Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La constitution de l'espace national

Le territoire, l’État et la nation en Espagne à l’époque contemporaine

Paul Aubert

Texte intégral

1Toutes les nations ne se sont pas construites au même rythme ni sur les mêmes bases. Si en certaines « périphériques » France, régions périphériques accusent parfois l’État de négliger leur développement, en Espagne, les régions industrielles ont le sentiment que leur contribution à l’essor national est excessive.

  • 1 Cf. Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990 ; Julio Aróstegui, (...)

2Pays au développement inégal, l’Espagne ne s’est préoccupée d’organiser son territoire que lorsqu’il fallut assumer les conséquences de l’abolition de l’Ancien Régime. Jusqu’à l’arrivée des Bourbons, qui cherchèrent à centraliser le pays à partir de 1714 (Décrets de Nueva Planta), l’Espagne est une monarchie composite. Sous l’Ancien Régime, l’objectif de fixer des frontières détermine la politique du roi. Le territoire est donc une création au même titre que la nation. Avec le triomphe du libéralisme, l’État tend à devenir un État-nation unitaire avant d’être confronté à l’affirmation des régionalismes puis aux revendications des nationalismes périphériques1.

  • 2 Laurent Coudroy de Lille, « A propósito de los “Ensanches menores” en España », Lorenzo López Triga (...)
  • 3 Il faut tenir compte d’un autre facteur, la question linguistique, dont il ne sera guère question i (...)

3Les problèmes de l’articulation du territoire ne se confondent pas forcément avec la question des nationalismes. Si le territoire urbain a été aménagé et défini par une politique d’ensanche dès le milieu du XIXe siècle2, le territoire national cadastré au XVIIIe siècle, divisé administrativement au XIXe siècle n’a pas fait l’objet de projet d’aménagement d’envergure ni de réforme agraire entre le mouvement des Lumières et la IIe République. Et surtout, il n’a été défini et pensé par l’État central que dans les moments critiques. Faut-il considérer la reconnaissance des nationalismes périphériques comme un morcellement (Juan Goytisolo put écrire, en 1979, que l’Espagne était devenue un archipel) ou au contraire comme l’élévation de la région à un rang supérieur ? Est-il permis, au contraire, de parler d’une seule Espagne, constituée de plusieurs espaces nationaux3 ?

4En 1930, Ortega y Gasset avouait encore sa perplexité face à la question identitaire qui avait préoccupé ses compatriotes depuis le XVIIe siècle : « Mon Dieu, qu’est-ce que l’Espagne ? ». Ce problème de l’identité nationale et de l’articulation territoriale de l’Espagne a des fondements historiques, une formulation géopolitique avec des projets parfois contradictoires, et une projection politique plurinationale complexe qui permit de conclure à l’échec de la centralisation administrative et de la création d’une conscience nationale.

Construction de l’État libéral : la nation inachevée

5Ceux qui ont analysé la structure du territoire, ont-ils eu le loisir de penser celui-ci ? Se sont-ils intéressés aux conséquences spatiales des processus et des phénomènes politiques ? Eurent-ils conscience de construire un État qui permît de forger une nation ?

6Le territoire espagnol et, par conséquent, la nation ont été rarement pensés autrement que dans l’urgence, et presque toujours depuis l’État central. Après l’abolition en 1714 des fueros par Philippe V, qui donna l’impression qu’il soumettait les autres royaumes à la Castille, alors qu’il cherchait à unifier la législation sur l’ensemble du territoire de la Couronne, le triomphe du libéralisme et l’abolition de l’Ancien Régime, durent répondre à des mouvements centrifuges : mouvements catalans, carlisme, cantonalisme, nationalismes périphériques.

  • 4 Ángel Ganivet, Idearium español (1896), Madrid, Espasa Calpe, 1990 (12e éd.).

7La première façon d’organiser une société nationale passe par le renforcement des liens de celle-ci avec le territoire. C’est la condition de la création de l’État et de l’exercice du Pouvoir. Le territoire donne sa forme et ses limites à l’action de l’État, même si le relief et la situation géopolitique sont des variables que peuvent moduler l’industrialisation du pays et la structure des relations internationales. C’est pourquoi il convient de distinguer, comme le fit Ganivet4, l’espace de l’État lui-même et celui de son influence politique. Par-delà le débat sur le fait de savoir si l’Afrique commence aux Pyrénées, si l’Espagne peut devenir européenne, sans être victime de l’assimilation par l’étranger – ou doit continuer à être une réserve exotique de l’Occident – diverses enquêtes, depuis l’établissement du cadastre par le Marquis de la Ensenada, afin d’unifier le régime fiscal, en 1749, jusqu’au dictionnaire géographique de Pascual Madoz, au milieu du XIXe siècle, ou l’étude de Pascual Carrión sur les latifundios dans les années 1930, ont servi de fondement à certaines tentatives de réforme.

Enjeux politiques

8Depuis qu’en 1808 la nation vint au secours de la patrie, on comprit que la survie du nouveau régime libéral dépendait de la formation des citoyens et du développement d’un programme d’instruction publique lié à une définition de la liberté. Il fallait éduquer un peuple privé de langage et de représentation afin d’extirper l’Ancien Régime et, en formant une véritable opinion publique, jeter les bases du nouvel État constitutionnel. Mais le libéralisme politique fit sans doute trop confiance à l’efficacité des idées et des lois pour modeler les hommes. Depuis Quintana jusqu’à Costa, nombreux furent persuadés que le caractère peut être forgé par « l’éducation et les institutions ». Profession de foi « régénérationniste » qui ne manque pas de soulever la question des rapports des intellectuels avec le peuple, mais aussi avec le Pouvoir et avec les formes de représentation de celui-ci.

  • 5 « Yo quiero que nos acordemos que formamos una sola nación, y no un agregado de varias naciones » ((...)
  • 6 Le nom de certaines pouvait surprendre puisque l’on appelait Chinchilla, Pamplona, San Sebastián, V (...)
  • 7 Chacun conserve son autonomie administrative, sa législation et même son économie, sa monnaie, ses (...)

9Les Habsbourgs, puis les Bourbons, avaient cherché à unifier le royaume par l’intégration ou l’expulsion des communautés différenciées par la langue, la culture ou la religion. Charles III voulut renforcer le rôle de l’État en plaçant, en 1749, des intendants à la tête des trente-deux provinces, qui vinrent s’ajouter aux corregidores qui représentaient le pouvoir royal dans les grandes villes. L’invasion napoléonienne et l’abdication de Ferdinand VII font que la continuité de l’activité politique et administrative soit entre les mains des Juntes provinciales, avant que celles-ci ne se dotent d’une instance suprême, la Junte centrale, qui assume la souveraineté nationale face aux particularismes locaux et entre en conflit avec le Conseil de Castille. C’est l’importation du modèle jacobin avec la création d’un ministère de l’Intérieur, le redécoupage des provinces et la mise en place d’une administration provinciale, qui s’impose aux députés des Cortès de Cadix dans l’article 11 de la Constitution de 1812. Leur but est de favoriser un développement harmonieux du pays. « Je veux que nous nous souvenions que nous formons une seule nation, et non pas un agrégat de plusieurs nations », affirme le député Munoz Torrero5. Après les projets de réorganisation administrative de 1813, les Cortès du Trienio libéral approuvèrent en 1821 une nouvelle division administrative, promulguée par décret le 27 janvier 1822, qui créait cinquante-deux provinces6. Elle fut annulée par Ferdinand VII l’année suivante. Le projet centralisateur commence à prendre forme avec le retour des libéraux. Jusqu’au milieu de son règne, Isabelle II est désignée comme « Reine des Espagnes ». Ensuite elle n’est plus que « la Reine d’Espagne ». L’Espagne d’Isabelle II est encore un état multinational, un corps politique qui réunit des peuples différents dotés de langues, de traditions et d’histoires nationales propres7. Les peuples qui composent cette monarchie sont-ils solidaires ? Ont-ils l’impression – par-delà leur fidélité à la personne du souverain – d’appartenir à une même communauté ? Le centralisme va s’efforcer de doter le pays d’une plus grande cohésion.

Enjeux administratifs

10La réforme administrative se fonde sur la création d’un grand ministère (Secretaría de Estado y del Despacho del Fomento general del Reino) par le décret du 5 novembre 1832, calqué sur la Dirección del Fomento General del Reino, créée en juin 1797. Ce ministère a en charge l’administration intérieure du royaume, autant que les affaires économiques : agriculture, industrie, commerce et travaux publics, la santé ou l’instruction publique. Javier de Burgos, un afrancesado préfet d’Almería sous le règne de Joseph Bonaparte – qui occupe ce ministère en octobre 1833 dans le gouvernement présidé par Cea Bermúdez (jusqu’au 17 avril 1834), est disposé à remplacer les anciennes institutions centrales et notamment les Conseils. Conscient de l’intérêt qu’il y aurait à procéder à une rationalisation administrative du territoire, fondée sur les principes centralisateurs des décrets de Nueva Planta de Philippe V de 1714 qui éliminèrent les assemblées et les gouvernements des quatre royaumes de l’ancienne Couronne d’Aragon (Aragon, Catalogne, Valence et Baléares) et certaines particularités du droit civil et fiscal de ces territoires, Javier de Burgos, propose en 1833, une division de celui-ci en quarante-neuf provinces, qui fut reprise par la réorganisation administrative des modérés, à partir de 1845 et encore sous la Restauration en 1883.

  • 8 Discours de Manuel Durán i Bas, Diario de Sesiones de las Cortes, 14 mars 1886.

11La réforme a pour modèle les départements français. Mais elle suscite un débat à propos de l’adéquation entre la province administrative, le territoire historique et la région économique. À la tête de chaque province sera placé un sous-délégué qui prendra, après le décret du 13 mai 1834, le titre de Gouverneur civil des provinces. En 1834, ces quarante-neuf provinces seront subdivisées en cinq cent un districts judiciaires (dotés de tribunaux de première instance) et en 9 355 districts municipaux. Les nouvelles provinces sont découpées à l’intérieur des anciennes unités d’Ancien Régime, mais elles portent le nom de leur capitale. Certaines semblent artificielles, comme celle d’Alicante traditionnellement à cheval entre les royaumes d’Aragon et de Castille. Toutefois un problème demeurait, d’autant plus que la Guerre carliste venait de commencer : celui de la Navarre et du Pays Basque qui ont conservé, jusqu’au XIXe siècle, leurs institutions (les Diputaciones forales) et leurs compétences fiscales et administratives. Les catalanistes auront à cœur, en 1866 et en 1880, d’obtenir une réforme de cette carte afin de réduire le nombre de provinces à trente-deux, en tenant davantage compte des « conditions historiques, topographiques et économiques de chacune d’entre elles »8.

