Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Relire l'histoire

Adam et Ève et les autres expressions du masculin et du féminin dans les premiers chapitres hébraïques de la Genèse

Michèle Bitton

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend, en partie, mon intervention du 30 mai 2002 à la journée d’étude du Groupe de rec (...)
  • 2 Au cours de la préparation de ce travail est paru SMITH Jean-Claude (dir.), Éve et Pandora. La cré (...)

1Dans les civilisations issues des trois religions monothéistes, le mythe biblique d’Ève a gravement nui aux femmes1. Cependant, pour beaucoup aujourd’hui, ce récit de la Genèse n’est que superficiellement connu, particulièrement dans sa version hébraïque originelle2.

  • 3 Je tiens ici à remercier tout particulièrement Hélène Cymbaliste, pour ses relectures attentives d (...)

2Il y a maintenant plus d’un an qu’avec quelques amies nous avons entrepris la relecture des premiers chapitres de la Genèse en hébreu3. Pour ma part, j’en ai tenté une lecture fondée sur le genre, attentive aux différentes expressions du féminin et du masculin et à leurs relations.

  • 4 Pour simplifier la lecture de ces mots qui reviendront souvent dans notre texte, j’ai adopté une g (...)

3J’y ai ainsi repéré trois expressions du féminin : neqeva, femelle ; isha, femme et hava4, Ève, que j’ai confrontées aux expressions et aux occurrences du masculin : zakhar, mâle ; ish, homme et adam, homme et Adam.

4Mais avant de m’attarder sur ces différentes expressions, je voudrais signaler une des curiosités syntaxiques que réserve une lecture du texte biblique attentive au genre.

La confusion entre le masculin et le féminin, ou il qu’il faut lire elle

5Il y a dans le texte hébraïque du Pentateuque et particulièrement dans la Genèse, une confusion entre le pronom de la troisième personne du masculin singulier et son équivalent féminin. En douze endroits du Pentateuque, le pronom masculin orthographié hou ‘il’, est vocalisé hi et doit être lu ‘elle’. La version hébraïque massorétique de la Bible, dont la lecture a été définitivement fixée au Xe siècle, contient d’autres cas de lectures différentes de ce qui est écrit (le qerê ketîb) qui sont généralement indiquées en marge du texte. Mais certaines de ces lectures différentes du texte écrit ne sont pas signalées, comme celle qui veut qu’on lise toujours Adonaï à la place du tétragramme YHWH.

  • 5 Les qerê ketîb ‘il’ à lire ‘elle’ sont indiqués trois fois dans le reste de la Bible : en Isaïe 30 (...)
  • 6 Gen. 2,12 : et l’or de ce pays est bon. En hébreu le mot arets traduit ici par ‘pays’ est féminin (...)

6Les lectures féminines du masculin hou ne sont pas signalées dans les marges du Pentateuque, mais elles le sont dans d’autres livres bibliques5. Cette confusion entre le pronom féminin et masculin apparaît trois fois dans les premiers chapitres de la Genèse où il s’applique une fois une mot féminin arets6 et deux fois au féminin isha : en Gen. 3,12 « la femme que tu as mise auprès de moi, c’est lui [lire ‘elle’] qui m’a donné de l’arbre et j’ai mangé » et en Gen. 3,20, où il remplace Èvedès sa nomination : « L’homme appela sa femme du nom d’Ève, parce qu’il [lire ‘elle’] fut mère de tout vivant. »

  • 7 « Le mot hi est écrit hou douze fois dans le Pentateuque, sans doute par faute de copiste. De même (...)

7Bien que certains grammairiens, comme Mayer Lambert, pensent que ces ‘il’ à lire ‘elle’, soient des fautes de copistes et qu’il faille retenir l’ancienne explication d’après laquelle le pronom masculin hou ait été employé pendant un certain temps pour les deux genres7, on ne peut manquer d’être surprise par cette confusion entre le masculin et le féminin dans des versets qui mettent justement en place la distinction des genres humains. Le texte hébraïque, que les massorètes ont travaillé pendant des siècles, laisse expressément planer le doute aussi bien sur le genre de la personne qui a donné à manger le fruit défendu, « c’est lui [lire ‘elle’] qui m’a donné de l’arbre et j’ai mangé (Gen. 2,12) », que sur celui de la mère de l’humanité, il [lire ‘elle’] « fut mère de tout vivant » (Gen.3,20).

