Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La constitution de l'espace national

Cartographie historique et structuration mentale de l’espace : le cas turc

Étienne Copeaux

Texte intégral

  • 1 Un exposé complet sur ces questions historiographiques et cartographiques, comportant un atlas anne (...)

1Les cartes historiques des manuels scolaires turcs sont produites et diffusées en masse, selon des stéréotypes provenant parfois de la cartographie historique occidentale, parfois produits par l’historiographie turque de l’époque de la réforme de l’enseignement de l’histoire voulue par Atatürk. De facture élaborée à cette époque, elles sont aujourd’hui souvent beaucoup plus simples d’un point de vue graphique – pour des raisons de coûts – et, d’un point de vue scientifique, souvent médiocres ou simplistes1. Pourtant, elles représentent un exemple de production et de diffusion de masse de stéréotypes cartographiques, dont le nombre et la durée de publication peuvent être à l’origine d’une représentation du monde ; le corpus analysé se place également dans un moment historique, celui de la construction de l’État-nation turc qui, comme tous les autres, cherche à se légitimer par l’histoire ; la cartographie est un élément essentiel de ce processus.

2L’historiographie républicaine turque, mise en place en 1931-1932, a été conçue pour réhabiliter l’histoire et la culture turques, souligner leur grandeur et, face à l’Occident hellénophile, relever le défi du « miracle grec ». Elle était basée sur l’idée d’une supériorité et d’une antériorité absolue des Turcs dans l’histoire de la civilisation, et sur un mythe inventé de toutes pièces, celui d’une migration de peuples turcs de race et de culture supérieures au VIIe millénaire avant J.C., migration qui serait à l’origine de toutes les civilisations humaines. Sitôt inventé, ce mythe a été exprimé par une représentation qui, depuis 1931, est en bonne place dans la plupart des manuels d’histoire turcs ; c’est une carte du continent eurasiatique ; de son centre – lieu d’origine de populations supposées turques, civilisées et urbanisées avant l’époque néolithique – partent des flèches représentant les trajets de ces migrations qui auraient fécondé la terre (cf. carte n° 1).

3Au cours de mon analyse des manuels scolaires d’histoire utilisés de 1931 au début des années quatre-vingt-dix, j’ai pu constater que le rôle idéologique des cartes ne se limitait pas à cet exemple. C’est pourquoi j’ai consacré une grande partie de mon étude au discours cartographique, qui est une mise en scène visuelle du discours historique.

Méthodologie

  • 2 Cf. C. Grataloup, « Rhétorique graphique et pensée iconique », Espaces/Temps, n° 62/63, 1996, p. 6- (...)

4La carte bénéficie d’un pouvoir de conviction visuel plus efficace que l’écrit, et surtout d’un « effet d’autorité »2. Mais la principale interrogation portait sur la légitimité scientifique de ma démarche : le corpus des cartes historiques publiées pendant six décennies n’existe que pour le chercheur ; l’atlas imaginaire constitué par les cartes isolées de leur contexte et rassemblées peut-il servir à définir la vision du monde qu’un pouvoir culturel tente d’imposer ? La réflexion devait évidemment tenir compte tant de la fréquence de certains modèles à travers les collections et à travers les décennies, que de la présence d’exceptions très signifiantes ; en outre, l’extraction des cartes hors de leur contexte aux fins d’analyse ne devait pas dispenser de tenir compte du contenu textuel des livres d’histoire, et de confronter les deux discours, cartographique et textuel. Tenant compte de ces précautions, j’ai donc privilégié l’étude du corpus dans son ensemble plutôt que celle des cartes dans leur individualité : le corpus forme en effet un récit cartographié.

5Pour faire valoir la spécificité de la carte, qui est par définition la représentation d’un territoire, j’ai classé les éléments du corpus (environ six cents cartes ainsi que plusieurs centaines de représentations extraites d’autres sources comme les atlas, encyclopédies, etc.) non pas selon leur sujet (ordre chronologique des faits historiques représentés) mais selon les aires représentées ; j’ai pu ainsi déterminer 46 types de champs cartographiés, chiffre considérable, car il indique une très vaste dispersion des références géographiques du discours historique turc, qui contraste avec celui de certains États voisins comme l’Arménie, l’Azerbaïdjan, ou l’Iran.

