairie du Ve arrondissement, elle est logée depuis 1989 sur une mezzanine de la médiathèque Jean-Pierre Melville, dans le XIIIe arrondissement. Pour qu’elle puisse assurer sa mission, il faudrait tripler la surface actuelle : les archives dévorent les mètres linéaires. La fonction documentation de la BMD devrait être renforcée, pour répondre aux demandes de renseignements, de plus en plus nombreuses, notamment par voie électronique. Placée dans un environnement dédié à l’histoire des femmes, elle rayonnera davantage.

19De nombreux musées pourront déposer des œuvres et des documents. Si les expositions temporaires sont privilégiées, connaître les ressources vaut mieux que les posséder. La quantité n’est plus de mise à l’heure où les muséographes, prenant en compte le comportement du public, préconisent des expositions d’une cinquantaine de pièces.

Localiser les ressources pour les expositions

20Des ressources existent déjà. La BMD possède des tableaux, des gravures, des objets d’art, des objets ayant appartenu à des féministes, des sculptures, des affiches. La fondation Camille a acheté à partir du début des années 1980 des œuvres contemporaines de femmes (actuellement en dépôt au Musée d’Épinal). Les Janet and Co ont acquis des autographes et des objets importants pour la culture saphique des années 1900. Une collection Louise Michel a été réunie par Xavière Gauthier. Il faudrait étudier la possibilité d’accéder aux collections du Musée de la femme de Neuilly, aujourd’hui fermé.

  • 6 Catherine Lefrançois-Tourret en a entrepris le recensement pour les musées d’histoire à partir du (...)

21Un premier repérage dans le Nouveau Guide des musées de France laisse deviner des richesses méconnues dans des musées de petite taille6. Un certain nombre de femmes sont honorées dans des musées d’écrivains. Citons Madame de Sévigné, la comtesse de Ségur, Colette, George Sand (avec trois musées), Marguerite Yourcenar, Louise Weiss, Elsa Triolet (avec Aragon), Eugénie de Guérin (avec Maurice), Marguerite Audoux, le musée de la dame aux camélias, Marie Duplessis…

22Peu de musées commémorent les femmes : Jeanne d’Arc domine (Chinon, Domrémy, Orléans, Rouen, Vaucouleurs). Citons aussi Anita Conti, la première océanographe honorée par la Cité de la mer à Dieppe, la maison d’Alexandra David Néel à Digne, l’exposition sur Pierre et Marie Curie à l’Institut Curie, le musée Léon et Jeanne Blum à Jouy-en-Josas. Il reste à repérer les musées d’artistes comme le petit musée-atelier Rosa Bonheur à Thomery. Les sculptrices Camille Claudel, Louise Abbéma et Germaine Richier sont bien exposées.

  • 7 Cf. Boyer Marion, Une école de femmes au XXe siècle (Charlotte Musson, Élise Rieuf Marguerite Jean (...)

23Ce guide ignore le musée Élise-Rieuf à Moissac dans le Cantal : inauguré en 1993 il compte 500 œuvres. Créé et dirigé par Marion Boyer Rieuf, petite-nièce de la peintre Élise Rieuf (1897-1990), native de Massiac, il contient, en plus des 190 toiles données par Élise à sa ville, celles de Marguerite Jeanne Carpentier, professeure de peinture, et de Charlotte Musson, portraitiste de célébrités du monde des lettres et des arts entre les deux guerres7). D’autres musées ont été créés par des femmes : musées de coiffes, de poupées, de la mariée… Certains sont consacrés à des activités impliquant des femmes : mode et costume, affaires criminelles, sports, Assistance publique…

24Des campagnes de recueil de sources orales seraient souhaitables, pour accompagner la préparation de certaines expositions traitant du XXe siècle. Dans le musée, des bornes vidéo individuelles proposeraient un large choix de documentaires. Des projections suivies de débats pourraient être organisées. Enfin, des « paroles de femmes » animeraient le parcours de certaines expositions.

Principes d’expositions

25Une exposition permanente introduirait la visite du musée. Elle montrerait la richesse de l’histoire des femmes et du genre, la variété des sources permettant de l’informer, en insistant sur les sources visuelles utilisées non plus dans un but esthétique mais pour leur valeur documentaire. Poser des jalons chronologiques est essentiel pour donner des repères sur l’évolution en France des statuts, rôles et représentations des femmes et des hommes depuis le Moyen Âge. L’émancipation des femmes ne doit pas masquer les moments de stagnation, de régression de leurs droits, les oppositions à leur émancipation.

