Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Le temps de l'émancipation

Des États généraux du féminisme à l’Exposition coloniale

Régine Goutalier

Texte intégral

1Quelle provocation d’intégrer une manifestation féministe et même révolutionnaire à la grandiose célébration de l’Empire colonial 931 !

  • 1 Exposition coloniale internationale de Paris 1931, Rapport général présenté par le Gouverneur Géné (...)
  • 2 Sarraut Albert, Grandeur et servitude coloniales, Paris, Éditions du Sagittaire 1931, 288 p.
  • 3 Fischer F. L’installation des alsaciens-lorrains en Oranie après 1871, Mémoire de maîtrise, Univer (...)

2Les 30 et 31 mai furent deux journées mémorables lors de l’Exposition Coloniale Internationale de Vincennes, qui constitua de mai à novembre l’événement majeur de cette même année 1931. L’immense cité édifiée sur 110 hectares à la porte de Paris, sous le patronage du maréchal Lyautey, fait voisiner le temple d’Angkor fidèlement reconstitué, le palais du Maroc, la mosquée soudanaise, les souks tunisiens… Cette féerie, ce conte des mille et une nuits devait faire sentir à ses 33 millions de visiteurs qu’ils étaient citoyens de « la plus grande France, celle des cinq parties du monde »1. Mais cette manifestation exaltait aussi la solidarité entre peuples colonisateurs et la grande œuvre de progrès à réaliser dans les colonies2. N’était-ce pas la tribune idéale pour célébrer enfin l’action des colonisatrices et attirer l’attention sur le sort des colonisées ? Quelle occasion de rendre hommage à l’action féminine aux colonies totalement méconnue jusqu’alors, qu’il s’agisse de l’œuvre déjà ancienne des congrégations religieuses ou celle d’associations multiples parfois officiellement et remarquablement efficaces, tel le Comité des Dames de Paris qui joua un rôle essentiel lors de l’installation des Alsaciens lorrains en Algérie dans les années 18703.

3À l’origine des États généraux, il faut situer l’initiative et l’activité du Conseil National des Femmes Françaises, fondé à Paris le 18 avril 1901, sous l’impulsion d’une américaine, Mme May Wright-Sewall, président du Conseil International des Femmes, lui-même créé à Washington le 31 mai 1888. Dans les derniers mois de 1930, avait été largement diffusé par le Conseil National des Femmes, un questionnaire sur la femme dans les colonies, à renvoyer à Mme Pichon-Landry, Secrétaire Générale, avant le 1er mars.

Préparation et organisation des États Généraux

4En 1931, il s’agit de la troisième session des États Généraux du Féminisme, les deux premières s’étant tenues respectivement, en février 1929 puis les 22 et 23 mars 1930. Les thèmes précédents étaient les problèmes d’assistance, d’éducation, de travail et pour la manifestation de 1930 la femme dans la vie économique et dans les carrières sociales.

5Depuis trois ans le but proclamé restait le même : établir le programme minimum de réformes que les femmes s’attacheraient à faire aboutir le jour où le droit de vote leur serait accordé. La stratégie était indiquée sans ambiguïté lors de la préparation, des premiers états généraux :

Face à la résistance des pouvoirs publics, un accord est intervenu pour les États Généraux du Féminisme, afin que les femmes obtiennent les droits qu’elles ont à l’heure actuelle dans presque tous les pays civilisés.

  • 4 Qui va être — toujours sans le droit de vote — sous-secrétaire d’État dans le Ministère Léon Blum (...)

6Cette troisième session des États Généraux est donc une étape dans le vieux combat pour l’octroi du droit de vote aux françaises, combat mené depuis le XIXe siècle par les moyens les plus divers. Des associations — l’Union Française pour le suffrage des femmes, le Conseil National des Femmes Françaises, la Ligue d’Électeurs pour le suffrage des femmes —, des congrès, — le Congrès International de la condition et du droit des femmes en 1900, le grand meeting suffragiste de 1910 —, la presse, — la Citoyenne (1881), le journal de Marguerite Durand, La Fronde —, poursuivent inlassablement la même campagne. Des personnalités hors du commun se sont personnellement et courageusement engagées. Hubertine Auclert, savait aussi bien lancer des défilés de suffragettes dans la rue, qu’utiliser l’humour et la dérision. Elle ne craignait pas d’aller prêcher dans les mairies lors des mariages contre l’iniquité des articles du Code Civil que le maire venait de lire aux jeunes époux ; elle refusait de payer ses impôts, « je n’ai pas de droits, donc je n’ai pas de charges, je ne vote pas, je ne paye pas ». En toute illégalité, et en obtenant toutefois un certain nombre de voix, des femmes se présentèrent aux élections — ainsi Marguerite Durand dans le cinquième arrondissement de Paris et Mme Brunschvicg dans le seizième aux élections municipales de 19294.

7Le bien fondé des revendications, l’opiniâtreté à poursuivre en dépit des sarcasmes, peut-être aussi le refus des femmes de recourir aux moyens violents, leur gagna pourtant très tôt des sympathies masculines susceptibles de faire triompher leur cause.

8Dès le début du siècle, les députés Ferdinand Buisson et René Viviani ont défendu à la Chambre le vote des femmes. Jaurès lui-même en 1914 se fait leur avocat « on a bien tort de redouter le suffrage des femmes, c’est par leur passivité et leur servitude qu’elles pèsent sur le progrès humain ».

  • 5 Déclaration du Conseil National des Femmes françaises du 25 août 1914.

9La guerre allait ajourner les revendications féministes, de par la volonté même des femmes pour les besoins de l’union sacrée. « Nous consentirons avec courage et foi absolue dans la victoire finale aux sacrifices qui nous sont demandés5. »

10Au moins à cause des services rendus, pendant les quatre années terribles, des parlementaires, Magniez, Jean Bon, Louis Dumont, Louis Martin, vont réclamer avec conviction et efficacité le suffrage féminin. La chambre des députés, le 20 mai 1919, par 329 voix contre 95, accepte un projet de loi sans ambiguïté : électorat et éligibilité applicables à tous les citoyens français, sans distinction de sexe : la victoire presque acquise allait être illusoire. En dépit des soutiens, — le Conseil National des Femmes réunit à la Sorbonne sur le thème du suffrage, le 18 mars 1922, 3 000 personnes — le 21 novembre 1922, le Sénat par 156 voix contre 134 a refusé de passer à la discussion. À plusieurs reprises jusqu’en 1931, se répètent ces alternances d’espoirs et d’échecs : le 7 avril 1925, le projet de loi pourtant adouci, droit de vote et d’éligibilité des femmes, pour les élections municipales et cantonales seulement, adopté à la Chambre des députés par 390 voix contre 183 est ajourné par le Sénat le 27 novembre 1928. Le 21 mars 1929, le Sénat encore refuse de fixer une date.