Différentes expressions du féminin et du masculin dans les premiers chapitres de la Genèse

8Ève, la première des héroïnes bibliques, est la figure archétypale du féminin pour les trois religions monothéistes et pour les cultures qui en sont issues. Mais, quand on regarde de plus près le récit biblique, le personnage nommé Ève, hava, est en fait très peu présent : il n’est cité que deux fois dans toute la Bible hébraïque, en Gen. 3,20 et 4,1.

9Dans les trois premiers chapitres de la Genèse, jusqu’au verset 4, adam est, lui, cité 27 fois. Mais ces chapitres utilisent deux autres expressions du masculin et féminin : d’abord celle de zakhar, ‘mâle’ et de neqeva, ‘femelle’, qui n’apparaissent qu’une fois dans ces versets, en Gen. 1,27, puis celles de isha, ‘femme’, qui apparaît 16 fois, et ish, ‘homme’, qui n’apparaît, lui, que cinq fois dans ces mêmes versets.

La création de adam comme création de l’espèce humaine

10Le livre de la Genèse contient deux récits de création, le premier, en Genèse 1 attribué à la tradition sacerdotale, a été rédigé plus tardivement que le second, en Genèse 2 et 3, attribué à une tradition yahviste plus ancienne. Ces deux récits présentent de nombreuses différences dans l’ordre de la création, et surtout dans la naissance de l’homme et de la femme.

11Dans le premier récit, c’est au sixième jour, après la création de la lumière, du jour, de la nuit, du ciel, de la terre sèche, des mers et de la végétation les trois premiers jours, puis celle des corps célestes et de toutes les créatures vivantes les trois jours suivants, que se déroule l’acte ultime de la création humaine, celle d’adam :

  • 8 Ce pluriel, après adam qui est un nom singulier, est une autre des curiosités syntaxiques du texte (...)
  • 9 Sauf indication contraire, les citations de la Genèse en français sont empruntées à La Bible, coll (...)

Élohim dit : « Faisons l’homme [adam] à notre image, à notre ressemblance ! Qu’ils aient8 autorité sur les poissons de la mer et sur les oiseaux des cieux, sur les bestiaux, sur toutes les bêtes sauvages et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre ! » (Gen. 1,26)9

  • 10 La Bible, traduite sous la direction du grand rabbin Kahn Zadok, Paris, rééd. Colbo, 1972.
  • 11 La Bible de Jérusalem, Paris, rééd. Fleurus/Cerf, 2001.

12Ici adam, qui n’est pas déterminé, est traduit improprement par ‘l’homme’, alors qu’en hébreu il n’a pas d’article défini. La plupart des versions françaises de la Bible adoptent la même traduction, que ce soit la Bible du Rabbinat10 ou la Bible de Jérusalem11 qui donnent toutes deux « Faisons l’homme à notre image ».

  • 12 Eisenberg Josy et Abecassis Armand, À Bible ouverte, t. I, Paris, Albin Michel, 1991, p. 123.

13Dans leurs commentaires bibliques, J. Eisenberg et A. Abecassis suggèrent que, littéralement, il nous faudrait traduire ce verset « Faisons un humain12 », respectant en cela l’indétermination de cette première conception de l’idée d’humanité.

14Le début de ce récit de création n’introduit pas de distinction de genre ; le nom masculin adam pouvant valoir pour l’unité de l’espèce humaine qui domine les autres espèces animales. Mais immédiatement après, le verset Gen. 1,27 précise la nature sexuée de l’humanité.

Zakhar ‘mâle’/neqeva ‘femelle’

15Immédiatement après la création de l’adam primordial, survient la distinction des genres : adam y est précédé d’un article, ha-adam, et il est créé ‘mâle’ et ‘femelle’.

  • 13 On a ici un autre cas de pronom pluriel pour remplacer un nom singulier.

Élohim créa donc l’homme [ha-adam] à son image, à l’image d’Élohim il le créa.
Il les13 créa mâle et femelle./Élohim les bénit et Élohim leur dit : Fructifiez et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la… (Gen. 1,27-28)

16En hébreu, comme en français, les correspondants lexicaux pour ‘mâle’ et ‘femelle’, ont des radicaux différents. Ils ne sont pas reliés étymologiquement, ni grammaticalement, comme le sont par exemple gardien et gardienne. De plus, les deux termes hébraïques renvoient à des notions très éloignées l’une de l’autre.