  • 9 Richard Herr, Hacia el derrumbe del antiguo régimen, crisis fiscal y desamortizaciόn bajo Carlos IV (...)

12Enfin, la dissolution du régime seigneurial – depuis le décret du 11 août 1811 qui avait aboli les domaines seigneuriaux – débouchait sur une question difficile à résoudre : la lutte pour la propriété de la terre entre les anciens seigneurs, les municipalités et les paysans. Le point essentiel du litige résidait dans la distinction entre le droit fondé sur la juridiction ou sur le territoire. La jurisprudence du Tribunal Suprême en la matière varia entre 1837 et 1868 et eut tendance à considérer que la juridiction pouvait exister indépendamment du territoire. Cependant l’abolition des domaines seigneuriaux avait supprimé les droits et les servitudes mais conforté la noblesse dans la propriété de la terre. Les paysans virent dans ce processus une usurpation. Le désamortissement changea le lien juridique au titulaire du majorat sans modifier le régime de propriété ni la distribution territoriale9. Mendizábal prétendit contrôler le processus de vente aux enchères afin d’éviter tout accord entre acheteurs et il ne confia pas aux communes les biens nationaux. À terme cependant on constate en Castille une augmentation des propriétés moyennes et un renforcement des latifundios en Andalousie et en Extrémadure. Le désamortissement n’avait fait qu’accentuer les caractéristiques de chaque région.

13C’est alors que les gouvernants furent convaincus de la nécessité de doter l’État d’une administration capable d’assurer une continuité de son action par-delà les aléas politiques. De López Ballesteros à Bravo Murillo, le fonctionnement de l’État dépendit désormais d’une administration rationalisée et centralisée qui eut tendance à priver de toute substance le pouvoir politique. José María Jover Zamora prétend que cette réforme administrative eut des conséquences plus importantes que le changement institutionnel imposé par la reconnaissance de la souveraineté nationale et du principe de la division des pouvoirs.

14La réorganisation du territoire fut une priorité du nouvel État libéral. L’aboutissement de ce projet fut la réforme de janvier 1845 par laquelle Pidal réorganisa les municipalités et les députations provinciales. Elle assurait au Gouvernement le contrôle de tous les niveaux de l’Administration, et resta en vigueur jusqu’au XXe siècle. La réforme des Modérés s’appuie sur nombre de fonctionnaires qui connaissent les rouages de l’État des Bourbons. La loi du 8 janvier 1845 revient sur le principe de la démocratisation de la vie municipale imposé par les progressistes en 1840. Elle prévoit une structure centralisée destinée à contrôler les provinces et les municipalités. Le modérantisme, au pouvoir pendant dix ans, désigna les maires. De même, à partir de 1849, les Gouverneurs civils furent nommés en Conseil des ministres. Ces trois niveaux, la municipalité, la province et l’État, repris par la Constitution de 1876, consacrent le contrôle de l’État central. Certes, il existe une assemblée provinciale élue, mais elle est présidée par le Gouverneur civil.

15Entre 1844 et 1854 les institutions espagnoles s’efforcent donc de construire un État centralisé en procédant à une codification juridique et en centralisant l’Administration à l’organisation de laquelle se superposent d’autres divisions : judiciaire, militaire, ecclésiastique. C’est alors que se produisent les premières tentatives de construction d’une histoire et d’un patrimoine littéraire nationaux (le premier volume de la Biblioteca de Autores Españoles, est publié en 1843). Après l’adoption du système métrique (en 1849, à l’initiative de Bravo Murillo), l’uniformisation du code pénal en 1848, du code civil en 1851, de la fiscalité, et la création d’une monnaie unique (la peseta, en 1868), la seule nouveauté apportée par le régime de la Restauration fut la loi de Canalejas de 1912 qui permit la création de Mancomunidades provinciales. Il s’agissait de favoriser la réunion de certaines provinces à des fins administratives. C’était une façon de reconnaître la personnalité des régions comme Maura l’avait déjà fait avec sa loi sur l’administration locale, en 1907. Seuls les hommes politiques catalans en profitèrent pour procéder, en 1914, à une concentration régionale des compétences des administrations provinciales au sein de la Mancomunidad. Mais le projet de Statut d’autonomie que Cambó présenta aux Cortès en 1919 ne prospéra pas.

16L’organisation territoriale était favorable à l’oligarchie alors que les élites réformatrices n’allaient pas au-delà du projet éducatif national, conditionné par les progrès en matière d’hygiène et de santé publique, sur lequel reposait la conviction que le meilleur niveau de préparation technique des travailleurs déboucherait sur une amélioration de la situation économique et mettrait le pays sur la voie de la démocratie.

Enjeux économiques

  • 10 Antonio Cánovas Del Castillo, « De cómo he venido yo a ser doctrinalmente proteccionista », Problem (...)

17La réforme de l’État répondait aussi à des enjeux économiques. Il fallait corriger certains déséquilibres territoriaux. Les bourgeoisies financières basque, catalane et castillane avaient besoin d’unifier le marché pour écouler leurs produits. La dislocation de l’État transocéanique et la perte du marché colonial eut pour conséquence la revendication des principes protectionnistes qui s’appliquèrent aux produits agricoles et ensuite à l’industrie textile catalane tandis que s’organisait un marché intérieur avec la création de grandes banques et de grandes entreprises industrielles dans les secteurs du papier, du sucre, de la métallurgie, des tissus, des produits chimiques et de l’extraction minière. Cette politique de développement fut accompagnée par la création de compagnies de distribution et d’un réseau de transport, en même temps que l’on entreprenait des travaux publics. Mais l’Espagne fut incapable de mener une politique de modernisation économique sans les apports extérieurs des centres financiers de Paris et de Londres. De surcroît, il existait une corrélation entre l’idée d’un État fort, tel que le voulaient les Modérés, et le développement d’une idéologie et d’une pratique protectionniste : un État digne de ce nom se devait d’être autosuffisant et de nourrir sa population. Ces préjugés autarciques, fortement combattus par les progressistes et les démocrates, de retour au pouvoir en 1868, se révéleront inadaptés à la réalité économique internationale. Le tarif douanier de Figuerola de 1869 permit un changement radical vers le libre-échange qui fut à nouveau remis en cause sous la Restauration notamment lorsque la France dénonça le traité de commerce en 1886, avant le virage protectionniste de Cánovas vers 189010.

  • 11 Antonio Gómez Mendoza, Ferrocarriles y cambio económico en España. 1855-1913, Madrid, Alianza ed. 1 (...)

18À la fin des années 1820, avec l’élaboration du Code du Commerce et la création de la Bourse de Madrid, apparaissaient des mesures propres à créer un marché national. Elles furent complétées par celles de 1834 qui étendaient la liberté de commerce à la laine, à la soie, au poisson et aux articles comestibles (à l’exception du pain). En 1836, l’application d’un décret de 1812 relatif à la libre exploitation et à la clôture des bois et des pâturages, contribuait également à une nouvelle perception du territoire, tout comme celle du décret du 8 juin 1813, qui permettait la libre utilisation des propriétés particulières et signifiait la fin du glanage communal et surtout des privilèges dévolus à la Mesta puisque les propriétés privées pouvaient être clôturées et mises en fermage. Enfin, le décret du 2 décembre 1836, rétablissait les dispositions sur la liberté d’industrie et de commerce des Cortès de Cadix, supprimait les corporations, et libéralisait l’exercice d’une profession. C’est ainsi que se créa une culture nationale, mais celle-ci était aussi le fruit d’une modernisation générale, illustrée notamment par la construction d’un réseau ferré qui atteint 11 300 km en 190511, et permit une plus grande diffusion de la presse.

19Cependant un premier bilan, établi par le Mémorandum publié en 1866 par les compagnies de chemin de fer, n’est guère optimiste. Le développement des chemins de fer ne s’est pas accompagné de celui d’autres secteurs, notamment d’un aménagement du réseau routier pour faciliter l’accès aux gares :

  • 12 Cité par Antonio Gómez Mendoza, ibid., p. 235. C’est nous qui traduisons.

« Plusieurs erreurs graves furent commises, la première fut d’oublier que dans notre retard nous ne disposions pas d’une industrie florissante, que notre agriculture n’était pas développée et ne pouvait pas l’être à court terme faute de capitaux et de capacité de la classe agricole, que nous n’avions pas de grands centres urbains, ni de commerce actif, pas plus que les moyens et l’habitude de voyager. »12

20La situation s’améliore lentement sous la Restauration qui poursuit la politique centralisatrice. Primo de Rivera, qui a suspendu en septembre 1923 les garanties constitutionnelles, a une nouvelle conception de l’organisation du territoire. Il constitue un Directoire militaire formé par neuf généraux correspondants aux neuf régions militaires. Cette mesure est suivie de la suppression des portefeuilles ministériels et d’une restructuration des ministères. Primo de Rivera prévoit une réorganisation de l’administration centrale, régionale et provinciale, dans un souci d’économie. Sa conception du territoire, illustrée par la réalisation de grands travaux d’aménagement, vise aussi à remodeler celui-ci en le dotant de grandes voies de communication, mais elle ne modifie pas le point de vue précédent qui conçoit l’État unitaire comme un succédané du centralisme français. Le Dictateur veut aussi développer le tourisme et s’efforce d’améliorer le réseau routier. Autrement dit, si le territoire national est reconnu, il n’est guère parcouru et tarde à être aménagé.

Enjeux stratégiques

21Dans la plupart des pays européens, les grandes unités militaires ne s’organisaient plus selon les nécessités d’une campagne. Toute l’Europe avait copié le modèle prussien, selon lequel chaque corps d’armée se voyait assigner une région militaire mais jusqu’en 1891 cette organisation n’avait pas eu en Espagne un caractère permanent.

  • 13 Francisco Quirós Linares, Las ciudades españolas en el siglo XIX. Vistas de ciudades españolas de A (...)