11Face à cette obstruction systématique de la Chambre haute, le Conseil National des Femmes, qui se sentait soutenu par les plus hautes instances se décida à une action ostentatoire et qu’elle espérait décisive. À une réunion de décembre 1928, il y eut un accord pour la réunion des États Généraux du féminisme en février prochain. Les femmes dans ce combat sans cesse à recommencer ont pris conscience de la limite des bonnes volontés masculines et de la nécessité d’obtenir elles-mêmes ces droits toujours promis et jamais accordés. Et leur vigilance doit être sans cesse en éveil car même ce qui est acquis est encore menacé. À la session de 1929, on se félicite que soit établie l’égalité des traitements au moins pour les instituteurs et les institutrices ainsi que pour les postiers et les postières. Mais Marie Vérone, avocate, révèle que parmi les postiers s’est constitué un groupement d’hommes pour maintenir la supériorité du traitement masculin.

12En dépit de tout l’éclat qu’on avait voulu donner aux premières sessions, de la qualité des participantes, du sérieux des débats, ces manifestations ne provoquèrent que relative indifférence ou railleries. En 1929, le journal, les Annales rapportait la plaisanterie de circonstance. « Mais que font ta femme, ta fille, ta bonne ? Elles sont très occupées… aux États Généraux du féminisme en train d’essayer d’obtenir tous les droits de l’homme. »

13Après deux demi-échecs, n’était-ce pas un trait de génie de la part du Conseil National des femmes de tenir une troisième session, qui ne pouvait passer inaperçue, à l’Exposition Coloniale de Vincennes ? Ces dames ne voyaient là aucune contradiction et pensaient tout à la fois contribuer au succès de l’Exposition et en profiter. Ainsi que le proclame l’annonce officielle de la participation, ces deux journées doivent affirmer l’union des femmes dans les métropoles — le congrès est international — et dans les colonies, exposer « l’œuvre prodigieuse et féconde des femmes, et démontrer par là, leur valeur nationale ».

14Peut-on rêver pour l’assemblée patronage plus prestigieux ? Avec la pleine approbation du maréchal Lyautey, Haut Commissaire de l’exposition, le comité d’honneur colonial comprend outre le Ministre des Colonies, tous les plus hauts responsables de l’Empire. Le Comité d’honneur permanent de 61 membres, compte des personnalités aussi diverses qu’Aristide Briand, Léon Brunschvig, professeur à la Sorbonne, Capitant, professeur de droit, Jouhaux, Secrétaire Général de la CGT, R. Poincaré… Mais aussi onze femmes de premier plan, Mlle Amieux, Directrice de l’École Normale de Sèvres, la Comtesse Mathieu de Noailles, la Duchesse d’Uzès, Mlle Veroux, membre du Conseil Supérieur de l’Instruction Publique, Andrée Viollis, écrivain et journaliste, Louise Weiss, Directrice de l’Europe Nouvelle…

15Le Comité d’organisation de 67 membres, sous la présidence de Mme Avril de Sainte Croix, également présidente du Conseil National des femmes, unit des personnalités militantes de l’action féministe comme Marguerite Durand ou Cécile Brunschcg, des techniciennes de la colonisation, telles l’écrivain Clotilde Chivas Baron, Mlle Karpelès, membre de l’École française d’Extrême Orient, Mme Eugène Simon de la Souchère, planteuse en Indochine, des missionnaires Mlle Dogimont, la mère Catherine d’Ornellas…

16Faut-il ajouter qu’on découvre dans le programme une ouverture d’esprit remarquable ? Quelle largeur de vue d’étudier dans l’action des femmes missionnaires aux colonies tout à la fois des missions catholique, évangélique, judaïque et laïque : Est-ce d’emblée un habile argument opposé aux antiféministes qui considèrent le suffrage féminin comme une arme pour les forces de la réaction ?

17La présidente du Conseil National des Femmes françaises, Mme Avril de Sainte Croix n’en finit pas de saluer dans son discours inaugural, ses collaboratrices et les représentantes des associations féminines (plus de 300) ainsi que les déléguées du Conseil International des femmes, parmi ces dernières Lady Aberdeen, présidente du Conseil International, Mlle Palme, représentant la Suède, la Comtesse de Robilland, déléguée de l’Italie. Intervenant à plusieurs reprises, Mlle Van Aeghen, déléguée des femmes des Pays-Bas, rappelle que son pays possède aussi un empire colonial et fait de pertinentes comparaisons et suggestions.

18L’intervention de la princesse Radzivill, déléguée officielle de la Société des Nations (SDN) présente un intérêt tout particulier. En soulignant que la SDN ne participe qu’exceptionnellement à des réunions nationales comme celle des États Généraux, elle indique l’importance pour la commission des Mandats — chargés de contrôler les territoires sous mandat tels Togo, Cameroun, Tanganyika, Sud-ouest africain — de bien connaître la gestion coloniale. Elle propose « une action solidaire SDN, Conseil National des Femmes pour le travail social ». Elle conclut au développement simultané de l’activité de la femme et de la Société des Nations pour assurer l’élévation de l’indigène. Son dernier appel suscite les plus vifs applaudissements : « Nous ne voulons pas être à l’honneur, nous voulons être à la peine ».

19À l’occasion ces dames savent répondre avec à propos au paternalisme des notabilités masculines. M. Barthélemy, président de la Fédération des Anciens coloniaux, propose la création d’une union des anciennes coloniales (à rattacher à notre fédération) et qu’il soit créé un mérite colonial des femmes. La présidente de séance est Mme Avril de Sainte-Croix réplique perfidement en réclamant à l’Union des Anciens coloniaux une aide financière « le moindre grain de mil ferait mieux notre affaire ». Mme Brunschvicg s’oppose à des décorations spéciales pour les femmes. « Nous voudrions que les décorations qui existent pour les hommes fussent les mêmes pour les femmes qui le méritent. »

20Très vite les interventions — et il faut dire bien plus celles des femmes de terrain, médecins, infirmières, missionnaires que celles des écrivains, journalistes, femmes d’administrateurs — abordent les vrais problèmes.

21Considérant l’abondance et la diversité des interventions et discussions, il s’impose de regrouper et distinguer les thèmes essentiels abordés.