17Le radical du substantif zakhar est celui du verbe hébraïque ‘penser’, ‘se rappeler’, dont dérivent différents vocables désignant le souvenir et la mémoire. Dans la Genèse, la première création du principe masculin désigné par zakhar, par son association avec la notion de mémoire, renvoie immédiatement à une idée de trace, de tension intellectuelle pour se souvenir du passé. Littéralement, zakhar pourrait se traduire par ‘celui qui se souvient’. En grammaire hébraïque, zakhar désigne aussi le genre masculin.

18Pour neqeva, le radical est celui d’un verbe qui désigne l’action de ‘trouer’, ‘perforer’. En hébreu, on trouve donc d’emblée dans le récit de cette première création d’un principe féminin, une idée de creux et de pénétration, avec pour corollaire l’idée d’ouverture et de profondeur. Le même radical n-q-b désigne aussi l’action de nommer, de définir, qui est une manière active d’agir sur le monde.

19Ainsi, si étymologiquement, la racine de zakhar relie le mâle à l’intellect, celle de neqeva associe la femelle à un acte de perforation aux implications psychanalytiques évidentes. Toutefois, la construction du mot neqeva est à un mode actif, comme celle de zakhar. De même, en grammaire, c’est également neqeva qui désigne le genre féminin. Dans ce mot hébraïque, on n’entend pas l’action passive d’être trouée, mais plutôt le sens actif de nommer et de définir au féminin. Littéralement, neqeva pourrait aussi se traduire par ‘celle qui nomme’.

20Le couple zakhar et neqeva apparaît à nouveau un peu plus loin dans la Genèse, au chapitre 5, dans le même contexte de création primordiale et de bénédiction :

Ceci est le livre des générations d’Adam. Au jour où Élohim créa l’homme, il le fit à la ressemblance d’Élohim. Mâle et femelle, il les créa, il les bénit et les appela du nom d’Homme [adam], au jour où ils furent créés. (Gen. 5,1-2)

21On trouve ensuite ce couple maintes fois convoqué dans la Bible, notamment pour les animaux de l’arche de Noé, puis dans le Lévitique à propos des sacrifices d’animaux. Ces deux désignations sexuées ne sont donc pas exclusivement appliquées à l’humain.

22Mais dans un livre prophétique de la Bible, dans un verset pour le moins énigmatique, le mot neqeva est opposé à une autre désignation du masculin, guever. Ils apparaissent ensemble dans le livre du prophète Jérémie lorsqu’il évoque les temps messianiques :

Jusques à quand vagabonderas-tu/ô fille insoumise,/alors que Iahvé a créé du nouveau dans le pays/la femelle tourne autour de l’homme. (Jérémie 31,22)

23Selon le prophète, une femelle active constituerait un tel renversement social qu’elle serait un signe de l’arrivée du Messie !

24Si nous revenons aux premiers chapitres de la Genèse, nous constatons que dans le récit de cette première création sexuée de zakhar et de neqeva, la femelle vient après le mâle : « Il les créa mâle et femelle », la femelle serait le parachèvement de l’œuvre divine.

  • 14 Dans le premier récit, les plantes sont créées au troisième jour (Gen. 1,11), avant la création de (...)

25Le second récit de création présente des éléments nouveaux et des éléments différents par rapport au premier récit. On y constate tout d’abord une disparité entre les noms désignant la divinité, Elohim dans le premier récit, et YHWH-Elohim dans le second. De même, le second récit ne fait pas mention de la création du jour et de la nuit et les deux récits présentent des différences dans le moment de la création des plantes et des animaux, avant ou après la création de l’homme14 et surtout dans les modalités de la création de l’homme et de la femme.

26Dans le premier récit ils sont créés ensemble, le mâle apparaissant d’abord, la femelle ensuite ; dans le second récit, les créations de l’homme et de la femme sont plus détaillées. Dieu (YHWH-Élohim) le façonne de la poussière de la terre et lui insuffle la vie. Il le place au jardin d’Éden, et pour sa solitude qu’il n’a pu combler avec les animaux, Dieu fait le projet de créer pour l’homme « un aide qui soit semblable à lui » (Gen. 2,18). L’expression hébraïque est ici beaucoup plus équivoque, ezer ke-negdo ‘un aide comme-contre lui’.

