Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Relire l'histoire

Vacances en famille. Quelques pistes de recherche sur l’évolution des pratiques et des territoires en France au cours du XXe siècle

Véronique Antomarchi

Texte intégral

1Les vacances ! À la fois espérées, attendues, conquises comme un droit pour les salariés en 1936, elles sont souvent synonymes de retrouvailles familiales. Mais de quelle famille au juste ? Les relations transgénérationnelles sont privilégiées : le recours aux grands-parents se fait fréquemment à la fois pour des raisons affectives, pratiques, économiques et aussi pour pallier une offre marchande souvent mal adaptée.

  • 1 Baron-Yelles Nacima, Le Tourisme en France, Paris, Armand Colin, 1999, p. 21.
  • 2 Le Tourisme des années 2010, La Documentation française, 2000, p. 50.

2Les rapports officiels indiquent tous le rôle des évolutions familiales dans le marché du tourisme. L’augmentation des divorces entraîne l’émergence d’une classe enfantine mobile par nécessité. Les types de famille se multiplient également : familles monoparentales (une famille sur 8, soit 1,6 millions d’adultes dont 1,3 millions de femmes qui vivent à 85 % en milieu urbain)1 familles recomposées2

3Les vacances en famille recoupent donc une multitude d’évolutions et une multitude d’attentes…

  • 3 Rauch André, Les Vacances, Paris, Que sais-je ?, PUF, 1993.
  • 4 1956 : 3 semaines de congés payés ; 1968 : 4 semaines.

4Dés le XVIIe siècle, le mot français vacances désigne la période de fermeture des écoles et des universités. En 1907, selon le dictionnaire Larousse, il s’agit de « la période pendant laquelle les gens qui travaillent cessent leur activité momentanément pour se distraire3 ». La réduction du temps de travail et l’avènement des loisirs sont une des grandes conquêtes sociales du XXe siècle. Les vacances, selon la définition actuelle de INSEE, englobent quatre nuits d’hébergement en dehors de son domicile. Les congés payés sont passés de deux semaines en 1936 à cinq semaines en 19824.

5Certes, les vacances ne signifient pas pour autant partir, même si le départ depuis les années cinquante s’apparente à une norme sociale, instituant presque une tyrannie du départ et si, depuis les années 1980, le pourcentage de non-partants ne diminue pas, avoisinant les 40 %.

6Cette recherche n’en est qu’à son début et je présenterai avec la plus grande modestie quelques hypothèses de travail.

7Je suis heureuse de participer malgré tout à cet hommage à Yvonne Knibiehler qui a consacré sa vie d’historienne à étudier les familles à travers les mères, les pères, les enfants. Cette recherche sur les vacances en famille se situe dans le prolongement de la voie qu’elle a déjà tracée avec force.

Un constat : la famille, motivation première des Français en vacances

Les Français, champions de la débrouille ?

  • 5 Ordioni N., Rapport de stage : Les Vacances des Français, INSEE, p. 13.
  • 6 SOFRES, 2001.
  • 7 L’Hébergement non marchand. Direction du tourisme, collection Les Essentiels du tourisme, n° 14, 2 (...)

8Les différentes enquêtes de l’INSEE depuis 1964 s’accordent pour montrer la prééminence de l’hébergement non marchand, chez les parents et les amis pour environ 40 % des ménages5. Les ménages les plus nombreux et les moins favorisés privilégient ce type d’hébergement. Les deux données sont mêlées, ce qui rend difficile l’appréciation exacte du phénomène spécifiquement familial. En réalité l’hébergement non marchand progresse depuis des décennies avec 48,4 % des séjours en 20016. C’est le premier mode d’hébergement de la clientèle touristique française (85,2 millions de séjours)7.

  • 8 Preel Bernard, « Portrait chiffré du vacancier français », Autrement : Les vacances, n° 111, janvie (...)
  • 9 Urbain Jean-Didier, Paradis verts : Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot, 20 (...)

9Il serait intéressant de creuser cette spécificité française en tentant de comprendre les raisons qui poussent les Français à trouver des plans pour dépenser moins, avec la satisfaction de faire des économies8. Mais la dimension économique n’explique pas tout. Ce type d’hébergement permet de réaliser une certaine aspiration au tribal, au familial et surtout d’apporter le sentiment d’être chez soi, entre soi9. Derrière cette privatisation de l’accueil se dessine peut-être la volonté d’échapper à un statut de touriste en évitant des échanges centrés seulement sur l’argent. La découverte d’une région par des intermédiaires qui en font partie apparaît comme une motivation importante. Le poids de l’hébergement non marchand est aussi à relier à l’importance des résidences secondaires dans notre pays.

Les résidences secondaires, une singularité française

Un chiffre écrasant

  • 10 L’Hébergement non marchand, Direction du Tourisme, p. 10.
  • 11 Espaces, n° 176, novembre 2000, p. 40.

10Avec près de trois millions d’unités, soit 12 millions de lits, les Français sont aussi les premiers propriétaires de résidences secondaires au monde ! Un ménage sur 10 possède une résidence secondaire, deuxième formule d’hébergement choisie par les Français avec 17,6 % des nuitées et 11,6 % des séjours10. Selon la définition de l’INSEE, la résidence secondaire est un logement utilisé pour les fins de semaine, les vacances et les loisirs. Le logement mobile sédentaire type caravane, mobile home est exclu de cette définition. Le parc des résidences secondaires est relativement ancien puisque 49 % des logements sont antérieurs à 1949. Les constructions postérieures à 1981 représentent tout de même 17,2 %. Le nombre de résidences secondaires a doublé par rapport à 197011. Mode d’hébergement le plus ancien, le plus pratique, le plus économique, il échappe aussi à tout recensement : Il est donc en même temps le moins connu.