L’action médicale féminine en faveur des femmes et des enfants aux colonies

22Deux doctoresses, Mme Abadie « qui exerce depuis plus de vingt ans à Oran », puis Mademoiselle Butavand « qui vient de passer sa thèse sur le rôle des femmes médecins » font l’une et l’autre un historique passionnant sur l’action des femmes médecins en Algérie. Des médecins militaires y assurèrent vite leurs services dans des hôpitaux civils. À partir de 1894 furent créées des infirmeries indigènes. Dès 1905, fonctionnait une inspection médicale des écoles. Mais si le succès auprès des hommes était grand, les institutions ne touchaient pas les femmes « qui n’étaient pour ainsi dire pas soignées ». Conscient du problème, le doyen de l’école de médecine d’Alger, le docteur Potin, demandait en 1863 l’admission des jeunes filles à l’enseignement médical :

si nous donnions aux femmes indigènes des femmes instruites au point de vue médical, peut-être pourrions-nous améliorer le sort de la femme indigène.

23Les deux oratrices évoquent des pionnières, bien méconnues en 1931. Dorothée Chellier-Fumat fut la première doctoresse chargée de former des matrones indigènes dans les Aurès en 1895. La véritable initiatrice fut la doctoresse Françoise Legey. Elle parvint à convaincre le Gouverneur Général Jonnart de lui permettre une expérience, selon tous vouée à l’échec. En 1902, elle loua, de ses propres deniers deux chambres dans un quartier populaire d’Alger, entre l’asile de nuit et une maison close. Elle obtint de l’administration 2000 francs pour l’achat de médicaments et 30 francs par mois pour le paiement d’une femme de ménage indigène.

24Cette formation sanitaire se trouva vite trop étroite pour contenir femmes et enfants. 93 hôpitaux de ce genre fonctionnaient en Algérie dès le début du siècle. Médecin de l’Assistance publique en 1920, Mme Legey a étendu son action au Maroc. Avec le plein appui du pacha de Marrakech, El Glaoui, elle donne plus de 6 000 consultations par an, a ouvert des maternités indigènes, formé des matrones locales, obtenu la réglementation de l’exercice du métier d’accoucheuse. En 1931, tant de charges l’ont empêchée de présenter un rapport aux États Généraux. On doit dater de la doctoresse Legey l’implantation des services médicaux de protection maternelle et infantile en Afrique du Nord.

25On rappelle aussi, l’école Louise Millet à Tunis qui, depuis sa fondation en 1902, fonctionne comme établissement secondaire de jeunes filles et aussi école d’infirmières, la création en Algérie en 1925, des infirmières visiteuses et d’une école coloniale d’infirmières coloniales. La preuve et ainsi faite : pour ces femmes soumises à la réclusion, qui ne peuvent voir un médecin homme, il faut des doctoresses.

26Mme Letellier, infirmière, en 1931, président de la Croix Rouge à Saint-Louis du Sénégal, évoque le rôle combien difficile des auxiliaires des femmes médecins : infirmières, sages femmes, visiteuses ou assistantes coloniales, assistantes d’hygiène. Il faut affronter les pires conditions de vie et le mépris total des conseils sanitaires dans toute l’Afrique, le Français moyen qui trouve ridicule qu’on se donne « tant de mal pour des noirs et des bicots », les méthodes de médecine traditionnelle « qu’on ne doit pas heurter de front », les femmes particulièrement rebelles…

27Il importe de connaître la langue locale, de jouir d’une santé solide et d’être d’une parfaire moralité. Il faut que « les infirmières françaises soient impeccables, sinon il vaut mieux ne pas en avoir ». À entendre l’idéal proposé pour l’infirmière coloniale, on peut douter de trouver dans la réalité des femmes d’une telle compétence et d’un tel dévouement. Pourtant l’oratrice propose le modèle de mademoiselle Girard, visiteuse en Algérie qui, dépassant la médecine pour les femmes et les enfants, juge essentiellement l’action des infirmières dans la lutte contre les trois fléaux : paludisme, dysenterie amibienne, syphilis. Elle a mis fin avec une fermeté de mère de famille aux trafics sur la quinine à Boufarik (où 90 % des habitants sont impaludés) ; il faut en distribuer tous les jours, en faire prendre devant soi pour éviter les tromperies…

28Mme Letellier présente la benjamine des œuvres coloniales (créée en 1926), celle des étudiantes de Lille ou étudiantes coloniales, inspirée par l’exemple de Charles de Foucauld. Il s’agit d’un groupement féminin laïque en dépit du patronage proclamé, se consacrant à l’amélioration de vie des femmes musulmanes.

29Cette vie de dévouement pour soigner les indigènes implique l’aide aux médecins locaux, mais aussi des visites à domicile et des tournées sous le contrôle du médecin militaire. Il est donc obligatoire, lors des séjours en France de s’astreindre à des études poussées de médecine et d’arabe, d’où sans doute ce nom d’étudiante coloniale. Il est recommandé, en outre, d’avoir le brevet de conduite d’auto avant de quitter la France.

30Une autre association d’Assistance coloniale dont le siège est à Cœuvres (Aisne) se présente comme le double de la précédente. Avec une formation religieuse très stricte, il n’y a pas ici non plus de vœux monastique, mais des exigences de diplômes de soignantes.

31Après l’évocation de tant d’activités et de réussites, il n’est sans doute pas mauvais que des esprits pratiques se fassent entendre. Mme le docteur Darcanne-Mouroux, au nom de l’association des femmes médecins et mademoiselle Delagrange pour les infirmières, réclament avec précision, les améliorations financières indispensables.

32En dépit d’une augmentation de l’indemnité accordée en Algérie aux douze directrices des cliniques indigènes en 1926, les traitements féminins restent très inférieurs à ceux des auxiliaires médicaux indigènes. Une augmentation, réclamée en 1929, avait été accordée dans le budget de 1931. Elle n’était pas encore parvenue aux intéressées à la date des États Généraux. Ceci est d’autant plus nécessaire que dans les petites villes, la clientèle payante est presque nulle, les doctoresses étant dépréciées par rapport à leurs collègues masculins. Précédemment on avait déploré la situation des femmes, envoyées comme médecins de colonisation dans les régions les moins agréables, ou affectées dans des infirmeries sans personnel qualifié. Plus scandaleux encore est le sort de infirmières et visiteuses. Coloniales formées dans des écoles spécialisées de Vanves ou d’Afrique du Nord, où il en existe cinq, elles n’ont qu’un statut d’agent contractuel, avec un solde de 750 francs à 1 390 francs par mois, sans garantie de réemploi immédiat à la fin de leur engagement, sans retraite.

33L’œuvre médicale des missions religieuses, qui avaient la presque exclusivité des actions sociales aux colonies jusqu’à la guerre, était à peu près passée sous silence.

34Les sœurs blanches en Algérie sont citées brièvement parmi les œuvres catholiques se consacrant à la santé des indigènes. Sœur Marie André du Sacré Cœur, elle-même sœur blanche, évoque trop vite les visites à domicile, les soins donnés aux enfants…

35Ce docteur en droit ne révèle pas qu’elle dut passer son diplôme d’infirmière pour entrer dans la congrégation. Mlle Dogimont, des missions évangéliques de Paris, rend un hommage plus précis en lisant la citation à l’ordre de la légion d’honneur de Mlle Sapino, directrice depuis vingt ans de la léproserie de Manankavaly à Madagascar.

