Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Relire l'histoire

Les apports d’Yvonne Knibiehler à l’histoire du travail social

Henri Pascal et Paul Allard

Texte intégral

Introduction

1L’histoire des femmes est parfois conçue de manière autonome, quasi indépendante des autres domaines de la recherche historique. On court alors le risque d’ignorer le reste de la société et de répéter avec l’histoire des femmes ce qui se passe avec une histoire presque exclusivement centrée sur les rôles masculins, c’est-à-dire la construction d’une histoire incomplète. Pour Madame Knibiehler, l’histoire des femmes mérite certes des travaux spécifiques car elle est ignorée et méconnue, mais ces recherches ont pour but de réintégrer dans la construction du savoir historique le rôle et l’importance qu’a pu tenir la moitié féminine de l’humanité. Le cheminement peut parfois être inversé, la compréhension de certains faits historiques bénéficie de l’apport très important de la prise en compte de la dimension féminine. C’est ainsi que les recherches en histoire du travail social menées par Madame Knibiehler ont été renouvelées par son approche historique et enrichies par le lien qu’elle a établi entre travail social et dimension féminine de la profession. Ce fut en son temps une approche nouvelle qui, en conjuguant acuité du regard historique et apport d’une thématique nouvelle, a ouvert la voie à des recherches qui ont permis de sortir de l’impasse théorique dans laquelle se trouvait alors l’histoire du travail social.

L’histoire du travail social : du blanc au noir

  • 2 De Gourlet Apolline, Cinquante ans de service social. Le livre de raison du service social français (...)

2Les premiers pas du travail social, marqués par les prémices de professionnalisation et la rupture avec la charité, peuvent se situer, pour la France, à la fin du XIXe siècle. C’est donc une activité récente, qui a des racines anciennes dans l’exercice de la charité et de la philanthropie. Aussi, dans les cinquante premières années de son existence, les pionnières fondatrices de ce nouveau champ professionnel se sont beaucoup plus préoccupées du faire que du dire. Le premier livre qui tente de donner une vue panoramique sur l’histoire du service social date de 19472, il se présente comme le livre de raison du Service Social français.

  • 3 L’École Normale Sociale a été fondée en 1911 par le courant catholique social regroupé par les jésu (...)
  • 4 Perroy Marguerite, Une ouvrière apôtre sociale Maria Bardot, Paris, Éditions SPES Action Populaire, (...)
  • 5 Perroy Marguerite, La première élève de l’École Normale Sociale Madeleine Carsignol, Paris, Édition (...)
  • 6 Perroy Marguerite, Dans la lumière de Rerum Novarum Georgette des Isnards, Paris, Éditions SPES Act (...)

3Auparavant, n’avaient été publiés que des livres et brochures écrits sur le modèle de la vie des saints et, notamment, des grands ancêtres depuis Saint-Martin jusqu’à Frédéric Ozanam en passant par Saint-Vincent-de-Paul. Il s’agissait de glorifier les vertus des fondatrices d’institutions, des actrices de la geste du travail social, généralement quelques temps après leur disparition. Un modèle de ce genre est constitué par les trois livres diffusés par une des plus anciennes écoles de service social, l’École Normale Sociale3. Ces livres racontent les vies exemplaires de trois figures illustrant les trois secteurs de formation de l’ENS : l’ouvrière syndicaliste chrétienne Maria Bardot4, la travailleuse sociale Madeleine Carsignol5 et la femme du monde mobilisée dans la croisade sociale, Georgette des Isnards6.

4Ces vies exemplaires s’inscrivaient dans une vision linéaire du progrès social. Les fondatrices et fondateurs d’œuvres sociales étaient perçus comme les premiers acteurs d’une geste nouvelle que leurs héritières et héritiers poursuivaient dans un processus continu d’une plus grande efficacité d’action, grâce à des moyens (institutions et financements) qui ne pouvaient qu’aller croissant. Dans une certaine mesure, la vision du passé du travail social était construite comme celle du mouvement ouvrier : des héros fondateurs, ayant lutté et souffert, à l’origine du développement institué des partis, syndicats, mutuelles et autres institutions ouvrières. Comme toujours, du sang des martyres et de l’effort des fondateurs surgissent les moissons du présent et les promesses du futur. La fidélité aux origines est la garantie de la justesse de l’action d’aujourd’hui.

