Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Le temps de l'émancipation

La condition féminine dans l’ancienne France

Remarques de méthode

Marcel Bernos

Texte intégral

  • 1 Pour éviter tout procès d’intention, je précise que, pour moi, L’homo, c’est-à-dire l’être-humain, (...)

1Certaines publications sur la condition des femmes dans l’ancienne France, sont très militantes, voire polémiques1. L’Ancien Régime a assurément été misogyne ; encore faut-il ne pas faire d’erreur dans l’interprétation de certaines attitudes. Pour ce faire, il n’est pas inutile de rappeler quatre précautions de méthode :

21° Ne jamais projeter sur le passé nos mentalités ou convictions actuelles. Lucien Febvre rappelait que le péché irrémissible en histoire, c’est l’anachronisme. Prenons l’idée d’égalité entre les sexes, elle n’est pas récente ; elle a régulièrement surgi : chez Platon, au IVe siècle avant J.-C., chez Hildegarde de Bingen, moniale du XIIe siècle, Poullain de la Barre au XVIIe siècle ou Condorcet au XVIIIe… En revanche, la notion de parité n’aurait pas été pertinente, il y a seulement une génération. Elle s’est dégagée récemment, dans la logique des progrès de la démocratie et comme moyen de briser l’obstruction masculine à l’accession des femmes au politique. Autre exemple, le paternalisme, insupportable aujourd’hui, passait, en tant que protecteur de la faiblesse, pour une vertu hier et a pu aider la promotion féminine à un moment donné.

32° Certaines revendications féminines ont changé de signification à travers le temps. Ainsi, l’utilisation de procédés contraceptifs, attestée dès l’Antiquité, correspondait à un besoin individuel de limiter les naissances. La loi Neuwirth (1967), en dépassant la simple dépénalisation, a conduit à l’idée d’un droit à la contraception, donc de quelque chose d’exigible ? C’est une notion nouvelle, qui n’a pu donner lieu à législation que lorsque l’enfant n’a plus été le pivot indispensable de la famille et de la société. Longtemps, il était apparu comme le produit naturel d’un couple stable, transmettant nom et patrimoine, ou bien comme un devoir social :« donner des âmes à Dieu et des sujets au roi ». Aujourd’hui, en Occident, il est devenu souvent un tiers entre l’homme et la femme. Objet d’un choix individualiste, il revêt un double statut, paradoxal : embarras pour les uns, objet de revendication pour d’autres et suscitant un droit à l’enfant.

43° À partir de sources données, on doit résister à la tentation de généraliser à toutes les femmes ce qui relève d’une élite ou de l’action de fortes personnalités. Il y a un monde entre la vie de l’héritière d’un fief et celle d’une paysanne dudit fief. Jeanne d’Arc, Ninon de Lenclos, La Pompadour, Mme Roland, Mme de Staël… sont, historiquement, des cas intéressants ; elles ne sont pas représentatives de la condition féminine de leur époque.

5Il faut de même s’interdire d’ériger en modèle les opinions d’auteurs, qui peuvent enrichir l’histoire des idées sans pour autant illustrer celle des mœurs. Pour les utiliser à bon escient, on doit jauger leur influence réelle, en mesurant l’impact de leurs œuvres : nombre d’éditions, importance des tirages, diffusion géographique, références explicites chez d’autres auteurs, etc. Un exemple : le Catéchisme des gens mariés du père Féline est fréquemment cité dans les recherches sur la sexualité au XVIIIe siècle. Or il n’a connu qu’une seule édition, saisie dès sa sortie et dont seuls deux exemplaires ont réussi à échapper à la censure pour… faire rêver les historiens. Évidemment, l’effet social de ses hardiesses a été nul.

64° Avoir le courage d’analyser, et de déconstruire les idées reçues sur le sujet, d’autant plus opiniâtres qu’elles ne sont pas raisonnées et flattent les opinions dominantes du moment ou justifient une polémique militante. Deux exemples, l’un général, l’autre particulier.

    • 2 Duby Georges, Perrot Michelle (dir.). Histoire des femmes, t. 1, L’Antiquité, Paris, Perrin, 1990, (...)

