Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Regard transversal

Jacques Guilhaumou

Texte intégral

  • 1 Naissance des sciences humaines : Mignet et l’histoire philosophique au XIXe siècle, Paris, Flamma (...)

1Yvonne Knibiehler soumet à notre attention le portrait d’un historien, François Mignet, chez lequel elle souligne la bienveillance, la lucidité, l’esprit méthodique, bref la volonté de promouvoir les activités de l’esprit au plus haut niveau, y compris dans l’engagement politique1. À ses yeux, Mignet incame une réussite exemplaire par le seul fait de la force de son intelligence historique. De cette rencontre privilégiée avec l’un des fondateurs des sciences historiques, dès l’apprentissage de son métier d’historienne, Yvonne Knibiehler a retenu tout particulièrement l’importance de l’écriture historique, et donc du récit. C’est ainsi qu’elle précise que :

  • 2 La sexualité et l’histoire, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 15.

le récit historique permet de commencer à penser. Il opère une mise à distance déjà critique de soi. Il interroge les usages, les institutions, les connaissances, les langages ainsi que leur progressive transformation2.

2Un exemple frappant de la nécessité de déployer le récit des temps passés pour comprendre la place des femmes et des hommes dans l’histoire présente et à venir consiste dans l’évaluation historique du caractère sexué de l’espace, au-delà de la domination masculine dans le temps long de l’histoire. Entre l’espace féminin et l’espace masculin, chaque lien relève de l’interdépendance, de la solidarité :

  • 3 Ibid., p. 151.

En assignant à l’un et l’autre sexe des espaces, des tâches, des rôles, des fonctions différentes, on les rend interdépendants, solidaires, chacun ayant besoin du travail de l’autre3.

3Ainsi, de la construction sociale de la complémentarité des sexes dans l’histoire, nous pouvons retenir aussi bien le réinvestissement actuel de la conjonction des sexes au sein d’une réflexion autonome et inventive que le préjugé naturaliste passé d’une prétendue différence de nature sociale entre l’homme et la femme, et ses répercussions longtemps négatives sur la conception du progrès humain.

  • 4 « Introduction au colloque : orientations théoriques, scientifiques et méthodiques », Brive Marie- (...)
  • 5 Hormis l’importance accordée aux travaux pionniers de Dominique Godineau dans nos recherches en hi (...)

4Le programme tracé par Yvonne Knibiehler en histoire des femmes, à l’occasion du colloque de Toulouse de 1989 sur les femmes et la Révolution française, nous montre bien en quoi elle s’implique à la fois comme historienne et femme dans ses activités de chercheure et de militante4. Après avoir précisé que l’histoire des femmes peut nous « faire entrer de plein pied dans l’histoire, tout simplement »5, Yvonne Knibiehler propose d’approfondir notre connaissance de la dynamique femme-homme par une attention particulière aux femmes dans l’histoire en tant que sujets parlant et agissant. Il s’agit donc de focaliser les analyses sur la femme en tant qu’individu à part entière, et aussi comme membre du groupe des femmes.

5L’histoire des femmes s’avère alors une manière particulièrement fructueuse de réinvestir la société et les valeurs qui la sous-tendent, et tout particulièrement la citoyenneté comme facteur d’égalité au sein de la nation. En se donnant un tel objectif de recherche, il devient possible d’interroger ce qui n’existe pas, mais qui peut advenir au profit de l’émancipation humaine, avec une part d’utopie réaliste permettant de penser des réalisations concrètes de l’émancipation féminine sur la base d’un espoir sans cesse renouvelé grâce aux avancées de la connaissance et de la démocratie.

6Dans une telle perspective libératrice et militante, le féminisme apparaît, y compris dans son histoire récente, comme un humanisme, véritable face, et ignorée pendant longtemps, de l’émancipation humaine. Yvonne Knibiehler peut ainsi écrire que :

  • 6 La révolution maternelle depuis 1945. Femmes, maternité, citoyenneté, Paris, Perrin, 1997, p. 354.

le féminisme est une théorie qui prend pour fin la personne humaine et son épanouissement. Non pas une déclaration de guerre à l’autre sexe ( !), mais un dialogue sincère — une négociation permanente — en vue de l’intérêt commun, en vue notamment de l’intérêt des enfants6.

