Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Construire des mondes

 | 
Paul Aubert
, 
Gérard Chastagnaret
, 
Olivier Raveux

La structuration du proche

Le patronat des colonies industrielles catalanes au XIXe siècle : formation, diversité, représentations

Gracia Dorel-Ferré

Texte intégral

  • 1 Il faut citer ici les travaux de Jordi Nadal. Nous renvoyons le lecteur à son énorme bibliographie, (...)
  • 2 A. Garcia Espuche et M. Guardia Bassols, Espai i societat a la Barcelona preindustrial, Barcelone, (...)
  • 3 Cf. l’article fondateur d’A. Carreras, « El aprovechamiento de la energía hidráulica en Cataluña (1 (...)

1Bien que des créations d’usines soient antérieures à la date symbolique de 1833, qui marque l’un des tous premiers équipements en énergie nouvelle pour l’usine Bonaplata1, mue à la vapeur, le véritable démarrage de l’industrie cotonnière catalane doit se placer quelques années plus tard, entre 1840 et 1850. On observe alors, à Barcelone, surtout dans le quartier derrière les Drassanes2, les chantiers navals, une multiplication d’ateliers textiles. Plusieurs très grandes entreprises, comme la España Industrial, sont édifiées dans ce qui était alors un village proche de la capitale, Sants. Toutes fonctionnent au charbon, alors que dans le même temps, des dispositions législatives comme la loi des eaux de 1845, donnent le point de départ de l’investissement de la Catalogne intérieure par les industriels à la recherche d’énergie hydraulique. Il s’agit de s’emparer au plus vite de cette ressource gratuite et renouvelable, et ce, malgré les difficultés liées au manque de voies de communications. Ce mouvement prend une telle ampleur, qu’à la fin du siècle, soit une cinquantaine d’années plus tard, on compte une centaine de colonies industrielles réparties sur les cours moyens du Llobregat et du Ter sans parler d’un nombre encore plus important d’usines au bord de l’eau3. Un paysage unique en est issu.

Les colonies industrielles catalanes, un paysage unique

  • 4 G Dorel-Ferré, Les Colonies industrielles de Catalogne, le cas de la Colonia Sedó d’Esparreguera, P (...)

2Le voyageur qui parcourt les vallées de la Catalogne intérieure ne peut manquer d’en être surpris4. C’est probablement sur le cours moyen du Llobregat que l’effet est le plus sensible, les colonies industrielles s’y succédant tous les deux kilomètres en moyenne. Malgré leur diversité physionomique, on reconnaît, à chaque fois l’usine, l’église et la maison du maître, qui encadrent l’habitat ouvrier, lui-même formé d’immeubles ou d’habitat en rang. Selon que la rive est plus ou moins abrupte, l’ensemble s’étage ou s’étale. Mais les trois pôles, l’économique, le spirituel et le temporel se retrouvent toujours placés de façon stratégique par rapport aux maisons ouvrières.

3Essentiellement textiles et consacrées au coton, on les a souvent confondues avec ce type de production, mais il existe des colonies minières qui sont établies sous les mêmes principes. La part de ces colonies dans l’industrialisation de la Catalogne a été si déterminante qu’elle a notablement conditionné le regard qu’ont porté sur elles les contemporains. La bourgeoisie entrepreneuriale de la fin du XIXe siècle a vu en elles la perpétuation du système patriarcal romain ; pour les théoriciens du fascisme, elles ont été le lieu par excellence où se neutralisaient les antagonismes entre le capital et le travail.

  • 5 G Dorel-Ferré (coord.), Villages ouvriers, mythe ou réalités, Paris, CILAC, 1994.

4Rien d’exceptionnel, pourtant, dans l’existence même de ces colonies industrielles. On les retrouve en Italie du Nord, Vénétie et Lombardie, au Mexique central, dans la région de Puebla. Parmi les plus anciennes, celles de la Nouvelle Angleterre ont une échelle... américaine. Ces villages ouvriers sont tous historiquement dérivés du même prototype, celui de la manufacture, qui concentrait dans un même espace parfois enclos, les lieux de production et les lieux de vie. Cependant si la filiation s’établit aisément dans l’histoire européenne ou américaine, quel que soit le produit élaboré, si des éléments constants de la structure peuvent être facilement repérés, bien des aspects distinguent entre elles ces colonies ouvrières, et autorisent l’établissement d’une typologie. La maison patronale, présente en Italie et en Espagne, est absente en Nouvelle-Angleterre, où les entreprises étaient issues non de structures familiales mais de groupes financiers anonymes. L’église, non loin de la maison patronale exprime dans le paysage la solidarité des pouvoirs en Italie, en Espagne ou au Mexique, tous pays catholiques. Elle correspond rarement à la religion du patron, protestant, en Nouvelle-Angleterre, où les ouvriers furent successivement canadiens français puis irlandais, donc catholiques. Parfois, comme à Crespi d’Adda, en Italie, le plan et l’architecture révèlent la structure d’une société hiérarchisée, où se distinguent parfaitement les patrons, les cadres et les ouvriers. C’est moins souvent le cas en Catalogne, où les discriminations sociales ont cependant été visibles dans la répartition spatiale5.

