Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Femmes Familles Filiations

 | 
Marcel Bernos
, 
Michèle Bitton

Avant-propos

Marcel Bernos

Texte intégral

1Un petit groupe d’amis, de collègues et d’élèves d’Yvonne Knibiehler, qui a longtemps été professeur d’Histoire contemporaine à l’Université d’Aix-en-Provence et cofondatrice du Centre d’Études Féminines de l’Université de Provence, a pensé qu’il était juste de lui rendre, enfin, l’hommage qui lui est dû pour le rôle qu’elle a joué dans la promotion et l’illustration de l’histoire des femme, rôle qui lui est largement reconnu en France et en Europe, mais aussi aux États-Unis, au Canada. Les organisateurs ont été touchés par le plaisir, parfois l’enthousiasme rencontrés auprès des personnes contactées.

2Plutôt que de sacrifier au genre Mélanges, où chaque contribution peut porter sur n’importe quoi qui intéresse d’abord son auteur, nous avons préféré traduire notre reconnaissance par un bouquet d’articles sur les femmes, avec l’ambition de contribuer effectivement aux chantiers multiples de leur histoire. Ces études ont été centrées sur les thèmes qui ont marqué la carrière d’Yvonne Knibiehler (voire sur cette carrière elle-même dans ses aspects pionniers) : la famille, la maternité, la paternité, le service social impliquant les femmes, les études féminines, l’historiographie — qui fut son premier domaine de recherches — en privilégiant celle des femmes.

3Pour préparer cet ouvrage, une équipe s’est constituée, dont les membres font partie de l’Université de Provence et/ou de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Par ordre alphabétique : Marcel Bernos (historien), Michèle Bitton (sociologue), Geneviève Dermenjian (historienne), Jacques Guilhaumou (linguiste et historien), Monique Haicault (sociologue), Martine Lapied (historienne). Maurice Agulhon, professeur émérite au Collège de France et ancien collègue d’Yvonne Knibiehler, a accepté de préfacer l’ouvrage, qui comporte, en outre, une interview de l’intéressée sur son itinéraire et son engagement dans l’histoire des femmes, et une bibliographie complète de ses travaux. Une lecture transversale de Jacques Guilhaumou éclaire l’ensemble des contributions afin d’en souligner les convergences. Catherine Marant-Fouquet a pris part au travail commun en favorisant les échanges avec certains communicants. Caroline Mackenzie a assumé avec patience et efficacité la révision des textes et la mise en page.

4Merci aux Presses de l’Université de Provence et à Bernard Cousin, leur directeur, pour leur bon accueil et leur aide.

Auteur

Maître de conférences honoraire d’histoire moderne, Université de Provence, GRFM, UMR Télemme

© Presses universitaires de Provence, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540