Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Relire l'histoire

Tel père, tel fils ? Paternité et filiation dans Henry IV de Shakespeare

Élisabeth Rallo

Texte intégral

  • 1 Richard II et Henry Bolingbroke étaient cousins germains, fils des princes Édouard (le Prince Noir (...)

1La tétralogie de Shakespeare de Richard II à Henry V, en passant par les deux pièces Henry IV, est connue pour être un genre nouveau, créé par Shakespeare, le genre de la pièce historique, qui sera très admiré des Romantiques français parce qu’il a contribué à forger le sentiment national en Angleterre. Cette tétralogie repose sur l’intention de dénoncer le caractère scandaleux et monstrueux de l’assassinat d’un roi, Richard II, qui constitue une subversion radicale dans l’ordre du Royaume et du droit. Dans Richard II, Bolingbroke usurpe le trône et fait mettre à mort Richard1. Dans Henry IV, la trahison change de camp et la rébellion est contre Bolingbroke, l’usurpateur devenu le nouveau roi. L’impartialité vis-à-vis des rebelles est évidente dans la pièce, Shakespeare fait apparaître la rébellion comme une conséquence inévitable ou du moins prévisible de l’usurpation. Henry V, dernière pièce, dans laquelle le fils d’Henry IV devient roi, après avoir été plutôt mauvais sujet, est interprétée comme la glorification de ce Roi juste et brave qui a été l’honneur de l’Angleterre.

  • 2 The Chronicles of England, Scotland and Ireland, 1re édition, Reginald Wolse, 1577 ; 2e édition, J (...)

2Shakespeare s’est inspiré de la chronique de Holinshed2, et n’a pas hésité à modifier certains éléments, ou certains caractères. Jean de Gand est flatté et a une aura dont son fils Bolingbroke profite. Le dramaturge omet l’épisode d’une révolte de Lords à laquelle il a participé, cela évite de lui donner un passé, mais la responsabilité de Bolingbroke est plus appuyée. Le Roi Henry IV semble être le plus proche du modèle historique, mais le personnage de théâtre n’est pas un personnage réel, et sa dimension dramaturgique lui donne de nombreuses facettes. Lorsqu’on étudie la tétralogie, on est frappé par l’importance de la question de la filiation — ce qui semble du reste normal dans des histoires de succession au trône — mais encore plus par celle de la paternité. Tout Shakespeare traite en fait de cette question, ici, elle prend les couleurs de l’Histoire, mais elle reste une question plus profonde, plus fondamentale, celle de la relation entre un père et un fils.

3S’affrontent en effet Henry IV, le Roi usurpateur et son fils Hal, ou Harry, futur Henry V. Dans la première partie de Henry IV, Hal est un jeune homme à la vie dissipée, qui fréquente la taverne plus que la Cour, et un homme peu recommandable, dont le personnage — c’est sa première apparition — a fait fortune : Falstaff. Hal l’aime et suit ses (mauvais) conseils, fait des frasques en sa compagnie et met en rage son père le Roi. Mais au cours de la pièce, sous la pression des événements, de la guerre civile qui éclate, Hal va s’amender, il devient un héros sur le champ de bataille, et semble pouvoir désormais prétendre au trône. Le Roi reconnaît alors que son fils est digne de son rang. Curieusement, il faudra la seconde partie de Henry IV, qui semble répéter la première, pour qu’il y parvienne, au prix d’un geste cruel et nécessaire, bannir Falstaff.

  • 3 On désignera la première partie de la pièce par 1-Henry IV. La traduction utilisée est celle de Mi (...)