    On a cru, jadis, exalter le passé féminin en évoquant un mythique matriarcat. Or il est maintenant admis, même par les historiennes féministes, que le matriarcat n’a jamais existé comme système social généralisé…2 En Occident, la filiation, la transmission du patrimoine, et l’exercice de l’autorité sont restés patrilinéaires.

  1. Pendant la Révolution, Olympe de Gouges, initiatrice de combats féministes et antiesclavagistes, est guillotinée en novembre 1793. On a relié parfois son exécution à sa proclamation des Droits de la femme. Il est plus sûr que ce sont ses compromissions politiques et ses imprudents libelles contre Robespierre qui ont provoqué son arrestation et sa condamnation.

La condition féminine

  • 3 Les dictionnaires ne prennent pas en compte le critère de sexe dans la notion de condition. LITTRÉ (...)

7La condition féminine3 peut se définir par la place des femmes dans une société donnée, déterminée par leur statut juridique, les rôles et fonctions qui leur sont dévolus, leur situation économique et leur insertion professionnelle, leur participation à la vie politique et sociale, leur niveau d’instruction, les représentations mentales qu’on se fait d’elles, avec les qualités ou défauts qu’on leur attribue.

8Depuis l’Antiquité et jusque récemment, la femme, a été considérée comme d’une nature différente et inférieure à l’homme, et juridiquement comme mineure. Conséquemment, elle n’a été ni sujet, ni même objet d’histoire. Les sources en parlent peu. Longtemps, en outre, les historiens ne s’y sont pas intéressés. L’Histoire était celle de ses acteurs : hommes d’État, hommes de guerre, hommes de science… En ne participant guère à ces activités, la femme apparaissait au mieux comme une auxiliaire du monde masculin : régente du royaume, épouse, mère ou veuve de héros, victime de guerres, égérie, etc. Elle n’est pas intégrée avec une valeur propre dans la société mâle, mais simplement assimilée au profit de celle-ci. C’est pourquoi on dispose, sur les femmes du passé, de plus de représentations, voire de clichés, que d’informations précises.

L’environnement politico-culturel : un club d’hommes

  • 4 L’image du père-monarque s’est maintenue longtemps puisqu’on la trouve couramment dans la prédicati (...)
  • 5 Cf. le premier récit de la Genèse (1,27) : Dieu créa l’homme ; il les créa mâle et femelle.
  • 6 Le terme pris absolument désigne alors le sexe féminin.

9La lecture attentive des textes portant sur les femmes dans la société et l’Église d’Ancien Régime commande une stricte distinction entre le prescrit et le vécu. Le binôme État/Église se justifie, car, jusqu’à la Révolution, la vie politique, économique, sociale, culturelle du royaume reste imbibée de religion. Les femmes s’y inscrivent soit comme marginales, soit comme déléguées dans une structure hiérarchisée, couronnée par l’image du père-roi : le roi est dit père de la nation, et le père règne en roi dans la famille4. Dieu lui-même est conçu comme Père et Souverain, sévère et dominateur. Il y a une interaction négative entre les pouvoirs civils et religieux. Les représentations de la femme émanant d’une société civile virile et inégalitaire ont interféré depuis l’Antiquité dans la pratique de l’Église, l’empêchant d’intégrer un discours d’égalité possible entre l’homme et la femme5. À l’inverse, la méfiance des clercs, comme celle des médecins ou des juristes, vis à vis du sexe6 a pu sembler justifier la misogynie profane.

De la nature féminine

10Tous les écrits de cette période concernant les femmes, y compris ceux des femmes elles-mêmes, sont fondés sur un postulat, généralement implicite, peut-être même inconscient, de l’existence d’une nature féminine avec des caractéristiques propres et, en tout état de cause, inférieure à celle de l’homme.

  • 7 Cf. Rollin, Traité des études [1726], article II, § 1.
  • 8 D’Azambuja G., « Science et religion. Études pour le temps présent », Ce que le christianisme a fai (...)

