Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Relire l'histoire

Si le CEFUP nous était conté…

Daniel Armogathe

Texte intégral

1Trente ans déjà… Dans l’histoire de l’humanité cela est peu, dans celle du féminisme, c’est beaucoup.

2Deux paires d’années après 1968, à la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, sous l’impulsion d’Yvonne Knibiehler et Sylvia Ostrowetsky, était créé le Centre d’Études féminines de l’Université de Provence (CEFUP). Il s’agissait pour ces universitaires et leurs ami(e)s d’actualiser, aux plans de l’enseignement et de la recherche, ce qu’un puissant courant historique avait impulsé dans la société : la reconnaissance du droit des femmes à exercer à l’Université des recherches de haut niveau sur la condition féminine, passée, présente, sans oublier bien entendu, les perspectives d’avenir.

  • 1 La crise économique dont la Provence est frappée, particulièrement dans ses femmes, se conjugue à (...)
  • 2 Conseil scientifique et Conseil de l’UP de mai 1976.

3Mais, dans l’Université française dirigée par des hommes et peut-être encore plus sous nos climats1, un tel groupe devait faire ses preuves et ne pouvait être accepté que s’il travaillait, enseignait, produisait, sans déranger l’ordre établi. Quatre ans furent nécessaires avant que les actions du CEFUP soient reconnues et qu’il reçoive l’agrément de l’Université de Provence2.

4Dans ses orientations idéologiques, le CEFUP affichait une indépendance totale à l’égard des partis :

  • 3 Bief, n° 0, novembre, 1978, p. 5.

Sa détermination politique se prend en fonction du féminisme (…) L’accord se fait à partir du travail en commun et des luttes, notamment à propos de l’égalité juridique dans le monde du travail et de toutes les questions mettant en jeu la liberté et la dignité des femmes3.

5La structure était définie comme :

  • 4 Bief, n° 0, novembre. 1978. p. 6.

souple ; pas de hiérarchie, interchangeabilité des fonctions, possibilité de s’adapter à la diversité du projet social des femmes en fonction de leurs besoins, de leurs charges, de leurs désirs, de leurs actes4.

6Son activité se développait dans six directions :

71re enseignement au niveau du DEUG ;

82e actions de formation continue pour les femmes extérieures à l’Université ;

93e activités de recherche, fondamentale et appliquée ;

104e animations, débats avec les groupes constitués ;

115e contacts et relations internationales ;

126e publications.

13L’équipe comptait alors 33 personnes : 30 femmes, trois hommes. J’allais être un de ceux-là.

14En effet mon itinéraire intellectuel m’avait conduit, après mai 68, à rencontrer la question des femmes, à travers le discours littéraire d’abord, puis, en demande de certitudes de ma part, dans le contexte historique. En 1975, j’avais commencé à rassembler des éléments pour écrire une histoire du féminisme français. Professeur de lycée et chargé de cours à l’Université de Provence, je décidai de me rapprocher du CEFUP, pour accompagner mon projet de recherche et d’écriture. Il me fallait rencontrer Yvonne Knibiehler, dont la forte personnalité était connue de tous…

Fragments d’un dialogue vigoureux

15Y.K. - Mais qui êtes-vous ?

16D.A. - Je suis professeur de Lettres en lycée et je m’intéresse à l’histoire du féminisme en France.

17Y.K. - Vous n’êtes pas historien ?

18D.A. - Non, mais la littérature, reflet de la pensée sociale et politique, m’a laissé entrevoir qu’il y a beaucoup de choses à découvrir du côté de l’histoire et j’ai besoin actuellement de m’attacher à des faits.

19Y.K. - Qu’attendez-vous du CEFUP ?

20D.A - Trouver un climat orienté vers la recherche des événements qui ont pesé sur la condition féminine.

21Y.K. - Le CEFUP est une structure universitaire qui travaille en liaison avec le terrain où se vit dans le concret la lutte des femmes pour leur égalité et leur autonomie.

22D.A. - La présence des hommes de bonne volonté, y est-elle interdite ?

  • 5 Au CEFUP il n’est pas indifférent qu’on soit homme ou femme et les femmes comme les hommes qui y e (...)

