Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

Au-delà des frontières

Perception, construction et utilisation de l’espace. D’Oaxaca à Bassorah : les négociants marseillais et la cochenille mexicaine au XVIIIe siècle

Gilbert Buti

Texte intégral

  • 1 C. Carrière, Richesse du passé marseillais. Le port mondial au XVIIIe siècle, Marseille, 1979, p. 3 (...)
  • 2 C. Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des économies maritime (...)

1Le XVIIIe siècle marseillais correspond sur le plan économique à un de lié à deux mutations puissant cycle prospérité fondamentales étroitement associées. Ancrée en Méditerranée, dont elle fouille tous les « recoins », Marseille pousse, au fil du siècle, ses activités jusqu’aux limites du monde commercial connu et se hisse au niveau d’un port mondial. « L’Océan est annexé sans que la Méditerranée ne soit perdue, bien au contraire »1. Par ailleurs, cette dilatation de l’espace d’influence portuaire, qui donne à Marseille une stature nouvelle, s’accompagne de l’émergence d’une élite marchande : le XVIIIe siècle est également « l’âge des négociants »2. Dans quelle mesure ces hommes ont-ils participé à ce changement d’échelle, à la construction de ce nouveau monde commercial ? L’élargissement des horizons marchands n’a-t-il pas compliqué les stratégies des entrepreneurs ? Quelle place ont-ils accordé à la Méditerranée dans leurs préoccupations ?

2Pour comprendre l’articulation et le fonctionnement des espaces qui composent la nouvelle aire commerciale du grand port nous disposons d’un précieux mais discret indicateur avec la cochenille mexicaine. En effet, le marché de cet étonnant produit présente, dans une large mesure, les mutations majeures enregistrées et initiées par le négoce. Ce choix peut surprendre, irriter ou appeler, à tout le moins, quelques réserves. Il s’agit, en effet, d’un produit non-méditerranéen qui échappe, directement ou indirectement, à la Méditerranée ; d’un produit ni volumineux, ni « spectaculaire » par les quantités mises en jeu. Pourtant la cochenille apparaît comme un produit prestigieux offrant de fortes originalités. Elle prend place dans de complexes courants commerciaux, met en œuvre des techniques où se mêlent routine et innovation et retient essentiellement l’intérêt des entrepreneurs les plus dynamiques des grandes places européennes.

3Dans ces conditions, ne convient-il pas de dégager les originalités de ce « produit phare » et de présenter les principaux animateurs du marché marseillais ? À travers l’observation des principales composantes de celui-ci nous pourrons alors décrypter les mécanismes unissant les hommes et les territoires mis en œuvre. Les jeux de l’échange n’invitent-ils pas enfin à examiner comment ces acteurs ont été amenés à penser et à gérer cet espace ?

Un produit, des hommes

Un insecte étonnant

4Une confusion doit être écartée d’entrée de jeu dans la mesure où la cochenille se trouve parfois assimilée à une graine végétale. Cette méprise résulte de l’aspect du produit et de sa fréquente appellation commerciale de grana. En réalité, la cochenille est un insecte de la famille des coccidés qui parasite de nombreux végétaux et auquel les entomologistes ont consacré, depuis le Siècle des Lumières, une abondante littérature.

5La cochenille mexicaine (coccus cacti) est un parasite du nopal (cactus) cultivé ou « élevé » sur les hauts plateaux d’Amérique centrale. Dès avant l’arrivée des Européens, elle était « éduquée » par les populations indigènes dans des nopaleraies situées au sud de Mexico, sur les hautes terres de la région d’Oaxaca, entre 1 500 et 2 000 mètres d’altitude.

6La récolte, terme qui participe à la confusion signalée quant à la nature du produit, s’effectuait, après les périodes de ponte, deux fois par an, voire trois fois en l’absence d’hiver rigoureux. Après avoir été délicatement détaché du nopal, l’insecte était mis à sécher, dans un four ou, pour une meilleure qualité finale, directement au soleil. La cochenille était ensuite broyée et réduite en poudre pour être utilisée comme colorant (rouge), dans la décoration murale, profane et sacrée, mais le plus souvent pour la teinture des étoffes.

7À la suite de la colonisation de ce territoire, les Espagnols prirent le contrôle de la production qu’ils surveillèrent jalousement en interdisant, sous peine de mort, de faire sortir de Nouvelle-Espagne des insectes vivants. Une partie de la récolte était acheminée sur la côte ouest, chargée sur le nao de China ou galion de Manille et distribuée au-delà de l’océan Pacifique. Toutefois, les plus grandes quantités gagnaient les rivages du golfe du Mexique. Là, après avoir été conditionnée dans des caisses, sacs, ballots et surtout surons (sacs faits de peaux retournées), la cochenille était embarquée, à Veracruz, à bord des flottes et des galions à destination de Séville, puis, au XVIIIe siècle, de Cadix.

Un colorant exceptionnel

  • 3 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, 1997.

8Ce produit, peu volumineux, peu encombrant, passe parfois inaperçu aux yeux de l’observateur pressé. Il s’agit pourtant d’un produit rare, cher et précieux. Quelques barils de cochenille ne valaient-ils pas, bien souvent, le prix d’une cargaison de blé ? Les armateurs de Saint-Malo n’accordaient-ils pas autant d’intérêt à quelques surons de grana qu’à une cargaison entière de morue3 ?

  • 4 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les mar (...)