22Après les invasions françaises de 1808 et de 1823, le système espagnol de défense n’est un secret pour personne. Le mauvais état de la plupart des cinquante-neuf places fortes situées sur le pourtour du territoire (hormis les fortifications de Pampelune, les forteresses de San Fernando à Figueras ou de Cartagène), en 1850, prouve qu’on leur attribuait surtout un intérêt pour la lutte contre l’ennemi intérieur (carlisme ou mouvement ouvrier). Les raisons stratégiques avancées par les militaires eurent des incidences sur les communications jusqu’aux années 1890 : adoption d’une largeur de voie ferrée supérieure à la norme française contre l’avis du ministre de Fomento, hostilité à l’ouverture d’une route transpyrénéenne à Canfranc en 1863, restrictions à la croissance de la ville de la Línea de la Concepción en 186813.

  • 14 Eusebio Giménez Lluesma, Ferrocarriles secundarios. Memoria sobre los trabajos de la Comisión para (...)

23Le régime de la Restauration mit en œuvre une politique de construction de fortifications notamment à Saint-Sébastien, à Pampelune, à Mahon et au Ferrol. Après la guerre contre les États-Unis à Cuba, on chercha à se prémunir contre un possible débarquement nord-américain et on renforça l’artillerie le long des côtes, ainsi que les défenses de certains lieux stratégiques comme le littoral de Pontevedra ou la baie d’Algeciras pour surveiller Gibraltar. La Guerre de 14 lia cette politique à la nécessité d’améliorer la mobilité des troupes et donc de développer le réseau ferré sur la configuration duquel l’armée voulut avoir un droit de regard14. Celui-ci, qui irradiait depuis Madrid, était jugé inadéquat, à cause de l’absence de lignes transversales. Romanones notamment regrettait que les fabriques d’armes ne fussent pas reliées aux places fortes (comme la ligne qui unissait Oviedo et El Ferrol).

  • 15 Melquiades Benito Sánchez, « La división territorial militar de López Domínguez : una reforma confl (...)
  • 16 Cité par Carlos Fernández, Quinientos años de la Capitanía General de Galicia, Madrid, Ministerio d (...)

24Quant à la régionalisation militaire envisagée en 1884, elle culmina en 1893 avec la réforme du général López Dominguez15. En 1886, la désignation des districts militaires et de leurs capitales provoqua la protestation de certaines municipalités. Le principal point de la controverse était l’adéquation de la région aux forces militaires qu’elle devait recevoir. Fallait-il des corps d’armée de taille semblable ? Le recrutement devait-il être régional ? Une autre question concernait le nombre de corps d’armée (entre sept et neuf), l’organisation des réservistes et l’importance des effectifs. L’idée qui prévalait consistait à identifier une région comme base territoriale d’un corps d’armée. La division de 1886 en huit régions, qui supprimait, après la guerre carliste, l’implantation de tout pouvoir militaire au Pays Basque et en Navarre, attribua une importance accrue à la région de Burgos et provoqua l’indignation des autres capitales de province qui cessaient d’être le siège d’un commandement militaire : Vitoria, Pampelune, Grenade, Valladolid et Badajoz. En 1888, Francisco Roldán proposait de créer huit régions, souvent calquées sur l’organisation judiciaire du territoire, qui auraient la même densité de population et disposeraient d’une voie de communication propre. Finalement le projet retenu en 1893, comportait sept régions (León, Burgos, Saragosse, Barcelone, Valence, Séville et Madrid) et se basait sur la division provinciale civile. Il fut corrigé, en 1896, par la constitution d’une région militaire en Galice avec commandement à La Coruña, auparavant englobée dans une région castellano-galicienne dont le siège était León, après les véhémentes protestations contre « l’aveuglement d’un Gouvernement qui nous insulte, nous méprise, et sous prétexte d’économies illusoires dispose à sa guise des intérêts d’une région pour en complaire d’autres sous le poids d’influences illégitimes d’amis et de protégés, comme si ces villes faisaient partie de son propre patrimoine. »16. Des changements postérieurs modifièrent le rattachement de certaines provinces limitrophes comme celles de Guadalajara (tantôt affectée à Madrid, tantôt à Saragosse), Cuenca (revendiquée par Madrid ou Valence), et la Navarre (par Burgos ou Saragosse). Ces épisodes révèlent le poids des pressions locales sur la politique de régionalisation militaire et sur les enjeux stratégiques. Les capitaineries générales furent supprimées par les réformes de Manuel Azaña en 1932 qui établirent des « divisions organiques » sous le commandement de généraux de division mais conservèrent la base des anciennes régions militaires.

  • 17 Sánchez-Moreno Del Moral, Arquitectura militar de Burgos. Burgos, Ayuntamiento de Burgos, 1996, p. (...)
  • 18 José Ignacio Muro Morales, « Ingeniería militar y territorios polémicos en Cataluña, 1814-1854 », P (...)

25La présence de capitaineries impliquait la permanence de fonctionnaires, qui augmentaient la consommation locale, et la célébration de cérémonies publiques, qui rehaussaient le prestige des grandes villes. C’est pourquoi celles-ci finirent par se réserver le siège des capitaineries militaires et allèrent, comme à Burgos où l’État ne disposait d’aucun édifice, jusqu’à payer le loyer de la résidence du capitaine général17. La distribution des capitaineries sur le territoire était aussi un élément de la politique de maintien de l’ordre puisque le capitaine général pouvait prendre l’initiative de proclamer l’état d’exception et devenir ainsi l’autorité suprême. La présence militaire, qui peut être spectaculaire, comme à Burgos, permet donc au Pouvoir d’exercer également un contrôle social, comme c’est souvent le cas en Catalogne18.

  • 19 M. Gistau, La Academia General Militar. Toledo. 1883 a 1893, Madrid, Talleres tipográficos de El Im (...)
  • 20 Cité par R. Mas, op. cit., p. 111-112.

26La répartition territoriale d’autres institutions militaires convoitées également par les principales villes, comme les collèges et les Académies militaires, jouait aussi un rôle dans la représentation de l’État. L’implantation de l’Académie Générale militaire à Tolède déplut aux municipalités de Saragosse, Ségovie et Guadalajara qui avaient aussi présenté leur candidature19. Enfin la disposition réelle des troupes dépend des nécessités du moment. Cependant un décompte exact est malaisé à cause de la variation de la taille des régiments ou des bataillons. Une brève analyse des chiffres fournis par Roldán montre l’importance de la région de Madrid, lieu de casernement des régiments traditionnellement liés à la Couronne20. Certaines villes ont une forte densité militaire comme Alcalá (où les militaires représentent plus de 22 % de la population) ou Pampelune, Logroño et Burgos (10 %). Séville, Saragosse et Burgos ont respectivement dix-huit, quatorze et onze édifices militaires.

Le régime local

27L’émergence des nationalismes périphériques à la fin du XIXe siècle, autant que le projet d’une République fédérale, qui traduisent l’échec de la construction d’un État-nation en Espagne ou la faible nationalisation de celui-ci, obligent à envisager l’impact des divers régimes sur la construction de la nation et l’articulation du territoire, sans négliger l’importance de la projection vers l’Amérique latine qui, lorsqu’elle fait défaut, après 1898, débouche sur le constat que l’Espagne est morte. Mais ils ne doivent pas non plus faire oublier le rôle de l’évolution du régime local dans la conception et l’articulation territoriale de l’État.

  • 21 Rafael Altamira, Derecho consuetudinario de España, Barcelone, 1903. Derecho consuetudinario y econ (...)
  • 22 Adolfo Posada, Evolución legislativa del Régimen local en España : 1812-1909, Madrid, Lib. Gal. de (...)

28Rafael Altamira réagit de deux façons à l’annonce de la disparition de la nation espagnole en 1898 : il entreprend, pour prouver le contraire, la rédaction d’une histoire de la civilisation espagnole et il complète son analyse de la psychologie du peuple espagnol par une étude du droit coutumier dans la ligne des travaux de Joaquín Costa qui liait la définition d’une politique hydraulique à la reconstitution des biens communaux. Il se fonde, pour ce faire, sur l’histoire orale21. Son but est de faire en sorte que le droit coutumier régional trouve une place dans le Code civil espagnol. Ce travail avait été précédé d’une Histoire de la propriété communale qui montre que le désamortissement antérieur à 1855 fut vécu comme une spoliation par de nombreuses communes qui eurent à cœur ensuite de préserver les anciens propriétaires. Quelques années plus tard, Adolfo Posada soulignait encore l’importance de la réforme du régime local « dans la nécessaire reconstitution des forces nationales »22.

29Pour l’avoir oublié, au profit de présupposés essentialistes, l’État libéral a divisé le territoire, mais ne l’a pas articulé, il s’est construit sans se préoccuper de forger la nation, sans fournir à celle-ci des moyens de s’identifier à lui : ses fonctionnaires ne sont guère prestigieux, son réseau scolaire est insuffisant, ses statistiques sont lacunaires, sa symbologie est faible.

  • 23 Juan Vázquez de Mella, El tradicionalismo español, ideario social y político, Buenos Aires, Dictio, (...)

30Le modèle « modéré », qui dut procéder à la lente liquidation de l’Ancien Régime et répondre au principe de la séparation des pouvoirs, préfigure dès 1844 ce que sera le régime de la Restauration. Il a le souci de procéder à une ample réforme administrative qui fasse de l’administration la colonne vertébrale de l’État. Mais le contraire se produit. C’est un système politique organisé sur l’administration qui s’éloigne des règles constitutionnelles et perd son caractère représentatif. Le carliste Vázquez de Mella accusera Cánovas d’être un continuateur de la politique de Murat. Ce reproche sera aussi celui des régionalistes catalans23, joint à la dénonciation d’une conception trop castillane de l’histoire nationale. Si bien que l’État unitaire est mis en cause avant d’avoir pu fonctionner.

La remise en cause de l’État unitaire

31Évaluer les forces et les faiblesses de ce processus de nationalisation invite à tenir compte de deux points de vue : celui d’un État central, fondé sur la continuité, et soucieux de rappeler l’héritage historique qui fait la nation espagnole et celui de nationalismes périphériques, attentifs aux conditions économiques, sociologiques ou culturelles de leur émergence. Sans toutefois parvenir à ce que l’on nommerait maintenant « une géographie du Pouvoir », on ne saurait réfléchir sur les fondements de la nation espagnole sans prendre en considération l’héritage ou la création d’une conscience nationale et la compatibilité ou l’articulation de celle-ci avec une pluralité de revendications identitaires d’une intensité inégale.