5Ce genre de littérature a tendance à diminuer fortement après la deuxième guerre mondiale au moment où le service social s’institutionnalise, où les assistantes sociales passent des associations à la fonction publique ou à des organismes para publics (Caisses d’allocations familiales et Sécurité Sociale). Seules sont publiées quelques brochures à l’occasion des décès des figures fondatrices. La plupart des publications portent sur l’organisation des services sociaux, sur les méthodes et techniques comme en témoignent les livres publiés par l’Association Nationale des Assistantes de Service Social (ANAS) à l’occasion de ses congrès annuels.

  • 7 Althusser Louis, « Idéologie et appareils idéologiques d’État » La Pensée, n° 151, juin 1970.
  • 8 Normalisation et contrôle social (Pourquoi le travail social), Esprit, n° 4-5, avril-mai 1972.
  • 9 Meyer Philippe, L’enfant et la raison d’État, Paris, Seuil, 1977.
  • 10 Donzelot Jacques, La police des familles, Paris, Éditions de Minuit, 1977.
  • 11 Liscia Claude, Familles hors la loi, Paris, Maspero, Collection Malgré tout, 1978, 229 p.
  • 12 Verdes-Leroux Jeannine, Le travail social, Paris, Éditions de Minuit, 1978.
  • 13 Guerrand Roger-Henri, Rupp Marie-Antoinette, Brève histoire du Service Social en France 1896-1976, (...)

6L’intérêt pour l’histoire du travail social ne réapparaît que dans les années 1970, dans la suite des événements de mai 1968. Mais ce ne sont plus les travailleurs sociaux qui s’intéressent à cette histoire ; ce sont des sociologues qui vont chercher dans le passé du travail social les preuves du fait que le travail social est, pour reprendre un concept d’Althusser7, un appareil idéologique d’État ayant en charge le contrôle social de la classe ouvrière. L’offensive est lancée par le numéro spécial de la revue Esprit en 19728. Elle sera poursuivie par les livres de Philippe Meyer9, de Jacques Donzelot10, de Claude Liscia11 et, surtout, de Jeannine Verdes-Leroux12. Ces livres auront un impact certain sur les professionnels et auront une forte influence dans les écoles de service social. On passe ainsi des saints aux agents de normalisation de la classe ouvrière, des familles ouvrières. L’histoire est instrumentalisée pour appuyer une thèse. Sans se situer explicitement dans cette thèse du contrôle social le premier livre d’histoire sur le service social adopte, dans certains de ces chapitres, un ton assez sarcastique sur les assistantes sociales13.

Les femmes entrent dans l’histoire

7Dans ces mêmes années soixante-dix, le Mouvement de Libération des Femmes fait son entrée sur la scène politique et sociale. Cela n’est pas sans effet sur le regard porté sur le passé, un continent inconnu, négligé jusqu’alors, fait irruption :

  • 14 Perrot Michelle, « L’histoire cachée de celles qui ne parlaient pas et dont on ne parlait pas » Le (...)

Le Mouvement de Libération des Femmes, à partir des années 70, dont les objectifs premiers n’étaient pas l’écriture et la contemplation du passé, mais l’action dans le présent, a eu des effets de connaissance presque immédiats, à la fois empiriques (quête des racines, des textes, des pionnières…) et épistémologiques14.

8Des femmes du mouvement, et rapidement des historiennes, s’intéressent au passé occulté, à ce privé qui ne faisait pas l’histoire :

  • 15 Bouchardeau Huguette, Pas d’histoire les femmes…, Paris, Syros, 1977.

Si le mouvement des femmes a pu faire un bond en avant, depuis sept ou huit ans c’est que nous avons osé prendre la parole sur toute cette vie privée où se fabrique l’esclavage féminin. En faisant entrer ces problèmes quotidiens dans le champ du politique. En faisant fi du mépris professé pour les [histoires de bonnes femmes]. Et en méritant du même coup notre place dans l’histoire15.