9La cherté du produit résultait de son exceptionnel pouvoir tinctorial (50 % de la masse de l’insecte) et de la pérennité des couleurs. Il répondait en cela parfaitement aux directives données par Colbert aux manufacturiers du royaume afin qu’ils utilisassent pour leurs draps un colorant « aussi solide que le support »4. En fonction du dosage et de la qualité du produit de base l’éventail des coloris obtenus était largement ouvert allant du jaune d’or au violet foncé en passant par toute la gamme des rouges (cramoisi, carmin, écarlate), de loin la plus recherchée.

10Au vrai, il faut distinguer plusieurs types et qualités de cochenilles mises sur le marché. À côté d’une cochenille « sauvage », aux quantités relativement limitées et au moindre pouvoir tinctorial, la cochenille cultivée se présentait selon diverses appellations. La qualité supérieure – reconnaissable à ses gros grains noirs – était représentée par la grana fina ou misteca, la cochenille de petite taille était vendue sous l’appellation de granilla et les débris sous celle de grabeau. La « poussière » de cochenille figurait également parmi les « qualités » offertes aux côtés de la cochenille « avariée ». Il ne s’agit pas, pour cette dernière, d’une qualité en soi, mais de cochenille fine ayant perdu une partie de son pouvoir tinctorial à la suite d’une présence accidentelle d’eau : eau de pluie lors d’un transport terrestre (d’Oaxaca à Veracruz) ou, plus fréquemment encore, eau de mer introduite, lors d’un naufrage, dans les caisses ou surons précieusement repêchés. À cette diversité répond naturellement une large variété de prix. En se référant aux prix moyens marseillais, nous pouvons établir l’échelle suivante :

Qualités

Indices

Grana fina ou misteca très belle

100

Grana fina ou misteca belle

90

Cochenille fine avariée

70

Granilla

50

Grabeau de cochenille

40

Poussière de cochenille

25

Cochenille sylvestre

20

Source : ACCIM, H 138. Cochenille (1701-1782) et L.IX 1026. Prix courants (1740-1821)

  • 5 Présence signalée par Mireille Forget dans M. Agulhon (dir.), Histoire de Toulon, Toulouse, 1980, p (...)

11Une cochenille méditerranéenne était employée en Europe avant l’introduction de la cochenille mexicaine. Cet insecte était, par exemple, « éduqué » au XIVe siècle dans des vermelheras situées sur les pentes du Mont Faron, au nord de Toulon5 Le kermès ou cochenille du chêne-kermès fournissait le rouge vermillon qui entrait dans la teinture des draps destinés à la confection des « bonnets façon Tunis ». Ce produit ne disparaît pas des marchés avec les arrivages de la cochenille américaine mais se situe toutefois, comme la cochenille sauvage ou « sylvestre », à un niveau inférieur en relation avec la moindre solidité des résultats obtenus.

Une élite commerçante

  • 6 Archivo histórico provincial y universitario de Valladolid. Fonds Ruiz, C 39259, lettre de Diego de (...)
  • 7 F. Ruiz Martin, Lettres marchandes échangées entre Florence et Medina del Campo, Paris, 1955.

12La cochenille fine apparaît sur les marchés européens et dans les préoccupations marchandes dès le XVIe siècle. Ainsi, figure-t-elle comme marchandise de référence dans les lettres échangées par Diego de Vitoria avec Simon Ruiz entre Séville et Anvers6. Nous la retrouvons évoquée avec intérêt, au même moment, dans la correspondance marchande nouée entre Medina del Campo et Florence7. Elle apparaît de manière plus tardive, soit au XVIIe siècle, à Marseille en provenance de Séville et Cadix.

  • 8 C. Carrière, Négociants..., op. cit., p. 259-266.

13Ce produit, marginal mais prestigieux, qui figurait parmi les « Fruits et Trésors des Indes » acheminés par les flottes espagnoles n’intéressait qu’une minorité commerçante à Marseille, comme sur les autres grandes places européennes. Parmi les négociants marseillais, cette aristocratie du commerce qui réunissait environ 250 représentants au début du XVIIIe siècle et plus de 750 à la fin du siècle8, seule une élite était impliquée dans les circuits mettant en œuvre cette marchandise. Cherchez la cochenille et vous trouverez les Bruny, les Rabaud, les Solier, les Roux, les Audibert, les Seimandy, les Samathan, les Dolier ou les Sollicoffre... soit une mince pellicule parmi les acteurs du monde économique de la place mais un puissant groupe qui dominait le destin de la ville-port et parvenait à infléchir ses activités. Ces hommes ignoraient les lieux de production de la cochenille convoitée, n’avaient pas de représentants en Nouvelle-Espagne. Pour ce produit leur perception de l’espace était avant tout européenne, méditerranéenne et d’abord espagnole avec Cadix comme antichambre de l’Empire américain, comme source également des « fabuleux métaux précieux ». C’est à partir de la place espagnole que s’établit le maillage du marché, que se consolide, sinon se construit totalement, le nouvel espace commercial.

Composantes spatiales du marché marseillais au XVIIIe siècle

Géographie du marché ?9

  • 9 G. Buti et D. Trichaud, « Le marché marseillais de la cochenille au XVIIIe siècle », mémoire de maî (...)

14Elle est relativement simple. Un seul lieu de production, la province d’Oaxaca au Mexique, un seul lieu de concentration et de diffusion, Cadix, avec Bayonne comme porte de secours quand la guerre bloque les parages de Gibraltar.

  • 10 G. T. abbé Raynal, Histoire philosophique et politique des Établissements et du commerce des Europé (...)
  • 11 Mémoires du « fonds Granjean », Archives départementales du Rhône (désormais ADR), B, Papiers de co (...)
  • 12 A. de Humbolt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Paris, t. II, 1811, p. 457.

