Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La structuration du proche

La redistribution sociale de l’espace urbain au XIXe siècle en Espagne : stratégies économiques des élites autour des ventes de biens-fonds et de la rente à Valladolid (1845-1898)

Philippe Lavastre

Texte intégral

  • 1 De 20 000 habitants en 1840, elle passe à 43 000 en 1861 et 70 000 à la fin du siècle. G. Rueda Her (...)

1Entre 1840 et 1900, Valladolid est une des villes d’Espagne qui connaît la plus forte augmentation de population1. Cet essor démographique s’accompagne d’une croissance économique d’abord très soutenue, la ville devient même le troisième centre financier du pays en 1863, puis ralentie par les effets d’une forte crise qui éclate en 1864. Entre 1840 et 1860, les élites locales se renouvellent fortement. Une bonne partie des minotiers et des entrepreneurs de la région viennent chercher en ville de nouvelles opportunités d’investissements et une nouvelle dimension patrimoniale. Ce groupe, issu de l’immigration, s’intègre à celui qui existe déjà, essentiellement composé de professions libérales et de quelques fonctionnaires.

2Au début des années 1840, quand commence la formation de cette nouvelle catégorie sociale, l’Espagne est en pleine mutation. Sous l’impulsion des libéraux au pouvoir, de nombreuses mesures visent à moderniser le pays. La libéralisation de la propriété, par l’intermédiaire des désamortissements, permet par exemple la mise sur le marché d’un grand nombre de biens-fonds ruraux et urbains jusque-là détenus par le clergé. Il s’ensuit une redistribution sans précédent de l’espace social. Les lieux de résidence privilégiés des élites connaissent de profondes transformations.

3À travers l’analyse de l’évolution de quelques quartiers de la ville, nous cherchons ici à mettre en évidence les ressorts de ces mutations. Quelles sont les stratégies de contrôle de l’espace mises en place par les élites ? Comment cela se manifeste-t-il dans la répartition des différentes catégories sociales dans la ville ? Assiste-t-on à la naissance de quartiers socialement homogènes et si oui dans quelle mesure ? Pour répondre à ces questions, trois pistes doivent être explorées. D’abord, celle des modalités de la formation des patrimoines, qui passe par l’acquisition de nombreux biens-fonds. Ensuite, la pratique locative qui tend à se généraliser. Il faut alors rechercher si les stratégies qui en découlent ont un impact sur les lieux de résidence des différentes catégories sociales. Enfin, l’étude de l’influence du groupe dominant, dans les directions prises par l’aménagement urbain, doit permettre de percevoir les finalités poursuivies par les élites. C’est autour de ces trois pistes que s’articule cette communication.

  • 2 J.L. Pinol, Les mobilités d’une grande ville : Lyon, fin XIXe-début XXe siècle, Paris, Presses de l (...)
  • 3 Voir cependant : M. Tatjer Mir, La Barceloneta del siglo XVIII al plan de la Ribera, Barcelone, Lib (...)

4Les questions de mobilité urbaine ont déjà fait l’objet de travaux, notamment en France2. En Espagne, ce champ de recherches n’a guère été parcouru3. Nous voulons montrer ici que les différentes modalités de contrôle de l’espace urbain constituent un élément important dans l’analyse de la formation des villes contemporaines et donc de la structuration de l’espace proche.

  • 4 L. Coudroy de Lille, « L’ensanche de población en Espagne, invention d’une pratique d’aménagement u (...)

5Valladolid est un cas atypique qui présente un double intérêt. La croissance du tissu urbain n’est en effet jamais planifiée sur le long terme, au moins durant le XIXe siècle. Contrairement aux autres grandes agglomérations espagnoles, la ville ne connaît pas d’ensanche, de plan d’agrandissement dont l’exemple le plus abouti est celui de Barcelone4. Cela permet de s’affranchir des phénomènes massifs de spéculation dans un espace dès le départ réservé aux élites. À Valladolid, les mutations urbaines reposent donc plus sur un ensemble de stratégies individuelles. D’autre part, la période choisie pour cette communication est relativement longue ce qui permet de ne pas étudier les mutations à travers la seule conjoncture des désamortissements.

  • 5 B. Bennassar, Valladolid et ses campagnes au XVIe siècle, Paris, Mouton, 1967.
  • 6 Voir plan en annexe.

6Devant l’ampleur et la complexité des transformations à l’œuvre, nous avons délibérément choisi de travailler seulement sur une partie de la ville. L’étude des achats de biens-fonds et de l’évolution de la rente urbaine se réduit donc à trois paroisses. La première, celle de Santiago, est la plus centrale. Les deux autres, celles de la Cathédrale et de la Antigua se situent dans une zone intermédiaire, dans l’ancien centre de gravité. Celui où se concentraient les lieux du pourvoir quand Valladolid était capitale de cour5. Au début de la période, ces trois paroisses constituent le noyau de résidence des élites économiques6. À la fin du siècle, un glissement s’opère au bénéfice de la seule paroisse de Santiago. Seul l’aménagement urbain nous amène à traiter d’autres parties de la ville, essentiellement au Sud.

