Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Relire l'histoire

Femmes, féminisme et recherches. Regards sur le bief

Françoise Thébaud

Texte intégral

  • 1 Les dix-neuf numéros comprennent un numéro zéro et trois numéros doubles (7-8, 9-10, 20-21) ; voir (...)
  • 2 Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay/Saint-Cloud, ENS Éditions, 1998.

1Pourquoi lire ou relire aujourd’hui les 2 225 pages des dix-neuf numéros du bief (Bulletin d’information des études féminines) publiés entre 1978 et 1989 par le CEFUP (Centre d’Études Féminines de l’Université de Provence1) ? Dans Écrire l’histoire des femmes2, j’ai privilégié le récit de l’aventure intellectuelle de l’histoire des femmes (approches historiographiques et débats méthodologiques), au détriment des aspects institutionnels et humains. L’ouvrage appelait cependant à faire l’histoire des groupes de recherche nés dans les années 1970 et à étudier les parcours des actrices, composantes essentielles de toute histoire d’un champ disciplinaire, moyens de lui restituer dans sa complexité la dimension d’une aventure humaine et, en changeant d’échelle, d’en faciliter peut-être la transmission.

  • 3 Lagrave Rose-Marie, « Recherches féministes ou recherches sur les femmes ? », Actes de la Recherch (...)
  • 4 Cette classification est à la fois explicative d’une tension permanente entre militantisme et rech (...)

2En 1990, la sociologue Rose-Marie Lagrave, sensible aux dénominations, proposait une première approche stimulante qui classait les groupes, selon leur position dans le champ scientifique, entre un « pôle de la recherche orthodoxe » (représenté notamment par le GRIEF de Toulouse ou le Séminaire d’histoire des femmes de l’EHESS) et un « pôle militant » constitué par le CLEF lyonnais ou le groupe Simone fondé en 1986 à Toulouse. Le CEFUP rejoignait le GEF et le CEDREF de Paris VII, le GEDISST et d’autres dans « un espace intermédiaire plus hétérogène3 ». Marqué à la fois d’empathie et de distance critique, plus sensible aux contextes et aux chronologies, comme aux marges de liberté et à la diversité des actrices/teurs, le regard historique présenté ici voudrait tester cette classification4 et esquisser une histoire plus concrète du groupe de l’Université de Provence.

  • 5 Un grand merci à celles qui m’ont permis de compléter ma collection lacunaire : Monique Haicault, (...)
  • 6 L’histoire de ces groupes sera facilitée par le dépôt des archives dans des lieux qui en permetten (...)
  • 7 Voir l’interview d’Yvonne Knibiehler dans ce volume. D’autres témoignages seraient aussi les bienv (...)
  • 8 Citation extraite d’un bilan à présenter au colloque de Toulouse, bief n° 11, page 86. Les auteurs (...)

3Appuyé essentiellement sur la lecture du bulletin dont il a fallu reconstituer la collection5, le projet est modeste et devrait être complété par la consultation des archives du CEFUP et du bief qui sont sans doute encore aux mains des actrices (courrier, statuts, dossiers de subvention, fichiers d’adresses, comptes rendus de réunions…6) et par une enquête orale auprès des membres du Centre et des rédactrices du bulletin, seule capable de restituer, au-delà des reconstructions de la mémoire, l’enthousiasme et l’amitié, les moments de joie et de découragement, les tensions, l’implication personnelle de chacune…7 Mais bulletin d’information plus que revue scientifique qui laisserait dans l’ombre débats et travail effectué, le bief, où les dossiers thématiques prennent cependant une place de plus en plus grande, est une source qui livre beaucoup d’informations sur les développements de la recherche et de l’enseignement en histoire des femmes, ainsi que quelques secrets de famille. Le titre de cet article « Femmes, féminisme et recherches » reprend donc celui du colloque de Toulouse (17-19 décembre 1982) qui a beaucoup marqué cette génération et laissé maintes traces dans le bulletin, « production la plus visible » comme le soulignent les membres du CEFUP8.

Un centre d’études, un bulletin d’information

  • 9 Sur ce point, voir la communication de Catherine Fouquet au colloque de Saint Maximin en 1983 : «  (...)

4Distribué gratuitement à 1 300 exemplaires, le numéro zéro, daté de novembre 1978, du Bulletin d’information des études féminines est le résultat de la collaboration, dans le respect de l’autonomie, de trois groupes qui « racontent leur vécu » (le vocabulaire est celui des années 1970), « leurs expériences et leurs projets ». Comme Pénélope et le CLEF, le CEFUP se présente sous la plume de Christiane Souriau, secrétaire générale, et expose ses activités sur le thème du corps féminin9, thème choisi en commun et priorité des premières recherches sur les femmes.

Naissance du CEFUP : trois récits des origines

  • 10 Cette plaquette est insérée en annexe de ce volume.
  • 11 Bief n° 19, « Hommage à Christiane Souriau », p. 215-220. Le numéro 17 souligne que Christiane Sou (...)

5Enjeu de mémoire et enjeu dans l’attribution des priorités, la question des origines n’est jamais simple en histoire. Incontestablement, la province, souvent oubliée dans les histoires nationales, a précédé Paris et le CEFUP peut être considéré comme le premier groupe français de recherche sur les femmes. Mais trois récits écrits des origines présentent quelques variantes et conduisent à des conclusions nuancées. Une plaquette, rédigée par les membres et éditée en 1978 par l’Université de Provence qui a reconnu le Centre en mai 1976, est la version officielle avec quatre pages sur la genèse et huit sur les statuts et activités10 : on y évoque un premier cours de formation continue à la rentrée 1973 (date où Michelle Perrot ouvre à l’Université Paris 7 le cours « Les femmes ont-elles une histoire ? »), avant l’ouverture l’année suivante d’un cours optionnel de DEUG intitulé « Condition féminine » mais portant sur féminisme et société ; dans l’introduction, on rappelle un travail commun de quatre années, soit 1974-1978. Avant de reprendre des paragraphes entiers de la plaquette dite en cours d’édition, le bulletin n° zéro résume l’origine du groupe en quelques lignes et la date de 1972 où, formulation peu claire dans sa deuxième partie, une « équipe s’est constituée à partir de l’initiative d’Yvonne Knibiehler puis autour d’elle et de Sylvia Ostrowetsky », respectivement historienne et sociologue. D’accent plus militant, une « chronologie céfupienne » (1971-1985), rédigée par Yvonne Knibiehler dans le numéro d’hommage à Christiane Souriau décédée prématurément en septembre 1985, évoque des réunions hebdomadaires en 1971 et un amphithéâtre « squatterisé » en 1972-1973 pour un enseignement officieux « ouverts aux étudiants et aux femmes de la ville » (80 à 100 personnes), avant une officialisation l’année suivante11. Une quatrième version, présente dans le numéro 17 à propos d’une modification de l’enseignement de DEUG, date sa création de l’année 1973-1974.

  • 12 Sur le rapport de méfiance du féminisme français aux institutions, voir PICQ Françoise, « Le MLF, (...)
  • 13 Les anciens mentionnés dans la plaquette sont, outre Yvonne Knibiehler dont le nom n’est curieusem (...)

6Un deuxième événement fondateur n’est présenté que succinctement dans les récits écrits : « l’éclatement et la dispersion de l’équipe initiale » en novembre 1975 (chronologie céfupienne) ou les « oppositions internes » (plaquette) qui se manifestent au sujet de l’institutionnalisation, après le succès des premiers cours bénévoles et du colloque patronné par l’Université de Provence sur Les Femmes et les Sciences humaines en juin 1975, au cœur de l’Année internationale de la femme. Ces tensions mettent en évidence, semble-t-il, deux conceptions du militantisme féministe et de son rapport aux institutions12. Une nouvelle équipe se soude alors autour de six des treize anciens membres13 et revendique des statuts universitaires et une reconnaissance officielle sous le nom de CEFUP, reconnaissance obtenue après négociation en mai 1976. Sans perdre son âme, comme le montrent les caractéristiques du groupe, fidèles à la plupart des orientations initiales.

Les caractéristiques du groupe

  • 14 Cette dernière recommandation n’est insérée que dans la plaquette officielle ; toutes les autres c (...)
  • 15 Voir les actes issus du colloque et publiées par l’AFFER (Association Femmes, féminisme et recherc (...)