Isha ‘femme’/ish ‘homme’

Iahvé Élohim dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je veux lui faire une aide qui soit semblable à lui./Alors Iahvé Élohim forma du sol tout animal des champs et tout oiseau des cieux, il les amena vers l’homme pour voir comment il les appellerait et pour que tout animal vivant ait pour nom celui dont l’homme l’appellerait./L’homme appela donc de leurs noms tous les bestiaux, les oiseaux des cieux, tous les animaux des champs. Mais pour l’homme, on ne trouva pas une aide qui fût semblable à lui./Alors Iahvé Élohim fît tomber une torpeur sur l’homme et celui-ci s’endormit. Il prit une de ses côtes et enferma de la chair à sa place./Iahvé Élohim bâtit en femme [isha] la côte qu’il avait prise de l’homme [adam]. Il l’amena vers l’homme/et l’homme dit :’Cette fois, celle-ci est l’os de mes os et la chair de ma chair. Celle-ci, on l’appellera Femme [isha], parce que d’un homme [ish] celle-ci a été prise.’/C’est pourquoi l’homme [ish] laissera son père et sa mère, s’attachera à sa femme et ils deviendront une seule chair. (Gen. 2,18-24)

27Dans ces versets, trop souvent utilisés comme justificatif d’une condition inférieure de la femme, la langue hébraïque semble a priori au service du récit biblique qui souligne que la femme, isha, est ‘prise’ de l’homme, ish. Au verset 2,23, lors de la nomination de la femme, la traduction du rabbinat français propose en note ‘hommesse’, un mot péjoratif en français, alors qu’en hébreu le féminin isha ne l’est pas. En latin, la Vulgate a gardé le jeu de mot en utilisant vir et virago, un mot également passé en français avec un sens péjoratif.

  • 15 L’hébreu ‘îsh comporte un yod entre les lettres aleph et shin, et ce yod n’apparaît pas dans le mo (...)

28Mais si vocaliquement isha et ish sont effectivement proches, ils n’ont pas la même étymologie. De fait, malgré l’affirmation du rédacteur biblique, il n’est pas certain que ces deux mots aient la même racine15, isha (ou plus exactement ‘ishshâh) dérivant de enosh ‘humain, humanité’, dont le radical est associé à une idée de fatigue et de faiblesse.

29En Gen. 4,5, Enosh, le fils de Seth, est désigné comme le premier petit-fils d’Adam, mais son nom a la même racine que ‘ishshâh : c’est par sa lignée maternelle qu’il est proprement humain.

30Comparativement au mot adam qui, comme nous l’avons déjà indiqué apparaît 27 fois dans les premiers chapitres de la Genèse, ish y est peu présent. En Gen. 2,23 c’est de ish qu’a été prise celle qui sera appelée isha ; puis en Gen. 2,24, c’est ish qui abandonne son père et sa mère et s’unit à sa femme. Après cette création, et après cette union, ish laisse à nouveau la place à adam. Ish réapparaît en Gen. 3,6, lorsque la femme donne à manger à son homme le fruit de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, puis en Gen. 3,16, dans les sanctions imposées à la femme, lorsque Dieu lui dit que la passion l’attirera vers son homme. Enfin, c’est encore ish qui est convoqué en Gen. 4,1, lorsque, après avoir conçu Caïn, Ève dit : « J’ai acquis un homme grâce à Iahvé ». À part ces cinq occurrences de ish, toutes les autres évocations de ‘l’homme’, dans les premiers chapitres de la Genèse, viennent en place de l’hébreu adam, dans une forme grammaticale déterminée ou indéterminée.

31Isha, elle, est le personnage féminin principal du chapitre trois de la Genèse, celui des épisodes de la tentation et des sanctions dans lesquels elle apparaît treize fois. Dans ce même chapitre trois, Adam et ish réunis n’apparaissent que huit fois.

32Mais isha apparaissait déjà avant ish au chapitre deux de la Genèse. En Gen. 2,22 et 2,23, le mot isha précède la toute première occurrence biblique de ish, comme s’il fallait, à l’encontre du sens du récit qui dit qu’elle a été prise de l’homme, que la femme ait été créée pour que son parèdre, ish, naisse d’elle.