  • 6 Sur la discussion des dispositions juridiques au XIXe siècle au sujet de colonies, cf. note 4.

5Selon la définition donnée par la loi, la colonie industrielle est une implantation humaine, qui du fait de son activité, est éloignée de sa municipalité de rattachement d’un à deux kilomètres6, voire plus. La définition correspondait au départ à une disposition juridique plus ample, qui concernait les « colonies agricoles ». Quoiqu’il en soit, elles répondent toutes à une même exigence de localisation, puisqu’elles dépendent de la chute d’eau qui leur fournit l’énergie. Toutes les chutes, aussi bien, n’ont pas donné origine à une colonie. Seules les usines du bord de l’eau qui par leur taille et leur éloignement imposaient la fixation d’une main-d’œuvre importante se sont développées en colonies. On a étendu le terme à un petit nombre de colonies urbaines, dans la mesure où, par leur fonctionnement et leur démarche culturelle, elles se sont comportées comme des colonies autonomes.

  • 7 Des éléments de datation existent pour ces trois colonies, antérieurs à 1860. Cependant, aucune étu (...)
  • 8 Comme celui de Puig i Llagostera, qui prétendait faire de son usine et du village industriel d’Espa (...)

6Sauf quelques cas très déterminés, dont ceux de Rosal, sur le Llobregat, près de Berga, de Baurier, sur le Ter, et surtout de Can Brós7, la colonie la plus proche de Barcelone, les villages industriels n’apparaissent pas avant les années 1870. Malgré l’ambition de certains projets8, ils sont le résultat de constructions pragmatiques et évolutives. À partir de 1880, ils connaissent une deuxième étape de construction et reçoivent l’essentiel de leur équipement. Après 1895, la plupart des colonies sont édifiées. Alors que la plupart des villages industriels de Grande Bretagne et de Nouvelle Angleterre datent de la première moitié du XIXe siècle, que ceux de France et d’Italie ont été édifiés entre 1850 et 1880, ceux de Catalogne, sont un phénomène marquant, mais tardif.

7On connaît en réalité très mal ces colonies, qui ont fait rarement l’objet d’études monographiques sérieuses. Les archives de ces entreprises ont connu des sorts divers. À l’heure actuelle, celles de la Colonia Sedó, déposées aux Archives Nationales de Catalogne, sont classées. D’autres, concernant des colonies prestigieuses comme Viladomiu et Can Burés, toutes deux sur le Llobregat, sont déposées depuis peu et en instance de classement. Aussi ce qui prévaut reste la bibliographie existante, remplie d’approximations quand il ne s’agit pas d’erreurs. On confond souvent la date d’achat de la concession d’eau avec celle de la mise en route de l’usine et celle de la création du village ouvrier, lequel, souvent a nécessité plusieurs étapes de construction. Parfois même on confond date de création de la société initiale et date de création de la colonie. Il faut faire le tri entre des productions hagiographiques issues des années 1930 et quelques récentes études à la problématique inspirée plus par l’actualité que par le passé. On projette dans le passé la situation vécue avant leur fermeture. Cet anachronisme est tenace.

  • 9 I. Terrades, Les colonies a Catalunya, un particularisme históric, Laia, 1979.

8Parmi les ouvrages les plus discutables, celui d’Ignasi Terrades publié en 19799, a provoqué un trouble parmi les historiens dont nous ne sommes pas tout à fait sortis. Très influencé par les notions d’État-Providence formulées dans les années 70 aux États-Unis, Terrades avait énoncé l’hypothèse selon laquelle les colonies industrielles constituaient une sorte d’État-Providence avant la lettre. Il affirmait que les colonies ne devaient rien à l’énergie hydraulique et qu’elles avaient été construites le plus loin possible des villes pour éviter la contagion ouvrière. Du coup, la situation catalane présentait un « particularisme » historique, dont on ne trouvait de comparaison nulle part ailleurs, évidemment ! En fait, nous avons pu montrer que les paramètres techniques ont été déterminants, et que ce sont bien des choix de rentabilité qui ont d’abord guidé les industriels, ce que confirment des recherches postérieures. Évidemment, cela n’est en rien contradictoire avec l’exercice du paternalisme, une fois la colonie créée.

  • 10 P. F. Monlau et J. Salarich, Condiciones de vida y trabajo obrero en España, 1856 y 1858, Barcelone (...)

9Une seule colonie industrielle en Catalogne, la Colonia Güell, répondrait aux présupposés sociaux de cette hypothèse. Ses promoteurs ont effectivement avancé des arguments comme ceux que le médecin hygiéniste Monlau10, suivant en cela ses homologues anglais, belges ou français, avait exprimés en leur temps, pour justifier la construction de la colonie dans un lieu qui était à l’époque loin de la ville. Mais il s’agit d’une colonie tardive, constituée en fait dans les premières décennies du XXe siècle, voulue comme modèle par l’industriel Güell, et d’ailleurs la seule colonie industrielle fonctionnant à la vapeur. L’implication de Gaudí et de ses élèves a achevé d’en faire un cas à part.

Les patrons des colonies, une nouvelle élite ?