De la maison de famille à la résidence secondaire : une évolution des représentations

11Il serait intéressant de travailler sur les différentes terminologies : maison de plaisance (XVe siècle), maison de campagne (1655), puis la sentimentale maison de famille, et enfin l’administrative résidence secondaire (1946).

  • 12 Urbain Jean-Didier, Paradis verts, p. 173.
  • 13 La Roue et le stylo, Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999.

12La maison de famille évoque le caractère bourgeois, voire aristocratique, inhérent aux débuts du tourisme. Le château de Fleurville évoqué dans la Comtesse de Ségur apparaît comme l’archétype d’un modèle intégré à la tradition du domaine familial, avec une logique d’habitat intégré avec des relations sociales avec l’extérieur : le village, les autres châtelains en villégiature12. Selon Catherine Bertho-Lavenir, on assiste aujourd’hui à une reprise de la tradition aristocratique : « se déplacer pour l’été afin de ne rien faire, entre amis, quoi de plus immoral mais de plus délicieux13. »

  • 14 Le Monde, 21 mai 2001.

13Les gravures, les photos, les tableaux, les récits littéraires, les films permettent aussi d’étudier l’architecture de ces maisons qui ont joué un rôle important dans la constitution des stations balnéaires notamment. Souvent détruites pour réaliser des aménagements immobiliers sur le front de mer dans les années 1960, elles deviennent aujourd’hui une préoccupation patrimoniale. Elles font partie bel et bien d’un patrimoine parfois menacé comme la Villa des Tôttes à La Baule qui est un des derniers vestiges de ces maisons de familles bourgeoises en vacances. Entourées d’arbre, de style différent, elles ont marqué l’espace balnéaire14.

14La résidence secondaire joue un rôle encore plus essentiel en espace rural.

  • 15 Viard Jean, Penser les vacances, Arles, Actes Sud, 1984, p. 11, p. 86.

15La maison de famille est chargée de passions multiples comme en témoignent romanciers et cinéastes, elle est plutôt dénigrée par les élus (elle concurrence d’autres formes marchandes du tourisme) et par les intellectuels15.

Le rêve de la famille citadine ?

  • 16 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, Paris, Pluriel, 2001, p. 140-141.

16Le propriétaire est essentiellement urbain et même francilien : un ménage sur six de la région parisienne possède une résidence secondaire dans un rayon de 300 kilomètres. La résidence secondaire est un phénomène essentiellement familial dont le couple est l’élément fondateur. Des catégories sociales diverses ont pu accéder à la propriété par le biais des héritages (9 % d’entre elles) et des prix modestes de bâtiments laissés à l’abandon par l’exode rural16.

  • 17 Urbain Jean-Didier, op. cit., p. 328.

17Aujourd’hui, ce sont les 45 ans et plus qui, dans 81 % des cas, possèdent une résidence. Dans plus de 78 % des cas, ce sont des couples dont un petit peu plus de la moitié sont sans enfant, soit qu’ils n’en ont pas, soit qu’ils n’en ont plus à charge mais qui ont des enfants adultes ou des petits-enfants à accueillir. La famille monoparentale et la personne seule sont les types de ménages les moins présents (4,9 %), les couples sans enfant ou avec un ou deux enfants sont les plus présents17.

  • 18 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, p. 141.

18La maison de famille permet de retrouver le cadre de son enfance, elle accueille régulièrement enfants et petits-enfants dans la région d’origine et permet une sociabilité familiale. Prêtée, partagée entre amis ou collatéraux, la résidence seconde est un refuge fréquenté aussi pour des périodes courtes en toutes saisons. Femmes et enfants y restent davantage que les pères de famille. Les vacances en famille se modifient dans les années 1980 : les parents prêtent la résidence. On ne sait plus alors si le séjour se passe dans la propriété ou avec eux18.

Géographie des résidences secondaires

  • 19 Baron-Yelles Nacima, op. cit., p. 30.

19Les résidences secondaires font l’objet de transactions immobilières. Les Français choisissent de plus en plus leur résidence secondaire en fonction de critères financiers et achètent du neuf ou de l’ancien loin de leur région d’origine et notamment en bord de mer. La moitié des résidences secondaires est située dans un immeuble collectif récent. Nombreuses sont celles occupées de manière temporaire ou permanente pour la retraite. L’activité touristique dépend dans de nombreuses régions touristiques de la venue de résidents secondaires et de la durée de leur séjour19.

  • 20 Le Monde, 5 juillet 2001.

20L’aménagement de la côte languedocienne dans les années 1960 avait également pour but de permettre l’accès à la propriété de résidences secondaires pour des familles populaires20. Puis jusqu’au milieu des années 1970, on assiste à une multiplication de stations nouvelles à la mer comme à la montagne avec des constructions massives de qualité moyenne, aujourd’hui vieillissantes. Souvent de faible superficie, ces appartements ne répondent plus aux attentes des familles actuelles.

21La région Provence-Alpes-Côte d’Azur reste le lieu privilégié de la résidence secondaire. Depuis 1982, les résidences secondaires augmentent dans presque tous les départements côtiers c’est le mythe de la villa en bord de mer… Les départements alpins enregistrent des hausses ainsi que certains départements ayant une identité touristique forte comme la Dordogne ou l’Ardèche.

Les retrouvailles familiales entre idéal et contrainte

Les vacances, trait d’union de la famille ?

22Les sondages mettent en avant les retrouvailles familiales comme fonction première des vacances.

  • 21 Le Monde, 26 août 2000.
  • 22 Bourse Solidarité Vacances, La Lettre, 15 juin 2002.

23Les discours des politiques valorisent l’aspect avant tout familial des vacances. Ainsi Ségolène Royal en tant que Ministre déléguée à la famille déclarait : « il faut développer un vrai droit à partir en vacances en famille21 », ou Jean-Bernard Bros adjoint au Maire de Paris pense que : « La période des vacances est un moment privilégié qui permet de se ressourcer avec les proches, de resserrer les liens familiaux22 ». Les bienfaits attendus sont la stabilité, le bonheur familial.

