Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

L’itinéraire d’une historienne engagée

Entretien avec Yvonne Knibiehler

Anne-Marie Daune-Richard et Monique Haicault

Texte intégral

La fille du père

1Des deux côtés, paternel et maternel, des familles nombreuses donnent une coloration chaleureuse à l’enfance. Les fêtes de famille sont fréquentes.

2Yvonne Azais est la fille aînée d’un père qui, attendant un garçon… ne l’a pas regardée pendant plusieurs semaines ! Mais elle comprend vite comment éveiller l’amour paternel : réussir à l’école, compensant par là son regret de n’avoir pas pu faire d’études, et accepter d’être traitée comme un fils.

3Brillante à l’école, la famille lui permet de poursuivre dans le secondaire. Un vrai pari compte tenu de la charge financière que cela représentait et du fait que « de toute la famille j’étais la première à aller au Lycée : çà n’était pas de notre milieu comme on disait ». Enfin, dans une famille très catholique, son père choisit le public car il pensait que l’enseignement y était de meilleure qualité.

4Ainsi entre-t-elle au Lycée de Montpellier, deuxième lycée de filles en France, après le lycée Molière de Paris, et y fait des études brillantes : « de ce point de vue je suis vraiment la fille de mon père ».

La naissance d’une vocation

5Elle passe la première partie du Baccalauréat en 1939, la deuxième en 1940. Elle est présentée au concours général en histoire… mais ne connaîtra jamais le résultat : la débâcle est passée par là ! Ses professeurs pensaient qu’elle pourrait faire une première supérieure, puis l’École Normale Supérieure. Mais la charge financière que cela pouvait représenter, ainsi que le fait d’aller vivre à Paris en pleine guerre, amènent ses parents à s’y opposer. Elle était bonne en littérature, en philosophie autant qu’en histoire, et choisit finalement cette dernière parce qu’elle offrait la possibilité d’études relativement courtes. Son père avait encore à charge son jeune frère, né six ans après elle, et elle souhaitait pouvoir gagner sa vie le plus rapidement possible.

6Elle présente l’écrit de l’agrégation en 1944 et l’oral au printemps 1945, la Libération ayant, une fois encore, bouleversé le calendrier. Elle est immédiatement « on manquait de professeurs partout » nommée à Toulouse, où elle termine l’année scolaire. « J’ai mené une vie pénible, crevé de faim… L’année suivante j’ai demandé Nîmes pour me rapprocher de mes parents. »

7Elle reste quatre ans au lycée de filles de Nîmes et envisage la préparation d’une thèse sur St Bernard de Clairvaux, avec l’idée de s’orienter vers l’université. Mais d’une part son sujet ne la passionne pas et d’autre part, étant à Nîmes, elle est coupée de la Fac et se sent peu soutenue. Enfin, dans une ville très protestante, un tel sujet n’est pas facile à mener.

Épouse, mère et professeur

8En 1949, elle épouse un ingénieur qui est nommé au Maroc. Elle y vivra cinq ans et ses trois enfants naîtront pendant ce séjour. Elle est nommée dans Djerada (sud d’Oujda) où travaille son mari, à la frontière algérienne, pour moitié au lycée de filles, moitié au lycée de garçons. Cette période est une phase « de révélation » dans son parcours : elle y fait l’expérience de la maternité et aussi celle d’être « femme, diplômée et en emploi dans un milieu d’hommes ». Seule agrégée — sauf peut-être le proviseur — parmi les professeurs, hommes et femmes, seule femme — et souvent enceinte — au lycée de garçons, elle n’est pas non plus « en phase » avec les collègues de son mari ; elle se sent « différente ».

9En 1954, son mari étant nommé en France, elle le suit, d’abord au nord de Paris, puis dans la région d’Avignon et enfin à Aix. Pendant ces années elle alterne les congés sans solde et les postes, au gré des possibilités que lui offre l’Éducation Nationale.

10L’aide dévouée de domestiques, au Maroc puis en France, lui évitera de poser dans son couple la question du partage des tâches et de l’importance sociale et économique du travail domestique, point fort de la mobilisation des femmes dans la décennie suivante. Mais son mari a toujours encouragé ses projets professionnels, ce qui n’était pas si fréquent à l’époque.