4Le couple formé par Henry IV et Hal, dans cette première partie, est redoublé par un autre couple, celui de Percy et de Harry Percy le fils, surnommé Hotspur (éperon brûlant !), rival de Hal en tous points, puisque rebelle, mais aussi aimé de Henry IV qui a toujours désiré l’avoir pour fils, parce qu’il est vaillant, ardent et généreux. Hal tuera Hotspur sur le champ de bataille et pourra ainsi reprendre sa place dans le cœur du Roi son père, alors que le propre père de Hotspur l’a abandonné dans sa rébellion au lieu de le secourir comme il aurait dû le faire… Comme on le voit au simple récit de l’intrigue, la question de la paternité est complexe et centrale dans cette première partie de Henry IV3. Il serait évidemment nécessaire d’éclairer également les rapports de Hal et de Falstaff, qui est une sorte de père de substitution pour Hal, et aussi ceux de Percy et de son fils, mais nous nous limiterons ici aux rapports de Henry IV et de Hal, dans toute leur épaisseur.

Qui est Henry IV ?

5Le personnage le plus mystérieux de la tétralogie. Il ne fait que quelques apparitions sporadiques dans les pièces qui portent son nom. Il a très peu de monologues (instrument privilégié pour accéder aux mouvements de l’âme d’un personnage dans la convention du théâtre élisabéthain) il reste donc opaque au spectateur, il n’est pas exploré du point de vue psychologique. Mais Shakespeare donne des indices des intentions, et le personnage se construit par ses actions, les réactions des autres personnages, et aussi quelques discours qui peuvent s’apparenter à des monologues. La carrière d’Henry IV est celle d’un rebelle devenu par son audace et ses qualités personnelles l’incarnation suprême de l’autorité qui fait alors l’expérience de la distance entre son être et sa fonction. La tentation du pouvoir domine sa vie et son règne. On passe d’un univers où le fondement du pouvoir était la légitimité à un univers où le roi se proclame, au nom de ses qualités personnelles, l’origine de sa propre légitimité, qui n’est plus que garantie par le soutien du peuple (comme il le rappelle lui-même). L’emblème en sera la mutabilité. Henry IV a tourné le dos à la conception de la royauté, ainsi qu’aux interdits religieux qui s’y rattachent, il n’attache aucun sens aux présages et ne se considère ni comme maudit, ni comme le bras de la Providence, c’est là son aspect révolutionnaire. Sa couronne le fait être roi de facto et commande l’allégeance à part entière de la part de ses sujets. Cependant, la confiance fera place à l’angoisse et au désespoir, quand il se rendra compte que la mort de Richard lui vaut une perte de crédibilité, et qu’il a usurpé le pouvoir, mais non ce qui le fonde.

6Bolingbroke n’est pas montré comme un personnage endurci dans le mal, à la différence de Macbeth par exemple, et Shakespeare prend soin de ne pas exposer les étapes de ses décisions qui auraient été perçues par le public comme autant d’occasions manquées de repentir : c’est pour cela qu’il ne lui donne pas de monologues et que Henry IV s’explique très rarement. Shakespeare suggère que, dans cette histoire, peut-être d’autres forces qu’humaines ont été à l’œuvre : l’opinion est ce qui induit sa soif de pouvoir. L’opinion est dissimulation et tromperie et exerce son action pernicieuse contre la Raison (avec Rumeur, Renommée et Fortune), comme le voulait la tradition au XVIe siècle. Henry IV dit se repentir, sa sincérité est essentielle dans la théologie calviniste (quatre étapes sont nécessaires pour que le repentir soit accepté : contrition de cœur, confession sincère, foi et volonté d’amendement) mais tant qu’il a la couronne sur la tête, il ne peut prétendre être sincère dans son repentir. Cependant il semble sincère dans son désir de faire le bien du royaume.

7Il n’est pas innocent pour autant, loin de là. La taciturnité est un trait constitutif de la personnalité de Henry IV, mais aussi une attitude adaptée. Le silence du roi est nécessaire et bien sûr le silence de ses complices. Mais aussi celui des sujets qui, comme Falstaff, ont vite fait de déceler les implications de l’usurpation. Henry IV ne cherche pas à asseoir sa légitimité sur les cérémonies éclatantes, il préfère le plébiscite populaire qui fait du peuple son complice. Son discours est très ambigu, Henry IV est à la fois calculateur et se sent coupable, tout en exprimant un certain sentiment de satisfaction pour ce qu’il a réussi, il le dira à son fils très clairement en lui donnant des conseils pour se conduire en politique. Il révèle une préméditation :

By being seldom seen, I could not stir,
But like a comet I was wonder’d at,
That men would tell their children, ‘This is he !’

