Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La constitution de l'espace national

Espace culturel et diaspora. La Grèce avant l’indépendance, à travers les cartes de Philippos Iliou

Michel Sivignon

Texte intégral

1Historien marginal, Philippos Iliou a recensé avec un soin extrême les publications en grec (livres et brochures) éditées entre 1800 et 1821. Cette dernière date est celle du soulèvement qui devait amener le pays à l’indépendance et à la naissance de l’État néo-hellénique. Ce recensement des ouvrages publiés en grec mentionne les caractéristiques des ouvrages et leur lieu de publication. Mais il mentionne aussi le domicile des souscripteurs. Philippos Iliou lui-même a eu l’idée de cartographier et de disposer en graphiques dans l’introduction de son ouvrage les données rassemblées. Les cartes obtenues nous renseignent sur la localisation de l’activité éditoriale et sur la répartition géographique des lecteurs. Ce sont ces cartes de Philippos Iliou qui sont reprises et commentées ici.

La nation grecque au début du XIXe siècle

2Au début du XIXe siècle, la Grèce n’est guère, comme on l’a dit par ailleurs au sujet de l’Italie, qu’une expression géographique puisqu’elle n’a plus de contenu politique indépendant depuis qu’au milieu du XVe siècle, l’Empire byzantin s’est écroulé et a été absorbé dans l’Empire ottoman. Pourtant, s’il n’y a plus de Grèce indépendante, il y a bien un peuple grec, dont les signes distinctifs sont la langue et le christianisme orthodoxe. De la même façon et dans une position politique analogue, existent un peuple bulgare et un peuple serbe. Tous les territoires de peuplement grec se trouvent alors rassemblés à l’intérieur de l’Empire ottoman, à l’exception notable des îles ioniennes. Ces dernières, au premier rang desquelles Corfou, sont une possession de Venise, jusqu’à la fin de la Sérénissime République, en 1797. Ensuite, les îles ioniennes passent sous domination française, puis anglaise, sans compter un court intermède russe.

3Les territoires de peuplement grec continu se distribuent pour la majeure partie dans la péninsule balkanique, mais aussi dans l’Anatolie occidentale. Dans ces territoires, les Grecs sont nettement majoritaires, mais cohabitent parfois avec d’autres peuples. Au milieu du peuplement grec, se glissent en Macédoine, en Thrace, en Thessalie, des peuplements ruraux turcs. En Crète, une part notable de la population a été islamisée, si bien qu’à la fin du XVIIIe siècle, les Musulmans représentent peut-être 40 % de la population. Inversement, en dehors des limites de la Grèce actuelle, se disposent des groupes de Grecs, urbains le plus souvent, au milieu de Slaves ou de Turcs : dans les pays bulgares, albanais, des Balkans, ou dans les pays turcs de l’Anatolie. Les villes ont une population particulièrement cosmopolite. La capitale de l’Empire ottoman, Istanbul (ou Constantinople pour les Grecs) est elle-même une cité de population composite, peuplée de Turcs, de Grecs, d’Arméniens, de Juifs. On peut faire des remarques identiques pour Salonique ou Smyrne. Séparés du bloc principal de peuplement grec, d’autres blocs compacts, comprenant des habitants de villes mais aussi des villageois, sont situés dans le Pont Euxin, autour de Trébizonde et aussi, de manière plus dispersée en Cappadoce. Cependant, autour de la zone de peuplement grec continu se répartit la diaspora. Sous ce vocable, se rassemblent des groupes de Grecs, d’origine dissemblable.