6Les cartes ont été étudiées non pas du point de vue de leur exactitude géographique ou historique, mais pour ce qu’elles sont réellement : une représentation, une vision du passé et du monde ; dans une telle perspective, la notion de vrai et de faux n’a plus de sens, et l’on doit considérer toute erreur, omission, exagération, etc., comme signifiante. L’étude devait également évaluer les choix opérés pour les échelles dominantes, les aires ou les époques communément représentées, tout en veillant à repérer les raretés, les oublis ou les omissions.

7Enfin, les cartes ont été mises en perspective : on a cherché comment les modèles apparaissent, disparaissent, d’où viennent les stéréotypes, comment ils se transmettent et se transforment.

L’intersection de l’espace et du temps

8Le classement des cartes selon l’aire représentée permet de mettre en évidence la fréquence d’apparition des champs géographiques au sein du corpus. On constate alors que la représentation de la plupart des lieux est liée à des époques précises, et que la mémoire historique est indexée à des lieux ; la carte n’est qu’une image visuelle de cette indexation. Par exemple, l’Espagne n’apparaît dans le corpus qu’à propos d’un seul moment de son histoire, le Moyen Âge musulman. Ce type d’occurrence fait partie d’un ensemble de faits qu’on peut interpréter comme l’intégration du passé arabo-musulman dans leur propre passé par les auteurs de manuels turcs – et donc par la population éduquée. De même, l’absence de représentation de l’histoire moderne de l’Asie intérieure, vaste aire turcophone, signifie que l’intérêt porte plus sur le mythe, l’épopée, que sur les réalités plus récentes de cette partie du monde. Enfin, les époques pour lesquelles on utilise le cadre proprement anatolien pour représenter l’histoire turque sont peu nombreuses, et leur rapprochement est intéressant et significatif. On pourrait multiplier les exemples.

9Ces considérations sont d’autant plus importantes que le discours historique turc, depuis 1931, est un compromis plus ou moins équilibré, selon les époques, entre le passé de trois aires : l’Asie intérieure (passé considéré comme ethnique), le Proche-Orient (passé de l’islam), et l’Anatolie, lieu d’établissement des Turcs depuis le XIe siècle mais où s’est aussi déroulée l’histoire grecque et arménienne. C’est un récit fort complexe dont l’appréhension nécessite un sens géographique aigu et une cartographie abondante.

10Tenant compte de ces éléments, j’ai regroupé les cartes analysées en quatre catégories, en fonction des notions de centre et de périphérie, peut-être arbitraires et peu précises, mais qui se sont avérées valides pour l’analyse.

11Le choix de l’Anatolie pour définir la première catégorie s’impose, car c’est le cadre géographique de la Turquie actuelle (cf. carte n° 2). Les cartes centrées sur l’Anatolie sont les plus nombreuses, plus du tiers du total ; mais c’est une proportion assez faible si l’on songe qu’il s’agit du passé du territoire national. Ce sont des cartes se référant aux époques où l’Anatolie est vue comme un centre politique de commandement, ou évoquant une époque où un pouvoir exerce une tutelle à partir de cet espace sur les territoires représentés. L’Anatolie elle-même n’est représentée isolément que sur 10 % seulement des cartes, pour trois moments historiques considérés comme fondateurs et qui ont une grande importance dans le discours idéologique : l’époque hittite (deuxième millénaire avant J. C.), l’époque seldjoukide (XIIIe siècle), et la république de 1923.

12La deuxième catégorie (14 % du corpus) rassemble les cartes de l’Eurasie dans son ensemble, et celles de la partie centrale du continent, vaste zone s’étendant de la mer d’Aral au lac Baïkal ; il s’agit à la fois de représentations du mythe turc des origines, et de centres politiques de l’Asie intérieure médiévale (cf. carte n° 3).

13Ces deux premières catégories de cartes illustrent le caractère bi-centré (anatolien et asiatique) des territoires de référence des discours identitaires turcs. Les catégories suivantes sont définies par leur extériorité par rapport aux deux cœurs du monde turc, même si elles ont fait ou font partie, réellement ou prétendument, de la turcité.