9Cette lumière projetée sur le continent obscur du passé révèle le lien entre le service social et l’histoire des femmes. En effet, celles qui allaient devenir les professionnelles du travail social étaient des femmes, ces femmes s’adressaient essentiellement à des femmes et traitaient principalement de questions de femmes c’est-à-dire du domestique. De plus ce lien s’est parfois traduit par la participation de certaines figures du travail social aux mouvements féministes. On peut citer deux exemples : Cécile Brunschvicg et Andrée Butillard. Cécile Brunschvicg a fait partie des fondatrices de l’École Technique des Surintendantes d’Usine (1917) et a présidé une association luttant pour le suffrage des femmes, l’Union Française pour le suffrage des femmes, elle a également été, en 1936, sous-secrétaire d’État à l’Éducation Nationale dans le gouvernement de Léon Blum. Andrée Butillard a été la fondatrice, avec Aimée Novo, de l’École Normale Sociale (1911) et a créé en 1925 un mouvement d’éducation populaire, d’inspiration catholique, destiné aux femmes : l’Union Féminine Civique et Sociale. Ce lien entre le service social et le féminisme ne concernait pas que quelques rares personnes. Le Bulletin de l’Association des Travailleuses Sociales avait dans chacun de ses numéros une rubrique intitulée Les femmes à travers le monde. Ainsi la rubrique du numéro 56 de janvier 1936 annonce qu’en Norvège une femme a succédé à une femme au poste d’Inspectrice en Chef des Usines, qu’en Égypte les femmes peuvent accéder à l’enseignement et qu’une femme a été nommée inspectrice d’usine au Ministère du Travail, qu’en Grande-Bretagne onze villes ont élu des femmes maires, et que 59 femmes sont membres de la Chambre de Commerce de Londres, qu’en Allemagne une femme est bibliothécaire-conseil d’une Université, qu’à Porto Rico une femme dirige le service des douanes, qu’en Pologne 400 femmes sont membres de conseils municipaux et que certaines sont maires, qu’en France deux femmes ont reçu la Légion d’Honneur, une femme a été réélue juge suppléant au Tribunal de Commerce de Nice et trois femmes ont été nommées membres de commissions extra municipales à Marseille. Cette association regroupait la grande majorité des assistantes sociales et infirmières visiteuses.

Pour une histoire du service et du travail social en France

  • 16 De Robertis Cristina, Méthodologie de l’intervention en travail social, Paris Éditions du Centurion (...)

10L’impact du mouvement féministe et le questionnement sur le rôle social des travailleurs sociaux suscitent, chez les assistantes sociales — en particulier chez les formatrices des écoles — une interrogation sur leur identité et sur leurs pratiques. Ces interrogations produisent plusieurs effets. Le développement de la recherche en travail social est souhaité. Des mobilisations d’organismes professionnels aboutissent à l’instauration d’un diplôme destiné aux professionnels en exercice, sanctionné par la production d’un mémoire de recherche — le Diplôme Supérieur en Travail Social (1978) — et à l’inscription du mémoire comme épreuve du DEAS (Diplôme d’État d’Assistant de Service Social, 1981). La méthodologie de l’intervention est revisitée avec des influences québécoises et latino-américaines16. Et l’histoire commence à intéresser les professionnels : l’interrogation identitaire incite à regarder le passé, d’autant que des professionnelles de la deuxième génération des fondatrices, qui ont exercé après la Première Guerre Mondiale, sont encore présentes. Ce mouvement d’intérêt pour l’histoire est structuré par le projet présenté conjointement, en 1976, par Yvonne Knibiehler au nom du Laboratoire d’Histoire Contemporaine de l’Université de Provence et par Simone Crapuchet au nom de la Confédération Française des Professions Sociales (héritière de l’Association des Travailleuses Sociales).

11En forme d’appel, ce projet s’adresse aux professionnelles :

Nous voudrions inviter celles (et ceux) qui ont construit le service social, organisé ce travail nouveau, à dire ce qu’elles ont voulu faire, ce qu’elles ont pu faire, et comment elles l’ont fait : ainsi pour une fois l’histoire serait écrite par ceux qui l’ont vécue.

12Dans cette perspective, le premier objectif cité est recueillir les témoignages. Cet objectif est explicité et légitimé :

Tous les témoignages. Le plus précieux sera sans doute celui des rares fondatrices encore en mesure de le donner. Mais le témoignage direct de leurs élèves le sera peut-être autant : le Service Social n’a-t-il pas été transformé profondément plusieurs fois depuis 60 ans, et les acteurs de ces réformes n’ont-ils pas eu parfois autant de poids dans son histoire que les initiateurs ?
Avant d’être une science, affaire de spécialistes, l’histoire est d’abord vie, puis mémoire. II ne faut pas laisser perdre les souvenirs de celles qui ont tout mis en place : nous leur demandons de les rassembler et de les écrire.
On objectera que la mémoire n’est pas objective : elle est partielle, partiale, émue, voire passionnée ; les anciennes, remuant leurs souvenirs, revivront peut-être les espérances et les déceptions, les échecs et les succès, les efforts et les enthousiasmes, qui jalonnent toute carrière. Ces réactions personnelles, affectives, sont plus précieuses qu’une prétendue objectivité : la valeur d’un témoignage se mesure à sa sincérité.