7Mettre l’individu(e) au centre, comme le fait Yvonne Knibiehler, dans son apprentissage de la liberté, donc dans le passage de l’état dépendant de l’enfance à la situation de sujet responsable, c’est relater l’originalité de son expérience du lien social et de l’interdépendance avec les autres individu(e)s. La prise en compte d’un tel processus d’individuation — qui peut prendre la forme du récit biographique — permet de réinvestir, au sein de la citoyenneté, des actions spécifiquement féminines, mais demeurées invisibles jusqu’à nos jours. Il en ressort des portraits de femmes appréhendées dans leur vécu authentique au sein de la société, en dépit de normes demeurées longtemps d’une grande rigidité et de nature discriminatoire à leur égard. Mais, dans un temps historique plus récent, il en ressort aussi des chemins inédits vers l’indépendance par le témoignage, l’écriture, la lutte et l’activité associatives.

8Cependant des actions spécifiquement féminines, aux yeux d’une société à dominante masculine, sont apparues au premier abord comme des freins à l’émancipation des femmes. Ainsi en est-il de la maternité — sujet central dans la réflexion d’Yvonne Knibiehler — et des contraintes sociales qu’elle impose. Il en est de même des travaux liés à des secteurs d’activités jugés, à tort ou à raison, plus féminins que masculins, en particulier dans le domaine des services, de la santé et de l’éducation. Là encore, Yvonne Knibiehler a été pionnière par l’ampleur des enquêtes auxquelles elle a participé, et aussi par l’intelligence et la profondeur de sa réflexion en la matière. Elle s’est longuement interrogée sur le lien entre l’identité féminine et la fonction maternelle, sans réduire l’une à l’autre, mais dans le but de comprendre d’abord pourquoi cette confusion a été faite dans le passé, alors que l’identité masculine n’a jamais été réduite de façon continue à la fonction paternelle. Puis, elle nous a permis de penser un nouveau rapport entre féminité et maternité, contre l’illusion que l’on puisse effacer la différence des sexes en ce domaine. Il apparaît alors que la fonction maternelle joue un rôle essentiel dans la construction identitaire des femmes et des hommes, et doit être théorisée comme telle à l’horizon de l’épanouissement de la nature humaine. De même en est-il de la grande proximité entre les richesses du travail social et la dimension fortement féminine de professions où se concrétisent les gestes d’un travail novateur et émancipateur dans l’histoire.

9Les apports des travaux et des réflexions d’Yvonne Knibiehler, leur continuation et leur amplification dans de récents travaux d’autres chercheurs se déploient, dans cet ouvrage, en deux temps : d’abord dans le temps historique de l’émancipation des femmes par leur vécu et leur capacité à la lutte, jusqu’au point où elles peuvent revendiquer une identité citoyenne à part entière ; puis dans le moment passé de leur construction identitaire contrastée, et dans le temps présent et futur de l’épanouissement de leur identité propre par la revendication de liens sociaux autonomes, y compris dans l’affirmation de la maternité comme différence émancipatrice, au-delà de sa réalité biologique.

10Il convenait en premier lieu que Maurice Agulhon salue la hardiesse épistémologique et la modernité de l’œuvre d’Yvonne Knibiehler, modernité d’un féminisme généreux que concrétise le compte-rendu de l’entretien réalisé par Anne-Marie Daune-Richard et Monique Haicault sur l’itinéraire d’une historienne engagée.

11D’entrée de la première partie, Marcel Bernos nous rappelle que, sous l’Ancien régime, la catégorie d’individu est absente d’une vision de l’ordre public régi par des normes particulièrement contraignantes. La position en premier plan du lignage et de la famille s’accompagne d’un préjugé majeur sur l’infériorité de la nature féminine. Dans une société virile, la personne humaine, et en particulier la femme, n’est véritablement prise en compte que sous l’égide de l’État, et surtout de l’Église, à travers des pratiques religieuses et éducatives qui confèrent un vécu propre aux femmes, essentiellement dans les élites.

12Une telle tension entre le vécu et les normes permet aux femmes, avec la formation d’un espace public de débat au XVIIIe siècle, d’emprunter les chemins de l’indépendance. Tel est le cas de l’écrivaine Isabelle de Charrière, que nous présente Isabelle Vissière avec beaucoup d’attrait. À partir de ses héroïnes de roman, Isabelle de Charrière voudrait que toute femme puisse concilier son autonomie et les normes de son milieu social, « conciliation impossible sans déchirement » précise Isabelle Vissière, mais « conciliation envisageable dans une prise de conscience collective et par une éducation intelligente des filles ».

