Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La structuration du proche

Les notabilités rurales dans le nord-est de l’Italie au XVIe siècle : les notaires, entre élites locales et aristocratie urbaine

Lucien Faggion

Texte intégral

  • 1 Quelques travaux, parfois très anciens, sur les notaires de Vicence rassemblés dans le Collège cita (...)
  • 2 Les notaires qui n’appartiennent pas au Collège de la ville de Vicence sont désignés par l’expressi (...)

1Les notaires forment, à l’époque moderne, un groupe professionnel pléthorique1 à Vicence, ville située sur la plaine du Pô, entre Vérone et Padoue, qui dépend de Venise dès l’année 1404, date de son expansion sur le sol italien. Qu’ils aient été nommés antérieurement par des comtes palatins, des princes ou des évêques, ces experts de la pratique notariale sont également désignés à exercer une telle fonction par l’aristocratie locale qui, en vertu d’un privilège ancestral, détient la prérogative de les créer et, de ce fait, les protège. Très nombreux, cautionnés par leurs patrons nobles, privés pour la plupart du statut de citoyen (civis) qui leur donne le droit de siéger dans les conseils municipaux, les notaires des campagnes, qualifiés de l’autorité impériale2, issus des groupes émergents, concurrencent l’activité de ceux qui sont intégrés dans le Collège des notaires citadin et appartiennent à la noblesse.

  • 3 Cette contribution s’intègre dans une recherche personnelle en cours de réalisation sur le village (...)
  • 4 G. Mantese, Storia di Valdagno, Vicence, 1964.

2L’étude d’un tel groupe professionnel, actif à Trissino3, village du Haut-Vicentin au XVIe siècle, m’incite à prendre en compte la communauté dans laquelle travaille ce corps de métiers aux contours fluctuants et multiples, mais aussi le territoire : d’abord sa juridiction – le vicariat, dont le siège a été fixé à Valdagno4, au nord de la vallée homonyme ; ensuite, Vicence, le chef-lieu provincial, et, enfin, Venise.

  • 5 Le monde rural, en particulier vicentin, a fait l’objet de plusieurs études fondamentales : Annali (...)
  • 6 A. Muttoni, op. cit., p. 6 ; G Muraro, op. cit., p. 157-168.

3Ces différentes sphères de pouvoirs, qui s’étendent du village au chef-lieu, puis à la capitale, ne peuvent pas être occultées, lorsqu’il s’agit de traiter des rapports qu’entretiennent les notaires avec la société, de cerner les réalités auxquelles chaque individu, quels que soient son statut et sa naissance, se trouve confronté. Il convient dès lors de considérer les domaines institutionnel, social et politique qui légitiment, cautionnent et expliquent l’action de ce groupe de notaires, encore peu connu, du moins en ce qui concerne la République de Venise, et l’espace rural dans lequel ces hommes se distinguent5. Les notaires servent de points de référence entre ces multiples centres de pouvoirs, dépendent de la noblesse qui leur a conféré le droit de pratiquer cette profession, appartiennent aux familles émergentes du monde rural, soucieuses de reconnaissance politique et sociale, et sont soumis au pouvoir de Venise, qui cherche peu à peu à imposer sa propre autorité sur cette profession, aux dépens de l’aristocratie traditionnelle6. Dotés de droits importants, ces techniciens forment des relais possibles entre le monde rural et la ville, les élites émergentes et les notabilités urbaines au XVIe siècle.

Vicence et son « contado »

4Les experts de l’activité notariale ne peuvent pas être cantonnés dans un cadre trop rigide, uniquement limité à l’espace plus ou moins étroit de leur village. Ils se déplacent souvent d’une localité à une autre, au gré de la demande, de la sollicitation d’un client, mais aussi d’un centre de pouvoir à un autre, même si leurs rayons d’actions s’inscrivent dans un espace connu, « maîtrisé », tant du point de vue social et politique que juridique et institutionnel.

  • 7 S. Fornasa et S. Zamperetti (éd.), Castelgomberto. Storia di una comunità rurale dal medioevo all’O (...)
  • 8 P. Preto (éd.), La valle del Chiampo. Vita civile ed economica in età moderna e contemporanea, Vice (...)
  • 9 G Del Torre, Venezia e la Terraferma dopo la guerra di Cambrai. Fiscalità e amministrazione (1515-1 (...)
  • 10 S. Fornasa, « L’uomo, la terra e l’anima... », dans S. Fornasa, S. Zamperetti (éd.), op. cit., p. 1 (...)

5Qu’ils aient été actifs dans les campagnes ou dans les centres urbains d’une quelconque importance, les notaires ont dû jouer un rôle notable tant sur le plan de la pratique juridique, par la validation d’actes relevant de la vie quotidienne, de nature contractuelle liant un possédant et son employé (bail de location, vente), que sur le plan social, pour des raisons multiples (division des biens, mariage, dot, testament), dans le cadre d’une communauté d’habitants, aussi petite soit-elle. Les notaires, toutefois, ne sauraient se limiter à cette fonction importante, technique, officiellement reconnue par les autorités citadines, légitimant des droits anciens ou acquis depuis peu. Maîtrisant une culture juridique sérieuse, experts des voies institutionnelles grâce auxquelles ils gèrent les conflits, cautionnés par la noblesse, respectueux des usages locaux, ainsi que des statuts de la ville et de la souveraineté de la République, ils peuvent également apparaître comme des agents de transmission d’informations et de devoirs, des relais entre différents centres de pouvoirs, au même titre qu’ils figurent comme des intermédiaires indispensables entre les innombrables composantes d’une société en profonde transformation qui les fait vivre : Trissino, village situé à l’entrée de la vallée de l’Agno, au nord-ouest de Vicence, contiguë à la province de Vérone, qui compte, en 1545-1546, 1 605 habitants (285 « feux »7), et apparaît comme un espace de transactions économiques important au XVIe siècle, un lieu de passage obligé entre le nord et le sud de la vallée, entre les diverses localités insérées dans d’autres vallées septentrionales (Recoaro, Chiampo8), entre le nord du territoire de Vicence et les terres relevant de l’autorité du Saint-Empire. La région a été caractérisée par une forte expansion démographique, amorcée dès les dernières décennies du XVe siècle, sensiblement limitée durant la guerre de la Ligue de Cambrai (1509-1517) et intensifiée à nouveau, après les crises agraires des années 1528-15299. Cette augmentation démographique considérable n’est pas l’effet d’une simple évolution interne, mais s’explique également par un mouvement migratoire important qui incita de nombreuses familles à s’installer dans les principaux villages de la vallée, attirées par les offres de travail, la disponibilité des terres rendues fertiles grâce à la réalisation de travaux de bonification et d’irrigation promus par des lignages nobles, tels que les Trissino et les Piovene. Le territoire de Vicence est divisé en onze juridictions administratives appelées vicariats, dont Valdagno est un de ces chefs-lieux. Situé dans le nord de la vallée, ce haut centre administratif, rassemble les autorités locales – les élites villageoises – et le vicaire, issu de la noblesse, représentant élu par la classe dirigeante citadine, qui reprend une organisation ancienne établie sous les Scaliger de Vérone au cours des premières décennies du XIVe siècle, et souligne de droit et de fait la prépondérance urbaine sur son arrière-pays, le contado. Connu jusqu’à la fin du XVIIIe siècle comme étant la vallée de Trissino, le vicariat de Valdagno, qui comprend quatorze localités, apparaît, au milieu du XVIe siècle, comme un des plus peuplés de la province, avec 12 174 habitants en 1545-1546 : à son centre, Valdagno (3 088 habitants), la plus forte densité démographique de la vallée, suivi par quatre communes de moyenne importance, dont fait partie Trissino : Cornedo (1 721), Recoaro (1 462) et Castelgomberto (1 351). Les possibilités de travail, l’abondance de la main-d’œuvre, la formation d’un groupe puissant de propriétaires terriens ne peuvent que favoriser la présence de notaires dans cette vallée à l’activité économique intense, propice à la mobilité sociale10.

