Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Le temps de l'émancipation

Une créatrice sociale à Marseille : Marie Oddo (1868-1955)

Éliane Richard

Texte intégral

  • 1 Bernard Oddo, auteur de ces propos, ses frères, Robert et Gabriel, sa sœur Marie Mireur nous ont co (...)

1Comme Simone Sédan et Germaine Poinso-Chapuis, auxquelles Yvonne Knibiehler a consacré livre, article et biographies, Marie Oddo est une Marseillaise dont les historiens du service social se doivent de conserver la mémoire. « Chrétienne fervente, femme d’autorité, son engagement dans la création et l’administration d’œuvres sociales a fait d’elle une personnalité incontournable »1, toujours au service des femmes. Elle a 30 ans à la naissance de Simone Baudry et 33 à celle de Germaine Chapuis. Bien que plus âgée d’une génération, elle n’en est pas moins leur contemporaine : elle décède à 87 ans, soit un an après Simone Sédan et quatre ans avant que Germaine Poinso-Chapuis ne mette un terme à sa carrière politique et se consacre à l’action sociale. Toutes trois ont œuvré dans les mêmes secteurs, l’hygiène sociale et la protection de la jeunesse. Dans la Marseille de la première moitié du XXe siècle, leurs routes se sont croisées.

2De même que se croisent les domaines de recherche d’Yvonne et les champs d’action de Marie. Le milieu médical que la première étudie dans ses ouvrages et articles est un monde dans lequel Marie entre par son mariage et où elle reste immergée toute sa vie. Dans le secteur sanitaire et social, celui des infirmières-visiteuses et des assistantes sociales, Yvonne et Marie ont joué un même rôle pionnier, l’une par ses réalisations, l’autre par des travaux universitaires qui font autorité. Enfin l’intérêt ancien et toujours actuel porté par l’historienne au sort et à l’éducation des jeunes filles rejoint ce qui fut la préoccupation essentielle de Marie, présidente-fondatrice de L’Auxiliaire de la jeune fille.

3Sans prétendre vouloir pousser plus loin le parallélisme, les points de convergence entre les deux itinéraires sont suffisamment nombreux pour justifier ce portrait, en guise d’hommage.

La femme et les médecins

  • 2 On ne sait à quelle date ni à quelle occasion, cette branche des Silhol s’est convertie au catholic (...)

4Par ses origines, Marie Silhol est étrangère au monde médical. Sa famille paternelle semble être d’origine protestante2. Elle a ses racines dans le petit hameau de Celles, près de Clermont-l’Hérault, où l’aïeul, ancien négociant en laines achète une propriété rurale et se lance dans l’élevage des vers à soie ; mais la maladie du mûrier compromet ses affaires. En 1850, son fils aîné Isidore (futur père de Marie) âgé de 15 ans et jusqu’alors étudiant au collège de Béziers, part pour Beyrouth, auprès d’un oncle maternel qui s’investit dans le négoce des soies. Il voyage au Liban, en Syrie, jusqu’en Extrême-Orient. Remarqué par une maison de Lyon, il devient son représentant à Marseille, le grand port de réception des soies brutes à destination de la fabrique lyonnaise. Dans les années 1860, sa présence y est attestée sur le cours Bonaparte (futur cours Pierre Puget) toujours aux côtés de son oncle Eugène Bertrand, installé dans un immeuble contigu.

5En 1865, Isidore épouse Louise Rathery, parisienne rencontrée grâce à des cousins communs. Son beau-père, docteur en droit, est conservateur à la Bibliothèque impériale ; plusieurs de ses écrits historiques sont couronnés par l’Académie des Sciences morales et politiques. Sa belle-mère Clara, née Bartouilh de Taillac, est fille d’un conseiller-référendaire à la cour des comptes. Par son mariage, le jeune négociant marseillais entre donc dans un milieu parisien plus aristocratique, plus intellectuel et catholique. En contrepartie, et c’est la condition mise par Monsieur Rathery à cette union, il apporte à sa future épouse une fortune déjà confortable.