11La subordination de la femme et les rôles subalternes qui lui sont impartis sont omniprésents dans la plupart des civilisations. Ce qui les fait longtemps paraître « naturels. Il faut bien que ce partage soit fondé dans la nature, puisqu’il est le même dans tous les temps et dans tous les pays », constate naïvement Rollin, pédagogue du XVIIIe siècle pourtant ouvert à l’éducation des filles7. Au début du XXe siècle encore, un apologiste chrétien, expliquant pourquoi la femme ne pouvait être mise « au point de vue social, sur le même pied que l’homme », pouvait écrire8 :

La première [raison] dérive de la nature même de la femme, des particularités qui la différencient physiquement et intellectuellement de l’homme, et qui lui assignent, dans la répartition des tâches humaines, un certain nombre de fonctions tout à fait à part, au nombre desquelles ne figure pas la fonction directrice, mieux appropriée au caractère et au tempérament masculins.

  • 9 Exposé clair et suggestif par GRODDECK Georg, « Le double sexe de l’être humain », dans Nouvelle re (...)

12Faute de considérer l’importance de ce présupposé essentiel, on s’expose à des contresens dans l’interprétation d’attitudes considérées comme misogynes. Il n’a pratiquement pas été remis en question jusqu’à la découverte récente, par la psychanalyse, de la bisexualité psychique : indépendamment des différences anatomiques ou physiologiques, les identifications masculines et féminines relèvent, chez chaque individu, de processus inconscients en lien avec ses désirs et angoisses infantiles, et de son histoire propre9.

  • 10 MALEBRANCHE N., Recherche de la vérité (1674), 2e Partie, chap. 1, § « De l’imagination des femmes  (...)

13Les idées qu’on se faisait, depuis au moins la pensée grecque, des composantes de la féminitude, entre autres : une faiblesse constitutive et une instabilité congénitale (celle-ci dépendant du nomadisme imaginaire de l’utérus) varient. Pour beaucoup, la faiblesse physique explique, sinon légitime, la sujétion des femmes. D’autres avancent une déficience physiologique : l’effort intellectuel leur serait périlleux à cause de la fragilité des fibres de leur cerveau10. Pour quelques-uns, il s’agirait d’une défaillance morale. Mme de Maintenon, fondatrice de la maison d’éducation de Saint-Cyr, constate avec sévérité :

  • 11 Lettre à Mme de Fontaines, maîtresse générale des classes, dans Lettres et entretiens sur l’éducati (...)

J’ai voulu que les filles eussent de l’esprit, qu’on élevât leur cœur, qu’on formât leur raison. J’ai réussi à ce dessein : elles ont de l’esprit et s’en servent contre nous ; elles ont le cœur élevé et sont plus fières et plus hautaines… nous avons formé leur raison et fait des discoureuses, présomptueuses, curieuses, hardies11.

  • 12 Cette conception est illustrée dans l’Annonciation conservée en l’église de la Madeleine, à Aix-en- (...)
  • 13 La question de la participation des femmes à la préparation des lois, et a fortiori d’une constitut (...)

14Chez Aristote, ce jugement — qui a pesé lourd dans la pensée occidentale et, par saint Thomas d’Aquin, sur la tradition chrétienne — résulte de sa conception, erronée, de la génération. Le mâle [agent actif] donne la forme à l’enfant, livré tout-fait en quelque sorte. La mère ne fournit que la matière et n’opère que comme une couveuse, ce qui dévalue son rôle par rapport à celui du père12. On voit immédiatement quelle conséquence pratique induit l’idée de deux natures différentes : l’égalité entre les sexes n’est plus une évidence, encore moins, une nécessité. Dans une société dominée par les hommes, organisée par eux13, l’autre ne pouvait être qu’inférieur, qu’il fût femme ou enfant, nègre ou indien. Les rares tentatives de remise en question se heurtèrent au rigide conservatisme des préjugés, d’autant plus difficiles à réformer que la misogynie ordinaire, comme le racisme ordinaire, reste en partie inconsciente et toujours déniée.