La redistribution de la propriété

Le point de départ : les désamortissements

  • 7 Ces écritures de ventes sont regroupées dans dix-huit livres. (Archivo Histórico Provincial de Vall (...)
  • 8 Nous avons suivi un échantillon de 240 maisons dans ce registre, pour la période 1863-1898. Les écr (...)

7Plusieurs documents permettent de mesurer l’importance de la redistribution de la propriété urbaine. Pour les années 1845-1863, l’ensemble des ventes de biens-fonds, 2 209 en tout, est conservé dans les registres de la série Contaduría de Hipotecas7. Pour la période suivante, il devient plus difficile d’avoir accès à ce type de document, car ils sont conservés au Registro de la Propiedad qui est toujours en vigueur8. Nous avons pu seulement y étudier un échantillon de 240 maisons, dont 83 réparties dans les trois paroisses sélectionnées.

  • 9 Le nombre de maisons par paroisse a été calculé à partir d’un document daté de 1859 : Nombre de las (...)

8Les premières mutations de l’espace urbain à Valladolid sont donc liées aux désamortissements. L’objectif de cette communication n’est pas de revenir sur les causes et les effets de cette mesure, mais simplement de montrer son influence. Plus de 420 propriétés sont désamorties à Valladolid entre 1836 et 1868. Par rapport à l’ensemble du bâti de 1840, 15 % des maisons sont donc « désaliénées » pendant cette période. Ce taux peut paraître relativement faible. En fait, même si elles sont parfois dégradées, les propriétés mises en vente se situent essentiellement dans le centre. La localisation du patrimoine très important du Chapitre, dans les zones les plus anciennes de la ville, l’explique en grande partie. D’autre part, les désamortissements ont un effet multiplicateur sur les ventes. Les propriétés rendues au marché peuvent être ensuite revendues plusieurs fois. Des calculs sur l’ensemble des ventes montrent bien les effets de la libéralisation de la propriété9. Les paroisses de la Antigua, avec 20 %, et surtout de la cathédrale, avec 40 %, sont celles où la propriété est le plus renouvelée. La paroisse de Santiago a un taux de seulement 5 %, mais c’est là que se concentrent les plus grosses ventes des désamortissements. La plus importante est celle d’un couvent de presque 2,5 hectares de superficie à quelques mètres de la Plaza Mayor. Si l’on y ajoute les ventes d’autres couvents, moins vastes, au Sud du centre-ville les mutations sont donc au moins aussi importantes qu’autour de la cathédrale.

9Après la crise de 1864, la propriété continue à changer de mains, mais semble-t-il à un degré moindre. Dans la paroisse de Santiago, sur l’échantillon de cinquante maisons que nous avons pu suivre de 1863 à 1898, on compte 56 ventes. Le taux de 100 % de renouvellement est dépassé, mais il porte sur une période deux fois plus longue que les années 1845-1863 où il atteint 69 %. Pour les deux paroisses intermédiaires la baisse de ce taux de renouvellement est plus forte, passant de 99 %, entre 1845 et 1863, à 86 % pour les 35 dernières années étudiées.

10À partir du milieu des années 1840, et surtout après 1856, année du début de la deuxième vague importante de désamortissements, le marché immobilier est donc totalement débloqué à Valladolid. Le foncier urbain entre alors pleinement dans l’économie et devient une opportunité supplémentaire d’investissement pour une partie de la population. L’augmentation de l’offre de propriété qui en découle facilite en tout cas sa redistribution. Il s’agit à présent de mesurer dans quelle proportion les élites en profitent.

Les stratégies des élites

  • 10 G Rueda Hernanz, La desamortización en España : un balance (1766-1924), Madrid, Cuadernos de Histor (...)

11Les travaux sur les désamortissements, qu’ils portent sur Valladolid ou sur d’autres villes, cherchent à prouver que, dans les espaces urbains, une grande partie de la population accède à la propriété par le biais de cette mesure10, ce qui tendrait à créer une importante classe de propriétaires. Cette affirmation doit être largement nuancée au moins à Valladolid et sans doute dans les autres agglomérations. Il est vrai que la majorité des acheteurs de biens-fonds urbains désamortis n’acquièrent qu’un seul bien, mais l’analyse doit être affinée en fonction des espaces et poursuivie par l’étude des reventes au cours des années suivantes.