6Les quatre enfants du couple sont élevés dans la foi catholique. Les aînées, Gabrielle et Marie, n’ont qu’un an de différence. Gabrielle, née en 1867, se dévoue d’abord au service de la famille, selon un schéma courant dans la bourgeoisie de l’époque. Elle assiste successivement sa grand-mère Rathery dans la région parisienne puis, à Marseille, sa mère et son père. Après le décès de ces derniers en 1888 et 1891, elle s’occupe encore de son petit frère Joseph puis de sa jeune cousine Pauline Rathery qui meurt de tuberculose à Menton en 1893. Trois ans plus tard, elle entre au noviciat des sœurs de Saint-Vincent de Paul et fait sa profession de foi dans la chapelle de la rue du Bac à Paris, en 1902. Fille de la Charité, sa personnalité brillante et dominatrice supporte mal la vie en communauté. Son caractère volontaire, son dynamisme, son esprit particulièrement moderne pour l’époque lui valent parfois les foudres de ses supérieurs et l’incompréhension du curé de la paroisse. Elle aurait souhaité fonder un patronage pour hommes en milieu ouvrier mais doit y renoncer et se contenter de créer et gérer un dispensaire pour les pauvres du quartier Saint-Mauront, à Marseille. Sa cadette, qui lui ressemble sur bien des points, a certainement été influencée par l’exemple de cette sœur aînée prématurément disparue en 1916.

7On ne sait rien sur l’enfance de Marie, si ce n’est qu’elle est née le 3 novembre 1868, cours Bonaparte. Par la suite, la famille Silhol s’installe non loin de là, rue Sylvabelle, puis 37 boulevard Notre-Dame. La jeune fille n’a donc jamais cessé d’habiter le même quartier, lieu de concentration des grandes familles marseillaises au XIXe siècle. On aimerait savoir quelle instruction elle a reçue et où — à domicile ? dans une institution privée ? — et quelles influences ont pu déterminer son parcours ultérieur. Mais Marie n’a laissé aucune indication à ce sujet et ses descendants n’en ont gardé aucun souvenir. Tout au plus peut-on penser, connaissant la personnalité de son père, homme de principes, strict en affaires, qu’il lui a donné une éducation rigide inspirée des principes protestants, inculqué un sens aigu des devoirs et transmis la notion de comptes à rendre. Par ailleurs, il est certain qu’elle a bénéficié de l’éducation soignée dispensée alors aux demoiselles ; comme la plupart des jeunes filles de bonne famille, elle joue du piano, aime les arts, écrit des poèmes.

8Elle n’a pas vingt ans à la mort de Madame Silhol qui laisse deux jeunes garçons de quatorze et huit ans, Jacques et Joseph. Marie, investie très jeune de responsabilités, devient en quelque sorte leur seconde mère.

9À partir de cette date, il est plus facile de suivre son itinéraire grâce au Mémorial familial des Rathery dont Marie, comme avant et après elle plusieurs femmes de la famille, poursuit la rédaction. Elle y évoque brièvement sa rencontre avec son futur mari. Appelé au chevet de Madame Silhol dans sa campagne au quartier du Canet, le « petit docteur » aurait laissé percer « un secret d’amour » qui n’a pas échappé à la perspicacité maternelle. Constantin Oddo, à 28 ans à peine, est déjà chef de clinique à l’École de médecine du Pharo et médaillé d’or des épidémies pour sa conduite exemplaire lors du choléra de 1884. Par ailleurs, il est issu de familles bien implantées à Marseille, les Oddo depuis un siècle et demi, les Laforêt qui descendent des Surian et des Fonscolombe depuis plus longtemps encore. Milieu de bonne bourgeoisie où l’on compte surtout des gens de robe, avocats, avoués, juge, procureur.

10Le mariage, qui a lieu le 7 janvier 1890 à la paroisse Saint-Philippe, introduit donc Marie Silhol dans le cercle des vieilles familles marseillaises et élargit ses relations à un autre monde que le négoce, celui des professions libérales, principalement de la médecine. Constantin Oddo en effet allait faire une très brillante carrière et devenir un grand patron : titulaire en 1902 de la chaire de pathologie interne puis en 1919 de celle de clinique médicale, il partage son temps entre son cabinet du cours Pierre Puget, son professorat à l’École de médecine et son travail hospitalier à l’Hôtel-Dieu. Il est membre correspondant de l’Académie de médecine et de la Société médicale des hôpitaux de Paris, fondateur de la Société de neurologie. Son ouvrage sur La Médecine d’urgence est couronné par l’Académie de médecine en 1915. Quatre ans plus tôt, il était élu à l’Académie de Marseille où son grand-père Auguste Laforêt l’avait précédé. C’est un homme de vaste culture, grand amateur de musique. Dans son salon du 23 cours Pierre Puget, Madame Oddo, reçoit donc une partie de l’élite économique et culturelle de la ville, les Gautier, les Estrine, le directeur de l’Opéra ainsi que des patients de son mari devenus ses amis comme le Colonel Bauby, père de Simone et beau-père de Jean Sédan, tous deux élèves de Constantin Oddo.