L’Université et la thèse d’État sur Mignet

11En arrivant à Aix, en 1963, Yvonne obtient un poste au lycée Cézanne. Elle reprend contact avec la faculté et rencontre un de ses anciens professeurs à l’Université de Montpellier et, parallèlement à ses enseignements au lycée, elle assure quelques heures de vacations à la faculté « du fait de la surcharge démographique on manquait de bras ». Elle devient ensuite assistante.

12En 1964, elle s’engage dans la préparation d’une thèse sur Mignet. Le sujet que lui propose Pierre Guiral lui paraît convenir à ses ambitions : ne pas se lancer dans une grande thèse, et découvrir « une autre façon de faire le métier d’historien ». Mignet, premier historien de la Révolution à « faire en quelque sorte de l’histoire orale » lui montre la voie.

13Elle travaille relativement seule, sans le soutien d’un séminaire « je me suis aidée toute seule, (d’autant que) tout le monde me dissuadait de faire une thèse car j’avais quitté la faculté depuis plus de 15 ans ! » En fait tout se passe bien, elle fait vite le tour des travaux sur Mignet et s’appuie sur la solide méthode enseignée à Montpellier par Alphonse Dupront :

C’était un professeur éblouissant, un éveilleur d’idées qui vous faisait pénétrer l’histoire dans la conscience, comme une interrogation, une remise en cause de soi et de la culture dans laquelle on avait grandi. C’est le professeur qui m’a le plus influencée en montrant qu’il fallait faire l’histoire de l’histoire.

14Lorsqu’elle soutient sa thèse, en 1970 — du fait des événements de mai 68 qui retardent le travail — elle n’est que Maître assistante, ce qui était tout à fait inhabituel. Elle est nommée Professeure sur la chaire de Maurice Agulhon — nommé à la Sorbonne, puis au Collège de France.

15Au cours de la lecture attentive de toute la correspondance de Mignet, elle découvre la personnalité de la Princesse Belgiojoso dont Mignet avait conservé toutes les lettres.

Je suis tombée sur une femme d’une carrure exceptionnelle. Maîtresse de Mignet pendant trente ans, cette femme, issue de la très puissante famille lombarde des Trivolsio, dont la noblesse et l’opulence remontaient au XIIe siècle, avait épousé le Prince Belgiojoso. Politiquement engagée, elle a joué un rôle important dans le Risorgimento. En creusant la vie de Mignet, j’ai constaté qu’elle avait été l’objet d’une véritable persécution. On la traitait de putain, tout ce qu’elle faisait était tourné dans ce sens par cette société Louis-Philipparde.

16Ainsi vont se développer, à partir du travail de thèse, deux aspects de la personnalité d’Yvonne, le goût pour une autre manière d’enseigner et de faire l’Histoire et « une méfiance à l’égard du machisme », qui vont désormais nourrir sa carrière.

De la thèse au mouvement des femmes puis au CEFUP

17Sa thèse marque une étape importante dans sa prise de conscience de l’oppression des femmes et du machisme.

Bien qu’ayant appliqué rigoureusement les méthodes et les principes des sciences sociales, je suis restée femme en écrivant l’Histoire, et celle des femmes m’a poussée à la solidarité. Avec la Princesse Belgiojoso, en tant que femme, je souffrais ce qu’elle avait souffert.

18Toutefois déjà au Maroc, elle avait éprouvé « la résistance de l’époque à accepter le travail professionnel des femmes, qui était perçu comme contraire à la vocation naturelle des femmes envers leur famille. »

19Durant les événements de 1968, elle est surtout focalisée sur la réforme de la pratique pédagogique. Active à la faculté, elle partage avec les étudiants la critique de l’arrogance des mandarins, « la nécessité d’associer les étudiants au conseil universitaire, aux décisions, et à l’évaluation des enseignements ». Mais la relation pédagogique reste son cheval de bataille durant cette période. Elle déplore qu’« aucun syndicat n’ait pris en compte » un sujet aussi important à ses yeux, « seuls la carrière, le salaire, le temps de travail, rien d’autre ne comptait pour eux ».

20Durant sa dernière semaine de grossesse n’a-t-elle pas passé du temps à écrire des plans de réforme pédagogique pour l’enseignement secondaire ?