L’émergence des nationalismes

32Si la montée du sentiment nationaliste finit par se traduire par un projet politique en Catalogne, au Pays Basque et, dans une moindre mesure, en Galice, selon une chronologie comparable, entre la fin du XIXe siècle et celle de la Première Guerre mondiale, elle a du mal à dépasser la simple affirmation culturelle dans d’autres régions. Qu’elle soit considérée comme une union qui doit être confirmée par un consentement de tous les instants, comme le prétendait Renan, ou comme un fait acquis, une œuvre divine ou naturelle, selon Cánovas, la nation se fonde sur un héritage culturel commun, conçu comme force de régénération et de solidarité. Elle a besoin d’un État pour assurer sa perpétuation et garantir son économie. Certains sont persuadés que l’État espagnol est faible et qu’en son sein certaines revendications nationalistes périphériques sont fortes. La question se pose exceptionnellement lors des périodes constituantes, lorsque l’on entreprend de redéfinir l’État et que l’on songe à engager un processus de refondation nationale.

33Les revendications d’autonomie au Pays Basque ou en Catalogne, que l’État a longtemps essayé de contenir sans y répondre, s’accompagnent d’une projection territoriale : les trois provinces basques cherchent à assimiler l’ancien royaume de Navarre et revendiquent symboliquement le territoire français des « provinces du Nord », la Catalogne refuse les divisions provinciales de l’ancienne Principauté au profit des contrées historiques. Le modelage d’un paysage national, l’intégration des classes laborieuses, la prise en compte du passé historique et des sentiments d’autonomie de certaines régions a préoccupé les intellectuels de la fin du XIXe siècle. Ils constatèrent que le sentiment national avait tardé à s’infiltrer dans les campagnes, peu touchées par l’érection de monuments ou les commémorations ou même par la présence de l’État avant la création de la Garde Civile en 1844 et que cette faible projection administrative avait engendré un manque de légitimité de celui-ci.

34La recrudescence des revendications cantonales sous la présidence de Pi y Margall, pendant la Première République, le rôle joué par les catalanistes lors de l’avènement de la Seconde République, suggère que les avancées démocratiques eurent pour corollaire la prise en compte des sentiments d’autonomie, autrement dit, la remise en cause de l’État unitaire. La proclamation de la République fédérale fait surgir des espoirs vite réduits à néant par la dissidence carliste du Nord puis par le soulèvement cantonaliste du Sud (en juillet 1873, canton de Carthagène) qui ne permettent plus d’envisager sereinement une nouvelle organisation territoriale. Le but de Cánovas del Castillo, à partir de 1875, est de fonder un régime stable en mettant un terme aux coups d’État militaires (mais sans démocratiser le recrutement, car il craint que l’armée puisse être l’instrument de la révolution prolétarienne) et en tournant le dos aux seuls mouvements idéologiques organisés, facteurs de dissidence : le carlisme et le républicanisme fédéral. Mais, comme au début du règne d’Isabelle II, le nouveau pouvoir cherche à renforcer la centralisation en développant le réseau du caciquisme et le réseau des communications, mais ne fera pas de l’organisation du réseau scolaire une priorité, même s’il crée un Ministère de l’Instruction Publique en 1900.

L’attraction exercée par Madrid

  • 24 Juan Ramón Jiménez, Madrid posible e imposible. La colina de los chopos, 1913-1929, Madrid, Aguilar (...)

35On a l’impression que le territoire national est encore inarticulé, car certaines régions, comme la Galice, ne sont pas désenclavées. Dès le milieu du XIXe siècle, il est une logique qui pousse à se rendre à Madrid les jeunes gens ayant des ambitions intellectuelles ou politiques. Toutefois il en apparaît bientôt une autre qui conduit ceux des générations suivantes à quitter l’Espagne pour connaître les derniers courants de la pensée européenne. Ce double mouvement centrifuge et centripète n’a pas en Espagne la même signification que, par exemple, en France où toute vie intellectuelle est subordonnée au centralisme politique et culturel de Paris. Il y eut en Espagne d’autres pôles d’attraction : Oviedo, dans le domaine universitaire, à la fin du XIXe siècle ; Valence, au niveau politique, au début de ce siècle, et Barcelone, qui a pu servir de modèle de développement aux madrilènes : « Madrid, d’aujourd’hui : village de la Manche qui meurt, ville catalane qui naît », prophétise le poète24.

  • 25 Paul Aubert, « L’influence idéologique et politique de la France en Espagne de la fin du XIXe siècl (...)
  • 26 Miguel de Unamuno, « En un lugar de la Mancha », La Publicidad, 6 mars 1917, Obras Completas, t. VI (...)
  • 27 David Ringrose, « El legado de Madrid. Madrid. Madrid y la oligarquía agrocomercial del siglo XIX » (...)

36Madrid – qui n’est officiellement capitale que sous la Seconde République, auparavant elle n’était que le siège de la Cour – devient un pôle d’attraction pour les jeunes intellectuels de province, mais les Catalans préfèrent aller directement à Paris dont l’Espagne reçoit longtemps l’influence politique et idéologique25. Construit entre deux domaines royaux, dépourvu de tradition et donc de monuments, « ce village sans histoire » surprend les jeunes provinciaux. « Dans une bourgade de la Manche, dont le nom est Madrid, se trouve la capitale officielle de l’Espagne », ironise Unamuno26. Comment une telle ville est-elle possible au milieu du désert central ? Cette question face à la description du paysage autant qu’à la réalité économique, de nombreux écrivains, comme Juan Ramón Jiménez, José Ortega y Gasset ou Manuel Azaña, se la sont posée. Avant les historiens de l’économie, ils produisent des témoignages contradictoires sur cette ville qui a poussé au milieu des champs. De surcroît, Madrid est une ville dont la relation avec l’environnement régional demeure inaltérée : elle continue à élargir sa demande de produits agricoles, jusqu’à pratiquer le parasitisme économique27, et vit aux dépens de sa région, au lieu de lui insuffler son dynamisme.

Contre la désintégration et le particularisme : les nouveaux fondements du pacte constituant

37Tenir compte de l’affirmation des nationalismes périphériques impliquait une capacité à repenser le territoire dont étaient dépourvus la plupart des politiciens qui avaient rejeté le républicanisme fédéral en même temps que la souveraineté nationale comme unique fondement du pacte constituant. En acceptant de doter ces sentiments nationalistes de statuts particuliers, la Seconde République, à l’avènement de laquelle a contribué la Gauche républicaine catalaniste de Maciá, est décidée à intégrer au jeu politique les revendications des nationalismes périphériques et le prolétariat, pour faire la nation, se voit reprocher par la droite de désintégrer le pays.

38Pourtant, le catalanisme se présente initialement comme un projet alternatif destiné à opérer un recentrage politique en prenant le relais d’une Castille qui aurait rempli sa mission historique. À l’époque de la Première Guerre mondiale, il entendait participer à la régénération de la nation espagnole et croyait trouver sa place dans « la Grande Espagne » (l’Espanya Gran). Le mouvement galicien protestait contre la faiblesse de la politique de l’État central. Au Pays Basque et en Navarre, la question des fueros (franchises et régimes juridiques d’origine médiévale), en partie réglée sous la Restauration, prima longtemps sur celle du territoire.

39La situation particulière de l’Espagne, avec la persistance de grands centres régionaux non dissous par le régime centralisateur, imposait une réforme de la vie locale, et, par conséquent, une modification de la forme de l’État. Après la Dictature de Primo de Rivera, qui invente le délit de séparatisme, et réprime les nationalismes périphériques, le catalanisme se confond avec le républicanisme et contribue à l’avènement de la Seconde République tout en proclamant d’abord la République catalane. Le problème qui se pose au Gouvernement provisoire est donc d’utiliser cet élan républicain tout en contenant une tentative séparatiste et sans envisager la constitution d’un état fédéral. Le principe d’autonomie des régions est inscrit dans la Constitution. Mais celle-ci se définit par rapport à l’État et ne prévoit aucune souveraineté.

  • 28 Discurso del Presidente de la Comisión redactora, Diario de Sesiones de las Cortes, n° 28, 27 août (...)

40La proclamation de la République catalane obligeait tant le Gouvernement que la Constituante à proposer une solution intermédiaire négociée. La question du Statut de la Catalogne était, avec la question religieuse, l’une des plus controversées. Elle comportait deux dangers : au niveau organique, la désagrégation, et au niveau social, le particularisme. Jiménez de Asúa, le président de la commission chargée de rédiger le projet de Constitution, rejetait le fédéralisme qui ne lui semblait pas être une formule adaptée à la réalité espagnole – malgré les nostalgies que réveillait cette idée chez les admirateurs de Pi y Margall. Il prétendait que « fédérer, c’est réunir ce qui est dispersé », mais que tel n’était pas le problème de l’Espagne car on ne saurait réunir... ce qui n’est pas séparé28. Jiménez de Asúa envisageait un processus variable capable de répondre au degré d’autonomie souhaité par chaque région.

41Insister sur le caractère transitoire des normes constitutionnelles ne permettait pas de trouver un consensus sur l’organisation du Pouvoir. Il fallait concilier l’autojustification mécaniste d’un Pouvoir constitué avec la représentation téléologique d’un Pouvoir constituant à un moment où le constitutionnalisme occidental traversait une période critique. On inventa donc de nouvelles formes juridiques qui furent le résultat d’un processus transactionnel entre des forces hétérogènes et des principes antithétiques – État fédéral et État unitaire, présidentialisme et parlementarisme, pouvoir et liberté – plutôt que le fruit d’une tradition.

L’État « intégral » : formule maladroite ou processus inachevé ?

  • 29 Ibid., p. 129.
  • 30 Quant au président de la Commission rédactrice, le socialiste Jiménez de Asúa, il expliquait le cho (...)

42Après plusieurs siècles de centralisation, le souhait de la commission rédactrice fut de bâtir un « État intégral » (art. 1er). « Après le rigide et inutile État unitariste espagnol, nous voulons établir un grand État intégral, dans lequel seront compatibles, aux côtés de la grande Espagne, les régions, et faire en sorte que dans ce système intégral chaque région reçoive l’autonomie qu’elle mérite par son degré de culture et de progrès », déclare le président de celle-ci. Cette déclaration, qui était loin d’être une définition juridique, suscita de nombreuses interrogations et donna lieu à de nombreux jeux de mots. Certains commentateurs se demandèrent, comme Posada, s’il ne fallait pas donner à l’adjectif « intégral » le sens d’« intégré », même s’il s’agissait, à son avis, de rappeler, sans recourir au fédéralisme, que « l’Espagne était un État politiquement constitué, compatible avec l’autonomie des régions et capable de rectifier son évolution unificatrice. »29. Dans ce cas « intégral » signifiait plutôt « intégrateur »30.