Destin de femmes

15On n’attend des femmes ainsi encadrées que la soumission aux normes, fixées par la société masculine et transmises par l’éducation. Elles sont destinées à deux fonctions spécifiques : le mariage débouchant sur la maternité, ou le couvent qui les met hors de la vie sociale. Dans les deux cas, la qualité principale qu’on leur reconnaissait et imposait était la modestie, humble obéissance devant leur tuteur : père, mari ou supérieur religieux. Et cela, pour toutes les périodes confondues : à Athènes au Ve siècle avant Jésus-Christ, chez les moralistes chrétiens du XVIIe siècle ou les philosophes des Lumières.

  • 14 Cauvet M., Observations sur le règlement des tutelles, arrêté par le Parlement de Rouen le 7 mars 1 (...)

16La femme n’est pas considérée en elle-même, mais à travers des états, qui lui donnent des droits et surtout des devoirs particuliers. Elle est fille, épouse, mère, veuve. La laïque ne suit pas le genre de vie de la religieuse et n’a pas cette aura que donne la consécration. La femme sous la tutelle d’un mari profite de son irresponsabilité : elle n’a pas à couvrir les dettes de celui-ci ; elle ne peut être contrainte par corps, car son arrestation porterait tort au mari. Les veuves constituent une catégorie à part. Émancipées par le mariage, elles sont, en principe, autonomes lorsque l’autorité du mari fait défaut ; surtout si elles ont un certain âge et que leurs familles ne tentent pas de les réinvestir dans leurs stratégies matrimoniales. Elles peuvent gérer leurs biens et ceux de leurs enfants, car les juges n’hésitent pas à les instituer tutrices de leurs enfants mineurs14. Dans les assemblées de communautés, des femmes chefs de famille peuvent participer aux discussions et aux décisions.

  • 15 Reproduits dans Badinter É., Paroles d’hommes (1790-1793), Paris, P.O.L., 1989, respectivement p. 1 (...)
  • 16 Pérennisée parfois par les femmes elles-mêmes qui y trouvaient peut-être la satisfaction d’avoir un (...)

17La Révolution française, si novatrice dans les domaines politique et social, ne s’est guère occupée de réformer la condition des femmes. Les rares tentatives législatives dans le sens de l’égalité se sont heurtées à la résistance de ceux dont elles auraient remis en cause les intérêts et le pouvoir. Actrices de journées révolutionnaires, elles n’ont pas la parole, et la proposition de Condorcet de les admettre au droit de cité, en juillet 1790, reste sans suite. Les discours, en Brumaire an II, d’Amar à la Convention ou de Chaumette à la Commune de Paris15, sont dignes des pires misogynes. Une de leurs rares revendications prises en compte a été, le 20 septembre 1792, l’obtention du divorce, libérateur à une époque où bien des mariages étaient arrangés par les familles. Il est supprimé par Napoléon. Au XIXe siècle, les changements de valeurs dans la société française n’ont aucunement modifié la répartition des rôles sexués, car l’existence supposée d’une nature féminine est resté intériorisée longtemps16.

Y a-t-il eu un âge d’or médiéval pour les femmes ?

  • 17 Voir les travaux de M.-Th. Lorcin, pour la France, ou Ch. Klapisch-Zuber, pour Florence.
  • 18 Duby G., Les Dames du XIIe siècle, Paris, Gallimard, 3 vols. 1995-1996.

18Une autre idée reçue perdure, sans doute pour mieux souligner le recul des siècles suivants dans ce domaine : la femme aurait été plus libre au Moyen Âge. C’est en partie vrai pour l’élite. Une héritière ou veuve de grande famille peut gérer ses biens, désigner les officiers qui la servent, etc. Mais son mariage ou remariage demeure souvent aux mains de sa famille en vue d’élargir son patrimoine ou son réseau de relations17. Quant au mari, il ne voit en elle, la plupart du temps, comme le montre Georges Duby, que la reproductrice lui permettant de prolonger sa lignée18.

19On cite, ici ou là, des femmes qui ont occupé des fonctions d’autorité ; la situation est exceptionnelle. En France, « le lys ne file pas », et si une mère ou épouse de roi assume une régence, pendant un interrègne, aucune n’a jamais pleinement régné. Parmi les cas extraordinaires, l’abbesse de Fontevrault avait autorité sur la branche masculine de l’ordre établi par Robert d’Arbrissel à la fin du XIe siècle. Mais des études récentes ont montré que le fondateur a voulu exercer l’humilité de ses moines en les soumettant à cette dépendance contre nature. En outre, l’origine sociale des moines étant généralement plus humble que celle des religieuses, l’anomalie dans la hiérarchie sexuelle se trouvait gommée par la norme sociale.