Le CEFUP et l’enseignement sur les femmes

21Avec Christiane Souriau, historienne à Aix, elle constate qu’alors que 70 % des étudiants sont des filles, il n’y a aucun enseignement sur les questions des femmes à la faculté. « Une histoire de la maternité par exemple n’était pas envisageable. L’Histoire n’abordait pas ces questions. Nous avons commencé à six en nous donnant une année pour travailler ensemble. »

22Dès 1972, le groupe des six (Claudie Dubreuil gynécologue, Christiane Souriau, Sylvia Ostrowetsky sociologue, une littéraire Anne Léoni et un homme, Marcel Bernos, qui avait commencé une thèse sur la piété féminine au XVIIe siècle.) squatte une salle dans l’Université et crée un cours sauvage ouvert à toutes les femmes « pour montrer qu’il y avait une façon femme d’aborder toute question ».

23En 1974, Françoise Giroud, alors Secrétaire d’état à la Condition Féminine, soutient le groupe d’Aix pour mettre en place à l’Université une formation continue au profit des femmes, avec deux filières diplômantes, l’une de bibliothécaire, l’autre de conseillère conjugale et familiale. « On a été la première Université de France à délivrer un diplôme de conseillère conjugale et familiale, avec gynécologue et psychologue. »

24À Paris les étudiantes poussaient Michelle Perrot à ouvrir un cours sur les femmes. « Mais imprégnée de l’idée que la question des femmes risquait de diviser les militants, Michelle était au début assez réticente, à Aix au contraire nous étions convaincues que les sciences humaines avaient tout à dire sur les femmes. »

25Dans cette mouvance, faisant suite au premier colloque féministe Les femmes et les sciences humaines organisé à Aix en 1976, le colloque Famille et pouvoirs en 1979, a bénéficié de la participation du groupe initial, devenu entre temps le Centre d’études féminines de l’Université de Provence (CEFUP).

26Parallèlement le groupe obtient la création d’un enseignement d’histoire de la famille, auquel sont associés Marcel Bernos et Elizabeth Ravoux (ouvert également aux littéraires).

27Fidèle aux intentions initiales du groupe, le CEFUP du début des années 80, mixte et toujours pluridisciplinaire, reste davantage tourné vers la formation pluridisciplinaire dans un séminaire régulier ouvert aux femmes que vers la recherche. Il va aussi prendre en charge, dans le Bulletin d’information des études féminines (BIEF), l’édition régulière de publications centrées sur des thèmes clé de l’époque.

Des travaux sur des thèmes portant successivement sur le travail social, la famille, la maternité, la paternité

28À partir de 1974 Yvonne va s’intéresser « aux métiers féminins, pour voir pourquoi ils étaient féminins ».

29Tout d’abord, le métier d’assistante sociale la met en relation, grâce à la collaboration du sociologue Pierre Idiart, avec les confédérations d’assistantes sociales pour la collecte de témoignages. Une Histoire du service social, avec une belle préface de René Rémond, naît de ce travail « qui est un succès ».

  • 1 Pour de plus amples informations sur les œuvres citées, voir la Bibliographie établie par Michèle (...)

30Puis l’éducation des jeunes filles devient le thème d’un cours collectif pluridisciplinaire, avant de faire l’objet d’un ouvrage De la pucelle à la minette1, publié en 1983, « fait partie des ouvrages qui me tiennent bien à cœur » nous dit Yvonne. Cet ouvrage est issu de la grande quantité de matériaux collectés durant les trois années de cours donnés par Yvonne avec Éliane Richard, Élizabeth Ravoux et Marcel Bernos.

31Beaucoup d’ouvrages suivront, élaborés en collaboration avec Catherine Fouquet : La femme et les médecins en 1983, Cornettes et blouses blanches. Les infirmières dans la société française en 1984, qui s’appuie sur des témoignages d’infirmières.

32L’Histoire des mères dont la chronologie s’arrête volontairement en 1945, sous Pétain, va donner lieu en 1997 à un nouvel ouvrage La révolution maternelle. Le thème de la maternité ne va plus quitter Yvonne qui affirme alors qu’« ayant vécu la crise de 1970 en tant que mère, j’avais quelque chose à dire là-dessus ». C’est ainsi qu’elle participe au livre sur l’Histoire des femmes de Michelle Perrot et Georges Duby dans un chapitre sur « Corps et cœur ».

Comment travaille cette infatigable historienne, animée par le souci aigu de transmettre ce qu’elle explore sur la base de son expérience ?