  • 11 A. Agapito y Revilla, Las calles de Valladolid, nomenclátor histόrico, Valladolid, 1937.
  • 12 Le n° 1 de la rue Santiago est celui qui est le proche de la Plaza Mayor, dans la zone au départ la (...)
  • 13 Dans une recherche précédente nous avons pu localiser les biens-fonds de quelques membres des catég (...)

12L’analyse des documents montre que, dans la paroisse de Santiago, les acheteurs font, en tous cas, massivement partis du groupe des élites de la ville. Les activités repérées sont en effet essentiellement celles d’avocat, d’industriel, de commerçant ou de politique locale. À ce titre la rue Santiago, la plus importante de la paroisse, représente un cas exemplaire. Jusqu’en 1864 s’y dresse l’Arco de Santiago11 qui la divise en deux parties. Celle qui est la plus éloignée de la Plaza Mayor est habitée, avant l’essor urbain, par des catégories sociales moyennes, petits commerçants ou artisans. Ensuite, la bourgeoisie et les élites intellectuelles investissent peu à peu dans cette zone et commencent à y résider. Ce changement se produit durant la période étudiée ici. Cela est flagrant si l’on se réfère aux numéros des bâtiments vendus, tous étant supérieurs au numéro 2012. Au début des années 1840, une partie des membres des élites locales est, en effet, déjà propriétaire à l’entrée de la rue et les nouveaux arrivants, désireux d’être le plus proche possible de ce « centre de visibilité », s’installent en tâche d’huile autour, que ce soit dans le prolongement de la rue ou dans celles qui sont perpendiculaires. Dans l’une d’entre elle, la rue Zuñiga, on constate ainsi l’effet inverse. Les numéros des propriétés vendues sont tous, sauf deux, inférieurs au 20, c’est-à-dire les plus proches de la rue Santiago13.

  • 14 Dans le cadre d’une recherche plus large, nous avons constitué une base de données sur les personne (...)

13Les achats des élites se portent aussi sur les deux autres paroisses de l’échantillon, où une partie du groupe primitif réside déjà. Nous avons étudié les acheteurs dans plusieurs rues de ces deux paroisses. Sur les soixante-cinq ventes prises en compte, l’activité de quarante acheteurs a été repérée14. Au moins trente deux peuvent être inclus dans le groupe dominant, à savoir des avocats, industriels, notaires, entrepreneurs, commerçants et des personnes exerçant des fonctions politiques.

  • 15 Voir tableaux 1 et 2 en annexe. Pour une étude détaillée de l’évolution des patrimoines, voir : J. (...)

14Jusque-là, les stratégies d’achats des plus riches sont parfaitement identifiables. C’est autour d’un noyau préexistant que les nouveaux venus investissent. Au vu des patrimoines, il s’agit aussi d’une politique d’achats multiples. La plupart des membres de la bourgeoisie locale possède plusieurs biens-fonds15. Cela répond à différentes logiques. D’abord, une grande disponibilité de liquidités pour l’acquisition. Jusqu’à la période de la révolution libérale, les opportunités d’investissements sont assez réduites en Espagne et les attentes de plus en plus fortes. D’autre part, au moment où débutent les désamortissements, le secteur industriel est encore peu actif et celui de la finance quasi inexistant. Il s’agit à présent de voir si le niveau de ces achats permet aussi aux élites de pouvoir mettre en œuvre un véritable contrôle social de l’espace sur une longue période. En effet, ce type de mutations de la propriété ne concerne pas seulement les espaces les plus centraux de la ville. L’élargissement de l’analyse montrerait des stratégies d’achats des catégories aisées dans la plupart des paroisses périphériques. L’étude de l’évolution des prix cherche à présent à le confirmer.

Un moyen de contrôle de l’espace : les prix de l’immobilier

Le prix des terrains et les loyers

  • 16 Voir graphique 1.
  • 17 Voir graphique 2.

15Le prix de l’immobilier à Valladolid connaît une hausse tendancielle durant toute la seconde moitié du XIXe siècle16. Nous avons choisi de comparer ici les prix dans les trois paroisses sélectionnées, au moment où la redistribution de la propriété est la plus importante, c’est-à-dire avant la crise de 186417. Il apparaît nettement qu’en début de période les prix de la paroisse de Santiago sont supérieurs à ceux des autres paroisses. Au début des années 1850, on assiste à un resserrement de ces niveaux de prix. Au moins une fois, chacune des deux paroisses intermédiaires atteint même le niveau de celle de Santiago. Le mouvement se poursuit jusqu’en 1858. Ce n’est qu’ensuite que les prix se dissocient clairement.

  • 18 Voir graphique 3. Les chiffres indiqués dans le tableau ne concernent que les années où nous posséd (...)