15Les quantités qui arrivent en Europe sont « menues » et restent difficiles à évaluer. Selon diverses sources il semble que l’on puisse estimer à 4 000 quintaux les entrées annuelles en Espagne au milieu du XVIIIe siècle (moyenne entre temps de paix et de guerre). Cette estimation, avancée par l’abbé Raynal10 et mentionnée dans divers papiers de commerçants11, serait de « moitié trop basse » aux yeux d’autres observateurs comme Alexandre de Humbolt12.

  • 13 C. Carrière, art. cit., p. 223.

16Quoi qu’il en soit, ainsi que le précise Charles Carrière, « il faut surtout tenir compte de la haute valeur de ce produit précieux qui anime un marché vraiment international »13.

  • 14 J. Bottin, « La redistribution des produits américains par les réseaux rouennais (1550-1620) » dans (...)
  • 15 Service Historique de la Marine, Toulon (désormais SHMT), 1A1-88, P 84 à 87. Correspondance avec la (...)

17À partir de Cadix, la diffusion s’effectue selon quatre directions majeures : vers Londres, Amsterdam, Rouen14 et Marseille, et, à un niveau inférieur, vers Hambourg, Gênes et Livourne. La voie maritime est privilégiée pour assurer cette redistribution générale sur des distances relativement importantes. Aux côtés des navires de commerce, les plus nombreux à se charger du transport de cette marchandise, quelques bâtiments de guerre ne refusent pas, en période de conflit, d’en embarquer en passant par Cadix. Ainsi, en mars 1780, pendant la guerre d’Indépendance américaine, Le Sagittaire, vaisseau du roi, débarque à Toulon trente-quatre barils de cochenille fine et sept de cochenille en grabeau pris dans le port andalou à consignation de Laurent Caire de Toulon pour des négociants marseillais15.

  • 16 Archives de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille (désormais ACCIM), I21 à 24 et Archi (...)
  • 17 Voir ci-dessous.

18Ceux-ci se livrent alors à la redistribution quasi intégrale des quantités reçues dans la mesure où les activités de la place n’en absorbent pas, ou très peu. L’évaluation des quantités sorties du port de Marseille permet d’esquisser les grandes lignes du marché16. Il s’agit toutefois d’estimations basses qui ne prennent pas en considération, outre la voie de terre et l’inévitable contrebande, la cochenille qui entre dans des affaires conclues avec des associés extérieurs à la place ou dans des opérations d’arbitrage17. La marchandise ne passe certes pas par Marseille mais appartient bien au négoce local (voir document 1).

  • 18 ADBdR, XXXIX-E46, Lettres de voiture commencées le 18 juillet 1765 et finies le 27 juin 1771 par J. (...)
  • 19 Une évaluation peut être tentée à partir des quantités de draps teints dans les manufactures du Lan (...)

19L’Europe du Nord-Ouest ne reçoit épisodiquement de Marseille que des quantités très réduites de ce produit tinctorial car les négociants de Londres, d’Amsterdam et de Rouen se chargent amplement de répondre aux demandes de cet espace. La quasi totalité des sorties marseillaises gagnent la Méditerranée : l’Italie, la Barbarie, vers laquelle est essentiellement exportée du vermillon (cochenille kermès et sylvestre), et surtout le Levant, poste majeur des expéditions marseillaises. Qui plus est, il conviendrait d’ajouter à ces derniers envois la cochenille reçue indirectement sous la forme de draps londrins teints avec ce colorant dans les manufactures du Languedoc. Cette province demande en effet à Marseille le précieux colorant exigé par les règlements pour l’obtention des couleurs fortes. La cochenille emprunte alors la voie de terre18, mode de transport certes onéreux mais que peut supporter ce produit de luxe, sans qu’il soit possible de connaître de manière satisfaisante les quantités absorbées par ces manufactures19.

20Si, sous forme de draps ou de produit brut, la cochenille mexicaine est majoritairement consommée au Levant, y compris par l’artisanat local, de faibles quantités prennent, à partir d’Alexandrie mais surtout des ports de Syrie, le chemin de Bagdad, de Bassorah, du golfe arabo-persique et de l’océan Indien. Dans une certaine mesure, la Méditerranée constitue pour ce produit mexicain une voie de passage vers l’Orient.

21Les hommes qui méconnaissent les lieux de production, précèdent-ils, préparent-ils, accompagnent-ils ce mouvement, ces flux de redistribution ?

Mobilité limitée

  • 20 C. Carrière, Négociants..., op. cit., p. 734-740.

22Dans la société d’Ancien Régime les marchands et les négociants figurent parmi les éléments les plus mobiles. Ont-ils, par leurs déplacements personnels, construit l’espace commercial ? La lecture de correspondances, de bilans de faillite ou de pièces comptables conduit à affirmer que d’une manière générale, au XVIIIe siècle, les voyages d’affaires restent exceptionnels pour les négociants marseillais20. Ces déplacements participent quelquefois à la formation du jeune avant son installation au comptoir (cas de la famille Audibert). Les voyages apparaissent à peine plus fréquents ou moins rares pour les négociants d’origine étrangère, bien qu’il soit délicat d’y distinguer la place des affaires de celle des rencontres familiales. Par ailleurs, cette pratique se perçoit surtout parmi les responsables des maisons de rang moyen ; elle écarte donc, de ce fait, celles qui se trouvent impliquées dans les circuits de la cochenille.