  • 11 J. Planes i Ball, Teixir i traginar. De la manufactura tradicional a la periferització industrial : (...)
  • 12 C’est la conclusion de la thèse de Pierre Vilar (La Catalogne dans l’Espagne Moderne, Paris, 1962).
  • 13 G Dorel-Ferré, « La désindustrialisation de la Catalogne intérieure », dans M. Hau (dir.), De-indus (...)
  • 14 C’est ainsi que la Famille Puig, originaire de Vilanova, non loin de Tarragone, vient s’implanter à (...)

10À la tête de ces établissements industriels qui se multiplient en peu de temps, on voit apparaître une nouvelle catégorie d’individus. Ils sont d’origine variée : paysans enrichis dans le commerce outre-mer, négociants en tout genre, artisans voire manufacturiers enrichis par le marché américain. L’étude reste à faire, car pour le moment elle ne dépasse pas le stade de la réflexion sur quelques échantillons11. Dès les années 1780, cependant, un démarrage de type commercial avait précédé l’expansion industrielle du XIXe siècle et « donné des habitudes » à toute une catégorie de gens12. Surtout, il apparaît que cette expansion économique se fait non seulement depuis Barcelone, mais de partout depuis les villes de l’arrière-pays, avec des situations variées selon les nouvelles potentialités des zones considérées, et avec pour cadre général le repli de la laine et l’invasion du coton. Il est clair, cependant, que localement des variations et des à-coups très durs ont dû se sentir, et certaines régions ont connu une réelle désindustrialisation13. Quoiqu’il en soit, on remarque que les fruits de l’activité économique sont placés très souvent dans l’industrie. Pour faire fructifier leurs biens, les nouveaux entrepreneurs n’hésitent pas à rechercher les lieux les plus avantageux, c’est-à-dire les chutes des fleuves les plus propices à l’installation d’une usine, pour laquelle, grâce à la loi sur les eaux de 1845, ils seront exonérés d’impôts pendant quinze ans14.

  • 15 G Dorel-Ferré, « Los orígenes del capital industrial catalán : el ejemplo de la familia Puig de Vil (...)

11Ainsi, à Vilanova i la Geltrù, gagnée par le commerce maritime, un nombre impressionnant d’hommes adultes, mais aussi d’adolescents, partent en Amérique, après la paix d’Amiens, en 1802, pour reprendre les affaires établies et laissées sur place pendant plusieurs années parfois. Cette génération-là reste encore très près du négoce : pacotille en tous genres, biens de consommation et surtout vins et spiritueux, que l’on vend un bon prix aux habitants des plantations, sans compter le commerce des nègres, plutôt en location ou en revente, dont on a bien établi les mécanismes aujourd’hui15.

  • 16 J. Maluquer, História económica de Catalunya, segles XIX i XX, Barcelone, 1998. Premier à attirer l (...)
  • 17 Les « rentiers » ont sûrement pesé dans la vie de ces jeunes entreprises. Voir, par exemple les dol (...)

12À partir des années 1840, le rythme des retours paraît plus élevé et corrélatif avec un nombre croissant de fondations d’usines textiles, sur la côte ou à Barcelone même. Sans reprendre la discussion, restée ouverte, de l’impact plus ou moins grand du commerce cubain dans le démarrage de l’industrie catalane16, ce qui intéresse ici c’est la composition des sociétés visant à l’achat des chutes d’eau et/ou à l’exploitation des usines textiles. Ce sont des sociétés familiales, qui rassemblent les membres d’une même génération, et dont la tonalité est celle d’une jeune maturité. Ils pratiquent une sévère endogamie, mais présentent des niveaux de fortune différents. Tout en étant ainsi, leur solidarité est extrême. Le cas de la famille Puig de Vilanova est assez révélateur et concerne, toutes branches confondues, une centaine de personnes. L’analyse rapide des tableaux généalogiques reconstitués à partir des archives paroissiales a permis de voir l’imbrication constante des familles, des métiers et des intérêts, pour une population de frères, cousins, neveux, qui est en gros contemporaine et pour qui les liens de parentés sont essentiels. Fortune faite, ils sont pour la plupart d’entre eux établis, ce qui représente avoir un appartement à Barcelone, et une maison le plus souvent dans la localité d’origine. Ils mènent une vie de rentiers, car sur les cent personnes dénombrées, seule une petite proportion est directement dans l’industrie, comme gérant d’entreprise. Nous savons dans une certaine mesure quel était leur cadre de vie : un appartement où le salon était la pièce maîtresse, ce qui donne tout de suite une idée de l’activité essentielle, de l’argenterie, quelques tableaux et un siège au Liceu. En fait un train de vie d’une modeste aisance. Pour les plus riches, des actions dans les chemins de fer leur assuraient un placement. Ceux qui continuent à avoir une activité ne dissocient pas le commerce de la production. Jusque très tard dans le siècle, ils continueront à vendre des vins et des spiritueux outremer. Ils ne sont pas aventuriers, s’ils l’ont jamais été : ayant gagné l’argent par un travail acharné, ils sont circonspects à l’heure de le dépenser et voudront des placements sûrs. Aussi regardent-ils avec méfiance les modernisations techniques des usines et recherchent l’économie17.

  • 18 Archives privées de Puig Rovira, un des descendants directs, déposées aux Archives municipales de V (...)