13Le deuxième objectif porte sur les écrits : Établissement d’un fichier bibliographique et d’un fichier des sources et archives. Il s’agit d’un appel aux mêmes témoins pour qu’ils participent à la constitution des archives du travail social :

Le fichier bibliographique doit mentionner les ouvrages professionnels mais aussi ceux où vous aurez trouvé une inspiration déontologique, méthodologique ou technique ; et ceux que vous avez utilisés dans votre travail pour vous et vos clients. (…)
Le fichier des sources devrait récapituler toutes les archives existant dans les différents services, publics et privés, au niveau national, régional, local. Il ne s’agit pas pour vous d’en dresser une liste exhaustive, mais de guider une exploration plus systématique.

14Le troisième objectif, amorce d’une recherche, trace des perspectives à plus long terme :

Le recueil des témoignages et l’inventaire des sources feront sans doute apparaître la nécessité de conduire au moins trois séries de recherches :

  • Une étude du service social dans son ensemble : développement, bourgeonnement des services, fragmentation des carrières, essais de méthodes…

  • Une étude des rapports entre le service social et le contexte politique (orientation donnée par le Front Populaire, le régime de Vichy, la IVe République…) et économique (incidence des crises, de la croissance…)

  • Des monographies par secteur et par région (sans oublier l’outremer), révélant des constantes et des variables…

  • 17 « Pour une histoire du service social » La Revue Française de Service Social, 1er trimestre 1977, n (...)

15Ce vaste programme de travail fut exposé dans deux réunions rassemblant des professionnels du service social, en activité ou à la retraite : la première à Aix-en-Provence le 9 novembre 1976, la seconde le 25 novembre 1976 à Paris. Sous forme de résumé, cet appel sera diffusé par les revues professionnelles, en particulier par la revue de l’Association Nationale des Assistants de Service Social (ANAS)17. À la suite de ces réunions, le travail s’organise et durera prés de cinq ans. Des professionnels, des étudiants s’engagent dans le recueil des témoignages, le rassemblement d’archives. Des articles sont publiés, des communications à des colloques sont effectuées, des mémoires sont réalisés.

Les apports d’Yvonne Knibiehler

16Cet ensemble de travaux a pu voir le jour grâce à l’impulsion d’Yvonne Knibiehler. Sollicitant les témoins et les différents membres des groupes de travail, les incitant à écrire, à participer à des colloques. Elle a permis de mettre en lumière de nombreux aspects du travail social, de transformer le regard sur le passé de la profession d’assistante sociale, de contextualiser cette histoire. Au cours de cette période de 1976 à 1982, ses principaux apports ont été :

  • d’engager dans un chantier commun professionnels du service social et historiens ;

  • d’articuler la démarche de recueil des témoignages oraux avec le travail sur les archives ;

  • -de susciter une approche pluridisciplinaire ;

  • -d’inscrire l’histoire du service social dans l’histoire des politiques sociales, l’histoire des femmes et, aussi, d’inscrire cette histoire dans la complexité des rapports sociaux.

Professionnels et historiens

17Dés le départ le projet de recherche s’inscrit sous le signe de la collaboration entre une association professionnelle (la Confédération Française des Professions Sociales) et un laboratoire universitaire (le Laboratoire d’Histoire Contemporaine de l’Université de Provence). Cette collaboration se maintiendra en permanence, plusieurs des travaux issus de la recherche sur le travail social seront rédigés par des acteurs, des assistantes sociales ayant participé à l’histoire qu’elles racontent. Dans les commissions de travail s’organise la confrontation entre les souvenirs apportés par les différentes assistantes sociales et l’éclairage sur le contexte apporté par l’historienne qu’est Yvonne Knibiehler, qui cite les livres à lire pour comprendre le contexte.

  • 18 Knibiehler Yvonne, Nous les assistantes sociales. Naissance d’une profession Paris Aubier, collecti (...)

18L’exemple le plus significatif de cette collaboration est le livre sur les assistantes sociales qui rassemble des témoignages présentés par Yvonne Knibiehler18 et dont les auteurs, comme elle le déclare dans son introduction, sont les assistantes sociales qui ont apporté leur témoignage. Affirmant que « le travail social a fait l’objet ces dernières années d’une remise en cause assez vive », elle poursuit en présentant le livre : « le présent ouvrage donne la parole aux accusés. Il risque d’apparaître comme une tentative de réhabilitation ; ce n’est pas son objectif ».

Histoire orale et archives

  • 19 Université de Provence, Confédération Française des Professions Sociales, Rapport sur le projet His (...)