7L’appellation « Centre d’études féminines » (et non « féministes ») est-elle le résultat d’un compromis avec les instances universitaires, la victoire d’une tendance modérée ou le choix consensuel de l’équipe décidée à jouer la carte de l’institutionnalisation ? Les sources écrites ne disent rien à ce sujet. Mais, si le CEFUP entend « instaurer une dimension critique » dans toutes ses activités et « mettre à l’épreuve l’idée de la valeur de la recherche féministe14 », les motivations et les orientations idéologiques mises en avant l’inscrivent sans ambiguïté dans la mouvance féministe : son but est en effet, « en abordant les problèmes des femmes du point de vue des femmes » (définition donnée à centre d’études féminines), de « promouvoir toutes les initiatives favorisant l’expression spécifique des femmes et une remise en cause radicale des situations et des opinions établies. » La dénomination a cependant suscité des débats récurrents, notamment autour du colloque de Toulouse qui témoigne à la fois du foisonnement des recherches menées dans la décennie précédente, de l’ampleur des remises en cause théoriques mais aussi de l’existence de clivages disciplinaires et de conceptions différentes des rapports entre féminisme et recherche15. Ainsi, la dernière page des numéros 11 à 17 (décembre 1982-décembre 1985) définit le CEFUP comme « centre d’études féminines et féministes de l’Université de Provence », la page de couverture maintenant jusqu’au bout l’appellation initiale. Le centre se présente alors comme « un lieu de réflexion et d’action sur les questions féminines », à la fois « centre de recherche interdisciplinaire », « centre de formation continue pour les femmes », « enseignement de DEUG. »

8Depuis l’origine et de façon originale par rapport aux autres groupes universitaires, le CEFUP est en effet très ouvert « aux femmes extérieures à l’Université ». Mettant en œuvre un féminisme concret, soucieux d’une bonne application de la loi Veil ou d’une riposte au chômage des femmes, il offre des cours-débats de formation continue sur la condition féminine ainsi que des stages de préformation et de réinsertion. Il multiplie aussi les contacts avec les associations et les groupes de femmes « pour engager des actions communes dans la ville ou la région » (plaquette). L’équipe de gynécologie et d’orthogénie de l’hôpital de la Conception appartient ainsi à l’équipe renouvelée de 1976 et de nombreux intervenants extérieurs sont invités en fonction de leur spécialité. Centre universitaire, le CEFUP tente de vivre en symbiose avec la ville et la région. Il est aussi particulièrement attentif à la création féminine, invitant ou exposant des femmes artistes.

  • 16 Voir note 5.
  • 17 Plaquette de présentation, page 14.

9Troisième caractéristique : la mise en œuvre de la pluridisciplinarité, considérée comme essentielle pour faire surgir un nouveau savoir sur les femmes, est plus effective que dans tout autre groupe français, comme en témoignent explicitement le bulletin ou les actes des colloques sur Louise Michel (1980) et sur Les femmes et l’argent (1984)16. Alors que Pénélope s’intéresse à l’histoire et l’anthropologie des femmes, que le CLEF rassemble des psychologues et des sociologues, le CEFUP associe plus de dix disciplines et 35 personnes en 1978 : psychanalyse, sociologie, histoire, civilisations comparées, économie, littérature, droit, ethnologie, philosophie, linguistique, gynécologie. Dans la recherche comme dans l’enseignement, il tente de « diversifier les concepts, les méthodes et les pratiques » et d’aborder « les problèmes féminins » en « éliminant les cloisonnements habituels au savoir. » Loin de la crainte d’un ghetto exprimée dans l’ouverture du premier numéro de Pénélope, il se propose en 1978 de favoriser à l’Université de Provence, « à moyen ou long terme », « la constitution d’une filière complète et pluridisciplinaire d’enseignement et de recherche sur la condition féminine17. » Perspective de women’s studies jamais réalisée.

10Groupe féministe fondé dans les années 1970 pour qui « il n’est pas indifférent qu’on soit homme ou femme » et centre universitaire, le CEFUP a été confrontée à la question de la mixité. Acceptée dans l’équipe initiale à laquelle appartient Marcel Bernos, elle est fondamentale pour les instances universitaires qui l’inscrivent dans l’article 4 des statuts, toutefois tempéré par l’article 2 qui précise que « les responsabilités seront assumées par les femmes ». La plaquette déjà citée évoque le fonctionnement démocratique d’une gestion collective et permet d’estimer à un quart la part des membres masculins en 1978. Mais le numéro 1 du bulletin parle de 30 femmes sur 35 personnes (15 % d’hommes) et le numéro 11 (décembre 1982) de 2 hommes sur 22, sans que l’on comprenne précisément si « l’équipe proche » des historiennes sous la direction d’Yvonne Knibiehler est incluse dans ce nombre. Le CEFUP semble avoir adopté une position d’ouverture sur la mixité, mais non sans tensions récurrentes que dévoilent là encore les retombées du colloque de Toulouse, comme le recul global de la place des hommes dans le centre et ses publications.

  • 18 Bief n° 13, page 2. Les citations précédentes sont extraites de la page 149 du n° 12. Voir aussi d (...)

11Une estimation sommaire de la surface rédactionnelle du bulletin écrite par des hommes montre un taux élevé (d’un quart à plus d’un tiers) pour les quatre premiers numéros où s’expriment notamment Patrick Hutchinson et Daniel Armogathe (ce dernier rédige des bibliographies et alimente une rubrique de documents), un taux moyen de 15 % dans le numéro double 9/10 (après trois numéros très féminisés), puis dans les numéros suivants un taux très bas de 0 à 3 %, à l’exception de l’Hommage à Christiane Souriau qui laisse écrire « le CEFUP au masculin ». Dans le numéro 12 du bief, « quelques-unes du CEFUP » (formule qui souligne l’absence d’unanimité) apportent leur soutien à Daniel Armogathe dont la communication a été refusée au colloque de Toulouse, pourtant organisé par l’ensemble des groupes (dont le CEFUP) réunis au sein de l’AFFER, Association Femmes, féminisme et recherches. Elles dénoncent « l’usage systématique d’une catégorie binaire » critiquée par ailleurs et les « procédés discriminatoires selon le sexe » ; elles souhaitent que « la mixité (…) ne soit plus la guerre » et précisent que le CEFUP « est à la fois mixte et non mixte », non mixte dans les groupes-femmes de formation continue, « mixte dans le principe pour la recherche et l’enseignement ». Dans le numéro suivant, Daniel Armogathe remercie sobrement « celles qui ne font pas du féminisme un domaine réservé, ni un champ clos où l’homme est l’ennemi principal18. » Membre du CEFUP depuis plusieurs années, il a joué un rôle moteur dans la naissance du bulletin.

Les premiers pas du bulletin

  • 19 Le premier numéro de Pénélope, pour l’histoire des femmes intitulé Les femmes et la presse paraît (...)
  • 20 Quatre numéros, parus en juin 1979 (n° 2), novembre 1979 (n° 3), mars et octobre 1980 (n° 4 et 5).

12Le Bulletin d’information des études féminines — le sigle bief (y a-t-il eu volonté de jouer sur l’image du canal de dérivation ?) n’apparaît qu’au numéro 6 — est en effet le résultat d’une initiative commune de Daniel Armogathe et d’Huguette Bouchardeau (pour le CLEF), à laquelle s’associe, pour le numéro zéro seulement, l’équipe Pénélope19. La collaboration avec le CLEF s’affiche jusqu’au numéro 4 inclus mais le CEFUP semble diriger dès le début la conception et la fabrication. Le questionnaire aux chercheurs inséré à la fin du numéro zéro est à retourner à l’Université de Provence et les cent réponses obtenues alimentent les numéros suivants tirés à mille exemplaires et soumis à partir de juin 1979 (n° 2) à un système d’abonnement fixé à 40 francs pour les numéros à venir de l’année 1979-198020. Le nombre d’abonnements souhaités pour que l’expérience soit viable financièrement et intellectuellement est de 300, mais il n’est en octobre 1979 que de 70 (80 un an plus tard), alors que le bulletin est inscrit au dépôt légal et coté à la Bibliothèque nationale.

  • 21 Bief n° 1. p. 41. Ce numéro publie la lettre de Jeanne Deroin à Hubertine Auclert du 10 janvier 18 (...)