  • 11 C. Povolo, L’intrigo dell’Onore.., passim.
  • 12 L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vic (...)
  • 13 C. Povolo, op. cit., passim ; C. Povolo, « Centra e periferia nella Repubblica di Venezia. Un profi (...)

6Chef-lieu de la province, Vicence, qui compte au milieu du XVIe siècle, près de 30 000 habitants, est le centre politique, administratif, juridique, culturel et religieux de ce territoire qui passe sous la domination vénitienne en 1404, laquelle se fait représenter dans cette ville de la Terre Ferme par deux patriciens appelés recteurs (podestat, capitaine), élus pour une durée déterminée de seize mois. Dès la formation de l’État territorial, le patriciat de la lagune a respecté les statuts, les privilèges et les prérogatives des villes du Dominio, en donnant naissance à une structure paritaire du pouvoir : celui détenu par Venise et celui reconnu aux cités sujettes11. Vicence a pu voir maintenir deux magistratures judiciaires (Consulat, Collège des Juges12), compétentes aussi bien en justice civile que pénale, lui conférant une marge de manœuvres considérable face aux recteurs vénitiens, qui siègent dans les tribunaux locaux, mais doivent tenir compte de l’avis des juges, véritables experts juridiques du ius commune dans le Dominio. La forme d’indépendance instaurée par Venise à Vicence, comme dans d’autres grandes villes de la Terre Ferme (Padoue, Vérone, Brescia, Bergame, Udine), a créé une séparation juridique qui a été à l’origine des liens particuliers tissés entre la capitale et la périphérie13. Cependant, malgré l’arbitrium conféré aux recteurs vénitiens, ceux-ci ne figurent pas comme des médiateurs des décisions provenant du centre de l’État, mais détiennent une fonction politique fortement conditionnée par la société dans laquelle ils doivent exercer leur autorité. Vicence se voit aussi reconnaître par les nouveaux seigneurs ses instruments de contrôle traditionnels et ses intérêts économiques sur son arrière-pays : la ville se caractérise par une domination incontestée sur ses propres districts, au moins jusqu’au milieu du XVIe siècle. Les vicaires, qui sont les représentants de la classe dirigeante citadine dans les campagnes du Vicentin, ont des compétences civiles toutefois limitées qui sont partagées par quelques membres de l’élite politique citadine, notamment par les douze nobles siégeant au Consulat. Malgré le système de nomination qui se fait par tirage au sort au sein du Grand Conseil (Conseil des Cinq Cents), les principales familles de l’aristocratie parviennent à se faire élire le plus souvent dans les vicariats où elles comptent et gèrent avec attention des biens fonciers en nombre très élevé. Les villages, en dépit des statuts qui leur attribuent des droits parfois non négligeables face aux grandes familles détentrices de terres, ne peuvent pas promulguer de nouvelles lois locales sans avoir obtenu au préalable l’accord des députés ad utilia, magistrature citadine, dont les membres font partie de l’oligarchie et sont chargés de les examiner et de juger de leur recevabilité, toujours dans le respect des statuts de Vicence.

  • 14 C’est le cas de Trissino qui promulgue de nouveaux statuts (45 articles) le 24 avril 1409, reconnus (...)
  • 15 S. Zamperetti, « Istituzioni e potere in una comunità del passato... » dans S. Fornasa et S. Zamper (...)
  • 16 Orazione di Giangiorgio Trissino in difesa de’ diritti di decima ne’ comuni della Valle dell’Agno,(...)
  • 17 M. Knapton, « Il territorio vicentino nello Stato veneto del ‘500 e primo ‘600 : nuovi equilibri po (...)

7La classe dirigeante vicentine nomme ainsi ses propres vicaires, affirme son autorité sur ses campagnes, défend ses particularismes ancestraux et se trouve en contact avec la lointaine capitale, Venise, qui s’est constitué un vaste état territorial dès 1404 et joue peu à peu un rôle de médiateur entre le pouvoir citadin et les pouvoirs locaux, entre les privilèges urbains et les particularismes ruraux, lesquels se trouvent naturellement exprimés dans les statuts des villages qui composent la province et qui ont été approuvés par la capitale dès la formation de son état sur la péninsule italienne14. La supériorité de la ville sur son arrière-pays est indéniable et trouve une confirmation dans la promulgation de plusieurs lois émises dans le courant du XVe siècle (1454, 1462)15, qui interdisent aux représentants de Trissino de s’occuper des citoyens – cives – résidant dans leur localité, mais échappant à la taxation à laquelle est pourtant soumise la commune, ou qui obligent le village à répondre des dommages causés aux propriétés appartenant à des citadins. Malgré la crise de la guerre de la Ligue de Cambrai (1509), qui provoque l’effondrement provisoire de l’État vénitien et annonce aussitôt une émancipation éphémère des communautés villageoises de la vallée de l’Agno, qui se croyaient enfin délivrées des droits réclamés par la puissante famille Trissino, appartenant à l’aristocratie ancienne, tous les villages sont contraints, une fois la Terre Ferme reconquise par Venise, de se soumettre à nouveau à la noblesse locale, principale interlocutrice à l’intérieur de la province des sujets de la campagne16. Cependant, la situation change dès le milieu du XVIe siècle, lorsque la Dominante s’intéresse aux capacités contributives de la Terre Ferme (demande fiscale plus grande) et accepte l’intervention des groupes émergents du monde rural représentés par les Corps territoriaux17.