36Par ailleurs plusieurs intervenantes soulignent la parfaite entente entre œuvres d’Etat et œuvres privées. Mme Potel, représente la mission laïque et souhaite la collaboration avec les œuvres religieuses.

37Reconnaissons que tout travail de recherche sérieux sur la protection maternelle et infantile aurait intérêt à se reporter à de telles sources. Sans complaisances, les intervenantes dénoncent une situation alarmante : la mortalité infantile est partout élevée, selon Mlles Butavand et Dogimont, à 80 % dans certaines régions. Les plus convaincues des colonisatrices, reconnaissent que l’arrivée des blancs, « avant d’exercer son action bienfaisante » a pu parfois causer des ravages. La création de moyens de transport, en intensifiant les communications de région en région, multiplie les risques de contagion. En Afrique Occidentale, à Madagascar, à la Réunion, en Polynésie, les races sont menacées de destruction par l’alcoolisme. La boisson la plus redoutable est l’alcool importé, et quel alcool ! ajoute l’oratrice.

38Les méfaits de l’urbanisation, la propagation intensifiée des maladies vénériennes ne sont pas dissimulées. Il ne s’agit certes pas de remettre en cause la colonisation encore que des remarques inattendues en de tels lieu rappellent « les maux qu’elle (la colonisation) apporte : vieillards sans ressource, enfants abandonnés, jeunes femmes délaissées ».

39Mais ces dames abondent en solutions pratiques étonnamment modernes (multiplication des infirmeries ambulantes automobiles) ou simplement ingénieuses comme les corbeilles circulantes de Constantine : berceau en osier contenant une layette, utilisées et réutilisées par les femmes pour leurs nourrissons.

  • 6 Souligné notamment par Mesdames Querillac et Letellier. Mais on constate aussi de singuliers oubli (...)

40L’idée la plus constructive et novatrice n’est elle pas d’intéresser et d’intégrer les femmes indigènes à l’action médicale ? Un des moments forts de ces journées fut la venue à la tribune de mademoiselle Tevvkida Ben Cheikh, tunisienne, étudiante en médecine à Paris, qui réclame une plus large formation locale de soignantes. On évoque à plusieurs reprises le nombre en augmentation des infirmières et sages femmes indigènes6, Mme Letellier signale les comités de la Croix rouge où peu à peu les femmes des chefs indigènes viennent prendre place.

41Tout en dénonçant l’action nocive du guérisseur, féticheur ou griot, on ne condamne pas la thérapeutique locale. Certains de ces remèdes pourraient avoir quelque mérite.

42La démonstration a été largement faite aux États généraux que dans le domaine sanitaire de multiples améliorations ont été réalisées grâce à des initiatives féminines.

43Les vœux exprimés — l’assemblée ne peut formuler ses demandes que sous cette forme — occupent trois pages du compte rendu. On est parfois étonné de la précision et de la technicité des demandes. Les États généraux du Féminisme émettent le vœu :

44Que des femmes compétentes et expérimentées fassent partie des commissions organisées dans les Colonies pour le développement des Services Sociaux. Qu’elles soient également admises dans toutes les Commissions administratives où elles pourraient apporter utilement leurs qualités et leur expérience de femmes et de mères.

45D’accord avec la Fédération Française des Femmes Médecins :

  1. Que dans les colonies et les pays de protectorat ou sous mandats, les soins à assurer aux femmes et aux enfants indigènes soient confiés à des femmes médecins.
  2. Que les maternités soient multipliées et leur direction confiée à des femmes médecins,
  3. Qu’un enseignement médico-social féminin permette de former des infirmières indigènes compétentes, capables d’aider les médecins dans leurs consultations et de pénétrer dans les familles. Mais peut-être pour conserver un ton de bonne compagnie, ces dames sont restées en deçà des justes réclamations, si nettement articulées lors des interventions. Ainsi en est-il de la proposition de la fédération française des femmes médecins.
  4. Que pour assurer le bon recrutement des femmes médecins nécessaires leur traitement soit élevé à un niveau en rapport avec les services qu’elles sont appelées à rendre.

46Faut-il souligner le danger de cette approximation qui n’exige pas la parité avec les traitements masculins !

Condition économique et sociale de la femme dans l’empire colonial

47Quant à la condition féminine, à de rares exceptions près, on la décrit sous des aspects épouvantables. Certaines élargissent ce constat négatif à tous les colonisés « avant l’occupation française, les indigènes ont connu des jours affreux, l’altruisme des colonisateurs n’a pu venir à bout de tous les maux » ; mais nul ne conteste que la femme ait de loin la plus mauvaise part.

48Précédemment, lors du désastreux bilan de santé, on avait évoqué les mariages trop précoces, les rades travaux imposés à la mère jusqu’aux derniers jours de sa grossesse, la sous-alimentation pendant la parturition et l’allaitement.

49Ces dames ne reculent pas devant le misérabilisme. Dans les harems, « des millions d’êtres humains croupissent dans une misère morale et matérielle qu’il vous est impossible d’imaginer. J’ai nommé les femmes ».

50En Afrique du Nord et en Afrique Occidentale, « c’est le dernier degré de l’abaissement et de la misère » (sœur Marie André du Sacré Cœur).

51Parfois une anecdote vécue est plus convaincante que ces excès de langage. Ainsi, dit Mme Alquier, « j’ai vu à Sétif une vieille femme, marier son fils de 13 ans, élève au Lycée, à une fillette de 12 ans dans le but de se procurer une domestique ».

  • 7 Plusieurs sont à l’origine de fondations telle une Société d’éducation féminine à Hué, le Journal (...)

52Elles sont bien rares les allusions à des colonisées vivant une existence supportable Mme Marius Leblond, épouse de l’écrivain colonial célèbre, reconnaît pourtant à la femme betsiléo et surtout à la femme hova, à Madagascar, un statut privilégié et des droits plus étendus que ceux de la femme française « sa capacité juridique n’étant pas restreinte comme chez nous par l’obligation de l’autorisation maritale dans certains actes de la vie civile ». Seule mademoiselle Karpelès parle avec chaleur de « la nature généreuse et accueillante, de la politesse innée » des femmes d’Indochine. Ces compliments s’adressent aussi bien à des intellectuelles7 qu’aux deux cents femmes de l’intérieur « venues me souhaiter la bienvenue à Pnom-Penh, lors de mon retour de congé en 1927 » ou aux vieilles femmes chargées par le clergé bouddhique de venir lui tenir compagnie « afin que je ne me sente pas trop isolée au milieu d’une assemblée de religieux ». Son intervention n’efface pas la vision apitoyée qui partout prédomine.