  • 19 « L’infanticide dans le haut Moyen Âge », Annales ESC, 29, 1974, p. 315-335.

20Dans les classes populaires, rurales à plus de 90 %, la répartition des tâches est spécialement liée aux travaux agricoles et justifiée par la force physique. Elle commande l’organisation machiste de la société paysanne. Or si l’homme marche derrière les manchons de son araire, ce qui est incontestablement un travail de force, parfois la femme tire la dite araire quand manquent les bêtes de trait… Dans la famille, la venue d’un garçon est appréciée en tant que futur appoint à la force de travail et comme espérance d’un soutien pour les vieux jours du paysan. En revanche, une fille n’est souvent considérée que comme une bouche inutile. Un chercheur américain, E. Coleman, a mis en évidence un probable recours à l’infanticide des filles, en France, pendant le haut Moyen Âge19.

21Enfin, s’il est possible qu’il y ait eu, au Moyen Âge, moins d’exclusion dans les métiers, elle n’a pas toujours été au bénéfice des femmes. Si l’on voit effectivement quelques femmes médecins, elles sont bien plus nombreuses, comme simples manœuvres, à trimer dans les chantiers de construction ou les champs.

Époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles)

22Entre la Renaissance et la Révolution, la femme est restée soumise à la même pression sociale qu’elle avait connue dans les siècles antérieurs. Des théologiens ont rappelé, à la suite de Pierre Lombard (XIIe siècle), qu’elle devait être considérée comme « associée et non servante de l’homme ». Cependant, la plupart des moralistes, tout en obligeant le mari au respect, à la patience et à l’attention vis à vis de son épouse, instituent l’homme à la tête de la famille et maintiennent la femme dans une situation de dépendance, sous couvert de protection et de cohésion du groupe. Le législateur a toutefois prévu des limites à l’arbitraire de l’homme. Malheureusement, avant d’être inscrite dans la loi, l’infériorité des femmes l’était dans les mentalités. Cela commence tôt, dans l’attention limitée accordée à la petite fille dès sa naissance et pendant sa formation intellectuelle, généralement négligée et purement pratique.

Accès des femmes au savoir

23La situation intellectuelle des femmes est très symptomatique de l’ambiguïté de leurs rôles dans la société. L’école est payante, et quand elle ne l’est pas, comme dans certaines écoles paroissiales ou conventuelles, les gens du peuple n’acceptent pas facilement de se priver des services de leurs enfants. Il faut donc que le coût de l’instruction vaille la peine, ce qui est plutôt le cas pour les garçons, dont on espère une ascension sociale. Quant aux filles, leur destinée d’épouse ou de nonne, n’implique pas la nécessité d’être cultivées, ni même alphabétisées.

Les femmes et le droit

24Le plus étonnant, c’est que le préjugé de la faiblesse supposée des femmes ne soit jamais remis en question. On aurait pu penser que le droit serait plus juste à leur égard, or il les maintint dans une condition de mineure, censée les protéger. Leur témoignage n’a pas la valeur de celui d’un homme ; le mari gère les biens familiaux sans avoir, sauf intervention de la justice, de compte à rendre, etc. Cas extrême : le juriste Pothier (1699-1772), homme droit, pieux et honnête, se révèle un redoutable misogyne dont se sont inspirés les rédacteurs du Code civil de 1804. Il estimait indécent qu’une femme portât plainte contre l’adultère de son mari, ou rendît publique son impuissance, car une inférieure n’a pas à révéler les faiblesses de son supérieur. Alors qu’un mari trompé pouvait faire enfermer sa femme adultère dans un couvent, et s’il ne la reprenait dans les trois ans, elle y restait à vie. À l’opposé du droit civil, l’Église considérait l’adultère moralement aussi grave pour l’un et l’autre sexe.