  • 7 Anne Verjus montre, dans son ouvrage novateur sur Le cens de la famille. Les femmes et te vote, 17 (...)

13Néanmoins le basculement dans un horizon individué se fait avec l’avènement, certes théorique, d’une société d’individus libres et égaux, suite à la Révolution française. La femme est donc enfin reconnue comme sujet juridique. Anne Verjus montre alors que le thème ancestral de la passivité de la femme dans la génération disparaît au profit de la mise en valeur du rôle actif de l’épouse et la mère en ce domaine, et qui plus est à l’avantage de son importance décisive dans l’avènement du génie masculin. C’est dans ce cadre nouveau qu’elle situe la réflexion, au début du XIXe siècle, sur l’art de faire des enfants d’esprit, qualifié de Mégalanthropogénésie, en tant que part de la nouvelle science politique. Plus largement, des parcours de femmes prennent une importance toute particulière au sein de la famille, devenue, certes pour un temps seulement7, une catégorie politique qui marque le champ de la citoyenneté par sa prégnance sur la pensée républicaine.

14Reste que l’avènement proclamé d’une société nouvelle au XIXe siècle, en dépit de ses potentialités émancipatrices pour l’individu(e), touche vite à ses limites. Rémi Mallet nous rappelle, à travers l’étude du corpus des manuels d’histoire du milieu du siècle, qu’il ne faut pas se laisser prendre aux faux-semblants de la Révolution romantique à l’égard des femmes. Tant chez Michelet que chez d’autres auteurs moins connus, il constate une difficulté à valoriser le vécu de leurs personnages féminins sur la base de leurs normes idéologiques. Les femmes peuvent certes être pensées comme objet d’histoire, mais elles sont surtout mises en valeur par « l’alchimie de l’écriture de l’histoire » plus que par la valorisation progressiste de leurs actions.

15À la fin du XIXe siècle, la fédération des associations féministes et féminines française dans le cadre du Conseil National des femmes françaises, modifie singulièrement l’impact des revendications féministes, et tout particulièrement l’accès au droit de vote. Anne Cova retrace le parcours de ce vaste mouvement féministe réformiste, au cours de la IIIe république, qui devait aboutir à l’organisation des États généraux du féminisme, déployé en trois sessions de 1929 à 1931. Elle souligne tout particulièrement l’importance de la famille, et donc de la fonction maternelle et du rôle de mère-éducatrice des femmes, dans le programme élaboré en commission par les déléguées. Régine Goutalier, dans l’intervention suivante, nous rappelle aussi fort opportunément que la troisième session a pris l’ampleur d’une manifestation féministe de premier plan, au moment même de l’Exposition Coloniale internationale de 1931. Le modernisme est mis à l’ordre du jour en direction des femmes et des enfants vivant dans les colonies, compte tenu de leur état de misère et de dépendance sans cesse dénoncé par les déléguées aux États Généraux.

16Dans le climat politique de l’entre-deux-guerres où les féministes prennent acte du blocage du Sénat à rencontre de toute initiative législative en faveur du droit de vote des citoyennes, il importait de mettre l’accent sur le social pour avoir une action réformiste et efficace. Ainsi la marseillaise Marie Oddo, étudiée par Éliane Richard, est l’une de ces femmes qui ont œuvré de manière exemplaire pour l’hygiène sociale et la protection de la jeunesse. Forte de ses relations dans l’Église catholique et de ses appuis dans le milieu médical où son mari œuvre à sa manière, elle fonde en 1920, et de manière autonome, la première école médico-légale de Marseille, ouvrant ainsi des possibilités de carrière à des filles. En d’autre temps et en d’autres lieux, et dans le cadre des initiatives actuelles de l’Association Forum-Femmes-Méditerranée, dont Geneviève Dermenjian est membre actif, les parcours d’Aïcha Echh-Chenna, assistante sociale au Maroc, et de Fatima Kharadja, psychologue sociale en Algérie, sont tout aussi exemplaires de la conjonction entre un professionnalisme et un féminisme militant au service du bien-être social de femmes délaissées, abandonnées, rejetées par la société.