J’ai l’esprit frais le matin je ne suis pas du soir, j’écris une heure le matin avant toute autre chose, les idées de la nuit il faut que je les écrive. Je n’écris pas à la machine.

33Esprit synthétique, le plan est la première des choses.

Plier la feuille en trois, j’ai appris que c’était une manie de khâgneux. Ca fait trois parties avec trois sous-parties. Je me dis qu’est-ce que je vais présenter en tant qu’historienne ? Ce qui est commode, c’est un plan chronologique, en trois parties autant que possible. Avec des événements qui justifient la périodisation. Dans chacune je cède davantage à la thématique, qu’est-ce qu’il faut dire, qu’est-ce qui change par exemple d’une époque à l’autre. Quels sont les changements ? La gestation dure plusieurs semaines tandis que j’écris un peu dans le cadre du plan ainsi construit. Je pars à l’aveuglette avec mon expérience personnelle. Comme j’avais allaité mes trois enfants, je me suis demandée « qui allaite, pourquoi, à quels moments on allaite plus volontiers. » J’ai cherché dans les lectures et le discours médical tout en m’appuyant sur mes propres souvenirs et ma propre sensibilité.

Trois périodes dans un cheminement où le féminin côtoie toujours le maternel et des atouts majeurs

34La première c’est pendant les études supérieures. « J’ai perçu que l’expérience humaine était tellement riche qu’il fallait se l’approprier, puis la transmettre. »

35La seconde c’est la maternité, une forme de révélation du féminin. « Un féminin maternel. Pour moi en tous cas c’est comme cela. »

36La troisième c’est l’engagement dans l’écriture avec la thèse qui la confronte à sa capacité d’expression, mais jugée par les autres.

Des atouts majeurs

37Trois atouts majeurs lui permettent de réussir ce double itinéraire de mère-épouse et d’historienne. L’un est professionnel, la pénurie d’enseignants durant cette période de l’après-guerre lui garantit en quelque sorte un poste au fur et à mesure des changements de résidence liés à la carrière de son époux. L’autre concerne la sphère domestique et familiale, gérée dans chaque lieu de vie grâce à des aides domestiques de grande qualité. Enfin quelques années de congé sans solde prises aux moments cruciaux.

38Cet équilibre fait montre de qualités de gestion et de rigueur dans la conduite de la vie sur tous les plans. Ces qualités se retrouveront dans la coordination de l’écriture avec le métier d’enseignante ainsi que dans les animations sans interruption de divers collectifs de recherche.

Une vie bien remplie, un contrat respecté, un message adressé aux femmes

Je dis à mes enfants : consolez-vous facilement quand je quitterai ce monde, j’ai fait ce que j’avais à faire. Plus ou moins bien, quand je l’ai mal fait j’en ai remords et regrets, mais il me semble que ce que j’avais à faire, je l’ai fait.

39Mais que dire aux femmes ? « Les femmes doivent apprendre à changer elles-mêmes, à prendre leur sort, leur destin en main, sans trop attendre de l’État, du mari. » Elles doivent discuter entre elles et savoir ce qu’elles souhaitent et comment elles pourraient l’obtenir :

Nous sommes responsables du monde autant que les hommes, désormais, avec le droit de vote, nous ne pouvons plus nous cacher derrière l’autorité du chef de famille, nous sommes aux premières loges.

40Elle déplore le gâchis dans le domaine de l’éducation :

Les délinquants, on les traite comme des sauvages mais c’est nous qui sommes des sauvages, et en particulier les mères parce qu’on leur a confié les enfants. Au plan de l’histoire, les pères doivent s’impliquer autant que les mères mais nous sommes impliquées encore davantage et c’est à nous de réagir.

41Aujourd’hui, Yvonne est toujours engagée dans plusieurs collectifs de recherche ou de formation qu’elle a contribué activement à mettre en place. Elle participe à des colloques en France ou en Europe sur les thèmes de ses ouvrages, maternité et paternité principalement. Elle représente non seulement une figure d’historienne, mais aussi celle d’une certaine conception de l’engagement des femmes.

Notes

1 Pour de plus amples informations sur les œuvres citées, voir la Bibliographie établie par Michèle Bitton dans l’ouvrage, p. 291.

Auteurs

Sociologue, CNRS-LEST

Sociologue, CNRS-LEST, GRFM

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540