53Comme le dit une intervenante,

je suis certaine qu’en s’enquérant des conditions morales et sociales dans lesquelles vivent les femmes indigènes, le Conseil National des Femmes, n’a pas obéi à un stérile sentiment de curiosité, mais cherchera à améliorer ces conditions d’existence…

54Pour cela il faut signaler les abus les plus scandaleux, chercher les responsabilités, trouver les remèdes. Ainsi par deux fois on signale des femmes affectées au portage ou à la corvée : « on en voit, leur bébé dans le dos, employées au travaux pénibles des routes ».

55Les conditions de travail des femmes éternelles exploitées et le nombre de femmes déjà engagées dans le secteur industriel — ou au moins artisanal — dans tout l’empire, sont parmi les révélations les plus intéressantes. Savait-on qu’à Madagascar sur quinze mille ouvriers travaillant à l’extraction du mica, il y avait sept mille ouvrières ?

56Des fillettes, parfois de cinq ou six ans, sont toute la main d’œuvre des manufactures de tapis en Afrique du Nord.

57L’Indochine dans sa diversité, offre le plus de perspectives dans l’artisanat et les usines, à la condition qu’on aménage les méthodes et les temps de travail. Il serait absurde d’imposer ici le travail de jour, et de fermer l’usine aux heures fraîches. Il faut consentir, puisque les femmes, ont conservé à l’usine leurs habitudes familiales que pour une ouvrière reconnue officiellement, quatre ou cinq travaillent en réalité.

  • 8 Des directrices d’écoles de tapis regrettent que dans leurs établissements, les parties difficiles (...)

58Au cours des discussions surtout se précisent les propositions constrictives. Ainsi pour la fabrication des tapis il faudrait certes multiplier les écoles professionnelles mais aussi les surveiller de près8, ainsi que les associations, telle à Alger l’Association algérienne d’assistance aux femmes par le travail. Pour que la confection des tapis rapporte réellement aux ouvriers, on demande des comptoirs de vente éliminant les intermédiaires, « exploiteurs éhontés ».

59Plus violemment encore, Mlle Bouvier accuse et ses paroles concernent l’ensemble des travailleurs : « Nous violons les traités de paix en conservant la journée de 10 heures en Indochine ». N’est-ce pas d’une hardiesse extraordinaire dans un tel lieu tout entier voué à la célébration de l’empire, et en présence d’une déléguée de la SDN qui peut très bien rapporter ces propos au Bureau International du Travail ? Elle s’inquiète tout autant pour le travail à domicile, travail des femmes par excellence.

60Au cours des discussions, s’élabore une véritable stratégie pour la défense des travailleuses. Il existe partout une inspection du travail. On demande donc la réorganisation de ce service. Après avoir envisagé des femmes compétentes adjointes aux inspecteurs du travail, une proposition de mademoiselle Karpelès emporte l’adhésion unanime.

61Pour toutes les questions qui concernent les femmes, ce sont des hommes qu’on nous envoie. Qu’on nomme donc des inspectrices du travail pour les colonies, à l’instar des inspectrices, qui viennent d’être désignées en France pour les enfants assistés.

62Un vœu solidement argumenté va être formulé en ce sens.

63Que dans l’organisation de l’inspection du travail aux colonies soient nommées des inspectrices du travail susceptibles de pénétrer plus facilement dans les intérieurs indigènes, et de protéger efficacement le travail féminin.

64Dans un rapport, selon la présidente de séance « mesuré, prudent mais l’expression de la vérité », Mme Alquier, qui dirige les fouilles de Zana, près de Constantine, fait un exposé fort documenté sur la condition de la femme en Algérie. Elle distingue les berbères, notamment de Kabylie, régies par le droit coutumier dévoyé appliqué dans les deux situations et regrette ouvertement l’article V de l’accord du 5 juillet 1830 conclu entre le Dey et le Général du Bourmont : l’exercice de la religion mahométane restera libre.

  • 9 Qui sont le véritable engagement selon la coutume.
  • 10 Entre autres l’abandon du domicile conjugal depuis trois ans, les sévices graves…

65Selon elle, les lois du 2 mai 1930 et du 24 mai 1931 s’appliquant à la femme kabyle vont créer une amélioration notable, au moins localement. Désormais l’âge du mariage est fixé à 15 ans révolus, les fiançailles9 doivent être déclarées à l’administrateur, la femme a droit de demander le divorce dans un certain nombre de cas10. Des sanctions pénales sont prévues pour les infractions à cette législation. Bref, l’adoption de ces lois « facilitera dans un temps plus ou moins éloigné l’application pure et simple du Code Civil en Kabylie. »

66Mme Alquier, après avoir rendu hommage à la commission Morand à l’origine de ces innovations juridiques souhaite que le bénéfice des décisions en faveur des femmes kabyles soient étendues à l’ensemble des femmes musulmanes d’Afrique du Nord.

67Mais, bien sûr, le vrai remède à la condition partout inférieure de la femme c’est l’éducation des filles. Curieusement, le seul rapport tout entier consacré à l’instruction de l’enfant indigène, celui de Mme Georges Hardy, épouse du directeur de l’école coloniale, fait à ce propos un constat purement négatif. Non pas que son historique de la question et les problèmes posés sur ce plan en 1930 témoignent du désintérêt du colonisateur à ce sujet, bien au contraire, mais on constate qu’on s’est soucié jusqu’alors uniquement des garçons.

68Elle convient sans ambages que « l’enseignement des filles n’a pas marché de pair avec celui des garçons ». Le regrette-t-elle ? Ceci n’apparaît guère : « Les fillettes noires rendent de tels services à la maison, que les mamans hésitent à s’en séparer ». En Afrique du Nord, les musulmans redoutent tellement l’émancipation de la femme qu’ils ne sont guère disposés à nous confier leurs filles. Pour une éducation des filles, Mme Hardy fait confiance à l’argument traditionnel, (qui a déjà beaucoup servi) : « les jeunes indigènes que nous avons éduqués aspirent à trouver des compagnes dignes d’eux. »

69L’intérêt d’une intervention, qui néglige ouvertement ce qui devrait être ici sa préoccupation essentielle, réside surtout dans la discussion passionnée qu’elle suscite. À une intervenante se plaignant que dans les établissements scolaires coloniaux de jeunes français de sept ou huit ans aient pour condisciples des enfants de 15 à 16 ans dont quelque uns sont mariés, plusieurs de ces dames font des réponses assez vives.

70Marthe Oulié signale combien les divisions dans la même classe des français et des indigènes choquent les tunisiens en particulier et dans des milieux très influents. D’autres vont dire combien les mélanges dans les classes aux lycées Albert Sarrault d’Hanoï, ou Chasseloup Laubat à Saïgon se sont révélés bénéfiques.