  • 31 Joaquín Tomás Villarroya, Breve historia del constitucionalismo español, Barcelone, 1976, p. 140.
  • 32 Jordi Solé Tura et Eliseo Aja, Constituciones y períodos constituyentes en España (1808-1936), Madr (...)
  • 33 Luis Sánchez Agesta, Historia del constitucionalismo español (1808-1936), Madrid, CEC, 1984, p. 489 (...)

43La deuxième erreur fut sans doute de croire que la Constitution pouvait exprimer des intentions et non des normes et doter l’État espagnol d’une forme évolutive. L’article premier dit dans son troisième paragraphe que « La République constitue un État intégral, compatible avec l’autonomie des municipalités et des régions. » L’article 8, le premier du Titre consacré à l’organisation nationale, affirme que l’« État espagnol (...) sera intégré par des municipalités réunies en provinces et par les régions qui se constitueront en régime d’autonomie ». Quel sens, conceptuel ou politique, faut-il donner à ces deux adjectifs « intégral » et « intégré » ? Il se peut que le second ne soit qu’un synonyme de « composé » et soit dépourvu d’intention juridique précise. La plupart des historiens du Droit reconnaissent que cette dénomination a un contenu « indéterminé »31, qu’il s’agit d’un concept nouveau qui est « un compromis entre les partisans du fédéralisme et de l’unitarisme »32. Et Luis Sánchez Agesta note que « l’organisation de l’État a été définie par un terme étrange et amphibologique : « l’État intégral »33. « En réalité ce n’était pas une formule générale de l’organisation de l’État, mais une forme d’organisation destinée à la satisfaction des prétentions autonomistes d’une ou plusieurs régions », explique-t-il.

  • 34 Ce qui signifie bien autre chose, et s’appliquerait dans ce cas aux parties qui entrent dans la com (...)
  • 35 Segismundo Royo, « El Estado integral », Revista de Derecho Público, 1935, n° 45, septembre 1935, p (...)

44Le véritable problème réside dans la tension existante entre l’unité de l’État et la conscience nationaliste catalane et basque. Lors de la rédaction de la Constitution, Adolfo Posada, l’auteur du premier avant-projet, prétend, comme le feront ensuite d’autres juristes, qu’il s’agit seulement d’un glissement grammatical et que l’adjectif « intégral » veut sans doute dire « intégré »34. Erreur grammaticale ou nouveauté inexpliquée, l’expression « État intégral » devient un moyen terme entre les concepts usuels d’État fédéral et d’État unitaire35. Certains juristes y virent un synonyme d’« État régional ».

  • 36 Manuel Azaña, Memorias políticas y de guerra, Madrid, Aguado, 1976, t. I, p. 304.

45Cambó, en 1919, avait qualifié d’« autonomie intégrale », la formule qui devait aboutir à un État totalement organisé en régions autonomes. Le choix de l’adjectif « intégral » prêtait maintenant à confusion. Alors que pour les catalanistes, il avait signifié l’aboutissement d’un processus visant à concéder l’autonomie à toutes les régions, pour les constituants, dix ans plus tard, il était synonyme d’« intégrateur » et indiquait seulement que la République « était de tendance fédérative ». « Qu’est-ce qu’une constitution qui tend à être quelque chose et n’y parvient pas ? La plupart des inconvénients du projet viennent du fait qu’il est mal écrit », regrette le Président du Gouvernement, Manuel Azaña36.

Surenchère catalaniste et sursaut castillan

  • 37 El Sol, 27 août et 6 septembre 1931 et La Voz, 26 septembre 1931.
  • 38 Diario de Sesiones de las Cortes Constituyentes, n° 45, 25 septembre 1931.

46Le débat avec les Catalans est tendu après l’amendement de Xirau et Alomar qui souhaitent supprimer l’expression « nation espagnole » du projet de Constitution. Menéndez Pidal intervient dans la presse pour exiger que les particularismes n’oublient jamais l’Espagne qui les contient, ni même le cadre européen37, et mettre en garde contre le fait que l’on veuille « effacer l’idée de nation espagnole, pour ne laisser que l’État espagnol ». C’est pourquoi, l’historien, demande que l’on cesse de nier la personnalité de l’Espagne en imposant, par exemple, en Catalogne, au lieu du bilinguisme, l’hégémonie de la langue catalane. Il parvient à une conclusion proche de celle de Jiménez de Asúa qui ne voyait pas comment on pourrait réunir ce qui n’était pas séparé : « pourquoi séparer ce qui est déjà uni ? ». Menéndez Pidal est approuvé par certains intellectuels, comme Unamuno, qui entend être désormais « député de l’Espagne, plus que député de Salamanque, ou de la Castille, ou même député républicain »38. Unamuno se moque désormais de « ces petits nationalismes qui aboutiront seulement à ce que l’on se sente exilé sur sa propre terre, étranger dans son propre foyer, et noyé par l’esprit de clocher sans patrie civile. »

47Pourtant il serait exagéré de prétendre que les intellectuels castillans furent les adversaires des nationalismes périphériques : ils manifestèrent leur sympathie à l’égard de leurs homologues catalans sous la Dictature de Primo de Rivera. Par ailleurs, le Statut de la Catalogne fut approuvé dans un climat politique et émotionnel délicat (après la tentative de coup d’État du général Sanjurjo, en août 1932) par 314 voix contre 24. La suppression des affirmations doctrinales, à propos de la souveraineté du peuple catalan et de l’autodétermination, ainsi que le fait d’avoir renoncé à la définition d’un État autonome au sein d’une République fédérale laissait la place au concept de « régions autonomes au sein de l’État espagnol ». L’article 13 de la Constitution précisait que ces régions autonomes ne pouvaient pas se fédérer entre elles. Enfin, le Statut maintenait le contrôle de l’État sur tous les centres de l’enseignement public. Mais pour les plus unitaires, comme Unamuno, c’est l’usage des langues régionales qui constitue le point de rupture avec la politique gouvernementale.

  • 39 José Ortega y Gasset, España invertebrada, Obras Completas, I, Madrid, Alianza ed. 1983, p. 122.
  • 40 José Ortega y Gasset, La redención de las provincias, Obras completas, t. XI, p. 181, p. 256 et 201

48Ortega y Gasset prétend que l’Espagne est la première nation européenne à avoir fait son unité à la fin du XVe siècle39, pourtant il affirme que celle-ci s’est mal constituée et il invite ses contemporains, après une lecture critique du passé, à reconstruire leur pays, dépouillé de ses colonies américaines et menacé de désintégration par les mouvements nationalistes catalan et basque. Il n’envisage pas que l’on puisse réserver un traitement particulier à la Catalogne en instaurant une prime au nationalisme, au lieu de doter le pays d’une véritable vie régionale. Il n’invoque ni l’Histoire ni le Droit, mais s’élève contre la division de l’Espagne en deux : d’une part, deux ou trois régions indociles ; d’autre part, le reste du pays soumis au Pouvoir central. Par ailleurs, le philosophe reproche à l’État d’avoir négligé la vie des provinces et d’avoir confondu la nation avec le particularisme madrilène : « À force de penser abstraitement la nation, on a cru que celle-ci était un Madrid centrifugé, énorme, qui arrivait jusqu’à la mer et s’appuyait sur les Pyrénées. »40. Depuis 1928, il propose d’organiser le pays en neuf régions administratives et invite à une décentralisation générale de l’État. Mais il décrit une Espagne renforcée par de nouvelles forces centripètes alors que l’État cherche seulement à répondre à des impulsions centrifuges. Ce que craignait Ortega, ce n’était pas, comme Unamuno, la perte de l’identité nationale mais l’affaiblissement de l’État.

Retour à la logique centralisatrice

49L’émergence des nationalismes, qui remettent en cause, au tournant du siècle, la structure unitaire du territoire et de l’État, va de pair avec la redécouverte de la Castille. La crise de conscience qui suit le désastre de 1898 oblige l’Espagne à formuler une interprétation de son histoire qui ne l’exclue pas du concert des nations européennes. Où le pays pouvait-il trouver l’énergie nécessaire à ce changement de perspective ? Les réponses sont de deux ordres : en lui-même, en fouillant dans son passé, en redécouvrant les valeurs traditionnelles ; hors de lui-même, en regardant vers l’Europe. Cet examen de conscience national ne fait que confirmer une situation connue. Plus qu’une crise politique, il s’agit de l’effondrement des valeurs d’une société. Entre le souvenir de la gloire passée et le mimétisme à l’égard du pays voisin, de jeunes écrivains rebelles découvrent la Castille.

La Castille : métonymie de l’Espagne

  • 41 Antonio Maura, Diario de sesiones de las Cortes, 29 novembre 1901, p. 1968.

50À l’idée d’une Castille qui fut l’agent de l’unification et la garante de l’unité, les Catalans opposent la frustration d’une région dynamique disposée à contribuer à sa façon à l’histoire nationale. La droite castillane, qui revendique le monopole du patriotisme et du nationalisme, a toujours qualifié cet élan de séparatisme ou de « programme de dissolution nationale »41. En croyant être fidèles à une tradition historique, les intellectuels qui incarnèrent brièvement, en 1931, le pouvoir législatif et les grandes figures des lettres castillanes ont continué à confondre la Castille avec le reste de l’Espagne. Persuadés que les gloires du Siècle d’Or sont castillanes et que l’hégémonie de la Castille est le fruit d’une logique historique et non de l’arbitraire, ils donnent consistance à une erreur de perspective qui fait de la Castille, selon le titre choisi par Marcel Bataillon pour sa traduction de En torno al casticismo de Unamuno, l’essence de l’Espagne. L’affirmation de ce nationalisme castillan qui, de métaphore en métonymie, se présente comme un nationalisme espagnol, finira par dresser les classes moyennes et l’armée contre les revendications des Basques et des Catalans qualifiées désormais de séparatistes. Il est un obstacle à l’articulation de la nation, ou des nationalités nouvellement reconnues, avec l’État.

Redécouverte du paysage castillan

  • 42 Francisco Giner de Los Ríos, « Paisaje », Ilustración Artística de Barcelona, 1886.