13Comme son nom l’indique, il s’agit d’être un instrument de liaison entre les chercheurs « isolés ou non », en faisant circuler l’information sur les enseignements (plans de cours et approches développées), les recherches, les colloques, les publications (notamment par la rédaction de bibliographies thématiques). Chacune (et chacun) doit nourrir par ses envois les pages d’information, ou, dès le n° 1, les pages Courrier et la rubrique « Inédits, pages oubliées, curiosités » qui publie des découvertes de recherche. Comme l’écrit Daniel Armogathe qui a préparé la rubrique — nous sommes au temps des premiers enthousiasmes et de l’histoire fusionnelle —, ces documents sont volontairement livrés « sans aucune analyse » autre que quelques informations factuelles : « ils sont à toutes et à tous. Aux femmes — et aux hommes qui partagent leurs idées et leurs expériences — de se les réapproprier21. »

  • 22 Présentation du CEFUP, in n° 1.

14De fait, les six premiers numéros apparaissent très artisanaux et pas très faciles à lire aujourd’hui : pas de sommaire avant la troisième parution (n° 2) ; format incertain (A4 pour les numéros zéro, 1 et 2 ; demi A4 correspondant à des caractères très petits pour les 3, 4 et 5 ; de nouveau A4 pour le 6 avant l’adoption définitive du petit format) ; pages agrafées. Au lecteur d’imaginer aujourd’hui, derrière ces aléas, la difficile et bénévole fabrique d’un numéro « dans une situation de pénurie et de précarité22. » Le débat, qui a sans doute suscité certaines tensions, porte aussi sur le contenu. Le numéro 5 d’octobre 1980 est un numéro de transition qui annonce un recentrage sur le rôle informatif (informations et courts articles de synthèse sur la recherche universitaire et extra universitaire), au détriment de la diffusion de travaux qui pourrait se faire d’une autre manière, avec reproduction artisanale et abonnement spécifique (jamais réalisé semble-t-il). Le numéro 6 insiste aussi sur les efforts déployés pour que « circule une pensée originale en liaison avec la réalité sociale des femmes » et leurs diverses forme de création ; mais l’ancrage universitaire s’affirme de plus en plus nettement dans les numéros suivants.

Au fil des numéros

  • 23 On ne sait d’ailleurs pas toujours qui s’est occupé de la publication.

15À partir de l’année 1981, le bief prend son rythme de croisière avec deux numéros par an (printemps/hiver) et ressemble dès la publication double n° 7/8 à une vraie revue, avec un nombre conséquent de pages (de 131 à 238), une structure à peu près définie (avant-propos, dossier, actualité de la recherche, enseignements, informations de France et de l’étranger, courrier), une reliure, une couverture qui change régulièrement de couleur, un comité de rédaction et des responsables de publication. L’avant-propos de ce numéro affirme le souhait du bief d’être « un outil de questionnement et de transformation dans les pratiques de recherche concernant les femmes » mais la diversité de la mise en page comme la rotation des responsabilités témoignent d’une tension permanente, sans doute plus fructueuse qu’aliénante dans le contexte des années 1980, entre académisme et logique militante. Inscrit en deuxième de couverture du n° 7-8, le comité de rédaction composé d’Elisabeth Ravoux, Christiane Souriau, Marie-Claude Hurtig, Yvonne Knibiehler, Agnès Pitrou, Anne-Marie Richard ne reste en fonction que trois numéros pour laisser place à un comité de plus en plus restreint et variable par numéro23.

16La lecture attentive de l’ensemble de la collection, dont les caractéristiques matérielles sont résumées dans le tableau annexé à cet article, atteste du dynamisme du pôle aixois, montre les évolutions des études sur les femmes des années 1970 aux années 1980, et fait comprendre les difficultés rencontrées.

L’écho du dynamisme du pôle aixois

17Envisagée dans un point suivant, la recherche est bien évidemment au cœur du dynamisme du CEFUP, abordé d’abord sous l’angle de la transmission des savoirs, des liens noués avec l’étranger et du rôle actif joué dans la préparation du colloque de Toulouse.

18Implanté en région PACA, le CEFUP tente dès le début d’être le relais d’informations nationales et internationales et il se fait connaître au-delà des frontières. Comme l’écrit le numéro 2,

paradoxalement, quand Lille, Brest, Besançon, Limoges « ne répondent pas », l’Espagne, le Maroc, l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, la Hollande sont déjà touchés par nos informations.

19Le bief reçoit du courrier de l’étranger (par exemple, d’une sociologue brésilienne de Belo Horizonte dont la lettre est publiée dans le numéro 7/8) et rend compte de contacts individuels (Christiane Souriau et les pays du pourtour de la Méditerranée) ou collectifs avec des groupes non français. Ces derniers sont particulièrement forts avec le Québec où une forme de coopération s’officialise avec le GIERF (Groupe interdisciplinaire d’Enseignement et de Recherche sur la condition des femmes) de l’UQAM pour les deux années 1984-1985. Le bulletin témoigne ainsi du caractère international des recherches sur les femmes dans les années 1980 et de pôles très dynamiques : les États-Unis, le Québec, la Hollande…

  • 24 Deux ouvrages ont été publiés en 1982 à partir des cours : La Mère mauvaise et Images de femmes. M (...)
  • 25 Intitulé Amour 1984, le n° 15 du bief (décembre 1984) est presque entièrement composé de travaux d (...)

20Rapportant les thèmes abordés, l’organisation pédagogique et les problèmes soulevés, le bief se fait aussi l’écho de l’énergie mobilisée autour des enseignements de formation continue et de DEUG. Sur des thématiques annuelles et souvent proches dans les deux types d’enseignement (femmes et savoirs ; femmes et pouvoirs ; images de femmes ; femmes, mythes et histoire ; la Mère mauvaise ; le corps ; l’amour ; masculin-féminin…), les approches sont pluridisciplinaires et les cours, placés sous la responsabilité tournante d’une enseignante, se font à plusieurs ou en présence des autres collègues venus bénévolement, toutes et tous prêts à accorder du temps à la concertation et au travail en commun. Des personnalités de renom sont parfois invitées. Listées dans le bulletin pour le DEUG, les interventions sont d’un bon niveau et donnent lieu certaines années à publication, notamment dans la petite collection du CEFUP créée en 198224. Ouverte comme option à tous les DEUG de l’Université de Provence et à certains DEUG d’autres Universités, l’UV toujours appelée « Condition féminine » rencontre un grand succès auprès des étudiants qui sont rapidement 200 et s’impliquent dans les discussions, les lectures et un travail personnel requis, outre les deux partiels, pour l’évaluation25.

21Mais le bulletin fait état aussi de certaines dérives, notamment sous la plume de la philosophe Martine de Gaudemar qui, dans le n° 6 (mars 1981), demande « plus de discipline, de conscience, de rigueur » et achève le cours de l’année en appelant à la dissonance contre tous les positivismes :

  • 26 Bief n° 7/8, p. 39. Dans le n° précédent (p. 16-18 : « Sur l’UV de DEUG dite condition féminine ») (...)

le danger pour les études féminines, c’est de proposer une idéologie de rechange pour système fatigué, qui infuse du sang nouveau au vieux monde26.

  • 27 Bief n° 17, décembre 1985, p. 131.
  • 28 Bief n° 17, décembre 1985, p. 131-132 (« contrairement à ce qu’on nous avait laissé espérer »). Tr (...)

22« L’éclectisme, séduisant certes pour les plus brillant(e)s, mais préjudiciable à la formation de la majorité » est de nouveau dénoncé quelques années plus tard27 et la rentrée 1985 inaugure deux UV disciplinaires (sociologie et linguistique) de cent étudiants chacune. Préjudiciable aussi est l’absence de cours proposé en licence, l’UV de DEUG n’ayant pu être intégrée, malgré le souhait initial du CEFUP, dans une véritable filière d’enseignement. Si l’obstacle a été partiellement surmonté par la création d’UV disciplinaires ouvertes sur le questionnement « femmes et rapports de sexe » (Histoire de la famille en licence ou séminaire de maîtrise sur l’histoire au féminin par exemple) ou l’engagement individuel dans divers DEA de l’Université de Provence, la non obtention après Toulouse d’un poste de « maître-assistant(e) d’Études Féminines » est mentionnée avec dépit dans le numéro de décembre 198528. Elle est sans doute apparue d’autant plus injuste que le CEFUP disposait d’une longue expérience et avait joué un grand rôle dans le processus ayant conduit au colloque.