13Les photographies familiales sont révélatrices. Comme celle des six frères Puig entourant leur mère : ils sont tous allés à Cuba, sauf l’aîné, qui est resté à la terre ; ou celle de Magin Puig avec sa famille, dans leur maison de campagne de style cubain. Le même Magin évoque laconiquement dans son carnet intime le voyage à Rome où il s’est marié en bénéficiant d’une dispense papale, car il épousait sa nièce, de vingt ans plus jeune, ou encore sa promenade dominicale à Montserrat en compagnie de son oncle, Miquel Puig, le fondateur de l’usine d’Esparreguera18.

  • 19 P. Lecouteux, La société industrielle de Rouen, thèse inédite.
  • 20 Comme de juste, s’agissant de sociétés secrètes, les faits sont difficiles à établir. Cependant, on (...)

14Ces gens-là ignorent tout du travail industriel. S’ils connaissent, pour une partie d’entre eux le processus technique, ils s’improvisent entrepreneurs, à une petite échelle, il est vrai : Miquel Puig tente d’abord sa chance avec l’atelier de la rue Trentaclaus, avant de fonder l’usine d’Esparreguera. Ses cousins feront de même à Monistrol et à Navarcles, après avoir acquis un peu d’expérience près de lui. Mais comment apprendre pour moderniser ? Le seul moyen, le voyage en Angleterre. Tous ces nouveaux patrons se déplacent à Manchester, où ils visitent les usines et achètent les machines. Ils regardent, s’informent sur le tas, laissent parfois des commis chargés d’apprendre le métier. Ils ont le même circuit : même hôtel où ils descendent, mêmes usines où ils s’adressent, même fournisseurs... En France leurs relations sont plus diversifiées : ils vont à Rouen, Mulhouse, Paris. Mais leur implication est suffisante pour que certains d’entre eux se fassent membres de sociétés industrielles, comme celle de Rouen19. Peut-être y a-t-il dans ces adhésions la preuve d’engagements, pour beaucoup de ces patrons, de nature maçonnique.20.

  • 21 M. T. Pérez Picazo et L1. Ferrer Alos (ed.), Els catalans a Espanya, Barcelone, 1996 ; voir égaleme (...)
  • 22 G. Dorel-Ferré, « Marseille-Barcelone 1847-1881, Les chemins de l’innovation et des échanges. Le ca (...)
  • 23 C’est tout un aspect qui reste à élucider. Les municipalités, formées de la petite bourgeoisie trad (...)

15Ces observations valent pour la génération qui monte l’industrie textile de toutes pièces entre 1840 et 1865. On ne peut pas encore parler de colonie industrielle à cette date. Seules quelques usines au bord de l’eau auraient eu dès cette époque un embryon d’habitat ouvrier, comme Can Bros, près de Barcelone (mais n’est-ce pas plutôt une extension du moulin originel ?) ou encore la Colonie Baurier, près de Roda de Ter, où le patron d’origine française a peut-être importé le modèle mulhousien, suffisamment rare pour être mentionné. L’obsession de tout ce patronat, c’est de produire à bon prix pour un marché intérieur somme toute peu fortuné21. C’est la règle pour la famille Puig et ses ramifications, c’est aussi la règle pour toutes ces usines du bord de l’eau, toutes proportions gardées pour l’España Industrial, la grande usine de Barcelone dont la correspondance de l’époque est une recherche lancinante du moindre coût22. C’est dans ce contexte qu’intervient la « faim de coton » et ses conséquences désastreuses. L’industrie cotonnière catalane manque de sombrer corps et biens. Des faillites retentissantes ont lieu, et une décapitalisation frappe les entreprises encore debout. C’est le cas de l’usine d’Esparreguera dont l’un des principaux actionnaires se retire pour mettre en valeur une chute d’eau achetée depuis longtemps déjà. Les capitaux familiaux se révélant insuffisants, ce sont des financiers extérieurs qui vont désormais s’impliquer dans les entreprises et y jouer un rôle clé. Ainsi, après deux années catastrophiques, en 1865 et en 1866, Puig i Llagostera fait appel au plus important financier de la place de Barcelone, Manuel Girona, pour relever son usine en perdition. Pour le persuader d’entrer dans la société, il fait la démonstration de l’intérêt économique des usines hydrauliques comparées à celles, urbaines, mues par le charbon. Manuel Girona décline l’offre, mais deux de ses frères, Ignasi et Casimir, acceptent et deviennent les artisans du redressement financier. Devant cette précarité, on comprend la réaction violente des industriels catalans face aux mesures libre-échangistes prônées par le ministre Figuerola, en 1869. Une procession de protestation est organisée à Barcelone, conduite par Puig i Llagostera, lequel vient de prendre position avec fracas dans le conflit. Une souscription est lancée pour lui offrir des menottes en or, car il a été menacé de poursuites par le ministre. En fait, tout cela rentrera dans l’ordre, mais l’alerte a été chaude, et les industriels catalans sont maintenant contraints à une autre étape, celle où les stratégies familiales et les réseaux maçonniques font place aux groupements politiques. Les patrons des usines du bord de l’eau ont retenu la leçon et se présentent aux élections de députés. En revanche, ils occuperont rarement des postes de maires, et ne s’intégreront jamais vraiment dans le tissu municipal, corps étranger et souvent hostile23. Cette différence fondamentale avec d’autres pays, comme la France par exemple, est un élément à verser au dossier d’une faible « visibilité » publique de l’entrepreneur de la Catalogne intérieure.