14Dans ce que j’appelle les périphéries orientales (un quart du corpus), un premier groupe comprend les cartes des territoires que les Turcs estiment avoir dirigés, mais à des époques (IXe-XVe siècle) où le pouvoir ne se situait ni en Anatolie, ni en haute-Asie, comme les sultanats ghaznévide, seldjoukide, timouride, etc. Ces ensembles étaient centrés sur le sud-ouest du continent asiatique, mais leurs relations avec la Transoxiane et avec l’Anatolie, ainsi qu’avec l’Inde, étaient étroites (cf. carte n° 4). Un second sous-groupe, décalé vers l’ouest par rapport au précédent, représente l’espace plus méditerranéen de la conquête arabe (cf. carte n° 5).

15Enfin la quatrième catégorie regroupe les cartes de l’Europe (19 % du corpus), considérée comme une périphérie occidentale du monde turc ou musulman (empire hunique occidental, avancée arabe en Méditerranée) ou représentée pour son histoire propre (cf. carte n° 6). Le reste du monde (Amériques, Afrique subsaharienne, Océanie) est très peu représenté.

16L’assemblage des cadres cartographiques les plus fréquents forme une figure très organisée : les échelles moyennes sont réservées aux espaces familiers aux Turcs, et l’échelle diminue lorsqu’on s’éloigne de cette zone centrale. Rayonnant autour de l’Anatolie, trois cadres définissent des champs historiques ou culturels très nets : l’Europe, la mer Méditerranée, la zone comprise entre la Grèce et l’Inde, tandis qu’un quatrième, celui dans lequel s’inscrit l’histoire de l’islam, les recouvre tous au moins partiellement. L’Anatolie est au centre géométrique de ces représentations (cf. carte n° 7).

17Si ces représentations sont efficaces, la population turque éduquée se voit probablement à la jonction de trois mondes (Méditerranée, plateaux du sud-ouest asiatique, Europe) en même temps qu’elle s’inscrit dans une histoire qui englobe la totalité du continent eurasiatique.

La carte et l’idéologie

  • 3 L’un des auteurs de manuels a beaucoup utilisé les cartes figurant dans le fameux ouvrage de H. G W (...)

18L’impression qui prévaut à l’examen de cette vision turque du monde est celle d’une grande originalité. Pourtant, l’influence étrangère est importante. J’ai relevé des plagiats d’auteurs anglais (ouvrages historiques de H. G Wells) et allemands (atlas scolaires de la collection Putzgers)3, et il existe des standards cartographiques internationaux ; le traitement de certains thèmes historiques, comme les grandes invasions, les croisades, les Balkans au XIXe siècle, est stéréotypé. Cela étant, la spécificité du discours cartographique turc est indéniable ; toutefois, elle ne provient pas toujours de cartes originales, mais d’un choix parmi des représentations souvent préexistantes dans les corpus occidentaux.

19La présence des idéologies, dans le corpus, est indéniable, et le discours cartographique correspond à peu près, sur ce plan, au discours textuel des manuels scolaires d’histoire.

20La sémiologie utilisée pour représenter les limites des souverainetés sert la conception nationaliste de l’histoire ; les superficies des ensembles politiques sont souvent exagérément étendues par l’assimilation des notions de vassalité, de sujétion temporaire, de tributaire, de zone d’incursions, de contrôle des espaces terrestres ou maritimes, etc., à celle de souveraineté. Certains auteurs en arrivent ainsi à représenter un Empire ottoman incluant le Maroc, le Sahara, la Pologne, le sud de la Russie, etc. On peut construire des représentations semblablement exagérées de toutes les entités politiques de la haute-Asie médiévale (souveraineté des Huns, des Turcs dits célestes au VIIIe siècle, des Ouïghours, etc.), pour renforcer l’idée de l’aptitude des Turcs à la domination mondiale.

  • 4 Voir notamment G. Duby, Atlas historique, Larousse, 1978, les cartes p. 182-185.

21En règle générale, la sémiologie utilisée par les cartes turques présente un caractère remarquablement statique : les signes dynamiques (flèches...) sont rares, ce qui contraste avec le caractère géographiquement mouvant de l’histoire des Turcs. On peut mettre ce caractère en parallèle avec la volonté maintes fois affirmée par l’historiographie officielle de prouver la capacité organisatrice, la propension à fonder des États qui serait une caractéristique éternelle du peuple turc, ainsi qu’avec le rejet du caractère nomade de nombreuses sociétés turques. Le corpus des cartes, par la grande variété des champs représentés, met en scène une succession d’états statiques et ne représente pas les phases dynamiques de l’histoire, ce qui contraste avec la vision des peuples turcs proposée par les atlas historiques occidentaux4.