  • 23 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, p. 102.

24Dès 1936, l’argument familial était évoqué par Léon Blum pour présenter la loi sur les congés payés qui a été votée à la Chambre le 11 juin 1936 par 536 voix contre 1 et fut promulguée le 20 juin23.

  • 24 Le Populaire, 1er août 1936.
  • 25 Antomarchi Véronique, « Note de lecture sur Bertho-Lavenir Catherine, La Roue et le stylo », Alinéa (...)

25De nombreux témoignages font part des retrouvailles familiales lors du premier été 1936 et notamment de la présentation des petits-enfants aux grands-parents24. Il existe un décalage entre la mémoire collective qui a retenu un déferlement d’ouvriers sur les plages et une réalité plus complexe. Ces quinze jours de congés sont plutôt vécus comme un long dimanche (pique-nique, bricolage, visite à la famille). Le voyage au bord de mer se limite bien souvent à une journée. Le vélo ou le tandem souvent présents dans les images de 1936 était en fait peu utilisé en raison de son coût (un mois de salaire) et de son inadéquation pour les ouvriers chargés de famille25.

  • 26 Froidure Jean, « Du tourisme social à une politique sociale du tourisme », Informations Sociales, n (...)

26Tourismes social et familial sont liés. Développés à partir de la seconde moitié du XXe siècle, ils émanent largement de la volonté des militants issus de la Résistance. Collectivités locales, associations de tourisme, comités d’entreprise créent des centres de vacances pour enfants, des maisons familiales de vacances, des villages de vacances familiaux (VVF, 1959). Il s’agit de produits innovants axés sur des valeurs de solidarité, de convivialité. Des aides à la pierre sont fournies pour aider à la construction de structures d’accueil. Des aides à la personne sont aussi apportées pour aider les familles aux revenus modestes à partir (bons Caisses d’Allocations familiales, comités d’entreprises)26.

  • 27 Gazette Officielle du Tourisme, 27 septembre 2000, n° 1556.

27Depuis 1980, la CAF a une politique plus timide et le nombre de non-partants ne diminue pas. L’aide au départ a été un objectif du Secrétariat au Tourisme avec la création il y a 20 ans des chèques vacances et la mise en place de Bourse Solidarité Vacances en 1999. Les vacances apparaissent comme un moment privilégié de cohésion familiale et d’insertion sociale. En 1999, on dénombrait 1,1 million de bénéficiaires de chèques vacances et 4,3 millions d’utilisateurs en incluant les ascendants et les descendants27. Une exposition de photographies a été réalisée sur le thème « Les vacances, on y a droit ! » Selon Michelle Demessine, ancienne secrétaire d’État au Tourisme :

  • 28 Les Vacances on y a droit, Paris, Éditions Cercle d’art, 2001, p. 125.

les congés sont un temps de pause, durant lequel on peut, comme le dit une mère de famille, arrêter d’être une costaude et jouer les sacs de sable. Le droit aux vacances est avant tout celui de vivre pour soi et pour les siens28.

28Les vacances jouent également un rôle en amont dans la constitution des couples. Le fantasme de la rencontre amoureuse l’été au bord de la mer fait partie des 4 S sea, sex, sand, sun qui ont régi les clichés sur les vacances dans les années 1960.

  • 29 Brelot Claude-Isabelle, La Noblesse réinventée : Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, (...)
  • 30 Blanc Éric, « Le marché du voyage de noces », Espaces, n° 126, mars-avril 1994, p. 17-19.
  • 31 Viard Jean, Penser les vacances, p. 178.
  • 32 Preel Bernard, op. cit., p. 85.
  • 33 La Gazette Officielle du Tourisme, n° 1596, 4 juillet 2001.

29Le voyage de noce, qui se répand dès 184029 dans la bourgeoisie et l’aristocratie française, constitue un vrai produit marketing aujourd’hui devenant chez des couples ayant cohabité plusieurs années ensemble, le cadeau de mariage30. La régularité des vacances représente aussi un ciment dans la vie de couple, une parenthèse où l’on se retrouve, où les tensions de la vie quotidienne sont apaisées. Il s’agit aussi de réunifier un territoire privé de plus en plus morcelé durant l’année31. Les vacances sont décidées en famille : c’est l’un des grands choix démocratiques du couple32. Les enfants décident pour moitié des loisirs de la famille et influencent 43 % de la consommation familiale33.

Les vacances, révélatrices des contraintes familiales ?

  • 34 Urbain Jean-Didier, Les Vacances, Paris, Le Cavalier Bleu, 2002.
  • 35 Sondage Groupe Westin/Atmosphère, À nous Paris n° 143, 17 juin 2002.
  • 36 Viard Jean (dir.), Réinventer les vacances, la nouvelle galaxie du tourisme, Paris, La Documentatio (...)
  • 37 Women, Leisure and Family in Contemporany Society/A Multinational Perspective, Londres, CAB Intern (...)
  • 38 « Familles recomposées en vacances : pitié pour la belle-mère », Sud-Ouest Dimanche Hebdo, n° 243, (...)

30D’autres sources montrent de manière contradictoire que les vraies vacances se passent en dehors de la famille34. Selon la formule suivante : « les vacances en famille ne sont pas de vraies vacances ! » pour 55 % des Français interrogés par la SOFRES. De manière plus ironique, un sondage publié en 2002 indique 51 % des gens qui voyagent disent préférer dormir dans un lit d’hôtel que chez leur belle-mère35. Le rassemblement de générations crée en effet des contraintes multiples : entassement, promiscuité, surcroît de travail pour la maîtresse de maison36. Les travaux de Nicole Samuel37 ont montré la part écrasante en terme de charges domestiques imposée aux femmes pendant la période estivale. Dans le cas des familles recomposées, la situation n’est pas toujours facile pour la belle-mère qui doit gérer les enfants d’une première union, les enfants de son nouveau compagnon et parfois leur enfant commun38.