N’étant vu que rarement, je ne pouvais bouger
Sans que l’on m’admirât comme une comète
Et les gens de dire à leurs enfants ‘C’est lui !’ III, 2.46-48

8Il a l’idée que la rébellion peut être un châtiment de Dieu, et il pense même entreprendre une croisade expiatoire, il le dit dès le début de la pièce, mais il diffère cette croisade depuis un an et c’est ce qui laisse à la rébellion le temps d’éclater. Il pense aussi que la conduite de Hal et son déshonneur est une punition du Ciel. Il le lui dit à plusieurs reprises : que faut-il payer ainsi, en ayant un fils débauché ?

  • 4 Je renvoie au travail de Michèle Vignaux, L’Invention de la responsabilité, Presses de l’École Nor (...)

9Henry IV est hanté par l’idée de la dette, il est un roi qui ne paie pas4. Il est enfermé dans une position de débiteur vis-à-vis des rebelles, qui sont ses anciens amis et qui l’ont aidé à prendre le pouvoir. La position de débiteur dans laquelle l’enferme l’usurpation le conduit à ne pas payer ses dettes, et à ne pas vouloir payer une rançon pour Mortimer qui a été fait prisonnier. Il se rend coupable d’ingratitude, — et l’ingratitude est considérée comme un vice majeur depuis l’Antiquité, déjà chez Aristote — Hotspur en est indigné : sorte de péché absolu, l’ingratitude rend la vie sociale impossible. Henry IV a aussi une dette vis-à-vis de son peuple, le pays est atteint par la dévalorisation générale qui touche l’argent et plus spécialement la terre, comme le dit Falstaff. La dette du roi a une dimension métaphorique sous forme de démonétisation de sa parole, comme on le voit dans les offres de trêve qu’il fait aux rebelles. Il n’a pas de parole, il fait des offres et ne s’y tient pas, tout est vicié dans son discours, il hésite et a des retours de conscience, il lui est difficile d’assumer l’usurpation. Ce Roi ne se comporte pas en homme d’honneur, le plus voleur de tous est le Roi. Il reste conscient que son pouvoir et son statut sont de l’ordre de la fiction perceptible comme telle et perpétuellement hanté par le discrédit du langage et la crainte de n’être pas cru. Son pouvoir est un leurre et Falstaff et Hal ne se font pas faute de le dire, ils le tournent en dérision. Le Roi doit asseoir son pouvoir, et accepte la guerre avec les rebelles — une guerre civile, la plus terrible — parce qu’elle sera l’occasion de renforcer sa légitimité.

Qui est Hal ?

10Hal apparaît dès la fin de l’Acte I comme un machiavélien consommé. Il va apprendre tout de suite au spectateur qu’il joue les mauvais garçons mais que c’est une stratégie politique pour mieux révéler sa vraie nature celle d’un homme d’honneur. Son comportement est une véritable comédie, il ne se laisse pas prendre au piège de la débauche, mais il se prépare pour être Roi. Pendant toute la pièce, il est un personnage attachant, drôle, il manie l’ironie avec brio et tient tête à Falstaff, même s’il est battu d’une courte tête sur le plan de la faconde et de la truculence : d’ailleurs Falstaff lui reproche d’être tout sec au lieu d’être comme lui bien gras et bon vivant. Hal est tout de même un jeune premier, un jeune homme beau et brave et on le verra apparaître sur le champ de bataille dans une tenue digne d’un demi-dieu, qui force même l’admiration des rebelles. Mais il n’est pas un personnage simple : certes on peut admettre qu’il joue les débauchés — très relatifs d’ailleurs car il ne commet pas de crime majeur — mais il est difficile de le croire parfaitement pur sous son masque de chenapan. Il peut se montrer cruel avec les inférieurs, se moquer d’un serviteur, être très dur avec Falstaff, et assez cynique au moment de la mort de Hotspur, qu’il tue sans la moindre hésitation. Hotspur pris par la mort ne peut achever la phrase qu’il allait prononcer, Hal le fait pour lui en le regardant mourir :