16Il est plus difficile d’obtenir des séries de prix sur les loyers. Le premier problème qui se pose est celui du manque de données chiffrées. Nous avons reconstitué une série sur les loyers à partir des quelques éléments disponibles18. C’est pourquoi la série ne va pas plus loin que les années 1860. Les années étudiées, 1848-1860, sont cependant les plus importantes, les élites urbaines, qui acquièrent alors un patrimoine foncier, cherchent rapidement à le rentabiliser. Cela passe entre autres par la location qui assure un revenu stable et régulier. Dans le même temps, il existe une volonté de mise en valeur du lieu de résidence propre qui se vérifie par exemple dans les modèles de construction.

17La comparaison de la croissance des prix des loyers avec celle du prix des biens-fonds permet d’approfondir l’analyse. Le graphique 3 montre que l’écart des prix bruts des loyers entre la paroisse centrale et les deux intermédiaires est faible au départ. Il ne s’accentue qu’à la fin des années 1840. Jusqu’à la même période, le graphique 4 indique que par rapport au prix moyen de l’immobilier les loyers des paroisses intermédiaires sont relativement plus forts que dans la paroisse centrale. Ce rapport connaît ensuite une baisse très importante dans la zone intermédiaire et reste stable dans la paroisse de Santiago. Les élites économiques pratiquent donc des loyers plus élevés dans la zone qu’ils occupent, afin de contrôler le type de catégorie sociale résidente. L’analyse de l’occupation des immeubles doit permettre de le confirmer.

L’occupation des immeubles

  • 19 La première catégorie regroupe les commerçants, industriels, professions libérales, fonctionnaires (...)

18Pour étudier l’occupation des immeubles dans les paroisses sélectionnées, nous avons utilisé cinq recensements couvrant toute la période, en prenant comme référence l’activité des chefs de famille. La population a été classée en cinq catégories cherchant à définir cinq niveaux sociaux. Pour les deux premiers d’entre eux c’est l’existence d’une domesticité qui a servi à différencier le niveau de fortune au sein d’un même type d’activité19.

  • 20 Voir tableau 3.

19L’analyse de l’occupation des immeubles indique une forte redistribution sociale de l’espace urbain20. En 1840, les membres des deux premiers groupes sont présents dans la paroisse centrale et à un degré moindre dans les deux paroisses intermédiaires. Ensuite, ils se concentrent surtout dans la première. Comme les membres de ces groupes sont ceux qui contrôlent la propriété, il s’agit sans doute là d’un choix délibéré. Les membres du groupe n° 3, essentiellement les petits artisans, deviennent rapidement minoritaires dans les deux groupes de paroisses. Ils semblent victimes des stratégies décrites précédemment. Ne pouvant guère accéder à la propriété dans les zones centrales, ils sont partiellement remplacés par les journaliers et ouvriers, qui composent la quatrième catégorie.

20Ce phénomène répond là encore à plusieurs logiques. Tout d’abord, l’immigration entraîne un afflux massif de population paupérisée à Valladolid. Le tissu urbain est, alors, en pleine croissance mais n’est pas capable de les absorber en totalité dans les quartiers périphériques. D’autre part, lorsque les élites construisent un édifice, elles cherchent toujours à atteindre les hauteurs maximales permises dans un souci de visibilité. Elles doivent ensuite garnir les étages les plus élevés pour rentabiliser l’investissement. Les journaliers et ouvriers acceptent ce type de logement. Les artisans qui occupaient auparavant les étages inférieurs du quartier, au moins au début de la période, cherchent d’autres lieux de résidence.

21Dans le dernier quart du siècle, le groupe n° 1, celui des élites économiques, voit sa part baisser dans la paroisse de Santiago. Il se déplace vers de nouvelles zones de résidence à l’intérieur de la ville. Les dossiers d’aménagements permettent de suivre sa trace. Il faut donc s’intéresser maintenant à la localisation des interventions urbaines de la municipalité pour terminer cette étude de la structuration de l’espace proche dans la ville de Valladolid. Partie intégrante des stratégies de contrôle, la mise en valeur de la propriété passe aussi par une intervention auprès des pouvoirs publics pour agir sur les formes de la ville.

L’aménagement urbain : un outil des élites

22L’intervention des élites est double. Elle agit à la fois sur le bâti et sur l’orientation de l’aménagement urbain. Les réseaux de pouvoir jouent ici un rôle primordial, notamment lorsqu’il s’agit de transgresser les normes de construction.

Une législation adaptable

  • 21 Archivo de la Real Chancillería de Valladolid (ARCV), série Secretaría General, caja 32.
  • 22 ARCV, série Secretaría General, caja 384.
  • 23 ARCV, série Secretaría General, caja 387.

