Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Préface

Maurice Agulhon

Texte intégral

1Je suis heureux que les directeurs de ce volume d’hommages m’aient proposé d’y contribuer. Certes, j’ai quitté Aix en 1972 pour faire une longue carrière à Paris, et, pendant ces trente années, les occasions de rencontrer personnellement Yvonne Knibiehler ont été rares, bien que son souvenir me fût périodiquement rappelé par la publication de ses livres. Mais le lien, qui semble aujourd’hui bien ancien, était solide.

2Nous avons appartenu ensemble à l’équipe d’historiens contemporaneïstes rassemblée à la ci-devant Faculté des lettres d’Aix par Pierre Guiral, bonne équipe, large et diverse, d’hommes et de femmes, d’anciens d’Aix et d’anciens de Paris, de conservateurs et de progressistes, mais qui accordaient tous au patron une sympathie, une amitié parfois, et une déférence bien méritées.

3Un peu plus avancé qu’Yvonne Knibiehler dans la carrière, j’ai été Docteur avant elle, et Guiral m’a même désigné comme membre du jury de sa thèse ! C’est, je crois bien, la première fois que j’officiais comme juge dans ce genre d’institution. Après quoi, je suis devenu un professeur à part entière, Yvonne Knibiehler est arrivée à son tour au sommet de la hiérarchie des maîtres assistants, et lorsque j’ai quitté Aix pour enseigner à Paris I, c’est elle qui a été élue pour me succéder dans la chaire aixoise d’histoire de France du XIXe siècle. Voilà qui, comme on dit, créé des liens, pas forcément très intimes en matière d’influence intellectuelle, mais bien réels cependant pour qui a quelque attachement aux institutions universitaires.

4La thèse, dirigée par Pierre Guiral, portait sur Mignet, aixois éminent, dont le plus ancien lycée de la ville rappelle depuis longtemps la mémoire. Peut-être pas aussi emblématique que les trois grands qui se sont succédés dans la recherche d’identité d’Aix-en-Provence (je veux dire, le Roi René, Mirabeau… et Cézanne) mais bien assez important pour justifier une solide biographie, d’intérêt plus que provincial. Son nom est trop exclusivement associé à celui de son ami Adolphe Thiers ; il n’a pas été homme politique (malgré une tentative d’élection comme député dans le Var après 1830), son œuvre d’historien est éclipsée aussi par celle de son célèbre compagnon, mais il a été pendant un demi-siècle, vivant à Paris, un animateur efficace de la vie académique (Sciences morales et politiques, Académie française) en un temps d’épanouissement conjoint de l’érudition et du libéralisme. Mignet méritait une thèse.

5Une grande historienne de notre génération a révélé un jour publiquement qu’elle aurait bien voulu faire une thèse d’histoire des femmes, mais que notre maître parisien d’alors l’avait contrainte à faire d’abord de l’histoire ouvrière — progressiste certes, mais d’objet classique — Yvonne Knibiehler a-t-elle dû elle aussi passer par Mignet (histoire politico-intellectuelle bien balisée) avant de pouvoir se livrer à une vocation plus hardie ? C’est ce que j’ignore.

6De toutes façons, l’étape Mignet a été très bien franchie.

7Au reste la vie de Mignet n’était pas aussi éloignée qu’on pouvait le croire de l’histoire des femmes puisqu’il avait dans sa vie comme on dit, par une longue liaison, nécessairement non conjugale — le divorce n’existant pas encore — la princesse Belgiojoso. Rencontre inattendue, que nous sommes nombreux à avoir apprise par cette thèse.

8Italienne, aristocrate, cosmopolite, républicaine et patriote avec Mazzini dans sa Lombardie natale, Cristina Trivulzio, princesse Belgiojoso, est profondément attachante par son courage, ses talents, son indépendance d’esprit et surtout son dévouement à une cause politique que l’on s’accorde à trouver juste. Faut-il en faire une féministe ? peut-être pas, ou alors de façon implicite.

9La lutte des femmes en effet n’a pas été menée seulement par des militantes ayant consciemment pour cible la conquête des droits et l’abolition d’injustices ou de souffrances spécifiques mais aussi par des femmes extra-ordinaires qui démontraient par leur exemple leur aptitude à l’égalité. Notre George Sand, par exemple.

10Quoiqu’il en soit, après Mignet, voici que l’historienne féministe a le champ libre.

11Une historienne d’aujourd’hui est normalement féministe, par ses convictions philosophiques et politiques générales. Mais cela ne l’entraîne pas forcément à se consacrer aux femmes dans son travail de recherche et d’enseignement. Nous avons connu des collègues (femmes) qui se consacraient délibérément à des recherches aussi traditionnelles et aussi masculines que la politique révolutionnaire ou l’économie capitaliste. Ces amies ne servaient, elles aussi, la cause des femmes qu’implicitement, par la démonstration qu’elles faisaient de leur talent ou de leur éminence.

12Mais beaucoup de collègues, dont l’amie aujourd’hui honorée, ont assez naturellement choisi de s’investir dans l’histoire des femmes, comme pour rattraper le retard subi par ce champ d’études par rapport aux chantiers virils ou asexués. Or, là encore, la tâche est immense et il existe des possibilités de choix à l’intérieur de la catégorie.

13L’histoire des femmes peut être — et c’est ce à quoi l’on a le plus facilement pensé — l’histoire des luttes des femmes pour améliorer leur sort, luttes collectives ou luttes individuelles : arrive ici l’histoire du féminisme. Il était bien naturel que d’ardentes féministes d’aujourd’hui fassent l’histoire des féministes d’hier, — un peu comme, quelques décennies plus tôt, les historiens communistes, socialistes ou syndicalistes de conviction se précipitaient pour tirer de l’oubli ou de l’exécration l’histoire des prolétaires et celle des militants ouvriers d’antan.

14Mais l’histoire des femmes peut être aussi l’histoire exacte, collective et multiforme de toutes les femmes d’autrefois, dans la mesure où elles ont subi un monde brutal et inégalitaire dans tous les aspects de leur vie quotidienne. Ici, l’histoire sociale des femmes — et on a compris que c’est sur ce versant que je situe l’essentiel de l’œuvre d’Yvonne Knibiehler — s’apparente ou plutôt s’allie à un autre courant historiographique, celui de l’histoire totale ou — pour dire autrement, de l’histoire socioculturelle, de l’histoire de la civilisation, de l’histoire du quotidien… L’inspirateur mâle lointain, ici, ce n’est plus Karl Marx, ce serait plutôt Philippe Ariès, mais il reste du féminisme dans l’attention sensible avec laquelle les éléments les plus faibles de la société, la femme, l’enfant, y sont décrits et étudiés, dans les détails les plus infimes et les plus intimes.

15L’œuvre est en somme doublement moderne, par son féminisme d’inspiration et par sa hardiesse épistémologique. Moderne encore, et généreuse, par la fréquence qu’elle atteste du travail collectif avec des co-auteurs. C’est pour toutes ces raisons, au delà des raisons personnelles déjà citées, que nous avons plaisir à la saluer.

Auteur

Professeur honoraire, Collège de France

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540