16Qui sont les patrons de la deuxième génération, celle des années 1865-1885 ? Ils sont d’abord et cela va de soi, les fils des précédents. Ce n’est pas seulement une évidence, c’est aussi une démarcation. En effet, ceux-là sont moins nombreux à aller à Cuba, et si certains y ont conservé des intérêts, un Puig i Llagostera n’y a jamais mis les pieds. Ils sont par contre toujours intimement liés à l’Europe où ils voyagent souvent. Puig i Llagostera a voyagé en France et en Angleterre avant de devenir le patron de Can Broquetas. Par la suite, il s’y rend souvent ainsi qu’au moins un de ses frères, qui fait un stage de six mois dans une grande entreprise de blanchiment anglaise. Leurs liens avec la famille sont certes forts, mais l’endogamie est moins systématique. La composition des sociétés de gérance et d’exploitation est beaucoup plus diverse : à côté de la famille, qui se comporte de plus en plus en rentière, il y a maintenant des personnalités influentes, d’autres industriels, des financiers, des hommes politiques. C’est sous leur égide que la production prend son envol, après la secousse créée par la guerre de Sécession et les traumatismes politiques et sociaux des années 1868-1876, celles qui précèdent la Restauration. Les premiers villages ouvriers commencent à être édifiés. Ce sont souvent des immeubles simples et fonctionnels et les maisons patronales, quand elles existent sont d’allure simple également.

17Les liens avec Barcelone se sont renforcés. Même lorsqu’ils ont établi des les colonies industrielles parfois fort loin dans l’intérieur du pays, même si les familles d’entrepreneurs sont originaires de la Catalogne intérieure, le schéma est toujours le même : ils ont leurs magasins et leurs bureaux à Barcelone, ainsi que leur résidence principale. L’attraction de la capitale est due non seulement à un phénomène de notoriété mais aussi aux conditions propres à l’industrialisation catalane. Les industriels des colonies dépendent étroitement de Barcelone, seule ville portuaire aménagée pour recevoir et entreposer le coton et le charbon. La faiblesse des capitaux industriels, dont nous avons vu l’origine presque uniquement familiale fait que les industriels des colonies sont dépendants des fournisseurs de matières premières et des grossistes auxquels ils s’adressent, pour une part non négligeable de leur production. Tous ces gens-là sont à Barcelone, et la ville devient progressivement la plate-forme dont dépend toute l’industrie.

  • 24 Entre les années 1835 et 1865, les idées utopistes pénètrent à Barcelone, à la faveur des relations (...)
  • 25 On retrouve ici toute la réflexion sur les disctricts (cf. J.-C. Daumas, « Districts industriels, u (...)

18La politique économique n’est plus seulement définie par un groupe de pression, c’est au sein du gouvernement que l’on cherche à obtenir des marchés comme ceux de l’armée. Autour de l’usine de Puig i Llagostera, puis d’Antonio Sedó gravitent une multitude de personnages, une centaine environ, qui sont jeunes, bien placés et influents. Ils gèrent l’expansion de l’entreprise et correspondent à deux courants distincts : l’un, peu représenté, mais bien illustré par Puig i Llagostera, est sans doute sensible aux slogans utopistes qui circulent à cette époque à Barcelone24 et persuadé du bien-fondé du progrès. L’autre, majoritaire, dont Sedó est un élément caractéristique, est pragmatique. Il entend voir aboutir cinquante années d’efforts. On sait assez quel pouvait être le genre de vie quotidien d’un Antonio Sedó : assez simple, en somme, bien qu’il fût consommateur de bon vin de pays et de cigares. Sa maison, à l’usine, ne dépassait pas le confort d’une bonne maison bourgeoise, sans plus. Il donne tous les mois 500 pesos à sa femme pour la tenue du ménage et à par le vin et les cigares qu’il consomme sans excès, il n’a pas de goûts dispendieux. Cette génération est plus souvent cultivée. Puig i Llagostera a eu une formation d’ingénieur et sa bibliothèque comptait de nombreux ouvrages historiques et géographiques en français. Ignasi Girona, le jeune frère du fameux banquier, se distingue par la variété de ses domaines d’intervention : dès 1841, il entre en société avec ses frères et l’industriel Clavé pour fonder une « compagnie de navigation et d’industrie » ; en 1853, il fonde avec les mêmes une « société d’exploitation du canal de Lleida » ; en 1862, il constitue avec son frère Casimir la Ferreria Barcelonesa, une usine métallurgique, tout en finançant à partir de 1867, l’usine textile d’Esparreguera. Ignasi est président du directoire qui dirige le conseil d’administration, c’est sans doute lui qui remarque Antonio Sedó, et qui l’introduit auprès de Puig i Llagostera. Lorsque ce dernier meurt des suites d’une blessure mal guérie, il fait en sorte que le jour même la gérance soit confiée à son protégé, avec lequel il est sans doute lié par des liens maçonniques. Cet homme influent s’il en est, acquiert par la suite des mines de charbon de lignite dans la province le Lleida et de Saragosse. Dans le même temps, il préside le Comité des Beaux-Arts de Barcelone, sorte de tribune qui donne le ton de la vie artistique. Rappelons que son frère, le banquier, n’hésitera pas à financer la façade de la cathédrale de Barcelone, inachevée depuis la fin du Moyen-Âge. Ainsi se forme, dès les années 1840 une société polymorphe, versée dans la finance, l’industrie et les arts, mais qui, en revanche, ne professe aucune vision sociale de type saint-simonien ou autre. Sur une base économique forte, puisqu’elle est la donneuse d’ordres de tout l’arrière-pays, Barcelone devient alors le « cap i casal », la tête et le foyer, de la Catalogne25.