  • 5 Citons O. Turan, Türk Cihan Hakimiyeti Mefkûresi Tarihi. Türk Dünya Nizâmýnýn Millî Islâmî ve Insan (...)

22L’idéologie apparaît également dans les informations non graphiques, en particulier dans les dénominations des cartes. Dix pour cent environ des intitulés se réfèrent à des notions de crise mais l’immense majorité (80 % des intitulés) est à caractère statique, la plupart employant des mots désignant des formes de gouvernement. Certains termes commodes par leur imprécision (gouvernement, souveraineté) sont peu employés, alors que l’emploi des mots « État » (1/6e des cartes) et « empire » (1/3 des cartes) est massif. La profusion exagérée de ces dénominations, presque toujours employées de façon anachronique, va de pair avec le caractère majoritairement statique de la sémiologie utilisée, et se trouve en conformité avec le discours textuel des manuels d’histoire et le discours nationaliste ambiant. L’abus du mot « État » dans les intitulés renforce le discours sur le génie organisateur des Turcs, et celui du mot « empire » infère l’idée de capacité à dominer et à organiser d’autres peuples. Ces idées sont explicitement énoncées dans les textes des leçons, et dans des ouvrages historiographiques de référence5.

23En règle générale, et comme dans le discours textuel, l’idéologie apparaît chaque fois qu’on observe un phénomène de projection du présent sur le passé ; ce type d’anachronisme vise à établir la légitimité du présent, par l’idée de continuité, de chaîne chronologique ininterrompue et linéaire. Sur les cartes, ce procédé apparaît surtout dans la manière de représenter les souverainetés du passé comme si elles avaient été des États-nations, avec des limites précises comme celles des frontières inter-étatiques du XXe siècle, à l’intérieur desquelles l’autorité se serait exercée uniformément et sans partage.

24Mais c’est surtout la fréquence ou la rareté de certains thèmes qui trahit les grandes options idéologiques de la Turquie républicaine qui, quoique laïque, est profondément influencée par la « synthèse turco-islamique », courant idéologique officialisé en 1982, qui intègre les valeurs de l’islam dans le nationalisme :

  • on note un « oubli » complet des souverainetés chrétiennes sur l’Anatolie, comme l’Empire byzantin, les royaumes francs, les royaumes arméniens) ; ces omissions correspondent à la définition religieuse, « turco-islamique », de l’identité et de la nation turque ;

  • la profusion de cartes cadrant l’Asie contraste avec la rareté de celles qui éclairent le passé non turc de l’Anatolie (périodes grecque, hellénistique, romaine, byzantine) ; ces caractères résultent de l’orientation fortement « turquiste » donnée à l’historiographie, qui cherche à prouver une origine asiatique à tous les caractères proclamés de la république turque (laïcité, parlementarisme, démocratie, égalité entre les sexes, tolérance) ;

  • la rareté du Machrek dans les représentations partielles de l’Empire ottoman trahit un certain dédain de l’élément arabe de cet Empire ; l’absence de carte représentant le califat abbasside va dans le même sens, dans une symétrie parfaite avec les représentations arabes de la même région ;

  • plus généralement, c’est la dispersion même qui caractérise le discours cartographique et qui révèle, comme le discours textuel, le choix ethnique dans la définition de la « culture nationale » et le refus de bâtir un récit complet de l’histoire anatolienne, signe du rejet des éléments gréco-arméniens de la culture de ce pays.

25Ces choix ont probablement des conséquences pédagogiques. Il peut en résulter un sentiment d’appartenance complexe, non limité aux frontières de la république ni à la qualité de citoyen turc, mais s’étendant aux régions musulmanes de l’Asie intérieure, et, vers l’ouest, à l’Europe balkanique – plus qu’à la Méditerranée. La dispersion des champs cartographiques, qui, presque tous, sont censés représenter des territoires de la turcité, peut inciter à confondre le domaine turc et une grande partie du monde. Un lien est créé entre l’enfant turc et un monde qu’il ne doit pas considérer comme étranger ; la notion même de patrie se trouve compliquée.