26Associer femmes et hommes, masculin et féminin dans cette expo-vitrine du musée nous semble essentiel. Ce serait l’esquisse d’une histoire totale et genrée, encore inexistante, et un préalable nécessaire : des faits essentiels doivent être mis en perspective (l’accès des Françaises au vote et à l’éligibilité en 1944 est une date qui ne parle pas à ceux qui ignorent que les hommes ont acquis ces droits en 1848). Enfin, les visiteurs de sexe masculin doivent se sentir concernés par le musée, lieu où ils sont invités à découvrir la différenciation des sexes et des genres, une question qu’ils se posent en général moins (ou moins consciemment) que les femmes.

27Les expositions temporaires attireraient au musée un public renouvelé au gré des changements thématiques. Il serait souhaitable qu’elles répondent aux principes suivants :

  • Réfléchir aux questions du présent et tenter d’y répondre
  • S’ouvrir aux civilisations non occidentales
  • Mélanger les types de documents, objets et œuvres exposés
  • Ne pas négliger les plaisirs des sens
  • Alterner thèmes et portraits (femmes illustres et illustres inconnues)
  • Alterner art/société et histoire
  • Exposer des œuvres de femmes artistes, sans exclure des œuvres d’hommes
  • Coproduire avec d’autres musées et institutions en France et à l’étranger.
  • Accueillir des expositions réalisées ailleurs, éventuellement en les adaptant.

28On pourrait réserver un espace spécifique aux expositions artistiques et notamment à l’art contemporain. Il bénéficierait de l’apport de la fondation Camille. Créée en 1985 par Michelle Coquillat grâce à des fonds du ministère du Droit des femmes, cette fondation a acquis environ 80 œuvres d’artistes contemporaines et les a déposées au musée d’Épinal.

29Des locaux d’action culturelle compléteraient le dispositif : une salle de réception, une salle de conférences de 200 places et une salle d’actualités, avec un mur de presse. Cela permettrait d’organiser des journées d’études, tables rondes, soirées de conférences, cycles de conférences publiques sur l’histoire des femmes et du genre et de donner la parole à des témoins. La programmation devrait tenir compte des commémorations possibles, et bien sûr du 8 mars, journée internationale des femmes. Comme aux États-Unis et au Canada, le mois de mars pourrait devenir le « mois de l’histoire des femmes ». Des niches dans l’agenda permettrait de réagir à l’actualité. Cette programmation peut être présentée dans un magazine trimestriel illustré, à conserver comme souvenir d’une visite. Pour le public fidèle, il renforce le lien avec le musée.

30Le cinéma a toute sa place dans un tel musée : fictions anciennes ou récentes, mais surtout documentaires sur l’histoire des femmes ou sur l’art. Des partenariats sont possibles avec l’INA et la BNF qui souhaitent faire connaître leurs collections. Le Festival international de films de femmes de Créteil et son centre d’archives, Iris, est un partenaire obligé.

31Depuis la fermeture récente de la librairie des femmes liée aux éditions des femmes, rue de Seine, il n’existe plus de librairie spécifique dans la capitale ; il est rare dans les librairies existantes de trouver des rayonnages spécialisés. La production est pourtant, rappelons-le, très importante, surtout si l’on inclut les beaux livres. Une librairie du musée est nécessaire pour diffuser les livres spécialisés ; elle pourrait vendre des cartes postales et des produits dérivés.

Lieu de rencontre, lieu de vie, lieu d’échanges

32Le musée devrait être accessible par les transports publics, offrir un accueil de qualité, adapté aux handicapés. Des espaces de repos et de lecture seraient prévus dans le parcours. Des casques audio assureraient la tranquillité des visites. Hors des salles du musée et de la bibliothèque, des espaces permettraient la conversation, la lecture. La présence d’une terrasse boisée, d’un patio ou d’un jardin serait appréciée. Un salon de musique servirait de petite salle de concerts (pourquoi pas pour découvrir des compositrices peu jouées ?) et de salle de répétition en journée. Il permettrait d’intégrer la musique et le chant dans l’ensemble du projet culturel. On peut aussi souhaiter, dans le salon de thé-restaurant, déguster des mets élaborés selon des recettes inventées par des femmes (Alice B. Toklas, Marguerite Duras, Thérèse Moreau ont écrit des livres de cuisine).