17La rencontre entre le mouvement féministe et le questionnement sur les pratiques des assistantes sociales et leur identité propre se précise, depuis une quarantaine d’années, par la multiplication des enquêtes sur le terrain et des recherches en histoire du travail social. Yvonne Knibiehler y occupe une place centrale, comme le soulignent Henri Pascal et Paul Allard. Ses travaux ont permis de sortir l’histoire du travail social du cercle restreint de l’exercice étatique du contrôle social, en y associant sa dimension féminine, donc en permettant de mieux comprendre l’identité des travailleuses sociales. Yvonne Knibiehler a multiplié les initiatives de recherche en ce domaine, tout en développant sa propre originalité dans le champ des travaux universitaires, où elle fait désormais autorité.

  • 8 Voir sa présentation dans le présent volume.

18Il importe donc que Daniel Armogathe, en tant qu’acteur à part entière, et surtout Françoise Thébaud nous rappellent le rôle central d’Yvonne Knibiehler dans la création du Centre d’Études féminines de l’Université de Provence (CEFUP) en 1972, et la publication de son bulletin, le BIEF. Ainsi Yvonne Knibiehler a été, dans les années 1980, l’une des principales protagonistes d’une aventure exaltante basée sur le pari de la complémentarité entre la recherche, l’enseignement et la formation, et au nom du respect de la pluridisciplinarité, du travail en commun et de la mixité. Il s’agissait de « mettre à l’épreuve l’idée de la valeur de la recherche féministe », pari réussi, ne serait-ce qu’au sein de l’intense activité scientifique d’Yvonne Knibiehler durant cette période, dont témoigne déjà la simple lecture de la bibliographie de ses publications8.

19Pionnière, Yvonne Knibiehler l’a également été dans sa contribution majeure à l’histoire des mères et de la maternité comme nous le rappelle Karen Offen en énumérant les nombreux ouvrages qu’elle a consacrés à cette question dans son corpus d’œuvres. C’est à une véritable refondation de l’histoire de la civilisation occidentale, voire universelle, qu’Yvonne Knibiehler nous convie « à travers les yeux d’une mère-érudite et en faveur des mères actuelles et à venir », dans la mesure où ses recherches s’élargissent naturellement à l’histoire de la paternité, de la famille, des enfants et de la sexualité, bref de la relation d’ensemble entre la femme et l’homme. Du caractère fructueux de la voie ainsi tracée, d’autres chercheurs témoignent dans le présent ouvrage.

20À vouloir refonder l’histoire occidentale du point de vue de la relation femme-homme, il importe de remonter à sa source narrative, et tout particulièrement à la manière dont sont désignées originellement les expressions du masculin et du féminin, tout particulièrement dans le récit biblique de la Genèse. Michèle Bitton nous convie ainsi à la première rencontre d’Adam et Eve à travers un jeu complexe, et d’abord volontairement confus au plan linguistique, entre le masculin et le féminin. Si l’invention du mythe d’Eve s’inscrit sans surprise dans la volonté politique de glorifier le masculin au détriment du féminin, la richesse lexicale attestée en la matière des récits de la création ouvre des perspectives nouvelles sur l’appréhension originelle du féminin.

21La culture occidentale fait perdurer par la suite une évidente fascination politique et culturelle pour la question de la filiation. Elisabeth Rallo propose ainsi d’étudier l’exemple de la paternité dans la tétralogie de Shakespeare, pièces historiques qui mettent en intrigue le conflit entre des rois et leurs fils. Ici la question du maintien de la puissance et de l’autorité de l’État, ainsi que l’évaluation du poids de l’opinion publique apparaissent essentielles, introduisant ainsi un lien direct entre la dynamique de la filiation et la formation du tout social. De son côté, en analysant les représentations du père et de la mère dans l’opéra romantique italien, ainsi que leurs relations avec leurs enfants, les filles tout particulièrement, Martine Lapied montre que l’amour filial est la norme, face à un père plutôt intransigeant et une mère plus comprehensive au titre de sa vocation sacrificielle.

22Étant désormais entendu, à l’aube du XXIe siècle, que la maternité et la paternité doivent relever d’une citoyenneté pratiquante et égalitaire, et non d’un rapport de pouvoir et/ou de dépendance, les travaux historiques sur la famille et l’enfance prennent désormais une tonalité particulière.

23Pour sa part, Yuko Nishikawa interroge une fois de plus, après Anne Verjus, le lien entre le modèle contemporain de la famille et l’État-nation. Considérant l’évolution des termes qui désignent l’espace d’habitation familiale, elle prend l’exemple de la famille japonaise, appréhendée historiquement à la fois comme norme institutionnelle et norme d’individuation collective. Ainsi, à distance du cas occidental, elle constate que c’est seulement dans la période actuelle que l’organisation de la maison familiale est prévue pour contribuer en partie à l’épanouissement personnel, et tout particulièrement au bonheur familial et individuel des femmes.