Une histoire du colloque de Toulouse

  • 29 L’expression est de Rose-Marie Lagrave (op. cit., note 3) mais des termes proches sont utilisés à (...)

23Intérêt non négligeable du bief il permet, notamment par ses numéros 7 à 13, d’esquisser une histoire du colloque de Toulouse. Présenté à l’époque comme « l’acte de naissance du champ de recherches sur les femmes29 », ce colloque montre aussi, avec le recul de deux décennies, les difficultés de leur institutionnalisation. Si la version du CEFUP doit être confrontée à d’autres, l’historienne aujourd’hui peut tirer son miel de nombreux éléments factuels.

  • 30 Des groupes parisiens sont aussi intervenus dans le cadre des Assises de la région parisienne.
  • 31 Notamment le GEF, le GIF (groupe interdisciplinaire féministe, autour de Michèle Kail), l’Universi (...)
  • 32 Yvonne Knibiehler et Christiane Souriau, qui est responsable de la recherche au CEFUP, ont partici (...)

24Le CEFUP se décrit comme le premier centre à s’engouffrer dans la procédure de consultation et d’évaluation de la communauté scientifique mise en place par Jean-Pierre Chevénement après l’alternance politique de 1981, en proposant, dans le cadre des Assises régionales de la Recherche et avec le soutien de Jeanne Mazel chargée de la promotion des femmes au Conseil régional, un mini colloque sur les femmes et la recherche30. S’il n’obtient qu’un groupe de travail dans le thème général Dimension sociale et culturelle de la recherche, il réitère la demande au niveau national par un courrier rédigé par Anne-Marie Daune-Richard et envoyé le 5 décembre 1981 à diverses instances, arguant là encore de la nécessité d’un bilan de la place des femmes dans la recherche, de l’intérêt du renouvellement théorique engendré par les recherches sur les femmes et de la demande sociale. Ses demandes rejoignent alors celles faites à son insu par des groupes parisiens31 mais il n’est prévenu qu’officieusement (par un coup de téléphone de Christine Delphy et Michèle Kail) du succès relatif de la démarche. Le Ministère met à disposition un amphithéâtre de l’ancienne École polytechnique pour la tenue, le 12 janvier 1982, en marge des Assises nationales de la recherche (la veille, dans un autre lieu et sans financement pour le déplacement des provinciales32), d’une journée organisée par les groupes parisiens sur « les enseignements, études et recherches féministes ou concernant les femmes », tandis qu’aux Assises le rapport introductif sur les sciences humaines omet de les mentionner dans les nouveaux champs de recherche.

  • 33 Le CEFUP précise dans son compte rendu : « nous disons ‘féminines’ au CEFUP, considérant que ces r (...)

25La riposte est immédiate et là encore non concertée. Les Parisiennes envoient une annexe au rapport, constituent un Comité d’initiative pour un colloque national sur les études et recherches féministes33 et présentent au Ministère des propositions en ce sens, conclusions de la journée du 12 janvier : organisé par le GRIEF de Toulouse (choix non explicité), le colloque doit conclure le recensement des recherches et des journées régionales préparatoires, l’ensemble du processus permettant l’organisation d’un réseau de recherche, l’établissement d’un bilan, l’évaluation des besoins pour une meilleure insertion institutionnelle. De son côté, le CEFUP précise ses demandes (coupler l’établissement d’un bilan avec la mise en place d’un réseau documentaire informatisé, créer des centres régionaux de documentation) et insiste sur la nécessité « d’éviter tout mécanisme de centralisation institutionnelle ou géographique » :

  • 34 Bief n° 9/10, p. 24.

pour favoriser la multiplicité des approches et des points de vue, il faut éviter une institutionnalisation de ce champ de recherches et développer une politique de soutien (par des subventions, contrats, etc.) aux différentes initiatives des groupes et des associations, tant dans le domaine de la recherche proprement dite que dans celui des publications, revues, création de centres de documentation34.

  • 35 Ibid., p. 30. Le bief se trompe, me semble t-il sur les attributions : P. Barret est qualifié de « (...)

26Des représentantes des groupes parisiens et provinciaux sont alors reçues le 11 février, en présence de Michelle Coquillat (chargée de la culture au Ministère des Droits de la femme), par Philippe Barret (en charge des Sciences de l’homme au ministère de la Recherche) et Maurice Godelier (Directeur des Sciences de l’Homme et de la Société au CNRS) qui acceptent les demandes liées au colloque ou celle, plus programmatique, de « réserver une place aux recherches féministes dans la réforme des structures qui (doit) avoir lieu notamment au CNRS35 ». Invité mais non présent faute de disponibilité et d’argent, le CEFUP se contente d’un télégramme à Philippe Barret, avant d’envoyer à Michelle Perrot, chargée à l’issue de la réunion d’un rapport au Ministre sur les études féministes, un compte rendu de son expérience et des propositions pour l’avenir. Il y décrit son action multiforme, insiste sur les handicaps (artisanat, parcellisation des tâches, fragmentation de l’effort, atermoiement du projet global, précarité des ressources), se réjouit qu’une chance soit enfin donnée aux femmes (pour le bien de tous et de toutes) et imagine une « confédération de groupes et d’individus » animée par un Comité transversal aux réunions itinérantes :

  • 36 Ibid., p. 32-33. Michelle Perrot n’a pas assisté, semble-t-il, à la réunion du 11 février 1982.

pas de sédentarisation dans la capitale, insiste-t-il, avec l’éternelle course des provinciales tenues pour périphériques36.

  • 37 Sur le féminisme d’État en France, voir Thébaud Françoise, « Promouvoir les droits des femmes : am (...)
  • 38 Sont présentes à la réunion : Christine Delphy, Dominique Fougeyrollas, Jeanne Peiffer, Françoise (...)

27Particulièrement détaillé dans le bief, à l’inverse du colloque et de ses suites, Pavant-Toulouse montre ainsi la détermination des femmes chercheuses à se faire entendre et à faire bouger les institutions scientifiques. Il préfigure aussi l’avenir, en révélant le rapport ambigu de la plupart des groupes aux institutions et au féminisme d’État37, l’inégalité entre parisiennes et provinciales, la priorité inévitablement accordée aux recherches au détriment de l’enseignement. En l’absence du CEFUP, le Ministère a en face de lui le 11 février 1982 quatre parisiennes (dont trois du CNRS), une lyonnaise et une nantaise qui, au-delà d’une allusion à des « actions de formation non sexistes », parlent essentiellement de recherche, malgré la présence de Michelle Coquillat acquise aux programmes de Women’s Studies38. Par ailleurs, si tous les groupes de recherche sont sensibles à la recherche hors institution et aux liens avec le mouvement féministe, les parisiennes semblent plus proches du pôle militant, donnant par exemple l’adresse de la Maison des femmes pour la préparation en Ile-de-France du colloque de Toulouse. Ne peut-on avancer ici l’hypothèse que la question de l’institutionnalisation des études femmes en France a été dominée par le paysage parisien associant, dans des stratégies opposées mais convergentes, des groupes, organisateurs de Toulouse mais méfiants vis-à-vis des institutions, et des chercheuses, intégrées aux institutions et craignant l’organisation d’un ghetto d’études féministes ? Au détriment d’autres expériences provinciales, comme celle du CEFUP qui présentait, à l’épreuve des faits, un équilibre plus fructueux entre recherche et enseignement, entre insertion institutionnelle et place faite à la recherche hors institution, entre dimension critique et ouverture sur le mouvement associatif et militant.

  • 39 Compte rendu in bief n° 11, décembre 1982. Le colloque est organisé par l’Institut Simone de Beauv (...)
  • 40 Voir les actes issus du colloque et publiées par l’AFFER. Sur le colloque de Toulouse, voir l’anal (...)
  • 41 Bief n° 12, p. 47-49, 88-90, 115-116. C’est dans ce numéro que « quelques-unes du CEFUP » regrette (...)