4À l’intérieur de l’Empire ottoman, toutes les grandes villes ont une communauté grecque, composée surtout de marchands qui constituent une sorte de bourgeoisie locale. C’est le cas dans les pays bulgares, albanais et roumains, dans les Balkans. C’est le cas aussi dans beaucoup de villes de peuplement majoritaire turc, dans l’Anatolie et aussi en Égypte. En position de diaspora, les Grecs occupent seulement des fonctions marchandes, artisanales ou administratives dans les villes. Ils ne forment pas le fond de la population rurale environnante. En outre, émerge la classe des Phanariotes, ainsi dénommés en référence à leur quartier d’origine, le Phanar à Istanbul. Ce sont des Grecs de la capitale qui ont accumulé les distinctions et les richesses et jouent un rôle économique et politique important, sous l’égide du sultan. Ils détiennent des postes importants auprès du sultan qui les utilise aussi en province ; c’est ainsi qu’ils détiennent la charge de gouverneur-prince des pays danubiens. Les Phanariotes s’appuient là-bas sur des communautés nombreuses dans les provinces de Moldavie et Valachie. Dans ces provinces, les villes comme Jassy, Bucarest, Galatz, Braïla, abritent des sociétés grecques importantes, que l’éloignement de la capitale et le statut semi-indépendant des provinces danubiennes conduisent à une semi-autonomie. Enfin, les grandes villes européennes abritent aussi des communautés importantes d’intellectuels et de marchands : villes d’Italie, d’Autriche, mais également de Russie, et même Londres et Paris.

Stabilité et mobilité des frontières de l’Empire ottoman

5Les frontières de l’Empire ottoman, du côté de la Turquie, sont fixées depuis environ un siècle. La Hongrie, y compris la Transylvanie, a été récupérée par l’Autriche à la paix Karlowitz en 1699 et de Passarowitz en 1718 et confirmée en 1739 (restitution aux Turcs de la Serbie et du Banat de Craïova temporairement occupés par les Autrichiens). Cette frontière ne sera pas modifiée jusqu’en 1878, quand l’Autriche-Hongrie se fait attribuer le contrôle de la Bosnie-Herzégovine. En revanche, les provinces danubiennes et les rives de la mer Noire sont une zone d’instabilité. Avec les guerres russo-turques commence la lente et obstinée descente de la puissance russe vers la mer Noire. Marioupol est conquise dès 1779, sur les bords de la mer d’Azov et la Grande Catherine, soucieuse de peupler de chrétiens orthodoxes ses nouvelles provinces, attire les Grecs, en particulier les plus proches, ceux de la côte septentrionale de l’Anatolie (la région de Trébizonde), qui commencent un mouvement régulier vers la Crimée et Odessa. En même temps, les frontières russo-turques, fixées sur le Dniestr, sont repoussées en 1812 sur le Prut, avec la conquête par les Russes de la Bessarabie. En 1814, est fondée à Odessa la Philiki Hétairia, ou Société des Amis, avec l’idée de promouvoir le mouvement national grec.

6Une nouvelle diaspora se forme donc à cette époque sur les rives de la mer Noire. Même si elle occupe parfois des sites très voisins de ceux qu’elle occupait dans l’Antiquité, il ne faut surtout pas y voir une permanence séculaire du peuplement grec. C’est bien un mouvement nouveau qui s’amorce à la fin du XVIIIe siècle.

La carte de l’édition grecque

7La diffusion du grec par le livre est inséparable de l’émergence du mouvement de renaissance nationale et aussi de la question de la langue.

8La langue est l’élément le plus puissant (avec la religion orthodoxe) qui relie l’ensemble des Grecs. Mais quelle langue ? Le grec de l’Antiquité, s’il garde une importance culturelle majeure, puisque les grands textes sont écrits dans cette langue, n’est plus parlé depuis longtemps. Déjà, les évangiles ont été écrits dans une langue commune, la koiné, différente du grec classique. L’absence d’autorité politique autonome a conduit, dès la période romaine, à une dissociation entre la langue parlée, dite démotique ou populaire, et la langue écrite. Dès lors, au moment où, avec les Lumières, s’ébauche le mouvement national, se pose la question : comment être compris de tous et en même temps ne pas se couper du patrimoine culturel de l’Antiquité ? Dès le XVIIIe siècle, des esprits avisés se convainquent de la nécessité de créer une langue dite épurée, d’où l’on aurait éliminé les traits archaïques et les contaminations récentes (du turc ou des langues d’Europe occidentale). À ce moment, en tout cas, il est exclu que l’on imprime et publie en langue populaire.

9La carte de l’édition grecque, telle qu’elle ressort des recensements de Philippos Iliou, est une carte dont la Grèce elle-même est absente : aucun livre n’est édité dans ce qui deviendra le territoire du petit Royaume de Grèce en 1833. Quatre centres d’édition seulement sont repérés dans l’aire de peuplement grec : Constantinople, ce qui n’est pas surprenant, parce qu’elle est le siège du patriarcat, Corfou, seule terre grecque à l’extérieur de l’Empire ottoman et centre culturel et littéraire important, et Chios et Kydonies, dans la Grèce de l’Égée orientale.

10Autant dire que l’essentiel de l’activité éditoriale, elle-même révélatrice de l’activité intellectuelle revient à la diaspora. Celle-ci anime les centres d’édition hors de Grèce. Le premier, de très loin, est Venise, dont les liens avec l’Orient sont anciens. Les autres villes d’Italie du nord et du centre jouent aussi leur rôle. Vienne vient au deuxième rang après Venise, puis les centres des provinces danubiennes, Iasi et Bucarest. Beaucoup plus loin de la Grèce, Paris, Moscou, Leipzig jouent un rôle important, et enfin Londres et les villes allemandes.

11Dans cette période d’intense fermentation préalable aux soulèvements de l’indépendance, les centres intellectuels moteurs sont extérieurs au pays.

La répartition géographique des souscripteurs

12Comme il est naturel, la carte des souscripteurs, qui nous donne une idée du lectorat, présente des similitudes avec la première carte mais aussi de sensibles différences. On pourrait s’attendre à ce que la masse démographique des locuteurs de langue grecque pèse lourdement sur la répartition. La réalité est plus nuancée. On distingue en effet nettement la diaspora et les zones de peuplement grec majoritaire.

Le rôle de la diaspora

13La diaspora met en évidence une fois encore les provinces danubiennes et leurs prolongements le long de la mer Noire. Bucarest, Iasi, Odessa sont les centres principaux, et ils sont accompagnés de villes plus modestes, comme Chisinau (Kichinev), devenue le chef-lieu de la province de Bessarabie après son annexion par la Russie, ou encore les villes du Bas Danube, comme Ismaïl, Reni, Galatz, où les Grecs exercent leur savoir-faire d’armateurs. En revanche, la côte de la mer Noire au sud de Varna, c’est-à-dire la côte de la Bulgarie d’aujourd’hui, appartient à la zone de peuplement grec continu, et non pas à une diaspora de création récente.

14Dans cette dernière figurent aussi les villes de l’Empire d’Autriche. Vienne est un centre de rassemblement des Grecs, mais aussi, à un bien moindre degré, Budapest et les villes situées à portée de l’Empire ottoman comme Zemlin, sur la rive autrichienne du Danube, en face de Belgrade. La place de Trieste est intéressante. Du point de vue des lecteurs, elle dépasse de beaucoup Venise : les marchands grecs y sont en effet installés en nombre, parce que le port tend à devenir le débouché maritime de l’Autriche, et que son trafic l’emporte désormais de plus en plus sur celui de Venise. Les villes italiennes abritent leur contingent de lecteurs, au premier rang desquelles Livourne.

15En Europe de l’ouest, les grandes villes comme Paris ou Londres ont leur effectif, mais aussi Marseille reliée à la Grèce par l’activité maritime. Enfin, le rôle des villes russes impressionne aussi : Moscou et Saint-Pétersbourg, la ville de foires de Nijni-Novgorod. En revanche, la diaspora grecque en Orient compte encore bien peu (Alexandrie et Jérusalem). La communauté grecque d’Égypte est contemporaine de l’ouverture de ce pays et de l’arrivée des Français et des Anglais. Au début du XIXe siècle, les effectifs sont faibles.

Les Grecs de Grèce

16La carte des souscripteurs nous fournit une bonne image de la carte du peuplement grec. La comparaison avec la carte de la Grèce actuelle met en évidence des différences ; dans les Balkans, elle déborde en Albanie avec Korça et Berat, en Macédoine ex-Yougoslave, avec Ohrid et Monastir (ou Bitola), En Bulgarie avec Melnik, important centre de peuplement grec, qui sera évacué par les Grecs au moment des guerres balkaniques, en 1912. On a déjà mentionné la bande littorale de peuplement grec, de Sozopol à Varna, bande qui prolonge les pays massivement grecs de la Thrace Orientale. En outre, les villes bulgares comme Plovdiv, ou Tirnovo ont elles aussi de fidèles lecteurs de la littérature grecque. En Anatolie, l’absence de la communauté grecque du Pont est surprenante ; en revanche, figurent les communautés de Cappadoce, de Pamphilie et Pisidie, de Chypre. Comme il est naturel et prévisible, le gros des troupes de souscripteurs-lecteurs est fourni par la masse des Grecs des Balkans et de l’Anatolie occidentale. Philippos Iliou souligne le rôle des monastères dans la distribution des livres et brochures, et donc dans la souscription : ce rôle explique la place du mont Athos sur la carte, mais aussi vraisemblablement celle d’autres centres monastiques : Kalambaka pour les Météores, par exemple.

17D’une manière générale, cette carte de l’activité intellectuelle met en évidence une distribution des villes très différente de la distribution actuelle. Constantinople apparaît encore comme la vraie capitale de la nation grecque, en face d’Athènes qui n’est qu’une bourgade de second ordre. Après Constantinople viennent Smyrne (ou Izmir), et Salonique, les deux capitales économiques de l’Empire ottoman, puis Chios, Janina, Serrès, Andrinople, qui se sont érigées en importants centres commerciaux. La Grèce du nord, les rives orientales de l’Égée et les îles ioniennes l’emportent sur la Grèce méridionale, celle-là même qui se trouve au seuil de l’indépendance. Pour une part, cette distribution spatiale reflète la situation démographique : les bandes albanaises viennent de ravager pendant neuf ans le Péloponnèse après l’expédition russe du conte Orloff (1770) et des représailles turques ont accompagné les coups de main des klephtes et armatoles, pendant les affrontements russo-turcs. Le Voyage de Paris à Jérusalem par Chateaubriand porte, entre autres ouvrages, témoignage de cet état désastreux. Mais cette distribution spatiale reflète aussi l’état d’arriération de la Grèce centrale, tout comme la prospérité et l’importance relatives des diverses provinces du nord, où une bourgeoisie commerçante est en voie de constitution.

18La connaissance détaillée des répartitions permet aussi de changer d’échelle et de passer à une observation plus fine. Les localités rurales qui fournissent relativement à l’effectif de leur population le plus gros nombre de lecteurs sont d’une part des îles des Cyclades et du golfe Saronique et d’autre part des bourgs montagnards du Péloponnèse et plus encore de Thessalie et de Macédoine. Tous ont en commun la prospérité matérielle, tous bénéficient d’une gestion indirecte de la part des Turcs et donc d’une relative autonomie fiscale et culturelle, tous en ont profité pour mettre sur pied écoles et bibliothèques.