  • 3 Bernard Oddo raconte : Pendant le mois d’été où nous étions chez elle à Sainte-Marguerite, il n’éta (...)

11Le 12 novembre 1890, Marie donne naissance à son fils Jean. Dans le Mémorial, elle consacre quelques lignes d’une grande retenue à cet épisode capital dans une vie de femme ; c’est pour dire que la fin de sa grossesse fut difficile, qu’elle s’est mal remise de ses couches, et que le « doux et radieux espoir » de nouvelles maternités se trouvait ainsi compromis. À la lire, il semble qu’elle ait souffert de ne pas avoir eu d’autres enfants. Mais elle a dû cacher sa déception avec une grande dignité et compenser cette frustration en exerçant en quelque sorte une maternité sociale. Elle ne paraissait pas pourtant être très maternelle : Jean aurait souffert, semble t-il, d’un certain manque d’affection ; quant à ses petits-enfants, ils ont gardé d’elle le souvenir d’une grand-mère accueillante certes mais austère, peu démonstrative, attentive surtout à leur santé comme à leurs résultats scolaires3.

12Après des études au lycée, Jean Oddo renonce à sa vocation littéraire pour s’orienter (sous la pression de ses parents ?) vers la carrière médicale. De même, son mariage semble bien avoir été arrangé. En 1917, il épouse Marguerite Gautier, fille d’amis de la famille : le père de la jeune femme est agent de change ; sa mère est née Ruffo de Bonneval. Des six petits-enfants de Marie Oddo nés entre 1917 et 1929, deux, Robert et Gabriel seront gynécologue et pédiatre, tandis que son unique petite fille, Marie, épousera le docteur Mireur. Ajoutons que l’aîné de ses deux frères, Jacques, devient chirurgien de l’Hôtel-Dieu ; comme Marguerite et Marie, c’est une forte personnalité, autoritaire, ce qui lui vaut le surnom de Patriarche. Son fils Pierre embrasse lui aussi la carrière médicale et s’investit notamment dans les œuvres de sa tante. Notons enfin que du côté de sa famille, Marie a un grand oncle Silhol et un oncle Rathery médecins ainsi qu’un cousin germain Rathery externe des hôpitaux de Paris. Née et élevée jusqu’à vingt et un ans dans le monde du négoce marseillais, Marie Silhol devenue Madame Oddo passe donc les 66 années de sa vie d’épouse et de veuve dans le milieu médical.

Des infirmières aux assistantes sociales

  • 4 Points de vue de son petit-fils Bernard Oddo et de son neveu, Pierre Silhol.

13Du couple formé par Constantin et Marie, on ne sait rien. Il semble que le ménage ait été uni mais l’époque n’est pas à l’étalage public de la vie privée et la mentalité « un petit peu huguenote » de Marie ne la porte pas à ce genre de confidences. Apparemment, ils sont différents : autant lui est calme et cordial, autant elle est, quoiqu’« assez jolie femme,… un petit peu du genre sévère avec le chignon au dessus de la tête ». Outre son bon sens et son esprit méthodique, « c’était surtout (sa) grande autorité qui marquait les esprits. Elle se voulait le pivot de la famille, un peu la régente »4.

14Il existe pourtant des affinités entre les époux, l’intelligence, une grande générosité, une foi intense et le sens de l’engagement social. Constantin Oddo a fait ses études chez les Maristes de la Seyne. Dans ses Réflexions chrétiennes publiées après sa mort par les soins de son épouse, il résume sa conception de vie : « le devoir de l’homme est dans l’action…, il n’y a de bonheur en ce monde que pour ceux dont la vie répond à un but bien précis ». Comme son maître et modèle, le docteur Augustin Fabre, il est le médecin des pauvres qu’il soigne souvent gratuitement.

  • 5 Mémorial familial.
  • 6 Après le décès de son mari, elle ne garde qu’un pied à terre au 3e étage de l’hôtel du cours Pierre (...)
  • 7 Constantin Oddo, Réflexions Chrétiennes, Marseille, 1926, p. 137.