Hotspur :… No, Percy, thou art dust,
And food for…
Prince : For worms, brave Percy !…

Hotspur : Non, Percy, tu es poussière
Et pâture pour…
Le Prince : Pour les vers, brave Percy !… (Acte V, sc.4, v.85-87)

11Hal trompe tout le monde, y compris son père et même le spectateur en dépit du monologue de la fin de l’Acte 1. Le statut de ce monologue est tout à fait particulier dans le théâtre élisabéthain et même déconcertant : au moment où Hal semble dévoiler son jeu, il entraîne le spectateur dans une voie trompeuse car il s’agit d’un effeuillage de la vérité, d’une révélation partielle, il insiste sur la phase ostensible de son évolution — le fils prodigue —-et cache sa transformation machiavélique, même s’il est un Machiavel du bien… ce qui reste d’ailleurs à démontrer.

12Dans ce monologue, la métaphore du soleil et des nuages est très révélatrice de la façon dont Hal conçoit sa conduite indigne, un leurre : de même que le soleil se laisse obscurcir par les nuages sans rien perdre de son éclat, Hal restera lui-même malgré sa débauche. Hal se délecte — comme il le dit dans les deux derniers vers — à tromper l’attente de l’opinion. Hal ne pose pas la question de l’honneur dans les mêmes termes que Hotspur, par exemple, pour qui c’est une vraie valeur. Pour lui, c’est devenu commodity, un instrument qui peut avoir son utilité mais non une fin en soi. Ce dont Hal est fier, c’est d’avoir ravi à Hotspur les honneurs qu’il avait gagnés au cours de sa carrière de valeureux chevalier. La véritable tromperie est que l’amendement du Prince est un faux-semblant et la véritable évolution est inverse : de débauché relativement innocent, lié à la tentation de la chair et de la vie légère, Hal va passer à une tromperie plus profonde, c’est dans Henry V que la conduite du Roi sera la plus douteuse. Il essaie donc de paraître un débauché qui s’amende pour mieux cacher qu’il est un machiavélien accompli et il désamorce tout regard qui risquerait de le démasquer par la suite. La véritable nature de la tentation à laquelle il succombe, c’est l’arrogance, l’orgueil, qui pousse les hommes à se croire comme des dieux. Le rejet de Falstaff est fondateur du règne. Le Roi Henry V prendra soin de maintenir une distance entre lui-même et ses actes, en faisant endosser la responsabilité à d’autres, ce qui ferme toute occasion de repentir.

Un affrontement inquiétant

13Shakespeare invente la scène où le Roi retourne le fils contre les Percy dans la scène 2 de l’Acte III. Le prince a été soupçonné de comploter, il prend l’initiative d’une discussion avec son père pour le rassurer. La didascalie indique sur scène d’autres personnages, sans préciser de qui il s’agit, pour insister sur le caractère privé de l’entretien, et le Roi demande aux autres de rester à proximité car il craint même pour sa vie. Dans les sources historiques, le Prince veut prendre la place de son père, il est pour son père, dans la pièce, le fléau de la vengeance issu de son propre sang. Henry IV montre pourtant son affection pour Hal : [mon regard] En ce moment contre ma volonté/est encore aveuglé par une sotte tendresse (v. 90, 91). Son désarroi est réel face à l’énorme faute que représente la conduite d’Harry vis-à-vis de son rôle social, et de l’opinion. Il le convoque donc pour lui parler et semble lui donner une véritable leçon de politique, sans savoir que son fils est déjà un fin politique lui-même. À la fin de la scène, il lui fait confiance dès que Hal déclare vouloir combattre et se souciera de lui sur le champ de bataille : du reste, lui qui le croyait un traître potentiel lui devra la vie.