23Le XVIIIe siècle n’ignore certes pas la figure du « voyageur de commerce » mais celle-ci ne paraît pas être une caractéristique du négoce local. En fait, ne faut-il pas distinguer les négociants d’une ville orientée avant tout vers le trafic maritime et qui donnent une place essentielle au commerce de commission et de banque, des entrepreneurs de places qui exportent les produits de leurs activités manufacturières ? Ainsi, les contacts directs entre fabricants du Languedoc et commissionnaires marseillais diffusant la cochenille demeurent exceptionnels. Et ce sont alors les Languedociens qui se déplacent. Des contraintes matérielles semblent rendre compte de ce comportement. La responsabilité de la conduite d’une maison de négoce au grand rayonnement et la nécessité de s’adapter aux urgences du marché libèrent rarement le grand négociant de la place. Pour le responsable d’une puissante maison la stabilité paraît le trait dominant. Le comptoir fait office de centre de formation, de poste de pilotage et en partie de résidence.

24En fait, les maisons françaises, installées à Cadix et à Lisbonne ainsi que les commandites marseillaises (ou françaises) établies en Italie, Levant et Barbarie, remplacent le contact direct. Certes, les liens personnels favorisent les relations commerciales, facilitent la conquête de territoires, mais dans les conditions générales du travail au XVIIIe siècle les relations épistolaires sont souvent suffisantes. Parfois les seules possibles.

Correspondance et domination de l’espace

  • 21 ACCIM, L.IX. Fonds Roux. Correspondance passive. La distribution des correspondances en fonction de (...)

25Une étude serrée des correspondances des maisons commerciales du port mondial fournirait les images des réseaux constitués, de leurs constructions, de leurs renforcements, de leurs infléchissements, de leurs stratégies, de leurs ruptures. La documentation demeure, hélas, trop fragmentaire pour mener à bien un tel projet. Seule disponible, la correspondance passive (ensemble des lettres reçues) de la puissante maison Roux apporte quelques éléments qui n’ont pas la prétention de fournir un modèle pour l’ensemble de la place. La similitude des attitudes entrevues chez les autres grandes maisons laisse pourtant penser que le cas, sans être exemplaire, n’est pas unique. L’ensemble documentaire composé de plus de 75 000 lettres reçues entre 1728 et 1792, réparties en liasses plus ou moins volumineuses, conduit à localiser, globalement, les correspondants de cette société familiale21 (voir document 2).

26Les mentions concernant la cochenille mexicaine (affaire en cours ou simple information) se retrouvent dans les directions majeures des échanges épistolaires établis par la maison marseillaise.

27Le royaume qui regroupe plus de la moitié des correspondants présente quatre pôles essentiels : le Languedoc drapier dominé par Carcassonne, Paris, Lyon et Saint-Malo, où se mêlent montages d’opérations commerciales, diffusion d’informations, assurances et règlements bancaires. Hors du royaume, il n’est pas de localités importantes où ce produit ne soit mentionné. La toile de la correspondance couvre la Méditerranée, y compris et surtout les portes de l’Atlantique avec Cadix, mais avec une sous-représentation de l’Afrique du nord.

28L’évolution de la répartition du courrier au cours du siècle fait apparaître un réseau qui tend à se diversifier et à renforcer ses principaux points d’ancrage.

  • 22 Pour une analyse minutieuse de la correspondance entretenue entre la maison Verduc, Vincent, de Cad (...)

29Les lettres reçues d’Andalousie, soit les plus nombreuses du lot parvenu jusqu’à nous, montrent que les relations établies avec des correspondants installés à Cadix favorisent le glissement vers d’autres espaces, la pénétration dans d’autres cercles et le renforcement de territoires commerciaux. En 1771, à l’occasion d’une opération portant sur la cochenille, les Roux de Marseille, en contact avec la maison Behic, Tanevot et Cie, de Cadix, entrent en relation avec les Behic de Séville, de Bayonne et de Rouen. L’introduction dans d’autres constellations familiales et spatiales s’opèrent, toujours au sujet du même produit associé aux métaux précieux : Jacques et Barthélémy Lecoulteux de Cadix ouvrent aux Roux les portes de la maison Ustariz de Cadix et celles des Lecoulteux de Rouen et de Paris. Les liens avec la maison Jamets, Verduc, Vincent, installée également à Cadix, conduisent les Roux à « greffer » un temps leur maison sur celle des Verduc de Bretagne et de Normandie et de Sellon de Lyon22.

  • 23 D. Roche, « Réseaux des pouvoirs, pouvoir des réseaux dans l’Europe des Lumières » dans P.-Y. Beaur (...)

30Le réseau de correspondants permet de briser l’isolement, de nouer des liens et d’organiser un espace d’échanges. Avec ces contacts épistolaires « il y a gain et, en tout cas, minimalisation des distances, profit calculé en compréhension et en confiance, évalué en réputation, et à terme, désenclavement des individus comme des territoires »23.

  • 24 ADBdR, Divers, IV F2, Cablat J.-J., Smyrne, 27 mai 1771 et Mercenier A., Constantinople, 29 novembr (...)
  • 25 Estimations proposées par C. Carrière, Négociants..., op. cit., p. 780-782. À cette occasion, il nu (...)

31La correspondance se trouve au cœur du travail du négociant. Les consignes de J. B. F. Aubert, données en 1771 à ses représentants établis au Levant, traduisent cet impérieux besoin : « Écrivez-moi exactement je vous en prie, par tous les courriers de Constantinople, cela est essentiel (...) de mon côté je ne laisserai partir aucun bâtiment sans vous donner de mes nouvelles. Une correspondance réciproque animée est l’âme du commerce ». Peut-on être plus clair pour inviter à marquer la « nécessité de cultiver l’amitié des commerçants par la correspondance »24 ? Une telle recommandation a-t-elle été scrupuleusement suivie ? Il demeure difficile de répondre en prenant appui sur un nombre exact de lettres reçues ou/et expédiées. Quelques estimations montrent toutefois le volume et le mouvement de la correspondance pour certaines maisons. Au début du XVIIIe siècle, la société Raymond Bruny semble expédier une dizaine de lettres par jour ouvrable, soit environ 250 par mois ; les Roux au milieu du siècle en reçoivent une centaine par mois (et en expédient probablement autant) et le jeune négociant J. B. F. Aubert dix à douze mensuellement dans la seconde moitié du siècle, soit au moment de son installation25.