La carte, le sacré, la patrie

26Ces impressions de dispersion sont toutefois corrigées par le discours textuel et le discours patriotique ambiant, qui incorporent de forts éléments de sacralisation du sol anatolien, de telle sorte que l’enfant et le citoyen sont en mesure d’établir une hiérarchie claire entre ces territoires. L’Anatolie est la seule terre pour laquelle les Turcs sont incités à accepter l’idée du sacrifice. Les autres territoires fortement représentés ont toutefois une fonction dans le discours ; ils forment l’assise géographique d’une identité hypertrophiée :

  • le Turkestan est le lieu d’origine d’une culture turco-musulmane ; c’est le lieu d’origine d’un islam turc qui fait pendant à l’islam arabe et s’y oppose implicitement ;

    • 6 J’ai analysé ces textes dits de l’Orkhon, et leur rôle dans la construction de l’identité turque, d (...)

    la Haute-Asie altaïque, lieu d’origine des Turcs, mais trop éloignée pour être précisément perçu, est une métaphore de la Turquie : la république actuelle est présentée comme le lieu d’accomplissement des vertus clamées par les textes gravés au VIIIe siècle par les Turcs célestes6 ;

  • mais la représentation précise et fréquente des Balkans coïncide avec un fort affect pour cette région, dû à la présence d’une population d’immigrés en Turquie (venus en 1922-1923), de la proximité de la péninsule, et l’existence d’un islam introduit par les Turcs en Europe, « le sceau des Turcs sur l’Europe. »

  • 7 Türkiye Ekonomik ve Toplumsal Tarih Vakfý. Cf. le n° 100 de sa revue Toplumsal Tarih intitulé « Pou (...)

27Bien entendu, cette vision du monde voulue par le pouvoir ne doit pas être confondue avec l’idée que chaque Turc a de son appartenance et de ses racines ; l’étude de l’influence réelle des représentations étudiées dans l’esprit de la population nécessite d’autres approches. En outre, il semble que la population se méfie de plus en plus du récit historique proposé, souvent considéré comme mensonger, notamment dans les milieux islamistes ou simplement pieux, et il existe actuellement un fort mouvement de réexamen et de réforme des manuels, initié par la Fondation d’histoire économique et sociale7.

28Toutefois, il m’a paru intéressant de présenter ici un cas de pays méditerranéen dont le pouvoir culturel néglige – ou a longtemps négligé – la construction de représentations mentales de la Méditerranée. L’éducation incite les citoyens turcs à se voir proche du monde européen balkanique et, pour des raisons presque sentimentales, du monde asiatique continental, mais la Méditerranée arabe et la Méditerranée grecque sont des mondes étrangers ; l’île de Chypre elle-même, si importante dans la politique turque depuis 1955, est très peu représentée.

29Pour évaluer la force des représentations de la Méditerranée dans l’imaginaire, il faut rechercher des éléments de la vie réelle – et non des constructions intellectuelles imposées par l’État : certaines influences culinaires, musicales, certains éléments du mode de vie turc, des publications de plus en plus nombreuses, procèdent de la proximité des mondes méditerranéens arabe et grec, et la vigueur de toutes ces influences, de toutes ces représentations ne sont que le reflet de l’extraordinaire richesse du monde turc, si empêtré dans ses contradictions.

Carte n° 1 : L’Asie centrale et les migrations d’après AKSIT et OKTAY, manuel d’histoire pour lycées, 1ère année, 1981, p. 24

Carte n° 1 : L’Asie centrale et les migrations d’après AKSIT et OKTAY, manuel d’histoire pour lycées, 1ère année, 1981, p. 24

Type 2.2

Carte n° 2 : L’État seldjoukide d’Anatolie d’après F. SÜMER et alii, manuel d’histoire pour lycées, 1ère année, 1992, p. 228

Carte n° 2 : L’État seldjoukide d’Anatolie d’après F. SÜMER et alii, manuel d’histoire pour lycées, 1ère année, 1992, p. 228

Type 1.1.1

Carte n° 3 : L’État des Karahanides d’après KÖYMEN et alii, manuel pour lycées, 2ème année, 1980, p. 14.

Carte n° 3 : L’État des Karahanides d’après KÖYMEN et alii, manuel pour lycées, 2ème année, 1980, p. 14.