19Le livre sur les assistantes sociales est le produit de la campagne de collecte des témoignages oraux des anciennes. Mais la recherche ne se limite pas à cette seule collecte. Les deux commissions de travail — l’une sur l’histoire des écoles et l’autre sur l’histoire des services — ne se contentent pas de recueillir les témoignages des plus anciennes parmi les assistantes sociales ; elles les confrontent aux données issues des archives. Elles essayent aussi de recenser les dépôts d’archives afin de les préserver, les archives personnelles de ces témoins, de rassembler ces archives ainsi que les collections de périodiques professionnels. En perspective est présenté le projet de fondation d’un centre de documentation qui rassemblerait l’ensemble des données, témoignages oraux aussi bien que documents d’archives19.

Approche pluridisciplinaire

  • 20 Gourdol N., Idiart P., Jullien S., Knibiehler Y., La protection des mères sans appui à Marseille de (...)

20La recherche engagée ne regroupe pas seulement l’historienne qu’est Yvonne Knibiehler et des assistantes sociales. D’autres spécialistes des sciences sociales y participent aussi. Il y a tout d’abord des membres de la Confédération Française des Professions Sociales qui ont suivi des formations supérieures en sociologie (Simone Crapuchet) ou en psychologie (Georges Michel Salomon). Des jeunes vacataires historiens et sociologues sont engagés dans des travaux sur des institutions du travail social. Mais il faut surtout signaler la participation constante, tout au long de ces années, du sociologue Pierre Idiart qui a apporté les techniques de recherches en sciences sociales et sa connaissance du service social acquises dans ses nombreuses actions de formation dans ce secteur. Des travaux ont été signés en commun entre Pierre Idiart et Yvonne Knibiehler20.

Inscription de l’histoire du service social dans son contexte

  • 21 Knibiehler Yvonne, op. cit., 1980.

21Ce qui a ouvert des avancées décisives à l’histoire du service social c’est le lien qu’Yvonne Knibiehler a établi entre l’histoire du service social et l’histoire des femmes. Comme l’écrit René Remond, dans sa préface au livre Nous les assistantes sociales21 : « Cette histoire est toute écrite au féminin » et il poursuit :

Cette totale féminisation trouvait son explication comme sa justification dans une convergence de données qui illustrent un âge de l’histoire des mentalités. On jugeait ce type d’activité conforme aux qualités traditionnelles que l’on prête au sexe féminin, de dévouement, de délicatesse, de générosité : c’était un prolongement, ou un succédané, des vocations hospitalières des ordres religieux. Mais aussi, en accord avec l’ambivalence habituelle des comportements collectifs, l’engagement dans le service social a répondu pour certaines à un besoin informulé, à une aspiration parfois inconsciente, d’échapper à l’existence oisive et dépendante des jeunes filles de la bonne bourgeoisie. En retour la profession a émancipé de nombreuses femmes : à cet égard le développement du service social a contribué par l’étendue des responsabilités exercées, par les initiatives qu’elles durent prendre ou imposer, par l’estime que leur valut leur désintéressement, à transformer la condition de la femme dans la société française.

22Affirmant qu’un des deux objectifs du même livre est d’écrire l’histoire au féminin, Yvonne Knibiehler, dans son introduction, souligne ce lien :

Les assistantes sociales en France sont toutes des femmes. L’émergence de leur métier correspond à une importante mutation de la condition féminine : avant 1914, il faut y voir souvent un signe de l’émancipation des grandes bourgeoises ; après 1920, il faut y voir une phase d’expansion du travail féminin salarié dans les classes moyennes.

  • 22 Knibiehler Yvonne, « Féminisme et travail social », Vie Sociale n° 3, 1998. Germaine Poinso-Chapuis (...)

23Dans les différentes réunions des commissions de travail des années 1976-1982, elle insistera fortement sur cet aspect. Et seize ans après, elle intitulera un article biographique sur Germaine Poinso-Chapuis Féminisme et travail social22.

  • 23 Knibiehler Yvonne, « La lutte antituberculeuse, instrument de la médicalisation des classes populai (...)
  • 24 Knibiehler Yvonne, « Socialisme et service social : l’action d’Henri Sellier, Maire de Suresnes et (...)

24À coté du lien femme-service social, Yvonne Knibiehler soulignera également l’articulation entre la construction de la profession d’assistante sociale et les politiques sociales. Deux articles témoignent plus particulièrement de cette articulation. Le premier situe les infirmières visiteuses dans la mise en œuvre des politiques de lutte antituberculeuse23 tandis que le second montre les liens entre les formes d’organisation du service social (la polyvalence) et les orientations politiques du Front Populaire24.