14Mais la scène ne laisse pas d’être inquiétante : sombre entretien d’un père et d’un fils qui se menacent l’un l’autre ; sombre pouvoir tout en jeu de masques et en faux-semblants, sombre langage qui renvoie sans cesse à un cosmos inquiétant et à une étrange violence. Le centre est toujours la figure de Hotspur, qui est le fantasme commun du père et du fils, la nostalgie d’un temps révolu d’avant le meurtre. La transgression, la Faute. Un père et un fils s’affrontent… Henry IV fait le portrait de son fils : violent, il a frappé le Lord Chief Justice et son père craint même une agression ; il est débauché, « bas désirs, plaisirs pauvres, exploits mesquins », (v. 12-14), il se galvaude, il ne fait pas ce qu’il devrait et de plus il se fait du tort — « tu as perdu ton privilège princier/Par tes basses fréquentations. Il n’est pas un regard/Qui ne soit las de te voir continuellement » (VV. 87-88) — il trahit son rang et son rôle, tout le monde attend sa chute, il a perdu son privilège princier, il n’a aucun avenir en tant que personne publique et royale. Le Roi fait, curieusement, le même portrait que celui qu’en donne Hotspur. Hal est tout le contraire du jeune Hotspur, que le Roi aime : il affirme sa maturité pour marquer l’immaturité de son fils adolescent qui a le même âge que le jeune Percy (ce qui est une invention shakespearienne pour mieux jouer sur les doubles ; en réalité Hotspur avait un an de plus que le Roi lui-même). Le Roi et Hotspur sont bien proches, Hotspur est le fils idéal parce qu’il est le type de combattant qu’il faut à un État qui s’impose par la guerre. Le roi ensuite compare son fils à Richard II, argument spécieux qui vaut comme avertissement pour le fils : le Roi utilise des métaphores filées, un vocabulaire avec des expression populaires pour insister sur la vulgarité de l’alliance avec la taverne et le peuple de Richard II. La dernière partie de la tirade est très violente, une attaque ad personam, Henry IV dit que son fils est degenerate, ce qui est une grave insulte. Il soupçonne même Hal d’être capable de traîtrise. Le spectateur voit couler les larmes (ce qui est un détail historique) d’un Roi qui souffre dans sa paternité.

15Le fils ne se défend pas vraiment tout de suite, il est peu explicite, réplique seulement que ce sont des rumeurs et que le roi accorde trop de crédit à des intrigants, ce qui vaut comme reproche. « Je serai désormais plus moi-même » affirme laconiquement Hal, ce qui est un écho de ce que dit le Roi lui-même aux Percy, à la scène 3 de l’Acte I. L’homme de guerre s’éveille en Hal, il s’oppose à l’image que son père donne de lui, il dit attendre un baptême sanglant, évoque Hotspur de façon extrêmement flatteuse, pour que la gloire en soit plus grande de le battre sans doute. Hal espère voler de façon assez archaïque les vertus de Hotspur en le tuant, et coller ensuite à l’image que le Roi a de Hotspur.

16La question est celle de la filiation et celle de l’État : si le fils n’est pas à la hauteur de son père, en particulier pour guerroyer, alors l’État est en péril. Tout deux partagent la conception d’un pouvoir réaliste. Le Roi si silencieux devient disert — on compte soixante-trois vers pour la tirade — et donne une leçon de politique à son fils, qui n’a pas attendu les leçons de son père et puis, « mauvais sang ne saurait mentir ! » Le père et le fils sont deux êtres de pouvoir qui fonctionnent de la même façon. Il s’agit d’abord de « se faire rare » : comment se faire rare pour se faire admirer, c’est la leçon de Henry. Une vraie leçon de politique à la Machiavel, qui pose la question très importante à l’époque de Shakespeare de la renommée, la scène politique est un théâtre, l’opinion publique est essentielle. Le Roi se compare à une comète, fidèle à son idiolecte, et se jouant du cosmos, la comète ayant une connotation maléfique et annonçant les désastres. Il faut aussi jouer de charme et de courtoisie et être, comme le voudra Hal, le soleil « quand il brille rarement à la vue de ses admirateurs ». Il faut noter que le Roi présente, même à Hal, les choses de façon biaisée car ce n’est pas l’opinion qui l’a rappelé mais lui qui est revenu, illégalement, à Londres et a retourné l’opinion pour lui. On ne sait jamais la vérité et tout est question de point de vue : l’Histoire pour Shakespeare, est question d’opinion.