15Quant à Marie, elle confesse « une union indéfectible à la foi chrétienne et catholique »5. Selon un usage répandu dans son milieu, elle assiste régulièrement à la messe de la paroisse ou dans la chapelle privée de sa bastide Saint-Jean, au quartier de Sainte-Marguerite6. Toute sa vie, elle s’entoure de religieuses et entretient d’excellentes relations avec l’archevêché ; le 18 octobre 1927, elle est reçue en audience privée par Pie XI. La plupart de ses initiatives bénéficient de l’appui des jésuites. Créateurs en 1903 de l’Action populaire dans le sillage de l’encyclique Rerum Novarum, ces derniers jouent un rôle considérable dans la diffusion de la doctrine sociale de l’Église auprès des dames de la bourgeoisie. A Marseille, on constate leur influence sur des amies de Marie, Georgette des Isnards, Anne-Marie de Demandolx-Dedons, d’autres encore que l’on retrouve toujours à ses côtés. Imprégnée des principes de l’Action catholique, Marie Oddo « avait une foi éclairée et agissante7 », comme celle de son mari. Chacun a soutenu les initiatives de l’autre.

  • 8 Réponse de Joseph Fournier au discours de réception de Constantin Oddo à l’Académie de Marseille, 1 (...)

16En 1902, Constantin Oddo s’inspirant des doctrines hygiénistes entreprend de combattre le fléau de la tuberculose. Avec les docteurs d’Astros et Gautier, il met en place à Marseille la deuxième Œuvre antituberculeuse de France sur le modèle de celles de Calmette à Lille et de Malvoz à Liège. Il sollicite l’appui de plusieurs personnalités de la ville, l’homme d’affaires Henri Bergasse, son neveu Paul Desbief, Eugène Rostand président de la Caisse d’épargne des Bouches-du-Rhône, Michel Rodochanachi, le brasseur Eugène Velten. Le but de l’œuvre est médico-social ; il s’agit de « vulgariser les notions scientifiques de défense contre la tuberculose, de faciliter aux nécessiteux le traitement de leur maladie, de préserver dans les familles tous les sujets sains, particulièrement les enfants »8.

17Trois dispensaires médico-sociaux sont créés à cet effet qui couvrent la ville au nord, au sud et à l’est, dans les quartiers d’Arenc, du Prado, de Longchamp.

  • 9 In memoriam, le professeur Oddo, Société anonyme du Sémaphore, s.d.

18Dans le même temps, pour épauler l’Œuvre un comité de dames se constitue ; Madame Oddo en assure la présidence. Aucun des témoignages de sympathie décernés au Professeur Oddo lors de son décès en 1926 n’omet d’associer à son action sa collaboratrice « de la toute première heure, [celle] qui pendant 37 ans n’a cessé de le seconder », qui, toujours « à ses côtés, se dévouait sans cesse dans la lutte contre la tuberculose ». Certains relèvent aussi que « tous deux vivaient dans une étroite communion d’idées et se donnaient une aide réciproque ». En effet le Professeur Oddo « devait dans la suite s’intéresser activement à toutes les œuvres sociales dont son admirable compagne a été la fondatrice ou l’animatrice9. »

  • 10 Arrivée en France en 1917 avec l’armée américaine la mission, dont le but est de lutter contre la t (...)

19Car Marie ne se contente pas d’agir dans le sillage de son époux. Énergique et entreprenante, elle crée ses propres œuvres. Pour assurer le service des dispensaires et aller au domicile des malades, les médecins ont besoin d’avoir à leurs côtés un personnel féminin non seulement dévoué mais aussi compétent. En octobre 1920, sous le patronage de l’Œuvre antituberculeuse, Marie Oddo fonde donc avec un groupe de dames catholiques la première école médico-sociale de Marseille. Subventionnée par la mission Rockfeller10 et agréée par le Comité national des infirmières de Paris, elle prend le nom d’Ecole régionale d’infirmières visiteuses d’hygiène sociale.

20« Animatrice de la première heure », Madame Oddo est d’abord secrétaire générale d’un conseil d’administration largement féminin, sous la présidence de Madame Thibon, la préfète. À ses côtés, on note en particulier la présence du Professeur Oddo, de leur amie Madame Albert Gautier, trésorière, de Madame Grawitz, vice-présidente de la Croix-Rouge et de Madame Jouvenceau de l’Union des Femmes françaises. Par la suite, y entrent également le docteur Jean Oddo comme conseiller médical et le docteur Simone Sedan comme secrétaire adjointe. Au fur et à mesure des renouvellements et de l’extension de l’École, le conseil se masculinise mais la présidence reste féminine. Madame Oddo succède à Madame Thibon et assure cette fonction pendant douze ans, de 1942 à 1954. Puis, devenue présidente d’honneur, le relais est pris par son ancienne adjointe, le docteur Simone Sédan. Quelques années plus tard, Germaine Poinso-Chapuis entrera également au conseil d’administration.