19Les dernières colonies industrielles sont mises en place et surtout, on aménage celles qui avaient été construites antérieurement, comme si l’on ressentait le besoin de signaler haut et fort la place que l’on souhaite occuper dans le territoire. C’est à ce moment-là, en effet, que les industriels font appel aux architectes les plus en vue pour édifier les églises, les maisons de maître et aussi les usines dont certaines manifestent une réelle recherche esthétique. Les vallées de la Catalogne intérieure acquièrent la physionomie qui est encore la leur aujourd’hui : un chapelet de morceaux de ville en pleine nature, ourlant les berges depuis les abords de Barcelone jusqu’aux flancs des Pyrénées.

20C’est au niveau de cette génération, la troisième (1885-1910) que les orientations artistiques et culturelles se manifesteront le plus fortement. De deux façons : d’abord parce que les industriels eux-mêmes vont accepter qu’en leur sein des rejetons se détachent de l’entreprise pour s’adonner aux arts (c’est le cas de Rusinyol et de Casas) et ensuite parce que les industriels vont devenir des mécènes, soit en adhérant au modernisme soit en le finançant. Certains vont jouer sur plusieurs tableaux, comme Doménech i Muntaner, à la fois architecte, industriel et politique, ou comme Torras, qui établit la première grande industrie métallurgique liée au bâtiment tout en étant architecte. Cette diversification vers les arts intervient donc quand les industriels jouissent d’une position incontestée dans les années qui suivent la Restauration qu’ils ont aidé à mettre en place. Ils ont pleinement conscience de participer à la création d’une culture, et c’est bien un programme que Güell tente de mettre en place à travers Gaudí pendant que l’industriel d’origine basque, López, marquis de Comillas, soutient une personnalité moins connue à l’étranger, mais dont la résonance populaire a été énorme, le poète Jacint Verdaguer. Un discours politique et culturel s’établit, très cohérent, qui s’exprime de façon forte à travers le projet inachevé du Parc Güell, la cité-jardin idéale au pied de laquelle la ville se déroulait comme un décor, mais aussi à travers le poème de l’Atlantida, mis en musique par Manuel de Falla, qui faisait de Barcelone le point de départ de nouvelles conquêtes. Ce thème sera relayé au début du XXe siècle par les théories d’Eugenio d’Ors et le projet de « Catalunya-ciutat » : désormais, les nouveaux moyens de communication donnaient à Barcelone les limites de la Catalogne. Elle pouvait discuter d’égale à égale avec les plus grandes capitales.

Un défaut d’image

  • 26 G Dorel-Ferré, « Visages et images de l’industrialisation dans la littérature catalane du XIXe sièc (...)

21Si le programme culturel et politique semble acquérir des contours précis, et une homogénéité telle que ses défenseurs ont pu le reprendre tel quel ou presque, aux lendemains de la dictature, en 1975, les représentations sociales ne sont pas aussi limpides. Que l’on se tourne du côté de la littérature ou du théâtre, le personnage de l’industriel fait cruellement défaut26. Quelques rares allusions, de rares textes dont nous avons pu démontrer le côté stéréotypé et allusif, au moment où la bourgeoisie d’entreprise prend son envol, au moment où elle se dote d’outils politiques et brandit l’arme du catalanisme, elle se réfugie dans les évocations rurales, qui ne sont pas toutes des pastorales, tant s’en faut, mais qui éludent le problème industriel. Ce qui se passe dans l’usine n’intéresse guère, et les relations entre patrons et ouvriers sont escamotées. Il faudra attendre le XXe siècle pour que cette lacune se comble très progressivement. Du côté des arts, l’absence de références ne se fait certes pas autant sentir, mais le résultat ne laisse pas d’interpeller. Les grands peintres Ramon Casas et Santiago Rusiñol étaient issus du milieu des colonies textiles. Casas était le descendant d’un des fondateurs de l’usine d’Esparreguera. Extraordinaire portraitiste, il a aussi peint des scènes d’une grande intensité dramatique (l’Exécution capitale, la Fête du Corpus, et surtout, la Grève). Mais rien sur l’usine paternelle, à part le portrait de son beau-frère, directeur technique de l’usine de Sant Benet, représenté en pied près d’une carde, avec une certaine suffisance héroïque. Rusiñol, fils d’industriels, lui aussi, et ayant dirigé l’usine familiale un temps, a peint des intérieurs d’usine, celle de Manlleu ou celle de Sant Benet, dans une ambiance de poignante désolation. À l’opposé du discours triomphaliste des entrepreneurs, il représente des ateliers déserts, sales, encombrés de machines antiques auprès desquelles de pauvres femmes sans âge semblent se fondre. L’image qu’il donne de l’industrie n’est guère enthousiasmante ! Rusiñol a non seulement été l’un des plus grands peintres catalans, il a été aussi l’un de ses écrivains les plus inspirés, auteur de la fameuse Auca del senyor Esteve caricature sans complaisance du boutiquier catalan. Mais de l’industriel que pourtant il connaissait bien, pas de trace !