Le village Trissino et ses élites

8Le pouvoir nobiliaire domine l’espace économique en ville et la pratique de la cooptation au sein du groupe dirigeant qui gère les affaires publiques ont empêché non pas la formation d’un groupe marchand, très actif et riche à Vicence au XVIe siècle, mais sa consolidation, capable d’apporter des transformations internes : les nouvelles forces sociales, en mesure d’instaurer un dialogue avec le pouvoir central, apparaissent, s’expriment et s’affirment en définitive dans les campagnes de la Terre Ferme vénitienne et, notamment, dans le Vicentin, dans la vallée de l’Agno. C’est en 1551 que Venise reconnaît les Corps territoriaux, une institution d’une importance exceptionnelle en ce qui concerne les liens existant entre les différentes notabilités de la Terre Ferme, les élites traditionnelles, dont les privilèges reposent sur la naissance, et les groupes émergents, qui se caractérisent par une richesse obtenue dans le négoce ou la pratique d’une profession libérale. Dans le monde rural, ces élites, qui se sont enrichies dès le XVe siècle, se trouvent justement représentées dans les Corps territoriaux et saisissent officiellement et légitimement l’occasion de se faire entendre directement à Venise, sans passer par la classe dirigeante locale, Vicence.

  • 18 Lire les différentes contributions déjà citées qui donnent une approche nuancée et variée du monde (...)
  • 19 G Muraro, op. cit., p. 160.
  • 20 C. Povolo, L’intrigo dell’Onore..., passim ; L. Faggion, op. cit., passim.

9Ce renforcement de l’hégémonie des élites villageoises varie d’une localité à une autre de la province, en fonction de sa position géographique, des terres fertiles disponibles favorables à la formation d’un groupe de paysans aisés, de son éloignement du chef-lieu provincial, de la présence de propriétaires nobles munis de leurs privilèges à l’origine de conflits nombreux et de la persistance des biens et des droits communs soulignant l’autorité du village18. Ce pouvoir souvent très étendu reconnaît à la communauté une structure politique propre, dotée d’une dynamique originale, difficilement réductible à une typologie, sans doute salutaire pour le chercheur, mais en revanche fortement réductrice pour celui qui est avant tout soucieux de traduire la complexité d’un monde vivant avec ses propres rythmes et contraintes, imposées soit par l’environnement, soit par l’homme, qui reposent sur des stratégies multiples, variables d’un contexte à un autre, en fonction des espaces politiques, institutionnels, sociaux et économiques, dans lesquels évoluent les élites professionnelles du monde rural. Les notaires sont partagés entre leurs intérêts particuliers et familiaux, ceux de la communauté à laquelle ils appartiennent, de leurs clients qui sont souvent des voisins, voire des parents ou des alliés, et les prétentions de l’aristocratie, présente à la fois à Vicence et dans les campagnes, laquelle ne manque pas de se faire entendre et de créer des liens parfois assimilables à une forme plus ou moins forte et avouée de dépendance, de patronage et de clientèle. La nomination d’un notaire, travaillant sous autorité impériale, n’échappe pas à cette réalité qui traduit une réelle dualité dans l’attitude que doit adopter l’expert notarial, d’une part débiteur de son patron pour avoir été créé à une fonction que Venise tend à régulariser dès le mois de juillet 1567 19, et, d’autre part, représentant des groupes émergents désireux de s’émanciper de la classe traditionnelle, en proposant des valeurs reposant sur la richesse et le talent professionnel, au détriment de la pureté et de l’ancienneté du lignage, concepts chers à une partie de la vieille aristocratie, qui décline, et remis en question à Vicence par les marchands anoblis depuis peu, le groupe de la noblesse resté dynamique et le Collège des Juges20.

  • 21 S. Zamperetti, « Istituzioni e potere in una comunità del passato... » dans S. Fornasa et S. Zamper (...)

10Les villages de la vallée de l’Agno se distinguent les uns des autres par des droits particuliers et anciens. La commune de Trissino est le territoire d’origine de la puissante famille noble homonyme, détentrice de biens fonciers dans l’ensemble de la vallée et divisée en plusieurs colonnelli (les deux branches des Miglioranza et des Panensacco, elles-mêmes subdivisées), ayant obtenu dès le XIIIe siècle de nombreuses investitures épiscopales sur la totalité de ce territoire très étendu (perception des décimes). Les Miglioranza, ainsi que les Panensacco, possèdent des propriétés dans le vicariat, essentiellement à Valdagno, Castelgomberto et Trissino, alors que la riche branche « Dal Vello d’Oro », issue des Miglioranza, tient sa résidence à Cornedo. Malgré les statuts confirmés par la Dominante le 28 septembre 1409, Trissino est dominé par cette famille ancienne, à l’autorité très forte aussi bien dans le village que dans le siège du vicariat, à Valdagno, ce qui explique sans doute la présence du noble Giuseppe Trissino, notaire actif entre 1563 et 1618. En 1431 comme en 1460, la nomination du decano, chef de l’administration villageoise, revient aux Trissino, même si la communauté obtient un compromis, grâce auquel elle peut proposer, tous les trois mois, une liste de candidats pour cette fonction21 : le village parvient, de la sorte, à faire entendre sa voix, à tempérer même légèrement les prétentions d’une Casa si puissante à Vicence et à Venise.

  • 22 Sur le don et l’échange, sujets qui méritent d’être encore étudiés, lire le classique et stimulant (...)
  • 23 Archivio di Stato de Vicence [=AS Vi], Archivio notarile [=AN], N. Nicoletti, registre 7935, 23 jan (...)
  • 24 AS Vi, AN, Nicolò Nicoletti, registre 7938, f. 140v-141r, 181r.