  • 26 Ce choix a été mis en lumière par S. Lupo, « De la nature erratique... », op. cit., pour les relati (...)

32Si la correspondance emprunte, librement et gratuitement, le « chemin de la mer », les liaisons postales par voie de terre, avec cavalier ou malle-poste, restent fort empruntées, bien que sur aucune route les courriers ne soient quotidiens. Elles sont certes plus coûteuses que les liaisons maritimes mais s’avèrent souvent plus sûres, moins capricieuses et plus rapides. Alors qu’il faut compter environ 24 jours pour relier Marseille à Cadix par la terre, il en faut 10 à 50, sinon plus en cas de blocus et de vents contraires, par la voie d’eau. Aussi, malgré le coût du transport, ne soyons pas trop étonnés de voir la route préférée à la mer par nombre de négociants, à commencer par les Verduc de Cadix26.

  • 27 R. Squarzoni, « L’arbitrage et les négociants banquiers, 1726-1735 » dans C. Carrière (dir.), Banqu (...)

33Dans ces conditions, si les négociants ont sur leur bureau des informations qui « n’ont pas la même fraîcheur »27, tous subissent les mêmes contraintes faites de lenteur, d’irrégularité mais, reconnaissons-le avec les usagers du temps, rarement de courriers égarés. Lettres et affaires vont au même pas. L’organisation du travail se règle en conséquence en exigeant souplesse et rapidité dans la prise de décision. Ainsi, malgré ses rigidités, la correspondance apparaît comme un instrument fondamental pour gérer l’espace, un outil pour conquérir ou consolider des marchés et un élément essentiel lors de la prise de décision mettant en jeu différents espaces.

Utilisation et animation de l’espace

34La correspondance commerciale sert à transmettre des informations et des ordres, à fournir des pièces comptables (factures, comptes...) et des moyens de paiement (effets commerciaux, lettres de change...). C’est également un instrument pour interroger l’espace de production et de diffusion.

Interroger l’espace

35La connaissance de l’approvisionnement passe par de réguliers contacts avec Cadix afin de connaître l’état de la production mexicaine, l’avancement des « récoltes » dans les nopaleraies, les préparatifs et les départs des bâtiments de Veracruz. Les éventuels naufrages et les risques de prises, suivies ou non de récupération de marchandises, les arrivages et les délais de « délivraison » (ouverture des entrepôts), les décisions de la monarchie espagnole et les prix envisagés retiennent l’attention des négociants marseillais. Pour préparer au mieux de futures affaires, leurs correspondants gaditans mentionnent d’ailleurs, au terme des lettres, les cotations des métaux précieux et celles de la cochenille. Les Marseillais rappellent immédiatement à l’ordre ceux qui négligent pareille pratique et croisent les informations transmises avec celles provenant d’autres sources, andalouses ou non.

  • 28 P.-Y. Beaurepaire (dir.), La Plume et la toile..., op. cit., p. 25.

36Le rythme des échanges épistolaires avec les maisons de première importance traduit cette sensibilité aux cours, aux nouvelles et aux rumeurs. Une relation s’esquisse nettement entre le nombre de lettres échangées par les Roux, avec la maison Jamets, Verduc, Vincent, et la valeur de la cochenille à Cadix : les prix forts provoquent une poussée de lettres (automne 1735 et printemps 1736) alors que l’arrivée d’une grosse quantité cochenille (septembre 1736), annonciatrice de future baisse des prix, amorce un recul des relations (hiver 1736). « La fièvre épistolaire (...) nourrit les jeux subtils de l’échange (...) »28.

37La qualité du produit figure également parmi les préoccupations des négociants qui connaissent les exigences des diverses places. Aussi n’hésitent-ils pas à réclamer à Cadix des échantillons de grana et à demander aux Languedociens des « montres » de draps teints ainsi que la composition des ballots afin de prendre connaissance des assortiments et notamment de la part des « couleurs fortes » contenues, c’est-à-dire des pièces teintes à la cochenille.

38La situation économique des espaces de distribution doit être parallèlement appréciée : niveau de la consommation, prix pratiqués à Amsterdam, Londres ou Rouen, état des magasins, réserves des manufactures du Languedoc, mesures adoptées contre les pratiques frauduleuses, demandes levantines, le tout sur fond de rumeurs au sujet de la conjoncture internationale (blocus de Veracruz ou de Cadix, course dans l’Atlantique, conflit russo-turc en Méditerranée...).

S’adapter aux espaces pour dominer les échanges

39Par la nature de son activité le négociant doit constamment imaginer la conjoncture à venir et ses incidences sur les diverses places. Il lui faut raisonner sur les projections d’évolution des cours dans les grands centres de consommation. Il doit donc apprendre à se mouvoir dans des espaces différents et plus encore à s’adapter à chacun d’eux. Les avis de ses correspondants et son expérience sont déterminants pour sa prise de décision.

  • 29 ACCIM, L.IX. 773. Alep. Lettres de Crozet fils et Cie, 9 et 28 mars 1776.