  • 27 Cf. G. Dorel-Ferré, Les colonies industrielles..., op. cit.

22La presse s’était pourtant fait l’écho, à plusieurs reprises, des démêlés de certains industriels des colonies textiles avec leurs ouvriers et avec la ville27. En 1895 le journaliste Morote apporte un témoignage, le seul négatif, véritable ombre au tableau, mais qui « colle » si bien à ceux de Rusiñol ! Il y stigmatise l’asservissement des ouvriers des colonies : rappelant une enquête qu’il mène en Catalogne, sans citer les noms de lieu, il décrit ces colonies industrielles où l’exploitation la plus primaire, l’abrutissement le plus total, caractérisent ces villages ouvriers surpeuplés, sous la coupe d’un patron tyrannique et d’un curé à sa solde. Sans rien retrancher de ce témoignage unique, car bien d’autres documents confirment la surpopulation, l’abrutissement et l’exploitation, on remarquera la banalité de la situation décrite : dans quel endroit de l’Europe industrielle en était-il autrement ? Et le patronat catalan n’a été ni meilleur ni pire que dans les autres pays industrialisés : une simple analyse comparative le mettrait en évidence.

23Ce réel défaut d’image nous renvoie, cependant, à une société moins industrielle qu’on a pu le penser aux seules vues des statistiques démographiques ou sectorielles. Cette élite en formation pendant le XIXe siècle et qui s’affirme au XXe, n’arrive-t-elle pas trop tard ? Estelle assez nombreuse pour modifier des usages, créer de nouvelles attitudes ? Trop modeste, au regard des grands industriels des pays industrialisés d’Europe, elle ne peut avoir de poids économique qu’en s’appuyant sur les forces traditionnelles. C’est ainsi qu’en échange de son acceptation du coup d’État de Primo de Rivera, elle est aux commandes de l’État au début du XXe siècle, et les visites royales des colonies industrielles sont des occasions de véritables mises en scènes programmées. Elle croit trouver avec le franquisme l’abri idéal qu’elle recherche depuis toujours : le protectionnisme érigé en dogme, un marché réservé. Cette illusion ne dépasse pas les années 1960. Aujourd’hui, les familles des industriels des colonies se sont fondues dans la société, et peu d’entre ellesx continuent à jouer un rôle dans le monde économique. La récente reconstruction du Liceu, leur espace privilégié de visibilité sociale a sonné la fin de leur histoire. Reste de cette aventure prodigieuse un ensemble patrimonial exceptionnel pour qui se pose toujours le problème de sa conservation et de son devenir.

Notes

1 Il faut citer ici les travaux de Jordi Nadal. Nous renvoyons le lecteur à son énorme bibliographie, rappelée dans les deux volumes d’hommage qui lui ont été adressés (La industrialización y el desarrollo económico de España, Barcelone, 1999). Il a plus particulièrement exposé ses idées concernant le « modèle » catalan d’industrialisation dans un ouvrage qui reprend des articles antérieurs : Moler, tejer y fundir, Estudios de Historia Industrial, Barcelone, 1992.

2 A. Garcia Espuche et M. Guardia Bassols, Espai i societat a la Barcelona preindustrial, Barcelone, 1986.

3 Cf. l’article fondateur d’A. Carreras, « El aprovechamiento de la energía hidráulica en Cataluña (1840-1920) : un ensayo de interpretación », Revista de Historia Económica, 2, 1983. Pour la localisation de ces colonies, cf. carte en fin d’article.

4 G Dorel-Ferré, Les Colonies industrielles de Catalogne, le cas de la Colonia Sedó d’Esparreguera, Paris, Éditons Arguments, 1992.

5 G Dorel-Ferré (coord.), Villages ouvriers, mythe ou réalités, Paris, CILAC, 1994.

6 Sur la discussion des dispositions juridiques au XIXe siècle au sujet de colonies, cf. note 4.

7 Des éléments de datation existent pour ces trois colonies, antérieurs à 1860. Cependant, aucune étude archivistique n’a pu être menée sur ces sites qui explicite les dates et les justifie.

8 Comme celui de Puig i Llagostera, qui prétendait faire de son usine et du village industriel d’Esparreguera le plus important de la Catalogne intérieure, ou encore de l’extension que prévoyait, sur les mêmes lieux, Antonio Sedó. Cf. note 4.