21Pendant les 34 années passées au service de l’École, Madame Oddo impulse ou accompagne des changements de structure considérables. Les douze premières postulantes sont accueillies d’abord 38 rue de la République, au siège même de l’Œuvre antituberculeuse. Il faut attendre 1928 pour que l’École, qui compte alors 27 élèves, soit transférée rue de l’Olivier où s’ouvre aussi un internat. Cinq ans plus tard le foyer et l’École, dont la population s’élève maintenant à 59 personnes, s’installent définitivement dans une bastide récemment acquise boulevard de la Blancarde. Par la suite les effectifs ne cessent d’augmenter, 76 en 1940-1941, 250 en 1952. La petite structure des débuts est devenue, trois décennies plus tard, un établissement important qui dispense un enseignement diversifié à un public encore exclusivement féminin.

22Dès 1924, l’École est habilitée à préparer le diplôme d’infirmières-visiteuses d’hygiène sociale pour la tuberculose, créé deux ans plus tôt. En 1925, elle est la première et la seule en France à fournir des infirmières coloniales ; l’année suivante, à l’initiative de Simone Sédan, elle reçoit l’autorisation de former aussi des infirmières-visiteuses pour l’enfance. En 1938, le diplôme d’infirmière-visiteuse est remplacé par celui d’assistante de service social et l’École est agréée tant pour la préparation des infirmières hospitalières que pour celle des assistantes sociales. Enfin sous la présidence de Madame Oddo, en 1951, le CAP d’aides maternelles et le certificat sanitaire d’Outre-mer complètent ces formations.

  • 11 Discours de Mme Baratier à l’occasion du 60e anniversaire de l’École, Archives de l’École.
  • 12 Blondel-Hostein R., « L’École de service social de la Blancarde », Mémoire de Maîtrise, Université (...)

23Cette évolution ne s’est pas faite sans difficultés, dont les procès-verbaux des conseils d’administration se font largement l’écho. Les membres du Comité se dépensent sans compter pour trouver des solutions aux problèmes de locaux, de personnel, de financement. S’y ajoutent des préoccupations concernant la santé des élèves et la discipline à faire régner dans l’établissement. En 1932, il est décidé d’affecter un médecin au service de l’établissement. Par la suite, Madame Oddo fera appel à son fils Jean pour assurer ces consultations mensuelles obligatoires « qui se déroulaient avec un cérémonial un peu guindé dans le bureau et en présence de Mlle Bourdillon11 », la directrice. Le conseil lui-même suit la courbe de poids des élèves, se soucie des menus journaliers et les administratrices vont de façon impromptue inspecter les cuisines. Quant à la discipline, elle est rigoureuse (uniforme imposé, surveillance des sorties, contrôle sévère des absences, sanctions diverses, etc.) mais analogue à celle qui prévaut dans tous les lieux qui éduquent et hébergent des jeunes filles12. Ce mélange de grande sollicitude et d’extrême rigidité morale envers les élèves reflète bien la personnalité de la présidente-fondatrice. L’École de la Blancarde est donc à la fois un établissement d’éducation et d’enseignement ; il permet à des jeunes filles principalement issues des classes moyennes d’accéder à une véritable profession tout en exerçant un métier en rapport avec ce qu’il est alors convenu d’appeler le rôle social des femmes.

L’Auxiliaire de la jeune fille

  • 13 Richard E., « Trente ans au service des femmes, l’Entr’aide féminine de Marseille (1915-1945) », Ma (...)
  • 14 Richard E., notices sur A-M de Demandolx-Dedons et A. de Jessé-Charleval dans Marseillaises, vingt- (...)