17Il s’agit aussi de poser la guerre comme indispensable à l’État. L’Histoire se répète, le fils ressemble au Roi déchu, prétend le Roi mais en fait le fils ressemble bien à son père et a les mêmes ambitions, il compte même le dépasser, et il le fera. Le père et le fils se disputent en fait la place. Le jeu des places est vertigineux dans la scène. Jean de Lancastre est à la place de son frère au Conseil, le Roi est à la place de Richard II, il voudrait qu’Hotspur fût à la place de Hal, et Hal jure qu’il prendra la place de Hotspur dans le cœur de son père et qu’il reprendra sa place dans la hiérarchie du royaume. Hal, qui semble le double de Richard, devra prendre la place du Roi. Cette place est enviable et on peut la prendre grâce au mérite. En fait, elle n’est pas à la portée de n’importe qui (le Roi se glorifie d’être un fin politique) mais l’usurper entraîne des remords car la place est désignée par la filiation. Pour occuper cette place, un seul moyen, être un conquérant militaire : tout repose sur la guerre. Outre la consolidation de l’État, le guerrier a la possibilité de rendre légitime l’illégitime. Hal devenu guerrier renforce le pouvoir et se montre digne de l’exercer : il deviendra un grand roi grâce à la guerre contre la France dans Henry V.

La question du fils : Che vuoi ?

18Le rapport du sujet à l’Autre est sous le signe d’une dualité radicale, le rapport à l’autre se trouve pris dans une production d’images. Et une façon de concevoir la place qui est la meilleure, ou du moins meilleure que la sienne propre. N’importe qui peut, dans certaines conditions dynamiques, prendre la place du Roi, ce qui fait dire justement qu’on n’est pas n’importe qui (pas un simple sujet, pas un débauché minable). Cette place compte plus que tout, il faut faire le vide d’abord puis l’occuper, la prendre, la tenir, caressant le fantasme de la pleine satisfaction. La place demande toujours le meurtre et on est toujours trop quand on la convoite, même si on est tout seul. On est toujours en place de se faire tuer ou de se tuer soi-même quand on est à cette place. Le père est mis à une place d’où il doit être éjecté, et en même temps il est le support de la loi du désir : Hal veut la place de son père, depuis le début de la pièce, et dans la seconde partie de Henry IV il ira jusqu’à dérober la couronne alors que son père est mourant, tant il a hâte de se l’approprier. Hal est à la fois comme son père — un politique, un dissimulateur, un stratège — et différent. Lui, il est légitime et va s’inscrire dans une filiation. Mais la culpabilité du père pèse sur le fils, et celui-ci sera le contraire de son père : il fera la guerre à l’extérieur, et l’unité du royaume, il paiera ses dettes et même plus encore, car Henry V aura la réputation d’un Roi plein de munificence. Le Prince déjà restitue un butin qu’il n’a pas dérobé — c’est Falstaff qui l’a fait —, il est le champion du don gratuit, et paie au-delà de ce qu’il doit. La reine Elizabeth I prononcera un discours appelé the golden speech où elle fait l’éloge de la générosité, qui est une prérogative toute royale. Une fois Roi, Hal refuse qu’on paie une rançon pour lui au cas où il serait fait prisonnier, et dit explicitement qu’il œuvrera pour effacer la déposition et l’assassinat de Richard II. Henry V fait en sorte d’effacer la faute de son père, qui est aussi la sienne, par héritage.