23Dans les archives municipales, plusieurs dossiers montrent bien que les élites sont favorisées à Valladolid au moment de la concession de permis de construire. Entre 1842 et 1863, plusieurs permis outrepassent de façon flagrante la législation en vigueur. Parfois cette transgression est même clairement assumée par l’architecte municipal ou la commission qui émettent un avis favorable. C’est le cas, en 1842, lorsque la mairie autorise María Pesquera, membre d’une grande famille de la ville, à construire trois étages dans une rue étroite qui ne doit en comporter que deux21. Le cas de José María Iztueta est encore plus révélateur. Grand minotier, membre éminent des élites économiques, son projet porte sur la rue de la Constitution qui est très centrale. En 1856, il souhaite y édifier une maison de soixante pieds de haut alors que la réglementation n’en accorde que cinquante-quatre. Devant la plainte de ses voisins, la mairie va jusqu’à amender le texte normatif pour lui autoriser la construction22. Domingo Femandez Gante, un des notaires les plus importants de Valladolid n’aurait, lui, jamais dû obtenir de permis pour une maison de trois étages dans la rue Santiago, avec un rez-de-chaussée inférieur à douze pieds de hauteur. Sous le prétexte que le vide de sa parcelle pose un problème de décoration publique, l’autorisation lui est accordée23. Ces exemples pourraient être multipliés, mais l’interventionnisme des élites ne concerne pas seulement les édifices, il touche aussi les projets d’aménagement urbain.

Interventions urbaines

  • 24 G Rueda Hernanz, P. Carasa Soto, « Estructura socioprofesional y socio-económica de Valladolid : 18 (...)
  • 25 Nous avons ici pris en compte seulement deux zones de la ville : celle qui comprend toute la partie (...)

24Au début de la période, les élites sont nombreuses à résider dans la paroisse de Santiago. Le groupe n° 1 y représente 30 % alors qu’il constitue moins de 15 % de la population pour l’ensemble de la ville24. La vente de l’ancien couvent de San Francisco, à quelques mètres de la Plaza Mayor, dans la partie méridionale du centre-ville, puis sa viabilisation à la fin des années 1840 permet la création d’un espace très marqué socialement. Les nouvelles rues ouvertes à cet endroit se voient bordées des plus belles demeures de la ville. Cet épisode indique la direction que prend alors la croissance urbaine. Les élites exercent ensuite leur influence auprès du pouvoir municipal pour étendre et aménager cette zone vers le sud. La mise en œuvre de stratégies d’intervention auprès des pouvoirs publics est parfaitement visible par l’analyse de la localisation des projets. Une très grande majorité se trouve dans la partie que les élites veulent se réserver. Le tableau 4 le montre bien, surtout après 1856 qui est l’année où le terrain du couvent de San Francisco est totalement construit25.

25L’exemple le plus frappant est le projet de J. M. Semprún. Cet homme qui est un grand industriel, sénateur du royaume, tente de détourner à son profit le projet de prolongement et d’ouverture d’une nouvelle rue depuis la Plaza Mayor jusqu’à la gare. Il souhaite la dévier pour qu’elle passe devant sa filature, l’une des plus modernes du pays. La mairie, d’abord réticente, cède mais construit deux rues qui partent du même endroit et arrivent au même point à la fois pour le satisfaire mais aussi pour contenter les spéculateurs ayant déjà acheté des terrains sur le tracé du projet primitif.

  • 26 Le Campo Grande est un parc construit au milieu des années 1870. Il devient un lieu important de so (...)

26Sans l’accord du groupe dominant, il est très difficile au pouvoir municipal d’imposer ses vues. C’est le cas sur l’Acera de Recoletos qui fait face au Campo Grande26. La composition sociale de cette artère confirme l’édification d’un nouveau quartier résidentiel dans le dernier quart du siècle. En 1898, des avocats, industriels, grands commerçants et hauts gradés de l’armée y habitent. Ils emploient tous des domestiques. Le contraste est fort avec le milieu du siècle où l’on trouvait essentiellement des journaliers et de petits artisans. Entre-temps, les désamortissements permettent aux élites de racheter les nombreux couvents et leurs dépendances qui se trouvaient dans cette rue. Ils sont ensuite rasés et remplacés par de très belles demeures. Au moment de cette reconstruction, au début des années 1890, un projet municipal est approuvé pour unifier la décoration de cette rue. Les nouveaux propriétaires ne le respectent pas et les architectes rivalisent de modernité pour satisfaire le désir de visibilité des nouveaux propriétaires.

27À Valladolid, il n’existe pas de spéculation massive sur le foncier. L’absence d’ensanche ne permet donc pas de mettre en œuvre des stratégies de grande envergure. La réalité des transformations des différents quartiers prouve cependant l’existence d’un contrôle de l’espace urbain par les élites. L’achat massif permet d’obtenir les bases du contrôle. Il s’exerce ensuite par le niveau de rente. Cette hypothèse semble valable, même si elle est très difficile à démontrer vu les lacunes documentaires.