24Cette attention portée aux femmes apparaît déjà en 1915 quand Marie Oddo entre à L’Entr’aide féminine13, une œuvre de guerre créée par des Marseillaises pour apporter aide, conseils et secours à « leurs sœurs malheureuses », désemparées après le départ ou le décès de leur époux ou de leurs fils. À cette époque, Constantin Oddo est un des conseillers de l’association dont les membres sont exclusivement féminins. Lorsqu’après la guerre, L’Entr’aide reconvertit ses activités, développe une action éducative en direction des femmes et soutient le féminisme réformiste, Marie Oddo compte toujours parmi ses membres titulaires, aux côtés d’Anne-Marie de Demandolx-Dedons et d’Agnès de Jessé-Charleval14. Parmi les collaboratrices fidèles, on note aussi la présence de Simone Sédan et de Germaine Chapuis, respectivement chargées de cours de médecine sociale et de droit à l’École féminine civique et sociale de L’Entr’aide.

25La même année 1915, Marie Oddo est sollicitée par le cardinal Amette pour créer et présider à Marseille l’antenne pour le Sud-est du Sou de la jeune fille. Il s’agit également d’une œuvre de guerre née à Paris et dont le but est de collecter un sou par semaine auprès des milieux de la jeunesse féminine chrétienne au profit des jeunes filles des régions envahies. Plus connue sous le nom de La Croix Rose, elle accueille les réfugiées, principalement des belges puis d’autres jeunes filles souffrantes ou dans le besoin, à l’Abri Sainte-Élizabeth dans le quartier du Roucas-Blanc ; ce qui lui vaut, par décret du roi Albert 1er, la décoration de la reine Élizabeth. Elle crée aussi le premier fichier des différentes œuvres de la ville afin de guider les jeunes filles dans la recherche d’une aide, d’un logement ou d’un emploi. Ce sont les débuts bien modestes d’une institution appelée à un grand développement, L’Auxiliaire de la jeune fille dont le siège social est 12 rue Dragon. En 1917, l’œuvre reçoit l’appui de la Croix-Rouge américaine et dépose ses statuts. En 1922, elle est déclarée d’utilité publique. Parmi les fondatrices aux côtés de Marie Oddo, on note la présence de Georgette des Isnards, d’Anne-Marie de Demandolx-Dedons, de Laurence Truchet. Pendant quatre décennies, jusqu’à son décès, Marie Oddo en assure la présidence sans interruption, entourée d’un conseil d’administration largement féminin. Par ailleurs, elle assume la direction de plusieurs établissements.

26Car l’Association est à l’origine de créations diverses mais qui toutes visent à aider les jeunes filles, comme l’indique le terme même d’auxiliaire. La plupart d’entre elles sont tenues par des religieuses de la Présentation de Tours. La première en date s’inscrit dans la lutte contre la tuberculose à laquelle Marie Oddo était particulièrement sensibilisée. Dès 1917, en pleine guerre, est fondé, à la villa Montléon d’abord louée puis acquise, le préventorium de la Rose. C’est le premier préventorium populaire du sud-est de la France auquel, en 1919, l’Académie de Marseille décerne le prix Gaffory. À ses débuts, trois sœurs infirmières y hébergent douze jeunes filles. Avec l’appui de l’Œuvre antituberculeuse et de la Croix-Rouge américaine, l’établissement se développe. Il compte 18 lits de plus en 1920 et s’étend alors à la villa Jeanne d’Arc voisine. Deux ans plus tard il est reconnu d’utilité publique. Cette année là, à l’occasion de l’exposition coloniale de Marseille, il reçoit le diplôme d’honneur de la classe d’hygiène sociale. En 1924, un pavillon de 36 lits avec galeries de cure d’héliothérapie est affecté aux affections osseuses et, en 1928, le diplôme d’honneur du comité national de défense contre la tuberculose récompense ces nouveaux progrès. En 1933 quand est bénie la chapelle, le préventorium compte 80 lits. Le service médical est assuré par le Docteur Jean Oddo, fils de la fondatrice et le service chirurgical par le docteur Pierre Silhol, son neveu. Désormais, des contrats sont passés avec les caisses d’assurances sociales de départements voisins qui envoient leurs malades dans l’établissement.

27L’accueil des jeunes filles de tous les milieux sociaux constitue une autre dimension de l’Auxiliaire. Depuis 1917 est ouvert à la rue Dragon le foyer Fénelon, une maison de famille avec restaurant qui héberge de jeunes enseignantes de l’enseignement libre. L’année suivante, c’est la mise en service d’un établissement similaire l’accueil Sainte-Marie, près de la gare (26, rue des Héros) destiné aux jeunes voyageuses, étudiantes, employées et ouvrières. Il propose une trentaine de chambres individuelles et son restaurant peut accueillir en outre le même nombre d’externes. Tant qu’elle n’a pas de foyer, l’École d’infirmières-visiteuses y loge ses élèves célibataires.