40Ainsi, en 1776, la faible demande levantine et les bas prix qui en résultent, ne sauraient tromper la vigilance du « parfait négociant » qui apprend la prochaine levée du siège de Bassorah. Ce lointain événement, dont il ignore probablement les causes, ne peut toutefois que provoquer l’arrivée prochaine de caravanes à Alep, et par là un regain de la demande avec une probable hausse des prix29. Bassorah ouvrait les perspectives des marchés indiens. Le « beau profit » est à la portée de celui qui aura pu rassembler les données pour répondre au plus vite aux besoins, pour anticiper les réactions du marché, après avoir croisé les informations afin d’écarter les « mauvais bruits ». En 1770-1772, en période de paix, une poussée de « fièvre », avec envolée des cours, ne saurait se comprendre sans les rumeurs de mauvaises récoltes mexicaines parvenant à un moment où la pénurie semble menacer les manufactures de l’Europe du Nord-Ouest.

  • 30 F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, Paris, 1979, t. II, p. 371-372.
  • 31 J.-Y. Grenier, L’Économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, 1997, (...)

41Des tentatives menées pour contrôler les différents espaces et segments du marché européen conduisent à troubler les jeux de l’échange. En 1787, les Hope d’Amsterdam, gros manieurs d’argent et lanceurs d’emprunts, envisagent, avec la complicité des Baring de Londres, de constituer un monopole sur la cochenille à un moment où les stocks sont supposés faibles. Henri Hope essaie d’acheter, en même temps, la cochenille disponible sur toutes les grandes places européennes (Marseille, Rouen, Londres, Hambourg, Saint-Pétersbourg) ainsi que les futurs arrivages mexicains. Bien que n’aboutissant pas au résultat escompté, l’opération a provoqué une vive inquiétude chez certains négociants marseillais. Le retard dans la transmission des ordres, la mauvaise évaluation des stocks en Europe, la mévente en Levant à la suite de la guerre russo-turque et l’échec de Hope pour atteindre le Levant par la Moscovie rendent compte du fiasco final30. Assurément, « la supériorité de l’échange (...) se manifeste dans la capacité à acquérir de l’information (...). Or dans ce type d’économie, l’information est rare, mal distribuée, souvent secrète et d’autant plus valorisée qu’elle est source de profits importants. »31.

42Jouer sur les espaces exige également la mise en œuvre de techniques commerciales adaptées.

Des techniques pour jouer sur les espaces

  • 32 D. Margairaz, « L’économie d’Ancien Régime comme économie de la circulation », dans D. Woronoff (di (...)

43L’économie d’Ancien Régime a été définie à la fois comme une « économie de la circulation » (Dominique Margairaz) et comme « un monde de l’échange et de l’incertitude » (Jean-Yves Grenier)32. Aussi, limiter, contourner et contrôler cette incertitude, et le risque qui lui est intimement associé, imposent au négociant de penser l’espace. Là se situe un impératif majeur de ses stratégies commerciales. Son souci est de rendre compatibles des logiques relevant de préoccupations et d’espaces différents. Prendre la mesure de ces enjeux le conduit à effectuer d’incessants changements d’échelles. Il doit passer du cadre régional, en l’occurrence le Languedoc (pour la vente de matière brute et le retrait de produits manufacturés), aux cadres national et européen (pour l’achat de la matière première, l’association marchande et les règlements financiers), au cadre méditerranéen (pour la vente de produits bruts et finis) mais également au cadre extra-européen (si l’on songe à l’état des récoltes mexicaines et à la demande asiatique). Cependant, un tel exercice, avec le soutien d’un solide réseau de correspondants, ne peut être envisagé sans la maîtrise de techniques commerciales et bancaires.

44La pratique de la commission, le fameux « commerce d’économie » cher à Montesquieu, reste fort prisée des négociants marseillais. S’il paraît d’un médiocre rapport, soit 1 à 2 % sur les opérations, sa répétition sur de fortes sommes, comme le demande la cochenille, et en un temps court, peut engendrer d’« honnêtes profits ». Les affaires en participation, en compte à demi ou à tiers, invitent à diviser les risques et à multiplier les indispensables informations surtout lorsque les associés « de toute confiance » se trouvent stratégiquement bien placés.

  • 33 ADR, Fonds Granjean. Documents transmis jadis par Charles Carrière à l’occasion d’une recherche, co (...)

45Enfin, le négociant, qui est aussi qualifié, au XVIIIe siècle, d’« arbitragiste » c’est-à-dire de spéculateur, ne dédaigne pas procéder à des arbitrages avec la cochenille. À l’aide de comptes simulés, qui ne sont pas de vulgaires brouillons, mais des outils de travail d’une grande finesse33, il peut prendre la mesure du gain à réaliser en effectuant les achats et les paiements de cochenille sur différentes places européennes. La consultation de ces « abaques », qui mettent en corrélation prix pratiqués et cours des monnaies, permet par un bref calcul de prendre une rapide décision pour envisager un « bon coup » en jouant sur différentes places. En combinant, sur divers espaces, banque et marchandise, seuls les métaux précieux présentent une technique comparable.

  • 34 C. Carrière, Richesse du passé marseillais..., op. cit., p. 30.

46La diversité croissante des marchandises échangées à l’époque moderne met en jeu des territoires de plus en plus vastes, des espaces emboîtés. « Sans aucun doute, la géographie est aussi le signe de cette croissance. »34 Dans ces conditions la connaissance des produits, de l’état du marché et de l’évolution de la consommation dans des espaces différents, constitue un préalable pour maîtriser les transactions, réduire l’incertitude et limiter les risques. Toutefois, l’obtention de ces informations dépend dans une large mesure de la participation aux marchés de niveau supérieur, de l’étendue et de la solidité du réseau de correspondants, de l’exploitation des synergies induites.