11D’autres lignages nobles habitent et possèdent des propriétés à Trissino et dans les environs : les Valdagno, les Merzari et les da Porto. Ces familles de la noblesse entretiennent des réseaux dont rendent partiellement compte les notaires. Les actes rédigés, les témoins présents, les personnes citées et/ou impliquées dans des litiges jettent une lumière singulière sur les rapports qui existent au sein de la communauté. Les désaccords pour cause économique (héritages, dots, ventes, baux contestés) sont fréquents et nécessitent souvent l’intervention des nobles, ainsi que des groupes émergents de la région, que l’on retrouve à la direction de la commune, réunie dans une assemblée appelée convicinia : par exemple, des familles telles que les Leoni, les Mollendinari, les Gualporti, les Gemo, les Peroni, les Bressan, lesquelles figurent régulièrement dans les divers actes notariés, en qualité de témoins, d’arbitres de litiges apparemment insolubles ou de parties liées à des affaires où transparaissent avec clarté la redistribution des terres effectuée à l’avantage des élites économiques du village et de la ville. Les membres de l’aristocratie traditionnelle, les Trissino, tout comme les familles ayant acquis une autorité certaine au sein de la communauté villageoise, telles que les Nicoletti ou les Bisazza, actives dans le notariat, jouent souvent un rôle de médiation et de pacification, qui permet d’atténuer les tensions intrafamiliales et interfamiliales. Sanctionnée par l’acte notarié, la médiation officiellement et juridiquement établie, puisque toute transgression peut être ensuite poursuivie par les autorités citadines ou les magistratures de la capitale, est le résultat normal d’une négociation, qui permet d’aboutir à un compromis. Les témoins, ainsi que les arbitres, font partie des réseaux créés par les notaires du village. Le soutien apporté, le sens du devoir à rendre, l’amitié, un rapport très profond entre le don et l’échange22 existent vraisemblablement entre les notaires, les témoins et les acteurs à la recherche d’une solution pacifique à leurs antagonismes. Cependant, les liens rendus ainsi perceptibles ne doivent pas occulter les rapports de force qui existent et que la présence des arbitres paraît fortement amoindrir, voire faire disparaître. Le monde de l’échange social et économique laisse subsister une certaine incertitude dans les alliances créées ou à contracter, que le notaire réussit, par ses connaissances techniques, toujours dans le respect des usages locaux et des statuts vicentins, à rasséréner. L’intervention des notaires et des amis doit rétablir, au sein de la communauté, un équilibre, déjà fragile, rendu sans doute encore plus précaire par la crise économique, sociale et politique qui affecte la République de Venise, le reste de l’Italie et de l’Europe durant la seconde moitié du XVIe siècle. Les groupes émergents, auxquels appartiennent les experts de l’activité notariale, expriment leur intention de s’imposer et de gagner en autorité aussi bien dans leur propre village, dans le siège du vicariat que dans le chef-lieu provincial. Ils témoignent de leur volonté de redistribuer les pouvoirs au sein du monde rural, notamment au détriment de l’aristocratie traditionnelle. Des divergences opposent du reste les élites de la commune de Trissino et la noble famille en 155923, tout comme en 1572 et en 157324. Iseppo Trissino se trouve en désaccord, en mars 1573, avec Giovanni Bressan, fils du notaire Bartolomeo, lesquels recherchent toutefois une solution, concorditer more veneto, grâce à l’intervention de deux juges collégiaux, Guido Piovene, qui défend la cause de Giovanni Bressan, et Girolamo Ferramosca, qui soutient le noble plaignant.

Les notaires à Trissino : des élites émergentes

12L’étude des différents groupes qui composent le village de Trissino me permet de cerner une communauté aux prises avec ses difficultés, ses réussites, mais aussi avec les pressions exercées par des notables locaux, les jeux de clientèles susceptibles d’atténuer, de différer ou même, d’exaspérer des tensions, le système des alliances et de la parenté qui autorisent une certaine régularisation des différends pouvant survenir dans le village. Les notaires paraissent être des indicateurs de ces phénomènes souvent difficilement perceptibles, mais pourtant révélateurs du fonctionnement de la vie d’une communauté et des échelles de valeurs qui la caractérisent tant du point de vue économique et social que politique et institutionnel (gestion des affaires de la commune, statuts villageois).

  • 25 Il s’agit des notaires suivants : Benedetto Bassan (actif entre 1486 et 1509) ; Francesco Bassan (1 (...)
  • 26 Tel est le cas de la famille Nicoletti, qui fait partie des notabilités locales, dont plusieurs mem (...)
  • 27 AS Vi, AN, A. Michelin, registre 8336 : par exemple, à l’occasion d’une sentence arbitraire, pronon (...)
  • 28 Antonio Michelin indique le 10 février 1567 qu’il est nunc habitator Vincentiae, indice qu’il résid (...)
  • 29 Alors qu’il déclare, encore à la fin de l’année 1567, être un notaire public d’autorité impériale, (...)