25Plus globalement, l’un des apports sera de contextualiser l’histoire du service social. Le commentaire historique des témoignages, recueillis dans le livre Nous les assistantes sociales, se donnera comme objectif — précise Y. Knibiehler dans l’introduction — de :

  • 25 Knibiehler Yvonne, op. cit., 1980.

faire apparaître la complexité du réel, toujours plus varié, plus changeant, que ne peuvent le montrer des sciences humaines, forcément simplificatrices par nécessité de généralisation25.

1976-1982 : une vaste production et une impulsion

26Le rapport adressé au CNRS — qui avait financé la recherche — en 1982 dresse le bilan de la période passée. Il s’ouvre sur une remarque sur les caractéristiques du sujet de la recherche — l’histoire du service social — le regard sur le sujet a changé :

Lorsqu’en 1976, nous avons proposé ce programme de recherche, nous avions l’illusion qu’il était possible de parvenir à une vue d’ensemble sur ce phénomène d’histoire socio-politique contemporaine que constitue l’émergence et l’essor du service social. Après cinq années d’investigations et de réflexions, le constat d’arrivée est tout autre : il n’y a pas un service social mais des services sociaux dont la structure, le fonctionnement, les objectifs, les bilans, différent profondément les uns des autres ; il n’y a pas un enseignement de service social, mais des écoles qui sont restées longtemps privées et autonomes, gardant chacune une inspiration originale, un recrutement particulier, interprétant chacune à sa manière les directives officielles. Ce qu’on appelle par simplisme Service Social se moule en fait sur la variété et la complexité de la société française, et témoigne admirablement sur cette variété et cette complexité. La centralisation administrative, qu’on a pu dénoncer comme le mal français, s’est trouvée ici déjouée, et c’est peut-être là l’originalité essentielle et l’intérêt principal de notre recherche.

27La liste des travaux présentée dans ce même rapport témoigne à la fois de la diversité des services sociaux et de l’ampleur de la recherche qu’Yvonne Knibiehler a su impulser et coordonner le tout sur une courte période de cinq années. Nous n’en citerons que les titres.

28Pour les écoles, huit travaux sont recensés :

  • Approche statistique des populations d’assistantes sociales formées par deux écoles de Marseille et de Saint Etienne (Pierre Idiart) ;

  • Monographie sur l’École Normale Sociale (1911-1969) (Henri Pascal) ;

  • Étude sur l’Association des Infirmières visiteuses et sur l’école créée par le Comité National de Lutte contre la Tuberculose (Suzanne Boyer) ;

  • Étude sur les élèves de l’École Florence Nightingale de Bordeaux (Simone Crapuchet) ;

  • Monographie sur l’école de la rue Amyot (Mlle Cheminée) ;

  • Monographies sur l’école d’Alençon (Mme Deschamps) ;

  • Monographie sur l’école de Grenoble (Mlle Bauloz) ;

  • Chronologie de la formation continue en service social (Jacqueline Perles).

29Sur les services, dix travaux sont recensés :

  • Service Social de la Mutualité Sociale Agricole (Loire-Atlantique et Ain) (Évelyne Diebolt) ;

  • Service Social de la Marine Marchande : Union Sociale Maritime (Édith Battut) ;

  • Service Social de la CAF d’Aurillac (Charlotte Vergnes) ;

  • Service Social de la Médecine Préventive Universitaire (Charles Louis Foulon) ;

  • L’Action Sociale des Armées Marine (Bernard Hérisson) ;

  • Service Social de l’Enfance (Mlle Fauconnet) ;

  • Aide Sociale à l’Enfance en Seine Maritime (Mlle Peltier) ;

  • Service Social de l’administration pénitentiaire (Mlle Hertevent) ;

  • Service Social de l’Association des Paralysés de France (Mlle Fouche) ;

  • Vie quotidienne d’une assistante sociale dans une Caisse d’Allocations Familiales en 1959.

30À ces listes s’ajoute une recherche sur l’Union Catholique des Services Sociaux et de Santé (UCSS) réalisée par Stéphane Courtois avec la collaboration d’Évelyne Diebolt.

31Analysant l’impact de ces travaux de recherche, Yvonne Knibiehler, dans ce même rapport, parle d’impulsion :

Nous tenons à souligner que notre travail a donné une impulsion décisive aux recherches sur l’histoire du Service Social. Loin d’être achevé ou suspendu, il se poursuit. L’intérêt des milieux professionnels s’est éveillé et nos monographies inspirent quelque émulation.