33Au chapitre trois, c’est à isha que Dieu s’adresse, c’est elle qui dialogue avec le serpent, c’est elle qui voit que l’arbre est bon à manger et à rendre intelligent, c’est elle qui en fait manger un fruit à son homme, et c’est isha qui est sanctionnée dans ses souffrances et ses grossesses. Ce n’est qu’après ces épisodes que l’homme, ha-adam, la nommera Ève.

Ha-adam ‘l’homme’ et ‘Adam’/hava ‘Ève’

L’homme appela sa femme du nom d’Ève, parce qu’elle fut mère de tout vivant.
(Gen. 3, 20)

  • 16 Ève apparaît trois autres fois dans le Nouveau Testament (La Bible de Jérusalem, Fleurus/Cerf, 200 (...)

34Ce n’est à la fin du troisième chapitre de la Genèse qu’Ève, hava, apparaît pour la première fois dans la Bible. Son nom n’apparaît qu’une seule autre fois, en Gen.4,1, lorsqu’elle a des relations sexuelles avec adam avant de concevoir Caïn. Après, il n’est plus jamais question d’Ève dans le Tanakh, la Bible hébraïque16.

35Notre première héroïne biblique n’a donc nommément que deux occurrences dans le Tanakh. Elle pourrait presque faire partie des hapax, ces mots qui ne sont cités qu’une fois dans la Bible et dont la signification est de ce fait difficile à déterminer.

  • 17 En Gen. 4,1 la Septante adopte la retranscription phonétique ‘Eua, qui est à l’origine du mot fra (...)

36Radicalement, adam et hava sont totalement étrangers, et tous deux ont des étymologies ambiguës. Dans le texte même de la Genèse, le rédacteur met en valeur le nom de hava en soulignant qu’elle fut mère de tout vivant. En hébreu, le mot hava est effectivement proche du radical du verbe ‘vivre’ et sa signification pourrait être ‘Vivante’. La traduction grecque des Septante a ici gardé le jeu de mot en nommant la compagne d’Adam Zoé, la ‘vie’17.

37Mais le mot hava peut aussi être dérivé de la racine du verbe hébraïque ‘prédire’, ‘deviner’. Selon cette étymologie, hava est aussi ‘devineresse’, une qualité qu’elle partage avec le serpent de cet épisode, le nahash, un mot signifiant aussi en hébreu ‘devin’.

38On rapproche également l’hébreu hava du vocable araméen hewya qui désigne le serpent, ainsi que du nom d’une divinité phénicienne, Hwt, représentée elle aussi en serpent. Hava pourrait ainsi être apparentée aux déesses-serpentes et autres pythies prédisant l’avenir répandues dans l’antiquité sur tout le pourtour de la Méditerranée.

  • 18 Ces hypothèses sont notamment avancées par Pope Mavin H., dans l’article « Ève », Encyclopaedia Ju (...)

39Mais une autre hypothèse, qui pourrait en même temps éclairer l’étrange épisode biblique de la création de la femme à partir d’une côte, fait un parallèle entre hava et l’ancienne déesse sumérienne Nin-ti dont le nom contient le logogramme ti qui désigne à la fois la côte et la vie. ‘La Dame de la côte’ ou ‘la Dame de la vie’ des anciennes mythologies mésopotamiennes pourrait se cacher derrière l’Ève biblique qui, elle aussi, allie les motifs de la côte et de la vie18.

40Mais pour le rédacteur biblique, hava reste avant tout la Vivante. Alors même que c’est par elle, dit le récit, que l’humanité a fait la découverte de sa condition mortelle, sa nomination privilégie la vie et non la mort. Comme Inanna chez les Sumériens, Tiamat chez les Babyloniens ou Isis chez les Égyptiens, les grandes déesses-mères du Proche Orient antique, l’épithète de hava est ‘Mère de tout vivant’.

41Comme le nom de hava, celui d’adam est ambigu. Paradoxalement, on lui donne sens par son féminin grammatical adama, qui signifie ‘terre’ ou ‘sol’, alors que dans le sens générique (ou général) d’ ‘humain’, le nom masculin adam n’a pas de féminin.

  • 19 Epstein-Halevy Elimeleh, « Adam », Encyclopaedia Judaica, Jérusalem, Keter, 1972, t. 2, col. 234-2 (...)