13Vingt-sept notaires ont été appelés à rédiger des actes divers dans le village de Trissino entre 1449 et 162325. Seize d’entre eux ont été actifs dans la seconde moitié du XVIe siècle : dix familles sont représentées et peuvent être associées aux élites rurales, enrichies dans le courant du XVe et la première moitié du XVIe siècles, présentes aux réunions de la commune pour juger les affaires locales. Au sein de ce groupe de notaires, certains (Nicoletti) jouissent d’une puissance et d’un crédit réels auprès des villageois, alors que d’autres (Padoan, Frigo) paraissent avoir une activité plus limitée due, sans doute, à des choix différents, mais également rémunérateurs (fondés sur la rente foncière, le commerce céréalier, l’activité textile, le crédit). À ces familles, où se forment parfois des dynasties (les Bisazza, les Bressan, les Nicoletti), s’en ajoutent d’autres, issues de cette vallée, mais détentrices depuis longtemps d’une autorité considérable au sein du village : les Bassan, jouissant du statut de citoyen vicentin, siégeant au Grand Conseil et faisant partie de ce fait de la noblesse citadine, ainsi que la prestigieuse et riche famille Trissino qui compte quelques membres actifs dans le notariat. Les Bassan, liés aux Trissino depuis la seconde moitié du XVe siècle, s’illustrent au début du XVIe siècle dans leur localité d’origine, puis à Vicence, dans le Collège des Notaires, pourtant peu prestigieux dès le XVIe siècle, mais dont l’appartenance à ce corps de métiers est un signe de noblesse incontesté. Cette magistrature permet cependant d’assurer à ses membres, souvent peu fortunés, un moyen quelconque de subsistance. Le cas présenté par la famille Trissino ne doit pas laisser penser, néanmoins, que celle-ci connaisse des difficultés économiques sérieuses, même si certains membres sont en conflit déclaré pour avoir été écartés de l’héritage paternel, comme c’est le cas dans le colonnello Panensacco, qui connaît dès les années 1540 des règlements de comptes meurtriers pour cause de legs. Des membres de l’autre lignage, Miglioranza, se disputent même la fortune immense de la branche « Dal Vello d’Oro », à laquelle appartient Ciro, qui teste en 1575 et se fait assassiner en 1576 par un membre éloigné de sa famille à Cornedo. Cette maison cherche en tout cas à insérer certains de ses rejetons dans le milieu du notariat et, plus précisément, dans le collège, lequel autorise son détenteur à connaître et à gérer des affaires administratives, ainsi qu’à adopter une démarche médiatrice, justifiée par le métier de notaire, entre des familles qui connaissent des désaccords parfois très graves. Il est probable qu’ils peuvent ainsi atténuer les tensions et jouer un rôle décisif d’arbitrage : les familles elles-mêmes consentent, dans la seconde moitié du XVIe siècle, période marquée par de violents affrontements, à recourir à des compromis et à faire appel à des amis qui jouent le rôle de conciliateurs, dans le but de trouver un apaisement à leurs difficultés26. La famille Trissino, présente dans le village homonyme, où d’autres nobles, détenant une fonction de juge au Collège, font intervenir leur autorité reposant non seulement sur le titre qu’ils détiennent, le lignage et le système d’alliances auxquels ils appartiennent, mais aussi sur leur propre fonction professionnelle. Ainsi, le juge Camillo da Porto, membre d’une illustre famille de l’aristocratie urbaine, reçoit parfois les plaignants dans sa propre demeure de Vicence, située au Pozzo Rosso, dans une salle où se trouve installé un pupitre surélevé en haut duquel il est possible au juge de trancher l’affaire27. Il est vraisemblable que le notaire Antonio Michelin soit un fidèle, une créature de la famille da Porto28, qui l’a sans doute nommé à cette charge, d’où le titre de « notaire d’autorité impériale ». Ce qualificatif n’apparaît plus, toutefois, dans les actes de Michelin, dès le 28 mars 1568, date à partir de laquelle il rédige tous ses documents sous l’autorité de Venise29.

  • 30 F. Tommasini, « Veridica origine e discendenza di tutte le famiglie nobili di Vicenza, così del pri (...)
  • 31 AS Vi, AN, notaire Orazio Florian, registre 9877 (années 1627-1629).
  • 32 AS Vi, AN, N. Nicoletti, registre 7938 : 11 mai 1571, à Valdagno, dans le banchum iuris, pour Isepp (...)
  • 33 AS Vi, AN, N. Nicoletti, registre 7935, 7 février 1563.

14Les notaires ne paraissent pas nécessairement envisager une carrière hors du village ou de la vallée dans laquelle ils vivent et s’enrichissent. La plupart d’entre eux travaillent à Trissino, mais il est néanmoins fréquent qu’ils se déplacent soit dans des localités voisines (Selva de Trissino, San Pietro, San Vito, Lovara, Nogarole, Brogliano, Quargnenta), soit plus lointaines, telles que le siège du vicariat de Valdagno, à Recoaro, à Sorio et à Vicence. L’appât du gain, la recherche d’une clientèle plus nombreuse et variée, en mesure d’offrir des opportunités de type économique et social, la constitution d’un réseau étendu de connaissances expliquent la mobilité géographique de ces experts. Cependant, le rêve caressé par certains de côtoyer les cercles de la classe dirigeante vicentine, de mener une vie considérée comme noble, notamment grâce à une fonction exercée dans l’administration n’est pas à exclure : les membres de la famille Bassan témoignent d’une telle ambition. Ils sont alliés dès le XVe siècle à la famille Trissino, avec laquelle divers mariages ont été conclus et laquelle a même consenti à lui attribuer son propre emblème sur leur blason30. Tout comme les Trissino, les Bassan sont de grands propriétaires fonciers et possèdent de nombreux biens immobiliers, mais ils choisissent néanmoins de résider en ville, où tout se décide : au sein des différentes institutions urbaines, le Grand Conseil, qui attribue aux citoyens, par voie élective, des postes administratifs. Les unions matrimoniales conclues avec des lignages de l’aristocratie ancienne (Loschi, Squarzo, Roma) et des familles appartenant au groupe des citoyens (Cassoni, Montebello) soulignent leur appartenance à la communauté politique, celle qui est autorisée à siéger au Conseil des Cinq Cents. Le chef-lieu joue un effet évident d’attraction auprès des notaires ruraux, qui ambitionnent d’entrer un jour dans le groupe fermé des décideurs, des oligarques : la fortune d’une famille permet à ses membres de s’éloigner de l’activité manuelle ou artisanale, de constituer ainsi les prémices d’une ascension sociale parfois spectaculaire, et de se voir peut-être ouvrir les portes des conseils citadins, en se faisant admettre civis, étape indispensable, mais non suffisante, pour être ensuite désignés à des fonctions administratives citadines (Petit Conseil, députés ad utilia, Consulat). L’activité notariale a été, pour des familles provenant le plus souvent des campagnes, enrichies dans le négoce, une des voies de la réussite dans le monde nobiliaire vicentin, même si les élus sont en définitive peu nombreux. À l’exemple donné par des membres de la noblesse, les Bassan souhaitent entrer un jour dans le prestigieux Collège des Juges : tel est du moins le vœu exprimé par Cristoforo Bassan dans son testament du 2 mai 162931. Issus des élites rurales, n’ayant aucun titre nobiliaire, les Nicoletti, sans doute des fidèles des Trissino qui les sollicitent souvent, ont probablement nourri une ambition comparable à celle des Bassan. Il est significatif de relever que sur les quatre membres actifs de cette famille à Trissino dans le notariat, trois – Fabrizio (entre 1555 et 1568), Giovan Maria (1576-1616) et Bortolo (1594-1623) –, ont établi des liens avec Vicence, d’abord de nature professionnelle, indispensable à la formation d’une clientèle urbaine assez fortunée ; puis sociale, en cherchant probablement à s’intégrer dans les groupes influents de la ville, auprès des lignages de l’aristocratie et des familles émergentes, qui se distinguent par le talent et l’argent. Seul Nicolò Nicoletti (1554-1612), le premier notaire connu de cette famille, paraît avoir construit un espace relationnel et professionnel limité essentiellement à Trissino, tout en rêvant d’étendre son activité en ville, ce qu’il a finalement réalisé en incitant les siens à élargir leur champ d’actions, dans le but d’augmenter leur richesse et de leur assurer une caution, aussi relative soit-elle, auprès des nobles de Vicence et, notamment, de la famille Trissino. Nicolò Nicoletti est présent toutefois à Valdagno pour le compte d’Iseppo Trissino, à Sorio, auprès de Francesco Trissino, et à Vicence, chez les nobles Francesco et Nicola Lonigo (1571)32. Il est vrai que Nicolò Nicoletti se rend fréquemment chez plusieurs de ses membres établis dans la commune, notamment chez Matteo et Francesco Trissino, pour arbitrer des différends survenant entre des villageois, comme c’est le cas en 1563 entre les frères Iseppo et Giovan Maria Frigo, qui comptent un parent, le prêtre Nicolò, exerçant également le métier de notaire33. Les liens créés par les Nicoletti peuvent être stratégiques, motivés par la recherche d’un indispensable patronage en mesure de leur permettre un accès plus facile dans le monde de l’aristocratie résidant à Vicence. Matteo Trissino n’est pas le seul à recevoir dans sa demeure des plaignants : Andrea, ainsi qu’Alessandro Trissino, agissent de même, ce qui souligne leur autorité, sans doute leur intention de gérer à leurs profits les conflits et de maintenir un fort contrôle sur le système de clientèles existant dans la commune.