33L’interactivité, par de véritables innovations, représente pour nous un enjeu d’ordre éthique : comment éviter la passivité du public (probablement majoritairement féminin) ? Il est souhaitable que la visite d’une exposition propose de satisfaire une curiosité personnelle en approfondissant certains thèmes avec des vidéos-documentaires au choix, des recherches sur Internet, la possibilité de réagir par des remarques manuscrites, enregistrées ou filmées.

  • 8 Cf. l’analyse de Coutras Jacqueline, Espaces sexués et crise urbaine, Paris, Armand Colin. 1996.

34Le comité scientifique du musée serait en contact avec des associations qui apporteraient des informations et des propositions et participeraient aux animations culturelles (tables rondes par exemple, sur un thème d’actualité). Cet espace pourrait nourrir les débats du présent et ferait œuvre utile en valorisant les réflexions des associations. Les activités féministes sont trop peu visibles à Paris : la maison des femmes (rue de Charonne) n’héberge que des associations non mixtes. Le Centre d’information des droits des femmes (rue du Jura) est très institutionnel8. Les groupes existants se réjouiraient de voir le musée développer des activités culturelles qu’ils ne seraient pas en mesure de réaliser. La complémentarité jouerait : établissement public, le musée devrait toujours se situer en dehors des conflits de groupes ou de personnes.

Le temps de douter

35L’enthousiasme n’annulant pas toute lucidité, reconnaissons qu’il reste des obstacles à surmonter. À commencer par la dénomination de cet espace culturel polyvalent. Le mot musée suscite des réactions mitigées (« mettre les femmes au musée ! »), d’où la recherche de termes nouveaux — mémorial, historial, centre, espace, cité, etc. — qui n’impliquent aucun renouvellement du contenu. Le concept de genre, qui correspond parfaitement au projet intellectuel (mettre en évidence la construction sociale et culturelle des sexes), est encore incompris hors les milieux universitaires et militants.

36Au sein de l’équipe du projet, Cité des Femmes emporte le plus de suffrages. Citons parmi ses avantages la clarté, la lisibilité, l’allusion à la citoyenneté (inversion de Femmes dans la Cité, intitulé présent chez les féministes contemporaines), le clin d’œil humoristique à Fellini, la valorisation d’un pluriel qui tranche avec l’approche traditionnelle (la femme), la vogue du mot Cité qui évoque La Cité des dames de Christine de Pizan. Mais la Cité des Femmes n’apparaît-elle pas comme fermée aux hommes ? Le mot Cité, galvaudé, ne risque-t-il pas d’être démodé demain ? La référence à l’imaginaire de Fellini n’est-elle pas déplacée ?

37Une seule alternative a été proposée : Éliane Viennot aimerait un Espace Christine de Pizan (1363-1430) qui fut

  • 9 Viennot Éliane (présidente de la Société internationale d’étude des femmes de l’Ancien Régime), « P (...)

la première féministe, la première intellectuelle à avoir dénoncé la misogynie des intellectuels, la première femme historiographe, la première historienne des femmes, la première femme à vivre de sa plume, la référence absolue pendant au moins cent cinquante ans pour les féministes qui vécurent après elle9.

38Malgré la force de ce plaidoyer, il faut reconnaître que Christine de Pizan est trop peu connue pour avoir un effet attractif. Il est peut-être aussi gênant qu’un espace dédié en principe à l’ensemble des femmes porte le nom d’une seule.

  • 10 Segalen Martine, « Here but invisible », op. cit.