28Les stratégies mises en œuvre sont d’abord individuelles, mais se transforment en fait en stratégies communes à un même groupe social. Il s’agit d’habiter entre soi et d’exclure une partie de la population. Ce type de mutations s’inscrit dans le cadre plus large des transformations urbaines du XIXe siècle qui marquent le passage de la ville d’Ancien Régime à la cité moderne. Durant la période étudiée, certains quartiers tendent à devenir socialement homogènes. Le phénomène est cependant moins massif que ce que l’on pouvait supposer. En fait, l’exclusion totale des autres catégories sociales est rendue impossible par la structure physique du bâti dans les quartiers résidentiels de la bourgeoisie. Les élites construisent les demeures les plus impressionnantes car les stratégies de visibilité sont alors très fortes, mais elles doivent alors garnir les étages supérieurs pour rentabiliser l’investissement. Ils sont occupés par les journaliers et les ouvriers.

29L’extension urbaine, qui n’est pas ici préalablement planifiée, à l’inverse de beaucoup d’agglomérations espagnoles, provoquent de fortes mutations de l’espace social. Leur analyse, lorsqu’elle peut être ainsi isolée de phénomènes de plus grande ampleur, mérite d’être approfondie pour bien saisir les termes de la croissance urbaine. C’est le moment où l’immobilier entre alors pleinement dans la croissance économique, au même titre que les investissements financiers, industriels et commerciaux. Cette communication a essayé d’explorer quelques pistes. Il paraît nécessaire de continuer dans cette voie pour d’autres villes et d’autres lieux, afin de poursuivre la recherche des ressorts multiples de la croissance urbaine, élément fondamental de la structuration du proche.

Tableau 1 : Évolution du patrimoine des plus grosses fortunes en % (+ de 150 000 réaux)

Tableau 1 : Évolution du patrimoine des plus grosses fortunes en % (+ de 150 000 réaux)

Source : Élaboration personnelle à partir de successions (AHPV, protocolos notariales)

Tableau 2 : Évolution de la structure du patrimoine des commerçants en %

Tableau 2 : Évolution de la structure du patrimoine des commerçants en %

Source : Élaboration personnelle à partir de successions (AHPV, protocolos notariales)

Graphique 1 : Évolution du pris moyen annuel des maisons en pesetas courantes (moyenne mobile sur trois ans)

Graphique 1 : Évolution du pris moyen annuel des maisons en pesetas courantes (moyenne mobile sur trois ans)

Source : Élaboration personnelle à partir des registres de Contaduria de hipotecas et Registro de la Propriedad

Graphique 2 : Moyenne mobile du prix de vente des maisons en réaux courants (1847-1863)

Graphique 2 : Moyenne mobile du prix de vente des maisons en réaux courants (1847-1863)

Source : Élaboration personnelle à partir des registres de Contaduria de hipotecas

Graphique 3 : Évolution des loyers dans plusieurs paroisses en réaux courants (1842-1863)

Graphique 3 : Évolution des loyers dans plusieurs paroisses en réaux courants (1842-1863)

Source : Élaboration personnelle à partir des registres de Contaduria de hipotecas et Registro de la Propriedad

Graphique 4 : Évolution des loyers par rapport aux prix des maisons (1847-1861)

Graphique 4 : Évolution des loyers par rapport aux prix des maisons (1847-1861)

Source : Élaboration personnelle à partir de la série Contaduria de hipotecas, legajo 425

Tableau 3 : Occupation des immeubles selon le niveau social en %

Tableau 3 : Occupation des immeubles selon le niveau social en %

Sources : Élaboration personnelle à partir des padrones municipales (ARCV)

Tableau 4 : Les projets d’aménagement urbains

Avant 1856

Après 1856

Zone Nord

17

28

Zone d’expansion des élites au Sud

4

56

Source : Élaboration personnelle à partir de la série Secretria general (AMV et ARCV)

Source : Détail de Plano de Valladolid facilitado y revisado por el Ayunamiento, 1911

Notes

1 De 20 000 habitants en 1840, elle passe à 43 000 en 1861 et 70 000 à la fin du siècle. G. Rueda Hernanz, « Del Antiguo Régimen a la primera expansiόn industrial (1808-1864) », et C. Marcos Del Olmo, « Demografía en la segunda mitad del siglo XIX », dans C. Almuiña Fernández, (dir.), Valladolid en el siglo XIX, Valladolid, Ateneo, 1985, p. 241-305 et 309-316.

2 J.L. Pinol, Les mobilités d’une grande ville : Lyon, fin XIXe-début XXe siècle, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1991.

3 Voir cependant : M. Tatjer Mir, La Barceloneta del siglo XVIII al plan de la Ribera, Barcelone, Libres de la Frontera, 1973 ; idem, « Propiedad inmobiliaria y espacio urbano. Aproximación a su estudio », dans A. Bonet Correa (dir.), Urbanismo e historia urbana en España, Madrid, Universidad Complutense, 1978 et A. Pons, J. Serna, La ciudad extensa : la burguesía comercial financiera en la Valencia de mediados del siglo XIX, Valence, Centre d’Estudis d’História local, 1992.

4 L. Coudroy de Lille, « L’ensanche de población en Espagne, invention d’une pratique d’aménagement urbain (1840-1890) », Paris, thèse, 3 volumes, 1994.

5 B. Bennassar, Valladolid et ses campagnes au XVIe siècle, Paris, Mouton, 1967.

6 Voir plan en annexe.

7 Ces écritures de ventes sont regroupées dans dix-huit livres. (Archivo Histórico Provincial de Valladolid (AHPV), série Administración provincial de Hacienda, Contaduría de hipotecas : livres n° 399-401, 404-413, 452-455, 466 et 590). Les registres concernant les années précédentes, depuis le début de la période isabelline, ont malheureusement disparu pour la capitale de la province alors qu’ils existent pour d’autres localités. Le système en vigueur jusqu’en 1863 a été créé par la Real Pragmática du 31 janvier 1768. Dans les Archivos Históricos Provinciales est normalement conservée la série Contaduría de hipotecas qui enregistre les ventes, les héritages et les hypothèques de biens-fonds. À noter qu’il faut attendre 1829 et surtout 1845, dates auxquelles s’unifie la fiscalité sur les opérations touchant la propriété, pour que l’enregistrement des transactions devienne plus sérieux. Ce système prend fin avec la Ley Hipotecaria du 8 février 1861 qui instaure le Registro de la Propiedad. Le véritable début de ce registre date en fait de 1863, donc la série Contaduría de hipotecas couvre aussi les années 1861 et 1862. Pour plus d’informations se reporter à : M. Rivas Pala, « Los libros del registro de las antiguas Contaduría de Hipotecas », Boletín Anabad, XXVIII, n° 1, janvier-février 1978, p. 57-84 ; M. Tatjer Mir, art. cit., p. 49-82 et idem, M. Lopez Guallar, « Las fuentes fiscales y regístrales y el estudio de la estructura urbana » dans A. Bonet Correa (coord.), Urbanismo e historia urbana en el mundo hispano, segundo simposio, 1982, Madrid, Universidad Complutense, 1985, t. 1, p. 445-495.

8 Nous avons suivi un échantillon de 240 maisons dans ce registre, pour la période 1863-1898. Les écritures sont enregistrées dans quelques-uns des 250 livres existants pour le XIXe siècle.

9 Le nombre de maisons par paroisse a été calculé à partir d’un document daté de 1859 : Nombre de las calles, números de las casas (Archivo Municipal de Valladolid (AMV), série Secretaría General, legajo 836, caja 665-12). À cette date, cinq cents maisons supplémentaires se dressent dans le centre de Valladolid par rapport à 1840, et presque mille par rapport au début des désamortissements.

10 G Rueda Hernanz, La desamortización en España : un balance (1766-1924), Madrid, Cuadernos de Historia n° 38, 1997, p. 70 et J. R. Diez Espinosa, Desamortizaciόn y economía agraria castellana, Valladolid, Instituto cultural de Simancas, 1986, p. 248.

11 A. Agapito y Revilla, Las calles de Valladolid, nomenclátor histόrico, Valladolid, 1937.

12 Le n° 1 de la rue Santiago est celui qui est le proche de la Plaza Mayor, dans la zone au départ la plus cossue. À noter que pour l’ensemble de la ville, il est très difficile de se fier aux numéros pour réaliser un suivi des propriétés tout au long de la période. En effet, entre les années 1840 et la fin du XIXe siècle, certains bâtiments changent trois ou quatre fois de numéros, parfois cela s’accompagne d’une modification du sens de la numérotation voire du nom de la rue. Ces changements sont chaque fois liés à une volonté institutionnelle, locale ou nationale, de rationalisation de la numérotation. Ils obligent le chercheur qui voudrait réaliser un suivi des propriétés sur une longue période à un véritable jeu de pistes à travers les documents et à la réalisation d’une base de données avec une fiche pour chaque bâtiment. Dans les écritures notariales, le numéro à la date de l’écriture est fréquemment accompagné de l’ancien numéro, mais la tâche reste quand même ardue car l’année de la modification n’est jamais mentionnée. En ce qui concerne la rue Santiago, si la numérotation a varié, son sens n’a pas été modifié.

13 Dans une recherche précédente nous avons pu localiser les biens-fonds de quelques membres des catégories sociales aisées de Valladolid et vérifier ces informations. P. Lavastre, « Diversité des stratégies patrimoniales des élites citadines en Vieille Castille : quelques exemples à Valladolid (1850-1870) », à paraître dans les Mélanges de la Casa de Velázquez.