15En revanche, les Bisazza et les Bressan ne paraissent pas avoir quitté leurs terres d’origine. Propriétaires fonciers, ils entretiennent en tout cas des liens avec la communauté villageoise, profitent de l’appauvrissement d’une partie de la paysannerie locale pour accaparer davantage de terres, comme le font du reste au même moment les nobles, à la tête desquels figurent les Trissino, et les riches « bourgeois » de la ville.

16À une époque de crises sociales, économiques et politiques virulentes, où l’aristocratie urbaine se dispute les pouvoirs locaux sans être toutefois parvenue à un accord pacifique, les notaires ruraux, en contact avec les différents groupes du monde citadin, élites villageoises fortunées, détenant une voix au sein des Corps territoriaux, forment un groupe de médiateurs influents entre les dominants et les dominés, les familles de la noblesse traditionnelle, qui les créent à la fonction de notaire et font appel à eux aussi bien à Trissino qu’à Vicence, et les villageois, parmi lesquels se distinguent les élites émergentes, enrichies dans le courant du XVe siècle, ayant profité du long et prospère XVIe siècle pour augmenter leur patrimoine foncier et consolider leur pouvoir au sein de la commune de Trissino. Néanmoins, les tensions ne sont pas inexistantes. Dans les actes compilés soigneusement par les notaires ne transparaissent en réalité qu’une partie des conflits surgissant dans le village ou dans ceux situés dans la vallée. Les techniciens de la pratique notariale cherchent en tout cas à maîtriser l’espace institutionnel, politique, social et économique dans lequel ils sont appelés à intervenir et à établir un quelconque arbitrage entre les parties en litige, toujours dans le respect des statuts villageois, citadins et des lois de la République. D’origine paysanne, ayant gravi les échelons de la société locale grâce à un enrichissement important, ces hommes voient leur statut modifié et cherchent à le faire reconnaître par l’aristocratie traditionnelle, en adoptant le modèle de comportements préconisé par le monde urbain, en souhaitant même s’y faire accepter, malgré les restrictions institutionnelles nombreuses avancées par la classe dirigeante vicentine dès les dernières décennies du XVe siècle.

17Une telle attitude s’intègre dans une échelle de valeurs, sujette à de multiples variations, où domine la mobilité sociale et sont rendues perceptibles les structures de pouvoir d’une communauté ; où se trouve du moins exprimée l’assurance pour les sujets aisés des campagnes d’avoir une place assez enviable, d’abord au sein du monde rural, avec ses propres élites et ses dominés, les strates de la paysannerie fragilisées par les crises des dernières décennies du XVIe siècle ; ensuite, dans le cadre de la gestion communautaire, puisqu’ils sont souvent élus dans le corps municipal ; enfin, au siège du vicariat, Valdagno, où il n’est pas exclu qu’ils puissent intervenir en tant que notaires dans les multiples réseaux de pouvoirs locaux et dans les Corps territoriaux.

Notes

1 Quelques travaux, parfois très anciens, sur les notaires de Vicence rassemblés dans le Collège citadin : A. Muttoni, L’antico Collegio dei Notari e l’Archivio notarile di Vicenza, Vicence, 1906 ; N. Nalin, Notai e Collegio notarile a Vicenza nell’età comunale, mémoire de maîtrise, dactylographié, Université de Padoue, 1953-1954 ; G. Bisazza, « Notai tristi e notai sufficienti. Il ceto notarile di Vicenza tra Cinque e Seicento », Società e storia, 59, 1993, p. 3-33 ; G Muraro, Il notariato vicentino. Storia del notariato sull’Altopiano dei Sette Comuni, Vicence, 1999 ; C. Povolo, L’intrigo dell’Onore. Poteri e istituzioni nella Repubblica di Venezia tra Cinque e Seicento, Vérone, 1997, p. 24-25, 42, 48 ; lire les remarques de R. Ago, Economia barocca. Mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Rome, 1998, p. VIII, note 6. Sur les notaires en France à l’époque moderne, voir notamment les études récentes de C. Dolan, Le notaire, la famille et la ville (Aix-en-Provence à la fin du XVIesiècle), Toulouse, 1998 ; S. Jahan, Profession, parenté, identité sociale. Les notaires de Poitiers aux temps modernes (1515-1815), Toulouse, 1999 ; J.-L. Laffont (éd.), Le notaire, le paysan et la terre dans la France méridionale à l’époque moderne, Toulouse, 1999 ; enfin, L. Fontaine, « L’activité notariale (note critique) », Annales ESC, 2, 1993, p. 475-483.