51Les « régénérationnistes », qui eurent à cœur d’analyser la réalité physique de l’Espagne firent également de la Castille un symbole. Ils la considérèrent, à travers l’Institution Libre d’Enseignement, avec des présupposés positivistes et une nouvelle rigueur scientifique qui se fondait sur la géographie comme science capable de contribuer à la rénovation du paysage. Ainsi perçue, comme un paysage « masculin et actif » selon les valeurs esthétiques et culturelles diffusées par Francisco Giner de los Ríos, qui redécouvre la Castille en 1886, la meseta et la sierra carpetana, deviennent la « colonne vertébrale de l’Espagne » et le centre corporel et animique avec lequel s’identifie le mieux le sentiment patriotique, par contraste avec le paysage « féminin et passif » du Nord de l’Espagne42.

  • 43 Miguel de Unamuno, Paisajes, Obras completas, Madrid, Escelicer, 1966, vol. I, p. 55-82 ; José Orte (...)
  • 44 Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine, Paris, 1922 ; Pierre George, « Géographie et histoi (...)
  • 45 Vincent Clément, « Contribution épistémologique à l’étude du paysage », Mélanges de la Casa de Velá (...)

52Des intellectuels, comme Giner de los Ríos, Miguel de Unamuno ou Ortega y Gasset43, attribuent au paysage une place dans l’anthropologie et la sociologie et lui assignent une fonction pédagogique et morale. S’ils tendent à lui redonner sa dimension historique, comme le feront par la suite les géographes et les historiens44 qui feront évoluer leur discipline vers la bio-géographie, ils rappellent que, par-delà la géographie physique et climatique, le paysage est un produit historique et social45. Selon eux, la meilleure façon d’appréhender le paysage est l’excursion qui procure le bien-être physique, la communion avec la nature et la connaissance de la patrie.

  • 46 Carmen Pena, Pintura del paisaje e ideología, Madrid, Taurus, 1982.

53Ce « nationalisme tellurique»46, et même panthéiste de la part des krausistes, accordait une place importante, dans la définition de l’être historique, au mysticisme espagnol, comme le feront par la suite des écrivains comme Azorín ou Unamuno qui identifient également l’Espagnol à sa terre et au paysage national et trouvent dans l’art populaire l’expression du passé « intrahistorique ». Cependant, Unamuno préconise une européanisation raisonnée de l’Espagne et souhaite que les pays européens soient prêts à accepter réciproquement une influence espagnole. Il fait de cette ouverture une condition sine qua non de la découverte de l’identité nationale, sauf lorsque, préférant le persiflage au dépit, il revendique une attitude « post-moderne » avant la lettre (« Qu’ils inventent, eux ! », s’exclame-t-il en 1906). Mais cela ne l’empêche pas de voir surgir un peuple d’essence romantique, doté d’une culture propre, qui n’a pas attendu ce débat sur l’européanisation pour dilater l’horizon de son imagination en conservant le souvenir et la richesse d’une mythologie et d’une tradition européennes vivantes qui se jouent des frontières spatiales et des limites chronologiques. Cette idéalisation du peuple se fonde sur les liens étroits qui unissent celui-ci au paysage. Tandis que la plupart des Espagnols ignorent leur paysage, Unamuno célèbre un peuple qui, non seulement connaît ce paysage, mais se fond dans celui-ci. La paronomase – la répétition des sonorités entre paisaje et paisanaje – favorisée par le jeu sur l’étymologie, suggère une fusion active : c’est le paysage qui façonne l’homme, qui l’intègre à la patrie et fait de lui un citoyen.

À la recherche du centre

54Au milieu des années trente, plusieurs secteurs de la droite espagnole convergent avec la toute récente Phalange pour cultiver le mythe de la Castille comme symbole spirituel nécessaire au sursaut national attendu de la revendication de l’Espagne impériale. Ils n’hésitent pas, par-delà les ruptures historiques, à forger une histoire nationale sur la continuité ni à présenter, dans un raccourci spatio-temporel saisissant, la Reconquête comme le fruit d’une même chevauchée.

  • 47 Après l’étude de Luis del Hoyo pour la Real Sociedad Geográfica, résumée dans son Antropodemografía (...)

55Par la suite, l’une des préoccupations du franquisme sera de doter l’Espagne d’un centre. Celui-ci s’identifiera avec les terres à blés, la Tierra de campos, c’est-à-dire avec la Castille médiévale du romantisme nationaliste des écrivains du groupe dit de 1898 dont l’évocation donna lieu à des descriptions de la campagne pauvre de Soria et de la steppe sans vie de la part d’Unamuno, d’Azorín ou de Machado. Entre 1940 et 1970, une cinquantaine d’études débouchent sur une série de propositions destinées à remodeler l’organisation provinciale ou régionale. Elles tendent à doter l’Espagne d’un centre selon des critères démographiques, géographiques ou économiques47.

56Au milieu des années soixante, à partir des théories de l’économiste François Perroux, le gouvernement espagnol avait décidé d’élaborer un Plan National de Développement sur le modèle français. La création du Ministère pour la planification du développement répondait à ce souhait. Après l’échec des premier, second et troisième plans de développement et l’inachevé quatrième plan, qui entraîna la disparition du Ministère de la Planification, et l’abandon de la politique des « pôles de développement », une multitude d’études et de rapports s’efforcent de rendre viable une délimitation régionale qui soit capable d’équilibrer les disparités territoriales les plus importantes et de favoriser une redistribution des bénéfices produits par le « miracle économique ».

57Ces propositions composent une mosaïque d’une vingtaine de provinces construites tantôt sur des critères historiques autour de la Castille, tantôt selon des normes géographiques à partir de la Meseta. Elles illustrent la difficulté rencontrée pour trouver un dénominateur commun afin de définir la Castille. En 1976, le Gouvernement Arias Navarro créa une région du Centre avec les provinces d’Avila, Ciudad Real, Cuenca, Guadalajara, Tolède et Ségovie. Par la suite les projets furent nombreux qui rattachaient tantôt Madrid à la communauté autonome de Castille-La Manche, tantôt aux provinces de Guadalajara et Tolède mais pas à celles de Cuenca et Ciudad Real qui restaient exclues, avec celle d’Almería, de la nouvelle distribution territoriale en communautés autonomes. Enfin en 1983, la région de Madrid, réduite aux alentours de la capitale, entre celles de Castille-Léon et de Castille-La Manche, devient la dernière région autonome créée.

L’État des autonomies : plusieurs nations, un État sans territoire ?

58En 1843, au début de son règne, Isabelle II est encore « Reine des Espagnes », en 1978, Juan Carlos Ier s’adresse aux « peuples d’Espagne ». On est donc passé d’une conception étatique à une conception multinationale du Pouvoir. L’Espagne serait formée de nations qui ne sont plus articulées aussi fortement qu’avant sur un État.

59Par-delà le débat sur l’essence de l’Espagne et sur les étapes de la formation de la nation, c’est-à-dire sur la nature, la vigueur et l’évolution de l’identité nationale espagnole, il convient d’apprécier autant les capacités de l’État central à répondre, sous les divers régimes qui se sont succédés, aux revendications politiques des mouvements nationalistes les plus dynamiques, que la conception que ceux-ci eurent de leurs relations avec l’État. Les statuts accordés par la Seconde République à la Catalogne et au Pays basque et le projet intégrateur de la Constitution de 1978 engagent un processus qui ne prévoit pas de parvenir à un État fédéral, sans en fixer le terme et sans définir la nation.

Un remodelage des structures du Pouvoir

60Les gouvernants devaient assurer un changement de régime sans vainqueurs ni vaincus et fonder leur légitimité sur la réussite de ce processus. Ils ne pouvaient prouver l’authenticité démocratique de leur démarche sans répondre aux attentes autonomistes. En 1978, comme en 1873 et en 1931, la consolidation de l’état de droit s’est accompagnée d’un remodelage territorial des structures du pouvoir politique. Celui-ci favorise l’affirmation de nationalismes périphériques intégrateurs ou excluants qui, au Pays Basque, prennent une tournure « ethniciste », dès lors que les partis nationalistes prétendent avoir le monopole du patriotisme.

  • 48 Franck Moderne, « Discussion sur le concept d’État autonomique », L’État autonomique, C. Bidegaray (...)

61L’organisation territoriale décentralisée que permet le titre VIII de la Constitution de 1978 et le découpage de l’Espagne en dix-sept communautés autonomes (dix-neuf si l’on tient compte de Ceuta et Melilla) est le fruit d’une volonté du gouvernement d’Adolfo Suárez de banaliser, sinon de dissoudre, les particularismes catalan et basque, qui avaient déjà reçu satisfaction sous la Seconde République, dans un processus plus ample de régionalisation. Il fut interprété par les Catalans comme la volonté de l’État espagnol de mettre fin à la structure centralisatrice antérieure et se fonda sur l’introduction du concept de « nationalités » dans la Constitution de 1978. La régionalisation envisagée fut étendue à l’ensemble des cinquante provinces espagnoles par le biais d’une proposition générale de décentralisation. L’Espagne des autonomies est le fruit de cette tactique destinée à reconnaître l’autonomie de la Catalogne et du Pays Basque sans remettre en cause la nature unitaire de l’État48.

62La cohérence de ce projet masque une extrême diversité de formules politiques, car le sentiment d’autonomie, qui s’est exercé dans des contextes linguistiques, géographiques et historiques différents, n’a pas la même intensité sur tout le territoire de l’État espagnol. Certaines régions autonomes produisent une esthétique surannée qui rassure les patriotes espagnols attachés à la symbologie franquiste. Mais dans d’autres régions, les symboles parfois inspirés des traditions médiévales voisinent avec les formules para-souveraines. Basques et Catalans ne cessent de formuler des revendications qui sont proches de l’indépendance. La Catalogne s’est dotée d’une officine chargée du commerce extérieur et a constitué un réseau de relations internationales. De surcroît, grandes et petites communautés voisinent avec les enclaves marocaines et les îles (Baléares et Canaries) dont le particularisme est essentiellement topographique même si leur statut ancien de zone franche, exempte de droits de douanes, a renforcé la singularité des Canaries.

Autonomie et souveraineté

  • 49 Gumersindo de Azcárate, El self-goverment y la Monarquía doctrinaria, Madrid, 1877, p. 112-113 ; Ad (...)
  • 50 J. Jellinek, Teoría general del Estado, trad. de la 2e édition allemande et introduction de Fernand (...)
  • 51 Francisco Tomás y Valiente, « Las relaciones entre el poder central y los poderes territoriales en (...)