19Shakespeare a montré dans cette pièce comme dans beaucoup d’autres, de manière manifeste les relations du père et du fils : amour et haine, désir de mort, culpabilité. Dans 1-Henry IV il a, de plus, traité de la dette, ce qu’il fait aussi dans Le Roi Lear ou Timon d’Athènes, autrement. La dette a un aspect vivant, elle rappelle le manque et l’empêche de se fétichiser, mais si elle se fige, comme pour Henry IV, alors elle devient mortifère. Comme souverain, Henry IV endette déjà son fils qui lui doit allégeance, mais il a aussi une dette vis-à-vis de Richard II, une dette insolvable, qu’il lui transmet.

20Freud a pour sa part expliqué comment la culpabilité s’enracine dans le meurtre du père de la horde primitive : la culpabilité prend naissance dans la répression des pulsions agressives qui hantent le sujet vis-à-vis de son père, qui est à son tour imaginé comme agressif en retour. Une fois la haine assouvie par le crime revient alors l’amour, sous forme de remords attaché au crime. Le fils s’identifie au père, et porte cette culpabilité, non pas de l’avoir tué effectivement mais en tous cas d’avoir pris sa place : ce que la royauté héréditaire exhibe particulièrement. Être digne de son père, Hal l’a bien compris, c’est être à sa place, déjà. Le fils pose la question : « que (me) veux-tu ? » au Père, — on se souvient que c’est la question que pose Don Giovanni au Commandeur dans l’œuvre de Mozart et Da Ponte : Che vuoi ? — et celui-ci lui répond très clairement : « Je veux que tu sois comme moi ». Henry IV voulait un fils courageux et surtout héroïque, qui légitime le pouvoir, Hal lui donne satisfaction. Il entre dans le désir de son père mais Henry IV l’a mis sur le chemin de son propre désir sans le vouloir. « Je serais plus moi-même », dit Hal, et cette parole dit toute la duplicité du jeune Prince : « Je serai comme toi, en mieux », voilà ce qu’il répond à son père, voilà ce qu’il fera du reste, en incarnant le bon souverain. Ce fils, qui sera parfait, — trop parfait — après avoir fait ses preuves comme héros de guerre, trouve un expédient pour liquider l’image du père : il bannit (et tue, puisque Falstaff en meurt de chagrin) le gros homme qui lui a servi de père durant sa jeunesse folle. Falstaff, symbole de vie, esprit libre, cœur plein d’amour pour le jeune homme, Falstaff qui dit de lui-même qu’il est le monde entier :

… banish not him thy Harry’s company, Banish not him thy Harry’s company, banish plump Jack, and banish all the world
… ne le bannis pas de la compagnie de ton Harry, ne le bannis pas de la compagnie de ton Harry ; bannir Jack le dodu, c’est bannir l’univers.
Acte II, sc 4 (402-403)

21À quoi Hal répond simplement, mais durement : I do, I will, (« Je le bannis, telle est ma volonté »)… Ce que bannit Hal, c’est à la fois le père, le bon père, mais aussi tout le reste du monde avec lui : le voilà seul, régnant, certes, mais seul. C’était donc là le prix à payer.

Notes

1 Richard II et Henry Bolingbroke étaient cousins germains, fils des princes Édouard (le Prince Noir) et Jean de Gand, et donc petits-fils d’Édouard III.

2 The Chronicles of England, Scotland and Ireland, 1re édition, Reginald Wolse, 1577 ; 2e édition, John Hooker, 1587.

3 On désignera la première partie de la pièce par 1-Henry IV. La traduction utilisée est celle de Michel Grivelet, Aubier Bilingue.

4 Je renvoie au travail de Michèle Vignaux, L’Invention de la responsabilité, Presses de l’École Normale Supérieure, 1995. Mes analyses s’appuient sur les siennes pour ce qui concerne l’aspect historique de la question de la responsabilité, de la dette, de la politique.

Auteur

Professeur de littérature comparée, Université de Provence

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540