2 Les notaires qui n’appartiennent pas au Collège de la ville de Vicence sont désignés par l’expression « autorité impériale » : « vi sono due sorti di notari : notari che si chiamano solamente imperiali, i quali sono tutti quelli i quali per non giungere agli 80 anni di cittadinanza o per mancare de certi altri requisiti che vi si ricercano, non possono entrare in detto collegio [des Notaires]. Et questi non possono esser notari ad alcun magistrato di questa città, possono però esser notari appresso li vicari foranei », Archivio di Stato de Venise [=AS Ve], Archivio Pinelli, carton I : « Rilatione di Vicenza di Monsignor P.G. », cité dans C. Povolo, L’intrigo dell’Onore..., p. 48, note 3.

3 Cette contribution s’intègre dans une recherche personnelle en cours de réalisation sur le village Trissino et la famille homonyme, qui appartient à l’aristocratie de Vicence, recherche destinée à mettre en lumière les rapports existant entre la communauté villageoise et cette puissante Maison, des années 1480 aux premières décennies du XIXe siècle. Si l’on prend en compte les trois notaires du hameau de Selva de Trissino (Pietro Campagna, dit da Lonigo, Bartolo et Odorico Pellizzari), 59 ont travaillé dans cette localité, entre 1449 (Domenico Desiderati et Giordano di Trissino, appelé Zucchetti) et 1849 (Domenico Stecco, en fonction dès l’année 1789). Le nombre très élevé de documents laissés par les notaires locaux, ainsi que les archives de la famille Trissino, me permettent de diversifier les angles d’approche, d’apporter un éclairage particulier sur les liens de parenté, les systèmes de solidarité, de clientèles, les rapports de force, ainsi que les stratégies multiples et variables des familles, la mobilité sociale et les innombrables pressions, filtrées partiellement par les notaires, ayant existé à l’intérieur d’une communauté, qui n’est pas le centre du vicariat, mais reste cependant un des principaux lieux de résidence de l’illustre lignage dans la vallée de l’Agno, figurant comme une scène de théâtre dans laquelle de violents règlements de comptes nobiliaires ont été commis au XVIe siècle. Quelques indications succinctes, B. Morsolin, Trissino. Ricordi storici, Vicence, 1881 ; plus récemment, L. Faggion, « Disordini in una famiglia dell’aristocrazia vicentina : i Trissino nella seconda metà del ‘500 » (prochaine publication dans les Actes du Colloque International de Capodistria intitulé « Il linguaggio della violenza », tenu en octobre 2001).

4 G. Mantese, Storia di Valdagno, Vicence, 1964.

5 Le monde rural, en particulier vicentin, a fait l’objet de plusieurs études fondamentales : Annali Veneti. Società, cultura, istituzioni, I, 1984, numéro réservé aux communautés rurales de la Terre Ferme vénitienne ; C. Povolo, Dueville. Storia e identificazione di una comunità del passato, Dueville, 1985, 2 vol. ; Id. (éd.), Lisiera : Immagini, documenti e problemi per la storia e cultura di una comunità veneta. Strutture, congiunture, episodi, Vicence, 1985 ; Id., L’intrigo dell’Onore..., passim ; S. Fornasa, S. Zamperetti (éd.), Castelgomberto. Storia di una comunità rurale dal medioevo all’Ottocento, Castelgomberto, 1999 ; S. Fornasa, Brogliano e Quargnenta. Due villaggi rurali della Valle dell’Agno dalle origini al XV secolo, Brogliano, 1999.

6 A. Muttoni, op. cit., p. 6 ; G Muraro, op. cit., p. 157-168.

7 S. Fornasa et S. Zamperetti (éd.), Castelgomberto. Storia di una comunità rurale dal medioevo all’Ottocento, Castelgomberto, 1999, p. 150.

8 P. Preto (éd.), La valle del Chiampo. Vita civile ed economica in età moderna e contemporanea, Vicence, 1981.

9 G Del Torre, Venezia e la Terraferma dopo la guerra di Cambrai. Fiscalità e amministrazione (1515-1530), Milan, 1986 ; S. Fornasa, « L’uomo, la terra e l’anima. Storia di famiglie, vita economica e dimensione religiosa a Castelgomberto in età Moderna », dans S. Fornasa, S. Zamperetti (éd.), op. cit., p. 148-191.

10 S. Fornasa, « L’uomo, la terra e l’anima... », dans S. Fornasa, S. Zamperetti (éd.), op. cit., p. 148-191 ; S. Zamperetti, « Istituzioni e potere in una comunità del passato : Castelgomberto nell’età della Repubblica di Venezia », dans S. Fornasa, S. Zamperetti (éd.), op. cit., p. 371-437.

11 C. Povolo, L’intrigo dell’Onore.., passim.

12 L. Faggion, Les Seigneurs du droit dans la République de Venise. Collège des Juges et société à Vicence à l’époque moderne (1530-1730 env.), Genève, 1998.

13 C. Povolo, op. cit., passim ; C. Povolo, « Centra e periferia nella Repubblica di Venezia. Un profilo », dans G Chittolini, A. Molho, P. Schiera (éd.), Origini dello Stato. Processi di formazione statale in Italia fra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994, p. 207-221.

14 C’est le cas de Trissino qui promulgue de nouveaux statuts (45 articles) le 24 avril 1409, reconnus ensuite par la Dominante le 28 septembre 1409, B. Morsolin, Trissino. Ricordi storici, Vicence, 1881, p. 187-213.

15 S. Zamperetti, « Istituzioni e potere in una comunità del passato... » dans S. Fornasa et S. Zamperetti (éd.), op. cit., p. 386.

16 Orazione di Giangiorgio Trissino in difesa de’ diritti di decima ne’ comuni della Valle dell’Agno, Vicence, 1881. Ce plaidoyer a été lu à Venise par le célèbre humaniste vicentin en 1532. Sur Giangiorgio Trissino, B. Morsolin, Giangiorgio Trissino o monografia di un letterato del XVI secolo, Vicence, 1878.