28De fait, la préparation du colloque est confiée à une association loi de 1901, l’AFFER, dont le conseil d’administration comprend 16 membres parmi lesquels 5 parisiennes, 2 cefupiennes (Christiane Souriau et Monique Grandjonc) et les 3 toulousaines du bureau qui sont chargées de l’organisation matérielle. Des journées régionales préparatoires se tiennent dans six régions. Le CEFUP les organise à l’Université de Provence les 26 et 27 mai 1982, avec des expositions de femmes artistes, la présentation des activités du centre et un colloque sur femmes et recherches qui rassemble une soixantaine de personnes. Le Ministère subventionne l’envoi d’une large délégation française au colloque international de Montréal sur la recherche et l’enseignement relatifs aux femmes (26 juillet-4 août 1982), qui rassemble 325 femmes de 73 pays et s’inscrit résolument dans une perspective de « révolution épistémologique » et de « transformation de la place des femmes39 ». Avec près de 800 participantes (300 attendues) et 140 communications, le colloque de Toulouse (17-19 décembre) est aussi un grand succès, tout en révélant des clivages disciplinaires et des conceptions différentes des rapports entre féminisme et recherche40. Par crainte de faire double emploi avec d’autres comptes rendus, le bief se contente de publier dans le numéro de mai 1983 des « notes d’humeur » : étudiante, institutrice, militante féministe, Catherine Hurtig témoigne de la difficulté de la rencontre entre universitaires et militantes et exprime « le sentiment de ne pas y avoir d’existence reconnue » ; Ailbhe Smyth (universitaire de Dublin résidant temporairement à Aix) déplore les tensions qui, au-delà du foisonnement intellectuel extraordinaire, se sont exprimées, se divertit du jargon utilisé et du portrait-robot de « la vedette » (pantalon, bottes, chemisier de soie grège) ; non fumeuse et mariée, M. G. croque avec ironie un « Autoportrait accroché de guingois au salon d’hiver de Toulouse »41. Anne-Marie Daune-Richard souhaite cependant revenir sur Toulouse dans l’introduction du numéro suivant, s’inquiétant du peu d’écho du colloque dans la presse universitaire et féministe (à l’exception du numéro 2 du bulletin du CRIF). Après discussion avec quelques autres du CEFUP, elle considère le colloque comme un « saut qualitatif » et refuse de déplorer « la banalisation de ce champ de recherches », signe d’un « déplacement des investissements des unes et des autres vers un approfondissement de la réflexion ».

  • 42 L’adresse est 1 rue Mignet à Aix-en-Provence, qui est, d’après des appels à contributions au numér (...)
  • 43 Voir les deux volumes qui présentent les résumés des projets acceptés (27 % environ des projets pr (...)
  • 44 Bief, n° 11, p. 75, in « La recherche sur les femmes dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur : c (...)

29De même, le bief fait peu de place à l’association Femmes et Recherches en PACA qui naît, comme ailleurs, selon les stratégies définies à Toulouse et dont les rapports avec le CEFUP ne sont pas explicités42. Pas plus qu’à l’Action thématique programmée du CNRS (Recherches sur les femmes et recherches féministes), qui finance une soixantaine de projets entre 1984 et 198943. Les membres du CEFUP ont pourtant présenté des projets individuels ou participé à des projets collectifs, comme ils avaient pris une part active au colloque de Toulouse, voulant soumettre à discussion plus que leurs « résultats proprement dits », leurs « doutes », « hésitations », « erreurs », « interrogations »44.

« Quand la recherche se cherche » ou « la recherche fécondée par les femmes »

30La première expression est le titre du numéro 11 du bief qui, dans la perspective du colloque de Toulouse, s’interroge sur les pratiques de recherche et souhaite, sans beaucoup d’écho, donner la parole

  • 45 Citation extraite de l’avant-propos. Ont répondu La Scie à molettes (stages de mécanique pour les (...)

aux groupes et individues engagés dans une démarche de recherche associant action et réflexion féministes45.

  • 46 Voir n° 19, p. 191-198.

31La deuxième expression est le titre d’une intervention assurée par Catherine Fouquet, Martine Perrin-Burdet et Christiane Souriau dans le cadre des journées Femmes et Création organisées à Marseille en mai 1985 par Jeanne Mazel46. À la lumière de son bulletin, le CEFUP apparaît en effet comme un centre de recherche ayant impulsé des thématiques novatrices et suscité une réflexion sur les pratiques de recherche comme sur les catégories d’analyse. Le séminaire interdisciplinaire auquel ne participe pas nécessairement toute l’équipe (le nombre de présent-e-s n’est jamais indiqué) sert de lieu d’échanges aux travaux des unes et des autres (effectués le plus souvent dans d’autres structures) et d’espace de réflexion commune sur

  • 47 Avant-propos du n° 7/8 Les femmes et la recherche.

les questions techniques, méthodologiques, épistémologiques, politiques… que posent les recherches par les femmes et sur les femmes47.

  • 48 Les femmes et l’argent. I Première Approche, n° 12, mai 1983 ; Les femmes et l’argent II, n° 13, d (...)
  • 49 Offen Karen, « Définir le féminisme : Approche historique comparative » (version longue en anglais (...)

32Au fil des numéros, les thèmes abordés sont d’abord le travail des femmes (n° 9/10), domaine de recherche en mutation depuis les années 1970 et objet des recherches d’Anne-Marie Daune-Richard et de Monique Haicault. Les rapports entre les femmes et l’argent, sur lesquels Christiane Souriau pilote un programme de recherche à propos des pays de la Méditerranée, donnent deux beaux numéros remarqués par Le Monde puis un colloque tenu à Aix-en-Provence en novembre 1984 : un faisceau de disciplines et d’approches envisagent notamment les échanges marchands, les comptes tenus par les femmes, la valeur des femmes, les perceptions culturelles de l’argent et ce qui se passe du côté de l’inconscient48. Réalisé par Marie-France Pichevin, Cuisines (n° 14) privilégie une approche ethnologique ou littéraire et des témoignages de chercheuses féministes. À l’origine projet de numéro commun avec les Québécoises du GIERF qui ont une vision très critique de la psychanalyse comme pratique thérapeutique et discours théorique, Des femmes et la psychanalyse (n° 18), préparé par Colette Charlier, donne la priorité aux témoignages de femmes « dont la rencontre avec l’analyse a profondément marqué la vie ». Quant au dernier numéro paru en décembre 1989, il tente de comprendre le féminisme contemporain et son héritage et publie de larges extraits de l’article fondateur et largement débattu de l’Américaine Karen Offen qui propose le recours à l’histoire comparative pour définir et classer les féminismes49.

33Y a-t-il une spécificité des recherches menées par les femmes et sur les femmes ? Le bief aborde de front la question dans ses numéros 7/8 (les femmes et la recherche) et 11 (Quand la recherche se cherche). Il dénonce l’inconfort ressenti par les chercheuses dans les structures classiques et le manque de reconnaissance institutionnelle et sociale de leurs recherches. Il souligne que l’introduction de la subjectivité, de la conscience d’un nous collectif ou de l’interdisciplinarité décloisonnent les savoirs. Il insiste sur la rupture engendrée par la conceptualisation du sexe comme variable sociale ou la reconnaissance de la différence politique des sexes. Dans leur contribution de novembre 1981 (« La psychologie et les femmes »), Marie-Claude Hurtig et Marie-France Pichevin défendent la notion de genre « pour rendre compte des processus de différenciation sexuée ». Quant au numéro 11, il précise, sans donner l’origine du calcul, que 14 % des recherches du CEFUP portent sur la différenciation sexuée !

34Revue interdisciplinaire, le bief témoigne du déplacement progressif de l’objet de recherche des femmes aux relations de sexe, déplacement qui touche toutes les disciplines, même si elles usent de termes différents : genre, différenciation sexuée, catégories de sexe, classes de sexe, rapports sociaux de sexe. Il témoigne aussi de l’effort d’approfondissement théorique de toutes les recherches sur les femmes. Le séminaire du CEFUP de l’année 1984-1985 se propose ainsi

d’explorer les différences de sexe avec l’objectif (de) cerner dans quelle mesure, à quels niveaux et jusqu’à quel point le rapport des sexes peut fonctionner comme catégorie.

  • 50 Introduction du numéro.