  • 26 Réseau Histoire du Travail Social, CEDIAS, 5 rue Las Cases, 75007 Paris.
  • 27 Association Provençale pour la Recherche en Histoire du Travail Social, la Cité des Associations, 9 (...)
  • 28 CNAHES, 29 rue Gabrielle, 75018 Paris.
  • 29 AHES-PJM, 54 rue de Garches, 92420 Vaucresson.
  • 30 Mémoires Vives Centres Sociaux, 10 rue Montcalm, B.P.379, 75869 Paris Cedex 18.

32En effet, on peut affirmer que ces travaux ont été à l’origine d’un vaste mouvement d’intérêt pour l’histoire du service social et du travail social. Dés le milieu des années 1980 se structure le Réseau Histoire du Travail Social26, il rassemble parmi ses membres plusieurs des personnes impliquées dans les travaux menées sous la conduite d’Yvonne Knibiehler. En région Provence Alpes Côte d’Azur, l’Association Provençale pour la Recherche en Histoire du Travail Social27 est issue de ce réseau. Au niveau national, d’autres associations se créent sur des champs plus spécifiques : le Conservatoire National des Archives et de l’Histoire de l’Éducation Spécialisée28 traite de la prise en charge de l’enfance inadaptée ; l’Association pour l’Histoire de l’Éducation Surveillée et la Protection Judiciaire des Mineurs29 traite de la prise en charge des enfants de justice ; Mémoires Vives30 s’intéressent à l’histoire des centres sociaux.

33Toutes ces associations ont des caractéristiques communes : elles regroupent dans leurs travaux de recherche des professionnels et des chercheurs (historiens, sociologues) ; dans ces travaux elles allient l’utilisation des témoignages oraux (les acteurs) au traitement des données issues des archives et les recherches visent à mettre en articulation l’histoire spécifique d’un personnage, d’une institution avec le contexte global de la période étudiée. Les apports d’Yvonne Knibiehler à la démarche de recherche sur l’histoire du service social ont été intégrés et sont mis en œuvre dans les travaux d’aujourd’hui.

Conclusion

34Les travaux de Madame Knibiehler dans le domaine du travail social ont marqué une étape essentielle dans une histoire vue jusque-là sous la forme réductrice de sciences sociales qui ne lui attribuaient comme seule fonction que l’exercice du contrôle social voulue par la bourgeoisie dominante et exercée par l’État. Le travail de recherche à partir d’archives inexploitées et d’entretiens avec les acteurs a ainsi révélé l’originalité d’un secteur longtemps considéré comme secondaire, voire sans histoire. La prise en compte de la dimension féminine du travail social a également permis de mieux comprendre les motivations des travailleuses sociales qui ont longtemps considéré ce travail comme un moyen d’émancipation à une époque où peu d’emplois étaient accessibles aux femmes des classes moyennes. Mais ces femmes n’ont pas utilisé seulement cette profession comme un moyen de s’émanciper des tutelles masculines qui pesaient sur leur destin, elles ont investi ce travail en innovant dans les méthodes et en faisant preuve d’une autonomie plus grande que celle qui leur était attribuée par la loi. Ces travaux pionniers s’inscrivent dans une démarche qui consiste à élargir la recherche historique à tous les aspects de la vie sociale et à montrer l’enrichissement que représente le lien établi avec l’histoire des femmes. C’est cette voie que les recherches actuelles s’efforcent de poursuivre en replaçant dans le contexte plus large de l’histoire générale l’histoire singulière du travail social.

Notes

2 De Gourlet Apolline, Cinquante ans de service social. Le livre de raison du service social français, Paris, ESF, 1947.

3 L’École Normale Sociale a été fondée en 1911 par le courant catholique social regroupé par les jésuites dans l’Action Populaire et organisateurs des Semaines Sociales.

4 Perroy Marguerite, Une ouvrière apôtre sociale Maria Bardot, Paris, Éditions SPES Action Populaire, 1932.

5 Perroy Marguerite, La première élève de l’École Normale Sociale Madeleine Carsignol, Paris, Éditions SPES Action Populaire, 1927.

6 Perroy Marguerite, Dans la lumière de Rerum Novarum Georgette des Isnards, Paris, Éditions SPES Action Populaire, 1933.

7 Althusser Louis, « Idéologie et appareils idéologiques d’État » La Pensée, n° 151, juin 1970.

8 Normalisation et contrôle social (Pourquoi le travail social), Esprit, n° 4-5, avril-mai 1972.

9 Meyer Philippe, L’enfant et la raison d’État, Paris, Seuil, 1977.

10 Donzelot Jacques, La police des familles, Paris, Éditions de Minuit, 1977.

11 Liscia Claude, Familles hors la loi, Paris, Maspero, Collection Malgré tout, 1978, 229 p.

12 Verdes-Leroux Jeannine, Le travail social, Paris, Éditions de Minuit, 1978.

13 Guerrand Roger-Henri, Rupp Marie-Antoinette, Brève histoire du Service Social en France 1896-1976, Toulouse, Privat, 1978.