  • 35 Archives Nationales, Paris. F12-655A. État des fabrications des toiles de Provence dressé par l’ins (...)
  • 36 M. Berthelot, De l’industrie de la cochenille aux îles Canaries, Alger, 1851.
  • 37 ADBdR, C 3352. Lettre de Pierre Conte à l’Intendant de Provence, 1779. Document transmis par Olivie (...)
  • 38 G. Chastagnaret, « L’industrie en Méditerranée : une histoire en construction », Méditerranée, n° 3 (...)

47Les diverses tentatives effectuées pour acclimater la cochenille hors du Mexique traduisent certes le désir d’échapper à la tutelle espagnole mais aussi la volonté de créer de nouveaux territoires de production et de commercialisation. Les essais pratiqués aux Antilles, en 1777, par le botaniste Thierry de Ménouville35, les tentatives menées aux îles Canaries à l’extrême fin du XVIIIe siècle 36, l’initiative, en 1779, de l’entrepreneur Pierre Conte se rendant en Espagne afin de recueillir auprès de Mexicains présents à Cadix des informations pour « éduquer la cochenille en Provence »37 ne modifièrent pas les données générales. Seule l’implantation de cochenille et de nopal en Algérie, après 1830, semble promise à un réel avenir comme le laissent entrevoir les récoltes effectuées au cours des deux décennies suivantes. Toutefois, il est déjà trop tard dans la mesure où l’industrie chimique, avec les dérivés de la houille, fournit désormais des colorants de synthèse aussi solides que ceux obtenus avec la grana fina. Aussi, c’est au moment où la cochenille devient méditerranéenne que l’espace se refuse à elle, qu’elle perd son attrait et qu’elle est marginalisée. N’est-ce pas en effet le moment où se met en place une « autre Méditerranée » ? Voilà qui rappelle avec force que la Méditerranée est un espace en perpétuelle reconstruction au sein duquel les bases commerciales sont rarement acquises sur la longue durée38.

Carte n° 1 Géographie du marché marseillais de la cochenille au XVIIIe siècle

Carte n° 1 Géographie du marché marseillais de la cochenille au XVIIIe siècle

Sources : ACCIM.1 21 à 24 et AD Bd Rh C4526 (État des marchandises sorties pour les pays étrangers, 1725-1780)

Carte n° 2 : Localisation des correspondants de la maison Roux, de Marseille au XVIIIe siècle (ACCIM, Fonds Roux, L.IX)

Carte n° 2 : Localisation des correspondants de la maison Roux, de Marseille au XVIIIe siècle (ACCIM, Fonds Roux, L.IX)

Source : ACCIM, L. IX

Notes

1 C. Carrière, Richesse du passé marseillais. Le port mondial au XVIIIe siècle, Marseille, 1979, p. 36.

2 C. Carrière, Négociants marseillais au XVIIIe siècle. Contribution à l’étude des économies maritimes, Marseille, 1973, 2 volumes.

3 A. Lespagnol, Messieurs de Saint-Malo. Une élite négociante au temps de Louis XIV, Rennes, 1997.

4 C. Marquié, L’industrie textile carcassonnaise au XVIIIe siècle. Étude d’un groupe social : les marchands-fabricants, Société d’études scientifiques de l’Aude, 1993.

5 Présence signalée par Mireille Forget dans M. Agulhon (dir.), Histoire de Toulon, Toulouse, 1980, p. 39 : « Les zones où pousse le kermès étaient protégées par des règlements sévères : il était notamment interdit de faire paître dans les vermelheras. »

6 Archivo histórico provincial y universitario de Valladolid. Fonds Ruiz, C 39259, lettre de Diego de Vitoria à Simón Ruiz, année 1578. Indication communiquée par Jean-Philippe Priotti. Qu’il trouve ici tous mes remerciements.

7 F. Ruiz Martin, Lettres marchandes échangées entre Florence et Medina del Campo, Paris, 1955.

8 C. Carrière, Négociants..., op. cit., p. 259-266.

9 G. Buti et D. Trichaud, « Le marché marseillais de la cochenille au XVIIIe siècle », mémoire de maîtrise, 2 volumes (sous la dir. de Charles Carrière), Université de Provence, centre d’Aix, 1972.

10 G. T. abbé Raynal, Histoire philosophique et politique des Établissements et du commerce des Européens dans les Deux-Indes, Amsterdam, 1772, t. III, p. 14.

11 Mémoires du « fonds Granjean », Archives départementales du Rhône (désormais ADR), B, Papiers de commerçants, liasse XII, signalés par C. Carrière, « Renouveau espagnol et prêt à la grosse aventure (Cadix, 2e moitié du XVIIIe siècle) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, t. XVII, avril-juin 1970, p. 222, note 8.

12 A. de Humbolt, Essai politique sur le royaume de la Nouvelle-Espagne, Paris, t. II, 1811, p. 457.

13 C. Carrière, art. cit., p. 223.

14 J. Bottin, « La redistribution des produits américains par les réseaux rouennais (1550-1620) » dans J.-P. Sanchez (dir.), Dans le sillage de Colomb, Rennes, 1992.

15 Service Historique de la Marine, Toulon (désormais SHMT), 1A1-88, P 84 à 87. Correspondance avec la Cour, 3 mars 1780.

16 Archives de la Chambre de commerce et d’industrie de Marseille (désormais ACCIM), I21 à 24 et Archives départementales des Bouches-du-Rhône (désormais ADBdR), C 4526. Les séries proviennent des Statistiques établies par la Direction du port de Marseille « en vue de la balance du commerce ». Elles présentent parfois des erreurs de calcul (ici corrigées) et de probables omissions, sans oublier l’absence des entrées et sorties illicites. Le mouvement général semble néanmoins pouvoir être dégagé de ces données imparfaites qui ont le mérite d’exister et qu’il est difficile de refuser tout en connaissant leurs limites, tout comme les prix annuels moyens qui les accompagnent et masquent les fluctuations du marché sur le temps bref, qui est, nous le savons avec Charles Carrière, « le temps du négociant ».