19La prospérité matérielle repose sur la capacité à rassembler et à vendre les produits de l’artisanat, surtout de l’artisanat textile : c’est le moment où se constituent des coopératives de production comme celle des Ambélakia, dans le massif de l’Ossa ou Kissavos, en Thessalie. Dans les îles, une activité considérable d’armement maritime s’est développée après le traité de Kutchuk-Kaïnardji (1774) aux termes duquel les navires grecs des sujets du sultan sont autorisés à voyager sous pavillon russe. En outre, pendant le blocus continental, Salonique est le seul port libre de la Méditerranée.

20La carte des lecteurs-souscripteurs fait donc apparaître une sorte d’inversion économique : ce ne sont pas les centres situés dans les lieux de passage qui l’emportent, ni les villes des plaines, mais des bourgs ruraux souvent protégés par le relief. Dans le Pilion par exemple, centre très prospère d’artisanat textile, et possession de la sultane mère, les centres mentionnés, Makrinitsa, Milies, Zagora sont tous des centres connus pour leurs écoles et leurs bibliothèques. Ce sont de gros villages d’altitude. Les villages des Zagoria en Épire, appartiennent à la même catégorie. Les bourgs montagnards du Péloponnèse central aussi, comme Kalavryta ou Vytina.

21Les îles spécialisées dans l’armement maritime, comme Hydra, Spetsai, Poros, dans le golfe Saronique, Paros et Naxos dans les Cyclades, ont accumulé une fortune considérable, et sont aussi des centres culturels importants, qui dans la période suivante jouent un rôle essentiel dans les mouvements d’indépendance. À l’inverse, des régions entières n’apparaissent pas sur la carte, comme la Thrace occidentale, dont la population est quasi totalement musulmane, de langue turque ou bulgare.

22Le vide le plus remarquable est celui de la Grèce centrale, qui fit figure de région arriérée et pauvre. Athènes même est un centre de second ordre, quasi dépourvu d’influence. Ce sont bien plus les mérites historiques anciens de la ville, la puissance symbolique de son nom, qui l’ont fait choisir comme capitale en 1834, et non pas son prestige économique ou culturel du moment. Les Grecs auraient à coup sûr préféré Constantinople.

23L’examen et l’analyse de ces deux cartes illustrent finalement une distorsion dont elles sont l’expression géographique. D’une part l’élite cultivée de la nation grecque est dispersée sur un espace étendu à toute l’Europe et ses moyens d’action (en l’occurrence l’imprimerie) sont plus faciles à mettre en œuvre à Venise, Paris ou Moscou qu’à l’intérieur de l’Empire ottoman, pour des raisons à la fois de facilité technique et de liberté politique. D’autre part, cependant, la révolution (c’est ainsi que les Grecs nomment le soulèvement de 1821) ne peut être mise en œuvre qu’en Grèce même et par le peuple grec.

24Les événements de 1821 illustrent très bien cette distorsion. L’année est en effet marquée par deux soulèvements : le premier dans les provinces danubiennes où le Phanariote Alexandre Ypsilanti entre dans Iasi pour soulever la Moldo-Valachie contre l’occupation turque ; mais, s’il est suivi par la diaspora grecque, il se heurte à l’indifférence des paysans moldaves, bien payés pour savoir qu’ils ne gagneront pas grand chose à changer de maîtres. C’est l’échec d’une révolution réalisée par une élite sans peuple. À l’opposé, le second soulèvement celui du Péloponnèse, bientôt étendu à toute la Grèce méridionale, aux îles et aussi à la Thessalie et à la Macédoine, réussit parce qu’il bénéficiait, au contraire de celui de Moldo-Valachie d’un terreau favorable, celui de la nation grecque inscrite dans son territoire.

Source : d’après Philipos Iliou, bibliographie hellénique du 19e siècle

Source : d’après Philipos Iliou, bibliographie hellénique du 19e siècle

Table des illustrations

Légende Source : d’après Philipos Iliou, bibliographie hellénique du 19e siècle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6915/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Source : d’après Philipos Iliou, bibliographie hellénique du 19e siècle
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6915/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

Auteur

Université de Paris X Nanterre

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540