42Le vocable adam est également associé à la couleur rouge, adom en hébreu, et le nom du premier homme peut aussi signifier ‘celui qui est rouge’, la couleur de la terre dont il est issu. Adam est également proche du mot dam, ‘sang’ en hébreu. En akkadien, le sang se dit adamu, et ce vocable peut aussi désigner ‘une personne noble’, ou être utilisé comme un nom propre, A-da-mu19.

43L’apparition du mot adama, dans le premier chapitre de la Genèse, précède la toute première occurrence d’adam :

Élohim fit donc les bêtes sauvages selon leur espèce, les bestiaux selon leur espèce et tous les reptiles du sol [adama] selon leur espère ; Élohim vit que c’était bien./ Élohim dit :’Faisons l’homme [adam] à notre image, à notre ressemblance… (Gen. 1,25-26)

44Au chapitre suivant, dans le second récit de la création, le texte hébraïque fait explicitement le rapprochement entre adam et adama, d’abord en Gen. 2,5, pour souligner qu’il n’y avait pas d’homme [adam] pour cultiver la terre ou le sol [adama], et en Gen. 2,7, pour décrire la création d’adam à partir de la poussière de adama. Dans la traduction de la Pléiade, le mot ‘terre’ traduit l’hébreu arets, tandis que le mot ‘sol’ traduit adama :

Il n’y avait encore sur la terre aucun buisson des champs et aucune herbe des champs n’avait encore germé, car Iahvé Élohim n’avait pas fait pleuvoir sur la terre et il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol. Mais un flot montait de la terre et arrosait toute la surface du sol./Alors Iahvé Élohim forma l’homme poussière provenant du sol et il insuffla en ses narines une haleine de vie et l’homme devint une âme vivante. (Gen. 2,5-7)

Adama/adam

  • 20 La Bible, traduite par Chouraqui André, Paris, Cerf, 1989.

45La proximité entre l’homme et la terre n’est pas apparente dans la plupart des traductions françaises de la Bible. Le français a pourtant gardé des traces de cette proximité dans les mots humain et humus. André Chouraqui, dans sa traduction de la Bible20, a voulu garder cette idée en rendant adama et adam respectivement par ‘glèbe’ et ‘glébeux’, réservant le mot ‘terre’ pour traduire l’hébreu arets.

Elohîm fait le vivant de la terre pour son espèce
la bête pour son espèce et tout reptile de la glèbe pour son espèce.
Elohîm voit : quel bien !
Elohîm dit : Nous ferons Adâm – le Glébeux –
à notre réplique, selon notre ressemblance… (Chouraqui, Gen. 1,25-26)

46Cette proximité est encore plus apparente dans la traduction du deuxième récit de la création :

  • 21 Une typographie particulière permet à la traduction de Chouraqui d’inscrire le mot adonai au-dessu (...)

Tout buisson du champ n’était pas encore en terre,
toute herbe du champ n’avait pas encore germé ;
oui, IHVHadonai Elohîm21 n’avait pas fait pleuvoir sur la terre,
et de glébeux, point, pour servir la glèbe.
Mais une vapeur monte de la terre,
elle abreuve toute la surface de la glèbe.
IHVHadonai Elohîm forme le glébeux-Adâm, poussière de la glèbe-Adama.
Il insuffle en ses narines haleine de vie :
et c’est le glébeux. un être vivant.
(Chouraqui, Gen. 2,7)

47Dans le récit biblique, adama et adam forment eux aussi un couple, sans doute pas totalement étranger au couple primordial de la terre et de son fils/amant des anciennes religions des déesses-mères détrônées par l’avènement du monothéisme mâle. C’est aussi à cause d’adam que la adama est honnie :

Au glébeux, il dit :
« Oui, tu as entendu la voix de ta femme et mangé de l’arbre, dont je t’avais ordonné pour dire ‘tu n’en mangeras pas’…
Honnie est la glèbe à cause de toi.
Dans la peine tu en mangeras tous les jours de ta vie./
Elle fera germer pour toi carthame et chardon : mange l’herbe du champ./
À la sueur de tes narines, tu mangeras du pain
Jusqu’à ton retour à la glèbe dont tu as été pris.
Oui, tu es poussière, à la poussière tu retourneras. » (Chouraqui, Gen.3,17-19)

48Dans cette confusion entre les sanctions infligées au glébeux et à la glèbe, l’hébreu l’utilise le même verbe pour dire que le glébeux a été ‘pris’ de la glèbe (Gen. 3,19) et pour dire que la femme a été ‘prise’ de l’homme (Gen. 2,23).