17 Voir ci-dessous.

18 ADBdR, XXXIX-E46, Lettres de voiture commencées le 18 juillet 1765 et finies le 27 juin 1771 par J. Cailhol de Marseille.

19 Une évaluation peut être tentée à partir des quantités de draps teints dans les manufactures du Languedoc et des quantités de cochenille fine exigées pour cela. Toutefois, la fréquence des rappels à l’ordre pour assurer la qualité des produits, soulignent la place de la fraude, des falsifications et des « mauvaises recettes » ; elle invite ainsi à la prudence dans les estimations en cours.

20 C. Carrière, Négociants..., op. cit., p. 734-740.

21 ACCIM, L.IX. Fonds Roux. Correspondance passive. La distribution des correspondances en fonction des liasses de lettres et non du seul nombre de lettres reçues ne saurait donner un image fidèle de l’importance des liens noués avec les différentes places, dans la mesure où une mince liasse « compte » ici autant qu’une liasse épaisse. Cependant, ce choix qui a tendance à réduire la part des grandes places a le mérite de ne pas écraser les modestes localités. Au reste, une ventilation réalisée cette fois en fonction du nombre de lettres reçues de la péninsule ibérique conduit à des résultats semblables à ceux présentés ici (avec un rôle plus grand encore de Cadix). On pourra se reporter pour cela à G Buti, « Marseille au XVIIIe siècle : réseaux d’un port mondial » dans M. Collin (dir.) Ville et Port, XVIIIe-XXe siècles, Paris, 1994, p. 209-222.

22 Pour une analyse minutieuse de la correspondance entretenue entre la maison Verduc, Vincent, de Cadix, et les Roux, de Marseille (859 lettres reçues par cette dernière), on consultera l’étude de S. Lupo, « De la nature erratique du commerce d’un réseau négociant. Les relations de négoce entre Cadix et Marseille à partir de l’étude de la correspondance entre les maisons Verduc et Roux (1733-1772) », mémoire de maîtrise, Université de Provence, Aix-en-Provence, 2002, 2 volumes.

23 D. Roche, « Réseaux des pouvoirs, pouvoir des réseaux dans l’Europe des Lumières » dans P.-Y. Beaurepaire (dir.), La plume et la toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, 2002, p. 12.

24 ADBdR, Divers, IV F2, Cablat J.-J., Smyrne, 27 mai 1771 et Mercenier A., Constantinople, 29 novembre 1771.

25 Estimations proposées par C. Carrière, Négociants..., op. cit., p. 780-782. À cette occasion, il nuance toutefois la forte activité de Raymond Bruny en rappelant qu’elle se situe dans « une période de pointe » au moment de la fin de la guerre de Succession d’Espagne et à la suite des expéditions vers la mer du Sud.

26 Ce choix a été mis en lumière par S. Lupo, « De la nature erratique... », op. cit., pour les relations entre les Verduc de Cadix et les Roux de Marseille tout au long de leur relation épistolaire.

27 R. Squarzoni, « L’arbitrage et les négociants banquiers, 1726-1735 » dans C. Carrière (dir.), Banque et capitalisme commercial. La lettre de change au XVIIIe siècle, Marseille, 1976, p. 127-128.

28 P.-Y. Beaurepaire (dir.), La Plume et la toile..., op. cit., p. 25.

29 ACCIM, L.IX. 773. Alep. Lettres de Crozet fils et Cie, 9 et 28 mars 1776.

30 F. Braudel, Civilisation matérielle et capitalisme, Paris, 1979, t. II, p. 371-372.

31 J.-Y. Grenier, L’Économie d’Ancien Régime. Un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, 1997, p. 418.

32 D. Margairaz, « L’économie d’Ancien Régime comme économie de la circulation », dans D. Woronoff (dir.), La Circulation des marchandises dans la France de l’Ancien Régime, Paris, 1998, p. 1-5 et J.-Y. Grenier, L’Économie..., op. cit.

33 ADR, Fonds Granjean. Documents transmis jadis par Charles Carrière à l’occasion d’une recherche, conduite sous sa direction, sur le marché marseillais de la cochenille au XVIIIe siècle.

34 C. Carrière, Richesse du passé marseillais..., op. cit., p. 30.

35 Archives Nationales, Paris. F12-655A. État des fabrications des toiles de Provence dressé par l’inspecteur général des manufactures en 1788.

36 M. Berthelot, De l’industrie de la cochenille aux îles Canaries, Alger, 1851.

37 ADBdR, C 3352. Lettre de Pierre Conte à l’Intendant de Provence, 1779. Document transmis par Olivier Raveux à qui j’exprime ici ma vive gratitude.

38 G. Chastagnaret, « L’industrie en Méditerranée : une histoire en construction », Méditerranée, n° 3-4, Aix-en-Provence, 1997, p. 5-12.

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 Géographie du marché marseillais de la cochenille au XVIIIe siècle
Légende Sources : ACCIM.1 21 à 24 et AD Bd Rh C4526 (État des marchandises sorties pour les pays étrangers, 1725-1780)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6927/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Carte n° 2 : Localisation des correspondants de la maison Roux, de Marseille au XVIIIe siècle (ACCIM, Fonds Roux, L.IX)
Légende Source : ACCIM, L. IX
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6927/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540