35Une partie des interventions (philosophie, psychologie, sociologie, civilisation arabe, linguistique) est publiée dans le numéro 17 paru en décembre 1985 (Sexes et catégories), soulignant les convergences et spécificités disciplinaires, comme « l’importance heuristique de l’étude des frontières et des transgressions des catégories du sens commun50 ». Inscrit au programme du Collège international de philosophie, le séminaire de l’année suivante (non publié, semble-t-il) approfondit la réflexion sous la thématique « les catégories de sexe : pratiques et représentations », avant l’organisation d’une table ronde sur ce thème en décembre 1986 qui doit confronter les recherches des céfupiennes à celles d’invitées extérieures. Le comité d’organisation (Yvonne Knibiehler, Martine Berlan, Catherine Flament, Marie-Claude Hurtig, Marie-France Pichevin, Anne-Marie Daune-Richard, Françoise Soublin) ne comprend pas Christiane Souriau, cheville ouvrière du CEFUP décédée d’un cancer en septembre 1985.

La fin et l’héritage d’une expérience

36Annoncé pour décembre 1986 (n° 19) comme une coproduction GIERF-CEFUP réalisée à Montréal, Un Québec inventé par les femmes n’est jamais paru. Il a été remplacé par un numéro spécial d’hommage à Christiane Souriau préparé par Monique Grandjonc et Yvonne Knibiehler. À côté de textes inédits et de témoignages, il contient des informations sur l’itinéraire de cette chercheuse arabisante d’origine belge, ancienne documentaliste, spécialiste de la presse maghrébine et de la société libyenne, mère de cinq enfants et féministe. Puis la publication s’interrompt pendant trois ans, avant la parution d’un unique numéro double (20/21), dont le titre, en forme de question (Le féminisme… RINGARD ?), sonne ironiquement. Dans une lettre introductive aux lecteurs et aux lectrices, Marie-France Pichevin, qui a préparé le numéro, les appelle à s’abonner, suggérer des papiers, envoyer des articles, pour que le bief continue à être « un support d’information » de la région PACA, « un lieu de réflexion et de débats interdisciplinaires », « un maillon de l’articulation Recherches théoriques/Recherches action ». Après avoir pointé le mal d’épuisement et de démobilisation (« Jeanne d’Arc est morte, Simone de Beauvoir est morte, et nous-mêmes, nous ne nous sentons pas très bien »), elle crie « Halte à la désespérance », employant à son insu presque les mêmes arguments et le même vocabulaire que Martine Isnard et Edwige Chabran dans l’éditorial du numéro 5 d’octobre 1980 : « nous ne désespérons pas de l’avenir ». En 1989, la situation ne s’est pas redressée.

  • 51 Il est fait mention ailleurs d’une subvention du Ministère des droits des femmes pour le lancement (...)
  • 52 Sous le sigle CEFUP et sa signification a été écrit, dessin d’un pénis à l’appui, « Étude sur le z (...)

37Divers facteurs expliquent cet échec final qu’il faut cependant relativiser en soulignant l’héritage de l’expérience. Déperdition criante des efforts engagés, le bief, dont les meilleurs articles mériteraient republication, a incontestablement manqué d’un soutien de ses lecteurs et de l’institution universitaire. Au-delà des premières parutions, il n’y a aucune indication sur le tirage ou le nombre d’abonnés mais le numéro 17 invite à compléter sa collection et brade à moitié prix le lot des onze numéros non épuisés (font exception les 2, 3 et 7/8) et des quatre volumes de la Petite collection CEFUP. Difficile à établir sans le fichier des abonnés, l’aire de diffusion, évoquée dans les avant-propos ou le courrier des lecteurs, est paradoxale, atteignant des universitaires étrangers et ignorant une grande partie du monde de la recherche et du public français. Le bilan présenté à Toulouse évoque, sans précision, des subventions pour publication de la part de l’Université51 mais déplore l’absence de budget de fonctionnement et de recherche alloué au CEFUP, ainsi que les lenteurs de l’attribution d’un local, finalement accordé en 1985 et aussitôt abîmé d’un graffiti obscène sur la porte52.

  • 53 Aucune information à ce sujet dans le bief.
  • 54 Je ne sais pas si la démission d’Élisabeth Ravoux-Rallo est ou non un effet de Toulouse. Je n’ai p (...)
  • 55 Elle reçoit l’aide de Françoise Douay-Soublin et Marie-France Pichevin, dans une « structure tricé (...)

38Plus important sans doute est la fragilité du statut du CEFUP, pari réussi sur la complémentarité des trois fonctions (enseignement, recherche, formation), pari plus incertain, dans les structures françaises, sur l’interdisciplinarité, la transversalité des approches, l’ouverture aux recherches hors institution. L’absence de poste d’enseignement, de recherche ou de documentation au titre du CEFUP a limité les moyens de fonctionnement, tendu peut-être les relations à certains moments53, usé les énergies des membres aux statuts parfois précaires ou extérieurs à l’Université et au CNRS. Les mieux implantés ont beaucoup donné de leur temps, notamment Christiane Souriau qui a repris la fonction de secrétaire générale du CEFUP, après la démission d’Élisabeth Ravoux-Rallo qui lui avait succédé en janvier 1979, pour qu’elle se consacre à l’animation de la recherche54. Yvonne Knibiehler, en hommage de qui cette contribution a été préparée, semble moins impliquée au quotidien mais elle a toujours répondu présente aux moments importants. Elle fut à l’origine du groupe, assura des séances de DEUG et de formation continue, écrivit plusieurs contributions au bief, coordonna le numéro d’hommage à Christiane Souriau et accepta d’être élue secrétaire générale du CEFUP à la mort de cette dernière55. La mort en effet a endeuillé le groupe et l’a privé de personnalités actives : Christiane Souriau, mais aussi Marie-Thérèse Botterman.

  • 56 Centre de recherches et d’études anthropologiques de l’Université Lyon 2.
  • 57 L’expression est d’Yvonne Knibiehler dans l’introduction de Les Femmes et la ville : Un enjeu pour (...)

39Le CEFUP, qui copublie en 1992 avec le CREA56 Des hommes et du masculin, disparaît-il avec le bief ? D’autres sources seraient nécessaires pour savoir quand et comment s’est effectuée la dissolution et ce que sont devenus ses membres. Au-delà de cette triste fin, il faut souligner le rôle positif joué par le centre et le bulletin, ainsi que leur héritage. Ils furent d’abord une extraordinaire (et sans doute formatrice) aventure collective pour celles et ceux qui l’ont vécue. Pendant près de dix-huit ans grâce au centre, et près de dix ans grâce au bulletin, le questionnement sur les femmes et les rapports de sexe a irrigué à des degrés divers l’Université de Provence, des laboratoires du CNRS de la région PACA, des associations aixoises et marseillaises et bien au-delà, contribuant à faire du pôle aixois un des lieux importants en France de la recherche dans ce domaine. Ceci reste vrai aujourd’hui. D’une part, l’association Les Femmes et la Ville fondée en 1990 est « un bourgeon marseillais du CEFUP ». D’autre part, s’est constituée en janvier 1994 le Groupe de Recherches Femmes-Méditerranée au sein de la jeune Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme57. Une autre histoire qui ne sera pas racontée ici…

40Que dire en conclusion ? L’expérience du CEFUP et du bief a été portée par des femmes et quelques hommes qui l’ont sans doute vécue intensément. Peut-être, comme les résistants en face des travaux d’historiens, ne se retrouveront-elles (ils) pas dans cette analyse distancée qui ne rend pas assez compte de l’importance de la sociabilité et de la force de l’adhésion intellectuelle et politique au projet de changer le savoir et le monde. Elle voudrait néanmoins permettre de mieux comprendre l’aventure intellectuelle des études sur les femmes et le genre en France, et susciter des recherches complémentaires. À l’heure où la question des femmes dans les sciences est dominée par une approche essentiellement quantitative autour de la parité, approche nécessaire mais insuffisante, elle rappelle opportunément que « les femmes et la recherche », ce n’est pas seulement le sexe du chercheur mais aussi les thèmes abordés et le mode de questionnement. Après trente ans de travaux, les recherches sur les femmes et le genre sont encore trop peu institutionnalisées en France et leurs résultats peu enseignés.

La collection du BIEF

La collection du BIEF

Notes

1 Les dix-neuf numéros comprennent un numéro zéro et trois numéros doubles (7-8, 9-10, 20-21) ; voir le tableau en annexe. J’écris bief en minuscules comme sur la couverture de la revue mais les membres du CEFUP écrivent aussi BIEF dans leurs contributions, notamment dans les derniers numéros.

2 Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, Fontenay/Saint-Cloud, ENS Éditions, 1998.

3 Lagrave Rose-Marie, « Recherches féministes ou recherches sur les femmes ? », Actes de la Recherche en sciences sociales, n° 83, juin 1990, « Masculin/féminin 1 », p. 27-39.

4 Cette classification est à la fois explicative d’une tension permanente entre militantisme et recherche et trop rigide, comme le montre la parution pendant six ans (1979-1985) de Pénélope, pour l’histoire des femmes, résultat de la collaboration entre le groupe de l’EHESS et le GEF qui n’appartiennent pas à la même catégorie. Sur Pénélope, voir : Dauphin Cécile, « Pénélope : une expérience militante dans le monde académique », in Vingt-cinq ans d’études féministes. L’expérience Jussieu, sous la direction du CEDREF (Françoise Basch et alii), Publications de l’Université Paris 7, 2001, p. 61-68 ; Thébaud Françoise, « De Pénélope à CLIO : forces et faiblesses de l’histoire des femmes en France », à paraître en italien in Actes du colloque Storiche di ieri e di oggi : esperienze a confronto (Bologne, janvier 2001). Spécialiste d’histoire des associations, Évelyne Diebolt réalise actuellement une enquête orale auprès des actrices de Pénélope et notamment des coordinatrices de numéros.

5 Un grand merci à celles qui m’ont permis de compléter ma collection lacunaire : Monique Haicault, Christine Bard et surtout Catherine Marand-Fouquet, qui a mobilisé avec efficacité les « ancien(ne)s » pour trouver les premiers numéros qui manquaient. J’ai consulté aussi la brochure de présentation du CEFUP réalisée en 1978 (prêt d’Éliane Richard), les actes de deux colloques organisés par le CEFUP (Colloque Louise Michel, juin 1980 et Les femmes et l’argent, novembre 1984) et l’ouvrage de la petite collection CEFUP La mère mauvaise.

6 L’histoire de ces groupes sera facilitée par le dépôt des archives dans des lieux qui en permettent la conservation et la consultation. Les archives de Pénélope sont à la bibliothèque Marguerite Durand. Une collection du bief a récemment été déposée au Centre des Archives du féminisme de l’Université d’Angers.

7 Voir l’interview d’Yvonne Knibiehler dans ce volume. D’autres témoignages seraient aussi les bienvenus.

8 Citation extraite d’un bilan à présenter au colloque de Toulouse, bief n° 11, page 86. Les auteurs ajoutent « mais aussi la plus problématique », mais cette affirmation ne me semble pas fondée ou tout au moins dénier au bulletin la valeur d’une source intéressante.

9 Sur ce point, voir la communication de Catherine Fouquet au colloque de Saint Maximin en 1983 : « Le détour obligé ou l’Histoire des femmes passe-t-elle par celle de leur corps ? », in Une histoire des femmes est-elle possible, sous la direction de Michelle Perrot, Marseille, Rivages, 1984, p. 72-84. J’ai retrouvé dans le bulletin zéro la mention par le groupe Pénélope de ma thèse de 3e cycle « en cours à Paris VII », avec un résumé fidèle au projet mais une formulation parfois militante : l’axe d’étude sur les mouvements et politiques natalistes est traduit par « vociférations contre les femmes stériles » ; soutenue en janvier 1982, la thèse a été partiellement publiée (coupes nombreuses dans la première partie sur « la maternité refusée ») en 1986 sous le titre Quand nos grands-mères donnaient la vie. La maternité en France dans l’entre-deux-guerres (PUL, 1986). Dans ce numéro zéro, le CEFUP présente aussi ses activités dans d’autres champs de recherche.

10 Cette plaquette est insérée en annexe de ce volume.

11 Bief n° 19, « Hommage à Christiane Souriau », p. 215-220. Le numéro 17 souligne que Christiane Souriau a popularisé le terme « céfupienne » (nom et adjectif).

12 Sur le rapport de méfiance du féminisme français aux institutions, voir PICQ Françoise, « Le MLF, exception française ou modèle ? », in Cohen Yolande, Thébaud Françoise, (dir.) Féminismes et identités nationales, Lyon, PPSH-Centre Jacques Cartier, 1998. p. 207-218.

13 Les anciens mentionnés dans la plaquette sont, outre Yvonne Knibiehler dont le nom n’est curieusement pas indiqué, Marie-Thérèse Botterman, Françoise Colin, Éliane Richard, Christiane Souriau et Marcel Bernos. Sont notamment parties Sylvia Ostrowetsky, Christiane Ollivier et d’autres.

14 Cette dernière recommandation n’est insérée que dans la plaquette officielle ; toutes les autres citées dans la phrase sont présentes à la fois dans la plaquette et le bulletin numéro zéro.

15 Voir les actes issus du colloque et publiées par l’AFFER (Association Femmes, féminisme et recherches) en 1984 : Femmes, féminisme et recherches, 1093 pages.

16 Voir note 5.

17 Plaquette de présentation, page 14.

18 Bief n° 13, page 2. Les citations précédentes sont extraites de la page 149 du n° 12. Voir aussi dans ce volume le récit écrit par Daniel Armogathe de son expérience d’homme au CEFUP. « L’ennemi principal » fait sans doute référence à l’article fondateur de Christine Delphy paru dans le numéro spécial de Partisans « Libération des femmes, année zéro » (novembre 1970). Les articles de Christine Delphy ont été récemment réédités sous le titre L’ennemi principal : 1 Économie politique du patriarcat 2 Penser le genre, Paris, Syllepse, 1998 et 2001.

19 Le premier numéro de Pénélope, pour l’histoire des femmes intitulé Les femmes et la presse paraît en juin 1979.

20 Quatre numéros, parus en juin 1979 (n° 2), novembre 1979 (n° 3), mars et octobre 1980 (n° 4 et 5).

21 Bief n° 1. p. 41. Ce numéro publie la lettre de Jeanne Deroin à Hubertine Auclert du 10 janvier 1886 et un article de Marie Guillot paru dans L’École émancipée du 7 février 1914. Citons comme autre exemple un texte non daté des « Arria Ly, mère et fille » sur le viol (n° 4. p. 34).

22 Présentation du CEFUP, in n° 1.

23 On ne sait d’ailleurs pas toujours qui s’est occupé de la publication.

24 Deux ouvrages ont été publiés en 1982 à partir des cours : La Mère mauvaise et Images de femmes. Mythes et Histoire. S’y ajoutent dans la même collection Traces fortes (rencontre de quatre femmes plasticiennes avec des familières/familiers de l’écriture) paru en 1982 et le travail de recherche d’Anne-Marie Daune-Richard, Travail professionnel et travail domestique. Étude exploratoire sur le travail et ses représentations au sein de lignées féminines, copublication CEFUP/Ministère du travail, 1984. Sauf erreur de ma part, un ouvrage annoncé dans cette collection sur « Femmes et politique » ne semble pas avoir été publié.

25 Intitulé Amour 1984, le n° 15 du bief (décembre 1984) est presque entièrement composé de travaux d’étudiants sur ce thème. Françoise Douay-Soublin, linguiste et responsable de l’UV 1983-1984, présente « le miroir des mémoires ». On y apprend la présence d’au moins 148 étudiant(e)s (d’autres choisissaient l’examen final et ne faisaient pas de travail personnel), dont 21 garçons et 12 Américaines venues dans le cadre d’un échange avec le Michigan et le Wisconsin. Ce sont les seules à parler la « langue de bois » du « discours féministe classique », écrit F. Douay-Soublin qui définit joliment l’UV de DEUG comme « UV-caméléone » (qui change de thème et de responsable chaque année) et « UV-kaléidoscope », « plus culturelle que technique ».

26 Bief n° 7/8, p. 39. Dans le n° précédent (p. 16-18 : « Sur l’UV de DEUG dite condition féminine »), elle avait dénoncé le manque d’unité et la langue de bois : « il ne s’agit pas qu’un enseignement sur les problèmes des femmes, pris en main par une association qui confie aux femmes les responsabilités, soit perçu par les étudiants comme l’UV qu’on peut acquérir sans travail en déversant des stéréotypes féministes une ou deux fois par an, où l’on peut faire et dire n’importe quoi ».

27 Bief n° 17, décembre 1985, p. 131.

28 Bief n° 17, décembre 1985, p. 131-132 (« contrairement à ce qu’on nous avait laissé espérer »). Trois postes seulement ont été accordés pour toutes les universités : en histoire à Toulouse (Marie-France Brive) ; en droit à Rennes (Annie Junter-Loiseau) ; en sociologie à Paris 7 (Claude Zaidman).

29 L’expression est de Rose-Marie Lagrave (op. cit., note 3) mais des termes proches sont utilisés à l’époque.

30 Des groupes parisiens sont aussi intervenus dans le cadre des Assises de la région parisienne.

31 Notamment le GEF, le GIF (groupe interdisciplinaire féministe, autour de Michèle Kail), l’Université des femmes (autour de Jeanne Peiffer), le Séminaire Limites et Frontières (autour d’Hélène Rouch). Le CEFUP parle de textes signés par Michelle Perrot et Michèle Kail…

32 Yvonne Knibiehler et Christiane Souriau, qui est responsable de la recherche au CEFUP, ont participé à cette journée. Dans une note publiée dans le numéro 9/10 (p. 23), Christiane décrit avec humour le réveil très matinal pour prendre l’avion, l’arrivée dans un Paris hivernal (« la montagne Sainte-Geneviève gelée pentue à remonter avec mes vingt BIEF »), le plaisir de « la salle tiède » (« but de ma quête de Provinciale, centre de ma périphéricité »), le début tardif des débats (« Arrivent doucettement des Parisiennes qui ont pris le métro. Il est 10 heures… »).

33 Le CEFUP précise dans son compte rendu : « nous disons ‘féminines’ au CEFUP, considérant que ces recherches ne sont pas nées avec le féminisme récent et qu’à l’échelle mondiale elles n’y sont pas réductibles. Les études féministes sont cependant indispensables » (n° 9/10, p. 25).

34 Bief n° 9/10, p. 24.

35 Ibid., p. 30. Le bief se trompe, me semble t-il sur les attributions : P. Barret est qualifié de « chef du département des Sciences de l’homme », M. Godelier de « chargé de mission des Sciences de l’homme ».

36 Ibid., p. 32-33. Michelle Perrot n’a pas assisté, semble-t-il, à la réunion du 11 février 1982.

37 Sur le féminisme d’État en France, voir Thébaud Françoise, « Promouvoir les droits des femmes : ambitions, difficultés et résultats », in Berstein Serge, Milza Pierre, Bianco Jean-Louis (dir.), François Mitterrand. Les années de changement, 1981-1984. Paris, Perrin, 2001. p. 567-600.

38 Sont présentes à la réunion : Christine Delphy, Dominique Fougeyrollas, Jeanne Peiffer, Françoise Picq (Paris), Claire Auzias (Lyon) et Martine Chaudron (Nantes).

39 Compte rendu in bief n° 11, décembre 1982. Le colloque est organisé par l’Institut Simone de Beauvoir de l’université Concordia.

40 Voir les actes issus du colloque et publiées par l’AFFER. Sur le colloque de Toulouse, voir l’analyse succincte de Thébaud Françoise, Écrire l’histoire des femmes, op. cit., p. 90-91.

41 Bief n° 12, p. 47-49, 88-90, 115-116. C’est dans ce numéro que « quelques-unes du CEFUP » regrettent le refus de la participation de Daniel Armogathe.

42 L’adresse est 1 rue Mignet à Aix-en-Provence, qui est, d’après des appels à contributions au numéro sur la psychanalyse, celle de Colette Charlier, professeur de philosophie dans un lycée et membre du CEFUP.

43 Voir les deux volumes qui présentent les résumés des projets acceptés (27 % environ des projets présentés) : Recherches sur les femmes et recherches féministes. Présentation des travaux, 1984-1986 et 1986-1989, CNRS, 1989 et 1990. Dans le n° 17 de décembre 1985 (p. 155), Marie-Claude Hurtig rappelle en une demi-page l’existence de l’ATP et du 2e et dernier appel d’offres diffusé en février 1985 et ouvert comme le premier à des non professionnels de la recherche. Elle achève sa présentation sur l’incertitude de l’avenir.

44 Bief, n° 11, p. 75, in « La recherche sur les femmes dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur : comment savoir ce qui se fait », étude élaborée par Chantai Bernard, Monique Grandjonc, Marie-Claude Hurtig, Marie-France Pichevin, Ailbhe Smyth et discutée au séminaire. Un extrait de ce texte est publié dans les actes du colloque de Toulouse, comme les contributions de Christiane Souriau (« Les femmes, le temps et l’argent autour de la Méditerranée »), Ailbhe Smyth (« Enseignement et études féministes : problèmes et pratiques »), Monique Grandjonc (« Penser la maternité »), Martine de Gaudemar (« Pour une méthode perspective dans les études féminines »), Marie-Claude Hurtig et Marie-France Pichevin (« Intérêt et limites d’une psychologie des femmes »), Martine Isnard (« Sur la critique et les études féministes : des questions »). Signant « Université de Toulouse-Le Mirail », Monique Haicault publie « Pour une sociologie des rapports entre les sexes ». Martine Muller qui a fait une thèse sous la direction de Christiane Souriau (est-elle membre du CEFUP ?) publie « Les couples mixtes franco-maghrébins ».

45 Citation extraite de l’avant-propos. Ont répondu La Scie à molettes (stages de mécanique pour les femmes), le Groupe Femme « De la Librairie », Vaucluse-Information Femmes.

46 Voir n° 19, p. 191-198.

47 Avant-propos du n° 7/8 Les femmes et la recherche.

48 Les femmes et l’argent. I Première Approche, n° 12, mai 1983 ; Les femmes et l’argent II, n° 13, décembre 1983 ; Les femmes et l’argent, Actes du colloque, CEFUP, 1985. Je n’ai pas trouvé l’article d’Yves Florenne paru dans Le Monde.

49 Offen Karen, « Définir le féminisme : Approche historique comparative » (version longue en anglais, Signs, 1988, vol. 14, n° 1) ; Karen distingue avec beaucoup de nuances, notamment chronologiques, le féminisme « relationnel » de l’Europe continentale et le féminisme « individualiste » anglo-américain.

50 Introduction du numéro.

51 Il est fait mention ailleurs d’une subvention du Ministère des droits des femmes pour le lancement de la Petite collection CEFUP.

52 Sous le sigle CEFUP et sa signification a été écrit, dessin d’un pénis à l’appui, « Étude sur le zob, le gros, le grand avec TD et TP », in n° 17, p. 125.

53 Aucune information à ce sujet dans le bief.

54 Je ne sais pas si la démission d’Élisabeth Ravoux-Rallo est ou non un effet de Toulouse. Je n’ai pu citer toutes les personnes rencontrées au fil des numéros mais elles ont toutes fait l’histoire du CEFUP.

55 Elle reçoit l’aide de Françoise Douay-Soublin et Marie-France Pichevin, dans une « structure tricéphale présumée susceptible d’assurer un fonctionnement plus facile et plus efficace » (voir n° 17, p. 129).

56 Centre de recherches et d’études anthropologiques de l’Université Lyon 2.

57 L’expression est d’Yvonne Knibiehler dans l’introduction de Les Femmes et la ville : Un enjeu pour l’Europe, Labor, 1993 (Actes du colloque organisé à Marseille par l’Association Les Femmes et la ville et le GIEF — Groupe interdisciplinaire d’études sur les femmes — de l’Université libre de Bruxelles). Ont été publiés aussi Marseillaises : Les femmes et la ville (sous la direction d’Yvonne Knibiehler, Régine Goutalier, Catherine Marand-Fouquet, Éliane Richard, Paris, côté-femmes 1993) et plus récemment le dictionnaire, Marseillaises vingt-six siècles d’histoire, Edisud/Association Les Femmes et la Ville, Aix-en-Provence 1999. Dirigé par Geneviève Dermenjian et Martine Lapied, le Groupe de Recherches Femmes-Méditerranée est à l’origine de trois publications : Le Forum et le Harem, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1997 ; « Femmes et politique en Provence », n° 186 de Provence historique, 1997 ; Femmes entre ombre et lumière : Recherches sur la visibilité sociale (XVIe-XXe siècles), sous la direction de Geneviève Dermenjian, Jacques Guilhaumou, Martine Lapied, Publisud, 2000.

Table des illustrations

Titre La collection du BIEF
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6973/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Avignon

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540