31Les vacances peuvent être aussi le miroir d’un mal-être à vivre ensemble comme le montre l’augmentation des demandes de divorce après les vacances d’été. La question du lieu de vacances devient parfois un sujet de conflit. Enfin le décalage entre conjoints par rapport à la disponibilité vacancière crée des tiraillements. Des difficultés demeurent pour 40 % de non partants. La pression sociale est forte sur le thème des vacances comme en témoigne le slogan en 2002 du tour opérateur Jet Tours : « Vous avez le droit de tout rater sauf vos vacances. » Le droit aux vacances réussies s’impose de plus en plus et un séjour décevant par exemple sur le plan sexuel engendre une remise en cause du couple.

  • 39 Viard Jean, (dir.) Réinventer les vacances, p. 221.
  • 40 La Gazette Officielle du Tourisme, n° 1596, 4 juillet 2001, p. 7-8.
  • 41 Duroy Anne, « Pères séparés, une nouvelle niche marketing », Biba, juillet 2001, p. 95-96.

32Derrière un discours idéalisé, le séjour en famille apparaît aussi comme la solution la plus économique et la plus pratique pour les familles chargées d’enfants en bas âge. On peut émettre l’hypothèse d’une offre commerciale encore mal adaptée aux attentes des familles. Il n’existe pas vraiment de politique commerciale à l’égard des huit millions de familles françaises et des 100 millions d’enfants vivant en Europe. Nombreux sont les professionnels qui se contentent d’ajouter un troisième lit dans 10 mètres carrés. Le Club Méditerranée est un des premiers à avoir prévu un accueil pour les enfants y compris les tout-petits. L’enjeu pour les professionnels du tourisme est d’essayer à la fois de répondre aux besoins de retrouvailles, tout en essayant de gommer les contraintes qui y sont liées. Les parents veulent pouvoir aussi avoir du temps à eux pendant les vacances. La politique marketing de Center Parcs insiste par exemple sur le thème de se retrouver avec ceux qu’on aime39. Un des axes de la politique du Secrétariat du tourisme vise à favoriser l’accueil des enfants et de leurs familles. Un label station kid, mis en place en 1992 pour une durée de trois ans, est délivré aux stations qui respectent un certain nombre de critères en termes d’accueil (hébergement), d’équipements (aires de jeux pour les enfants), d’activités (programmes spécifiques pour les enfants, encadrement spécialisé), d’animations (jeux, spectacles), de sécurité (plages surveillées, pistes cyclables) et d’environnement (nettoyage des plages). Les familles monoparentales sont pour autant souvent trop négligées : 10 % des moins de 16 ans vivent avec un seul parent40. Mais aucune offre spécifique ne leur est proposée. Les pères séparés ont trois semaines pour rattraper une relation en pointillés avec leurs enfants. Les publicités des tours opérateurs ne représentent pas des pères ou des mères divorcées car ils vendent un imaginaire de bonheur où les « éclopés de la famille » n’ont pas à apparaître en première ligne41. La question des vacances est un casse-tête pour ces familles. Un long chemin reste encore à parcourir en ce domaine notamment en terme de prix, malgré quelques efforts de ci de là.

Une mobilité touristique centrée sur les liens familiaux

  • 42 Vacances de l’été 1990, Les Vacances des Français, INSEE, 1990.

33Les sondages effectués sur les motivations des Français pendant leurs vacances font apparaître « ne rien faire, se reposer » en premier vœu (38,7 %) et se retrouver en famille en deuxième position (35 %) bien loin devant d’autres préoccupations42.

  • 43 Les Français et le patrimoine rural, Enquête IPSOS, janvier 2002.

34Le séjour chez les parents révèle l’importance des attaches familiales dans la mobilité touristique des Français. Quarante-sept pour-cent des Français ont des attaches familiales en milieu rural43.

35Le thème de la famille est pris en compte dans le zonage des vacances scolaires. Sous la IIIe république, la loi Ferry de 1881 prévoyait six semaines de vacances en élémentaire l’été, sans vacances intermédiaires. On ne se souciait alors pas de la fatigue de l’enfant.

36Après la Première Guerre, les vacances sont allongées à deux mois en 1922, puis à deux mois et demi en 1938 où apparaissent aussi 9 jours de congé à Noël, deux semaines à Pâques et 5 jours à Mardi Gras.

  • 44 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, p. 102.

37Les congés payés en 1936 étaient accordés par la loi entre le 14 juillet et le 31 août afin de prendre en compte les enfants et de profiter des beaux jours44.

38À partir de 1960, le tourisme et les transports deviennent des leviers économiques. Les lobbies des professionnels du tourisme vont dicter la mise en place de zones pour les vacances d’hiver et de printemps afin d’étaler la saison touristique.

  • 45 Rondel Yves, « L’aménagement du temps libre des enfants », Informations Sociales, n° 100, 2002, p. (...)

39Depuis 1980, l’intérêt pour le rythme biologique de l’enfant se manifeste par la mise en place en 1990 de l’alternance de sept semaines de travail avec deux semaines de vacances45.

  • 46 Allegre Claude, Allegre-Pappadaci Claude, Vive l’école libre !, Paris, Fayard 2000, p. 46.