25Quelques juristes, tel Domat, ont défendu les droits des femmes. Ils ont établi des gardes-fous pour éviter les abus les plus criants. Ainsi, un mari ne peut aliéner les paraphernaux de son épouse, même avec l’autorisation expresse de celle-ci, sauf décision de justice en cas de besoin ; ce qui la met, en principe, à l’abri de toute pression. Cette protection s’étend parfois, même lorsque l’épouse semble en tort, jusqu’au rendu du jugement (arrêt de Régusse au Parlement d’Aix).

26Quelques fois, le statut de mineure de la femme, face au mari chef de famille peut jouer en sa faveur. Beaucoup de théologiens estimaient que le véritable coupable du péché originel était bien Adam, car il était responsable d’Ève et devait l’empêcher d’enfreindre la loi de Dieu. En droit civil, une veuve peut refuser la succession de son mari si le passif l’emporte sur l’actif, ce qui la préserve de manœuvres frauduleuses des débiteurs, ou des spéculations imprudentes du chef de famille. Et elle récupère sa dot prioritairement sur les autres ayant-droits, même le fisc.

  • 20 Voir Yver J., Essai de géographie coutumière ; égalité entre héritiers et exclusion des enfants dot (...)

27En matière juridique, il faut d’ailleurs nuancer toute généralisation des droits et devoirs des femmes, car les différences entre les législations issues des droits romain, normand ou germanique, écrit ou coutumier, introduisent une diversité notable dans le poids des femmes au sein de la famille20. Ainsi le régime normand, dit égalitaire, ne l’est que pour les garçons, les filles étant pratiquement exclues de la succession. Le tout puissant père méridional peut faire d’une fille son héritière, alors même qu’il aurait des garçons. Une épouse parisienne doit être consultée par son mari sur les grandes affaires touchant la famille et en particulier ses enfants. En revanche, la femme méridionale, victime du droit romain, ne peut rien redire aux décisions de son époux, fussent-elles testamentaires. Cependant, il n’est pas rare qu’elle ait, à l’intérieur du foyer, une prééminence de fait. Les misogynes tiraient argument de cette puissance privée. Elle a servi à refuser aux femmes certains métiers, tel celui d’avocat, sous prétexte que leur charme pourrait fausser un jugement.

  • 21 Edmond Rétif est battu pour avoir adressé la parole à une jeune fille non-agréée par son père Pierr (...)

28Contrairement à ce qui est habituellement dit, certaines situations bien déterminées, comme le mariage, ne sont pas systématiquement défavorables aux seules femmes parce que femmes. Certes, une jeune fille mineure ne peut se marier sans l’accord de ses parents, ou risque de l’être selon leur seule volonté ; mais c’est également le cas pour un garçon, spécialement l’héritier surveillé de près21.

29Le sort des femmes sous l’Ancien Régime ne serait sûrement pas agréé par des filles du XXIe siècle. Mais il convient d’éviter les contresens dans l’analyse de leur condition, en rappelant que garçons et filles vivent dans une égale situation de contraintes. Surtout l’éducation donnée aux enfants des deux sexes les amène à accepter l’état qui leur est fait… et à le reproduire. Ces contraintes se situent d’ailleurs dans un contexte familial très différent de la société individualiste actuelle. L’individu ne comptait pas, mais le lignage. Allant dans le sens d’une reconnaissance de la personne, contre la pression des familles ou d’un État désireux d’empêcher les mésalliances, l’Église a interdit aux parents, sous peine de péché mortel, de contraindre leurs enfants à un mariage contre leur gré, de même qu’ils ne pouvaient les obliger à embrasser la vie religieuse, ou les en empêcher.

30Pour juger la condition des femmes sous l’Ancien Régime, globalement peu enviable, une prudente distinction entre le prescrit, le légal, et le vécu reste donc indispensable, sous peine de s’exposer à de graves incompréhensions de la réalité.

Notes

1 Pour éviter tout procès d’intention, je précise que, pour moi, L’homo, c’est-à-dire l’être-humain, est UN et comprend deux types d’individus égaux : le mâle et la femelle. Certaines idées émises ici sont développées dans Femmes et gens d’Église dans la France classique, Paris, Éditions du Cerf, 2003.