23Y.K. - L’histoire de la condition des femmes, jusqu’à maintenant a été écrite majoritairement par des hommes et comme confisquée. Au CEFUP nous accueillons les hommes mais ce sont les femmes qui animent et dirigent et les hommes qui y entrent doivent accepter ses engagements et ses options5. On ne vient pas au CEFUP pour faire carrière, c’est un acte militant ; la lutte des femmes est d’abord un travail de femmes.

24D.A. - Et bien j’accepte les conditions et souhaite participer au groupe, autant qu’il m’est permis.

25Y.K. - Alors, suivez nos travaux et nous en reparlerons.

Un homme au CEFUP

  • 6 Albistur Maïté, Armogathe Daniel, Histoire du féminisme français du Moyen Âge à nos jours, Paris, (...)

26Durant l’année universitaire 1977-1978, après la publication de mon Histoire du féminisme6, j’entrai dans le cursus du DEUG, activité optionnelle (prise en charge par le département de Sociologie). Le thème de l’année était Femmes et pouvoir. Je fis valoir mon intérêt pour cette période historique où les femmes dans les partis et les syndicats devaient mener de durs combats contre le pouvoir patriarcal et cela sur deux plans : contre les patrons bien sûr, mais aussi contre l’avant-garde ouvrière, majoritairement proudhonienne, qui voyait d’un fort mauvais œil qu’elles quittent leur foyer pour gagner — il est vrai — un salaire de misère. C’était l’âpre époque du combat quotidien de tous les -ismes (socialisme, syndicalisme, suffragisme, pacifisme, féminisme…).

  • 7 Quatre ans plus tard, en 1982, je fus, bien involontairement, l’objet d’une interdiction de parole (...)

27Yvonne Knibiehler et Christiane Souriau firent confiance au supplétif7 que je devenais au sein du groupe.

  • 8 Groupe de recherches pour l’histoire et l’anthropologie des femmes, EHESS, 54 bd Raspail, Paris.
  • 9 Centre lyonnais d’études féministes, IRISH, Lyon II.
  • 10 Il s’agissait de trouver un identifiant dont le sigle correspondait à une réalité touchant à la co (...)

28Enhardi, je proposai alors que le CEFUP, qui avait tissé des contacts intéressants avec deux instances, l’une parisienne, Pénélope8, et l’autre lyonnaise, CLEF9, se dote d’un organe de communication sur les recherches concernant les femmes. Après acceptation et vives discussions, le titre fut choisi. Ce fut le Bulletin d’information des études féminines, le bief10.

29J’ai sous les yeux le n° 0, daté de novembre 1978, qui présente les motivations des femmes du CEFUP. En voici quelques extraits signés Christiane Souriau, alors secrétaire générale.

  • Créer à l’Université un lieu de réflexion sur les problèmes féminins ;
  • Créer un lien entre l’Université et le monde extérieur permettant aux femmes de réfléchir ensemble sur leur situation dans la société passée et présente ;
  • Essayer de montrer que les problèmes féminins ne peuvent être abordés qu’en éliminant les cloisonnements habituels au savoir. Et donc mener sur ce point une expérience réellement pluridisciplinaire ;
  • Pour certaines, fonder leur militantisme sur des bases théoriques et pour d’autres, lui donner un aboutissement concret.

30J’assurai ainsi pendant deux ans, jusqu’au n° 5, à l’automne 1980, sous le contrôle vigilant des instances du CEFUP, la coordination des informations et la réalisation matérielle du bulletin.

Hommage à la Vierge rouge

31Tandis que le bief faisait son chemin, à raison de deux numéros par an, porté par une vague de recherches universitaires autour de l’histoire mais aussi du travail, de la santé, de la formation des femmes, je proposai à Christiane Souriau de saluer, par un colloque, le 150e anniversaire de la naissance de Louise Michel (1830-1980), la Vierge rouge, qui n’accepta jamais d’« être le potage de l’homme ». L’idée la séduisit et elle me demanda d’en parler également à Yvonne Knibiehler. Je redoutais un peu sa réaction, la proposition venant d’un homme et qui, de plus, souhaitais entraîner l’adhésion de l’ensemble du CEFUP.