28La fondation en 1922 de cette École, à laquelle L’Auxiliaire a pris une part active, s’inscrit aussi dans un souci de formation professionnelle des femmes, qui est une des préoccupations majeures de Marie Oddo. La même année, pour les jeunes filles issues de milieux aisés mais désormais obligées de travailler du fait des vicissitudes monétaires et démographiques de l’après-guerre, L’Auxiliaire met en place l’Association de l’Aiguille qui leur procure de façon anonyme un travail manuel et artistique. En 1928, L’Auxiliaire soutient la création par une de ses membres, Georgette des Isnards, de l’École de service social de Provence, fille de l’École normale sociale. Cinq ans plus tard elle collabore à sa réorganisation par une autre auxiliaire, Anne-Marie de Demandolx-Dedons, et l’héberge rue Dragon ce qui permet d’ouvrir des cours d’enseignement ménager et de jardinières d’enfants. En 1951 enfin, le préventorium de La Rose transféré à Saint-Agrève, est reconverti en Centre de rééducation professionnelle pour anciennes malades ou handicapées et propose des formations de sténodactylo et de comptabilité à une cinquantaine de jeunes filles.

  • 15 « Les noces d’argent de l’Auxiliaire de la jeune fille (1915-1940) » ; « L’Auxiliaire de la jeune f (...)

29Ce souci permanent d’offrir désormais aux filles de véritables possibilités de carrières s’accompagne d’un effort similaire pour organiser des loisirs sains, tant sur le plan moral que matériel : deux maisons de repos sont ouvertes, l’une au quartier de la Pointe rouge pour les enseignantes, l’autre — la Cabanette — en 1933 à Saint-Agrève dans le haut Vivarais, pour les travailleuses. En 1939, la maison de l’Ave-Maria accueille les jeunes filles à Château-Gombert pour des patronages et des sorties à la campagne. L’Auxiliaire a sa bibliothèque, elle organise des cours, des conférences, des fêtes religieuses et récréatives15.

30Il s’agit donc d’une véritable nébuleuse qui essaime à Nîmes et à Toulon et participe en 1928 à la journée des œuvres sociales féminines organisée par le Conseil National des Femmes Françaises. « Que l’Association soit présente à tous les besoins », telle est la mission que Marie Oddo confie à L’Auxiliaire. La tradition voulait même que les jeunes filles reviennent se marier dans la maison.

  • 16 Bernard Oddo.

On pouvait lire ainsi dans le bilan d’activité de ma grand-mère le nombre de mariages célébrés chaque année. Ce rituel prouvait, en ce qui la concernait, qu’elle avait mené à bien sa tâche : la jeune fille malade avait été soignée, hébergée, éduquée, on l’avait aidée à trouver un emploi, elle s’était mariée et, à partir de ce moment là, son rôle était terminé16.

31Marie Oddo, appartient à la génération des pionnières du service social ; elle fait partie de ces femmes fortes selon la Bible qu’évoque Emile Poulat, des femmes qui « avaient du caractère et occupaient plus que leur place ». Elle peuplait les conseils d’administration de personnalités importantes — l’évêque, le supérieur des Jésuites, des banquiers, des hommes d’affaires — mais aussi de proches ami(e)s et de membres de sa famille. Elle les dirigeait tous de main de maître. Bernard Oddo rapporte que si elle entendait un bruit sur les affaires de l’un ou de l’autre, elle le convoquait et il s’entendait dire « je ne tolère aucune suspicion à l’égard des membres de mon conseil, j’accepte votre démission ». Elle avait de l’argent une conception héritée peut-être de ses ancêtres protestants : il n’était qu’un outil qui devait servir, être investi pour créer de l’emploi et des richesses ou utilisé pour faire le bien.

Ma grand-mère dans ce registre n’avait pas de scrupules. Tout ce qui pouvait aller aux œuvres devait y aller. Elle organisait de grandes ventes de charité et quand quelqu’un avait de la fortune et ne savait pas s’en servir, elle n’hésitait pas à l’encourager à passer cela à l’œuvre.