14 Dans le cadre d’une recherche plus large, nous avons constitué une base de données sur les personnes. Chaque fois que nous avons trouvé des informations notables sur un individu elles ont été regroupées dans une fiche portant son nom. Ces informations proviennent essentiellement des actes notariés (successions, écritures de sociétés, locations, ventes de maisons), des rapports avec la municipalité (permis de construire, expropriations, marchés publics...) et des relations avec l’administration (documents fiscaux, listes d’électeurs...). Au total, nous avons établi plus de 3 200 fiches plus ou moins fournies pour toute la seconde moitié du XIXe siècle. Nous estimons donc avoir repéré la plupart des membres des élites économiques de la ville, ainsi que la majorité des personnes appartenant aux classes moyennes. Il est donc possible d’affirmer que très peu de membres des élites économiques se trouvent parmi les 25 restants.

15 Voir tableaux 1 et 2 en annexe. Pour une étude détaillée de l’évolution des patrimoines, voir : J. Cruz, Los notables de Madrid, las bases sociales de la Revolución liberal española, Madrid, Alianza, 2000.

16 Voir graphique 1.

17 Voir graphique 2.

18 Voir graphique 3. Les chiffres indiqués dans le tableau ne concernent que les années où nous possédions au moins dix occurrences pour les paroisses concernées. En deçà de ce chiffre nous considérons qu’il est difficile d’obtenir des données valables. Cela explique que la série ne soit pas complète. La majorité des contrats pris en compte proviennent du seul registre de loyers conservé à Valladolid. Il couvre les années 1845-1862 : AHPV, série Contaduría de Hipotecas, legajo 425. Nous l’avons aussi complété avec des informations trouvées dans les registres de notaires.

19 La première catégorie regroupe les commerçants, industriels, professions libérales, fonctionnaires et gradés de l’armée employant des domestiques. La deuxième est composée des personnes exerçant la même activité, mais sans domesticité, auxquelles nous avons rajouté les artisans et employés ayant du personnel de maison. Les artisans et employés sans domestiques forment le troisième groupe. Le quatrième comprend les ouvriers et journaliers. Enfin, nous avons inclus dans la dernière catégorie les veuves, pour lesquelles nous ne possédions aucune information sur le niveau de vie, et les personnes inclassables dans les autres groupes.

20 Voir tableau 3.

21 Archivo de la Real Chancillería de Valladolid (ARCV), série Secretaría General, caja 32.

22 ARCV, série Secretaría General, caja 384.

23 ARCV, série Secretaría General, caja 387.

24 G Rueda Hernanz, P. Carasa Soto, « Estructura socioprofesional y socio-económica de Valladolid : 1840-1841 como prototipo de una ciudad de Castilla la Vieja », Revista internacional de sociología, n° 46, 1983, p. 305-350.

25 Nous avons ici pris en compte seulement deux zones de la ville : celle qui comprend toute la partie au nord de la Plaza Mayor et une partie du Sud, essentiellement dans la paroisse de Santiago (cette zone apparaît en pointillé sur le plan). Les interventions sur le reste de l’espace, n’apparaissent pas dans ce tableau.

26 Le Campo Grande est un parc construit au milieu des années 1870. Il devient un lieu important de sociabilité pour les élites locales.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Évolution du patrimoine des plus grosses fortunes en % (+ de 150 000 réaux)
Légende Source : Élaboration personnelle à partir de successions (AHPV, protocolos notariales)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 2 : Évolution de la structure du patrimoine des commerçants en %
Légende Source : Élaboration personnelle à partir de successions (AHPV, protocolos notariales)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Graphique 1 : Évolution du pris moyen annuel des maisons en pesetas courantes (moyenne mobile sur trois ans)
Légende Source : Élaboration personnelle à partir des registres de Contaduria de hipotecas et Registro de la Propriedad
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Graphique 2 : Moyenne mobile du prix de vente des maisons en réaux courants (1847-1863)
Légende Source : Élaboration personnelle à partir des registres de Contaduria de hipotecas
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6910/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Graphique 3 : Évolution des loyers dans plusieurs paroisses en réaux courants (1842-1863)
Légende Source : Élaboration personnelle à partir des registres de Contaduria de hipotecas et Registro de la Propriedad
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6910/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Graphique 4 : Évolution des loyers par rapport aux prix des maisons (1847-1861)
Légende Source : Élaboration personnelle à partir de la série Contaduria de hipotecas, legajo 425
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6910/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 3 : Occupation des immeubles selon le niveau social en %
Légende Sources : Élaboration personnelle à partir des padrones municipales (ARCV)
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6910/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Source : Détail de Plano de Valladolid facilitado y revisado por el Ayunamiento, 1911
URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6910/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 414k

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540