Type 2.2.1.2

Carte n° 4 : Les Ghaznévides dans leurs frontières les plus étendues N. AKSIT, manuel d’histoire pour collèges, 1ère année, 1987, p. 79

Carte n° 4 : Les Ghaznévides dans leurs frontières les plus étendues N. AKSIT, manuel d’histoire pour collèges, 1ère année, 1987, p. 79

Type 3.1.2.3

Carte n° 5 : L’Empire musulman N. AKSIT, manuel d’histoire pour collèges, 1ère année, 1987, p. 61

Carte n° 5 : L’Empire musulman N. AKSIT, manuel d’histoire pour collèges, 1ère année, 1987, p. 61

Type 3.3.3

Carte n° 6 : Le grand État des Huns en Europe d’après N. AKSIT, manuel pour collèges, 1ère année, 1987, p. 43

Carte n° 6 : Le grand État des Huns en Europe d’après N. AKSIT, manuel pour collèges, 1ère année, 1987, p. 43

Type 4.1.1.

Carte n° 7 : Assemblage des cadres cartographiques les plus récents

Carte n° 7 : Assemblage des cadres cartographiques les plus récents

Notes

1 Un exposé complet sur ces questions historiographiques et cartographiques, comportant un atlas annexe de 130 planches, est disponible dans ma thèse, De l’Adriatique à la mer de Chine. Les représentations turques du monde turc (1931-1993), Paris-VIII, 1994. Ce travail a été publié en deux ouvrages distincts, par CNRS-Éditions : Espaces et temps de la nation turque (1997) et Une Vision turque du monde à travers les cartes (2000).

2 Cf. C. Grataloup, « Rhétorique graphique et pensée iconique », Espaces/Temps, n° 62/63, 1996, p. 6-18.

3 L’un des auteurs de manuels a beaucoup utilisé les cartes figurant dans le fameux ouvrage de H. G Wells, The Outline of History. Being a Plain History of Life and Mankind. With Maps and Plans by J. F. Horrabin, Londres, Cassel and C°, 1925, qui avait été publié en turc dès 1927. On reconnaît facilement aussi la marque de la cartographie allemande, notamment les atlas historiques scolaires de F. W. Putzgers, Historischer Schul-Atlas zur alten, mittleren und neuen Geschichte, Bielefeld und Leipzig, Verlag Velhagen & Klasing, très nombreuses éditions durant toute la première moitié du XXe siècle.

4 Voir notamment G. Duby, Atlas historique, Larousse, 1978, les cartes p. 182-185.

5 Citons O. Turan, Türk Cihan Hakimiyeti Mefkûresi Tarihi. Türk Dünya Nizâmýnýn Millî Islâmî ve Insanî Esaslarý [Histoire de l’idée de domination mondiale chez les Turcs. Les bases nationales, islamiques et humaines de Tordre mondial turc], Istanbul, Istanbul Matbaasi, 1969, 2 volumes. Cet ouvrage inspire toute la pensée historiographique officielle.

6 J’ai analysé ces textes dits de l’Orkhon, et leur rôle dans la construction de l’identité turque, dans mon livre Espaces et temps..., op. cit., p. 154-176.

7 Türkiye Ekonomik ve Toplumsal Tarih Vakfý. Cf. le n° 100 de sa revue Toplumsal Tarih intitulé « Pour un désarmement de l’histoire et un enseignement créatif et moderne », avril 2002.

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : L’Asie centrale et les migrations d’après AKSIT et OKTAY, manuel d’histoire pour lycées, 1ère année, 1981, p. 24
Légende Type 2.2
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Carte n° 2 : L’État seldjoukide d’Anatolie d’après F. SÜMER et alii, manuel d’histoire pour lycées, 1ère année, 1992, p. 228
Légende Type 1.1.1
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Carte n° 3 : L’État des Karahanides d’après KÖYMEN et alii, manuel pour lycées, 2ème année, 1980, p. 14.
Légende Type 2.2.1.2
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Carte n° 4 : Les Ghaznévides dans leurs frontières les plus étendues N. AKSIT, manuel d’histoire pour collèges, 1ère année, 1987, p. 79
Légende Type 3.1.2.3
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Carte n° 5 : L’Empire musulman N. AKSIT, manuel d’histoire pour collèges, 1ère année, 1987, p. 61
Légende Type 3.3.3
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Carte n° 6 : Le grand État des Huns en Europe d’après N. AKSIT, manuel pour collèges, 1ère année, 1987, p. 43
Légende Type 4.1.1.
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Carte n° 7 : Assemblage des cadres cartographiques les plus récents
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 153k

Auteur

GREMMO, Lyon

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540