49Dans les premiers chapitres de la Genèse, le mot adama apparaît 10 fois, et ses occurrences pourraient s’ajouter à celles des autres expressions du féminin. Mais même ainsi additionnées, les 30 occurrences des féminins neqeva, isha, hava et adama restent en dessous des 33 occurrences des masculins adam, zakhar et ish.

50Au delà de ces substantifs et de leurs occurrences, les verbes de la création différent aussi selon les genres. Alors que nous avons noté une identité entre le verbe qui dit que la femme a été ‘prise’ de l’homme et que ha-adam a été ‘pris’ de la terre, le verbe de la création de l’homme : « Alors Iahvé Élohim forma l’homme… » (Gen. 2,7), est différent de celui de la création de la femme : « Iahvé Elohim bâtit en femme la côte qu’il avait prise de l’homme » (Gen. 2,22). En hébreu c’est le verbe yatsar, ‘créer’, ‘façonner’, qui est utilisé pour l’homme, et bana, ‘construire’, ‘bâtir’ pour la femme. Pour le premier, il s’agirait d’une production nouvelle, d’une création au sens propre du terme, tandis que pour la seconde, faite avec un matériau déjà existant, il ne s’agirait que de transformation. À l’encontre de la connaissance de l’engendrement humain que les hébreux possédaient assurément au temps de la Bible, le mythe impose sa vérité, celle d’un ‘engendrement’ de la femme par l’homme.

51L’invention du mythe d’Ève, qui emprunte nombre de ses attributs aux déesses-mères encore honorées par les hébreux, s’inscrit dans une volonté politique évidente de glorification du masculin au détriment du féminin. Mais, lors de la rédaction de la Genèse, la vieille langue hébraïque imposait déjà à l’écriture de ce mythe ses rémanences et ses réticences. Étymologiquement, adam ne peut être séparé de adama, pas plus que grammaticalement isha ne peut être ‘prise’ de ish (ils n’ont pas la même racine, et vocaliquement, il faut au contraire enlever sa terminaison à isha pour obtenir ish). On se souvient aussi que neqeva, la femelle, est ‘celle qui marque’ ; et en grammaire hébraïque (comme c’est aussi souvent le cas en français) le féminin est la forme marquée, tandis que le masculin est la forme déficiente ou indifférenciée. Enfin, le nom de hava, la femme primordiale, apparaît comme un élément problématique ; il est étranger à adam, et très peu présent dans la Bible qui lui accorde seulement deux citations, à peine une de plus que Lilith, son ennemie jurée dans toutes les amulettes juives. L’histoire, elle, s’emparera d’abondance d’Ève, mais le texte hébraïque lui même soulève à son égard davantage de questions que de certitudes.

52Pour raconter la création de l’homme et de la femme, le texte hébraïque de la Genèse offre une richesse lexicale qui n’a généralement pas d’équivalent dans les traductions françaises. Cette richesse, qui s’exprime notamment dans les différentes expressions du masculin et du féminin que nous avons examinées et que le texte hébraïque utilise dans des contextes précis, ouvre de nouvelles perspectives de lecture à ce vieux mythe d’Adam et Ève où tout, ou presque, a été dit d’Adam, mais si peu de cette hava ‘vivante’, ‘devineresse’ et ‘prédicatrice’, vidée de sa substance par plus de deux millénaires d’andocentrisme.

Notes

1 Ce texte reprend, en partie, mon intervention du 30 mai 2002 à la journée d’étude du Groupe de recherches Femmes-Méditerranée à la MMSH d’Aix-en-Provence, « Les héroïnes et leurs représentations de l’Antiquité au XVIIe siècle ».

2 Au cours de la préparation de ce travail est paru SMITH Jean-Claude (dir.), Éve et Pandora. La création de la Première femme, Paris, Gallimard, 2002. On peut regretter qu’aucune contribution n’y traite directement du texte hébraïque de la Genèse.

3 Je tiens ici à remercier tout particulièrement Hélène Cymbaliste, pour ses relectures attentives de cet article et ses critiques pertinentes.

4 Pour simplifier la lecture de ces mots qui reviendront souvent dans notre texte, j’ai adopté une graphie simplifiée, neqeva, au lieu de la translitération plus scientifique de neqebah, isha au lieu de ‘ishshâh et hava au lieu de hawwâh.