40L’intérêt familial peut parfois entrer en contradiction avec celui des professionnels du tourisme. La question du calendrier scolaire est à ce titre intéressante. Le calendrier des vacances de Noël 2000 a été modifié avec un départ le week-end plutôt qu’en milieu de semaine pour répondre aux attentes des familles monoparentales. Le zonage existant peut aussi apparaître comme une contrainte pour les familles divorcées ne vivant pas dans les mêmes académies. Les vacances doivent permettre à plusieurs centaines de milliers d’enfants de voir leurs pères ou mères. Mais les pratiques de déplacement sont encore mal connues. L’ancien Ministre de l’Éducation Nationale Claude Allègre raconte qu’il a rejeté la mise en place d’un zonage pour les vacances d’été le 15 août, le 15 septembre, le 15 octobre car cette idée lui apparaissait comme une « véritable plaie » satisfaisant des objectifs touristiques et non commerciaux empêchant les retrouvailles familiales entre cousins ou familles recomposées vivant dans des académies différentes46. Ce projet n’est pour autant pas enterré, car il correspond à un souhait des professionnels du tourisme afin d’étaler la saison, d’utiliser plus longtemps les équipements, de lutter contre la sur-fréquentation pendant un mois d’été (15 juillet-15 août).

  • 47 Preel Bernard, op. cit., p. 81.
  • 48 Urbain Jean-Didier, Les vacances, p. 45-50.
  • 49 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, p. 263.

41Le jeune écolier français détient le record d’Europe avec dix-sept semaines de congés mais, pour les parents qui ne disposent que de cinq semaines, la question des vacances des enfants devient un casse-tête. Les grands-parents sont alors sollicités (plus les maternels que les paternels) et faute de solution familiale, les parents font appel à des organisations collectives (centre aéré, colonies)47. « Les vacances scolaires ne tiennent pas compte de la vie des gens » est une idée fréquemment développée48. Les réunions familiales continuent à jouer un rôle important au moment de Noël, de Pâques et dans une moindre mesure de la Toussaint. Les rites familiaux se déploient souvent dans la résidence familiale et apparaissent comme le temps d’union d’une famille géographiquement dispersée49. Pourtant parfois le calendrier scolaire manque de logique avec des rentrées prévues le lendemain de fêtes ce qui ne tient pas compte des déplacements géographiques des familles et révélerait peut-être une inadéquation entre le temps des enfants et celui des adultes.

Vers une analyse spatio-temporelle des pratiques touristiques des familles françaises

Les grandes étapes des pratiques touristiques des familles françaises

Le tourisme élitiste de la fin du XIXe siècle

42Le tourisme est étroitement lié à la Révolution industrielle. Les roues des locomotives, des bicyclettes, des automobiles puis des avions rendent les voyages plus faciles.

  • 50 Boyer Marc, « Le tourisme, une épistémologie spécifique », Les Cahiers du GDR, n° 2, 1999, p. 24.

43Mais l’historien du tourisme, comme le suggère Marc Boyer, étudie principalement un comportement50.

44Le voyage en couple est considéré comme l’idéal pour les pionniers du Touring Club de France :

  • 51 Revue du Touring Club de France, Déplacements et Villégiature, 1897, p. 43 inPetit Léon, Dix ans d (...)

Pour un homme marié, le compagnon tout indiqué, c’est sa femme : cette règle peut s’appliquer même aux gens qui ne sont pas mariés51.

  • 52 Rauch André, Vacances en France, p. 37-38
  • 53 Antomarchi Véronique, op. cit., p. 146-147.

45La pêche à la crevette grise devient un rite familial. Les familles découvrent aussi les pique-niques, les baignades, le sport52. Divers clubs favorisent le tourisme familial : le Club Alpin français, le Touring Club de France, l’Automobile Club de France et indiquent une nouvelle façon d’user de la route, des paysages, de soi. Ils façonnent de nombreux itinéraires de voyages à pied, à bicyclette, en automobile53.

La Révolution des années trente

  • 54 Rauch André, Vacances en France, p. 101.

46La France ne fait pas figure de pionnier. Mais l’élévation du niveau de vie et les congés payés permettent un essor du tourisme avec le rôle du chemin de fer et des billets congés payés : « Notre chemin, c’était le chemin de fer » témoigne le cinéaste communiste Le Chanois54. Le nombre de campeurs augmente, mais la déclaration de guerre stoppe cet essor.

La massification des années cinquante

  • 55 Antomarchi Véronique, op. cit., p. 149.
  • 56 Rauch André, Vacances en France, p. 139.
  • 57 Viard Jean. Penser les vacances, p. 11.

47À la Libération, le tourisme est transformé en profondeur par la démocratisation de l’automobile. La 4 CV triomphe au Salon de l’Auto de 1947. En 1955, les ouvriers représentent plus d’un dixième des acheteurs de voiture. Au début des années cinquante, le taux de l’automobile se diffuse plus rapidement encore parmi les classes moyennes. Les nouveaux guides, comme le guide vert Michelin, se veulent pédagogiques. La voiture et le camping permettent alors la massification du tourisme. La canadienne mal adaptée dans les années cinquante décline au profit de la grande tente carrée avec auvent. Dés 1960, un décret précise les normes des terrains de camping et leur attribue des étoiles55. En 1967, plus d’un million de familles possèdent une tente et 160 000, une caravane. Le camping devient le mode d’hébergement qui permet d’abandonner les vacances de proximité et favorise le départ hors de la région. Une sociabilité apparaît : les grands événements sont suivis à la télévision56. Les campings ont leurs habitués qui chaque année se retrouvent : les enfants grandissent ensemble57.

48Les années cinquante se caractérisent aussi par la mise en place de structures associatives liées au tourisme social et familial.

La fragmentation des années 1980

  • 58 Sirost Olivier, « Habiter en camping ou l’art de se nicher dans le paysage », Communications, 73, 2 (...)

49Le nombre d’immatriculation de caravanes a diminué de manière considérable : de 90 000 en 1979, à 28 500 en 1988. Elle révèle une lassitude du nomadisme des caravaniers : on ne veut plus tracter sa maison58. D’autres produits apparaissent, tels le camping-car qui donne une plus grande souplesse.

  • 59 Cazes Georges, Potier Françoise, « Un système vacancier français ? » inViard Jean (dir.) La France (...)

50Les terrains de camping s’apparentent de plus en plus à une hôtellerie de plein air avec de nombreux services, des équipements sportifs, des animations. La cinquième semaine de congés payés en 1982 a entraîné une fragmentation des séjours : on part moins longtemps, plus souvent. Le tourisme urbain à motivation culturelle progresse, de même que les courts séjours sous l’effet des 35 heures59.

La prééminence du littoral

  • 60 La Gazette Officielle du Tourisme, 24 juillet 2002, p. 7.

51La plage est toujours sollicitée par les couples chargés d’enfants. La mer est le lieu le plus fréquenté : 48 % en 200260 avec une durée moyenne de 18 jours pour le séjour estival. La fréquentation de la campagne progresse avec 27 % des touristes. Les Français restent beaucoup en France (74 %) et concentrent leur séjour sur juillet, puis août.

52Le tourisme urbain connaît un essor et notamment les parcs d’attraction qui depuis les années 1990 constituent une part importante du tourisme en famille avec peut-être la notion de tribu.

Le rôle de la famille dans l’apprentissage des pratiques touristiques

On ne naît pas touriste, on le devient

  • 61 Équipe MIT (Mobilités, itinéraires. Université Paris VII, Denis Diderot), chapitre 5 « Accès autor (...)

53La pratique touristique tient à deux critères : l’appartenance à un pays où le tourisme existe déjà, à une famille qui pratiquait déjà le tourisme. Le rôle des parents intervient dans l’expérience touristique elle-même. Le temps des vacances échappe au quotidien et autorise aux enfants d’autres pratiques alimentaires ou vestimentaires. Les pratiques vacancières réalisées en famille ont une influence sur le type de destinations que l’on fréquentera pour une période plus ou moins longue de la vie. Les lieux touristiques découverts et fréquentés pendant l’enfance peuvent rester des lieux d’importance quand on devient adulte. Les lieux de vacances peuvent se transformer en lieu de vie et en ce sens le tourisme entraîne des mobilités spatiales durables et a des incidences démographiques61.

  • 62 La Gazette Officielle du Tourisme, 4 juillet 2001, p. 70.
  • 63 Viard Jean, Penser les vacances, p. 168.

54La moitié des enfants devenus adultes reviennent sur les lieux de leurs vacances passées62. Jean Viard indique que ceux qui, enfants dans les années cinquante, ont découvert les vacances et les campagnes ou la mer sont maintenant chefs de famille. L’alternance Nord/Sud ou ville/campagne a été une des dimensions de leur éducation. Et ce qui pour leurs parents était un espace secondaire des vacances est devenu pour certains l’’espace premier de leur engagement dans la vie63.

  • 64 Équipe MIT, op. cit., Tourisme, lieux communs, p. 130 ; Rainis Michel, Histoire des clubs de plage (...)
  • 65 Rauch André, Vacances en France, p. 285.
  • 66 Clary Daniel, L’Espace touristique français, Paris, Masson, 1993, p. 209.

55Les apprentissages des lieux sont différents. Ainsi, nager est devenu une pratique courante : 64 % des Français savent nager. La natation surtout à partir des années 1970 a connu son heure de gloire avec la construction massive de piscines et le développement des clubs de plage64. Chez les 25-39 ans, la passion de la baignade s’est accentuée65. En revanche, la démocratisation des sports d’hiver n’a pas été aussi spectaculaire. Il y a une surévaluation du marché. Certes, entre 1961 et 1981, les départs aux sports d’hiver ont été multipliés par 6, puis ont connu un déclin. Tout le monde ne sait pas skier et le plan Neige de 1960 qui tablait sur une massification a mis en place des stations tournées vers la pratique exclusive du ski. Enfin, le vieillissement des sportifs des années 1960-1970 est à prendre en compte avec un faible renouvellement des jeunes skieurs. Sur 4,6 millions de partants annuels, seuls la moitié sont des réguliers66.

La famille, un frein au départ ?

  • 67 Ministère des Travaux Publics, des Transports et du Tourisme, Études et Conjoncture, n° 7, juillet (...)

56La présence d’une famille nombreuse fait sensiblement diminuer les possibilités du père de famille de partir en vacances : souvent les enfants partent seuls avec leur mère. Le père reste au domicile et parfois ne part pas en vacances67. Les raisons familiales, l’aide à un parent âgé sont évoquées après les raisons financières par les non-partants.

  • 68 Spectacle crée et interprété par les familles parties en vacances pour la première fois avec BSF c (...)

57Les enfants des familles dont les revenus sont inférieurs à 6 000 francs par mois ne partent pas ou peu. Au-delà de la question des revenus, se pose aussi l’absence de connaissance du code des vacanciers. Un chômeur de longue durée, parti pour la première fois cet été avec sa femme et sa fille témoignait de sa peur à affronter le regard des autres en vacances, de ne pas savoir comment s’habiller par exemple68.

Les enfants, justification ou alibi des vacances ?

58Le changement d’air est souvent présenté comme bénéfique aux petits citadins. L’injustice de la privation de vacances est d’autant plus criante, lorsqu’elle concerne les enfants. Les familles populaires font passer les enfants avant, comme cette mère au chômage élevant seule ses sept enfants :

  • 69 Perier Pierre, Vacances populaires, Images, pratiques et mémoire, Rennes, Presses Universitaires de (...)

les enfants sont partis en vacances, tous mes enfants. Je préfère que ce soit eux qui y aillent plutôt que moi… Je trouve que c’est plus important pour eux que pour moi parce que ça les change d’air un petit peu, qu’ils ne restent pas toujours enfermés… Je ne veux pas qu’ils viennent me dire : oui, on n’a jamais été en vacances de notre vie69 !

59On perçoit nettement aussi une sorte de devoir parental à travers cette affirmation.

La mémoire des vacances, un objet et un sujet de recherche difficile à cerner

Le temps du souvenir, troisième temps du voyage : photos de vacances, films vidéo

  • 70 Boyer Marc, Le Tourisme de l’an 2000, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999, p. 166-171.
  • 71 Abrecht Roland, « La mémoire pétrifiée », Autrement : Les Vacances, p. 89.

60Comme l’indique Marc Boyer, le voyage comporte trois temps : le voyage imaginé, le voyage vécu et enfin le voyage prolongé70 avec l’importance des souvenirs : les objets rapportés tels des tributs ou des reliques, les images de vacances sous forme de films (de la caméra au caméscope) et surtout de photos. La photo permet de fixer le temps des vacances, c’est la période de l’année où l’on photographie le plus. À la fois pour conserver le moment, pour s’approprier dans le cas du voyage une part du pays71

  • 72 Poittevin Aude, « Photographies de fratries recomposées : entre inégalité et intégration », Recherc (...)

61Les lieux quotidiens sont rarement photographiés. Les vacances sont les plus propices aux photographies72. C’est pourquoi un de mes axes de recherche concerne l’étude d’albums de photos de vacances sur au moins trois générations d’une dizaine de familles.

Vacances en famille vue à travers les créations artistiques : cinéma, récits littéraires, chansons…

62Les chansons de variété évoquent souvent le temps béni des vacances, de la Nationale 7 de Trénet, dans les années cinquante, à la chanson de Michel Jonasz sur les privations pendant sa jeunesse : « Alors on regardait les bateaux, on suçait des glaces à l’eau… » Les récits littéraires peuvent aussi fournir une mine d’informations sur les vacances familiales. Le cinéma constitue évidemment une source d’une grande richesse. Les vacances de Monsieur Hulot de Jacques Tati, en 1953, a par exemple une valeur documentaire sur les vacances de la petite bourgeoisie française il y a cinquante ans : le départ en vacances, le séjour en bord de mer, l’hôtel de la plage. La famille est plutôt représentée par les enfants, leurs cris, leurs bêtises et les vacances apparaissent comme le monde de l’enfance. Fais-moi des vacances racontait en 2002 l’itinéraire de deux enfants des cités qui voulaient s’offrir des vacances. En 2002, le film de Michel Blanc Embrassez qui vous voudrez brosse le portrait de plusieurs couples en vacances qui conjuguent leur vie de famille différemment. Les vacances peuvent être aussi le remède pour prendre ses distances par rapport à la famille, comme le suggère l’actrice Charlotte Rampling avec son « J’ai besoin de faire un break » qui revient à plusieurs reprises.

  • 73 L’expression est du géographe Georges Cazes.
  • 74 Terrier Christophe, « Démocratie et vacances », éléments de débat, 22 avril 2002, Internet : selon (...)

63L’histoire familiale des vacances que je viens de présenter est à peine ébauchée. Les images à la fois des films et des photos privées contribueraient à permettre de percevoir les permanences et les évolutions au cours du XXe siècle des pratiques et des territoires des Français. Le sujet paraît pourtant bien banal car il ouvre en chacun de nous la petite porte du temps béni de son enfance. Nous sommes tous les témoins et les acteurs de cet embrasement touristique73 qui caractérise notre XXe siècle. Nous devons aussi être conscients des inégalités qui subsistent, et qui excluent près de 10 millions de non partants, de cette ouverture sur d’autres lieux et d’autres gens qui façonne aussi une certaine citoyenneté74.

Bains de mer en France, Bibliothèque du Trocadéro, Fonds tourisme. « L’animateur des temps nouveaux », Paris, n° 271, 15 mai 1931. Cliché © SIMI/D. Lifermann

Source : Jean VIARD, directeur d’ouvrage avec Françoise POTIER, Jean-Didier URBAIN « La France des temps libres et des vacances », Éditions de l’Aube, datar, Collection bibliothèque des territoires, 2002

Notes

1 Baron-Yelles Nacima, Le Tourisme en France, Paris, Armand Colin, 1999, p. 21.

2 Le Tourisme des années 2010, La Documentation française, 2000, p. 50.

3 Rauch André, Les Vacances, Paris, Que sais-je ?, PUF, 1993.

4 1956 : 3 semaines de congés payés ; 1968 : 4 semaines.

5 Ordioni N., Rapport de stage : Les Vacances des Français, INSEE, p. 13.

6 SOFRES, 2001.

7 L’Hébergement non marchand. Direction du tourisme, collection Les Essentiels du tourisme, n° 14, 2000, p. 10.

8 Preel Bernard, « Portrait chiffré du vacancier français », Autrement : Les vacances, n° 111, janvier 1990, p. 81.

9 Urbain Jean-Didier, Paradis verts : Désirs de campagne et passions résidentielles, Paris, Payot, 2002, p. 274.

10 L’Hébergement non marchand, Direction du Tourisme, p. 10.

11 Espaces, n° 176, novembre 2000, p. 40.

12 Urbain Jean-Didier, Paradis verts, p. 173.

13 La Roue et le stylo, Comment nous sommes devenus touristes, Paris, Odile Jacob, 1999.

14 Le Monde, 21 mai 2001.

15 Viard Jean, Penser les vacances, Arles, Actes Sud, 1984, p. 11, p. 86.

16 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, Paris, Pluriel, 2001, p. 140-141.

17 Urbain Jean-Didier, op. cit., p. 328.

18 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, p. 141.

19 Baron-Yelles Nacima, op. cit., p. 30.

20 Le Monde, 5 juillet 2001.

21 Le Monde, 26 août 2000.

22 Bourse Solidarité Vacances, La Lettre, 15 juin 2002.

23 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, p. 102.

24 Le Populaire, 1er août 1936.

25 Antomarchi Véronique, « Note de lecture sur Bertho-Lavenir Catherine, La Roue et le stylo », Alinéa, juillet 2002, n° 13, p. 148.

26 Froidure Jean, « Du tourisme social à une politique sociale du tourisme », Informations Sociales, n° 100, 2002. p. 64-73.

27 Gazette Officielle du Tourisme, 27 septembre 2000, n° 1556.

28 Les Vacances on y a droit, Paris, Éditions Cercle d’art, 2001, p. 125.

29 Brelot Claude-Isabelle, La Noblesse réinventée : Nobles de Franche-Comté de 1814 à 1870, Besançon, Annales Littéraires, Université de Besançon, 1992, p. 711.

30 Blanc Éric, « Le marché du voyage de noces », Espaces, n° 126, mars-avril 1994, p. 17-19.

31 Viard Jean, Penser les vacances, p. 178.

32 Preel Bernard, op. cit., p. 85.

33 La Gazette Officielle du Tourisme, n° 1596, 4 juillet 2001.

34 Urbain Jean-Didier, Les Vacances, Paris, Le Cavalier Bleu, 2002.

35 Sondage Groupe Westin/Atmosphère, À nous Paris n° 143, 17 juin 2002.

36 Viard Jean (dir.), Réinventer les vacances, la nouvelle galaxie du tourisme, Paris, La Documentation française, 1998, chap. IV, « Prospective de la consommation touristique », p. 220.

37 Women, Leisure and Family in Contemporany Society/A Multinational Perspective, Londres, CAB International, 1996, 302 p.

38 « Familles recomposées en vacances : pitié pour la belle-mère », Sud-Ouest Dimanche Hebdo, n° 243, 29 juillet 2001.

39 Viard Jean, (dir.) Réinventer les vacances, p. 221.

40 La Gazette Officielle du Tourisme, n° 1596, 4 juillet 2001, p. 7-8.

41 Duroy Anne, « Pères séparés, une nouvelle niche marketing », Biba, juillet 2001, p. 95-96.

42 Vacances de l’été 1990, Les Vacances des Français, INSEE, 1990.

43 Les Français et le patrimoine rural, Enquête IPSOS, janvier 2002.

44 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, p. 102.

45 Rondel Yves, « L’aménagement du temps libre des enfants », Informations Sociales, n° 100, 2002, p. 55-56.

46 Allegre Claude, Allegre-Pappadaci Claude, Vive l’école libre !, Paris, Fayard 2000, p. 46.

47 Preel Bernard, op. cit., p. 81.

48 Urbain Jean-Didier, Les vacances, p. 45-50.

49 Rauch André, Vacances en France de 1830 à nos jours, p. 263.

50 Boyer Marc, « Le tourisme, une épistémologie spécifique », Les Cahiers du GDR, n° 2, 1999, p. 24.

51 Revue du Touring Club de France, Déplacements et Villégiature, 1897, p. 43 inPetit Léon, Dix ans de Touring Club, Paris, 1904.

52 Rauch André, Vacances en France, p. 37-38

53 Antomarchi Véronique, op. cit., p. 146-147.

54 Rauch André, Vacances en France, p. 101.

55 Antomarchi Véronique, op. cit., p. 149.

56 Rauch André, Vacances en France, p. 139.

57 Viard Jean. Penser les vacances, p. 11.

58 Sirost Olivier, « Habiter en camping ou l’art de se nicher dans le paysage », Communications, 73, 2002, p. 59.

59 Cazes Georges, Potier Françoise, « Un système vacancier français ? » inViard Jean (dir.) La France des temps libres et des vacances, La Tour d’Aigues, L’Aube, 2002, p. 45-61.

60 La Gazette Officielle du Tourisme, 24 juillet 2002, p. 7.

61 Équipe MIT (Mobilités, itinéraires. Université Paris VII, Denis Diderot), chapitre 5 « Accès autorisé à tous » Tourisme, lieux communs, Paris, Belin, 2002, p. 140-142.

62 La Gazette Officielle du Tourisme, 4 juillet 2001, p. 70.

63 Viard Jean, Penser les vacances, p. 168.

64 Équipe MIT, op. cit., Tourisme, lieux communs, p. 130 ; Rainis Michel, Histoire des clubs de plage, Paris, L’Harmattan, 2001, 407 p.

65 Rauch André, Vacances en France, p. 285.

66 Clary Daniel, L’Espace touristique français, Paris, Masson, 1993, p. 209.

67 Ministère des Travaux Publics, des Transports et du Tourisme, Études et Conjoncture, n° 7, juillet 1958, p. 611.

68 Spectacle crée et interprété par les familles parties en vacances pour la première fois avec BSF cet été, Théâtre Marigny, 21 octobre 2002.

69 Perier Pierre, Vacances populaires, Images, pratiques et mémoire, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2000, p. 121.

70 Boyer Marc, Le Tourisme de l’an 2000, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1999, p. 166-171.

71 Abrecht Roland, « La mémoire pétrifiée », Autrement : Les Vacances, p. 89.

72 Poittevin Aude, « Photographies de fratries recomposées : entre inégalité et intégration », Recherches et Prévisions, septembre 2000, n° 61, p. 56-57.

73 L’expression est du géographe Georges Cazes.

74 Terrier Christophe, « Démocratie et vacances », éléments de débat, 22 avril 2002, Internet : selon une étude du CREDOC le profil psychologique de ceux qui ne partent pas en vacances est fortement marqué par la peur de l’autre, autres lieux, autres gens, et ils seraient aussi plus attirés par un vote de préférence nationale.

Table des illustrations

Légende Bains de mer en France, Bibliothèque du Trocadéro, Fonds tourisme. « L’animateur des temps nouveaux », Paris, n° 271, 15 mai 1931. Cliché © SIMI/D. Lifermann
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6986/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Légende Source : Jean VIARD, directeur d’ouvrage avec Françoise POTIER, Jean-Didier URBAIN « La France des temps libres et des vacances », Éditions de l’Aube, datar, Collection bibliothèque des territoires, 2002
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6986/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

Auteur

Enseignante, BTS, Tourisme, Clichy

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540