32La rencontre me rassura. La figure emblématique de la Bonne Louise faisait taire les susceptibilités. Sa mort à Marseille le 9 janvier 1905 ajoutait du poids à l’ancrage méridional de la commémoration.

33Le Colloque fut un succès, la presse unanime en rendit compte. Les Actes témoignent. Et au moment où j’écris ces lignes, je dois dire avec émotion que s’il se prépare pour 2005 à Lyon un nouveau colloque, pour le centenaire de la mort de Louise, c’est bien parce qu’au CEFUP, il y a plus de 20 ans, une équipe s’était attachée, à partir de sources inédites, à éclairer sous un jour nouveau, la personnalité de la grande révolutionnaire.

34Mes rapports avec Yvonne étaient installés dans un commun respect de nos engagements intellectuels. Aussi est-ce tout naturellement que je lui demandai d’être la présidente du jury de ma thèse de doctorat en histoire contemporaine. Elle accepta et suivit mes recherches et leur concrétisation par l’écriture avec la compétence et le dévouement qu’on lui connaît. C’est ainsi que mes travaux sur le mouvement des femmes dans l’histoire du XIXe siècle me firent docteur. Le CEFUP était pour beaucoup dans ce couronnement. J’en éprouvai quelque fierté.

35Jusqu’à la disparition de Christiane Souriau, le 16 septembre 1985, je ne cessai de participer au séminaire de la me Mazarine, cette belle maison bruissante, animée par la parole fertile de la grande arabisante qu’elle était. J’étais là au Colloque sur Les femmes et l’argent, avec Martine, Françoise, Monique, Élisabeth et les autres… et les hommes du CEFUP, Marcel, Patrick…

36Le groupe des Céfupiennes et Céfupiens avait grossi, évolué également. Les temps, comme la politique, changeaient. Mais la moitié du ciel avait encore besoin qu’on s’intéressât à sa condition.

Notes

1 La crise économique dont la Provence est frappée, particulièrement dans ses femmes, se conjugue à de vieux réflexes patriarcaux qui imprègnent encore les mentalités méditerranéennes dans tous les milieux et à tous les niveaux, y compris ceux des responsables (Bief, n° 1, mars 1979, p. 6).

2 Conseil scientifique et Conseil de l’UP de mai 1976.

3 Bief, n° 0, novembre, 1978, p. 5.

4 Bief, n° 0, novembre. 1978. p. 6.

5 Au CEFUP il n’est pas indifférent qu’on soit homme ou femme et les femmes comme les hommes qui y entrent acceptent ses options. Statutairement, les responsabilités y sont prises par des femmes. Nous refusons tout ce qui vise à cantonner la femme dans des normes ou des lignes de conduite prédéterminées et nous favorisons au contraire tout ce qui peut l’amener à se considérer comme un sujet, bief, n° 0, novembre 1978, p. 5.

6 Albistur Maïté, Armogathe Daniel, Histoire du féminisme français du Moyen Âge à nos jours, Paris, Éditions Des Femmes, 1977.

7 Quatre ans plus tard, en 1982, je fus, bien involontairement, l’objet d’une interdiction de parole pour le Colloque de Toulouse. Après débat avec les organisatrices, les femmes du CEFUP s’inclinèrent non sans avoir vigoureusement dénoncé cet arbitraire (Cf. bief, n° 12, mai 1983, p. 149).

8 Groupe de recherches pour l’histoire et l’anthropologie des femmes, EHESS, 54 bd Raspail, Paris.

9 Centre lyonnais d’études féministes, IRISH, Lyon II.

10 Il s’agissait de trouver un identifiant dont le sigle correspondait à une réalité touchant à la condition ou à l’histoire des femmes : avec bief, intervalle compris entre deux écluses d’un canal, la métaphore devenait (presque) évidente : passé l’infini servage évoqué par Rimbaud, les femmes affrontaient une nouvelle étape historique, un niveau supérieur de leur condition.

Auteur

Enseignant à l’IUFM de Marseille, UMR Télemme

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540