39La partie musée de la Cité des femmes est-elle vraiment nécessaire ? Ce type de projet n’avait jamais été formulé auparavant. Pourquoi ce désir advient-il seulement aujourd’hui ? Les féministes étaient-elles indifférentes, voire réticentes à cette forme de communication ? Si oui, faut-il seulement l’imputer au refus de figer, fixer, institutionnaliser, caractéristique des années post-68 ? Que répondre à l’ethnologue Martine Segalen qui se demande si le musée est le meilleur moyen de débattre des rôles sexuels et du genre10 ? S’il n’est pas le meilleur, au moins en est-il un… qui doit tirer profit d’autres expériences. Martine Segalen attire par exemple l’attention sur les dangers du pédagogisme, sur l’abus des commentaires qui font de certaines expositions des livres géants et illisibles. Une exposition ne permet pas d’exprimer les nuances, elle manque de subtilité. Ceci implique des choix raisonnés : les sujets délicats appellent un livre plutôt qu’une exposition.

Musea, une première étape virtuelle

40Tout musée doit désormais penser au public qui ne le connaît que par Internet, et pourra éventuellement se déplacer par la suite. Le site sera essentiel dans l’étape de préfiguration. Une partie des expositions peut être mise en ligne. Le site peut également offrir des ressources d’information et de perfectionnement des compétences aux professionnels et bénévoles du patrimoine. Les expositions virtuelles de la Bibliothèque nationale de France (BNF) sont une inspiration, et une aide pour les enseignants à qui des CD Roms reprenant les expositions sont distribués. Les sites exemplaires ne manquent pas, comme ceux du musée du Louvre et du ministère de la Culture.

41La cité des femmes a donc pris l’initiative de la création d’un cybermusée, réalisé au sein de l’Université d’Angers. Il présentera des expositions diffusant les recherches récentes sur l’histoire des femmes et des représentations du féminin et du masculin.

42Rendez-vous pour l’ouverture de Musea, en 2004.

http://www.univ-angers.fr/​musea
Ouverture en septembre 2004

Notes

1 Le conseil d’administration est composé de Christine Bard, Corinne Bouchoux, Jean-Christophe Coffin, Catherine Lefrançois-Tourret, Nicole Pellegrin, Julie Pellegrin-Gérard. Marie-Hélène Joly, adjointe au chef de l’Inspection générale des musées, participe activement à la conception du projet. L’association mène le travail de préfiguration (consultations, rédaction de notes, création d’un site, échanges avec les pouvoirs publics) et fonctionne en comité scientifique provisoire. Adresse : 1 villa Auguste Blanqui 75013 Paris.

2 Segalen Martine, « Here but invisible : The presentation of women in French ethnography museums », Gender and History, vol. 6, n° 3, 11/1994, p. 334-344.

3 El Yazami Driss et Schwarz Rémy, Rapport pour la création d’un Centre national de l’histoire et des cultures de l’immigration remis au Premier ministre le 22 novembre 2001, Paris, Éd. Mémoire-Génériques, 2001.

4 Audouin-Rouzeau Stéphane, « Musée d’histoire et recherche » ; Joly Marie-Hélène, Compere-Morel Thomas, (dir.), Des musées d’histoire pour l’avenir, Paris, Noêsis, 1998, p. 229-236.

5 « Un dialogue entre le Louvre et Beaubourg. Les musées en crise », Le Nouvel Observateur, 28 mars 2002, p. 137-39.

6 Catherine Lefrançois-Tourret en a entrepris le recensement pour les musées d’histoire à partir du Nouveau Guide des musées de France de Pierre Cabanne (dernière édition, 1997). Par ailleurs, en 1991, Marie-Jo Bonnet a réalisé une enquête auprès de 142 musées de France sur les œuvres de femmes en leur possession et devrait publier un Guide des femmes artistes dans les musées de France mentionnant les 2 000 artistes recensées (dont 450 exposées en permanence).

7 Cf. Boyer Marion, Une école de femmes au XXe siècle (Charlotte Musson, Élise Rieuf Marguerite Jeanne Carpentier), Clermont-Ferrand, Éditions Un, Deux… Quatre, 1998.

8 Cf. l’analyse de Coutras Jacqueline, Espaces sexués et crise urbaine, Paris, Armand Colin. 1996.

9 Viennot Éliane (présidente de la Société internationale d’étude des femmes de l’Ancien Régime), « Pour un espace Christine de Pizan », Archives du féminisme, n° 3, 01/2002, p. 31.

10 Segalen Martine, « Here but invisible », op. cit.

Table des illustrations

Légende http://www.univ-angers.fr/​museaOuverture en septembre 2004
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

Auteur

Maître de conférences d’histoire contemporaine, Université d’Angers, Institut universitaire de France

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540