17 M. Knapton, « Il territorio vicentino nello Stato veneto del ‘500 e primo ‘600 : nuovi equilibri politici e fiscali », dans G. Cracco, M. Knapton (éd.), Dentro lo « Stado Italico ». Venezia e la Terraferma tra‘400 e ‘600. Trente, 1984, p. 33-115 ; S. Zamperetti, « Per una storia delle istituzioni rurali nella terraferma veneta : il contado vicentino nei secoli XVI e XVII », dans G Cozzi (éd.), Stato, società e giustizia nella Repubblica veneta (sec. XV-XVII), Rome, 1985, t. II, p. 59-131 ; Id., « I sinedri dolosi. La formazione e lo sviluppo dei Corpi territoriali nello stato regionale veneto, Rivista storica italiana, 99, 1987, p. 269-320 ; Id., I piccoli principi. Signorie locali, feudi e comunità soggette nello Stato regionale veneto dall’espansione territoriale ai primi decenni del ‘600, Venise, 1991 ; Id., « Istituzioni e potere in una comunità del passato... », dans S. Fornasa, S. ZamperettI (éd.), op. cit., p. 371-437.

18 Lire les différentes contributions déjà citées qui donnent une approche nuancée et variée du monde rural et vénitien : Annali Veneti. Società, cultura, istituzioni, I (1984) ; C. Povolo (1985, 1997) ; S. Fornasa et S. Zamperetti (1999).

19 G Muraro, op. cit., p. 160.

20 C. Povolo, L’intrigo dell’Onore..., passim ; L. Faggion, op. cit., passim.

21 S. Zamperetti, « Istituzioni e potere in una comunità del passato... » dans S. Fornasa et S. Zamperetti (éd.), op. cit., p. 405.

22 Sur le don et l’échange, sujets qui méritent d’être encore étudiés, lire le classique et stimulant M. Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, 2001 (9e éd.), p. 145-279.

23 Archivio di Stato de Vicence [=AS Vi], Archivio notarile [=AN], N. Nicoletti, registre 7935, 23 janvier 1559. Andrea Trissino désigne comme procureur son frère Matteo pour les litiges qui l’opposent à la commune de Trissino, en présence du juge des mariganze, lequel s’occupe des affaires relatives aux dommages causés dans les forêts et les terres communales du Vicentin.

24 AS Vi, AN, Nicolò Nicoletti, registre 7938, f. 140v-141r, 181r.

25 Il s’agit des notaires suivants : Benedetto Bassan (actif entre 1486 et 1509) ; Francesco Bassan (1491-1505) ; Nicolò Bisazza (1559-1598) ; Giovan Giacomo Bisazza (1561-1613) ; Bortolo Bressan (1532-1571) ; Nicolò Bressan (1548-1561) ; Bortolo Caliaro (ou Cerdoni : 1521-1561) ; Michele Curzola ou Padoan (1562-1574) ; Lorenzo Faggion (1507-1534) ; Natale Faggion (1540-1566) ; Giacomo Faggion (1567-1575) ; Bernardino Frigo (1556-1596) ; Giovan Angelo Lancillotto (ou da Trissino : 1512-1534) ; Antonio Marzari (1565-1602) ; Francesco Mazzasco (1599-1609) ; Nicolò Nicoletti (1554-1612) ; Fabrizio Nicoletti (1555-1568) ; Giovan Maria Nicoletti (1576-1616) ; Bortolo Nicoletti (1594-1623) ; Giordan (di) Trissino (ou Zucchetti : 1449-1504) ; Giovan Cristoforo Trissino (1469-1503) ; Giovan Giorgio (da) Trissino (1469-1508) ; Bernardino Trissino (1496-1539) ; Giuseppe Trissino (1563-1618) ; Lancilloto Trissino (1517-1545) ; Giovan Battista (da) Valdagno (1486-1528). Les actes qu’ils ont rédigés sont déposés à l’« Archivio notarile » des Archives d’État de Vicence.

26 Tel est le cas de la famille Nicoletti, qui fait partie des notabilités locales, dont plusieurs membres – d’une part, Alessio, d’autre part les frères Giuseppe et Antonio – connaissent des dissensions très vives en juillet 1555 : il est décidé, en présence du juge de la raison, un des trois assesseurs travaillant avec le podestat de Vicence, de parvenir à un compromis que les liens du sang sont censés rendre plus facile à réaliser. AS Vi, AN, N. Nicoletti, registre 7934.

27 AS Vi, AN, A. Michelin, registre 8336 : par exemple, à l’occasion d’une sentence arbitraire, prononcée le 31 avril 1567, le notaire écrit : « sedens dictus Magnifiais Dominus Arbiter [Camillo da Porto] super una cathedra lignea in eius camino terreno loco idoneo ellecto ad hanc eius sententiam profferrendam », f. 12 v. Voir, notamment, les analyses très fines d’A. Garapon, Bien juger. Essai sur le rituel judiciaire, Paris, 1997.

28 Antonio Michelin indique le 10 février 1567 qu’il est nunc habitator Vincentiae, indice qu’il réside à Vicence, probablement auprès du juge Camillo da Porto, lorsque celui-ci fait appel à ses services. AS Vi, AN, A. Michelin, registre 8336.

29 Alors qu’il déclare, encore à la fin de l’année 1567, être un notaire public d’autorité impériale, il se présente, dès le mois de mars 1568, comme étant désormais un « publicus authoritate principatus veneti notarius ». AS Vi, AN, A. Michelin, registre 8336, f.41v. Ce n’est toutefois qu’en octobre 1612 que le Sénat vénitien interdit la création de notaire sans le consentement de l’autorité suprême de l’État. Le droit de créer des notaires au nom de la République revient, à partir de cette année, aux recteurs des villes du Dominio. Voir G Muraro, op. cit., p. 157-168.

30 F. Tommasini, « Veridica origine e discendenza di tutte le famiglie nobili di Vicenza, così del primo come del secondo ordine (1698) » vol. 2537, f. 32r.

31 AS Vi, AN, notaire Orazio Florian, registre 9877 (années 1627-1629).

32 AS Vi, AN, N. Nicoletti, registre 7938 : 11 mai 1571, à Valdagno, dans le banchum iuris, pour Iseppo Trissino ; mars 1571, Francesco Trissino à Sorio ; août 1571, pour le compte de Francesco Trissino, à Vicence, à « Pontefuro », chez Alvise Trissino, fils de Girolamo ; décembre 1571, chez les Lonigo, dans la contrà des Santi Appostoli, à Vicence.

33 AS Vi, AN, N. Nicoletti, registre 7935, 7 février 1563.

Auteur

UMR TELEMME, Université de Provence-CNRS

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540