63Cependant, le fait que l’avènement de la démocratie aille de pair avec une restructuration territoriale conduit à s’interroger sur le degré d’autonomie obtenu et sur le contrôle exercé par le Pouvoir central. L’application de la Constitution de 1978 eut pour conséquence la combinaison de deux degrés de pouvoir politique et pour originalité, qu’elle partage avec celle de la Seconde République, de ne point fixer un terme à leur évolution. Pas plus qu’en 1931, elle n’exprime pas, selon l’expression d’Azcárate ou de Posada, « la structure politique totale de l’État »49 ni, comme le souhaitait Jellinek50, les fins supérieures de celui-ci. Ce qui fit dire que le système espagnol était celui de « la diversité dans la diversité » comparé au régime fédéral qui serait « l’égalité dans la diversité »51, puisque la constitution y reconnaît une situation égale à tous les États membres. Cette imprécision juridique a permis cependant de donner une solution à la complexité des situations existantes tout en ne reconnaissant pas un droit d’autodétermination aux territoires qui composent l’État. Comme auparavant, les régions industrielles ont le sentiment que leur contribution à l’effort national est excessive. Elles s’efforcent maintenant de profiter du cadre européen au détriment des structures nationales.

64Sont-ce des petits États-nations frustrés dans leur souveraineté ou les germes d’un futur État fédéral ? La Constitution de 1978 affirme que l’Espagne est constituée de nationalités et de régions mais elle ne dit pas lesquelles et surtout elle ne dit pas ce qu’est une nationalité. Le risque était donc, comme en 1931, que l’Espagne fût victime de l’imprécision conceptuelle ou lexicale des constituants. Rien ne permet de penser que les constituants prévoyaient qu’au terme de cinq années d’autonomie limitée les différentes nationalités et régions d’Espagne accéderaient à un modèle unique. Ces imprécisions ont permis de résoudre des situations différentes. Les majorités qui se sont succédées autour des deux grands partis politiques du moment, le Parti Socialiste et le Parti Populaire, ont été d’accord pour poursuivre et approfondir l’expérience. À l’exception du Pays Basque, où une minorité continue à réclamer une rupture avec l’État central, la méthode a surtout consisté à chercher à gagner d’autres avantages au sein de celui-ci. Ce qui ne manque pas de nourrir la jurisprudence du Tribunal Constitutionnel car les gouvernements de certaines communautés autonomes cherchent à accéder par-delà l’autonomie à la souveraineté.

  • 52 E. Zaplana Hernández-Soro, El acierto de España. La vertebración de una nación plural, Madrid, Tema (...)

65La constitution n’est pas encore la démocratie, à l’heure d’articuler le social et le politique, en 1978, tout comme en 1931, l’organisation du territoire reste un processus inachevé et la définition de la nation est loin d’être ferme. C’est ainsi que l’on a pu suggérer récemment que l’Espagne était une « nation de nations » (nul n’a parlé de « fédération d’États »), sans préciser si c’était l’État ou la nation qui primait, ou qu’est apparue l’expression « nation plurielle »52, pour expliquer que l’on avait trouvé le moyen d’articuler une Espagne soumise traditionnellement à des tensions territoriales capables de priver du territoire national, en les contraignant à l’exil, les partisans d’un autre projet.

66De nos jours, les nationalismes les plus radicaux fondent leur autodénomination sur une revendication territoriale : Moviment de Defensa de la Terra (MDT), Terra Lliure en Catalogne ou Euskadi ta Askatasuna (ETA) au Pays Basque et même Tierra Comunera qui prétend que la Castille est menacée par le sous-développement économique alors qu’elle produit le cinquième de l’énergie de tout le pays. Ils classent les populations en fonction de leur appartenance à un territoire (et non de leur catégorie sociale) avec la conviction que celles qui partagent le même territoire doivent avoir un intérêt commun. À un moment où la dynamique générale de l’économie et de la culture prend le nom de « globalisation », cette importance accordée au lieu, qui conçoit la politique comme une réponse aux nécessités locales, comporte cependant à nouveau un danger lié à l’affaiblissement de l’État, qu’avait perçu Menéndez Pidal en 1931 : celui de faire de l’Espagne actuelle un État sans territoire.

67Un territoire, donc une population et une puissance. L’inventaire des facteurs sur lesquels se construit l’État suggère que le territoire n’est pas premier. Il a même pu disparaître sous le régime féodal, avant de réapparaître avec la monarchie. Par-delà la limitation d’un lieu géographique, il est aussi un lieu affectif qui traduit un rapport de propriété et d’appropriation, un espace imaginé, approprié, agencé, soumis à divers degrés de clôture ou de perméabilité. Mais on ne saurait penser le territoire sans penser l’État et celui-ci sans définir la nation.

68Après avoir pratiqué l’historiographie étatique, et même envisagé l’histoire totale, jusqu’à la fin des années 70, de nombreux collègues espagnols se sont intéressés à l’histoire régionale, puis ont fait l’histoire des communautés autonomes. Les plus optimistes ne négligèrent pas, en calquant le nouveau territoire sur l’ancien, de faire l’histoire, depuis l’Antiquité et le Haut Moyen Âge, de ce qui n’existait pas encore.

69Le territoire est une composante de l’idéologie nationaliste moins évidente que le fait linguistique ou culturel. L’identité territoriale n’a pas toujours la dimension du discours nationaliste et peut n’exprimer que la conscience d’appartenir à divers lieux selon des échelles variées. Ce n’est pas le nationalisme qui crée de tels sentiments. Il ne fait que les exploiter. Manuel Azaña, avec lucidité, ne négligeait pas de rappeler pour expliquer ce zèle téléologique que « ce sont les vainqueurs qui écrivent l’Histoire. »

70Avant l’adoption de la constitution de 1978, il n’existe pas de consensus sur l’organisation du territoire national. Les gouvernants sont accusés de centralisation excessive ou sont contraints de lutter contre les risques supposés de séparatisme. Après 1978, ce consensus est faible ; les auteurs du texte constitutionnel ont publié récemment un livre dans lequel ils donnent rétrospectivement des interprétations très différentes du processus qui a conduit à la reconnaissance des communautés autonomes devenues des administrations chargées d’appliquer la politique de l’emploi, de l’éducation, de la santé et des retraites, mais disposées à obtenir l’autonomie financière, c’est-à-dire à exercer en la matière le pouvoir normatif, le recouvrement et la gestion, une agence tributaire venant couronner le tout au niveau central afin de susciter la solidarité de la part des Communautés les plus riches tout en dépassant ce que le président du Conseil, José Ma Aznar, appelait la « décentralisation coopérative » qui se réaliserait sectoriellement selon le modèle allemand par la création d’une Conférence de Coopération Générale.

  • 53 Et sans se préoccuper de ce que Michel Foucault appelait, à partir de 1978, la « gouvernementalité  (...)

71Depuis 1986, l’appartenance de l’Espagne à l’Union européenne a situé ces projets au sein d’une économie générale du Pouvoir, capable de favoriser l’émergence du régionalisme tout en contribuant au rééquilibrage entre les régions riches et les régions pauvres, et en se dotant de structures de coopération transfrontalières avec les régions du Midi de la France, mais sans résoudre les relations du macrocosme et du microcosme53. Car dans cette construction de communautés autonomes mais non souveraines, l’État n’est plus conçu comme un édifice et il lui reste à définir les fondements de sa souveraineté et à pratiquer un nouvel art de gouverner au cœur de durées et de territoires différents qui s’enchevêtrent les uns les autres mais qui restent le lieu où se gouvernent les hommes et où s’exerce la souveraineté.

72Il reste donc, par-delà le processus de construction ou de refondation nationale, à redéfinir le modèle dans la pratique. Même s’il n’est pas évident pour tout le monde que l’Espagne et ses communautés autonomes constituent une unité indissoluble, force est de reconnaître que, pour complexe, inachevé et imparfait qu’il soit, le système connu sous le nom d’État des autonomies, mis en place après 1978, est une construction politique et juridique irréversible qui fonctionne.

Notes

1 Cf. Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990 ; Julio Aróstegui, « El Estado español contemporáneo : centralismo, inarticulación y nacionalismo », Historia Contemporánea, n° 17, 1998, p. 31-57.

2 Laurent Coudroy de Lille, « A propósito de los “Ensanches menores” en España », Lorenzo López Trigal (éd.), Los Ensanches en el urbanismo español. El caso de León, Madrid, Biblioteca Nueva, 1999, p. 61-69.

3 Il faut tenir compte d’un autre facteur, la question linguistique, dont il ne sera guère question ici. Les sujets avaient le choix de parler la langue du roi, les citoyens ont le devoir de parler celle de la nation qui va s’efforcer d’en généraliser l’enseignement.

4 Ángel Ganivet, Idearium español (1896), Madrid, Espasa Calpe, 1990 (12e éd.).

5 « Yo quiero que nos acordemos que formamos una sola nación, y no un agregado de varias naciones » (Diario de Sesiones, 2 novembre 1811, cité par Ma Carmen García Nieto et Esperanza Yllán, Historia de España, 1808-1978, textos, vol. I, La Revolución liberal, Barcelone, Crítica, 1987, p. 37.

6 Le nom de certaines pouvait surprendre puisque l’on appelait Chinchilla, Pamplona, San Sebastián, Vigo et Vitoria, ce que furent ensuite les provinces d’Albacete, Navarre, Guipúzcoa, Pontevedra et Alava et que Calatayud, Játiva et Villafranca les territoires des futures provinces de Teruel, Valence et León.

7 Chacun conserve son autonomie administrative, sa législation et même son économie, sa monnaie, ses douanes et ses tarifs douaniers. On applique partout le principe établi jadis par le juriste Juan de Solórzano Pereira : chaque territoire qui compose la monarchie doit se gouverner comme si le roi (qui règne sur plusieurs territoires) n’était que le souverain de celui-ci. Par conséquent, on peut parler à leur propos d’États autonomes mais non d’États souverains.

8 Discours de Manuel Durán i Bas, Diario de Sesiones de las Cortes, 14 mars 1886.

9 Richard Herr, Hacia el derrumbe del antiguo régimen, crisis fiscal y desamortizaciόn bajo Carlos IV, Madrid, Moneda Y Crédito, 1971 ; Miguel Artola, La burguesía revolucionaria, Madrid, Alfaguara, 1974, p. 149. Germán Rueda (ed), La desamortizaciόn en la península ibérica, Ayer, n° 9, 1993, et notamment, Juan García Pérez, « Efectos de la desamortización sobre la propiedad y los cultivos », p. 105-173.