24De son côté, Daniel Murât aborde une histoire tout aussi peu explorée, l’histoire institutionnelle de l’enfance inadaptée dans le domaine féminin au cours de la période contemporaine. Il s’efforce, à l’aide de quelques exemples, de préciser ce qu’il en est, dans ce cadre institutionnel, de l’éducation au féminin. Il en conclut à la grande plasticité des congrégations religieuses qui se sont consacrées à la rééducation des filles, donc à leur forte capacité d’adaptation, tout en conservant une certaine originalité dans leurs options éducatives.

25Enfin, Véronique Antomarchi se penche sur l’histoire familiale des vacances, encore à peine ébauchée. Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, les enquêtes statistiques se multiplient et permettent de retracer les grandes lignes de cette histoire d’itinérance, tout en donnant des informations précieuses sur les contraintes et les liens familiaux, leur évolution et leur mutation dans le sens d’un renforcement du vivre ensemble sur un pied d’égalité.

26En guise de propos conclusif, nous pouvons retenir l’intervention de Christine Bard sur la nécessité de construire un espace permettant de rendre visible l’action passée, présente et future des femmes, par leur inscription dans la mémoire des nations. C’est ainsi qu’elle nous relate les enjeux de la création, à l’initiative d’une association constituée en janvier 2002, d’un lieu de rencontre, d’un lieu de vie et d’un lieu d’échanges sous le nom de Cité des femmes. Ici l’utopie réaliste, revendiquée par Yvonne Knibiehler, devient une réalité proche, garante de la mémoire des femmes, donc émancipatrice.

  • 9 Knibiehler Yvonne (dir.), Germaine Poinso-Chapuis, Femme d’État (1901-1981), Association les Femme (...)

27Pionnière dans bien des domaines de recherche, Yvonne Knibiehler sait reconnaître le rôle tout aussi pionnier d’autres femmes exceptionnelles dont elle salue à l’occasion le rôle novateur au titre de leur capacité, au-delà d’une forte présence dans l’espace privé, de s’imposer dans n’importe quelle activité publique, donc auprès des hommes. Ainsi en est-il de Germaine Poinso-Chapuis avec qui elle partage — le temps d’en présenter la biographie9 — des engagements exaltants et des satisfactions intenses. Dans sa génération, Yvonne Knibiehler est l’une de ces mutantes, l’un de ces passeurs qui nous obligent à renouveler sans cesse notre pensée et nous situent ainsi dans un mouvement permanent d’émancipation humaine au sein d’un espace de communication libre et universelle entre les sexes.

Notes

1 Naissance des sciences humaines : Mignet et l’histoire philosophique au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1973.

2 La sexualité et l’histoire, Paris, Odile Jacob, 2002, p. 15.

3 Ibid., p. 151.

4 « Introduction au colloque : orientations théoriques, scientifiques et méthodiques », Brive Marie-France (dir.), in Les Femmes et La Révolution française, vol. 1, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1989, p. 29-33.

5 Hormis l’importance accordée aux travaux pionniers de Dominique Godineau dans nos recherches en histoire de la Révolution française, c’est par ce questionnement que nous avons abordé en premier l’histoire des femmes. Voir en particulier notre « Note critique : histoire des femmes, histoire tout court » dans DERMENJIAN Geneviève, HAICAULT Monique (dir.), Le Forum et le Harem, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1997.

6 La révolution maternelle depuis 1945. Femmes, maternité, citoyenneté, Paris, Perrin, 1997, p. 354.

7 Anne Verjus montre, dans son ouvrage novateur sur Le cens de la famille. Les femmes et te vote, 1789-1848, Paris, Belin, 2002, que le modèle politique de la famille, issu de la Révolution française, s’épuise en 1848 au profit d’une conception abstraite et virile de l’individualité générique.

8 Voir sa présentation dans le présent volume.

9 Knibiehler Yvonne (dir.), Germaine Poinso-Chapuis, Femme d’État (1901-1981), Association les Femmes et la Ville. Aix en Provence, Édisud/Association Les Femmes et la Ville, 1998.

Auteur

Directeur de recherches, CNRS-ENS Lettres et Sciences humaines de Lyon, GRFM

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540