14 Perrot Michelle, « L’histoire cachée de celles qui ne parlaient pas et dont on ne parlait pas » Le Monde, 31 août 1995, supplément sur la Conférence mondiale sur les femmes, Pékin, 1995.

15 Bouchardeau Huguette, Pas d’histoire les femmes…, Paris, Syros, 1977.

16 De Robertis Cristina, Méthodologie de l’intervention en travail social, Paris Éditions du Centurion collection Socioguides, 1981 (dans ce livre le chapitre « Quelques notes sur l’évolution de la méthodologie du service social en France », rédigé par Henri Pascal, est le produit des travaux initiés par Yvonne Knibiehler) ; Du Ranquet Mathilde, L’approche en service social. Intervention auprès des personnes et des familles, Paris Québec, Éditions du Centurion/EDISEM, collection Socioguides, 1981.

17 « Pour une histoire du service social » La Revue Française de Service Social, 1er trimestre 1977, n° 113.

18 Knibiehler Yvonne, Nous les assistantes sociales. Naissance d’une profession Paris Aubier, collection historique. 1980.

19 Université de Provence, Confédération Française des Professions Sociales, Rapport sur le projet Histoire du Service Social en France (Action complémentaire coordonnée : Europe du temps présent. Analyse historique et comparative de ses structures sociales et de leurs représentations collectives), décembre 1977.

20 Gourdol N., Idiart P., Jullien S., Knibiehler Y., La protection des mères sans appui à Marseille de 1928 à 1980, Rapport et annexes, Comité d’Histoire de la Sécurité Sociale de la France Méditerranéenne/Commissariat général au plan, 1983. Varenne Françoise, 1978, Histoire de l’Union Départementale des Associations Familiales des Bouches du Rhône de 1945 à nos jour, Mémoire de maîtrise réalisé sous la direction de Mme Knibiehler et de M. Idiart, Université de Provence.

21 Knibiehler Yvonne, op. cit., 1980.

22 Knibiehler Yvonne, « Féminisme et travail social », Vie Sociale n° 3, 1998. Germaine Poinso-Chapuis (1901-1981) a été la première femme française ministre de plein exercice (Santé 1947-1948). Député MRP, elle a été présidente de l’ARSEA Provence (Association Régionale de Sauvegarde de l’Enfance et de l’Adolescence) devenue, plus tard le CREAI (Centre Régional de l’Enfance et de l’Adolescence Inadaptées). Les actes d’un colloque sur son action ont été publiés : Knibiehler Yvonne (dir.), Germaine Poinso-Chapuis : Femme d’État (1901-1981), Aix en Provence, Édisud/Association Les Femmes et la Ville, 1998.

23 Knibiehler Yvonne, « La lutte antituberculeuse, instrument de la médicalisation des classes populaires (1870-1930) », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest « La médicalisation en France du XVIIIe au début du XVe siècle », tome 86, n° 3, 1979.

24 Knibiehler Yvonne, « Socialisme et service social : l’action d’Henri Sellier, Maire de Suresnes et Ministre du Front Populaire », Sociologie du Sud-Est, n° 28-29, avril-septembre 1981, p. 117-137.

25 Knibiehler Yvonne, op. cit., 1980.

26 Réseau Histoire du Travail Social, CEDIAS, 5 rue Las Cases, 75007 Paris.

27 Association Provençale pour la Recherche en Histoire du Travail Social, la Cité des Associations, 93 La Canebière, 13001 Marseille.

28 CNAHES, 29 rue Gabrielle, 75018 Paris.

29 AHES-PJM, 54 rue de Garches, 92420 Vaucresson.

30 Mémoires Vives Centres Sociaux, 10 rue Montcalm, B.P.379, 75869 Paris Cedex 18.

Auteurs

Sociologue, Formateur à l’Institut Régional de Travail Social
Pour l’Association Provençale pour la Recherche en Histoire du Travail Social (D. Brocvielle, A. Depardon, J. Félician, A. M. Fontan, J.-M. Zingraff)

Professeur d'histoire contemporaine, Université de la

Méditerranée, GRFM, UMR Télemme.
Pour l’Association Provençale pour la Recherche en Histoire du Travail Social (D. Brocvielle, A. Depardon, J. Félician, A. M. Fontan, J.-M. Zingraff)

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540