10 Antonio Cánovas Del Castillo, « De cómo he venido yo a ser doctrinalmente proteccionista », Problemas ontemporáneos, t. III, Madrid, 1891, p. 409-449.

11 Antonio Gómez Mendoza, Ferrocarriles y cambio económico en España. 1855-1913, Madrid, Alianza ed. 1982, p. 27.

12 Cité par Antonio Gómez Mendoza, ibid., p. 235. C’est nous qui traduisons.

13 Francisco Quirós Linares, Las ciudades españolas en el siglo XIX. Vistas de ciudades españolas de Alfred Guesdon. Pianos de Francisco Coello, Valladolid, Ámbito ed., 1991 ; Rafael Mas Hernández, La presencia militar en las ciudades, Madrid, Los libros de la Catarata, 2003, p. 71-73.

14 Eusebio Giménez Lluesma, Ferrocarriles secundarios. Memoria sobre los trabajos de la Comisión para formar el Plan de Ferrocarriles Secundarios subvencionados por el Estado, Madrid, Imp. del Memorial de Ingenieros del Ejército, 1906, p. 7.

15 Melquiades Benito Sánchez, « La división territorial militar de López Domínguez : una reforma conflictiva », Revista de Historia Militar, Madrid, n° 93,2003, p. 157-182.

16 Cité par Carlos Fernández, Quinientos años de la Capitanía General de Galicia, Madrid, Ministerio de Defensa, 1985, p. 111-117. C’est nous qui traduisons.

17 Sánchez-Moreno Del Moral, Arquitectura militar de Burgos. Burgos, Ayuntamiento de Burgos, 1996, p. 265.

18 José Ignacio Muro Morales, « Ingeniería militar y territorios polémicos en Cataluña, 1814-1854 », Primer Congrès Català de Geografía, vol. III, Barcelone, Societat Catalana de Geografía, 1991, p. 557-570.

19 M. Gistau, La Academia General Militar. Toledo. 1883 a 1893, Madrid, Talleres tipográficos de El Imparcial, Madrid, 1919. La présence d’une académie militaire était vitale pour l’économie des villes de petite taille comme les deux dernières. L’Académie d’Artillerie à Ségovie, celle de Cavalerie à Valladolid, d’Ingénieurs à Guadalajara, de la Marine à Cadix, l’Académie Générale Militaire de Saragosse en 1928 contribuent à l’aménagement du territoire ; tandis que le corps d’État Major se formait à Madrid ainsi que les cadres de l’aviation à Cuatro Vientos (Madrid), Alcalá de Henares et Guadalajara.

20 Cité par R. Mas, op. cit., p. 111-112.

21 Rafael Altamira, Derecho consuetudinario de España, Barcelone, 1903. Derecho consuetudinario y economía popular de la provincia de Alicante, Madrid, Imp. del Asilo de los Huérfanos del S. C. de Jesús, 1905, rééd. facsimil, Alicante, Instituto Juan Gil-Albert, 1985. Onze ans après la concession du prix de l’Académie Royale de Sciences Morales et Politiques à Altamira pour cette œuvre, un autre juriste, Mariano Ruiz-Funes, sera récompensé pour son étude intitulée Derecho Consuetidinario y Economía Popular de la Provincia de Murcia.

22 Adolfo Posada, Evolución legislativa del Régimen local en España : 1812-1909, Madrid, Lib. Gal. de V. Suárez, 1910, p. 9.

23 Juan Vázquez de Mella, El tradicionalismo español, ideario social y político, Buenos Aires, Dictio, 1980, p. 193. « Des discours furent prononcés d’une violence inouïe contre les idées centralisatrices importées de France en Espagne », note l’Ambassadeur de France en Espagne, Jules Cambon, après une manifestation de « Solidarité Catalane » à Barcelone, qui réunit « près de 150 000 à 200 000 personnes pour protester contre les lois d’exception » (Archives du Ministère des Affaires Étrangères, Paris, Nouvelle Série, Espagne, n° 9, Affaires de Catalogne, 1906-1917, l’Ambassadeur de France en Espagne à M. Léon Bourgeois, Ministre des Affaires Étrangères, le 24 mai 1906).

24 Juan Ramón Jiménez, Madrid posible e imposible. La colina de los chopos, 1913-1929, Madrid, Aguilar, 1969.

25 Paul Aubert, « L’influence idéologique et politique de la France en Espagne de la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale (1875-1918) », L’Espagne, la France et la Communauté européenne, Madrid, Casa de Velázquez/CSIC, 1989, p. 57-102 et « Madrid : du centre intellectuel à la capitale politique (1900-1931), Christophe Charle et Daniel Roche (éds.), Capitales culturelles, capitales symboliques, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 305-322.

26 Miguel de Unamuno, « En un lugar de la Mancha », La Publicidad, 6 mars 1917, Obras Completas, t. VII, Madrid, Escelicer, 1967, p. 616.

27 David Ringrose, « El legado de Madrid. Madrid. Madrid y la oligarquía agrocomercial del siglo XIX », Revista de Occidente, n° 27-28, août-septembre 1983, p. 75.

28 Discurso del Presidente de la Comisión redactora, Diario de Sesiones de las Cortes, n° 28, 27 août 1931, p. 642-648.

29 Ibid., p. 129.

30 Quant au président de la Commission rédactrice, le socialiste Jiménez de Asúa, il expliquait le choix d’une telle formule par son souhait d’introduire dans la Constitution espagnole la doctrine de l’allemand Hugo Press qui imprégnait la constitution de Weimar de 1919 (Discurso del Presidente de la Comisión redactora..., 27 août 1931).

31 Joaquín Tomás Villarroya, Breve historia del constitucionalismo español, Barcelone, 1976, p. 140.

32 Jordi Solé Tura et Eliseo Aja, Constituciones y períodos constituyentes en España (1808-1936), Madrid, Siglo XXI, 1980, p. 100.

33 Luis Sánchez Agesta, Historia del constitucionalismo español (1808-1936), Madrid, CEC, 1984, p. 489-490.

34 Ce qui signifie bien autre chose, et s’appliquerait dans ce cas aux parties qui entrent dans la composition d’un ensemble » (A. Posada, La nouvelle constitution espagnole, Paris, 1932, p. 129).

35 Segismundo Royo, « El Estado integral », Revista de Derecho Público, 1935, n° 45, septembre 1935, p. 263.

36 Manuel Azaña, Memorias políticas y de guerra, Madrid, Aguado, 1976, t. I, p. 304.

37 El Sol, 27 août et 6 septembre 1931 et La Voz, 26 septembre 1931.

38 Diario de Sesiones de las Cortes Constituyentes, n° 45, 25 septembre 1931.

39 José Ortega y Gasset, España invertebrada, Obras Completas, I, Madrid, Alianza ed. 1983, p. 122.

40 José Ortega y Gasset, La redención de las provincias, Obras completas, t. XI, p. 181, p. 256 et 201.

41 Antonio Maura, Diario de sesiones de las Cortes, 29 novembre 1901, p. 1968.

42 Francisco Giner de Los Ríos, « Paisaje », Ilustración Artística de Barcelona, 1886.

43 Miguel de Unamuno, Paisajes, Obras completas, Madrid, Escelicer, 1966, vol. I, p. 55-82 ; José Ortega y Gasset, El Espectador, Obras completas, Madrid, Alianza, 1983, t. II, p. 635.

44 Lucien Febvre, La Terre et l’évolution humaine, Paris, 1922 ; Pierre George, « Géographie et histoire », Revue historique, avril-juin 1963, p. 297 ; George Bertrand, « Le paysage entre nature et société », RGPSO, 2, 1978, p. 247-248.

45 Vincent Clément, « Contribution épistémologique à l’étude du paysage », Mélanges de la Casa de Velázquez, n°XXX-3, 1994, p. 221-237.

46 Carmen Pena, Pintura del paisaje e ideología, Madrid, Taurus, 1982.

47 Après l’étude de Luis del Hoyo pour la Real Sociedad Geográfica, résumée dans son Antropodemografía española. Regiones y razas en 1942, Alfonso G. Barbancho propose également une délimitation régionale fondée sur des critères démographiques dans son livre Las migraciones españolas (1967). En 1964, la Direction Générale de l’Urbanisme du Ministère du Logement envisage une régionalistaion dans l’avant-projet de plan national d’urbanisme et à la demande de l’Instituto Nacional de Industria, l’économiste J. Plaza Prieto suggère une nouvelle organisation territoriale sur des critères repris l’année suivante dans le plan Caritas España. En 1964, José Luis Sampedro avait également publié une étude intitulée Perfiles económicos de las regiones españolas. Quant aux travaux du géographe J. M. Casas Torres, Aspectos de los desequilibrios territoriales, ils insistent, en 1967, sur l’opportunité de la mise en œuvre d’une politique d’aménagement du territoire. En 1968, M. Terán et L. Solé proposent à leur tour une nouvelle division dans leur Geografía regional de España.

48 Franck Moderne, « Discussion sur le concept d’État autonomique », L’État autonomique, C. Bidegaray (dir.), Paris, Economica, 1994, p. 74.

49 Gumersindo de Azcárate, El self-goverment y la Monarquía doctrinaria, Madrid, 1877, p. 112-113 ; Adolfo Posada, Tratado de Derecho Político, t. I, Madrid, Librería de Victoriano Suárez, 1935 (5e éd.), p. 472. ; « El fin del Estado », Boletín de la Institución Libre de Enseñanza, n° 39, 1915, p. 143.

50 J. Jellinek, Teoría general del Estado, trad. de la 2e édition allemande et introduction de Fernando de los Ríos, t. I, Madrid, Librería General Victoriano Suárez, 1914, p. 296.

51 Francisco Tomás y Valiente, « Las relaciones entre el poder central y los poderes territoriales en la jurisprudencia constitucional », Informe Nacional España, 1984.

52 E. Zaplana Hernández-Soro, El acierto de España. La vertebración de una nación plural, Madrid, Temas de hoy, 2001 ; Anna María García Rovira (éd.), España, ¿nación de naciones ?, Ayer, n° 35, Marcial Pons, 1999.

53 Et sans se préoccuper de ce que Michel Foucault appelait, à partir de 1978, la « gouvernementalité », (M. Foucault, Sécurité, territoire, population, Paris, Gallimard-Seuil, 2004, Leçon du 1er février 1978, p. 91).

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540