5 Les qerê ketîb ‘il’ à lire ‘elle’ sont indiqués trois fois dans le reste de la Bible : en Isaïe 30,33 ; 1Rois 17,15 et Job 31,11.

6 Gen. 2,12 : et l’or de ce pays est bon. En hébreu le mot arets traduit ici par ‘pays’ est féminin et il est précédé du pronom masculin hou.

7 « Le mot hi est écrit hou douze fois dans le Pentateuque, sans doute par faute de copiste. De même, le mot na’arah est toujours écrit n’aar dans le Pentateuque, sauf une fois, en Deut. 22,19. L’ancienne explication d’après laquelle hou et n’aar ont été employés pendant un certain temps pour les deux genres nous paraît la meilleure. » Mayer Lambert, Traité de grammaire hébraïque, Hildesheim, Verlag Dr H.A. Gerstenberg, 1972, p. 35-36.

8 Ce pluriel, après adam qui est un nom singulier, est une autre des curiosités syntaxiques du texte hébraïque.

9 Sauf indication contraire, les citations de la Genèse en français sont empruntées à La Bible, collection de la Pléiade, Ancien Testament, t.I, Dhorme Édouard (dir.), Paris, Gallimard, 1956.

10 La Bible, traduite sous la direction du grand rabbin Kahn Zadok, Paris, rééd. Colbo, 1972.

11 La Bible de Jérusalem, Paris, rééd. Fleurus/Cerf, 2001.

12 Eisenberg Josy et Abecassis Armand, À Bible ouverte, t. I, Paris, Albin Michel, 1991, p. 123.

13 On a ici un autre cas de pronom pluriel pour remplacer un nom singulier.

14 Dans le premier récit, les plantes sont créées au troisième jour (Gen. 1,11), avant la création de l’homme qui a lieu le sixième jour. Dans le second récit, en Gen. 2,5-7, il n’y avait encore aucune plante avant la création de l’homme.

15 L’hébreu ‘îsh comporte un yod entre les lettres aleph et shin, et ce yod n’apparaît pas dans le mot ‘ishshâh qui comporte, lui, un accent à l’intérieur du shin (qui se trouve ainsi doublé).

16 Ève apparaît trois autres fois dans le Nouveau Testament (La Bible de Jérusalem, Fleurus/Cerf, 2001) en Tobie 8.6, 2 Corinthiens 11, 3 et 1Timothée 2,13 :
– C’est toi qui as créé Adam, c’est toi qui as créé Ève sa femme, pour être son secours et son appui, et la race humaine est née de ces deux-là. C’est toi qui as dit : Il ne faut pas que l’homme reste seul, faisons-lui une aide semblable à lui. (Tobie 8,6)
– Mais j’ai bien peur qu’à l’exemple d’Ève, que le serpent a dupée par son astuce, vos pensées ne se corrompent en s’écartant de la simplicité envers le Christ. (2 Corinthiens 11,3)
– C’est Adam en effet qui fut formé le premier, Ève ensuite. Et ce n’est pas Adam qui se laissa séduire, mais la femme qui, séduite, se rendit coupable de transgression. Néanmoins elle sera sauvée en devenant mère, à condition de persévérer avec modestie dans la foi, la charité et la sainteté. (1 Timothée 2,13).

17 En Gen. 4,1 la Septante adopte la retranscription phonétique ‘Eua, qui est à l’origine du mot français Ève. Elle l’introduit également en Gen. 4,25 :Et Adam connut à nouveau sa femme Ève, dans un verset où la Bible hébraïque emploie isha. La Vulgate le rend phonétiquement par ‘Heva.

18 Ces hypothèses sont notamment avancées par Pope Mavin H., dans l’article « Ève », Encyclopaedia Judaica, Jérusalem, Keter, 1972, t. 6, col. 979-980.

19 Epstein-Halevy Elimeleh, « Adam », Encyclopaedia Judaica, Jérusalem, Keter, 1972, t. 2, col. 234-238.

20 La Bible, traduite par Chouraqui André, Paris, Cerf, 1989.

21 Une typographie particulière permet à la traduction de Chouraqui d’inscrire le mot adonai au-dessus du tétragramme IHVH.

Auteur

Sociologue, Chargée de recherches à l’Observatoire des Religions (Aix-en-Provence), GRFM

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable