Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Le temps de l'émancipation

Femmes et associations

Le Conseil national des femmes françaises sous la IIIe République

Anne Cova

Texte intégral

  • 1 Une première version de ce papier a été présentée sous le titre « Le Conseil national des femmes f (...)

1Fondé à Paris, le 18 avril 1901, quelques mois avant la promulgation de la loi sur les associations du 1er le dessein du Conseil juillet 1901, national des femmes françaises (CNFF) est ambitieux : celui de fédérer les associations féminines et féministes françaises. Vaste programme au sein duquel sont réclamés des droits pour les femmes afin notamment qu’elles remplissent leurs devoirs. À travers plusieurs sections (assistance et hygiène ; éducation ; législation ; travail ; suffrage ; section contre la traite des femmes et pour l’unité de la morale ; sciences, arts et lettres) le CNFF adopte une stratégie modérée qui lui permet de gagner divers soutiens, en particulier parmi les hommes politiques. Fort du support de ces derniers, il cherche à influer sur la législation. Utilisant tous les moyens de propagande à sa portée (congrès, conférences, presse, tracts, brochures, pétitions, etc.) le CNFF affiche une progression importante et atteint en 1910 près de 75 000 membres grâce également au dynamisme des sections de province1.

  • 2 Bard Christine, Les Filles de Marianne, Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard, 1995 ; C (...)
  • 3 Knibiehler Yvonne, La Révolution maternelle depuis 1945 : Femmes, maternité, citoyenneté, Paris, P (...)

2L’importance du CNFF dans l’histoire du féminisme français est fondamentale et a été soulignée par plusieurs travaux universitaires2. Un axe de recherche particulièrement fructueux, mentionné par Yvonne Knibiehler, est celui de l’influence politique de ce dernier3. En effet, les liens tissés entre le CNFF et le monde politique montre son pragmatisme. Ce qui suit se propose à peine d’exposer les principales revendications du Conseil, depuis sa création jusqu’au déclenchement de la seconde guerre mondiale. Se voulant une contribution à l’associativisme féministe, cette première approche s’intègre dans une recherche en cours, plus vaste, fondée sur l’analyse des archives privées du CNFF qui sont d’une grande richesse (correspondance, presse, assemblées générales, procès-verbaux, manuscrits, etc.).

  • 4 Cova Anne, Au service de l’Église, de la Patrie et de la famille : Femmes catholiques et maternité (...)

3Pendant la période de la IIIe république, plusieurs temps forts sont à distinguer au regard du CNFF : de sa fondation au déclenchement de la première guerre mondiale, le Conseil a un large éventail de revendications. Puis ces dernières sont mises en veilleuse pendant la Grande Guerre, durant laquelle le mot d’ordre devient servir l’Union sacrée et l’accent se porte sur les devoirs des femmes. Pendant l’entre-deux-guerres, le CNFF organise les états généraux du féminisme qui illustrent l’hégémonie réformiste. Dans le même ordre d’idées, la présidente du CNFF propose à des groupes de femmes catholiques d’adhérer au Conseil, c’est pourquoi il convient d’étudier les liens entre ce dernier et les associations de femmes catholiques4. L’accent mis sur le social ne doit cependant pas cacher l’objectif de ces états généraux à savoir l’obtention du droit de vote pour les femmes. Pourtant, à la veille du déclenchement de la seconde guerre mondiale, les Françaises ne sont toujours pas citoyennes à part entière.

Un féminisme réformiste, 1901-1914

  • 5 Archives privées de Mariel Brunhes-Delamarre, lettre d’Adèle Moreau du 20 août 1900 à Henriette Br (...)

4Au début du XXe siècle, trois congrès internationaux de femmes se déroulent à Paris en 1900, à l’occasion de l’exposition universelle. Deux de ces congrès sont féministes : le congrès des Œuvres et institutions féminines et celui de la Condition et des droits des femmes. Ces congrès expriment clairement le souhait de créer le CNFF. La précédente exposition universelle de 1889 avait elle aussi donné lieu à deux congrès féministes, mais ce qui est nouveau, en 1900, c’est la reconnaissance officielle qu’obtiennent ces deux congrès. Le congrès catholique des œuvres de dames, lui, n’a pas ce privilège. À l’occasion de ces congrès, la présidente du Conseil international des femmes (CIF), l’américaine May Wright Sewall se rend à Paris pour demander aux françaises de fonder un conseil national et elle s’adresse donc aux trois congrès féminins mentionnés ci-dessus et deux répondent à son appel. Initialement, trois déléguées de chacun des trois congrès de 1900 devaient être nommées dans le comité d’initiative chargé de constituer le CNFF. Pour le congrès des Œuvres et institutions féminines sont choisies Adrienne Avril de Sainte-Croix, Sarah Monod et Julie Siegfried et pour celui de la Condition et des droits des femmes : Marie Bonnevial, Maria Pognon et Mme Wiggishoff. Mais aucune représentante du congrès catholique des œuvres de dames ne fait partie du comité d’initiative qui se constitue sous la direction d’Isabelle Bogelot. Cet épisode est révélateur des dissensions qui existent entre féministes et femmes catholiques. On peut d’ailleurs s’interroger, en ce début du XXe siècle, sur les chances de réussite d’une telle alliance entre les femmes catholiques et les groupements féministes. L’affaire Dreyfus ayant déjà provoqué des ruptures. Au sein de chaque groupe de femmes existent des tensions, et entre les diverses associations les oppositions sont quelquefois insurmontables. Se dressent des obstacles comme la question du divorce, acquis en 1884, à la satisfaction des féministes, alors que les femmes catholiques clament l’indissolubilité du mariage. De plus, le CIF est une organisation étrangère et l’opposition des femmes catholiques à tout cosmopolitisme est forte. Le CIF est aussi majoritairement protestant et à la tête du CNFF se trouvent trois protestantes : Isabelle Bogelot est présidente d’honneur ; Sarah Monod est présidente ; Julie Siegfried est vice-présidente, ce qui ne plaît guère aux femmes catholiques qui le désignent comme une « grosse machine protestante »5. Un antisémitisme plus ou moins virulent de la part de certains groupes de femmes catholiques empêcherait une éventuelle alliance avec des femmes juives, dont le nombre est important au sein de la direction du CNFF. La revendication fondamentale de l’égalité entre les femmes et les hommes, essentielle pour les féministes, diffère chez les femmes catholiques qui lui préfèrent souvent la notion de complémentarité des sexes. Le mari est pour ces dernières le chef incontesté de la famille, cellule de base. Avec la création du CNFF, la rupture entre le mouvement féministe et les femmes catholiques semble consommée.

  • 6 « Le Conseil national des femmes françaises », Le Journal des femmes, mai 1901, n° 110 ; Martin Ma (...)
  • 7 Deflou Jeanne, « Conseil national et international », Le Journal des femmes, novembre 1900, n° 104

5Le 18 avril 1901, le comité d’initiative se réunit en une assemblée constitutive et le CNFF est fondé à Paris. Il parvient à fédérer la majorité des groupes féministes français et des œuvres féminines, plus d’une trentaine, et atteint, dès sa création, 28 000 membres. Chaque groupe conserve son autonomie et sa méthode d’action. Le but du CNFF est « l’amélioration du sort de la femme au point de vue éducatif, économique, social, philanthropique ou politique » et il se fixe pour objectif de réunir tous les groupes « s’occupant du sort de la femme et de l’enfant », afin de susciter un « lien de solidarité » entre les diverses associations6. Les sociétés philanthropiques sont également les bienvenues au sein du Conseil7.

6Dès sa création, le CNFF s’affilie donc au CIF dont l’objectif est

  • 8 Archives privées du CNFF, « Notice sur le Conseil international des femmes fondé à Washington (Éta (...)

d’établir une communication constante entre les associations de femmes de tous les pays et de leur fournir des occasions de se rencontrer et de délibérer sur les questions relatives au bien public et à la sécurité de la famille8.

  • 9 Women in a Changing World. The Dynamic Story of the International Council of Women since 1888, Lon (...)

7Pour ce faire, le CIF organise des assemblées quinquennales qui ont lieu dans des villes et pays différents : Washington (1893), Londres (1899), Berlin (1904), Toronto (1909) et Rome (1914). Depuis la formation du CIF en 1888, la France n’ayant pas de conseil national n’était représentée que par une déléguée officielle, Isabelle Bogelot, que le bureau du CIF avait nommée trésorière puis vice-présidente d’honneur. La France est d’ailleurs en retard par rapport à certains de ses voisins pour la fondation d’un conseil affilié au CIF : l’Allemagne y a adhéré depuis 1897, l’Angleterre et la Suède en 1898, le Danemark et la Hollande en 1899, l’Italie en 19009. Les relations entre le CIF et le CNFF ne sont pas aisées, ce dernier se plaint souvent de la lenteur des travaux du Conseil international et du fait que les vœux du Conseil français ne soient pas toujours entendus.

8Il est difficile de résumer les revendications du CNFF qui portent sur un ensemble considérable de thèmes qui évoluent ou demeurent des constantes au fil des années. Ainsi, parmi les constantes figurent, pêle-mêle, le combat contre la prostitution, la pornographie et la dépopulation, considérées comme de véritables fléaux sociaux. La question de la morale est également fondamentale pour le CNFF, à tel point qu’une section lui est en partie consacrée : la Section contre la traite des femmes et pour l’unité de la morale.

9Une analyse rapide du travail réalisé par les différentes sections montre que celles d’assistance (dirigée par Eugénie Weill) et d’hygiène (sous la direction de Gabrielle Alphen-Salvador) se concentrent sur la lutte contre la tuberculose et l’alcoolisme, ce dernier étant considéré comme un péril national ; sur la question des crèches ; sur l’amélioration du logement ouvrier. La section Éducation, présidée à sa fondation et jusqu’en 1904 par Gabrielle Alphen Salvador puis par Pauline Kergomard, inspectrice générale des écoles maternelles, se préoccupe de questions aussi diverses que les équivalences de diplômes féminins ; l’assimilation des salaires féminins et masculins à tous les degrés d’enseignement ; la question de l’inspection féminine ; l’organisation de patronages de jeunes filles ; la préparation des jeunes filles au baccalauréat et souhaite que l’éducation sexuelle figure au programme de toutes les écoles. La section législation, présidée par Marie d’Abbadie d’Arrast, réclame l’évaluation du travail ménager de la femme mariée ; s’attache à faire voter diverses propositions de lois et ne cesse de se soucier de leur bonne application telles celle interdisant le travail de nuit pour les femmes et pour les enfants et celle autorisant la recherche en paternité (1912). L’obtention du vote des femmes est le grand souhait de la section suffrage présidée par Marie-Georges Martin puis à partir de 1912 par Marie Bonnevial. Est réclamée d’abord la participation et l’éligibilité des femmes aux élections municipales avant de revendiquer le suffrage universel. Cela illustre parfaitement la stratégie des petits pas du CNFF, celle d’un féminisme sage, pondéré, qui montre son pragmatisme. L’idée sous-jacente est

  • 10 Archives privées du CNFF, « Le Suffrage des femmes », L’Action Féminine. Bulletin Officiel du Cons (...)

qu’en limitant ainsi nos revendications, nous pourrons franchir plus franchement ce premier pas dans l’arène politique et donner aux esprits timorés une garantie de sagesse et de pondération10.

10La section du travail présidée par Marie Pégard et Mme Vincent réclame l’application de la loi sur la libre disposition de leurs salaires aux femmes mariées (1907) ; obtient le vote de l’éligibilité des femmes aux conseils de prud’hommes (1909) ; revendique des modifications au régime de l’inspection féminine du travail (1910). Dans cette section, les vices-présidentes, Marie-Louise Compain et Cécile Brunschvicsg sont très actives et demandent la limitation de la journée de travail des employées ; le repos des femmes en couches obligatoire pendant un minimum de quatre semaines et une indemnité de maternité pour toutes les femmes, soit par une loi d’assurance, soit par une loi d’assistance sociale. Lorsqu’est votée en 1913 la loi Strauss sur la protection de la maternité, la section s’en félicite tout en s’enquérant de son application et en soulignant ses limites car elle n’est pas une loi d’assurance.

11Le déclenchement de la première guerre mondiale interrompt les activités habituelles de ces sections du CNFF qui vont servir l’Union sacrée.

Servir l’Union Sacrée durant la Grande Guerre

12Pendant la Première Guerre mondiale, la France tout entière mobilise ses ressources. Les féministes participent activement à l’Union sacrée et elles accordent, elles aussi, en majorité, la priorité à l’effort de guerre. De nombreuses femmes quittent leur foyer pour remplacer les hommes dans les usines, et la crainte que ce changement s’accompagne d’un ébranlement des valeurs morales s’installe vite. Le patriotisme, voire le nationalisme, sont exacerbés. Ainsi les féministes du CNFF vont refuser de participer en 1915 au congrès pacifiste de la Haye :

  • 11 Archives privées du CNFF, « Le Congrès pacifiste de la Haye », L’Action Féminine. Bulletin Officie (...)

Comment nous serait-il possible, à l’heure actuelle, de nous rencontrer avec les femmes des pays ennemis, pour reprendre avec elles le travail si tragiquement interrompu ? Ont-elle désavoué les crimes politiques et de droit commun de leur gouvernement ? Ont-elle protesté contre la violation de la neutralité de la Belgique ? Contre les atteintes au droit des gens ? Contre les crimes de leur armée et de leur marine11 ?

13Le CNFF enjoint rapidement les Françaises à accomplir leurs devoirs en contribuant à l’effort de guerre. Sa présidente, Julie Siegfried, lance un communiqué, dès le 25 août 1914, en ce sens. En décembre 1914, le CNFF organise, sous la houlette de Marguerite Pichon-Landry, l’Office de renseignements aux familles dispersées et au début de 1915 l’office de l’activité féminine subventionné par les ministères de la guerre et de l’Armement. Des crèches également sont créées spécialement dans les usines de guerre. Pendant la Grande Guerre, les sections d’assistance et d’hygiène s’attachent à fonder des foyers pour les soldats, celle d’éducation se préoccupe des patronages.

14Durant les premiers mois de la guerre, la section de législation se trouve presque sans objets par suite de l’interruption des travaux législatifs. Cependant elle s’occupe du droit pour les femmes d’être tutrices et membres des conseils de famille ainsi que des pensions à verser aux veuves et aux orphelins de guerre. La section travail est particulièrement active pendant la Grande Guerre et constate que l’exploitation des femmes se trouve accrue et généralisée du fait du conflit. Elle ouvre une enquête afin d’établir vers quelles professions il conviendrait d’orienter les femmes. La section se félicite du vote de la loi du 10 juillet 1915 sur le travail à domicile qui permet de combattre l’odieux sweating system.

  • 12 Blum Françoise, Horne Janet, « Féminisme et Musée social : 1916-1939. La Section d’études féminine (...)

15L’année 1916 voit la création, au sein du Musée social, antichambre de la Chambre12 et lieu presque exclusivement masculin, d’une Section d’études féminines (SEF). Ce sont deux femmes du CNFF Julie Siegfried et Adrienne Avril de Sainte-Croix qui veillent à la composition de la SEF. Celle-ci restera inchangée pendant vingt ans, sauf par les décès survenus durant cette période. La SEF comprend quatre-vingt femmes et son lien avec le CNFF est fort, puisque la majorité des membres de la première le sont aussi du second. Cohabitent également au sein de la SEF des femmes catholiques et des féministes, ce qui est nouveau depuis la rupture occasionnée par l’affaire Dreyfus. La SEF est divisée en deux sections : une nommée Assistance et prévoyance et une autre appelée Travail, montrant ainsi ses priorités. Dès sa création, la SEF ne manque pas de se rallier à l’Union sacrée.

  • 13 Guerrand Roger-Henri, Rupp M. A., Brève histoire du service social en France 1896-1976, Toulouse, (...)
  • 14 Brunschvicg Cécile, « Bulletin des sociétés féministes. Union Française pour le Suffrage des Femme (...)
  • 15 La Vie ouvrière, 5 février 1914.
  • 16 « Défense et protection des travailleuses et de leurs enfants. Les premières surintendantes », La (...)

16C’est au sein de la SEF qu’Albert Thomas, ministre socialiste de l’Armement, choisit dix femmes sur un total de quarante-cinq membres, afin de former un Comité du travail féminin au sein du sous-secrétariat d’Etat à l’Artillerie et aux munitions. Le CNFF se réjouit de la création de ce Comité dont le but est de gérer la main-d’œuvre féminine dans les usines de guerre. Ce Comité de travail féminin se trouve à l’origine de la création de l’École technique des surintendantes d’usines. En août 1916, une délégation d’ouvrières anglaises visite des usines, en France, où est employée une main-d’œuvre féminine. Trois mois plus tard, c’est au tour d’une délégation française du Comité du travail féminin, de se rendre en Angleterre, afin d’étudier le rôle de la lady superintendante, appelée aussi lady welfare supervisor. À leur retour, cette délégation fait part de ses observations au CNFF notamment, et publie un rapport, en 1917. Le Comité du travail féminin émet un vœu en faveur de la fondation d’un équivalent français dans l’industrie afin « d’assurer aux femmes travaillant dans les usines les bénéfices de l’hygiène toute spéciale que leur sexe exige »13. Le CNFF mène campagne pour la création de superintendantes en France14. Des démarches successives aboutissent, le 1er mai 1917, à la création de l’École technique des surintendantes d’usines, à Paris, sous le patronage des ministres Albert Thomas et Léon Bourgeois, par cinq femmes, ayant toutes à leur actif un riche passé dans l’action sociale. Les fondatrices sont la féministe présidente de la section Travail au CNFF, Cécile Brunschvicg ; Nicole de Montmort et Marie Diémer, créatrices de l’Association des infirmières visiteuses dont le but est de lutter contre la tuberculose au domicile même des familles ; Mme Viollet, présidente fondatrice de l’Association pour l’aide aux mères de familles ; Marie Routier, directrice de l’Assistance par le travail. Cécile Brunschvicg a un rôle déterminant dans la fondation de cette École, car c’est elle qui, grâce à sa persévérance, parvient à nouer de nombreux contacts avec diverses personnalités. L’École s’occupe de la gestion des services sociaux dans et hors de l’entreprise destinés aux ouvrières. Les surintendantes constituent, selon l’expression de Cécile Brunschvicg, « un véritable trait d’union entre la société et les familles ouvrières » et elle considère qu’il est du devoir des féministes de faire de la « propagande auprès des ouvrières, mais surtout de former des chefs de file ouvrières »15. L’âge minimum requis pour être admise à l’École est de 24 ans et il faut avoir un diplôme d’infirmière. La durée des études est d’une année et elle s’achève par un stage pendant un mois, en usine. Pendant la guerre, trois promotions de surintendantes sont formées ce qui représente une cinquantaine de femmes16.

  • 17 Archives privées du CNFF ; Guyot Yves, « Les Femmes françaises pendant la guerre », L’Action Fémin (...)

17Une idée qui domine au CNFF pendant toute la durée de la guerre est que les femmes « ont pris des habitudes d’initiative et de responsabilité dont il serait dommage de ne pas profiter après la guerre »17. Qu’en est-il ?

Retour des femmes au foyer pendant l’entre-deux-guerres

18L’événement important pour le CNFF pendant l’entre-deux-guerres, c’est l’organisation des états généraux du féminisme. L’idée qui prélude à cette rencontre est de

  • 18 CNFF, États généraux du féminisme, 14-15-16 février 1929, Paris, Impr. d’ouvriers sourds-muets, 19 (...)

réunir toutes les activités féminines, les associations s’occupant du sort de la femme, de l’enfant, de la famille, en vue des réformes que nous désirons obtenir18

  • 19 Ibid., p. 4.

19et se trouve ainsi ajouté à l’objectif initial du CNFF, qui était de s’occuper du sort de la femme et de l’enfant, celui de la famille. Ajout qui n’est pas anodin et illustre le glissement vers l’hégémonie réformiste et la main tendue aux groupes familiaux et natalistes. L’accent mis sur le social ne doit cependant pas cacher l’objectif des états généraux à savoir « hâter l’obtention du suffrage »19. À cet effet, une délégation des états généraux a envoyé à la présidence du Conseil une pétition à laquelle Raymond Poincaré répondra, le 23 février 1929, que son gouvernement appuiera

  • 20 Ibid., p. 4.

dès maintenant les projets de vote et d’éligibilité des femmes aux conseils municipaux, à l’exception provisoire de remplir le mandat de délégué sénatorial20.

20Même si cette promesse n’aura pas de suite, elle témoigne des efforts menés par les états généraux du féminisme afin de faire aboutir l’obtention du droit de vote des femmes. L’idée est qu’elles puissent elles-mêmes légiférer estimant que la législation sociale est particulièrement du ressort des femmes.

  • 21 Ibid., p. 259-265, cf. la liste des associations qui participent aux états généraux.
  • 22 Ibid., p. 12.

21Le souhait du CNPF de rassembler le plus grand nombre de groupes quelles que soient leurs tendances politiques ou confessionnelles est atteint : 244 associations et sociétés envoient des déléguées21. C’est une fois de plus la porte ouverte aux groupes philanthropiques. Le comité d’organisation des états généraux est exclusivement composé de femmes. Les états généraux se caractérisent par leur pluralisme et c’est le plus important regroupement depuis les débuts du mouvement féministe. L’importance de la famille est présente tout au long du congrès. Adrienne Avril de Sainte-Croix insiste sur le rôle des femmes qui souhaitent « travailler au maintien de la famille, à son élargissement, à sa dignité, dans les mêmes conditions que l’homme »22.

  • 23 Ibid., p. 30.
  • 24 Ibid., p. 235.
  • 25 Ibid., p. 236.
  • 26 Ibid., p. 167.

22La section Éducation clame que « la famille est une valeur sociale. […] La femme est le pilier de la famille », que dans les familles religieuses, on considère que le rôle primordial de la femme est celui de la maternité et de la famille, et de vifs applaudissements l’approuvent, montrant bien la forte présence de femmes aux convictions religieuses23. L’une d’entre elles, Léontine Zanta, se targue de représenter le « féminisme raisonnable »24 et déclare : « Vous ne demandez rien sinon ce que partout la raison requiert : protection des enfants, des mères c’est-à-dire protection de la famille »25. Cécile de Corlieu, une autre catholique, évoque la « mission maternelle »26 et la « nature féminine » différente de la « nature masculine ».

  • 27 Ibid., p. 74.

23Au nom de la maternité et de leur rôle de mère-éducatrice, les mères méritent des droits, ce discours raisonnable s’appuie sur les devoirs qu’accomplissent les mères pour revendiquer des droits. Mais la complémentarité droits/devoirs peut aussi tourner à l’encontre des femmes, lorsque l’insistance sur les devoirs prime et amène à énoncer l’incompatibilité entre le travail des femmes et le fait de s’occuper des enfants. Cette dérive du discours est patente chez Mme Édouard Viollet lorsqu’elle pose la question suivante : « Pourquoi les femmes sont-elles obligées de travailler au lieu de se consacrer uniquement à leur foyer27 ? » et conclut qu’elles travaillent par obligation matérielle.

  • 28 Ibid., p. 16.
  • 29 Ibid., p. 17.
  • 30 Ibid., p. 14.

24Qu’en est-il, puisque ces états généraux mettent l’accent sur le social, du rôle respectif de l’assistance privée et de l’assistance publique ? La forte participation de groupes philanthropiques amène les états généraux à se poser cette interrogation. C’est Eugénie Weill, présidente de la section Assistance et prévoyance qui se charge d’introduire cette délicate question en donnant la parole à Apoline de Gourlet, philanthrope connue pour son action contre la tuberculose, qui effectue un rapport sur la nécessité de la collaboration de l’assistance publique privée mettant en relief l’action des femmes dans ce dernier domaine et estimant qu’il n’est que justice que les femmes « reçoivent l’hommage d’une nationalisation »28, elle demande, afin de parvenir à une « meilleure entente »29, que les femmes soient plus nombreuses dans les bureaux de bienfaisance et dans les commissions administratives des hôpitaux et des hospices. Des pas nouveaux, qu’elle voudrait décisifs, ont déjà été accomplis en ce sens, puisqu’une circulaire ministérielle du 23 novembre 1913 prescrit aux préfets de faire une part plus importante aux femmes et une autre circulaire, du 6 juillet 1914, établit que la surveillance hygiénique des assistées pouvait être confiée à des Mutuelles maternelles ou à des sociétés de secours mutuels. Une fois encore, c’est la modération qui l’emporte. Un point qui est reconnu unanimement est la forte participation féminine aux œuvres sociales. Cette pénétration féminine dans le secteur social doit être intensifiée selon elle par la collaboration entre l’assistance privée et l’assistance publique. Cette intensification de la féminisation dans le secteur social — déjà forte — n’entraîne-t-elle pas le danger de renforcer la hiérarchie traditionnelle des sexes en donnant aux femmes les postes de première ligne et aux hommes ceux de direction ? Conscientes peut-être de ce danger, les congressistes adoptent le vœu que les femmes soient présentes non seulement dans les bureaux de bienfaisance mais aussi dans les commissions administratives. S’interrogeant aussi sur la question de la nature du régime d’assistance, Eugénie Weill constate que « l’assistance se transforme peu à peu en prévoyance sociale »30 et qu’un jour viendra peut-être où il n’y aura plus besoin d’assister puisque la prévoyance aura pris le dessus.

25Les états généraux du féminisme de 1929 constituent la manifestation la plus unitaire depuis les débuts du mouvement féministe et sont représentatifs de la pluralité du mouvement et de la porte ouverte aux groupes philanthropiques notamment. L’accentuation par le mouvement féministe de la politique de la main tendue envers les groupes de femmes catholiques se trouve renforcée par le fait que la présidente du CNFF, Adrienne Avril de Sainte-Croix propose, deux mois après les états généraux du féminisme, à un groupe de femmes catholiques, l’Union féminine civique et sociale (UFCS) d’adhérer au CNFF, invitation que ce groupe décline invoquant que

  • 31 Archives privées de l’UFCS, lettre d’Andrée Butillard de fin avril 1929 à Adrienne Avril de Sainte (...)

dans tout problème social il y a des données morales qui, pour être précises et sûres doivent s’appuyer sur des principes. Comme la neutralité consiste à ne pas prendre position sur ces principes essentiels, nous ne pouvons, nous catholiques, faire partie d’organisations neutres31.

  • 32 Dudit Suzanne, « L’Éducation politique et sociale de la femme. Les associations féministes. Le CNF (...)

26Une idée forte qui se dégage de ces états généraux du féminisme est que ce qui relève de la santé et du social en général, semble être le domaine réservé des femmes — les états généraux du féminisme de 1930, organisés par le CNFF, traitent d’ailleurs des femmes dans les carrières sociales32 — au risque de les cantonner dans des professions bien délimitées. Très fermes sur le droit au travail des femmes, les féministes dénoncent les mesures discriminatoires, sans pour autant renoncer à défendre les droits des mères et la protection de la maternité. Elles se retrouvent sur le fil du rasoir, en défendant la place des mères au foyer pour celles qui le désirent, et en refusant de tomber dans le piège tendu du retour au foyer à tous crins.

  • 33 La Française, 4-11 février 1939 ; G. Lh., « Pour que la France ne meure. Création d’un « Haut comi (...)

27À la fin des années trente, une délégation du CNFF se rend auprès du président du Conseil, Édouard Daladier, avant la promulgation du décret portant création d’un Haut comité de la population, bien décidée à obtenir la nomination de femmes en son sein. En vain, et les féministes ne cachent pas leur scepticisme à l’égard du « vaste programme »33 qui attend ce Haut comité. C’est ce Haut comité de la population, fondé le 23 février 1939 et rattaché à la présidence du Conseil, qui

  • 34 Journal officiel du 24 février 1939, p. 2551.

a pour mission de coordonner les efforts et de suivre l’exécution des mesures prises par les divers services ministériels en ce qui concerne le développement de la natalité, le peuplement rural, la déconcentration urbaine, la politique française relative à la pénétration, au séjour, et à l’établissement sur le territoire des étrangers et à leur intégration dans la population française34,

28qui impulse la promulgation, cinq mois après sa création, du code de la famille.

29Le code de la famille est un texte dense qui comprend 167 articles et occupe 20 pages du Journal officiel. Le code est divisé en trois parties : l’aide à la famille, la protection de la famille et les dispositions fiscales. L’aide à la famille est subdivisée en quatre chapitres : primes à la première naissance, allocations familiales, dispositions spéciales à la famille paysanne et assistance à la famille. Une prime à la première naissance est octroyée si plusieurs conditions sont remplies. En premier lieu, la naissance de l’enfant doit intervenir dans les deux années qui suivent le mariage ; cette disposition se caractérise par son incontestable valeur d’incitation rapide à mettre au monde un enfant, et va dans le sens de l’encyclique Casti Connubii (1930) et de la doctrine de l’Église catholique qui énoncent que la finalité du mariage est la procréation.

  • 35 Jack Andrée, « Le Code de la famille. La prime à la première naissance », La Française, février 19 (...)
  • 36 Chambre des députés, documents parlementaires, 2e séance extraordinaire du 22 décembre 1939, annex (...)

30Toutes les naissances ne sont pas encouragées, car il est spécifié que l’enfant doit être légitime excluant ainsi du bénéfice de cette prime les filles mères : « inhumaine exclusion »35 s’insurgent des féministes. Celles-ci prennent la défense des mères abandonnées, estimant que c’est une injustice qu’elles ne puissent profiter de cette prime, alors que ce sont elles qui ont le plus besoin d’être aidées. La possession de la nationalité française de l’enfant, est une autre condition requise par le code afin d’obtenir la prime à la première naissance. Fait d’importance : cette prime est remise à la mère, parce que ayant en charge l’enfant. Mais le code précise que la prime ne sera octroyée à la mère qu’à condition qu’elle soit bien utilisée dans l’intérêt de l’enfant. Dans le cas contraire, la prime peut alors être versée au bureau de bienfaisance, à une œuvre ou à une personne qui se chargera d’employer la somme « au soin exclusif de l’enfant »36, montrant le souhait d’agir, avant tout, en faveur de l’enfant.

31S’inspirant des conclusions d’un rapport d’Adolphe Landry au Haut comité de la population, les allocations familiales sont versées à partir du deuxième enfant à charge, au père ou à la mère, à tous les salariés, y compris les fonctionnaires, les travailleurs indépendants des professions industrielles, commerciales, libérales et agricoles et les métayers. Cette généralisation revêt un caractère obligatoire : désormais le versement des allocations familiales bénéficient à tous ceux qui « tirent d’une activité professionnelle leurs principaux moyens d’existence », autrement dit l’intégralité de la population active. La section sur les allocations familiales comprend un article relatif à l’allocation de la mère au foyer, laquelle est rendue obligatoire dans toutes les communes urbaines pour les familles qui ne bénéficient que d’un seul revenu professionnel, qu’il provienne du père ou de la mère.

  • 37 Bordeaux Michèle, La Victoire de la famille dans la France défaite. Vichy, 1940-1944, Paris, Flamm (...)

32La deuxième grande partie du code est consacrée à la protection de la famille, laquelle comprend quatre chapitres : la protection de la maternité, la légitimation adoptive, la protection de la race, la famille et l’enseignement. L’essentiel du chapitre du code de la famille traitant de la protection de la maternité a trait à des mesures coercitives envers l’avortement. Sur la question de l’avortement, la majorité des féministes ne sont pas très prolixes sur ce sujet tabou et si, dans leur ensemble, elles ne s’insurgent pas contre les lois de 1920 et de 1923 réprimant la propagande anticonceptionnelle et correctionnalisant l’avortement, il n’en demeure pas moins qu’elles préfèrent la prévention à la répression, contrairement aux groupes de femmes catholiques qui approuvent cette législation répressive et suivent les positions de l’Église qui considère l’avortement comme un crime. Le code de la famille augmente les peines de prison contre les avorteurs. Les revendications chères aux féministes, sont superbement ignorées par le code de la famille, mais par contre il satisfait des groupes de femmes catholiques. Le code manifeste l’attachement de l’État à la famille et proclame la reconnaissance de l’entité familiale. En souhaitant maintenir les mères au foyer, en les cantonnant dans le cadre domestique, il s’inscrit à contre-courant des faits : les femmes forment plus de 34 % de la population active, en 1936. Dès lors, la question n’est plus tant de les inciter à rester au foyer, mais plutôt de leur permettre de concilier travail et maternité. Le code revêt un côté passéiste et se caractérise par un relent de conservatisme. N’est-il pas aussi le point culminant de toute une campagne en faveur du retour des femmes au foyer qui trouvera son apogée sous le régime de Vichy, lequel mènera « une politique généralisée de retour au foyer de la femme, mariée ou en couple, et de discrédit du travail féminin »37.

Notes

1 Une première version de ce papier a été présentée sous le titre « Le Conseil national des femmes françaises sous la IIIe république. Première approche » au colloque intitulé Citoyennes et solidaires » organisé par le CNFF, au Palais du Luxembourg à Paris, le 10 décembre 2001. Je remercie beaucoup Françoise Delamour et Françoise Bouteiller de m’avoir invitée à participer à ce colloque. Je suis également très reconnaissante à cette dernière de m’avoir autorisée et facilitée la consultation des archives privées du CNFF.

2 Bard Christine, Les Filles de Marianne, Histoire des féminismes 1914-1940, Paris, Fayard, 1995 ; Cova Anne. Maternité et droits des femmes en France (XIXe-XXe siècles), Paris, Anthropos-Economica, 1997 ; Faure Christine (sous la direction de). Encyclopédie politique et historique des femmes, Paris, PUF, 1997 ; Hause Steven C., Kenney Anne R., Women’s Suffrage and Social Politics in the French Third Republic, Princeton, Princeton University Press, 1984 ; Klejman Laurence et Rochefort Florence, L’Égalité en marche. Le féminisme sous la Troisième République, Paris, Presses de la FNSP, 1989 ; Offen Karen, European Feminisms, 1700-1950. A Political History, Stanford, Stanford University Press, 2000. Perrot Michelle, Duby Georges (dir.), Histoire des femmes en Occident, Vol. 5 : Le XXe siècle (Thébaud Françoise, dir.), Paris, Perrin, 2002 ; Riot-Sarcey Michèle, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2002.

3 Knibiehler Yvonne, La Révolution maternelle depuis 1945 : Femmes, maternité, citoyenneté, Paris, Perrin, 1997, p. 34.

4 Cova Anne, Au service de l’Église, de la Patrie et de la famille : Femmes catholiques et maternité sous la Troisième République, Paris, L’Harmattan, 2000.

5 Archives privées de Mariel Brunhes-Delamarre, lettre d’Adèle Moreau du 20 août 1900 à Henriette Brunhes.

6 « Le Conseil national des femmes françaises », Le Journal des femmes, mai 1901, n° 110 ; Martin Maria, « Le 18 avril 1901 », Le Journal des femmes, mai 1901, n° 110 ; « Les Réunions aujourd’hui. Le CNFF », Le Temps, 18 mai 1903.

7 Deflou Jeanne, « Conseil national et international », Le Journal des femmes, novembre 1900, n° 104.

8 Archives privées du CNFF, « Notice sur le Conseil international des femmes fondé à Washington (États-Unis d’Amérique) le 31 mai 1888 », L’Action Féminine. Bulletin Officiel du Conseil National des femmes françaises, 1er décembre 1909, n° 6, p. 90.

9 Women in a Changing World. The Dynamic Story of the International Council of Women since 1888, London, Routledge, 1966 ; Rupp Leila J., Worlds of Women : The Making of an International Women’s Movement, Princeton, Princeton University Press, 1997.

10 Archives privées du CNFF, « Le Suffrage des femmes », L’Action Féminine. Bulletin Officiel du Conseil National des femmes françaises, 1er juin 1909, n° 3, p. 47.

11 Archives privées du CNFF, « Le Congrès pacifiste de la Haye », L’Action Féminine. Bulletin Officiel du Conseil National des femmes françaises, mai 1915, n° 38. p. 17-18.

12 Blum Françoise, Horne Janet, « Féminisme et Musée social : 1916-1939. La Section d’études féminines du Musée social », Vie sociale, août-septembre 1988, n° 8-9, p. 318.

13 Guerrand Roger-Henri, Rupp M. A., Brève histoire du service social en France 1896-1976, Toulouse, Privat, 1978, p. 49.

14 Brunschvicg Cécile, « Bulletin des sociétés féministes. Union Française pour le Suffrage des Femmes. Congrès de 1917 », La Française, 24 mars 1917. Cf. aussi Brunschvicg C. L., « Rapport de la section du travail du CNFF. Ce que sont les « ladies superintendantes » anglaises », La Française, 31 mars 1917. Cova Anne, « Cécile Brunschvicg (1877-1946) et la protection de la maternité », Actes du 113e congrès national des sociétés savantes, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 1989, p. 75-104.

15 La Vie ouvrière, 5 février 1914.

16 « Défense et protection des travailleuses et de leurs enfants. Les premières surintendantes », La Française, 2 février 1918.

17 Archives privées du CNFF ; Guyot Yves, « Les Femmes françaises pendant la guerre », L’Action Féminine. Bulletin Officiel du Conseil national des femmes françaises, septembre-octobre 1915, n° 40, p. 63.

18 CNFF, États généraux du féminisme, 14-15-16 février 1929, Paris, Impr. d’ouvriers sourds-muets, 1929, p. 11.

19 Ibid., p. 4.

20 Ibid., p. 4.

21 Ibid., p. 259-265, cf. la liste des associations qui participent aux états généraux.

22 Ibid., p. 12.

23 Ibid., p. 30.

24 Ibid., p. 235.

25 Ibid., p. 236.

26 Ibid., p. 167.

27 Ibid., p. 74.

28 Ibid., p. 16.

29 Ibid., p. 17.

30 Ibid., p. 14.

31 Archives privées de l’UFCS, lettre d’Andrée Butillard de fin avril 1929 à Adrienne Avril de Sainte-Croix ; lettre d’Adrienne Avril de Sainte-Croix d’avril 1929 à Andrée Butillard.

32 Dudit Suzanne, « L’Éducation politique et sociale de la femme. Les associations féministes. Le CNFF », Minerva, 20 décembre 1931. « États généraux du féminisme », Le Droit des femmes, février 1930 et avril 1930. « La Femme dans les carrières sociales », Le Droit des femmes, février 1930, p. 107-108. Les états généraux du féminisme, en 1931, traitent des femmes aux colonies, cf. CNFF, Etats-généraux du féminisme 30-31 mai 1931, Impr. Am. Beaumont, 1931 ; Goutalier Régine, « Les États-généraux du féminisme à l’Exposition coloniale, 30-31 mai 1931 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, avril-juin 1989, t. 36, p. 266-286. Et sa contribution, ci-après, p. 89-108.

33 La Française, 4-11 février 1939 ; G. Lh., « Pour que la France ne meure. Création d’un « Haut comité de la population »», Le Droit des femmes, mars 1939.

34 Journal officiel du 24 février 1939, p. 2551.

35 Jack Andrée, « Le Code de la famille. La prime à la première naissance », La Française, février 1940.

36 Chambre des députés, documents parlementaires, 2e séance extraordinaire du 22 décembre 1939, annexe n° 6243, p. 267.

37 Bordeaux Michèle, La Victoire de la famille dans la France défaite. Vichy, 1940-1944, Paris, Flammarion, 2002, p. 142.

Auteur

Professeur, CEMRI, Universidade Aberta, Lisbonne, Portugal

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540