9 I. Terrades, Les colonies a Catalunya, un particularisme históric, Laia, 1979.

10 P. F. Monlau et J. Salarich, Condiciones de vida y trabajo obrero en España, 1856 y 1858, Barcelone, 1984.

11 J. Planes i Ball, Teixir i traginar. De la manufactura tradicional a la periferització industrial : el Lluçanès, Centre d’Estudis del Lluçanés, 1997 ; B. Oliva i Ricós, Els orígens de la primera industrialització del rerepaís, El cas emblemàtic de Vilassar, Caixa d’Estalvis Laietana, 1999 ; R. Soler i Becerro, « Estratègies empresarials en la indústria cotonera catalana, el cas de la fàbrica de la Rambla de Vilanova 1833-1965 », Universitat de Barcelona, tesi doctoral, 2000.

12 C’est la conclusion de la thèse de Pierre Vilar (La Catalogne dans l’Espagne Moderne, Paris, 1962).

13 G Dorel-Ferré, « La désindustrialisation de la Catalogne intérieure », dans M. Hau (dir.), De-industrialisation in Europe, XIX-XX centuries, XIIth International Economic History Congress, Madrid, 1998.

14 C’est ainsi que la Famille Puig, originaire de Vilanova, non loin de Tarragone, vient s’implanter à Esparreguera, dans l’arrière-pays de Barcelone ; les industriels de la côte, les Serra, vont dans la haute vallée du Llobregat pour fonder leur colonie, l’Ametlla de Merola, etc.

15 G Dorel-Ferré, « Los orígenes del capital industrial catalán : el ejemplo de la familia Puig de Vilanova i la Geltrú », Historia Industrial, 8,1995 ; C. Yañez, Saltar con red, la temprana emigración catalana a América, 1830-1870, Madrid, 1996.

16 J. Maluquer, História económica de Catalunya, segles XIX i XX, Barcelone, 1998. Premier à attirer l’attention sur ce phénomène, il en pondère aujourd’hui l’importance et les effets.

17 Les « rentiers » ont sûrement pesé dans la vie de ces jeunes entreprises. Voir, par exemple les doléances contre Puig parce qu’il cherche à moderniser l’entreprise, dans G. Dorel-Ferré, Les Colonies..., op. cit.

18 Archives privées de Puig Rovira, un des descendants directs, déposées aux Archives municipales de Vilanova i la Geltrú.

19 P. Lecouteux, La société industrielle de Rouen, thèse inédite.

20 Comme de juste, s’agissant de sociétés secrètes, les faits sont difficiles à établir. Cependant, on peut constater la présence de Muntadas, le directeur le plus influent de la España Industrial parmi les membres de la très maçonnique société industrielle de Mulhouse ; autour du général Prim, maçon notoire, et industriel à ses heures, on trouve son grand ami Puig i Llagostera, l’industriel d’Esparreguera ; les Girona auraient été maçons, et leur grande amitié pour Antonio Sedó serait due à cela, selon ce que rapporte son arrière petit-fils, Xavier Sedó.

21 M. T. Pérez Picazo et L1. Ferrer Alos (ed.), Els catalans a Espanya, Barcelone, 1996 ; voir également la correspondance de la España Industrial (Archives nationales de Catalogne).

22 G. Dorel-Ferré, « Marseille-Barcelone 1847-1881, Les chemins de l’innovation et des échanges. Le cas de la España Industrial », Provence Historique, fasc. 204,2001.

23 C’est tout un aspect qui reste à élucider. Les municipalités, formées de la petite bourgeoisie traditionnelle, (artisans, commerçants et surtout lainiers en voie de paupérisation) luttent avec détermination contre ces nouveaux venus que sont les patrons des colonies et souvent obtiendront gain de cause (à Esparreguera, à Puigreig, etc.). Il semble que l’État central ait à plusieurs reprises joué la carte des municipalités contre les entrepreneurs trop influents. Mais cela n’explique pas tout.

24 Entre les années 1835 et 1865, les idées utopistes pénètrent à Barcelone, à la faveur des relations suivies entre les Catalans et le Sud de la France ou à la faveur des fréquents voyages effectués à Paris par certains membres des catégories fortunées. C’est le cas de Monturiol, journaliste et révolutionnaire qui est exilé un temps à Perpignan, ou de Cerdà, qui avant de devenir l’illustre urbaniste que l’on connaît a eu la « révélation saint-simonienne » à Nîmes en 1844 ou encore a fait de fréquents voyages à Paris. Cf. : G Dorel-Ferré et M. Renom, « Aproximación al pensamiento social del urbanista Ildefons Cerdà (1815-1876) El impacto del viaje a Nimes en 1844. » dans S. Castillo et J. M. Ortiz De Orruño (coord.), Estado, protesta y movimientos sociales, Universidad del Pais Vasco, 1998.

25 On retrouve ici toute la réflexion sur les disctricts (cf. J.-C. Daumas, « Districts industriels, un concept en quête d’histoire », Bulletin du Centre d’Histoire Contemporaine de Besançon, 19/29, n° 4, 2000).

26 G Dorel-Ferré, « Visages et images de l’industrialisation dans la littérature catalane du XIXe siècle », Le roman espagnol au XXe siècle, Regards 3, Université de Paris X, 1997.

27 Cf. G. Dorel-Ferré, Les colonies industrielles..., op. cit.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pup/docannexe/image/6906/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k

Auteur

Centre Pierre Léon, MSHRA, Lyon

© Presses universitaires de Provence, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540