2 Duby Georges, Perrot Michelle (dir.). Histoire des femmes, t. 1, L’Antiquité, Paris, Perrin, 1990, chap. 10, p. 477-491. Intéressant entretien, en partie sur ce sujet, entre F. Héritier et E. Sullerot dans Le Fait féminin…, Paris, Fayard, 1978, p. 397-399.

3 Les dictionnaires ne prennent pas en compte le critère de sexe dans la notion de condition. LITTRÉ (1874) : la classe à laquelle appartient une personne dans la société par sa fortune, par sa qualité, par ses emplois, par sa profession. ROBERT : Rang social, place dans la société… Vx. : Situation à un moment donné.

4 L’image du père-monarque s’est maintenue longtemps puisqu’on la trouve couramment dans la prédication du XIXe siècle. Par ex. : le R. P. Joseph Félix, prédicateur à Notre-Dame de Paris en 1860.

5 Cf. le premier récit de la Genèse (1,27) : Dieu créa l’homme ; il les créa mâle et femelle.

6 Le terme pris absolument désigne alors le sexe féminin.

7 Cf. Rollin, Traité des études [1726], article II, § 1.

8 D’Azambuja G., « Science et religion. Études pour le temps présent », Ce que le christianisme a fait pour la femme, Paris, Bloud-Barral, 1901, p. 55.

9 Exposé clair et suggestif par GRODDECK Georg, « Le double sexe de l’être humain », dans Nouvelle revue de psychanalyse : « Bisexualité et différence des sexes », n° 7, 1973, p. 193-198.

10 MALEBRANCHE N., Recherche de la vérité (1674), 2e Partie, chap. 1, § « De l’imagination des femmes ». L’argument est repris en 1883 par un abbé Mellier contre l’institution des lycées de filles.

11 Lettre à Mme de Fontaines, maîtresse générale des classes, dans Lettres et entretiens sur l’éducation des filles par Mme de Maintenon, éd. Th. Lavallée, Paris, Charpentier, 1861,t. I, p. 65.

12 Cette conception est illustrée dans l’Annonciation conservée en l’église de la Madeleine, à Aix-en-Provence, l’enfant-Jésus part tout fait dans le rayon qui va de la bouche de Dieu le Père vers Marie.

13 La question de la participation des femmes à la préparation des lois, et a fortiori d’une constitution, est argumentée dans la pièce de Marivaux, La Colonie (1750, première version, sans succès, dès 1729).

14 Cauvet M., Observations sur le règlement des tutelles, arrêté par le Parlement de Rouen le 7 mars 1673, Caen, G. Leroy, 1777, article 8, p. 48 et sv.

15 Reproduits dans Badinter É., Paroles d’hommes (1790-1793), Paris, P.O.L., 1989, respectivement p. 170-177 et 179-183.

16 Pérennisée parfois par les femmes elles-mêmes qui y trouvaient peut-être la satisfaction d’avoir une vocation propre. Cf. dans des domaines fort différents, la mystique Femme éternelle de Von Le Fort Gertrude, Paris, Éd. du Cerf, 1946, et la psychologue Lombroso Gina, L’âme de la femme, Paris, Payot, 1956 (1re éd. : 1922).

17 Voir les travaux de M.-Th. Lorcin, pour la France, ou Ch. Klapisch-Zuber, pour Florence.

18 Duby G., Les Dames du XIIe siècle, Paris, Gallimard, 3 vols. 1995-1996.

19 « L’infanticide dans le haut Moyen Âge », Annales ESC, 29, 1974, p. 315-335.

20 Voir Yver J., Essai de géographie coutumière ; égalité entre héritiers et exclusion des enfants dotés, Paris, Sirey, 1966.

21 Edmond Rétif est battu pour avoir adressé la parole à une jeune fille non-agréée par son père Pierre (Retif De La Bretonne Edmond, La Vie de mon père, 1778). Voir aussi : Castan Y., Honnêteté et relations sociales en Languedoc 1715-1780, Paris, Plon, 1974, 1re Partie, chap. 4, « Le groupe familial ».

Auteur

Maître de conférences honoraire d’histoire moderne, Université de Provence, GRFM, UMR Télemme

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540