71A Mme Hardy se demandant « est-il tellement bon que nous fassions beaucoup de bacheliers et de licenciés en droit ? » Mlle Delagrange réplique vertement : « je demande pourquoi à intelligence égale et à capacités égales, l’indigène n’a pas le droit d’avoir des diplômes ? »

72C’est peut-être pour couper court à ces échanges, que Mme Pichon Landry propose ce vœu :

Considérant que dans la plupart des villages coloniaux il n’existe aucune école pour les filles, les États Généraux demandent que l’enseignement des fillettes soit développé dans les mêmes conditions que celui des garçons.

73Car à peu près toutes les interventions précédentes, ont insisté sur l’importance de l’école pour les filles. Tout le monde est d’accord pour réclamer un enseignement ménager et même la création d’un diplôme d’enseignement ménager. Il a été question bien souvent aussi de l’apprentissage d’un métier.

  • 11 Au Maroc, 27 écoles de filles avec 5 000 élèves, deux écoles de l’Alliance en Tunisie, 5 en Syrie (...)

74Ces perspectives trop modestes sont vite d’ailleurs dépassées, peut-être grâce à la vigoureuse intervention de Mademoiselle Van Aeghen, déléguée des femmes hollandaises, signalant à Java des jeunes filles faisant des études qui leur assurent des fonctions dans l’administration. Mme Zadoc Kahn, des missions hébraïques, rappelle les écoles de l’Alliance Israélite Universelle, qui, depuis 1860, par les instituteurs et institutrices formés en quatre ans à l’école normale israélite de Versailles, éduquent mais aussi répandent l’influence française en Afrique du Nord et en Orient11.

75Mme Potel, des missions laïques annonce le prochain renouveau des écoles Jules Ferry.

76En définitive, Sœur Marie André du Sacré-Cœur présente le programme le plus cohérent. L’enseignement doit être ménager d’abord, professionnel ensuite « et l’apprentissage payé est l’appât qui décide le père à nous envoyer la fillette ». Les écoles servent à ces deux fins, et à, partir de cet enseignement limité, s’épanouit peu à peu un développement moral et intellectuel qui permet aux meilleures de poursuivre des études, d’infirmière par exemple. Elle a de plus le mérite de donner un exemple de ce type d’enseignement. Dans l’enceinte même de l’exposition fonctionne une de ces écoles avec quinze petites élèves Mossi qui s’initient au tissage.

77Complétant ces directives peut être trop théoriques, interviennent de précieuses suggestions :

78Que dans les écoles de filles indigènes, les leçons élémentaires de droit musulman soient incorporées dans le programme d’études, « car l’ignorance des femmes en cette matière est une des causes de leur asservissement. »

79Comme pour l’étude médicale, ces dames font preuve d’un remarquable modernisme : demandant par exemple que soit élargie l’initiative de la direction de l’instruction publique au Maroc qui envoie des cours par TSF dans les écoles franco-berbères du sud marocain. Mesdames Dreyfus Barney et Germaine Dulac, présidente de la section du cinéma au conseil national des femmes françaises demandent une surveillance vigilante des films, envoyés aux colonies, des femmes qualifiées dans les commissions de censure, de courts films instructifs à faire figurer dans les programmes de toute représentation.

  • 12 L’expression, prononcée par Mademoiselle Karpelès, rappelle le titre du livre célèbre d’Auguste Pa (...)

80Comment ne pas souscrire à tant d’idées généreuses, souvent nouvelles, présentées avec mesure, respectant les habitudes locales. N’est ce pas une belle voie tracée pour aller « à la conquête des cœurs12 ».

L’enfant métis

81Mme Maspero rapporte au sujet de ce problème primordial. « On n’a guère songé qu’il touche à tout l’avenir de nos colonies, peut être même de notre civilisation. » Elle évoque les aspects multiples du métissage, en excluant prudemment les vieilles colonies, Antilles, Réunion, surtout parce que le mélange des races est ancien et réalisé dans des conditions sociales particulières.

82Pour l’empire colonial en général, elle distingue l’union françaises-indigènes en Afrique du Nord et français-indigènes partout ailleurs. Dans les deux cas le constat est largement négatif. La note la plus optimiste est donnée par le Maroc où l’enfant n’étant l’enfant de personne devient l’enfant de tous. La plus sinistre vient de Guinée où ils sont repoussés des blancs parce que noirs et des noirs parce que blancs.

83Entre ces deux extrêmes il y a place pour une infinité de cas particuliers. En Polynésie, la situation des métis est la même que celle des français, le métissage n’entraîne aucune conséquence fâcheuse. Mais en Nouvelle Calédonie, à Madagascar, « heureux si ils sont les premiers des noirs, malheureux s’ils sont les derniers des blancs ». En Afrique du Nord, il peut y avoir des réussites si la mère française parvient à exercer son influence en milieu arabe. Dans ce cas, les métis seront des petits français, le fez en plus, et cela même si la mère oublie de réclamer pour son enfant la citoyenneté française qu’une législation favorable lui permet d’obtenir. Mme Maspero donne un exemple en Tunisie de belles familles franco-arabes.

84Mais ce sont là des exceptions. La française en général d’humble origine, va connaître le plus souvent un long martyre, dominée et comme écrasée par la famille de son mari, elle ne sera pas capable d’assurer l’éducation de ses garçons. Mal vus des deux communautés, ceux-ci seront traités de bicots par les français, de m’tourni par les arabes. Quant aux filles, elles auront de la peine à se marier et bien des risques de mal tourner.

85En Afrique Noire, la condamnation du métissage est complète avec la généralisation du principe « la mère incapable d’élever son enfant ». Les filles surtout vont faire, le plus souvent l’objet d’un trafic éhonté, leur famille maternelle les destinant soit à la prostitution, soit à un mari polygame, « ce qui n’est guère plus sain et souhaitable. »

86Dans une conjoncture aussi défavorable, il faut rendre hommage aux initiatives charitables qui proposent des remèdes.

  • 13 Épouse du député du Sénégal Blaise Diagne, ami de Clémenceau.

87Au Sénégal, l’œuvre de la Croix Rouge, fondée par l’association des Dames Françaises, sous la présidence d’honneur de Mme Diagne13.

88Au Gabon, les pensionnats des missions catholiques et l’expérience de Monseigneur Guichard de villages où sont installés des ménages métis.

89Mais le constat est accablant de la faiblesse physique du métis africain, de sa moindre résistance aux maladies (paludisme, syphilis) qui nécessite de la part des œuvres qui les prennent en charge des mesures médicales préventives : port du casque, alimentation plus riche…

  • 14 Aussi depuis 1916 tout métis sur sa demande peut-être incorporé à un régiment français en Indochin (...)

90La situation est incontestablement meilleure en Indochine. Mme Maspero cite parmi ses amis « d’excellentes mères de famille ». Les enfants sont en général vigoureux et pleins de vie. Les métis ont fait leurs preuves pendant la guerre où affluèrent à la Légion étrangère de soi-disant siamois ou manillois qui n’étaient autres que des fils de français d’Indochine14. Mais en dépit de réussites individuelles indéniables, se posent des problèmes : les garçons devenus ferments de révolution, les filles dévoyées vers la galanterie.

91Ici aussi se révèle l’utilité des œuvres religieuses et des établissements publics (société d’assistance aux enfants abandonnés de Hanoi, société protectrice de l’enfance abandonné de Saïgon…) se consacrant à la protection de l’enfance. L’oratrice attire tout particulièrement l’attention sur le foyer de la jeune fille de Saïgon, fondé en 1924, confié à une femme de cœur, Mme Giatte « un asile où l’honnêteté est la loi, où la jeune fille se respecte et est respectée. »

92Au delà du rapport lui-même, la discussion s’engage avec des propositions inattendues et bien des hardiesse de langage. Mlle Van Aeghen signale qu’il n’existe pas de métis dans son pays : en Hollande, ce sont des hollandais, dans des colonies des indo-européens. « Nous ne savons pas ce que nous aurions pu faire sans cette classe intermédiaire. »

93À M. Seymour de Ricci condamnant « l’égoïsme masculin à l’origine des métis », Mlle Karpelès réplique qu’en prenant une femme indigène des français ont pu apprendre à connaître la vraie mentalité indigène. Allant plus loin en dépit des interruptions diverses, elle déplore qu’aujourd’hui « l’homme ne soit plus en contact aussi direct avec le cœur de la population ». Et ce non conformisme est encouragé par la présidente de séance — c’est la marquise de Moustier : « Continuez, vous êtes une demoiselle, vous parlez comme une dame, c’est très bien. »

94Mme Maspero, n’avait-elle pas largement convaincu son auditoire lorsqu’en concluant sur le foyer de la jeune fille de Saigon réservé aux métisses, elle s’écrie, « entre leurs mains frêles, ces enfants tiennent peut-être le sort de nos colonies. »

Là bas, nous n’avons pas assez de mères de famille ; elles seraient bien placées pour remplir ce rôle : mariées à des indigènes, elles peuvent créer des foyers imprégnées de notre civilisation ; à des français, elles accepteront de vivre dans des coins de brousse où les jeunes femmes de la métropole redouteraient de suivre le mari ; à des métis comme elles, c’est la fondation d’une bourgeoisie attachée à la fois au pays natal et à la France d’Europe.

95On pourrait s’étonner après tant de passion et de professions de foi généreuses de la mesure et même de la platitude des vœux exprimés.

96Que les enfants métis illégitimes, reconnus ou non, aient les mêmes droits que les enfants d’européens, les mêmes facilités qu’eux de s’instruire et d’accéder à tous les postes et fonctions.

97Que soient développées les œuvres de protection de la jeune fille qui ont déjà rendu de si grands services les colonies.

Le suffrage féminin

98À-t-on oublié au cours de ces interventions et de ces débats, le but avoué aussi des États généraux « apporter des arguments irréfutables pour la campagne que nous menons en faveur du suffrage féminin ? »

99Au moment de leur clôture seulement, Mme Avril de Sainte Croix va poser la question, restée jusqu’à ces deux jours sans réponse. Rappelant l’épisode de la mère Javouhey, réclamée en vain comme député par les esclaves libérés de Guyane en 1848, il lui est facile de récapituler les bienfaits apportés par l’action féminine aux colonies quelles que soient les opinions politiques et religieuses. « Le même dévouement se retrouve partout ». Comment croire, après ces deux journées, que « les femmes ne seront pas capables l’heure venue de désigner parmi elles les plus compétentes et dévouées au bien commun ».

100Suit le vœu déjà émis deux fois lors des deux précédentes sessions des États généraux, en faveur du vote des femmes :

Considérant le rôle primordial joué par la femme française aux colonies au point de vue social et économique.
Considérant la nécessité pour les femmes françaises en rapport avec les indigènes de posséder la plénitude de leurs droits civils et politiques.
Considérant que la France a le plus intérêt à augmenter le prestige de ses nationaux.
Les États généraux du féminisme, rappelant que le Nouvelle Calédonie vient précisément d’émettre un vœu réclamant le droit de vote pour les Françaises habitant la colonie.
Renouvellent leurs vœux antérieurs et réclament a nouveau avec insistance l’obtention immédiate du droit de vote pour toutes les femmes françaises, dans les mêmes conditions que les hommes.

101Sans doute on peut admirer la formulation à la fois mesurée et adroite — l’allusion au droit de vote des françaises habitant la colonie réclamée par la Nouvelle Calédonie. Mais ce vœu, qui ne sera d’ailleurs pas repris dans les résolutions finales, ne se fait il pas entendre bien tard ?

102Pourtant combien de réactions et d’interpellations sur ce sujet au cours des débats ! À M. Mossé, de la ligue pour l’instruction des illettrés qui réclame pour les colonies l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, la marquise de Moustier réplique avec humeur :

il paraît bien extraordinaire à des femmes sans droit de vote, ni aucune espèce d’influence, que l’instruction en France étant obligatoire, il y ait toujours des illettrés ?

103Mme Abadie intervient plus crûment :

donnez-nous des crédits et nous auront des écoles. Et quand les femmes voteront, les crédits qui vont ailleurs iront aux écoles…

104Mais que d’occasions perdues au cours des débats en dépit des encouragements prodigués ! Mme Corbet Ashby, présidente de l’Union pour le suffrage, ne trouve guère d’écho. De même Mme Pleminkova, représentante des femmes tchèques et sénatrice ne peut que souhaiter dans les plus brefs délais le droit de vote pour les françaises.

105Mme Alquier, à propos de droit de vote réclamé pour les musulmans d’Algérie s’exclame :

Nous ne pouvons pas donner le droit de vote à des gens qui violent les petites filles ! On attendrait l’enchaînement logique qui ne suit pas, l’urgence d’accorder le droit de vote aux françaises.

106Le docteur Darcanne-Mouroux présidente de l’association des femmes médecins, engage ses consœurs exerçant aux colonies à adhérer à l’association, car « isolées, elles sont sans influence politique ». Cette influence ne s’affirmerait elle pas si leurs voix comptaient lors des élections ?

  • 15 Les femmes turques obtiennent le droit de vote en 1934.

107Ces dames ont eu au moins une approbation masculine inattendue de la part d’un turc, M. Santo Semo, interprète du congrès, qui indique combien son pays a eu à se louer de l’émancipation des femmes15.

108Tout en reconnaissant la générosité, la largeur de vue, le désir de progrès des États généraux, il n’est que trop facile d’émettre des réserves et peut être de dresser un bilan négatif.

109Ces dames, directement impliquées dans la colonisation, ont voulu chanter leur partie dans l’hymne à l’Empire si vigoureusement lancé à l’Exposition. Elles ont certainement magnifié l’action féminine et mal appréciée, la situation des femmes colonisées, se référant toujours, comme les administrateurs hommes, à des modèles européens. Elles menaient leur propre combat pour le suffrage, sans envisager jamais le droit de vote pour les indigènes, hommes ou femmes.

110Certaines interventions laissent une impression de malaise. Mme Burls, représentante des femmes belges

pour arracher le plus grand nombre de femmes à l’inaction (?) envisage une éducation ménagère qui permettra de remplacer les boys de maison par des femmes pour rendre des bras à la main d’œuvre.

111La même intervenante, évoque en Afrique équatoriale et occidentale les travaux ménagers simplifiés à l’extrême, la cuisine réduite au minimum. À-t-elle jamais vu l’interminable préparation du manioc ou le pilage du mil ?

112Même si on ne voit là que des dissonances exceptionnelles dans un concert somme toute harmonieux, il faut bien reconnaître que ces deux journées si réussies n’ont servi en définitive ni la cause des femmes, ni la colonisation. Le droit de vote de reports en rejets, jusqu’à la guerre, ne va être concédé qu’en 1944, de par la volonté du général de Gaule, par ailleurs résolument misogyne.

113Les États généraux n’ont pas davantage contribué à la promotion féminine dans les colonies, tant des colonisatrices que des colonisées. Jamais les décisions administratives dans l’Empire ou même l’Union française ne s’inspirèrent ou ne prirent en compte des vœux si justifiés et bien argumentés.

  • 16 In Revue française des Affaires sociales. Numéro spécial n° 3, 6 juillet-septembre 1982. Ministère (...)

114Tout aussi oubliées sont aujourd’hui les pionnières, notamment les femmes médecins qui ont mis en place au moins en Afrique du Nord les services de protection maternelle et infantile. Dans un colloque sur la femme médecin (Paris 4 et 5 décembre 1981), un historique fort documenté des civilisations primitives au XXe siècle, sur les doctoresses figures du passé ne cite pas une seule femme médecin aux colonies16.

  • 17 Maître Léon Fabre, avocat honoraire, ancien bâtonnier de l’ordre des avocats à Carpentras.

115Pouvait-il en être autrement alors que toute une législation officielle, traitant de tels problèmes restait lettre morte. Un magistrat diplômé de Législation algérienne, droit musulman et coutume kabyle, juge d’instruction de 1933 à 1939 en Algérie notamment à Fort National en Kabylie17, disait n’avoir jamais eu à connaître d’infractions aux lois de 1930 et 1931, si ardemment célébrées par Mme Alquier, car ni juge, ni justiciable ne les connaissaient ou ne jugeaient bon de s’en prévaloir.

116M. Vivier de Streel, Directeur Général des Congrès, avait beau jeu de prédire « je crains qu’il en soit de ce congrès comme de tant d’autres. On s’enthousiasme, on parle, on discute, on s’en va et il n’en reste rien. »

117L’oubli total de nos jours de cette troisième et dernière session des États généraux du féminisme, si étonnant après ces deux journées triomphales, témoigne-t-il en définitive de l’échec du féminisme ou de celui de la colonisation. Après tout qui se souvient aujourd’hui de la fastueuse exposition coloniale de 1931 ?

Notes

1 Exposition coloniale internationale de Paris 1931, Rapport général présenté par le Gouverneur Général Olivier, rapporteur général, délégué général à l’exposition, Paris, Imprimerie Nationale, 1932, 396 p. Le Livre d’or de l’Exposition coloniale Internationale de Paris, publié sous le patronage officiel du Commissariat général de l’Exposition, par la Fédération française des anciens coloniaux — Paris 1931. Goutalier Régine, « 30 et 31 juillet 1931, Des journées féministes à l’Exposition coloniale » Revue d’histoire moderne et contemporaine 1989, p. 266.

2 Sarraut Albert, Grandeur et servitude coloniales, Paris, Éditions du Sagittaire 1931, 288 p.

3 Fischer F. L’installation des alsaciens-lorrains en Oranie après 1871, Mémoire de maîtrise, Université de Provence, juin 1986.

4 Qui va être — toujours sans le droit de vote — sous-secrétaire d’État dans le Ministère Léon Blum en 1936.

5 Déclaration du Conseil National des Femmes françaises du 25 août 1914.

6 Souligné notamment par Mesdames Querillac et Letellier. Mais on constate aussi de singuliers oublis, notamment de l’école de sages femmes de Dakar qui fonctionne à la satisfaction générale en 1931 depuis sa création en 1919.

7 Plusieurs sont à l’origine de fondations telle une Société d’éducation féminine à Hué, le Journal des Femmes en Cochinchine, une école de filles à Pnom Penh. Mademoiselle Karpelès indique aussi le nombre appréciable d’institutrices en Indochine.

8 Des directrices d’écoles de tapis regrettent que dans leurs établissements, les parties difficiles des pièces d’art soient exécutées par des maîtresses sans se préoccuper d’apprendre réellement aux jeunes filles un métier.

9 Qui sont le véritable engagement selon la coutume.

10 Entre autres l’abandon du domicile conjugal depuis trois ans, les sévices graves…

11 Au Maroc, 27 écoles de filles avec 5 000 élèves, deux écoles de l’Alliance en Tunisie, 5 en Syrie avec 1 500 élèves sans compter les établissements soutenus par des œuvres israélites.

12 L’expression, prononcée par Mademoiselle Karpelès, rappelle le titre du livre célèbre d’Auguste Pavie, colonisateur pacifique du Laos en 1890.

13 Épouse du député du Sénégal Blaise Diagne, ami de Clémenceau.

14 Aussi depuis 1916 tout métis sur sa demande peut-être incorporé à un régiment français en Indochine.

15 Les femmes turques obtiennent le droit de vote en 1934.

16 In Revue française des Affaires sociales. Numéro spécial n° 3, 6 juillet-septembre 1982. Ministère de la Solidarité nationale. Ministère du Travail, Ministère de la Santé. De même Clapier Valadon S. dans Les Médecins d’Outre-Mer, thèse présentée devant l’Université de Nice en 1977, dans un historique fort documenté de l’action médicale coloniale, n’évoque pas une seule doctoresse.

17 Maître Léon Fabre, avocat honoraire, ancien bâtonnier de l’ordre des avocats à Carpentras.

Auteur

Maître de conférences honoraire d’histoire contemporaine, Université de Provence, GRFM

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540