32Ses œuvres c’était sa vie. Elle choisit d’ailleurs de se retirer à La Rose où elle occupe avec une fidèle amie deux pièces au centre du bâtiment. Quelques mois plus tard, c’est là qu’elle s’éteint, le 9 avril 1955 entourée de son fils Jean et de toute la communauté de ses religieuses en cornettes. Dix ans plus tôt, en reconnaissance de son rôle dans l’action sociale, elle avait reçu la légion d’honneur des mains de son petit-fils, le général Oddo. Aujourd’hui, l’École de la Blancarde et le Centre de La Rose perpétuent le souvenir de leur fondatrice et la quatrième génération des Oddo est toujours présente au conseil d’administration de L’Auxiliaire de la jeune fille. Dans une sorte de testament spirituel rédigé en 1934, Marie Oddo s’adressant « à (ses) continuateurs » leur confiait ce message : « en leur léguant mon enfant, je leur laisse le meilleur de moi-même. »

Les clichés des illustrations ont été aimablement offerts par les descendants de Marie Oddo et la présidente du CRP La Rose.

Portrait de la jeune Marie avant son mariage. Cliché collection privée

Un portrait de Nadar du début du XXe siècle : Marie avec son mari et son fils. Cliché collection privée

La vieille dame photographiée à la fin d’une vie bien remplie. Cliché collection privée

La bastide de La Rose ; aujourd’hui Centre de Rééducation Professionnelle

Notes

1 Bernard Oddo, auteur de ces propos, ses frères, Robert et Gabriel, sa sœur Marie Mireur nous ont confié les souvenirs qu’ils ont gardés de leur grand-mère. Nous leur adressons tous nos remerciements ainsi qu’à Daphné Bellion pour son aide précieuse dans la recherche des documents.

2 On ne sait à quelle date ni à quelle occasion, cette branche des Silhol s’est convertie au catholicisme. Lors du mariage des parents de Marie ?

3 Bernard Oddo raconte : Pendant le mois d’été où nous étions chez elle à Sainte-Marguerite, il n’était pas question de jouer les enfants gâtés. Pour le petit déjeuner, on devait choisir au début des vacances : café, chocolat,… beurre, miel ou confiture et on ne pouvait plus changer. C’était une sacrée discipline.

4 Points de vue de son petit-fils Bernard Oddo et de son neveu, Pierre Silhol.

5 Mémorial familial.

6 Après le décès de son mari, elle ne garde qu’un pied à terre au 3e étage de l’hôtel du cours Pierre Puget désormais occupé par le ménage de son fils et se retire dans sa bastide. Celle-ci reste donc longtemps le lieu de réunion de la famille et le terrain de jeux d’une quinzaine de petits-enfants et petits neveux.

7 Constantin Oddo, Réflexions Chrétiennes, Marseille, 1926, p. 137.

8 Réponse de Joseph Fournier au discours de réception de Constantin Oddo à l’Académie de Marseille, 14 mars 1920.

9 In memoriam, le professeur Oddo, Société anonyme du Sémaphore, s.d.

10 Arrivée en France en 1917 avec l’armée américaine la mission, dont le but est de lutter contre la tuberculose, met sur pied un plan d’intervention ambitieux soutenu par un financement important.

11 Discours de Mme Baratier à l’occasion du 60e anniversaire de l’École, Archives de l’École.

12 Blondel-Hostein R., « L’École de service social de la Blancarde », Mémoire de Maîtrise, Université de Provence, 1978 ; Fontan Anne-Marie, « L’évolution de la population des élèves de l’École régionale de service social (1920-1982) », Mémoire de DSTS, 1984.

13 Richard E., « Trente ans au service des femmes, l’Entr’aide féminine de Marseille (1915-1945) », Marseille n° 166, 1993.

14 Richard E., notices sur A-M de Demandolx-Dedons et A. de Jessé-Charleval dans Marseillaises, vingt-six siècles d’Histoire, Édisud, 1999.

15 « Les noces d’argent de l’Auxiliaire de la jeune fille (1915-1940) » ; « L’Auxiliaire de la jeune fille, 75e anniversaire (1917-1992) », Archives privées.

16 Bernard Oddo.

Table des illustrations

Légende Portrait de la jeune Marie avant son mariage. Cliché collection privée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6962/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Un portrait de Nadar du début du XXe siècle : Marie avec son mari et son fils. Cliché collection privée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6962/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende La vieille dame photographiée à la fin d’une vie bien remplie. Cliché collection privée
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6962/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende La bastide de La Rose ; aujourd’hui Centre de Rééducation Professionnelle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6962/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

Auteur

Maître de conférences honoraire d’histoire contemporaine, Université de Provence, GRFM, UMR Télemme

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540